Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu)

Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Ven 24 Jan 2020 - 22:03

Sans l'ombre d'un nuage

Campement du Fukkatsu - 203

Fukkatsu





Le temps me paraissait d'une lenteur inouïe en l'absence de la Senshi, mais je prenais mon mal en patience car de la mission que menaient Itagami et Umeka dépendait la suite du plan que nous avions échafaudé. Notre groupe se trouvait désormais en position de pivot, entre la phase préparatifs et celle de l'action. Heureusement je pus compter sur la présence des Kyoujin animant ci et là le campement, le rendant vivant...

J'avais profité de ce temps pou rédiger plusieurs courriers adressés à différentes personnes au travers du Yuukan. D'adresser nos salutations à notre village m'avait traversé l'esprit, mais je m'étais rapidement ravisée. Après tout, nous disposions d'un indéniable effet de surprise. Limité était le nombre de personne au courant de notre présence derrières les remparts de cette nation plus accueillante que je l'avais espéré.

L'un des courriers fut d'ailleurs envoyé le jour même avec le concours de Raizen, par l'intermédiaire d'un des corbeaux dont il était l'invocateur. Un moyen de faire parvenir des messages là où l'on le souhaitait plutôt discrètement. Tout ce temps, je l'avais aussi consacré à l'étude des plantes que la Senshi avait récolté dans la région, pour garder un esprit affûté quant à mes compétences pharmacologiques.

En bref, j'eus beaucoup de temps pour finir de mettre mes affaires en ordre, et plus que besoin. Tous au campement sentaient probablement l'approche de notre départ, le lever de l'ancre et le début du nouveau voyage. Ce fut après plusieurs jours, en me levant que je constatai son retour. Certainement durant la nuit. Elle m'avait expliqué ce qu'elles avaient fait au nord du pays; et surtout l'information principale que tous attendaient : le navire.

Dès que j'avais eu l'information, je fis apparaître plusieurs clones qui se dispersèrent dans l'unique but d'informer les autres, et de les appeler à se réunir autour du large feu central qui formait la place principale de notre campement. Le temps était venu, nous devions parler de la suite, la vraie suite. Des implications de chacun, des aspirations et enfin, nous pourrions... quitter Joheki. J'espérais que tout ce temps passé ici fut bénéfique, un minimum, à chacun...

Une fois que tous, plus ou moins, furent présents; le visage souriant, décontractée, je leur annonçai :

-Vous le savez maintenant, nous avons à disposition un navire; nous pourrons partir dès que cette réunions sera finie. Leur lançais-je d'une voix clairement audible et calme; la Senshi à mes côtés. Hum... Hoshiyo devrait arriver... dans peu de temps. Dis-je pensive avant de me reprendre. Nous devons discuter de la suite, de notre vision des choses lorsque nous aurons repris Kumo; afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs que les Shodaime, Nidaime et Sandaime Raïkage.

J'avais déjà tenu ce discours, néanmoins cette-fois ci il comportait une autre variable, indirectement. Si nous reprenions Kumo, et ce n'était pas hypothétique, nous aurions besoin d'un leader, et d'un fonctionnement doté de garde-fous. Il fallait y penser maintenant, pour ne pas être pris au dépourvu plus tard, et éviter qu'un chaos ne s'installe...

-En tant que shinobi les plus influents de Kumo. Commençais-je en les observant tous sans exception. Nous devrons nommer un nouveau Raikage, lequel nous ferons connaître au reste du Yuukan afin de leur rappeler que Kumo, ce n'est pas que des habitations, et des murs.   Continuais-je sur un ton bien plus sérieux avant de m'interrompre en voyant la rouquine accompagnée de deux personnes, celles dont j'avais sans doute entendu parler... Ah ! Je vous en pries, joignez-vous à nous. Ne vous inquiétez pas, nous ne sommes pas une secte !

Clairement pas, tout le monde pouvait partir quand il le souhaitait, s'exprimer, donner son point de vue et même prendre des décisions...



_________________

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Ws3x
☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157
Sharrkan
Sharrkan

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Sam 25 Jan 2020 - 0:52
Ces derniers jours, une certaine tension était palpable au sein du groupe. On sentait de l'électricité dans l'air, comme si un orage se préparait. Itagami et Umeka, qui étaient censées s'occuper de notre embarcation, pouvaient revenir d'un moment à l'autre. On attendait aussi deux nouvelles recrues, dont une que je connaissais bien... Les contacts externes avaient été, hé bien, contactés ; tout se préparait pour notre départ, comme une bombe pouvant exploser à tout moment.

Le seul truc que je pouvais faire de mon côté, c'était me préparer physiquement et mentalement. Et pour ça, je pouvais compter sur le soutien de ma nouvelle famille, et surtout de ma sensei qui m'encourageait toujours à pousser mes limites. Je m'habituais même à cette boucle d'oreille, que j'avais d'abord pris comme une humiliation. J'avais retourné l'objet à mon avantage, le portant comme un accessoire, ce qui me permettait de mieux assumer sa signification.

Lorsque les clones de Sazuka rassemblèrent tous les membres sur notre place de fortune, je compris que le temps était venu. Nous allions partir dès que la réunion serait terminée. Pas de temps à perdre, c'est le moins qu'on puisse dire. Midori ne tarderait pas à arriver non plus. C'était quand même marrant, toutes ces coïncidences. On ne s'était pas vus depuis des années, pour se retrouver par hasard à notre lieu de rencontre habituel. Et maintenant, sur demande de Raizen et d'Hoshiyo, elle rejoignait notre petit groupe. Comme si tout était lié, comme si nous étions tous liés par des fils invisibles. Est-ce qu'un truc comme le destin existait vraiment ? Est-ce que tout était déjà écrit ? Honnêtement, ça me semblait peu probable.

Nous écoutions Sazuka dans un silence presque religieux. Bien sûr, il fallait aussi penser à la suite. Si notre plan réussissait, il faudrait tout reconstruire, bâtir de nouvelles fondations solides pour que la bâtisse soit stable et durable. Et qui de mieux que Sazuka pour mener la barque ? Rien n'avait encore été mentionné, mais c'était bien sûr la direction que prenait la conversation. Et je l'approuvais à cent pour cent. On était sur un pied d'égalité au Fukkatsu, mais l'Uzumaki en était le leader incontesté.

Je tournais la tête pour voir arriver les dernières personnes qui manquaient à l'appel, Hoshiyo qui escortait les deux Kazejins. Me parant d'un grand sourire, j'allais à leur rencontre.

« - Midooooo' ! »

Laissant de côté quelques instants le sérieux que j'essayais de conserver pour la réunion, je serrais la demoiselle dans mes bras, la faisant même décoller du sol pour faire un tour sur moi-même. Je saluais aussi son ami. Même s'il semblait un peu étrange, il ne fallait pas se fier aux apparences.

« - Yo ! Moi c'est Sharrkan ! »

Puis je continuais sur la même lancée :

« - Vous avez fait bon voyage ? »

_________________

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Sp7a
© Sazukage
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 http://www.ascentofshinobi.com/u1141
Sendai Anzu
Sendai Anzu

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Sam 25 Jan 2020 - 3:56
Visiblement, c'était le moment, Anzu s'est beaucoup préparé mentalement pour ce moment-là, le moment où elle allait partir pour Kaminari no Kuni pour faire de l'espionnage. C'était une tâche ardue, elle ne sera pas seule, elle le sait, mais une grande partie de la mission repose sur ses épaules. Evidemment, elle ne se sent pas plus puissante ou utile que Raizen, plus discrète, probablement, elle espérait que le Meikyu a bien fait ses devoirs pendants qu'elle vidait un peu son esprit. Elle soupire, pas de désespoir, mais de bien-être, elle se sentait prête, il le fallait de toute manière. Carressant la chevelure d'Ume, elle lui dit de rester ici pour garder Kumiko et Seina encore endormies toutes les deux pendant la réunion, Ume avait prévu de rester ici, de garder le camp, en même temps que garder les deux enfants qu'Itagami a laissé à sa charge. Une mission bien plus importante qu'il n'y paraît, car cela permettait à la Metaru de pouvoir se lancer dans sa carrière de reine des mercenaires sans risquer d'avoir une cible sur ses deux filles.

Enfin, elle suit le clone de Sazuka, puis, une fois arrivée à destination, elle écoute ce qu'elle a à dire. La Sendaï en avait justement parlé avec elle il y a peu de tout cela, l'Uzumaki connaissait son opinion là-dessus, et elle connaissait aussi vers qui son choix porterait si elle devait élire un nouveau Kage. Elle lui avait dit qu'il ne fallait pas un Kage trop belliqueux, pas autant que ses prédécesseurs du moins, et elle comprenait son point de vue. Le plus dur sera plus la deuxième partie : faire en sorte qu'il n'y ait aucunes attaques vers l'homme à la tête de l'empire du feu, il fallait leur montrer qu'ils étaient au-dessus de tout cela. Et donc, elle se concentre plus sur la venue de nouveaux invités, visiblement des copains de Sharrkan, misère ...

- Pour une fois que Raizen avait une bonne occasion de faire du thé ...

Elle se tourne vers cette femme et cet homme, Sazuka semble les connaître et celui qui avait un doute quand à si son élève les connaissaient étaient sourd et aveugle, en tout cas, elle plaignait cette pauvre fille qui doit avoir le tournis maintenant après l'étreinte de cet homme. Tiens, il ne s'est jamais montré aussi affectueux envers elle lorsqu'elle est venue le voir.

- Enfin, j'aimerais être aussi chanceuse que Sazuka et Sharrkan et vous connaître tous les deux aussi. Vous êtes donc ?

Dit-elle sans animosité, ni même menace, la preuve qu'elle a fait des efforts, sinon il serait probable que les deux inconnus seraient repartis aussitôt dans leur désert de peur.

_________________

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784
Kawashima Kyōhei
Kawashima Kyōhei

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Sam 25 Jan 2020 - 16:37
Nous étions prêts. Du moins, je l’étais. La tension à travers le campement se faisait de plus en plus importante, nous étions des animaux après tout. Nous ressentions tous un léger changement. Le jour du départ approchait. La suite de notre mission allait pouvoir commencer. Comme si je l’avais senti, je venais de passer l’une des pires nuits depuis que nous étions arrivés à Joheki. Je ne pouvais m’empêcher de penser, réfléchir, me retourner. À tel point que mes voisins au campement ont dû ressentir mon stress. J’espérais ne pas les avoir empêchés de dormir…

Lorsque vint le clone de Sazuka, j’étais déjà prêt et je comprenais rapidement que mon instinct ne m’avait pas trompé cette nuit. Je suivais son clone le plus sérieusement possible afin de me retrouver autour du feu de camp qui représentait la place principale de notre campement. Certaines personnes étaient déjà là. Sharrkan me surprenait de plus en plus décidément.

Sazuka prenait ensuite la parole et nous l’écoutions toutes et tous avec le plus grand des sérieux, même le blond. Il ne fallait pas répéter les erreurs des précédents Raïkage certes, mais il ne fallait pas non plus laisser croire au Teikokujins qu’ils allaient s’en tirer comme ça, non ? Dans tous les cas, je pensais voir où l’Uzumaki voulait en venir. Même si nous étions tous plus ou moins égal au Fukkatsu, la Kunoichi s’était rapidement imposée comme leader de notre groupe et je la soutiendrai – tout comme tous mes autres confrères – jusqu’à la mort s’il le fallait.

C’est ce moment qu’Hoshiyo choisissait pour revenir accompagnée. J’avais déjà rencontré la jeune femme, une amie d’enfance de Sharrkan, lors d’un festival à Kaze no Kuni. Je ne connaissais cependant pas encore son acolyte. Mais leur aide allait être la bienvenue, nous en auront bien besoin.

J’attendais que Sharrkan termine ses petites folies habituelles avant de m’approcher du petit groupe afin de les saluer.

« Hoshiyo, welcome back ! Midori, ravi de te savoir avec nous, j’espère que vous avez passé un bon voyage. » Je me tournais ensuite vers le dernier venu. « Enchanté, Kawashima Kyōhei, bienvenue à toi aussi ! »

Mon sourire s’effaçait ensuite petit à petit tout pendant que je reprenais ma place dans le cercle que nous avions formé. Et le court moment de relâchement que je venais de m’octroyer laissait rapidement place à mon sérieux habituel. Prêts à continuer notre petite séance extraordinaire.

_________________
Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) E23l

Merci Mido pour le vava o/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5625-kawashima-kyohei-terminee#45207 http://www.ascentofshinobi.com/u1126
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Dim 26 Jan 2020 - 1:14

S’étirant calmement après avoir terminé sa lecture, le Meikyû avait pris une grande respiration, laissant ses poumons se remplir de vie avant de leur priver une nouvelle bouffée d’air. Travaillant ainsi quelques exercices de respiration, cet exercice paradoxal était un bon symbole de ce qu’il avait fait ces derniers temps.

Ayant repris gain de cause sur son mode de vie, il était de nouveau remis sur pied. Or, il n’était pas revenu à la case de départ. Préférant prendre un chemin qui lui permit d’évoluer malgré les nombreux risques qui y étaient impliqués, son aura n’avait pas forcément changé. Toutefois, son charisme était différent. Aussi confiant que sinistre, sa présence avait atteint un équilibre qui lui permettait de faire sentir sa présence sans forcément la rendre écrasante.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il fut en mesure d’arriver légèrement en retard sans forcément se faire remarquer auprès de tous. Silencieux comme la mort, mais éveillé comme la vie, son regard en disait long sur son état d’esprit tandis qu’il baladait ses iris sur chaque personne présente. Laissant dès lors ses sens planer, il s’assura qu’il n’y avait personne d’inconnu dans les parages. Contre toute attente, il capta deux présences, dont une qui ne lui semblait pas étrangère. N’étant pas en mesure de mettre le doigt dessus, il se contenta d’ignorer le tout sachant qu’Hoshiyo représentait la troisième présence et qu’ils se dirigeaient vers le groupe. Que leur réservait-elle ?

En voyant Sazuka sourire et nullement inquiet, le Meikyû décida d’opter pour le comportement d’un caméléon, se laissant ainsi voyager par son discours des plus pertinents, il ne put s’empêcher de sourire au regard de l’évolution phénoménale qu’elle avait connue au courant des dernières années. Voyant clairement qu’elle avait suivi une voix qui la convenait, la mort de l’ancienne Raikage avait forcément ébranlé ses fondations de la bonne manière. Au final, un lot important de situations l’avaient permis d’évoluer de la sorte.

Venait finalement le sujet de l’heure, l’élection d’un nouveau Kage. Or, avant même qu’il puisse se prononcer, les invités arrivèrent finalement à destination.

Souriant calmement, quelle ne fut sa surprise de voir Midori accompagnée d’un homme qu’il ne connaissait pas et de Hoshiyo.

-J’espère que le voyage n’a pas été trop pénible.

Laissant planer son rictus en coin, il posa un délicat regard sur les deux nouveaux avant d’entendre une certaine référence au thé. Il était bel et bien vrai qu’il aimait consommer du thé, surtout dans des moments de discussion importants comme ceux-ci. Pourtant, le tout lui rappelait des souvenirs qu’il n’était pas le seul à partager...

- Nous aurons tout le temps du monde de boire du thé plus tard Anzu.

Prononçant le tout avec un calme presque professionnel, il était impatient de pouvoir discuter avec eux. Or, pour le moment, les priorités étaient de mises...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578
Senshi Umeka
Senshi Umeka

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Dim 26 Jan 2020 - 16:04



Avec Sazuka, tu avais rejoint le centre du campement où elle avait donné, avec ses clones, rendez vous à tout le monde. Vous disposiez dorénavant d’un navire en bon état qui saurait vous porter loin, avec toi à sa barre… L’info avait circulé, l’idée d’enfin pouvoir passer à la suite de votre affaire semblait satisfaire tout le monde.

Tu supposais que certains d’entre eux, comme toi, appréhendaient un peu, c’était obligé… Après tout avec ce que vous prévoyiez, l’avenir était incertain. La discussion qu’avait initié l’Uzumaki te semblait logique; vous en aviez déjà parlé, enfin surtout elle… Sazuka était du grand très confiante par rapport à Kumo et ça changeait de la voir se projeter autant alors que d’habitude c’était plutôt au jour le jour.

Le début de la discussion fut interrompu par l’arrivée de la rouquine et de deux personnes que tu connaissais pas, mais que les autres connaissaient visiblement vu leurs réaction à ton goût un peu excessives. Tu te contentas d’un signe de la tête en te les décrivant brièvement. Si ils étaient là, c’est qu’ils allaient servir à quelque chose, sinon… Sazuka ne les aurait si bien accueillis. Une fois leurs retrouvailles terminées, ou plutôt que tu terminais pour eux; tu parlas :

« On peut revnir à la discussion ? »

Tu attendis que tous soient de nouveau concentrés et lâcha un soupir. T’essayais de mettre un peu d’eau dans ton vin depuis que vous aviez fondé le Fukkatsu, car ce n’était pas le même cadre que Kumo; ce n’était pas tout à fait l’armée ici… Mais ça n’empêchait que tu gardais cet esprit martial très carré et encore plus quand on parlait d’un sujet aussi sérieux que la nomination d’un chef.

« Sazuka a raison. Il faut un nouveau Raikage. Ce sra le signe que Kumo existe en dehors de l’Empire; et que ce qu’ils ont “annexé”, ce n’est que de la pierre. Se désigner vainqueur sans être sûr d’avoir vaincu, c’était une erreur de leur part... »

La façon dont tu voyais ça était très militaire, tu avais un esprit très combatif qui t’empêchait de renoncer à quoi que ce soit. Et pour toi Kumo n’avait pas été défait, et l’empire n’avait rien gagné si ce n’était une maigre bataille. Et se glorifier d’un fait d’arme si pathétique…

« Il y a la cheffe de la raffinerie, le héro de Kaze, la directrice de l’Institut et ancienne conseillère de la Sandaime. Je suis de Mizu, Sharrkan, Kyohei et Hoshiyo de Kaze, Kaminari et Hi. Et nous avons la plus forte des Sendai avec nous, une experte en sensorialité. On représente la face la plus hétéroclyte de Kumo. Nous avons le devoir de choisir notre nouveau Raïkage. Ce sera un message fort pour Kumo, et pour le reste du monde. Et moi, je vote pour Sazuka. Elle est coonue et a une vision juste que nous partageons. »

Tu levas la main, en signe de vote. Tout le monde pouvait proposer un nom, d’ici ou de Kumo; de quelqu’un d’absent de votre campement… Mais à part celle qui avait guidé les Kumojin hors des murs de leur foyer, qui d’autre, franchement, pouvait devenir votre chef ?

« Et vous deux là, vous avez aussi voix au chapitre, en tant que témoin ! Mais vous êtes pas obligés; vous savez pas encore dans quoi vous mettez les pieds. »

Mais ils étaient des témoins et c'était déjà bien. Vous étiez plus d'une vingtaine ici, et à Kumo pour choisir un kage, fallait bien moins que ça. Vous étiez légitimes.



_________________
Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Wk97
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783
Hideaki Midori
Hideaki Midori

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Dim 26 Jan 2020 - 23:37
sans l’ombre d'un nuage;


Ah, qui aurait cru que mes souvenirs me porteraient si loin.

Belle, hein ? Cette remarque lâchée, comme ça, l’air de rien, a fait monter le rouge aux joues de Midori. Sur le coup, elle n’a pas su quoi dire. Et, en réalité, même maintenant, elle ne sait toujours pas. Elle a glissé un simple « Merci », sur le coup, en se demandant si c’est réellement la bonne chose à faire. Emmenés par la pétillante rouquine, l’albinos et son acolyte traversent tout Jôheki sans prendre le temps d’observer. La crinière blanche aurait adoré prendre quelques secondes, même de toutes petites secondes, simplement pour noter quelques endroits qui frappent son instinct de pilleuse. Mais il y a autre chose, une histoire plus grande encore, qui a rassemblé nombre de ses connaissances passées.

Un récit qu’on compte parmi ceux qu’on racontera aux générations futures. Un récit qui vaut de l’or. Littéralement. Midori hoche la tête pour elle-même. C’est grisant. Ça lui donne envie de courir partout. Mais elle se tient correctement, droite comme un I, polie, mais toujours souriante.

Leur marche finit par les amener au milieu d’un camp, où se trouvent nombre de visages familiers, massés autour d’autres bouilles qu’elle n’a jamais vues. Sazuka, le leader du groupe, est au beau milieu d’un discours d’une importance capitale.

L’albinos, qui n’aime pas attirer l’attention, est pourtant la coqueluche du groupe. D’un seul coup, toute l’attention se porte sur elle. Les yeux écarquillés par la surprise, la bouche étirée par le bonheur, Midori accueille ce beau monde avec un grand plaisir. Elle serre Sharrkan dans ses bras, en se laissant emporter dans ce tourbillon de douceur. Cette adorable figure, son gigantesque sourire. Ses cheveux immaculés, comme les siens. L’albinos lui caresse la joue.

« Le voyage s’est bien passé, merci. Je suis ravie de te revoir ! »

Ses prunelles glissent rapidement sur les autres interventions. Une jeune femme que Midori n’a jamais vue, qui semble pourtant regretter de ne connaître ni l’homme masqué, ni elle-même. Elle a l’air d’une grande douceur, mais aussi d’être le type de personnes qu’il faut apprivoiser pour pouvoir la découvrir complètement.

« Nous sommes Midori et Kakusareta, chasseurs de trésors de Kaze. Enchantée ! »

Toujours cette grande politesse, ces phrases qu’on considère toutes faites et qui, pourtant, tapent toujours dans le mille. Les prochaines prunelles rubis rappellent à Midori les siennes. Un être qui lui est complémentaire : le contraire de l’albinos, cheveux noirs avec ses yeux carmin. L’immaculée lui fait un signe de tête, suivi d’un radieux sourire. Il est l’homme étrange qui traînait avec Sharrkan, à leur dernier festival des marchands. Une figure qu’on n’oublie pas, mais qu’elle ne connaît pas énormément non plus.

« Merci, Kyôhei. »

Sans décence ni pudeur, ses iris se déposent doucement sur Raizen. Les souvenirs d’une nuit torride lui arrachent un frisson. Une soirée passée autour d’un thé, curieuse coïncidence, n’est-ce pas ? La demoiselle violette, qu’il appelle Anzu, ne devrait peut-être pas tant s’avancer. Midori penche la tête, incapable de ne pas rendre au grand brun le malicieux sourire qui étire ses lèvres. Son cœur s’accélère rapidement alors que les images repassent dans sa tête. Une longue année les sépare de ces souvenirs, mais l’albinos revoit tout comme si c’était hier.

Elle est interrompue dans ses songes par une voix autoritaire. Une blonde, un peu plus loin, qui ramène tout le monde sur terre. Midori s’exécute, rentre dans le rang. Arrivée à hauteur de Raizen, elle se met à côté de lui. Discrètement, sa main passe le long de son dos pour lui donner une caresse. Juste ça. Comme une manière de lui dire qu’elle n’a pas oublié. Qu’elle n’aurait pas pu oublier de toute façon.

Cette fugace attention se perd alors dans les nombreux mots qui suivent. Les discours de la guerrière blonde font sourire Midori. Cette femme a du tempérament et d’excellents arguments. C’est une meneuse, capable de recentrer l’attention et de poursuivre un débat. Elle est très intéressante. L’albinos l’observe un instant. Il lui tarde de faire connaissance avec tous ces gens qu’elle n’a pas vus, mais aussi de renouer des liens avec tous les autres. Pour l’heure, néanmoins, il faut décider. Parce qu’ils sont témoins, ils peuvent se manifester aussi. La guerrière blonde l’impressionne de plus en plus.

Midori fait un pas en avant. Une manière de se montrer, d’abord, pour que tout le monde puisse la voir et l’entendre. Ce n’est pas rien, d’être nouvelle au sein d’un cercle aussi soudé.

« Tout d’abord, merci à Hoshiyo pour la lettre qu’elle m’a fait parvenir. Je suppose que celle-ci lui a été demandée par Sazuka, ou qu’elle a pris la plume avant qu’elle ne puisse le faire. Quoi qu’il en soit, je suis Hideaki Midori, accompagnée de mon fidèle acolyte Kakusareta. Ensemble, nous sommes chasseurs de trésors, nous écumons tout Kaze à la recherche des plus belles reliques et des plus rares artefacts. Si Kakusareta est un réel amateur de trésors, je suis celle qui aime amasser les richesses. »

Elle marque une pause, juste l’espace d’un instant.

« Je suppose que nous sommes ici pour vous aider à reprendre Kumo. Je n’ai jamais voyagé hors de mon désert, mais j’ai déjà beaucoup entendu parler de cette histoire. Sachez que j’ai moi-même un lien au cœur de cet endroit, quelqu’un qui pourra probablement nous donner un coup de main en interne. Je prendrai le temps de contacter cette personne lorsque tout sera réglé ici. »

Un sourire malicieux étire ses lèvres.

« Je vais paraître opportuniste, mais ce qui m’a menée jusqu’ici est la promesse d’un gros butin. Je suppose que vous comprenez bien que les affaires géopolitiques, en particulier dans un pays qui n’est pas le mien, ne sont pas réellement mes affaires. Néanmoins, comme il y a une récompense à la clé, considérez que je suis votre mercenaire. Vous pourrez compter sur moi en toute circonstance, pour apprendre de vous, vous apprendre, ou simplement me battre à vos côtés. »

Elle croise les bras sur sa poitrine.

« Je sais que cette manière de le dire paraît très froide, voire inhumaine. Je me doute également que vous pourriez douter de notre engagement auprès de vous, car nous n’avons aucun lien avec vous, à part les amitiés que j’ai pu nouer par le passer. Cependant, les chasseurs de trésors ont pour règle d’or de ne jamais trahir la main qui les nourrit. Notre présence ici est claire : nous vous aiderons, quoi qu’il arrive. De fait, vous ne craignez rien avec nous et pouvez compter sur notre assistance, quoi qu’il arrive. »

Midori hausse les épaules.

« Par contre, si vous avez des règles spécifiques à respecter, comme ne pas tuer certaines personnes, il est important de me le signaler maintenant. Oh, et, évidemment … »

Son regard s’assombrit. Un voile mauvais passe sur ses prunelles incarnates, lui enlevant de la douceur. Une créature mi-femme, mi-démoniaque semble avoir pris la place de l’albinos.

« Il faudra nous dire tout ce qu’il ne faut pas que nous volions. Les places importantes, qui appartiennent à Kumo et non au Teikoku. Si certaines de nos trouvailles vous appartiennent, nous vous les rendrons, évidemment. Mais tout ce qui appartient à l’Empire … nous appartiendra. »

Les chasseurs de trésors, dans toute leur splendeur. Midori recule, se remet dans le cercle.

« Quant au reste, je suis fascinée par ta capacité à rallier autant de personnes autour d’un seul objectif, Sazuka. J’imagine que tu les as guidés jusqu’ici et que votre impressionnant parcours vous est dû à tous. Pour ça, félicitations, même si ce sont dans de tristes circonstances que tout arrive. En tant que témoin et observatrice de cet événement, ma voix se porte naturellement vers Sazuka pour ce poste, parce que tous ici semblent avoir confiance en elle. Et je pense que c’est la première qualité requise pour diriger une institution. »

Symboliquement, l’immaculée termine son discours – et quel discours, Raizen a encore du chemin à faire – en levant la main. Pour Sazuka. Pour Kumo. Pour un avenir différent.

Et des trésors plein les poches.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7935-hideaki-midori-complete http://www.ascentofshinobi.com/u804
Takaramono Kakusareta
Takaramono KakusaretaEn ligne

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Mar 28 Jan 2020 - 3:55

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Rpaos10



N'ayant pas eu de réponse définitive sur ce que je voulais, et donc la raison de ma venue, je me fis donc traîner à une sorte de rassemblement. Je ne savais ni ce que je faisais ici, ni ce que j'y gagnerais, et pourtant je devais me taper quelque chose de très pompeux, au lieu de récupérer mon bouclier !

Chacun y donnait de sa petite participation, beaucoup de profil différent, sûrement aussi fort les un que les autres. Et pourtant, quand je jetais des regards à droite ou à gauche, toujours pas de signe du bouclier ! Tirant un tabouret qui traînait pour m'y affaler, en écoutant qu'a moitié les discours des uns et des autres...

Midori semblait connaître une grande partie des personnes présentes, et comme d'habitude, je la laissais faire la parlote. Elle était douée pour ça et je la soupçonnais même d'apprécier secrètement, ou ne pas s'en cacher du tout, d'embobiner les gens en leur faisait un grand sourire.

Je n'étais pas forcément d'accord avec l’entièreté de ce qu'elle affirmait, mais bon, elle ne s'engageait qu'en nom propre, donc ce n'était pas trop mon soucis !

Tournant ma tête vers celle qui semblait diriger le groupe, une fois que Midori reprit sa « place » dans l'assemblée. Farfouillant dans mon sac, à la recherche de mon fameux manuscrit qui mentionnait le fameux bouclier. Déroulant le parchemin devant la dirigeante, et le pointant comme je l'avais fais précédemment, indiquant l'illustration de la targe :


- Bonjour, Je veux ça.

Prononcé exactement de la même manière que je l'avais fais en arrivant au grand rempart ! Pour moi c'était simple, je ne travaillerais pas sans avoir une preuve de mon paiement, contrairement à Midori qui semblait s'emballer très rapidement et donner sa paroles alors qu'aucune preuve de richesse n'avait encore été dévoilée...

Je pensais m'attirer quelques foudres en agissant de la sorte au milieu de tant de patriotes, mais je n'étais pas là pour Kutruc. On m'avait fait venir sous promesses de récompenses, et surtout, plus j'observais, plus je me doutais que ça n'allait pas être une partie de plaisir...



ps:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7984-c-est-par-ou-le-tresor-takaramono-kakusareta-terminee
Sendai Anzu
Sendai Anzu

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Mar 28 Jan 2020 - 5:10
Midori et Kakusareta donc, deux kazejins qu'en plus Raizen connait, et visiblement bien, surtout vu comment la demoiselle Kazejin lui tourne autour. On dirait un chien en train de tourner autour de son maître qui tient sa gamelle en main, littéralement, c'est limite si elle n'allait pas croquer un bout de ce Raizen, ce qu'elle aurait bien aimé voir. Rien que s'imaginer Raizen en train de grimacer à cause d'une jeune femme en train de lui mordre le derrière, cela serait plutôt marrant à voir. Enfin, Umeka avait raison, il fallait maintenant parler du pourquoi ils sont ici ... cependant, elle va bien trop vite en besogne, car certes, tout le monde est candidat, mais personne n'explique pourquoi cela devrait être eux les kage, voire même pourquoi ils ne souhaitent pas le devenir. Elle soupire, puis observe la blonde en sortant un parchemin de sa poche, faisant apparaître une malle, malle dans laquelle se trouve tous les masques qu'elle a récupéré, on ne sait jamais si Sazuka souhaite qu'ils se sentent chez eux et donc rejoindre le Fukkatsu, même temporairement, il leur faudrait peut-être un masque ... surtout à la jeune dame en fait.

- Umeka, avant de voter pour quelqu'un, tu ne veux pas savoir pourquoi il faudrait voter pour quelqu'un ? Tu ne sais même pas si Sazuka souhaite être Kage ou non, au lieu de te presser, essaie de comprendre les motivations de tous pour parvenir à ce poste.

Enfin, elle se tourne vers l'homme masqué, visiblement, il lui montrait la targue qu'Itagami montrait, une relique, rien que ça. Elle fronce les sourcils, il espérait soit ça pour un paiement, soit il voulait affronter celui qui la possédait. Donc soit il était audacieux, soit téméraire, surtout pour demander ainsi à Itagami, la possesseur actuelle de la targue en question.

- ... on a ça, mais ce n'est pas quelque chose qu'on donne en tant que paiement comme ça vous savez ... sauf si vous voulez faire un combat à mort avec le possesseur de cette relique pour l'obtenir, mais on ne voudrait pas se quitter en si mauvais termes quand même, pas tout de suite en tout cas ...

Qu'il soit au moins au courant ... enfin, revenons à leur moutons, l'histoire du Kage.

- Je propose d'entendre en premier Sazuka, vu que sa chère Umeka veut déjà la placer en tant que dirigeante du village, autant qu'elle tente de nous convaincre de voter ou non pour elle, non ?

Un moyen assez "finement" placé pour que Sazuka dévoile sa vision de comment doit être un Kage et qu'est-ce qu'il devrait faire ... comme elle lui a si bien dit la dernière fois.

_________________

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784
Senshi Umeka
Senshi Umeka

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Mar 28 Jan 2020 - 17:25



Tu observes et tu écoutes, mais surtout tu écoutes. La blanche, la violette, celui qui veut quelque chose. Tu ne dis rien au début, tu les laisses finir. Tu sens cette pointe hautaine et sarcastique. Tu comprends la chose comme ça : “t’es débile, écoutes avant de parler”. Et ça t’embêtait un peu car t’essayais de faire en sorte qu’il y ait le moins d’eau possible dans le gaz entre vous. Biensûr, Sazuka allait s’expliquer, comme tous ceux qui voulaient le faire; mais toi aussi ! Alors dès que son dernier mot eut quitté sa bouche, tu pris sa suite, avec un ton calme, très calme, trop calme.

« D’un point de vue militaire Sazuka correspond au poste, elle a développé un système tactico-stratégique inédit dans le Yuukan : la radio chakratique. D’un point de vue politique : elle n’a pas participé à l’attaque contre le Seigneur du feu. Le feu n’a aucun grief contre elle, si ce n’est qu’elle est Kumojin, comme nous. Elle a réussi à nous faire entrer dans ce pays, contre un sacrifice risible. D’un point de vue économique et informationnel, elle a mené une action à Mizu pour prendre le contrôle d’un port. D’un point de vue de puissance brute, qui à Kumo, et à Kaminari, peut se targuer d’être son égal ? Même Raizen en a peur… J’vais pas faire tout l’historique. Mais c’est l’choix le plus logique. En temps de guerre, on nomme un chef, et ce chef ne peut pas décliner, c’est ainsi que fonctionne l’armée. »

Et l’armée t’en savais quelque chose, comme de la guerre. Peu ici savait d’où tu venais, qui tu étais et comment tu étais perçue à Kumo avant d’arriver à Hayashi. Tu étais une soldate issue des rangs de l'armée Mizujine, une subordonnée qui obéissait aux ordres, quels qu’ils soient; ce que le Meikyû trouvait d’ailleurs déplorable.

« C'est pas par sympathie pour elle, et encore moins pasqu’on partage la même tente que j’ai dit ça, ne me prend pas pour une imbécile irréfléchie; c'est l'erreur qu'a fait la majorité de mes adversaires. Et nous ne sommes pas adversaires, Anzu. Si on est là, c'est pour Kumo, Kaminari et ceux qui veulent écrire leur propre destinée. »

Voilà, t’avais fini ton explication. Sans t’exclamer, sans rompre ton calme. Mais des fois l’objectivité et une bonne liste de détails valait bien plus qu’un piquot. Enfin tu fis signe à Sazuka, c'était à elle de parler à priori... Ou peut être au Meikyû qui n'avat dit grand chose encore...

M'enfin, tu trouvais que c'était un triste spectacle à montrer à de nouvelles personnes, de potentiels alliés... Après si ils s'en allaient; ça te surprendrait pas vraiment...



_________________
Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Wk97
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Mer 29 Jan 2020 - 17:57




Ce n’était pas exactement ce type de discussion et d’interventions que je m’étais imaginée en portant ce sujet, mûrement réfléchi par certains, à la la connaissance de tous. Un sujet qui ne devait porter avec lui, non plus, des tensions. Anzu m’en avait déjà parlé, nous en avions longuement parlé à la suite d’un entraînement.

Umeka pensait cela depuis… déjà plusieurs mois avant que nous quittâmes le village pour rejoindre Hayashi. En réalité, je ne fus pas étonnée des réactions de mon élève et de la Senshi; cela tenait à coeur à l’une et l’autre autant qu’à tous ici; et peut-être même davantage.

-Du calme… Soupirais-je, observant les deux jeunes femmes. Merci, d’abord, à Midori pour sa prise de parole. Repris-je en acquiesçant, le regard porté sur Anzu. La façon dont je vois les choses est la suivante : ce qui fait Kumo sont les Kumojin, pas l'emplacement du village. Tant que des Kumojins respireront, Kumo existera; les Kumojins ne sont plus de simples habitants d'un village, ils sont, nous sommes son incarnation, sa volonté et son âme. Dis-je, la voix déclinant rapidement, avant de reprendre avec un nouvel entrain. Nous œuvrons actuellement pour Kumo, et ce depuis le début, depuis Hayashi et bien plus tôt que cela encore. Nous avons été victimes des agissements de nos prédécesseurs, et de la jeunesse du système Shinobi qui n'a rien de néfaste, si ce ne sont quelques éléments, éparses, dans le Yuukan. Les Shinobi, les villages devraient avoir pour objectif d'apporter autant de justice que de justesse à ce monde. Deux qualités que n'a pas le Teikoku, qui n'a trouvé de réponse que dans la violence... Et c'est sur ce dernier point que nous les surpasserons. Par la clémence. Nous rendront à Kaminari et Kumo son libre arbitre... Sans tuer Yamanaka Rei. Il sera l'exemple de notre clémence, de notre justice. Bien sûr, il est inutile je suppose de préciser que nous aurons recours à cette violence pour y parvenir; mais nous devrons nous mesurer dans nos actes, et surtout réfléchir à leurs conséquences avant d'agir. Et, actuellement, la seule conséquence de nos actes, sera la libération de notre nation et le rétablissement d'un ordre juste.

Anzu voulait entendre ma vision des choses, elle en avait obtenu une nouvelle partie, bien sûr je pensais à davantage que cela, à d'autres choses mais qui pour le moment n'avait pas d'intérêt à être évoquées. Comme la considération particulière que je portais à ceux ayant préféré se soumettre plutôt que de défendre un territoire, que ceux acceptant leur sort comme s'il avait été écrit dans le marbre plusieurs centaines d'années plus tôt, ou ceux ayant renié leur nation, s'y étant aliénés et n'ayant plus aucun droit de parole sur Kaminari...

-La façon dont je vois les choses peut paraître idéaliste, simpliste... Je sais qu'il y a bien plus de complexité que cela à diriger un village, ou un groupe tel que le nôtre.
Reconnus-je sans mal, j'avais pu le voir aux côté de la défunte Metaru.  Nous pourrions aussi choisir de nous venger, une nouvelle fois; de raser les Cités Hijins, d'éliminer chaque personne dont nous doutons... C'est ce qui a été fait, par le passé; c'est ce qui nous a conduit ici.

Après un instant, le temps pour eux d'assimiler ce discours digne de Raizen, je repris; il ne fallait pas laisser le fer refroidir.

-C’est une situation inédite, vous pouvez proposer les noms des personnes qui vous semblent les plus aptes à représenter Kumo, sur un morceau de papier. Mes clones qui étaient toujours présents firent le tour des participants, tous ceux faisant parties du Fukkatsu, autant shinobi que civils, sans oublier les deux nouveaux arrivants; les dénommés Midori et Kakusareta; qui n’étaient obligés à rien, Kumo n’était pas leur village. Une fois que vous aurez inscrit un nom, vous rendrez ce papier à… hum… Ume, la soeur d’Anzu. Elle les lira.

Les morceaux de parchemins distribués par mes clones étaient tous vierges, sans inscription, sans trace de chakra; la fraude était impossible. Et quand bien même elle le serait, je plaçais en chacun une importante confiance, peut-être trop.

-Au cas où certains se poseraient la question, pour désigner un Raikage, il n’y a pas nécessairement besoin d’un vote. Reiko a été nommée par son frère avec l’accord du conseil. Expliquais-je brièvement. A Kumo, un Kage pouvait être aussi bien désigné par ses pairs, que par le seigneur, que par un vote.

Un point sur lequel, néanmoins, la Gladiatrice avait raison : Kumo était en guerre; la nomination d’un Raikage était impérative. Ainsi, comme chacun, j’inscrivais un nom, et un prénom sur le morceau de papier et le pliai avant de le transmettre à la soeur de la Sendai.

Bientôt, nous saurions.

-Et, Hideaki Midori, Kakusareta; nous discuterons de votre présence ici après cette assemblée. Leur dis-je, simplement.

Il y avait certain point que je voulais clarifier avec eux...




_________________

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Ws3x
☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Jeu 30 Jan 2020 - 6:02

Observant calmement tout ce qu’il se passait, le Meikyû fut relativement surpris de voir la tournure des événements. Allant de l’annonce spontanée d’Umeka à la réaction d’Anzu qui semblait être sur la défensive, le cirque actuel était pour le moins intéressant. Se délectant silencieusement de la tournure des événements, le Meikyû ne pouvait s’empêcher de se demander si un tel éclectisme pour des raisons aussi banales pouvait maintenir un groupe comme celui-ci de manière adéquate. Bien qu’il se doutait fortement que cette situation finisse par leur passer, il se demandait comment cette situation tournerait sur un cas beaucoup plus délicat et beaucoup plus sanglant.

Dans tous les cas, s’il y avait bien une chose qu’il avait apprise récemment, c’était bien de lâcher prise, chose qu’il décida de faire tandis qu’ils se ralliaient indirectement à une cause similaire. Il était vrai que l’arrivée soudaine de Midori et l’annonce de son avis avaient fort probablement fait tourner des têtes, pourtant, il fallait comprendre que c’était la réalité. Si on veut, on pouvait comparer la situation à un phénomène sur lequel était imposé un cadre qui ne lui allait pas. Débordant et atteignant l’infini sur de nombreux sujets, les interactions entre individus n’avaient que pour cadre ce qu’une culture ou un ensemble de norme imposait. Ayant bien souvent une finalité positive, le tout représentait une arme à double tranchant, poussant ainsi les déviants à se sentir hors de leur zone de confort.

Posant calmement ses iris sur Takara, il en faisait partie, tout comme Midori d’ailleurs. Natif de Kaze, lieu dans lequel tout se marchandait et s’échangeait, il n’était pas surprenant que le tout ait causé autant de flammèches. Pourtant, c’était là tout le charme du désert.

Subtilement, Raizen observait Sazuka sans pour autant poser un regard sur elle, guettant la moindre réaction qu’elle aurait, la moindre respiration et le moindre début de dialogue. Aucunement déçu, il était même étonné de la voir prendre la parole de manière aussi soutenue, aussi longuement. Se remémorant dès lors leurs débuts de conversation et les multiples échanges qu’ils avaient eus, un sourire transperça calmement ses lippes, trahissant un charme assez sinistre.

Fermant soigneusement les yeux, il fit le vide, se concentrant uniquement sur la voix de meneuse qu’elle semblait avoir choisie. Ses points étaient intéressants, si pertinents qu’il en oublia même la blague d’Umeka. Au contraire, son dialogue inspirait tout sauf la peur. N’étant pas viable sur le long terme, elle s’était totalement éloignée de ce courant, divergent et bifurquant autour des nombreux obstacles que son héritage lui avait offerts. Dérogeant plus ou moins du côté brusque et dur qui avait tant captivé le Meikyû à ses débuts, voilà qu’elle se présentait sous un jour nouveau, beaucoup plus riche et beaucoup plus développé sans pour autant en perdre son identité.

Bien qu’utopiste à un certain degré, son discours tenait la route en dehors du concept de justice qui était assez relatif. Pourtant, ce n’était pas pour autant qu’elle n’aurait la plateforme pour l’illustrer, témoignant ainsi sur le canevas de la guerre et du combat quelle était sa vision pour Kumo, mais aussi pour le Yuukan.

Demeurant silencieux, ses yeux se baladèrent de droite à gauche, observant soigneusement la réaction de chaque personne. Allant de leur expression faciale à leurs intentions, il se demandait sincèrement comment ils tenaient le coup face à une quantité aussi importante de discours soutenu. L’espace d’un instant, on aurait presque dit que parler beaucoup était une coutume.

Bien que le moment était propice au dialogue de ce type, Raizen préféra demeurer silencieux puisqu’il y avait bel et bien un message dans le silence. L’absence de communication était importante par moment, surtout puisqu’il ne voulait rien enlever à ce moment privilégié. Toutefois, ses motivations divergeaient de ceux d’Umeka.

Bien que Kenshin avait été celui à développer en grande partie les oreillettes chakratiques en ayant Sazuka à titre d'aide, son mérite était surtout lié à son aptitude à mener et guider. La courbe de progression qu’elle avait parcourue était aussi très impressionnante. Tant sur le plan relationnel que sur le plan des exploits, celle-ci avait su montrer qu’elle avait la trempe d’un chef. Mieux encore, tout au long de son évolution, elle n’avait rien perdu de son pragmatisme et de son sang froid, deux éléments excessivement importants pour un tel rôle. Bien qu’elle n’était pas la plus charismatique dans ses habitudes, son charisme était plutôt discret, voire silencieux. Pourtant, il était présent à qui ouvrait l’œil.

Or, rien n’était parfait. Parcourant calmement ses pensées tandis qu’il venait de recevoir un morceau de papier, le Meikyû réfléchissait notamment au fait que la relation entre Reiko et Sazuka ait un impact négatif sur celle-ci. Signe d’encouragement pour une partie de la population et point d’interrogation pour l’autre partie des Kumojins, rendre ce genre d’information public pouvait rapidement stimuler des discours ambigus. Qui disait ambiguë disait forcément non conclusif. À l’échelle internationale, c’était tout autre. Bien que peu probable puisque secrète, l’ancienne relation entre Sazuka et Reiko faisait d’elle une cible de choix pour les jeux politiques, surtout auprès des Daimyo.

Étirant un léger sourire à cette pensée, il repensait à Mokko, Byakuren et la panoplie de Daimyos qui se feraient indirectement un plaisir de remettre le tout sur la table au moment importun pour la tester ou la discréditer. Saurait-elle s’en sortir pour autant ? Qui sait.

Même si son intuition avait une opinion favorable, Raizen prenait beaucoup de hauteur sur ce genre de situation.

Si un jour cette nouvelle était annoncée, comment serait rapportée son ascension ? Synonyme d’espoir, aux grandes lignes inconnues, comment serait-elle catégorisée à l’échelle internationale ? Y avait-il des facteurs défavorisant la légitimité qui lui revenait de droit ?

Soupirant devant le lot important de réflexion, il eut un court moment de satisfaction personnelle, réalisant qu’il ne changerait jamais et qu’il pensait déjà plusieurs pas en avance. Indirectement, leurs interminables discussions et conversations avaient mené à ce point. N’étant pas en accord sur tout, c’était un moment critique sans pourtant l’être.

Faux ultimatum, il savait mieux que quiconque qu’il ne servait à rien de trop réfléchir. En effet, Raizen était le mieux placé pour pouvoir l’aider à grandir son réseau et la soutenir. Toutefois, il savait mieux que quiconque que la période durant laquelle elle allait devoir faire ses preuves ne serait pas facile. Pourtant, c’était là tout l’intérêt de participer.

-La peur est un bien grand mot, surtout qu’elle est éphémère. Au final, ce qui fait vraiment la différence, c’est le respect. C’est notamment là toute la différence entre Reiko et Sazuka.

Lâchant cette brève phrase en réponse au commentaire d’Umeka, il était important qu’il manifeste ouvertement le fait qu’il n’avait pas peur de Sazuka. Redoutable certes, c’était là toute sa force tout comme son aptitude à pouvoir contredire l’ordre naturel des choses sans avoir la moindre inhibition quelconque.

Toutefois, tout comme Reiko, si celle-ci s’amusait à suivre un chemin douteux, il serait le premier à développer une technique pour la neutraliser. Or, pour le moment, il préférait croire en la ‘’jeune’’ femme curieuse, ouverte et brillante qu’il avait eu le temps de découvrir lorsqu’elle faisait ses premiers balbutiements en fuinjutsu.

S’il y a environ un an elle avait appris et maîtrisé l’art du scellement, semblait-il qu’il était l’heure de briser le sceau qui privait Kumo de sa liberté et qui serait possiblement le fil conducteur direct à un changement de philosophie dans le Yuukan.

Allait-elle être suffisamment bien entourée cependant ? Telle était la question.

Pliant délicatement la feuille avant l’offrir à la sœur d’Anzu, son choix était décisif et relativement aisé. Ce n’était pas un contrat de mariage, mais plutôt un investissement dans un potentiel quelconque.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578
Hideaki Midori
Hideaki Midori

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Jeu 30 Jan 2020 - 16:31
sans l’ombre d'un nuage;


Revêche, comme quand on voit un fantôme. Il y a en cette demoiselle une forme de brutalité que l’albinos ne comprend pas. Elle repousse tout, d’un revers de main, sans même chercher à comprendre. Elle attaque, sans raison. Pourquoi ? Midori l’observe un instant. Des prunelles rouges, certes, qui témoignent pourtant d’une froideur presque piquante. La morsure du gel sur la peau brûlante. Celle qu’on n’aime jamais subir, qui nous donne l’impression qu’on brûle alors, qu’en réalité, on ne fait que geler. Kaku’ s’est encore débrouillé pour se faire remarquer, avec une prise de parole entêtée, répétée, qu’il a calculée depuis le départ. La targe, hein ? Celle qui attire son esprit depuis toujours. Tout se serait bien passé, si la violette ne s’était pas interposée. Elle va vite en besogne, ne prend même pas le temps de se dire que, tout de même, ce n’est qu’une demande, une ambition. Qu’il n’y a rien, à part une simple phrase. Un sourire aussi doux que possible étire les lèvres de Midori.

« Les chasseurs de trésors ont tous un désir particulier, voici celui de Kakusareta. Ce n’est pas pour autant qu’il faut s’imaginer un combat à mort avec qui que ce soit, nous ne sommes pas là pour ça. »

L’importance de tenir sa ligne de conduite. Si son acolyte masqué est maladroit dans les termes, poussé par ses ambitions, ce n’est pas pour autant qu’il faut le lapider dès qu’il se manifeste. La froideur portée par la jeune Anzu dépasse Midori de loin, qui ne comprend pas d’où vient une telle nécessité de rabrouer tout ce qui s’approche, tout ce qui a l’audace de se mêler à la conversation. Pourquoi diable quelqu’un voudrait-il manifester autant de sécheresse au sein d’un groupe auquel il appartient ? Ne sont-ils pas tous amis, ici ? Elle hausse les épaules, laisse tomber cette partie de la réunion. Les Kazejin ne fonctionnent peut-être pas de la même manière que les Kaminarijin.

La suite des événements semble être une surenchère entre la blonde et ladite Anzu. L’immaculée s’amuse de cette confrontation. La guerrière fait preuve d’un sang-froid qui épate Midori. Ses arguments sont clairs, d’une logique qui influence d’autant plus la décision de l’albinos. S’il faut mettre un nom dans une boîte, s’il faut en clamer un, alors Sazuka lui semble être le mieux. Elle n’est pas certaine que sa voix soit la plus importante, mais si on lui demande son avis, il reste inchangé. Elle reste en retrait, observe et écoute la suite. Les conflits internes de ce petit groupe ne sont pas si surprenants, ils sont tous humains, ils doivent tous être au bout du rouleau. Mais la guerrière blonde marque un point : ils ne sont pas ennemis. Il n’y a aucun besoin d’être tellement sur la défensive, ou de prendre qui que ce soit pour un idiot ici. Tous dans le même panier, à poursuivre le même rêve.

Midori croise les bras sur sa poitrine, silencieuse. Sazuka reprend les rênes. Plus elle parle, plus elle développe sa vision des choses, plus l’albinos ne peut s’empêcher de l’apprécier un peu plus. Cette femme est exemplaire. Malgré tout ce qu’ils ont vécu, malgré l’envie de vengeance qui pourrait l’animer, elle décide de ne pas y céder. D’être plus forte. De montrer un exemple que leur bourreau, répondant au nom de Yamanaka Rei, n’a pas pu montrer lui-même. Être la figure de proue d’un mouvement révolutionnaire, certes, mais pas un mouvement brutal. Pas un mouvement répressif qui apporterait la mort. Le sourire de Midori revient. Cette femme est différente. Ce n’est pas le même type de dirigeants qu’on pourrait voir un peu partout. L’albinos se demande s’ils sont tous comme ça, à leur époque. S’il y a toujours une telle réflexion derrière leurs ambitions. S’ils sont tous au moins un peu pacifiques, soucieux de leur prochain. À vrai dire, c’est ce qu’elle espère, mais il lui est impossible de le savoir. Peut-être que ces réalités font partie des trésors de leur époque ? Un monde où les dirigeants ne réfléchissent plus par la guerre, mais pour le bien de leur peuple. Un idéal surréaliste.

La proposition qui suit laisse l’albinos plus perplexe encore. Un vote ? Sur papier ? Quelque chose d’inédit, que personne ne met jamais en place. Les votants n’existent pas dans ce monde. En agissant de manière, Sazuka crée une situation nouvelle, où le peuple est en droit d’exprimer son opinion. De plus en plus surprenante, cette femme. L’immaculée se saisit du morceau blanc qui lui est tendu. Ils sont conviés à donner leur avis, eux aussi. Prendre part à une telle réunion lui fait toujours bizarre, mais il semble que ce soit, pour eux, la meilleure manière d’entrer dans le groupe.

Ou pas ?

Après son discours, la brune revient vers eux. Discuter de leur présence, hein ? Midori est incapable de réprimer le sourire amusé qui étire ses lèvres. Elle pourrait le dissimuler, au moins essayer, mais non. Il fallait bien que la cheffe du groupe se pose des questions, à un moment donné. Ils viennent de nulle part, invités par deux personnes qui n’ont aucun pouvoir décisionnel dans l’assemblée, ou, au moins, en apparence. Elle hoche la tête.

« Sans problème. »

Pas plus, pas moins. Parce qu’en dire davantage ne servirait à rien. L’albinos lui adresse un respectueux signe de tête, avant de donner le morceau de papier à la dénommée Ume, à qui tout le monde semble s’adresser. Elle n’est pas certaine que cela change grand chose, mais il paraît qu’ils sont conviés à donner leur opinion, eux aussi. Kaku’ ne notera peut-être aucun nom, ou peut-être fera-t-il une blague. On ne sait jamais à quoi s’attendre, avec celui-ci. En tous les cas, Midori a hâte de savoir s’il s’agira d’une voix commune, unanime, ou s’il existera des divergences. Peut-être que la jeune Anzu, qui semblait s’opposer à la volonté d’Umeka, notera autre chose ? Et les autres participants ? La curiosité de l’albinos grandit, grandit encore. C’est presque aussi exaltant qu’une chasse au trésor.

Le vote:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7935-hideaki-midori-complete http://www.ascentofshinobi.com/u804
Sharrkan
Sharrkan

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Ven 31 Jan 2020 - 14:08
Bien sûr, j'étais content de revoir Midori et content de voir que le sentiment était réciproque, mais ça me faisait quand même bizarre de la voir en dehors du festival. Après toutes ces années à se croiser seulement à un endroit et un moment très précis, j'avais presque oublié que c'était possible de se rencontrer hors de ce moment. C'était... étrange comme sensation, comme quand on comprend le fonctionnement d'un tour de magie et qu'on se rend compte qu'en réalité, la magie n'existe pas. Mais je n'étais plus un gosse et il fallait maintenant que je garde les pieds sur Terre ; bien sûr qu'Hideaki Midori existait en dehors du festival.

Et si certains les accueillaient chaleureusement, ce n'était pas le cas de tout le monde. Bien sûr, je ne m'attendais pas à ce qu'Anzu leur saute dans les bras, mais elle aurait quand même pu sourire. Croisant son regard, j'avais même cru voir un éclair de... quelque chose, ou peut-être que ce n'était que mon imagination.

« - Awww Anzu-sensei, tu veux un câlin aussi ? »

Je me dirigeais vers elle avec les bras grand ouvert, ne laissant aucun doute sur mes intentions. J'allais sûrement me recevoir un coup, mais bon j'étais habitué maintenant. Enfin bon, on était pas là pour faire les guignols à la base et la blonde rappela tout le monde à l'ordre, à juste titre.

« - Pardon Umeka, t'as raison ! »

Je me rangeais dans le rang, attendant la suite des évènements. Comme je l'avais pensé au début, Umeka proposa immédiatement Sazuka comme prochaine Raïkage, et j'allais vocaliser mon accord lorsqu'Anzu prit la parole d'une façon un peu sévère, même pour elle. J'étais un peu étonné à vrai dire, Sazuka avait été sa sensei. Si j'avais été dans son cas, j'aurais immédiatement supporté mon mentor... Mais ce n'était pas à moi d'intervenir pour l'instant, alors j'écoutais sans intervenir.

J'écoutais le point de vue de chacune sans faire de commentaires, mais un vote me semblait être une bonne solution. Et en cas de désaccord, on pourrait toujours en débattre après. Je pris un morceau de papier et bien sûr, j'avais envie de faire une blague. Je commençais par écrire mon nom... Avant de réfléchir un peu et de me rendre compte que la situation n'était absolument pas propice à l'humour et que j'allais m'attirer les foudres de plusieurs personnes ici. Rectifiant le tir, je donnais le papier plié à Ume.

Allez, juste parce que c'est drôle:
 

_________________

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Sp7a
© Sazukage
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 http://www.ascentofshinobi.com/u1141
Sendai Anzu
Sendai Anzu

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Ven 31 Jan 2020 - 21:23
Sharrkan a vite apperçu dans le regard de la violette le questionnement vis à vis de sa façon de câliner d'autres personnes aussi facilement, il lui demandait même si elle voulait un câlin, ce à quoi Anzu reste silencieuse en détournant le regard, histoire de lui faire comprendre que même si elle se laissait câliner, elle ne l'excuserait pas d'aussitôt, enfin, "s'excuser", il n'a rien fait de mal et Anzu peut comprendre que câliner sa senseï peut-être quelque chose d'oppressant ... surtout avec sa propre Senseï qui n'est pas non plus des plus câline aussi. Comme quoi, la destinée fait de plutôt bonnes surprises. Enfin, après un regard glacial de la part de l'albinos qui ne lui fait pas grand chose, il en fallait plus après tout pour perturber Anzu ou jouer sur un autre terrain - et puis, la violette ne savait pas que c'était une blague ou juste une manière de se présenter dans leur groupe -, Umeka souhaite enchaîner sur le but de la réunion.

Après avoir donné à Sazuka l'occasion de partager un point de vue qu'elle lui a présenter auparavant ainsi que son avis sur son envie d'être Kage, voilà qu'Umeka se met sur la défensive. Elle pense exactement comme elle, c'est pourquoi la Sendaï lui a dit la dernière fois qu'elle la voyait bien en tant que Kage, mais suite à la réponse de Sazuka et sur une nouvelle mission qui s'est rajouté, elle n'est plus sûre de si elle peut la nommée Kage. Non pas qu'elle ne la croit pas capable, mais l'Uzumaki lui a dit qu'elle ne se sentait pas capable d'imposer ses propres idées. Elle peut cependant comprendre qu'Umeka soit sur la défensive, elle n'est pas au courant de ça, donc elle laisse la gladiatrice s'énerver contre elle sans répliquer, à quoi bon s'énerver contre une personne qui n'est pas au courant de tout ... quoique, vu comment la gladiatrice s’approprie la cheffe de l'organisation, elle se demande si elle ne lui a pas déjà demandé son avis. Enfin, Sazuka calme le jeu avant de dévoiler son point de vue, elle en connaissait une bonne partie, mais il semblerait qu'elle ait eu le temps d'en trouver d'autres, aurait-elle changé d'avis vis à vis de sa capacité à devenir Kage ? Elle l'ignore, mais pour elle, elle devait voir si un remplaçant ne se trouvait pas à Kumo, si une personne ne pouvait pas prétendre le rôle de Kage, au lieu de devenir Kage par défaut, rôle que Sazuka semble ne pas avoir le courage de prendre en main.

Elle soupire, visiblement, personne d'autre voulait présenter ses raisons de devenir Kage, chose qui la surprend d'ailleurs ... son regard se pose sur Raizen, d'habitude, lui aime bien présenter aussi son point de vue, peut-être que cela ne l'intéressait pas. Elle se doutait qu'Itagami ne dirait rien, elle voulait se rendre à Ame pour empêcher que des bandits s'attaquent à Kumo pendant qu'ils récupèrent, Umeka pense que Sazuka a déjà tous les prérequis ... même Sharrkan qui aurait certainement fait un discours pour se présenter pour la déconne ne l'a pas fait, mais du coup, il ne restait plus qu'un choix ... et ce "vote" est donc une blague.

- Pas besoin de voter visiblement.

Dit-elle en continuant à regarder tout le monde, elle savait que tous allait voter Sazuka, c'est elle qui dirige Fukkatsu, c'est elle qui a rassembler tout le monde ici, c'est elle qui s'occupe de tout ... et ses seuls opposants sont muets, ne présentes aucuns argumentaire pour se mettre en valeur en tant que potentiel Kage. De ce fait, ce vote est juste une manière d'être sûr d'avoir une trace écrite d'un avis des membres du groupe. Enfin, puisqu'il fallait le faire, Anzu s'exécute, même si elle n'en voit pas l'utilité, de ce fait, à quoi bon tenter de rediriger les votes vers une autre personne ... quand aucune ne se présente pour ce rôle.

Vote:
 

_________________

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784
Senshi Umeka
Senshi Umeka

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Ven 31 Jan 2020 - 23:20



Tu ronges ton frein en entendant sa remarque. T’étais pas reconnue pour ton tact et la finesse de tes propos, ça c’était clair. Mais toi t’avais appris à mes de l’eau dans ton pastis, à ne plus forcément laisser les mots te dépasser. Et dieu seul sait à quel point tu faisais un effort. Tu soupires très longuement et profondément et tu finis par inscrire le seul nom qui en valait la peine. Puis si elle voulait quelqu’un d’autre, si elle était pas contente elle pouvait aussi proposer un nom et planifier les opérations aussi; c’était pas interdit mais fallait réfléchir un peu pour ça… et c’était pour ça que toi tu choisissais l’Uzumaki et pas quelqu’un d’autre. Metaru Yamiko, Sendai Yahiko, Suzuri Takara, un nara ?

Nan, à part elle, à part Raizen; personne avait l’esprit et la force suffisante pour porter la cause. Fallait un peu de crédibilité, et à ce poste ni une soldate comme toi ou une tsudere comme Anzu pouvaient y a arriver… C’était pas plus dur. Et quand un shinobi fait exprès de se laisser battre juste pour évaluer une stratégie… comment on pouvait se dire que quelqu’un d’autre qui existait de toute façon pas pouvait y prétendre ? Et d’ailleurs, elle y prétendait même pas. Elle avait eu besoin que de parler pour que son nom soit cité spontanément, même par une étrangère. Bref, t’allais pas te prendre la tête avec ça, fallait de tout dans un monde, des pours des contres et le reste.

Biensur toi t’aurais préféré que vous passiez par la voie la plus martiale, la guerre totale, celle qui se fichait des dégâts collatéraux. Comme quoi, t’avais un esprit pas fait pour diriger… En écoutant la docteure, t’avais bien pris conscience de ta place; et ça te dérrangeait car tu savais d’où tu venais. Rien de compliqué làdedans.

« C’est fait. »

Un ton plus froid tandis que tu remettais le pli à la soeur de la pseudo-tsundere, un comble cette histoire…
Mais voilà, tout le monde avait le choix de qui il allait désigner. Toutes les voix comptaient. Si personne votait un autre nom alors, y avait pas besoin de s’en plaindre; sinon y avait un truc qui s’appelait “la langue” et ça servait pas à rien de s’en servir surtout pour donner son avis, même s’il était tout pourri.

Spoiler:
 



_________________
Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Wk97
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783
Kawashima Kyōhei
Kawashima Kyōhei

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Sam 1 Fév 2020 - 14:47
Certains se présentaient, d’autres débâtaient. Moi, j’observais tout en écoutant attentivement les tirades des uns et des autres. Anzu n’avait pas l’air réellement enchantée par la tournure que prenait cette réunion et honnêtement, je la trouvais un peu mauvaise. Elle avait ses idées, moi les miennes. Tout le monde pouvait parler, elle n’avait cas partager son opinion si cela ne la convenait pas, non ? Enfin bref. Moi, je rejoignais Sazuka sur beaucoup de points. Je restais dubitatif sur un seul de ces arguments, mais je le comprenais.

En effet, je n’aimais pas vraiment l’idée de laisser en vie le Yamanaka, lui qui avait montré face au monde entier qu’il ne valait pas mieux que nos ombres. Mais si tel était les ordres, je les respecterai, malgré qu’il ne méritait certainement pas notre clémence.

Je me saisissais ensuite du papier sur lequel j’inscrivais le nom de la personne qui devait diriger nos armées et notre village. Il n’y avait pas dix milles solutions à mes yeux et l’Hayashijine m’avait convaincu. Raizen était l’autre solution et celui-ci n’avait pas l’air d’avoir envie de devenir Kage.

Sans l’ombre d’un doute, j’inscrivais donc le nom de Sazuka sur le papier avant de le tendre à Ume qui faisait le tour de toutes les personnes ici présentes. Les résultats allaient vite tomber et à mon avis, il n’y avait pas vraiment de suspens, mais il fallait le faire.

Vote:
 

_________________
Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) E23l

Merci Mido pour le vava o/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5625-kawashima-kyohei-terminee#45207 http://www.ascentofshinobi.com/u1126
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Sam 1 Fév 2020 - 14:48

Soupirant légèrement, l’atmosphère, bien que détendue par Sharrkan devenait de plus en plus pesante. Semblant plus ou moins discrète pendant un moment, les paroles d’Anzu eurent un impact relativement fort sur le Meikyû qui ne put rester impassible au regard d’un tel commentaire. Ce moment était très important. Or, le fait de mentionner d’une quelconque manière que le choix n’y était pas n’était pas juste.

Au final, quiconque osait prendre la parole et se proposer démontrait un courage et les bases de ce qu’il fallait pour prétendre à ce rôle. Quant aux muets, ils devaient assumer leur absence de parole, bien que cela n’empêchait pas les autres de voter pour eux.

-Avant que les votes soient terminés, je tiens à souligner quelque chose si vous me permettez.

Toussotant légèrement, son regard se balada, frôlant calmement les yeux de tous les gens réunis pour ce moment important.

-En réponse à ton commentaire, ce n’est pas du tout un vote par défaut et quiconque n’ose prononcer sa parole est victime de son propre sort, ni plus ni moins. Ensuite, cela n’empêche personne de voter pour quelqu’un qui n’a pas osé dire quoi que ce soit.

Ayant un léger sourire aux lèvres, il patienta quelques secondes avant de poursuivre :

-Le rôle de Kage n’est pas un rôle auquel n’importe qui prétendre, encore moins un rôle qui peut être amené sur la table par n’importe qui...

Prenant le temps de mettre de l’eau dans son vin, il était important qu’il véhicule adéquatement le fond de son message, sans le ternir d’une quelconque manière.

-Élire un Kage en ce moment, ne voudra pas forcément dire que la population l’acceptera. La personne qui sera élue devra certes être acceptée par les Kumojins. Toutefois, en attendant, le symbole du Yondaime Raikage risque de semer un chaos des plus intéressants, mais aussi beaucoup d’espoir pour les Kumojins sous le joug d’un régime qui ne leur convient pas et aujourd’hui je suis d’avis qu’il est plus intéressant que Sazuka occupe cette position.

Expliquant clairement le fond de sa pensée, il n’avait aucun mal à affirmer son appui auprès de tous.

-C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’ai pas pris le temps de me présenter. À titre de Héros de Kaze et diplomate, à travers le temps, j’ai su développer des relations avec les autres villages et me faire, malgré moi, un nom dans le Yuukan qui me permet de prétendre à un tel rôle.

Gardant une intensité dans son regard, il ne dérougissait aucunement de la linéarité de son monologue

-Mais ce n’est pas pour autant que je suis le meilleur choix pour Kumo. En ce moment, il est difficile de savoir si Kumo a besoin d’un chef, d’un symbole d’espoir, d’un héros ou de toutes ses réponses. À vrai dire, eux-mêmes ne le savent probablement pas. Simplement, bien qu’imparfaite, Sazuka est tout de même connue des Kumojins par son rôle, son titre et sa fonction, beaucoup plus que je le suis sans oublier qu’elle a une vision pour Kumo.

N’ayant aucun mal à émettre un comparable, il le faisait en prenant même le temps de plonger son regard dans ses iris, comme quoi il ne le faisait pas pour lui lécher les bottes, mais bien parce qu’il pensait que c’était nécessaire.

-Je fais partie de ceux qui pensent que ce vote n’aurait pas dû avoir lieu. Toutefois, elle a voulu offrir une voix égalitaire à chacun d’entre vous. Même si toutes les opinions n’ont pas le même poids, je préfère utiliser mon temps de parole pour signifier ouvertement mon appui. Je pense aussi que je serai plus efficace et que ce sera plus profitable pour Kumo que je travaille sous Sazuka. L’inverse ne serait pour autant bénéfique pour Kumo, sans oublier qu’elle est celle qui présente le meilleur profil d’aide pour Kumo.

S’ils pensaient qu’il avait fini, ils allaient être contents :

-À Kaze, Sendai Ketten s’est illustré à titre de Héros de la rébellion, mais ce n’est pas pour autant qu’il est devenu le meneur. Au contraire, Garyosen a pris contrôle du territoire simplement parce qu’il était le plus compétent pour le faire. Cela n’enlève rien à Ketten pour autant qui reste tout de même important et complémentaire...

Illustrant plus ou moins son exemple, bien qu’imparfait, c’était une validation concrète de ce qu’il amenait sur la table.

-Au fil des années, j’ai pu discuter avec quelqu’un qui a plus qu’à cœur les intérêts des Kumojins et qui a toutes les qualités pour prétendre à ce rang.

Mettant fin à ce discours sincère, en voulant économiser sa salive, il avait fini par en gaspiller encore plus, signe comme quoi, par moment, il était plus pertinent de parler dès le début.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578
Endo Hoshiyo
Endo Hoshiyo

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Sam 1 Fév 2020 - 16:21




L’endo était restée silencieuse tout du long, elle ne pouvait pas faire autrement qu’écouter quoi qu’il en soit. Elle devait reconnaître être touchée par l’intention de cette réunion. Donner la parole à tout le monde pour un vote qui semblait être aussi capitale la laissait effectivement sans voix, ce qui était un comble pour la rouquine qui aimait beaucoup parler.

Une attention touchante, oui, car Hoshiyo était Hijine, et ce qui l’avait amené à rejoindre ce groupe plutôt hétéroclite ne connaissait aucune motivation vraiment positive, si ce n’était de vouloir se racheter et éventuellement sa recherche de la vraie justice, pas celle de la vengeance qu'elle avait expérimenté en pensait que c'était la meilleure chose à faire.

Elle considérait que la différence entre ces Kumojin en exile et l’empire se trouvait justement dans cet aspect : la parole. Celui qui avait pris le contrôle de son pays n’avait demandé son avis à personne… Contrairement à celle qui serait probablement la prochaine Raikage, tout au moins, sur le papier.

Parce que dans les faits, fallait encore que la nouvelle soit bien accueillie, et notamment pas les Kumojins restés à Kaminari. Quant aux Kaminarijin, l’Endo pensait qu’ils n’en avaient rien à faire de qui était le Raikage… Tout ne tournait pas qu’autour des shinobi et des villages. Mais elle devait reconnaître que cette de ne pas "tuer" leur ennemi, la laissait perplexe.

Le bout de parchemin en main, elle nota un nom dessus, peut-être pas celui que tous s’imaginaient. Pour diriger il fallait quelqu’un avec du charisme, et de la bonté… Son regard bifurqua de Raizen qui venait de terminer son explication, à laquelle adhérait forcément Hoshiyo; et se posa sur un autre Kazejin. Y avait pas besoin de parler pour voter, si on le faisait pas écrit, c’était avant tout pour que cela reste anonyme; même si certains avaient déjà vendu la mèche.

Enfin, elle alla remettre son choix très objectif à la terrifiante Ume, la sœur de la Kunoichi détectrice. Son papier pas loin d'être le dernier à être remis à la jeune femme. Maintenant, Hoshiyo ressentait l'excitation d'entendre le décompte, même si elle se doutait légèrement du résultat.

Spoiler:
 




_________________
Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) F70m
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Sam 1 Fév 2020 - 17:08




Plus que quelques votes et nous serions bientôt fixés. J’écoutais et observais les uns et les autres, si tout se passait plutôt bien dans l’ensemble, je ne pus qu’être surprise, encore et toujours, des comportements de la Sendai et la Senshi, moi qui pensais que ces deux là avaient su faire la paix, ce n’en était à priori pas le cas.

Soit, nous ferions avec tant que cela ne mettait pas en péril la mission du Fukkatsu. Fort heureusement, l’intervention du Meikyû apporta une part de lumière quant à ce que j’avais pu dire, pourquoi un vote en ma faveur serait préférable. Il avait dit ce que je n’avais pas su formuler.

Contrairement à ce que l’on pouvait imaginer, certes je n’avais jamais envisagé représenter Kumo de cette façon, mais j’étais plus que disposée à assumer cette responsabilité si les Kumojin ici présents savaient m’accorder leur confiance.

Si la vingtaine de personnes participants à cette Assemblée, dont certains parmi les plus connus et plus compétents des Kumojin, m'octroyaient cette fonction, alors le reste de ceux alors absents suivrait. Et quoi qu’il en fut, ce n’était que pour répondre à cette situation de guerre, s’il le fallait, après, de nouvelles élections, une nouvelle nomination pourraient être prévues.

Bref, je notai un nom sur le papier, avant de le tendre à Ume. Les derniers électeurs suivirent le pas; Kana, Chiaki, Itagami…

-Comme si on avait besoin de débattrrre pour un trrruc parrreil. Tous ensemble, pour Kumo, c’est ça le deal non ?
-Pour un nouveau Kumo, plus grand qu’il ne l’a jamais été.

Je les observais, l’une avait perdu les compétences qui faisaient d’elle une Shinobi, et l’autre s’était un peu plus placée en retrait; mais était toujours présente, et attentive. J’avais esquissé un sourire en les entendant, c’était cela dont avait besoin Kumo, d’un vrai patriotisme…

Finalement, au cours de cette réunion si particulière, nous n’avions pas entendu certaines personnes, j’imaginais qu’elles préféraient garder pour elles leurs idées, et ce n’était pas plus ma car tout ce qui comptait était le vote, quel qu’il fût.

Le dernier morceau de parchemin fut remis à la jeune fille. J’espérais seulement qu’elle ne les fasse pas brûler, par timidité…

-C’était le dernier. Si personne n’a rien à ajouter, alors nous pouvons procéder au comptage. Ume, je t’en prie, à toi l’honneur.

Spoiler:
 




_________________

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Ws3x
☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157
Sendai Anzu
Sendai Anzu

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) Empty
Mar 18 Fév 2020 - 22:14
Tout le monde a fini de voter, maintenant, Ume commence à déplier les papiers, aider par sa soeur, certainement la main la plus "innocente" du lot, la seule en fait qui n'a pas donné un véritable avis sur qui elle voudrait en tant que Kage, mais surtout celle qui a attirer les foudres de certaines pour que d'autres puissent révéler ce qu'ils essaient de cacher aux autres. La violette a aussi entendu Raizen, son discours est long, mais reste très prévisible comme discours. En gros, il ne se voyait pas comme Kage, cela se résumerais qu'à ça. Elle soupire, personne n'a présenter son point de vue, mais elle fait semblant de prendre ce vote au sérieux, ne serait-ce que pour calmer la pêcheuse qui a visiblement marre qu'elle essaie de faire parler sa concubine. Enfin, maintenant, Anzu et Ume ont fini de compter les votes, c'est unanime forcément ...

- Sazuka l'emporte avec 8 voix. En comparaison, on a eu 1 vote pour Sharrkan, 1 vote pour Raizen et 1 vote considéré blanc.

Dit-elle alors qu'elle n'a pas comptabilisé la voix de Sharrkan à cause de la rature, car cela se devait d'être officiel. Cependant, Anzu ne compte pas s'arrêter à ce résultat, maintenant, elle croise son regard avec celle de sa senseï, en croisant les bras, toujours en se remémorant de ce qu'elle lui a dit, de ces réponses à cette question. Elle voulait maintenant un vrai avis, une vraie réponse, et elle voulait l'entendre maintenant qu'elle sait que beaucoup de personnes comptent sur elle pour devenir la nouvelle Raïkage.

- Sazuka, tu sais maintenant, et de manière officielle désormais, que beaucoup de personnes te considèrent capable de devenir Raïkage. Maintenant, penses-tu être à la hauteur et au profil de ce rôle, et de ce fait des attentes de la majorité des personnes présentes ici ?

Elle continue de croiser les bras, elle voulait maintenant qu'elle lui réponde de manière sincère devant toutes ses personnes qui croyaient en elle.

_________________

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu) 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Sans l'ombre d'un nuage (Fukkatsu)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Jôheki no Kuni, Pays du Rempart
Sauter vers: