Soutenez le forum !
1234
Partagez

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage

Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage Empty
Mer 22 Jan 2020 - 13:00
Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage 7g3g



Krr kkrrr krrr. Au milieu de la symphonie endémique de la biosphère de Kumogakure, là où foisonnaient les insectes sur la verte prairie, les pattes et les ailes chantaient au rythme des vibrations des multiples spécimens d’un monde plus petit que celui des humains, donnant à l’atmosphère de cette aube nouvelle une dimension plus mystique. Les pas du Shinrin, dans cet univers, s’alignèrent les uns devant les autres en effleurant à peine les brins d’herbes parfois jaunis par l’automne ; sous le ciel gris, le cabalistique chapardeur avançait comme un pèlerin avec sa cape autour des épaules camouflant presque totalement sa silhouette.

Frisquet, le vent du matin vint saluer son arrivée au gré d’une puissante bourrasque qui lui faisait dire qu’ils avaient bien choisi leur heure aussi tôt. Peu de personnes osaient affronter le froid de bon matin, sauf pour s’en aller travailler ou, pour les plus volontaires, s’entraîner comme lui et son collaborateur comptaient bien le faire. Parvenu sur le point de rendez-vous en devançant l’heure, il jeta autour de lui ses pupilles vermillon pour sonder la zone et s’assurer que nul ne viendrait troubler leur rencontre. Ils étaient sur un espace vert plutôt grand et parfait pour s’entraîner ; malheureusement, Shinpachi jugeait le lieu encore trop proche du village et ne tolérait pas d’étaler ses compétences au plus près des kumojins. Il leur faudrait, à regret, trouver un endroit plus isolé. Sans doute qu’un bois serait l’idéale scène pour aider Rei dans sa progression.

En attendant son compagnon, il décida de s’accorder un petit instant pour faire une sorte d’introspection. Fermant les paupières, il sonda son propre esprit pour tenter d’y déceler la moindre forme de doute et d’angoisse. Au départ, il sentît au souffle calme de sa respiration une sorte de sérénité de surface, comme si tout était dans un contexte parfait et participait à le mettre en position de confiance. Pourtant, en creusant un peu plus et en laissant le temps faire son œuvre, il sentît bientôt comme des fourmillements dans son estomac. Il s’engageait dans un contrat qui, s’il n’était pas respecté ni par l’un ni par l’autre, pouvait tous deux les mettre en porte-à-faux. La tentative était bien pensée. Mais cela ne l’empêchait pas de rester, d’une certaine façon, eu égard au contexte de crise qui divisait Hi et le Kaminari, un risque consenti.

Fi. Il balaya tous ses doutes et rouvrit les yeux.

@Ozuki Rei
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 http://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi http://www.ascentofshinobi.com/u1170
Ozuki Rei
Ozuki Rei

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage Empty
Ven 24 Jan 2020 - 16:38
Sa démarche était lancinante, presque comme s'il tanguait à chaque pas. Difficile de s'imaginer qu'il était un ninja de Kumogakure no Sato et qu'il avait de la ressource à revendre. On eut dit l'un de ses zombies dont l'on parlait dans les livres, et qui effrayaient les enfants tard le soir, même sous une couette protectrice. Être sans vie, être sans peur, être sans douleur. Il les enviait, car sa condition souffrait de la peur, la douleur et même de la vie elle même. Être insomniaque c'est un peu comme avoir l'impression que les journées sont des copies, d'une copie, d'une copie ... Elles se suivent toutes et se ressemblent sans pour autant être prédictible et donc facilité la vie de celui qui la subit. Non, c'était une perte de repères complet, qui lui faisait perdre parfois pied. Il sentait son âme s'engouffrer dans une lente agonie qui n'en finissait plus de l'enserrer dans un étaux qui pouvait le broyer à tout moment.

La folie le guettait aussi sûrement qu'une lionne observe sa proie avant de la dévorer tout cru. Il la sentait souvent, comme un animal en cage qui tournerait en rond, et n'attendrait que son heure pour le déchiqueter. Il n'était qu'un pantin désarticulé aux mains de ses cauchemars incessants.

Il prit néanmoins le temps de prendre une douche, avant de potasser quelques livres à la bibliothèque sur le pays d'Hayashi. Depuis qu'il en savait un peu plus sur les origines de son pouvoir, cela devenait une passion ... dévorante ! Il ne cessait de se documenter sur ce pays sauvage, à la grâce exotique et aux échos de rêverie enfantine. Il ne croyait pas tout ce qu'il avait lu, et il se gardait quelque surprises pour la suite, mais il comprenait mieux pourquoi le clan Shinrin avait pû se mettre au service du Teikoku et de son homonyme.

- Ne traînons pas, il est l'heure...


Il enfila ses vêtements souples, fait de cuir et de laine pour tenir chaud, mais assez large pour autant. Une tenue d'entraînement somme toute assez banale, mais porter par un modèle unique, à la tête froide comme la pierre, et le coeur tout aussi dur en apparence. Il se précipita avec appréhension à la suite de son comparse, après l'avoir salué sans la moindre trace de chaleur dans le regard. On eut dit qu'il se fichait pas mal qu'il soit vivant ou mort, et qu'il l'aurait salué de la même manière s'il avait été refroidis quelques secondes plus tôt.

Il se demandait si tout cela n'était pas un prétexte pour l’éloigner du village, et lui tendre un piège. Mais quand on vit sans péril, on triomphe sans gloire, ou quelque chose du genre. Il se tourna vers son homologue et lui demanda :

- Alors, par quoi on commence, sempai ?
Revenir en haut Aller en bas
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage Empty
Sam 1 Fév 2020 - 21:45

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage 7g3g


Au bout de quelques minutes de marche, les deux protagonistes parvinrent dans un décor un peu particulier. Comme si le vent avait creusé dans la terre de Kumogakure, une sorte de thalweg s’enfonçant de quelques pieds semblait ouvrir sa bouche pour avaler le monde qui vivait au-dessus de lui. Un renfoncement que le Shinrin jugea propice à la discrétion et à la poursuite de leur projet de partage. Alors que le chapardeur s’enfonçait dans ce creux terrestre, comme s’il s’apprêtait à visiter le ventre de la terre, une sorte de sensation de malaise s’installa. D’une certaine manière, on pouvait envisager cette association comme un acte fortuit, puisqu’il prenait racine dans la discorde et le vandalisme, et qu’il n’était pas gage de bienveillance, mais somme d’un marché espiègle que les deux combattants avaient conclu en dépit d’être étrangers l’un à l’autre. Noirceur. Le thalweg était grand, le périmètre était assez large pour accueillir un pâté de maisons ; mais c’était bel et bien le monde secret et réduit d’une guerre que se livraient les Hijins et les Kaminarijins, une guerre faite de complots et de machinations orchestrées dans l’ombre. Rei et Shinpachi en étaient la parfaite incarnation : un pacte de non-agression, d’accord, mais qui n’enlevait rien d’un désir réciproque de se déchirer et de se baigner dans le sang de son ennemi.

Dans la descente de ce ventre mou de la terre, la longue chevelure ébène du Shinrin flottait comme une bannière caressée par les vents. Le terrain choisi par l’étranger attirait à lui un courant ascendant qui renforçait la fraîcheur, s’en allait fouetter les habits et mordre avec le froid la chair sensible des deux pugilistes en trêve. Sa main glissa à l’intérieur de la cape brune qui entourait ses épaules et son corps, puis s’échappa par l’ouverture principale qui se situait au devant de la silhouette du ninja ; il en écarta les deux pans pour rejeter en arrière l’ensemble de ce mystérieux accoutrement, dévoilant alors sa tenue de shinobi, une tunique noire décorées de motifs de nuage comme s’il s’associait, à sa façon, au pays de la Foudre. Une provocation, ou une volonté unificatrice ? La seconde option était la plus juste. Shinpachi voyait grand et l’espoir d’un monde rassemblé sous la gouverne du Teikoku lui paraissait encore être la meilleure des solutions pour envisager une paix durable.

Il se tourna enfin vers son associé, et lui fit face.

« Tu possèdes déjà des bases dans le domaine du Mokuton. Je ne vais pas t’apprendre comment on s’y prend pour créer des techniques de bois… néanmoins, je peux t’aider à élargir ton répertoire ainsi qu’à travailler sur l’esprit du bois sacré. »

L’esprit du bois sacré. Une large expression qui ne voulait rien dire en l’état pour Rei, mais qui était pourtant depuis toujours ce qui avait permis aux Shinrin d’être en parfaite osmose avec la nature terrifiante d’Hayashi. De toutes les affinités, le mokuton faisait partie du lot le plus redoutable et donc complexe à maîtriser. De fait, il y avait donc tout une introspection de soi-même à consentir et domestiquer pour gérer les flux de chakra résineux… une chose plus laborieuse qu’elle n’y paraissait, et qui exigeait du ninja un certain sang-froid, ainsi qu’une capacité de projection admirable par sa profondeur.

Il tendit sa main, paume vers le ciel. Sous cet air-là, il ressemblait à un prêtre prônant son dieu.

« Honore ta vie, honore ton père, honore ton peuple. Honore ce que tu ne peux voir, ce qui est vivant comme ce qui est mort, au-delà des frontières de ta connaissance. Honore ton esprit en lui donnant l’absolu. Celui qui n’honore que ce que l’œil lui présente se condamne à n’avoir que des branches et des feuilles ; celui qui honore tout ce que l’esprit peut palper est le seigneur de ce monde. »

Une doctrine transmise de génération en génération. Rei n’avait vraisemblablement pas hérité des dogmes propres aux Shinrin, et c’est pourtant dans ces derniers que Shinpachi avait trouvé toutes ses ressources.

« Voilà ce que dit l’esprit du bois sacré. Tout ce que tu ne peux ni voir ni saisir demeure une ressource. On raconte que les anciens Shinrin puisaient leur force à l’intérieur même du bois sacré. Voilà en quoi notre clan est grand : il tire son prestige non de ce qu’il est, mais de ce qui l’entoure. En transcendant son âme, le combattant devient alors le maître de son domaine. »

En disant ces mots, des racines commencèrent à s’ériger du sol ; conservant avec la terre quelques souches filamenteuses, elles semblaient s’arracher d’elles-mêmes comme pour échapper aux minéraux cachés sous le sol.

« Commençons la leçon. Je te propose de prendre le contrôle de tout ce qui est autour de nous. »

L’exercice était plus fastidieux qu’il n’en avait l’air. Il exigeait de Rei une véritable transposition spirituelle, une sorte de connexion pour mélanger son propre sang à la sève qui s’écoulait à l’intérieur de chacune de ces racines. Une transcendance de l’âme.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 http://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi http://www.ascentofshinobi.com/u1170
Ozuki Rei
Ozuki Rei

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage Empty
Lun 3 Fév 2020 - 14:50
Sur la défensive, toujours aussi excédé par le comportement du chapardeur, Rei se glissa à sa suite sans un bruit, et se fit au caractère surprenant de son comparse. Il était là pour apprendre, non pas pour juger, mais il ne pouvait s'y empêcher. Pour lui, Shimpachi c'était l'archétype même du Teikokujin qui se croyait au dessus de tous par sa simple appartenance à un groupe plus puissant que le sien. Il usait de sa supériorité pour terroriser, et se sentait dans l'obligation de le montrer avec hardeur, rien d'étonnant qu'il fut détestable au yeux de tout les Kumojin, et plus particulièrement à ceux des êtres de l'engeance de l'Ozuki. Il était étonnamment calme à l'extérieur, mais tempétueux à l'intérieur. C'était ainsi que l'avaient fait ses parents, et comment l'avait forgé les événements, dans l'enfer des flammes et par les coups répété qu'il avait reçu.

Seul depuis des années, il n'était pas du type sociable qui se faisait beaucoup d'ami. Il était même l'inverse totale et complet, s'abritant dans sa coquille au moindre évènements, pour se protéger comme pour ne pas blesser les autres par ses réactions. Des points de progression auquel il travaillait tout les jours, comme aujourd'hui où il expérimentait une activité avec autrui. Il s'engouffra dans le tumulus inversé comme si c'était les portes de l'enfer qu'on lui avait présenté : Résigné et prêt à tout affronter pour aller le plus loin possible dans sa chute.


Il écouta à moitié la psaume de son maître du jour, et se concentra sur ses sensations, comme pour trouver du sens à ce qu'il ne comprenait pas par l'intellect. Il sentait toute la foi, et toute l'hardeur de Shimpachi à la tâche, et reconnut en lui un fanatique en devenir. Il ne savait ni quand, ni comment, mais un jour ce genre de foi mettrait le feu au poudres de ce monde, il en était persuadé.

Sa traîtrise aussi, serait un jour source de chaos.

Il savait que c'était mal de vendre ses camarade, mais il se devait d'en apprendre plus sur ses origines, les origines de son pouvoir et les arts ninjas du Mokuton. En quelques instants, il eut un aperçut plus grand de tout ce qui lui était arrivé depuis son enfance : La rencontre de ses parents, et comment sa mère cultivait un verger sans avoir besoin d'outil, cette rencontre qui avait changé la vie de son père, qui s'était alors décidé à s’émanciper du carcan de sa famille. La résonance, et l'apparition de ses pouvoirs dissimulés depuis des années dans l'ombre d'un traumatisme, et comment cela avait changé toutes ses perspectives d'avenirs, comme les souvenirs de son enfance. Bref, tout un tas d’événements qui avaient contribués à faire de lui un loup parmi les mouton, avide de croquer dans l'os du savoir qu'on lui agitait sous le nez.

- Très bien, commençons sempai

Il laissa son chakra envahir les plantes alentours, quelle se gorge de son énergie jusqu'à devenir plus verte et les pétales et autres pistils plus odorants qu'ordinaire. Une fois qu'il fut à l'intérieur même de leur cellule-mère, il fit pousser les racines qui s'enfoncèrent plus profondément dans la terre, avant que la tige ne commencent à se solidifier pour devenir de l'écorce, et des branches solides rapidement poussèrent de tout côté. Un arbuste était maintenant devant lui, et Rei relâcha sa concentration.

- Difficile, mais pas impossible.

Il recommença, mettant plus de coeur à l'ouvrage. Cette fois ci plusieurs arbres poussèrent et dépassèrent en taille Shimpachi, avant que Rei ne soit à court de détermination. Il se contenterait de ça, pour l'instant.

Il tourna son regard de jais vers son camarade.
Revenir en haut Aller en bas
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage Empty
Dim 9 Fév 2020 - 11:31
Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage 7g3g


Shinpachi, depuis sa position, se remémora toutes les fois où tel un diable, il avait tenté de pousser jusqu’à l’extrême ses compétences, dans l’espoir de devenir une sorte de seigneur du bois sacré. Cette ambition l’avait conduit parfois à des états de transe où il crût, faute d’une fatigue trop lourde et d’avoir eu les yeux plus gros que le ventre, qu’il aurait pu rendre l’âme. Toute la sève qui nourrissait le bois qu’il créait était connectée à son chakra ; mais s’il advenait que les troncs, trop gourmands, se décident à se retourner contre lui, alors il pouvait tout aussi bien un jour finir dévoré par leur appétit, pompé de son chakra jusqu’à ce que son corps s’atrophie. Le monde végétal n’était si passif qu’il n’y semblait. Ainsi certaines arachnides, nées d’une autre par centaines, dévorent parfois la mère qui leur a donné vie, obéissant aux lois de la nature ; d’une autre façon, le mokuton était semblable à ce type de schémas tragique.

Leur art était somme toute un danger. Il exigeait d’eux une parfaite maîtrise qu’on ne pouvait obtenir qu’en structurant la création dans son essence pure, tout en contrôlant l’appétit des racines gourmandes, pour véritablement gouverner sur le mokuton. Les Shinrin avaient décidé, pour aider leurs héritiers à progresser dans le bon sens, de ne se focaliser d’abord que sur des techniques élémentaires, avant de confronter les jeunes pousses à un stage dantesque orchestré par des éléments de leur clan, mettant leurs pupilles dans des conditions redoutables afin d’alimenter une sorte d’instinct archaïque et primaire, jugé comme fondamental par les têtes pensantes de cette communauté, pour que les combattants puissent apprendre à tempérer leur besoin et à se contenter du strict nécessaire, que ce fusse dans leurs dépenses énergétiques, ou bien même leurs besoins essentielles. Shinpachi trembla en se remémorant cette période angoissante de sa vie. Mais c’est ce qui avait fait de lui ce qu’il était.

Lors de son éducation, il se souvient de la façon dont on l’avait aidé à maîtriser ses pulsions tout en continuant d’alimenter le chakra qui faisait danser l’écorce. Il composa de nouveaux mundras.

« Si tu en es là, c’est que tu possèdes déjà le cœur de l’esprit du bois sacré. Pour autant, cela ne suffira pas à pouvoir aboutir à des techniques durables. L’arbre n’est que la somme de ce qu’il y a sous terre : c’est le sommet de l’iceberg. »

Tout se déroula sous terre. Le Shinrin fit bouger de petites racines de nature presque filamenteuses pour aller rencontrer celles qui avaient permises à Rei de pouvoir faire naître ses arbres. Rei avait poussé la technique un peu trop loin en apparence. Ses créations étaient trop hautes dans un premier temps.

« Concentre-toi sur ce qu’il se passe sous la surface… »

En se connectant aux racines des créations choisies par son correspondant, Shinpachi lui permit de découvrir un monde bien plus vaste. S’il se concentrait suffisamment dans sa dépense chakratique, il pourrait alors découvrir un vaste réseau d’artères souterraines s’étendant jusqu’à plusieurs dizaines de mètres sous terre ; une ressource inespérée pour les adeptes du Mokuton. Se nourrir de la vie et de la sève de cette nature cachée mais bien présente était la base d’une bonne réalisation et d’une certaine économie de chakra, qui se trouvait être trop pompeuse si le combattant ne comptait que sur lui-même.

Le Shinrin était ce ninja-là : celui qui puisait dans son environnement jusque dans ses ressources les plus profondes.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 http://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi http://www.ascentofshinobi.com/u1170
Ozuki Rei
Ozuki Rei

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage Empty
Mar 18 Fév 2020 - 4:20
Certains savouraient l'extrême rigueur d'un bout d'acier, d'autre l'obscurité profonde de leur propre ombre, ou bien la densité de leur encre ; Pour eux, c'était différent. C'était vivant. Cela avait un cœur, des veines et des artères, du sang ; la sève qui coulait parfois aussi clair que du cristal, et qui permettait à leur créations une mobilité bien supérieure à tout ce qui existait dans le monde ninja. Manipuler quelque chose fait d'écorce et de sève, c'était comme jouer à être Dieu, c'était comme s'amuser avec l'ADN même de la terre. Il n'y avait rien de plus satisfaisant que de frayer avec les forces de la nature, d'en faire ses armes, et de retourner la planète-mère contre les hordes impies qui en voulaient à votre peau. Cela devenait rapidement grisant, et l'on se prenait parfois à espérer que les choses tournent mal, rien que pour user de ce don, de cette capacité spéciale si satisfaisante.

Rei le savait bien, le piège c'était de se perdre, de disparaître dans le néant a force de donner à la nature de quoi grandir et s'armer contre les humains. Le piège c'était la mort, par la perte totale d'énergie, au profit de la planète terre, qui donnait toujours à l'homme de quoi se sustenter, se loger, et survivre un jour de plus. Un jour après l'autre. Il se fichait bien de sa personne, tandis qu'une chose beaucoup plus utile que lui impliquait le sacrifice d'une partie de sa vitalité, contre une puissance phénoménale. Ce n'était pas pour rien que l'on craignait particulièrement le Mokuton dans le monde ninja, il était source de création et de renouveau, de destruction et de chaos également.

Un seul être arrive et vous bouscule, et tout bascule.

- Parle moi de ce bois sacré, le trouve-t-on partout ou seulement dans ton pays ? Fit-il avant que le Shinrin ne fasse son oeuvre sous terre. La précision, la rapidité d’exécution, tout était d'une perfection qui frisait le ridicule. Il fut touché par un moment de grâce, et il se retrouva presque à genoux, entrain de visualiser la vie elle même à travers les racines de la terre, son chakra entrant au communion avec la flore environnante, comme éloignée. C'était comme percevoir le réseau de communication privilégié de la mère de tout chose, c'était comme devenir, pendant une seconde, l'un des arbres de cette planète ; Toujours connecté par des racines solides qui s'enfonçaient dans la terre. Véritable poumon du monde.

- C'est incroyable ...
Dit-il toujours sur ce ton froid qui ne laissait aucune ouverture, et semblait monocorde comme celle d'un professeur d'histoire du secondaire. Les cernes violettes sous ses yeux, rajoutaient d'en faire une sorte de mort-en-marche, un être au bord du précipices, prêt à sombrer dans la mort ou la folie, deux états semblable parce que tout deux définitifs.

Il mêla son chakra aux racines de Shinpachi, et fit croître les arbres de l'intérieur, sentant qu'il pouvait les manier à sa guise comme s'ils étaient une extension de lui même. Jusque là, il s'était contenté de faire pousser des choses, de leur donner une vie, mais jamais d'entrer dans le détails à ce point.

- Et maintenant, qu'est-ce qu'on doit faire ?

Il stabilisa son chakra à l'intérieur de ses créations, plus vives qu'auparavant, et plus colorées aussi ; Plus forte, tout simplement. Il n'attendait qu'un ordre pour déchaîner la colère de la mère nourricière sur ce qui pourrait lui tomber sous la main. Il avait besoin d'un défouloir, il avait besoin de canaliser toute la haine qu'on avait insufflé en lui, dès son plus jeune âge.

Sous l'écorce, dans la sève, le poison ne cessait de détruire tout ce qu'il pouvait toucher.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage Empty
Mar 25 Fév 2020 - 13:22

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage 7g3g


La première étape était somme toute franchie. Avoir permis à Rei de prendre conscience des profondeurs des techniques Mokuton était déjà une chose formidable ; la répétition et l’expérience lui apprendraient à complètement s’imprégner dans cette dimension souterraine pour faire danser l’écorce en surface. Aussi avantageux cela était-il, la leçon n’était pas terminée pour autant. Bien comprendre les aspérités du Mokuton pour qu’il ne dévore pas son propre maître était un alphabet grâce auquel on construisait les mots ; pour bien comprendre le langage du bois, il fallait encore ensemencer son esprit de la spiritualité de Kodama, ce que les Shinrin associaient à l’esprit sylvestre.

Le chapardeur, distinguant avec évidence que son compère s’était enfin révélé à lui-même, décida de couper les liens qui le reliaient à lui, de sorte qu’il finisse par être le seul et unique auteur de ses créations ligneuses. A bien des égards, l’arbre ne pouvait se plier aux ordres de son créateur qu’à condition d’avoir été domestiqué par lui-même, et pour y parvenir, il fallait se retrouver seul face à soi-même.

La solitude, meilleure amie du pouvoir.

Shinpachi recula enfin de quelques mètres, tout en toisant Rei. Bien qu’ils partageaient désormais quelques savoirs, il se méfiait de ce kumojin qui lui avait couru après plus que de mesure, avant qu’ils n’échangent leurs arcanes dans un flamboiement de techniques destructrices. Après une série de mundras, il invoqua un mur de bois qui se souleva aussitôt qu’il posa les mains au sol ; avant qu’il ne poursuive avec d’autres signes incantatoires en vue de s’octroyer un bouclier sylvestre, qu’il se mit à brandir devant lui.

« Maintenant que tu as dompté la bête, attaque comme je l’ai fait hier ! »

Déclara-t-il en invitant son camarade à passer à l’action.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 http://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi http://www.ascentofshinobi.com/u1170

Percer l'écorce pour en savourer la sève | Apprentissage

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: