Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Du vent à la roche PV TERUYO

Nihito Meho
Nihito Meho

Du vent à la roche PV TERUYO  Empty
Mar 4 Fév 2020 - 1:53
Un soleil radieux réchauffait doucement les reliefs rocheux d’Iwa. Lorsque le ciel était aussi dégagé, les ruelles du village étaient comme à leurs habitudes bondées et un brouhaha sourd se faisait entendre. Au milieu de toute cette effervescence, Mého lui n’avait qu’un seul et unique objectif, le marché. Il s’était levé aux aurores et voilà plus d’une heure qu’il remplissait son étrange panier utilisant ses économies dans un but particulièrement nouveau pour lui. Tous ses efforts, il les faisait pour remercier Teruyo l’un des tout nouveaux chunnins du village et qui plus est, son nouveau sensei improvisé. Ils s’étaient entraînés ensembles quelques jours plus tôt et ce dernier avait révélé une toute nouvelle technique au genin qui s’était naturellement mis en tête de l’apprendre, et ce, coûte que coûte. Lors de leur première rencontre, Mého n’avait pas pu s’empêcher de remarquer que son adversaire portait une attention particulière à son panier de champignons frais et le genin s’était donc décidé à lui offrir un plein panier de provisions fraiches afin de le remercier pour les heures qu’il allait passer à enseigner sa technique.


Après avoir fait le tour des différentes échoppes, il se dirigea donc les bras remplies en direction des terrains d’entraînement. Couvrir la distance sans rien faire tomber était particulièrement long et agaçant. Il était obligé de marcher à allure réduite tout en tenant le panier qu’il avait probablement peut être un peu trop rempli. Malgré sa précipitation interne, il trouva malgré toute la patience de couvrir se long chemin avec précaution et profita même de ce temps pour se rappeler de tout ce qu’il s’avait sur cette fameuse technique. La finesse de maniement du chakra liée à cette dernière était évidente. Teruyo la manipulait avec aisance et les dégâts qu’elle pouvait infliger, était énorme comme en témoignait le pauvre arbre et son épaule tout juste guéris. Cette technique l’avait marqué sur bien des aspects, pour la première fois depuis son entrée dans le monde ninja, il s’était retrouvé à l’hôpital après un simple entrainement, et ce, malgré ses multiples affrontements avec Tenzin.


Une mince goutte de sang coula le long de son menton alors qu’une intense douleur traversait sa lèvre inférieure. L’imbécile était si concentré qu’il s’était mordu involontairement la lèvre inférieure, l’obligeant à s’arrêter alors qu’il s’agitait maladroitement en poussant des cris de douleur étouffés. Après quelques secondes de souffrance à la longue montée des marches menant aux plateaux, il se retrouva enfin au point de rendez-vous, et ce, avec quelques minutes d’avances. Comme prévus, Teruyo n’était pas encore présent aux plateaux. Déposant soigneusement le plateau hors de portée des nuisibles, Mého s’adossa silencieusement au tronc meurtri et commença à méditer rassemblant toute son énergie afin de se préparer à la longue journée qui l’attendait. C’était la première fois qu’il apprenait une technique possédée par une autre personne, de plus il devait adapter une technique futon à son chakra doton qu’il commençait tout juste à maitriser. Le défi était de taille et il était plus qu’excité à l’idée de le relever.


Après quelques minutes d’attente, une silhouette familière commença enfin à se détacher de l’horizon. Mého ne put s’empêcher de laisser échapper un large sourire à l’intention du Chunin. Récupérant à la hâte son panier, il s’approcha maladroitement du Chunin en le saluant.


-Teruyo-San, j’ai pensé à toi ! Il lui tendit le panier en s’inclinant humblement. Je l’ai pris pour te remercier pour l’entraînement, je vais donner mon maximum ne t’inquiète pas.


Cette dernière phrase le genin l’avait prononcé en montrant un poing déterminé à son interlocuteur. Il était déterminé à prouver qu’il n’était pas aussi fragile que leur premier affrontement avait laissé sous-entendre. Le chunin avait probablement dut se faire bien des idées sur le jeune genin après l’avoir vaincu en à peine quelques secondes lors de leur premier affrontement. Mého s’en était longuement voulu de s’être montré si faible face à sa dissimulation et il ne pouvait pas se permettre de laisser planer cette idée d’incompétence qui s’était probablement immiscé dans l’esprit du chunnin. Il était prêt à repousser ses limites physiques et mentales. Rien n’allait l’empêcher d’atteindre son objectif et avant la fin de la journée, il allait la maitriser cette fameuse technique !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Du vent à la roche PV TERUYO  Empty
Sam 8 Fév 2020 - 23:23
Désormais, parmi mes nouvelles et officielles attributions, il y avait un temps que je dédié à l’aide, l’entraide, l’apprentissage ou toute sorte de mentorat et de soutien à celles et ceux en ayant besoin, qu’ils soit genin, exclusivement pour l’heure, voire plus hauts gradés dans un avenir plus ou moins proche. Si Masami était la toute première et revêtait un aspect tout particulier, c’est au fil des discussions et échanges avec certains que j’avais fait ce choix. Aimi m’avait aidé, conscient ou non, à faire ce choix, poussé par mes quelques expériences récentes avec Taketora et Daisuke. C’est pourquoi aujourd’hui, mon temps était officiellement consacré à entraîner Meho, un genin que j’avais affronté il y a quelques jours.

Si le combat s’était soldé par une victoire rapide de mon côté, surement bien trop rapide à mon sens, et alors que je pensais ma prestation indigne d’un mentor, le jeune homme en était ressorti avec moult idées et surtout une volonté forte d’évoluer, notamment en n’hésitant pas à demander de l’aide pour apprendre de nouvelles techniques, comme j’avais pu le faire avant lui avec Tenzin. La différence aujourd’hui, c’était que je n’étais plus l’élève, mais le maître.

Comme pour Taketora, c’est totalement détendu, serein que je rejoignais ma « mission » du jour, même si à mes yeux ce n’en était pas une, mais plutôt un chunin qui aidait un genin à s’améliorer, une personne avec un minimum d’expérience qui partageait son savoir. Si je devais nommer les choses différemment, je dirais que j’avais détecté un certain potentiel chez ce Meho et qu’aujourd’hui, je capitalisais ses connaissances afin de faire un pari sur l’avenir, que ce soit sur le sien, mais aussi sur celui du village. Je le dirais toujours, les jeunes étaient l’avenir de notre nation.

Comme à mon habitude, l’ascension vers les hauts plateaux se faisait tranquillement par le chemin de promenade plutôt que par les falaises à user de son chakra pour adhérer aux parois rocheuses. Ce n’était pas la quantité de chakra dépensée qui ferait une différence, mais j’avais pour précepte de dire que rien ne sert de courir, il faut partir à point. Et dans le cas présent, cela me permettait aussi de profiter de mon trajet pour admirer la vue, sentir les quelques fleurs éparses ou observer quelques animaux de passage.

Une fois à destination, je ne pouvais que constater la motivation de mon futur élève qui était déjà là à m’attendre, alors que j’arrivais moi aussi avec quelques minutes d’avance. J’avais presque le sentiment de me voir moi face à Tenzin. Saluant chaleureusement de la main le genin, ce dernier m’accueillis avec un immense respect et des paroles qui ne collaient pas à ce que j’avais pu entendre lors de nos échanges quelques jours plus tôt. Dans ces conditions, je ne pouvais refréner un rire tonitruant qui résonna autour de nous avant de me reprendre et de prendre la parole de manière chaleureuse.

« Merci, je ne pensais pas rire autant. Mais mettons les choses au clair. Tu oublies le « san », appelle moi juste Teruyo. Et tu n’as pas besoin de t’incliner comme ça, je ne mérite pas tant de déférence. »

Au final, c’est le panier de victuailles qui attira le plus mon attention.

« Quant à ton cadeau, c’est généreux, mais ce n’était pas nécessaire. Nous pourrons partager ça tout à l’heure pendant la pause. Tu me diras ce que tu as pris pour voir ce que l’on peut faire avec. »

Posant mes affaires à côté du panier gastronomique, je relevais mes manches et m’approchai d’un rocher d’une taille raisonnable avant de malaxer mon chakra, de réaliser une série de mudras et de projeter une puissante pique de vent qui vint perforer la cible caillouteuse avant de me retourner vers mon élève avec un discours et surtout un ton bien plus sérieux que le précédent.

« Bien, je t’ai à nouveau montré la technique. Avant que l’on commence l’apprentissage en lui-même, j’aimerais que tu me dises comment tu vois les choses, comment tu imagines ce jutsu. Et surtout, si tu as des questions au cours de la journée, n’hésite pas. Il n’y a aucune question idiote. Seules les réponses peuvent être stupides. Il vaut mieux vivre en se croyant idiot, que mourir en l’étant car on n’a pas osé poser une question importante. »

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Nihito Meho
Nihito Meho

Du vent à la roche PV TERUYO  Empty
Lun 10 Fév 2020 - 20:40
Teruyo parut très amusé face à l’énergie débordante dont Mého faisait preuve. Il avait automatiquement affiché ce fameux sourire que le genin avait pu croiser quelques jours plutôt, ce qui eut entre autres pour effet de rassurer vis-à-vis du petit panier qu’il lui présentait si humblement. La première réaction que le chunin eut fut tout de même de reprendre le jeune ninja sur le fameux « san » qu’il lui avait automatiquement attribué. En vérité, Mého utilisait le mot « san » avec presque tous ses collègues ninja, jeune comme plus âgée et qui plus est, la différence de rang entre eux rendait le suffixe presque obligatoire aux yeux du jeune ninja.

- Euhm, d’accord Teruyo.., mais je ne vais pas te mentir que cela est particulièrement étrange pour moi d’abandonner ce fameux san.

Le genin avait ralenti sa phrase au moment de prononcer le nom du chunin car particulièrement gêné par l’omission volontaire du fameux suffixe. Malgré tout, bien décidé à suivre la demande de son sensei, il montra une volonté de faire alors qu’il retenait les trois lettres à l’intérieur de sa bouche enchaînant maladroitement sur la fin de sa phrase. Teruyo le remercia ensuite pour son fameux panier garni avant de l’interroger sur le précieux contenue, annonçant dans un même temps qu’il souhaitait que les deux hommes le partagent au cours d’un casse-croute.

- J’ai pris un assortiment de légumes de saison, du piment, des nouilles fraîches, de la viande séchée et des fruits. C’est très gentil de partager le repas avec moi et je te remercie.

Le genin était tout sauf un expert en cuisine et si la proposition de Teruyo était des plus altruistes, le pauvre Mého ne savait pas comment lui dire qu’en cas d’atelier cuisine, il serait bien plus proche du boulet que de la véritable main d’œuvre pour le chunin. Il garda finalement le silence sur ses incapacités cachées et se contenta de faire un large sourire tendu à son partenaire tandis qu’il attendait que ce dernier reprenne la parole. Subitement, Teruyo enchaîna par une nouvelle démonstration de sa fameuse technique. Après une rapide série de mudra, l’impressionnante lance de vent reprit forme au creux de la paume du ninja avant que ce dernier ne la projette avec vélocité en direction d’une grande roche qui céda presque instantanément sous l’impact.

La technique était toujours aussi impressionnante à regarder et Mého ne cacha pas son large sourire tandis qu’il se retournait pour face au chunin. Ce dernier l’interrogea finalement sur sa vision de la technique laissant ainsi au genin le loisir de présenter son approche du jutsu et les différentes réflexions qui s’étaient déjà montrer à lui au cours de ses longues analyses du jutsu.

- Eh bien, la première chose qui m’a marqué est la vitesse et la capacité de perforation de la technique. Je me souviens encore de l’arbre qui avait littéralement été perforé par cette dernière. J’ai encore du mal à le percevoir, mais à chaque fois que tu crées cette fameuse lance, j’ai un aperçut des puissants mouvements d’air qui forment la lance et je sais que le Fuuton est réputé pour son coté incisif dira-t-on. Je ne vais pas te mentir ces quelques points qui forment la technique sont déjà de grandes inquiétudes pour moi, car je ne sais pas si je serai capable de reproduire ce genre d’effet avec le doton. Cette force de pénétration, cette vitesse… Tout semble si simple lorsque je les vois en action, mais j’ai beau me creuser la tête je ne trouve pas de moyen de les récréer avec mon affinité. Penses-tu vraiment que c’est possible ? As-tu déjà vu pareille adaptation ?

Le jeune genin si sûr de lui avait révélé en quelques instants un flot de questions et d’inquiétudes qui le taraudaient. Réalisant qu’il posait peut-être beaucoup de question, il s’arrêta net après sa dernière phrase attendant presque religieusement les réponses de l’homme qui se tenait debout face à lui. 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Du vent à la roche PV TERUYO  Empty
Jeu 13 Fév 2020 - 21:13
Cela me faisait toujours sourire cette difficulté à parler ouvertement, ce choix de devoir marquer le respect par une particule ou nom, comme si le respect, le vrai avec ce besoin de reconnaissant par un petit bout de mot sur votre patronyme. Meho n’était pas le premier à agir ainsi, et cela m’amusait toujours autant.

« Tu sais, enseigner ou apprendre une technique, peu importe le côté où l’on se trouve, c’est aussi à mon sens, apprendre à connaître l’autre. Te viendrait-il à l’esprit de partager quelque chose avec quelqu’un que tu n’apprécies pas ? Avec quelqu’un que tu ne respectes pas ? Pour moi, c’est impensable. Lors d’un apprentissage, on passe du temps ensemble, on discute, on tisse des liens, c’est ça qui est fort, bien plus qu’un simple jutsu en plus dans ton répertoire. Tout ça pour dire quoi ? Tout ça pour dire que tu n’as pas besoin de ça pour t’adresser à moi, mais que si cela te porte peine, agit comme tu l’entends, je ne veux pas brusquer tes habitudes ou autre. »

En ce qui concernait le panier repas, rien de plus classique, mais le classique permettait de nombreuses options succulente avec un peu d’idées et de débrouillardises. Si les idées qui me trottaient en tête me faisaient saliver, mon esprit lutta de longues secondes pour lâcher des yeux les victuailles et revenir au sujet du jour.

Si ma question semblait simple en apparence, à savoir comment lui voyait mon jutsu, la réalité était tout autre et une véritable réflexion était nécessaire pour sortir une réponse convenable. Si la question m’était posée, je ne m’en serais pas caché, mais il s’agissait bien là d’un test en quelque sorte, histoire d’en savoir un peu plus sur le personnage que j’avais côtoyé si peu en quelques minutes d’un entraînement expéditif. Mais ce n’était pas tout, et cette réflexion devait mener mon partenaire du jour à trouver la solution par lui-même, guidé par mes quelques indices. À mon sens, agir ainsi permettait une meilleure prise en main et un meilleur apprentissage du jutsu contrairement à ce qui pourrait se faire si l’on imposait tout un processus d’apprentissage sans prendre en considération la personne, ses envies et tout ce qui fait d’une personne un shinobi unique.

Ainsi, d’une voix studieuse, posée et chaleureuse, je prenais la parole à la suite de mon jeune élève.

« Bien, reprenons point par point si tu le veux bien. Comme tu le dis, la vitesse est un facteur important, et même si l’affinité futon fait partie de celles offrant une bonne prise au vent, ce n’est qu’un point parmi tant d’autres. Si on perd en vitesse, en revanche, le doton te permettra sûrement de gagner en perforation. Le côté tranchant est important, mais de par l’aspect solide d’une lance de pierre ou de terre, la force de percussion n’en sera que plus puissante. Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est un résultat. C’est comme en cuisine, on a des ingrédient et parfois, il faut faire varier la quantité pour arriver à un résultat tout aussi succulent que l’original. »

C’est en sortant cette image de la cuisine que finalement, je me disais que ce n’était pas nécessairement un bon exemple. Mais peu importe, l’image était là, et compte tenu de mon tempérament, la comparaison était somme toute logique.

« Pour ce qui est de la mise en forme de ce que j’appellerai la lance, tu as effectivement raison. C’est en rassemblant l’air ambiant que je parviens à cela. Pour toi, cela sera sûrement un poil plus compliqué. Je pense que tu peux rassembler la terre venant du sol, mais dans un environnement qui en serait dépourvu, cela rendrait cette technique inutilisable. Le plus simple est sûrement que tu génères toi-même ta roche pour cette technique. Quant à savoir si j’ai déjà vu ce genre de technique adaptée, je te dirais hélas non, mais comme tu le sais, je ne suis qu’un simple chunin et à partir de là, je suis encore loin d’être un expert en ninjutsu. »

M’asseyant sur un tronc d’arbre à proximité, je commençais à décomposer chacun des mudras nécessaires à ma technique avant de lever les yeux vers Meho.

« Les mudras vont être une part importante du jutsu. Malheureusement, il va falloir que tu en adaptes certains à ta propre nature de chakra doton à la place des mudras affilié à mon utilisation du futon. Quant à la technique de manière générale, je suis certain que l’on parviendra à la réaliser. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est peut-être pas aujourd’hui que nous y parviendrons, mais avec un travail suffisant, rien n’est impossible. »

Levant les yeux, je regardais le ciel au-dessus de nos têtes, quelques nuages éparses traversant notre zone de travail. Posant à nouveau les yeux vers le genin, je claquais des mains chaleureusement.

« Bien, en dehors des mudras qu’il te faudra maîtriser, il faudra également travailler sur ta concentration et ta maîtrise du chakra, avoir un flux circulatoire fluide. Ensuite, en décomposant la technique, il faudra travailler sur la forme de ta lance en elle-même, et ensuite seulement faire des test sur le côté perforant, ce qui implique de maîtrise la forme, mais aussi la vitesse de propulsion engendrant la force d’impact. Voilà, tu as du travail. Maintenant, je te regarde, et surtout, si tu as des questions, n’hésite pas. »

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Nihito Meho
Nihito Meho

Du vent à la roche PV TERUYO  Empty
Lun 17 Fév 2020 - 21:03
Teruyo avait visiblement remarqué que les habitudes de Mého étaient particulières bien ancrées dans son subconscient. Le chunin avait affiché une mine amusée devant le comportement maladroit du genin ce qui eut le mérite d’aussi faire sourire le jeune homme quelque peu gêné. Plus les deux ninjas passaient du temps ensemble, plus Mého se rendait compte que sa nouvelle rencontre était quelqu’un de particulière bon et avenant. Il proposa même au genin de continuer à utiliser son si précieux -san-, et ce, même s’il aurait préféré qu’il s’en passe. La proposition pouvait paraître alléchante, mais Mého lui répondit instantanément par un simple non de la tête avant d’ajouter.

C’est très gentil de proposer ça, mais ne t’inquiète pas, je vais m’y habituer sans soucis Teruyo !

Il avait appuyé le nom de son camarade en lui faisant un clin d’œil joueur tandis que le ninja reprenait tranquillement la suite de ses explications tout en observant d’un regard avide le petit panier de nourritures. Le chunin marqua une longue période de réflexions après que Mého lui ait décrit sa vision des choses. Il avait écouté avec attention chacun des mots du genins, presque comme-ci il jaugeait le jeune Mého. Puis lorsqu’il eut terminé, il reprit la fameuse développant point par point les différents faits évoqués et ajoutant dans un même temps quelques précisions et astuces. Mého pouvait sentir l’enthousiasme et l’application de son supérieur à mesure que celui-ci défilait les idées.

Après avoir abordé de nombreux points, Teruyo s’installa sur l’un des arbres environnant avant de décomposer mudrâ par mudrâ la fameuse technique. La malaxation du chakra était un point crucial de l’utilisation et du développement de toutes les techniques et il s’avérait aussi que la malaxation du chakra était la seule chose que le médecin consulté quelques jours plutôt avait autorisé au jeune genin. Mého n’avait pas aborder ce point avec Teruyo pour de multiples raisons les principales étant qu’il ne cherchait surtout pas à inquiéter le chunin ou à retarder son apprentissage. Mého reproduisit lentement les mouvements un à un essayant d’évaluer les idées cachées derrière chaque signe. Il avait déjà pu manipuler deux affinités différentes au cours de sa courte existence et s’il avait pu retenir une chose de cette expérience, c’était que bien que des éléments soit très différents, les mudra eux gardait bien souvent une certaine logique entre eux que ce soit entre eux.

Après deux ou trois lentes répétitions, il changea subitement de posture commençant à malaxer son chakra avec précaution. Ses mains enchaînèrent les signes avec agilité, et ce, jusqu’au dernier tandis que le genin continua de délivrer un flot continue de chakra. Tout semblait opposer le vent et la roche. Alors que le Mého se concentrait sur l’image fixe de la fameuse lance rocheuse qu’il voulait créer, il sentit le sol remuer quelque peu sous ses pieds sans plus de modifications. Après cette bien étrange tentative, il s’installa tranquillement au sol réfléchissant avec intensité aux différentes sensations qu’il avait pu ressentir durant cette tentative. Une bonne partie du chakra qu’il avait mobilisé avait été inutile au cours de cet essai, presque comme si le genin l’avait envoyé dans le vide. Il avait été précautionneux sur la libération de ce dernier, mais il sentait que quelque chose manquait à son utilisation. Les yeux fermés et parfaitement immobile, le jeune ninja se repassait en boucle sa tentative et les démonstrations de Teruyo. Il fallait qu’il recompose le jutsu étape par étape et il en avait visiblement oublié une.

Un créer la lance, deux la projeter… Qu’est-ce que j’ai bien pu louper ? …

Il s’était murmuré ses pensées à demi-voix totalement perdu dans ses réflexions. Les secondes passaient, puis les minutes et le Genin restait encore et toujours parfaitement immobile.

Je sais ! S’écria-t-il en se redressant d’un coup. Pour créer la lance, il me faut un milieu bien sûr !

Le genin avait hurlé ses paroles à la fois à son intention tout comme à celle de son sensei. Sans même regarder son professeur, Mého s’était donc redressé et remis en position. Au cours de son premier essai, il s’était contenté de libérer une quantité modérée de chakra sans grande idée comme-ci les mudra allaient lui révéler la solution. Maintenant qu’il avait réfléchis plus amplement, il se rendait compte que Teruyo lui avait donné la réponse bien plutôt et qu’il n’avait simplement pas réalisé. * Un rassemblement d’air ! * le chunin utilisait son chakra pour rassemblait l’air autour de lui et il avait lui-même dit que la méthode la plus simple pour un utilisateur Doton était de rassembler la terre autour de lui. Redirigeant le chakra en masse vers le sol le genin faisait preuve d’une concentration intense tandis qu’il se servait de son chakra pour acheminer doucement la terre environnante tout en la modelant. Il sentait le flux pénétré par ses pieds dans le terrain et après quelques secondes, il posa la main au sol pénétrant ce dernier de quelques centimètres puis la retirant brutalement.

Ses efforts n’avaient pas été vains. Il avait sorti ce qui pouvait s’apparenter à une version miniature et particulièrement friable de la technique de son sensei. La petite lance luta quelque secondes contres la gravité avant de tomber doucement en poussière, initialement par le bout, puis par l’ensemble de sa structure ne laissant finalement qu’une maigre quantité de terre au sein de la paume du shinobi. Si certain pouvait le voir comme un échec ce ne fut pas le cas du genin qui leva des yeux pleins d’espoir à l’attention de Teryuo. Ce dernier lui avait déjà signalé qu’utiliser la terre environnante pouvait être handicapant dans des situations ou le sol ne s’y prêtait et le genin était tout à fait d’accord avec lui, mais dans cette première tentative, il avait choisi d’utiliser une méthode plus simple que de créer sa propre matière, préférant se concentrer sur l’arme. Il s’avait que produire de la terre ou de la boue n’était pas chose compliquée pour un manipulateur de la terre et qu’une fois qu’il serait capable de donner une forme correcte à son arme, il pourrait le faire avec sa propre production.

Regarde Teruyo ! Pas mal pour un deuxième essai pas vraie ?!

Il levait sa main dans laquelle subsistait encore un mince amas de terre.

Attends, je vais en refaire une et tu verras elle sera bien plus solide !

Répétant à nouveau le fameux procédé, le genin recréa une nouvelle fois une lance cette fois un peu plus grande. Lorsqu’il la teint face à son sensei, elle sembla presque tenir la route, mais en quelques secondes le schéma de la précédente se reproduisit l’arme s’effondrant à nouveau sur elle-même.

Raaaaa, mais comment tu fais pour la faire tenir toi ta lance !

Ajouta-t-il sur un ton quelque peu désabusé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Du vent à la roche PV TERUYO  Empty
Dim 23 Fév 2020 - 20:54
L’apprentissage peut être long et difficile, mais la récompense en vaut souvent le coup. Et pour l’occasion présente, cela me semblait le cas. Si je me retrouvais en Meho face à Tenzin, il y avait une différence notable entre nos deux personnes et surtout entre nos deux apprentissages. Pour ma part, j’étais allé voir le jonin afin qu’il m’enseigne l’art dans lequel il était une sommité et art que je cherchais et cherche toujours d’ailleurs à exploiter au mieux. Meho quant à lui, après avoir été témoin de ma technique cherchait à développer la même chose. La différence étant nos affinités radicalement différentes, les efforts que le genin aurait à fournir pour maîtriser une copie de mon trait de vent seraient plus importants que ceux que j’avais eu à fournir pour apprendre les jutsu de mon mentor. Pour autant, conscient tous deux de cette contrainte, c’était en notre âme et conscience que nous nous étions lancés dans la démarche, sans trop savoir si cela donnerait un résultat probant.

Observant avec attention mon élève du jour, je comprenais enfin ce qu’avait pu ressentir Tenzin lors de ses cours avec moi. Nous donnions conseil, nous pouvions envisager une approche, apporter réponse à une question, émettre des hypothèses, mais le travail, la majorité du travail venait de l’élève qui avait tout à apprendre. C’était lui qui dépensait son chakra, c’était lui qui devait se concentrer, c’était lui qui devait arriver à copier quelque chose qu’il avait vu et qu’il devait adapter d’après son vécu et son ressenti. L’élève était le seul à avoir les sensations nécessaires pour savoir ce qui allait ou n’allait pas. Pour ma part, je ne pouvais que visuellement l’aider à améliorer ce qui ne fonctionnait pas. Je n’avais aucun don pour détecter le chakra d’autrui et de fait, il m’était impossible de bien visualiser la consommation d’énergie spirituelle, qu’elle soit trop grande ou justement pas assez. Pour autant, ma présence, au-delà de montrer ce que je savais faire, n’était pas dénuée d’intérêt.

Après quelques essais, tout comme je pouvais le faire, Meho marmonna et sûrement comme moi avec Tenzin, cela ne m’était pas destiné, mais était plutôt un moyen pour lui de réfléchir. Une fois encore, le genin malaxa son chakra commençant enfin à former quelque chose de structurellement semblable à une lance. Malheureusement, ces dernières se délitèrent très vite, trop vite. C’est plus ou moins à ce moment qu’il m’interpella, attendant sûrement une réaction de ma part. Alors qu’il râlait légèrement, sûrement plus pour la forme que réellement, je décidais de l’aider en répondant notamment à ses questions.

« Eh bien, oui, ce n’est pas mal. Malgré tout, je te conseille tout de même de générer toi-même la matière destinée à ta lance si tu veux pouvoir l’utiliser partout. Sinon, continue comme ça. En revanche, si tu choisis la première option, tu devrais t’entraîner tout de suite à générer ta propre roche ne serait-ce que pour doser ton chakra efficacement et ressentir les choses convenablement. »

Puis, ramassant une poignée de terre dans la main, et une pierre dans l’autre, je montrais toutes deux au genin.

« Si ta lance est friable, c’est qu’elle n’est pas assez compactée. Regarde, j’ai pris une poignée de terre et un caillou qui tient dans ma main. Pour autant, le rocher reste entier. Imagine-toi que ton chakra sert de cohésion à ton élément. Avant même de former une lance, entraîne-toi peut être déjà à matérialiser une boule que tu arriverais à garder compacte, et une fois cette étape maîtrisée, donner forme à la lance. Sache qu’un entraînement est quelque chose d’important et qu’il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Vouloir aller trop vite ou sauter des étapes peut conduire à un désastre. »

Mes conseils n’étaient que des conseils et nullement des ordres à appliquer, libre à lui au final de décider ce qu’il convenait de faire. Quoi qu’il en soit, j’attendais avec impatience de voir ce que ses prochains essais pouvaient donner.


_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine

Du vent à la roche PV TERUYO

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: