Soutenez le forum !
1234
Partagez

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi]

Souhei Toji
Souhei TojiEn ligne

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Sam 21 Mar 2020 - 12:39
« All we hear is Radhyûga ga »



Les hauts plateaux. Lieu désertique et insipide. Une vaste étendue de terre et de roche rien de plus. Ami du néant et de la désolation vous voilà chez vous. Peu de personnes s'aventure dans cet endroit pour la beauté du paysage. A moins que vous aimiez les paysages chaotique…ou tout simplement la tranquillité. C'est justement ça que recherche Toji. Un peu d'intimité pour méditer calmement. Il n'a pas eu une minute à lui depuis son arrivée au village. Les premiers jours sont toujours éprouvants, le temps que toutes la paperasse se mette en place etc…Mais passons.

Tandis qu'il arpentait les crêtes rocheuses, Il cherchait du regard un endroit où s'installer. Plat de préférence, tout était pointu ou légèrement pentu dans cette immensité immonde. Oui vous l'aurez deviné, Toji préfère les endroits verts et boisés. Rien d'étonnant pour quelqu'un venant d'un temple perdu en pleine nature. Jonglant de pics, le moine arriva sur le haut du haut plateau. Pléonasme. L'endroit porta enfin son nom et fut bizarrement plat. Certes toujours aussi moche. Mais plat. Quelques aspérités était présente ça et là. Enfin il pouvait méditer tranquillement et profiter du calme ambiant. Il quitta ses sandales et foula la terre pieds nu. La texture rugueuse de l'endroit lui déplaisait au plus au point, lui qui avait pour habitude de sentir la souplesse et la douceur de la terre meuble de forêt. Mais il fallait parfois sortir de sa zone de confort pour progresser. Il se mit en position et exécuta des mouvements de combat. Lent et appliqué, il inspirait et expirait profondément à chaque nouvel enchainement. Ce ballet martial continua pendant de longues minutes, plongeant le moine de plus en plus dans une sensation de plénitude. C'était sa façon de méditer et ne faire qu'un avec la nature. Lorsqu'il réouvrit les yeux, il aperçut un homme qui lui faisait face. Ceci perturba dans un premier temps Toji. Il ne l'avait pas entendu arriver et n'avait pas non plus senti sa présence. Étonnant. Non. Le terme exact serait impressionnant.

L'individu au long cheveux noir était nappé d'une longue tunique blanche. Sa prestance et son accoutrement lui faisait dégager une certaine aura, un charisme inexpliqué. Toji resta de marbre face à l'inconnu qui restait planté devant lui. Son visage angélique n'attendrissait pas les traits du moine qui remit ses sandales au pieds.

"Je peux vous aider ?"

Que voulait cet homme ? Peut-être que Toji était sur son emplacement préféré pour attendre et observer la nature morte, si tel était le cas il s'en irait méditer ailleurs. Mais peut-être qu'il désirait autre chose. Attendant la réponse de son interlocuteur, le moine croisa les bras et fronça les sourcils.


@Hyûga Tsuyoshi


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville http://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Dim 22 Mar 2020 - 9:12
Une fois n’est pas coutume, le Hyûga se promenait sur les hauts plateaux. Il n’était pas venu ici aujourd’hui pour s’entrainer. A moins de tomber sur un personnage particulièrement intéressant, ce serait uniquement dans une perspective de benchmarking, ou plutôt d’observation pour ne pas dire d’espionnage de techniques que le Hyûga se promenait en ces lieux. En effet, l’on pouvait progresser en combattant, en étant actif dans le processus d’apprentissage, mais l’on pouvait également apprendre et progresser en étant passif. Aujourd’hui c’était la deuxième option qui motivait le déplacement du Hyûga.

Il s’arrêta souvent, observant de loin des combattants s’entraîner. Ceux-ci, parfois à deux, parfois seuls, donnaient visiblement le meilleur d’eux-mêmes. Ils suaient à grosses gouttes, lâchant de grosses techniques –toutes proportions gardées- le tout en exécutant des mudra à la vitesse de l’éclair. Tout ceci était plaisant à voir. Iwa était un village particulier dans lequel l’émulation pour les arts martiaux était importante. Ici, à l’image de sa cousine Toph, la majeure partie des shinobis étaient orientés vers le progrès, produisant de gros efforts pour y parvenir. S’il y en avait pour en douter, qu’ils se promènent aux Hauts plateaux ou encore à l’Académie Hashira. Ils seraient fort étonnés de constater combien les forces iwajines sont affutées pour le combat. Les résultats du village en termes de défense en disaient long d’ailleurs sur ce point. Iwa n’avait-il pas survécu à différentes attaques d’ampleur ?

A force de sillonner les Hauts plateaux à la recherche de la « perle rare » l’œil du Hyûga finit par repérer un individu au loin. Ce dernier semblait très concentré. Ses mouvements fluides mais dont on devinait la puissance et dont la maîtrise était certaine, avaient quelque chose de différent. L’homme était grand et visiblement fort, sa chevelure était plutôt rouge. Il semblait dégager quelque chose de puissant. Ses mouvements indiquaient qu’il pratiquait le taijutsu, mais ce n’était pas tout. Les mouvements qu’il reproduisait indiquaient également que son art était différent.

Intrigué, le Hyûga s’était rapproché sans faire de bruit. Il ne souhaitait pas déranger l’homme dans son entrainement. En même temps, il voulait en savoir plus et pourquoi pas être un observateur privilégié des techniques qui seraient produites pour peu qu’elles le soient. Et pourtant, comme si sa présence dérangeait, l’individu finit par arrêter son entraînement et se tourner vers le Hyûga. Il avait fini par remarquer qu’il était épié, ou plutôt carrément observé. Mettant ses sandales, car il les avait enlevées, l’inconnu s’adressa à Tsuyoshi.

_ Heu… Salutations ! Navré de vous avoir dérangé… Répondit le Hyûga. Il poursuivit en souriant et en se grattant la tête d’un mouvement non calculé, signe évident qu’il était vraiment gêné pour son interlocuteur.

_ Je me promenais et je vous ai vu faire ces mouvements… De quelle école du taijutsu s’agit-il ? Avait-il demandé. Puis se rappelant qu’il ne s’était pas présenté et que cela pouvait paraître impoli, il se rattrapa :

_ Heu… Désolé, je suis Hyûga Tsuyoshi, Jonin du village depuis peu et vous ? Je ne me souviens pas vous avoir croisé dans le village. Je m’en serai rappelé… Dit-il à l’inconnu. En même le bonhomme était un sacré client du point de vue de la musculature et de la taille. Difficile de ne pas le repérer ou de l'oublier une fois que l'on avait croisé route.

Il est vrai que Tsuyoshi était particulièrement vigilant à l’endroit des shinobis du village. Il connaissait tous les Jonins d’Iwa, de vue quasiment tous les Chuunins du village, mais pour ce qui était des Genins, il faudrait repasser. L’inconnu était donc soit Genin, soit Chuunin ou alors un étranger auquel l’on aurait permis d’avoir accès à Rokkusu.

_________________
Spoiler:
 


All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 http://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Souhei Toji
Souhei TojiEn ligne

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Dim 22 Mar 2020 - 19:48
« All we hear is Radhyûga ga »



Les deux hommes étaient face à face. D'un point de vue taille, l'équilibre était quasi parfait. L'inconnu aux cheveux d'ébène devait faire dans le mètre quatre-vingt-cinq tandis que Toji culminait au mètre quatre-vingt-dix. En revanche d'un point de vue morphologique, le moine dépassait largement son interlocuteur. Du moins de ce qu'il pouvait voir. La longue et ample tunique de l'individu ne permettait pas de distinguer quoi que ce soit. Ce sont donc des suppositions qu'émet le guerrier.

L'homme à la tunique questionne Toji et finis par se présenter. Un Hyûga ? Vraiment ? Cet homme avait bel et bien l'inévitable chevelure sombre du clan de la pupille pâle mais n'avait justement pas la dites pupille. Ce pourrait-il que le Byakugan ait évolué ? Difficile à croire après sa rencontre avec Koharu. Des Hyûga il en avait croisé des tas mais pas comme celui-là… Le moine resta méfiant concernant l'identité de son interlocuteur.

"Vos yeux disent le contraire…" Dit-il d'un air douteux.

Le genin se mit à réfléchir et analyser la situation. Quel intérêt aurait-il à mentir ? Aucuns…Sauf s'il ne fait pas partie du village et utilise cette identité comme couverture pour espionner. Si tel était le cas il ne faut pas l'alarmer et rentrer dans son jeu. Toji décroisa les bras et s'inclina poliment pour saluer Tsuyoshi tout en gardant le réflexe de regarder les pieds du prétendu Hyûga lorsqu'il s'incline. Au moindre mouvement de jambe suspect il réagirait au quart de tour.

"Toji…Genin également depuis peu. Nous nous sommes peut-être déjà aperçus de loin mais j'imagine qu'il est difficile de reconnaitre tout le monde au premier coup d'œil dans ce genre de cas." Dit-il en se redressant.

Il réajusta son haut de kimono avant de reprendre.

"Vous vous interrogiez sur mon style de combat n'est ce pas ? A vrai dire ce n'est pas un style enseigné dans une école. On m'a enseigné comme base les arts martiaux moniaux au temple puis je me suis efforcé de construire mon propre style. Une version hybride de chaque forme que j'ai pu voir ou lire dans les livres…Certains confrère moine l'on baptisé Ansatsuken. J'imagine qu'on peut par conséquent l'appeler ainsi."

Il se gratta le menton comme pour imager le fait qu'il soit en pleine réflexion. Il claqua des doigts une fois qu'il trouva les réponses à ses tourments. Il s'approcha ensuite calmement du Jonin.

"Puisque vous êtes un Hyûga je vais prendre le Jûken en exemple…Je n'ai pas les capacités physiques pour voir et frappé les tenketsu fait de chakra. J'ai donc passé plusieurs mois à étudier l'anatomie humaine pour apprendre l'emplacement des méridiens corporels. Je sais désormais qu'en frappant certains points précis dans le bras je peux affecter le cœur…"

Il se permit de pointer du doigts les méridiens "maitre cœur" de son bras en regardant à tour de rôle son bras et Tsuyoshi afin de voir s'il suivait le petit cours pratique.

"Bien entendu ceci ne l'arrêtera pas de battre mais pourra engendrer une gêne vasculaire et créer un malaise, une perte d'équilibre etc... Vous voyez où je veux en venir ?"

Il haussa les épaules.

"J'imagine qu'il serait idiot de vous demander de quelle école d'art martiaux vous venez. Mais étant donné que j'ai encore de sérieux doute concernant la véracité de vos racines je me permets de demander…" Dit-il en assombrissant son regard

Une légère provocation, il jouait agressif, pas sure que ça lui soit favorable pour démasquer une éventuelle imposture mais sait-on jamais.





Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville http://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Jeu 26 Mar 2020 - 12:24
Le Hyûga était rarement remis en question lorsqu’il se présentait comme tel au sein du village. Il est vrai qu’il ne s’était jamais vraiment demandé pourquoi. A force, cela devenait naturel pour lui. Il se présentait comme tel et malgré l’évidente contradiction avec ses pupilles « normales » pour le commun des mortels, mais certes anormal pour ceux de son clan, le message passait crème. Tsuyoshi se gratta la tête. Il n’était pas contrarié, seulement légèrement embêté par les propos véridiques de son interlocuteur. Rien ne prouvait qu’il était celui qu’il prétendait être. C’était vrai. Ce qui l’agaçait légèrement, c’était que la remarque de son interlocuteur lui avait rappelé les sarcasmes de son clan. Ces sarcasmes, aujourd’hui totalement arrêtés depuis qu’il était désormais Jonin du village, lui revenaient à l’esprit. Oui il était différent et il avait longuement souffert de cette différence par le passé, depuis sa plus tendre enfance. Voilà pourquoi il avait dû cravacher dur et se donner les moyens d’avoir un niveau supérieur à ceux de ses camarades. Aujourd’hui, il était parvenu à un niveau où peu de Hyûga se trouvent. Jônin du village et d’un niveau honorable, le dojutsu ne mentaient pas. Seule Toph était, en termes de volume de chakra, supérieure à lui. Elle seule…

_ Tu as bien raison… Rien ne prouve que je sois un Hyûga. Seulement, quel intérêt aurais-je à mentir ? Lui avait rétorqué Tsuyoshi finalement, le plus calmement du monde. Il n’avait pas envie de gaspiller du chakra à faire une démonstration somme toute inutile pour le moment.

Tsuyoshi avait écouté avec intérêt tous les développements concernant l’aspect monial de ses techniques. Le Hyûga fut tout de suite plus intéressé. Il était rare de trouver un moine dans ce village. Tsuyoshi par le passé avait beaucoup voyagé et vu bien des choses. Cela dit, il n’avait jamais rencontré en tant que tel, du moins, il n’avait jamais eu l’occasion d’en affronter ou même de voir quelqu’un utiliser ces techniques. Le Genn, Toji qu’il s’appelait, affirma que son art avait pour nom l’Ansatsuken. Cet art, à l’en entendre parler, était dévastateur. Tout comme le Junken, il demandait une certaine connaissance de l’anatomie. A la différence de l’art Hyûga, toujours d’après les propos de son interlocuteur, Tsuyoshi comprit que l’Ansatsuken pouvait attaquer les organes du corps humain à travers des endroits précis mais parfois éloignés de l’organe en question. Toji donna l’exemple du bras qui s’il était frappé à certains points entraînaient des dégâts sur le cœur. Le Junken en ce sens était différent car il frappait tant le système circulatoire du chakra que les organes du corps humain. De plus, le Junken demandait moins de connaissances, à priori, du corps humain, que l’Antsatsuken. Il n’était nécessaire que de connaître certaines bases enseignées à tout Hyûga dès le bas âge et d’ouvrir ses yeux ou plutôt, d’activer son dojutsu, pour savoir où frapper et comment faire mal.
Autre point de l’Antsatsuken, peut-être un point faible, était que les dégâts en question n’étaient pas des dégâts bruts, mais plutôt déstabilisants. Le Hyûga s’en doutait bien de prime abord. Frapper le bras et entraîner de puissants dégâts au cœur par exemple n’était pas faisable, du moins pas dans l’immédiat. Dans un contexte de combat, si la théorie de Toji était vraie, elle mettrait énormément de temps à se réaliser.

_ Je vois parfaitement ce que tu veux dire Toji. Même si ce n’est pas forcément puissant, c’est très efficace et utile comme art. Dit le Hyûga, il poursuivit néanmoins : J’imagine cela dit que les arts moniaux ne se limitent pas qu’à l’Antsatsuken ? Si ? Ou est-ce une voie parmi tant d’autres ? Avait poursuivi le Jonin. Il était vraiment intéressé par ce Genin. Il ne savait pas qui était son senseï et même s’il en avait, mais pour sûr voilà un ninja au potentiel plus qu’intéressant, du moins en théorie.

_ Tu me crois toujours pas on dirait ? Le Hyûga sourit sans montrer les dents. Il reprit : mon style est évidemment basé sur le Junken, mais j’ai également quelques techniques de Gôken… Il faut bien savoir varier les plaisirs comme on dit.

_ Dis moi, qui est ton senseï ? Avait finit par demander le Hyûga curieux. Si jamais ce Genin était sans senseï, Tsuyoshi le prendrait sous son aile.

_________________
Spoiler:
 


All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 http://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Souhei Toji
Souhei TojiEn ligne

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Ven 27 Mar 2020 - 13:27
« All we hear is Radhyûga ga »



Il était attentif à ce qui lui était présenté. Un bon élève qui suivait un cours qui semblait l'intéressé. C'était par ailleurs troublant pour Toji. Lui qui avait pour habitude d'avoir Koshiro en leçon…Il avait face à lui son extrême opposé. Tsuyoshi. Un homme calme et attentif. Et tandis que le moine jouait au senseï, son élève du jour analysait. Ses yeux brunâtres se posait sur chaque point de pression divulgué par le genin. Était-ce bien sage de dévoiler l'une de ses techniques à un potentiel ennemi ? Nullement. Quel intérêt aurait-il ? Le jûken était tellement plus puissant. User d'un autre style serait un handicap plus qu'une aide.

La démonstration terminé, Tsuyoshi semblait toutefois douter de la puissance du style. Bien que certaine technique utilise les méridiens, un coup est un coup. Avec suffisamment de force cela peut s'avérer être dévastateur.

En bon élève, l'Hyûga posa des questions. Il s'interrogea sur les arts martiaux moniaux, notamment sur les différents pans qui le compose. Une question intéressante qui fit légèrement sourire le genin. Il était heureux que cet échange ait lieu. Bien qu'il n'ait jamais été un grand bavard, le partage est une vertu enseignée et fortement appréciée au sein du monde monial. Être curieux, s'intéresser aux petites choses était essentiel pour progresser et élever son niveau de conscience.

"Les arts moniaux ont bien des portes. J'en ait ouvert une parmi tant d'autre. Libre à vous ensuite de créer des passages dérobés et construire votre propre voie comme je l'ai fait pour l'Ansatsuken…"

Le Jonin ne tomba pas ensuite bêtement dans la provocation du genin, preuve une nouvelle fois de sa sagesse et potentiellement de sa bonne foi envers son identité. Il dévoila à son tour son style de combat. Jûken. Sans grande surprise. Mais un détail fit titiller le moine. Il avait associé le style gracieux et souple du Jûken au Goken, son exact opposé. Dur et raide comme la justice, ce style privilégiait la force brute sans pour autant perdre de sa technicité. Un mélange contradictoire mais intéressant. Il enchaina et conclut en demandant le maitre de Toji.

"Pardonnez mon scepticisme. C'est bien la première fois que je rencontre un Hyûga avec une telle particularité. J'imagine que je ne suis pas le premier ni le dernier à vous faire ce genre de remarque…Je vous doit des excuses en bonne et due forme." Dit-il en s'inclinant poliment.

Il se redressa et répondit à la question posée par Tsuyoshi.

"Au temple c'était le Grand moine qui était le senseï de tous les moines. Il nous a inculqué tout son savoir en matière de combat, de connaissance du monde et philosophie de vie. Maintenant que nous sommes ici, nous étanchons notre soif de connaissance de manière autonome. Certains préfère les livres. Moi je préfère l'entrainement et la méditation. A chacun sa méthode…"

Il contempla l'allure parfaite de la tunique de Tsuyoshi. Aucunes pliures ni poussière venait polluer son accoutrement. A contrario, le kimono de Toji se voyait maculer d'une fine pellicule de poussière au fil de la conversation. Le vent venant déposer peu à peu des particules. On aurait dit qu'un champ magnétique entourait le Jonin.

"Et vous ?...J'imagine que c'est votre famille qui vous a enseigné les arts Jûken mais qui vous a appris le Goken ?"

Il est vrai que la plupart du temps, c'est la famille qui transmet son savoir à sa descendance. Mais transmettre le style Goken serait un affront aux traditions Hyûga. Mais les temps changent. Il faut parfois savoir allier les anciennes et les nouvelles voies.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville http://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Dim 29 Mar 2020 - 0:41
La discussion avec le moine était intéressante. Contrairement aux apparences, car le dénommé Toji avait également un sérieux problème sur ce domaine tout comme Tsuyoshi, le moine était courtois à la discussion captivante. Tsuyoshi ne s’était pas arrêté à la musculature de catcheur de son interlocuteur ni à son style de Karatéka encore moins à son visage. Un véritable délit de faciès qu’il aurait fait s’il s’était arrêté aux apparences. Non, le Jonin avait préféré observer, analyser, écouter, recouper les informations et se forger sa propre idée de ce qu’on lui racontait. Oui, il en était quasi certain, son interlocuteur était bel et bien ce qu’il prétendait être. Ses mouvements précis, mais peu commun en attestaient. De même ses explications plutôt fournies et non aériennes, indiquaient qu’il n’était pas un affabulateur.

_ Non vous n’êtes effectivement pas le premier à m’en faire la remarque et vous ne serez pas le dernier non. Dit Tsuyoshi en souriant. Il poursuivit : Il n’y a pas de quoi s’excuser, votre réaction est naturelle. Pour ma part, je suis né comme ça. Je ne m’explique pas cette… anomalie. Tsuyoshi venait de prononcer un mot qu’il n’aimait pas. Pour lui, il était normal quand bien même aux yeux du reste du monde il ne l’était pas. Lorsqu’il activait son dojutsu, son appartenance clanique n’était plus discutée. Ses yeux voyaient ce que voit le commun des Hyûga, dojutsu actif.

Tsuyoshi acquiesça lorsque Toji évoqua le fait qu’il préférait s’entraîner plutôt que de lire et d’apprendre par la théorie. Il était clair que la pratique était le meilleur moyen d’apprendre, cela dit, certains préféraient toujours un bon mix plutôt que de faire le choix d’une seule et unique voie.

_ Je comprends. La pratique a toujours eu le dessus sur la théorie. Cela dit, un bon mix des deux avec prépondérance de la pratique devrait être la meilleure formule vous ne croyez pas ? Avait demandé le Hyûga. Après, les gens étaient différents. Ce qui convenait à l’un pouvait ne pas convenir à l’autre.

La discussion avait ensuite continué sur le terrain des arts taijutsu. Toji semblait étonné que le Hyûga pratique le Gôken. Il est vrai que la plupart des Hyûga étaient pro Juken et rien d’autre. Trouver un de leurs membres qui pratiquait une autre forme d’art martial était plutôt étonnant. Il lu fallait s’expliquer sur cette nouvelle particularité. Le Hyûga se gratta l’arrière de la tête comme s’il était gêné. Il finit par répondre :

_ J’avoue qu’il n’est pas fréquent de trouver un Hyûga qui pratique le Gôken… En réalité, je n’ai pas tellement de technique de ce style. J’ai diversifié mes techniques de combat il y a un an. A l’époque j’essayais de prendre la voie de la maîtrise des portes célestes. C’est là que m’est venue l’idée de développer des techniques alliant technicité et puissance brute. L’art du Junken est quelque peu différent, mais il a finalement de grandes similitudes avec le Gôken…

Le Hyûga marqua une pause. Il observait son interlocuteur. Ce dernier avait vraiment l’air d’un ninja puissant quoique son grade de Genin indiquait qu’il n’était peut-être pas nécessairement aussi fort que son aspect extérieur le laissait entendre. Cela dit, le grade n’était en rien un critère suffisant pour jauger la puissance d’un individu.

_ Et si l’on s’entraînait ensemble ? Ce serait peut-être un bon moyen de confronter nos arts martiaux ? Avait dit le Hyûga. Il attendit une réponse de la part de son interlocuteur. Si c’était OK, Tsuyoshi en était sûr, il apprendrait beaucoup de cet échange.

_________________
Spoiler:
 


All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 http://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Souhei Toji
Souhei TojiEn ligne

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Dim 29 Mar 2020 - 12:25
« All we hear is Radhyûga ga »



L'hyûga était dur avec lui-même, catégorisant sa particularité physique comme une anomalie. Le moine resta silencieux. Il n'était pas tout à fait d'accord avec cette façon de penser. Mais il se doutait qu'au sein du clan Hyûga un tel attribut était surement considérer comme une tare. Sa jeunesse a dû être ponctué de brimades en tout genre. L'avantage si l'on peut se permettre de le dire ainsi, c'est qu'une fois cette difficile épreuve passée. Votre mental et votre volonté seront inébranlable.

La conversation entre les deux hommes était simple, sans fioritures mais cela ne lui enlevait pas l'intérêt que lui portait Toji, bien au contraire. Manière de s'entrainer, style de combat, historiques des deux hommes. Ils parlaient de tout et de rien sans porter de jugement sur l'un ou l'autre. Une fois encore, le moine fut en adéquation avec son camarade Iwajin.

"C'est en effet ce que je pense aussi. J'ai souvent remarqué que certaines personnes ont peur de l'échec, c'est pour cela qu'elles restent sur la théorie et oublie la pratique mais ce n'est pas la solution. Rien n'est plus instructif que la pratique. Comme dit le dicton, c'est en forgeant que l'on devient forgeron."

Une nouvelle fois, le moine fut surpris par le parcours de son interlocuteur, il écarquilla les yeux de stupéfaction. Tsuyoshi avait tenté de maitriser les portes célestes. Une étape relativement difficile dans le parcours d'un combattant. Mais la vraie question était…Y était-il arrivé ? Peu de personnes peuvent se targuer d'avoir réussi cette prouesse.

"Impressionnant…Puis je me permettre de vous demander si vous êtes parvenu à maitriser les portes célestes ?"

L'Hyûga proposa ensuite un combat. Toji fit une moue satisfaite. La communication ne passe pas toujours par la parole, se battre contre quelqu'un permet parfois d'en savoir bien plus qu'une simple conversation. N'était-ce pas là la meilleure façon de connaitre quelqu'un ? Le moine joignit ses mains comme pour prier puis s'inclina.

"Ce serait un honneur…" Dit-il en dépoussiérant son kimono en le tapotant.

"Je ne vais pas retenir mes coups. Je vous serais reconnaissant d'en faire de même."

Sur ces mots, il se positionna en garde. Une garde assez particulière. Sa main gauche était basse tandis que la seconde se place au niveau de son visage. Il attendit son adversaire. Ce n'était pas son style d'engager le combat hormis lorsque cela semblait nécessaire. Ici il s'agissait d'un affrontement relativement cadré, pas la peine de prendre son adversaire par surprise. Faisons ça dans les règles de l'art.

"C'est quand vous voulez…"

Il était prêt. L'affrontement était sur le point de débuter.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville http://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Lun 30 Mar 2020 - 20:34
Le moine avait demandé au Hyûga s’il était parvenu à maîtriser les portes célestes. Tsuyoshi avait immédiatement baissé les yeux. Comme s’il cherchait quelque chose, il finit par relever les yeux et porter son regard vers son interlocuteur. Son regard exprimait l’échec, mais un échec marqué. Non Tsuyoshi n’y était pas parvenu et ce n’était pas faute d’avoir essayé. Il s’était entraîné durement, bien plus qu’il ne l’avait jamais, mais ses efforts n’avaient pas payé. La cause ? Probablement un manque de connaissances pratiques et théoriques sur le style d’art qu’il souhaitait maîtriser. Ouvrir une porte était quelque chose de subtil dans son mécanisme. Elle demandait un degré de maîtrise spécifique, mais à un niveau très important. Ce degré de maîtrise se portait sur la connaissance du corps humain, mais aussi de la structure chakratique mais aussi de la manipulation des énergies spirituelles. En théorie, un Hyûga était un bon client pour apporter une réponse positive à une tentative d’apprentissage des portes célestes. La réalité était bien éloignée des suppositions. Tsuyoshi n’avait fini par apprendre que le Gôken. Un art martial à mi-chemin entre le taijutsu basique et les portes célestes.

_ Un échec retentissant… Je crois que pour ce domaine, j’aurais eu besoin de cours théoriques approfondis pour mieux appréhender la chose… Non… Je n’y suis pas parvenu avait fini par répondre le Hyûga. Quelque part, il savait qu’il regretterait jusqu’au bout, jusqu’au dernier jour de sa vie. Il connaissait les sacrifices liés à l’ouverture des portes, mais il savait également combien le pouvoir qu’elles offraient était grand. Le Hyûga soupira de dépit. Cela dit, le Jônin nota que son interlocuteur était vraisemblablement attiré par ce pouvoir.

Au final, Toji avait accepté de relever le défi. Il était disposé à combattre le Hyûga. C’était la meilleure manière d’apprendre. N’étaient-ils pas tous les deux d’accord sur ce point ? Le duo avait convenu au cours de leur discussion que la pratique et donc, dans ce cas précis, le combat était la meilleure manière d’apprendre. Il était tout naturel qu’ils finissent par tomber d’accord pour un petit échauffement ensemble. Ils en sortiraient tous les deux grandis.

Exécutant des mudra, Tsuyoshi activa son dojutsu. Ses yeux, jusque-là normaux pour le commun des mortels, changèrent du tout au tout. L’iris noir vira au blanc pâle, les pupilles disparurent comme fondus dans l'iris. La puissance du dojutsu désormais activé dilata les vaisseaux sanguins et chakratiques alimentant les yeux offrant cet aspect si imposant au regard des Hyûga. Oui, ce dojutsu était le dojutsu suprême. C’était grâce à ces yeux qu’il était si ardu de duper. Toji devrait dès lors s’employer probablement s’il souhaitait prendre par surprise le Jônin.

_ Je vous laisse la main cher ami. Le Hyûga attendit sans prendre de posture particulière.


Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 http://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Souhei Toji
Souhei TojiEn ligne

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Lun 30 Mar 2020 - 23:49
« Fruit ninja »



La déception pouvait aisément se lire sur le visage de Tsuyoshi. Toji comprit tout de suite que la réponse à sa question allait être négative. L'Hyûga confirma les impressions du moine. Selon lui il avait péché par manque de connaissances théoriques. Le colosse se sentit légèrement gêné d'avoir posé cette question. Reparler d'un échec n'est jamais agréable. Surtout lorsque l'on s'est investie pour y arriver. Toji avait eu la chance de réussir à mettre au point son style de combat, s'il n'y était pas arrivé, Dieu seul sait s'il aurait eu la motivation de continuer à s'entrainer au taijutsu…

Les deux hommes se faisaient face. Toji en position de combat, prêt à en découdre. Il invita l'Hyûga à engager les hostilités. Celui-ci ne se fit pas attendre et exécuta des mudras pour revêtir l'emblématique pupille de son clan. Le moine feignit l'indifférence mais il était stupéfait. Il n'avait jamais vu de ses propres yeux cette technique. Les veines apparentes au pourtour des yeux du Jonin lui donnèrent des frissons. Ses jambes s'alourdirent. Sa gorge devint presque sèche. L'aura que dégageai Tsuyoshi était pesante. Il n'imaginait pas qu'une telle pression pourrait s'abattre un jour sur lui.

"Sugoi…" Dit-il en marmonnant dans sa barbe.

L'Hyûga invita à son tour le moine à attaquer. Trêve de mondanités. Il fallait passer à l'action. Il est évident que ce combat allait être sans technique bling bling. Du mano à mano comme on dit. De toute façon la dissimulation serait veine face aux pupilles de Tsuyoshi.

"Ikuzo…!"

Il prit une puissante impulsion et brisa la distance rapidement. Tsuyoshi avait laissé le moine prendre l'initiative, il allait en profiter. Lorsque le colosse se sentit à porter de coups, il pivota sur ses hanches et envoya une puissante frappe du poing droit en direction de la mâchoire du Jonin. Pas sûre que cela fasse mouche, il n'y avait aucuns effets de surprise mais cela avait au moins l'intérêt de montre qu'il n'allait vraiment pas retenir ses coups.

C'était l'heure de vérité. Le Jûgoken contre l'Ansatsuken.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville http://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Mer 1 Avr 2020 - 3:04
De ses pupilles blanches, le Hyûga observait son vis-à-vis. Il voyait clairement ses tenketsus mais aussi la circulation du chakra. Comment en cas être pris de court lorsqu’il vit qu’une bonne dose de chakra était subitement orientée vers les pieds de son adversaire. Pour avoir vu maintes fois ce qu’il voyait, il lui semblait évident qu’il ferait face à une charge d’ampleur mineure. Il y avait pire comme charge. Sans bouger, mais se tenant prêt à réceptionner son vis-à-vis, mais surtout à esquiver le coup qui serait porté, Tsuyoshi attendit. D’où viendrait l’attaque ? Des pieds ? Des mains ? D’une zone plus exotique telle que la tête ? Finalement, le chakra était perceptible, visible, ce fut vers les bras qu’une bonne dose de chakra se dirigeait indiquant clairement la suite du programme du côté du moine.

Se préparant, Tsuyoshi vit le poing de son adversaire fuser sur lui. Il lui fallut être réactif. Pour un bon combattant au taijutsu, la chose n’était qu’une formalité. C’est sa tête qui était visée, un coup dont la puissance était certaine. Si jamais ce poing faisait mouche, il était clair que le Hyûga pouvait au mieux terminer ce combat sonné, au pire nous faire un coma. Mais tout ceci n’arriverait, pas si vite du moins. Au dernier moment Tsuyoshi servit à son adversaire une esquive. Il décala légèrement sur le côté, histoire de sortir de l'axe de l'attaque. Une vieille ruse des arts martiaux permettant d'avoir son agresseur à portée avec une ouverture géniale pour riposter. Alors que le poing de son adversaire frappait l’air, Tsuyoshi tenta d’en profiter. Sa pied gauche, tenta de trouver les côtes de celui-ci. Le coup se voulait déstabilisant, plus que destructeur. Si Tsuyoshi, à bout portant, parvenait à toucher le moine, ce dernier serait probablement à sa merci.

Enchaînant sans attendre Tsuyoshi tenta de placer la difficile technique des 32 poings du Hakke. Tout était en place pour le faire. Les deux adversaires étaient au corps à corps et Tsuyoshi venait de tenter une déstabilisation. Il ne restait plus alors qu’à boucher quelques tenketsus histoire de refiler un sérieux handicap à son adversaire pour un bon petit bout de temps. Les coups partirent tous seuls. Un Hyûga digne de ce nom s’entraînait à la pratique des 32 coups du hakke depuis sa tendre enfance. Cette technique faisait partie du panel de Tsuyoshi depuis qu’il avait su maîtriser parfaitement son dojutsu, en clair depuis ses cinq ans. Ses doigts, index et majeurs couplés, frapèrent les haut du corps, vers les épaules, le ventre, le thorax… Les tenketsus centraux de son buste étaient visés, le résultat serait une sérieuse difficulté à utiliser son chakra de quoi handicaper le meilleur des combattants.


Santé : RAS
Chakra : 4B (dont celle active) + 1C

Tsuyoshi esquive le coup de poing de Toji en restant au corps à corps mais en se décalent sur le côté. Il tente alors un bon coup de pied déstabilisateur puis essaye de placer les 32 poings du Hakke. (Tu peux considérer que je n'effectue pas les 32 poings si jamais tu trouves un truc pour le coup de pied déstabilisateur)


_________________
Spoiler:
 


All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 http://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Souhei Toji
Souhei TojiEn ligne

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Mer 1 Avr 2020 - 13:59
« All we hear is Radhyûga ga »



Quelque chose émanait de lui. Quelque chose de puissant. Mais ce n'était pas de la puissance au sens propre comme on décrirait de la force physique. Toji était puissant. Tsuyoshi était bien plus que de la simple puissance brute. C'était… plus spirituel. Il était concentré, attentif. Une plénitude qu'il ne peut être observer que lorsqu'on affronte des gros noms du Taijutsu. Ce gars était un client sérieux. Le sous-estimer serait une grave erreur que le moine n'avait pas envie de commettre. La frappe qu'il avait envoyée en était la preuve.

Ses appuis étaient solides, sa rotation de hanches lui avait permis d'agrandir son allonge malgré le manque distance mais également sa puissance tout en gardant un parfait équilibre. Toutefois parmi tout ces avantages, cette forme de corps comportait une faille très facilement exploitable pour un adepte du combat. Le combattant est exposé à une riposte si son adversaire évite le coup. Le manque d'allonge l'avait obligé à se pencher pour grapiller quelques précieux centimètres, ni voyez pas de mauvaise allusion mais Dieu seul sait que quelques centimètres ça fait parfois toute la différence.

Le poing du genin se rapprochait du menton du Jonin. Ce pourrait-il qu'il n'ait pas remarqué la faille. La réponse fut immédiate. Tsuyoshi faisant preuve d'une réactivité et d'une aisance remarquable pour éviter la frappe du moine, se décala légèrement pour laisser passer le coup tout en gardant un certain contact. Le mouvement était fluide, véloce. Il n'était pas Jonin pour rien.

Erreur de débutant pour Toji ? Plus ou moins, il avait senti son sang bouillir par l'appel du combat et l'envie de bien faire. Il avait plutôt été déstabiliser par le Byakugan et avait en quelques sortes eu peur de réellement rentrer au close combat…Non, pas de la peur, il n'aimait pas ce terme. Plutôt des doutes. La peur vous paralyse, le doute vous freine.

Quoi qu'il en soit il était exposé et la riposte de l'Hyûga fut incisive. Un coup de pieds en direction des côtes du genin. Dans un laps de temps très court le guerrier devait analyser la situation et réagir en conséquence. A cette distance le coup ne serait pas pleine puissance, d'ordinaire il l'aurait probablement encaissé pour garder l'initiative mais cette fois-ci c'était différent. En face ce n'était pas Koshiro, petit moine encore débutant, c'était un Hyûga.

Sa main opposée vint partiellement s'enrouler autour de ses côtes pour les protéger. Une défense de fortune mais qui pourrait probablement l'empêcher de séjourner à l'hôpital. La frappe le heurta. L'impact amoindri le fit expirer soudainement mais brièvement. Ce n'était pas pour autant le moment de se reposer sur ses lauriers. Si Tsuyoshi était bel et bien le combattant qu'il prétendait être alors ce n'était pas terminé…

PDR. Protection, Défense, Riposte. Le moine se répéta ces mots dans sa tête. Son adversaire s'était protégé puis défendu…Allait venir maintenant la riposte. Bien vu l'aveugle (Sans offense aux Hyûga). Tsuyoshi avait enchainé mais cette forme n'était pas du tout au gout de Toji. Il n'avait jamais affronté de combattant à la pupille pâle mais ça il savait ce que c'était et dans quels draps il s'était mis. ET DIANTRE QU'IL ETAIT BEAU CES DRAPS !

Les poings du Hakke. Les combien ? Il ne saurait le dire et il n'avait pas envie de le découvrir mais sa position allait probablement lui prouver le contraire. Légèrement déstabilisé par la frappe précédente, il fallait réagir vite. Reprenant son équilibre tant bien que mal, il pivota sur sa jambe d'appui pour se décaler d'un quart de tour et sortir à son tour de la ligne d'attaque de Tsuyoshi. PDR se répéta le moine. Il s'était protégé, défendu tant bien que mal en esquivant il allait riposter. Il allait prendre à contre-temps l'Hyûga comme il l'avait subi auparavant, l'arroseur arrosé ironisa Toji.


Le bas de son corps pivota, ses jambes était correctement positionné. Le buste quant à lui fut en retard. Le minutage de l'Hyûga était millimétré, son enchainement plus rapide que prévu. Une frappe toucha dans le mouvement l'épaule droite de Toji. Il serra les dents. C'est comme si on lui avait planté une aiguille dans le muscle mais qu'en plus ça vous brulait de l'intérieur. Au diable la douleur, on ne fait pas d'omelettes sans casser d'œufs. Surtout que désormais c'était probablement Toji qui menait la danse du moins qui essayait. Kote Gaeshi. Une clé de poignet basique mais qui permettrait au moine de temporiser l'affrontement le temps de trouver une stratégie contre son adversaire. S'il ne s'était pas déjà défait de sa prise…

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville http://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Ven 3 Avr 2020 - 18:39
Ce combat était un véritable affrontement de spécialistes du taijutsu. Il était rare que le Hyûga voie un adversaire tenter sur lui une clé quelconque, que ce soit de bras ou autres. Très rare et pourtant c’était ce qui était arrivé après bien des péripéties. Retraçons. Tout d’abord, le moine avait bloqué comme il avait pu l’attaque déstabilisante du Hyûga : un frappe aux cotes qui si elle avait impacté pleinement aurait laissé le moine à l’heure actuelle dans de sales draps. Mais ce dernier avait su se montrer réactif. Et la tentative de 32 poings du Hakke qui avait été déclenché par Tsuyoshi avait fini morte dans l’œuf comme souvent. Toji lui avait servi une esquive pile après qu’un seul de ses tenketsus soit fermé. Tsuyoshi d’ailleurs en fut un brin agacé. Le taux de réussite de cette technique était plutôt basse. Ce n’était pas vraiment la faute à ses adversaires. C’était en lui-même que le Hyûga devait trouver des solutions. Il devait faire de son mieux pour mieux placer ces attaques.

Cela dit, Toji ne s’était pas arrêté en si bon chemin. Il avait continué à imprimer du rythme dans ce combat. C’était tout juste après esquivé les 32 poings du Hakke qu’il avait profité de l’ouverture qui lui était offerte pour chopper une des mains du Hyûga afin de l’immobiliser par le biais d’une clé de bras. Alors que ses deux mains s’enfermaient sur le bras bras du Hyûga, ce dernier compris où son adversaire voulait en venir. Des yeux habitués à la rixe et à la danse des corps précisément dans l’art du taijutsu forcément comprenaient, pour ne pas dire devinaient facilement la suite des actions une fois que celles-ci étaient entamées. Cela était d’autant plus vrai dans le cas d’un combat où les deux protagonistes ne se laissaient aucun répit. L’émulation du combat facilitait ce type de compréhension, l’expérience du combat au corps à corps l’expliquaient également grandement. Comment expliquer sinon la possibilité pour l’un ou pour l’autre des protagonistes de savoir placer une esquive pile dans le bon timing ?

Tsuyoshi n’avait laissé le temps à son vis-à-vis de souffler. Une clé de bras devait être défaite immédiatement. Plus le temps de réaction était court et le mouvement réalisé pour s’en défaire était parfaitement exécuté, mieux c’était. Tel un maître du taijutsu qu’il n’était pas, Tsuyoshi manœuvra sa main et tordit son poignet comme s’il l’avait enroulé dans le sens contraire du mouvement de saisie de son adversaire. Le mouvement était réalisé du tic au tac, instinctivement se ponctuant d’une frappe à la poitrine de sa main libre venant se loger en dessous des deux autres encore en l’air, heurtant le plexus solaire du moine. Le coup le libéra de son étreinte ce qui permit au Jônin d’enchaîner, S’étant baissé aussi vite qu’il put, il pivota sur lui-même laissant son pied traîner afin de balayer tout ce qui était à portée, en l’occurrence les jambes de son adversaire.

Effectuant un saut vers l’arrière Tsuyoshi exécuta des mudra. Du chakra visible, quoique fin, entoura ses mains. Sourcils froncés, regard déterminé, le Hyûga relâcha sa respiration en un long flux qui vida ses poumons. Il n’était pas fatigué non. Il s’apprêtait à passer à la deuxième phase de cet affrontement.

_ Tu te bats bien, j’apprécie. Avait-il lâché à l’intention de son vis-à-vis.


Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 http://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Souhei Toji
Souhei TojiEn ligne

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi] Empty
Ven 3 Avr 2020 - 22:38
« All we hear is Radhyûga ga »



Le souffle court, il essayait de retrouver de l'oxygène du mieux qu'il pouvait. Il sentait qu'il n'était plus aussi lucide qu'au début du combat. Les dégâts occasionnés par la frappe de Tsuyoshi avaient été minimiser ? Non ce n'était pas ça. C'était cette aura. Cette pression que l'Hyûga avait diffusé. Elle s'était accumulée, dans le feu de l'action il ne s'en était pas rendu compte mais maintenant qu'il y avait un moment d'accalmie, son poids se faisait désormais ressentir. Inconsciemment le colosse n'avait pas respiré convenablement et c'était rapidement retrouvé en hypoxie.

Oh mais aurais-je dit accalmie ? Veuillez pardonnez mon élocution. Par accalmie je voulais simplement dire que Tsuyoshi s'était empressé de se défaire de la clef de bras fébrilement tenu par Toji. Son impact à l'épaule, sa condition physique entamée et l'expérience du Jonin n'ont pas joué en la faveur du moine. Qui ne comprit pas totalement ce qui lui arriva. Tout ce qu'il savait désormais c'est qu'il allait se prendre une rouste en bonne et due forme.

Un premier coup fut donné dans son thorax. L'impact le stoppa net. A bout de souffle, le moine expira le peu d'air qui lui restait dans les poumons. Totalement à la merci de son adversaire, le restant de lucidité lui ordonnait de serrer sa mâchoire. Quitte à prendre un coup, autant essayer de l'encaisser le mieux possible. Légèrement plié en deux par le choc, il attendit le second impact. Malheureusement Tsuyoshi avait opté pour une technique de balayage et envoya Toji au tapis.

Chutant plein dos, l'impact le secoua et lui fit lâcher un petit râle de douleur. Le colosse fut presque déçu de ne pas avoir reçu un autre coup de son adversaire. Il aurait aimé l'encaisser pour ensuite lui montrer de quel bois il se chauffait plutôt que de chuter. Son égo de combattant ressortait. Et tandis qu'il était à terre, l'Hyûga s'était armé de sa plus redoutable des armes. Le Jûken. Enveloppant d'un halo légèrement bleuté ses mains signifiant qu'il avait chargé du chakra, le Jonin complimenta son adversaire.

"M'étant fait m'être au tapis, j'imagine que je dois vous retourner le compliment." Ironisa le genin tout en se relevant péniblement.

Son rythme cardiaque était encore élevé. Son souffle haletant. Il expira tout l'air qu'il avait pu emmagasiner avant de reprendre calmement son souffle. Ses pulsations cardiaques redescendirent. Pas comme à la normale mais ça ferra l'affaire. Il se remit en garde.

Le tempo soutenu de cette altercation plaisait à Toji. C'était ainsi qu'il aimait se battre. Le rustre aime les bonnes bagarres comme on pourrait en trouver dans un bar miteux du coin. Se rendre coup pour coup.

Mais trêve de bavardage, les discours ont perdu bien des nations. Il fallait retourner à l'action ! Ne perdant pas une seconde de plus, le moine re fonça en direction de Tsuyoshi. Cette fois-ci il allait lui rendre l'appareil. S'il s'était fait balayer, alors lui il allait projeter son adversaire. Rendre au centuple ce qu'il subirait !

Arrivant à porter de Tsuyoshi, Toji feinta le fait d'envoyer une frappe puis vint saisir l'Hyûga avant de profiter de son élan pour tenter de l'envoyer valser. Une technique de projection simple, classique. Il aurait pu envoyer quelque chose de plus effectif. Mais son égo l'avait poussé à faire une technique similaire de celle qu'il avait pu subir auparavant.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville http://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji

All we hear is Radhyûga ga [Tsuyoshi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: