Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Préparation à l'épreuve des lames [PV Nô]

Seishin Kenryôku
Seishin Kenryôku

Préparation à l'épreuve des lames [PV Nô] Empty
Jeu 2 Avr 2020 - 16:09
Des bruits de bois qui s'entrechoquent résonnent dans le Grand Dojo dans lequel je me trouve. Une odeur de sueur, des cris de douleurs et d'efforts et l'écho des corps qui tombent sur les tatamis sont la preuve que je me trouve au bon endroit : Le Grand Dojo. Je n'étais pas ici pour m'entraîner : c'était un jour OFF au vue de l'épreuve des lames qui aurait lieu dans quelques jours. Il me fallait du repos physique et mental. La méditation me permettait de me recentrer sur moi-même, et observer les confrères Shinobi s'entrainer me donnait la capacité de visualiser différents combos que je pourrais réaliser en situation réelle.

La visualisation... Une méthode complètement sous côté mais qui permet toutefois de progresser... Encore faut-il l'utiliser à bon escient et d'une façon correct pour qu'elle soit efficace... Peut-être qu'un jour j'aurais la possibilité d'apprendre cette méthode à un de mes élèves ? En aurais-je seulement un jour ? Avais-je réellement l'envie d'en avoir ? Pour le moment, bien que l'idée était présente, je préférais ne pas me faire d'idée. A l'heure actuelle, un seul objectif : mon propre potentiel ! Une fois que celui-ci sera suffisamment exploité, et exploitable, alors je me donnerais la possibilité d'être un modèle pour la descendance du village.

D'un geste réflexe, mon visage se déplaça sur la gauche. Un projectile en bois était à deux doigts de m'entailler le front et potentiellement m'assommer. Il s'éclata contre le mur derrière moi tandis que le combattant sur le tatami me fit un signe en guise d'excuse. J'hochais la tête pour signaler que cela n'était pas grave. Après tout, j'étais dans un Dojo, et dans un tel endroit les accidents pouvaient arriver à tout moment : c'est avec ce mental que j'avais pénétrer les lieux et j'étais donc prêt à ces éventualités.

En me levant, mon acabit dont certaines parties étaient métalliques résonnèrent en écho dans le Grand Dojo et attira l'attention. Des regards se posèrent sur moi. Je me dirigeai vers un coin plus sombre dans le but de m'adosser et ce, afin de me dégourdir les jambes. Rester sur place était tout de même difficile : même pour une personne expérimentée en méditation. C'est donc après quelques mètres parcourues que je me retrouvai dans un coin isolé, toujours avec une vue sur l'entraînement d'une dizaine de personnes en sueur. Les bras croisés, mon tibia droit vint chevaucher mon tibia gauche, et je fermai les yeux. J'étais à l'aise. Aucune envie de sortir à l'extérieur où une pluie s'abattait sur la ville.

Je pensais à l'épreuve des lames. J'allais rencontrer l'esprit qui résidait mes sabres... J'étais tout de même curieux de le rencontrer, et de voir quelles épreuves il me ferait traverser... Mais une chose était sûre : je n'allais pas le laisser gagner ! J'allais lui montrer qui était le Chef, et il allait devoir se soumettre à ma volonté... Je ne lui laissais guère le choix. De toute façon, cela était obligatoire : nous devions coopérer ensemble afin d'être le plus efficace en combat : si je mourrais, il le pouvait aussi... Nul n'est invincible en ce bas monde...

Soudain, un brouhaha vint me sortir de mes pensées les plus profondes. Observant vers le lieu du sinistre, j'aperçus deux individus se battre, séparé par une sorte d'arbitre. Ma réaction ne se fit pas attendre. Le Grand Dojo est un endroit respecté, et respectable. Et je ne permettrais pas – à quiconque – de bafouer ce dernier. D'un geste vif, ma lame fut sorti de son étui, et je dirigeais le bout de celle-ci vers la rixe. La lame de mon sabre commença à s'allonger jusqu'à destination des deux protagonistes. Le bruit de sifflement de l'épée, tant Dokueki était rapide, attira l'attention des malfaiteurs et ces derniers s'écartèrent de peur de se faire empaler...

« Messieurs, si vous ne respectez pas cet endroit, je crains que je serais obliger de vous faire sortir par la force... » Dis-je en les fixant de mon regard blanc. « Cela est mon dernier avertissement... »

@Nō
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8878-seishin-kenryoku-terminee
Nō

Préparation à l'épreuve des lames [PV Nô] Empty
Ven 3 Avr 2020 - 0:09
Le Grand Dojo était un lieu que l'on trouvait toujours occupé, si ce n'était par le Gardien, par les ninjas venant s'y entraîner et perfectionner leur pratique du combat… Et plus particulièrement du kenjutsu, qui avait rendu Kirigakure célèbre pour la qualité de ses bretteurs. Après tout, n'était-ce pas le village des fameux Sept Épéistes ? Qu'il pleuve, qu'il vente, ou que la brume en purée de pois empêche d'y voir clair devant soi, on trouvait toujours de ces acharnés du travail. Un assemblement hétéroclite de talents, certains ici étant de vrais maîtres dans leurs domaines, quand d'autres n'étaient que des apprentis. Il y avait de la place pour les novices comme pour les plus aguerris ici, ce qui faisait la richesse de la grande famille des ninjas du village caché par la brume. Cette journée était comme beaucoup d'autres journées pluvieuses à Kiri. Par une telle météo, on trouvait Nō soit dans un coin tranquille, un livre à la main, soit au Dojo où il venait perfectionner son entraînement. Cette fois-ci, la deuxième option était là bonne. Il était arrivé ici dès l'aube, et avait passé un moment à méditer dans son coin. On ne lui avait pas fait une réputation de lymphatique pour rien. Mais ç'eût été de mauvaise foi de prétendre le Xanthe, comme on l'appelait, un fainéant lorsqu'il s'agissait de son entraînement. S'il l'avait été, le jeune homme aurait d'ailleurs sûrement été bien incapable de manier correctement les épées-jumelles.

Sa main droite était posée sur l'un des deux pommeaux de l'arme ichtyoïde, dont on ne devinait que la silhouette momifiée sur d'épais bandeaux blancs, et sa sénestre était posée par dessus la première de ses mains. Les genoux fléchis, il en arrivait à avoir les bras remontant par dessus son visage, alors qu'il observait depuis l'arrière de sa large épée, comme caché derrière un mur, la scène de rappel à l'ordre qui se déroulait sous ses yeux. C'était non seulement son rôle en tant que membre des Sept épéistes, mais aussi comme tōrikushi de la Kenpei, que d'intervenir pour ramener le calme dans l'enceinte du dojo, mais ce qu'il se passait était autrement plus intéressant que s'il avait agi immédiatement. Se redressant, l'homme au galurin rayé approchait, son éternel sourire en coin accroché aux lèvres alors qu'il toisait tour à tour les deux combattants et leur arbitre, puis ce Seishin Kenryôku dont il fairait pour la première fois la rencontre. Son accoutrement de métal n'était pas ce qui avait donné à Nō l'idée de le laisser agir. C'était là plutôt du fait des épées qu'il portait. En tant que membre du Conseil, le Xanthe avait pris le temps de se renseigner sur les épées que la Confrérie possédait à l'heure actuelle. Et ces deux merveilles insidieuses étaient sans aucun doute possible Dokueki, les deux lames empoisonnées qui pouvaient, par le mécanisme d'une chaîne cachée dans leurs manches, frapper l'adversaire à distance comme le serpent se déployait pour mordre ou comme le scorpion balançait sa queue pour piquer. Yoakeshi et Yuugureshi étaient de vraies merveilles de létalité.

" Ce serpent a des crocs ", déclara le Xanthe alors que ceux que Kenryôku avait rappelés à l'ordre étaient encore sous le choc de la vitesse de frappe de ces armes d'exception. " Sans doute serait-il plus sage de l'écouter ", fit-il en relevant la tête, ses yeux verts se révélant depuis l'ombre de son bob, allant chercher ceux de Kenryôku. Ç'aurait été impossible de ne pas avoir entendu arriver Nō, même dans le brouhaha du dojo : ses geta faisaient un bruit amplifié par le poids de l'immense épée dans son dos. Le jeune homme portait deux insignes, au premier desquels était Hiramekarei qui signalait son appartenance à la Confrérie des Sabreurs. Mais il y avait aussi le brassard de la police militaire qui ornait la manche de son haori noir, lequel surmontait un kimono kaki très simple. Ce brassard signifiait dès lors que la phrase précédente prononcée à titre de conseil se voulait en réalité exécutoire. Nō avait un devoir de sanction envers ceux qui ne respectaient pas les lois, et les règles du dojo étaient aussi sa loi. Mais il osait espérer que cet incident anodin n'aurait pas de suite désormais. Le blond reprit la parole, son ton monocorde adressant quelques autres mots au futur Sabreur :

" J'avais entendu parler d'un nouvel aspirant sabreur. Voilà donc les épées qui t'ont été léguées… Intéressant ", dit-il assez trivialement en considérant entier le physique pour le moins atypique de son vis-à-vis.

_________________
Thème
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7799-presentation-de-mun-kimura
Seishin Kenryôku
Seishin Kenryôku

Préparation à l'épreuve des lames [PV Nô] Empty
Sam 4 Avr 2020 - 13:15
D'abord un long silence suivit mon avertissement, puis l'un des deux protagonistes lâcha son adversaire qu'il tenait par le col, le laissant tomber au sol sur ses fesses. Leur regard ne se détachait pas de moi tandis que mes yeux blancs scrutaient le moindres faits et gestes de ces deux individus. L'arbitre m'avait laissé faire, peut-être que cela était-il plus judicieux aussi pour lui. Étant un apprenti Sabreur, je ne pouvais permettre que les règles du Dojo, ainsi que la déontologie Shinobi soit bafouées à ce point. Dans un combat, il y a une vérité que l'on ne peut défaire : il y aura toujours un fort, et un faible. Si les écarts de force peuvent être infime, il y en aura toujours un. Le faible doit accepter sa défaite, et continuer l'entraînement pour un jour battre le fort. Le fort, quant à lui, doit être un modèle pour le faible, et le pousser vers l'avant. En aucun cas, le moins fort doit être rancunier envers le vainqueur, et ce-dernier ne doit certainement pas se vanter d'avoir mis au sol son adversaire... Dans une communauté respectable, c'est ainsi que cela doit se passer... Et en ce qui me concerne, je tiens à faire en sorte que ces règles de savoir-vivre soit appliquées à la lettre.

Le brouhaha du Dojo commençait à renaître de ces cendres mais un bruit de pas se détachait des voix et des cris. Ce bruit de bois frappant le sol résonnèrent en écho dans ma tête. La personne se dirigeait vers moi. Un accoutrement qui ne passe pas inaperçu vêtu de getas et d'un bob. Un étrange personnage qui forçait ma curiosité. D'autant plus que ce dernier avait entendu parler de moi au vue des lames qui m'avaient été confiés quelques temps auparavant. Mes sabres étaient rangés dans leur fourreau tandis que mes mains vinrent instinctivement se poser sur leur manche. Non pas par l'éventuelle hostilité du personnage, mais surtout par réflexe : les avais-je bien remis là où elles devaient être ?

Je le saluai d'un bref mouvement de visage tandis que mes bras se croisèrent lorsque je m'adossai au mur derrière moi. Ce même mur que j'avais quitté pour séparer les deux merdeux qui ne savaient respecter des règles ! J'en profitais pour observer l'Homme au bob de haut en bas. Etait-il lui aussi un Sabreur ? Bien que je ne pouvais être sûr et certain qu'il en fasse partie, je pouvais avoir un léger doute. Je préférais ne pas m'éterniser sur ce genre de question, et continuer la conversation. Je n'étais pas du genre social et des amis ici, à Kiri, je n'en avais aucun. Je n'avais que des collègues de travail...

« Exact. Ce sont les épées que l'on m'a confiées. Je suppose que tu en connais les capacités ? »

Une petite question anodine mais qui pourrait me donner un maximum d'information sur l'origine de cette Homme. S'il connaissait effectivement les capacités de mon sabre, deux hypothèses possibles : il est un Sabreur, ou il a connu un Sabreur ayant ces lames... Dans un cas comme dans l'autre, j'aurais certainement des questions à poser...

Ma main vint se tendre face à lui, ouverte. Serrer la main. Un geste qui se perd mais qui pourtant est une preuve d'ouverture à son interlocuteur. Et c'est dans ce sens que je voulais évoluer. Devenir un peu plus social, connaître du monde, être apprécié... A l'heure actuelle, ces choses n'ont aucuns intérêts pour moi... Mais dans un futur plus ou moins proche, je serais obligé de m'ouvrir aux autres, ne m'en déplaise... Alors commençons avec cet individu qui ne paie pas de mine, mais qui pourtant m'inspire la sympathie...

« Je m'appelle Seishin Kenryokû, aspirant Sabreur. L'épreuve des lames est pour bientôt... Je me demande bien comment cela va se passer... » Dis-je en espérant qu'il puisse m'apporter des réponses...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8878-seishin-kenryoku-terminee
Nō

Préparation à l'épreuve des lames [PV Nô] Empty
Dim 5 Avr 2020 - 1:36
Après le premier avertissement musclé donné aux deux gaillards dont l'excès de zèle combatif contrevenait aux règles du Grand Dojo, celui du tōrikushi avait parachevé de réprimer tout esprit guerrier déplacé de leur part. On vit bientôt l'arbitre ainsi que les deux combattants se réconcilier en quelques paroles puis poignées de mains imperceptibles dans le brouhaha général. L'homme au haori et au bob rayé avait certes une apparence atypique, mais plus atypique encore était l'étrange arme qu'il portait dans son dos. Si elle avait dans un premier temps échappé à Kenryôku, ce ne serait chose possible désormais puisque, d'un geste mesuré prouvant son intention pacifique, il tira l'épée-jumelle de son dos pour la faire retomber avec une finesse exemplaire contre le sol du dojo. De visu, l'arme avait une forme particulière, ichtyoïde, dissimulée sous d'épaisses bandelettes blanches servant sans doute à protéger de son tranchant. Deux poignées s'échappaient de son corps momifié, bizarrerie qui indiquait aux plus perspicaces que cette épée était en réalité une paire, à l'instar de celle de l'aspirant-sabreur. Toujours était-il que, s'il ne devinait pas sa qualité de sabreur à cause d'une méconnaissance de l'épée Hiramekarei, l'homme au masque de fer pourrait aisément comprendre que son vis-à-vis était un bretteur spécial. Peu de monde s'amusait à porter une arme qui, par sa taille et son poids hors-normes, faisait forcément entrave à la vitesse de son porteur dans une discipline qui faisait jeu de précision et de vélocité. Si Nō était épéiste et non pas combattant de taijutsu, c'est parce qu'il trouvait une noblesse rendant l'art de l'épée supérieur à celui du poing. L'outil était l'indice de la civilisation, et le kenjutsu l'art subtil de ceux qui l'appliquaient à la moisson de vies. De plus, cette discipline était plus rigoureuse, de son avis. La moindre erreur face à une épée pouvait signifier la mort.

Aucune inquiétude n'était nécessaire pourtant, face à l'étrange épée. En la tirant, Nō avait simplement l'intention d'y faire reposer ses mains comme on l'aurait fait sur la poignée d'une canne. Dans un geste d'une grande nonchalance, il lâcha l'un des pommeaux pour serrer la main du possesseur de Dokueki. Ce mouvement de convention exécuté, la dextre du Xanthe retournait bien vite à sa place. Pendant ce temps, les yeux verts sous l'ombre du galurin cherchaient ceux d'opale qui ornaient en perles immaculées le visage de Kenryôku. Quelle étrange particularité que ces deux pupilles de lait. Était-il aveugle ? Non, une observation minutieuse de ce qu'il avait fait pour séparer les deux combattants de tout à l'heure invalidait cette théorie. Quelqu'un qui était frappé de cécité aurait surtout planté l'une de ces deux lames empoisonnées dans un pauvre hère malchanceux. Et Narotama doutait du bien fondé de confier de telles armes à un infirme.

" Raiden Narotama, mais appelle moi simplement Nō ", fit-il en premier lieu, toisant l'encore-inconnu Seishin Kenryôku. Répondant à sa première question, il fit étalage de sa science, comme invité à le faire : " Ce sont Yoakeshi et Yuugureshi, les deux épées que l'on appelle simplement Dokueki en raison de leur pouvoir spécial lié au poison. Des armes réputées, et à raison. Un coup à caractère même non-létal asséné par celles-ci pouvant se révéler le dernier. " Et il finit sur ces mots, regardant encore les deux épées. Nō s'enorgueillissait de sa connaissance des épées légendaires, c'était la moindre des choses quand on était à sa place, et il n'y avait là rien d'impressionnant en quelconque matière.

" Beaucoup échouent à l'épreuve des lames. C'est le cerveau qui y est sollicité, pas les bras. Et c'est encore plus dur quand l'esprit de ton arme n'est pas unique mais double " dit le Xanthe qui se rappelait au même moment le jour de sa propre mise à l'épreuve. Hiramekarei n'avait rien d'une lame classique, et possédait une réputation de brutalité acquise de part sa forme et ceux qui l'avaient porté. L'énorme hachoir semblait trancher avec le caractère taciturne de Nō. Et il avait pu expérimenter cette violence quand l'esprit de l'arme ichtyoïde avait été libéré, là bas à Ue, au milieu de ce cercle d'incantation et sous les encouragements des tambours mystiques. " Mais tu y arriveras peut-être… Ce serait bien, d'avoir un nouveau membre au Conseil. Les têtes ont tendance à trop régulièrement changer malheureusement. "


C'était d'ailleurs un objet de préoccupations pour le blond. La Confrérie souffrait de l'irrégularité de ses membres. À côté des célèbres Kaguya, Yuki ou même Hyôsa, les Sabreurs n'étaient qu'un groupe restreint pour lequel chaque membre avait un devoir dans le fait qu'il entacherait ou glorifierait forcément la Confrérie par ses actes. C'était entre autres une des raisons qui avaient poussé le Xanthe à rejoindre la Kenpei. C'était sans grandes réponses apportées aux interrogations de Kenryôku que l'homme au chapeau se taisait à nouveau pour le laisser répondre.

_________________
Thème
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7799-presentation-de-mun-kimura
Seishin Kenryôku
Seishin Kenryôku

Préparation à l'épreuve des lames [PV Nô] Empty
Lun 6 Avr 2020 - 14:21
Nô, comme il se faisait surnommé, connaissait relativement bien l'épée que l'on m'avait confié. Un sabre dont la capacité est le poison alliant parfaitement mes connaissances de fils de laborantin, et mon caractère bien trempé. Pour connaître aussi bien mon sabre, mes suppositions quant à son appartenance aux nobles bretteurs de Kiri commençaient à s'ammenuisait à mesure que l'on discutait. Il était bel et bien un personnage atypique comme l'on en croise peu et il forçait de plus en plus ma curiosité, et étrangement de l'admiration.

Son sabre, qui était visible face à moi, résonna en écho au sein du Grand Dojo tandis qu'il reposait sa paume de main dessus. Je l'observais de haut en bas. Esthétiquement, il fallait une puissance colossale pour pouvoir mouvoir cette arme... Fronçant les sourcils, je me posais beaucoup de questions quant à ses capacités... N'étant pas du genre à poser beaucoup de question, je préférais mettre de côté ces interrogations privilégiant la prise d'information sur l'épreuve des lames...

D'après Nô, le taux de réussite à cette épreuve est relativement bas... Beaucoup échouent... Et pire encore, l'épreuve est d'autant plus difficile lorsque les âmes résidant dans ces lames sont nombreuses... Par malchance - ou pas - je possède une double lame... Une chance pour moi puisqu'en augmentant le nombre de lame, j'augmente la possibilité de toucher mon adversaire... Quoi de mieux ? Réussir l'épreuve !

Autres informations intéressantes : lorsque l'on réussit l'épreuve des lames et que l'on est officiellement Epéistes, nous entrons dans la confrérie des Sabreurs et avons une place au Conseil... Très intéressant... Il fallait absolument que je puisse réussir à occuper une chaise au Conseil afin de faire entendre ma voix !

< Occuper une place au sein de ce Conseil serait un réel plaisir pour moi > Dis-je en observant son sabre. < Comment s'est déroulé ton épreuve ? En as-tu le souvenir ? > Questionnai-je mon interlocuteur avec l'espoir qu'il puisse me répondre, et me faire part de son expérience. < J'ai tout même hâte de rencontrer les âmes qui logent dans Dokueki... Et je donnerais tout pour vous rejoindre - tous - à la table du Conseil...>

Mon nindô ? Devenir le plus grand utilisateur de Dokueki. Que je sois connu et reconnu à travers le monde, et qu'à la simple prononciation de mon nom, les ennemis tremblent de peur... J'en frissonne déjà d'avance... Tenant le manche d'une de mes lames, je serrais celle-ci comme si je serrais entre mes mains un rêve que j'espère possible dans un futur plus ou moins proche...

< Quoi qu'il en soit, Nô, c'est un réel plaisir de te rencontrer... > Je m'arrêtai un peu, mon regard blanc fixant les deux fauteurs de troubles tandis que je pris à nouveau la parole. < Est-ce que je peux te proposer un combat à la loyale ? >
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8878-seishin-kenryoku-terminee
Nō

Préparation à l'épreuve des lames [PV Nô] Empty
Dim 19 Avr 2020 - 5:48
Le gars masqué semblait quelqu'un de sérieux - probablement plus que lui. On le nommait le Xanthe, rapport à la couleur de ses cheveux, mais un surnom plus approprié eût été "le paresseux". Non pas que Nō rechigne à se donner au cours des entraînements ou de ses missions, qu'elles soient liées à son statut de membre de la Kenpei ou bien simplement inhérentes à sa position de membre des sept épéistes. C'était le reste de son attitude qui donnait cette impression de léthargie ou de distance, comme si une barrière plantée de flegme empêchait les choses d'avoir de l'importance. Il prenait tout à la légère, des discussions sérieuses à l'énorme double-lame qui était sienne - ou en donnait l'impression à tout le moins. Mais ce n'était donc pas le cas de ce ce Kenryôku Seishin.

Le manieur des sabres empoisonnés Yoakeshi et Yuugureshi lui semblait une recrue bien plus prometteuse que lui si tant fut qu'il réussisse lors de l'épreuve des lames. La tâche n'était pas aisée et beaucoup voyaient leurs rêves brisés lors de ce rite en quelques sortes initiatique. Les sabreurs n'étaient pas une famille mais restaient une confrérie, ce qui voulait dire par ailleurs que le sang ne faisait de personne un sabreur par automatisme, héritage ou Dieu-sait quelle raison incompatible avec le travail individuel, le mérite ou le talent. Certains naissaient affublés d'un don quand d'autres acquerraient de grands pouvoirs par la force de convictions inflexibles et d'un entraînement régulier. Et avec le temps, tout le génie que la Nature pouvait insuffler en un être ne suffisait plus à le maintenir au sommet de la grande chaîne des puissances. Il en était toujours ainsi. "Car à celui qui a déjà, on donnera encore et il sera dans l'abondance", mais à la seule condition qu'il se maintienne par ses moyens propres et une volonté de fer.

" Personne n'oublie l'épreuve des lames. Qu'il réussisse ou non, lance-t-il en regardant ces yeux blancs si troublants qui pointaient entre les épaisses plaques du masque. Disons que j'ai été transporté autre part, et ai rencontré une présence hostile qui m'a forcé à me dépasser. Hiramekarei n'accepte pas les faibles dit-on, mais je pense surtout avoir eu de la chance. J'ai bien cru mourir dans ce cauchemar, et je ne sais pas si cet échec aurait pu prendre un effet réel. "

Des souvenirs, ça il en avait bien sûr. De l'épreuve des lames surtout, mais aussi du sentiment d'enfin entrer en résonance avec cet esprit double enfermé dans la lame ichtyoïde. Et de cette résonance émanait évidemment tout ce qui faisait de Nō un épéiste différent des autres. Non seulement son arme était ridiculement lourde et imposante, mais il gagnait également un pouvoir de matérialisation que l'on ne connaissait normalement qu'aux mythiques Sendai. De quoi donner du grain à moudre au Xanthe lorsqu'il se perdait en théories sur les origines de son épée. Des questions que se poserait bientôt Kenryôku aussi, peut-être. Mais pour l'heure il y avait d'autres choses à penser.

" Un combat ? Et il sourit en répétant le mot, ce sourire en coin qu'on lui connaissait bien. L'idée semblait l'intéresser. Avec plaisir. "

_________________
Thème
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7799-presentation-de-mun-kimura
Seishin Kenryôku
Seishin Kenryôku

Préparation à l'épreuve des lames [PV Nô] Empty
Jeu 23 Avr 2020 - 13:51
Ma requête fut accepté et il décida de se battre contre moi. C'était intéressant et l'un de mes premiers entraînements avec un véritable Sabreur du village. Je pourrais enfin me mesurer à celui qui serait probablement mon futur partenaire. Nous nous dirigions donc naturellement vers le centre du Dojo tandis que les élèves et apprentis déjà présent sur place quittaient les lieux dans le but d'observer ce combat d'anthologie. Face à face, il était désormais temps de débuter les hostilités sous le regard attentif des spectateurs.

Je sortais l'une de mes épées de son fourreau tandis qu'en saisissant le manche, je pris une partie de mon vêtement afin d'essuyer la lame laissant couler au sol un liquide jaunâtre. La seconde lame eut le même traitement et le même liquide tomba aussi à terre. Ce n'était autre que du poison : ceci afin de provoquer des légères paralysie en cas d'entaille via ces lames. Mais je ne souhaitais pas que notre combat se termine à l'hôpital, aussi je ne voulais pas user des capacités de mon sabre.

« Evitons de nous blesser, mais une petite séance de Kenjutsu pourrait être intéressant pour nous, comme pour notre audience. » Dis-je en lançant un coup d’œil aux spectateurs.

L'avantage qu'avait mon adversaire, était qu'il avait déjà réussi l'épreuve des lames... Ce n'était pas encore mon cas... Etant en parfaite symbiose avec son sabre, il avait la possibilité de rentrer en résonance avec lui... Quant à moi, mise à part ce petit système de poison, je ne maîtrisais encore aucune technique liés à cela...

Trêves de bavardage. Je positionnais Yuugureshi en position haute, derrière ma tête, la lame parallèle au sol et la pointe visant mon futur partenaire tandis que Yoakeshi était face à moi, le manche perpendiculaire au sol. Une lame pour attaquer, une lame pour se défendre : il était là, mon avantage. J'observais attentivement Nô dans l'espoir de voir le moindre de ses mouvements et anticiper ses attaques.

Après tout : quelle est la meilleure des défenses ? C'est l'attaque. Ni une ni deux, je sautais en direction de Nô, Yuugureshi s'élevant dans les airs dans le but d'asséner un coup au niveau de l'épaule de mon adversaire. Et sans attendre, je tournoyais dans les airs afin de donner un coup de pied dans le thorax du Sabreur. Ce fut mes premières attaques et je sentais une certaine excitation monter en moi... Des frissons parcouraient tout mon corps et le silence des spectateurs me rendaient encore plus fou.

Leur silence voulait tout dire : ils étaient dans l'incapacité de dire quoi que ce soit tant il était admiratif des mouvements pourtant scolaire que je venais d’exécuter... Peut-être étais-je un peu trop prétentieux, mais je voulais en tout cas leur prouver que j'étais de loin supérieur à eux...

Sans prendre le temps de voir son état, le saut se terminait un peu plus loin afin de garder une certaine distance de sécurité avec lui...

Comment allait-il réagir ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8878-seishin-kenryoku-terminee

Préparation à l'épreuve des lames [PV Nô]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: