Soutenez le forum !
1234
Partagez

We're on easy street - Liuqin

Hayame Atsumi
Hayame Atsumi

We're on easy street - Liuqin Empty
Dim 9 Fév 2020 - 23:26
« Merci, à bientôt ». dit-elle, machinalement.

Voilà déjà plus d'une heure que les marchands défilaient au compte goutte, reprenant la route à cette heure tardive, ne voulant certainement pas rester au village pour la nuit. Souvent, on la remerciait, la prenait par la main, ou encore lui faisait carrément des avances. Sincèrement exténuée, elle faisait de son mieux pour garder patience, mais il était parfois difficile de rester courtoise.

Aussi, elle finit par s'asseoir sur une pierre qui traînait près de portes, discutant tranquillement avec un membre de la garde des murs qu'elle avait déjà rencontré par le passé, tandis que les dernières charrettes disparaissaient dans la nuit.

« L'heure est passée »
dit-elle d'une voix douce.

Et pour cause, à partir de ce couvre-feu, tout marchand se trouvant encore dans l'enceinte du village se retrouvera face à des portes fermées si il souhaitait sortir. C'était les règles.

« Effectivement. » lui dit le garde, en sortant une montre de poche qui indiquait 3 heures. « Je vais aller fermer les portes, vous feriez mieux d'aller vous reposer, sans vouloir être désobligeant, vous semblez épuisée. »

Accueillant la remarque avec un rire discret, la blonde le remercia et lui souhaita bonne nuit, avant de prendre la route vers sa maisonnette. Les rues étaient encore plus désertes, seuls quelques bars encore bien animés qui prolongeait le festival d'automne venaient percer le doux silence de cette nuit brumeuse, pour changer. Ça, et le bruit sec et répétitif de ses talons qui résonnaient dans toute la rue. La jeune dame était pourtant habituée à se déplacer sans le moindre bruit, à ne se faire apercevoir par personne, à rester dans l'ombre. Ce soir, elle avait été sous les feux des projecteurs durant toute la soirée, grâce au festival, son nom et son visage étaient désormais connu d'un grand nombre de villageois, au cas où la petite réputation qu'elle s'était forgée ne l'avait pas déjà fait.

Traversant les rues, les images de la soirée défilaient dans la tête d'Atsumi, et c'est avec une certaine euphorie que la blonde redescendait de son petit nuage, l'adrénaline quittant progressivement ses veines. Elle était fière de ce qu'elle avait accompli.

Au détour d'un chemin, ou on pouvait apercevoir une sorte de jardin public plein de verdure, elle cru reconnaître une silhouette humaine … allongée sur le sol. Méfiante, elle s'approcha à petit pas pour permettre à sa vue de s'ajuster au brouillard ambiant qui masquait partiellement sa vue.

La personne était sur ses genoux et ses paumes, la tête dans l'herbe, en train de … l'arracher ? Pourtant vêtu d'un ravissant Kimono, l'inconnu se salissait grandement les genoux dans une telle position. Mais le plus perturbant étant bel et bien le festin dont il était en train de se délecter. La pelouse avait si bon goût ?

« Euh, excusez moi … est-ce que tout va bien … ? »

Pas franchement rassurée, la blonde se débarrassa d'un geste de ses escarpins inconfortables, et s'approcha à pas feutrés de la chose. A une certaine distance, la personne tourna sa tête, dévoilant un visage inconnu.

L'avait-elle déjà rencontré ? Impossible de s'en souvenir réellement, mais son comportement était des plus douteux.

Seulement, vint un moment où Atsumi s'approcha un peu trop près pour le jeune garçon, qui piqua un sprint a quatre pattes dans la direction opposée, arrachant au passage bon nombre de parterres soigneusement entretenus.

« Hey ! » hurla-t-elle.

Franchement confuse, la demoiselle se mit à ses trousses, totalement compressée dans sa robe qu'elle soulevait tant bien que mal, peinant à rivaliser avec la vitesse du dégénéré. Peu désireuse de faire durer la course poursuite, sentant l'herbe mouillée sur ses pieds nus, elle diffusa une bonne quantité de chakra dans ses jambes, réalisant une ruée qui lui permis d'atteindre son objectif en un clin d’œil. En un bond, elle atterrit droit sur le dos de l'herbivore, le clouant au sol dans la foulée.

Fière d'elle, elle ne s'attendait néanmoins pas à ce que l'individu explose dans un écran de fumée. Se transformant en ... cerf.

Totalement dépitée, la blonde secoua la tête dans tous les sens, en poussant une exclamation confuse. La voila chevauchant un cerf qui se débattait dans tous les sens, ses sabots fendant dangereusement l'air, et ses bois passant à quelques centimètres de son visage à chaque secousses.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787 http://www.ascentofshinobi.com/t8349-hayame-atsumi-carnet-de-route#69929
Hokazuka Liuqin
Hokazuka LiuqinEn ligne

We're on easy street - Liuqin Empty
Lun 17 Fév 2020 - 23:38
L'Aki Matsuri, une réussite kirijine. De ce qu'avait pu récolter Liuqin des discussions qui se sont indiscrètement logées dans son oreille, ce Festival était issu d'un projet récent et surtout était une première édition. Cette information avait provoqué l'étonnement du Cervalier. En effet, les festivités furent suivies de chaque Kirijin dans une organisation et un déroulement des choses qui frôlait le naturel. Tout le monde savait où être, où aller, pourquoi, comment et avec qui. Comme si l'Aki Matsuri avait toujours été là. À l'aide de son plus récent et unique ami sur l'archipel, Hotaru, l'Hayashijin en apprit plus sur Kiri et ses habitants en cette soirée.

La fin de sa période de mendicité approchait, il pouvait enfin l'entrevoir. La stabilité lui tendait le bras. Dans peu de temps, son entretien final avec les autorités policières décideront si les données récoltées lors de sa surveillance le rendent apte à servir la Brume. Il avait beau n'avoir aucune attache avec ce nouveau pays, il avait hâte d'intégrer les rangs. Ou plutôt il avait hâte de recevoir un salaire et vivre dans des conditions plus décentes que celles actuelles.

C'est avec ces pensées-là que le jeune homme aux cheveux attachés rentrait vers l'auberge dans laquelle il logeait depuis son arrivée dans le pays, ce mois-ci. Il ne remarquait pas la présence d'Otsuno, son compagnon cervidé, dans l'espace extérieur du bâtiment. C'est ici que les Propriétaires avaient gentiment autorisé l'animal à rester. Liuqin ne s'en préoccupait pas plus que cela. Il arrivait plusieurs fois à son ami de se métamorphoser en son propriétaire pour profiter de la chambre où il logeait. Et ce dernier n'y voyait pas d'inconvénient. Il avait déjà imposé un voyage bien trop fatigant et inadapté à l'animal pour restreindre ses conditions de vie maintenant. Alors, après avoir salué la Tenancière, il montait jusqu'à sa chambre attitrée, supposant la présence de Ramure Creuse. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque le Cervalier retrouvait sa cabine vide.

Grinçant des dents, son premier réflexe fut de redescendre au guichet pour voir ce qu'il en était avec la Propriétaire. Elle lui fit d'abord la conversation en lui demandant comment s'était déroulé le Festival. Liuqin n'était pas inquiet pour Otsuno, il savait que la Bête savait se défendre. Il était juste agacé par son comportement et son arrogance. Alors il tint la conversation superficiellement sans tout de suite y couper court. Par respect et parce qu'il n'était pas pressé. Mais il ne l'approfondit pas, d'autant plus qu'il n'apprit rien. Quelle perte de temps. Quelle indignité. Nous étions dans une Auberge publique.

Avant de partir pour mener de plus amples recherches, il fut tenté de prendre sa lance. Mais le fait que la Kenpei le tenait à l’œil à toute heure lui fit reconsidérer son idée. Partir armé en pleine nuit ne servirait pas son image. Et puis à quoi cela lui servirait-il ? Ce n'était pas comme s'il allait tomber sur des bandits qui maltraiteraient son animal, ou pire qui l'auraient tué pour revendre sa viande. ... Si ?

Heureusement non, au fil des recherches, il est tombé sur... toute autre chose. Une blonde qui avait l'arrogance de chevaucher Otsuno comme s'il s'agissait d'une attraction. Et elle s'y prenait très mal, qui plus est. Le cervidé avait plus l'air en souffrance qu'autre chose. Le sang de l'Hayashijin ne fit qu'un tour. De là où il était, il commençait à se ruer vers la femme en question pour la désarçonner non sans accompagner sa chute. Une mauvaise réception pouvait entraîner une fracture de la nuque ou de la colonne. Et qui que ce soit ce mécréant, Liuqin souhaitait éviter d'avoir un meurtre ou un handicap à sa responsabilité. Concentrant son chakra sur la plante de ses pieds et couplant son art martial à ses technique ancestrales il plaquait la jeune femme pour la sortir de sa monture et l'amener au sol.


"Bas les pattes !"

Face au visage de la Roublarde, il put observer ses traits et distinguer clairement son visage. Il reconnut Hayame Atsumi, l'organisatrice du Festival qui venait de se dérouler. Toute personne ayant été présente en cette soirée la connaissait désormais.

"Mais vous êtes ... Pourquoi ... C'est donc ça vos hobbies nocturnes ? Subtiliser les cerfs des autres pour les monter ? C'est de la maltraitance animale, madame !"

En tenant ces mots, il jetait un coup d’œil autour de lui. S'il était encore surveillé par la Kenpei à cette heure-ci (ce dont il ne doutait pas), son action avait sans aucun doute piqué l'attention de ceux qui l'observaient. Et sans doute se tenaient-ils prêts à agir si la situation dégénérait. Il ne put se permettre d'avoir un motif d'agression sur lui. Il lâcha donc son emprise sur la jeune blonde. Mais en observant les alentours, il remarquait surtout l'absence de son compagnon cervidé qui lui, n'avait pas stoppé sa course.

"Je ne vous félicite pas ... Et vous avez intérêt à m'aider à le retrouver !" dit-il en lui jetant un regard empli de mécontentement.

_________________
"#005800"
We're on easy street - Liuqin Ar0e10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080
Hayame Atsumi
Hayame Atsumi

We're on easy street - Liuqin Empty
Mar 18 Fév 2020 - 17:51
Sans vraiment comprendre pourquoi, Atsumi passa d'un rodéo sur un cerf à un roulage dans l'herbe en bonne et due forme. Elle sentit son dos frotter contre la pelouse humide, sa robe rouge se tachant de vert tout en s'imbibant de la rosée.

Jamais, depuis son combat contre l'érudite, elle ne s'était sentie aussi épuisée, cette journée ne voulait définitivement pas se terminer. Regardant l'individu qui venait de lui intimer de ne pas toucher à son … cerf, elle cru observer de la surprise. Visiblement, il la connaissait, ce qui n'était pas étonnant, étant donné qu'elle venait de passer presque une soirée entière sous les yeux du village dans sa quasi totalité.

Confuse, elle se contenta de se dégager de son emprise d'un geste sec et colérique, avant de se relever en tapotant sa robe pour dégager les morceaux d'herbe qui s'y étaient collés. Ceci étant fait, elle jeta un regard noir à l'homme à queue de cheval. Si elle était relativement très calme dans son travail, ici et maintenant, elle n'était personne de plus qu'Hayame Atsumi, la blonde précieuse et irritée.

« Votre …. animal était en train de saccager le parc, pour votre gouverne ! Et sous votre apparence en plus, ce n'est tout de même pas de ma faute si vous êtes incapable de le surveiller comme il se doit. »

Sa robe humide et tachée lui collait au corps et ses pieds nus étaient gelés par la fraîcheur nocturne de la rosée. Sans parler, évidemment, de la température relativement froide des nuits d'automne.

« Vous aider ? » dit-elle, en le pointant du doigt.  « Je n'irais nulle part. Votre cerf, votre problème. C'est même vous qui allez me devoir une robe à présent. Sans plaisanter, regardez dans quel état elle est ! Je l'ai faite concevoir pour l'occasion, c'est un modèle unique … et elle est fichue ! C'était de la soie en plus ... » dit-elle, une pointe de tristesse dans la voix.

Complètement indifférente à ce soucis de cervidé, elle passait en revue les différentes endroits de sa robe qui était dévastée par les taches avec des petits gémissements affolés, tout en revenant près de l'endroit où elle avait abandonné ses talons, au niveau de la rue. Elle se retourna une dernière fois.

« Eh bien allez y ! Chercher le, qu'il ne cause pas d'avantages de dégâts. Moi, j'attends ici, pour qu'on s'arrange en ce qui concerne ma robe. » dit-elle, en s'asseyant théâtralement sur un banc, les bras croisés et la mise boudeuse.

Et puis quoi encore ? Elle allait arpenter les bois en talons dans cette tenue pour un élaphe débile ? Pas question !

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787 http://www.ascentofshinobi.com/t8349-hayame-atsumi-carnet-de-route#69929
Hokazuka Liuqin
Hokazuka LiuqinEn ligne

We're on easy street - Liuqin Empty
Mer 19 Fév 2020 - 17:19
Otsuno avait filé et c'était à Liuqin de le retrouver à présent. Son arrogance risquait de mettre en péril le bon déroulement de son intégration à Kiri. À mois que la fuite d'Otsuno soit une mise en scène de la Kenpei pour évaluer comment l'Hayashijin s'en sortirait dans ce genre de situation de crise ? Ses suppositions ne recevront jamais d'éclaircissement, alors autant ne pas s'attarder sur la question et se consacrer sur la résolution du problème. Il avait un cerf à rattraper.

Bien sûr, les choses se dérouleraient plus agréablement si une pimbêche ne le ralentissait pas en toute indignité. Se croyait-elle toute permise parce qu'elle venait de faire la présentatrice d'un pauvre Festival ? À mois que cette dernière soit aussi éméchée que ceux dont elle a eu la charge du divertissement, ce soir. Dans tous les cas, il n'avait pas de temps à perdre et son jugement sur sa personne serait bien vite fixé. Une blonde plaintive et déconnectée. On en dirait presque une femme politique du Pays du Feu.

Mais comme si l'insolence de la peste ne suffisait pas, il fallait en plus qu'elle lui demande une compensation ? Inenvisageable.

"Ce n'est pas «un animal» c'est un être sensible ! Le fait qu'il ait pris mon apparence vous aurait pas mis la puce à l'oreille ? Ne le traitez pas comme une bête !"

Lui lançait-il en grinçant des dents. Il méprisait cette femme, quoi qu'elle dise.

"Enfin j'ignore pourquoi je viens dire ça à une femme qui le chevauche en pleine nuit comme une attraction pour débauchés ..."

Puis vint la fameuse question du remboursement de la robe à laquelle, bien évidemment, Liuqin n'adhérait en aucun cas. Même s'il le voulait, de toute façon il n'en aurait pas les moyens. Et s'il les avait, il ne le voudrait pas.

"Si vous avez eu les moyens de vous acheter une robe de si beeeeelle facture alors son remboursement est bien le moindre de vos soucis."

Il serrait la mâchoire tout en la jaugeant un instant, avant de rajouter à un volume moins élevé :

"Au lieu de vous soucier du prix de votre robe allez plutôt vous acheter une dignité. Vous en avez plus besoin ..."

Il se retournait ensuite dans la direction opposée, traçant son cerf à l'aide de la piste laissée par son odeur qu'il connaissait tant. Mais avant de partir, il n'oubliait pas de mettre les choses au clair :

"Attendez aussi longtemps que vous voudrez, je ne reviendrai pas. Vous ne recevrez aucun dédommagement de ma part pour vos propres actions idiotes. Moi qui croyait que ce Festival était un simple acte de bonté et de chaleur kirijine, vous faites juste tout pour l'ostentatoire et le prestige en fait. Un politique est un politique, à Kiri ou ailleurs."

Puis il déguerpit sans laisser place à une réponse, retournant à la recherche de son compagnon.

_________________
"#005800"
We're on easy street - Liuqin Ar0e10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080
Hayame Atsumi
Hayame Atsumi

We're on easy street - Liuqin Empty
Lun 24 Fév 2020 - 15:08
Un être sensible ? Grand bien lui fasse, devait-elle donc s'adresser directement à lui pour répondre de ses actes ? Ce qu'elle pouvait être agacée de ce genre de personnes qui s'attardaient sur des détails sans pour autant résoudre le problème …

Pour ainsi dire, l'attitude du fanatique des cervidés surprenait Atsumi de par son culot. Est-ce là un acte courant que de causer des dégâts sans les réparer ? D'ailleurs, elle n'avait jamais vu son visage nulle part au village, et cela faisait un petit moment qu'elle y vivait. Peut-être faisait-il parti des marchands qui restaient ici pour la nuit après le festival ? Difficile à dire, mais elle ne comptait pas en rester là.

Une dignité ? Elle ? C'est bien lui qui faisait grande preuve d'indignité, dans ce jardin public. Alors quoi ? Elle devait simplement ne rien dire ? Fermer les yeux et même s'excuser ? Ça, ce n'était pas être digne, c'était être une sacrée victime. Peut-être que le brun adoptait lui même cette attitude ? Pourquoi ne pas le rouler dans la boue à son tour et partir, il n'allait tout de même pas lui demander des comptes, ça serait un terrible manque de dignité, non ?

Le voilà qu'il partait, à présent.

Comment osait-il ? La salir, ne pas prendre conscience que son stupide cerf était hors de contrôle, remettre en cause les intentions tout à fait nobles du festival …

La journée avait été bien trop mouvementée pour la jeune femme. Dépitée, elle décida d'abandonner la querelle et de tout simplement rentrer chez elle, en se promettant que tout cela n'était que partie remise. Elle regarda encore une fois sa robe, ruinée, avec un long soupir. Renfilant ses talons, elle fit volte face et se dirigea à nouveau vers sa maison, à bout de forces.

Une fois sur place, elle envoya tout voler dans un coin de sa chambre, et se jeta sous la douche, s'asseyant directement dans la cabine, adossée au mur, en laissant l'eau couler pendant de longues minutes. Un mélange d'excitation et de colère refaisait surface. Elle n'allait tout de même pas laisser cette magnifique soirée se faire gâcher de la sorte par un malotru. Non. Et il n'allaient pas en rester là. Parole D'Atsumi.

« Lui et son cervidé écervelé, je les retrouverais ... »
se dit-elle, en sombrant dans les lymbes du sommeil, enfouie dans sa couverture beaucoup trop grande.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787 http://www.ascentofshinobi.com/t8349-hayame-atsumi-carnet-de-route#69929
Hayame Atsumi
Hayame Atsumi

We're on easy street - Liuqin Empty
Mar 3 Mar 2020 - 12:13
La forte lumière que laissait passer sa fenêtre annonçait une heure avancée de la matinée. Son visage se crispa dans une expression grognonne. Elle avait oublié de fermer ces fichus volets avant de dormir. Inutile d'essayer, il était désormais impossible de se rendormir. Basculant sur le côté en soupirant, elle resta assise pendant un certain temps, dégageant de temps en temps une mèche de sa chevelure ébouriffée de ses yeux.

Finalement, elle se traîna dans la douche une nouvelle fois d'un pas nonchalant. Elle n'en avait que faire de gâcher de l'eau, il fallait trouver un moyen de se débarrasser de sa mauvaise humeur, et ce n'était ni le café ni la musique qui pouvaient y faire quoi que ce soit. Ainsi, comme hier soir, elle laissa l'eau couler sur son corps engourdi durant de longues minutes, puis, lorsqu'elle fini par culpabiliser d'user autant d'eau pour rien, elle sortit de la cabine. L'entretient de ses de ses cheveux l'occupa pendant une bonne demie heure avant qu'elle ne daigne ressortir, ses mèches blondes rassemblées en un chignon bien serré.

En vérité, elle n'avait aucune envie de sortir de chez elle, mais sa curiosité la poussait à analyser un peu l'état d'esprit du village après l’événement d'hier. Finalement, elle rassembla toute sa volonté pour s'habiller avec des vêtements confortables, trébuchant au passage sur ce qui ressemblait à un chiffon … qui n'était rien d'autre que sa robe. Constatant les dégâts à la lumière du jour, elle soupira, et décréta une bonne fois pour toute qu'une réparation n'était absolument pas envisageable, et laissa le tissu déchiqueté et taché sur le sol.

Il était aux alentours de 12h lorsque la blonde pointa le bout de son nez dehors, munie de lunettes de soleil, les traits du visage tirés par la fatigue. Sa priorité pour le moment était de se chercher quelque chose à manger, parce qu'elle n'avait rien avalé hormis les quelques amuses bouches négligeables d'hier soir. Atsumi adorait manger et adorait la bonne nourriture, mais son estomac avait la fâcheuse tendance à passer au dernier plan pour le moindre pépin ou la moindre source de distraction. C'est ainsi qu'elle s'arrêta à un stand de brochettes qu'elle connaissait bien, il proposait une variété assez impressionnante de mets. Son choix s'arrêta sur Boeuf, Saumon et Thon qu'elle commanda en trois exemplaires chacun. L'attente était moindre, et elle reprit son chemin bien assez vite, une morceau de poisson entre les dents.

Seulement, sa dégustation ne se passa pas comme elle l'avait prévu. Au détour d'une rue, elle aperçût quelque chose qui manqua de lui faire avaler de travers sa pitance. Il ne s'agissait ni plus ni moins qu'un visage récemment rencontré, la longue chevelure nouée reconnaissable d'un individu bien particulier …

« VOUS ! » Hurla Atsumi, au milieu de la foule.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787 http://www.ascentofshinobi.com/t8349-hayame-atsumi-carnet-de-route#69929
Hokazuka Liuqin
Hokazuka LiuqinEn ligne

We're on easy street - Liuqin Empty
Ven 22 Mai 2020 - 23:30
"Ce genre d'accident ne doit pas se réproduire." se répétait dès son réveil l'Homme aux sombres cheveux longs.

- Otsuno, je crois pas que tu te rendes compte que ce qu'il s'est passé est grave.

Une tasse de thé en main, Liuqin confrontait son compagnon quant à la situation ayant eu lieu la veille. Ce dernier, bien évidemment, ne put répondre qu'avec un brame.

- Non, je suis très sérieux. Ce qui s'est passé peut nous coûter l'asile à Kiri. On a pas traversé la moitié du continent pour qu'une de tes sautes d'humeur rende nos sacrifices vains.

Le cerf regardait ailleurs sans répondre.

- Tu pourrais au moins avoir la décence de reconnaître ça.

Après quelques secondes de silence, ce qui ressemblait à un très bref et silencieux grognement fut émis par la Bête.

- T'as bien du culot, je te rappelle que c'est pour toi que j'ai fait ça ! J'attends toujours un merci, d'ailleurs. Mais je sais pas ce que j'attends puisque t'es même pas capable de dire "désolé" ni reconnaître tes torts.

L'Élaphe foudroyait ensuite son camarade du regard.

- Hors de question. Ça m'a vraiment blessé ! Tu m'as- ... non, tu NOUS a mis dans de sales draps ! Je dois te rappeler que les forces policières nous ont à l'oeil ? Qu'ils sont au courant de chacun de nos gestes ? Je te demande de faire profil bas pendant un mois ! Un. Mois. C'est si compliqué que ça ?

Le Seigneur des Bois penchait ensuite son visage pour former un angle oblique.

- C'est ... Tu marques un point. T'es pas vraiment fait pour être à l'aise ici, mais quand même ... un mois ? Je suis obligé de te demander ça, Otsuno ... C'est pour nous deux, tu le sais et pour eux aussi !

La Ramure Creuse laissait échapper un ultime brame.

- Je te remercie. Et ... je m'excuse aussi, pour ce que ça vaut. C'est principalement moi qui t'ai embarqué dans tout ceci. Je mentirai si je disais que je ne m'en veux pas un peu plus chaque jour ... Mais le jeu en vaut la chandelle, je te le promets !

Suite à ces mots, l'Hayashijin vint poser une main sur l'échine de son partenaire, avant de rajouter :

- Par contre ça ne doit pas se reproduire. Pendant ou après les un mois. Tu sais très bien que tu aurais juste pu me demander, j'aurais dit oui. Donc dorénavant, quand on est tous les deux dehors, tu seras métamorphosé. Prend l'apparence de qui tu veux, mais on peut plus se permettre que ce genre de chose arrive.

Le regard d'Otsuno se mit à devenir fuyant

- Comment ça tu étais déjà métamorphosé ? Mais alors pourquoi tu as-... Peu importe. Peut-être ... laisse ta ramure visible sous apparence humaine ? Ça va peut-être mettre la puce à l'oreille de ceux qui te verront ? Enfin. Ramène-toi. Je m'habille et on va chercher le repas de ce soir.

Le Cervalier se rendait dans la petite cabine au sein de leur chambre qui servait de salle de bain tout en rappelant pendant sa marche que :

- Et ne t'avise pas de t'éclipser encore pendant que j'ai le dos tourné.

Plus tard, dans la journée

Quatre sacs étaient portés par la paire pendant qu'elle traversait la ville, un par bras. Les deux marchaient ensemble, identiques en tout point si l'on excluait la présence de la ramure d'Otsuno sur son front, même métamorphosé. Cette synchronicité tant dans les mouvements que dans l'apparence n'eut manqué d'attirer les regards amusés de quelques civils. Une petite minorité, certes, mais quelques regards malgré tout. Comme quoi, même au milieu d'un ensemble aussi éclectique qu'un village ninja on peut quand même avoir l'air hors-norme.

- Oh c'est quand même merveilleux de voir deux jumeaux s'entendre aussi bien. C'est pour votre mère ? dit la gérante d'une échoppe alors qu'elle tendait le reste de sa monnaie à Liuqin qui venait de terminer le dernier achat de la journée.

- On... il laissa un simple instant de silence couper sa prise de parole, avant de reprendre : Oui, c'est ça. puis il se contenta de sourire simplement.

Ce n'est pas comme si ça le dérangeait de prétendre qu'Otsuno et lui étaient jumeaux. Ce n'est pas comme si c'était vraiment éloigné de la vérité. Puis, après avoir corrigé deux fois deux personnes aujourd'hui en quinze minutes, il commençait à se lasser de se justifier et a appris à accepter que faire semblant pouvait parfois suffire.

Il ne manquait plus que quelques virages au duo pour enfin sortir du Quartier Commerçant, mais une voix familière les interrompit :

- VOUS !

Il s'agissait de la peste de la veille. Une bourgeoise qui justifiait son existence en dépensant les finances publiques et en regroupant du mondain. Liuqin ne la portait pas dans son coeur, et il en sera toujours ainsi. Il déposa ses sacs en laissant Atsumi venir à lui, sans faire un seul pas.

- Que voulez-vous ? J'ai pourtant été clair. Vous n'obtiendrez rien de moi.

_________________
"#005800"
We're on easy street - Liuqin Ar0e10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080

We're on easy street - Liuqin

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: