Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Les orphelins du feu ( PV Metsu jin / Ketsueki Fusahira ) [Mission rang B]


Mer 9 Aoû 2017 - 11:49
Les orphelins du feu
Une mission m'avait été confié, j'étais légèrement étonné de voir que le rôle de chef de groupe m'avait été assigné cependant. Pensive, je scrutais la missive reçue un peu plus tôt assise tranquillement dans mon modeste appartement. Je ne pouvais nier qu'une certaine dose de satisfaction m'envahissait. Si les hautes autorités me jugeaient digne de pouvoir mener à bien cette mission, cela ne pouvait que flatter mon ego. Je reste lucide que le chemin à parcourir est sans doute encore long et semé d'embûches, pourtant je m'accroche à cette idée avec plaisir. Quelques heures auparavant, j'ai pu suivre le discours du chef des opérations de Hi no kuni. Un vieux Jonin qui ne payait pas de mine et qui semblait relativement expérimenté. Bien que j'affichais une attitude, un brin nonchalante, j'avais suivi les instructions avec assiduité. La lueur de la braise orangée qui se dégageait de ce que j'aime appeler mon « incandescente » se reflétait un tant soit peu sur mon visage. Il faut dire que l'aurore pointait à peine le bout de son nez. Je terminais alors de préparer mon équipement pour cette future mission m'assurant de ne manquer de rien. Le but de la mission ? Assurer un trajet sécurisé pour des jeunes provenant des monastères de Hi no kuni. Les tensions dans cette région restent palpable et finalement cette mission me tient en partie à cœur. Même le caractère le plus froid pouvait un instant retrouvé un soupçon de chaleur quand il s'agit d'enfants. Prenant une légère inspiration, je finissais par enfiler des vêtements plus chaud qu'à l'accoutumé.

Prenant fermement le fourreau de mon sabre dans les mains, je venais passer la lanière sur mes épaules. Il était grand temps que j'aille retrouver les deux personnes qui aillaient m'accompagner. Deux genins également, tout en observant encore quelque instant le parchemin alors que je claquais la porte de mon antre. Hâtant mon pas en direction du port du village. J'avais vaguement eu vent de rumeurs concernant les sabreurs ainsi que le Shodaime, étant principalement des messes basses je n'y prêtais pas réellement attention. Ueno, ma camarade saura me renseigner en temps voulu si ma curiosité me pique encore à vif. Interrogative, je poursuivais mon chemin alors dans les ruelles encore bien vide de si bon matin. Arrivant sur place finalement après un bref crochet par le service des transmissions qui me fît gracieusement cadeau de deux volatiles. La distance à couvrir était bien trop importante pour recourir à des moyens de communications autre que celui-là. Sachant que notre mission, loin d'être une sinécure, n'était pas à proprement parler une mission extrêmement risquée. Enfin, on est jamais trop prudent comme dirais l'adage, la vie de ces enfants sont entre nos mains ainsi que tout l'enjeu qui en découle. Les cages bien harnachées à mon harnais, je me tenais alors près de l'embarcation qui était affrétée pour cette opération de sécurisation. Informés également, mes partenaires devaient je l'espère me retrouver sous peu. De ce que j'avais pu lire comme information sur eux, je les avaient jamais croisé. L'appréhension n'était pas vraiment une chose qui allait m'entraver dans le bon déroulement de la tâche qui m'a été confié, enfin je l'espère. Trouvant une caisse où je pouvais déposer ma croupe le temps de patienter. Il ne me restait plus qu'à entrevoir aussi la suite des événements.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t614-presentation-uesugi-asyiah-terminee

Mer 9 Aoû 2017 - 15:39

Pourquoi l'avaient-ils mis sur une mission comme cela ? Un sauvetage d'orphelins ? C'était une des pires missions pour Fusahira. Il n'en avait que faire, de la vie de ces gosses. S'ils n'étaient pas assez forts pour survivre, ils n'avaient qu'à mourir. Alors, pourquoi ? Un talent aussi immense que celui du manipulateur de sang ne devait pas être selon lui gâché pour quelque chose d'aussi insignifiant. Qu'est-ce qui le motivait donc à accepter malgré lui cette tâche ? Trois raisons précises, en réalité. La première, c'est que si Kiri avait demandé quelque chose de tel, c'est que cela devrait lui rapporter quelque chose. Or, il avait rejoint ce village afin de l'élever au plus haut rang et si quelque chose de tel lui était demandé, même s'il ne connaissait pas l'utilité de ceci, il le ferait pour le village. La seconde, c'est qu'il pouvait apercevoir de plus près les compétences d'autres personnes de son grade qui l'accompagnaient à la réalisation de cette mission. Car, en effet, ils étaient trois, lui compris. Et enfin, la dernière et sans aucun doute la plus importante pour lui, c'est qu'il pouvait offrir le sang des personnes qui se mettraient en travers de sa route à Jashin.

Il se dirigeait en direction des quais d'une vitesse plus ou moins normale, tout en s'interrogeant de plus belle de ce que Kiri avait à tirer d'une mission aussi pathétique. De toute façon, il n'accorderait aucune importance au but de la mission en elle-même, cherchant davantage à satisfaire sa dernière raison énumérée. La brume était toujours bien présente en ces lieux, comme d'habitude. Continuant de réfléchir quant à la mission, il se demandait vraiment ce qu'une personne aussi idiote que la Shodaime Mizukage cherchait à obtenir en travers de ces enfants. Une faveur de la part du Daimyô du Feu ? C'était une hypothèse à ne pas négliger.

Arrivant finalement au bout de sa route, il avisait la zone aux alentours, prenant ses repères. Se dirigeant vers le bon bateau, il apercevait une jeune femme assise sur une caisse, sans doute l'une des personnes qui va devoir l'accompagner. Il ne lui adressait même pas le moindre regard, se contentant de regarder de son air mélancolique le bateau auquel il rentrait dedans, ne cherchant pas à perdre de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t668-ketsueki-fusahira-dc-chokoku-seitamaro

Mer 9 Aoû 2017 - 21:34
J'étais heureux ! J'avais la pêche ! La patate ! J'étais à fond pour la première fois depuis plus longtemps que je ne pouvais m'en rappeler. Un sourire idiot me fendait le visage en deux mais je n'arrivais pas à m'en défaire, c'était comme ça, aujourd'hui au diable les emmerdes. Au diable la méfiance vis à vis des autres shinobis, mon air morose et mon sarcasme malvenu, j'allais enfin faire quelques choses qui me plaisait. On m'envoyait en mission dans le pays du feu pour aider au transport d'un groupe d'orphelin du Feu jusqu'à Kiri. Je n'étais pas dupe, je savais bien que notre Mizukage ne faisait pas ça par bonté de cœur et que cette entreprise avait pour but soit de se faire bien voir auprès des autres nations soit, pire, de renforcer notre armée. Je m'occuperais de ce cas de conscience plus tard, le plus important n'était pas de savoir pourquoi on les sauvait mais simplement de savoir qu'on les sauvait, tout court. Je n'aimais ni être ninja ni ce que ça représentait d'en être un mais je ferrais deux choses que j'aime : Aider des gens dans le besoin et potentiellement botter le cul des enfoirés du Feu qui m'ont volé ma famille dans la manœuvre.

Je m'étais levé aux aurores pour me préparer de quoi manger et ravitailler mon stock d'armes ninjas mais aussi et surtout me poser devant le miroir et m'essayer à des phrases d'accroche réconfortantes que je dirais aux gamins paniqués. « Je suis Jin Metsu, votre sauveur ! Euh... Non, trop pompeux. Ne vous en faîtes pas, je donnerai ma vie pour vous sauver. Non plus, ils allaient flipper de se faire buter sinon... Je suis un orphelin comme vous et regardez ! J'ai l'air en pleine forme non ? » Je relevais les yeux vers mon reflet, m'ouais, avec mes drôles de cheveux, mon œil en moins, ma brulure dégueulasse et ma cicatrice au front nouvellement acquise j'étais finalement pas sûr que je donnais l'impression d'être en forme. Merde, l'heure tourne avec mes conneries, tant pis pour la mise en scène j'improviserai le moment venu.

J'arrivais tout juste au port pour voir le bateau amarré et son équipage à bord. Deux personnes : Une femme à l'allure normale et posée attendant tranquillement sur une caisse et un mec bizarre et flippant qui tirait une gueule de mort vers qui je me dirigeais sans hésiter une seule seconde. Premièrement, parce qu'il montait sur le bateau et deuxièmement, parce que je me rappelais qu'on m'avait déjà collé un Yuki défectueux et un autre en pleine regression mentale et que donc, en toute logique, je n'aurais personne de normal avec moi aujourd'hui. Je grimpais sur le navire une paire de minutes après lui car j'avais prit le temps de saluer l'équipage puis l'approchait pour le saluer.

« Bonjour, je suis Metsu Jin. Je suppose que vous supervisez la mission ? » Vu son âge, le type devait être Jonin. « C'est un honneur de travailler avec vous aujourd'hui »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Mer 16 Aoû 2017 - 16:58
Qu’avaient-ils fait ?
Ils étaient montés dans un bateau.
Qu’attendaient-ils ?
Que le bateau aille sur l’eau et atteigne sa destination.
Quelle était leur destination ?
Le port de Hi, d’où ils auraient à tracer et sécuriser un trajet reliant le pays du Feu à celui de la Brume.

Ils avaient un ordre de mission précis, trois objectifs précis et donc des initiatives précises à prendre. Ils n’avaient rien fait de cela : la première participante s’était assise sur une caisse et attendait les deux ninjas mis sous ses ordres ; le second était monté, juste monté, sans émettre le moindre signe (si bien qu’il aurait fait autant progresser les choses par son absence que par son apparition sans effets) ; enfin, le dernier avait initié un début de conversation, laissée sans réponse, ce qui ne semblait troubler aucun personnage, et n’appelait de leur part aucune réaction.

Le chef d’équipage (car l’équipage, lui, manœuvrait et se mettait en branle pour accomplir sa tâche) hurla les ordres nécessaires au départ de son vaisseau ; les dernières planches furent détachées du quai ; les voiles se gonflèrent au souffle du vent ; puis l’immense navire de transport prit les flots, fendant l’onde et bavant des bords de sa coque une écume mousseuse.

-Mesdames et messieurs, bienvenue à bord du navire Ynisia Tivulu en provenance du port de Mizu et à destination du port de Hi. Les flots sont tranquilles et la bise favorable ; l’heure d’arrivée ne souffrira donc d’aucun retard. Pour votre sécurité, merci de ne pas vous pencher aux rambardes et de vous maintenir à distance des lieux sécurisés. Nous vous souhaitons un agréable voyage.

Il était inutile de préciser aux trois passagers kirijins l’interdiction de se ballader trop librement au sein du bateau : aucun ne semblait capable d’initiative, et tous trois se tenaient fixement immobiles à leur place, attendant sûrement que le vent, dans son souffle, les porte à travers les mers et les dépose pile au lieu où devait se résoudre leur mission ? Ils attendaient peut-être même que leurs trois objectifs fussent cochés les uns après les autres grâce à une intervention des kamis, ou de quelque puissance capable de faire avancer les choses à leur place ?

Le trajet ne fut attaqué par personne, ne subit aucune averse, profita d’une météo heureuse et échappa aux malheurs qui, d’habitude, noircissent les aventures de jeunes ninjas – et les dispensent d’être les premiers acteurs de leur mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 16 Aoû 2017 - 20:04
L'individu habillé tout en blanc apercevait un des deux shinobis qui montaient à bord et qui semblait lui adresser la parole. Il ne semblait pas très bien informé du chef de groupe, mais d'un côté, peut-être que toutes les informations ne lui avaient pas été données depuis le début, ce qui pourrait excuser cela. D'ailleurs, pourquoi pense t-il ça, puisque lui-même il ne savait pas qui c'était ? Mais vu que l'individu lui posait cette question, il pouvait supposer que l'organisatrice n'était autre que la femme assise sur la caisse qui nous rejoignait de plus belle. < Bonjour, quant à moi, c'est Ketsueki Fusahira. Et non, ce n'est pas moi qui supervise la mission. > Il avisait yeux dans les yeux l'individu aux cheveux de couleurs différentes, apercevant qu'il avait une cicatrice sur son œil gauche. Cela pourrait peut-être dire qu'il avait de l'expérience, sauf s'il possédait celle-ci à cause d'une attaque de chiens. Mais bon, assez rêvassé. Il enchaînait d'une nouvelle phrase. < Tous deux, sachez que j'en ai que faire de ces orphelins. Si je fais ça, c'est dans l'intérêt de Kiri, et non dans celui de leurs misérables et pitoyables vies. > Une fois qu'ils étaient tous les trois prêts, ils pouvaient prendre le large après un cours discours du capitaine du bateau.

La météo était clémente, ce qui était idéal pour voyager. Est-ce que ce serait donc l'oeuvre divine des kamis qui avaient décidé d'aider ce petit groupe à la réalisation de leur objectif héroïque ? Bien sûr que non, ils étaient beaucoup trop pathétiques afin qu'ils reçoivent l'aide de personnes qu'aucun être humain n'avaient pu côtoyer. Bon.. maintenant, il devait se mettre à la tâche. C'était à contrecœur qu'il collaborait avec Jin et seulement lui, puisque la chef de groupe semblait vraisemblablement avoir le mal de mer. < Bon.. profitons qu'il n'y ai pour l'instant pas le moindre danger afin de tracer une carte du littoral du chemin qu'il faut prendre. Pour le moment, il n'y a rien à craindre, mais reste sur tes gardes. > Il voulait littéralement prendre le leadership de ce petit groupe. Aussitôt, il prenait d'un petit sac disposé sur le bateau une carte aussi fripée que la vieille peau de la Mizukage ainsi qu'une plume et de l'encre, avant de commencer à tracer le chemin qu'ils avaient commencé à prendre. Si la météo continuait de rester clémente et si il n'y aurait pas le moindre obstacle, il seraient là-bas d'ici quelques courts jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t668-ketsueki-fusahira-dc-chokoku-seitamaro

Jeu 17 Aoû 2017 - 11:53
Je connaissais ce type depuis une poignée d'heure et j'avais déjà envie de le crever et d'enterrer son cadavre moisi sous un orphelinat pour lui montrer ce que je pensais de sa mentalité de merde. « Tu fais ni ça pour les orphelins ni pour Kiri, t'es là parce qu'on t'en a donné l'ordre et que t'as obéis comme nous tous. Ça tombe bien puisqu'on en a rien à foutre de tes motivations. ». J'avais l'habitude d'être plus subtile et de la jouer fine pour en apprendre plus sur les gens mais là, c'était de trop. D'ailleurs il avait du bol que les matelots bossaient sur le pont sinon il aurait fini son voyage au fond de l'eau. L'idée restait dans un coin de ma tête, si on pouvait rentrer avec le sentiment du travail accomplit et un membre en moins dans l'équipe je ne serais que plus heureux.

« Si t'as envie de le faire te gêne surtout pas. Moi je sais pas dessiner et de toutes façons si je trace une carte avec mon oeil en moins tous les Kirijins qui viendront ici vont se paumer. Surtout que je vois pas l'intérêt de ramener un plan des côtes pour aider des gosses à traverser les terres. Les côtes ont l'air très tranquilles. ».

Elles l'étaient. On n'avait rien vu d'étrange et encore moins subit d'attaque durant notre voyage, en même temps, faut dire que même les bandits de bas étages les plus cons savaient très bien qu'ils ne devaient pas s'en prendre à un bateau dont la voile était marquée du symbole de l'eau. Notre terre n'était plus vraiment celle des bandits et une belle partie de ceux qui avaient fuis Mizu no Kuni avaient fini au pays du feu pour profiter du bordel qui régnait encore. Il nous aurait fallu un de ces enfoirés de Yuki pour une fois. Les brigands devaient se chier dessus rien qu'en apercevant un homme à la chevelure longue et soyeuse de nos jours.

Je laissais la cheffe reprendre ses esprits et Fusahira fignoler sa carte pendant que j'aidais l'équipage à décharger ce qu'ils avaient besoin de décharger. Une fois cela fait, je prenais seul l'initiative d'aller auprès du capitaine de port pour le remercier de son accueil, l'informer de notre mission -même s'il devait déjà être au courant- mais aussi et surtout pour prendre des nouvelles de la région, y avait-il eu des attaques de pirates ? Des criminels avaient-ils été repérés dans les alentours ou des attaques avaient-elles eues lieu sur le port ? Autant de questions qui me permettraient de savoir à quoi m'attendre lors de la sécurisation de la zone et quelle stratégie il nous faudrait adopter.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Jeu 17 Aoû 2017 - 17:06
< Tu est d'un pathétisme flagrant, jeune homme. > disait-il dans le plus grand des calmes. Néanmoins, il mettait beaucoup de sérieux dans la réalisation de la carte du littoral, étant un perfectionniste en la matière. Voulant tester jusqu'au bout l'individu, il renchérissait de plus belle. < J'imagine bien la tête de ces enfants quand ils pleurent la disparition de leurs parents, pas toi ? Cela doit être quelque chose d'intéressant. Une véritable merveille pour les yeux. > concluait-il dans un ton beaucoup trop froid pour que cela soit de la simple ironie. Allait-il se briser psychologiquement ? C'est ce qu'il allait voir.

Plusieurs jours s'étaient écoulés dans le plus grand des calmes, au point que celui-ci était tellement grand que cela devenait suspect. Les côtes étaient visibles à l’œil nu, et il semblait en apparence n'y avoir personne. La carte était tracée de manière très détaillée malgré la mauvaise qualité du papier, Fusahira s'étant réellement appliqué à la réalisation de celle-ci. < Le trajet est sécurisé. Je propose qu'on fasse une halte à ses côtes le temps d'un moment afin de se ravitailler. > Et s'il pouvait donner du sang à Jashin par la même occasion, ce serait l'idéal.

< Si j'ai bien compris, notre seul but actuel est de trouver un trajet sécurisé entre les deux côtes, ce qui est chose faite. Cela m'intrigue que le voyage s'est déroulé dans le plus grand des calmes et que la météo fût clémente envers nous, mais je pense que cela ne se déroulera pas de la même manière lors de notre retour. Dès que nous sommes prêts, nous pourrons repartir. >


Pour sa part, il utiliserait son temps libre pour prier dans une pièce isolée, laissant ces pauvres idiots entre eux. Ce qu'il disait à propos des orphelins était une glaçante vérité : il ne faisait que cela dans l'unique intérêt de Kiri. Considérant que les autres individus à bord étaient d'une faiblesse sans nom, il ne s'était pas privé de prendre le commandement du groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t668-ketsueki-fusahira-dc-chokoku-seitamaro

Ven 8 Sep 2017 - 17:08
« Vous tombez à pic ! C'est vous les ninjas envoyés par le pays de l'eau pour sécuriser la zone pas vrai ? C'est parfait. » Le capitaine était tout sourire quand je lui demandais l'état de la région. « Faut dire qu'en terme de sécurité navale on est au top. Mes gars et moi on a fait un beau boulot et puis faut dire que la guerre au pays du feu n'aide pas les gens à naviguer jusqu'à chez nous donc les pirates n'ont rien à se mettre sous la dent. Les eaux sont tout à fait sûre ! Non, le véritable problème c'est sur les routes. Un énorme chantier est en cours non loin d'ici alors on a un trafic assez conséquent de charrettes mais le problème c'est qu'une fois sur cinq, elles n'arrivent pas à destination. On sait bien où trouvait le campement des bandits qui s'attaquent au commerce mais le problème c'est qu'on a pas les effectifs pour les déloger. ».

« Nous allons nous en charger, mon équipe et moi. » Uesugi Asyah avait finalement fait son apparition, remise de son mal de mer. « Tenez, nous avons cartographié les côtes et j'estime que c'est une bonne chose que vous en ayez une copie. Mon partenaire a fait un travail des plus corrects. ». C'était vrai. Ça avait beau être un connard, le Jashiniste avait bien bossé. Sa carte bien qu'entièrement en noir et blanc était détaillée au possible et listait les coins les plus dangereux où pouvait se cacher des bateaux en embuscade ainsi que l'itinéraire que nous avons emprunter puis l'itinéraire le plus sûr selon lui. C'était une véritable mine d'or pour le port de Hi qui pourrait dératiser ses côtes des pirates restants. « Je vous remercie jeune fille. Pour la peine, je vous propose d'emmener une bonne poignée de mes gardes avec vous afin de vous rendre au camp que nous avons repéré et de régler leurs comptes à ces malfrats. ». Je fronçais les sourcils en pensant à Fusahira et son goût prononcé pour le sang. Certes, les bandits attaquaient les convois et devaient répondre de leurs actes mais il était hors de question que l'un d'entre eux ne meurt. Je me rappelais comment ceux de Mizu no Kuni avaient été exterminés violemment, peu importe leurs crimes et il m'était impossible d'imaginer qu'une fois de plus des ninjas du pays de l'eau exécuteraient des malandrins sans pouvoir. « Nous partons dans l'heure. » Déclarait notre cheffe avant de partir se préparer.

Une heure plus tard, nous étions fin prêts mes "partenaires" et moi ainsi que quatre gardiens du port, parés de leurs armures et de leurs armes de Hi no Kuni. Nous empruntions le chemin de terre qui quittait le port et nous le remontions pendant presque une heure à pied avant de bifurquer et de commencer à s'enfoncer dans la forêt. Nous avions appris auprès des gardes que les attaques duraient depuis plus d'un mois, ils n'avaient aucune idée du véritable nombre de leurs ennemis mais ils savaient que leurs chefs était un des bandits qui avait fuit le Pays de l'Eau et sa purification pour profiter du chaos régnant encore au Pays du Feu. « Nous pensons qu'ils sont au moins une diz- ». "CLAC" bruit métallique. « AAAAAAAAAAAAAH ». Un moment de silence s'installe, le temps que tous remarquent que Asyah venait de marcher dans un piège à ours qui s'était refermé sur sa jambe. Nouveau bruit métallique de deux kunais qui s'entrechoquent. Un garde venait de sauver la vie de la piégée en parant un kunai venu des arbres.

« Ils nous entourent ! Ils sont partout ! » criais-je à mes camarades qui se mettaient en garde. Mon regard se plantait sur Fusahira, heureux et souriant à l'idée d'un bain de sang. C'était avant tout lui mon ennemi et je devais faire attention aux moindres de ses gestes. Lorsqu'un de nos assaillants surprise se jetait sur lui, je sautais entre eux deux pour m'interposer et échanger des coups avec lui. « Dégages pauvre abruti ! » Je me faisais pousser par le Ketsueki qui envoyait des balles de son propre sang sur le bandit. Je sauvais le malfrat in-extremis en plaquant mon coéquipier au sol, profitant de l'effet de surprise, j'avais empoigné une roche et j’assommais d'un coup sec le Jashiniste avant de me relever. Deux gardes s'affairaient à libérer notre cheffe tandis que les deux autres combattaient chacun deux bandits. De mon côté, je bloquais le coup de celui que je venais de sauver avant de lui envoyer mon poing en plein visage. J'envoyais mon coude dans le ventre de celui qui tentait de m'attaquer par derrière puis, profitant d'un demi-tour gracieux, je dégainais un kunai pour bloquer l'épée du troisième qui venait de tomber de l'arbre et me faisait face. « Barrez vous ! Occupez vous de vos affaires ninjas de merde ! » me crachait-il au visage avant que je ne gagne le duel de lames en ouvrant sa garde et en l'envoyant d'un coup de pied contre un arbre où il cognait son crane.

Coup d’œil vers Fusahira. Il avait profité du chaos ambiant pour disparaître. Un des gardes était au sol, les deux autres avaient installée notre cheffe contre un arbre et lui avait fait un garrot tandis que le dernier, habile de sa hallebarde, se dépatouillait désormais avec trois agresseurs pour défendre ses collègues. Je chargeais vers le combat et m'apprêtait à cogner les vilains quand une voix venue d'en haut mit fin à la baston. « C'est bon. Ça fait assez longtemps maintenant ! ». Paf ! Nuage de fumée. Quinte de toux. Ils avaient disparus en lançant une fumigène au sol. Comment cela assez longtemps ? « Un piège, c'était... un piège ». Murmurait Asyah de sa petite voix faiblarde. Merde ! Mon sang ne fit qu'un tour. Les malandrins avaient profité de notre absence combinée à celle d'une poignée de garde pour attaquer le port.

« Ramenez les blessés ainsi que les bandits en direction du port. Je vais voir ce qu'il s'y trame. ». Sitôt dit, sitôt fait. J'abandonnais mon groupe dans la forêt et fonçait comme un malade jusque là bas. A première vue, il n'y avait pas eu d'attaque. Pas de bâtiment en feu, pas de civils hurlant et fuyant l'endroit. Une poignée d'hommes seulement avaient l'air paniqués. Ils m'apprirent que quelques temps après notre départ, une brume épaisse s'était levée sur le port et qu'ils avaient tous été assommés à leurs postes respectifs. Une fois réveillés, ils n'avaient constaté aucun dégât mais le capitaine de port avait disparu. Non. Ils avaient été enlevé. Lui et la copie de la carte qu'on lui avait gracieusement offerte.

Heureusement, j'avais réussit à récupérer la carte originale dans la cabine de Fusahira. Celui qui avait enlevé le capitaine n'avait pas pu retourner à son campement car on était tout près alors il avait certainement profité des détails de la carte qu'il avait trouvé pour se trouver une cachette temporaire. Me voilà parti à la recherche de ce fameux endroit, caverne par caverne jusqu'à trouver la bonne, après trois tentatives. J'avais déjà été alerté par des cris de douleurs que la grotte faisait résonner. J'entrais.

« QUAND EST LE PROCHAIN CHARGEMENT ?! Dis le moi si tu veux que j'arrête de te fouetter ! » Clac ! Clac ! Hurlements de douleur. J'avais l'avantage de la surprise mais je ne m'en servirais pas. Je ne laisserai pas ce pauvre homme souffrir plus longtemps et donc je m'avançais vers le tortionnaire. Armé d'un fouet d'eau, il lacérait le dos nu du capitaine. « Hoy, baltringue ! Viens donc t'en prendre à quelqu'un qui n'est pas attaché ». « Que ? » Il s'arrêtait en plein mouvement, épargnant sa proie d'un coup de fouet. « Hum. Tu n'aurais pas dû venir ici gamin. T'es un des ninjas de Kiri pas vrai ? J'ai échappé aux Yuki, aux sabreurs et aux Kaguya. Tu penses vraiment que tu as une chance contre moi ? ».

« Oui. Il faut vraiment être la dernière des fiottes pour fuir devant les Yuki et leurs cheveux de gonzesse. ». Je terminais ma phrase en lui envoyant un kunai qui vint s'enfoncer dans son fouet d'eau élargit. « Abru- » mon kunai qui venait d'exploser grâce à l'un de mes sceaux l'envoya se cogner contre le mur. Son fouet l'avait protégé du gros de l'explosion mais le souffle l'avait tout de même propulsé et, le temps qu'il se relève, j'étais déjà devant lui. Ce mec était un ninja qui avait décidé de se servir de ses pouvoirs pour torturer un homme sans chakra. Il le paierait de sa vie.

Il m'envoyait son poing en se relevant que je parais sans difficulté sans faire gaffe à son autre main qui composait un demi-tigre. « Suiton Mizu Rapa » Il me crachait un puissant jet d'eau en plein visage et en profitait pour m'asséner un coup de pied dans les côtes puis il créait un nouveau fouet pour me le claquer sur le torse. Argh ! Le choc avait déchiré mes vêtements et entaillé mon torse. Il utilisait l'eau salée qui stagnait dans la grotte et le sel qu'elle contenait me brûler vivement. « Peut-être que tu le sait toi non ? Quand est le prochain chargement ? » il riait grassement alors qu'un nouveau coup de poing me fit tomber sur le sol. J'essuyais l'eau salée dans mon œil et reprenais le combat. Je devais le priver de ses précieuses techniques.

Il m'attaquait de plus belle mais j'esquivais son coup en m'abaissant sur le côté puis envoyais deux poings dans ses côtes et l'un d'entre eux remontait pour lui briser la mâchoire. Floc. Il se liquéfia et disparût sur le sol. C'était un clone. Nouveau coup de fouet qui me lacère le dos et cri de douleur. « Alors, qui de nous deux est la fiotte maintenant ? ». Je me tournais vers lui et souriais. « Je m'appelle Jin. Je te le dis pour que tu saches qui implorait pour ta vie dans deux minutes. ». Il me lançait son arme que je laissais s'enrouler autour de mon bras en grimaçant de douleur. D'un coup sec, je le tirais vers moi et réceptionnais cette ordure avec un puissant coup de genou dans le bas ventre avant d'apposer ma main sur son front pour y laisser un de mes sceaux.

Il s'éloignait en faisant un grand saut puis sourit. « Je vais en finir avec toi. Tant pis pour ce connard de capitaine, qu'il crève avec toi. Que le torrent vous emporte ! » Il enchaîna avec une rapide série de mudra. « Suiton Technique de la grande cataracte. Adieu. ». Il grimaçait. Je souriais. Je riais aux éclats alors qu'il se décontenançait lorsqu'une vulgaire flaque d'eau vint s'écouler jusqu'à mes pieds. « Tu avais déjà utilisé beaucoup de chakra, tu n'aurais pas dû tenter une technique si coûteuse, surtout après que je t'ai marqué. ». « Je... Je n'ai plus de force ! J'ai ! J'ai plus de chakra ! Monstre ! Argh... ». Il s'écroulait à genou sur le sol, incapable de se défendre. « Tu vois comment on se sent quand on a pas de chakra devant un ninja, hum ? Tant mieux. Tu fais partie des premiers mais tu n'es pas le dernier. L'ère des shinobis touche à sa fin ». Je levais un kunai dans les airs vers l'homme sans défense. « Non je t'en supplies ! Jin ! Je p- » Gargouillis sanglants. Joie intense. Mon arme venait de lui perforer la gorge et lui ôter la vie.

J'avais récupéré le capitaine évanouit, j'avais déchiré la carte originelle et la copie pour éviter les risques puis j'étais rentré au port. Fusahira n'était pas revenu et Asyah devrait rentré à Kiri pour soigner sa jambe que les réactions rapides des gardes avaient sauvée. Je m'étais moi même fait soigné par le médecin local puis j'avais reçu une missive venue de Kiri : Je devais me rendre à Shîto.

Le groupe de bandits locales avait perdu son chef et la moitié de ses effectifs, les eaux étaient sûres. Ma mission était accomplit. Je mettais mes affaires de rechange et me rendait au village de Shîto qui venait d'émerger.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Les orphelins du feu ( PV Metsu jin / Ketsueki Fusahira ) [Mission rang B]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: