Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko]

Bakuhatsu Ashura
Bakuhatsu Ashura

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Ven 3 Avr 2020 - 15:01
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Tavern10
Une belle journée à Murashigure ?


Dans un coin de Murashigure…

« Boss ! » Fit le gérant de la petite taverne, en s’empressant de s’agenouiller devant le guerrier jaune qui venait de franchir le seuil de la porte.

Le regard d’Ashura balaya la petite salle. Si l’ambiance lui paraissait aussi calme et paisible qu’à l’accoutumé, le guerrier ne réalisa pas moins le faible nombre de personnes présentes au sein de la taverne.

« Relève donc la tête, Tenma. Alors, comment vont les affaires ? » Demanda -t-il. Il voulait l’entendre de sa bouche.

Pendant ce temps son regard se posait naturellement sur chacune des personnes présentes dans le bar. A une ou deux exceptions près, il ne voyait rien de plus que des étrangers, désireux de se réfugier dans un des rares coins tranquille de Murashigure. Ce qu’ils ne savaient pas ce que cette ville était imprévisible, et ils pouvaient, pour ainsi dire, à tout moment se retrouver au beau milieu d’un règlement de compte, et ce peu importait que ce lieu fût sous la protection du guerrier jaune ou non.

« Mal. Je suis désolé, boss. » Répondait Tenma, dont le regard était toujours rivé vers le sol.

Ashura regarda naturellement son homme de main d’un coin de l’œil. Puis, sa main vint se poser sur son épaule, intimant Tenma de se relever.

« Pourquoi est-ce qu’ils font tous cette tête t’enterrement ? Offres-leur donc de quoi boire ! » Lâcha le guerrier jaune, qui ne tenait pas à donner de l’importance à ce qu’il ne voyait rien de plus qu’un détail.

Étonné, Tenma répliqua immédiatement :

« Mais on ne peut pas se le permettre, boss ! A ce rythme… »

Le regard d’Ashura suffit à faire taire Tenma. Ce ne fut pas un regard intimidant, ou quoi que ce soit du genre, au contraire… Un regard confiant. Un fin sourire rassurant. Après tout, il était de retour…

Ainsi donc, Tenma s’exécuta. Il préparait rapidement de quoi s’abreuver pour toutes les personnes présentes dans cette salle, et ce peu importait que cela le rapprochât de la faillite. Il avait une confiance absolue en Ashura. Après tout, ce fut le guerrier jaune qui lui avait éviter une mort certaine.

L’Amejin, ou du moins celui qui se voyait comme tel, se dirigea vers la fenêtre, à son emplacement habituel, où se tenait en face une jeune femme qui lui disait vaguement quelque chose.

« Oh pardonnez-moi, boss ! J’ai oublié de lui dire que cet emplacement vous était réservé. » Lança Tenma, en se hâtant de rejoindre Ashura.

Il frappa des mains, s’apprêtant à demander à la jeune femme de changer d’emplacement, mais Ashura le stoppa dans son élan.

« Ne traite donc pas tes clients de la sorte, Tenma. Sinon, ne t’étonne pas que les affaires aillent aussi mal… » Fit-il à l’égard du « propriétaire » des lieux. « Vous me permettez que je m’installe en face de vous, j’aime bien observer la pluie tomber depuis cet emplacement... »

Un regard relativement neutre, tandis qu’il s’installait sans attendre la réponse de la jeune femme. Il aimait s’imposer, et ce peu importait ce qu’on pouvait penser de lui. Prenant ses aises, il observait la petite bagarre qui avait lieu de l’autre côté de la fenêtre, comme si de rien était.

Pendant ce temps, Tenma se pressait de préparer le cocktail du jour et de servir tout le monde, comme lui avait demandé Ashura. Le guerrier jaune semblait quant à lui de « bonne » humeur, c’était le moins qu’on puisse dire...


Spoiler:
 

_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Cbvh
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8894-bakuhatsu-ashura-termine http://www.ascentofshinobi.com/t9015-dossier-shinobi-bakuhatsu-ashura
Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Sam 4 Avr 2020 - 1:20
Assise confortablement sur l'une des chaises d'un bar de Murashigure, la jeune femme avait un verre en main. C'était l'un des rares où elle n'était presque jamais allé. Et si les clients étaient un peu tendus, ce n'était pas forcément que par sa présence, même si elle avait remarqué quelques regards de certains d'entre eux qui n'étaient pas séduits mais bien méfiants.

Après quelques minutes, un verre de saké en main et une hésitation du barman à lui dire quelque chose, même s'il n'arrivait pas à oser l'aborder véritablement. Neiko choisit de ne pas insister et de ne rien dire de plus, de le laisser repartir derrière son comptoir après un petit hochement négatif de la tête. Certaines personnes n'avaient vraiment pas de cran. Peut-être faisait-il parti des personnes qui la connaissaient.

La tête vers la fenêtre pour regarder la pluie tomber, elle aperçut un homme arriver, suivi d'un autre. Ils rentrèrent quelques instants dans la taverne. Ils se dirigèrent vers l'une des tables et attrapèrent un des joueurs de cartes qui y était installé tranquillement et ils le traînèrent violemment dehors, malgré ses cris et les yeux ébahis de la moitié des personnes à l'intérieur. Cependant, personne ne s'interposa. C'était presque quelque chose d'habituel dans la cité de la Pluie. Et s'interposer était souvent un grand risque. La kazejine aurait pu le faire, mais pour quel intérêt ?

Après quelques instants où le joueur se fit traîner par terre, il se fit relever avec la même violence dans la ruelle. Des bruits de coups se firent entendre puis après quelques instants, un mouvement de recul de la victime la fit apparaître, le visage à moitié en sang, par la fenêtre qui donnait sur l'extérieur. C'est à ce moment qu'un autre homme entra, et que le barman se précipita pour l'accueillir, tremblottant. Pas très solide le gars.

Sirotant son verre, elle écouta leur échange. Ainsi, le bar était proche de la faillite. Intéressant. Tous les commerces ne tenaient donc pas tant que ça la route ici. Sans doute parce que celui-ci était plus clean que la moyenne, il devait donc avoir moins de rentrées d'argent. C'était une des raisons pour lesquelles elle ne venait pas souvent. Pas d'argent en jeu, pas de personnes importantes de l'underground. Donc peu d'informations intéressantes ou chères.

Voyant qu'à la fin de leur échange, le dénommé Tenma se dirigeait vers elle, la nukenin perdit le léger sourire qui s'était dessiné sur son visage. Elle avait prit un air froid. S'il lui demandait réellement de se déplacer, il risquait fortement de finir éventré sur place. Heureusement pour lui, son patron l'arrêta dans son mouvement, ce qui redonna le sourire à la vampire. En voilà un qui avait un peu plus de manières. Elle était une dame, après tout. Elle avait suffisamment grandit physiquement pour qu'on arrête la percevoir comme une enfant normalement.

« Faites, faites. »

Silencieuse les premiers instants, elle regarda à nouveau l'affrontement à l'extérieur, un cri de douleur ayant attiré son attention. Le joueur au visage ensanglanté s'était relevé d'un seul coup et avait sorti un couteau, et dans le même mouvement, l'avait planté dans le bras d'un de ses torsionnaires.

« Hmmm... Mauvais choix. Il est mort maintenant. »

Et sans surprise, le camarade du blessé sortit lui aussi un couteau et se jeta sur celui qui avait osé se rebeller. Après quelques instants, un cri rapidement étouffé dans des gargouillis de sang qui firent briller quelques instants les yeux de la prédatrice se mêlèrent au bruit de la pluie qui chûtait sur le sol. Suivit du meurtrier qui se releva, une bourse en main tandis que son couteau était plein de sang dans sa dextre. Les deux crachèrent sur le sol, sans doute là où se trouvait le cadavre, puis partirent en courant, jetant un coup d'oeil à gauche et à droite auparavant. Pas de milice sans doute.

« Vous êtes le patron de ce lieu ? Vous comptez enlever vous même le cadavre ou vous êtes du genre à attendre que la milice s'en charge ? »

Un peu amusée, la demoiselle aux yeux rougeoyant s'était retournée vers lui. Elle termina son verre, jouant un peu avec le récipient vide sur la table. Une belle journée à Murashigure.

_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Bakuhatsu Ashura
Bakuhatsu Ashura

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Sam 4 Avr 2020 - 15:06
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Tavern10
Une belle journée à Murashigure ?


Ashura prit place en face de la jeune femme, à son emplacement habituel, et ce sans forcément attendre une quelconque autorisation de la part de celle qui occupait la table avant lui. Son regard se posa brièvement sur la kunoichi dont le calme et le regard en disaient long sur sa personne, tandis que ses premiers mots venaient apporter quelques indices supplémentaires sur sa personnalité.

Silencieux, Ashura tourna naturellement la tête vers la fenêtre, observant tout ce qui avait l’air d’un règlement de compte, d’un air des plus indifférent. Il fallait dire que ce genre d’événement était assez courant dans le coin, à force on s’habituait et on finissait par leur accorder peu d’importance.

Seulement, le guerrier jaune observait la scène, parce que c’était tout ce qu’il y avait à regarder. Il se serait bien contenté de la pluie, mais ces trois individus en avaient, pour ainsi dire, décidé autrement dès lors qu’ils se donnaient en spectacle. Ainsi donc, ce serait cet événement qui mettait les clients, à l’exception peut-être de la jeune femme, dans cet état ? Se demanda -t-il, tandis que celui qui était de base la victime parvint à blesser maladroitement un de ses tortionnaires.

Ashura agita naturellement la tête, tandis que la jeune femme aux pupilles écarlates confirma le fond de sa pensée avec quelques mots. Son commentaire pouvait à première vue paraître anodin, mais en réalité il apportait bien plus d’informations sur sa personne au guerrier jaune qu’on ne pourrait le penser.

« »

Le vagabond donna, l’espace d’un instant, l’impression de s’exprimer, mais il n’en était rien.

Croisant sa jambe droite sur la gauche, Ashura continuait de regarder la scène qui allait visiblement bientôt prendre fin. De la violence, du sang, une victime, tandis que les deux tortionnaires s’échappaient avec sa bourse. En somme, c’était une journée comme une autre à Ame.

Ashura soupira.

« Et qu’aurait-il dû faire selon vous ? » Finit-il par demander, tandis que son regard se posait lentement sur la jeune femme.

Il agita légèrement la tête suite aux interrogations de la kunoichi.

« Voyez en moi plutôt un investisseur, sans doute un mauvais, mais un investisseur malgré tout. » Lâcha -t-il, tandis que Tenma leur apportera – enfin – de quoi s’abreuver.

Le barman hésita un instant à servir la jeune femme qui avait déjà de quoi boire entre les mains, mais le regard insistant de son patron, oui c’était ce qu’il était en réalité, le força à déposer la coupe de saké devant la cliente.

« La vue du cadavre vous dérange -t-elle ? » Demanda Ashura, après le départ de Tenma, qui avait pour ordre de servir gratuitement toutes les personnes présentes au sein de la taverne.

Le guerrier jaune se doutait de la réponse de son interlocutrice ; elle lui avait pour ainsi dire suffisamment fourni d’indices pour qu’il ait une idée sur sa personne.

« De quelle milice parlez-vous ? Celle qui passe la majeure partie de son temps à lécher les bottes de certains mafieux ou celle qui matraque sa propre population, celle qu’elle est censée protéger ? » Demanda -t-il, en affichant un léger sourire en coin. « Je ne suis ni un fossoyeur ni un nettoyeur de scène de crimes, le cadavre finira bien par disparaître… » Reprit-il, en haussant légèrement les épaules.

Portant son verre à ses lèvres, Ashura prit quelques rapides gorgées de son saké avant de déposer sa coupe devant lui.

« Onryo de la pluie. » Lâcha -t-il, d’un léger mouvement de tête vers l’avant. « Vous avez l’air de tout sauf une touriste. J’imagine que vous êtes dans le coin pour affaire… » Reprit-il, tandis que sa tête se tournait vers la fenêtre, là où gisait le cadavre du joueur.

Reportant de nouveau son regard vers la jeune femme, il attendait de voir ce qu’elle avait à lui dire, ce qu’elle pouvait lui apprendre. Après tout, il s’était absenté pendant un moment d’Ame, peut-être que son interlocutrice était restée suffisamment longtemps dans le coin pour lui apprendre des choses qu’il pourrait ignorer…


_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Cbvh


Dernière édition par Bakuhatsu Ashura le Dim 5 Avr 2020 - 2:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8894-bakuhatsu-ashura-termine http://www.ascentofshinobi.com/t9015-dossier-shinobi-bakuhatsu-ashura
Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Dim 5 Avr 2020 - 0:09
Un sourire amusé vint se glisser sur les lèvres de la tueuse lorsque l'homme lui demanda ce qu'elle aurait fait, elle. Neiko prit alors quelques instants pour réfléchir, le montrant bien en se mettant légèrement en arrière, la tête penchée sur le côté, le regard en biais, son index venant se placer sur sa bouche.

« Je ne sais pas. Ça dépendrait de mon humeur. Mais j'aurais commencé par ne pas jouer plus que je possède. Après, si j'avais été dans sa peau à cet instant, j'aurais hésité entre la fuite et simplement me mettre en boule et protéger ma tête en attendant que ça s'arrête. Les brutes comme ça se lassent. Il faut juste survivre au passage à tabac. Mais lui, sachant qu'il avait des dettes, il n'aurait jamais dû recommencer à jouer. Il aurait du fuir ou trouver un travail. Certainement pas jouer. »

De nouveau souriante lorsqu'il parla d'investissements, elle hocha un peu la tête.

« Je vois. Mais ce bar est trop honnête pour réussir dans cette ville. Pas de tables de jeux, pas de prostituées, pas de marchandages sombres. Pas même de personne importante de la cité qui aime y venir. Forcément, le chiffre d'affaire ne peut pas être correct. »

Alors qu'elle terminait son premier verre, un second lui fut apporté par le barman à qui elle fit un sourire légèrement moqueur. Elle le trouvait ridicule celui-là, à être aussi fébrile. Pas vraiment le genre d'homme capable de tenir une taverne dans cette ville. Pas assez de cran, d'audace, de puissance, de charisme.

« Je ne le vois pas, alors disons que tout va bien. Pour la milice... Ils nettoient quand même les rues, mais seulement lorsque les combats sont finis. Je les vois plus comme des croquemorts que comme des combattants. Ils n'en ont pas l'étoffe, ils n'ont pas reçu de véritable entraînement. »

Sirotant son verre en discutant avec cet investisseur inconnu, elle joua du bout de son index sur la table, dessinant distraitement des formes géométriques sans réelle cohérence ou signification.

« Vous êtes investisseur, je suis informatrice. On m'appelle Bellone par ici, mais je préfère le nom de Neiko. Vous avez peut être déjà entendu l'un des deux... »

C'était même à peu près certain. La vampire avait laissé sa marque dans la cité, dur de passer à côté de celle-ci.

« Et vous, quel est votre nom, investisseur ? Et surtout, quel est votre but dans cette ville ? Ne me dites pas que vous souhaitez devenir riche avec cette taverne, je ne vous croirais pas. Un véritable actionnaire n'offrirait pas de boissons ainsi. Ou pas sans arrière pensée. Et vous savez bien que personne dans cette taverne ne consommera plus sous prétexte qu'une fois, on lui a offert un verre ici. »

Les yeux plantés dans ceux de son interlocuteur, elle en profita pour activer une de ses techniques favorites, une technique qui lui permettait de savoir si on lui mentait et qui avait l'avantage d'être difficilement repérable puisqu'elle ne lui demandait aucun mudra et n'était pas visible dans ses effets. Oh, elle ne lui tomberait pas dessus s'il choisissait de ne pas lui dire la vérité, mais au moins elle le saurait. Autant éviter les informations erronées ou trop douteuses. Une véritable informatrice le savait bien.

HRP:
 

_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Bakuhatsu Ashura
Bakuhatsu Ashura

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Mar 7 Avr 2020 - 22:09
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Tavern10
Une belle journée à Murashigure ?


Imperturbable durant le monologue de la jeune femme, il aura fallu attendre la fin de son exposé pour voir un très léger sourire en coin se dessiner sur les lèvres du guerrier jaune. Il reconnaissait que l’approche de son interlocutrice était pour le moins intéressante. Mais au-delà de ça, Ashura retenait surtout que la jeune femme lui avait seulement présenté une de ses approches, puisqu’elle lui laissa clairement entendre que cela dépendrait aussi de son humeur, nulle besoin d’être un génie pour comprendre ce que cela voulait dire.

« Ma foi pourquoi pas ! C’est une approche comme un autre, j’imagine.

Se laisser humilier dans l’espoir de survivre. Trouver la mort en cherchant à préserver son honneur. Ou encore précipiter sa mort en agressant par instinct dans une vaine espoir de survivre. Tout n’est en fin de compte qu’une question de choix, oui de choix, et sans doute un peu de chance.

Et nous sommes d’accord pour dire que cet homme a fait le mauvais choix, pour ma part, notamment et principalement du fait qu’il n’ait pas su rester à sa place ! Ce premier mauvais choix l’a naturellement conduit à faire face à d’autres, et il a visiblement fait de mauvais choix, encore et encore…

Autrement dit, ce n’est rien de plus qu’un perdant !
» Lâcha -t-il, tandis que son regard se projetait de l’autre côté de la fenêtre vers le cadavre du joueur avant de revenir se poser définitivement sur son interlocutrice.

L’individu qui avait trouvé la mort avait en effet misé plus qu’il possédait. A cela s’ajoutait une faible constitution physique, en plus de n’avoir aucune prédisposition au combat et ne bénéficiait d’aucune protection susceptible de l’aider à prévenir et faire face à ce genre de situation. En définitive, il n’avait pas su rester à sa place, la place qu’il était censée occuper dans cette société archaïque et impitoyable où le moindre faux pas pouvait vous être fatale, et de ce fait il avait stupidement engagé sa vie et précipiter sa propre mort.

Autrement dit, il n’était rien de plus qu’un idiot, un looser, un perdant qui ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même…

Quoi qu’il en fût, à mesure qu’elle s’exprimait, la jeune femme lui dévoilait plus sur sa personne et lui paraissait pour ainsi dire intéressante. Il n’avait pas affaire à n’importe qui, du moins il en était convaincu. En exposant sa thèse sur la faillite qui menaçait la taverne de Tenma, la jeune femme lui arracha un petit sourire en coin, parce qu’elle avait encore une fois vu juste, ce qui lui confirmait d’une certaine manière l’avis qu’il se faisait d’elle.

« Je crois que c’est assez bien résumé, en effet. » Répliqua -t-il, tandis que son regard se tournait vers Tenma.

Il était en grande partie responsable de la faillite de cette taverne. Après tout, Ashura lui laissa la possibilité de le gérer comme il l’entendait, et il avait malgré tous les risques préféré en faire un petit coin tranquille, un espèce de « havre de paix » au beau milieu de Murashigure. A y penser, c’était ridicule, reconnaissait le guerrier jaune...

Reportant son regard sur son interlocutrice, Ashura prit quelques gorgées de son saké tout en écoutant la jeune femme parler.

« Et à qui la faute, selon vous ? » Finit-il par demander, lorsque la Kunoichi donna son avis sur la milice du pays, tandis que son visage reprenait son expression habituelle, autrement dit totalement stoïque.

Prêtant peu d’attention aux étrangers mouvements de main de la jeune femme, le guerrier jaune maintenait le contact visuel, tandis que son interlocutrice daigna décliner son identité.

« Neiko… j’ai déjà entendu cela quelque part, en effet. » Répliqua -t-il avant de porter son verre à ses lèvres.

Il avait vu juste. Cette femme n’était pas n’importe qui, et compte tenu de son métier, sa présence ne l’étonna pas le moins du monde. Elle avait sûrement des choses à lui apprendre.

Mais pour le moment il devait d’abord répondre à ses interrogations.

« Il faut être fou pour espérer devenir riche avec cette taverne. Non, bien sûr que non. D’ailleurs, si je me suis permis de vous offrir ces boissons, c’est seulement, et seulement parce que vous êtes les derniers clients de cette taverne. » Fit-il, en maintenant le contact visuel avec son interlocutrice, qui lui semblait quelque peu différente.

Derniers clients au sens propre du terme. Pour la simple et bonne raison que cette taverne ne lui apportait rien, et ne risquait de ne rien lui apporter, si ce n’était peut-être de problème, sur le terme.

« Certains m’appelle Yashiro, d’autres Yasha, choisissez celui qui vous plaît, je ne suis pas très difficile sur ce point. » Fit-il, avant de prendre une gorgée de sa boisson.

Yashiro, le champion des combats souterrains. Yasha était quant à lui un surnom que lui attribuaient certains de ses anciens rivaux, ceux qui avaient été victime de sa colère et qui furent traumatisé par sa cruauté. Seulement eux n’avaient jamais pu contempler son visage.

« Mon but dans cette ville ? Disons que j’aimerai contribuer à la rendre... meilleure ? ... faire en sorte que chacun puisse occuper la place qui lui est dû. Je crois que ce serait déjà pas mal… pour commencer. »

Un fond de vérité. Mais il ne disait pas tout. Nulle besoin de technique pour le deviner.

« Et vous ? Serez-vous de ceux qui se dresseront en obstacle ou de ceux qui se contenteront de regarder le spectacle de loin ? » Son visage se crispait.

L'investisseur laissait place à un autre personnage.
Le véritable Ashura.

_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Cbvh
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8894-bakuhatsu-ashura-termine http://www.ascentofshinobi.com/t9015-dossier-shinobi-bakuhatsu-ashura
Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Lun 13 Avr 2020 - 1:12
« Parfois, on a pas véritablement le choix lorsque l'on est plus faible. »

Les mots de la jeune femme étaient assez sombres, froids. Pesants. Elle n'était pas de ceux qui blamaient ceux qui faisaient tout pour survivre, bien au contraire. Pour elle, c'était une supériorité certaine. Celle de la force mentale. Lorsque l'on est capabable de survivre en toute circonstance, alors on finit forcément par gagner. C'était une vérité qui était limpide aux yeux de la tueuse.Être plus fort un temps, si l'on est incapable d'achever son ennemi, alors c'est un signe de faiblesse. Si l'on est incapable de le faire par manque de puissance bien sûr. Elle n'avait rien contre le fait de laisser survivre autrui. Elle l'avait déjà fait plusieurs fois, la preuve de cette manianité qui l'habitait malgré tout. Malgré ce qu'elle pouvait renvoyer en image de cruelle torsionnaire pour certains.

« Mais oui. Il n'a pas l'âme d'un survivant en tous cas. Il n'aurait jamais pu devenir un puissant. Et il l'a prouvé aujourd'hui. Tant pis pour lui. »

Le cadavre encore chaud n'avait de toute façon déjà plus aucune importance alors que doucement son sang se répendait sur les pavés à l'extérieur, chatouillant légèrement les sens et l'envie de la prédatrice qui siégeait paisiblement à l'intérieur, verre à la main. Mais ce n'était rien comparé à tout ce qu'elle avait pu vivre, ce ne serait donc pas cela qui la trahirait. Pas même le moindre mouvement, ni même un battement de cil qui aurait pu la trahir. Elle était de ceux qui passaient leur vie sous un masque bien travaillé, perfectionné avec le temps. Une façade polie et rectifiée à chaque erreur pour que la moindre cicatrice laisse place à une peau parfaite. Une peau nacrée et lisse comme une perle précieuse.

La conversation dériva au fil du verre de la nukenin jusqu'à ce qu'elle le vide de nouveau. Le Bakuhatsu s'en rendrait rapidement compte, s'il comptait offrir des verres, alors il en faudrait beaucoup pour commencer à fragiliser la demoiselle au pouvoir sanguin. Ce qui pouvait être d'autant plus troublant que rien chez elle ne pouvait le laisser paraître, privilège de sa constitution particulière. Elle sourit légèrement à la question de l'investisseur avant de lui répondre.

« À qui la faute ? Et bien la question ne se pose pas. Elle est évidente. C'est celle des dirigeants actuels. On pourrait facilement me faire passer pour une fanatique à m'entendre, mais ma réponse ne changerait pas même si j'étais contre Seichi. Tout simplement parce que c'est au gouvernement en place de gérer la sécurité de son pays. »

Toujours souriante, elle jeta un oeil au Tenma avant de l'interpeler.

« Si tu amenais une bouteille pleine en plus de celle que tu tiens dans la main, je pense que ça ne pose pas de problèmes, si ? »

Sortant une poignée de pièces d'une bourse solidement attachée à sa hanche, Katsuko posa l'argent sur la table, dans la direction du tavernier. Face à son air hésitant, Neiko choisit de dire quelques mots.

« Voilà si t'as peur pour ton avenir. »

Un léger air de dédain envers cet homme pouvait se sentir dans la voix de la jeune femme. Elle l'avait jugé désormais et il serait sans doute complexe voire impossible pour lui de sortir de la case où il était désormais rangé. Il n'était pas de ceux qui en étaient capables, de ceux qui dépassaient les limites. De ceux qui surprenaient.

« C'est normal que tu l'ai entendu si tu es ici depuis plus d'une semaine. Je ne cherche pas à être discrète dans mes méthodes ici. Je n'en ai pas besoin. »

Un sourire un peu moqueur, les yeux de la prédatrice se perdirent quelques instants vers la fenêtre sous laquelle se trouvait le mort. Elle n'était pas de cette race. Elle hocha ensuite un peu la tête aux propos de l'homme d'affaires. Il était donc rationnel au moins, ce n'était pas un fou délusionniste. Écoutant la suite, elle ne put s'empêcher d'avoir un léger sourire en entendant son nom.

« Ce sera Yasha pour moi alors, c'est mignon. »

Clairement moqueuse, elle attendait un peu de voir sa réaction avant de le répéter, toujours avec cet air provocateur.

« La rendre meilleur ? Tu es un utopiste mon petit Yasha. C'est bien de croire en ses rêves. C'est plus complexe de les rendre réalisables. »

Reprenant un air plus détaché, elle se remplit un verre avant d'en faire tourner quelques instants le contenu. Relevant les yeux doucement sur l'homme face à elle, la vampire se délecta du liquide légèrement amer, laissant la nouvelle question de son interlocuteur en suspens.

« J'ai un travail à terminer. Le reste, je ne m'en occuperai sans doute pas. Je suis une mercenaire, je suis libre. »

Terminant son verre, elle s'étira un peu sur sa chaise, s'y réinstallant un peu plus confortablement avec un léger bruit de satisfaction qui traversa ses lèvres.

« Au moins les chaises sont plutôt en bon état, ce serait dommage de ne rien faire de ce lieu. »

La demoiselle aux yeux rougeoyant planta son regard dans celui de l'investisseur, de nouveau légèrement amusée. Sa réponse l'intriguait.

_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Bakuhatsu Ashura
Bakuhatsu Ashura

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Sam 18 Avr 2020 - 13:24
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Tavern10
Une belle journée à Murashigure ?


Contrairement à Neiko, Ashura était de ceux qui pensaient qu’on avait toujours le choix dans la vie. Il n’y avait pas de parfois qui tienne. Ainsi, dire des faibles qu’ils n’avaient parfois pas vraiment le choix, ce n’était ni plus ni moins, à ses yeux, que de leur trouver des excuses. Ce qui ne le dérangeait pas le moins du monde, pourvu qu’on arrête de dire qu’ils n’avaient pas le choix.

« Êtes-vous certaine de ne pas leur chercher des excuses ? » Demanda -t-il, histoire d’en avoir le cœur net.

Pour le guerrier jaune, le faible se retrouvait, de manière générale, toujours confronter à au moins deux choix, à savoir : subir et accepter ou refuser et se rebeller. Et toujours selon sa vision des choses, c’était la personne qui avait conscience de la réalité, et qui faisait son choix en conséquence, en étant notamment prêt à assumer les conséquences de ses actes, qui avait plus de chance de survivre.

Autrement dit, inutile de chercher des excuses à qui que ce soit. Si un voleur affamé trouvait la mort en volant, il n’aurait pas moins eu et fait son choix qu’une personne qui mettait fin à sa vie parce qu’elle trouverait la vie cruelle et insupportable. C’était peut-être un peu facile d’avoir une telle vision du monde quand on avait sa force, tant mentale que physique, mais toujours était-il que cette force il ne l’avait pas volé. Elle ne lui ait pas tombé du ciel…

Quand Neiko souligna que le joueur qui avait perdu la vie sous leur yeux n’avait pas l’âme d’un survivant, Ashura acquiesça d’un léger signe de tête. Un survivant ne jouait pas plus qu’il ne devait, et évitait tant qu’il le pouvait de s’attirer stupidement des ennuis.

Enfin, lorsque leur conversation dériva sur le gouvernement, Ashura posa une simple interrogation à son interlocutrice, qui ne perdit pas de temps pour lui répondre. Une réponse qui ne l’étonna pas le moins du monde, et qui n’étonnera de toute évidence personne à Ame, pas même le gouvernement, si ses membres étaient un tant soi peu honnête.

« Le gouvernement est le premier responsable. Ceux qui profitent du laxisme, de l’impuissance et de l’incompétence du gouvernement sont tout aussi responsables de l’état du pays. Il est important de ne pas les omettre. » Ajouta -t-il, le regard légèrement sévère.

Si certaines têtes au sein du gouvernement devaient tomber, non pas pour le bien de la nation, mais avant tout par vengeance pour certaines choses qu’il n’oubliait pas, Ashura accusait au fond de lui surtout ceux qui avaient profité de l’inertie de l’Etat. Le collectif. Les groupuscules étrangers et les bandes locaux. Autant de responsables qui avaient participé à faire du pays de la pluie ce qu’elle était. A savoir, une Etat défaillant, où les délinquants et criminels régnaient en tout impunité. Si bon nombre de délits et crimes n’étaient pas ce qui lui posait particulièrement problème, c’était la façon dont ils étaient commis qui le poussait à vouloir agir. Le beau temps reviendra un jour à Ame. A ce moment-là, le monde du crime sera organisé et sous une seule coupe, et bien tapis dans l’ombre. Il se l’était promis. Ils se l’étaient promis.

Quoi qu’il en fût, la mercenaire demeurait toujours aussi souriante, et si le guerrier jaune se moquait des raisons qui la mettaient de si « bonne humeur », il n’appréciait pas moins qu’elle se montre aussi hautaine avec Tenma, le « propriétaire » de la taverne dans laquelle elle semblait prendre du bon temps.

« Tu n’as pas à servir une personne qui te témoigne aussi peu de respect, Tenma. » Lâcha -t-il, à l’égard du « propriétaire », qui s’apprêtait à resservir la mercenaire comme si de rien était.

Confus, Tenma déposa les deux bouteilles sur la table, près d’Ashura, avant de faire le tour des tables pour faire un peu le ménage et servir quiconque en aurait besoin. Poussant les deux bouteilles au milieu de la table, le guerrier jaune invitait la jeune femme à se servir à sa guise, sans porter un regard sur les pièces qu’elle avait déposé pour Tenma.

« Je suis de retour depuis peu, mais votre nom m’est familier, comme sans doute à beaucoup d'autres Amejins j'imagine. » Fit-il, tandis qu'il dévisageait la mercenaire du regard.

Il cherchait visiblement, sans doute un peu inconsciemment, à intimider et avoir une certaine emprise sur son interlocutrice. Pas certain que sa tentative soit fructueuse, mais bon cela ne restait pas moins un trait de sa personnalité, le genre qu'on avait pas forcément conscience...

Au file de la conversation, Ashura réalisait que la mercenaire adoptait un comportement plutôt dangereux, risquant de mettre prématurément fin à leur échange qui avait tout pour être intéressant. Prêtant malgré tout peu d’attention au « mon petit Yasha », qui était, il fallait le dire, totalement déplacé, le guerrier jaune se contenta de réagir sur la deuxième partie du monologue de Neiko.

« Changez autant de gouvernement que vous le voulez, il sera toujours incapable de mater et contrôler les forces qui se sont installés dans ce pays. Il y a bien de trop de choses à faire pour qu’un gouvernement puisse rétablir la justice et remettre de l’ordre dans ce pays, à lui seul. » Fit-il, en remplissant son verre.

Il avait peut-être trop dit. Et pas toujours répondu de la manière attendue. Mais peu importait. Il écouta la mercenaire en prenant une nouvelle gorgée de son nectar avant de reporter son regard sur elle.

« Ainsi donc, après le Seichi, vous ne verrez pas d’inconvénient à travailler pour nous, même si nos intérêts pourraient s’opposer à ceux du Tenshu que vous servez aujourd’hui ? Vous serez bien entendu grassement payé et aurez la possibilité de négocier ce contrat comme vous l’entendez. » Demanda -t-il, d’un regard inquisiteur. « J’imagine que cela ne vous laisse pas indifférente, à moins que la fameuse Neiko reste fidèle au petit prince Kodashi quoi qu’il arrive, ou qu’elle ait mieux affaire ailleurs ? » Ajouta -t-il, en la laissant s'imaginer et penser ce qu'elle voulait.

Se retournant vers Tenma, il lui fit signe d'apporter deux nouvelles bouteilles. Elle adorait boire, alors autant la faire boire le plus possible, elle finira bien par craquer, tôt ou tard. Pas que cela l’amusait, mais il voulait seulement vérifier quelque chose…

Jetant un bref regard au plafond, Ashura reposa ses pupilles sur la mercenaire, l'interrogeant après quelques gorgées de son saké.

« S’il vous appartenait, qu’en auriez-vous fait ? » Demanda -t-il, en remplissant de nouveau son verre.



_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Cbvh
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8894-bakuhatsu-ashura-termine http://www.ascentofshinobi.com/t9015-dossier-shinobi-bakuhatsu-ashura
Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Sam 18 Avr 2020 - 23:55
Katsuko eut un rictus lors de la question de l'homme face à elle. Chercher des excuses ? Non. Il ne devait rien connaître de la faiblesse pour remettre en doute ces paroles. Il ne devait pas avoir connu l'impuissance totale.

« J'ignore ce que t'as pu vivre. Mais non. Parfois, le choix est impossible parce que quelqu'un de suffisamment fort a décidé pour toi. Lorsque la différence est trop grande, tu n'as plus le choix. C'est une simple et horrible vérité pour les plus faibles. »

Son regard s'était fait plus sombre, un peu perdu dans le vide. Elle, elle savait ce que c'était. Et elle avait tué celui qui le lui avait fait vivre. Mais non. La facilité de croire que le choix était toujours possible, seul quelqu'un n'ayant jamais connu la véritable faiblesse pouvait le faire. Il pouvait bien croire ce qu'il voulait dans un sens. Tant qu'il ne la vivrait pas, ce serait sans doute impossible pour lui de comprendre. De savoir ce que signifiait perdre son humanité par incapacité de se défendre, par manque de force, physique, mentale, technique. Quelle qu'elle soit, la force était nécessaire pour avoir le choix. Un minimum de force.

« Lui par contre, il n'était pas parmi les plus faibles. Lui, il avait le choix. »

Le simple fait qu'il était libre de venir jouer ici en était une preuve. La liberté. Ce joyau qu'elle avait mit si longtemps à effleurer, tout ça pour tomber sur Shima. Cette saleté d'Asaara. Elle aurait sa vengeance. Bientôt.

Continuant la discussion sur la milice et le gouvernement, Neiko se contenta cette fois-ci d'un haussement d'épaules. C'était vrai. Mais est-ce qu'on pouvait en vouloir à quelqu'un de profiter d'un manque de règles ? Est-ce que ce n'était pas dans la nature humaine que de chercher des échapatoires ? Voilà des questions qui n'auraient sans doute pas de réponse en ce jour.

La suite fut cependant un peu plus irritante puisque l'investisseur prit la défense du faible qui lui servait de tenancier.

« Pour quelqu'un qui ne veut pas trouver d'excuses aux faibles, je te trouve bien laxiste avec celui-ci. »

Un peu moqueuse, elle continuait ses tests, l'homme n'ayant pas réagit au précédent. Elle voulait voir à quel point il était solide nerveusement parlant. C'était quelque chose d'important, les nerfs. La capacité à rester serein et à garder une analyse des choses qui entourent chacun. Ne voulant de toute façon pas particulièrement être servie par un froussard comme celui qui tremblottait là, la nukenin prit elle-même la bouteille et continua de boire. Un autre test pour le fieffé investisseur. Restait désormais à voir comment il réagirait.

« Peu étonnant, je fais en sorte qu'on parle de moi. Ma réputation est capitale, je suis une informatrice après tout. Si personne me connait, alors personne peut venir me demander des informations et j'ai plus de revenus. J'ai besoin de manger. Et de boire aussi bien sûr. »

Faisant un sourire amusé lors de la fin de sa phrase, loin d'être en manque d'argent, la jeune noble de Taiyo gardait son style très nonchalant pour cet échange. Retenant à moitié un baillement, elle passa la main devant sa bouche par politesse. Elle n'était pas non plus totalement sauvage, malgré le jeu instauré actuellement. Un peu déçue de l'absence de réaction au premier surnom, elle décida d'en changer pour les fois suivantes.

« Bien trop de choses à faire... Tu es pessimite Yasha-chan. L'avantage avec Seichi, c'est que le Prince est pas seul. Il le sera plus jamais. »

Se balançant légèrement sur sa chaise, elle termina son verre à nouveau pour mieux le remplir. Ses yeux commençaient doucement à briller, ses mouvements se faisaient moins précis. Mais tout allait bien.

« J'pense en effet qu'une paix totale dans ce pays est pas possible de si tôt. Mais je pense qu'elle est atteignable sur le long terme. Le futur nous dira si Jupiter en est capable. »

Écoutant la suite en sirotant l'alcool de riz qui lui était servit, la jeune femme aux yeux sanguins brillants eut un petit sourire amusé lors des questions qui s'enchainèrent. Elle sentait comme une tentative de provocation, ou de corruption. Elle n'aurait pas tellement su mettre le terme exact sur ce que Yashiro essayait de faire, de produire comme effet.

« Si tu me dis qui englobe ce "nous" déjà, ça pourrait être un premier pas. Ensuite, tout dépend du travail. Je choisis mes emplois. Je suis une informatrice suffisamment puissante pour choisir... Mes travaux. »

Après un arrêt dans sa phrase pour boire une gorgée, la demoiselle termina son verre et sa diction pour mieux le remplir à nouveau. Comme prise dans un enchaînement inarrêtable, elle se plaisait à boire de plus en plus, et de plus en plus vite. Elle attendait le moment où il réagirait. Restait également à voir quand il réagirait.

« L'argent achète que ceux qui veulent bien être payé ainsi. Attention à pas croire tout c'qu'on dit à c'propos. »

Un peu amusée, elle posa son verre et s'étira.

« Quand au prénom de mon prince comme tu dis, c'est Kadachi. Il m'en voudrait si trop de langues fourchaient. Quel genre d'informateur est incapable de faire entendre un nom correctement ? »

Estimant qu'elle avait déjà répondu à la dernière question par sa mention des choix qu'elle faisait, elle ne s'étendit pas plus longtemps sur cette dernière. Voyant le petit signe de la main du Bakuhatsu, Katsuko ne fit aucun commentaire mais choisit d'agir discrètement. Rien n'était visible sur elle, rien d'extérieur, mais en elle, l'alcool était revenu à zéro. Déjà qu'elle surjouait, le voir essayer de la soûler serait d'autant plus drôle. Et si elle était suffisamment bonne actrice, alors il pourrait peut-être tenter quelque chose, de verbal... Ou physique. Et tomberait alors dans un piège assez simpliste mais ô combien imprévisible pour qui ne connaissait pas les capacités de la prédatrice.

Faisant mine de rien, jouant toujours de ces mots qui se faisaient de moins en moins certains à chaque verre, de ses gestes qui perdaient en énergie et en précision, Neiko se laissa abreuver sans sembler résister. Après tout, en plus de sa résistance naturelle hors norme, elle avait pour elle ses techniques.

« Hmmm... »

Laissant quelques secondes passer, secondes de longue réflexion, elle eut un petit rire avant de replonger son regard brillant dans celui du mystérieux Yashiro.

« Ça dépend d'l'argent qu'j'ai à investir dedans. Et... des libertés qu'j'ai par rapport à l'établiss'ment. Pourquoi cette question Yasha-chan ? Tu veux m'le donner ? »

Ayant à nouveau un petit rictus amusé, la provocatrice s'était petit à petit installée plus confortablement dans sa chaise, regardant par instant le plafond. Elle vida encore une fois son verre, les yeux toujours sur son vis-à-vis. Et maintenant ?

HRP:
 

_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Bakuhatsu Ashura
Bakuhatsu Ashura

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Dim 26 Avr 2020 - 21:37
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Tavern10
Une belle journée à Murashigure ?


Il ne pouvait être d’accord avec ce raisonnement. Mais cela ne signifiait pas pour autant qu’il fût incapable de le comprendre, au contraire. Il restait malgré tout sur sa position. Tout le monde avait le choix, et ce peu importait sa force, sa condition, ou sa position sociale. Il n'incombait à la personne que de faire un choix parmi plusieurs qui s’offraient à elle, et si elle choisissait un en avançant qu’elle fut contrainte de la faire, ce serait mentir. Ce serait se trouver une excuse. Ni plus ni moins. Et ce peu importait le contexte.

On pouvait certes lui rapprocher sa vision, mais toujours était-il que c’était une vision qui découlait de sa propre expérience de la vie. Puis, quand dès votre jeune âge, on vous mettait dans la tête que vous pouvez affronter les dieux, que pouvez devenir vous-même un dieu, était-ce vraiment étonnant de le voir adopter une telle position ? Non, bien sûr que non. D’autant plus que s’ajoutait un bon nombre d’expérience traumatisant, qui le menèrent à plusieurs reprises aux portes de la mort, mais que ce soit le hasard ou le destin il s’en était toujours sorti, toujours. Après ça, forcément, il n’était pas difficile de croire qu’on pouvait toujours avoir le choix, puisque sa survie il ne la devait, à ses yeux, qu’à ses propres choix, sa propre volonté.

Il estima cependant inutile de revenir à ce sujet. Il avait donné son point de vue. Neiko, le sien. Chercher à débattre plus longtemps ne mènerait à rien, et serait selon lui contre-productif. Il percevait malgré tout quelque chose dans le regard de la mercenaire, quelque de chose de presque insondable. Peut-être l’expression de l’expérience qui l’avait mené à penser que les faibles pouvaient parfois ne pas avoir le choix ? Peut-être bien. Peu importait à vrai dire.

Puis, lorsque la jeune femme lui confia que le joueur décédé n’était pas parmi les plus faibles, mais qu’il avait le choix, Ashura haussa naturellement les épaules. Pour lui, cet homme était tout aussi faible, qu’il avait le choix, ni plus ni moins.

Quant à la discussion sur la milice et le gouvernement, Neiko ne semblait pas tout à fait partager son point de vue, tout ou du moins elle semblait partagée, se contentant de hausser légèrement les épaules.

Enfin, quand Ashura prit la défense de Tenma, qui se faisait un peu malmené par la jeune femme, celle-ci se moquait de lui en lui confiant notamment qu’il était un peu trop laxiste pour quelqu’un qui ne se refusait de trouver des excuses aux faibles. Le guerrier jaune ne broncha pas d’un ciel. L’accusation de la jeune femme pouvait se défendre, mais elle n’était pas moins fausse à ses yeux, à moins que Tenma et ses proches ne soient des exceptions ? Allez savoir.

Restant de marbre, l’Amejin écoutait son interlocutrice parler d’elle et de son métier. Sa réputation semblait être quelque chose d’importante à ses yeux, chose dont il pouvait comprendre, mais qu’il ne manqua pas de garder dans un coin de sa tête.

« Je vois. » Finit-il par lâcher, toujours aussi impassible.

Au fil de la conversation, il commençait à se faire une idée sur cette femme. Si sa première impression était loin d’être glorieuse, il ne manquait pas moins de garder à l’esprit que la mercenaire avait une certaine réputation. Il était capable de dissocier la personne en tant qu’individu de la professionnelle qui sommeillait en elle.

Ainsi donc, Ashura prêtait peu d’attention aux petites provocations de son interlocutrice, lui donnant l'impression d'avoir affaire à une gamine, et ignorait pour ainsi dire son comportement pour le moins déplacé. Après tout, elle était sous l’influence de l’alcool, peu de gens pouvaient y résister aussi facilement que lui. Seulement, il ne se doutait pas une seule seconde que la jeune femme jouait la comédie.

Portant son verre à ses lèvres, il ingurgitait sa boisson, tout en prêtant une oreille à la jeune femme. Celle-ci semblait exagérer de sa patience, mais sachant qu’elle était sous l’influence du saké, il tâchait de se focaliser sur l’essentiel : comme le fait que le petit prince n’est pas seul. Qui était donc ses alliés ? A creuser. Le collectif ? Cela l’arrangerait énormément. En tout cas, Ashura s'efforçait beaucoup de garder son calme, au nom de ce qu'il pouvait en tirer de cette femme.

« Vous semblez beaucoup tenir à votre petit prince. » Lâcha -t-il, toujours aussi stoïque.

Une provocation ? Probablement pas, mais elle pouvait le prendre comme elle le voulait, cela lui importait peu.

Quoi qu’il en fût, ils étaient d’accord sur le fait qu’une paix totale n’était pas possible dans ce pays. Mais il était le seul à penser qu’elle ne soit pas possible même sur le long terme, du moins pas tant qu’ils n’auraient pas pris le contrôle du pays. Chose qui arrivera, d’une manière ou d’une autre. Il en était persuadé.

Le guerrier se contenta malgré tout d’un simple hochement de tête, inutile d’en rajouter une couche à ce sujet, au risque de dévoiler bien plus de choses qu’il ne le devrait.

Prenant plusieurs gorgées de son nectar, le guerrier jaune constata que les boissons de Tenma avaient l’air de bien plus affecté la mercenaire qu’elles ne le devraient. Surjouait-elle ? Si oui, pour quelles raisons ? Ce regard, ce sourire, voilà finalement tout ce qu’il détestait.

« Vous le saurez le moment venu. » Fit-il, lorsque Neiko l’interrogea sur le « nous » qui laissait penser qu’il parlait au nom d’un groupe. « Suffisamment puissante ? Oh, je vois. Il est vrai que n’est pas donné à toute le monde de choisir son job, et si vous me disiez le genre d’emploi que vous refuseriez de prendre d’avance ? » S’enquit-il, en la regardant droit dans les yeux.

Elle tenait à sa réputation. Elle tenait à sa liberté. Et possiblement au petit prince. A quoi d’autres elle pouvait tenir ? Songeait le guerrier jaune.

En la regardant boire de la sorte, alors qu’elle ne semblait pas bien tenir à l’alcool, Ashura fut à deux doigts de lui demander d’aller mollo. Seulement, après réflexion, il estimait que ce n’était pas son souci. Après tout, Neiko était une célèbre et puissante informatrice, ainsi si elle se laissait autant aller ce qu’elle devait avoir ses raisons. Qui sait, peut-être qu’elle était ainsi dans la vie de tous les jours, une alcoolique, sauf lorsqu’elle se lançait dans une mission ou quelque chose du genre. Allez savoir.

« Vous n’êtes donc pas de ce bord-là. » Fit-il, après la petite remarque de Neiko concernant l’argent. « Et si vous me disiez ce qui vous intéresse. Après quoi, courrez-vous ? Quel genre de mercenaire êtes-vous ? » Demanda -t-il, affichant pour la première fois une certaine forme de curiosité.

Des questions parmi tant d’autres. Qu’elle choisisse d’y répondre ou non, cela ne changera pas grand-chose.

Quoi qu’il en fût, Ashura eut un petit sourire, à peine perceptible, dont il ne se rendit même pas compte, lorsque son interlocutrice s’exprimait au sujet de son petit prince.

Cependant, plus le temps passait, plus la mercenaire ne semblait plus maître d’elle-même. Elle lui paraissait tellement vulnérable, qu’il s’interrogeait. Si elle jouait vraiment la comédie, Ashura reconnaîtrait qu’elle était très douée, bien qu’il ne comprendrait pas le but d’une telle manœuvre. Et si ce n’était pas le cas, alors il avait bien « raison » de s’interroger.

Enfin, après qu'il eut la confirmation qu’elle était totalement sous l’influence de l’alcool, Ashura finit par se lever, buvant ce qu’il restait dans sa coupe d’un cul sec.

« Vous n’êtes visiblement plus maître de vous-même. Profitez donc des derniers instants de cette taverne, et profitez bien de votre séjour à Ame, car quelque chose me dit que nous nous reverrons bien assez tôt, d’une manière ou d’une autre. » Fit-il, en se retournant, s'apprêtant à se diriger vers la sortie.

A moins qu’il ne soit retenu par Neiko, pour une raison ou une autre, Ashura avait bien l’intention de quitter la taverne...




_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Cbvh
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8894-bakuhatsu-ashura-termine http://www.ascentofshinobi.com/t9015-dossier-shinobi-bakuhatsu-ashura
Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Lun 27 Avr 2020 - 0:55
Il fallait céder à cet investisseur inconnu qu'il savait rester de marbre malgré ses railleries et ses provocations pour le moins enfantines, jouant avec ses nerfs. Il avait une bonne maîtrise de lui, ce qui était plutôt un point positif. Il ne paniquerait probablement pas en situation inattendue. Elle pouvait le taxer de tous les noms, lui ou son employé, sa seule directive avait été de ne pas continuer à la servir de son plein gré. Cependant, lui... Lui avait continué à la servir. il voulait la faire boire. Soit, elle jouerait son jeu.

Travaillant son talent d'actrice, elle réfléchissait à ce comment beaucoup de gens la voyaient au premier abord. Une jeune femme plutôt fragile. Enfin, tant qu'elle restait silencieuse et qu'on ne regardait que ses courbes. Et elle avait passé tellement d'heures dans les tavernes qu'elle avait en mémoire tant de comportements sous alcool d'une panoplie de sujets qu'elle pouvait piocher là où elle le souhaitait, tâchant juste de créer un tout crédible. Une image possible de l'informatrice soûle qui craquait en partie, sans doute à cause de la pression qu'elle avait quotidiennement, et en perdait toute notion de précaution et de bon sens, sombrant petit à petit mais assez rapidement quand même à cause de sa faible résistance dans le néant.

En vérité, son esprit était clair comme le ciel une nuit d'été et rien n'aurait su l'embrouiller. Ce n'était pas un faible alcool ni même ces petites portions qui arriveraient au bout de ses résistances naturelles, alors avec sa technique sanguine pour se purifier... Elle aurait pu vider les réserves avant d'en ressentir les premiers effets sans pouvoir revenir à la raison en un instant.

Discutant avec l'homme, elle était déçue du peu de paroles qu'il débitait. Même face à une jeune femme incapable de se défendre, il semblait de marbre. C'était à la fois positif, puisqu'elle estimait alors pouvoir lui accorder une certaine confiance, mais aussi terriblement négatif. Elle ne tirerait pas grand chose de lui.

« Beaucoup beaucoup... Il est mignon après tout... Un peu comme toi... Mais avec des émotions... »

Laissant passer le temps, échangeant avec l'homme, elle n'insista pas immédiatement sur ce point. Il reviendrait plus tard, en bonne et due forme. A vrai dire, elle savait même déjà comment elle allait le tester à ce sujet, il ne restait plus qu'à attendre le bon moment pour voir comment il réagirait. Mais la remarque de ce dernier avait au moins fait en partie écho aux questions qu'elle s'était elle-même pôsée. Tenait-elle véritablement à Seichi et plus précisément à Kadachi ? À vrai dire non. Seulement, il était son employeur, et elle ne pouvait faillir. Pour sa réputation. Dusse-t-elle vaincre l'Homme au Chapeau à mains nues, elle l'aurait fait, si c'était pour garder son parcours de missions parfait.

Bon, heureusement, personne n'avait été assez fou pour lui demander quelque chose et elle n'avait pas été assez folle pour accepter. Mais une fois engagée, rien ne l'arrêtait. Seule sa mort aurait pu y mettre un terme autre que ceux que la mission rencontrait en cas de succès si ce dernier était possible, ou d'impasse s'il n'y avait pas d'autre solution.

« Le moment venu ?.. C'est pas très gentil ça... J'aime bien savoir à l'avance avec qui je bosse... Pour choisir, tu vois... Pour le genre d'emplois... L'esclavage ou l'assassinat gratuit... Pas pour moi. Je prends pas la vie sans raisons. »

Elle jeta un regard vers la fenêtre sous laquelle le cadavre attendait encore que quelqu'un daigne le bouger de là pour l'enterrer.

« Moi... Jamais j'aurais fait ça... »

Enfin, pas devant un public. C'était l'image qu'elle se devait d'avoir. En vérité, elle était plus sombre que tout ce qui pouvait traîner dans cette ville lorsqu'elle avait soif. Puisqu'elle n'était alors plus qu'un animal. Une créature puissante et terrible qui ne s'arrêtait que lorsqu'elle était repue. Mais ça, il n'avait pas besoin de le savoir. Personne ne devait en avoir connaissance.

Continuant de boire pour son jeu comme pour faire passer ses sombres pensées, un mauvais arrière-goût dans sa bouche restant tenace, elle écoutait le guerrier aux airs d'investisseur dépourvu de sentiments. Un vrai automate.

« Eeeet non... Et pour c'qui m'intéresse... »

Elle eut un petit sourire en coin. Elle se pencha en avant, mettant trois longues secondes avant de relever la mèche qui était tombée devant ses yeux de manière incertaine.

« Pardon... Pour c'qui m'intéresse... Les causes qui m'paraissent juste, j'dirais... Et celles qu'on pas d'couleur... Et celles qui m'plaisent bien... »

Ne précisant pas plus ce qu'elle voulait dire par là, estimant qu'une personne dans son état n'y penserait jamais, elle n'offra pas plus de détails à celui qu'elle voyait comme un mannequin inexpressif. Enfin, jusqu'à ce qu'il relâche un petit sourire quand elle le corrigea pour le nom de Jupiter. Elle pointa alors le doigt vers lui, un grand sourire sur les lèvres.

« Aaah... J'ai réussi à percer ton coeur de pierre nan ?.. T'es bizarre quand même t'sais ?.. J'regarde que ton visage depuis l'début... Et t'souris jamais... T'es tout tristoune... »

L'observant alors faire son cul sec une fois leur échange terminé, elle l'imita, comme si elle l'avait vu comme une provocation en duel et qu'elle tenait à lui prouver qu'elle en était aussi capable. Toussant un peu en le reposant sur la table, elle s'y allongea à moitié, le regardant alors qu'il parlait à nouveau.

« Pas maître de moi ?.. C'pas très gentil... De dire ça. Hmmm... Tu vas vraiment m'abandonner comme ça ?.. C'pas gentil... Pis j'retire c'que j'ai dit... T'as vraiment pas d'émotions... J'pourrais être allongée nue sur la table j'suis sûr qu'tu rougirais même pas... »

Prenant une pose un peu lassive avec un sourire narquois, lui offrant une vue sur sa poitrine, elle bascula légèrement en arrière pour se mettre à nouveau plus confortablement sur sa chaise, s'étirant au passage avec les bras repliés, faisant ressortir sa poitrine au passage, mettant la main devant sa bouche pour cacher un baillement.

« T'es vraiment pas très marrant... »

Elle avait marmonné sa dernière phrase, fermant à moitié les yeux, bien calée sur le fauteuil d'osier. Quelle serait la réaction de ce Yashiro ? C'était maintenant la seule chose qui l'intéressait et non plus les verres devant elle, quand bien même elle avait encore une bouteille à moitié pleine.

_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Bakuhatsu Ashura
Bakuhatsu Ashura

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Dim 3 Mai 2020 - 21:25
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Tavern10
Une belle journée à Murashigure ?


Ashura ne retenait que ce qu’il jugeait comme pertinent. Tous les autres mots que Neiko pouvaient débiter ne l’intéressaient pas le moins du monde, et passaient pour ainsi dire à la trappe. La mercenaire lui confirma d'ailleurs tenir à son petit prince, ne se doutant pas une seule seconde qu’elle jouait en réalité la comédie. Il ne trouvait cela pas non plus étonnant, surtout si la mercenaire avait assisté et accompagné le prince depuis la création de son fameux mouvement.

Ainsi donc, il retenait qu’elle tenait au Tenshu, et que cela pourrait potentiellement être un de ses points faibles. Qui ne rêverait pas de trouver les points faibles de la fameuse « mercenaire » et informatrice, Neiko ? Beaucoup tueraient sans doute pour les connaître, surtout à Ame. Cela dit, pour l’heure connaître ses faiblesses ne lui étaient d’aucune utilité, mais il était toujours bon de les avoir en tête, surtout qu’elle pourrait potentiellement devenir un ennemi sur le terme, qui sait. Encore fallait-il que cette faiblesse dont il pensait avoir trouvé en soit véritablement une…

Quoi qu’il en fût, le guerrier émis quelques remarques et se montra quelque peu mystérieux quant au contrat qu’il pourrait possiblement proposer à Neiko. Malgré ce qu’on pouvait en penser, il était sérieux, il allait lui proposer ce fameux contrat, mais seulement lorsqu’il jugera que c’était le bon moment de le faire. Ce n’était pas pour toute de suite, cela allait de soi. Et ce ne sera sans doute pas avant la fin de la bataille qui opposera visiblement le gouvernement au Seichi. A ce moment-là, elle sera libre d’accepter ou de refuser. De se rallier à eux ou de se dresser contre eux. Et de peut-être défaire ce qu’elle avait fait ou tenter de le préserver…

La mercenaire n’appréciait visiblement pas l’attente, chose que le guerrier était en mesure de comprendre. Mais malgré tout, il ne comptait rien lui dévoiler pour le moment. Neiko l’avait visiblement compris, malgré son état, et ne s’attarda pas longtemps dessus. Quant au genre d’emplois qu’elle serait incapable de faire, la mercenaire répondit l’esclavage ainsi que l’assassinat gratuit. Elle se justifia en soulignant qu’elle ne prenait pas la vie sans raison, avant de jeter un coup œil au cadavre qui gisait de l’autre côté de la fenêtre, commentant qu’elle n’aurait jamais fait cela. Au moins cela avait le mérite d’être clair pour le guerrier jaune.

« Je vois. » Fit-il, simplement, en gardant son air habituel.

Aucune déception. Aucun jugement. Son faciès n’exprimait rien.

Il savait désormais à quel genre de mercenaire il avait affaire. Mais étonnement, cela ne le fit pas plus que ça changer d’avis sur ce fameux contrat qu’il comptait lui proposer. Elle avait pourtant été claire…

La mercenaire continuait de répondre à ses interrogations, affichant toujours ce sourire en coin, avant de se pencher curieusement vers l’avant, faisant mine de relever ses cheveux.

Puis, lorsque la conversation le fit finalement décocher un très mince sourire, la jeune femme se saisit de l’occasion, en l’indexant et en affichant un gros sourire. Ne prêtant aucune attention aux remarques qui suivirent, le guerrier jaune se contenta de finir ce qu’il restait au fond de sa tasse avant de décoller son postérieur de sa chaise. Il était temps pour lui de partir, donnant quelques raisons, ou ce qui pourrait être pris pour une justification à la mercenaire.

Celle-ci n’appréciait visiblement pas le départ du vagabond, comme si elle s’était éprise de lui. Le corps à moitié allongé sur la table, elle continuait de lui parler, de le charmer, de le provoquer, en somme elle poursuivait sa comédie. Sacrée comédienne, c’était le moins qu’on puisse dire. Ashura lui adressa naturellement un dernier regard, un regard mystérieux tant il semblait difficile à déchiffrer.

« C’est bien ce que je disais. » Fit-il, tandis qu’il la regardait de haut en bas.

Détournant la tête pour faire appel à Tenma, il attendit que son homme de main soit à sa hauteur pour se retourner vers la mercenaire.

« Si vous souhaitez vous divertir un peu, Tenma fera parfaitement l’affaire. Il est très endurant de ce qu’en disent les filles du coin. Je ne sais pas quel est votre prix mais j’espère que cela fera l’affaire. » Lâcha -t-il, en déposant quelques billets sur la table. « Amuse-toi bien, Tenma. » Conclut-il, avant de se retourner et entamer sa marche vers la sortie de la taverne.

Tout timide qu’il était, Tenma ne savait visiblement pas trop comment gérer la situation. La jeune femme était attirante, elle était à son goût, il ne pouvait rêver mieux, mais il craignait qu’elle ne le morde.

« Oui… Boss... » Fit le propriétaire des lieux, ne voulant pas décevoir son investisseur.

Il s’approchait timidement de Neiko, prêt à la conduire dans la réserve, où se trouvait notamment sa chambre. S’il réussissait son coup, Ashura sera fier et satisfait de lui. S’il échouait ou qu’il venait à y perdre la vie, ce n’était pas grave, il ne lui était de toute évidence d’aucune utilité.





_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Cbvh
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8894-bakuhatsu-ashura-termine http://www.ascentofshinobi.com/t9015-dossier-shinobi-bakuhatsu-ashura
Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] Empty
Mer 6 Mai 2020 - 23:56
Poussant un long soupir ennuyé, bien audible, alors que l'homme en question montrait une absence totale de réaction intéressante. Lorsqu'il enchaîna, elle fut prise d'un fou-rire, incapable de se contrôler. Il lui proposait cette lavette de Tenma ? "Pour se divertir" ? Il était pire que ce qu'elle pensait. Est-ce qu'il était impuissant ? C'était-peut-être là la raison de cette esquive prononcée. Ou elle n'était absolument pas son type. Ou alors il préférait les hommes.

Laissant l'investisseur poser les billets sur la table alors qu'elle n'arrivait pas encore à se calmer dans sa crise de rire, se laissant guider après avoir saisit maladroitement les billets, se calmant difficilement. Enfin. Jusqu'à ce que l'autre soit sortit depuis quelques instants. Elle repoussa alors avec une certaine violence le Tenma, l'envoyant contre son bar. Elle avait bien plus de force que ce que son corps laissait paraître, grâce à son chakra notamment. Gardant ses jeux de femme trop alcoolisée, elle marcha péniblement jusqu'à une table où elle s'appuya, lançant un regard terrible au barman.

« Apportes moi... Un verre d'eau... Et me touche... Pas... L'argent... C'est pour ta vie... Après l'insulte qu'il vient de me... Hic... cracher au visage. »

Un hoquet falacieux, un s'asseya mollement sur la chaise, s'affalant à moitié sur la table, tête sur ses bras croisés. Attendant quelques minutes pour que l'homme se décide enfin à lui offrir le verre, voyant bien qu'il n'aurait pas ce que lui avait "offert" son maître, la vampire le but lentement, s'arrêtant de hoqueter une fois le verre vide. Secouant un peu la tête comme pour reprendre ses esprits, elle se releva et se dirigea à son tour vers la sortie, regardant une dernière fois Tenma.

« Deviens plus fort... Ou tu vas en souffrir... »

Sur ce seul conseil, elle s'éloigna lentement après avoir rabattu sa capuche sur sa tête, sa cape refermée sur son corps, ne marchant pas toujours droit et s'aidant des murs. Doucement, elle se fit moins hésitante, comme si la pluie l'aidait à reprendre ses esprits. Elle avait apprit peu sur cet homme, mais suffisamment pour savoir qu'il était dangereux. Lui et son groupe seraient ennuyeux, qui qu'ils soient, tant que les affaires de Seichi ne serait pas réglées. Elle le reverrait bientôt, elle le savait.

_________________
Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Une belle journée à Murashigure ? [C. Katsuko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Ame no Kuni, Pays de la Pluie :: Murashigure
Sauter vers: