Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Un simple échange de coup [Han Musashi]

Hosokawa Shingen
Hosokawa ShingenEn ligne

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Jeu 19 Déc 2019 - 17:18
Automne 203

Un peu plus d’une semaine s’était maintenant écoulée depuis l’invasion de Tetsu dont le succès restait plus que mitigé pour le village, pour ne pas dire que cela était un désastre. La chose ne me préoccupait pas réellement, j’étais ici pour la gloire et pour le plaisir du combat. Je ne pouvais pas dire que cette invasion m’avait réellement satisfait, bien au contraire, j’en étais même déçu mais au moins je vivais encore. Vous imaginez, mourir dans une bataille aussi pourrie que celle dans laquelle j’étais ? Cela aurait une sacrée honte.

Je savais au moins une chose avec certitude, il fallait redresser l’armée de Tetsu et avoir des combattants dignes de ce nom car pour l’heure, la chose restait sacrément à désirer. Peut-être que l’armée était à l’image de son chef : Lâche et inutile. Je ne pouvais nier que cette situation de mon pays me fit mal et m’emplissait d’une certaine honte, la honte de voir que le grand pays de samouraï avait une armée de lâches et d’incapables. Peut-être devais-je partir pour aller redresser mon pays et enseigner de vraies valeurs guerrières à ses pleutres ? L’idée me semblait bien, mais je doutais qu’Iwa allait être très heureuse ou même d’accord de me laisser faire.

En tout cas, je n’avais pas que ça à penser. Je devais reprendre doucement l’entraînement. Mon corps avait beaucoup souffert de cette bataille et j’avais quelque peu perdu la main. Je me sentais beaucoup moins en forme et je ne pouvais me laisser trop aller. Je ressentais le besoin de sortir et de bouger. Après tout, j’allais avoir suffisamment de temps pour me reposer quand j’étais mort.

Ainsi donc, armé d’un bokken, je me dirigeais vers le terrain d’entraînement de l’académie. L’endroit était parfait pour reprendre doucement un entraînement. Je me posais près de l’un des mannequins, faisant une série d’étirement pour remettre un peu en état mon corps, je lâchais un long soupire avant de me mettre en position. J’essayais de garder une respiration calme avant de commencer quelques frappes, je sentais mes frappes plus lourdes, moins précises. Mon temps de repos et mes blessures m’avaient bien ramolli, ça me gonflait bien tout cela. J’avais le sentiment de perdre mon temps à devoir récupérer mon ancien niveau, je détestais perdre le contrôle de mon corps, de ne pas pouvoir l’emmener là où je le voulais. Toute cette situation, toute cette merde pour quoi ? Pour satisfaire l’égo d’un clan trop faible, trop incompétent qu’ils doivent aller pleurer dans les jupes de leur mère Iwa pour récupérer un misérable trône. Je laissais ma colère et ma frustration s’exprimer dans mes coups, je balançais ensuite le bokken au sol et je me laissais tomber au sol, légèrement essoufflé.


Fait chier putain…

Pourquoi perdais-je mon temps dans ce village ? Au vue du comportement du village et de ce pays, je ne croyais plus pouvoir récolter la moindre gloire dans ses combats, était-ce vraiment glorieux de ravager un pays pour un clan inutile tel que celui des Nagamasa ? Ils n’étaient que des incompétents inutiles, incapables de tenir le trône de leur pays d’origine, incapable de rester sur le trône du kage, incapable de survivre et de reprendre ce qu’ils estiment être leur dû. Que savaient-ils faire à part pleurer, crier au scandale et crever ? Putain… ça me dégoûtait d’avoir leur sang qui coule dans mes veines.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7258-hosokawa-shingen-fini http://www.ascentofshinobi.com/t7292-hosokawa-shingen-carnet#61187
Han Musashi
Han Musashi

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Sam 21 Déc 2019 - 0:04
Un simple échange de coup [Han Musashi] Iwa15
Un simple échange de coup


Les événements de Tetsu me trottaient encore dans la tête. J’aurais aimé ne pas y penser, passer à autre chose, comme me préparer pour mon combat contre Ryuma. Mais c’était plus fort que moi, je m’interrogeais encore et encore, parfois sur des points vraiment insignifiants. Je me posais également des questions sur Kuroi, allait-il s’intégrer dans le village ? Que se passerait-il s’il venait à recouvrir la mémoire ? Et pleins d’autres interrogations qui commençaient à me saper le moral. Ainsi, je me vis contraint de m’équiper des mes outils d’entraînement, portant ma longue veste blanche et rouge, avant de filer vers l’académie Hashira.

Mon katana était dissimulé à l’intérieur de ma veste, tandis que mes autres outils d’entraînement étaient scellés dans un rouleau que j’avais glissé dans la poche de ma veste. Je n’avais pas vraiment établi de programme fixe, mais il y avait des grandes chances que je m’exerce au Kenjutsu, les bases n’étant pas encore tout à fait acquise. En chemin, je croisais quelques connaissances que je saluais chaleureusement, ne manquant par ailleurs pas d’aider une vieille femme qui avait du mal à porter ses courses.

N’ayant pas eu à faire de grand détour, je parviens bien assez vite aux portes de l’académie, où il semblait n’y avoir pas grand monde. Tant mieux. Enfin, je m’empressai de gagner la Cour supérieure réservée exclusivement aux entraînements. Une fois arrivé, je constatai la présence d’une personne qui me disait quelque chose. Je m’approchais un peu plus avant de réaliser qu’il s’agit de Shin, du moins c’était ainsi que les autres le désignaient, lors de la guerre à Tetsu. Curieux, alors que de base j’étais venu pour autre chose, je m’approchai en un peu plus, avant de réaliser qu’il était furieux allant jusqu’à balancer son Bokken avant de se laisser effondrer.

Son arme d’entraînement roula jusqu’à mes pieds, alors que je l’entendais exprimer sa frustration par des mots. Je ne savais pas ce qui le mettait dans cet état, mais je m’étonnais beaucoup de le voir déjà sur pieds, même si visiblement il ne semblait pas l’être totalement. Quoi qu’il en fût, je portai un petit coup de pied sur le bord de son arme, le faisant ainsi s’envoler, avant de le rattraper d’une main. Cela devait probablement lui faire prendre conscience qu’il n’était pas seul, qu’un « petit fouineur » venait pour le déranger.

« Qu’est-ce qui pousse un guerrier de ta trempe à jeter son arme d’entraînement de la sorte ? » Fis-je, d’un ton relativement calme. Mes pupilles dorées se posaient sur lui, l’analysant de haut en bas, sans prendre conscience qu’elle cela pouvait agacer certaines personnes. « Shin, c’est bien comme ça que tu te nommes n’est-ce pas ? J’allais dire que tu as l’air en bien meilleur forme que lorsque j’étais vu à Tetsu, mais cela ne semble pas être tout à fait le cas, je me trompe ? » Demandai-je, d’un air relativement neutre, tandis que je lui tendais ma main pour l’aider à se relever avant de lui remettre son arme d’entraînement. « Je ne sais pas ce qui te tourmente ni si tu souhaites en parler, mais je suis disposé à t’aider à oublier, de la manière qui te convienne.» Conclus-je, en faisant sortir une arme en bois de mon rouleau.

Spoiler:
 


_________________
Un simple échange de coup [Han Musashi] D89k
Un simple échange de coup [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 


Dernière édition par Han Musashi le Jeu 23 Jan 2020 - 3:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hosokawa Shingen
Hosokawa ShingenEn ligne

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Lun 23 Déc 2019 - 2:47
Je n’avais même pas le temps d’être un peu seul, de penser à autre chose qu’un individu était déjà présent. C’est seulement lorsqu’il me fit prendre conscience de sa présence que je le remarquais. Je ne tardais pas à tourner ma tête en sa direction pour l’observer avant de laisser échapper un long soupire. Il ne semblait même pas réellement me connaître, c’était presque un comble ! Ceci dit, je ne pouvais lui en vouloir pour ça les genin n’étaient jamais très importants dans un village.

Depuis quand les affaires d’un genin intéresse qui que se soit ici ?

Disais-je d’un ton un peu sec pour l’occasion et même si je ne me sentais pas réellement lié à ce village, je n’appréciais guère comment ils traitaient ceux qui se battaient pour eux. Peut-être que le pays commençait à devenir trop sûr de lui, laissant l’arrogance prendre le contrôle de ces agissements. Cet homme ne semblait pas vraiment différent, du moins la première impression qu’il en dégageait n’avait rien de très plaisant.

Pour être plus précis, c’est Shingen, Hosokawa Shingen si je prend le nom de mon père…

Et… En effet, j’ai cru comprendre que je n’étais pas dans le meilleur état à Tetsu, mais je vous avoue que je ne m’en souviens plus réellement de cela. Je me souviens bien de la bataille et du combat, mais ce qui s’est passé après l’attaque dévastatrice du Shogun, je ne m’en souviens plus.


J’hésitais un instant à prendre sa main qu’il me proposait avant de finalement la serrer et de me relever. Je repris le bokken que je venais de jeter. Il avait visiblement envie de s’entraîner avec moi, je doutais qu’il voulait jouer au mannequin qui se faisait défoncer la tronche sans broncher.

Depuis le retour de Tetsu, je suis comme un kumojin.

Je lâchais un léger soupire avant de me masser doucement la nuque, je ne savais pas s’il allait comprendre le sens de cette parole ou non. Bon, la chose était légèrement tirée par les cheveux mais que voulez-vous, il fallait bien trouver une comparaison foireuse pour l’occasion. Je n’allais pas dire que j’étais un faible, même si je n’y pouvais rien dans l’absolu. Si le corps savait m’obéir, tout irait mieux mais au lieu de ça, il devait faire son caprice à cause des blessures.

Mais d’un autre côté, je me suis débrouillé seul pour survivre contre les fiottes de Tetsu et le Shogun-infirmière, je devrais pouvoir tenir contre vous.

Disais-je d’un ton légèrement provocateur alors que je le fixais, prenant quelques profondes inspirations, faisant tourner légèrement ma tête. Je me mis enfin en garde, tenant l’arme devant moi, pointe en sa direction. Je lui laissais le temps de se préparer, j’avais quand même ma dignité.

Ne me décevez pas.

Disais-je avant de m’assurer qu’il était bien prêt. Lorsque tout était bon, je bondis en sa direction, lançant une première frappe diagonale basse, venant de la gauche vers la droite. Une première attaque pour tester les capacités de mon adversaire de fortune.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7258-hosokawa-shingen-fini http://www.ascentofshinobi.com/t7292-hosokawa-shingen-carnet#61187
Han Musashi
Han Musashi

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Lun 23 Déc 2019 - 23:46
Un simple échange de coup [Han Musashi] Iwa15
Un simple échange de coup


Je n’étais pas certain mais la première phrase du Genin me laissait penser qu’il avait une dent contre le village, ou tout du moins contre les plus hauts gradés. C’était étrange, je ne comprenais pas, où était-ce qu’il voulait en venir exactement ? Que lui était-il arrivé pour qu’il en arrive à sortir une telle phrase ? Cela avait-il un rapport avec le groupe dans lequel il avait été affecté lors de la bataille à Tetsu ? Pleins d’interrogations émergeaient dans ma tête, mais je préférais ne rien dire pour le moment, restant plutôt calme et attentif.

Le Genin me reprit par la suite en me confiant qu’il se prénommait Shingen, son nom de famille étant Hosokawa. Il précisa qu’il s’agissait du nom de son père, ce qui me poussait naturellement à connaître celui de sa mère, peut-être que ça me sera plus familier, qui sait. Je le laissais néanmoins poursuivre son monologue sans l’interrompre. C’était alors qu’il me confia n’avoir aucun souvenir de ce qui s’était passé après la bataille contre le Shogun, ce qui ne me paraissait pas étonnant, surtout compte tenu de l’état dans lequel nous les avions retrouvés.

« Et si tu devais prendre celui de ta mère ? » Fis-je, en revenant sur le début de son monologue. « Moi c’est Musashi, Han Musashi, enchanté de faire ta connaissance. » Poursuivis-je, en lui tendant la main pour l’aider à se relever.

Il hésita un instant puis finit par prendre ma main pour se relever. Je lui tendis alors son arme avant de la laisser reprendre son monologue. Il déclara alors que depuis son retour de Tetsu, il était comme un Kumojin. Si mon visage demeurait relativement neutre, je ne m’interrogeais pas moins pour comprendre le sens de sa phrase. Cela ne pouvait que signifier trois choses à mes yeux, mais je préférais ne pas réagir dessus, du moins pas tout de suite, j’étais en effet persuadé d’en saisir le véritable sens au file de notre conversation.

Enfin, Shingen accepta ma proposition d’entraînement, qui devrait normalement lui faire du bien, en effet, cela devrait l’aider à évacuer toute la colère qu’il accumulé. Je n’étais absolument pas contre le fait qu’il la décharge sur moi, pas le moins du monde.

« Shogun-infirmière, tu viens de graver une drôle d’image dans mon esprit, haha. » Finis-je par répliquer, souriant et riant pour la première fois.

Je venais en quelque sorte de balayer sa petite provocation, faisant comme si elle n’avait jamais eu lieu. Après quoi, je m’emparais de mon arme en bois, puis je mis un peu de distance entre nous avant de lui faire signe d’attaquer.

« C’est quand tu veux, sache simplement que je ne vais pas te ménager, malgré tes blessures. » Lâchai-je, d’un léger sourire.

C’était alors qu’il bondit sur moi, lançant une frappe diagonale arrivant de la droite vers la gauche. Je réagis rapidement en pivotant légèrement sur le côté gauche avant de réceptionner son coup avec mon arme et de le dévier subitement vers la droite. Je profitais alors du laps du temps durant lequel il devrait perdre son équilibre pour le frapper d’un coup sec au niveau du poignet, cherchant ainsi à le désarmer.

« Quand on a rejoint votre champ-de-bataille, on vous a retrouvez, Aimi et toi, inconscients, Hisa... morte... et les autres tenaient à peine sur leurs jambes. Les soldats « ennemis » survivants avaient pris la tangente, tout comme leur leader, le Shogun… » Lâchai-je, durant le temps qu’il ramasse son arme ou qu’il contre-attaque.


Spoiler:
 


_________________
Un simple échange de coup [Han Musashi] D89k
Un simple échange de coup [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hosokawa Shingen
Hosokawa ShingenEn ligne

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Mer 25 Déc 2019 - 1:36
J’avais volontairement décidé de ne pas lui donner le nom de ma mère dans l’immédiat, il devait mériter cette information. Si je le jugeais assez digne d’avoir cette information, alors j’allais la lui donner volontairement et si non, ma foi, il allait pouvoir faire un tour à Tetsu pour voir si j’y étais. Je devais admettre que je n’avais pas vraiment envie d’être relié au clan Nagamasa, on ne pouvait pas dire qu’il brillait par ses hauts faits, juste par ses échecs toujours plus important. La chose en devenait presque triste, mais juste presque…

Dans tout les cas, le combat avait bel et bien débuté, bien que l’on ne pouvait pas dire que j’étais une grande menace. En réalité, je faisais pitié dans mon état actuel. Au moins je pouvais juger son niveau : S’il galérait contre moi malgré mon état, il était une sous-merde au kenjutsu et s’il se débrouillait bien… Félicitation, tu sais tenir contre un samouraï encore blessé et affaibli !
Ma simple attaque n’avait rien d’exceptionnelle et il s’en défendit sans grande difficulté, il la dévia sur le côté. La chose me déstabilisa légèrement, mais nullement au point de tomber non plus. Après tout, il fallait un peu plus que ça pour me mettre complètement à mal.


La suite fut plus délicate car même si j’avais vue l’attaque arriver, je n’avais pas vraiment quoi que se soit pour riposter. Trop lent ? Qui sait, le coup toucha de plein fouet le poignet et même si je tentais tant bien que mal de garder ma main fermée, on ne pouvait s’opposer aux lois de son corps. Je ne pouvais que lâcher l’arme au sol, lâchant un long soupire de frustration, marmonnant pour moi-même un « Putain de corps... ».

Le combat était à l’arrêt pour le temps que je récupère mon arme, faisant tourner mon douloureux poignet. La chose faisait mal, mais n’était pas réellement un soucis à endurer pour moi. Il profita de ce moment pour reprendre la discussion.


J’imagine que Hisa n’avait pas les moyens de se défendre contre le Shogun. C’est assez amusant que moi j’ai réussi à y survivre d’une façon ou d’une autre seul, mais la grande Hisa non… Mais tant mieux, je n'avais pas envie de mourir dans une bataille aussi ridicule...

Disais-je avant de hausser les épaules. Je ne comptais ni pleurer sur sa mort ni cracher dessus. Les choses étaient tel qu’elles étaient. J’avais survécu et elle était morte, son rêve de shogun s’était éteint aussi vite qu’il s’était allumé et pour ce qui de moi, ma foi, qui sait, j’allais peut-être pouvoir envisager de prendre le trône de Tetsu. On ne pouvait pas dire que les candidats digne de ce nom se bousculait à Tetsu et il fallait craindre une future guerre civile.

Et le nom de ma mère est Nagamasa…

Disais-je purement et simplement, visiblement guère très heureux à l’annoncer mais il avait montré un niveau, disons, satisfaisant dans le kenjutsu. Du moins, assez pour que j’estime qu’il mérite l’information.

Ceci dit, quand on envoi des gens sur un champ de bataille en équipe, il serait bien de dire que c’est chacun pour sa gueule. Cela évite les mauvaises surprises en pensant que l'on est là pour travailler en équipe pour se rendre compte que... non, chacun fait son truc dans son coin et on espère que ça passe plus ou moins.

Pendant que je parlais, je me remis en position, lui laissant ainsi le temps de se préparer de nouveau. Je savais que je n’allais pas pouvoir le surprendre par des attaques particulièrement précises et je n’allais pas pouvoir m’éterniser dans ce combat alors que faire ? Il fallait ruser un peu et le piéger, dans un combat il fallait se montrer impitoyable et forcer l’adversaire à faire ce que l’on voulait, même si cela consistait à lui donner le sentiment d’être au-dessus de soi, lui donner la fausse assurance qu'il était supérieur.

Lorsque j’avais fini de parler, j’inspirais et expirais calmement, essayant de garder une certaine sérénité. La chose n’était pas simple, je pouvais ressentir une certaine rage en moi mais je devais la laisser de côté pour l'heure. Ainsi donc, sans attendre, je lançais une première attaque, verticale en sa direction. Elle n’était pas l’élément le plus important de mon plan, juste le début un enchaînement plus important. Lorsque cette attaque verticale avait été exécutée, je ne laissais pas de temps de répit à mon adversaire, je donnais un simple coup de pied contre la partie intérieure de son genou gauche, non pas pour le blesser mais bien pour le déstabiliser, ne serait-ce qu’un tout petit peu. Je n’attendais pas de miracles pour un tel coup, il devait juste avoir son petit effet de surprise et d’étonnement. Une seconde d’inattention pouvait largement suffire pour ne plus être en mesure de se défendre contre la suite et c'est ce que je recherchais.

Je mis ensuite mon bokken et je lançais une rapide et violente attaque d’estoc en direction de son poignet droit. La chose allait être particulièrement douloureux pour lui, mais il allait pouvoir survivre. Si j’avais un katana, la chose aurait été une toute autre histoire mais personne ne voulait se ménager ici, n’est-ce pas ? Nous n’étions pas des petites fiottes, craintives de la douleur. Non, nous étions de vrais combattants et la douleur est notre meilleur professeur….

J’espère que tu ne m’en veux pas, ce n’est pas dans ma nature d’y aller doucement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7258-hosokawa-shingen-fini http://www.ascentofshinobi.com/t7292-hosokawa-shingen-carnet#61187
Han Musashi
Han Musashi

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Ven 27 Déc 2019 - 21:04
Un simple échange de coup [Han Musashi] Iwa15
Un simple échange de coups


En le voyant aussi peu enclin à me confier le nom de sa mère, je n’insistais pas plus longtemps, me disant qu’il devait probablement avoir ses raisons. Je mis donc ma curiosité de côté pour me préparer au duel qui se profilait.

Dans son état actuel, je me disais qu’il avait vraiment peu de chance de me causer de problème, je m’efforçais néanmoins de prendre le duel au sérieux, rien que par respect pour lui, et je veillai à ne pas trop le sous-estimer, car je n’étais à l’abri de surprise. Je n’oubliai pas non plus que je ne faisais que débuter dans l’art du maniement d’épée, j’étais donc encore un grand débutant, même si cela ne se voyait pas forcément au premier coup d’œil.

C’était donc en ayant tout cela en tête que j’entamais le duel, laissant Shingen porter le premier coup que je déviai sans grande difficulté. Le déséquilibre que cela généra me permis alors de le frapper au poignet, bien aidé par sa faible condition physique, lui faisant ainsi perdre son katana. Je lui laissai le temps de le ramasser, sans me moquer ou le juger d’une quelconque manière, tout en lui apprenant dans quel état on les avait trouvés après leur combat contre le Shogun.

L’épéiste assimila mes paroles avant de me répondre d’une manière qui me fit légèrement hausser les sourcils. Ses propos me semblaient en effet imprégnés de beaucoup d’ironies, ce qui ne me paraissait pas être tout à fait approprié compte tenu du sujet. Je ne dis cependant aucun mot, le laissant ainsi reprendre son monologue, l’air curieux. C’était alors qu’il m’annonça que le nom de sa mère était « Nagamasa », et le ton qu’il employa me permit de mieux saisir la façon dont il avait parlé de la défunte Hisa. Je n’étais pas certain d’être dans le vrai, mais je restais persuadé que je parviendrai à y voir plus clair au file de cette conversation.

« Je vois… Etonnement, tu ne sembles pas les porter dans ton cœur, mais bon tu dois probablement avoir tes raisons. » Fis-je, en agitant mon arme par pur réflexe.

J’arrivai désormais à mieux comprendre sa frustration, même si je m’étonnais d’entendre certains propos sortir de sa bouche, notamment certaines accusations qui ne me paraissaient vraiment surprenantes. Et s’il exagérait ?

« Etonnement, je n’ai pas eu ce soucis dans mon équipe, ni durant la guerre à Tetsu ni durant les événements qui le précédèrent. Ton équipe était composée d’Aimi, Hisa et Tsuyoshi, tous des shinobis confirmés et talentueux. Je m’étonne donc d’entendre ces mots de ta bouche, mais si tu dis vrai, chose qui serait encore une fois vraiment étonnante, c’est alors peut-être cela qui explique la mort d’Hisa, la fuite du Shogun, et l’état dans lequel nous avons retrouvé… » Fis-je, d’un air songeur. Et s’il disait vrai ?

C’était éventuellement une possibilité. Cela dit, je restais convaincu qu’Aimi et Tsuyoshi n’étaient pas du genre solitaire, et encore moins du genre à ignorer un de leur camarade dans un champ-de-bataille…

Quoi qu’il en fût, je reculais de deux pas avant de me mettre en garde pour reprendre notre duel. Je l’observais attentivement, tout en réfléchissant à ce qu’il allait pouvoir bien me sortir. Car, retenter la même technique que tout à l’heure, sans aucun stratégie, reviendrait à essuyer un deuxième désarmement. Il ne s’y risquerait pas, il était plus intelligent que ça, j’en étais persuadé.

Arriva alors sa première frappe verticale, elle était bien trop prévisible et je n’eus donc aucun mal à le parer de mon arme. Cependant, au moment où je m’apprêtais à la dévier, en cherchant notamment à le déstabiliser, Shingen se montra particulièrement rusé, en tant notamment un coup de pied au genou qui finit par me déstabiliser. Je n’y attendais absolument pas, chose qui ne fit que faciliter son coup d’estoc qui manqua de peu de me briser le poignet. La douleur fut telle que je me je fus incapable de garder mon arme, me faisant donc désarmement à mon tour, quelle ironie.

« Pour un blessé tu frappes plutôt fort dis donc… » Fis-je, en grimaçant. « Cela ne me dérange, au contraire… » Poursuivis-je, d’un léger sourire, en ramassant mon arme. « J’arrive ! » Conclus-je, en le chargeant.

Je lui portais alors deux coups de bokken successifs, une première frappe horizontale de gauche à droite, malgré la vive douleur au poignet, et la seconde étant une frappe diagonale de droite à gauche. Je poursuivis avec un coup de pied au niveau du foie, voulant lui montrer que je pourrais aussi le surprendre et que je serai sans pitié malgré ses blessures. Enfin, je conclus mon enchaînement en sursautant en arrière, attendant de voir sa contre-offensive.

« Donne tout ce que tu as ! » Conclus-je, en le poussant à accélérer le duel. J’avais beaucoup de questions à lui poser…

Spoiler:
 


_________________
Un simple échange de coup [Han Musashi] D89k
Un simple échange de coup [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hosokawa Shingen
Hosokawa ShingenEn ligne

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Sam 28 Déc 2019 - 1:26
Doutait-il de mes paroles ? Qui sait et sincèrement, je m’en foutais un peu. Son avis ne comptait pas à la fin du jour, je savais ce qu’était la situation et la chose me convenait parfaitement. Je pouvais comprendre que l’on ne me croyait pas ou que l’on ne me faisait pas confiance, après tout, j’étais considéré comme un genin et tetsujin n’est-ce pas ? Mais chacun exploitait l’autre à sa façon. J’espérais qu’Iwa m’offre la gloire et Iwa avait besoin d’un combattant.

Peut-être que cet homme était trop naïf et il pensait que tout le monde se souciait de tout le monde comme dans un vieux roman dans lequel la force de l’amitié allait sauver le monde. La réalité était que l’amitié n’allait sauver personne ! Il avait toujours une différence entre la théorie et la pratique, une personne pouvait dire beaucoup de choses mais dans une bataille, combien de gens allaient se soucier des autres quand on galérait à survivre de son côté ? Exactement, personne. Il était naturel pour un Homme de priorisé sa propre survie, notre instinct nous le dictait, sauf si on était un samouraï digne de ce nom. Il fallait toujours être prêt à mourir, ne jamais s’agripper à la vie comme un parasite tient à sa victime dans l’espoir de survivre et dans quel genre était donc cet homme ?

Mon petit stratagème avait montré son efficacité, il m’avait sous-estimé et il en avait payé le prix. Son poignée n’était pas cassé, mais c’était certain qu’il avait sacrément souffert du coup. Ironie de la chose, il avait même fini désarmé pour l’occasion. J’affichais un léger sourire en coin à son commentaire, pensait-il qu’il avait à faire à un faible ? Je n’avais pas pour habitude d’y aller de main morte dans un combat.


Ce n’est pas en se faisant des câlins que l’on devient plus fort…

Un petit sourire amusé s’affichait sur mes lèvres alors que j’étais en garde devant lui. Il me chargeait en enchaînant avec quelques attaques. La première était horizontale que je déviais tout en reculant d’un pas. Il enchaîna immédiatement avec une attaque diagonale, ce vil petit chenapan voulait accélérer le rythme du duel ! Je n’avais pas pour habitude de devoir dévier ou parer autant d’attaques d’affiler, mais je n’avais pas vraiment le choix. Bon, si j’avais le choix mais je ne me voyais pas encore encaisser les coups en cet instant. Je parais donc cette seconde attaque de mon arme, mais c’était sans compter à son vicieux coup de pied. Il apprenait, c’était bien mais il allait vite apprendre que je ne faisais pas dans le douceur.

Un large sourire se dessinait sur mes lèvres, visiblement le combat me plaisait. Je bougeais alors mon bras armé en direction de son coup de pied comme si je voulais parer, mais ce n’était pas ce que je désirais faire. L’occasion était rêvée pour pour lui porter un autre coup en ouvrant une nouvelle ouverture. Le coup de pied me toucha de plein fouet, le souffle coupé pour un court instant mais cela n’allait pas m’arrêter dans mon élan. Je donnais un violent coup de pommeau en direction de son genou. Le coup allait probablement faire mal, mais sans plus. Contrairement à mon attaque d’estoc contre son poignet, ce coup n’était pas aussi violent, très loin de ça mais cela allait lui faire comprendre de toujours bien réfléchir à chaque coup que l’on pouvait donner. Chaque chose que l’on faisait pouvait être utilisé par son adversaire contre nous.

Je le laissais reculer en ricanant légèrement.


Quand une ouverture ne se présente pas à toi alors crée la toi-même !

Disais-je avant de concentrer du chakra dans mes pieds pour le charger de pleine vitesse, je feintais diagonale vers le bas pour le forcer à parer ou dévier mon attaque, mais j’avais prévu une autre surprise pour lui. Plutôt que de lancer cette frappe, j’utilisais la vitesse de ma charge et mon épaule pour le bousculer. A n’en pas douter qu’il n’allait pas s’attendre à ce coup contre sa personne, mais s’il pensait que j’allais me contenter de le bousculer comme un vulgaire sac à patates, il se trompait. J’allais le transformer en petite fritte !

Ainsi donc, une fois la vulgaire bousculade faites, je lançais sans retenue et sans grande gêne une frappe horizontale en sa direction. Allait-il pouvoir se protéger ou était-il trop déstabilisé pour pouvoir se défendre ? J’allais bien rapidement le voir, mais il voulait que je donne tout et je le faisais !


Un peu plus de vigueur !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7258-hosokawa-shingen-fini http://www.ascentofshinobi.com/t7292-hosokawa-shingen-carnet#61187
Han Musashi
Han Musashi

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Dim 29 Déc 2019 - 22:20
Un simple échange de coup [Han Musashi] Iwa15
Un simple échange de coup


Les propos de Shingen me trottaient encore dans la tête, m’invitant notamment à me poser un certain nombre de questions pour le moins légitime. Ces petites réflexions me permettaient aussi d’une certaine manière de ne pas prêter attention à la vive douleur qu’il m’avait infligé au poignet. D’ailleurs, la partie sur laquelle il m’avait frappé était tout enflée, chose dont on adversaire pouvait clairement constater. Si je n’avais pas toujours su faire face à la douleur, il fallait néanmoins souligner que j’avais fait des progrès fulgurants ces derniers mois. Mes multiples entraînements avec souvent des adeptes en Taijutsu y étaient sûrement pour beaucoup, certains d’entre eux m’avaient même conduit plusieurs fois à l’hôpital, entre en effet jambe cassé, des côtes fracturés, et j’en passais. Et dire qu’il y avait de cela quelques mois, il aurait suffi d’une simple coup de béquille pour avoir raison de ma personne.

Quoi qu’il en fût, la petite pique de Shingen me fit légèrement sourire, il adorait visiblement ce genre de repartie, démontrant notamment qu’il n’était pas tout à fait comme les samouraïs que j’avais connu jusqu’à présent. Ceci dit, je ne prenais aucune de ses remarques personnellement, puisque je ne me sentais pas directement visé, quand même ce serait son intention. Alors que j’étais tenté de répliquer par une petite pique à mon tour, je me ravisai, décidant de ne pas m’abaisser à son niveau, quand bien même ça aurait amusant de voir sa réaction ; puis, disons je me disais que si le pauvre s'exprimait ainsi, c'était aussi pour dissimuler quelque chose, ou du moins pour palier à un manque, que qu'il fût... Ce qui me poussait d'ailleurs davantage à vouloir le comprendre, mais chaque chose en son temps...

Je le chargeai donc sans plus tarder, lui portant ainsi une première frappe horizontale qu’il devait sans trop de problème. J’enchaînai aussi tôt avec une deuxième frappe diagonale, accélérant par ailleurs le rythme de notre duel, pour voir s’il allait tenir longtemps malgré sa condition physique. Il n’éprouva cependant pas de difficulté à parer ma deuxième tentative, avant d’encaisser de plein fouet mon coup de pied. Tenant fermement mon arme dans ma main droite, malgré la douleur, je me demandais pourquoi il n’avait pas paré cette tentative pour le moins prévisible avant de réaliser sa contre-attaque pour la moins vicieuse. Tandis que son pommeau s’apprêtait à me frapper au genou, mon arme vint le stopper à temps, avant de chercher à le désarmer d’un vif mouvement prenant la forme d’un demi-cercle, visant à projeter sa arme au loin.

Alors que je reculais immédiatement, le Nagamasa ricana avant de me confier que lorsque aucune ouverture ne se présentait à nous, il fallait savoir se le créer par soi-même. J’étais entièrement d’accord avec lui, et d'ailleurs à une fraction de seconde prêt, il m’aurait bien eu. Cependant, à peine tentais-je de reprendre mon souffle que le voilà en train de me charger telle une bête sauvage. Il feinta alors de me frapper, mais étant donné que j’attendis vraiment le dernier moment pour éventuellement parer sa frappe, je ne tombais pas dans son piège, voyant ainsi clairement dans son jeu.

Alors que j’attendais sa véritable offensive, il me surprit soudainement en me bousculant en arrière, je ne pus le voir venir, il était décidément plein de ressources. Alors que je tombais vers l’arrière, le bougre conclut son enchaînement en tentant de me porter un coup horizontale dont j’avais peu de chance de m’en défendre correctement. Sourire aux lèvres, je levais d’abord brusquement une jambe, avec laquelle j’effectuais un petit arc-de-cercle, basculant ainsi tout le poids de mon corps sur l’autre, de sorte à tomber sur un côté. C’était ainsi je pus me mettre dans le champ de vision de sa technique, parant de justesse son arme, sur lequel je pris ironiquement appuis pour me basculer de l'autre côté, retrouvant ainsi mon équilibre. Je l’avais échappé bel, c’était le moins qu’on puisse.

A peine me remis-je sur pied que je chargeai à sa droite, profitant de notre proximité pour un effet de surprise optimal, le frappant alors de mon arme que je tenais de mes deux mains sur la nuque. Ne perdant pas un instant, je tentais un petit coup de pied au niveau du tibias avant de pivoter pour le frapper d’un coup surpuissant derrière les genoux. Allait-il et pourrait-il esquiver malgré une charge réalisé à cette distance ? Saurait-il s’en sortir face à cette « triple » attaques malgré sa condition physique ?


Spoiler:
 


_________________
Un simple échange de coup [Han Musashi] D89k
Un simple échange de coup [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hosokawa Shingen
Hosokawa ShingenEn ligne

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Dim 29 Déc 2019 - 22:28
Mon adversaire de fortune n’était pas mauvais et cela pouvait expliquer pourquoi il semblait s’en être si bien sorti à Tetsu ! Peut-être qu’il avait aussi affronté un mauvais adversaire, allez savoir ! En tout cas à ma contre attaque avec le pommeau fut facilement contrée de sa part et comme on pouvait s’y attendre, il tentait de nouveau de me désarmer honteusement. Même s’il avait réussi la première fois, je parvins à repousser cette misérable tentative. Il était rapidement claire que cette tentative n’était pas l’élément le plus important, c’était tout au mieux un petit bonus alors qu’il reculait.

La suite avait bien fonctionné comme je l’entendais, même si la feinte ne semblait plus fonctionner sur lui. Savait-il que s’était une feinte ou attendait-il juste pour voir ce qui allait être fait exactement ? Je n’étais pas totalement certain, mais cela n’avait guère d’importance car il ne s’attendait qu’à une seule chose : Une frappe de mon bokken. Je ne comptais pas lui offrir ce qu’il désirait car ce qu’il allait recevoir n’était rien d’autre qu’un coup d’épaule qu’il encaissait pleinement. La frappe qui en suivait devait achever la chose, mais je n’avais pas compté son agilité remarquable pour pouvoir s’en sortir.

Il parvint d’une façon ou d’une autre à pivoter pour parer de justesse le coup que je voulais lui offrir avec beaucoup d’amour, certes un amour vache mais tout de même ! J’étais au moins soulagé qu’il était un minimum compétent au combat au kenjutsu, c’était plutôt rassurant d’une certaine façon. Il ne comptait pas en rester à ça et sa contre attaque n’allait pas tarder. Il me chargeait rapidement, la distance rendait la chose particulièrement délicate à suivre. Il lançait une attaque en direction de ma nuque, mes choix étaient limités pour contrer une telle chose. Mon corps était encore bien trop lent alors je ne pouvais que tenter une parade. Je concentrais du chakra dans mon bokken pour en renforcer la résistance alors que je fis un court et rapide mouvement pour bloquer l’attaque, chose que je parvins à faire… Mais pas totalement.

Je n’avais probablement pas mis assez de force dans cela, privilégiant la vitesse pour y être à temps. Ainsi donc, même si j’avais réussi à ralentir et amortir son coup, je me fis toucher à la nuque. Le coup était douloureux, mais il ne l’était pas autant que si je l’avais encaissé de plein fouet. La chose me désorienta un peu, assez pour ne pas pouvoir me protéger des autres attaques. D’abord il me donna un bon coup de pied au tibias avant d’enchaîner avec une attaque contre mon genou. Je savais que je n’allais pas pouvoir être assez rapide pour m’en défendre alors tant pis, il fallait penser à la suite pour l’empêcher de pouvoir exploiter pleinement cet avantage.

La douleur se répandait dans mon genou alors qu’il se pliait naturellement sans que je ne puisse faire quoi que se soit contre, mais je savais que cela allait arriver. Alors que je tombais sur mon genou au sol, j’enchaînais immédiatement avec une frappe en direction de son pied et ce pour le forcer à reculer.

En enchaînant dans un mouvement fluide, je me relevais et ramenais mon arme au dessus de moi pour une attaque verticale, mais l’attaque n’allait pas être quelque chose de classique. Cette fois-ci j’allais lui offrir une petite surprise car nous étions ici pour être sérieux, n’est-ce pas ? Je concentrais du chakra neutre dans l’arme avant de frapper verticalement en direction du blond, tirant une lame de chakra neutre en sa direction. J’espérais qu’il allait tenter de parer la frappe pour voir son bokken se faire découper par cette lame.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7258-hosokawa-shingen-fini http://www.ascentofshinobi.com/t7292-hosokawa-shingen-carnet#61187
Han Musashi
Han Musashi

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Dim 29 Déc 2019 - 23:34
Un simple échange de coup [Han Musashi] Iwa15
Un simple échange de coup


Pris de vitesse, Shingen se retrouva très vite dépassé, et ce malgré tous ses efforts pour parer ma première technique. S’il était parvenu en partie à la parer, cela ne m’empêcha guère de l’atteindre. J’enchaînai aussitôt avec un petit coup de pied au tibias, face auquel il ne put rien faire, puisque il devait déjà tenter de se remettre de ma première frappe. Je conclus alors mon enchaînement avec une dernière frappe derrière ses genoux, prenant ainsi pour la première fois l’avantage. Cependant, contrairement à ce qu’on pourrait penser, mon visage demeurait neutre, n’affichant aucune satisfaction, malgré la réussite de ces enchaînements.

Il ne faisait, en effet, aucun doute pour ma personne que le Semi-Nagamasa aurait pu déjouer le moindre de mes coups, s’il avait été dans une meilleure forme. Le simple fait de le regarder me permettait d’affirmer cela avec beaucoup de certitude. Puis, pour une personne encore en convalescence, il suffisait de se référer à tout ce qu’il avait pu démontrer jusqu’à présent, malgré sa condition physique, pour se rendre compte de cette évidence.

Quoi qu’il en fût, il se retrouva à genou, mais visiblement toujours aussi déterminé de poursuivre ce duel. Sourire aux lèvres, je bondis en arrière pour éviter sa tentative désespéré – ou calculé - avant de l’observer, curieux de voir ce qu’il me réservait. Les simples frappes étaient peu efficaces et il devait probablement s’en être rendu compte. Ainsi, il ne lui restait pas beaucoup de solutions, il devait attaquer d’une autre manière, d’une façon dont je ne m’atteindrais pas, c’était la seule solution pour qu’il me surprenne et reprenne l’ascendant sur moi.

Ainsi, lorsque je le vis se relever, je me mis immédiatement sur mes gardes, plaçant mon bokken devant moi pour éventuellement me protéger d’une attaque physique. La position de son corps et de son arme laissait clairement présager une offensive physique, une nouvelle fois. Cependant, quelle ne fut pas ma surprise, lorsque je vis du chakra neutre se former autour de son arme, un peu à l’image de ce qu’il avait fait quelques instants auparavant pour amortir le choc de ma frappe. Alors que cela devrait normalement me mettre la puce à l’oreille, un peu à l’image de ce que Hisa avait déjà fait contre moi, quelques mois auparavant, ou encore à l’image des croissants de futon qu’Aimi avait l’habitude de me lancer, je fis comme si de rien était, restant sur place, pour accueillir son offensive un trop plein de confiance.

Déterminé à prendre l’ascendant, ou du moins tenter de me contrarier un minimum, malgré sa condition physique, Shingen lança immédiatement sa technique, faisant ainsi jaillir une lame de chakra neutre qui menaçait de me frapper de plein fouet. Je pensais d’abord pouvoir la parer avec mon arme avant de me raviser au dernier moment, encaissant ainsi de plein fouet son attaque, malgré ma tentative désespéré d’esquive qui arriva bien assez tard. Sa technique me brûla en partie le bras, l’épaule, ainsi qu’une partie de mon torse et du ventre. La douleur fut vive sur le moment, me faisant ainsi grimacer, même si je tentais de serrer les dents pour en faire abstraction. Ma veste se retrouva quant à elle en partie déchiqueter, laissant une partie de ma peau visible, tandis le mon pommeau de mon katana, jusqu’à lors dissimuler par ma veste, se montrait enfin à mon adversaire du jour.

Je réalisai sans plus tarder une rapide série de mudra, malgré les dégâts qu’il venait de m’infliger, malgré la douleur, en vue de profiter - mais paradoxalement aussi de l'aider à travailler son point faible - à savoir le fait qu’il ne sache pas correctement dévier ou parer une frappe de la même puissance que celle que j’avais réalisé tout à l’heure. Je générai ainsi de la poussière cristalline pour m’obstruer sa vue avant de le charger immédiatement. Une fois en face de lui, je tentais d’abord de lui porter 3 simples frappes avant de conclure par une impressionnante frappe verticale du bas vers le haut, visant clairement son menton.

« Si t’es incapable de mettre la force nécessaire, alors il te suffit de priver ma technique de sa force ! » L’alertai-je, une fraction de seconde avant de réaliser ma dernière frappe.

Il devait probablement avoir une idée de quoi je parlais, puisque je lui avais moi-même fait la démonstration au début de notre échange… Sinon, et bien… Il allait morfler.


Spoiler:
 

_________________
Un simple échange de coup [Han Musashi] D89k
Un simple échange de coup [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hosokawa Shingen
Hosokawa ShingenEn ligne

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Lun 30 Déc 2019 - 1:27
Il semblait prendre confiance en ses capacités ou me sous-estimait-il ? Dans tout les cas, les choses commençaient à aller comme je le pensais et ce n’était pas pour me déplaire. Il avait débuté par une esquive pour éviter mon coup, c’était bien comme je l'espérais. Il avait pris un peu de distance, assez pour me permettre de me relever et de mettre en action la suite de mon plan. j’ignorais la douleur et la fatigue de mon corps, ce n’était pas le moment de me laisser abattre par ce genre de futilités. J’étais le maître de ce corps et il allait m’obéir comme un bon serviteur, pour l’heure je voulais continuer le combat.

Ma lame de chakra partie en sa direction, mais il ne semblait pas beaucoup bouger. Pensait-il réellement pouvoir l’arrêter ou était-ce autre chose ? S’il ne me prenait pas au sérieux, il allait très vite se rendre compte de l’erreur de calcul. Je n’avais guère compris sa logique, il tentait d’esquiver mon attaque au dernier instant ; voulait-il me surprendre de la sorte ? Pensait-il pouvoir parer l’attaque, mais s’était rendu compte de l’idiotie de la chose ? Je ne pouvais le dire avec certitude, mais dans tout les cas, sa décision était mauvaise. Il encaissa de plein fouet ma lame de chakra. Malheureusement pour moi, elle n’était pas assez puissante non plus. Je ne pouvais m’empêcher d’afficher un petit sourire en coin, satisfait de la chose.

Je n’avais pas vraiment le temps de me réjouir de ce petit succès puisqu’il composa une série de mudras. Je plissais les yeux, essayant de garder le contrôle de ma respiration pourtant rapide sous la fatigue. Je me préparais à devoir contrer une quelconque technique de ninjutsu que je n’allais, de toute façon, pas pouvoir empêcher à ce stade. Fort heureusement ce qu’il avait préparé n’était rien de bien méchant , je m’attendais à bien pire. Peut-être que Tetsu m’avait préparé à m’attendre aux pires choses possibles, mais il se contenta de jouer avec des paillettes, assez pour m’aveugler momentanément.


Raah ! Sale princesse ! Arrête de jouer avec des paillettes !

Disais-je, d’une part agacé et d’autre part pour le provoquer un peu pour la même occasion. Je ne pouvais pas nier que ce coup était plutôt bien trouvé. L’effet ne durait pas longtemps et c’était tant mieux car sinon je me serais retrouvé dans une situation plus que délicate. Je n’avais pas le temps de me reposer ou de réellement retrouver une vue bien claire qu’il me chargeait déjà comme une princesse à la chevelure dorée volant au gré du vent. Il enchaînait avec une série de quelques frappes que je tentais de parer tant bien que mal avec quelques mouvements brusques et rapides. Pendant que je parais ses attaques, je profitais pour reculer et ce pour éviter qu’il ne me colle de trop. Non pas que le combat rapproché me dérangeait, mais je n’étais pas là pour faire un câlin non plus.

Je clignais rapidement des yeux question de retrouver une vue plus claire alors qu’il terminait par une dernière et ultime frappe en direction de mon menton. Avant qu’il ne lance cette attaque, il m’avait même donné un conseil. Je n’étais pas totalement idiot non plus et je connaissais l’utilité d’une déviation bien placée ! Je penchais ma tête vers l’arrière par réflexe tout en utilisant mon arme pour dévier rapidement le coup plus loin, la pointe de son bokken aurait certainement découpé quelques poils du menton s’ils étaient présents. J’avais réussi cela et maintenant était venu le moment de contre-attaquer.

Bien entendu, il avait toujours une différence entre sa volonté propre et les capacités de notre propre corps. Je pouvais désirer les choses que je voulais, le corps allait toujours finir par m’imposer ses limites et ses envies. Ainsi donc, mon bokken s’envolait plus loin dans mon mouvement de déviation, je n’avais plus la force de même le tenir. Je ne réalisais pas immédiatement la chose et alors que je voulais enchaîner par une contre-attaque horizontale en sa direction, je le fis dans le vide sans arme en main. Dans le même temps je tombais en avant, réalisant à ce moment précis que mon corps avait atteint ses limites et qu’il ne désirait plus continuer cet entraînement.

Ainsi donc, comme un chien, je finissais à quatre pattes au sol. J’étais épuisé et j’avais atteint ma misérable limite, ou du moins c’est ainsi que je voyais la chose. Je me laissais alors tomber sur le dos pour me reposer, faisant au passage l’étoile de mer, à défaut de pouvoir faire un ange dans la neige.


Fait chier…. Putain de corps…

Disais-je pour moi-même, essoufflé et visiblement à bout, même si je ne voulais pas réellement admettre la chose. Je restais silencieux pour quelques secondes, profitant de cet instant pour me reposer un peu. C’est également à ce moment là que je pouvais ressentir les douleurs enlacer tout mon corps, j’en avais visiblement trop fait… Et je sentais que je n’allais plus pouvoir faire grand-chose pour quelques temps.


En tout cas tu te débrouilles bien avec un katana… Pour un Shinobi…


Je le regardais, affichant un petit sourire taquin pour l’occasion. Je ne pouvais pas nier qu’il était bon au kenjutsu, du moins du peu que j’avais vue.

Et au moins je saurais qui blâmer si le médecin m’engueule parce que je ne me suis pas reposé…

Je ne pouvais m’empêcher de lâcher un petit rire pour l’occasion, au moins la chose m’avait quelque peu défoulé et amusé. Il était rare de trouver un adversaire qui savait tenir dans un tel combat sans qu’il ne soit une petite fiotte peureuse d’avoir un peu mal. Et j’espérais pour lui que je ne lui avais pas cassé un os au passage, bien qu’il pouvait avoir pire comme blessure. Il pouvait s’estimer heureux que je n’avais pas un katana, mais qu’un simple bokken.
Je passais ma main sur ma nuque, laissant mon regard parcourir le ciel, le temps était clément avec nous aujourd’hui, c’était plutôt sympas de sa part.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7258-hosokawa-shingen-fini http://www.ascentofshinobi.com/t7292-hosokawa-shingen-carnet#61187
Han Musashi
Han Musashi

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Lun 30 Déc 2019 - 21:51
Un simple échange de coup [Han Musashi] Iwa15
Un simple échange de coup


Sacrée technique. S’il pouvait balancer du chakra aussi facilement dans cet état, je n’osais même pas imaginer ce dont il pouvait être capable lorsqu’il était au meilleur de sa forme.

Serrant les dents, malgré la vive douleur générée par les brûlures qu’il m’avait infligée, je répliquai immédiatement à mon tour, non pas pour spécialement me venger, mais plutôt pour l’aider à perfectionner sa défense. Et aussi disons pour conclure ce duel. Pour ce faire, je matérialisai tout d’abord de la poussière cristalline pour obstruer sa vue, car il fallait bien commencer par le mettre dans une situation inconfortable, sans quoi ce serait forcément beaucoup plus facile pour lui, avant de le charger dans la foulée, bokken en main.

Son agacement et ses commentaires au sujet de ma technique me fit décocher un sourire des plus amusés, tandis que je le frappais à trois reprises avec mon arme pour jauger sa réactivité, mais aussi pour pouvoir mieux frapper derrière. Tandis qu’il reculait en parant mes coups, n’appréciant visiblement pas un échange de coup aussi rapproché, je persistais en avançant vers lui, l’avertissant d’abord de mon intention avant de lui porter ma dernière frappe visant clairement son menton.

Il avait tout intérêt à la parer ou la dévier, d’une façon ou d’une autre, sans quoi je ne lui donnais pas cher de sa peau, plutôt de sa mâchoire ? Peu importait. Déjà qu’il n’était pas au meilleur de sa forme, il avait tout intérêt à trouver un moyen de ne pas aggraver son état.

Sentant visiblement le danger qui le guettait, Shingen se montra pour le moins réactif, en basculant d’abord sa tête vers l’arrière avant de dévier ma frappe, qui manqua vraiment de peu de le toucher. Sourire aux lèvres, je m’arrêtai dans mon élan, tandis qu’il chercha à répliquer avec une frappe horizontale, ironiquement avec l’arme qu’il n’avait plus en main. C’était amusant de le voir aussi impliqué, aussi déterminé, mais à un moment vous avez beau vouloir continuer, si votre corps s’y refusait, vous ne pourrez tout simplement rien faire. Et c’était ce qui s’était produit avec Shingen, qui, malgré toute sa volonté, se vit contraint d’abdiquer, puisque son corps n’était plus en mesure de poursuivre.

Alors qu’il tombait inévitablement au sol, je fis le petit pas nécessaire pour le maintenir débout, notamment grâce à ma main qui supportait tout le poids de son corps, lui évitant ainsi de se retrouver à quatre pattes comme une catin de la roche.

Il semblait visiblement frustré, chose dont je pouvais d’une certaine façon comprendre, mais j’osais espérer malgré tout que cet entraînement, si on pouvait l’appeler ainsi, lui avait fait le plus grand bien.

« Soit plutôt reconnaissant qu’il t’est permis, malgré ton état, de livrer un duel aussi divertissant. » Finis-je par lâcher, tandis que je le laissai se poser et s’allonger sur le sol.

Réalisant une rapide série de mudras, je posais délicatement ma main contre mon torse, générant ainsi une fine couche de cristal, à peine perceptible, neutralisant ainsi la perte de sang que mes blessures généraient. Après quoi, je me posai au sol, non loin de celui qui avait le sang des Nagamasa, souriant à ses mots, qui étaient visiblement toujours aussi imprégnés de provocation.

« Merci… » Lâchai-je, d’un léger sourire. « Cependant, pas certain que tu aurais dit la même chose, si tu avais été dans une meilleure forme. D'ailleurs, tu n'es pas mauvais aussi, pour une personne qui tient à peine sur ses jambes, haha. » Repris-je, d’un léger rire.

Le bougre répliqua qu’il savait au moins qui blâmer si son médecin venait à lui reprocher l’aggravement de son état, chose qui étouffa immédiatement mon rire, tandis qu’il en rigolait à son tour.

« Tu n’oserais pas me faire ça quand même ? » Lâchai-je, en me grattant légèrement l’arrière du crâne.

Je laissai un petit moment de silence s’installer entre nous, un moment fort agréable où chacun pouvait réfléchir en contemplant le ciel bleu, avant de reprendre :

« Alors samouraï, toi qui ne sembles pas porter les Nagamasa dans ton cœur, qu’est-ce qui t’a poussé à rejoindre les rangs Iwajins et battre pour eux ? » Fis-je, simplement, en posant mon regard sur lui.


_________________
Un simple échange de coup [Han Musashi] D89k
Un simple échange de coup [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hosokawa Shingen
Hosokawa ShingenEn ligne

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Mar 31 Déc 2019 - 20:28
Il était difficile de se montrer reconnaissant envers un corps bien trop faible et encore moins utile qu’il ne l’était initialement. On ne pouvait espérer atteindre la perfection si on était constamment ralenti par de petites blessures de rien du tout. Je devais pouvoir compter sur mon corps à tout instant et je devais être certain qu’il allait tenir le coup, peu importe la situation dans laquelle je me trouvais ou à laquelle il était soumis.

Ça ne sert à rien d’être reconnaissant pour de la faiblesse, elle ne m’avancera en rien.

Je l’observais s’offrir quelques soins, autant que l’on pouvait parler de soin à ce stade. Il savait au moins stopper un saignement, même si un bandage aurait probablement fait l’affaire aussi mais peut-être qu’il préférait avoir des cristaux sur sa peau. Allez savoir, c’était peut-être une coutume bizarre de son clan ou de sa famille ! J’affichais un léger sourire à sa remarque.

Ceci dit, tu as fais ton Shogun en encaissant ma dernière attaque. Il n’avait que des yeux pour Hisa et bilan de la chose : On pouvait l’attaquer à distance sans qu’il ne se défende réellement.

Je ricanais en voyant sa réaction, visiblement la chose semblait le déranger que je remette la faute sur lui en cas de soucis avec le médecin.

Je pourrais bien l’oser, qui sait !

Je restais amusé à la situation, je ne savais pas vraiment pourquoi la chose le dérangeait mais ça valait bien la peine de le taquiner à ce sujet. Le silence s’installait pour un instant, rien de bien méchant en soi. On avait probablement besoin de reprendre quelques forces, surtout moi en fait… Je doutais qu’il avait été très épuisé par notre combat, il avait juste souffert un peu. Finalement, il brisa le silence pour une question, essayait-il de connaître les raisons pourquoi je servais Iwa ou espérait-il savoir autre chose ? Je me grattais la joue, pensif, afin de savoir comment j’allais pouvoir exprimer la chose correctement sans froisser qui que se soit.

Je suis venu à Iwa, initialement, pour retrouver ma mère et avoir quelques réponses mais puisqu’elle était morte, je suis resté ici car je n’avais rien de mieux à faire.

Je marquais de nouveau une petite pause avant de reprendre.

Et je me suis dis que servir Iwa allait me donner bien plus de chance à participer à quelques glorieuses batailles plutôt que de rester à Tetsu. On ne peut pas dire que mon pays est réellement connu pour sa politique expressionniste ou de sa volonté à trouver de la gloire dans des batailles.

J’allais évité de dire que je m’en foutais du village et que je n’y tenais pas du tout. La chose risquait d’être plutôt délicat… Et je voulais évité que l’on me foute en prison pour une quelconque trahison ou toute autre forme de procès délirant car ils n’avaient pas un énième esclave à leur service.

Je ne peux pas vraiment dire que la bataille à Tetsu était particulièrement glorieuse ou digne de ce nom...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7258-hosokawa-shingen-fini http://www.ascentofshinobi.com/t7292-hosokawa-shingen-carnet#61187
Han Musashi
Han Musashi

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Jeu 9 Jan 2020 - 21:27
Un simple échange de coup [Han Musashi] Iwa15
Un simple échange de coup


« Je n’en serai pas aussi sûr à ta place… » Fis-je, simplement, d’un léger sourire.

Posant ma main sur mon torse, je m’apportai les premiers « soins » nécessaires avant de m’installer près du samouraï. Assis en tailleur, je l’écoutai me provoquer amicalement avant de prendre note d’un fait dont je n’avais pas connaissance jusqu’à présent.

« Il a donc non seulement contrecarrer tous nos plans, mais en plus il a, visiblement, parfaitement atteint son objectif, en tuant Hisa… » Lâchai-je, d’un air songeur.

Il n’avait peut-être pas prévu de devoir fuir son palais et Tetsu, mais dans l’ensemble son plan semblait s’être bien déroulé. Si seulement notre groupe était arrivé un peu plus tôt sur ce champ-de-bataille…

Quoi qu’il en fût, Shingen me mis par la suite dans l’embarras, notamment en me menaçant de me dénoncer à son médecin, si jamais il était interrogé sur son état. Alors que je me grattais la tête en me demandant comment je pourrais me sortir de cette situation, le bougre se mit à rire, se moquant depuis le début de ma personne. Soulagé, j’en riais aussi légèrement avant de laisser le silence s’installer entre nous. Chacun vaguait dans ses pensées, jusqu’à ce que je ne décide de lui poser une question qui me taraudait l’esprit. En effet, puisqu’il prétendait être un Nagamasa tout en rejetant, visiblement, cette partie de lui, j’étais curieux de connaître ce qui l’avait poussé à rejoindre Iwa.

Sa réponse ne tarda pas à se faire connaître, il me confia en effet qu’il était venu pour retrouver sa génitrice avec l’espoir d’obtenir quelques réponses, mais le destin en avait décidé autrement, puisque sa mère n’était plus de ce monde. Il avait donc malgré tout décidé de rester, avec l’espoir de participer à des glorieuses batailles, mais en vain, pour le moment. Il courrait donc après la gloire, c’était du moins ce que je retenais de ses réponses. Pourquoi pas ! C’était un objectif comme un autre. Désormais la question qui me traversait l’esprit c’était : qu’allait-il faire puisqu’il avait désormais la preuve qu’Iwa ne pourrait lui permettre d’accomplir son objectif ? Du moins, pas dans l’immédiat, visiblement.

« Je vois. Navré de l’apprendre pour ta mère. » Fis-je, d’un air sincère. « Tu cours donc après la gloire… Ce n’est pas évident, surtout ici à Iwa, mais qui sait, si tu continues de persévérer, tu auras le droit au titre « d’amazone » aussi. » Poursuivis-je, d’un air sarcastique. « Sinon, dis-moi, qu’est-ce que tu penses de ce conflit, entre Tetsu et Iwa ? J’ai l’impression que c’est loin d’être terminé, et ce malgré la fuite du Shogun. Si cela se confirme, cela signifierait que c’est loin d’être une simple affaire de vengeance… » Repris-je, d’un air pensif. « Ah, et puisque tu es un samouraï, j’aimerai que tu me parles un peu du bushido. En quoi ça consiste concrètement ? Vos arts de combat et votre philosophie de vie sont-ils indissociables, comme certains veulent le faire croire ? » Conclus-je, d’un air curieux.



_________________
Un simple échange de coup [Han Musashi] D89k
Un simple échange de coup [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hosokawa Shingen
Hosokawa ShingenEn ligne

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Lun 13 Jan 2020 - 2:11
On peut dire qu’il a réussi à contrecarrer nos plans et de réussir son objectif… Mais il a perdu son pays et des centaines de soldats… Et je ne suis pas certain qu’il va pouvoir survivre donc c’est un succès plutôt mitigé de son côté je dirai…

On pouvait dire que cela était une victoire à la Pyrrhus… Il avait certes su gagner, mais il n’avait pas su en tirer profit et pire, il allait certainement tout perdre à ce stade. Bien sûr, le malheur des uns allait faire le bonheur des autres et je ne doutais pas que Iwa avait déjà prévu son petit coup pour savoir en tirer son épingle du jeu. Il fallait maintenant attendre ce que le village allait faire pour ça. Je ne pouvais pas m’imaginer le village se détourner de ce pays, il allait certainement vouloir en tirer un quelconque avantage sur le long termes… Ou à défaut du long termes, sur le court termes au moins.

Je ne savais pas que j’étais si charmant que l’on allait me comparer avec des femmes…

Disais-je d’un ton amusé. La suite était plutôt étonnante, il voulait connaître mon avis sur le conflit entre Tetsu et Iwa, je ne savais pas s’il comptait me piéger ou s’il désirait réellement avoir une discussion sincère à ce sujet. Peut-être doutait-il réellement de cette guerre. En tout cas, il était certain que la guerre n’était pas qu’une simple question de vengeance, c’était même une certitude à vraie dire. Après tout on voulait mettre une Nagamasa sur le trône. Je restais un instant silencieux, laissant mes pensées parcourir mon esprit.


Hmm… Je pense que c’est pour satisfaire l’égo d’un clan médiocre et incompétent… La vengeance n’est qu’une excuse puisqu’on voulait abattre un homme légitime du trône pour mettre une gamine du village… J’imagine que le pays voulait contrôler Tetsu pour renforcer son armée.
Je haussais les épaules puis repris. Au moment où l’on veut mettre un Nagamasa au trône, n’importe quel Tetsujin peut prétendre au trône pourvu qu’il soit capable de s’imposer comme Shogun. Après tout, se sont les Taira qui ont été les premiers Shogun et ils ont été mis à la porte suite à une rébellion… Les Nagamasa doivent juste avoir leur égo blessé parce qu’ils ont été incapables de conserver un pouvoir qu’ils ont volés

Je m’arrêtais, laissant échapper un léger soupire avant de reprendre.

Je ne sais pas ce que le pays à prévu ni le village, mais j’ai du mal à croire qu’ils vont allés cueillir des fleurs maintenant. L’investissement et les pertes vont devoir être remboursés d’une façon ou d’une autre. Je ne doute pas que l’on va tenter de contrôler le pays de fer d’une façon ou d’une autre et on répétera l’erreur kumojin pour créer un ennemi qui viendra nous mettre une telle raclée que l’on ne comprendra plus rien à la vie… Je laissais échapper un petit ricanement avant de reprendre. Mais qui sait, peut-être que les dirigeants seront suffisamment sages pour se rendre compte que c’est stupide d’aller ravager un pays de guerriers par la guerre dans l’optique de se renforcer… ça ne fera que l’affaiblir en réalité..

Je tournais la tête vers lui, affichant un léger sourire avant de me gratter la joue à sa demande. Visiblement, beaucoup d’iwajin s’intéressaient au Bushido, ce qui n’était pas totalement étrange puisque le village abritait quand même un clan de samouraï, même si ceux-ci devaient juste être ici pour exploiter le village à leurs propres fins… Comme moi finalement.


Eh bien… Tu dois être le second shinobi que je croise qui me montre un intérêt particulier pour le bushido…

Alors… Pour résumer fortement... Le Bushido est une façon de vivre en suivant un code de valeur et une façon d’aborder la vie, la mort, le combat. J’imagine que tu le sais, l’honneur est un élément important mais c’est quoi l’honneur ? Et bien, c’est tout simplement le fait de respecter ses propres valeurs. Souvent les valeurs du Bushido sont admises par la majorité des gens et interprétés d’une façon précise et admise par tous. Mais comme toute valeur et comme tout code de valeur, il peut être interprété et vécu comme bon nous semble. Ce n’est pas pour rien que l’on peut retrouver des samourais qui sont des mercenaires, des criminels, espions et j’en passe des rôles. Chacun va avoir son approche du Bushido avec une base commune…

D’une certaine façon, on peut voir le Bushido comme une religion avec des valeurs, un croyance et des réponses à certains sujets importants tel que la vie ou la mort. Tu sais certainement qu’une religion peut être vécu différemment, certains seront plus laxiste sur le respect des valeurs, d’autres feront preuves d’un plus grand zèle et d’autres encore seront modérés….


Je marquais une pause, je n’étais pas certain s’il pouvait réellement suivre le sujet ou si les discussions d’ordres philosophiques le perdait déjà.

Dans l’absolu, je dirais que le bushido est indissociable des arts martiaux, bien sûr, les arts martiaux sont dissociables du bushido… Le bushido est une philosophie exclusivement pour un combattant car elle nous permet d’aborder l’élément le plus important dans la vie d’un guerrier : La mort.

Bref... C'est une petite introduction au Bushido... Il a vraiment beaucoup de choses à dire dessus.N'hésite pas à me poser des questions, ça sera surement plus simple que si je te fais un monologue de trois jours !


Disais-je en affichant un léger sourire amusé suite à mes dernières paroles.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7258-hosokawa-shingen-fini http://www.ascentofshinobi.com/t7292-hosokawa-shingen-carnet#61187
Han Musashi
Han Musashi

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Dim 19 Jan 2020 - 18:13
Un simple échange de coup [Han Musashi] Iwa15
Un simple échange de coup


« Cela reste à nuancer, en effet. A voir si nos hommes vont parvenir à lui mettre la main dessus. En tout cas, si j’étais lui, je fuirais probablement vers les terres de Hi… »

En effet, s’il parvenait à atteindre les terres de Hi, il pourrait probablement bénéficier de la protection du Teikoku. Et si cela arrivait, les soldats envoyés à ses trousses ne pourraient malheureusement rien tenter, à moins bien entendu de déclencher un conflit avec l’Empire. Chose dont Iwa s’en passerait bien, du moins pour le moment.

Quoi qu’il en fût, je restais étonné devant la facilité avec laquelle le Shogun avait abandonné son pays et ses hommes. On pouvait peut-être mettre cela sur le compte de l’instinct de survie, mais toute de même, il était Shogun, sans doute le plus puissant samouraï de son pays. Je n’étais pas certain que le Bushido, dont tous les samouraïs étaient censés observer avec rigueur, l’autorise à fuir de la sorte. Mais peu importait.

La réaction de Shingen quant à ma petite blague sur les « amazones » ne m’étonna pas vraiment, bien au contraire. Je m’abstins cependant de surenchérir, je me contentais en effet de sourire agréablement, l’air amusé. Puis, par la suite je me montrais un peu plus sérieux, en l’interrogeant notamment sur Tetsu et Iwa. Je souhaitais simplement connaître son avis. Qu’il fût contre ou pour Iwa, cela m’importait peu.

Si sa réponse pourrait en surprendre plus d’un, ce ne fut pas mon cas, puisque je commençai peu à peu à cerner le samouraï. Puis, bon, au fond, sa théorie pouvait être tout à fait plausible. Iwa et les Nagamasa entretenaient des liens qui, pour l’heure, me dépassait. La guerre contre Tetsu, soi-disant pour la vengeance, me paraissait, tout comme mon camarade, cachée certaines choses, dont l’intendante était peut-être la seule à être au courante. Je ne ferai pas l’erreur de juger aussi facilement que le samouraï, mais je le rejoignais entièrement sur certains points.

« J’imagine que cela a dû être particulièrement difficile pour toi que de combattre les tiens de la sorte… » Fis-je, seulement après qu’il eut achevé son monologue.

Je le regardai d’un coin de l’œil, comme pour le jauger. Comment allait-il réagir ? Il pouvait interpréter ma remarque de bien de manière, mais au fond cela restait une remarque sincère, ne visant aucunement à discréditer son discours.

« Ils ont beau être des guerriers, je ne pense pas qu’ils feraient le poids contre des ninja. On en a eu la preuve avec cette dernière bataille. Les morts se comptent par centaines dans leur camps, tandis que nous, nous déplorons seulement un mort dans le nôtre… » Fis-je, en tout objectivité.

Ils étaient en effet toute une armée, tandis que nous nous étions à peine une vingt shinobis. Cela avait amplement suffi à les défaire…

Quoi qu’il en fût, j’embrayai la conversion sur le bushido. Je voulais en savoir plus. En quoi consistait-il concrètement ? Était-il indissociable des arts samouraïs comme certains semblaient le prétendre ? Si je m’engageai dans cette voie, serais-je condamné à suivre leur code ou pouvais-je l’interpréter et l’adapter à ma sauce ? Je voulais tout savoir ! Après tout, je n’avais jamais été à l’aise avec le fait d’être purement un « shinobi », peut-être que cette philosophie saurait me séduire, d'une manière ou d'une autre. Cela dépendra en partie de la réponse du samouraï.

Apparemment je ne fus pas le premier à l’interroger à ce sujet, chose qui ne m’étonna pas étant donné l’engouement que les arts samouraï provoquaient chez la plupart des Iwajins. Aurait-il eu affaire aux interrogations de Jurôjin, celui qui se passionnait des arts des samouraïs et qui espérait façonner son clan en s’inspirant de leur philosophie ? Peut-être bien.

Quoi qu’il en fût, je pris quelques secondes pour considérer le monologue de Shingen. Il me permettait déjà d’y voir plus clair, même si certaines contradictions me parurent bien plus apparentes que je ne l’aurais imaginé.

« Je vois. Je te remercie pour ces éclaircissements. » Fis-je, dans un premier temps. « … Tu dis que l’honneur ce n’est ni plus ni moins que de respecter ses propres valeurs. Est-ce ta propre définition de l'honneur ou bien une définition qui serait partagée en général par tous les adeptes de cette philosophie ? Quelles sont les réponses qu’elles apportent au sujet de la vie et de la mort ? En quoi le bushido est-il indissociable des arts martiaux ? » Repris-je, en posant ma première série de question, même si j’avais plus ou même une idée des réponses. « Qu’as-tu à me dire sur le « vide » ? Tu as déjà pu l’expérimenter ? » Conclus-je, d’un air curieux.

Je me contentai pour l’heure de questions simples et basiques…


_________________
Un simple échange de coup [Han Musashi] D89k
Un simple échange de coup [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hosokawa Shingen
Hosokawa ShingenEn ligne

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Sam 25 Jan 2020 - 0:48
Si j’étais, je n’aurais pas fuis, mais le courage n’est pas donné à tout le monde, ni même un samouraï…

J’affichais un petit sourire, l’air de rien. Chacun avait son approche à ce sujet et moi j’avais une préférence pour me battre jusqu’à la victoire ou.. la mort. Pourquoi craindre la mort après tout ? On était tous voués à crever et j’avais une préférence pour vivre la tête haute plutôt que comme un chien galeux dans une fosse. Le shogun avait fait le choix du chien galeux, c’était son droit, mais niveau honneur, on avait mieux vieux.

La réponse du blond m’étonna un peu, il voulait sûrement voir si j’étais patriotique ou pas. Dans l’absolu la chose ne me dérangeait, combattre un tetsujin, iwajin ou toute autre personne n’avait, dans le fond, guère d’importance. La gloire était ce qui importait le plus, mais il était vrai que cette guerre laissait un certain ressenti d’injustice ? De stupidité ? Difficile à qualifier la chose.

Hmm… Pas vraiment. Une bataille est une bataille, un duel est un duel. Je ne le fais pas par haine, vengeance mais pour ma gloire personnelle. Ceci dit, je ne sais pas si je suis particulièrement d’accord pour aller ravager un pays pour aller satisfaire l’égo d’un clan incompétent et incapable de se défendre.

La suite de son discours n’était pas incohérent et moi-même je trouvais la prestance de Tetsu plus que décevant. Il avait du niveau à relever et en réalité il avait un sacré travail pour redresser l’armée de Tetsu. Je trouvais même honteux ce que le pays avait montré. Un petit et misérable pays qui envoyait des paysans qui se prenaient pour des guerriers, pathétiques.


Il faudrait que Tetsu ai un dirigeant digne de ce nom pour redresser l’armée du pays. Je ne sais pas ce que ce lâche à fait avec cette armée, mais ce n’était pas glorieux du tout. Si ces hommes avaient le niveau de genin lambda, nous aurions été massacrés sans grande difficulté. Mais que veux-tu, entre un Taira qui fuit et des Nagamasa incapables de tenir un pays sans devoir pleurer dans les jupons d’un village, comment veux-tu que le pays soit solide militairement.

Je lâchais un léger soupire avant de hausser les épaules. Je doutais que l’avenir de Tetsu allait être brillant, probablement allait-il avoir un énième dirigeant inutile et incompétent qui se prenait pour quelque chose qu’il n’était pas. C’était une sacrée mode en ce moment à Tetsu et peut-être devais-je envisager de prendre moi-même le trône du pays pour m’assurer de son redressement. Pour l’heure je n’étais pas vraiment digne de diriger un tel pays, je n’étais qu’un petit minable bien trop faible pour savoir se défendre correctement… Bien que j’étais capable de survivre, ce qui était déjà bien en soi.

Après mon monologue interminable qui devait le noyer dans des notions incompréhensible pour lui, il me posait quelques questions supplémentaires pour éclaircir certains points.

Hmm… On pourrait dire que c’est ma définition. Certains estiment que l’honneur est plutôt lié à la réputation, mais j’estime que suivre ses propres valeurs, son propre code influence directement sur ta réputation. Si ton code de valeur se calque sur ce qui est généralement admis comme un comportement positif ou honorable et que ce dit code tu le respectes à la lettre, tu auras forcément une réputation honorable. C’est comme ça que tu peux avoir des voleurs considérés comme honorables. Ils restent fidèles à un code de conduite jugé honorable par la société et cela leur donne la réputation de voleur honorable.

Le Bushido prépare l’individu à mourir. Le but est que tu sois prêt à mourir à chaque instant : Vit quand il est bon de vivre et meurt quand il est bon de mourir.
Tu ne dois pas craindre la mort, elle doit toujours t’accompagner. Pour caricaturer un peu la chose, elle doit être la première chose à laquelle tu penses à ton réveil et la dernière quand tu vas te coucher.

Si tu ne crains pas la mort, tu pourras mourir sans regret et avec la tête haute. Tu seras capable d’affronter toute les situations sans hésiter et en pouvant rester fidèle à tes valeurs. Un homme qui n’est pas prêt de mourir est un homme qui fera tout pour survivre car quelque chose le retiendra, que se soit des proches, des projets ou autre chose.
Si ton but est la survie car tu ne voudrais, par exemple, abandonner des proches. Tu seras prêt à te trahir toi-même pour survivre. Tu ne peux être un guerrier courageux si tu crains la mort, tu ne peux donner ta vie pour ton seigneur si tu crains la mort. Et lorsque la chose qui importe est ta survie alors tu mourras non seulement avec des regrets, mais également comme un chien galeux dans une fosse.

Hisa est morte la tête haute, elle était prête à mourir et a affrontée les dangers sans hésitation. Le shogun mourra comme un chien galeux déshonorable, il sera le grand shogun qui aura été trop attaché à la vie. Il aura fuit et il mourra comme un chien.

Je te laisse méditer sur la question…


Disais-je en affichant un petit sourire amusé.

Le lien me semble logique non ? Un art martial est quoi par essence ? C’est un enseignement ou une école dont le but est d’enseigner à des individus des techniques de combat. Le bushido donne un code de conduite et de valeurs à des combattants, tout comme il les prépare à la mort qui est l’élément le plus présent pour un guerrier.
En général, on apprend un art martial dans le but de combattre, de partir en guerre, non ?


Il était libre de penser l’inverse, mais j’estimais que les deux étaient forcément liés, bien que l’on pouvait suivre des art martiaux sans le bushido, je ne voyais pas l’intérêt de suivre le bushido sans art martiaux. C’était un peu comme faire du ninjutsu sans utiliser du chakra…


Le vide ? Hmm… Je ne sais pas ce que tu entends par vide. Et je t’avoue que je n’y ai jamais réellement pensé, peut-être parce que la chose ne m’est jamais arrivé ? Va savoir.

J’affichais un petit sourire, je finis par me redresser un peu, profitant du moment pour m’étirer un peu les bras.

Ce n’est pas que ta compagnie me dérange, mais je dois encore passer voir mon médecin pour quelques vérifications. J’imagine que tu vois de quoi je parle. Ceci dit, on pourra se revoir à l’occasion si la chose te dit. Je ne suis jamais fermé à quelques échanges de coups ou de paroles.

Je laissais échapper un petit rire avant de récupérer mon bokken, je le saluais avant de m’en aller rejoindre mon médecin. Il n’allait certainement pas être heureux d’apprendre ce que j’avais fais mais que voulez-vous, je n’allais pas passer le restant de ma vie à faire la limace dans un lit d’hôpital sous prétexte que je devais me reposer à tout prix. J’allais avoir assez de temps pour me reposer lorsque je serais mort.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7258-hosokawa-shingen-fini http://www.ascentofshinobi.com/t7292-hosokawa-shingen-carnet#61187
Han Musashi
Han Musashi

Un simple échange de coup [Han Musashi] Empty
Ven 31 Jan 2020 - 23:29
Un simple échange de coup [Han Musashi] Iwa15
Un simple échange de coup


J’acquiesçai en arborant un léger sourire. Je trouvais qu'il avait entièrement raison sur ce point, après tout j’étais bien placé pour le savoir, puisque j’avais fait preuve d’une certaine lâcheté en fuyant Kaze pour trouver refuge au sein de la cité de la roche.

En tout cas, les propos de mon partenaire m’apprirent certaines choses sur lui, notamment qu’il fût de ceux qui accordaient une certaine importance à la notion du courage. J’ignorais encore comment il définissait concrètement le courage ni s’il était du genre à trouver des limites ou des exceptions à cette notion, mais en le regardant et en l’écoutant parler, je voyais qu’il n’était clairement pas du genre à fuir un champ-de-bataille ou tourner le dos à un adversaire durant un véritable combat. Était-ce une bonne chose ? Je ne saurais le dire en cet instant, mais c’était intéressant.

Je ne savais pas si on pouvait en dire autant de moi. Certes, j’avais autrefois fuit le champ-de-bataille pour survivre, mais depuis j’avais connu quelques autres batailles, et si on ne tenait pas compte de l’épisode Kibo, je n’avais nullement ressenti l’envie de fuir. Je ne fus pourtant pas à l’abri de la mort. Hum, j’en saurai sans doute plus dans les mois ou les années en venir. Ainsi, je m’extirpai rapidement de mes pensées pour me concentrer sur les réponses de Shingen, tout en hochant par moment la tête en guise d’approbation.

« Je vois. Je ne serais pas aussi critique contre le clan Nagamasa mais je t’avoue que je n’apprécie pas trop non plus les méthodes de nos supérieurs. Je ne crois pas que nous soyons les seuls, d’ailleurs. Mais bon que veux-tu, c’est eux qui décident. » Fis-je, d’un ton résigné, en haussant légèrement les épaules.

Je gardais malgré tout mon sourire habituel, restant attentif aux propos du samouraï.

« C’est ce dont Tetsu a besoin, en effet. Qui sait, peut-être que ce dirigeant sera toi, un jour, haha. » Lâchai-je, d’un léger rire.

J’imaginais qu’il ne serait pas insensible à une telle idée. En attendant, ce qui était sûr ce que le pays du fer n’était pas prêt de retrouver une stabilité. En effet, car le pays allait certainement traverser une crise interne. La fuite de Taira sera d’ailleurs probablement mal pris par les clans telle que les Bakuhatsu, qui, il fallait le rappeler, n’avait été que des outils à la solde de Taira ou Mamushi, pour faire trembler Iwa. Qu’allaient-ils faire maintenant que le Shogun les avait trahis et que Kenta et sa sœur étaient fait prisonniers à Iwa ? A suivre. Outre cette crise interne susceptible de provoquer une guerre civile, Iwa n’allait pas lâcher l’affaire aussi facilement, ainsi on pouvait clairement dire que le beau temps n’était pas prêt de se profiler au pays des samouraïs.

Quoi qu’il en fût, cette partie de conversation s’acheva et on bifurqua une dernière fois sur le bushido. Ainsi, j’écoutais attentivement Shingen répondre à mes questions et ainsi m’éclaircir sur plusieurs points. Je hochais naturellement par moment la tête pour signifier que je le suivais. Ses explications me parurent assez claires, elles m’aidaient à y voir plus clair, gommant notamment certaines contradictions qui me rendait un peu sceptique à l’idée d’embrasser cette philosophie. J’appréciais particulièrement les éclaircissements au sujet de la mort, c’était intéressant et ça méritait que je médite dessus, ultérieurement bien entendu. Par ailleurs, le voir complimenter la petite Nagamasa, après ses mots crus au sujet de son clan me fit décocher un léger sourire. Au moins il savait faire la part des choses, c’était le moins qu’on puisse dire. Je continuais de hocher par moment la tête, démontrant que je le suivais jusqu’à présent, avant de prendre la parole pour répondre à son interrogation.

« En effet, c’est cela, mais j’avoue que je n’avais jamais lié les deux de cette manière-là. » Admis-je, d’un léger sourire.

Je fus cependant déçu de constater que le samouraï n’avait rien à m’apprendre au sujet du vide, que d’autres nommaient à priori « zen ». Je restais néanmoins très reconnaissant pour toutes les réponses qu’il m’apporta sur les autres sujets.

« Oh je vois, c’est dommage. Je ne sais pas si ça revêt un autre nom mais en tout cas on me l’a présenté sous le nom du « vide ». » Fis-je, en haussant les épaules. « Ce n’est pas très grave, on aura l’occasion d’y revenir dessus, merci infiniment pour toutes les réponses que tu m’as déjà apportées. » Repris-je, d’un air sincère. « A plus tard, tâche de ne pas aggraver tes blessures, sinon je serais encore contraint de me retenir et ça ne risque pas d'être très amusant. » Conclus-je, d'un ton sarcastique, en affichant un sourire amusé.

Je repris alors mon bokken, attendant qu’il parte avant de poursuivre mon entraînement.


Spoiler:
 


_________________
Un simple échange de coup [Han Musashi] D89k
Un simple échange de coup [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

Un simple échange de coup [Han Musashi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: