Soutenez le forum !
1234
Partagez

Deuil et déchirure

Okinawa Sora
Okinawa Sora

Deuil et déchirure Empty
Mer 19 Fév 2020 - 23:49
Été 203
Cité d’Hikari, Hayashi no Kuni
Avec @Nagareboshi Ema

Voilà quelques jours que la tempête était passée, rasant tout sur son passage, sans distinction aucune. Cette tempête, celle au chapeau, accompagnée de ses reflux, mirent à sac ta ville. Ton quotidien. Les endroits que tu avais connu durant toute ta vie n’étaient plus. Ton chez-toi, avec tes parents. La salle de prière des moines. Les quartiers personnels de tout le monde. L’entrée de ce millésime architectural, protégé par un genjutsu l’ayant gardé de l’extérieur pendant tant de temps. Les couloirs dans lesquels tu courais autrefois, chassant tes amis dans des jeux enfantins que l’on a tous fait un jour ou l’autre. Tu pouvais même aller dans ces lieux où seulement certains privilégiés avaient accès, avant, comme la salle où était gardée la stèle. Mais ca ne veut plus rien dire, désormais. C’est comme se rendre au milieu de l’arène après que le duel soit terminé. Ca n’a plus de sens.

Au milieu des ruines, tu étais là. Le regard vide. Des débris de bois jonchaient le sol sur les plusieurs centaines de mètres carrés de la cité des moines. Quelques pans de murs tenaient encore debouts, accompagnant les quelques poutrelles de bois à moitié brûlées et arrachées. Quelques pièces situées le plus à l’extérieur avaient subsisté, apparemment, mais presque rien de plus. Le pas lent, tu laisse ton regard épouser un horizon bien sombre. On t’avait arraché tout ce que tu avais connu. Les moines. Tes collègues et amis gardiens élémentaires. Les habitants de la cité. Les Hayashijins, qui avaient fui, et ne reviendraient pour la plupart jamais dans les parages. L’image d’un quotidien perdu s’estompe peu à peu dans ton esprit, pendant que les larmes tracent leur route de tes yeux jusqu’au sol, dessinant des sillons sur ta peau pâle.

Seul le bruit du vent et les quelques bruissements et paroles lointaines de personnes venues essayer de trouver quelque chose sous les décombres troublaient le silence ambiant. Au moins, ça te tapait un peu moins fort sur le système. Mais le spectre d’un chapeau était toujours là, devant toi, alors que tu contemplais les décombres d’une vie révolue.

_________________
Merci à Midori/Ema pour l'avatar cadeau ! Sa galerie : Galerie du sucre; Midori
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7488-okinawa-sora-en-cours#62771 http://www.ascentofshinobi.com/u1205
Nagareboshi Ema
Nagareboshi Ema

Deuil et déchirure Empty
Lun 24 Fév 2020 - 2:49
deuil et déchirure;


C’est fini.

C’est tout ce qui tourne dans sa tête. Encore et encore. La même phrase, répétée en boucle. Une douloureuse litanie, qui chante dans sa tête comme le glas. Il n’y a plus rien.
Tout est allé tellement vite. Il y a eu leur disparition, le choix de se rendre à toute vitesse loin, trop loin d’eux. Le choix de se battre contre une menace inconnue, surpuissante, qui les a tous embarqués. Ils auraient pu réfléchir, ne pas foncer, ne pas plonger droit vers la mort. Mais non. Cette histoire aurait été beaucoup trop simple. Il a fallu qu’ils y aillent … Et n’en reviennent jamais.
Puis il y a eu la vague. L’étrange énergie qui les a secoués, tous. Au village, ils ont tous remarqué de nombreux changements. Certains civils se sont aperçus qu’ils manipulaient le chakra, qu’ils avaient créé une affinité avec. Certains ninjas, au contraire, n’y arrivaient plus. Ils ne maîtrisaient plus la base de leur existence. Ema fait partie de ceux-là. Bien que son chakra soit toujours là, toutes ses capacités se sont éteintes.

Finalement, toute sa vie s’est envolée, d’un seul coup. En un éclair, plus rien.

Ses amis, ses objectifs, ses ambitions. Sa vie, son village, ses espoirs. Tout a disparu. Englouti par les flammes, englouti par cette notion immonde que certains appellent le « destin ». Il paraît qu’on peut y échapper, qu’on peut le maîtriser. Il paraît qu’on peut être plus fort. Mais jamais, non, jamais personne n’a trouvé la clé de cette énigme. À croire que le Destin est plus puissant que tout.

Ema marche mollement, loin de ses terres, à distance de ce qu’elle a connu. Son errance a débuté grâce à la rumeur propagée avant que tout ne disparaisse. Un grand chahut, au loin, près d’une ville encore inconnue. Au début, ce n’était rien, juste une voix parmi la foule. Puis une autre, encore une autre. Jusqu’à ce que tout le village en parle. Jusqu’à ce qu’il soit détruit, lui aussi. Victime collatérale d’un conflit non-désiré.

À force de déambuler, elle aperçoit quelqu’un au loin. Un profond espoir naît au creux de son cœur. S’il y a quelqu’un de vivant ici, il y a sûrement d’autres âmes qui n’ont pas encore décollé ? D’autres êtres qui n’attendent que d’être secourus ?

Portée par un profond élan d’espoir, la Rose se met à courir jusqu’à l’être assis au milieu des débris. Arrivée à sa hauteur, elle s’immobilise. L’espoir devient désespoir. La foi devient désillusion.

C’est fini.

Tout autour d’eux se trouvent des ruines. D’innombrables ruines, partout, à perte de vue. Elles saturent l’œil, donnent envie de vomir. Il n’y a plus rien, ici. À part les vestiges d’une vie passée. Les décombres de ce qui a vécu. La surprise la laisse muette un instant. Ils sont tous morts. Les villageois, le Tsukimono. Il n’y a plus rien, plus personne. À part lui, là, seul au milieu de la tornade. Ema pose ses prunelles sur l’inconnu. Il … pleure ?

« C’est terrible, l’apocalypse. »

Un soupir.

« On pense ne jamais y assister, puis, un beau jour … »

Les sanglots créent un épais nœud dans sa gorge. Ils sont tous morts. Il ne lui reste plus rien. À part cette solitude qui lui tend les bras. Faut-il y succomber ? Faut-il la fuir ? La tenir à distance ? Ema inspire, expire. Faire disparaître la peine qui menace de la submerger.

« Qui es-tu ? »

Replacer l’action sur cet homme, encore plus mal qu’elle. Encore plus loin dans la détresse. Peut-être a-t-il tout perdu, lui aussi. Peut-être sont-ils les derniers remparts de ce monde à la dérive. Les seules sources de lumière qui sauvent des ténèbres.

Si toutefois il est possible d’en être sauvé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8316-nagareboshi-ema-complete http://www.ascentofshinobi.com/u1147
Okinawa Sora
Okinawa Sora

Deuil et déchirure Empty
Mer 26 Fév 2020 - 23:23
Silence parfait, ou presque. Vent qui s’engouffre partout, portant d’étranges odeurs de cendres, de sève, de bois et d’herbe. Qui te trouble l’audition, aussi. Seul son qui balaie d’un courant d’air la monotonie d’un spectacle auditif égal au néant. Finalement, néant devient matière, alors que tu perçois les bruits réguliers de quelqu’un qui approche. Pas lents, espacés. Comme si le temps était étiré. C’est peut-être le cas ? Personne ne sait.

Puis le son d’une voix. Claire. Cristalline.

Tu te retournes. Un visage inconnu. Des cheveux roses. Des bras pendant mollement sur le côté. Une personne visiblement marquée. Comme toi. Des propos qui auraient pu sortir de ton esprit. Criants de vérité. Inspires. Expiration. Observation. Réflexion. Tu vois des hoquets certainement provoqués par un larmoiement intense. Veste céruléenne flotte au vent alors que, de profil, ton regard se pose sur elle. Larmes perlent sur tes joues, brillant sous les rayons d’un triste soleil.

Qui suis-je ?

Un flou. Une brume spirituelle. C’est vrai, ça. Qui es-tu ? Inconnu. Fantôme. Esprit hantant un endroit cher à ses yeux. Partis rejoindre les étoiles, accompagnant un quotidien à présent révolu. Non. Ce n’est pas ça. Concentration intense. Réflexion. Ouverture de bouche, puis fermeture. Hésitation. Puis finalement, parole.

- Okinawa Sora… Gardien élémentaire Hayashijin vivant à Hikari…

Sanglot t’empêche de continuer. Reprise de contrôle.

- Enfin, plus maintenant…

Regard d’analyse vers la jeune femme. Mais elle… Qui est-elle ? Très bonne question. Tu veux connaître la réponse.

- Et toi ?

_________________
Merci à Midori/Ema pour l'avatar cadeau ! Sa galerie : Galerie du sucre; Midori
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7488-okinawa-sora-en-cours#62771 http://www.ascentofshinobi.com/u1205
Nagareboshi Ema
Nagareboshi Ema

Deuil et déchirure Empty
Jeu 27 Fév 2020 - 1:46
deuil et déchirure;


Okinawa Sora. Gardien élémentaire, venu d’Hikari. Citoyen du pays du bois. Certains de ces mots ne font aucun écho chez Ema. Ils ne parviennent pas à trouver d’image, à exister. Ce sont des informations qui s’échouent dans son esprit, aux côtés du reste. Ses pensées sont brouillées, saturées de peine. Et puis, à quoi bon essayer de comprendre, de toute façon ? Il n’est plus … ça. Il n’est plus rien. Il n’est plus que l’ombre de lui-même.

Ema l’observe un instant, attentive. La crinière brune est là, au milieu de nulle part. Au milieu du néant créé par une main humaine. Ou quelque chose de plus grand. Quelque chose de plus fort. Elle n’en sait rien. Il y a juste cette absence. L’absence de tout. Une voix hachée par les sanglots, des larmes qui témoignent de toute sa détresse. Il est là, probablement au bout de son existence, à ne plus savoir que faire. Comme Ema, il a tout perdu. Ils n’ont plus rien, plus aucune attache.

Okinawa Sora. La main dans les ténèbres. Cette main tendue vers l’horizon. Il ne lui dit pas que tout ira mieux, non. Il lui dit simplement qu’elle n’est pas seule. Que cette épreuve n’a pas à être le fardeau d’un seul être. Parce que tout le monde souffre, ici. Tout le monde a une raison de pleurer.

« Ema. »

Juste son prénom. Le reste n’a plus trop de sens. Elle n’a pas été appelée par son patronyme depuis une éternité, de toute façon. Ici, Ema est Ema. Ou plutôt, Ema était Ema.

« Je peux pas te donner autant de détails que toi, je pense. »

Elle soupire. Difficile de lui raconter son histoire, difficile de lui donner des informations. Il ne les comprendrait pas plus qu’elle n’a saisi ce qu’il lui a expliqué. Dans un monde où la perte rassemble les Hommes, il n’y a pas d’intérêt à chercher des raisons. Ils sont là, seuls face à leur deuil. Seuls, mais à deux. Ema s’assoit à côté de Sora. Elle pose une main délicate sur la sienne.

« Je peux pas imaginer tout ce que tu as perdu. L’inverse est vrai aussi. Mais … »

La dextre remonte doucement le long du poignet, de l’avant-bras, du bras, pour terminer sa course sur sa joue. Du bout du pouce, Ema efface une partie de l’eau salée sur son visage. Un sourire compatissant étire ses lèvres.

« Tu n’es pas seul. »

Ce n’est pas grand chose. C’est contradictoire. On pourrait même dire que c’est insensé. Mais c’est la réalité d’Ema. Une vérité qu’elle ne peut que pousser à son terme. Un fait qu’elle tente de croire. Si elle le sauve, elle se sauve elle-même. Au moins pour aujourd’hui.

« Demain sera un autre jour. Mais, pour le moment, je suis là pour toi. »

Les sanglots remontent brusquement, torpillent sa gorge. Elle a l’impression que le monde a repris sa course, que le globe continue de tourner, plus rapidement. La vie continue, mais la vie accélère. La vie laisse sur le carreau ceux qui ont vécu la perte. Déglutition. Essayer de ne pas se laisser abattre. Ema inspire, expire. Ses yeux brillent, scintillent de toutes les larmes qu’elle tente de retenir. Son sourire se tord, écrasé. Inspirer, expirer, encore une fois. Maintenir la crise à distance.

« Enfin. Si tu veux bien que je le sois. Et si tu veux l’être pour moi. »

Un pacte signé un peu hâtivement. Plonger vers l’inconnu, sans réfléchir, dans l’espoir insensé d’y trouver du réconfort. Ne serait-ce qu’une caresse sur l’épaule. Une main, dans le noir, pour lui dire qu’elle n’est pas seule. Pas aujourd’hui.

Et que demain, peut-être, tout ira mieux.
Même si ce n’est qu’un mensonge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8316-nagareboshi-ema-complete http://www.ascentofshinobi.com/u1147
Okinawa Sora
Okinawa Sora

Deuil et déchirure Empty
Jeu 27 Fév 2020 - 2:40

Tu aurais pu regarder plus attentivement ses yeux. Tu aurais pu observer ses réactions plus en détail pour deviner qu’elle n’avait pas tout compris. Mais tu n’en avais pas la force. Ce n’était plus important, à présent. Plus rien ne l’était. Seuls t’accompagnaient ta peine, et cette jeune femme. Elle était arrivée comme une rencontre providentielle. Chacun était apparu sur la route de l’autre, comme un nuage rencontre le Soleil pendant son éternelle course contre la Lune.

C’était Ema, qui se tenait devant toi. Juste Ema. Sans plus de fioriture, comme un nom de famille, une occupation, une origine. Non. Simplement Ema. Tu aurais pu te l’imaginer drapée de blanc immaculé si tu ne l’avais pas devant les yeux à ce moment précis. Elle réduit la distance et s’assoit à ton côté, et tu fais de même tout à fait naturellement. C’est un des premiers contacts que tu avais depuis le drame. Tu n’as vu presque personne. Tes parents, miraculés d’une bataille démoniaque, ont été les premières personnes avec qui tu as eu contact. Ema était la deuxième, comme une lueur d’une couleur rose douce qui vient éclairer ton chemin ténébreux.

En tant normal, une inconnue qui sèche tes larmes aurait été particulièrement étrange. Mais là, c’était comme… naturel. Normal. La beauté de deux êtres en proie au désespoir, se retrouvant et cassant la barrière de la culture pour laisser leur peine s’exprimer à leur place. Voilà ce qui unifiait en ce moment même les deux jeunes gens. Sa chaleur est communicative. Un faible sourire se dessine sur ton visage alors que son doigt continue de caresser ta joue.

“Tu n’es pas seul”. Ses mots résonnent dans ta tête, comme une vérité absolue. Mais la perte est trop grande pour voir ce qu’il reste. On avait complètement éteint la lumière du tunnel de ta vie. Seules quelques lampes éclairent encore faiblement le chemin. Et une nouvelle s’était allumée.

Tes yeux dans les siens, tu détailles un visage autant marqué que le tiens. Elle essaye de paraître forte. De t’apporter son soutien. Tu ne la connais que peu, mais tu sais déjà que la mystérieuse Ema sera chère à ton coeur. Jamais personne n’avait fait preuve d’autant de compassion à ton égard. Un faible sourire s’affiche sur ton visage, alors que tu observes le sien d’un regard perdu.

- Être là… pour toi … ?

C’était comme si tu réalisais leur sens au même moment que tu prononçais ses mots. Chasser l’abandon. Apporter ta lueure céruléenne dans son propre tunnel ténébreux. Rendre la pareille à celle qui s’était ouvert à un inconnu. Partager la souffrance de quelqu’un qui la ressent lui aussi. Entrer dans un monde où la compassion et l’empathie ne sont pas chimères. Un hochement de tête faible précède tes mots.

- Bien… Bien-sûr.

Dans ton tunnel, tu avais avancé. Tu avais trouvé un bouton, sur lequel tu as appuyé. Dés à présent, le tunnel de la jeune femme serait éclairé d’une lumière bleue ciel. Ta main sur son épaule, tu la caresse affectueusement. Le mysticisme du moment dépassais bien des choses. C’est naturellement que tu pris dans tes bras la jeune femme, alors qu’une autre larme perlait sur ta joue.

- Tu n’es pas seule non-plus, Ema...

Ca n’ira peut-être pas mieux. Même certainement pas mieux. Alors que l’horizon ne semble que flou abstrait et marques indescriptibles, tu avais croisé la route de quelqu’un. Et vous aviez décidé de suivre le sentier ensemble.

_________________
Merci à Midori/Ema pour l'avatar cadeau ! Sa galerie : Galerie du sucre; Midori
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7488-okinawa-sora-en-cours#62771 http://www.ascentofshinobi.com/u1205
Nagareboshi Ema
Nagareboshi Ema

Deuil et déchirure Empty
Jeu 5 Mar 2020 - 4:07
deuil et déchirure;


Sa main sur son épaule. Ce contact salvateur, qui l’empêche de sombrer définitivement. Dans ses ténèbres, il y a quelqu’un. Ce quelqu’un. Cet être indescriptible, inconnu, pourtant là pour lui tenir la main. Il aurait pu être ailleurs, il aurait pu ne pas être là. Mais les étoiles se sont alignées et en ont décidé ainsi. Ema sourit, de ces sourires moroses, ternes. Ces mimiques sur le visage, qui se situent dans un entre-deux désagréable, incompréhensible. Est-elle heureuse ou triste ? A-t-elle envie de rester là ou de partir ? Comment interpréter ce qui se passe sur sa figure ?

Quand il la prend dans ses bras et qu’il la rassure, Ema ne comprend que trop bien à quel point sa situation est grave. Les bras contre sa peau, cette chaleur normalement agréable qui repousse les maux. Ça, là. Ces deux corps approchés, serrés l’un contre l’autre. C’est censé être bien. C’est censé être doux. Mais ça ne lui fait rien. Il n’y a que le vide dans sa poitrine. L’impression qu’il ne reste plus rien.

Les sanglots disparaissent, ravalés par l’absence qui la dévore. Ema n’a plus de sentiments. Plus d’envie. Plus rien. Elle regarde Sora, perdue. Il est là, si doux, si proche, à simplement tenter de s’en sortir. Il voit dans ses ténèbres une occasion de briller, d’être là pour quelqu’un si quelqu’un est là pour lui. Pourtant, Ema ne voit rien. La Rose est aveuglée par la noirceur.

C’est vide. C’est le néant.
C’est tous ses rêves engloutis. C’est toutes ses croyances balayées.
C’est la fin de son monde.

Naturellement, ses mains passent derrière la nuque de Sora. L’une d’elles remonte dans ses cheveux, sur lesquelles Ema presse gentiment pour que la tête du brun se pose sur son épaule. Mais ça ne lui fait rien. De le sentir aussi proche n’éveille rien en elle. Il devrait y avoir une étincelle, un scintillement, n’importe quoi. Ne serait-ce qu’un signe qu’il existe, mais qu’il n’existe pas que physiquement. Qu’il fait quelque chose, qu’il a un impact. Mais non. Une fois encore, il n’y a rien.

Ema soupire doucement.

« Ah, j’en suis pas si sûre … »

Elle déglutit. Être là pour lui, pourquoi pas. Mais comment pourrait-il être là pour un fantôme ? Comment pourrait-il exister pour quelqu’un qui n’existe plus ? Ema inspire profondément. Un sourire mélancolique se pose sur ses lèvres. Elle est vide. Elle est brisée. Poupée de porcelaine, condamnée à regarder son environnement, sans rien ressentir, sans pouvoir agir.

Du bout des doigts, Ema caresse les cheveux de Sora. Elle essaye. De tout son être, la Rose essaye. Faire naître quelque chose là où la réalité a tout détruit. Mais les ténèbres ont tout ravagé.

« Je peux pas te dire que tout ira bien. Je sais pas où tu iras, après. Mais je suis sûre qu’il y aura une autre lumière. »

Maladroite, la Tsuchijin se détache, mêle ses prunelles aux siennes.

« Tu trouveras une raison de te battre. »

S’il ne peut être là pour elle, alors, elle sera là pour lui. Au maximum de sa force.

« Tu aimes cet endroit, non ? Qu’est-ce que tu pourrais faire pour lui donner une seconde vie ? »

L’espoir. Émotion futile, douloureuse, qui n’apporte jamais rien de bon. Mais c’est ce dont il a besoin. C’est ce qu’elle peut lui apporter, à sa manière, autant que possible.

Ce n’est pas grand chose …
Mais c’est déjà mieux que rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8316-nagareboshi-ema-complete http://www.ascentofshinobi.com/u1147
Okinawa Sora
Okinawa Sora

Deuil et déchirure Empty
Mar 24 Mar 2020 - 2:06
Les positions se définissent. Bien que tu voudrais lui rendre la pareille, l’aider semble… Hors de ta portée ? Elle te fais poser délicatement ta tête sur son épaule. Elle s’est révélée là, parmis les décombres de ta vie, comme une lumière évidente dans les ténèbres environnantes. Elle est dans tes bras autant que toi dans les siens. Bientôt, tu fermes les yeux, t’abandonnant à un contact qui, contrairement à elle, te fais beaucoup de bien. La chaleur d’un corps humain présent pour partager ta douleur et ta souffrance. L’aura d’une personne qui est là pour toi. Qui comprend et partager ta peine… C’est particulièrement agréable. Des larmes accompagnent ta tête, et mouillent l’épaule de la jeune femme, chose qui n’est absolument pas surprenante.

Il y aura une autre lumière, certes… Mais tu viens de perdre celle qui faisait ta vie, jusqu’à présent. Et la présence d’une autre lumière ne permettra jamais te remplacer celle que tu as perdu. Beaucoup de choses ont quitté la terre en même temps que la vie de beaucoup de gardiens élémentaires… Et ton quotidien en faisait parti. La foi et le spiritualisme gisaient parmi les décombres de ce lieu de culte centenaire, voir millénaire, accompagné des vestiges de la joie des enfants. Elle se recule légèrement, et tu cherches un point d’ancrage pour ton regard. Dans les décombres, tu trouve une petite peluche… Un lapin au cou duquel pend un collier de perles de bois. Un symbole religieux, en soit. Tu écoutes d’une oreille triste les mots de cette illustre inconnue, prenant en même temps en main la peluche, déchirée et en lambeaux par endroit, symbole que l’innocence de l’enfance avait dès à présent fait ses bagages, et changé de vie.

“Tu aimes cette endroit, non ?”... Ces mots te heurtèrent et résonnèrent dans ta tête pendant des secondes qui te parurent des heures. Oui, tu aimes cette endroit. De tout ton coeur. Cet endroit qui t’as vu Naître. Évoluer. Apprendre. Réussir. Échouer, aussi. Mais Grandir. Toujours Grandir. Ne jamais s’arrêter. Au fil de votre existence conjointe, la Cité d’Hikari t’avait appris beaucoup de choses qui resteront gravées à jamais dans ta tête. Aujourd’hui, Hikari t’as livré sa dernière leçon. La plus difficile. La plus cruelle.

“On finit forcément par tout perdre.”

Et tu as bien du mal à l’accepter.

Une larme supplémentaire roule sur ta joue rose, alors que tes yeux bleus détaillent le turquoise de ceux de ta sauveuse. Ses cheveux particuliers, aussi. Elle est belle. Tu aurais pu ressentir plus que de la peine, du déchirement et de la tristesse, à son contact, si ç'avait été fait dans d’autres circonstances. Mais son soutient moral est vital. Ses mots continuent à te frapper de plein fouet. Lui donner une seconde vie ? A cette bâtisse qui n’existe plus ? C’est impossible… tu ne pouvais te détacher de la réelle réalité : Hikari n’est plus. Ainsi, tu lui livra une réponse triste, accompagnée de sanglots et de larmes.

- J’ai bien peur… qu’Hikari ne soit plus… Comment redonner une seconde vie à tant de destruction ? De désolation ?

Tu aimerais bien voir la lumière au bout du tunnel… malheureusement, pour l’instant, tu y es aveugle.

_________________
Merci à Midori/Ema pour l'avatar cadeau ! Sa galerie : Galerie du sucre; Midori
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7488-okinawa-sora-en-cours#62771 http://www.ascentofshinobi.com/u1205
Nagareboshi Ema
Nagareboshi Ema

Deuil et déchirure Empty
Sam 28 Mar 2020 - 20:25
deuil et déchirure;


Lourde est la peine sur ses épaules. Elle a l’impression que le poids de sa tristesse ne s’allégera jamais. La chaleur d’un corps étranger ne la ramène pas vers une réalité plus douce. Au contraire, elle lui rappelle à quel point elle est vide. À quel point son âme est endommagée. Il ne reste plus rien de la douce, joyeuse Ema, qui combattait coûte que coûte pour ses idéaux, quitte à mettre ses possessions en jeu.

L’Ema qu’il a connue. Qu’il a aimée. Elle n’est plus là. Il n’y a plus que des lambeaux, qui se détachent mollement et s’agglutinent en un immonde tas de regrets.
Elle soupire. Non, il n’y a plus rien.
Mais au milieu, il y a lui. Victime de maux similaires, qui a besoin de s’en sortir. Il ne peut pas rester dans les ténèbres. Ema ne peut pas l’y laisser.

Ses mains graciles sur la peluche lui rappellent à quel point le monde est fragile. Il ne faut pas qu’il s’oublie. Il ne faut pas qu’il se perde. La peine est lourde. Difficile. Douloureuse. Ça fait partie de ces histoires qu’on ne veut jamais raconter, mais qu’on porte en son cœur jusqu’à la fin de ses jours. Ema l’observe avec bienveillance. Il faut que sa vie, à terme, ne soit plus tachée, maculée du sang de ses souvenirs. Il faut qu’il crée de la lumière dans les ténèbres.

Ça lui semble si compliqué. Ses mots sont douloureux. Il n’a vraiment plus rien, à part les images de son passé. Son enfance, son adolescence, puis la destruction. Une finalité que personne ne devrait vivre. Un récit que personne ne devrait consigner dans le grand livre de sa vie.

Ema pose une main sur son épaule. L’esquisse d’un sourire se forme sur son visage. Elle tente, tant bien que mal, de s’approcher de la lumière. Peut-être qu’à force de le pousser, elle finira par y arriver, elle aussi ? Elle finira par penser que la vie n’est pas qu’une immonde mélasse, née de tous ces cadavres qu’elle laisse derrière elle ? Qu’il y a d’autres choses ? Peut-être que c’est ça, qu’il lui faut ?

« Comment ? Peut-être en commençant par le commencement. »

La Rose penche la tête. Ses iris turquoises se mêlent à ceux de Sora. Elle y cherche la candeur, l’innocence qu’il a perdue en perdant sa vie. Il y a quelque chose, quelque part. C’est lointain, c’est profond, mais elle ne peut pas l’ignorer. Il faut réussir à le faire revenir.

« D’abord, raconte-moi, Sora. Qu’est-ce que c’est, Hikari ? Qu’est-ce que tu y as vécu ? »

La pression de sa main sur son épaule se fait plus forte un instant, pour l’encourager.

« Tout ira bien. Mets le doigt sur tes plus beaux souvenirs, puis raconte-moi la fin. Et nous trouverons comment y donner une seconde vie. »

Une promesse prononcée sans certitude, sans pouvoir lui affirmer qu’ils y arriveront. Mais une promesse d’avenir, pour ne pas le laisser dans le néant.
Parce que rien ne se perd, rien ne se crée. Tout se transforme, éternellement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8316-nagareboshi-ema-complete http://www.ascentofshinobi.com/u1147

Deuil et déchirure

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: