Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Les éléments du futur [Assimilateurs]

Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Mer 25 Mar 2020 - 23:19
Le temps était venu pour les travaux de commencer. Entre ses missions à honorer, ses nouvelles responsabilités au sein de la section du Sazori et son apprentissage long et jalonné de difficultés du Mitsudo, Yanosa n’avait pas pu amasser beaucoup de temps libre. Et si l’Intendante avait bel et bien autorisé la construction de ce fameux Centre des Éléments dont le guerrier rouge avait été un fervent partisan et défenseur, elle ne lui avait alloué pour concrétiser ce projet aucune ressource particulière. Il comprenait, bien sûr : après tout, qui avait besoin d’un budget quel qu’il soit pour des matériaux de construction quand il était possible de façonner à partir du chakra d’un Assimilateur tel que lui une tour inébranlable et haute de plusieurs dizaines de mètres ? Le reste, c’était affaire de contacts, de savoirs faire à mettre en commun et d’un peu de temps et d’huile de coude. Mais même pour rassembler ces éléments, le Tellurique avait jusque là peiné à trouver le temps. Un manquement qu’il allait toutefois pouvoir commencer à corriger.

Une demie-journée de permission. C’était tout ce qu’il lui fallait pour pouvoir mettre en branle les éléments indispensables et c’était, de toute façon, tout ce qu’il aurait pour l’instant et ce, jusqu’à une date indéterminée. Avant même que les premiers rayons du soleil timide de l’hiver ne percent au-dessus des lignes montagneuses, l’Oterashi fut à pied d’oeuvre : déposant notes, affiches improvisées et mémo divers à travers la ville, que ce soit évidemment à l’Académie Hashira, dans le centre commerçant ou plus près des quartiers d’habitation, Yanosa ne se priva pas non plus de faire marcher le bouche à oreille en avertissant certaines têtes connues de ses plans. Il n’avait aucun moyen de contacter facilement et rapidement tous les Assimilateurs d’Iwa, ni même ceux qu’il avait rencontré lors du rassemblement précédent qu’il avait organisé, mais le message transmis était à chaque fois le même. Tous ceux qui partageaient ses dons étaient conviés, ce matin, à le rejoindre face aux ruines tout juste remises en ordre qui demeuraient encore à la lisière entre le quartier d’habitation nord et les limites des baraquements.

Le but ? Contribuer à la construction en un temps record de leur dojo. Il était temps, pensa le guerrier rouge qui attendait pour l’instant seul face aux ruines en question, qu’enfin les Assimilateurs puissent jouir d’un endroit qui leur était consacré. Il ne pouvait pas nier qu’une part d’égo collectif et d’estime du village étaient liés à ce projet, mais ce dernier était en son fondement bien plus important que ces considérations somme toute superficielles. Les élémentaires devaient pouvoir s’entraider, se retrouver, se sentir solidaires entre eux. Cela pouvait représenter pour certain le premier pas à franchir pour se sentir partie intégrante d’Iwa et développer leurs talents. De la construction de ce Centre des Éléments pouvaient découler bien plus de choses qu’une simple manifestation physiques de leur existence au sein du village et, tandis qu’il attendait en jaugeant l’espace en jachère devant lui, Yanosa se força à être optimiste quant à l’investissement qu’il allait recevoir de la part de ses pairs.


@Konran Tenzin
@Amiko
@Hitori Hondô
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hitori Hondô
Hitori Hondô

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Jeu 26 Mar 2020 - 2:15
╔═════════════════════════════════════╗
‡ LES ELEMENTS DU FUTUR ‡
╚═════════════════════════════════════╝
_____________________________________________________________________________

village caché de la Roche, Ruines pré-dojo, hiver 204.
Hitori Hondô.

Cela faisait déjà presque un mois depuis ce fameux rassemblement d'assimilateur initié par un certain Oterashi Yanosa. Je m'étais renseigné sur ce personnage pasionné par cette mission qu'il s'était donné. Je dois reconnaître que son implication me saisissait et me fascinait. J'appréhendais ce moment ou nous allions échanger pour la première fois. Alors certes, cette première rencontre allait être un échange formel sans connaître au bout du compte la philosophie et les intentions réeles de mon interlocuteur, mais il s'agissait la d'une règle tacite de la société dans laquelle nous vivions. Evidemment, il aurait été plus simple de se présenter, annoncer sans hésitations – aucunes - ses réelles intentions, même celles que l'on refoulerais le plus afin de ne rien laisser transparaître de sa personne mais malheuresement seul un fou pourrait croire un homme qui prétendrais dire sa vérité dés les premiers échanges.

Par ailleurs, je ne voulais en aucun cas avoir un préjugé négatif sur lui, après tout, son idée était noble car elle avait une notion d'union et de cohésion mais en même temps, le rassemblement fanatique sous une même bannière me faisait craindre le pire. Je m'en étais résolu au faits dont j'étais au courant jusque la : Un Iwajin a prit à coeur la création d'un dojo afin de réunir au même endroit des hommes et des femmes présentant les mêmes similarité dans un but d'échange et de partage. C'est sous cet oeil la finalement que j'avais pris la décision de participer à ce projet dés l'instant ou j'avais quitté l'amphithéâtre après le premier rassemblement.

C'était via le bouche à oreille que j'avais pris connaissance de l'avancement du projet de ce dojo. Je connaissait le jour et l'heure – dans la matinée -, et je m'étais reveillé à l'aube afin de prendre le temps pour me préparer. Après ma séance de méditation, je m'étais mis en route vers les baraquements avec ma pipe longue dans la bouche comme à mon habitude. Et c'est la que j'ai vu l'homme à la chevelure rouge, Oterashi Yanosa, exactement à l'endroit indiqué. Je lui avais fais un signe de moi et enfin, je m'étais présenté pour la première fois.

— Salutations, je suis Hitori Hondô, appelle moi Hondô si tu le souhaites. Je suis un assimilateur du bois. Si je peux aider de quelque sorte, n'hésite pas.

Formel et concis, comme d'habitude. Pour être honnête, j'étais assez exalté de pouvoir enfin lancer la discussion et de me mettre dans le vif du sujet concernant ce fameux dojo.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8813-hitori-hondo-un-shinobi-parmis-tant-d-autres-terminee
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Jeu 26 Mar 2020 - 14:38
Yanosa expira longuement en observant l’espace devant lui. Des idées éparses commençaient à germer dans son esprits quant à l’utilisation qui pouvait en être faite, des concepts de structures simples et efficaces, sans fioritures. Ce qui était certain, c’est qu’il devrait, avec le soutien de ses pairs, utiliser toute la surface au sol disponible pour construire les fondations et assurer que l’édifice puisse demeurer aussi stable qu’une montagne quelle que puisse être la hauteur qu’il atteindrait au final. Il devait penser aux Assimilateurs de vent : ceux-ci auraient certainement besoin d’espaces ouverts vers le ciel pour pratiquer leurs différentes techniques. Pour avoir visité plus d’une fois le dojo de Tenzin sur les Hauts plateaux, Yanosa avait une petite idée de ce qui pouvait fonctionner ou pas pour ces shinobis en particulier, et s’en inspirerait sans remord pour peu que cela puisse leur servir. Mais plus il ressassait le nombre d’Assimilations différentes qui pouvaient exister, plus le challenge de toutes les réunir en un seul endroit en leur offrant à toute un niveau similaire de « prestations », si l’on pouvait appeler ça ainsi, lui paraissait ardu.

Songeant à tous les problèmes auxquels il allait devoir trouver des solutions, l’Oterashi vit finalement approcher une silhouette sur le côté : aussi grande que lui, arborant des cheveux dont la teinte et la longueur se rapprochaient également des siens, le jeune homme possédait un faciès qui ne lui était pas inconnu. Ce visage, se dit-il, il l’avait bel et bien déjà croisé, au rassemblement qu’il avait organisé avant les événements survenus à Tetsu. Yanosa pivota légèrement son buste pour lui faire face, lui rendant sa salutation d’un hochement de tête satisfait. Une personne. C’était un début, sans l’ombre d’un doute, et lorsque le jeune homme lui apprit la nature de son Assimilation, le guerrier rouge ne put s’empêcher de montrer les dents, dans un sourire pour le moins extatique.

« Hondô, je te reconnais. Moi c’est Yanosa », dit-il en lui tendant une poignée de main ferme et directe.

Le bois. Un élément auquel il n’avait pas encore beaucoup songé, mais qui allait s’incorporer de façon magnifique dans l’idée qu’il se faisait, de plus en plus précise, de leur futur dojo. Un élément noble et durable, qui véhiculait la vie et l’espérance.

« Je te rassure, tout ceux qui viendront pourront aider, d’une façon ou d’une autre. Tu as du le voir à la réunion la dernière fois : je suis un Assimilateur de roche. J’étais parti du principe… que ce serait moi qui devrait concrétiser le plus gros de la construction, mais je me rends compte que sur ce point déjà je m’étais trompé. Mêler du bois au bâtiment, en plus de le rendre plus vivant, le rendra plus résistant si on fait les choses correctement.

Maintenant que j’y pense… il serait peut-être même judicieux, si tu t’en sens capable… de faire pousser un arbre immense au centre du dojo, dans un atrium à ciel ouvert. Un atrium où pourrait être implanté un bassin pour nos semblables Assimilateurs d’eau. A titre personnel, j’ai beaucoup d’ambition pour cette structure : je veux qu’elle soit un lieu de rencontre, ce qui n’est en soit pas très compliqué, mais aussi qu’elle puisse servir aux entraînements de chacun.

J’ai des idées… pour la plupart de nos pairs. Une salle isolée en forme de rotonde qui pourrait se sceller facilement, pour nos amis familiers avec le feu. Des tours parsemées d’ouvertures et de coursives pour les éoliens... Mais, plus il y aura d’avis et d’expériences qui se joindront à la construction, plus elle sera réussie
, dit-il en faisant un large signe de la main en direction de l’espace encore vide devant lui. Toi, par exemple, tu as l’air plutôt futé : tu aurais des idées pour rendre notre dojo plus fonctionnel ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hitori Hondô
Hitori Hondô

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Jeu 26 Mar 2020 - 17:44
╔═════════════════════════════════════╗
‡ LES ELEMENTS DU FUTUR ‡
╚═════════════════════════════════════╝
_____________________________________________________________________________

village caché de la Roche, Ruines pré-dojo, hiver 204.
Hitori Hondô.

Ce grand espace vide était impressionnant. Je n'en avais pas pris la mesure, j'avais donné toute mon attention à Yanosa. C'était un grand gaillard tout comme moi et quand on était assez proche de lui pour le saluer, on ne pouvait voir ce qui se tramait derrière lui. Après que je me sois présenté, Yanosa m'avais dit qu'il se souvenait de moi. Cela m'avais surpris, je n'avais pas pris la parole dans l'amphithéâtre, je préférais écouter et analyser pour me faire ma propre idée. Cela me plaisait, j'avais à faire à quelqu'un qui avait un sens du détail, nous étions quand même assez nombreux lors du premier rassemblement. C'était un premier bon point. Il m'avait tendu sa main et sans hésiter je la saisissais en acquiessant. Je lui avait proposé mon aide si jamais je pouvais être utile, et j'étais attentif à sa réflexion, il imaginait les possibilités de son affinité Roche et comment elle pouvait s'avérer primordiale pour la construction de ce bâtiment. Je pense qu'il ne s'attendait pas à avoir affaire à un assimilateur du bois car je me souviens de son sourire lorsque je lui avais annoncé la bonne nouvelle.

— Je suis assez d'accord avec toi, je dirais même qu'on devrais se répartir les tâches entre nous deux. Pour être honnête, je pense que nous avons tout les deux les assimilations importantes pour entreprendre ce genre de construction. - Lui disais-je sans modestie, aucune. -

Yanosa rentrait plus en détails dans ses idées. Il me demandait si j'étais capable de pouvoir faire pousser un grand arbre pour faciliter les entraînements de potentiels assimilateurs Suiton. Si j'en était capable ... J'avais l'impression qu'il me lançait un défi sans le dire explicitement, peut-être voulait t-il juger mon niveau de facilité avec mon assimilation ?

— Oui, le temps venu tu n'auras qu'a me montrer ou tu souhaites voir cet arbre. Ce serait un plaisir. J'ose croire moi aussi que cet endroit sera un lieu de rencontre pour shinobis naturellement. Mais j'aimerais également qu'il soit un endroit ou tout les Iwajins pourront se rencontrer entre eux, et rencontrer aussi ceux qui ont promis de défendre le village. Ainsi, je pense que les dojos devraient-être aménagés en sorte que les Iwajins puissent assister aux entraînements à travers des baies vitrées en hauteurs. Qu'en penses-tu ?

Cette volonté de dilluer le côté militaire de la chose était un parti pris que j'avais pris sans hésitation. Chaque moyen de parvenir à ce résultat me satifaisait. L'idée que les Iwajins puissent utiliser cette endroit comme lieu de rencontre permettait d'ôter le caractère trop formel et ce concours inévitable qui allait se dérouler entre les shinobis dedans : La volonté de se comparer à d'autres et créer une petite étincelle de compétitivité malsaine qui, si elle dure dans le temps, pourrait s'avérer être plus grave que l'on pourrait l'imaginer. Mes appréhenssions étaient légitimes, je savais ce que c'était qu'être un shinobi, j'avais connaissance des ravages et de la cruauté des combats à travers le monde dans lequel nous vivions. Ainsi, chaque petites actions étaient une immense victoire lorsqu'elles étaient projétées dans le futur.

Yanosa m'exposait plus en détails ses idées. Il s'agissait la d'idées intéressantes, que ce soit pour les utilisateurs du feu, comme ceux qui utilisaient le vent. Il me demandait une nouvelle mon avis.

— Tes idées sont très bonnes, je pense que nous devrions rendre l'accès facile aux différents dojos. Que dirais-tu d'une place centrale arborée servant comme lieu de détente ? A partir de la que ce soit par devant, derrière, la gauche ou la droite, chacun pourrait se rendre au dojo de son choix. Un assimilateur du bois comme moi aurait très certainement besoin d'un dojo simple à ciel ouvert comblé d'arbre, une petite forêt, en somme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8813-hitori-hondo-un-shinobi-parmis-tant-d-autres-terminee
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Ven 27 Mar 2020 - 16:22
Au loin, Yanosa aperçut quelques silhouettes se diriger lentement mais sûrement vers lui et Hondô. Il pouvait s’agir d’autres Assimilateurs qui répondaient à l’appel qu’il leur avait lancé de façon quelque peu hasardeuse, ou bien de curieux ayant eu vent du message et venus apporter leur aide. Il était trop tôt pour le dire, mais contrairement à ce que semblait penser le jeune homme Assimilateur de bois, Yanosa était prêt à accueillir au sein du projet et même entre les murs du produit fini n’importe qui, Assimilateur ou pas. Se rappelant en substance de ses interventions lors du rassemblement il y avait quelques semaines de cela, il dut bien admettre qu’il avait été possible que certains des participants interprètent ses propos de façon plus fermée qu’il ne l’aurait voulu. C’était vraisemblablement le cas de Hondô, qui semblait vouloir pousser l’idée, peut-être même à l’excès, que tous les shinobis d’Iwa devraient pouvoir entrer dans le futur dojo pour s’entraîner et même, à assister aux prestations des membres du clan des Assimilateurs. Cela fit tiquer l’Oterashi, qui se tourna à nouveau vers lui pour le fixer droit dans les yeux.

« … Des baies vitrées ? Écoute, je comprends l’idée, mais on ne veut pas devenir des animaux de foire. Les Hyûga possèdent plusieurs dojo dans leur quartier, depuis les débuts d’Iwa, mais n’en ont jamais fait des salles d’exhibition pour autant.

Il est bien entendu acquis que tout le monde, Assimilateur ou pas, pourra venir s’entraîner dans notre futur dojo. Si j’ai pu laisser entendre le contraire, c’était involontaire et ce n’était au final qu’une interprétation de ta part. Ça ne m’empêche pas, à ce stade, d’avoir principalement voire uniquement les besoins de mes pairs à coeur, ce qui est normal. Mais il ne faut pas confondre identité et sectarisme, Hondô. Les Assimilateurs ont besoin de se construire une identité collective dans le village, à plus forte raison maintenant qu’ils sont si nombreux. Ça ne veut pas dire qu’ils veulent s’isoler du reste des shinobis, au contraire, mais c’est un palier qu’ils doivent franchir ensembles… pour pouvoir ensuite défendre encore mieux les intérêt d’Iwa. 
»

Le flot naturel des choses échappait peut-être encore un peu au Hitori, mais ce n’était pas grave. D’autres comme lui se posaient certainement les mêmes questions, se faisaient les mêmes idées. Yanosa ne se voyait pas du tout comme un leader ou un représentant d’aucune sorte, mais si il pouvait aider tous ces nouveaux ou moins nouveaux Assimilateurs à aborder la transition avec le plus de lucidité possible, il le ferait volontiers. La tâche s’annonçait ardue, périlleuse et longue, mais le prix en valait la chandelle. En bout de ligne se trouvait en effet la survie d’Iwa elle-même, et aucun effort n’était de trop pour la préserver. Pas pour lui, en tout cas.

« Hmm. L’idée de disposer des entrées tout autours du bâtiment est intéressante. Autant pour l’organisation des accès intérieurs que pour ce que le bâtiment représentera. Par contre, il faudra faire attention à l’espace : je sais pas si on aura le luxe de pouvoir faire pousser une forêt là-dedans, même en petit format… La présence d’un très, très grand arbre dans l’atrium central et les constructions transversales en bois devraient suffire pour que toi et d’autres de tes semblables puissent s’entraîner sans mal. »

Aussi merveilleuse que pouvait être l’opportunité de construire un dojo à l’image du clan qu’était en train de former les Assimilateurs, il fallait garder les pieds sur terre : l’espace dont ils disposaient était certes important, mais pas au point de pouvoir se laisser aller à la folie des grandeurs. Surtout quand on considérait la multitude de profils qui devraient ultimement pouvoir trouver leur compte dans une partie ou une autre de la structure pour s’entraîner sans trop de restrictions et en communiant avec leur élément.

« Regarde, dit-il ensuite en faisant un geste de la main vers les silhouettes qui s’étaient rapprochées. D’autres sont en train d’arriver. Cette matinée s’annonce productive… Parfait. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hitori Hondô
Hitori Hondô

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Sam 28 Mar 2020 - 12:36
╔═════════════════════════════════════╗
‡ LES ELEMENTS DU FUTUR ‡
╚═════════════════════════════════════╝
_____________________________________________________________________________

village caché de la Roche, Ruines pré-dojo, hiver 204.
Hitori Hondô.

Les clans... Il s'agissait la pour moi d'un groupe de personnes qui s'ostracisaient de leurs plein gré pour une raison très futile, car ils partagent tous le même nom de famille. Cela me faisait également douter de leurs honnêteté vis-à-vis du village. Comment peut-on faire entièrement confiance à un individu qui s'échine à se présenter en mentionnant toutes les deux secondes son clan, son histoire, ses ancêtres ? Je pensais qu'il vallait mieux laisser le passé la où il était mort, dans le passé. D'ailleurs si l'on mettait un individu face à un dilemme crucial ( il le serait pour lui sans doute ), à savoir choisir entre la pérénnité de son clan ou celle de son village je n'avais aucun doute, l'individu en question aurait eu au mieux un doute : Hésiter pour donner sa réponse, au pire une évidence térrible : Choisir son clan.

Mais encore une fois, cela ne m'empêchait pas de mettre les choses en perspective : Bien évidemment qu'un homme devrait choisir son clan lorsque celui-ci est victime d'une xénophobie inexpliquée ou d'une violence infondée. Bien évidemment qu'il devrait mettre son village en porte-à-faux lorsque celui-ci est, sans équivoque, en tort concernant des actions qu'il aurait entrepris. Mais est-ce que le monde shinobi, et plus particulièrement les villages, étaient prêts pour ce genre de réfléxions qu'ils qualifieraient sans aucun doute de belicistes et traîtres ? A l'évidence, non. Encore moins si ces réfléxions venaient d'un simple genin comme moi sans aucun fait d'arme? J'en avait la pleine lucidité.

Les Hyûga n'ouvrent pas leurs portes car ils ont fait le choix archaïque de s'isoler de leur propre village, du monde. Je pense pas que nous devrions prendre le même chemin. Nous devrions avoir une vocation à nous ouvrir à tous. Après tout, qui d'autre que des Iwajins pourraient nous voir ? Certainement pas des shinobis d'autres villages.

Plus je parlais et plus je n'aimais pas cette situation dans laquelle je m'étais mis. Je ne parlais jamais ouvertement de mes doutes sur cette façon de vivre des shinobis qui gouvernait le monde. Mais un jour ou l'autre cela devait arriver et, finalement, j'étais un peu satisfait de pouvoir enfin m'ouvrir et ne plus garder tout cela dans mon intérieur. Je savais que j'avais un interlocuteur animé par ses propres idées et comme chaque passion parle un différent language, je me disais qu'il ressentait peut-être la même certitude, lui pour ses idées que moi pour les miennes et cela m'aidait à me dire que finalement je devais fendre cette carapace que j'avais endurci à mes dépens à travers le temps.

J'avais tout de même émis une critique, aussi minime soit-elle, envers le clan Hyûga, un clan d'une grande importance au sein d'Iwa avec de nombreux Jonins et Chunins. Je me disais que mon interlocuteur pouvait se faire cette analyse tout seul, à savoir que je n'émettais pas une critique envers les Hyûga en tant que personnes, mais bien en tant que clan. Et puis, il existait ce paramètre qu'était Hyûga Toph, intendante du village. Une personne que je n'avais pas rencontré – pas encore – mais pour qui je portais un petit peu d'affection. Je la voyais comme celle qui essayait de protéger tant bien que mal son village contre les bellicistes sans avoir recours à une violence inutile. Cette affection n'existait pas avant qu'elle soit intendante et qu'elle ait pris part au massacre d'il y'a deux ans. Mais je ne pouvais m'empêcher, lorsque j'ai vu cette gamine présentée comme intendante d'avoir de la peine pour ce poids qu'on lui mettait sur les épaules. Désormais, ses actes parlaient pour elles : C'est elle qui avait autorisée la construction de ce centre d'entraînement, c'est elle qui avait fait en sorte que je sois entrain de discuter avec Yanosa. Cela me permettait de me dire qu'il ne fallait pas avoir un pré-jugé négatif contre une personne membre d'un clan.

Yanosa avait enchâiné en me disait que tout le monde pouvait venir s'entraîner, je soupirais intérieurement en me disait que c'était déjà ca, cependant, il avait continuer en me disant de ne pas confondre identité et sectarisme et surtout il m'avait fait par de sa volonté de voir les assimilateurs se créer une identité collective. Lorsque j'ai entendu les mots qu'il utilisait je ne pouvais m'empêcher d'avoir un petit rictus car je savais que je pouvais m'étendre sur ce sujet-là pendant des heures mais la priorité ici était la construction de ce centre. Je me devais quand même de glisser une réponse, car laisser une intervention comme celle-ci sans réponse équivaudrait pour moi à une trahison envers mes idées et principes.

Yanosa, pour moi, identité et sectarisme sont les branches d'un même arbre. Preuve en est, tu te perds entre ces deux notions en me parlant de ton souhait de créer une identité collective, pourtant quelques secondes avant tu me disais que la création de ce centre ne " m'empêche pas, à ce stade, d'avoir uniquement les besoins de mes pairs à coeurs ".

Je souriais plein de bienveillance en lui disant cette phrase et je reprenais la parole après avoir pris une pause dans ma réponse.

Ne crois-tu pas qu'il s'agit la d'une phrase qu'un adepte du sectarisme serait susceptible d'uiliser ?

Je levais les mains comme pour me dédouaner puis je reprenais la parole.

Ne prend pas mal ce que je te dis. Comme je te l'ai dit plutôt, identité et sectarisme sont deux concepts très proches, tellement proche qu'il serait facile de les confondre. Ainsi, je ne pense pas un instant que tu sois sectaire.

J'acquiessais du visage pour lui assurer de mon honnêteté et pour ne pas qu'il comprenne mal mes propos.

Vois-tu, j'ai personellement en tête la volonté d'assouvir les besoins de toutes les personnes qui vivent dans ce village et dans ce monde. Je refuse cette étiquette d'appartenance à un groupe. La seule étiquette sous laquelle je souhaite être reconnu est celle de Hondô, shinobi du village caché de la Roche, et non celle de Hondô, shinobi membre des assimilateurs du village caché de la Roche.

Je voulais bien modéré mes propos mais je ne pouvais faire semblant. Il m'étais impossible de me dire que je faisait partie d'un clan ou d'un groupe en particulier. J'étais simplement un shinobi et je ne voulais me différencier de ceux qui habitaient le village. Ce besoin fort de créer une identité collective entre tout les assimilateurs, je ne la ressentais pas. Je n'en voyais pas l'intérêt. Certes, ces entraînements representaient une belle perspective de progression et cette entreprise de créer un centre pour que tous puissent s'y entraîner était louable. Mais se rallier sous la même bannière – même s'il sagissait pas la d'une véritable bannière à proprement parlé – ne m'intéressait pas.

Yanosa m'avait également donné son avis sur ce que lui avait suggéré comme aménagements que nous pourrions éffectuer. Et je dois l'admettre, j'étais un peu atteint de la folie des grandeurs lorsque je lui est exposé ma volonté d'avoir une petite forêt en guise de terrain d'entraînement. Il ne s'agissait pas la du palais du Daimyo dans lequel il aurait été sans doute facile de réaliser des projets sans se poser de questions. Je ne pouvais m'empêcher de rire doucement avant de reprendre la parole.

Ma foi, excuse-moi. Je suis monté un peu facilement dans les tours concernant cette forêt en guise de terrain d'entraînement. Je pense que ton idée d'un grand arbre dans l'atrium s'avère être la plus judicieuse, partons la-dessus !

J'avais peut-être preuve d'un peu d'égoïsme en m'accaparant toute cet espace pour moi seul sans penser aux potentiels autres shinobis qui souhaiteraient s'entraîner à cet endroit. Néanmoins, je savais que je pourrais tracer cette arbre à mon goût. Cette perspective me réjouissait. Du bout de sa main, Yanosa me montrait au loin des silhouettes qui se dessinaient de plus en plus clairement. La construction de ce bâtiment ne serais désormais plus l'oeuvre de deux, mais bien l'oeuvre de plusieurs hommes poussés par le même objectif.

En effet, ne chômons pas, la journée est loin d'être terminée...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8813-hitori-hondo-un-shinobi-parmis-tant-d-autres-terminee
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Sam 28 Mar 2020 - 22:24
« Je t’arrête tout de suite Hondô. Avant que tu finisses par dire une énormité de trop. »

La phrase, lancée sèchement à l’encontre de l’Assimilateur de bois, vint soudainement couper court à son monologue par trop moralisateur selon l’avis de l’Oterashi. Moralisateur, d’une part, mais surtout faussé d’après lui en bien des points. Il n’avait pas réalisé jusqu’où Hondô et lui pouvaient diverger initialement, après leurs premiers mots échangés. A présent, il se rendait compte à la fois pleinement de l’idéologie que semblait poursuivre son camarade mais aussi et surtout des failles qui se trouvaient dans son raisonnement, et qu’il ne pouvait pas se résoudre à laisser tel quel, comme des plaies à ciel ouvert n’attendant que de pourrir au soleil.

« J’entends ton discours. Je suis même capable de le comprendre. Mais ne m’insulte pas en laissant entendre que je me « perdrais » en me fourvoyant sur mes propres intentions. Que je pense d’abord aux miens à l’aube de la construction de notre dojo, tu trouves vraiment ça anormal ? Penses-tu que les Hyûga ont aménagé ne serait-ce qu’un des leurs pour accueillir des membres d’autres clans en particulier ? Penses-tu pour autant que ça empêche qui que ce soit d’aller s’entraîner avec eux dans les dojos en question ? La réponse est non. »

Il chercha le Hitori du regard, maintenant avec lui un contact visuel constant et intense. Il fallait qu’il comprenne, se dit-il, il le fallait.

« Si tu refuses d’appartenir à un groupe Hondô, la seule chose que je pourrai te suggérer est de décamper d’Iwa. Si au contraire tu as à coeur, comme moi, de défendre les intérêts de ton village, alors tu comprendras vite que pour ce faire, tu dois d’abord soutenir ton clan.

Tu n’es pas « issu » de la Résonance, donc peut-être que ça t’échappe, mais il y a des Assimilateurs qui ont besoin de se construire, qui n’étaient même pas shinobi avant ce fameux jour. Qu’ils le veuillent ou non, que tu le veuilles ou non, nous sommes tous Assimilateurs désormais, et pour être en mesure d’aider le pays tout entier, il faut d’abord pouvoir nous aider nous-même. J’espère vraiment que tu seras capable de le comprendre, ou nous aurons toi et moi un sérieux problème. 
»

Il ne lui fit pas l’affront de lui demander quelles expériences de la vie l’avaient poussé à avoir toutes ces préconceptions et à développer ce raisonnement faussé dont il avait fait montre. Le fait était que seul un soldat n’ayant pas encore côtoyé de très près les zones opérationnelles et assez peu coutumier de la réalité du terrain était capable de tels errements. Paradoxal, songea Yanosa. Certains shinobi, comme Hisa ou Toph, étaient de véritables machines de guerre entraînées au berceau et capables de défier n’importe quel Juunin en étant encore en pleine adolescence. D’autres, comme l’était à priori Hondô, passaient toute ladite adolescence à surnager en ne maintenant qu’un niveau martial moyen. Une stagnation que l’Oterashi n’aurait jamais pu tolérer pour lui même dès lors qu’il était arrivé à Iwa. Mais ces pensées durent couper court lorsqu’une demi douzaine de personnes arriva finalement au niveau de Hondô et Yanosa. Des Assimilateurs, il y avait à parier, venus participer à la construction de leur futur dojo.

« Ne laissons pas nos divergences nous empêcher de remplir notre objectif, Hondô. Merci à tous d’être venus pour participer à ce projet. On s’oriente à priori sur une structure de roche entremêlée de bois pour soutenir et embellir le tout. Six entrées au moins, dispatchées tout autours. Un Atrium central à ciel ouvert, où trônerait un arbre, une grande marre à ses pieds. Et, bien sûr, des salles isolées les unes des autres aménagées pour répondre au plus grand nombre de besoins possible. J’attends d’ailleurs l’arrivée de Konran Tenzin, pour qu’il puisse nous donner des idées de formes adaptées à l’entraînement des Assimilateurs de vent. »



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hitori Hondô
Hitori Hondô

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Dim 29 Mar 2020 - 1:06
╔═════════════════════════════════════╗
‡ LES ELEMENTS DU FUTUR ‡
╚═════════════════════════════════════╝
_____________________________________________________________________________

village caché de la Roche, Ruines pré-dojo, hiver 204.
Hitori Hondô.

Je te prierais de bien vouloir m'excuser, Yanosa. Je pense que je n'ai pas été clair dans mes propos et ce manque de clarté a sûrement tromper ton jugement.

Lui disais-je d'un calme de marbre après avoir écouté ses inquiètudes. Ce calme-là n'était pas de mauvaise foi, calme je l'étais vraiment et je prenais à coeur ses réponses et j'avais à coeur d'éclaircir toute les parts d'ombre que pouvait susciter mes interventions. Je pouvais sentir dans son regard sa passion pour notre discussion. J'avais également décelé chez lui un tempérament impulsif. Mais peut-on parler d'impulsivité lorsqu'il s’agissait de quelqu'un qui avait bafoué ce qu'il considérait être d'une importance capitale ? Si j'avais été à sa place et que quelqu'un que je venais tout juste de rencontrer me remplissait le crâne d'énormités j'aurais sans doute été très en colère mais j'aurais sans doute essayer d'analyser son argumentation au lieu d'être radical.

Mais ... Décamper d'Iwa ? Est-ce la ce que tu proposes à tout ceux qui ne vont pas dans ta direction ? Laisse moi t'ôter d'un doute, j'ai à coeur la défense des intérêts du village a minima autant que toi. Nous avons déjà ce point en commun toi et moi. Il y a de nombreux shinobis dans ce village qui n'ont d'appartenance à aucun clan et pourtant ils sont aussi importants que ceux qui en ont. Nous faisons tout les deux parties d'aucun clans et pourtant nous ne sommes pas des shinobis de seconde zone pour autant.

J'essayais d'utiliser une argumentation logique qui lui montrait que non, mes arguments n'étaient pas radicaux et surtout, n'allaient absolument pas à l'encontre de la survie du village.

Je respecte cette volonté que tu as d'aider ceux qui sont dans la detresse après avoir été chamboulé depuis la Résonance. J'ai moi même passé ma vie à aider mon prochain. C'est donc sans hésitations que je mettrais à profit ma présence vers tout ceux qui ressentirons le besoin celle-ci. Pour éclaircir les choses, j'ai cette appréhension ou chaque petites scisions, en l’occurrence les clans, représentent un risque d'implosion par pêché d’orgueil ou d'avarice, au choix, ce qui nuirais à terme la pérennité du village.

J'avais pris une pause à ce moment la et j'avais réalisé à cet instant que l'homme en face m'avais stupéfait par son implication même si son impulsivité supposée citée plus tôt était une petite ombre au tableau. Ainsi sans hésiter je lui proposais un marché.

Nous serons tous dans ce centre à grande majorité assimilateurs. Tu as sans aucun doute plus d'expérience au combat que moi et j'aurais moi même à apprendre de toi. J'assimile le Bois et toi la Roche les perspectives d'un mélange de style sont alléchantes. Je ne veux fermer la porte à aucune solution ainsi voilà ce que je te propose : Si ce " clan " d'assimilateurs est auto-géré et si toutes les décisions sont prises par les membres, j'accepterais d'en faire partie. Peut-être est-il trop tôt pour s'occuper de ce genre de questions.

Voilà qu'une demi-douzaine de personnes s'étaient présentés au lieu de rendez-vous. Cette entreprise commençait à prendre forme et il était maintenant l'heure de mettre la main à la pâte.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8813-hitori-hondo-un-shinobi-parmis-tant-d-autres-terminee
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Lun 30 Mar 2020 - 20:55
Comme convenu lorsque Yanosa avait parlé avec Toph quand nous étions rentrés de Tetsu, son projet de construire un immeuble où pourraient se rassembler nos paires commençaient à voir le jour. Après une énième journée passée à écumer les différents dossiers du Sazori pour me mettre à jour et à continuer à m'informer, je quittai le bureau pour me diriger vers l'Académie d'Hashira un brin intrigué et excité. J'avais appris que pendant tout ce temps, nous étions enfin rentrés en contact avec le groupe de Kumo qui s'était rebellé contre Teikoku et était parti. De ce que j'avais compris, l'Empire du Feu était dirigé par un ancien lieutenant de l'Homme au Chapeau. Depuis que Tashi nous avait ramené cette information, j'avais eu envie de rentrer en contact avec ces derniers. Et surtout que parmi ces derniers, il y avait une figure qui m'intéressait particulièrement. Mais là tout de suite, j'avais encore bien des devoirs à accomplir, et le dernier en date était de vérifier mon planning à l'Académie.

Toutefois, en me rendant sur place, je pus découvrir sur les différents murs de l'enceinte plusieurs affiches. Ces affiches clamaient la construction très future de notre bâtiment, et d'un froncement des sourcils, je regardai l'emplacement où l'Oterashi avait décidé de donner vie à son projet. Je ne m'étais pas rendu compte que le temps était passé si vite, et je regardai l'invitation adressée à tous les assimilateurs avec une pointe de surprise. Toutefois, du moment où je l'avais vu, je m'étais dis sans la moindre hésitation que j'allais m'y rendre. J'avais beaucoup de responsabilités, et je ne souhaitais aucunement prendre sur mes épaules ces nouvelles responsabilités. Outre ce fait, Yanosa était celui qui avait initié le mouvement et qui avait porté sa pierre à l'édifice. Il était légitime qu'il en prenne les responsabilités, et il le faisait très bien. Toutefois, ce n'était que l'initiation du projet, il restait à voir ce que ça donnerait.

Je terminai rapidement mes tâches à l'Académie, et une fois fait, je quittai les lieux pour me rendre sur le lieu de rendez-vous. Mais alors que j'étais non loin du meeting-point, je pus entendre la voix de Yanosa et celle d'un autre Iwajin et assimilateur du nom de Hondô discuter de manière énergique. Le discours, bien que calme et cordial, respectueux même, recelait toutefois des intonations claires de désaccord. Je restai dans l'ombre, les écoutant quelques secondes avec un faible sourire avant de sortir de derrière les bâtiments pour rejoindre nos deux compatriotes qui semblaient très motivés et impliqués dans ce projet. En même temps, un autre groupe d'assimilateur que je reconnaissais de notre dernière assemblée arrivait dans l'autre sens. Je m'adressai donc directement au petit groupe avec un faible sourire.

-Salut tout le monde, j'espère que tout le monde va bien ? J'ai un peu écouté à la porte votre conversation, mais si je peux rassurer tes craintes Hondô, nous sommes tous ici avant tout des shinobi d'Iwa, avant d'être membre d'un quelconque éventuel clan.

Puis je regardai les deux assimilateurs. Mokuton et Doton, à vrai dire les deux parfaits éléments pour construire quelque chose. Bien évidement, il serait possible si besoin que je coupe certaines choses avec mon vent, tailler, ou autres choses du genre. On pourrait certainement trouver une utilité à tout le monde, mais il était toutefois censé de se dire que le plus gros du travail serait fait par ces deux-derniers. Puis après un cours instant, je m'adressai au guerrier de la roche et nouveau membre du Sazori.

-En ce qui concerne l'entraînement des assimilateurs de vent, il n'y a que très peu de contrainte. Si possible, de l'espace, des ouvertures, et de la hauteur. Nous n'avons pas besoin de grand chose à vrai dire. Pour le reste on pourra se débrouiller.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Les éléments du futur [Assimilateurs] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 http://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Lun 30 Mar 2020 - 23:08
« Je t’en prie, Hondô, ne déforme pas mes paroles. Si effectivement tu es du genre à ne vouloir entrer dans aucune case, à rechigner à intégrer le moindre groupe, alors oui, tu n’as pas ta place à Iwa. Car Iwa est un groupe, un ensemble uni, qu’il faut savoir défendre. Aller dans ma direction sans se poser de question, c’est tout au plus un aveu de lâcheté : je respecte bien davantage ceux qui ont la conviction de s’opposer à moi, surtout quand ils avancent pour ça les bons arguments. Qu’ils soient verbaux ou non…

Tu manques encore de discernement Hondô, mais ce n’est pas grave. Tu as encore le temps 
» acheva-t-il en se tournant vers le groupe qui arrivait à leur hauteur.

Ce Hondô, songea-t-il, n’avait pas peur de s’exprimer, ce qui était dans le fond une bonne chose et digne de son respect. Si il lisait suffisamment bien entre les lignes, il avait même pu capter au vol le compliment qu’il venait de lui faire à demi-mot. Car qu’il le veuille ou non, le Hitori s’opposait au guerrier rouge, même si ce n’était que d’un point de vue vaguement idéologico-politique.

« Tes peurs sont les tiennes. J’ai les miennes. Mais ton devoir en tant que shinobi est de faire en sorte qu’elles n’obscurcissent pas ton jugement et tes actions, à plus forte raison sur le terrain. Ton honnêteté t’honore… prend garde à ce qu’elle reste seulement un atout à ton service. »

Alors que le débat relativement houleux entre les deux assimilateurs semblait arriver à son épilogue temporaire, Yanosa remarqua sur le côté à l’opposé du petit groupe qui arrivait une autre silhouette isolée, un corps longiligne qu’il reconnaissait bien.

« Ah, Tenzin. Heureux que tu ais pu venir. » dit-il en saluant l’éolien d’une franche inclination de la tête.

Tout le monde n’avait pas à savoir qu’il opérait directement sous ses ordres au sein du Sazori, mais une marque de respect de Chûnin à Jûnin avait peu de chance de susciter la moindre interrogation. La remarque de l’assimilateur de vent concernant l’unité des shinobi d’Iwa alla clore définitivement le débat et recentra l’attention sur l’objet de leur présence à tous.

« Hm, c’est ce que j’imaginais, oui. J’ai déjà des idées assez génériques en tête qui pourraient coller. Avec si peu de contraintes, on peut facilement se concentrer sur la stabilité des structures. Et puis, si il y a des ajustements à faire plus tard, rien nous empêchera de les faire.

Hondô, je suggère que tu commences. Tu vois cette pierre blanche, à cinquante mètres environ ?
Dit-il en la pointant du doigt. Il s’agira du centre du dojo : c’est donc là que se trouvera l’arbre dont on parlait. La scène est à toi, camarade. Montre-nous ce que tu sais faire. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hitori Hondô
Hitori Hondô

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Mar 31 Mar 2020 - 10:50
╔═════════════════════════════════════╗
‡ LES ELEMENTS DU FUTUR ‡
╚═════════════════════════════════════╝
_____________________________________________________________________________

J'étais convaincu à cet instant qu'un jour ou l'autre, Yanosa et moi-même reprendrons cette discussion. Nous étions deux shinobis œuvrant pour une même finalité : Une paix mondiale pour notre village et le monde dans lequel nous vivions. Mais à l'évidence, le chemin emprunté pour parvenir à cette finalité serait différent. Mais tant pis, je prend. Yanosa me disait que je manquais de discernement, son argument était sans doute valable, je n'avais pas la même expérience que lui. Il avait du vivre des choses que je ne m'imaginais jamais faire et pourtant, je savais qu'une échéance comme celle-ci allait m'arriver dans ma vie de shinobi. Il me disait qu'Iwa était un groupe uni, il utilisait cela pour contrer mon argument et c'était la que je m'étais rendu compte que je ne lui avais pas expliqué que j'acceptais le modèle shinobi dans lequel nous vivions, et je le déplorais, mais la vie était faîte ainsi et mon travail était de faire en sorte qu'il n'y ait plus besoin de se résoudre à faire la guerre pour résoudre un conflit. La guerre nourrissait la guerre et un jour ou l'autre, des têtes pensantes devaient se manifester pour mettre un halte à tout cela. Mais l'heure n'était pas à un débat philosophique sur la vie que nous menions. L'heure était à la création d'un centre d'entraînement.


Je ne doute pas que j'ai encore à apprendre sur un théâtre de combat. Quant à toi, cest ta conviction pour tes idées t'honores, Yanosa.

C'est à ce moment la que sans doute l'un des assimilateurs le plus fort du village faisait son apparition. Je croyais voir un fantôme car pendant notre échange avec Yanosa, je jetais quelques coups d'oeil sur le chemin qui menait sur le futur centre. Je ne l'avais pas vu arriver. Pourtant Konran Tenzin était un visage que j'aurais pu différence facilement des autres tant il occupait un poste d'importance au village. J'étais excité à l'idée d'apprendre à le connaître. Peut-être pas à cet instant, dans ce contexte la mais, au moins, le premier contact aura été établi. Son assimilation du vent était reconnue dans le village et, comme le disait Yanosa plus tôt, son expérience pourrait être utilie pour que moi-même je puisse faire faire des progrès sur la mienne. J'avais d'ailleurs compris que Tenzin avait pu nous écouter un peu plus tôt durant notre discussion ferme, mais respectueuse, entre Yanosa et moi et il se voulait rassurant sur les craintes que je pouvais avoir.

Konran Tenzin, ravi de faire ta connaissance. Je te remercie de clarifier les craintes que je pouvais éprouver, cela me rassure effectivement.

Ensuite, Tenzin nous expliquait ce qu'impliquait son assimilation en terme d'aménagement et il ne se voulait pas trop exigeant. Ses pré-requis étaient simples et facilement réalisable. Yanosa m'interpellais justement à ce moment-là : C'était à moins de lancer la création de l'édifice. Je me surprenais à ressentir une fierté à lancer officiellement ce projet. Cela ne me ressemblait pas, d'autre temps, j'aurais vu cela comme une banalité sans importance mais à ce moment-là, non. Etait-ce à cause de cette discussion avec Yanosa un peu plus tôt ? Cette première interaction avec Tenzin ? A vrai dire, je n'en savais rien et cela m'importait peu.

Compte sur moi.

Lui avais-je dit, le sourire aux lèvres, une fois qu'il m'avait montré l'emplacement de cette pierre. En me rapprochant de celle-ci, je me disais que c'était un peu ironique qu'après notre discussion, de la pierre allait jaillir le bois. Une fois arrivé à bonne distance de celle-ci, je m'étais mis en position. Je ne ressentais aucune pression, depuis très longtemps je m'étais habitué à mon assimilation. La mienne n'était pas la conséquence de la Résonance, elle était innée. J'avais mit mes mains en place, il ne me restait plus qu'à faire.

MOKUTON - GINKGO TANJOU

De la, sortait de mon torse un arbre d'une vingtaine de mètres au feuillage jaune, un ginkgo. C'était mon arbre préféré, et ses feuillages permettait de reconnaître le centre parmis d'autres bâtiments. Il pouvvait atteindre jusqu'à quarante mètre de haut et avec une durée de vie quasiment infinie. Le ginkgo que je venais de créer avait d'ailleurs au moins une centaine d'années en apparence, le tronc épais afin qu'il puisse être taillé comme bon semblait à Tenzin si jamais taillage il devait y avoir. Je m'étais dis en sortant cet arbre du sol, puisse la résolution des conflits être acquise aussi longtemps que celui-ci serait vivant. Je m'étais retourné vers Yanosa afin de chercher son approbation, savoir si l'arbre en question convenait comme il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8813-hitori-hondo-un-shinobi-parmis-tant-d-autres-terminee
Amiko
Amiko

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Mer 1 Avr 2020 - 14:32
Les éléments du futur [Assimilateurs] Yjon

Les éléments du futur



Hiver 204

Son regard rosé se posa sur l’affiche devant ses yeux. Enfin, il avait lancé le projet. Amiko attrapa de ses fines mains le support, qui annonçait la construction de leur dojo dédié aux assimilateurs principalement. Il avait besoin d’huile de coude et de leur participation ainsi que de leur avis. Yanosa… La Sakki esquissa un petit sourire en se remémorant sa dernière rencontre avec le pugiliste qui lui fit une forte impression. D’abord intimidant, l’écarlate su utiliser les mots pour rassurer la jeune femme et la convaincre d’accepter son aide. S’en était suivie un travail très laborieux où l’assimilatrice apprenait à se comprendre intérieurement et chakratiquement. La brune lui était très reconnaissante, rares étaient les personnes qui s’étaient dévouées ainsi pour l’aider et elle se sentait maintenant à l’aise devant lui, presque comme une équipe ou une sorte de famille.

Le temps avait été nécessaire pour l’Oterashi pour tout mettre en œuvre et voici le jour tant attendu. Amiko, dont la bouche était couverte par le bambou, chercha grâce à l’adresse le lieu dans sa tête et commença alors à s’y rendre avec impatience. Très rapidement, ignorant les passants qui la dévisageaient alors qu’elle courait, elle arriva sur un vaste endroit en ruine. En son centre, un majestueux arbre était en train de pousser, faisant écarquiller les yeux de la kunoichi. Le brun à ses côtés venait de faire cela avec ses pouvoirs ? Combien de types d’assimilation existait-il ? La jeune femme remarqua d’autres présences et principalement deux visages familiers, celui du Konran qui lui tournait le temps, et Yanosa qui remarquera vite sa présence. Timidement, Amiko s’approcha une main sur la poitrine, avant de se cacher partiellement derrière la moitié d’un muret.

La Sakki fit alors un petit signe de la main, pour le saluer lui et les autres, ses lèvres s’élargissant derrière sa barrière.

Elle ne savait pas ce qu’il s’était dit et s’il avait déjà une idée en tête, alors la genin commença par scruter l’endroit. Cela semblait vraiment convenir et elle s’imaginait déjà avec plusieurs pièces adaptées pour tous les types de pouvoir. Mais qu’en était-il du feu ou de la lave ? Ce genre d’élément qui marquait et pouvait même prendre trop d’ampleur en cas d’accident. N’étant pas suffisamment à l’aise pour prendre la parole ou même ôter le bambou, la genin se déplaça alors, prenant soin de ne pas s’approcher de ceux qu’elle ne connaissait pas. Elle chercha un trou sur le sol de leur futur dojo et se rapprocha d’eux.

Un petit creux causé par le temps et la pluie était suffisant, faisant office de vasque. Amiko s’accroupit alors, utilisant son bras gauche pour se maintenir sur ses cuisses tandis que son autre main était tendue au-dessus du mince cratère. En se concentrant, non sans mal et grâce à Yanosa, l’amejin transforma légèrement sa main qui prit une texture visqueuse et intensément colorée. On pouvait ressentir de la chaleur en émaner, faisant reculer les plus effrayés. Petit à petit, elle laissa la lave couler de sa main pour se diriger dans le trou, comme s’il s’agissait d’un bol. Que pourrait-il faire pour ce pouvoir qui pouvait faire si mal et si peur ?

Amiko stoppa son assimilation et se redressa alors, restant devant sa petite touche personnelle. Son visage s’empourpra, ne sachant pas vraiment ce qu’elle pourrait apporter de plus que ce qu’ils s’étaient sûrement déjà dit. Mais le plus important, c’était sa présence. Elle était là pour soutenir ses camarades, qui étaient tous capables de prouesse surprenante, car ils devaient se soutenir pour le bien du village, des leurs. Alors la Sakki restera, autant qu’il faudra, pour aider son prochain.




_________________
Les éléments du futur [Assimilateurs] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 http://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Mer 1 Avr 2020 - 23:00
Hondô ne se débina pas et se rendit derechef sur les lieux proprement dit où la construction du dojo allait devoir débuter. Avec un calme et une confiance en lui admirables, il se tint un instant à l’endroit que venait de lui indiquer l’Oterashi et donna le top départ en extrudant une impressionnante gerbe de bois de son torse. La gerbe se mua progressivement en torrent solide, jusqu’à devenir une véritable cascade qui alla trouver ses racines dans le sol pour aller transpercer les cieux à une vingtaine de mètres de hauteur. Les branches et les feuilles jaillirent de toute part du tronc immense que venait de créer le Hitori, s’étirant vers le haut comme autant de bras tournés vers l’avenir. Lorsque l’assimilateur de bois eut finit, c’était bel et bien un magnifique et majestueux ginkgo qui se tenait à présent en plein milieu du village. Il rivalisait de hauteur avec les bâtiments adjacents, en dépassait même certains, mais demeurait dans une relative modération et ne transpirait pas l’orgueil de celui qui en était à l’origine. Car qu’il s’en défende ou non, Hondô devait certainement être fier de sa réalisation.

« Parfait, lança Yanosa en fixant l’arbre gigantesque. Si l’un de vous est prêt à nous montrer ses talents avec l’eau, qu’il ou elle vienne avec moi : il est temps de donner à boire à cet arbre. »

Une jeune femme au teint pétillant habillée en blanc se détacha alors du groupe, le sourire aux lèvres, et emboîta le pas à l’Oterashi qui se dirigeait droit vers l’arbre. C’est alors seulement qu’il remarqua la présence d’une autre silhouette familière plus loin à l’écart, un morceau de bambou toujours tenu entre ses dents. Bref témoin de sa démonstration, qui trahissait son inquiétude de ne pas pouvoir vraiment faire partie intégrante de ce dojo en devenir, le Tellurique lui accorda un regard appuyé et un franc sourire.

« Amiko. Merci d’être venue, et surtout...ne t’en fais pas, tu auras ta place ici, comme tous les autres Assimilateurs. J’ai déjà une idée de ce qu’on pourra faire pour toi. En attendant... »

Il reprit son pas avec vigueur pour rejoindre la base de l’arbre immense que venait d’implanter Hondô, la jeune femme vêtue de blanc dans son sillage.

« Remarquable. Exactement ce que j’avais en tête. Excuse-moi, comment tu t’appelles ? Demanda-t-il en se tournant tout à coup vers la jeune fille.
- Soraya Monsieur !
- Oublie les monsieur pour aujourd’hui, Soraya. Je vais créer une dépression tout autours de l’arbre sur un diamètre d’environ une douzaine de mètres. Ton job, ce sera de créer un bassin dans cette dépression, ça marche pour toi ? Hondô, si pendant que je créé le bassin tu vois que c’est nécessaire de fortifier ou étendre les racines de ton chef d’oeuvre, hésite pas.

Tout le monde est prêt ? Alors allons-y.
 »

Yanosa se mua dans la terre, disparaissant peu à peu dans le sol jusqu’à échapper aux yeux des personnes alentours. Dans les bas-fonds, il créa alors de l’espace, forçant le niveau du sol à s’affaisser sous son propre poids. Étendant ses sens dans toutes les directions pour se situer par rapport aux racines de l’arbre ginkgo, il poursuivit son œuvre jusqu’à juger qu’il avait suffisamment creuser pour permettre à un bassin plus que correct d’être rempli autours de l’arbre. Enfin, pour éviter que toute l’eau que Soraya pourrait créer ne finisse absorbée, bue par la terre, il revint à la surface au fond du grand bassin encore vide et créa sur toute la surface une couche de pierre aussi dure, lisse et dense qu’il lui était possible de produire, faisant s’étendre cette couche imperméable sur tout le demi-dôme imparfait qui venait de se former. Satisfait de son côté de la mise en place, il fit signe à Soraya et Hondô de se lancer avant de replonger dans la terre pour aller ressurgir sous sa forme humaine non loin d’Amiko.

« Ouvre grand les yeux, Amiko. L’atrium de notre dojo est en passe d’être terminé. La prochaine étape… va concrétiser nos aspirations. »

Soraya et Hondô ayant certainement terminé, Yanosa les rejoignit à nouveau, près de ce qui devait être à présent devenu un bassin parfaitement formé autour d’un arbre qui l’était tout autant.

« Hondô, il va être temps de se lancer, toi et moi. Il va falloir que tu suives mon rythme, que tu renforces les structures que je vais créer, que tu entremêles ton bois à ma roche. On ne fera pas tout d’une traite… mais j’aimerais qu’on arrive à former directement le plus gros de la structure. Paré ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hitori Hondô
Hitori Hondô

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Ven 3 Avr 2020 - 11:10
╔═════════════════════════════════════╗
‡ LES ELEMENTS DU FUTUR ‡
╚═════════════════════════════════════╝
_____________________________________________________________________________

village caché de la Roche, Ruines pré-dojo, hiver 204.
Hitori Hondô.

Je venais de finir mon œuvre qui représentait la première pierre de l'édifice, j'en étais très fier, et je pouvais lire sur les visages une approbation de ce que je venais réalisé. Je ne vais pas mentir, cela me réjouissait de montrer à une audience de shinobi l'étendue de mes capacités même si elles étaient similaires à plein d'autres parmi ceux présent sur ce champ vide quelques minutes plus tôt. C'est à ce moment-là que j'avais remarqué la présence d'une autre personne, qui se voulait manifestement très discrète et qui ne voulait pas attirer l'attention sur elle. Elle s'approchait très discrètement du futur dojo et elle tendait son bras qui avait pris une texture visiblement visqueuse de couleur rouge. C'était une assimilatrice de la lave et j'avais trouver cela époustouflant, c'était la première fois que je voyais une telle assimilation en action. J'avais appris son nom grâce à Yanosa qui avait d'avoir l'air de la connaître un petit peu.

Yanosa, d'ailleurs, qui avait demandé entre-temps à un assimilateur de l'eau de l'accompagner pour passer à la prochaine étape de cette construction. Il s'agissait de créer un bassin au niveau des racines de l'arbre. Yanosa m'avais interpellé pour que je guette d'éventuels instabilités de la structure.

Ne t'en fais pas, je veillerais à ce que tout ce déroule comme prévu.

Yanosa avait vu juste, alors qu'il était sous terre et en train de creuser, j'avais remarqué que l'arbre en question n'était pas assez stable, je devais faire en sorte d'ancrer les racines plus profondément dans le sol afin de garantir que celui-ci ne s’effondre pas dans le futur. C'est ainsi que j'avais assimiler mon bras droit en bois et que j'avais envoyer en direction des racines cette assimilation qui restructurais non sans mal cet arbre. Une fois terminé, il n'y avait plus de place pour le doute, ce Ginkgo n'avais désormais plus aucune faille.

Je n'avais jamais réellement utilisé aussi intensivement et rapidement mon assimilation dans le passé, je n'en avais pas l’intérêt. Alors certes, la création d'arbres parsemés ici et là était mon plaisir coupable de temps en temps, mais créer un arbre d'une vingtaine de mètres et surtout mettre au point sa solidification, tout cela c’était inédit pour moi. Je sentais naturellement que je commençais à fatiguer. Je ne pensais pas que c'était à cause de mon chakra, non, je pensais que cela avait affaire avec l'immédiateté de mes actions et comme indiqué plus tôt, le caractère inédit de ces actions. Il me fallait quelques entraînements pour habituer mon corps et une fois ceux-ci effectuer, toute cette entreprise de création d'un espace n'aurait été plus qu'une formalité pour moi. Mais je n'avais pas le temps de montrer une quelconque faiblesse, Yanosa m'avais interpellé et il était désormais l'heure de passer au gros morceau. Le création de la structure du bâtiment. J’acquiesçais et je me dirigeais vers l'homme de pierre. Je m'étais mis en position.

Yanosa, tu as plus d'éxpérience que moi en terme d'assimilation. Adapte ton rythme à mon inexpérience cela sera plus simple. Allons-y!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8813-hitori-hondo-un-shinobi-parmis-tant-d-autres-terminee
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Ven 3 Avr 2020 - 22:28
Le bassin qui entourait à présent l’arbre géant donnait à l’ensemble une apparence presque irréelle. Là, au milieu d’un village juché et lové au creux des montagnes les plus escarpées du continent, c’était presque comme se retrouver nez-à-nez avec un mirage, un mirage qui s’avérait toutefois être bien réel et qui pouvait non seulement être touché, mais dans lequel les Assimilateurs concernés pourraient également se fondre pour s’exercer à leurs techniques et communier avec leur élément. Yanosa avait bien conscience de l’importance que cela pouvait revêtir, lui qui avait le luxe de pouvoir trouver son élément propre à peu près partout et qui savait ô combien il était agréable de pouvoir méditer en son sein. Proposer à tous les assimilateurs de pouvoir connaître ces mêmes sensations, cette même grâce, c’était primairement pour cela aussi qu’il voulait offrir à son clan ce dojo, cet espace, où la sérénité de chacun deviendrait la clef de leur développement. Et, ultimement, la clef de leur capacité à défendre et servir Iwa.

« Ne t’en fais pas Hondô, je te laisserai suivre. Beau travail Soraya, au fait. »

Accordant un dernier regard à la zone autours de lui, le guerrier rouge se remémora une dernière fois les plans qu’il avait en tête depuis plusieurs jours déjà et se transforma intégralement en pierre, signe que les choses allaient commencer à se concrétiser encore un cran au-dessus.

« Allons-y, Hondô. »

Yanosa entama alors le plus majestueux ballet terrestre qu’il ait jamais engendré de toute sa courte vie d’Assimilateur. S’étendant de toutes part, son corps se dissout dans un flot de pierre ininterrompu qui alla créer murs, piliers, façades et ouvertures. Des colonnades allèrent délimiter les limites de l’atrium et soutenir l’étage supérieur, où se trouveraient des baraquements spartiates, les grands axes se tracèrent en pavements lisses et droits et, de l’extérieur, à mesure que les parois délimitant les limites du dojo commençaient à se dessiner, les plus grandes salles dédiées aux entraînements des différents types d’Assimilateurs se laissèrent deviner, chacune avec une structure propre. Une grande rotonde scellée au sol de laquelle se trouvait une indentation qui permettrait d’y faire couler du combustible pour créer un fourneau de feu. Une pièce au plafond perforé de larges ouvertures tournées vers le ciel appropriée autant pour les Assimilateurs de foudre et de vent. Après de longues minutes de formations et reformations rocheuses -et sans aucun doute boisée également si Hondô remplissait son rôle-, la plus grande partie de la structure du dojo était terminée.

Et ce fut, non sans une certaine fierté plutôt bien placée, que l’Oterashi reparut à partir du sol au dehors du bâtiment pour y jeter un premier coup d’oeil de ses yeux de chair.

« Camarades. Je pense que vous pouvez prendre quartiers. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hitori Hondô
Hitori Hondô

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Dim 5 Avr 2020 - 0:34
╔═════════════════════════════════════╗
‡ LES ELEMENTS DU FUTUR ‡
╚═════════════════════════════════════╝
_____________________________________________________________________________

Devant ce point jaune qui venait de naître dans le paysage du village, je commençais à comprendre la passion qui enivrait Yanosa quelques instants plutôt lorsque nous avions échangés sur ce que signifiait la création de ce centre entre autres. En effet, lorsque j'avais mit la main à la pâte un peu plus tôt, j'avais ressentis un grand sentiment de fierté, me disant que j'étais entrain d'accomplir un projet avec des personnes aux capacités similaires aux miennes, un bâtiment qui allait sans doute vivre pendant de nombreuses années après ma mort inévitable. Je ressentais ce sentiment de camaraderie qui montait en moi, celui qui me permettais de me dire que j'avais conçu un bâtiment avec une équipe qui avait une aspiration partagée. Mais non, nous n'étions pas un clan, juste des shinobi avec un certain d'idéal semblable à un point précis dans le longtemps. Je savais que par nature l'homme était instable et qu'ainsi, une évidence d'aujourd'hui pouvait être un préjudice le lendemain. La leçon que j'avais tiré sans doute à cet instant c'était de savourer le moment présent car celui-ci pouvait être la dernière fois que j'en aurais eu l'occasion.

J'avais donner mon signal à Yanosa comme quoi j'étais prêt et celui-ci m'avait en quelque sorte rassuré en me disant qu'il n'allait pas faire comme si je n'était pas la. Il avait à son tour donner le signal de départ et c'était dans une chorégraphie incroyable, qui m'avait laissé sur mes jambes sans réactions pendant quelques secondes, que Yanosa s'envolait et déposait délicatement cette roche qui allait servir à former le bâtiment. Ces quelques secondes de somnolence m'avaient coûtées chères, je m'étais désormais forcé à pousser sur mes capacités pour avoir un semblant suivi des trajectoires de Yanosa. Je le suivais tant bien que mal et déposait ici et là les poutres importantes à la structure des bâtiments et j’entrelaçais la roche, si bien à l'extérieur qu'à l'intérieur , afin de renforcer leurs structures externe et interne. Je n'avais pas également hésité à apporter quelques éléments de décorations comme des lustres, des placards des rangements mais tout ce travail avait mis un tollé sur mon chakra. J'avais néanmoins pu terminer une vingtaine de secondes après Yanosa.

Très satisfait d'avoir pu réussir à suivre un tant soit peu la cadence de Yanosa, j'en était néanmoins très essoufflé mais je ne voulais pas le montrer. Une fois que j'avais retrouvé mes deux jambes au sol, mon corps m'avait trahis et j'ai du poser un genou à terre, mais mon orgueil avait prit le dessus et en une demi-seconde, je m'étais redresser comme si de rien n'était. Cela ne me ressemblait pas, j'avais tendance à montrer aux gens ma véritable image sans artifices, et ce que j'avais fait à cet instant en était un. Mais je n'avais pas pu le contrôler. Cela me paraissait étrange, je n'avais jamais auparavant fait acte d'un quelconque excès d’orgueil dans ma vie avant. D'ailleurs l’orgueil sous-entend qu'on l'est vis-à-vis d'une autre personne. Personne n'est orgueilleux envers sois-même. Mais envers qui l'étais-je à ce moment-là ? Yanosa sûrement. Si l'on réfléchit bien, je m'étais forcé à suivre sa cadence, je m'étais forcé à ne pas rendre un travail bâclé en ayant le soucis du détail dans la fortification des structures et de la décoration du bâtiment.

Il m'avait définitivement fait effet, moi qui me croyais immunisé à ce genre de comportement inutile et chronophage. Inconsciemment, je voulais peut-être avoir la même aisance qu'il avait avec son assimilation. Je voulais aussi être un homme de projet, même si les miens auraient sans doute été de natures différente. Je voulais moi aussi, porter mon ambition aux yeux de tous et Yanosa représentait en quelques sortes tout cela. Je ne connaissais pas l'étendue de ses faits pour le village et ce monde, et ce la n'avais pas d'importance car cette rencontre à cet endroit et à cet instant me montrait tout ce que j'avais à savoir sur lui : Ses ambitions, ses convictions lui font honneur. Et j'avais beau ne pas avoir la même opinion que lui sur certains sujets, je ne pouvais m'empêcher de penser que j'aspirais depuis l'enfance à être aussi entreprenant que lui.
Voyons ce que ce centre vaux, chers collègues.


Dernière édition par Hitori Hondô le Jeu 9 Avr 2020 - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8813-hitori-hondo-un-shinobi-parmis-tant-d-autres-terminee
Amiko
Amiko

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Jeu 9 Avr 2020 - 13:45
Les éléments du futur [Assimilateurs] Yjon

Les éléments du futur



Hiver 204

Lorsque l’arbre fut à son apogée, offrant cette touche de verdure qui allait parfaitement à cet endroit qui deviendra le cœur des assimilateurs. D’autres présences vinrent en aide, usant de leur don pour continuer à donner à cet endroit une sérénité. Yanosa remarqua sa présence et salua la brune aux mèches magmatiques, elle hocha de la tête en écoutant ses paroles et se fit discrète, attendant son tour avec impatience. Une blonde et le pugiliste travaillèrent ensemble pour créer un immense bassin autour de la plantation. Curieuse, la Sakki s’approcha sans prendre le risque de finir dans la fosse et fut très surprise de voir à quel point les dons de l’écarlate pouvait changer tant de choses. Celui-ci disparut alors sous terre avant d'apparaître non loin de la genin, elle bondit légèrement, ouvrant les yeux comme conseillé, sur la création de leur berceau. Celle-ci se demandait en quoi consistait la prochaine étape, ses mains jointes contre sa poitrine, elle attendait.

Le pouvoir affinitaire de tous ces assimilateurs pourrait créer un village à eux-mêmes. C’était fou ce qu’on pouvait faire à partir de son propre corps ! Ce qui se déroula par la suite fut tellement impressionnant, qu’Amiko en resta bouche-bée, du début à la fin. Tous les deux, forgèrent les contours du dojo, avec des piliers, les plafonds qui séparaient les étages ainsi que les ouvertures. Le tout dans une forme circulaire qui rendrait cet endroit bien différent de tous les autres. Et très rapidement, ce ne serait pas étonnant de voir des curieux habitants observer le travail de loin. Le visage levé vers le ciel, on pouvait voir des ouvertures qui illuminaient les lieux et laissaient passer les rayons de soleil. Ce qu’ils venaient d’accomplir devait tellement demander d’énergie que la Sakki ne pouvait que les respecter et saluer leurs efforts.

Yanosa ressortit du sol à l’extérieur. La femme de lave s’empressa alors de le rejoindre en courant doucement. Son attention se porta alors sur l’immensité qui leur faisait face. Ses pupilles rosées brillèrent d’intensité, émerveillée par ce qu’ils avaient bâti. Ses deux mains se joignirent pour applaudir le dur travail réalisé, tandis que ses lèvres s’étiraient dans un sourire. La jeune femme se demandait alors comment pourrait-elle contribuer à tout cela, pour elle, elle ne ferait qu'endommager tout ce chef-d’oeuvre. Mais l’Oterashi devait bien avoir une idée en tête, alors elle attendra son tour.




_________________
Les éléments du futur [Assimilateurs] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 http://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Dim 12 Avr 2020 - 22:49
Vu de l’extérieur, la contribution de Hondô à la construction était positivement visible : le sommet de l’arbre qui siégeait dans l’atrium transperçait le plus haut plafond de la structure pour s’épanouir au soleil, tandis que des entrelacements magnifiques accompagnaient les courbes et les angles extérieurs du dojo. A l’intérieur, également, l’assimilateur de bois n’avait pas chômé et avait fortifié et bonifié le bâtiment avec son Mokuton inné, sauf aux alentours de la salle qui allait être dédiée plus particulièrement aux Assimilateurs de feu. Selon tous les critères de base qu’il s’était fixé pour la réalisation de ce projet, Yanosa avait devant lui la perfection incarnée, rien de moins. Et si le plus gros en masse lui était certainement imputable, la contribution de ses confrères et consœurs était la véritable touche qui donnait au dojo son identité et sa spécificité.

Dans son dos, l’Oterashi entendit les petits pas d’Amiko qui le rejoignait : se retournant à peine, juste de quoi l’avoir dans son champ de vision, le Tellurique ne manqua pas de noter le sourire presque événementiel qui s’affichait sur son visage, et lorsque la jeune femme magmatique en vint à produire de petits applaudissements de ses mains menues, Yanosa lui lança un sourire.

« Merci Amiko. Viens, entrons tous ensembles. Moi et Hondô on a dépensé pas mal d’énergie. Les finitions pourront attendre et j’ai envie que tout le monde prenne ses marques à l’intérieur. »

D’un geste de la main, il enjoignit la kunoichi à le suivre tandis qu’il se mettait en route vers Hondô et les autres assimilateurs, qui se regroupaient près de l’entrée la plus proche. C’était fait, songea-t-il. Tous ses pairs autant qu’ils étaient pourraient à présent se retrouver ici pour s’entraîner, s’entraider et communier avec leur nature profonde. Il y aurait des ajustements à faire, des salles à remanier sans aucun doute, pour s’adapter aux différents types d’assimilation qui pointeraient le bout de leur nez à l’avenir, mais le plus gros était fait, et dire qu’il était symboliquement fort était un doux euphémisme. Se rapprochant de Hondô et des autres assimilateurs qui s’étaient avancés, Yanosa les dépassa tous en leur accordant un regard confiant teinté de triomphe et pénétra à l’intérieur pour se diriger vers l’atrium.

« Suivez-moi, j’aimerais vous parler, tous. »

S’assurant ainsi que tous ses pairs le suivaient, il rejoignit le bord de la mare créée par Soraya un peu plus tôt, et dans laquelle s’enfonçaient le tronc et les racines du ginkgo. Se retournant, il ne prit pas la peine de prendre de la hauteur ou d’essayer d’embrasser davantage le groupe, devenu petite foule, et se contenta de forcer sur sa voix rocailleuse pour qu’elle porte suffisamment.

« Et voilà. Nous y sommes. C’est encore un peu brut, mais les aménagements viendront vite. Iwa… est notre foyer à tous. Elle forge notre unité, notre force. Ce Dojo… n’appartient à personne, mais servira à quiconque voulant communier avec les éléments. Ceux qui le veulent peuvent jeter leur valise ici, il y a la place qu’il faut dans les étages.

Souvenez-vous simplement que vous êtes toujours dans l’enceinte du village… Pas de tests grandeur nature ici, ou vous aurez à faire à moi et à l’Intendante. Autrement… vous êtes libres de vous exercer comme bon vous semble, de vous retrouver quand vous semble,.. En bref, vous êtes chez vous. 
»

Se retirant de la petite foule, le Tellurique se rapprocha en aparté de la petite kunoichi magmatique.

« Amiko. Viens, je vais te montrer quelque chose. »

Confiant sur le fait qu’elle voudrait bien le suivre, il s’enfonça alors dans les entrailles du bâtiments, dépassant plusieurs colonnades et accédant instinctivement à la petite pièce qu’il avait façonné en marge de toutes les autres. Celle-ci était moins grandes que les autres salles d’entraînement, mais semblait disposer de murs de pierre encore plus épais et denses qu’ailleurs dans le Dojo. Le sol, pour l’heure, était encore plat et lisse.

« C’est le point d’accès le plus proche. Amiko, ce que je vais te dire va peut-être te surprendre, voire même peut-être te choquer. En te divulguant cette information, je me mets d’ailleurs dans une position délicate, et tu ne devras surtout pas en parler, à qui que ce soit.

Sous nos pieds se trouve un volcan. Et il est tout sauf en sommeil.
 »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Amiko
Amiko

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Mar 21 Avr 2020 - 21:22

Les éléments du futur [Assimilateurs] Yjon



Automne 203

Le mélange de deux pouvoirs, de deux essences, de la consécration même de la vie. La terre, le bois, solidifiant les remparts d’un havre où chacun s’y sentirait accepté, où lorsqu’on sera douteux, venir arpenter ce sol sera le remède contre les sombres sentiments. Les assimilateurs, qui s’étaient attelés à la tâche, avaient divinement bien travaillé. Ils méritaient amplement les adorables applaudissements de la Sakki. Elle écouta le pugiliste et hocha de la tête avant de le suivre de très près, comme son ombre. Depuis qu’il lui avait appris à se surpasser, l’homme était comme un mentor pour elle, un exemple de force et de conviction qu’elle voulait posséder à son tour. La jeune femme se joint timidement au groupe, tandis que l’écarlate emboîtait le pas pour se rendre près du bassin créé par la jolie femme. C’était si mystique et beau que tout cela semblait irréel et pourtant… Regroupé devant celui qui avait lancé ce grand projet, ils écoutèrent, avec des volontés et objectifs distincts, mais qui les liaient à cet endroit.

Venir ici pour communier avec les éléments, c’était là une très sage raison. Un toit, une maison, un refuge pour celui qui le souhaiterait. Tout acte avait ses limites au sein d’un village sous le règne de l’intendante. Ne pas dépasser ces limites et on pourrait s’entraîner comme on le souhaitait, c’était suffisant pour Amiko. Ce sera un bon moyen pour elle de se pousser à maintenir cette maîtrise de son don. Un autre chez soi… L’amejin sourit discrètement et hocha de la tête. Une concrétisation qui regroupait les assimilateurs et qui allait lui permettre de s’épanouir davantage, elle le devait à Yanosa. D’ailleurs, celui-ci l’interpella et lui demanda de le suivre afin de lui montrer quelque chose. Un peu intriguée, elle haussa d’un cil avant de le suivre à travers les couloirs et les colonnes qui maintenaient l’édifice. La douce en profita pour contempler le travail réussi et se disait que cela promettait d’être un très bel endroit. Les deux shinobis arrivèrent dans une petite pièce, différente du reste. Et lorsqu’on y entrait, on se sentait encore plus émergé, comme si ce lieu était à part des autres. Que voulait-il d’elle avec cette pièce ?

La première pensée de la brune aux mèches magmatiques fut qu’il allait l’enfermer pour qu’elle s’y entraîne et qu’elle arrive à en sortir, mais non. Le point d’accès le plus proche ? La Sakki commençait à sentir l’embrouille. Lui dire quelque chose qui allait la choquer, mais qu’en plus cette information semblait si délicate qu’il fallait être très discret. Elle hocha de la tête, comprenant l’ampleur de sa demande. Jusqu’à ce qu’il annonce la présence d’un volcan qui était éveillé et vivait sous les terres. La kunoichi ouvrit grand ses yeux, surprise. Mais pas pour les raisons qu’il penserait. En effet, elle avait été mise dans la confidence de ce qui dormait sous Iwa. D’ailleurs, la jeune femme craignait beaucoup cette présence et faisait en sorte de ne pas y penser. Peut-être même qu’elle aurait préféré ne pas savoir. Mais c’était trop tard.

La genin avala sa salive, observant le pugiliste avec appréhension. Que lui voulait-il ? Et qu’est-ce qu’elle pourrait faire vis-à-vis de ce volcan ? Était-ce lié à son pouvoir ? La sanguine s’accroupit et posa une main tremblante sur le sol intact. Elle ferma les yeux quelques secondes pour assimiler ce qu’il venait de lui dire. Amiko s’était voilé la face sur ce que lui avait confié sa plus proche amie, mais si c’était le cas, le village serait-il en danger ? La jeune femme se redressa et se posta devant l’écarlate avec un regard très sérieux. Que devait-elle faire ?






_________________
Les éléments du futur [Assimilateurs] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 http://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Mer 22 Avr 2020 - 22:17
Sans surprise, le guerrier tellurique vit les yeux de la magmatique s’écarquiller à l’écoute de son annonce pour le moins anxiogène et étonnante. Sans savoir que la jeune kunoichi avait déjà eu vent de la présence de ce volcan, il prit cet air soudainement saisi sur son visage comme une simple manifestation de sa surprise et rien de plus, et l’observa s’agenouiller sur le sol de roche brute et lisse pour le toucher de ses doigts menus. Oui, c’était bien ça, songea Yanosa : sous les strates de pierre, comme elle semblait l’avoir déduit, se trouvait les flots magmatiques que le volcan avait fait remonter des entrailles les plus profondes et primordiales de la Terre.

Pendant un instant, le Chûnin pensa à cette autre information qu’il gardait encore pour lui, mais néanmoins en lien direct avec la présence et l’activité du volcan. Le Dieu en sommeil sous le village… une menace autrement plus intimidante et qui soulevait un lot de questions bien plus décisives sur ce qu’ils pouvaient ou non entreprendre pour sécuriser la vie de tous les habitants et shinobis d’Iwa. Un court moment, Yanosa songea à lui dévoiler aussi cette information, mais se ravisa. Connaître l’existence d’une créature mythique ne l’avancerait à rien dans son périple pour le contrôle de son pouvoir d’assimilation : chaque chose viendrait en son temps, et à son rythme. Le Tellurique avait beau être l’incarnation du pragmatisme décomplexé, même si cela devait être aux dépends de ses camarades shinobis, il savait quand une initiative de sa part pouvait s’avérer trop coûteuse pour valoir le coup. Risques et profits. Il détestait cette expression, issue du monde de marchandage et de capitalisme de ses parents, mais il se devait d’admettre qu’elle s’appliquait à bien plus que les relations commerciales.

Lorsque Amiko se redressa et lui adressa un regard fixe et déterminé, l’Oterashi sut qu’elle attendait d’en savoir plus sur cette pièce, une pièce qui n’en était finalement pas vraiment une. De son bras droit, il l’invita à s’écarter du centre de l’espace central, puis changea son bras gauche en pierre en l’étendant lentement vers le sol jusqu’à le toucher et fusionner avec lui. Prenant peu à peu le contrôle, s’assimilant et se propageant dans le sol de roche, il creusa un large trou au milieu de la salle, une fosse sombre apparemment sans fond. Mais, à y regarder de plus près… des formes géométriques, rectangulaires, se cachaient dans les ombres. Le premier, Yanosa mit un pied dans le gouffre, le son de son pas résonnant sur la première marche. Il tendit ensuite sa main droite à la jeune kunoichi, l’invitant à la prendre pour qu’il puisse l’accompagner dans les profondeurs. Avec ou sans son aide, voilà les deux assimilateurs qui s’enfonçaient dans la noirceur de la Terre et de ses tréfonds. Jusqu’à ce que, après un nombre de marches qui avait pu sembler infini à Amiko, une lueur ténue parvienne jusqu’à leur rétine.

« On approche. Encore quelques pas, Amiko. »

La lueur, qui devenait peu à peu aveuglante, finit par envahir l’espace devant eux, mettant en lumière les dernières marches à descendre que le Tellurique avait pris le temps de façonner durant la construction du bâtiment principal au-dessus de leur tête. Le duo arriva alors sur une rive, dans un canal qui ne dépassait pas les trois mètres de circonférence jusqu’au plafond de roches et de sédiments. La rive, bien sûr, d’un flot de magma rouge sombre et épais qui s’enfonçait dans les entrailles infinies du continent.

« Nous y voilà. C’est la veine la plus proche de la surface que j’ai pu trouver. Elle est, pour ainsi dire… à toi. Même si je n’ai pas de titre de propriété à te donner. Pas de raison qu’une assimilatrice de lave ne trouve pas son bonheur dans notre dojo… n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Amiko
Amiko

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Dim 3 Mai 2020 - 15:24
Les éléments du futur [Assimilateurs] Yjon




Automne 203

Cette annonce avait beau ne pas être inconnue aux oreilles de la kunoichi, elle ne pouvait pas s’empêcher d’avoir peur. Si un volcan était aussi instable que ce qu’elle ressentait, comment allaient-ils faire pour s’en sortir ? Est-ce que l'intendante avait prévu d’agir en conséquence ? Car tout volcan pouvait entrer en éruption à tout moment, surtout si celui-ci n’était pas endormi. Mais si en plus, il y avait bien cette présence dont avait parlé Fuyumi, alors l’alerte devrait être prise au sérieux. Que pouvait-elle faire ? Avec son pouvoir, aurait-elle un quelconque moyen de pouvoir limiter les dégâts ? À son triste avis, elle ne ferait qu’empirer la situation… Pourtant, il fallait agir. Et pour cela, l’amejin devait s’améliorer et maîtriser son pouvoir parfaitement. Peu importe le temps que cela devait prendre, il le fallait, il y avait bien trop de choses importantes pour ne pas se donner tous les moyens.

Ce fut un regard très sérieux et déterminé qui se plongea dans ses orbes, après s’être redressée. Il avait beau faire plusieurs têtes qu’elle, Amiko ne se laissait pas submerger par son imposante carrure et attendait de savoir ce qu’il lui voulait. Un seul signe du bras lui suffit à se reculer, comprenant qu’il allait se passer quelque chose. Son membre ne fit qu’un avec le sol avant d’en faire ce qu’il voulait. Une crevasse se créa sous ses yeux surpris. Entre curiosité et crainte, la genin se laissa se pencher en avant pour voir un immense vide qui semblait interminable. Son cœur battait fort dans sa cage thoracique, redoutant ce qu’il voulait. Une sorte d’escalier invitait les deux assimilateurs à s’engouffrer dans ce puits sans fond. Une main lui fut tendue, qu’elle hésita à prendre. Non, il ne ferait rien d’inconscient, il fallait qu’elle lui fasse confiance…

Elle accepta sa dextre, se disant que sans celle-ci, la Sakki n’aurait jamais eu le courage de défendre dans les profondeurs. Amiko ne savait durant combien de temps ils descendaient, l’impatience et la peur nourrissait son organe vital, tandis que sa main aurait pu broyer la sienne, si elle n’était pas si fine. Ses pas descendaient avec hésitation, jusqu’à voir une lueur luisant ses pupilles rosées. Engrangement, un sentiment vint parcourir son cœur et la voici comme attirée par cette lumière qui l'appelait. Étonnamment, plus ils s’en approchaient et plus la température se faisait intense et étouffante pour un simple homme. Pour la jeune femme, ce fut un spectacle admirable qui s’offrait sous ses yeux. Une artère bien présente dans les abysses terreuses, gorgées de lave qui ruisselaient et claquaient des bulles dangereuses. La rive disparaissait dans les profondeurs qu’Amiko ne pourrait se résoudre à voir un jour. C’était déjà bien trop effrayant et troublant pour elle.

Alors c’était pour elle ? Pour qu’elle puisse avoir aussi son endroit pour s’entraîner ? La genin lança un regard surprit à l’Oterashi, c’était bien la première fois qu’on lui offrait pareille chose… Elle sourit, avant de s’approcher de la lave. C’était plutôt la profondeur des lieux qui lui faisait peur que la présence de cette veine magmatique. Son visage tourna vers l’écarlate, l’incitant à regarder avant de porter son attention sur le liquide intense. Sa main droite brandie, la kunoichi se concentra pour la transformer en amas de lave et après une longue inspiration, elle la plongea dans la rivière. Surprise de cette sensation, elle ne contrôla pas vraiment ses sentiments et un jet de lave ressortit de la rivière éclaboussant les murs et le plafond. Sous la peur de ce qu’elle venait de provoquer, sa main quitta la rivière tandis qu’elle reprit forme humaine. Un mouvement de recul et son dos rencontra l’homme qui lui avait fait découvrir ce qui serait son antre.

Comment était-ce possible ? Pouvait-elle contrôler la lave environnante avec son simple contact ? Sa main se blottit contre sa poitrine, surprise de ce qu’elle était capable de faire. Yanosa était en train de transformer la jeune femme et elle ne s’imaginait pas à quel point cela aura son importance.






_________________
Les éléments du futur [Assimilateurs] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 http://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Dim 10 Mai 2020 - 17:07
L’émerveillement sur le visage d’Amiko n’avait eu d’égale que la satisfaction du Tellurique à offrir à la jeune kunoichi un endroit privilégié où s’entraîner. Cette veine souterraine représentait un danger mortel pour le commun des Hommes, et même des shinobis, et seule une poignée d’Assimilateurs eux-mêmes pouvaient se permettre une quelconque activité d’entraînement entre ces parois brutes, illuminées par le tintement naturel du magma. Pour l’heure, cet endroit serait donc l’apanage de la kunoichi, qui n’hésita d’ailleurs pas longtemps avant de s’approcher du flux continue qui creusait sa voie dans la roche. Le lit d’une rivière à la dangerosité à nulle autre pareille.

Amiko changea alors sa main en lave pour pouvoir la plonger sans heurt au coeur du courant magmatique, communiant sans doute pour la première fois avec son élément sans qu’il n’ait eu besoin d’émaner de son propre corps. Une expérience que le guerrier de pierre savait grisante pour n’importe quel Assimilateur, et qu’il était content de pouvoir offrir à la jeune femme, même si ses intentions restaient ancrées dans un élan pragmatique et pratique avant tout. L’instant suivant, une gerbe de lave jaillit du fleuve et instinctivement, Yanosa se changea intégralement en roche pour éviter d’être englouti par une soudaine montée de magma. Il comprit cependant très vite que l’événement n’avait rien de naturel et que c’était bien Amiko qui l’avait provoqué : elle-même, d’ailleurs, sembla prendre peur devant cette manifestation spontanée qui devait avoir émané de son chakra, et se replia en vitesse contre le torse rocheux de l’Oterashi.

« Héla, il n’y a pas de quoi avoir peur, Amiko » dit-il en lui empoignant les épaules avec le peu de délicatesse dont il était capable pour la faire se retourner vers le flot ininterrompu de magma.

Immergé ainsi dans son élément, le membre de la jeune femme avait de lui-même fait se propager son chakra à l’intérieur avec une étonnante facilité, une aisance propre aux Assimilateurs dont l’identité profonde se trouvait changée par cette relation avec leur élément propre.

« C’est différent de ce que tu as pu connaître jusqu’ici. Ce magma trouve sa source dans les fondements originels de la Terre, mais tu pourras y évoluer sans problème et, avec de l’entraînement, tu pourras même le faire sans y laisser toute ton énergie comme ça a pu arriver auparavant, dans le dôme. Ici, tu apprendras le contrôle, la méditation, la fusion. Tu apprendras ce que ça veut vraiment dire d’être une Assimilatrice, comme je l’ai moi-même appris. »

Étendant son bras de roche, Yanosa créa alors lentement et méthodiquement une passerelle lisse et épaisse reliant les deux parois opposées de la cavité et formant pour ainsi dire un pont entre ses deux rives.

« Les sédiments ici ont déjà été chauffés pendant des siècles, ils résisteront encore mieux que moi à tes différents essais et expérimentations. Je te sais capable de t’assimiler : il est maintenant temps que tu apprennes à lancer des jutsu précis, contrôlés. Il faudra faire preuve de beaucoup de rigueur… mais je sais que tu en es capable. Rappelle-toi bien pourquoi tu fais tout ça : garde ces émotions, ces visages, toujours en ligne de mire.

Je te laisse, Amiko
, dit-il alors en tournant les talons pour remonter par les escaliers plongés dans l’obscurité. Nous verrons comment améliorer la visibilité dans ce tunnel… En attendant, pour tes allez-retours, et bien… fais attention ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Amiko
Amiko

Les éléments du futur [Assimilateurs] Empty
Dim 10 Mai 2020 - 19:03
Les éléments du futur [Assimilateurs] Yjon




Automne 203

Savoir s’assimiler et ne faire qu’un avec son élément était une chose. Savoir maîtriser son pouvoir de manière à l’utiliser au travers d’une autre source de son élément en était un autre. Amiko était à des lieux de comprendre la totalité de ce don qui lui avait été donné, lui volant sa capacité à manipuler le sang en même temps. Mais petit à petit, grâce à ses camarades, dont elle avait enfin accepté l’aide, la jeune femme pouvait se dire qu’elle allait y arriver. Savoir se transformer totalement avait été un premier objectif atteint. Maintenant, il fallait travailler dur pour maîtriser. Le contact avec la lave avait offert une sensation très spéciale à la kunoichi qui y prenait étrangement goût. Mais sous l’émotion de l’instant, elle ne se rendit pas compte qu’elle avait usé de son magma chakratisé et que cela avait créé une réaction en chaîne. L’Oterashi n’eut pas le choix que de se protéger tandis que sous la surprise, l’amejin bondit en arrière se cognant contre une armure vivante. Deux mains se posèrent sur ses épaules, ce qui la fit sursauter encore plus, avant d’être calmée par deux pupilles perçantes. Ne pas avoir peur… C’était facile à dire pour lui, il ne venait pas de créer un geyser de lave dangereuse !

La douce tentait de reprendre sa respiration, son cœur battait à la chamade sous l’angoisse d’avoir fait une grosse bêtise. Ce phénomène était nouveau pour l’amejin qui fut aiguillée rapidement par le pugiliste. Il lui expliqua qu’elle pourra puiser son pouvoir d’une source externe, tant qu’elle était à son contact. Apprendre ce qu’était être une vraie assimilatrice ? Son regard se mit à briller intensément, d’une sorte d’espoir ou de motivation soudaine. Apprendre, oui, c’était tout ce qu’elle voulait, pour protéger les siens. Grâce à son pouvoir, il érigea une passerelle entre les deux parois de sa salle d’entraînement, son cocon, sûrement un lien où elle se rendra souvent. Amiko était toujours admirative devant les démonstrations du pugiliste qui était si à l’aise avec son assimilation qu’elle l’enviait. Maintenant qu’elle savait faire la base, il fallait se montrer plus technique et plus maîtrisé. De l’entraînement, de la pratique, de l’énergie épuisée, il allait en falloir, mais c’était important pour arriver à ce qu’il était capable de faire. La Sakki ne pouvait ignorer la petite boule qui était dans son ventre, mais elle avait espoir et c’était ce qui comptait, elle n’oublierait jamais les visages qui la poussaient à se surpasser.

Le jeune homme coupa alors la conversation et s’en alla vers la surface de la terre. Elle hocha de la tête et s’inclina pour le remercier de toute son aide. Elle réfléchira à une manière de rendre l’accès des escaliers jusqu’en haut ou inversement, plus visible. En attendant, la kunoichi monta sur le pont qui était déjà bien chaud, mais supportable. Elle se pencha pour observer le magma chanter et danser, se laissant hypnotiser par celle-ci. La brune s’y perdit durant quelques minutes avant de réfléchir à ce qu’elle pourrait faire.

La jeune femme resta ici durant une heure sans pour autant s'atteler à la pratique, mais pour se faire à ces lieux. Elle sentait que sa peau dégoulinant de sueur et que son souffle se faisait plus saccadé. Il y avait de bons points comme des moins bons. Il faudra qu’elle travaille cela aussi la prochaine fois qu’elle y retournera. Mais c’était le début d’un épanouissement certain.





_________________
Les éléments du futur [Assimilateurs] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 http://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099

Les éléments du futur [Assimilateurs]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: