Soutenez le forum !
1234
Partagez

Quand l'arc croise le sabre | Saji

Imekanu
Imekanu

Quand l'arc croise le sabre | Saji Empty
Ven 27 Mar 2020 - 8:50

Quand l'arc croise le sabre | Saji Jsf1



Le “clac” avait raisonné dans le centre du paisible habitat de l’Urumie. Entre ses mains, la corde qui était reliée aux deux extrémités de son arc. Horrifiée, la kunoichi ouvrit la bouche en grand avant de poser sa main sur celle-ci. Main droite avec la ficelle brisée et l’arc à la main, Imekanu tourna en rond en sautillant devant sa cabane, paniquée. Elle termina de se calmer et inspira un grand coup, elle n’avait plus de stock en réserve et allait donc devoir trouver de l’équipement de qualité dans ce village. En avaient-ils d’aussi résistants que ceux tissés par les Urumis ? Elle en doutait, mais elle n’avait pas le choix. Essuyant la petite larme qui parlait du coin de l’œil, la brune câlina son arc avant de quitter les lieux avec la ferme intention de trouver ce qu’elle cherchait.

Le premier endroit auquel elle pensa, fut celui où elle avait trouvé son équipement shinobi. C’était un marché assez grand qui regroupait plusieurs marchands, peut-être qu’ils auront ce dont elle recherchait… Pas ce vil manipulateur qu’elle avait rencontré en tout cas, qui avait tenté de l’arnaquer sans vergogne ! Il lui fallut de longues minutes pour arriver sur place. Vivre en retrait avait ses avantages et ses inconvénients, mais cela lui permettait de communiquer avec la nature et avec les animaux qu’elle rencontrait, priant pour les kamuys afin qu’ils protègent la faune qui résidait dans les rues de la brume.

L’activité des rues bondées atteignit les oreilles aguerries de la traqueuse qui commençait à se sentir moins à l’aise. Gardant son arc contre elle, la jeune femme arpentait les lieux avec un regard océanique attentif. Des coups d’épaule la bousculaient de temps en temps, elle préféra ignorer les râleries des passants. Plusieurs fois, la douce tomba sur un vendeur qui possédait des cordes pour arc, mais cela ne lui plaisait pas et elles ne semblaient pas résistantes. Son côté difficile et expert faisaient soupirer les marchands, la dardant, acide. Imekanu ne se laissa pas démonter et continua sa route à travers les allées bondées.

Il y en avait partout et pour tous les goûts et contrairement à son cher Shitekka, la jeune femme n’était pas contre de découvrir la gastronomie Kirijine. Au contraire, cela lui permettait de mélanger les deux coutumes pour réaliser des plats plus que délicieux, aux saveurs nostalgiques et innovantes. Ce ne fut donc pas compliqué pour elle de s’arrêter à un stand dont les fumées enivrantes chatouillaient ses narines d’experte. Humant le parfum sous les yeux curieux de l’homme face à elle, elle posa ensuite un regard précis sur les mets proposés, une main sur ses lèvres. Décidée, l’Urumie pointa du doigt ces petites boules qui semblaient recouvrir quelque chose de délicieux. Avec des gestes habiles, le cuisinier retourna les boulettes avec des baguettes offrant une couleur dorée et appétissante à la native du Mata kotan. Il en mit plusieurs dans une boîte avant de les recouvrir de sauce et de piquer les dix boulettes.

Trop excitée à l’idée de goûter le tout, la chasseuse lui tendit un billet aléatoire de sa sacoche, bien au-dessus du prix ordonné avant de saluer le marchand complètement médusé. Ignorant tout ce qu’il se passait autour d’elle, Imekanu se plongeait dans sa petite bulle et salivait sur les mets dans sa main droite. Elle s’éloigna des lieux sans vraiment savoir où ça allait la mener, avant de s’arrêter et de prendre une pique et de gober la boulette. Ses joues gonflées et rosées étaient le signe d’un régal certain. Un son de satisfaction résonna dans sa bouche, tandis qu’elle avançait dans les rues en souriant niaisement.

Lorsqu’elle s’engouffra un peu plus vers l’est, la genin commença à se rendre compte qu’elle ne savait pas où elle était, et que tout était devenu plus calme. La jeune femme approcha alors, curieuse de découvrir ce qui siégeait ici. On aurait dit un quartier spécial à l’écart de tout. Une seule personne, assez impressionnante, trônait face à elle, semblant garder l’entrée de ce lieu intriguant. Cela lui rappelait certains bâtiments qu’elle avait aperçus, mais jamais elle ne s’était rendue aussi loin. Peut-être que ce sisam pourra l’aider. La bouche garnie de son petit caprice, elle approcha alors et s’arrêta devant lui, avant de tourner la tête pour essayer de voir ce qu’il y avait derrière.

Celui-ci la toisa interloqué, et se plaça devant elle, croisant les bras et la surplombant de toute sa taille. Son regard innocent et magnifique se posa sur celui plus dur de l’inconnu, qui ne semblait pas vouloir la laisser passer.


« Eche que che peux pacher monchieur ? Chest quoi ichi ? »

Le baraqué semblait s’étouffer légèrement devant autant de crédulité et d'insouciance.

« Tu es au Grand Dojo des Sabreurs, petite. Si tu es venue en touriste, tu peux repartir tout de suite. Ici, nous recevons les kirijins qui veulent s’entraîner ou rencontrer un sabreur ! »

Imekanu termina sa dernière bouchée et attendit de l’avaler tout en assimilant ce qu’il venait de lui dire.

« Un dojo ? Un sabreur ? C’est quoi ? Est-ce qu’il y a des arcs ? »

« Mais tu viens d’où pour ne pas connaître le clan des sabreurs ? Ceux qui manipulent les sabres qui ont des pouvoirs ? Je ne suis pas là pour écouter ce genre de blague ! C’est un lieu où le respect est important. »

« Mais monsieur, j’ai besoin d’aide pour mon arc ! » Lui dit-elle en tendant celui-ci d’une main. « En plus, je suis genin de Kiri et je respecte les dojos et je sais me battre!

« Il est bizarre ton arc, il lui manque une corde en plus ! Ne me fais pas rire !

Imekanu fit gonfler ses joues et prit une moue boudeuse avant de se déplacer sur le côté pour essayer de passer dans l’ouverture qu’il avait laissée. Mais il eut le réflexe de l’attraper par la cape et de la soulever très facilement. Ses pieds se balancèrent dans tous les sens, se débattant au possible. Elle plaça son arc entre ses dents et attrape des flèches qu’elle tenta de lui lancer, partant dans tous les sens.

« Mais yachez-moi ! ye yeux ye y’aide ! Oh yekouuur !



Spoiler:
 

_________________
Quand l'arc croise le sabre | Saji Imeka
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 http://www.ascentofshinobi.com/u914
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Quand l'arc croise le sabre | Saji Empty
Mar 7 Avr 2020 - 10:50
Le sabreur avait l’habitude des rencontres insolites au Grand Dojo, entre les cailleras qui prenaient un malin plaisir à détruire un lieu d’entraînement ouvert au public et les genins gonflés d’adrénaline ne pensant qu’à se livrer à des combats à mort dans les salles consacrées à l’entraînement. Le chef de clan depuis presque un an à présent ne s’étonne plus de devoir rappeler à l’ordre les plus déviants des apprentis shinobis, et leur rappeler qu’ils vivent au sein d’une cité militaire… d’où la construction du Complexe ayant pour but d’inculquer aux plus débutants comme aux expérimentés des principes qui font la force des shinobis de la Brume, leur armée.

Son rôle en tant que chef de clan était d’instruire, alors que son rôle d’Ombre l’amenait à prendre des décisions, gérer les affaires du village et les missions. Il n’y avait pas une journée sans que le Nobuatsu n’ait un moment tout à fait libre pour se reposer… Et malgré tout, il n’y avait aucun regret dans son esprit, pas une once d’amertume.

En cette rude matinée, il avait comme à l’accoutumée fait un rapide détour par son bureau de Mizukage avant de se rendre au Grand Dojo dans le but d’y chercher des documents importants qu’il avait laissé dans son bureau de chef de clan, les allers et venues entre ces deux lieux étaient très fréquents, beaucoup trop fréquents pour qu’il ne finisse pas par se lasser de ce mouvement pendulaire quotidien. Métronomie rapidement brisée par une altercation inopinée entre le Gardien et un visiteur trois fois plus petit que lui…

Une petite fille en tenue traditionnelle qui lui évoquait quelque chose, sans qu’il ne parvienne à mettre le doigt dessus. Une fille qui ? Un intrus qui a tenté d’infiltrer le dojo en escaladant les murs? Des situations assez récurrentes qui pourraient expliquer la scène qui se produit devant lui.

Mais jamais n’avait-il été témoin d’une fille tenant dans sa main des boulettes de takoyaki en train de crier à l’aide la bouche pleine, alors que le Gardien la tenait par le bout de la cape comme une souris qu’on tiendrait par la queue, la fillette agitait ses bras et ses jambes dans le vide, autant que faire se peut pour s’extraire du piège. Mais rien n’y fait, le protecteur des lieux ne la lâche pas. Le Nobuatsu fut assez surpris du comique de la scène et réagit immédiatement en alpaguant son confrère afin de mettre un terme au spectacle, alors que des passants s'agglutinaient tout autour..

Que… MAIS QUE FAIS-TU AVEC CETTE PAUVRE FILLE? REPOSE-LA!

Que le Gardien passe à tabac des aspirants Sabreurs passe encore, mais qu’il s’amuse à martyriser une petite fille… non c’était inacceptable. Saji arrive alors à la hauteur de l’inconnue en ramassant les flèches tombés au sol qu’elle tentait vainement de lancer sur le grand homme en pensant pouvoir le blesser, il les tendit à l’archère afin qu’elle les remette dans son carquois et qu’elle reprenne ses esprits… ainsi pourra-t-il savoir ce qui l’amène ici si son motif n’est pas de s’entraîner ou rejoindre les Sabreurs? Il lui demande alors:

Pourquoi cherches-tu à entrer au Grand Dojo? Tu cherches quelqu’un?

Il cherche du regard les parents de la petite mais ne voit personne. Il patiente pendant que son interlocuteur finisse de mastiquer ses boules de takoyaki, si elle ne les a pas déjà avalé par accident au milieu de l’altercation.

_________________
Quand l'arc croise le sabre | Saji Sajisi12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Imekanu
Imekanu

Quand l'arc croise le sabre | Saji Empty
Jeu 16 Avr 2020 - 12:59

Quand l'arc croise le sabre | Saji Jsf1



La guerrière Urumie donnait toute son énergie pour se détacher de la force brute qui la tenait par la cape. Pourquoi ne voulait-il pas la laisser entrer ? Elle était elle aussi shinobi de la brume non ? Quel irrespect ! Les flèches volèrent dans tous les sens, le loupant bien évidemment. C’était compliqué avec une main prise par les boulettes délicieuses. Une présence fut une irruption dans l’altercation et stoppa tout ce qu’il se passait. Imekanu n’avait même pas remarqué que des passants s’étaient accrochés en entendant tout le vacarme. Un petit oups passa à travers sa bouche pleine. Ah ! Son sauveur venait la retirer des griffes de cette brute !

L’homme la lâcha sans rechigner et resta silencieux, non sans lancer un regard noir vers la jeune femme. Celle-ci lui fit un grand sourire et un signe de la main. L’Urumie pouvait se concentrer sur la présence et posa une œillade océanique sur une ombre. Littéralement. Il était masqué et avait une tenue aussi sombre qu’une nuit sans étoile. Plus elle le regardait et plus cette silhouette lui disait quelque chose. Il avait cette aura, puissante et intense mais mystérieuse. L’homme masqué ramassa ses flèches, tandis qu’elle le regardait faire interdite. Puis son doigt se posa sur lui, et son regard azur s’écarquilla, le laissant avec ses flèches dans ses mains.

La traqueuse termina sa bouchée et avala celle-ci avant de prendre la parole.


« Eh, je vous reconnais vous ! Mais je ne sais plus où je vous ai vu… Merci de m’avoir sauvée de cet ours, j’ai cru qu’il allait me manger… Tenez, vous en voulez ? C’est très bon ! »

La douce lui sourit de toutes ses dents avant de porter son attention sur ses projectiles. De sa main libre, elle les prenait une à une et les rangeait.

« Je cherche un endroit qui fabrique de bonnes cordes pour mon arc, la mienne s’est brisée. Puis je me suis perdue et je suis arrivée ici. Je voulais entrer pour voir s’il y avait des arcs et le monsieur n’a pas voulu, donc j’ai essayé de passer. Je ne comprends pas, je suis shinobi aussi, pourquoi je ne pourrais pas venir ?»

Imekanu croisa les bras et bouda devant l’homme face à elle. Elle qui ne voulait simplement que trouver une maudite corde pour pouvoir tirer des flèches. La voilà au milieu d’un monde qu’elle ne connaissait pas, celui d’un clan de Sabreurs dont leur pouvoir dépassait son imagination.

« C’est quoi les sabreurs ? Est-ce que vous en êtes un ? Et pourquoi vous cachez votre tête ? Est-ce que vous pouvez m’aider ?»

La ribambelle de questions fusa au travers de ses lèvres rosées, elle avait tellement à découvrir et à comprendre qu’elle ne pouvait se retenir. La chasseuse leva son visage et essaya de chercher sur le sien, un moyen de voir ses yeux, mais rien. Elle était curieuse que son sauveur ait un accoutrement pareil, il était encore plus bizarre qu’elle !


_________________
Quand l'arc croise le sabre | Saji Imeka


Dernière édition par Imekanu le Ven 1 Mai 2020 - 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 http://www.ascentofshinobi.com/u914
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Quand l'arc croise le sabre | Saji Empty
Mar 21 Avr 2020 - 9:09
Lui demandant la raison de sa venue devant l’antre du Grand Dojo qui était aussi bien surveillé par le Gardien en raison du fait qu’il s’agissait aussi du domaine clanique des épéistes de la Brume, l’homme masqué était relativement intrigué que la jeune fille ne sache même pas où elle se trouve, à croire qu’elle venait d’arriver à Kiri. Elle portait des vêtements étranges qui lui faisaient penser aux habits de Shitekka, le kamimp… kabimp… il ne sait même plus si le nom commençait par ça ou s’il s’agit de noms qu’il vient d’inventer. Il lui re-posera la question la prochaine fois qu’il se verront.

La jeunotte aux pupilles céruléennes remercia le sabreur de son intervention auprès du Gardien qui venait de le sauver d’une situation à la fois embarrassante pour elle mais aussi pour le nom des épéistes de la Brume, vu le spectacle que cela avait généré devant leur domaine. Les passants furent rapidement invités à vaquer à leurs occupations, et la vie reprit son cours. Elle proposa en récompense de l’effort de son sauveur masqué, des boulettes de takoyaki qui lui rappelaient étrangement ceux qu’il avait pris en compagnie d’Akane lors d’un marché de nuit. Un souvenir qui restera jamais ancré en lui comme l’un des meilleurs moments de sa vie.

Il refusa poliment la proposition, de la fille qui semblait avoir bien récupéré de cette altercation, au point que toute son attention était focalisée sur son casse-croûte et l’homme face à elle. Elle engloutissait chaque bouchée comme si de rien n’était et ne semblait pas préoccupée par ce qui venait de se passer avec le Gardien. Elle n’avait qu’une envie apparemment, et c’était la raison pour laquelle elle était venue jusqu’ici en pensant que les Sabreurs pourraient lui proposer une solution: son arc était cassé.

Un temps de silence pendant lequel le Nobuatsu se demandait si elle était sérieuse ou non, en tentant de scruter son visage qui changeait au gré de sa mastication. Non, elle était on ne peut plus sérieuse.

Je pense que c’est plutôt un magasin d’archerie, ou une boutique d’armes shinobi que tu cherches. Ils doivent offrir des services d’entretien ou de réparation.

A vrai dire il n’en savait trop rien, il ne possédait pas d’arc mais il supposait qu’une telle chose existait dans le village… Il s’en voudrait de laisser la fille se perdre sur une fausse piste et qu’elle rencontre des personnes aux moins bonnes intentions que lui, c’est pourquoi il fit l’effort d’examiner l’arc et réfléchit à un moyen de résoudre son problème, si tant est que celui-ci ne lui prenait pas trop longtemps en raison de son agenda assez chargé.

Laisse-moi regarder.

Qu’elle accepta ou non de lui confier son arc, il prit la peine de répondre à ses questions.

Tu es devant le Grand Dojo, le quartier général des Sabreurs. Nous ouvrons le dojo aux personnes étrangères au clan à condition qu’elles viennent pour s’entraîner. Ce qui n’était manifestement pas ton cas. Les Sabreurs sont une confrérie d’épéistes, au-delà des sept épéistes d’élite qui font le renom du clan, nous acceptons aussi des initiés souhaitant apprendre le kenjutsu et aspirant à maîtriser une des lames légendaires.

Les explications terminées - il éluda la question sur son masque, il proposa à la genin de le suivre à l’intérieur du domaine, le Gardien les laissa passer en se mettant sur le côté.

Par ici.

Ils entrèrent tous deux à l’intérieur, traversant la cour extérieure où s’entraînaient quelques apprentis, avant de pénétrer le Grand Hall où certains d’entre eux saluèrent le chef de clan. Ce dernier prit le chemin d’un placard à balais où ils stockaient certains matériels d’entretien, notamment des pierres servant à polir ou à nettoyer les lames. Des outils ninja, des fils, des bandages. Il ne trouvait malheureusement pas de cordes d’arc. Voilà quelque chose dont ils ne se servaient pas souvent, peut-être qu’ils n’en avaient plus. Il prit la direction de son bureau et croisa quelques apprentis en leur demandant s’ils avaient vu un certain “Inugami”, ceux-ci secouèrent la tête.

Dites-lui de venir me voir à mon bureau.

Ainsi ils se rendirent dans le bureau du chef de clan, une pièce sobrement meublée et présentant des présentoirs avec des épées dans leur fourreau, des calligraphies sur lesquels on pouvait lire des préceptes du Bushido.

Je connais quelqu’un qui pourra peut-être t’aider. Tu peux patienter ici en attendant.

Il profitait de cet intermède pour chercher les papiers pour lesquels il était initialement venu, avant qu’il ne retourne à son bureau de Mizukage.

_________________
Quand l'arc croise le sabre | Saji Sajisi12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Imekanu
Imekanu

Quand l'arc croise le sabre | Saji Empty
Ven 1 Mai 2020 - 12:52

Quand l'arc croise le sabre | Saji Jsf1



Après avoir refusé la proposition de l’urumie, reconnaissante de lui avoir porté secours, celle-ci haussa des épaules et se contenta de terminer le reste des boulettes qui lui faisaient l’œil. Elle faisait comme si rien ne venait de se passer, inconsciente et sachant très bien qu’elle avait sûrement trop insisté. Tout simplement parce qu’elle avait autre chose en tête et que peut-être que cet homme saura l’aider. Étant donné qu’elle n’avait pas trouvé chaussure à son pied, peut-être que ce dojo saura regorger de matériel de qualité. Ses saphirs fixaient l’homme masqué sans trahir d’un quelconque sentiment sur son visage innocent. Elle était très sérieuse et attendait que le ténébreux lui réponde. Sa réponse était un peu décevante en sachant qu’elle avait déjà fait le tour des magasins et qu’aucun ne l’avaient satisfaites. Une petite moue se dessina sur son minois, tandis qu’elle croisait les bras. Avalant sa bouchée, elle prit la parole, ennuyée.

« Les cordes de mon Kotan sont d’une qualité bien supérieure à ce que proposent ces marchands. Je ne peux me permettre de prendre le risque que la corde cède, comment je pourrais protéger le Saroruncasi et le pays inon ? »

Non, il fallait qu’elle soit le plus optimisé possible pour pouvoir utiliser son arme et ce qu’elle avait appris pour son prochain. Enfin, l’ombre semblait ne pas trop en connaître sur les arcs, c’était bien sa veine… Pourtant, son doigt lui disait qu’il souhaitait l’aider. Puis, il lui disait vraiment quelque chose… Sa main lui tendit l’arme en question. Sur le bois résistant, pouvaient être remarqués des gravures urumies qu’elle seule pouvait comprendre. Un vrai outil de chasse qui ne l’avait que rarement déçue. Pendant le laps de temps où il observait son partenaire de chasse, l’homme lui expliqua, comme le gardien, qu’elle était dans le quartier général des Sabreurs. Sa bouche s’ouvrit en rond, comprenant alors mieux la réaction du protecteur de l’entrée de ce Grand Dojo. Apprendre à maîtriser le Kenjutsu et leurs armes légendaires, de ce que Mafuyu avait pu lui dire, il s’agissait de l’art de maîtriser le katana, ce qu’elle ne savait bien faire…

« Je vois… C’est peut-être de ma faute alors si j’ai joué avec les nerfs du gardien… Hm… Vous acceptez la lame d’entrer dans ces lieux sacrés, mais est-ce que l’arc y est aussi le bienvenu ? Je pourrais peut-être apprendre moi aussi ? »

Imekanu ne demandait que cela, de pouvoir mieux comprendre ce village et ses coutumes. Les shinobis possédaient des dons assez divers et uniques, comment comprendre ce monde qui l’entourait sans les comprendre eux ? Son instinct lui disait que dans cet endroit, elle saura. L’archère ne remarqua pas qu’il ne lui répondit pas pour son masque et se contenta de le suivre. En passant à côté du gardien, elle lui lança un regard amusé avant de sourire de toutes ses dents et de lui tendre une brochette qu’il ne put refuser, par son geste assez brusque et inattendu. Même s’il n’en voulait pas, le voilà embarrassé d’un met entre ses doigts. Pour ne pas lui laisser le temps de répondre, Imekanu sautilla vers son guide masqué pour le rattraper.

À ce moment-là, l’azurite oublia tout pour se concentrer sur ce lieu qui l'accueillait humblement. Au centre de la cour extérieure, des combattants s’entraînaient en croisant le fer et certains d’entre eux s’arrêtèrent pour saluer l’homme qui l’accompagnait. Petit à petit, ses souvenirs se remettaient en place, mais le doute persistait, si c’était ce qu’elle pensait, la gêne sera au rendez-vous. Timidement, elle le suivit dans son ombre et le laissa chercher ce qu’elle demandait. En croisant d’autres apprentis, il leur demande de faire venir un certain “Inugami” dans son bureau. Avant d’entrer au bureau, Imekanu eut un semblant de lucidité et le pointa du doigt.


« Saji ! Du festival ! Je me souviens ! C’est vous ! Je me souviens, Shitekka vous avait regardé différemment que les autres, je me demande bien pourquoi...»

Cet événement avait rassemblé beaucoup de monde, sa main posée sur son menton, elle faisait mine de réfléchir. Son précieux brun ne lui en avait pas parlé plus que ça. Pourtant, le mystérieux maître des lieux avait une place importante au sein de Kiri, mais elle ne savait plus laquelle… Arrivés dans le bureau, Imekanu fut tout de suite attirée par des calligraphies qu’elle ne comprenait pas. À sa demande, la jeune femme patienta alors, le laisser vaquer à ses occupations. Lorsqu’elle le croisa de nouveau, elle l’observa avant de pointer du doigt ce qu’il y avait écrit sur le présentoir.

« Qu’est-ce qu’il y a écrit ? »


_________________
Quand l'arc croise le sabre | Saji Imeka
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 http://www.ascentofshinobi.com/u914
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Quand l'arc croise le sabre | Saji Empty
Dim 3 Mai 2020 - 14:37
Avant que les deux n’entres dans le bureau, un éclair semblait avoir frappé l’esprit de la jeune Imekanu qui se rappela “presque” de l’identité de l’homme face à lui… Celui-ci ne s’en offusqua pas - il en était même amusé à vrai dire, et se contenta de lui dire “Saji du festival, c’est bien cela” mais l’information qu’il releva par-dessus tout, était le fait qu’elle connaissait Kaguya Shitekka. Il eut à son tour une révélation en comprenant pourquoi les vêtements de son interlocutrice lui disaient quelque chose, après tout elle avait cet air… différent qui caractérise les Urumis. Elle devait faire partie de cette tribu, puisqu’elle a mentionné plus tôt son “kotan”, le nom qui désigne leur foyer… de mémoire.

Confinés dans le bureau du chef de clan qui fouillait ses affaires à la recherche du document qui lui manquait avant de retourner à son simulacre de Palais, un long silence s’ensuivit pendant lequel son invitée tentait de combler l’attente en observant ses alentours, jusqu’à ce que son regard fut visiblement happé par le présentoir d’une des épées sur l’étagère la plus haute.

Il y est écrit: un bon sabre est celui laissé dans son fourreau. Un des préceptes les plus chers à ma famille, nous n’utilisons la force que lorsque nous n’avons plus d’autre recours, et jamais comme un moyen pour parvenir à ses fins. La violence nourrit l’orgueil et crée la discorde, là où la voie de la paix est l’opportunité de faire entendre raison à son ennemi.

Sans lever le regard de ses classeurs, il répétait le précepte samouraï gravé en kanjis sur une plaque en or sur le socle de bois, inutile de le lire puisqu’il le connaissait par coeur. Il tira enfin une feuille d’un tas de papiers qu’il enroula et scella avec soin à l’aide d’un ruban de tissu posé sur sa table. Il s’asseya alors à son bureau en invitant son invitée à s’installer sur une des chaises face à elle.

Il reprit la conversation, quelque peu intrigué par le fait qu’il y ait d’autres Urumis que Shitekka à Kiri. Avait-il invité des gens de sa tribu à le rejoindre? Il doute que la Cité de la brume soit vraiment attractive pour un peuple accoutumé à vivre dans la nature et à chasser dans les forêts. C’est qu’elle devait avoir un but précis.

Tu es donc une amie de Shitekka. Vous vous connaissez depuis longtemps?

Quiconque était en bons termes avec son ancien élève était naturellement vu d’un bon oeil par Saji, et à partir du moment où ce dernier réalisé que son interlocutrice était du même Kotan que le balafré, aucun doute qu’elle devait se sentir aussi perdue que son semblable à ses débuts dans un environnement aussi vaste et animé. D’où sa rencontre peu fortuite avec le Gardien, elle ignorait tout du domaine des Sabreurs ou ignorait même la notion de privé qui régissait certains quartiers du village.

Ton arc, cela fait longtemps que tu t’en sers? Tu as l’air d’y tenir beaucoup.

_________________
Quand l'arc croise le sabre | Saji Sajisi12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Imekanu
Imekanu

Quand l'arc croise le sabre | Saji Empty
Ven 22 Mai 2020 - 9:41

Quand l'arc croise le sabre | Saji Jsf1



Imekanu écouta attentivement la traduction de ces mots qu’elle ne comprenait pas. Son regard azuré se posa sur le mystérieux homme masqué, qui ne l’était pas tant que ça tout compte fait. “Un bon sabre est celui laissé dans son fourreau” ? La jeune femme haussa d’un sourcil, ne comprenant pas vraiment ce que cela signifiait. Jusqu’à ce que Saji explique qu’on pouvait résoudre des choses sans être obligé d’utiliser la force. C’étaient là de belles paroles que lui contait le Nobuatsu, au point où Imekanu se sentit concernée par ses mots. Les Urumis avaient pour nature de ne jamais tuer un homme, une vie, une âme était trop précieuse pour cela. La seule fois où sa tribu avait pris une vie, ce fut lorsqu’ils furent attaqué par ce prisonnier arrivé par la mer. Celui-ci avait attaqué les siens et avaient tué des chasseurs de la troupe. Ils n’eurent d’autre choix que de s’unir dans cette épreuve pour arrêter cet homme. De nombreuses prières et offrandes s’en suivirent, pour se faire pardonner d’avoir pris la vie de cet homme qui ne leur avait pas laissé le choix. La traqueuse hocha positivement de la tête et sourit doucement.

« Bien que je ne sache pas lire cet écrit, il rejoint beaucoup les valeurs des urumis. J’apprécie cela, et c’est très beau. »

Penchée en avant, la dorure de la plaque se reflétait dans ses pupilles océaniques. Son attention se dirigea alors sur son hôte qui l’invita à s’installer, ce qu’elle fit en le remerciant. Sa petite taille était telle qu’on pourrait la considérer comme un enfant, et pourtant, lorsqu’elle retira sa cape de fourrure, on lisait sur son corps des formes. Timides et camouflée par le kimono, mais présentes. Mais cela ne la dérangeait pas, le tatouage labial prouvait de sa maturité et même si ses pieds touchaient le sol de peu, elle était fière de ce qu’elle était. La mention de Shitekka surprit l’enfant du mata kotan, ses joues se coloraient doucement, trahissant de la relation assez spéciale qu’elle avait avec le jeune balafré.

« Eh bien… Oui si l’on peut dire, des aaamis… Cela fait quelques mois que nous nous connaissons, nous nous sommes rencontrés par hasard vers l’endroit où je vis. Ce fut une très grande surprise, mais la plus belle qu’il soit, de savoir que l’un des miens est ici. Mon kotan me manque beaucoup et sa présence est un baume au cœur. Comment l'avez-vous connu ? »

La traqueuse sourit doucement avant d’imaginer le regard d’orbe du Kaguya, celui qui l’observait différemment des autres, son rayon de soleil mais aussi celui qui l’avait poussée à se surpasser, en dehors de ses motivations premières qui étaient de devenir plus forte pour Saroruncasi. Enfin, il l’a questionna sur son arc, son compagnon de toujours, celui qui ne l’avait jamais trahie. Sauf peut-être aujourd’hui, en se brisant aussi tristement.

« C’est Yukaminu ! » Dit-elle en le brandissant fièrement.« Je m’en sers depuis que je suis enfant, il m’a accompagné dans toutes mes chasses, mes échecs, mes réussites. J’ai même décidé d’utiliser le ramat, le chakra qui est venu en moi il y a quelques mois pour m’en servir pour mes tirs. J’y tiens beaucoup oui, mais c’est surtout que je peux l’utiliser maintenant pour devenir plus forte et protéger mon peuple. Et vous, vous maniez le sabre qui vous donne un pouvoir, si je comprends bien ? Que représente-t-il pour vous, Saji ?»

Une personne qui voyait par la paix était une bonne personne, cela l'encourageait à vouloir en savoir plus sur lui. D'autant plus qu'il semblait bien connaître son tendre Shitekka.


_________________
Quand l'arc croise le sabre | Saji Imeka
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 http://www.ascentofshinobi.com/u914
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Quand l'arc croise le sabre | Saji Empty
Dim 31 Mai 2020 - 16:43
Quelle coïncidence que de tomber sur une amie de son ancien disciple et ami Shitekka, il souriait à l’évidence des traits de ressemblance qu’il avait souligné depuis l’instant où il a posé ses yeux sur la fille. De sa tenue de fourrure très marquée, son goût pour la chasse, ses problèmes avec le langage qu’elle maîtrisait à vrai dire encore mieux que le balafré à ses débuts, le sens de l’orientation d’Imekanu lui rappelait à quel point l’aborigène avait aussi l’air perdu quand il n’était encore que genin.

Peu étonnant, quand on sait que leur peuple est plutôt accoutumé à vivre dans de grands espaces, et de communier avec la nature, s’adonner à la chasse… Tant de choses qui contrastent avec la vie citadine où les produits s’achètent dans les boutiques et au marché, et le fait qu’il fallait passer par une monnaie d’échange pour acheter ces choses mise à disposition. Ah, la civilisation.

Il acquiesça avec plaisir aux mots de son invitée qui semblait se reconnaître dans les mots du précepte qui dictait la philosophie de la famille Nobuatsu. Une ligne de conduite qui pouvait être considérée comme trop passéiste, ancrée dans les valeurs du Bushido alors que sa famille était une lignée de forgerons. C’est justement grâce à l’inspiration de ces préceptes qui permit à son père de si bien connaître ses clients et leur offrir les épées résonant parfaitement avec leur sensibilité.

Après avoir été questionnée sur sa relation avec le balafré, elle se définissait effectivement comme amie, bien que sa gestuelle trahissait peut-être davantage, le Nobuatsu se disait que le destin faisait parfois bien les choses. Deux Urumis qui se retrouvent si loin de leur kotan, cela tissait forcément des liens. Quand l’archère lui posa une question sur sa rencontre avec Shitekka, il ne savait pas vraiment par où commencer, tant le récit pouvait paraître improbable mais il finit par obtempérer.

Nous avons fait connaissance dans un parloir de riichi… Une maison de jeu. Nous avons rejoint la même partie mais des personnes peu recommandables disons ont fini par s’énerver d’avoir perdu et accusaient Shitekka de tricher. Il a dû s’enfuir et je l’ai aidé à semer les assaillants. Puis nous avons pris un verre au Cheval Aq…

Il valait peut-être mieux dans l’intérêt de son comparse qu’elle ne soit pas au courant des établissements un peu olé olé qu’il pourrait fréquenter (ce qui lui avait valu le courroux d’Akane dans le passé), quoiqu’il vient de révéler qu’il jouait à des jeux d’argent dans des lieux pas nets… fréquentés par des yakuza. En avait-il déjà trop dit? Il préféra éluder la partie de l’histoire où Shitekka était bourré comme un coing.

On a pris un verre et on a fait connaissance, c’est là qu’il est devenu mon élève et moi son senseï. Pour lui apprendre à lire et à écrire, apprendre certaines techniques ninja. Mais il a rapidement su apprendre le reste par lui-même en autodidacte. On est restés amis depuis. D’ailleurs je suis sûr qu’avec son niveau actuel il pourrait t’enseigner l’écriture, à moins que ce soit déjà le cas.

Elle répondit à l’interrogation de Saji sur l’arc qu’elle brandit non sans fierté puisque l’arme était de belle facture en plus d’avoir été un objet dont elle ne se séparait jamais. Ce qui n’était pas sans rappeler qu’il accordait la même valeur à sa propre épée qui l’accompagnait où qu’il aille. Il délogea l’épée de son dos, toujours dans son fourreau et le plaça à l’horizontale sur ses doigts pour lui montrer la beauté de l’artisanat.

C’est l’arme qui m’a été léguée par mon maître. Elle représente la confiance qu’il avait en moi, et le fait qu’il m’ait accepté comme un digne héritier de son enseignement... Et toi? Qui t’a appris le tir à l’arc?

_________________
Quand l'arc croise le sabre | Saji Sajisi12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Quand l'arc croise le sabre | Saji

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: