Soutenez le forum !
1234
Partagez

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Kagai Inja
Kagai Inja

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Sam 1 Fév 2020 - 22:16


Au milieu du festin offert aux frais des résidents de la Brume, le Kagai se réjouit du succès de la première itération du festival d’automne, l’occasion de rassembler tout une communauté autour de la diversité des cultures de l’Archipel, qui n’est jamais qu’un prétexte pour célébrer la gloire et la puissance militaire du tout premier village de l’histoire shinobi. Outre la démonstration de leur armée, ce pour quoi ils sont reconnus dans le Yuukan tout entier, les ninjas de Kiri sont pour certains d’entre eux issus de pays étrangers, et en dépit de leur origine, ont su offrir un dévouement sans faille au profit de leur terre d’accueil.

C’est donc avec un certain orgueil que le cinquantenaire se projette sur le village qu’il a vu évoluer depuis l’arrivée au pouvoir du Yondaime, il se reconnaît toujours dans cette communauté à la discipline guerrière. Lui-même ayant servi dans l’armée avant de prendre sa retraite, il avait vu dans Kiri l’espoir d’une réinsertion… D’une nouvelle vie pour enfin trouver cette paix qui l’obsède tant. La voix de la Heidan l’extrait brutalement de sa torpeur alors qu’il semblait préoccupé - à tout le moins absorbé par quelque chose, quelque part dans les méandres de ses pensées. Il redresse son dos et accepte le compliment de la cheffe Yuki venue le féliciter.


"Merci."



Il se lève de son siège en voyant le cortège de la seigneurie s’approcher et qu’il avait informé de la tenue du festival à Kiri. A défaut du daimyô en personne, nouvellement au poste, c’est sa nièce qui est venue en tant que représentante du Palais. N’étant pas accoutumé à recevoir des personnalités aussi importantes que la princesse Naragasa qui s’est élégamment habillée pour l’occasion, il incline légèrement la tête à son adresse après avoir descendu d’une traite sa boisson, comme pour se donner du courage avant de devoir se tordre dans tous les sens pour se conformer aux civilités.

"Nous sommes honorés par votre présence, Naragasa Azami. Merci d’avoir fait le déplacement."



Suite à quoi la princesse évoque “l’autre annonce”, il reste muet, et la laisse monter sur l’estrade pour à son tour donner son discours qui a vocation à porter la voix du Daimyô et restaurer la relation entre les deux instances dirigeantes: Kiri et la seigneurie. Un message politique qui dissipe les ambiguïtés qu’il y aurait pu avoir, surtout la méfiance de la Brume vis-à-vis du chef de leur pays, qui ont été très peu fiables depuis la création du village en 198. Qu’il s’agisse de Naragasa Kira, qui a été trompé par conseiller Ao Raonako qui a comploté dans le dos du daimyô en nommant un Shodaime dangereux pour la stabilité du village, ou de Ao lui-même, le seigneur qui a comploté pour prendre le pouvoir, participé à des actions criminelles menaçant la paix dans le Yuukan, avant de déserter pour rejoindre l’Homme au Chapeau.

Sans oublier les répercussions de ses actions sur les relations diplomatiques entre Kiri et les autres villages, même si certains Kirijins extrémistes se sont ralliés à sa cause notamment au sommet des Kages. Il est donc important pour le successeur de Ao de rassurer le village de la Brume sur la stabilité politique de la seigneurie et espérer à l’avenir une meilleure relation avec leurs vassaux. Une bonne nouvelle. Alors qu’il est très vite rejoint par le reste du village appâté par la délicatesse des mets qui leur ont été présentés sur la table, le Kagai finit déjà son septième verre sans afficher le moindre signe d’ébriété. Après les combats de gladiateur d’Asosan, vient la parade militaire mettant en scène des jeunes officiers…

Arrive enfin l’heure des feux d’artifice mais avant que ceux-ci ne soient lancés, les ninjas en charge du spectacle pyrotechnique s’arrêtent, conformément aux instructions qui leur ont été données par les agents de la Kenpei, ayant eux-mêmes reçus l’ordre de Naâm relayant la volonté du Rokudaime qui lui adressé quelques mots à la fin de son précédent discours. Il lance un dernier regard à Azami qui semble comprendre ce qui est sur le point de se passer. De nouveau le Kagai se lève en posant son verre, il monte l’estrade. Alors que tout le monde semble distrait par les stands ou le banquet, les regards se tournent progressivement vers la figure imposante du Gladiateur. La cacophonie ambiante s'éteint progressivement pour passer à des chuchotements, puis des murmures au silence.

"Merci à tous pour être venus nombreux, Kirijins et Mizujins, et d’avoir donné vie à ce festival d’automne. J’aimerais, avant que l’on termine, remercier encore Hayame Atsumi pour avoir fait de cette tradition une réalité qui se perpétuera sur les années à venir. Un pilier culturel de notre Cité bénite par nos efforts pour la protéger depuis sa fondation. La venue d’une nouvelle ère pour Kiri, celle où la jeunesse doit constituer le fer de lance de nos ambitions. L'aube d'une nouvelle année. Aujourd’hui, plus que jamais, j’espère donner cette impulsion nécessaire pour que le village enfin prospère, et approche à l’étape ultime de son développement. Son expansion."



Il repense à la lettre envoyée en urgence à la seigneurie, la réponse donnée par le daimyô à sa requête.

"Moi Rokudaime Mizukage, j’ai donc décidé, avec l’appui du daimyô de l’Eau…"



Spoiler:
 





_________________
Hakai VS World:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker http://www.amneos.fr/
Kagai Inja
Kagai Inja

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Lun 3 Fév 2020 - 1:43


Plus d’une cinquantaine d’années à errer dans ce monde… En mettant les pieds dans le village caché de la Brume, il amorçait le début d’une retraite de son passé de guerrier à purger l’Archipel de la fange criminelle. Il avait trouvé une nouvelle cause à servir en rejoignant le village caché, le Gladiateur passant de jounin à Shireikan, de Shireikan à Rokudaime, une ascension dans les rangs du village qu’il a depuis défendu avec une ferveur intarissable. Son autorité participe essentiellement de son expérience, de son charisme mûri avec l’âge.

Il avait gagné le respect de la plus grande force militaire du Yuukan, et pourtant, son coeur endurci par ses efforts pour dissimuler sa peur de faire face à la douleur de la perte de sa fiancée, ne s’éloigne-t-il pas davantage et toujours de sa quête du repos? Une réponse qu’il a tenté de trouver maintes et maintes fois, comme il le fait toujours, dans le tumulte des batailles et l’effusion du sang. Le Berserker s’abreuve mais sa soif ne s’étanche pas. Et les démons reviennent toujours le hanter, le distraire de sa recherche d’une paix intérieure dont il n’a été que trop longtemps privée.

Alors qu’il se tient assis dans le fauteuil de son bureau de fortune, il lève le regard vers son interlocuteur. Le faciès impassible, il conclut une fois pour toutes la discussion avec la personne qui se tenait devant lui et en qui il reconnaissait à certains égards les traits de sa jeunesse passée. L’âge d’or de la Brume, l’acmé de sa puissance aurait un nouveau visage...

"Pour la Brume."



Puis une voix… une autre voix. Un écho résonnant dans la pièce face à Inja, donnant appui à cette verve patriotique. Le Sans-Visage et l’Ombre du village, désormais ne feraient plus qu’un.







"... d’investir dans l’avenir de la Brume. Un avenir qui sera plein de défis, non plus tournés vers l’intérieur de l’Archipel dans lequel nous nous sommes constamment isolés, mais vers l’extérieur. A vos côtés, aux côtés des Héros de Mizu, j’ai défendu le village, repoussé l’attaque des Nuke-Nin, incarné le bouclier sur le rempart face au Dieu de l’Eau. Il nous faut maintenant l’épée pour parachever les velléités du village, non pas un chef d’armée qui ne souhaite plus combattre, mais un guerrier dans la fleur de l’âge."



A ce moment, une silhouette familière fait son apparition, montant les marches de l’estrade pour rejoindre le Kagai. Ce dernier marque un temps, conscient de la pesanteur de la décision qu’il vient de prendre pour le village et qui impactera assurément le destin de toute la population dont tous les espoirs se sont portés vers lui.

"Le moment est venu pour moi de me retirer du combat, en confiant la responsabilité de Mizukage au…"



Un des éléments les plus importants de la Brume, ayant servi les intérêts du village jusqu’à en devenir l'un de ses défenseurs, perpétuant les traditions d’un clan dont il était auparavant étranger, désintéressé par ‘l’attrait du pouvoir mais avec la seule optique de porter la grandeur de Kiri à l’apogée de sa puissance. Il veille sur la Cité depuis la pénombre, il l'assumerait maintenant à la lumière de tous.

"... Cavalier de Feu, Chef du clan des Épéistes de la Brume..."



Perpétuant la tradition du chef-guerrier, dont l'habileté au combat doit être à la hauteur de son aptitude à gouverner. Il est la relève. Le porte-étendard d’une Kiri plus ambitieuse que jamais.

"... Nobuatsu Saji, la Septième Ombre de Kiri."




Spoiler:
 





_________________
Hakai VS World:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker http://www.amneos.fr/
Nobuatsu Saji
Nobuatsu SajiEn ligne

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Mar 4 Fév 2020 - 2:45
Stupéfait, il ne sait que répondre. Il était loin de s’imaginer que le Rokudaime en qui il avait juré loyauté, et avant lui la Cinquième l’obligeant à la défendre aveuglément lors de la guerre civile amorcée par Kewashiioke au point de se retourner contre ses confrères, choisirait de se retirer à un tel moment de l’histoire de la Brume. Alors qu’ils se sont évertués à défendre le village, vu en lui cette figure paternelle et rassurante - une inspiration pour beaucoup de personnes, le Gladiateur tire maintenant sa révérence en passant le flambeau au Cavalier de Feu, dont l’engagement immuable dans la défense des intérêts de Kiri lui a vraisemblablement valu d’avoir toute sa confiance.

En dépit de la confusion, des questions qu’il se pose sur le choix de son interlocuteur, quelque part au fond de lui il savait. Le comportement récent du Gladiateur, qu’il s’agisse de la nécessité d’emprunter une couverture pour quitter ne serait-ce que quelques heures son rôle de chef de village pour retrouver la liberté, la non-nécessité pour lui de revêtir ce manteau d’autorité pour ne re-devenir qu’un simple soldat, ce besoin inextinguible de tranquillité a fini par prendre le pas sur ses obligations de Kage. Un besoin fondamental et humain. Mais quoi qu’il réponde, le chef du Kyôi se voyait contraint d’accepter dans la mesure où le message avait déjà été transmis au seigneur de l’Eau, Naragasa Shingen, lequel a aussitôt retourné la lettre avec son soutien quant à cette nouvelle nomination.

Pour la Brume.

Il pourrait enfin trouver le repos, et laisser ce lourd fardeau derrière lui. Son ultime acte de loyauté et de reconnaissance envers la Sixième Ombre.



Vêtu de son éternel shôzoku de jais, sa visière éclatante d’acier irradiée par la lumière rougeoyante des lanternes ponctuant la place du festival, il apparaît. Sous les yeux attentifs de la foule assimilant à peine la nouvelle qui vient d’être annoncée alors que les festivités touchent à leur fin. Le Rokudaime acquiesce à la venue de l’autre invité surprise de la soirée, l’homme au masque, aussi surnommée le Sabreur muet. Muet, il ne l’était plus des suites de la Seconde Résonance, du moins c’était ce qu’il pensait, ou qu’il voulait faire croire. Qui sait. Et peu importe, à l’exception des plus curieux qui ont toujours voulu percer le secret de l’homme derrière le masque, le Sans-Visage en dépit de ses origines étrangères n’a jamais cessé de travailler activement à former les futures générations de la Brume et à les accompagner dans leur nindô. La confiance placée en la personne de l’homme qui ne montrait jamais son visage est pour le moins paradoxale, mais ses actes sont le meilleur miroir de son identité.

Celui que d’aucuns connaissent déjà comme professeur de lettres, enseignant d’arts ninja ou encore comme chef de clan, a désormais l’impérieuse tâche de rassurer, en même temps que convaincre à cette place noire de monde qu’il est digne d’être le successeur du Gladiateur, homme à l’égard de qui il voue une incommensurable admiration. Il balaie du regard les visages orientés dans sa direction, il en reconnaît certains, des membres de son clan pour la plupart, mais aussi des personnes avec qui il a noué une relation. La personne avec qui il avait partagé sa vie n’est pas là, elle ne l’est plus. Et d’autres visages étrangers qu’il aperçoit pour la première fois, ou qu’il a peut-être croisé de façon passagère, et qui hanteront ses pensées à chaque décision qu’il prendra. Tel est son fardeau dorénavant.

Il prend une longue inspiration.

Camarades de la Brume et des terres de l’Eau.

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère pour le village, mais aussi pour le pays, nous avons connu des temps troublés où nous nous sommes divisés et pourtant nous avons montré dans les moments qui importent le plus que rien n’arrête la Brume quand celle-ci est unie. Je sais votre inquiétude, aussi bien que votre ferveur à porter haut les couleurs de Kirigakure no Sato, notre héritage collectif demeure aujourd’hui intact grâce à notre esprit guerrier. Le combat n’est pas terminé, il ne l’est jamais. C’est pourquoi il faut rester en alerte, sans pour autant avoir peur de ce qui nous attend. Quand l’heure viendra de lutter pour votre village, ou votre pays, n’oubliez jamais ce moment, cette place dans laquelle vous vous tenez, en compagnie des personnes qui vous sont proches et d’autres compatriotes dont vous découvrez le visage pour la première fois... Souvenez-vous d'eux, car il s'agit de celles et ceux aux côtés de qui vous combattrez ou dont la vie dépendra de vous, et de moi. Soyez assurés par mes actes autant que ma parole que tant que Kiri existera, je serai là. Car je suis infiniment fier d'être Kirijin, et fier d'être votre Nanadaime Mizukage.

Longue vie à la Brume. Et longue vie à Mizu.

Spoiler:
 

_________________
Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Sajisi12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Mar 4 Fév 2020 - 11:21

De manière strictement professionnelle, Sesshū avait vu les qualités martiales de la nouvelle Ombre du village. Se battre aux côtés du Cavalier de Feu, contre le traître Raonaka Ao, avait gravé un souvenir au fer rouge dans son esprit pourtant saturé de batailles. Le Sabreur semblait invulnérable ; et avait maintes fois sauvé la vie du Prédicateur durant cette courte rixe aux enjeux démesurés. Ainsi, lorsque Nobuatsu Saji sortit des ombres pour succéder au Gladiateur, le Kaguya n’en était pas surpris. Au contraire, il en était soulagé.

Sa jeune apprentie assistant au discours, Sesshū pouvait lui montrer quelle personne elle devait devenir après s’être libérée des entraves de leur relation maître-élève. Le Sabreur était définitivement un modèle pour tout shinobi de la Brume – un guerrier parfait dont l’identité est gardée secrète pour gagner en efficacité. Qui était l’homme se cachant derrière le masque ? Il était inutile de le savoir. Voire, dangereux.

Ainsi, Kiri fêtait la montée en pouvoir d’un héros. Tous acclamaient leur confrère au mérite avéré. Et Sesshū, malgré sa retenue caractéristique, en était l’un des principaux fervent. Dommage qu’il éprouvait déjà le regret de constater que, selon les paroles du Gladiateur, le Palais de la Brume désirait œuvrer au-delà des frontières de l’archipel. Une politique dangereuse allant à l’encontre de celle du guerrier-né isolationniste.

Mais Nobuatsu Saji était-il son parfait héritier ?

_________________

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe#67224 http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969 http://www.ascentofshinobi.com/t7859-100-sinaaq-l-homme-qui-n-a-pas-froid-aux-yeux
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Mar 4 Fév 2020 - 12:24
Il avait terminé sa danse, et remercia chaleureusement sa jeune compagne pour cet interlude magique, au tendre goût acidulé et doucereux, comme un bonbon sucré. Il se dirigea ensuite vers le bar le plus proche, pour étancher la soif qu'elle n'avait manqué de provoquer en lui, par ses courbes affriolantes et sa façon de les bouger. Il le savait, il en était sûr, ils se retrouveraient tout deux un jour, sous de meilleurs auspices.

Il n'eut pas vraiment le temps de se lier à quelques soiffards en manque d'aventure tout comme lui, qu'une immense silhouette se dressa par dessus les silhouettes vagues du repas dévoré devant lui, et ne prenne une nouvelle fois la parole. Décidément les annonces pleuvaient en pagaille sur leur tête, c'était un vrai déluge. Il écouta néanmoins avec attention, toujours sur le qui vive, mais détendu. On ne savait jamais, peut être qu'on l'avait démasqué.

Mais il pensait plutôt que tout le monde se fichait de la sorte d'engeance qu'il était. Et cela le faisait rager un peu intérieurement, de n'être pas si important de ça dans un village qu'il avait intégré des années auparavant, et pour qui il avait réellement saigné sang et eaux, sans jamais compter. Il n'aimait pas compter, a part les billets et la petite monnaie. Il se dit que finalement, ce manque de soupçon voulait simplement dire qu'on ne le soupçonnait pas le moins du monde, et qu'il faisait bien son travail, voilà tout. Ragaillardit, il écouta enfin le discours du Mizukage, qu'il ne connaissait que de vue et d'écrit, comme lui en parlait souvent son maître au sein de la main noire, il était l'une des seules raisons qui faisait craindre Kiri par l'organisation criminelle.

Et il se retirait ? Incroyable.

Le cahos allait bientôt faire son oeuvre. L'annonce coupa le souffle à de nombreux villageois. Certains pensaient que si ça fonctionnait, pourquoi changer la recette ? Que si l'on avait une équipe gagnante, autant la conserver ? Que si Inja partait, cela signifiait la fin de la grandeur de Kiri, telle que l'on la connaissait.

Mais quand à lui, Jiro était satisfait. Son maître devenait le maître de tous, ce qui changeait radicalement les choses. Il était à présent l'élève du Mizukage septième du nom. Sans s'en apperçevoir il redressa le buste et fit craquer sa nuque comme s'il était prêt à assumer son nouveau statut, à la manière de son maître, Saji.

- Cela change tout n'est-ce pas, Augure du clan Kaguya ? Nous avons une nouvelle tête pensante ... J'espère que cela ne nous apportera pas d'ennuis dans le contexte actuelle. Parfois les changement de direction n'amènent pas que du bon ... Lâcha-t-il à Sesshu qu'il avait vu dans la foule, entrain de mirer le nouveau Mizukage comme tout le monde, pensif et dans son monde.

Il salua plus chaleureusement le Kaguya, un ami à présent, et lui serra le poignet comme il le seyait à un être que l'on respectait, dans la culture de Jiro.

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Hotaru
Hotaru

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Mar 4 Fév 2020 - 14:28

Les regards s'étaient tournés vers l'estrade, à nouveau. Le petit groupe composé de Junko, Aditya et des autres ne fit pas exception à la règle. L'ambiance était singulière, remarqua la Gladiatrice. Comme tendue. L'air était chargé d'une sorte d'électricité. Quelque chose de spécial se préparait, c'était certain. L'intervention du Mizukage n'était pas anodine. Et le ton de sa voix était grave ... Etrangement grave. Même la légère jalousie que Junko avait pu éprouver - même si elle aurait préféré se couper tous les doigts de la main plutôt que de l'admettre - en voyant Aditya rejoindre son groupe en compagnie d'une autre femme s'était estompée. A présent, ses ambres d'or observaient froidement l'estrade.

De leur côté, Hotaru et Liuqin avaient également dirigé leur attention vers l'Ombre. Hotaru sentait lui aussi la fébrilité qui s'était emparée de la foule, muette. Et il fronça légèrement les sourcils en voyant cet homme - qu'il ne connaissait pas - rejoindre le Mizukage sur la scène. Quelque chose d'important allait arriver. C'était une drôle d'impression, que celle de pressentir qu'un événement allait arriver. Une page de l'histoire, qui allait se tourner.

Et quelle page. La déclaration de l'ancienne Ombre fut comme une détonation. Junko tourna aussitôt les yeux vers Aditya, comme en quête d'une réponse à la foultitude de questions qui se pressaient nécessairement dans son esprit. Hotaru, lui, resta immobile, muet. Il n'était pas estomaqué. Il réfléchissait, simplement, les sourcils plus froncés que jamais. Et pour une fois, il ne souriait pas.

Qu'est-ce que cela allait changer pour le village ? Pour lui ? Pour le pays ? Est-ce que quelque chose allait changer, seulement ? Quelles seraient les nouvelles priorités ? Les nouveaux objectifs ? Comment appréhender les choses ? Et un nombre infini d'autres interrogations se bousculaient. Ces questions-là, Hotaru s'imaginait bien que tout le monde devait se les poser dans l'assemblée. Il l'imaginait, du moins, car il lui paraissait naturel de ne pas pouvoir accueillir la nouvelle avec calme, et simplement en l'acceptant automatiquement. Puis il se demanda s'il y avait vraiment besoin de s'inquiéter.

Il se tourna vers Liuqin, le regard interrogatif. Il ne savait trop quoi dire, alors il resta muet. Déjà la foule reprenait son agitation, et son bruissement sourd émanait à nouveau. Comme une fourmilière agitée. Une ruche en pleine effervescence. Ou, pourquoi pas, un village en plein essor.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Yasei Zeref
Yasei ZerefEn ligne

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Jeu 6 Fév 2020 - 18:37
L’ambiance du festival commence à me peser, et ce malgré la présence de Fuu depuis quelques secondes à mes côtés. Lorsqu’elle me demande si nous pouvons faire quelque chose maintenant que nous nous sommes trouvés, j’hésite un instant. Mon idée serait de partir à la hâte pour éviter que plus de monde ne me trouve et ne réduise encore plus mes chances de m’échapper discrètement, néanmoins je n’ai pas envie d’abandonner l’Asaara à son sort. Une main semble me tapoter le dos à un moment, mais il ne s’agit que d’Aditya qui me salue sans pour autant ouvrir le dialogue. Voici un homme qui m’a bien compris, d’une certaine façon.

« Eh bien… Fais ce qu’il te plaît, Fuu, je te suis. Personne ne te bousculera de nouveau si je suis là. »

Tel le preux chevalier, je reprends en quelques sortes mon rôle que j’ai abandonné quelques jours auparavant, à savoir celui de garde du corps, sans la partie surveillant qui me déplaisait un peu. M’assurer que celle qui ressemble à ma petite sœur soit en sécurité me donne un peu l’impression de me racheter vis-à-vis de Saeko, et je pourrai ainsi en voir plus de ce festival, pour le lui raconter à son réveil. J’accompagne donc la Kazejine aux divers stands, tantôt pour goûter de la nourriture exotique, tantôt pour jouer à des jeux un peu particuliers. Cela nous amène donc à une heure très avancée de la soirée, et je saisis l’épaule de l’assimilatrice pour lui montrer l’estrade.

« On dirait que nous allons avoir droit à un nouveau discours, je pense rentrer chez moi suite à cela, je commence à fatiguer. »

Sans attendre de réponse particulière, j’écoute la succession de mots prononcés par le géant Kagai Inja. Celui-ci annonce sa démission, et son successeur, ce qui ne me laisse pas indifférent. Ma seule interrogation sur le sujet est la suivante : le nouveau Mizukage sera-t-il capable d’inspirer la même chose à son village ? Avec l’arrivée au pouvoir de Shingen, ce Saji que je ne connais que de nom et de titre aura-t-il les pleins pouvoirs sur Kiri, ou est-ce qu’il va être le pantin du puissant seigneur et de sa jolie nièce ? Quoi qu’il en soit, je ne m’intéresse que peu au reste des mots, même si je les garde dans un coin de ma tête. Je chuchote alors, d’une façon que seule Fuu pourrait entendre :

« Gloire au nouveau Mizukage, que l’on puisse un jour fêter l’anniversaire de son accession au pouvoir… »

Et invitant l’Asaara à me suivre, je prends la direction d’une rue adjacente pour rentrer. Qu’elle me suive ou non, j’en ai bien assez vu pour ce soir, et je pourrai même décrire les feux d’artifices à la petite Kurayami, à l’hôpital, à son réveil ou même dans son sommeil jugé éternel…



_________________
Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee http://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Jeu 6 Fév 2020 - 19:45

Tapis dans l'ombre de la foule, le samouraï observait, silencieux, attentif à ce qui pouvait se dire, non pas seulement sur la scène, mais aussi auprès des spectateurs. Les réactions n'eurent pas à se faire attendre, entre les gens heureux de faire la fête, ceux acclamant la femme et d'autres tapant des mains pour applaudir l'accession au pouvoir ultime du Chef du Clan des sabreurs, Nobuatsu Saji. Il était bien difficile de distinguer les bas mots, ceux qui avaient hontes de donner leur avis. Il y en avait toujours. S'adonnant au même rituel que la foule pour ne pas paraître suspect, Mafuyu brandit le poing, sans crier qu'en à lui. Ses pensées éparses tentaient tant bien que mal de se rejoindre pour comprendre ce qu'il était en train de se tramer. Il était bon pour lui qu'un nouveau Mizukage prenne la relève du vieux guerrier, mais il ne pouvait que cacher sa joie en repensant à la dualité des annonces... Le passage symbolique de l'information que la Brume était plus que jamais aux ordres de la seigneurie, elle en dépendait et le faisait, aujourd'hui, bien savoir aux kirijins dont la plupart n'avaient pas conscience des idées qu'ils venaient de leur être ancrée dans le crâne. Il ne savait pas quoi faire, quoi penser, comment se comporter... Son rôle de samouraï curieux d'informations en avait pris un coup et devait remettre en question ses plans futures... Ceux qui lui permettraient d'accéder à la place que venait d'occuper le nouveau Daimyo. Plusieurs avantages évidemment, mais il ne devait pas oublier que la seigneurie possédait sa propre armée en plus de financer la plupart des actions de Kirigakure no Satô. Si une guerre devait apparaître, le Daimyo en serait le premier décisionnaire, n'en déplaise aux adorateurs du nouveau Mizukage.

D'un mouvement rapide, loin de ses habitudes, le Chûnin traversa la foule, fusant vers le bord de l'amas de personne et des stands pour disposer d'assez de place et se propulser vers un toit proche. Du coin de l'oeil, il observait la foule s'éloigner, les cris s'estomper alors qu'il fuyait vers son destin. Il lui fallait réfléchir. La Brume devait rester forte, atteindre son apogée, et la prise toujours plus forte dont disposait la seigneurie sur Kiri ne pouvait que le freiner dans ses plans.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Hayame Atsumi
Hayame Atsumi

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Jeu 6 Fév 2020 - 22:11
Les discussions allaient bon train au sein du groupuscule nouvellement formé. Atsumi était tout à fait ravie de rencontrer des nouvelles têtes. Seulement, l'accumulation d'un stress particulièrement pesant durant la semaine, couplé à une fatigue résiduelle encore bien présente due à son hospitalisation et l'heure avancée de la soirée, tout cela faisait qu'Atsumi commençait sincèrement à fatiguer et ça, l'Hayashin devait parfaitement s'en douter.

Heureusement pour elle, l'heure du grand feu d'artifice approchait, il ne lui manquait plus que de l'annoncer, et après ça, sa présence ne sera obligatoire qu'au poste de renseignement, où elle allait coordonner la sortie des marchands qui ne passaient pas la nuit au village. Après ça, elle ira prendre un repos bien mérité, et se concentrera désormais sur la reprise de ses activités.

Seulement, alors que l'heure de son intervention était imminente, un abaissement conséquent du brouhaha sur la grande place capta son attention. C'était le même que lorsqu'elle s'était approchée du micro à deux reprises, plus tôt dans la soirée.

Perturbée, et pour le moins curieuse, la blonde se tourna donc vers le Rokudaime qui semblait décidément bien bavard. Elle força ses sourcils à ne pas se froncer, comme elle avait trop facilement l'habitude de le faire quand elle était seule, et se contenta d'observer intensément la scène. Qu'est ce qui était trop secret pour que même Atsumi ne soit pas au courant de l'intervention ?

Bien que les remerciements du Mizukage lui firent chaud au cœur, mot après mot, Kagai Inja annonçait quelque chose de bien plus gros à chaque phrase. Finalement, la sentence était tombée. Le Rokudaime n'était plus au pouvoir. Place au Nanadaime. Décontenancée un instant, son regard se porta vers Saji, qui s’avançait à son tour vers l'estrade.

Les grands discours n'avaient jamais réellement touché la blonde, surtout lorsqu'ils s’efforçaient de porter un message politique pour le moins peu audacieux et recyclé. Néanmoins, elle nota quelques mots qui sonnèrent plus fort que les autres, et les garda bien au chaud pour elle. Ce soir, elle était avant tout l’organisatrice de cette soirée, il fallait donc laisser ses opinions personnelles de côté un instant.

« Je vais devoir vous fausser compagnie, l'heure approche » dit-elle, sans plus de détails. Elle salua poliment le groupuscule et effleura affectueusement l'épaule d'Aditya en partant. Rejoignant la scène à travers la foule qui applaudissait chaleureusement le désormais Nanadaime Mizukage, histoire de ne pas laisser de temps mort.

Physiquement épuisée et affaiblie, elle respira un bon et souleva légèrement sa robe pour grimper les quelques marches qui surélevaient l'estrade. Sur place, les deux ombres étaient encore présentes. Elle posa brièvement sa main sur le bras d'Inja en passant près de lui.

« Merci pour tout. » chuchota-t-elle simplement.

Nul besoin de faire une thèse à Inja pour se faire comprendre, mieux valait rester court et clair avec le gladiateur.

Enfin, elle parvenu au niveau de Saji. Devant lequel elle s'inclina légèrement.

« Mes félicitations, Nanadaime-sama. Que notre force soit le bras armé de votre volonté. » dit-elle, avant de se tourner vers le micro. A nouveau, le silence revint comme il était parti quelques secondes plus tôt.

« Eh bien. Que de surprises en cette soirée » dit-elle, avec un léger rire, une bonne partie de la foule l’accompagnant dans sa brève hilarité.

« Laissez moi, avant de clôturer cet événement, remercier toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à la réussite de L'Akimatsuri. Laissez moi vous remercier. Laissez moi remercier Rokudaime-sama. Laissez moi aussi remercier l'ensemble des bénévoles m'ayant assisté durant tous les préparatifs. Ayons également une pensée pour les troupes du Kenpei qui, ce soir, sont en poste et font le maximum pour que chacun puisse profiter de cette soirée sereinement.»Elle marqua un silence, balayant la foule d'un air plus grave.

«Je vais simplement faire écho aux paroles de notre nouvelle ombre, en vous disant que ce soir, plus que jamais, je suis infiniment fière d'être Mizujinne, infiniment fière d'être Kirijinne, et infiniment fière d'être une Kunoichi de la brume. Une Kiri unie, une Kiri forte, une Kiri rayonnante, tel est le message porté par cet événement. Je souhaite qu'il résonne longtemps dans les esprits de chacun, jusqu'à la prochaine édition.

Longue vie à la Brume, et longue vie à Mizu. »


Sur ces mots,volonté personnelle de la blonde, un rideau qui jusqu'ici dissimulait un très large panneau de pierre qui était juste derrière l'estrade tomba, dévoilant une magnifique eau-forte à l’effigie de la Godaime Mizukage : Shiori, décédée ici même, quelques mois plus tôt. En bas, gravée dans la pierre, une simple phrase « Puisse notre nation ne jamais s’effondrer à nouveau. »

Presque tout de suite après, une détonation se fit entendre. Une fois, deux fois, trois fois … Puis bien trop pour véritablement les compter. Une nuée de couleur envahissait le ciel, dans un vacarme propre à la Pyrotechnique festive. Toujours dans les tons orangés et chauds. Ce soir, même le ciel rappelait l'automne. Le festival annuel se terminait.


Spoiler:
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787 http://www.ascentofshinobi.com/t8349-hayame-atsumi-carnet-de-route#69929
Naragasa Daisuke
Naragasa Daisuke

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Jeu 6 Fév 2020 - 23:00
En ce jour de festivité j’arborais un kimono dont les armoiries familiales étaient brodées dessus, une longue écharpe noire et blanche qui dissimulait entièrement le bas de mon visage. Ma position était idéale, j’étais à bonne distance de la foule et de la scène pour percevoir les discours qui se sont succédé. J’étais adossé contre un mur, les bras et les jambes croisés. Tout le gratin de Kiri semblait être présent mais pas seulement, Azami était également présente pour représenter la Seigneurie. Père avait fait un bon choix de la choisir elle plutôt que quelqu’un d’autre, elle dégageait de la sympathie, son élocution était parfaite, elle était bien la fille d’oncle Kira. Remplis de fierté je souriais en voyant la femme qu’elle était devenue. Était-elle au courant pour ma situation ? Je n’avais pas de certitudes là-dessus… En revanche j’étais sûr d’une chose : je ne voulais pas être reconnu par quiconque que ce soit par les villageois, la délégation de la Seigneurie et ni même par les différents ninjas qu’il avait y avoir dans la foule. Être pris pour le « fils de » ne m’intéressais pas, c’est pour cela que je faisais très attention à ne pas être vu mais sans pour autant attirer la curiosité, très compliqué avec un physique impressionnant comme le mien.
 
A ma grande surprise je pensais que la population Kirijin était au courant pour la prise de fonction de Père, instinctivement mon regard scrutait les mouvements de la foule pour essayer de sonder leurs réactions, les personnes présentes à ce rassemblement ne semblaient pas hostiles. Je portais une très forte attention sur la passation de pouvoir entre l’ancien chef des armées et son successeur, les deux hommes dégageaient quelque chose de spéciale, je ne savais pas comment décrire ce que je ressentais en les voyant. Pour accéder à ce poste à très haute responsabilité, ils ont sans aucun doute fait leurs preuves, ce qui confirmait ma pensée était le titre que portait le nouveau Mizukage, Nobuatsu Saji, Cavalier de Feu. Impressionnant !  Durant dix-huit années je n’avais côtoyé qu’un seul shinobi, Kanto Hidan, observer d’autres personnes de sa trempe était donc une première fois tout comme sortir du domaine clanique. Ma présence ici n’était pas anodine, j’ai fait le choix de me réaliser en tant qu’individu et quoi de mieux que de rejoindre les rangs de l’armée de Kiri pour protéger au mieux cet archipel.
 
J’attendais le lancement de la pyrotechnie pour ensuite m’en aller comme je suis arrivé, c’est-à-dire en tout discrétion.

_________________
Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Yikj
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8389-un-lourd-heritage-naragasa-daisuke
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Sam 8 Fév 2020 - 22:32
Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Xhvf

Shitekka ne le réalisait pas, mais d'ordinaire, son vertige de la grande ville l'aurait empêché de rejoindre les festivités en cette soirée. Depuis son arrivée au sein de la Brume, il n'avait eu de cesse de lutter contre ce malaise que lui procurait la vue des grands immeubles, de cette foule grouillante qui ne cessait d'abreuver les allées embrumées de la cité militaire. En cette soirée, la lutte intestine ne serait que plus grande : le grand buffet démarrait, et au sein de la place centrale, les pavés furent totalement recouvert par une marée de bras et jambes.

Il y avait là une certitude : la présence d'Imekanu contribua grandement à passer outre ce vertige.
Cependant, cela n'empêchait pas le balafré de se retrouver emporté par le fil des évènements. Dans ce festival automnal, tout se déroulait si vite. Les annonces et activités s'enchainaient à une vitesse folle, et Shitekka avait bien du mal à suivre. Son ultime réflexe dans ce maelstrom humain et sensoriel fut de veiller attentivement sur la présence de son amie Urumie.

Face au peu d'intérêt que lui accordait la dénommée Junko, le Kaguya préféra se mettre en retrait dans la discussion. Sa position au sein du trio relevait plus de la sentinelle jetant un œil à la sécurité d'Imekanu. Le petit groupe se dirigea vers le buffet et commença à piocher parmi les plats proposés aux villageois. Si Shitekka laissa le soin à Imekanu de manger ce que bon lui semblait, l'enfant de Saroruncasi préféra lui se restreindre à des mets assez sommaires. Il appréciait la simplicité des plats qui lui rappelait la cuisine de son île, plutôt que de céder à la culture Mizujine.

Alors que le repas débutait pour le petit groupe de Kirijins, Shitekka marque une unique intervention auprès d'Imekanu. Il l'interpella avec une certaine once de rivalité à l'égard de Junko, tandis qu'il chercha à monopoliser l'attention de la chasseresse pour lui souhaiter;

« Poronnoipeyan Imekanu. »
Quelques bouchées plus tard, Shitekka s'emmura dans le silence. L'abondance du buffet le surprenait, mais plutôt que de critiquer les moyens excessifs mis en place, préféra s’empiffrer. Sa quête d'économiser pour sa mère l'avait rendu sans le vouloir très grippe-sou; manger pour moins cher que gratuit était une perspective alléchante à cet égard.

Bientôt le repas fut interrompu par la présence du Rokudaime Mizukage en personne. Kagai Inja se lança dans un discours grave dont il avait le secret. Digne de lui-même, son verbe direct accentuait son éloquence, alors que sa voix rauque résonnait dans le silence de la grand place. La nouvelle de la passation de pouvoir bouleversa Shitekka d'une manière inattendue. L'enfant aborigène était peu sensible aux manœuvres politiques opérant dans l'ombre du Mizukage. Et sa volonté de protéger Mizu no kuni faisant fi du dirigeant à la tête de la Brume accentuait ce décalage avec la réalité. Pourtant, voir la figure presque paternelle et sérieuse d'Inja se retirer pour laisser la place au sans-visage affecta le Kaguya. Il ne comprenait pas vraiment ce qu'il se tramait, et se contenta d'applaudir machinalement. Ses méninges s'agitèrent trop pour comprendre la décision de Kagai Inja; Shitekka préféra cesser toute réflexion à ce sujet. Il décida plutôt de féliciter à distance son second sensei et ami de longue date au sein de la Brume, qui héritait du titre d'Inja en sa qualité de Nanadaime Mizukage.

En songeant aux multiples responsabilités qui incombaient à Shiori, puis à Inja, le balafré s'inquiéta de la disponibilité de son partenaire de mahjong riichi. Une fois encore, le secret pesant sur les Kaguya traversa son esprit. Il se demanda également comment Nobuatsu Saji traiterait la question une fois installé au Palais de la Brume, ou son équivalent actuel. L'organisatrice des festivités coupa court à ses machinations, alors qu'elle rappela une nouvelle fois le souvenir de la Godaime auprès de Shitekka. Plus que son discours de clôture, c'était surtout la révélation de cette plaque commémorative qui ébranla le Kaguya. La foule s'était dispersée à travers la place, quittant les tables pour mieux admirer cet hommage émouvant à la regrettée Sabreuse. En jouant des épaules, suivi d'Imekanu, Shitekka se rapprocha de la plaque. En dévisageant la sculpture associée, le souvenir de la dernière bataille de la Watanabe traversa son esprit. Il se souvint de son sacrifice, tout comme de la perte de son sensei Shyko.

Sa tête s'abaissa. Sous les applaudissements de la foule, il resta muet, son visage assombrit par ce terrible souvenir. Sa mémoire lui incita davantage à prendre la mesure de ses responsabilités en tant que héros de Mizu, et protecteur de Saroruncasi. Alors qu'il broyait du noir, le festival atteignit son apogée. Un curieux phénomène peu naturel déchira la pénombre céleste. Une nuée de fleurs incandescentes éclaira la nuit automnale, dans une détonation proche de l'orage. N'ayant jamais été introduit aux feux d'artifice, le spectacle à l'origine divertissant effraya dans un premier temps Shitekka. Son premier réflexe fut de chercher la présence d'Imekanu. Sa main trouva celle de la kunoichi, et il la serra.

Impossible dans l'agitation de savoir s'il agissait par crainte du feu d'artifice, ou par pure réflexe de défense envers la tatouée. Finalement, il réalisa que les villageois s'émerveillèrent devant la démonstration pyrotechnique, et se calma instantanément, l'air nigaud. À son tour, il apprécia le charme des lueurs automnales colorant la nuit de Kiri. Sa main ne quitta pas celle d'Imekanu. Le balafré apparaissait nerveux. Quand il réalisa ce contact prolongé, ce fut une étrange sensation qui s'empara de son corps. La chaleur du feu d'artifice paraissait traverser sa dextre, et se répandre jusque dans son cœur. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait; aussi préféra-t-il accepter cette douce fièvre devant les feux d'artifice en compagnie d'Imekanu. Impossible pour lui de décrocher la dextre de la kunoichi, bien que l'envie ne manquait pas. Loin des tracas quotidiens, des menaces du futur, Kaguya Shitekka souhaitait conclure cette soirée dans l'apaisement. En compagnie des esprits magnifiant ses journées, et de celle qui embellissait dorénavant sa vie.

_________________
Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Koukotsu Uiba
Koukotsu Uiba

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Dim 9 Fév 2020 - 11:35


Uiba n'en revenait pas.
Même si les frissons ne la quittaient plus suite à l'annonce du changement de Mizukage et qu'elle vouait une admiration particulière à Nobuatsu Saji et sa dantesque combinaison, elle aurait parié tout son salaire sur Hotaru. Pour sûr l'échassière tombait de haut, ou du moins de toute sa hauteur. D'ordinaire, elle aurait clamé à haute voix son enthousiasme, offert de l'énergie à la nouvelle Ombre par la force de ses cordes vocales, mais elle craignait de faire de la peine au pauvre Hotaru dont la promotion se ferait assurément une prochaine fois.
D'un autre côté, cela gâchait tout.
Pour rien au monde la Koukotsu voulait que Saji décède prématurément pour laisser sa place à Hotaru.
Mais Hotaru méritait l'ascension... Il en avait évidemment toutes les qualités, et s'occupait merveilleusement bien de Sambi, le chaton grandissant à vue de nez.
Devrait-elle prendre parti pour l'un ou l'autre dans le futur ? Impossible ! C'était trop en demander ! Beaucoup trop pour elle !

Résultat, Uiba camouflait tant bien que mal sa tristesse et sa détresse intérieure, s'éloignant en traînant sa faux derrière elle...
Sans doute devrait-elle chercher Hotaru afin de le réconforter ? Non, cela lui faisait peur, elle ne pouvait assumer un tel scénario, elle risquerait même de pleurer devant Hotaru et enfoncer le couteau dans la plaie. Pour le bien de tous, elle devait s'isoler et digérer ce cas de conscience en secret.

Dur dur dur.

_________________
Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 EYuadgU
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7934-koukotsu-uiba-terminee#66139
Imekanu
Imekanu

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Dim 9 Fév 2020 - 12:49

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Jsf1



L’urumie fut plus que ravie que Junko se joigne à eux pour le buffet. Une sensation étrange se faufilait dans l’esprit d’Imekanu qui se sentait bien. Elle ne savait pas si c’était parce qu’elle était en présence de Shitekka qui l’avait invitée ici ou si c’était l’ambiance chaleureuse. Pourtant, elle avait redouté cette soirée. L’anxiété avait dominé ses pensées durant un long moment, ne sachant pas comment elle allait réagir au milieu de toute cette population rassemblée de manière dense. Par forte chance, la soirée se passait très bien, et même si l’archère se sentait un peu perdue et dépassée, elle ne regrettait pas d’avoir accepté la proposition de son ami. Durant la dégustation, la brune se concentra sur les dires de son amie qui lui racontait ses mésaventures et le fait qu’elle ait ouvert son cœur à une personne. Si elle fut inquiète au début de son histoire, la fin n’en était que plus douce et agréable.

Entre deux bouchées, dont l’une n’était pas très bonne, la forçant à grimacer, la genin hocha de la tête. C’était à son tour de lui conter qu’elle avait appris à manipuler le feu et qu’elle n’en avait plus peur. Qu’elle avait réussi à passer le rituel de maturité et qu’elle en était fière maintenant. Ses pupilles océaniques se posèrent sur la silhouette du balafré qui hésitait entre deux bouchées avant de venir chuchoter près de l’oreille de Junko que son cœur à elle appartenait aussi à quelqu’un, et qu’il était tout près. Une main devant sa bouche, elle rit légèrement avant de sentir ses joues s’empourprer. Ce n’était pas compliqué de le comprendre, et même si cela n’était pas flagrant ou qu’elle ne l’avait pas dit au Kaguya, elle savait à qui appartenait son cœur.

Le trio fut alors accaparé par deux chevelures ensoleillées contrastant avec les ténèbres surplombant la tête des deux urumis. Si elle reconnaissait cette ravissante femme, organisatrice du festival, l’homme à ses côtés dont émanait une douceur et une sérénité infinie lui était inconnu. Ne la connaissant pas, il fut désolé de ne pas pouvoir la présenter comme ses deux camarades. Imekanu, de sa petite taille, se trouva très rapidement intimidée tandis qu’elle passait une main derrière sa tête. Il affichait une beauté rare et presque immaculée qui impressionnait trop la chasseresse. Prise au dépourvu, s’en suivit l’intervention de la ravissante Atsumi qui se présenta à son tour. Elle aurait bien aimé se cacher derrière ce buffet, mais l’azurite devait prendre son courage à deux mains.


« Je… Je suis Imekanu… Enchantée... »

Tenta-t-elle d’articuler avant de s’incliner plusieurs fois. Le son des tambours sauva l’enfant du Mata Kotan tandis que son attention se posa sur les démonstrations claniques de quelques shinobis. Émerveillée par les pouvoirs impressionnants, elle ne détachait son regard d’eux jusqu’à ce que Shitekka l’interpelle pour lui souhaiter un bon appétit. Elle oublia alors tout ce qui se déroulait autour d’elle et sourit à son ami avant de faire de même. 

Ce fut au tour de l’imposante carrure de prendre de nouveau la parole. La figure principale du village avait une importante annonce à faire et pas des moindres. Celui-ci souhaitait donc donner le flambeau et profitait de cet événement pour présenter le futur Nanadaime Mizukake qui n’était autre que Nobuatsu Saji. Ces passations de pouvoir et ces histoires politiques dépassaient Imekanu, mais elle comprenait qu’il s’agissait d’un acte sûrement très important. Quand elle aperçut la silhouette de leur nouveau pilier de la brume, elle s’arrêta un instant dans ses applaudissements et fronça les sourcils. Il lui fallut quelques secondes pour comprendre qu’elle connaissait cet homme, de part son accoutrement atypique et son masque et cette gentillesse dont il avait fait preuve avec elle. La jeune femme s’approcha du Kaguya et tendit les lèvres pour lui parler discrètement.


« Je connais ce Saji masqué, il a été très gentil avec moi et m’a aidé devant un sisam trop insistant. Je suis sûre qu’il fera un bon chef. »

La fin du festival semblait arriver tandis que l’organisatrice prit de nouveau la parole. La fierté se lisait, le lien de chaque Kirijin semblait plus fort que jamais en cet instant, ce qui offrait une certaine chaleur au sein d’Imekanu. Elle hocha de la tête et sourit, ravie d’être présente. Lorsque le rideau rendit son tablier, une plaque impressionnante à l’effigie d’une personne qu’elle ne connaissait pas se présenta devant eux. Tout le monde quitta sa place pour s’approcher, tandis qu’elle ne lâchait pas l’urumi de peur de se perdre. Si presque tout le monde applaudissait, ce n’était pas le cas du Kaguya qui semblait bien contrit par cette surprise. Cela semblait rendre hommage à cette personne ce qui était une bonne chose, mais de lourds souvenirs devaient y être liés aussi. Hésitant entre applaudir ou réconforter le balafré, elle n’eut le temps de se décider qu’une lumière éblouie ses yeux tandis qu’un bruit assourdissant fit sursauter la genin. Des couleurs, des formes florales qui volaient dans le ciel, un son strident qui faisait peur à la traqueuse, et la main de Shitekka qui avait rencontré la sienne.

Prise au dépourvu par tout cela, le geste du chunin l’aida à ne pas se cacher derrière son dos imposant. Il fallut quelques secondes à Imekanu pour qu’elle comprenne que ce n’était pas une attaque vers eux, mais une sorte de spectacle qui attirait l’attention de tout le monde. Si lui aussi semblait avoir été surpris, elle sentait dans cette prise autre chose. Était-ce dû à toutes les émotions qui avaient traversé les deux urimis durant cette intense soirée ? Ou l’explosion colorée et chaleureuse qui atteignait le cœur de chacun ? Une chose était certaine, la native de Saroruncasi était définitivement perdue. Pourtant, sa seule certitude dans ce tumulte de discours, de chanson et de spectacle bruyant, était que la présence seule de Shitekka comptait. Son visage se tourna vers celui-ci, qui ne cachait pas son embarras et qui pourtant, semblait décidé à ne pas lâcher la demoiselle. Son cœur se mit à battre plus intensément, résonnant avec les diverses explosions dans le ciel. Était-ce la peur liée à ce phénomène qu’elle découvrait ? Ou l’évidence même de ce qu’elle ressentait en présence du shinobi ? Sa petite poigne enserra la dextre de l’urumi tandis qu’elle se permit un rapprochement qui la rassurait, se collant un peu plus à son bras, tandis que sa tempe se posait sur celui-ci délicatement.

Si proche et si loin d’un futur incertain, les doutes et les craintes avaient disparu durant cet instant pour tous. Les pupilles qui reflétaient l’âme de chacun se laissaient bercer par la magnificence qui dansait dans le ciel, faisant sursauter les plus sensibles, impressionnant les plus curieux. Ce soir sonnait comme un chapitre qui se terminait pour laisser place à la suite d’une histoire qui était loin d’être terminée, les lignes de la vie de chacun semblaient même irrémédiablement liées.



Spoiler:
 

_________________
Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Imeka
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 http://www.ascentofshinobi.com/u914
Hokazuka Liuqin
Hokazuka LiuqinEn ligne

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Dim 9 Fév 2020 - 12:53
En se levant ce matin et en passant une partie de son après-midi à se préparer, Liuqin n'avait pas pensé une seconde qu'il assisterait à un événement historique pour la Brume. S'il condensait ce dont il avait été témoin aujourd'hui son testament s'étendrait bien au-delà d'une simple fête foraine. En quelques heures, plusieurs nouveaux horizons politiques pour la Brume furent actés. Premièrement, la Seigneurie et la Cité Militaire allaient à présent entretenir des liens plus étroits ce qui annonçait sans aucun doute une perturbation au sein d'un Village qui a appris à se développer sans les Magistrats de l'Eau. Comment ce nouvel ordre ou plutôt cet ordre rétabli sera t-il interprété ? Suffira t-il aux Hautes Sphères de Mizu d'être bienveillantes pour se faire accepter de la Brume ?

Dans le prolongement de cette annonce, Kagai Inja, la Sixième Ombre de la Brume renonçait à son poste. Le Cervalier ignorait si c'était le cas mais il se demandait si cette décision était une réaction aux manœuvres politiques du Daimyô du pays. Était-ce une protestation silencieuse ou un licenciement forcé ? Il savait qu'il était plus probable qu'il ne s'agisse d'aucun des deux, mais la cotemporalité de ces deux annonces annonçait à coup sûr une amplification de ce bouleversement politique et constituait une piste intéressante dans cette enquête de Kiri que mène l'Hayashijin. Mais qui dit départ d'un poste dit nouveau titulaire. Et la Brume retrouverait une nouvelle Ombre en la personne de, si Liuqin avait bien compris, Nobuatsu Saji. À la surprise de personne, cet homme était inconnu de l'Homme du Bois.

Son discours se voulait unificateur, mais l'enchaînement des événements et la digestion des annonces précédentes pas encore achevée atténua l'impact de l'arrivée de cet homme, pour Liuqin en tout cas. Peu importe la manière dont Kiri considèrera tout ce qui est arrivé aujourd'hui, l'observation du discours qu'en portera les Citoyens de la Brume sera une œuvre passionnante à établir.

Maintenant il était nécessaire à la Brume de digérer le buffet ainsi que la nouvelle Face qu'elle allait arborer ; celle d'un Village suivi d'une Seigneurie, celle dont le Gladiateur à la Hache a renoncé à assumer la direction et celle qui doit à présent accepter une nouvelle figure dirigeante. Le Cervalier était arrivé au bon moment.

C'était comme si la progression du repas d'Hotaru et Liuqin était marquée par chaque annonce. À chaque nouvelle prise de parole, il passait à un nouveau plat. Entrée Daimyo, puis repas Rokudaime pour terminer sur dessert Cavalier. Et maintenant que la paire en était aux boissons digestives une statue se révélait. Puisse notre nation ne jamais s’effondrer à nouveau. , disait-elle. L'Histoire de Kiri semblait bien mouvementée. D'après son camarade et bienfaiteur, la Cinquième Brume était la femme figurée sur cette sculpture. La Cité Militaire gravait donc ses tourments afin de mieux les surmonter. Plus le temps passait et plus le jeune homme considérait sérieusement arborer son bandeau.

_________________
"#005800"
Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Ar0e10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080
Aditya
Aditya

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Dim 9 Fév 2020 - 13:04
Son regard longea un temps au creux des pupilles de la jeune femme, dont l’encre profonde n’égalait que la couleur du tatouage qui planait sur la lisière de ses lèvres et de ses brins noirâtres. Imekanu. Le blond ne l’avait jamais rencontrée auparavant, encore moins entendu les consonnances de ce nom qui lui était tout à fait inconnues ; pourtant, en la voyant ainsi aux côtés de Shitekka en portant les mêmes ornements que l’enfant de l’os, elle radiait de bienveillance. Lui n’était qu’un étranger aux croyances de Kamuys, une simple âme à laquelle l’on avait tentée d’éveiller aux principes sous la lueur d’un soleil printanier. Pourtant, si à l’époque, l’Urumi semblait lui avoir intimé n’être que le seul représentant de sa foi, il apparaissait clairement aux yeux de l’ascèse que désormais, il avait trouvé une compagne à ses côtés ; les symboles communs noués dans les plis de leurs vêtements suffisaient à clamer leur amour partagé pour ces esprits de la nature. Un fin sourire glissa sur les lèvres d’Aditya lorsqu’il réalisa cela ; tout semblait s’accorder, s’adjoindre et se retrouver. Les cataclysmes étaient véritablement derrière eux, et la présence rafraîchissante de cette demoiselle ne pouvait qu'égayer ce sentiment.

« Enchanté, Aditya. »

Ses iris éthérées mouvèrent sur les traits de l’Hayame qui, encore, trônait à ses côtés pour les dernières minutes que sa compagnie lui accordait encore. La fatigue clamait sa langueur sur le visage de la kunoichi, petit à petit, révélant parfois ce qu’elle s’était attachée à cacher lors de cette soirée inoubliable. Elle qui n’avait cessée de demeurer alerte pour le bien des autres, plus que tous, devait être épuisée. Alors, lorsqu’elle laissa glisser une main anodine sur son bras en signe de son départ, il accompagna sa silhouette d’un regard chaleureux et d’un signe de tête.

De son côté, Junko plissait les yeux, incertaine. Si son arrivée aux côtés d’Aditya avait piquée un sentiment qu’elle se refusait à reconnaître, elle ne pouvait dénier que cette ancienne inconnue détenait une certaine prestance. Elle admirait, secrètement, la capacité avec laquelle elle avait pu instiguer un tel évènement – qui, elle devait bien l’avouer, était étrangement agréable en ce qui la concernait. Elle avait pu retrouver Imekanu, certes, en ayant été happée par son futur… partenaire d’équipe… mais les quelques mots échangés avec elle valaient bien ce contre-temps. Et puis, finalement, cet Hotaru n’avait peut-être pas l’air si naïf que ça. La seule chose qu’elle déplorerait peut-être – jamais de vive voix – était la compagnie épisodique d’Aditya. Au moins, il aurait rencontré l’Urumie. C’était déjà ça. Elle le vit par ailleurs glisser un léger signe de tête respectueux à l’encontre de la demoiselle ; cela ne l’étonnait pas, venant de lui.

Mais bientôt, tous furent coupés par le discours naissant du Rokudaime, porté par tant d’émotion sourde que l’assemblée entière se tut, tant par prévenance envers leur chef des armées que curiosité, peut-être d’inquiétude. Kagai Inja n’avait jamais véritablement été un homme préférant les mots ; c’était là même tout l’inverse. Il était, de ce que la Brume avait pu voir de lui, un homme d’action qui se fiait d’avantage aux actes qu’aux promesses, parfois vides de sens. Alors le voir déclarer ainsi ses faits d’armes, les uns à la suite des autres, propageait au cœur de l’assemblée un profond sentiment d’appréhension. Une tension qui finit par s’effondrer d’elle-même, en révélant une énième passation de pouvoir.

Et pourtant, alors qu’Aditya aurait du se sentir floué, à l’idée de voir un nouveau chef se succéder à la tête de la Brume, alors qu’il aurait dû penser que ces incessantes modifications qui avaient toujours tranché l’histoire de Kiri étaient un signe d’instabilité, cette instabilité même qui l’avait amené sur les berges du Pays de l’Eau une demi-année plus tôt, il n’en fut rien. Au contraire, une certaine sérénité s’était emparée de son être. Celui qui fut leur Rokudaime n’avait jamais aspiré à prendre la tête du village. Lors de leur rencontre, alors qu’il n’était encore que Chef des armées, le blond avait remarqué à quel point il n’éprouvait aucun désir de commander aux autres. Seule la rédemption avait porté son âme ; la mort prématurée de Dame Watanabe avait accéléré ce sentiment, l’avait poussé à venir en aide à ses pairs. Peut-être le règne de Kagai Inja n’avait jamais été pensé comme définitif, mais fondamentalement épisodique, dont le but n’aurait été que d’apporter son expérience du combat et de la stratégie pour relever la Brume au lendemain d’un Cataclysme. Mais l’ascèse n’était pas surpris. Qu’un changement s’opère ou non, celui-ci était légitime.

Alors, lorsque la silhouette du Cavalier de Feu se dessina sur ses côtés, clamant à son tour un discours bienvenu pour l'ensemble des habitants, le blond laissa l'accalmie courir dans ses veines alors qu'il adressait un regard à la rougeoyante, plus surprise et incertaine. Il hocha la tête et clôt ses paupières l'espace d'un instant, un geste auquel elle répondit par un haussement d'épaules discret. Elle se contenta de croiser les bras, son lampion illuminant son flanc. Tous deux ne manquèrent pas de retourner leur attention sur les dires du chef des Sabreurs ; et à en croire par les paroles d'Imekanu, l'avis d'Aditya semblait être partagé.

Mais bientôt, alors qu'Atsumi fit son retour sur l'estrade en saluant ses pairs, tout signe de fatigue dépourvue de son visage désormais, l'ombre lancinante de préparatif semblaient danser dans son dos, à l'image d'une répétition préparée. Les contours chaleureux de plusieurs flammèches égayèrent les contours du trio, où ancienne et nouvelle Ombre se mêlait à l'héritage de leur prédécesseur, que l'Hayame tenait en elle en cette soirée. Du coin de l’œil, il vit Junko décroiser les bras et les lueurs de sa lanterne se mouvoir d'une main à l'autre. Curieux, il l'avisa d'un regard, auquel elle lui répondit par un air mitigé. Sa main trônait, ouverte, entre eux, comme une invitation sourde. L'ascèse resta quelques secondes sans rien dire, oscillant entre ses ambres téméraires et ses doigts fins, si longtemps que la rougeoyante faillit adjoindre quelques mots pour le pousser à l'action – car après tout, elle était loin d’avoir l’habitude d’instiguer ce genre de gestes familiers : si elle le faisait, elle s’attendait à ce qu’il soit reçu sans concession.

Alors, doucement, l’ascèse laissa un rire léger et sincère briser la barrière de ses lèvres et enchevêtra ses doigts avec les siens en dardant son visage d’un regard bienveillant, l’espace de quelques secondes. Les éclats sourds d'un nouveau spectacle retentissaient à leur aube tandis qu'il pressait sa paume contre la sienne en s'arrachant finalement à son visage pour observer l'estrade, une fois encore.





_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Narrateur
Narrateur

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ - Page 3 Empty
Dim 9 Fév 2020 - 13:04
Le festival a eu son lot d’annonces, et une soirée finalement assez courte aura donné l’occasion à de nombreux Kirijins de s’amuser en compagnie de personnes qui leurs sont chères, tout en découvrant des changements majeurs au sein de leur pays, mais aussi de leur village. Un nouveau Daimyô, plus intègre que les précédents, plus fort et doté d’un sens de la justice plus grand également. Un nouveau Mizukage, dont les postes de chef de clan et de chef du Kyoi – bien que cette deuxième information ne soit connue que des personnes les plus importantes du village – en ont fait un choix irréfutable pour occuper cette place à la suite du gladiateur de renom. Il ne faut pas non plus oublier l’annonce d’un examen Chûnin, qui saura mettre en avant la nouvelle génération de shinobis de la brume, où tous mettront sur la table leurs capacités en tant que ninja.

Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, et que le clou du spectacle, à savoir le sublime feu d’artifice, a eu lieu, les stands commencent à fermer un à un. L’heure est avancée, la nuit tombée depuis un moment, et la foule se disperse petit à petit. Les forces de la Kenpei, jusqu’alors très discrètes dans la masse difforme de gens, se fait plus visible. Quelques personnes ivres sont raccompagnées avec douceur à la sortie de la place : ils pourront se taper dessus ailleurs s’ils le veulent, mais il est hors de question qu’ils ternissent cette fin de festival, qui aura été un succès total, à priori. Il faut à peine une dizaine de minutes pour que les lieux soient totalement vidés, laissant beaucoup de travail pour l’équipe de rangement, le lendemain. Mais pour l’instant, tout le monde va avoir le droit de profiter de sa nuit, ils l’ont bien mérité car tous ont fait honneur à la brume en se présentant à cette fête de l’apaisement et de la paix.

Sans doute que certains auraient préféré rester encore un peu, leurs discussions étant palpitantes, leurs danses étant entrainantes, ou peu importent leurs raisons au fond. Néanmoins, s’ils veulent continuer leurs discussions, ils pourront le faire ailleurs. Désormais, le calme est revenu sur la place, devant ce palais de la brume encore en ruines, et cette statue de la Godaime Mizukage flambant neuve. Le passé est figé, et après ce festival, et les divers discours prononcés, il semble avoir été décidé de ne pas laisser de tels événements se reproduire. Mais comme dit l’adage « Qui vivra verra »…


Mot de la fin:
 
Revenir en haut Aller en bas

Premier Festival d'Automne de Kiri [Akimatsuri/Libre] TERMINÉ

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Palais de la Brume
Sauter vers: