Soutenez le forum !
1234
Partagez

Onirique chimère × Sinaaq

Rakuin
Rakuin

Onirique chimère × Sinaaq  Empty
Dim 22 Déc 2019 - 1:32
La missive fut soigneusement repliée. Les stigmates du passé s’ouvraient, le non-homme nageait en pleine hallucinose. La douleur, indicible, ne s’arrêtait jamais pour lui. À trop battre un limier, il finissait soit par se soumettre, soit par mordre. Le choix était vite fait. Enchaîné à ce funeste destin, il restait pourtant endurant.

La lumière de sa Divinité l’englobera bien assez tôt.

Le gladiateur se sentait insulté par la mission du jour. Sa toute-puissance mise entre les mains d’un marchand... Tout ça pour récupérer une arme légendaire. L’arme ne fait point l’homme. Aussi légendaire fut-elle. Le solitaire allait devoir joindre sa personne à celle d’un autre Genin, un autre soldat. « Sinaaq » selon l’ordre de mission. Inconnu au bataillon. Aucun patronyme, cela aurait presque put arracher un sourire au Yaban. Un autre homme à avoir rejeté l’influence de son clan sur sa propre personne ? Il le verra bien assez tôt.

Les objectifs de cette mission semblaient bien simple en apparence. Il fallait juste jouer au chat et à la souris avec ces avares. L’argent était une hérésie au yeux du barbare. Sans poids, sans importance, celle-ci régnait toutefois sur le Yuukan. Il avait découvert ça lors de son exil loin du pays de ses pères. La Banque Sabaku devra un jour tomber... De ses mains si il le fallait. Rendre la souveraineté au peuple, endiguer les sommes astronomiques des pays du Yuukan.

Une bien grand destinée l’attendait.
Il devait d’abord remettre la main sur ce fameux arc en compagnie du troubadour.

Apparaissant de nulle part, littéralement, Rakuin battait le pavé de son talon. Au pied de l’académie Hashira, il attendait l’homme avec qui il allait partager cette aventure de courte durée. Avec un tel prénom, nul doute que cela devait être un immigré aussi. Ils étaient toujours plus simple à repérer que les badauds de la Roche.

— ...

Un silence. Le regard appuyé de l’esclave ne laissa aucune chance d’ouverture au dialogue. Il était là pour une raison et une seule, mener à bien la directive. Faire ami-ami n’était même pas optionnel. Ils pouvaient d’ores et déjà se rendre au centre névralgique du village ; le Cœur Commerçant. Tout allait se jouer ici.


Dernière édition par Rakuin le Mar 24 Déc 2019 - 4:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sinaaq
Sinaaq

Onirique chimère × Sinaaq  Empty
Lun 23 Déc 2019 - 20:23

Une. Arme. Légendaire. Oui. C’est bien cela. Tu as bien entendu. Une arme. Légendaire. Une. Arme légendaire. Une arme légendaire. Qu’importe l’endroit où on fout le point dans cette phrase, ça me hérisse les poils et me donne une patate d’enfer ! Bordel, je rêve déjà de tenir ma trouvaille avec aplomb, le regard jeté à l’horizon, la mine… héroïque ! Oh-oh, attention Kyouka, me voici ! Je vais te faire de l’ombre, mon gaillard !

Bon, si seulement j’arrive à faire croire à ce marchand plein le sous que son « arc POURFENDEUUUUUUR DES MARAIIIIIIIS » a malencontreusement disparu lors de nos recherches. Hm. Il faudra peut-être trouver de bons arguments sur le trajet, au cas où il nous prenne pour des billes et demande compensation. Juste au cas où.

Salutations, compagnon ! Moi, c’est Sinaaq !

Ah, oui. J’ai oublié de le mentionner, mais cette fois, je suis avec un shinobi émérite du doux nom de « Rakuin ». Un moyen de voir du monde, ou de m’intégrer à la population locale, ou de me surveiller à causes de mes récentes fréquentations, je ne sais plus trop. Ils sont étranges, ces gens du continent, il faut dire.

Prêt à mettre la main sur cet arc forgé par les titans ? Je suis sûr qu’il y a des tonnes de légendes à son sujet ! Imagine qu’il soit capable… de faire tomber la foudre là où la flèche tombe, tiens. Imagine ! N’est-ce pas sublimifique ? Hm, j’ai peut-être inventé ce mot. Magnifiant ? Moui, c’est joli, on comprend le sens, mais il y a cet étrange arrière-goût à l’oreille… AH, je sais ! Spectasmagorique !

Pfiou, j’ai hâte d’aller tirer les vers du nez à ce marché de pacotille. Renommée, me voilà !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7859-100-sinaaq-l-homme-qui-n-a-pas-froid-aux-yeux http://www.ascentofshinobi.com/t7888-sinaaq-carnet-de-bord#65893
Rakuin
Rakuin

Onirique chimère × Sinaaq  Empty
Mar 24 Déc 2019 - 4:45
Le kiseru du Yaban libéra un épais nuage de fumée sur le visage du Yukijine.

Sans plus attendre, les mains dans les poches, le barbare s’élança dans le boulevard. Il n’avait plus le nom du marchand en tête, toutefois une personne de son effigie n’hésitait jamais à se mettre en scène. Autant dire que ça allait être d’une facilité sans nom pour le retrouver. Rakuin jetait des œillades sur son camarade. Du coin de l’œil, il l’analysait. Ses crocs s’enfoncèrent contre le bois de sa pipe.

Insignifiant.
Son camarade dégageait une aura, certes, mais loin de celle qu’il attendait d’un potentiel challenger. Comme un grand cru, il fallait attendre.

Il ne fallut qu’une poignée de seconde pour que le binôme rejoignit le cœur commerçant du village. Ici, il fallait ouvrir l’œil et l’oreille. Être en mesure d’entendre parler de la moindre rumeur au sujet d’un arc. La manière conventionnelle – celle à laquelle la mission appelait – voulait que no deux hommes mettent la main sur le marchand. Rakuin ne marchait pas dans ce genre de chose. Il avait d’autres idées en tête.

— Suis moi.

La voix rauque résonna, l’injonction fut proclamée. D’un simple mouvement de cheville, le non-homme bifurqua sur sa droite, s’enfonçant dans une ruelle sombre et étroite. En vue de sa démarche, il connaissait le lieu. Sa senestre fit mine à son camarade de s’arrêter, tandis qu’il continua de marcher.

« Rakuin ! Mon ami ! Quel bon vent t’am... »
Les métacarpes scarifiées du Kazejine écrasèrent le visage de l’homme.
« Putain ! Toujours la même chose avec toi. Inutile de me frapper, je t’écoute ! Tu as besoin de quoi ? Fumier. »
— Pour t’éveiller. Un arc légendaire, étranger.
« L’arc que cherche le bon vieux Itozaki ? Hahaha, c’est qu’une légende... Voyons... »
La neutralité de la bête sauvage ne semblait pas en accord avec les propos de l’indic.
« Range t’es poings, c’est bon je vais te dire ! On dit qu’un marchand provenant de Hayashi a déboulé avec un arc capable de dompter les marais. Une hérésie selon moi... Un certain Henkô. »

Rakuin recula d’un pas. Il venait d’obtenir le nom des deux hommes. D’un mouvement de sa dextre, il invita l’ours polaire à se joindre à cette petite fête et de prendre à la suite de "l’interrogatoire" improvisé. Il avait sans doute des questions – ou au moins l’envie de briser le nez cabossé de l’homme.

« C’est qui lui Rakuin, ce blanc-bec ? Encore un étranger ? Merde alors, on est envahis... Je pensais que tu couvrais mon identité et ma présence en échange de quelques informations ! C’est plus ce que c’était les pots de vins. »
Revenir en haut Aller en bas
Sinaaq
Sinaaq

Onirique chimère × Sinaaq  Empty
Jeu 26 Déc 2019 - 18:41

Les deux ont l’air de se connaître. C’est pratique, d’avoir un tel allié, dans le métier ! On économise un sacré paquet d’énergie à laisser travailler les autres, c’est certain. Et quand on a sué sang et eau toute son enfance – eh oui, c’est pas une partie de plaisir la banquise de Yuki ! – on peut sans problème laisser les autres porter les charges lourdes pour une heure ou deux. Ou… dans le cas présent, communiquer avec ces perfides marchands pour leur extorquer des biens. Biens qui, dans le cas présent, sont des informations.

Dans le cas présent.

Moi, c’est Sinaaq ! Merci pour le compliment, l’ami ! Un teint aussi hâlé, ça se mérite, hehe. Surtout quand le soleil est aussi farouche qu’aujourd’hui !

Le nombre d’insolation que j’ai récolté à force de maladresse, tiens. La blancheur de la neige a une fâcheuse tendance à renvoyer les rayons du soleil – … et bim ! en pleines joues ! Heureusement que tout ceci est de l’histoire ancienne. J’ai dominé ces affres grâce à ma loooongue expérience de la vie. Eh, je suis l'ainé de ma fratrie, tout de même.

Alors, alors. Cet arc. Entre nous. C’est du flan, ou une véritable pièce de collection ? Parce que je t’avouerais, noble marchand, que je n’ai pas très faim à l’instant. Sinon faim… de curiosités !

Ça, c’est une phrase choc. Que pourrait-il rétorquer face à face ? J’ai tout appris de Kyouka, il faut dire. Cette entreprise ne peut qu’aller de l’avant. Et dans le bon sens. Car aller de l’avant, dans la mauvaise direction, revient intrinsèquement à aller en arrière. Tu me suis.

— Il est bizarre, ton ami, Rakuin...
Bizarre ? Disons atypique ! Allez, humble représentant de la caste éduquée des passeurs d'épices, réponds-moi ! Et je parlerai de toi en bien dans tous mes déplacements.
— Eh bien, euh...

Visiblement, il est dans tous ses états. Il a vu un fantôme, ou quoi ? Je ne suis pas si blanc, d'abord. L'homme se gratte la tempe droite de l'index, en train de... réfléchir ?

— Je n'ai jamais vu les capacités de cet « artéfact » à l’œuvre, mais il est courant dans la profession de commérer sur tout et n'importe quoi pour faire grimper les prix. Je pense que cet arc pourfendeur de machin-chose est, comme tu le dis, du flan.
Merci pour ton honnêteté, l'ami ! Allons-y, Rakuin. Il faut croiser la route de ce fameux Henkô pour voir s'il est bon marchand ou non.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7859-100-sinaaq-l-homme-qui-n-a-pas-froid-aux-yeux http://www.ascentofshinobi.com/t7888-sinaaq-carnet-de-bord#65893
Rakuin
Rakuin

Onirique chimère × Sinaaq  Empty
Lun 6 Jan 2020 - 2:20
Rakuin ne s’attendait pas à un tel comportement de la part de son compatriote. Surtout quand il savait que ce dernier était un Yukijine... Probablement la seule ethnie plus scélérate que les Kazejines. Jouer au Good Cop, Bad Cop... Très peu pour lui.

L’esclave lâcha un soupir agacé. Il le savait.
Encore des fadaises au sujet d’un artefact.

Il s’en doutait depuis le début. Si cela ne tenait qu’à lui, il n’aurait point fait la baby-sitteuse pour marchands bloqués dans des rêves. Les risques du métier diront les plus fainéant parmi ses pairs. Trêve de flagornerie. Il fallait récupérer des informations. Du tangible. Rien de mieux que d’aller puiser la vérité à sa source la plus pure. Sinaaq prit les devants. Même si la mission préconisait de se rendre d’abord auprès d’Itozaki, cela était inutile. À quoi bon entendre les même jérémiades ? Notre gladiateur aurait implosé et se serait laissé aller à un peu de destruction d’intérieur. Cela faisait tendance chez les Chokoku.

D’un simple signe de tête, l’Asaara acquiesça aux dires de l’ours polaire.

— Où ?
« Il provient de Hi no Kuni. Sa caravane s’est arrêtée dans l’artère principale. Prêt du Petit Rocher, le célèbre lieu de séjour pour dignitaire. »

Avant de partir, notre homme plaça un bon crochet du droit dans le foie de la balance. Une sorte de politesse qui lui était gréée.

— Faisons lui peur. Gagnons du temps.

Célèbre marchand ? Riche ? Étranger ? Ce commerçant n’était pas tombé sur le groupe le plus gentillet de la capitale. Règle numéro 1 : ne jamais ouvrir sa bouché quand il s’agit d’argent. Une leçon capitale qu’il allait apprendre. Les poings du non-homme se refermèrent l’une sur l’autre. Sa soif de sang pouvait être visible sur son faciès dégageant tout sauf de l’empathie.

— Le Petit Rocher. Passons par derrière pour ne pas éveiller les soupçons des quelconques gardes ou même de l’accueil.

Rakuin n’était pas loquace de nature – et même si son camarade lui semblait être un bon vivant – il ne comptait pas perdre de temps en commérage.

Sans même attendre la réponse de son comparse, son corps bifurqua dès la première ruelle. Une lueur de défi se forgea sur ses iris. Une puissante impulsion le propulsa en avant. Une petite course entre deux compagnons de longue route – pas du tout. Ne pouvant se permettre de commencer une rixe ici, avec Sinaaq, il fallait bien le tester un minimum. Peut-être était-il intéressant ? Si la réponse s’avérait positive, il se ferait une joie de se lancer dans un combat. Même devant le marchand. Même devant le Shishiza.

Un homme qui ne méritait clairement pas une équipe de Genin à sa charge. Il finirai par les tuer ou pire encore.
D’un puissant dérapage, il s’arrêta non loin de la structure hôtelière. Des murs haut de plusieurs mètres pour garder une certaine vie privée pour ces résidants. Une protection nouvelle suite aux derniers assauts sur le village. Une partie de plaisir s’annonçait d’ores et déjà.
Cette voie était bloquée par plusieurs gardes. Impossible de passer par là sans déclencher tout un tintamarre.

Éclair de génie. Ne lui demandait pas comment, mais il connaissait un moyen. Une habitation non loin permettait de rejoindre le Petit Rocher par ses souterrains. Le passage des employés envoyés répondre aux lubies discrètes et farfelues des riches. Il tenait cette information d’un jeune Chokoku un peu trop bavard qui butinait, soit disant, les veuves de cet hôtel.

Quelques minutes suffirent pour se rendre à l’endroit indiquer. Il fallait bien voir si ce Kyouka disait la vérité.

Posant sa poigne sur l’arrière porte du complexe, elle était fermée. Cela ne le choquer point. Ses compétences ne se limitaient pas à la destruction pur et simple de tout être vivant. Loin de là. En l’espace d’un battement de cils, son corps se désagrégea en une nuée de sable. La masse volatile passa sous la porte et sur ses extrémités. Le loquet sauta.

La porte s’ouvrît sur un Rakuin en forme humaine. Tout ce qu’il y a de plus normal.
Revenir en haut Aller en bas
Sinaaq
Sinaaq

Onirique chimère × Sinaaq  Empty
Ven 10 Jan 2020 - 10:27

Le « Petit Rocher ». Ça ne serait pas le sobriquet qu’il donne à son engin ?

Il ne faut pas avoir peur de dire à haute voix ce qui nous trotte tout bas dans la tête. Drôle de chose, d’ailleurs, car même si notre voix intérieure s’amuse à gueuler à tout va, cela rentre toujours dans la case des messes basses. Il y a un vrai paradoxe.

Mais c’est une autre histoire.

Qu’est-ce que tu attends ? Allons-y !

Oh… Et il s’en va. À toute berzingue. Zigzaguant entre les ruelles pour… tenter de me semer ? Oh, oh, oh, oh, oh ! Oh-eh-oh-eh-oh ! Pas le temps de niaiser : je mets les bouchées double, tétanise mes jambes à en exploser mes veines turgescentes, et fonce comme si la mort en personne me flairait l’arrière-train. En deux temps, trois mouvements, avant de pouvoir dire « bip », on se retrouve dans la fameuse demeure du tout aussi fameux marchand… et son lot de gardes, et de murailles, qui nous empêchent de lui faire un petit coucou amical. Bien évidemment. Ce serait trop simple sinon.

Mais ça n’est qu’un contretemps ! Et pour cause, mon camarade Rakuin, lui, regorge de surprises. Sa nouvelle idée ? Passer par un passage secret souterrain pour infiltrer la baraque sans alerter les molosses ramollis par l’ennui. Ce serait sot de ne pas le suivre.

Après une brève interlude où mon camarade se… eh bien, transforme en sable. Pourquoi pas. – Je vous ai déjà dit que les autochtones du continent étaient étranges ? – Nous nous retrouvons donc dans les entrailles de cette propriété privée. Et purée, que ça sent le renfermé ! Si Kyouka avait été là, il aurait certainement fait une analogie avec l’antre humide d’un être conscient de sexe féminin. En tout bien tout honneur – attention.

Ils devraient penser à refaire la déco.

La roche, ça a tendance à saturer l’imagination. Comme un mur blanc ! Là, on est plus dans un esprit « Donjons & Dragons » que dans celui d’un honorable marchand n’ayant d’yeux que pour les beautés exotiques du Yuukan. Ergo l’arc « Bourreau des Marécages » qu’il est censé posséder… ou… « Assassin de la Fange » ? Je ne me rappelle plus le nom.

Il est vachement long, ce tunnel. Ils s’amusent à trafiquer quoi, par ici, tu penses ? Du recel d’alcool ? Du trafic d’humains ? Des préparatifs pour contrer l’invasion imminente de l’Empire Teikoku ?

Je. Ne. Peux. Pas. Me. Contrôler.

Ce serait le comble de tous les hommes mariés d’Iwa.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7859-100-sinaaq-l-homme-qui-n-a-pas-froid-aux-yeux http://www.ascentofshinobi.com/t7888-sinaaq-carnet-de-bord#65893
Rakuin
Rakuin

Onirique chimère × Sinaaq  Empty
Ven 10 Jan 2020 - 11:04
Comme attendu de la part de son camarade de fortune, celui-ci ne peut contenir sa langue. Énervé au plus haut point, Rakuin faisait mine de ne rien entendre. Une véritable pipelette. Il lui rappelait l’homme explosif au tempérament plus que douteux.

Serrant son poing, il contenait cette rage grandissante sur ses phalanges.
Il attendait, au moins, de terminer cette mission pour lui fendre le crâne en deux.

— Tu ne te tais donc jamais ?

Cependant, Sinaaq soulevait un point des plus intéressant. Pourquoi un tel corridor souterrain pour accueillir les employés. Il n’en savait rien. Ce fut au tour du non-homme de se mettre à rêvasser concernant l’intérêt d’une telle aberration stylistique.

— Des bêtes sauvages. Une sorte de cage de combat où l’homme affronte l’animal.

Chacun voyait midi à sa porte. La psyché du Kazejine restait quand à elle centrée sur l’esprit sportif de ce monde.

Il ne fallut que quelque minutes pour atteindre le bout du couloir. Ni animaux, ni alcools, ni faux billets. Rien de tout cela. Cette imagination débordante leur jouait des tours. Voir le mal partout, au sein même du village, quelle folie.

Rakuin tira une latte sur son kiseru.

Une porte trônait au sommet d’un escalier taillé dans la pierre. Une lumière salvatrice en jaillissait. Le visage de Rakuin se pencha vers Sinaaq. Le poing fermé, son corps s’approcha vers lui de manière bestiale et incontrôlée.

— Pierre, feuille, ciseau. Celui qui perd monte en premier.

Sa main s’ouvrît pour afficher un ciseau. Les deux lurons jouaient la suite de cette mission sur un coup de tête.
Revenir en haut Aller en bas
Sinaaq
Sinaaq

Onirique chimère × Sinaaq  Empty
Ven 10 Jan 2020 - 11:21

Pierre-feuille-… quoi ? C’est quoi ce jeu de barbare ? C’est qu’il est en train d’imiter une paire de ciseaux, là, avec ses doigts ? Pourquoi il fait ça ? Hm. Vu son regard, il doit s’attendre à ce que j’en fasse de même. Et là, il se rend compte que je suis complètement perdu – même si j’affiche un ma-gni-fi-que sourire jaune. C’est l’étincelle morte dans mon regard qui doit jouer dessus. Je comprends. Comme il comprend que je n’ai pas compris. Mais il est grand temps de désamorcer cette situation épineuse.

Disons que j’ai perdu !

Allons-y ! Nous tardons trop, dans ce tunnel bien trop chaud, alors qu’il y a potentiellement UN ARC LÉGENDAIRE qui attend d’être brandi. Moi, j’en suis ! Alors, un pas après l’autre, je me dirige vers cette – triste, vraiment triste – porte, en haut de ces escaliers de fortune, et vais pour poser la main sur la poignée, et…

AAAAAH !

CETTE PUTE A EXPLOSÉ !

MA MAIN ! JE PISSE LE SANG !

MAIS QUI EST LE CON QUI A PIÉGÉ CETTE PORTE ? SI JE LE RETROUVE, JE JURE QUE-… Ah, mais ça doit être ce marchand. Oui. C’est lui. Ça ne peut être que lui. Ou alors, c’est une idée de sa garde rapprochée. Hm… En voilà, un mystère qui s’obscurcit à vue de nez. Et en attendant, je me vide de mon sang comme jamais.

Concentre-toi, Sinaaq…

Allez… On se congèle le bout des doigts… puis la main… hop, hop, hop, on s’arrête, le saignement ! Un, deux, trois… soleil !

Euh… Je crois que j’ai rameuté toute la coalition de la surface, avec ce boucan du diable. Va falloir nous trouver une excuse en béton armé pour expliquer notre présence ici. T’as quoi, en réserve ? Je pense miser sur la carte de la maladresse. « Je pensais que c’était les toilettes ! ». C'est crédible, non ? Personne ne pourrait nous en vouloir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7859-100-sinaaq-l-homme-qui-n-a-pas-froid-aux-yeux http://www.ascentofshinobi.com/t7888-sinaaq-carnet-de-bord#65893
Rakuin
Rakuin

Onirique chimère × Sinaaq  Empty
Ven 10 Jan 2020 - 13:06
Explosion. Porte. Gerbes de sang.
Il ne fallait pas en dire plus pour que Rakuin adopte le célèbre comportement du LEROOOOOOOOY JENKINS.
Sans même savoir si son compagnon allait bien, le Yaban bondit tête la première dans la gueule du loup.

Trouver une quelconque excuse ? Très peu pour lui. Allons, on était une brute de décoffrage ou on ne l’était pas.

Comme l’avait suggéré ce bon vieux suicidaire, il venait de rameuter un pan entier de la sécurité du bâtiment. De quoi faire une jolie partie fine – sans encombre. Ses poings se jetaient avec hardiesse contre toutes personnes entrant dans son champs d’action. Sécurité, Sinaaq, employés ? Tant pis pour eux.

Une rousse exemplaire les attendait. Le bougre se démenait pour être impartial avec tout un chacun. Tous se devaient de recevoir au moins un crochet capable d’exploser une noix de coco.

— Qu’est ce que c’est trop bon la vie d’artiste ? T’es en vie l’ourson ?

L’implacabilité du démon Asaara faisait son effet sur les renforts armés du mini hôtel. Rien de bien effrayant pour un Shinobi entraînés. Tiens, tiens, tiens. Qu’est ce qui ce passait du côté de l’ourson ?
Revenir en haut Aller en bas

Onirique chimère × Sinaaq

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: