Derniers sujets
Partagez | 

[Mission de rang B] Finaliser le contrat naval [ft. Horrokeu Usui]


Ven 11 Aoû 2017 - 22:33
Côte sud ouest de l'île principale
Début de matinée
 
Le message était clair et pourtant, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de questionner le pourquoi de la décision. Elle, un élément plutôt récent du village, avait désormais comme sous sa responsabilité un autre élément de ce dernier pour une mission qui, malgré les apparences, ne serait probablement pas aisée. Pas forcément en matière de combat, mais plutôt en matière d'objectif à atteindre. Elle qui n'était pas une personne très diplomatique à la base se voyait donc désormais en charge d'une mission de nature commercial avec le pays qui avait été la puissance d'autrefois.
 
Le lieu de rendez-vous, au contraire du message, avait été on ne peu plus vague. Un simple rendez-vous sur la côte sud ouest de l'île principale afin d'aller rencontrer le dit représentant du pays du feu. Pourtant, voilà qu'elle s'y trouvait depuis déjà quelques heures, adossé à ce qui avait, jadis, été la coque d'un navire probablement majestueux, mais qui, désormais, n'était plus qu'un amas de planche d'où perçait une proue dont la solidité suffisait désormais à peine à supporter la force que la jeune femme y appliquait.
 
Elle était donc ainsi assise dans le sable de la plage, le dos appuyé contre cette structure branlante, son chapeau de paille redescendu un peu sur son visage afin de se cacher des rayons de soleil et son sabre délicatement posé sur son genou replié, sa main prête à le saisir au premier signe de danger. Malgré son attitude décontractée, son cerveau n'arrêtait pas de réfléchir. Lorsque l'incident avec Shinichi s'était arrangé, elle avait appris que les sabreurs c'était, en quelque sorte, opposés à la nouvellement nommer Mizukage et la jeune femme ne pouvait s'empêcher de penser que cette mission n'avait pour simple but que de l'éloigner du village ou encore de se débarrasser, purement et simplement, d'elle.
 
Malgré tout, elle était là, attendant désormais que le deuxième membre participant daigne arriver au point de rendez-vous, un certain Horrokeu Usui, lui aussi un élément assez nouveau du village. Alors pourquoi avait-elle été celle désignée comme chef d'équipe pour cette mission? Elle qui ne maîtrisait son chakra que depuis peu se voyait mal donner des ordres à quelqu'un qui maîtrisait son chakra depuis des années. Pourtant elle était là, attendant celui qui serait, techniquement, sous ses ordres, ce demandant à quoi pouvait bien jouer la nouvelle Mizukage. Désirait-elle déterminer si elle était apte à commander une équipe? Ou encore s'agissait-il simplement d'un test pour sa loyauté puisque les sabreurs avaient perdu la confiance de celle-ci?
 
Pourtant, malgré tous ses questionnements, la jeune femme se sentait confiante en ses capacités. Elle avait passé la majorité de sa vie à vivre au jour le jour, effectuant les pires atrocités dans l'unique but de survivre, coupant les gorges de ceux qui avait eu le malheur de s'attirer les foudres de ceux qui l'engageaient. Pourtant elle s'était rarement vu en danger et cette mission n'était, au final, qu'une opportunité pour elle de faire valoir ses talents à la nouvelle tête dirigeante du village et même si cette dite opportunité ne correspondait pas réellement à ses plus grands talents, la jeune femme restait confiante sur le fait qu'elle allait arrive à faire ses preuves.
 

Tandis qu'elle réfléchissait au déroulement à venir de la mission, un mouvement au travers des rebords troués de son chapeau lui apprit que celui qu'elle attendait venait d'arriver et tandis qu'il s'avançait dans sa direction, la jeune femme en profita pour le détailler quelque peu. Un peu plus vieille qu'elle assurément, la jeune femme ne lui donnait toutefois pas en dehors de la vingtaine dont elle faisait partie elle aussi. Ses longs cheveux jais couplés avec les yeux violets du genin lui donnaient un air féminin qui contrastait quelque peu avec les quelques marques de coups qui jalonnaient son visage qui laissait penser à quelqu'un adorant faire usage de la force ce que ne confirmait pourtant pas son apparence physique qui laissait plutôt penser qu'il préférait fuir que d'affronter un réel danger. Malgré tout, ce regroupement de contraire lui laissait un léger sentiment d'excitation. Elle mourrait d'envie d'en apprendre davantage sur celui qui allait être sous ses ordres pour la durée de cette mission qui promettait vraiment d'être intéressante....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t354-kageya-yuri-termine

Sam 12 Aoû 2017 - 11:55
- T'en penses quoi ?

C'est la question que je pose à Yuna. Yuna, c'est une nouvelle de la compagnie. 'fin, nouvelle, elle est arrivée après moi, mais elle doit avoir dans les deux ans de métier. Un peu après que je me sois barré pour vivre ma vie palpitante de menuisier, qu'on a dû l'intégrer. Ouais. N'empêche qu'on a pas mal discuté, depuis qu'on est à Kiri. Elle me rappelle ... Uriko. Sauf pour les envies de la frapper. Et elle est plus vieille que moi, aussi. Y'a le feeling. Je venais de recevoir ma première affectation, une escorte de ce que j'avais compris. Il fallait s'assurer que les mandataire du Pays du Feu signent un contrat. C'est comme ça que moi et une certaine "Kajura" (j'ai toujours été mauvais avec les noms) Yuri avions été dépêchés sur place. Le but ? Les satisfaire, pour qu'on puisse revenir la tête haute et dire qu'ils veulent bien de leur petit bateau.

Yuna a fini par hocher de la tête à une unique reprise, avant de commenter.

- Fais comme d'hab : Reste en retrait, fais profil bas, et si jamais quelqu'un fait un truc suspect, casse-lui la gueule.

Haussement d'un sourcil parfaitement, avant qu'un sourire confiant ne se dessine sur mes lèvres.

- C'est dans mes cordes, héhé.

C'est comme ça que je me suis mis en route, tranquillement. Le lieu de rendez-vous ? La côte sud-ouest de l'île principale. Pas immense, mais pas petite pour autant. Je n'avais aucune idée d'à quoi pouvait ressembler ma "capitaine" (car oui, c'était elle la responsable dans cette mission, oui oui oui) mais je devinais déjà son sexe, ce qui n'était pas mal. Donc, après avoir vagabondé sur l'étendue de sable et avoir croisé quelques pêcheurs intrigués par ma présence, j'ai fini par surprendre un quelque chose qui pourrait être ce que je cherchais. C'était une demoiselle, un bon début si vous me demandez. Elle avait l'air un peu dangereuse. Pourquoi ? Aucune idée. Peut-être ses vêtements. Peut-être sa posture désinvolte. Peut-être, juste, l'intuition, à force de parcourir les routes. Ou plus probablement sa lame posée sur son genou. Carrément, même.

Je m'approche en levant les bras, histoire de dire que je suis pas armé et que je veux pas lui faire de mal - un malentendu est si vite arrivé, et ma vie pourrait en être 'achement raccourcie.

- Kagura Yuri ?

Ouais, bon, d'accord, j'avais probablement écorché son nom, mais qu'importe. Elle comprendrait sûrement l'intention. Parce que des intentions, j'en ai plein. Pas mal de bonnes, qui plus est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 17 Aoû 2017 - 23:14
La jeune femme regarda celui qui allait être, en quelque sorte, sous ses ordres pour la durée de cette mission et lorsqu'il leva les bras tout en énonçant une version massacrée de son nom, elle eut bien de la peine à réprimer un sourire. Elle prit donc quelques instants avant d'agripper le fourreau de son sabre avec sa main droite et se relever dans le même mouvement. Ayant repris un visage stoïque, la jeune femme fit signe à son interlocuteur qu'il pouvait reprendre une posture standard avant de le dévisager.
 
Yuri - Kageya Yuri. Horrokeu Usui je présume... Je m'attendais a... Autre chose... Mais bon, ne perdons pas de temps.
 
Puis, sur ces mots, la jeune femme replaça son sabre à sa ceinture avant d'agripper le bras droit de celui dont elle avait désormais la charge avant d'exécuter une série rapide de mudra avec sa main libre puis d'appliquer la paume de celle-ci sur la peau découverte de son protégé et de la retirer rapidement avant de répéter le processus sur son propre corps, laissant deux marques identiques ressemblant à un simple tatouage à l'effigie du village caché de la brume. Puis, la jeune femme appuya doucement sur celui qui ornait son avant-bras avant d'y injecter une parcelle de son chakra qui eut pour effet que les deux sceaux commencèrent à briller légèrement.
 
Yuri - Il s'agit d'un sceau de lien. Son principe est simple, injecte lui un peu de ton chakra et tu produiras ce phénomène. Si jamais nous sommes séparés, l'on pourra s'en servir pour avertir l'autre d'un danger immédiat ou encore demander de l'aide. Maintenant assez perdu de temps, il est temps d'aller rendre visite à ce représentant.
 

Puis, joignant les gestes à la parole, elle tourna le dos au jeune homme avant de prendre la direction de ce qui devait être le lieu de rendez-vous avec le représentant du pays du feu et tandis qu'elle s'éloigna de celui-ci, elle cessa d'injecter du chakra dans son sceau de lien et, quelques secondes plus tard, les deux sceaux s'éteignirent, reprenant un aspect ordinaire rappelant un simple tatouage nationaliste.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t354-kageya-yuri-termine

Dim 20 Aoû 2017 - 14:55
Mon interlocutrice me fait comprendre que je suis assez décevant d'apparence. Ce que je trouve assez mesquin. Mais bon, il en faudrait plus pour m'agacer ! Après tout, on allait passer quelques temps ensemble, elle aurait le temps de s'apercevoir que je suis désappointant à bien des niveaux.

- On a rarement l'occasion de rencontrer un homme de mon envergure, je n'en doute pas.

Le ton était assez neutre, comme si je me contentais d'énoncer une évidence, du même niveau que "Il fait beau" ou "Il y a beaucoup de sable".

- Mais oui, on a perdu assez d'temps, all- OULAH TU BRANLES QUOI ?!

J'avais engagé un mouvement de recul au moment où elle s'approchait un peu trop vite de moi, question de réflexe. Mais pas assez bon, ledit réflexe : Elle avait pris mon bras, et elle faisait des trucs chelous de sa main libre. Oulàh, on en arrivait là ? C'était elle ou moi ? La victoire ou la défaite ? La vie ou la mort ? Voilà ce qui arrive quand on baisse sa garde, quand on croit être entouré d'alliés dans un endroit sûr, on finissait par se faire poignarder par l'angle le plus improbable. N'empêche que j'allais pas me laisser crever comme ça, je levais mon poing pour lui asséner un direct du gauche en plein dans la mâchoire.

Mais les choses se sont faites de manière à ce que je n'ai pas à la frapper. Elle avait fini par apposer sa main libre sur mon bras, y laissant un tatouage de la Brume. Elle s'était alors reculée et avais appuyée sur le sien, et tous deux se sont mis à briller. Une façon de communiquer à distance, que je comprenais d'instinct. Qui se confirmait après par les paroles de la demoiselle. Je baisse mon bras, détend mes muscles, me permet un infime soupir de soulagement.

Ce ne serait pas aujourd'hui que je mourrai. Ou plutôt, ce n'est pas à ce moment de la journée que je mourrai, ce qui voulait dire qu'il restait bien assez de temps pour que les choses dégénèrent. Un peu comme il y a quelques secondes, où j'ai failli la frapper par pur réflexe de survie. Réflexe un peu défaillant soi-disant passant, vu qu'elle a eu le temps de s'approcher, de m'agripper puis de me tatouer sans que je la mette hors d'état de nuire.

Je me contente de la regarder, les yeux plissés. Elle sait ce que j'ai failli faire, ça ne servait à rien de le commenter. Alors, tout simplement, je me suis contenté de dire, sur un ton léger contrastant avec mon état de tension.

- Alors pourquoi tu traînes ?

Je m'élance à sa suite, direction le lieu de rendez-vous avec les dignitaires. Nos tatouages finissent par s'éteindre, et je ne peux que redoubler de vigilance. Si Yuri avait été une ennemie, je serai mort.

Et la mort, ça craint.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 25 Aoû 2017 - 2:38
Le lieu de rendez-vous n'était pas très éloigné de celui qu'elle avait donné à son partenaire. Pourtant, quelques choses n'allaient pas et plus la jeune femme avançait sur les galets inégaux qui composaient la berge, plus le sentiment que quelque chose n'allait pas augmentait. Malheureusement, la jeune femme n'arrivait pas à trouver ce qui pouvait bien causer cette sensation. Ce n'était assurément pas un bruit suspect puisqu'il n'y avait, en ce moment aucun bruit outre celui des vagues venant se briser sur la berge. Par la suite, elle avait pris soin d'éviter le plus possible les risques d'embuscades en gardant une bonne distance avec la lisière de la forêt.
 
La tête emplie de question et les sens aux aguets, la jeune femme continua à guider le jeune homme qui l'accompagnait sur les berges et tandis qu'ils dépassaient un amoncellement de débris rejetés par la mer, l'élément qui lui manquait lui apparaître aussi clair que l'eau de la mer qui s'étendait sur leurs gauches. Il n'y avait aucun bruit et plus particulièrement, les oiseaux qui nichaient aux alentours ne criaient plus et tandis qu'elle allait lever sa main pour signaler à celui qui l'accompagnait de s'arrêter, une ombre se glissa derrière eux et tandis qu'elle allait faire volte-face, elle aperçut une deuxième ombre ce glisser devant eux. Ils avaient été piégés.
 
Tandis qu'elle dégainait son sabre avec une nonchalance exagérée, la jeune femme en profita pour observer l'homme qui leur barrait désormais la route. Dans la trentaine avancée, son visage était marqué de nombreuses cicatrices et orné d'un barbe rousse parsemé de quelques taches grisâtres, contrastant avec le crâne entièrement dégarni de celui-ci. Un sabre pendait à sa ceinture. Sa position détendue et la distance qui les séparaient poussèrent la jeune femme à se tourner pour observer le deuxième assaillant qui coupait leurs retraites. Celui-ci était en fait une jeune femme qui, tout comme elle, semblait avoir dans la vingtaine. Portant un habit très semblable au sien, elle était armée d'un poignard dont la lame atteignait aisément une trentaine de centimètres.
 
Homme inconnu - Bien le bonjour ma chère Yuri, j'ai l'honneur de te présenter mon acolyte, Tamara, ainsi que moi-même, Kizoku.
 
L'homme avait accompagné ses paroles de gestes amples et, tandis qu'il se relevait d'une révérence à l'exécution plus que douteuse, il pointa un doigt vers le jeune homme qui accompagnait Yuri.
 
Kizoku - Mon pauvre enfant... Vois-tu, malheureusement pour toi, ta compagne ici présente vaut beaucoup d'argent... Alors, sois tu prend tes jolis petites jambes à ton coup et tu t'enfuis comme les chiens qui composent ce triste village, sois tu meurs ici, sur cette triste plage de galet. Dans tous les cas, je ne désire que la jolie petite tête de ton amie... Il dévisagea l'habit quelques peu provocateurs de la jeune femme avant de continuer... Et... probablement... un petit supplément...
 
Puis l'homme partit d'un rire sonore, tandis que la jeune femme adoptait une posture de combat, la lame de son sabre devenant translucide tandis qu'elle plongeait son regard dans celui de l'homme qui l'avait interpellé, les lèvres de la jeune femme s'étirèrent dans un rictus sadique.
 
Yuri - Malheureusement pour vous, je n'ais pas l'intention de mourir aujourd'hui.
 
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t354-kageya-yuri-termine

Dim 27 Aoû 2017 - 13:27
Un bruit strident, semblable à celui de projectiles envoyés à grande vitesse. Si le premier des tueurs à gage s’était rapidement retourné pour parer celui qui lui était destiné, l’autre – la femme – avait déjà succombé. Mais pour celui qui avait échappé à l’épaisse aiguille qu’on lui avait envoyée, il tomba nez à nez avec une grande silhouette dont les mains lui attrapèrent deux endroits opposés de sa tête. Une autre son froid s’invita dans le paysage sonore : celui d’une nuque brisée.

La grande silhouette se relevait celle d’un homme, même si le doute était permis, dont les vêtements aussi sombres que larges se laissaient flotter, mais empêchaient toute reconnaissance de son identité. Néanmoins, les deux gardes, aux habits typiques du Pays du Feu, laissaient supposer ce qui allait rapidement être confirmé.

« Nous sommes les envoyés de Hi no Kuni. Excusez-nous d’être intervenus, mais nous étions arrivés en avance et commencions à avoir des fourmis dans les jambes. A moins que vous ne souhaitiez vous attarder sur ces chasseurs de primes, je vous propose d’aller à la côte… »

Il attendit que les Kirijins aient décidé d’être disponibles. Kâtenshêdo proposait des mots bien gentillets par rapport à ce qu’il était réellement, mais c’était son rôle. Heureusement pour les affaires, son titre de membre de la garde royale auprès du Seigneur du Feu lui permettait d’éviter tout souci diplomatique. Officiellement, il était le représentant venu pour achever la transaction. Officieusement, c’était toute autre chose.

Le navire que proposaient Mizu no Kuni et plus particulièrement Kiri était grand et clairement prédisposé pour le transport de personnes. Par chance, c’était exactement ce que Hi no Kuni cherchait : un moyen de locomotion maritime pour emmener des rescapés par dizaines, voire par centaines. Et pour Kirigakure no Satô, il n’y avait aucun risque, puisque le bateau n’avait aucune fonction militaire.

« Où dois-je signer ? »

Kâtenshêdo attendait d’apposer son sceau, à savoir celui de la Seigneurie du Feu, sur le contrat. Sa mission était accomplie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 1 Sep 2017 - 16:54
La jeune femme était encore sous le choc tandis qu'elle rengainait son sabre. Alors qu'elle allait s'élancer vers son adversaire, le sifflement familier d'une arme de jet , c'était fait entendre et elle avait à peine eu le temps d'apercevoir l'épaisse aiguille passa au-dessus de sa tête avant que celle-ci n'aille prendre la vie de la femme qui les avait attaquée. Puis le bruit du métal contre le métal , c'était fait entendre et tandis que Yuri reportait son attention vers sa cible, un craquement sec c'était produit et la vie avait quitté les yeux mauvais de celle-ci et tandis que son corps s'écroulait, une grande silhouette habillée de vêtement ample aux couleurs sombres était apparu aux yeux de la jeune femme.
 
Alors qu'elle terminait tout juste de rengainer son sabre, l'homme avait pris la parole, expliquant d'un coup qu'ils étaient les envoyés du pays du feu et, étant arrivé d'avance, ils avaient décidé de venir à la rencontre de leur groupe. La jeune femme reprit rapidement ses esprits et un point de doute s'était insinuée en elle tandis que l'homme sortait le sceau de la seigneurie du feu, prêt à signer le contrat sans même l'avoir lu. Pourquoi autant de presse pour signer un simple contrat naval pour un navire n'ayant aucune autre vocation que celle du transport de passagers? Ce fut avec ses questionnements en tête que la jeune femme sortait le contrat en question et les candis à l'homme qui y apposa prestement son sceau avant d'effectuer quelques salutations rapides et de reprendre la direction du navire, visiblement pressé de quitter la côte.
 
La démarche de l'homme intriguait la jeune femme. Loin d'être celle des bureaucrates et autres homme de richesse qu'elle avait eu le malheur de rencontrer au courant de sa vie, elle rappelait plutôt celle des hommes qui agissent dans l'ombre, celle d'un prédateur attendant de ce jeter sur sa proie et Yuri ne put s'empêcher de penser qu'elle était peut-être cette proie. Pourtant, quoique dégageant une aura de danger plus que perceptible, l'émissaire n'avait fait aucun geste menaçant à leurs endroits et malgré tout, l'instinct de la jeune femme lui criait de partir en courant dans la direction opposée à celui-ci et tandis que celle-ci l'écoutait, elle ne put s'empêcher de lâcher dans un murmure quelques mots.
 
Yuri - Ce fut un plaisir de faire affaire avec vous...
 
Puis, tandis que ses pas l'éloignaient du but initial de sa mission, la jeune femme ne put s'empêcher de repenser à l'homme et, surtout, à l'empressement qu'il avait eu à conclure ce contrat. Le tout lui donnait l'impression que le bateau allait servir bien plus rapidement que ce qui avait été énoncé lors de la négociation du contrat et, pourtant, peu importe comment la jeune femme retournait la question dans sa tête, elle n'arrivait pas à trouver une raison valable à une telle précipitation.
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Quelques heures plus tard
Village caché de la brume
 
Le retour c'était effectué sans autre soucis ou interruption et lorsqu'ils avaient rejoint le confort virtuel de l'enceinte du village, la jeune femme c'était empressé d'annuler les deux sceaux qu'elle avait exécuté puis le groupe c'était séparé et Yuri avait prit la direction de l'ultime étape de cette mission, remettre le contrat signer et écrire le rapport de cette aventure qui, en somme, c'était révélé plutôt rapide. La remise du contrat c'était effectué sans réelle cérémonie et son rapport avait été concis, mais précis. Décrivant avec précision les événements qui étaient arrivé et surtout, exprimant de façon très marqué les doutes qu'elle entretenait envers l'empressement de l'émissaire à prendre possession du navire qui laissait penser que ce dernier allait être utilisé beaucoup plus rapidement que ce qui avait été prévu initialement.
 
Par la suite, la jeune femme avait repris la direction du dojo qui lui servait désormais d'habitation afin d'effectuer l'entraînement qu'elle n'avait pas eu le temps d'effectuer le matin même et reprenant, inévitablement, le chemin ennuyant de la routine.
 
 
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t354-kageya-yuri-termine

[Mission de rang B] Finaliser le contrat naval [ft. Horrokeu Usui]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: