Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Au clair de la lune [H.Tsuki]
Aujourd'hui à 17:48 par Hohoemi Tsuki

» Conviction la plus profonde [Sae]
Aujourd'hui à 17:42 par Rinku Sae

» Ceux qui cherchaient la bagarre. [Lua]
Aujourd'hui à 16:58 par Hohoemi Tsuki

» Conciliation ᵜᴥ Sun-hi
Aujourd'hui à 16:31 par Nagamasa Mikazuki

»  [Mission libre B] Le purificateur
Aujourd'hui à 15:48 par Watanabe Shiori

» Ce doux sifflement [PV Etsuko]
Aujourd'hui à 15:44 par Ashikaga Gabushi

» L'heure du changement
Aujourd'hui à 15:08 par Borukan Muramasa

» vice porcin [anzu]
Aujourd'hui à 15:04 par Kinu Lua

» Eh la qui va la ! (Inspecteur gadget) / Pv Takumi
Aujourd'hui à 13:52 par Hyûga Kami

Partagez | 

Désert de Kaze no Kuni - Août 200 - Le trio anonyme (SOLO)


Mer 9 Aoû 2017 - 22:04
- Fûton !
- Katon !
- Doton !

Dans un crépitement, les trois attaques se percutèrent, propulsant les trois enfants loin de leurs position initiale. Ils se relevèrent tous les trois comme un seul homme, enlevant du dos de la main le sable qui s'était déposé sur eux. Les tremblements parcouraient leurs corps, ils n'arrivaient qu'à ouvrir difficilement les yeux et leurs muscles étaient meurtris par la fatigue. Le vent de la fin d'après-midi faisait tourbillonner la poussière ambiante, recouvrant tout d'une saleté désormais constante. Les regards des trois combattants se croisèrent et, d'un mouvement de tête entendu, tous trois se mirent en route en direction du campement. Ce n'est qu'à la lueur du crépuscule qu'ils pénétrèrent enfin au milieu du camp, les pieds ensanglantés par le combat et la marche. Ils furent accueillis, comme presque tous les jours, par des remontrances puis des sourires et enfin des félicitations. Ainsi allait la vie dans le clan Naenda depuis le départ du mystérieux maître Borukan.
Ces trois enfants s'appelaient Mioïn, Jioïn et Kaïn. Oui, moi-même. Parce que, même s'il s'agit de l'histoire des deux jumeaux, celle-ci me concerne directement et je me dois de la raconter avec précision, telle que je l'ai vécue et ressentie à l'époque. Bref, commençons.

'' Maître Borukan nous avait quitté depuis maintenant un peu plus d'un mois, un long mois où nous n'avions jamais arrêté d'y croire. De croire en nous, en notre puissance, en notre capacité à changer les choses. Changer le destin de notre clan et leur ôter des lèvres cette rengaine ringarde et défaitiste qui faisait notre devise. Nous étions les enfants de la Terre et non ceux de la Misère, voilà ce qui avait changé. Mais les anciens ne semblaient pas vouloir l'accepter. D'autant plus qu'aucun d'entre nous ne possédait l'aptitude de créer des sorts d'eau, la seule chose qui aurait véritablement pu bouleverser notre quotidien. Mais c'était impossible, il fallait donc chercher d'autres moyens. C'est pour cela que l'on continuait à s'entraîner aussi dur. Pour contrôler nos éléments et repartir trouver notre maître et engager son grand village à prendre notre clan sous sa protection. Alors seulement, nos vies changeraient réellement.

Je sais ce que vous vous dites. Un rêve de gosse. C'était le cas.

La vérité était tout autre, en tout cas dans les yeux et dans le cœur des deux jumeaux. Ils ne croyaient pas aux grands villages. Ceux-là même qui pendant des dizaines d'années n'avaient pas daigné jeter un coup d'oeil vers le désert et ses misérables créatures. Cette haine, je la vivais aussi, aussi profondément plantée dans ma chair que si l'on m'avait traversé d'une lance. Mais j'avais rencontré un homme bon. Sincèrement et véritablement bon. Et c'est en lui, et non dans un système vicié que je plaçais mes espoirs les plus fous. Les espoirs naïfs d'un ado rêveur, voulant voir dans le monde une lueur, une place, un rayon de soleil pour les plus nécessiteux, les oubliés de la Terre.

- Sors toi ça de la tête Kaïn. C'était rien de plus qu'un vieux fou, s'exclama Mioïn.
- Il a raison, enchaîna Jioïn, même avec le chakra, on reste des grains de poussière, rien de plus.

Et voilà. Ça recommençait. Leur discours réaliste et négatif, que j'entendais chaque jour depuis une semaine, avait repris. Leur haine pour le monde s'était transformée en haine pour tout ce qui les entourait, y compris l'homme qui nous avait sorti de notre ignorance. Et la flamme que je voyais dans leur regards, de jour en jour, s'éteignait un peu plus. Cette flamme s'approchait de plus en plus d'une limite dont on ne revient jamais. Bientôt, si rien n'arrivait, cette flamme deviendrait d'une noirceur insoutenable, impossible à éteindre. Il allait donc falloir que j'empêche ça...''

_________________
" Du Feu naît la Lumière. De l'Eau naît la Vie. Du Vent naît le Chaos. De la Foudre naît la Mort."



"Mais de la Terre naissent les Hommes."


Clan Naenda, version corrigée de leur devise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t799-naenda-kain-enfant-de-la-misere-finie http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa#4115

Désert de Kaze no Kuni - Août 200 - Le trio anonyme (SOLO)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: