Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Ambitions - Chroniques des « Han » - I

Han Musashi
Han MusashiEn ligne

Ambitions - Chroniques des « Han » - I Empty
Ven 10 Jan 2020 - 2:24
Ambitions - Chroniques des « Han » - I Ilbd
Ambitions - Chroniques des « Han » (I)


Hiver - An 191
Yuba, extrême sud-ouest de Kaze


« Tu en as mis du temps, Hanako… J’espère que tu reviens avec des bonnes nouvelles ! » Lâcha Ryuma, d’une voix grave, tandis que son regard sévère et exigeant se posait sur la jeune femme.

Accompagnée d’une dizaine d’hommes, ses hommes, des valeureux guerriers, tous aussi bien armés les uns que les autres, la guerrière se montra d’abord silencieuse, préférant prendre le temps de descendre de sa monture, chose qu’elle faisait d’ailleurs avec une certaine élégance. Lorsque son pied toucha le sol sableux du petit village de Yuba, situé dans l’extrême sud-Ouest de Kaze, tous ses hommes s’agenouillèrent immédiatement, en baissant notamment la tête, seuls leurs turbans rouge et blanc s’affichaient désormais à leur supérieur. Une tradition dont la manipulatrice du Shôton s’en passerait bien, mais ils n’avaient guère le choix, puisque Ryuma, en tant que fondateur du clan Han, était intransigeant avec les règles.

« Ils ont mordu à l’hameçon ! Les choses se passent comme tu le souhaitais, Ryuma… » Fit-elle, seulement une fois qu’elle se retrouva à sa hauteur. « Je crois que tu peux libérer mes hommes de leurs obligations, ce voyage a été particulièrement éprouvant, ils ont besoin de se reposer et prendre des forces. » Poursuivit-elle, sans perdre la peine de le regarder.

Misogyne qu’il était, l’ancêtre n’appréciait guère le ton de sa belle-fille dont d’ailleurs la simple présence suffisait à l’irriter au plus haut. Tandis qu’il libérait les guerriers de leurs obligations, un jeune garçon, âgé d’environ cinq ans, sortit du manoir des Hans, avant de se ruer vers la jeune femme, exprimant ouvertement sa joie.

« Mamannnnnn ! » Fit-il, en courant vers sa génitrice, qu’il espérait prendre dans ses bras.

« Dis-moi, Musashi, où est-ce que tu crois aller comme ça ? » Lâcha Ryuma, de sa grosse voix qui inspirait clairement la crainte et la peur chez le gamin. « Combien de fois vais-je te dire de te comporter comme un homme ?! » Reprit-il, en se mettant entre Musashi et sa génitrice.

Le jeune gamin freina naturellement sa course, haïssant intérieurement le vieil homme qui avait tendance à lui ôter sa joie à chaque fois qu’il en avait l’occasion. Sa mère, ne supportant pas le vieil homme qui ne l’avait d’ailleurs jamais porté dans son cœur, était folle de rage, même si elle s’efforçait de se contenir.

« Il n’a que cinq ans, alors ôtes-toi de son chemin et laisse-le exprimer sa joie de revoir sa mère, après plusieurs mois d’absences ! » Intervient-elle, en contournant le vieil homme dont la taille et le visage ferait trembler n’importe qui.

« Silence, femme !!! Je t’interdis d’intervenir lorsque je m’adresse à mon petit-fils ! C’est à cause de toi s’il est si fragile !! » Lâcha -t-il sur un ton qui présageait le pire.

Musashi, craignant déjà le pire, se mis à ruer vers son grand-père, qu’il agrippa par le bras pour lui demander son pardon et le convier à se calmer.

« Je suis désolé grand-père, je suis désolé, je ne voulais pas vous mettre en colère. Je retourne étudier, je vous le promets, mais calmez-vous s’il vous plaît. » Supplia -t-il, en se retenant de pleurer.

Musashi venait en réalité de prouver qu’il était loin d’être un homme, du moins de la conception que s’en faisait son grand-père, chose qui lui valut une gifle qui manqua de peu de le faire évanouir. Il ne voulait pas décevoir son grand-père, il ne voulait pas que les foudres du vieil homme s’abattent sur sa mère, c’était cela qui le faisait tenir debout.

« Comportes-toi en homme, combien de fois vais-je devoir te le répéter ?! » Lâcha -t-il, tandis que son pied venait frapper le gamin de plein fouet, l’envoyant valser vers la porte, contre son père qui venait de sortir du manoir.

« Comment oses-t… » Commença Hanako, folle de rage, tandis que sa main était posée contre son arme.

« Hanako ! Arrête. » L’interrompit son mari, à qui il ne fallut pas longtemps pour comprendre la situation. Une situation qu’il connaissait bien, malheureusement. « Père, ça suffit maintenant. » Reprit-il, avant d’inviter sa femme à venir le rejoindre.

Se mordant les lèvres, la manipulatrice du Shôton finit par lancer un regard des plus sombres à son beau-père avant de filer vers son époux. Ryuma ne manqua pas aussi d’exprimer toute sa haine et son épris pour celle qu’il considérait encore comme une vulgaire étrangère, malgré toutes les années qu’elle passa auprès de son fils, auprès de sa famille, malgré tous les services qu’elle avait rendu pour son clan.

Quand on y pensait, c’était vraiment difficile d’imaginer ces quatre personnes cohabiter sous le même toit, et c’était pourtant la réalité. Plusieurs choses expliquaient cela, mais ce qui était certain c’était que tôt ou tard, cette famille imploserait, c’était indéniable. Ce n’était qu’une question de temps.

Quoi qu’il en fût, Ryuma s’éloigna du manoir, il avait visiblement affaire, tandis qu’Hanako franchissait le seuil de leur porte, sans même prendre la peine de saluer son époux. Musashi se laissa enfin aller, pleurant un bon coup sans que celui qu’il qualifiait de « monstre » ne vienne ne le reprenne et ne le sévisse sévèrement…

« Que pensais-tu faire en posant ta main sur ton arme, Hanako ? Depuis le temps tu devrais le connaître, alors fais plus attention. » Lâcha Fusaaki, le père de Musashi, sur ton qui ne plaisait visiblement pas à la jeune femme qui s’en alla retrouver la Cour supérieure, sans prendre la peine de lui répondre…


to be continued...

_________________
Ambitions - Chroniques des « Han » - I D89k
Ambitions - Chroniques des « Han » - I Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Han Musashi
Han MusashiEn ligne

Ambitions - Chroniques des « Han » - I Empty
Ven 10 Jan 2020 - 4:45
Ambitions - Chroniques des « Han » - I Ilbd
Ambitions - Chroniques des « Han » (I)


Hiver - An 191
Yuba, extrême sud-ouest de Kaze


Quelques heures plus tard…

« Maman, pourquoi est-ce que grand-père est méchant avec tout le monde ? » Demanda Musashi, qui se faisait dorloter par sa mère.

S’accordant un instant de réflexion, Hanako cherchait la meilleure manière de répondre à l’interrogation de son fils.

« C’est parce qu’il n’a pas eu beaucoup d’affections durant sa jeunesse. Un homme en manque d’amour et d’affections devient grincheux et se montre particulièrement désagréable avec tout le monde sans aucune raison. Il ne faut pas lui en vouloir, Musashi. Il n’a pas mauvais fond, et d’ailleurs aucun homme n’est foncièrement mauvais. Les circonstances l’ont rendu ce qu’il est aujourd’hui, mais il peut encore changer et devenir le grand-père que tu aurais dû avoir. » Finit-elle par expliquer, visiblement loin d’être convaincue par ce qu’elle avançait, même si elle s’efforçait pour Musashi.

Le jeune et futur manipulateur du Shôton considéra les paroles de sa génitrice avant de faire mine de réfléchir. Puis, soudainement, il se redressa subitement, claquant des doigts comme s’il avait eu l’idée du siècle.

« Pourquoi tu ne lui donnerais pas un peu d’amour ? Au lieu de m’en donner toujours à moi, tu pourrais lui en donner aussi si ça peut lui permettre d’aller mieux ? » Fit-il, d’un sourire béat.

« Cela ne marche pas comme ça, Musashi. » Répliqua -t-elle, d’un rire cristallin. « C’est un peu tard pour lui, c’était à sa mère et à sa femme de lui donner de l’amour, comme je suis en train de t’en donner aujourd’hui et que t’a femme t’en donnera encore plus demain. Mais on peut encore aider ton grand-père, j’y travaille pour, ne t’en fais pas. » Reprit-elle, en le cajolant.

« D’accord, M’man ! Je te fais confiance ! » Fit-il, visiblement rassuré. « Mais M’man, si c’est les femmes qui doivent donner de l’amour aux hommes, qui donne de l’amour aux femmes ? Vous en avez besoin aussi non ? Tu es super forte, tu fais pleins de choses impressionnantes que ni papa ni grand-père ne sont capables de faire, tu sais faire plein de choses à la fois, et en plus de tout ça tu nous donnes beaucoup d’amour, mais nous on ne t’a jamais rien donné…Et eux ils ne t’ont même jamais remercié… » Fit-il, avec beaucoup de curiosité.

Sourire aux lèvres, Hanako agitait légèrement la tête, comme pour signifier à son fils qu’il se trompait sur toute la ligne. Puis, au moment où elle s’apprêtait à prendre la parole pour lui apporter quelques précisions, la porte de leur chambre s’ouvrait lentement tandis que l’ombre de Ryuma prenait forme sur le sol, devant eux. La peur gagna très rapidement Musashi, qui s’empressa de se cacher derrière sa mère, songeant que son grand-père allait une fois de plus le réprimer. Lorsque la porte s’ouvrit entièrement, l’ancêtre en personne se présenta à eux, l’air toujours aussi désagréable. Hanako protégea naturellement son enfant, de crainte que son beau-père ne vienne encore le frapper, comme il en avait souvent l’habitude. L’air sombre, elle était prête à lui sauter à la gorge si nécessaire. Heureusement que Musashi n’était pas capable de voir son visage, sinon dieu seul savait ce qu’il en penserait…

« Tu te caches encore dans les jupes de ta mère, au lieu d'étudier, Musashi… » Lâcha -t-il, dans un premier temps.

Cette simple phrase suffit à tétaniser le gamin qui pensait que son grand-père ne s’arrêterait pas à là.

« Qu’est-ce que tu lui veux, Ryuma ?! Il est tard, les études peuvent attendre demain. » Fit Hanako, d’un ton sec.

« Calme tes ardeurs, femme ! Je pensais trouver Fusaaki, mais bon visiblement il doit encore en train de se divertir avec une ses catins qui nous servent de servante… Quand il se sera lassé et qu’il aura trouvé la force de te rendre visite, dis-lui que je le veux opérationnel pour demain ! » Répliqua -t-il, faisant mine de garder son calme.

Hanako ne sassait pas. Elle ne comptait visiblement pas le laisser s’en aller avant d’obtenir quelques réponses.

« Opérationnel pour quoi ? Je retrouve à peine mon époux et tu veux déjà me le retirer ? A moins que ce soit pour la réunion, auquel cas tu ne vois pas d’inconvénient à ce que je sois présente ? Je pense le mériter pour la mission que j’ai accomplie, pour les risques que j’ai pris pour toi, pour notre famille ! Je te rappelle que j’ai même perdu des hommes, Ryuma ! » S’emportait-elle, dans l’espoir de lui faire entendre raison.

Cela amusait visiblement Ryuma, qui jubilait devant la détresse de sa belle-fille, qui le suppliait de l’accepter dans sa famille, c’était du moins ainsi qu’il interpréta son monologue. Après un sourire des plus malicieux, il se retourna entièrement vers Hanako pour clarifier les choses, une bonne fois pour toute.

« Ola ola Hanako… Doucement, doucement… Premièrement, à mes yeux tu ne fais et tu ne feras jamais partie de ma famille. Tu n’es qu’une étrangère, venu de je ne sais où pour corrompre mon fils et ma famille. Tu fais partie de ces fanatiques qui ont parcouru le monde entier dans l’espoir d’apporter la lumière et je ne sais quel autre mensonge. Tu as hérité de leur pouvoir, tu es comme eux, si tu penses que je t’accepterai un jour dans ma famille, tu trompes lourdement, Hanako ! » Lâcha -t-il, dans un premier temps. « Ensuite, pour la mission, tu t’es portée volontaire, personne ne t’y a contraint. Ce n’est ni aujourd’hui ni demain que je permettrais à une femme de siéger à notre table, alors ôtes-toi cette idée de la tête toute de suite, femme ! Les hommes que tu as perdus ne sont pas les tiens, c’est moi qui les ait placé sous tes ordres, et tu devrais désormais le savoir mieux que quiconque, les hommes se remplacent très facilement. Alala les femmes… Je ne sais même pas pourquoi je perds mon temps avec toi. » Reprit-il en lui tournant le dos. « Si Musashi était en train de faire ce que j’attends de lui, tu n’aurais pas eu à le plonger dans un Genjutsu pour lui éviter d’entendre mes paroles… Bref, dis à Fusaaki que je dois le voir et ne t’avise plus de déblatérer ces absurdités devant moi. » Conclut-il, avant de disparaître, tandis que la porte de la chambre se refermait lentement derrière lui.

Hanako était comme figée, elle savait qu’il ne l’appréciait pas, qu’il ne l’avait jamais porté dans son coeur, mais jamais elle ne le crut capable d’aller aussi loin. Tandis que la porte se claqua soudainement, des larmes coulaient le long de ses joues, souffrant et pleurant en silence, devant son fils qu’elle avait été contrainte d'endormir par la force, en lui lançant un sort. Son mari était encore une fois absent, ignorant toutes ses souffrances, qui avaient paradoxalement débuté depuis le jour où elle avait décidé de l’épouser. Combien de temps allait-elle encore pouvoir tenir ainsi ? …


To be continued...


_________________
Ambitions - Chroniques des « Han » - I D89k
Ambitions - Chroniques des « Han » - I Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

Ambitions - Chroniques des « Han » - I

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: