Soutenez le forum !
1234
Partagez

Scandale en hautes sphères [Mission B]

Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Mar 21 Jan 2020 - 14:51


Scandale en hautes sphères.




Scandale en hautes sphères Une femme de la noblesse Tsuchijine a fait appel aux services d’un apothicaire douteux pour améliorer les performances de son mari. Ne souhaitant pas faire ébruiter l’affaire, elle fut toutefois surprise de découvrir que le charlatan qu’elle avait engagé n’avait produit comme résultat qu’une infection particulièrement odieuse chez son compagnon. Décidant que la santé de ce dernier est plus importante que la discrétion de son affaire, elle décide d’engager un herboriste réputé pour régler ce souci, ainsi qu’un groupe de shinobi pour l’assister dans la récupération des ingrédients nécessaires. Votre mission est donc d’accompagner l’herboriste, de le protéger et de l’assister jusqu’à la guérison du pauvre mari.

Si le bureau des missions avait approché la jeune kunoichi, c’était pour son rôle d’Irou nin et de la discrétion dont elle pouvait faire preuve. La missive entre ses fins doigts, elle quitta les lieux avec une mine peu enjouée. La situation liée à cet ordre de mission était un peu loufoque, c’était bien une première pour la rubiconde que devoir intervenir dans une histoire qui relevait de l’intimité d’un coup, en plus d’être de la haute-sphère Tsuchijine. Mais le côté intéressant de cette quête était de devoir aider un herboriste et l’accompagner dans de soins pour le mari de la commanditaire de manière plus traditionnelle. Cela pourra sûrement l’aider à développer ses connaissances dans les herbes médicinales. Étant donné qu’on ne lui avait attitré personne, ils lui laissaient le choix de qui accompagnera Aimi, qui devait aussi retrouver l’herboriste près du domaine Mataki.

Après avoir réfléchi quelques minutes, elle demanda au bureau de faire convoquer Yawa Seika et Ashikaga Gabushi à l’entrée du village pour le milieu de matinée. Son premier choix semblait le plus évident, étant donné qu’on lui avait donné la responsabilité d’une équipe et que la châtaigne était sa première élève. Cette mission pourra leur permettre de nouer des liens plus importants qu’un sensei et son apprentie, parce qu’elle s’occupait aussi de son apprentissage dans l’art médical. La seconde personne était Gabushi. Elle savait que depuis l’événement à Tetsu qui était difficile à digérer, la jeune femme n’était pas au meilleur de sa forme. Autant lui donner du boost en l’emmenant à l’extérieur et cela lui fera plaisir de la revoir.

Une fois les missives express envoyées, la kunoichi se dirigea alors vers les portes du village pour attendre ses deux camarades. La Chiwa, en attendant, cherchait comment aborder cette mission. De ce que Muramasa lui avait appris, utiliser des drogues ou des sortes de potions magiques à des fins personnelles, quand on ne savait pas de quoi il s’agissait, était très dangereux. Il fallait faire attention à qui on faisait confiance, surtout dans le monde sombre de l'alchimie. Le rubis fera de son possible pour aider le couple et l’herboriste à soigner le mari, pour que cette histoire ne soit plus qu’un mauvais cauchemar.


Spoiler:
 







_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] 59386_s


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037
Yawa Seika
Yawa Seika

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Dim 26 Jan 2020 - 15:05
La nuit de Seika a été particulièrement agitée. Rien de bien louche, en somme, à part quelques rêves dans lesquels elle bat les méchants en les assommant, sans jamais les tuer bien sûr. Une gentille fille incapable de faire du mal aux autres même dans ses rêves, c’est une chose assez rare dans ce monde. Quoi qu’il en soit, au cours de la nuit, la châtaigne s’est mise à beaucoup bouger, donnant des coups spéciaux de son invention, qu’elle ne sait pas reproduire en vrai, qui lui ont permis de vaincre l’opposition – des milliers de monstres sanguinaires – sans en tuer un seul, et en se contenant de les assommer sans les blesser outre mesure. La fin a été plus calme, lorsqu’elle a parlé à chacun individuellement pour leur faire entendre raison. Au final, ils sont tous devenus ses amis, et elle s’est réveillée, pas vraiment naturellement en fait, lorsque sa mère a frappé à sa porte, aux premières lueurs du soleil. Ce n’est pas dans ses habitudes de se lever si tard, et sa génitrice s’en est peut-être inquiétée ?

« Sei-chan, désolée de te déranger, mais un monsieur a déposé un courrier pour toi, assez tôt ce matin ! Je pense que c’est pour une mission ! »

La voix de la femme montre une certaine inquiétude, mêlée à de la fierté. A aucun moment cette femme protectrice à l’égard de son enfant n’a tenté de la dissuader d’arborer ce chemin qu’est la voie des ninjas. Pourtant, elle n’en reste pas moins inquiète à chaque seconde, la peur de perdre cette fille si adorable et gentille, qui ne ferait pas de mal à une mouche, l’assaillant à chaque seconde. Plutôt que de la brider, la Yawa préfère l’encourager et être fière d’elle, qui doit aussi rendre son père très fier, dans l’autre monde.

« Merci maman, je descends tout de suite ! Héhé ! »

Et quelques minutes plus tard, elle retrouve l’être qu’elle aime le plus au monde dans la cuisine, le courrier étant posé en évidence sur la table à manger. Sans plus attendre, et juste après avoir fait un bisou et câliné la courageuse cuisinière, Seika se saisit du courrier et l’ouvre. Il s’agit d’une mission, en compagnie de Chiwa Aimi et Ashikaga Gabushi. Si la seconde personne lui dit vaguement quelque chose, étant sans doute une kunoihi de renom au sein du village caché dans la roche, la première est clairement connue de la petite qui en sauterait presque de joie. En fait, c’est exactement ce qu’elle fait, avant de s’écrier :

« Maman ! Je vais participer à une mission avec la super Sensei dont je t’ai parlé, tu sais, celle qui a accepté de m’apprendre la médecine et qui est vraiment belle et très gentille ! Rohlala, c’est vraiment trop génial ! Par contre, je ne comprends pas bien ce que ça veut dire « améliorer les performances de son mari »… Tu pourrais m’aider ? »

La mère de la petite fait tomber un ustensile de cuisine, surprise par les mots de son enfant. Certes, Seika est en âge de connaître les choses de la vie, et en tant que mère, elle a dû passer par cette étape délicate où elle lui explique comment sont conçus les bébés, ce qui n’a pas évité un lot de questions incroyable, que la Yawa a eu du mal à prendre en considération, au point de même rester mystérieuse sur certains points. En fait, la Genin sait simplement que les « monsieur » plantent une petite graine dans le ventre des « madame », et que quelques mois plus tard, la graine est devenue un bébé.

« Hum, tu risques d’être en retard, Sei-chan, tu pourras demander à ta Sensei, elle est après tout en charge de cette mission et doit savoir de quoi il s’agit ! »

Se contentant de cette réponse, la brune engloutit son petit-déjeuner et se prépare à la hâte, avant de rejoindre Aimi aux portes du village. La petite pense aussi à Gabushi, et est pressée de la connaître, peut-être est-elle aussi géniale que la rubiconde ? Elle peut devenir une amie, comme la plupart des gens que côtoie la naine. Sur place, elle remarque assez vite la splendide femme aux cheveux rouges, et se hâte de se placer devant elle pour la saluer, s’inclinant avec politesse, écartant l’option du câlin étant donné le cadre strict que demande une mission.

« Bonjour Aimi-Sensei ! J’espère que tu vas bien aujourd’hui, pour ma part je suis très heureuse de faire cette mission en ta compagnie ! Ah, tu pourrais m’expliquer ce que c’est que les performances dont fait mention l’ordre de mission ? Je ne suis pas sûre d’avoir tout bien compris ! Mais dans tous les cas, je mettrai mes mains à l’ouvrage pour que ce monsieur redevienne aussi performant que possible, tu as ma parole ! »

Un grand sourire se dessine sur le visage de la petite, bien trop innocente pour ce monde…




_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] Ww18

♥ Merci Aimi pour cet avatar et Aditya pour cette signature, tous deux parfaits ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7615-quoi-feur-enfin-plutot-fleur-pour-le-coup-yawa-seika#63983
Ashikaga Gabushi
Ashikaga Gabushi

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Dim 9 Fév 2020 - 10:19
Étrange était l'ordre de mission qui était parvenu à l'archère, c'était le moins qu'elle pouvait penser à sa lecture en tous cas. Mais il était intéressant de noter que même si cela touchait l'intimité d'un couple, ils restaient des gens important et que la santé de quelqu'un était en jeu.

Gabushi était abattue et renfermée sur elle-même depuis son retour. Elle n'était que brièvement sorti répondre à la convocation de l'intendante. Son séjour à l'hôpital était la réelle dernière fois qu'elle avait mit le nez dehors. Aucun doute que le nom de Chiwa Aimi qui l'avait convoqué n'était pas pour rien pour la réception de cette lettre, c'était elle qui l'avait remis sur pied physiquement.
Peut-être était-il trop tôt et surtout de une demande de la part de la rubiconde pour qui elle avait craqué intérieurement jusqu'à s'effondrer dans ses bras au hauts plateaux, elle n'avait tissé que peu de lien avec les autres personnes du village à rester distante, mais le nom d'Aimi sonnait comme une bénédiction et une déception à la fois dans son esprit embrumé par la honte de la défaite à la frontière, elle ne savait donc que penser de cette nouvelle rencontre et préféra juste enfouir profondément ce que pouvait évoquer ce nom pour la bonne marche des évènements.

Car il s'agissait bien de son devoir qui lui avait été envoyé en lettre express, la brune ne pouvait pas l'ignorer et encore moins répondre négativement. S'il y avait une bonne raison de sortir de sa torpeur, c'était pour répondre à l'appel du village et il était hors de question de déposer les armes et se rendre. Un effort pour son esprit malade et encore en deuil, mais rien que ne pouvait surpasser son esprit aiguisé comme ses lames qui ne demandait qu'à accomplir son devoir en vertus de la voie du guerrier.

Gabushi enfila son armure qui prenait la poussière depuis des semaines sur son support dans un coin de son petit appartement, son imposant yumi dans le dos et ses sabres à la ceinture de son kimono vert. Elle souffla une dernière fois pour vider son esprit avant de sortir de chez elle pour affronter le monde extérieur en direction des portes du village.
Elle n'était pas médecin ou experte en herbe, elle était une simple fine lame et une tireuse d'élite hors-paire, sa fonction dans la mission était donc simple. Il fallait escorter l'herboriste et les autres Iwajins dans leur périple pour sauver quelqu'un, cet objectif en tête il était plus facile de chasser les nuages de ses pensées et de se focaliser sur sa cible, comme elle l'avait toujours fais jusque-là.

La rubiconde était déjà là et elle était accompagnée par une adolescente bien plus jeune qu'elles n'étaient toutes les deux. Probablement une genin du village, elle s'approcha humblement en entendant la question, lui arrachant un sourire et un regard complice à sa camarade médecin.


- C'est vrai ça, de quelles performances parlait l'ordre de mission ? Lâcha-t-elle en toute innocence apparente alors que cela n'avait que peu d'importance pour l'archère. Contente de te voir, Aimi-chan.

Elle s'inclina légèrement vers la rubiconde, sachant que ses marques de respect n'avait pas de sens après avoir forgé un lien fort entre deux personnes, mais qu'elle ne pouvait vraiment empêcher. Puis elle se tourna vers la jeune fille qu'elle n'avait encore jamais rencontré.

- Enchanté, je suis Ashikaga Gabushi et je vais accompagner Aimi-chan dans sa mission. Elle t'a demandé de venir à toi aussi ? Dit-elle, intéressée par cette jeune fille peut-être trop innocente, mais qui débordait visiblement d'enthousiasme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Mer 19 Fév 2020 - 15:56


Scandale en hautes sphères.




Ce fut une petite châtaigne qui fit son apparition. Aimi lâcha le mur sur lequel elle s’était adossée pour s’approcher de sa nouvelle élève et apprentie et lui offrit un fin sourire. Si elle s’attendait à recevoir la boule d’énergie dans ses bras, celle-ci se retint et la salua très respectueusement, ce qui la rendait d’autant plus fière. Celle-ci était très contente de faire équipe avec sa sensei pour cette mission était réciproque. La question qui s’en suivit surprit toutefois la rubiconde qui haussa des sourcils avant d’entrouvrir la bouche pour la refermer. Bien trop d’innocence dans ce petit bout de jeune fille qui avait tant à apprendre. Avant même de pouvoir répondre ou même réfléchir à une manière de lui répondre, une douce voix atteint les oreilles de la chunin. Si la Chiwa fut très heureuse de voir son amie arriver, cette petite question, pour soutenir la Yawa la fit tiquer, tandis qu’elle lui envoyait des petits éclairs inoffensifs avec son regard. Elle laissa l’assimilatrice se présenter à la demoiselle, tandis qu’elle sentait son visage se colorer de gêne. La kunoichi se secoua la tête et se fâcha intérieurement, elle était médecin après tout, ce genre d’interrogation ne devrait pas la désarçonner ainsi…

« Je… Eh bien… Je… Bonjour Seika et Gabushi, je suis contente de pouvoir travailler avec vous pour cette mission ! J’en profite pour t’annoncer Seika que depuis ma promotion, j’ai à ma tête une équipe et tu as été désignée comme mon élève. »La rousse lui sourit, contente de pouvoir lui annoncer cette bonne nouvelle, avant de se tourner vers la brune. « Je suis contente de voir que tu es remise sur pied. Et pour répondre à votre question… » L’Eisei nin se gratta la tempe, faisant mine de réfléchir, penchant la tête sur le côté « Nos clients sont un couple de noble qui ont une très bonne relation avec le village. Et dans un couple… ils aiment partager leur amour de manière intime. Et il arrive qu’il y ait besoin d’un peu d’aide pour que ça se passe dans les meilleures… conditions. Cependant, il semblerait que leur coup de pouce ait blessé le mari de cette notre cliente. Etant donné que nous ne savons pas à quel point l’infection est avancée, nous devons nous mettre en route le plus rapidement possible. Il nous faudra une vingtaine de minutes pour arriver jusqu’au domaine et retrouver l’herboriste, qui se trouve au sud-est d’ici. Si tout est bon pour vous… Et je compte sur vous pour votre discrétion concernant la mission !»

Si tout le monde était d’accord, l’Irou nin leur fit signe qu’il était temps de partir. Tournant le dos aux deux demoiselles, les pupilles écarlates de la chunin fixaient devant elle, prête à aller effectuer cette mission pour le peu… surprenante et délicate. Durant le trajet dont les pas tapaient lourdement sur le sol rocailleux, la jeune femme resta silencieuse réfléchissant à une solution en cas d’infection. L’idée de travailler avec un herboriste lui faisait notamment plaisir qu’elle comptait bien en profiter pour en apprendre plus sur les vertus naturelles avec lesquelles on pouvait soigner, ce qui la rapprochait un peu plus de son apprentissage dans les arcanes du Rentanjutsu. Aimi restait attentive aux deux kunoichis qui l’accompagnaient, se sentant à l’aise et confiante avec elles.

Le temps passait tandis qu’elles se rapprochaient du lieu de rendez-vous.


« Avant que nous arrivions, nous ne connaissons pas la nature de l’infection, bien qu’elle vienne probablement du produit utilisé. Je vous demanderai de faire attention, cela serait malheureux que l’une de nous finisse contaminée. J’aurai aussi besoin de votre aide, dans le cas où les choses pourraient tourner mal, nous ne savons pas ce qu’il se passe là-bas et pourquoi cet apothicaire a agi ainsi. Soyez prudentes et à l'écoute de l'herborisque qu'on va devoir soutenir. »

Comme une fière sensei qui prenait son rôle à cœur, le rubis de la roche chercha à anticiper et prévenir ses deux camarades de ce qu’il pouvait arriver une fois sur les lieux. Ne souhaitant pas jouer la carte de l'autorité, elle cherchait toutefois à faire comprendre que c'était une mission qui pourrait avoir des conséquences sur le long terme, avec les relations entretenues avec Iwagakure.


Spoiler:
 




_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] 59386_s


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037
Yawa Seika
Yawa Seika

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Ven 21 Fév 2020 - 19:17
Alors que la question de Seika est posée, une nouvelle personne s’ajoute au duo, ce qui, par conséquent, en fait un trio. Une jolie femme brune, à qui la Yawa adresse son plus beau sourire tout en lui renvoyant ses salutations.

« Bonjour Gabushi-san, je m’appelle Yawa Seika, enchantée ! En tant qu’apprentie médecin, Aimi-sensei m’a invitée à la suivre sur cette mission, oui ! »

Dit-elle avec tout son entrain habituel. Difficile de lui faire perdre le sourire, à cette petite, finalement. Une première information la surprend, néanmoins, lorsque la Chiwa annonce être sa Sensei avec un sourire satisfait. Des étoiles naissent alors dans les yeux de la jeune fille, qui se retient encore d’agir comme une enfant à sauter de joie ou à câliner l’une ou l’autre de ses camarades de mission pour montrer sa joie. Avant même de pouvoir manifester verbalement son contentement, la châtaigne est prise de court, et le rubis répond à sa question sur l’ordre de mission.

Malgré la façon plutôt détournée d’expliquer la chose, Aimi parvient à faire comprendre l’idée à la Genin, qui réfléchit quelques instants à ce qu’elle peut bien entendre par « partager leur amour de façon intime ». Étant une docteure en herbe, elle a récemment eu à lire beaucoup de livres, et un détail qui l’a beaucoup gênée était sur la reproduction. Faisant le lien de cause à effet, Seika commence à rougir, et met les deux mains devant sa bouche. Rien ne sort, aucun son, elle reste muette, comme si comprendre le but exact de la mission était trop pour son esprit innocent. Suite à cela, la châtaigne ne fait que hocher la tête, ses rougeurs diminuant peu à peu. Sans n'avoir rien à ajouter, la Genin suit alors la rubiconde et la brune, bien trop muette pour être la Seika que les gens connaissent.

Malgré son état quelque peu secoué, la petite possède de la ressource, et elle n'oublie pas d'intégrer les propos de sa Sensei. Il ne faudra pas en parler, et c'est compréhensible, même pour l'enfant qu'elle est. Après tout, cela relève de la plus haute intimité de ce couple, et de son côté, elle n'aimerait pas qu'on parler ouvertement de choses intimes la concernant. C'est donc déterminée et bien moins perturbée que la Yawa arrive avec ses alliées à proximité du lieu de rendez-vous. Ici, Aimi rajoute quelques consignes supplémentaires, que Seika accepte en hochant la tête, l'air très sérieux. Approcher de cet homme qui a tenté on ne sait quoi pour des raisons un peu obscures n'est pas pour rassurer la jeune fille, mais tout le monde fait des erreurs, et peu en importent les raisons, ils ne méritent pas qu'on leur refuse de l'aide. Serrant le poing, la brunette ne reviendra pas sur ses mots: elle fera ce qu'il faudra pour appuyer Gabushi et Aimi du mieux qu'elle peut, pour que la lumière soit faite sur cette affaire, et que l'homme retrouve une vie normale.





_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] Ww18

♥ Merci Aimi pour cet avatar et Aditya pour cette signature, tous deux parfaits ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7615-quoi-feur-enfin-plutot-fleur-pour-le-coup-yawa-seika#63983
Ashikaga Gabushi
Ashikaga Gabushi

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Lun 24 Fév 2020 - 9:57
La Chiwa dorénavant chunin avait prit sous son aile la petite adolescente qui était visiblement surprise de cette révélation. C'était très beau à voir, apparemment touchée et fière d'avoir Aimi pour sensei, les étoiles qui naissaient dans ses yeux en regardant la docteure trahissait un grand respect pour sa nouvelle sensei qui était très beau au yeux de la samourai. Aucun doute qu'Aimi et Seika c'était bien trouvée, une équipe qui allait faire de grande chose au niveau médical pour le village pour rajouter encore un détail intéressant au tableau que l'archère avait devant les yeux.
Loin était l'image de la petite genin un peu maladroite qu'avait Gabushi d'Aimi à ses débuts, elle avait dorénavant une équipe et des responsabilités qu'elle accomplissait avec une flegme que la brune respectait énormément.
Une boule au ventre gâchait tout de même le moment qui semblait parfait, où Gabushi remarquait la progression fulgurante d'Aimi. Elle ne saurait vraiment pas expliquer et ne cherchait pas à le faire, mais le goût âcre de la déception suivait ses pensées quand celles-ci étaient sur la rubiconde pour l'instant. Rien d'important et qui ne pouvait pas être mis à l'écart de toute façon, ses sentiments mitigés n'avait rien à faire dans la mission et c'est avec aisance qu'elle balaya une seconde fois ceux-ci au silence.

La samourai restait silencieuse avec un petit sourire amusé pendant qu'elle pouvait observer Aimi expliqué l'objectif de la mission à son élève. La Seika avait compris, visiblement pas ignare sur ces sujets-là, mais juste innocente et timide, ses joues s'empourpraient et l'Ashikaga retint un rire franc face à la situation juste pour faire un grand sourire à la Chiwa qui lui avait fait les gros yeux juste avant.
L'archère était peut-être la plus ancienne et la plus expérimentée du village, mais ce n'était pas une opération militaire où ses compétences allaient servir à donner le ton. La rubiconde était là pour ça, très clairement, c'était elle qui allait avoir la lourde tâche de la prise de décision pour ce qui était du médical, de la mise en œuvre des soins et du lien avec le fameux herboriste.


- Bien sûr, la discrétion est de mise. Dit-elle presque timidement devant les faits qu'annonçait la chunin.

Posant sa main droite sur la garde d'un de ses sabres toujours dans leurs fourreaux, elle suivait les deux médecins qui commençait à se diriger vers le lieu du rendez-vous. La maîtresse du Bukijutsu n'avait pas vraiment l'âme bavarde et n'était pas vraiment à l'aise autour de la rubiconde qu'elle considérait tout de même comme une amie. Elle ne força donc aucunement le dialogue, préférant rester derrière pour surveiller les alentours et le petit bout de fille qu'était Seika. D'ailleurs, elle aussi c'était muré dans le silence, probablement après avoir abordé un sujet qu'elle ne comprenait que très peu encore et qui pouvait être gênant sous certains aspects. Aucun doute que son âme joviale et joyeuse referait surface assez tôt.

Pratiquement arrivé sur le lieu du rendez-vous après avoir traversé les paysages de roche typique du pays, les trois iwajins s'arrêtait rapidement. Aimi donnait les consignes limpides quant à l'attitude à avoir. Faire attention pour pas se retrouver contaminée... L'archère acquiesçait, mais ne connaissait rien en biologie ou en traitement à base d'herbe, elle ne pouvait que se fier aux deux médecins à ses côtés pour lui dire ce qui pouvait être dangereux ou non, mais elle prit la mise en garde pour la mettre dans un coin de sa tête rapidement. Bien sûr, quelque chose se jouait dans la haute famille touché par la maladie : le trio ne savait encore rien alors il s'agissait d'être prudent et à l'écoute.


- Bien compris Aimi-chan, je ne vais pas être d'une grande aide pour toi et Seika mais si un sabre ou une pointe de flèche peut faire en sorte que les choses ne tourne pas mal, je suis toujours là. Dit-elle en tapotant avec assurance la poignée de son Katana toujours à sa ceinture.

Parce que oui, l'idée que ce fut un empoisonnement volontaire ou des agissements qui méritaient une justice était toujours présent dans l'esprit de la samourai. Si ce n'était pas un accident, les instigateurs pouvaient vouloir terminer ce qu'ils avaient commencé...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Lun 24 Fév 2020 - 11:19


Scandale en hautes sphères.




Aimi ne pouvait s’empêcher d’être amusée par les réactions spontanées de son apprentie. Entre le débordement de joie qui emplit la Yawa et la gêne occasionnée par ses explications, cette jeune fille était plus qu’adorable. Cela lui donnerait même envie de la taquiner, ce qu’elle fera sûrement dans un endroit plus propice. La chunin ne put s’empêcher de tapoter doucement la tête de la châtaigne accompagnée d’un petit rire discret : celle-ci n’était pas au bout de ses peines si elle découvrait tous les recoins de la vie que maintenant. Elle partagea un sourire complice avec l’Ashikaga qui devait aussi être amusée par la situation cocasse dans laquelle elles étaient.

Plus sérieusement, les trois kunoichis se mirent en route sans attendre, son côté médecin et préventif la poussait à ne pas faire traîner les choses. De plus, des petites consignes et conseils étaient nécessaires pour que tout se passe bien. Même si elle leur faisait confiance, en tant que chef d’équipe – chose honorable – il fallait qu’elle joue son rôle de manière exemplaire. La rubiconde était contente de savoir que ses deux camarades étaient présentes pour la soutenir. 


«  Bien sûr que si tu seras d’une grande aide, ce n’est pas pour rien que j’ai fait appel à chacune de vous pour m’accompagner ! Alors travaillons ensemble pour aider cette famille ! » 

Ce fut l’air décidé et motivé qu’elle termina ses paroles avant de s’approcher d’un domaine impressionnant où trônait en son centre une sorte de temple. Le regard écarlate de la jeune femme s’agrandit devant tant de luxure et de beauté avant de se demander où elles mettaient les pieds. Le grognement inconnu d’une tierce présence résonna aux oreilles de la kunoichi qui tourna vivement la tête sur le côté. Un homme, penché en avant qui semblait ramasser tout un tas d’objets et qui se plaignaient sans remarquer la présence du trio. La Chiwa, en observant des fioles et des plantes séchées fit le rapprochement avec la raison de leur présence et accourra vers l’inconnu. Elle s’accroupit et ce fut à ce moment-là qu’il posa son regard fatigué et intrigué sur sa personne. Petit sourire gêné, l’Eisei nin l’aida à amasser ses produits avant de prendre la parole. 

«  Pardonnez-moi de me montrer directe, mais êtes-vous l’herboriste qui doit travailler avec nous pour la famille Kazaki ? Je suis Chiwa Aimi, chunin d’Iwa et voici Yawa Seika, genin d’iwa et Ashikaga Gabushi, jonin d’Iwa. » 

«  Oh bien le bonjour chère demoiselle, merci… Hum… Pavot rouge ! Oui ! Tout à fait, c’est tout ce qui vous ressemble, gracieuse, belle et douce ! »  Celui-ci remonta ses fines lunettes sur son nez et se redressa avec l’aide de l’Eisei nin, avant de porter son attention sur la petite Seika et de s’approcher fortement, comme pour l’examiner.  «  Gerbera ! Oui ! Je vois… de l’innocence, de la tendresse et de la gaîté ! » Puis il termina par se tourner vers l’assimilatrice, de son regard d’analyste. «  Loyauté, modestie… beauté sauvage… la pivoine !»

La rousse lança un regard perplexe à ses camarades, comprenant qu’il prenait son métier plutôt très… à cœur… au point de ne pouvoir cacher son embarra et ses joues rosies. Celui-ci se racla la gorge avant de se tourner vers la Chiwa.

«  Pardonnez mon indélicatesse, je suis Tsuyoshi, herboriste voyageur qui parcourt le monde pour découvrir les mystères de la médecine naturelle. On m’avait dit que je serais accompagné de shinobis d’Iwa, mais là, je suis servie dis donc !»

Aimi se força un sourire, au moins, sa passion allait les aider dans leur mission, en espérant qu’il ne divague pas trop… Après avoir lancé un regard complice aux deux demoiselles, elle prit de nouveau la parole, après que l’un d’elle souhaite intervenir. 

«  Si c’est bon pour vous, nous pouvons y aller. Nous avons du pain sur la planche, je sens. »

Tout le monde d’accord, le groupe de « secouriste » s’avança vers l’immense portail qui les séparait de leur quête. Une grande cloche liée à une chaîne tanguait de gauche à droite. Ses fins doigts attrapèrent celle-ci tandis qu’elle secoua vivement deux fois, déclenchant le tintement qui résonna autour d’eux. Ils attendirent quelques secondes en silence jusqu’à ce que les barrières s’ouvrent dans un grincement strident qui la fit grimacer. Une jeune femme en tenue assez… légère, lui rappelant des serveuses de taverne, fit son apparition. Surprise de leur présence, Aimi s’inclina alors avant de prendre la parole de manière polie et respectueuse. 

«  Bonjour, nous sommes les missionnaires venus aider monsieur et madame Kazaki pour… le mal qui le ronge. »

«  Oh bonjour ! Vous avez été rapides ! Veuillez me suivre afin de rencontrer madame Kazaki ! »

Spoiler:
 






_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] 59386_s


Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Mar 25 Fév 2020 - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037
Yawa Seika
Yawa Seika

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Lun 24 Fév 2020 - 22:24
Toujours aussi muette depuis les révélations d'Aimi, Seika ne fait qu'observer en silence, reprenant - ou perdant, selon comment l'on voit les choses - un peu de couleurs à mesure que les minutes avancent. Les propos de Gabushi lui font un peu oublier sa gêne, et la châtaigne n'a pas besoin de plus que sa prose sur l'usage des lames et des flèches pour gagner le respect de l'enfant impressionnable qu'elle est. La petite se demande à quel point cette femme est forte, et en se creusant la tête, se dit que son nom ne lui est pas tout à fait inconnu. Il y a Toph, du clan Hyûga, Hisa du clan Nagamasa - qui a tragiquement perdu la vie dans une guerre affreuse - et Ashikaga Gabushi. Il aura fallu du temps à la brune pour réaliser cela, mais son respect n'en est que plus grand encore vis à vis de l'archère. L'envie lui prend de venir ennuyer la célébrité qui se trouve juste à côté d'elle, mais la mission passe avant tout, et si son tempérament fait d'elle une curieuse très bavarde, la Yawa a tout de même été très bien élevée et sait quand se retenir de parler de toutes ses forces. Lorsque la Chiwa rassure l'Ashikaga sur son utilité dans cette mission, Seika hoche la tête avec détermination, son sourire étant totalement revenu, et sa fougue parfaitement de retour également.

Lorsque le trio arrive devant le domaine où se trouve le couple à aider, la petite boule d'énergie se retrouve bouche bée, le souffle coupé, et ne réalise même pas ce que fait sa Sensei, juste à côté. La vue est splendide, et fait naître autant d'étoiles dans les yeux de l'adolescente qu'il y en aurait dans le ciel, si la nuit était tombée. Mais la journée va encore être longue, et la fille aux cheveux chocolat se doit une pleine concentration. Adopter son attitude d'apprentissage de la médecine est donc une obligation. Lorsque ses yeux retrouvent la terre ferme, la naine aperçoit Aimi au sol, en train de ramasser quelque chose. Un être étrange, qui s'avère être l'herboriste, a apparemment fait tomber son attirail. Dans sa vivacité d'esprit et son envie d'aider, la rubiconde a été la première à se jeter à son secours, ce qui rend encore plus fière son élève, qui n'a pas vraiment d'intérêt à venir prêter main forte maintenant que l'aide n'est plus vraiment nécessaire. S'inclinant lorsque la rougeoyante les présentes toutes trois, Seika se contente d'un "Enchantée !", assez timide - ou plutôt à faible tonalité - et emboite le pas à toute la troupe pour pénétrer la demeure.

La tenue de la femme est plutôt étonnante, pour ce qui s'apparente à une domestique, mais il en faut plus pour dérouter la brune. Son innocence a déjà été un poil abimée par les informations obtenues plus tôt, mais quelque chose lui dit qu'elle va en voir de toutes les couleurs. Suivant la jeune femme dans la maison, il est aisé d'avoir des doutes sur ce qui peut bien se trouver entre ces murs. Même l'esprit juvénile de la demoiselle d'un mètre cinquante trouve étrange qu'une simple employée soit vêtue d'une telle façon, et elle craint d'entrer dans un lieu où son âge risque de poser problème. Même si ce n'est pas le cas, il est possible que Gabushi ou Aimi ait à lui cacher les yeux, selon le degré d'intimité que le quatuor va pénétrer chez cette famille. Lorsque les portes s'ouvrent, une femme aux formes généreuses et à la taille malgré tout assez fine est visible. Sa tenue est moins suggestive que celle de l'autre femme, mais le plus important est mis en valeur, le tout agrémenté de bijoux qui doivent chacun valoir plus cher que le restaurant des Yawa. Tsuyoshi semble déboussolé, et Seika est un peu mal à l'aise vis à vis du regard que lui lance la dame. Un regard qui veut dire "que fait cette gamine dans mon paradis du libertinage ?", mais bien sûr l'adolescente ne le comprend pas et a l'impression d'avoir mal agi, alors qu'elle n'a rien fait. Son regard vient chercher assistance aux alentours, mais ne trouve qu'un ensemble de peintures dénudées - du grand art, sans doute - et de statues plutôt... érotiques. La maîtresse de maison jauge alors Aimi du regard, en oubliant la présence de l'herboriste et de l'archère très talentueuse. Cette bourgeoise, ce qui l'intéresse, ce n'est pas la puissance ou la notoriété, mais bien autre chose. Elle lâche, plus ou moins dans sa barbe mais d'une manière presque audible un "Elle a du potentiel, la rouquine.", avant de finalement prendre la parole:

"Bienvenue à vous, mesdames et... monsieur. Je vous invite donc à me suivre pour que vous puissiez ausculter mon mari. Je vous préviens, ce n'est pas très beau à voir, et j'avoue que cela me pèse... Tant de temps sans pouvoir monter à cheval, c'est difficile pour une cavalière telle que moi."

Se retournant, elle lâche cette phrase étrange que Seika ne comprend pas du tout. Quel rapport y a-t-il entre un cheval et son mari ? Se disant que demander encore une fois pourrait la mettre deux fois plus mal à l'aise, la jeune fille fait mine d'avoir compris et envoie un grand sourire vers sa Sensei, le pouce levé, et suit le groupe vers la chambre du malade...



_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] Ww18

♥ Merci Aimi pour cet avatar et Aditya pour cette signature, tous deux parfaits ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7615-quoi-feur-enfin-plutot-fleur-pour-le-coup-yawa-seika#63983
Ashikaga Gabushi
Ashikaga Gabushi

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Sam 29 Fév 2020 - 9:31
La rubiconde tapota la tête de l'innocente Seika toute rouge des explications fournis sous le regard de l'Ashikaga. Elle avait fait un bout de chemin depuis qu'elles s'étaient croisé par hasard dans l'académie Hashira, elle avait une version mignature d'elle-même en apprentie qui allait sans aucun doute l'aider à elle-même progresser. Le temps filait, les générations grandissaient, et même si Gabushi et Aimi avait le même âge, elle se sentait dépassée par la nouvelle vague bien talentueuse qui portait le village.
Le sourire d'Aimi dans sa direction qui signifiait clairement une complicité et un amusement de la situation fit rougir l'Ashikaga qui lui rendit maladroitement, grattant l'arrière de sa tête dans un réflexe de nervosité. Plus gênée par l'attention de la Chiwa à son encontre que part le sujet épineux mais amusant.

Elles ne tardaient donc pas plus, la route faisait au loin place au loin au domaine qu'elles cherchaient quand les mots d'Aimi qui rassurait que son aide serait précieuse arriva aux oreilles de l'Ashikaga perdue dans ses pensées. Elle n'était pas convaincue que sa présence soit justifiée pour l'instant. Elle jouait le rôle de suivante au duo de médecin, elle devait rester en retrait et laisser les choses se faire comme Aimi le souhaitait. Elle pouvait être utile dans certaines occasions, mais le mieux était qu'elle reste silencieuse et à sa place et à vrai dire, Gabushi était douée pour faire ça même si la solitude qui venait à la suite était pesante sur son âme.

La rencontre avec l'herboriste était fortuite et plutôt agréable. Elles rencontraient enfin la raison pour laquelle le groupe était en route et même si les yeux de l'Amazone étaient préoccupés à l'observation des environs pendant qu'Aimi faisait les présentations, elle ne put s'empêcher de jeter des regards furtifs vers celui-ci et ses manières étranges, tout autant que les objets qu'il essayait de ramasser au sol aidé par la chunin.
Ses analyses fleural étaient d'ailleurs le plus étrange, les plantes n'étaient pas vraiment quelque chose que l'archère pouvait se vanter de connaître. Beauté sauvage ? Pivoine ? Elle ne savait que faire de ces informations autre que se sentir un peu gênée. Elle ne se pensait pas réellement belle, elle n'avait jamais vraiment pensé à faire attention à ces choses-là, elle voulait juste être présentable.

Tsuyoshi était donc l'herboriste réputé qui devait aider les deux iwajins à guérir l'homme de la noblesse de l'ordre de mission. Il semblait avoir de bonnes intentions malgré ses manières atypiques, ce qui fit hocher la tête de Gabushi quand Aimi se décida à remettre le groupe en route. Ils furent accueillis par une servante dans une tenue qui m'était clairement l'Ashikaga mal à l'aise pour une raison qu'elle n'arrivait pas encore à saisir. Loin étaient les traditions, le respect et la retenue de ce lieu et cela avait le don de créer une dissonance chez Gabushi.
L'instant de rencontrer la maîtresse de maison l'était tout autant, les manières et les intérêts de Kazaki était flagrant et elle ne s'en cachait pas. Ses hôtes semblaient devoir s'y faire et toute cette histoire n'avait que rendu Gabushi écarlate au fil du temps là où Seika était à l'aise.

Elle était clairement mal à l'aise, droite et inflexible en apparence, mais clairement déboussolée sous ses traits droit. Le regard qu'elle lança à Aimi qui était tout sauf innocent avait d'ailleurs réussis à lui faire arquer les sourcils, prenant un regard sévère qui n'était pas habituel chez la fille du vent.
Elle restait cependant silencieuse suivant le groupe de secouriste en se crispant dans l'environnement étrange qu'était le domaine de ces nobles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Mar 3 Mar 2020 - 15:10


Scandale en hautes sphères.



C’était à se demander où les quatre individus venaient de mettre les pieds. Cela n’était pas étonnant qu’un endroit pareil était si éloigné du village… Aimi n’était pas surprise, bien qu’embarrassée, elle en avait vu des vertes et des pas mures à Iwajuku. Elle savait donc comment doser la chose et comment se comporter : ne pas se laisser impressionner et faire simplement son travail. Il était cependant difficile d’ignorer l’immense décolleté orné de bijoux brillants de mille lumières qui se présentait au groupe. Celle-ci était très soignée, sentait le parfum si fortement que ça lui piquait le nez. Une main se posa sur l’épaule de son apprentie, pour la rassurer de sa présence. Le regard améthyste de la maîtresse du domaine la toisa de haut en bas. L’Eisei nin se sentait déshabillée du regard et n’appréciait pas cela. Elle savait qu’il fallait faire cette mission dans la diplomatie et la discrétion, mais elle n’était pas un bout de viande à acheter.

La kunoichi décida alors de ne pas la lâcher du regard, lui faisant bien comprendre qu’elle ne rentrerait pas dans son jeu, quoi qu’elle en pense. Celle-ci prit la parole, les invitant à la suivre pour ausculter son mari. Elle se confia sur la peine de ses ébats intimes, ce qui fit tousser Tsuyoshi, ne s’attendant pas autant d’impudeur de sa part. Aimi roula des yeux tandis qu’elle voyait la Yawa agir innocemment, moins elle en savait, mieux ce sera… La douce Ashikaga n’était pas non plus à l’aise et n’appréciait pas la façon dont la Chiwa avait été jaugée, elle lui offrit un doux sourire pour la rassurer à son tour. Peu importe ce qu’il se pouvait se passer dans cette maison, sa priorité était le mari de cette… exhibitionniste et de le soigner.

En arrivant dans la chambre du couple aisé, les pupilles rougeoyantes de la chunin se reflétèrent dans la dorure et la beauté de la pièce. La décoration luxueuse, les tableaux dénudés et les statuettes qui témoignaient de l’impureté de ses lieux offraient la mélodie. Un homme, allongé et couvert par les draps gémissait de douleur. Il semblait fiévreux et transpirait beaucoup. Sa respiration était saccadée et ses yeux presque clos. Cela ne l’empêcha pas de constater la présence de l’équipe salvatrice et de détourner le regard, honteux. Celui-ci semblait déjà moins fier et extravagant que la femme.


« Bien. » Annonça-t-elle, en attrapant des gants chirurgicaux dans sa sacoche et en les enfilant après avoir ouvert le sac stérile. La jeune femme n’avait pas de temps à perdre, et c’était un nouveau visage qui se montrait à ses compagnons. « Seika et Tsuyoshi, je vous demanderai de venir avec moi, Gabushi, tu peux venir aussi si tu le souhaites. Mais prenez ces gants, même si vous ne toucherez pas le patient. »

Elle leur tendit chacun une paire de gants blancs, sous le regard curieux et impatient de l’opulente brune. La rubiconde se rapprocha alors et sourit doucement au blessé.

« Bonjour monsieur Kazaki, je suis Chiwa Aimi et je suis aux côtés de mes camarades pour trouver ce qu’il vous arrive et vous soigner. Je vais devoir vous ausculter et vous poser des questions, d’accord ? »

Il semblait hésitant et lança un regard à sa compagne, qui croisait les bras, un air sévère. La chunin se redressa et posa ses rubis sur celle-ci.

« Je vais devoir vous demander de nous laisser avec le patient, cela ne sera pas facile pour lui et nous devons être sûr de ne prendre aucun risque. Ma camarade Gabushi peut vous raccompagner si c’est trop difficile pour vous. »

Celle-ci tenta d’ouvrir la bouche, surprise par cette demande, ou même ordre et posa un regard sur l’archère, la toisant avant de tourner les talons. Cette histoire était vraiment étrange. Le mari semblait plus rassuré, ce qui ne passa pas au travers de la rubiconde. Elle ne le questionnera pas là-dessus, ne souhaitant pas le mettre mal à l’aise.

« Pendant que je vous ausculterai, j’aimerais que vous me racontiez ce qu’il s’est passé, sans omettre la moindre information, c’est très important. »

Le brun hocha de la tête, tremblotant tandis que la kunoichi attrapa les draps pour les relever juste au-dessus de son intimité. Déjà, là, sur son torse, on pouvait apercevoir des taches rouges qui semblaient le démanger. Cela signifiait que tout son corps était touché. Son regard se posa sur l’herboriste qui était très concentré, une main sur le menton. Puis, elle souleva la dernière étape, montrant aux yeux des analystes l’objet de toute cette mission. C’était très rouge, enflé et très désagréable à regarder. Aimi prenait sur elle et jouait son rôle de médecin, elle souhaitait que Seika reste à ses côtés parce qu’un jour, elle sera à sa place, mais pouvait comprendre qu’elle veuille tourner la tête.
L’Irou nin réalisa des mudras, tandis qu’une aura verdoyante plus claire que d’habitude émana de ses mains. Elle la posa alors sur la tête du mari, puis passa par chaque zone de son corps, tandis qu’il prenait la parole.


« Nous avons fait faire à un apothicaire une solution pour... vous savez quoi… C’était surtout ma femme qui insistait, car je n’étais plus aux apogées de ma forme, et je ferais tout pour la combler. Vous trouverez la solution sur la table. L’apothicaire m’a dit de le prendre une heure avant le moment… souhaité. Mais j’ai commencé à ne me sentir pas bien très rapidement, du tournis et des nausées. Les démangeaisons sont venues plus tard depuis deux jours, ça devient de pire en pire… J’ai de la fièvre et je n’arrive pas à me lever, tout mon corps me fait mal et… mon… me fait souffrir, j’ai l’impression qu’il va exploser ! Sauvez ma virilité, je vous en prie ! »

Spoiler:
 






_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] 59386_s


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037
Yawa Seika
Yawa Seika

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Mar 3 Mar 2020 - 22:10
Le petit groupe suit assez vite la maîtresse de maison en direction de la chambre de son mari. Seika a retrouvé sa vivacité et sa bonne humeur, étant totalement passée outre les explications d’Aimi, un peu plus tôt, et étant complètement insensible aux regards mauvais lancés par la femme en face d’elle. Au fond, la petite ne comprend pas vraiment ce qu’elle peut lui reprocher et se dit simplement que la dame est comme cela de nature. Les décorations murales sont intéressantes, pour une bonne partie, tant elles permettent de remarquer l’anatomie des personnes en présence. Dans son esprit juvénile, la petite Yawa ne voit rien d’érotique dans ce qu’il se trouve autour d’elle mais simplement de la médecine. Il faut dire que des corps nus, elle en a vu beaucoup – dans des livres, certes – durant ses journées d’apprentissage solitaire. Les ouvrages que lui a recommandé la Chiwa ne prennent pas de pincettes, et le fait qu’elle soit une enfant ne lui épargne pas certaines choses peu réjouissantes, comme des maladies aux aspects effrayants. L’une d’elle, faisant tomber les membres des personnes infectées, l’a même fait vomir de par les plaques entourant les membres auto sectionnés et autres pustules subséquentes.

Lorsque la troupe parvient dans la chambre du malade, la châtaigne sent immédiatement une odeur pas très agréable, et se retient de faire une grimace. Est-ce l’odeur du malade ? Naturelle, ou causée par l’infection ? Il faudrait sans doute aérer, mais proposer cette idée serait sans doute mal venu, et la Genin se retient encore une fois de dire quoi que ce soit, faisant preuve de sagesse. Aujourd’hui, tout ce que fera la rubiconde sera une leçon pour son élève, qui se saisit de gants quand sa Sensei lui demande, et écoute tout ce qu’elle dit avec la plus grande attention. Lorsque la rougeoyante dévoile le corps du vieil homme, la Yawa ne détourne pas le regard, d’abord concentrée sur les taches sur son ventre. Elle hoche la tête comme si on lui avait demandé quelque chose, comprenant vite qu’il s’agit d’une conséquence probable du produit ingéré. Lorsque le petit oiseau est dévoilé à son tour, l’adolescente détourne le regard un instant avant de prendre son plus grand sérieux.

Son esprit se vide de toutes les pensées inutiles du genre « C’est immonde » ou « C’est trop intime là… mince », ou encore « L’odeur vient de là en fait, non ? ». Tout ceci disparaît, et voici que se forme – pour la première fois d’une longue série, dans sa vie, sans doute – le « masque » de médecin. Cette forme qui pousse les docteurs à ne penser à rien d’autre qu’à ce qu’ils ont appris et au bien-être de leur patient. C’est encore à parfaire, mais un jour peut-être la Genin parviendra à regarder ce genre de parties d’un corps humain – purulente ou non – sans hésitations aucunes. Les explications viennent alors, et avec beaucoup de précautions, Seika profite de cela pour ne pas supporter la vue de ce tubercule répugnant plus longtemps. En effet, elle se dirige vers le produit et saisit la bouteille avec beaucoup de minutie, ses gants toujours en place.

« Sensei, l’odeur est bizarre, je pense qu’il faut éviter de boire ça… »

Elle le tend alors à Tsuyoshi, qui doit pouvoir deviner le contenu avec son matériel, probablement.



_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] Ww18

♥ Merci Aimi pour cet avatar et Aditya pour cette signature, tous deux parfaits ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7615-quoi-feur-enfin-plutot-fleur-pour-le-coup-yawa-seika#63983
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Jeu 12 Mar 2020 - 10:54


Scandale en hautes sphères.



Une fois que l’Ashikaga accompagna la femme luxueuse en dehors de la chambre, le trio pouvait se concentrer sur ce pauvre patient en détresse. Fière de voir que la Yama restait à ses côtés et gardait un air très sérieux, en dépit de la situation embarrassante dans laquelle elle se trouvait, Aimi pouvait continuer son travail. Tout en inspectant l’état de l’homme avec son chakra, celle-ci le questionna pour mieux comprendre ce qu’il s’était passé. Dans l’analyse, la kunoichi constata une fièvre très élevée, des voies respiratoires obstruées et un système digestif dont l’inflammation n’était plus à écarter. Au niveau de ses parties génitales, une inflammation était aussi remarquée ainsi, bien plus importante, au point que l’infection commençait à se propager. L’odeur qui s’en découlait du mari expliquait bien tout cela. Durant l’auscultation, la genin en avait profité pour aller récupérer la bouteille de ce produit mystérieux. C’était au tour de Tsuyoshi de faire part de ses fabuleuses compétences. Lorsque celui-ci tendit son nez vers le breuvage censé être bénéfique, il recula son visage en grimaçant.

« Mais quelle horreur, comment avez-vous pu boire cela ? Les fleurs en perdent leur tige ! Il faut que je me concentre pour comprendre ce qu’il y a dedans, mais j’ai déjà une idée de ce qui ne va pas.»

« Est-ce que je peux faire quelque chose avec mon ninjutsu médical, j’ai appris à amoindrir les empoisonnements du corps, Tsuyoshi ? »

« Oh ma petite demoiselle, si vous arrivez à ralentir la fièvre et l’empoisonnement, sûrement, mais il faudra un antidote pour vaincre ce mal, sinon son état va vite empirer.»

Le mari semblait perdu, mais comprenait que la situation était délicate. Il posa ses mains sur son front en gémissant craintivement, complètement paniqué à l’idée que sa vie soit en danger. Son regard écarlate se posa sur le visage de son élève, lui faisant signe de s’approcher.

« Je vais essayer de calmer la propagation et nous laisser du répit pour comprendre le poison, monsieur Kazaki, nous ferons tout pour vous sortir de là. Seika, je t’invite à regarder, je vais utiliser une capacité qui permet de s’attaquer aux toxines et de les résorber, ou de les amoindrir.»

Il fallut réaliser une série de mudra avant que ses mains prennent la couleur d’un chakra plus vert que d’ordinaire. Pendant que l’apothicaire vérifiait à l’aide de ses connaissances la nature de l’empoisonnement. Ses mains posées sur le ventre du blessé, elle tenta de viser les parties digestives et l’estomac, l’endroit qui avait stocké le plus de ce sirop mortel. La jeune femme se concentra avec précision, durant des minutes qui semblaient interminables. L’homme grimaça, comme si la rubiconde s’attaquait à son organisme, c’était normal et il le fallait pour qu’il aille un peu mieux. Le cri de l’herboriste stoppa tout le monde, portant son attention sur lui. Il avait les mains en l’air, et était immobile. Le Kazaki semblait avoir repris des couleurs, c’était déjà ça. Ses yeux se fermèrent, complètement épuisé par son corps qui se battait contre cette intrusion. Les deux kunoichis se levèrent pour rejoindre leur collègue de la journée.

« J’ai retrouvé des ingrédients favorisant l’énergie corporelle et la fluctuation sanguine, en plus d’aphrodisiaque, tout ce qu’il y a de plus normal. Mais… cette couleur et cette odeur, non, il ne s’agit pas d’une erreur ! Il y a du jus de baie de Belladone, comment on peut mettre ça dans une concoction si on ne veut pas tuer le patient ? »

Le regard de la doucereuse s’assombrit, partant dans les méandres de ses recherches, elle avait lu que cette plante pouvait être mortelle, mais sans savoir pourquoi et à quel point. La Chiwa réfléchit, elle supposait qu’il fallait un bout de cette plante pour en faire un antidote ? C’était du moins ce qu’elle avait lu dans ses recueils…

« Comment allons-nous faire ? »

« A quelques kilomètres à l’est du domaine, j’ai remarqué des arbustes le long de la route qui mène vers la frontière. Il y avait des baies, c’est comme ça que j’ai fait le rapprochement. Il faudrait aller en chercher, pour que je puisse préparer un antidote. Il va aussi falloir mettre la main sur cette crapule, faire une erreur aussi catastrophique, soit il l’a fait exprès, soit il est incompétent. »

Aimi hocha de la tête, écoutant les directives de Tsuyoshi. Elle se tourna vers son apprentie, un doux sourire s’afficha sur ses lèvres. Une main sur son épaule pour l’emmener à part et lui parler de manière à ce qu’on ne l’entende pas trop, pour ne pas faire paniquer qui que ce soit.

« Je vais avoir besoin de toi Seika, je vais aller chercher ces baies, je sais à quoi elles ressemblent, et les toucher accidentellement pourrait t’être mortel. Pendant ce temps, je te confie la tâche de surveiller monsieur Kazaki et de retrouver sa femme qui doit être avec Gabushi, pour faire venir l’apothicaire qu’ils ont fait quémander. Je n’ai pas confiance en cette personne, je me demande si elle n’a pas voulu faire du mal à son mari, alors il va falloir être très attentif. »

Une fois que tout était d’accord et assimilé, la rubiconde prévint l’homme qu’elle allait se rendre sur place et qu’elle comptait sur lui pour surveiller l’état du patient. Enfin, la rousse quitta la chambre, sans une trace des deux femmes. Sourcil froncé, elle ne s’attarda pas, laissant la genin gérer cela et se dirigea vers la sortie du domaine en direction de l’est.

Spoiler:
 



_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] 59386_s


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037
Yawa Seika
Yawa Seika

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Sam 14 Mar 2020 - 9:31
Même pour une apprentie en médecine aussi peu expérimentée que Seika, l’état du patient est inquiétant. Elle n’est pas dupe, quoi qu’il ait pu ingérer, ce n’est pas un produit bénéfique pour le corps. Dans ce qu’elle a pu lire jusqu’ici, la jeune fille a appris ce qui concerne les possibles réactions allergiques, mais cela dépasse ce stade et de très loin. Son oreille est attentive, car même si la partie concernant les poisons n’est pas son principal objectif et qu’elle n’a jamais travaillé ce domaine d’une quelconque façon, la Genin est toujours curieuse d’en savoir un peu plus. La plupart de ce qui est dit est donc un peu difficile à comprendre, mais cela ne la laisse pas pour autant totalement ignorante. Le mieux qu’elle puisse faire, c’est d’écouter, d’assimiler et d’apprendre.

Lorsqu’Aimi lui indique par son regard, d’observer attentivement, alors que l’herboriste commence à analyser le produit, l’adolescente s’exécute et ne rate pas une miette, malgré le spectacle peu réjouissant qui se déroule sous ses yeux. Le corps du pauvre homme est tout de même bien entamé, mais la médecine est une science extraordinaire, et dans certains cas, même des personnes dont l’état est à première vue impossible à soigner sont capables de revenir à une vie normale après qu’un médecin aussi doué que la Chiwa ait utilisé ses talents. Ici, c’est un peu plus compliqué étant donné que cela traite plus de l’herboristerie que de la médecine traditionnelle, et qu’aux dernières nouvelles, l’Eisei nin n’a pas cette corde à son arc… Du moins pas encore. La Yawa écoute ensuite les informations données de chaque côté, concentrée mais toujours un peu souriante, sans trop exagérer pour ne pas paraître insultante envers le patient. Elle suit ensuite la rubiconde dans un coin et écoute ses consignes, puis hoche la tête et lui répond à voix basse :

« Bien, Sensei, tu peux compter sur moi ! »

Surveiller le patient et trouver l’apothicaire, voilà ses deux missions. Enfin, pour la première, cela sera plutôt le travail de Tsuyoshi, le temps que la châtaigne retrouve la femme, en espérant qu’elle n’ait pas embarqué leur alliée dans un plan un peu gênant. Elle quitte la pièce sans plus tarder, et commence à arpenter les couloirs, à la recherche de cette dame. Pour commencer, elle reproduit le chemin inverse, se disant qu’elles seront retournées à l’entrée. Des bruits étranges se font entendre dans certaines pièces, çà et là, et par chance, Seika ne tente pas d’en savoir plus, préservant son innocence par la même occasion. Sur la route, rien ne semble indiquer la présence, ni de l’Ashikaga, ni de la maîtresse de maison. Dans le hall non plus, il n’y a rien, ni personne. Cela inquiète un peu la brune, qui s’aventure dans une nouvelle aile du manoir. Après plusieurs longues minutes de recherches, elle finit par reconnaître la voix de celle qu’elle cherche, venant d’une pièce adjacente.

« Ebisu, tu es sûr que ton poison va fonctionner ? J’ai fait preuve de bonne fois en suivant ton plan, mais je commence à douter… S’ils le sauvent et qu’ils te retrouvent, ils finiront par savoir que je suis responsable de son état, et je vais tout perdre ! »

La petite fronce les sourcils et s’avance discrètement, se demandant où est passée Gabushi. Son cerveau fait vite le rapprochement entre l’homme qui semble être l’apothicaire en question et une relation peu conventionnelle entre elle et lui. Tout ceci serait donc une tentative pour se débarrasser du chef de maison, récupérer son argent et vivre leur amour ?

« Ne t’en fais pas, ils ne trouveront pas ce qu’ils cherchent. Même s’ils réussissent à contrecarrer les effets de la belladone, il restera un élément qu’ils ne pourront pas prendre en compte. Du laurier rose, j’en ai trouvé dans votre jardin, et il est indétectable. S’ils tentent de soigner votre mari, ils ne feront qu’accélérer sa mort. »

Seika écarquille les yeux en entendant cela. Finalement, trouver l’apothicaire pourra attendre, elle fait marche arrière tout aussi discrètement pour parvenir à retourner à l’endroit d’où elle est venue. Une voix s’élève alors dans son dos, la faisant sursauter :

« Mademoiselle, vous cherchez quelque chose ? »

A l’intérieur de la pièce, on entend des mouvements précipités. Il semble que cela soit mal parti pour la Yawa, qui ne pourra peut-être pas rapporter ces informations à sa Sensei à temps.




_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] Ww18

♥ Merci Aimi pour cet avatar et Aditya pour cette signature, tous deux parfaits ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7615-quoi-feur-enfin-plutot-fleur-pour-le-coup-yawa-seika#63983
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Sam 21 Mar 2020 - 16:31


Scandale en hautes sphères.



Une fois les consignes comprises, Aimi se voyait rassurée et pouvait compter sur la volonté de Seika pour protéger les lieux et retrouver l’homme. La rubiconde arpenta les couloirs, trouvant les lieux pourtant assez extravagants, bien silencieux. Longeant les murs et se souvenant du chemin vers l’entrée, son regard écarlate évitait de tomber sur les œuvres dénudées qui s’offraient à elle. Une fois sortie, la kunoichi se dirigea alors vers l’est, comme Tsuyoshi lui avait expliqué. Tout le long du chemin était bordé par des barrières qui menaient à un immense jardin quand on tournait sur le côté. Son regard s’écarquilla, comme si un rêve éveillé se réalisait sous ses pupilles vermeilles. Elle s’approcha doucement jusqu’à la porte grillagée et se demanda comment elle allait trouver ces baies sombres dans toute cette végétation.

En entrant, une étrange sensation parcourra sa tête, tandis qu’une nuée de poussière vint chatouiller son visage, tandis qu’elle se sentit épiée. La jeune femme traversa les allées une à une, se demandant à quoi pouvait lui servir toutes ces plantes ; les légumes d’accord, mais le reste ?. Elle n’avait pas vraiment l’air d’avoir l’esprit botanique… La rousse cherchait tant bien que mal, arpentant les chemins caillouteux, à la chasse à la belladone, mais impossible de la trouver. Pourtant, l’herboriste lui avait bien dit qu’il en avait aperçu en arrivant non ? Comment elle aurait pu disparaître comme ça ? Sa main frottait son nez qui la chatouillait, et ses yeux piquaient un peu. Que se passait-il ?

Trop gêné, par la poussière qu’elle avait reçue, la jeune femme ne fit pas attention à où elle mettait ses pieds, se prenant le rebord d’un bloc de terre. Ni une ni deux, la kunoichi chuta, la surprise se lisant dans son regard. Les mains en avant pour se rattraper, la jeune femme fut surprise de ne pas sentir les plantes qui auraient dû lui chatouiller le nez. C’est là qu’elle comprit qu’il se passait quelque chose. Cet endroit n’était pas normal. Entre le moment où ils étaient entrés dans la demeure et maintenant, il s'était passé quelque chose. Pour s’en assurer, la chunin se redressa alors et inspira avant. Si c’était ça. Ses mains se joignirent pour réaliser un mudra, tandis que la rousse déversa un flot de chakra dans son système chakratique. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle comprit. Le joli paysage était toujours là, mais de plus près, les plantes n’étaient plus les mêmes. Des roses étaient là, dont leurs tiges épinées barraient le chemin vers un amas de plantes sombres et rosées, bien moins attirantes. Un genjutsu. Vraiment ? Elle regarda de gauche à droite, personne… Pourtant…

Ni une ni deux, la combattante recouvrit une partie de sa main de chakra pour découper les rosiers et se frayer un chemin. Au bout, un tas de perles obscures qui semblaient correspondre à ce qu’il lui avait dit. À côté, d’autres fleurs, roses, jolies et douces. Est-ce que ça allait avec la belladone ? Elle ne savait pas… Hésitation, Hésitation. La Chiwa ouvrit le sachet et avec ses gants, attrapa des branches avec des baies ainsi que des fleurs, sait-on jamais. En courant, elle sortit de cet endroit, énervée d’avoir été bernée par pareille illusion. Il n’y a rien qui allait, cette maison était très étrange. Rejoignant l'entrée, la jeune femme entra en trombe. Toujours personne, pas de signe de majordome ni des servantes très peu vêtues… Aimi traça son chemin en direction de la chambre. En y rentrant, pas de Yawa. Le mari était toujours endormi, respirant difficilement tandis que Tsuyoshi était sur le bureau dans le coin. Tout semblait normal, pourtant… Non, il y avait quelque chose qui clochait, elle n’était pas folle non ? La rubiconde se rapprocha et lui tendit le sachet avec tout ce qu’elle avait trouvé.


« J’ai trouvé des baies et des fleurs, je ne sais pas à quoi ça correspond, donc j’ai tout pris. Tout était dissimulé par un genjutsu qui a sûrement été mis en place après qu’on soit entré. Je sens qu’il y a quelque chose qui cloche, je ne sais pas pourquoi...»

Celui-ci ne comprenait à moitié ce qu’elle lui disait, mais son regard intrigué et surpris lui faisait comprendre qu’elle ne se trompait peut-être pas.

« Du gen quoi ? Je ne comprends pas tout, ma petite demoiselle, mais tu as bien trouvé ce que je cherchais. Par contre, ces fleurs… elles étaient vraiment dans le jardin ? »

L’Irou nin haussa des épaules et hocha de la tête positivement.

« Du laurier rose, c’est très toxique aussi. Pourquoi ont-ils tout ça dans leur jardin ?! Ils sont tous fous ! Mais je vais pouvoir établir l'antidote pour monsieur Kazaki. Il va me falloir de son sang, sur la veine la plus éloignée de l’estomac, je vous laisse faire. »

Comme une élève avisée, la jeune femme s'attelle à la tâche, attrapant sa sacoche. Une aiguille, une seringue et une fiole, c’était ce qu’il fallait. Retirant le drap au niveau de sa jambe, la rousse bougea utilisa de quoi serrer le tibia de l’inconscient. Elle tâtonna à la recherche de la veine saphène interne jusqu’à la sentir pour prélever le sang qu’il lui fallait. Une fois, cela fait, la rousse recouvrit d’un pansement et se dirigea vers le bureau devenir le centre d’un laboratoire d’alchimiste. Tsuyoshi était en train d’écraser de la belladone en très petite quantité dans le fond d’une sorte de bol en bois. La jeune femme restait très attentive, jusqu’à ce qu’il lui demande la fiole de sang. Il versa alors le liquide rougeâtre dans la petite pâte et mélangea le tout. Ensuite, il enleva d’un sachet quelque chose de couleur chair, un peu comme si ça venait d’un être vivant.

« Une fois qu’on a le poison d’origine, il faut l’utiliser dans le sang de la personne contaminée, les défenses qui y sont, vont être cruciales. Ensuite, je vais ajouter de la chair de vipère, dont le métabolisme est résistant aux poisons et permettra de combattre ce qui l’attaque. Il en faut toujours de la fraîche sinon cela ne marchera pas. Le gingembre va permettre de soigner son système digestif. »

Il écrasait le tout, de manière précise sous les yeux admiratifs d’Aimi, qui apprenait en même temps.

« Avons-nous encore un peu de temps avant de devoir lui donner l’antidote ? J’aimerais retrouver mes deux camarades, peut-être qu’elles ont trouvé cet apothicaire et qu’on pourrait en savoir plus. Je m’inquiète, je ne les ai pas trouvées. »

« Vos soins ont permis de ralentir le processus, mais je pense qu’une dizaine de minutes et il faudra agir. Je vais bien vérifier que le traitement ne manque de rien, faites vite !»

La Chiwa hocha de la tête et posa un regard sur l’homme souffrant sur le lit. Il fallait se dépêcher. Quittant la chambre, la doucereuse n’hésita pas alors à crier le nom de ses deux camarades, c’était fini ce cache-cache.

« Seika ! Gabushi ! Où êtes-vous ??»

Derrière elle, un bruit sourd se fit entendre, la faisant se retourner brusquement. Cela venait de cette porte fermée. Sans réfléchir, et frustrée par cette situation qu’elle ne maîtrisait pas. Entre le genjutsu dont elle avait été touchée et ces disparitions... La kunoichi alla vers celle-ci pour l’ouvrir, mais elle était fermée. Des bruits se firent alors plus pressants, ce qui poussa Aimi à réagir instinctivement. Usant de sa force, la rouquine asséna un coup de pied dans la porte, l’arrachant à moitié tandis qu’elle fit face à une scène complètement ahurissante.



_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] 59386_s


Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Mer 1 Avr 2020 - 10:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037
Yawa Seika
Yawa Seika

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Dim 22 Mar 2020 - 19:41
La situation se complique, pour Seika. La position de Gabushi est inconnue, même si la jeune fille se doute bien que la maîtresse de maison l’a envoyée quelque part, sur une fausse piste, usant de ses talents de manipulatrice hors pair pour la tromper. De son côté, Aimi n’est même plus dans la demeure, en toute logique, et même hurler ne serait pas utile. Fuir est encore une possibilité, mais qu’en serait-il de la mission ? Il reste donc l’option de mentir, chose que la châtaigne s’est refusé de faire de nouveau lors de sa mission en compagnie de Iki. En somme, il ne lui reste qu’à jouer son rôle au mieux : celui de représentante de l’autorité Iwajine en ce lieux. La Yawa laisse le duo vicieux se montrer, et leur fait face, le visage totalement dénué de compassion ou de joie. Pas question pour elle de les regarder gentiment ou de leur sourire, ils sont d’une espèce peu réjouissante, de ces personnes capables des pires horreurs pour arriver à leurs fins. La femme prend la parole en premier, espérant sans doute que la petite n’ait rien entendu :

« Oh, tu es cette petite qui était avec la demoiselle au beau potentiel… Je n’ai pas souvenir de ton nom. Pourquoi n’es-tu plus au chevet de mon mari ? »

Son sourire faux fait mal au cœur de la brune, qui déteste décidément trop le mensonge et les tromperies. Elle serre les poings, réfléchissant à ce qu’elle compte lui dire. La servante derrière elle a posé une main sur son épaule, un geste qui veut bien dire ce qu’il veut dire. Si cette femme-là n’est qu’une civile, elle ne sera pas capable de la bloquer, mais si par hasard il s’agit d’une kunoichi engagée pour la sécurité de leur adultère, alors les choses compliqueront pour la Genin.

« Je m’appelle Seika, et si je ne suis plus au chevet de votre mari, c’est pour aller chercher cet homme, qui l’a empoisonné. J’ai tout entendu, et si vous acceptez de vous rendre maintenant, je pense que la justice sera plus clémente à votre égard. Elle le sera d’autant plus si vous nous aider à le soigner. »

L’apothicaire semble retenir un rictus satisfait. Certes, l’adolescente n’a pas l’air bien méchante – et d’ailleurs elle ne l’est pas, ce qui se voit bien dans sa tentative de les ramener dans le droit chemin – mais ils savent tous trois qu’elle est une kunoichi d’Iwa, et seule la femme du patient semble un peu inquiète à ce sujet. Cela ne fait pas vraiment réagir la brune, qui se laisse ensuite enguirlander par le manipulateur. Il s’approche d’elle, tout en levant les mains, le visage un peu attristé. Il se tourne vers son amante :

« Je suis désolé, madame, mais elle a raison. Tout ceci va trop loin, nous ne pouvons pas continuer. Je me rends. »

Sa dernière phrase, il la dit en regardant la future Irounin, qui sourit instantanément, baissant sa garde alors que le sale type est très proche d’elle, et vient lui planter une seringue dans le bras avant qu’elle ne puisse réagir. Suite à cela, il ne lui faut guère plus de quelques secondes pour perdre connaissance. A son réveil, la brune se trouve attachée dans une pièce pleine de livres, un bâillon sur la bouche pour l’empêcher de hurler. Seul se trouve à ses côtés l’homme qui l’a attachée, et lorsqu’il constate qu’elle est éveillée, il lui dit, avec un sourire très mesquin :

« Je suis désolé, jeune enfant, mais je ne compte pas me rendre. Il s’avère que je ne suis pas un simple apothicaire, mais moi aussi un shinobi, et tout ce qui touche aux médicaments et autres drogues et poisons est ma spécialité. Lorsque le mari de madame sera mort, elle indiquera à votre cheffe de mission que tu es partie chercher l’apothicaire, mais la pauvre rouquine ne te retrouvera jamais et se fera à l’idée de ta mort. Bien sûr, je ne suis pas un monstre, je le ferai sans te faire souffrir, puis je t’enterrerai dignement dans le jardin de cette demeure. »

Il ponctue sa phrase d’un rire à faible niveau sonore, mais plutôt machiavélique. Un vrai monstre, qui n’hésitera pas à tuer une enfant pure, innocente et extrêmement gentille pour s’assurer un futur plein de richesses. La petite, dans un élan de rage, parvient à faire tomber le bâillon, mais ne crie pas. Elle lui répond simplement :

« Ma Sensei est un médecin de premier ordre, elle ne laissera pas notre patient mourir, et elle me retr… »

Il remet le bout de tissu en place avant de lui donner un coup de poing dans la mâchoire, qui ne fait pas que du bien. Le visage teinté d’une colère sans précédent, la châtaigne lève sa tête, comme si elle avait voulu lui donner un coup de boule – qu’il évite sans difficulté – avant de venir frapper avec force une pile de livre qui se trouve à côté d’elle. Cela a pour effet premier de l’étourdir, lui ouvrant l’arcade, mais ce qui compte est l’effet second : la pile tombe dans un grand fracas, tout en entraînant une lampe assez lourde dans sa chute. Le bruit est audible depuis l’extérieur de la pièce, et même dans plusieurs pièces du manoir, sans doute, ce qui devrait suffire à alerter Aimi, ou Gabushi, du moins la brune l’espère fortement, car le faux apothicaire est déjà en train de sortir un couteau pour faire dieu sait quoi…




_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] Ww18

♥ Merci Aimi pour cet avatar et Aditya pour cette signature, tous deux parfaits ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7615-quoi-feur-enfin-plutot-fleur-pour-le-coup-yawa-seika#63983
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Mer 1 Avr 2020 - 11:01


Scandale en hautes sphères.



Devant elle, Aimi ne pouvait en croire ses yeux. La douce châtaigne assise sur le sol, enroulé dans une corde et bâillonnée. Devant elle, un homme, bien plus âgé qui sortait une arme blanche, dont la lame était imbibée d’un liquide violacé qui ne présageait rien de bon de sa sacoche et qui s’apprêtait à frapper. Le bruit fracassant de la porte avait fait stopper le geste de cet inconnu, tournant sa tête vers la rousse. Il ne put dissimuler sa surprise, et comprit vite en posant son regard sur le bandeau de la roche. Alors, il se tourna dans une tentative désespérée d’attenter à la vie de Seika. Ni une ni deux, la kunoichi chargea dans sa direction rapidement et attrapa par le cou de ce fou, le plaquant au mur, tout en s’occupant de désarmer celui-ci d’un coup de main pour qu’il lâche son arme. Celui-ci grimaçait sous la force de poigne de la jeune femme, qui lui lançait le regard le plus meurtrier qu’elle ait pu avoir de toute sa vie.

« Vous allez m’expliquer tout de suite à quoi rime tout cela. »

Claire, précise, celui-ci n’avait pas intérêt à lui mentir ou faire quoi que ce soit. Cependant, avant qu’il prenne la parole, une présence dans son dos fit irruption dans la pièce.

« Ebisu, que se passe-t-il ? Tu t’es débarrassé de cette… ???»

La chunin tourna sa tête dans la direction de la voix qu’elle reconnut très facilement, pour ce timbre vulgaire et désagréable. Elle n’en croyait pas ses yeux, et pourtant, ses doutes venaient de se dissiper. Les prunelles rougeoyantes se posèrent alors sur l’homme entre sa main, qui ne prenait plus appui sur ses pieds.

« Qui êtes-vous ?»

Celui-ci ne répondit pas et tenta discrètement de récupérer une fiole dans sa besace. Cet homme sous-estimait vraiment la rubiconde. De son autre main, celle-ci attrapa son poignet et dans un mouvement sec, brisa celui-ci. À moitié étranglé, la pièce fut témoin de sa complainte de douleur. S’il y a quelque temps, Aimi aurait agi différemment, les récents événements l’avaient rendue plus impitoyable contre les lâches et les monstres de son genre.

« C’est…. gr...elle ! C’était son… gr...idée ! »

« Comment as-tu pu… Je croyais que nous deux ! »

« Je suis un gr...shinobi, je ne vais pas croupir dans ce gr...lieu de débauche toute ma vie ! Tu tomberas grr...avec moi !»

Après la fin de sa phrase, un coup fut asséné à l’homme, le laissant tomber alors dans un inconscient mérité. La jeune femme se retourna alors, dardant furieusement la maîtresse de maison. Comment pouvait-on être aussi vil et mauvais ? Pourquoi faire autant de mal à son mari ? La nature humaine pouvait vraiment être décevante chez certains. Celle-ci s’apprêtait à quitter la pièce en prenant ses jambes à son cou, comprenant qu’elle allait aussi avoir droit à une petite punition. Mais ce fut l’arrivée soudaine d’un manche de katana dans l'embrasure de la porte, frappant celle-ci à la tête, tandis qu’elle s’écroulait.

« Je me disais bien que c’était étrange de me faire aller au village voisin sans précision supplémentaire, je suis arrivée à temps. »

Cette voix douce et féminine lui rappelait bien quelque chose. Une longue chevelure brune fit son apparition, Gabushi. La Chunin soupira de soulagement en voyant sa camarade seine et sauve. Puis, son attention se tourna vers la Yawa. La rubiconde s’accroupit face à elle et lui retira son bâillon avant de couper le cordage avec un kunai de sa sacoche. Aimi l’attira contre sa poitrine et l’enlaça fortement, s’imaginant le pire si elle n’était pas arrivée à temps. Ses mains se posèrent sur ses joues, avant de replacer une de ses mèches.

« Plus personne ne te fera du mal ainsi. Tu as été forte et courageuse de t’interposer ! Retournons voir Tsuyoshi, il va administrer l'antidote à monsieur Kazaki.»

La Chiwa aida son élève à se relever. Les trois kunoichis attachèrent les deux complices, sans oublier d'enlever tout son attirail à cet empoisonneur. Elles se dirigèrent ensuite vers la chambre, où l'herboriste était prêt à donner l'antidote au mari dont l'état se dégradait encore.




_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] 59386_s


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037
Yawa Seika
Yawa Seika

Scandale en hautes sphères [Mission B] Empty
Ven 3 Avr 2020 - 15:23
Seika s’est retrouvée dans une situation vraiment chaotique, cette fois. Attachée, prête à se faire poignarder par l’apothicaire, elle n’a pas beaucoup d’options. Même pour une kunoichi comme elle, se défaire de liens aussi bien réalisés n’est pas évident. Elle bouge ses mains discrètement, essayant de les retirer petit à petit, mais c’est l’apparition héroïque d’Aimi qui l’interrompt. Cela la dérange un peu dans son opération, mais c’est une bonne chose, car une seconde plus tard, elle se serait retrouvée sans vie, sans doute. La force spectaculaire de la Chûnin lui permet de désarmer le criminel avec une sacrée aisance, sous les yeux ébahis de son élève, qui la place sur un piédestal encore plus haut que le précédent… Oh, oui, bien, bien plus haut. La scène qui suit est un peu étrange, le shinobi tente de se dédouaner, mais personne n’est dupe ici, et leur dispute est inutile pour sauver leur peau. La maîtresse de maison tente alors de s’enfuir, mais une autre personne fait son retour héroïque : Gabushi, qui l’arrête nette.

Le secours de la Chiwa est plutôt bien venu, et Seika retient ses larmes alors que sa Sensei la prend dans ses bras. Ses mots sont si bons à entendre, mais en tant que ninja accomplie, la châtaigne reste aussi forte qu’elle le peut et ne se laisse pas aller à des larmes mal venues. Il lui reste quelque chose à faire : sauver la vie d’un homme. Elle se relève, et regarde les rubis de l’Eiseinin, incroyablement fière d’en être l’élève, et se demandant si elle mérite vraiment cette chance. Elle lui dit alors :

« Merci, Sensei, tu m’as vraiment sauvée, j’ai eu si peur… »

Puis ses yeux se dirigent dans la direction de la chambre du patient. Il risque de mourir si elles ne font rien, et tout sera la seule faute de l’adolescente qui n’aura pas été capable de faire face à un seul adversaire. Elle se met alors à courir sans prendre le temps de prévenir Aimi de sa découverte. Ni une ni deux, elle traverse le couloir, et par chance, trouve la pièce du premier coup. L’herboriste est sur le point de donner le remède au patient, et d’un bond rapide, la Yawa efface la distance pour faire voler le verre contenant le liquide verdâtre. Celui-ci explose contre un mur, le salissant par la même occasion. Essoufflée par les émotions et sa course non préméditée, la jeune fille reprend son souffle avant de s’expliquer devant le regard médusé du soigneur.

« Il n’y avait pas que de la… belladone dans le poison… Il y a du laurier… rose, si vous…erf… si vous lui donnez ce remède, vous allez le précipiter à la mort ! »

Elle s’affale par terre, à genoux, anormalement exténuée – mais la sensation de mort imminente la pèse encore un peu – et elle laisse le vieillard montrer son étonnement. Il ne doute pas des propos de la petite, et se retourne vers son atelier temporaire, tout en murmurant des mots confus :

« Belladone… Laurier rose… Ce bougre a bien failli mourir dans d’atroces souffrances, mais ça me facilite la tâche, je n’ai qu’à ajouter un peu de… oui, ça devrait suffire, et il sera vite sur pieds ! »

Seika ne peut plus rien faire d’autre qu’attendre…



_________________
Scandale en hautes sphères [Mission B] Ww18

♥ Merci Aimi pour cet avatar et Aditya pour cette signature, tous deux parfaits ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7615-quoi-feur-enfin-plutot-fleur-pour-le-coup-yawa-seika#63983

Scandale en hautes sphères [Mission B]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: