Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» les deux pies du désert; Raizen
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) EmptyAujourd'hui à 4:01 par Meikyû Raizen

» le festival des marchands; Sharrkan
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) EmptyAujourd'hui à 3:28 par Hideaki Midori

» Deuil et déchirure
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) EmptyAujourd'hui à 2:40 par Okinawa Sora

» Duty and Childhood [Midori]
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) EmptyAujourd'hui à 2:38 par Hideaki Midori

» le début de notre folklorique aventure; Eirin
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) EmptyAujourd'hui à 2:19 par Hideaki Midori

» 04. Questions diverses
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) EmptyAujourd'hui à 2:06 par Mugen Oda

» Le réfugié des montagnes Noires
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) EmptyAujourd'hui à 1:51 par Okinawa Sora

» Entraînement Matinal[PV Akira]
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) EmptyAujourd'hui à 1:18 par Tôhatsu Asami

» Quelques renseignements [Ema]
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) EmptyAujourd'hui à 1:17 par Nagareboshi Ema

» Erasmus
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) EmptyAujourd'hui à 0:36 par Fuyumi

Partagez

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama)

Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Jeu 6 Fév 2020 - 21:41
Retour de bâton
Suite directe de la purge.

Le son d'une goutte frappant le sol, relent du souvenir de celles qui coulaient de son sabre il y a quelques heures encore, le samouraï était seul, les yeux fermés se concentrant sur le ploc qui semblait résonner dans son crâne. Le soldat de la Kenpei avait été sec, d'une incisivité qui s'était fait ressentir sur l'arrière de la tête de Mafuyu, reflet de la peur qu'il avait inspiré aux hommes qui ne s'étaient pas attendus à tomber sur lui, persuadés de venir arrêter l'un des mafieux les plus prospères du village, un maître de la contrebande et du marché noir. Seulement, comment prévoir qu'un samouraï serait trouvé là au même moment, le sabre suintant le sang juste arraché à l'estomac de son propriétaire. En tailleur, le samouraï méditait, les pensées s'évadant vers l'extérieur de la prison, lui offrant une nouvelle vision de la liberté, celle du devoir accompli. La purge avait été courte, mais avait frappé juste, forçant la plupart des criminels de plus bas étage à stopper leurs activités par peur des représailles. Le murmure d'un vengeur frappant les gens malhonnêtes avait rapidement fait le tour des acteurs du trafic sous-terrain, faisant de leurs esprits acharnés par un appât du gain, une torture constante, bataille entre l'avidité et l'appréhension de devenir la prochaine victime de la purge.

Le souffle lent, Mafuyu respirait par longs accoups, inspirant par le nez, expirant par la bouche, forçant son chakra à circuler dans ses canaux, prêts à revivifier le sang de cerveau dont le choc avait été dur. Il pouvaient sentir comme des courbatures, une sorte de mal de crâne allégé, maux qui s'estompait au fil des minutes, mais ne cessait de lui rappeler de temps à autre que la douleur n'avait pas totalement fuit. Le poids léger à ses hanches lui était peu commun, ses sacoches et son sabre lui ayant été confisqué lorsqu'il a pu être trainé jusqu'au fond de cette cellule. Lors de son réveil, il avait tout de suite trouvé ses marques, sachant pertinemment qu'il avait pris la décision de se rendre lors de l'arrivée de la police.

Si son patriotisme maladif l'avait forcé à purger la racaille de la cité, le Chûnin restait un fervent défenseur de l'autorité de la Brume, il agissait pour elle et n'aurait, à aucun moment, voulu combattre les hommes, malgré leur faiblesse apparente. Fierté de samouraï, il était bon pour lui de juger de la force des gens qu'il rencontrait. Seule une poignée de shinobis avaient attiré son attention à ce niveau, une petite, très petite poignée. Preuve qu'il avait encore à apprendre des soldats de la Brume.

Toujours immobile, le corps mimant une parfaite sculpture faites de chair, le samouraï se mit à fredonner, un moyen de s'apaiser davantage encore... Se rappeler qu'il avait donné pour la Brume et était prêt à finir ses jours dans ces geôles s'il le fallait. Le bruit de la comptine de son enfance, à la signification cachant l'horreur de la guerre, se mit à résonner sur les barreaux de la cellule, se propageant à travers les couloirs dans un apaisement parfait. La transmission de la sérénité d'un homme qui se fiait à la force de la Brume.

Citation :
Boom boom... Le son qui annonce le matin...
Boom boom... La fin d'une nuit...
Le moine annonçait qu'il fallait embrasser son destin...
Le moine en appelait à ceux qui n'avait pas fuit...
Et... lorsque qu'il faut chercher la force...
Et... lorsque qu'il faut enfiler l'écorce...
La journée changera le gong en carillon...
La journée te changera en papillon... [...]

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬



Dernière édition par Higure Mafuyu le Mer 12 Fév 2020 - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Sam 8 Fév 2020 - 13:15
Le festival d’automne était terminé, depuis plusieurs jours, le calme était revenu au sein de la Cité de la Brume à l’annonce du nouveau chef de village, sous la bénédiction de son prédécesseur, sans que cela ne suscite pour autant un tollé de la part des détracteurs, l’esprit d’unité primant pour le moment sur les intérêts individuels. Mais le nouveau chef de Kirigakure no Sato avait malgré tout le sentiment qu’une telle tranquillité ne serait que de courte durée une fois au pouvoir, et qu’il ferait rapidement face aux premières difficultés. Autant se l’avouer, il n’a ni le charisme, ni l’expérience du Rokudaime, il ne l’égale pas non plus au combat, ce qui peut susciter moults questions sur sa légitimité à la tête du village militaire.

Le chef des Sabreurs a néanmoins su au cours de ces derniers mois, faire ses preuves au cours des missions et des événements qu’il a été donné de participer, contribué largement à la formation des nouveaux genins en mettant en avant sa pédagogie, marqué par sa présence et son engagement perpétuel qu’il était digne d’être le septième à porter ce nom. Ce qui n’empêche le doute de l’habiter de façon permanente, tant les choix qui lui seront imposés désormais auront de grandes conséquences.

Un cas vient de lui être reporté, et où il devrait faire un choix justement. La Kenpei fait état d’un homme conduisant un acte de justice arbitraire auprès des malfrats du quartier, des hommes qui aurait été présumés coupables de fraude fiscale, mais contre lesquels aucune preuve n’avait été trouvée afin de les coincer. Du moins jusqu’à maintenant. Un chef de bande rassemblant plusieurs chefs d’accusation contre lui: meurtre, larcin, contrebande, et d’autres exactions dont il a été la plaque tournante.

Le rapport fourni par Naâm mentionne le nom d’Hitare Kaiyo, un malfrat de longue date qui aurait réussi à passer les mailles du filet de la police de nombreuses fois, jusqu’à récemment, où la brigade policière s’est rendu dans un hôtel où il se trouvait pour procéder à son arrestation. Mais trop tard, quelqu’un aurait également pris en filature le suspect, et parvenu à anticiper l’opération des policiers sur place en se rendant directement dans la chambre où il se trouvait. Il s’agit d’un chuunin, récemment promu par le Rokudaime en personne, ayant décidé de rendre sa propre justice et répandra la terreur dans les coeurs des criminels qui demeurent à Kiri.

Le protocole des forces de l’ordre voudrait que le samouraï écope d’une peine de prison de plusieurs années pour ces meurtres en série… Mais plusieurs choses ont attiré l’attention du lieutenant général sur la méthode du chuunin pour traquer et tuer ses cibles. Certaines tuées au milieu de la nuit, chacune tranchée avec une précision chirurgicale et létale, tout en prenant le soin de ne pas laisser de traces de lui-même. On a d’abord cru à un règlement de compte entre bandes criminelles, mais cette théorie a été très vite démentie par le mode opératoire des tueries.

Le chef de police est partagé par le fait qu’il s’agisse d’un élément important des forces de Kiri qui, dans les faits, a aidé à sa propre façon la Kenpei à réduire considérablement les activités criminelles. Mais d’un autre côté, le chuunin n’avait guère l’autorisation d’agir en solitaire, d’autant qu’il aurait été possible d’extraire encore des informations des confessions et des informations supplémentaires pouvant permettre de découvrir le reste du réseau. Chose compromise maintenant qu’ils ne sont plus là pour parler. C’est donc exceptionnellement que le Nanadaime a décidé de se déplacer, à la réception de ce rapport intriguant faisant état de la façon particulière dont le chuunin a tué ces criminels.

Au bout du couloir humide et froid, le long duquel il est possible de passer devant une succession de cellules individuelles gardées par la glace des Yuki, une ombre scinde en deux le barrage des soldats de la Kenpei s’inclinant face à lui. Ses pas l’amènent finalement jusqu’à la cellule dont le numéro lui a été donné, sa silhouette en contre-jour qui camoufle à peine la visière métallique de l’homme à la combinaison noire ébène. Debout et immobile, il l'observe en silence, comme fasciné par cet animal en cage.

_________________
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Sajisi10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Sam 8 Fév 2020 - 14:22
Retour de bâton
Chaque vibration, chaque mouvement, chaque craquement, chaque plissement de tissu, chaque courant d'air, n'était qu'une nouvelle couleur au sein de l'image mentale que la méditation du samouraï lui procurait, il ressentait et comprenait tout ce qui évoluait dans l'espace alentours. Du moins, s'en faisait une idée, analysant l'obscurité que lui renvoyait ses yeux fermés, usant de ces tâches vacillantes pour ne faire qu'un avec les contours de sa prison. Mais alors que le son de sa comptine au rythme lent et saccadé se propageait sur les barreaux de sa cellule, l'esprit de Mafuyu paru perturbé, comme happé par une nouvelle forme qui s'avançait au travers des couloirs, celle d'un homme rayonnant de puissance, rien à voir avec la plupart des shinobis qu'il avait rencontré jusqu'à l'ors. Les pas qui suivirent l'avancée inéluctable de l'inconnu se firent plus forts, résonnant au travers du crâne du samouraï à la méditation parfaite, comme des coups de gongs, parallèle intéressant avec la comptine tetsujine de son enfance. L'homme s'arrêta, tout comme les chants de l'Higure, dont la voix s'engrossit au travers de paroles articulées et calmes.

Tu n'as rien à voir avec les gardes que j'ai détecté jusque là. Ta présence émerge et traverse l'espace pour m'extirper de mon monde méditatoire.



Parfaitement immobile, le samouraï sentit qu'il n'était plus temps de s'adonner à une concentration réparatrice, le visiteur restait silencieux, comme attendant quelque chose de sa part. Etait-il muet ou venait-il simplement observer un homme dont la chute avait été inévitable ? D'un geste de la jambe, le samouraï brisa son aspect statuaire, usant de ses muscles encore légèrement endormis pour se relever, le regard porté vers le sol, balayant l'espace de bas en haut à mesure des secondes, sa lenteur allant de parfaite paire avec la situation d'un homme qui allait finir ses jours au sein cette étroite cellule. Mais alors qu'il était finalement relevé, le dos et la tête presque entièrement droits, ses yeux se mirent à distinguer la véritable apparence du visiteur.

Nanadaime Mizukage - Seibākuranrīdā* - Shōbō taiin* [...]

セイバークランリーダー : Chef du clan des Sabreurs
消防隊員 : Cavalier de feu.



Des mots qui furent le résultat de la surprise qui venait de le prendre, adoptant un respect presque infini et des formulations évocant le parallèle parfait de ce que représentait l'Ombre de la Brume pour lui. Il n'était pas seulement un Chef, mais un véritable Empereur, la figure idéale, celui qui était le plus à même de réussir ce que le Chûnin avait entrepris : Mener Kirigakure no Satô à son apogée.

La fin de sa phrase se fini par l'aveux du ressentit du samouraï.

[...] Tennô Heika*."

天皇陛下 : Sa majesté impériale.



S'inclinant malgré les relents de douleur à l'arrière de son crâne, le samouraï restait en position de salutations face à celui qu'il considérait le plus au sein de la Brume. Comprenant dorénavant en quoi sa détection méditatoire avait pu être entachée.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬



Dernière édition par Higure Mafuyu le Mer 12 Fév 2020 - 0:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Dim 9 Fév 2020 - 17:52
Il avait face à lui une statue parfaitement immobile, pensive, en position de seiza. Son visage relaxé et la posture de son corps, sa respiration et son silence parfait laissent à penser qu’il est en pleine méditation, une des techniques courantes des samouraïs pour approcher un état de concentration telle, qu’ils sont plus attentifs à leur environnement va leurs capteurs sensoriels. Les mots sortent de sa bouche sans qu’il ait besoin de lever la paupière, il ne lui a suffi que de son ouïe - ou s’agirait-il de sa perception du chakra, qui lui a permis de détecter ce corps étrange dans son “monde méditatoire”. Tapi dans l’ombre, l’individu s’extirpe finalement de sa forme statuaire, révélant un homme d’apparence calme et diplomate, après avoir pourtant été l’auteur d’une série de meurtres commis de sang-froid.

Il porte un sugegasa, couvrant à moitié son visage, se redresse en réaction à cette présence étrangère se tenant face aux barreaux de sa cellule, son faciès couvert par un masque, le Sabreur masqué. Des signes qui suffisent au prisonnier pour le reconnaître, au-delà du chakra qui se dégage de son visiteur, celui-ci arbore comme toujours ses deux fidèles épées dans le dos. Il est apparu en public à de nombreuses reprises, que ce soit en mission, au Grand Dojo ou lors de l’attaque du Dieu de l’Eau, mais plus récemment, lors du festival d’automne où il a été sacré la nouvelle Ombre du village, qu’il ne le lui fallait pas longtemps pour reconnaître.

A l’énoncé des titres du Nanadaime, l’homme montre qu’il le connaît sous toutes ses périphrases officielles, ponctuant la fin de ses paroles par une adresse qui se veut respectueuse même si hyperbolique par rapport à la réalité de son rôle de Mizukage, il n’est ni plus ni moins qu’un chef de village. Nonobstant sa gêne d’accepter un tel compliment il apprécie le geste et lui demande de se redresser.

Relève-toi.

Comme quoi le meurtrier d’un calme monacal n’a rien d’une bête sauvage comme on pourrait le croire en lisant le compte-rendu du meurtre dont il a été coupable, et des autres dont il est soupçonné. “Meurtre” puisque le samouraï n’avait aucun droit légal d’ôter la vie de ces criminels… D’où son incarcération immédiate, afin de savoir aussi s’il est bien l’auteur de la mort des autres criminels, les fois précédentes… où aucun indice n’a été laissé, et chaque assassinat commis avec une rapidité et une efficacité dignes d’un professionnel.

Tu es celui qui a tué tous ces criminels n’est-ce pas? Kaityo et les autres? ...

Les autorités ont été témoins de la mort de Kaityo, juste avant qu’ils n’aient le temps de l’arrêter. Ils soupçonnent aussi qu’il soit à l’origine des autres morts également, étant donné la similarité des modes opératoires… Il marque un temps de silence avant de demander.

Pourquoi?

Il avait bien sa propre idée de ses motivations, mais préférait entendre son interlocuteur s'exprimer de lui-même plutôt que de se baser sur des idées reçues. Certainement a-t-il une raison pour tuer tous ces criminels de lui-même, en pensant rendre service à la Brume, mais le Nanadaime a comme le sentiment que ses raisons sont plus complexes qu'elles ne laissent paraître.

_________________
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Sajisi10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Dim 9 Fév 2020 - 18:59
Retour de bâton
Face aux mots du Mizukage, le samouraï n'attendit pas pour relever son dos à la vertical, ses yeux suivant la direction du visage du Nobuatsu, le respect inondant. Il amena sa main gauche au niveau de là où aurait été normalement son fourreau, pour finalement se rappeler qu'il avait été dépouillé de sa lame du Crépuscule et se rediriger sur sa hanche, bien trop habitué à prendre appuie sur quelque chose de ce côté-ci. Il était impensable pour Mafuyu que l'Ombre de la Brume en personne soit venu lui rendre visite, une sorte de coup du destin qui lui faisait se poser toutes les questions les plus torturées, comme s'il pensait ne jamais pouvoir un jour lui parler en face à face. Manque de chance, sa chance n'avait pas été celle d'un patriote félicité pour ses actions, mais bel et bien celle d'un shinobi enfermé dans une cellule à l'ambiance morne, suant la défaite. Il avait mérité son sort, bien qu'il soit persuadé que ses actions représentaient entièrement ce qu'il pouvait faire de mieux pour Kirigakure no Satô, en son grade de Chûnin nouvellement promu. De sa voix lente, il propagea des paroles au fond et à la forme sincère.

Tadashii*, Mizukage-sama.

正しい - Exactement



Il baissa la tête le temps de ses quelques mots, montrant la honte qu'il éprouvait à cet instant, avant d'enchaîner.

J'ai ôté la vie à six hommes, tous des criminels. Kaityo n'était que la cible finale d'un pacification que j'ai moi-même décidé d'entreprendre.



Ceci-dit, son attitude se mit à prendre une toute autre forme... Son regard s'apaisa, laissant toute la pression que lui avait conféré la vue du Mizukage, s'estomper, tandis que son corps se raidit, matérialisation de la fierté et du patriotisme qu'il attribuait à la Brume, prêt à s'expliquer; ou plutôt, à expliciter.

Ses malfrats n'avaient rien de ceux qui tombent dans la criminalité pour survivre. Ils n'étaient que des profiteurs, des paresseux n'apportant rien à la grandeur de la Brume. ~ J'ai suivi toutes mes cibles, je les ai observés, nuits et jours, tout comme des dizaines d'autres personnes au sein de ce village, il me fallait des informations pour trouver, trier et traquer tout ceux qui ne faisaient que régresser les actions de notre toute grande cité.



Au fur et à mesure de ses mots, Mafuyu laissait sa voix s'emporter un peu plus, passant d'une voix calme et douce, à une voix forte, articulant le flot éternel qu'il était prêt à débiter. Il reprit, avec la ardeur de l'un des hommes les plus dévoués au village, l'un de ceux qui seraient prêts à tout pour amener la Brume à son apogée.

Toute ma vie j'ai combattu pour moi-même, avant de venir prêter serment l'allégeance à notre cité. ~ Rien ne me fatigue plus que la faiblesse, je la châtiais autrefois; aujourd'hui, j'ai su transformer cette fatigue en une motivation profitant à la collectivité. J'ai une équipe, des élèves et suit prêt à enseigner et transmettre tout le savoir qu'il a été donné d'amasser au cours de mes années de combats. La Brume est devenue mon moteur de vie, la raison qui me pousse à tout sacrifier pour Kirigakure no Satô. Comprenez-moi bien, je serais prêt à mourir maintenant pour la Brume s'il le fallait.



Sa voix se mit à ralentir plus encore alors qu'il s'apprêtait à transmettre ces toutes dernières phrases...

Il était pour moi inconcevable que je laisse ces brigands, dont le quotidien ne se résumait qu'à oeuvrer contre la Brume, en son sein même... en vie. Il me fallait frapper les plus prospères, cesser pour de bons leurs activités, pour redorer l'honneur de notre cité... La peur n'aspirant qu'à naître pour dissuader le coeur des plus curieux de se détourner du droit chemin.



Comment réellement partager le fond de sa pensée et l'origine de ses actions à la nouvelle figure de force du village, qui pouvait très bien être en parfaite inadéquation avec ses paroles ? Il ne le pouvait pas et pourtant, le samouraï se devait d'être honnête, il n'avait rien à cacher et était prêt à réitérer chacun de ses derniers assassinats. Si certaines personnes pouvaient excuser la criminalité, Mafuyu était persuadé que la Brume possédait largement assez de travail à donner et suffisamment de tâches à faire, pour que cette criminalité puisse être considérée comme une question de survie, et non comme le reflet d'une paresse, d'une volonté de sauter des étapes.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬



Dernière édition par Higure Mafuyu le Mer 12 Fév 2020 - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Lun 10 Fév 2020 - 1:23
L’exaltation pouvait se ressentir tant dans la voix que dans le regard du justicier samouraï, lequel répond avec la plus grande sincérité possible au Nanadaime auquel il semble vouer un profond respect, bien plus que ne le ferait aucun autre. Il pourrait bien s’agir d’une mise en scène pour tenter de gagner sa sympathie, mais il suffit de lire dans le flot de paroles justifiant le fait qu’il ait arbitrairement choisi d’administrer la justice sur ces criminels, et ce faisant, outrepassant lui-même la loi, il est convaincu de toute évidence du bien-fondé de ses motivations. Qu’en purgeant le village de la Brume de son engeance, de ces malfrats contournant le système pour financer leurs propres desseins immoraux, il a agi en faveur du bien commun.

Un homme de principe, peut-être si exalté par son credo qu’il a fini par oublier qu’il était certes un shinobi du village, mais en aucun cas autorisé à conduire ce genre d’action. Alors que faire dans la situation de l’Ombre de la Brume? Le féliciter d’une part, et le sanctionner d’autre part? Se montrer intransigeant? Ou au contraire supporter ses efforts pour éliminer les cloportes qui se réfugient dans la pénombre et fuient. Le modus operandi du chuunin dénote d’une patience et d’une persévérance dignes des spectres les plus accomplis, même s’il reste certainement à s’assurer que le patriotisme exacerbé de l’homme sous les verrous ne dérive pas vers une sorte de fanatisme incontrôlé, il faut reconnaître qu’il a fait un travail très propre, dans la mesure où il a réussi à ne laisser aucune trace de son passage des six hommes qu’il a tué avant Kaityo, où il n’a eu d’autre choix que de se réveler au grand jour pour finir sa cible avant que la Kenpei n’arrive sur les lieux.

Un détail dans la gestuelle du captif frappe immédiatement le Sabreur, à savoir le fait qu’en se relevant, le chuunin a eu ce réflexe de déposer sa main gauche près de sa ceinture, où trône normalement son fourreau. Un épéiste, tout comme lui, expliquant la nature des blessures mortelles infligées aux malfrats: des entailles d’une grande profondeur et d’une précision parfaite, et à chaque fois, un seul coup a suffi à causer la mort. D’après ce qui lui a été décrit dans le rapport d’autopsie fourni par le département scientifique. Le chuunin ne nie donc pas les faits qui lui sont reprochés, mais éprouve au contraire une grande fierté d’avoir débarrassé le village des criminels, il ne regrette pas. Ce qui n’est guère le discours le plus raisonnable à adopter en la présence d’un homme censé trancher sur son sort, mais au moins, sa parole est sincère.

Cet homme est un danger public, la première réflexion venant à l’esprit du Mizukage, craignant qu’en le libérant de nouveau, il vienne à poursuivre son entreprise vindicative visant à faire payer les hors-la-loi de la Cité de la Brume.

Et pourtant, ces brigands n’auront pas dû mourir sous ta lame. La prérogative de la Kenpei est de pouvoir intervenir dans l’arrestation et éventuellement l’exécution de ces malfrats une fois les informations extraites, de plus nous avons un système de lois qui impose que nous les suivions faute de quoi, l’ordre cesserait de régner car les autorités perdent de leur crédibilité. Puisque chacun fait sa loi.

Prêt à mourir pour la Brume, rien que ça. Le Nanadaime se trouve donc face à un Kirijin loyal - même si l’épithète peut paraître quelque peu réducteur tant il semble gagné par le patriotisme, au point de mener sa propre purge de la fange criminelle. Mais une question l’intrigue encore plus, à savoir les origines mystérieuses de cet homme, qui ne semble pas être à tout à fait à sa place.

Nous soupçonnons que Kaityo était en contact avec d’autres gens du milieu de la contrebande. Maintenant cette vérité est à jamais enterrée avec sa mort. Tu dis les avoir traqué depuis plusieurs jours et plusieurs nuits, des malfaiteurs sévissant encore dans la Brume… Avant de te jeter sur ta proie au moment le plus opportun. Tu penses et tu agis comme un assassin… où as-tu appris cela, samouraï?

Question qui tient davantage à de la simple curiosité qu'à un interrogatoire pour tenter d'alléger la sentence, et de justifier ses actes. Le chuunin avait été promu par son prédécesseur en raison de ses qualités hors-normes au combat, mais Saji lui est davantage intrigué par ce qui a peut-être conduit l'homme à devenir ce qu'il est aujourd'hui.

_________________
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Sajisi10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Lun 10 Fév 2020 - 19:32
Retour de bâton
Les flots de parole de l'Ombre de la Brume eurent un fait radical sur le mental de Mafuyu, alors que les mots fusaient, il comprenait peu à peu qu'il avait fait fausse route. La voie sur laquelle il s'était engagé partait d'un bien fondé... Fondé sur sa propre appréciation des choses, sa propre vision des choses, la seule manière dont il percevait les actions des criminels qu'il ne cesse de repérer. Des informations sur Kaityo, suite logique de la raison de l'arrivée des forces de l'ordre dans la chambre d'hôtel où avait eu lieu son dernier assassinat, l'évocation des réelles raisons de la poursuite d'un des maniât du trafic sous-terrain. Il n'agissait pas dans l'ombre de la perception des autorités, mais avait bel et bien été suivi le but d'interrogations futures et de découvertes plus importantes. Le regard se baissant au fil des secondes, le samouraï qui paraissait serein et stoïque, laissait de cette façon apparaître une honte de ses actions.

Ainsi donc j'ai failli. Ai moi-même entraîné un frein sur les actions de Kirigakure no Satô... ~ Je mérite le sort que la Brume décidera de m'infliger.



La main droite du samouraï se mise à légèrement trembler, signe de l'idée qui venait de lui parcourir l'esprit, celle de ce que se réservent les adeptes du Bûshido lorsqu'ils ont enfreint leurs propres obligations. Celle d'un Arakiri en règle qu'il aurait été prêt à s'infliger s'il avait eu son arme; mais surtout si une nouvelle obligation ne régissait pas cet instant important : Répondre au Nanadaime Mizukage. Ce qu'il fit sans plus attendre, la voix calme, mais atténué, d'un homme qui rendait des comptes.

J'ai principalement appris de moi-même, suivant la voie que mon père, bras droit d'un ancien Daimyo de Tetsu no Kuni, m'a fait suivre depuis un âge où mes souvenirs n'arrivent pas à remonter. ~ Ma route a, depuis sa mort, été celle d'un enfant de 9 ans s'évertuant à échapper à ceux qui veulent faire s'éteindre Iesuji no Higure* [...]

薄明 - La lignée du Crépuscule.



Le prisonnier marqua un court temps de pause, lâchant un soupire, avant de continuer.

Les arts de l'illusion, de la sensorialité, du ninjutsu, du kenjutsu et, plus particulièrement, de la méditation, font aujourd'hui partie intégrante de mon mode de vie. La continuité d'une voie sur la laquelle j'ai grandit et mûrit pour des raisons de survie et qui font de moi ce que je suis à ce jour; une simple ombre.



Des mots qui ne pouvaient pas mieux résumé qui il était. Depuis son arrivée au village et, plus récemment, son acceptation en tant que soldat de la Brume, il n'avait fait que se cacher, s'informer, s'entraîner et méditer. Peu d'autres kirijins avaient connaissance de sont existence, et pour cause, ses seules rencontres avaient été le fruit de ce que son devoir kirijin lui intimait de faire. Il vivait excentré, loin de tous, alors que pourtant matériellement si proche de chacun. A cet instant, il aurait voulu faire comprendre au Mizukage qu'il était prêt à se racheter, ou à se donner la mort. Mais, il ne l'avait que déjà trop fait. Nul besoin de s'apitoyer, le glaive de la justice serait aussi celui que choisira le Chûnin.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬



Dernière édition par Higure Mafuyu le Mer 12 Fév 2020 - 0:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Mar 11 Fév 2020 - 22:47
Il y a une haine dans son regard, plus que de l’animosité, un dégoût viscéral à l’égard des criminels. Dans ses yeux qui reflètent sa ferveur patriotique, puisque c’est la cause qui lui semble justifier les vies qu’il a ôté, et ce sans qu’il en ait l’autorité, il perd peu à peu de cette volonté, de cette certitude qui semblait le traverser alors qu’il réclamait avec fierté avoir fait le bien de Kiri, alors que la réalité est plus nuancée que cela. Une nuance qui finit par briser, un doute qui s’immisce dans l’esprit et finit par faire trembler les fondations de ses convictions morales, ployant sous les paroles du Nanadaime Mizukage, se tenant face à lui pour la première fois. L’homme à qui il pensait faire du bien en l’aidant à éradiquer la racaille de la Cité de la Brume, la lie qui se dépose dans les plaies de la justice imparfaite, était loin de soupçonner que par ses propres actions il avait peut-être contribué à semer davantage le chaos.

Ses paroles sont dures envers lui-même, se soumettant sans résistance à la pénitence que la Brume décidera de lui faire subir. Un réflexe lui vient, un geste incontrôlé qui ne manque pas au regard affûté du Nobuatsu, celui de se commettre le seppuku, mais sa lame encore absente ne le lui permet pas cette libération de la honte d’avoir failli au devoir qu’il pensait accomplir. L’honneur du samouraï. Un sentiment qui résonne dans le coeur du Sabreur, et ses enseignements à l’art du kenjutsu qui ont commencé dans son pays d’origine, celui de la Foudre, formation qu’il n’a pas pu achever après le meurtre de son senseï par son frère. Comme lui, Mafuyu a perdu un mentor, son propre père qui aurait été bras droit d’un ancien Daimyô de Tetsu. Et à neuf ans, il n’aurait fait que survivre jusqu’à que ses pas l’amènent à Kiri.

Une longue ellipse qu’il ne semble pas enclin à divulguer, même au Mizukage, ou plutôt ne trouve-t-il pas l’intérêt de raconter sa longue histoire à un homme pour qui le temps est si précieux qu’il n’aurait aucune envie de discuter des affres de l’enfance d’un samouraï vagabond.

La lignée du Crépuscule? Qu’est-ce donc? Un ordre de samouraïs au service du Daimyô de Tetsu?

Le Nobuatsu lui-même n’a pas grande connaissance sur l’histoire du Pays du Fer, si ce n’est que celui-ci a été repris par les Taira, un garçon qui a survécu au massacre des Nagamasa avant de revenir comme légitime souverain du trône de Fer: Taira Fugaku. Hormis les grandes lignes, et n’ayant pas eu beaucoup de vent sur ce pays dans les temps récents, il est curieux d’avoir une meilleure connaissance des coutumes et autres excentricités qui régissent ce pays qui est connu pour être la terre des Samouraïs.

Dis-moi, que commanderait le Code du Bushido si je devais décider de ton sort?

_________________
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Sajisi10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Mer 12 Fév 2020 - 19:49
Titre
Face à la curiosité de l'Ombre de la Brume, le samouraï se permit d'enchaîner, la voix lente, divulguant une sérénité perpétuelle pourtant trahi à certains moments, signe qu'il était poussé dans les retranchements de ses convictions. La purge était pour lui une chose nécessaire, le glaive de la justice au dessus de ceux qui croyaient l'esquiver à jamais, et pourtant, le simple fait qu'il ait fini dans l'une des cellules de la patrie qu'il défend, lui rappelait qu'il avait fauté. Il se mit à ralentir son rythme cardiaque, tout en fermant les yeux quelques secondes... Il lui fallait rester calme, ne pas s'éloigner de la voie de méditation qu'il avait décidé de suivre, il ne devait pas céder facilement, comme il l'avait fait face à Kaityo, oubliant toutes les précautions qu'il avait l'habitude de prendre.

La lignée du crépuscule n'est qu'une simple branche d'une famille Daimyô dont les origines sont ancestrales. Son but était de servir, en agissant dans l'ombre, traquant des informations, surveillants ceux qu'ils servaient afin de les protéger, et même... assassiner les menaces. ~ Cette lignée... Ma famille, est aujourd'hui presque révolue et je ne saurais dire lesquels de mes proches sont encore là... Personne ne peut le dire exactement. ~ S'ils veulent se cacher. Personne ne les trouvera. C'est le propre de la lignée du crépuscule.


A ces mots, le samouraï rouvrit les yeux en direction de l'homme aux multiples titres, son supérieur hiérarchique, le sommet de la pyramide, celui en qui il devait vouer une confiance aveugle, quelques étaient ses agissements. La dernière question vint le heurter, lui imposant trois bonnes secondes de réflexion, ne sachant pas exactement quoi penser de lui-même et de ce qu'il avait fait. Une chose était certaine, il avait apporté le déshonneur au sein du rang des Chûnins. Chose plus compliqué, Mafuyu n'avait jamais réellement compris le bushido, malgré l'enseignement acharné de son père, seules ses capacités au combat dénotaient lorsqu'il n'était encore qu'un enfant... Sa connaissance et sa compréhension des codes ? Il ne l'avait jamais réellement achevé et n'était pas sûr de pouvoir y arriver un jour. Raison pour laquelle il agissait comme un robot à propos du Bushido, et non comme un être pensent suivant ce credo.

Il se mit alors à plier un genou et à baisser la tête, en position de révérence chevalière.

Mon sort dépend de l'humeur et du mécontentement de celui que je sers... Vous-même, Nanadaime Mizukage. ~ Certaines sentences sont la mort, d'autres des travaux forcés, certaines même des exile. Selon le bushido, il incomberait seulement de ce vous voyez encore possible de faire de moi... La mort représentant la sentence ultime d'un élément qui n'a plus rien à apporter, parfois car porteur d'un trop grand déshonneur, malgré ses compétences...


Immobile, le samouraï remettait son sort entre les mains de celui qui avait le pouvoir ultime. L'avait-t-il déçu au point de l'exécuter ? L'honneur de la Brume était-il en jeu ? Combien de personnes avaient été mises au courant que l'auteur des crimes était l'un des Chûnins du village; il était pour l'instant difficile pour lui de le savoir. Son destin allait être scellé.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Jeu 13 Fév 2020 - 22:06
Sa question n’était en rien un piège tendu par le Nanadaime, pour mettre le samouraï en porte-à-faux vis-à-vis de ses convictions morales, ni un test où il se devrait de trouver la bonne réponse, faute de quoi il serait condamné. Non, loin de lui l’idée de torturer un homme avant la potence - du moins pas dans ces circonstances où il est face à un homme sincèrement loyal à la Brume, le cheminement de ses questions tient davantage au fait qu’il n’est lui-même pas étranger au code du Bushido et que c’est peut-être la première fois qu’il a l’occasion d’échanger avec un des samouraïs de Tetsu. Un orphelin issu d’une famille de Daimyô, et dont la spécificité était justement de servir le seigneur en procédant à des opérations discrètes, qu’il s’agisse d’infiltration, surveillance, ou d’assassinat. Des techniques qui résonnent forcément avec l’expérience du spectre du Kyôi, et ce qui explique comment il a pu traquer ces criminels réfugiés dans l’ombre pour les assassiner sans laisser de traces. Cependant, le chuunin révèle que cette lignée s’est éteinte depuis. Dans quelles conditions? Pourquoi? Des questions qui encore une fois, restent sans réponse.

La voix portée par le silence des geôles austères des Yuki, le samouraï vagabond est questionné sur son opinion de la sentence qu’il se verrait administrer, que dirait le Code du Bushido dans ce cas précis? La mort, si le Mizukage juge que le prisonnier a fait preuve de déshonneur envers sa patrie, et qu’il n’est plus utile, alors sans doute serait-il préférable pour Saji de le condamner à la peine capitale. Une option sur laquelle il semble méditer tandis que le chuunin liste encore les travaux forcés, voire l’exil. Une option qui joint la pénitence à l’utilité, tandis que l’autre pourrait conduire à un retour de bâton si jamais l’exilé venait à se venger ou rejoindre l’ennemi. Mais le Tetsujin ne semble pas être de ces gens-là, et puis, ses actes en soi n’ont ciblé que des criminels, sans occasionner de dommage collatéral, ni aucun signe qu’il agisse dans ses propres intérêts. Rien pour l’instant ne le prouve en tous cas. Donc aucune raison de douter de sa sincérité.

D’autant que les effectifs des hauts rangs de la Brume constituent l’avant-garde du village militaire, tuer un élément actif et patriotique de Kiri serait communiquer au peuple qu’il ne tolère pas ses actions. Ce que le samouraï ne réalise guère encore, mais sa soi-disante purge a d’ores et déjà conquis le coeur de certains habitants, pour peu que ceux-ci soient au courant de son existence, à tout le moins de la présence d’un justicier mystère dans les ruelles du village, tuant les criminels sans la moindre pitié. Le goût du sang a toujours été particulièrement ancré dans les moeurs des Kirijins. Mais il y avait une différence entre faire couler le sang pour le sang, et tuer pour une cause qu’on estime juste, par pur désintérêt si ce n’est pour sa patrie. Le Nanadaime finit donc par trancher d’une question rhétorique:

Qui serais-je pour tuer un homme loyal envers la Brume?

L’homme face à lui n’a rien d’un mécréant à l’image de ceux qu’il a tué, même si ses actions le souillent lui-même de la souillure qu’il a voulu purger, il n’est peut-être qu’une âme égarée, un homme ayant un vrai sens de la justice mais qui ne demande qu’à ce qu’on lui donne les moyens d’aider la cause qu’il veut servir avec ferveur.

Tes actions ont eu un retentissement positif auprès de la population, certes… Mais je pense que tes compétences seraient bien mieux utilisées si pointées dans la bonne direction. Que dirais-tu de me rejoindre devant les Marécages Brisés? Pour que nous échangions quelques coups.

Il se retourne avant de le laisser dans sa cellule, toujours fermée. Il quitte les Geôles tout en laissant l’ordre aux gardiens de prison de libérer le samouraï sanguinaire, ils sont stupéfaits, pensent avoir mal entendu ce qui vient d’être commandé mais il appuie son ordre de nouveau et leur ajoute de lui rendre son épée et ses effets personnels qui ont été confisqués, avant de sortir pour se rendre jusqu’au point de rendez-vous.

_________________
Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Sajisi10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama) Empty
Dim 16 Fév 2020 - 17:42
Retour de bâton
Toujours un genou à terre, le samouraï attendait, patient, que sa sentence tombe. Il avait assidûment répondu quelques questions de son supérieur ultime, le Mizukage, et pourtant, son destin restait en attente de sa décision. Quelques secondes passèrent, comme une souffrance qui aurait pu faire frémir n’importe quel criminel de bas étage face à au jugement de l’autorité, mais pas Mafuyu. Le Chûnin restait stoïque, prêt à rester des heures dans sa position, jusqu’à s’en briser le genou s’il le fallait.

Les mots de l’ombre de la Brume se mirent alors à frapper, comme trop soudain pour la situation intense dans laquelle ils se trouvaient.

Qui serais-je pour tuer un homme loyal envers la Brume?


[…]

Ces simples mots suffirent à redorer encore davantage la patriotisme du samouraï, dont sa dévotion, couplée aux ordres du Nanadaime Mizukage, suffiraient à décider de ses prochaines actions pour la Brume. Il était prêt à travailler comme un forcené pour apporter un nouvel honneur au sein de leur grande cité, prêt à se dévouer corps et âme et délaisser toutes ses occupations parallèles. Bien, qu’à vrai dire, sa nature même était faites pour qu’il ne puisse qu’à la manière d’une ombre. Il n’avait pas loisirs ; seul son bien-être intérieur lui suffisait. Et il le comblait largement en suivant les traces d’Iesuji no Higure*.
薄明 - La lignée du Crépuscule.

Les mots de l’Ombre servirent d’éveil à une deuxième chance que le samouraï ne laisserait pas passer. Le genou plié, Mafuyu l’observa lui tourner le dos et se retirer, démarrant la traversée inverse de son arrivée, moment pour lui de lâcher quelques derniers mots.

Gyoi* ; Mizukage-sama.

御意 – A vos ordres.



S’il suivait les ordres de son supérieur, le Chûnin comprenait très bien que ses mots sonnaient comme un remerciement ; L’appréciation de la clémence du Mizukage, mais aussi le reflet de l’honneur qui lui était fait. En un sens, il était presque sûr que son supérieur voyait en lui un potentiel qui ne devait pas être entériné par le mouvement rapide et immuable d’une lame heurtant sa nuque.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631

Retour de bâton (w/ Mizukage-sama)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Geôles
Sauter vers: