Derniers sujets
Partagez | 

Je n’aime pas le sable, il est grossier, agressif, irritant et s’insinue partout... | Libre


Lun 14 Aoû 2017 - 11:17
Portant ma main en visière au-dessus de mon front, je regarde le chemin qui se dresse devant nous a travers la montagne. Depuis notre départ de Kaze, on a découvert des nouveaux paysages, bien différents des dunes de sable que l’on voyait à perte de vue dans le désert. Un sourire se dessine sur mes lèvres appréciant réellement ce que je vois. Kumo n’est plus très loin. La route a été longue jusqu’ici, éprouvante par moment, mais plus que plaisant. Surtout pour moi qui me délectais de ces nouvelles choses, de ce nouveau monde bien plus grand que je ne pouvais me l’imaginer. Si en confrontant les anciens, je m’étais imaginé que Kumo n’était pas si loin que cela, je m’étais vite fait rattrapé par la réalité. Je savais le désert immensément grand, mais je n’imaginais guère le reste du monde l’être tout autant. Cependant, j’aurais dû m’en douter, parce qu’une rumeur d’un endroit minuscule n’aurait pas autant d’importance. Dès lors, je m’étais montrée fébrile, impatiente à l’idée d’enfin arriver à la cité des nuages comme je me plaisais à l’appeler. Cité est pour moi plus beau que village, plus court aussi. Mais là, alors qu’elle est maintenant à portée de main. Comment dire que je ne résiste pas à l’envi de courir, et ce peu importe mon état de fatigue.

M’auto-proclamant alors éclaireuse de notre petit groupe sans dire un seul mot, je m’élance en courant sur le chemin arpentant la montagne. Ils savent que quoi qu’ils disent, ils ne pourront pas m’empêcher de passer devant, alors, ils se sont résignés. « Fais attention Ryüka, on ne sait pas s’ils ne seront pas hostiles ! » Dans ma tête, je ne peux pas imaginer qu’il le serait. Puis même s’ils le sont, je me ferai une joie de rapidement les faire changer d’avis à notre sujet. Après tout, on peut être un atout pour eux non ? Jetant cependant un œil en arrière et faisant un signe de main pour marquer que j’ai bien entendu ce que l’on venait de me dire, je constate qu’ils ont décidé de s’arrêter. Possiblement pour me laisser tâter le terrain avant. C’est le mieux à faire en effet, pour éviter un conflit inutile. Bien qu’en réalité, je ne suis pas la mieux placée pour réussir à créer un accord où je ne sais trop quoi. Si jamais ça se passe mal, on va vite devoir déguerpir me connaissant moi et ma forte tête…

Mes foulées ralentissent, pour finalement revenir à un rythme de marche soutenu et finalement m’arrêter devant l’arche de métal qui trône au-dessus du chemin à quelques mètres de moi. Je ne peux réprimer une expression d’émerveillement en la contemplant. Ignorant pour l’instant le poste de garde dressé là pour empêcher les allées et venues trop facilement. « Qui va-là ? » Entendis-je alors. Baissant alors enfin mon regard sur les soldats présent, je glisse machinalement mes mains dans mes poches où une quantité minime de sable est présente. Laissant glisser le sable entre mes doigts pour m’assurer qu’il est bien là, je m’approche des hommes. « Votre pire cauchemar. » Lançais-je alors avant de rire un peu. « Non plus sérieusement, une simple voyageuse qui désirerait s’entretenir avec l’un de vos supérieurs ? » Ce n’était pas réellement une question ou une demande, plus une sorte de constatation, mais étrangement, je fus moi-même surprise par mon choix de mots. Bien que ma première réplique ne fût pas réellement la mieux placé. Quand je vous disais que je manquais de savoir-faire !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Lun 14 Aoû 2017 - 12:44
Par-delà les splendides remparts de Kumo se dressait un monde totalement inconnu, qui ne cessait de m’intriguer depuis quelques temps. Il y a encore quelques jours, j’aurai pu jurer ne jamais vouloir franchir l’iconique Arche Grise, si ce n’est pour une mission que l’on m’aurait confiée. Et pourtant… plus je travaille avec mes parents dans le laboratoire scientifique des Rikuzo, plus je me dis que ce qui manque à Kumo est l’exotisme des terres inconnues et étrangères au Pays de la Foudre. Pourtant, nous avons des éléments extérieurs : Les Nara, un Chôkoku, des chercheurs venus de plusieurs pays… Mais au-delà des personnes, je parle de la nature et de ses ressources. C’est une œuvre complexe ayant décidé de disséminer des métaux rares dans les quatre coins du monde. Et je ne peux m’empêcher de penser que ce que nous recherchons pour créer l’alliage sur lequel nous travaillons depuis des années se trouve peut-être à quelques mètres seulement du village.

Mais bon. C’était des réflexions que j’avais en ce moment et qui ne m’intéressaient finalement pas plus que ça… en tout cas, c’est ce que je croyais, car de manière inconsciente, la capuche dressée et les mains dans les poches, je m’étais rendu vers l’architecture Metaru qui gardait l’entrée de notre foyer. Mes yeux étaient à la fois rivés sur l’Arche et sur l’horizon, et mes pensées s’entremêlèrent encore. Cela aurait pu continuer longtemps, si mon intention ne fut pas reportée par du bruit en direction de l’entrée du village. Les gardes remarquèrent visiblement quelqu’un par-delà nos murs. Curieux, je décidais de m’approcher pour avoir une oreille attentive sur ce qu’il se tramait.

Alors… d’après ce que j’ai compris bien sûr, nous avons comme nouvel arrivant notre pire cauchemar qui est en réalité une voyageuse. Je ne pouvais m’empêcher de secouer légèrement la tête en ricanant. On ne va pas se mentir, c’était assez maladroit comme présentation et entrée en matière. Les gardes discutèrent quelques secondes ensemble puis l’un d’eux se détacha de son poste pour aller chercher le responsable des portes. Enfin, je présume, je ne sais pas vraiment comment fonctionne les choses par ici.

Je plissais les yeux en regardant l’inconnue, perplexe. Vous savez, je suis quelqu’un de pas très sociable. A moins qu’on m’aborde, faut pas compter sur moi pour faire le premier pas. En tout cas, pas comme ça, au milieu de rien et pour aucune raison particulière. Mais depuis peu, je n’arrêtais pas de rencontrer des gens sympathiques qui m’ont beaucoup aidé avec mes capacités, donc… pourquoi pas cette fois ? Je bondis et me dirigea calmement vers la visiteuse.

- Notre pire cauchemar, hein ? Je suis très curieux de savoir comment tu as décidé de t’adresser à nos chers gardes d’une manière si légère ? Tu sais, certains manquent d’humour. On ne sait jamais sur qui tu peux tomber.


Abordant un classique et petit sourire, je repositionnais ma jambe gauche afin de m’appuyer plus fortement dessus et adoptais une position confortable, avec les mains profondément enfouies dans mes poches et la tête légèrement penchée.

- Bienvenue à Kumo, capitale du savoir et de la science. Je suis Rikuzo Detzu.

En vérité, je sais même pas si c'est une bonne idée d'adresser la parole à quelqu'un qui demande à entrer dans le village. Cela pourrait être une visite diplomatique hautement importante et primordiale pour la santé du village... mais bon, vu comme elle s'est présentée aux gardes, je pense que c'est une simple voyageuse curieuse de découvrir Kumo.
J'espère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Lun 14 Aoû 2017 - 19:07
L'hiver... C'est bien quelque chose que je déteste. Avec cette saison arrive le froid, et ça, j'aime pas. En général, le ciel est gris. Les gens sont pas agréables. Puis ça arrive qu'il neige. Non, vraiment, j'arriverai jamais à me faire avec l'hiver, surtout ici à Kumo. Enfin, au moins, j'ai une raison d'aller au bar chaque soir, c'est pour me réchauffer. Rien ne vaut qu'un bon petit verre de saké quand la température frôle le négatif. Mais aujourd'hui, le temps était bien clément. Un ciel bien dégagé, qui laissait les rayons du soleil réchauffer l'air le peu qu'ils pouvaient. Je portais mon gros manteau gris qui me protégeait du froid. En ce moment, je ne sortais jamais sans ce vêtement bien chaud. Je vagabondais dans les rues de la grande cité. Mais où je me rendais comme ça. Au bar ? Voir une femme ? Non, rien de tout ça. Ma destination était l'Arche Grise, la porte principale du village. Quiconque voulait venir ici devait forcément passer par là. Enfin... à part les deux individus qui se sont récemment introduit causant par l'occasion pas mal de dégât. Je me pose souvent cette question, comment sont ils entrés à Kumo ? Enfin, j'aurais bien l'occasion d'en savoir plus un jour. J'espère juste que ce moment arrivera bientôt. En attendant, j'avais du travail. Il était important de se montrer, en tant que Jônin. J'ai un certain rôle dans le village, même si le Raikage est l'homme providentiel à Kumo. Je voulais garder un œil sur les nouveaux arrivants, savoir qui ils étaient, et le pourquoi de leurs venues ici. En tant que capitale scientifique du Yuukan, le village cachés des nuages attire bien la convoitise.

Une foi arrivé sur place, j'ai pu voir un village familier. Le petit Detzu. Ce jeune Genin, j'avais eu l'occasion de le rencontrer il n'y a pas si longtemps. Je ne le connaissais pas plus que ça, mais je savais déjà que c'était un brave type. Il n'avait pas l'air méchant, au contraire, il donnait l'impression d'être encore quelqu'un d'innocent, sûrement à cause de son âge. Aaah la jeunesse, ça commence à faire loin tout ça. J'ai déjà plus de trente ans, je commence à me faire vieux. Je suis plus proche de la fin que du début, ça, c'est claire ! Enfin, je me suis donc approché du jeune homme, avant de remarquer la présence d'un autre individu. C'était une jeune femme. Je ne l'avais jamais vu avant. Elle venait sûrement d'arriver à Kumo, vu son accoutrement et surtout, la teinte de sa peau, qui rappelait les peuplades du sud du Yuukan. J'avoue que sur le coup, j'ai eu un coup de chaud, ce qui était bien agréable avec cette froideur du à l'hiver. D'ailleurs, un garde était proche des deux gens, ce qui validait ma supposition. Je devais donc en savoir plus sur cette jeune femme, pour le bien de Kumo.

« Hé bien, mais qui je vois là, le petit Detzu ! Bon, la pêche mon gars ? Tu fais quoi de beau ici ? »

Oui, pas de manière, jamais d'ailleurs. Je parle toujours comme si la personne était une vieille connaissance. C'est plus facile pour les plus timides. Ensuite, je me suis tourné vers le garde, qui semblait insistant avec la nouvelle tête.

« Repos mon brave, je prend la suite, tiens, vas donc te prendre une bolet de saké au bar, avec ce froid, ça te fera du bien. »

Je peux être quelqu'un d'agréable avec les autres soldat du village. Être chaleureux avec les siens, c'est la clef pour avoir le respect. Pas le respect du grade, mais celui de la valeur d'un homme. Enfin, après ça, j'ai sorti un de mes fameux cigare de mes poches puis je l'ai ensuite allumé. J'ai pris une grande inspiration puis, tel un soulagement, j'ai tout recraché dans les airs, laissant un panache de fumée.

« Une nouvelle c'est ça ? Je me présente, Daisuke, Jônin de Kumo. Mais dis moi, qu'est-ce-que tu viens faire ici, dans notre beau village ? Tu n'as pas du tout la tête de quelqu'un du coin. »


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Lun 14 Aoû 2017 - 23:36
Une réplique stupide pour entamer la conversation. Je n’avais réellement pas besoin de cela, surtout que ces hommes semblaient déjà sur le qui-vive à cause de ma présence. Enfin, j’ai quand même tenté de faire comprendre que ce n’était qu’une petite blague pour montrer que je suis inoffensive non ? Une personne réellement là pour attaquer ou je ne sais quel plan obscur aurait rapidement attaqué et non pas dit une réplique aussi stupide. Bien que… Sait-on jamais ! Dans tous les cas, moi à la place de ces hommes, face à une telle affirmation, il est clair que je ne serais pas resté de marbre. Le sang chaud, voilà quelque chose qui me caractérise que trop bien, et si jamais quelqu’un m’avait dit une phrase pareille, je lui aurais rapidement fait comprendre que je n’ai pas peur de lui. Surtout, si on reprend le contexte-là, parce que j’ai clairement sous-entendu qu’ils pourraient être des peureux en ayant peur de la pseudo-frêle jeune femme que je suis. Non pas que je suis inoffensive, loin de là même, sinon, je ne serais pas les mains dans les poches à jouer avec quelque grain de sable. Bien qu’en vue de la température ici, il semble assez normal de se balader les mains planquées au chaud de sa veste. Sauf que cela donne clairement une attitude nonchalante, comme celle du garçon qui s’approche maintenant de moi alors que l’un des préposés à la porte me dévisage, je crois bien.

Arquant un sourcil en le laissant s’approcher, je suis davantage sur mes gardes alors qu’il réplique à mes premières paroles. Serait-ce un reproche qu’il me fait là ? Je n’apprécie guère cela. Cependant, je ne vais pas mordre à la première occasion, sinon, je vais réellement me faire taper sur les doigts si je redescends dire à mes confrères que j’ai possiblement détruit nos chances de nous installer ici simplement par manque de tact et de courtoisies. En même temps, ils auraient dû me coller quelqu’un d’autre du clan dans les pattes pour être sûr que je ne fasse pas de conneries plus grosses que moi comme j’ai l’art de savoir en faire quand je suis dans l’action. Cependant, ici, je me dois réellement de peser mes mots. « C’était une boutade, rien de plus. Je ne pense pas avoir réellement une attitude hostile à l’encontre de l’un d’eux ou même de toi à cet instant. » Soufflais-je alors, me laissant aller à le tutoyer étant donné qu’il ne semble pas beaucoup plus âgé que moi. Puis même les anciens de Kaze, j’ai toujours eu du mal à les vouvoyer alors le faire là pour un mioche qui me fait une pseudo-leçon de moral ? La bonne blague ! Il finit néanmoins par se présenter et je le dévisage un instant. Il passe vraiment du coq à l’âne, là non ?

D’ailleurs, je n’ai pas le temps de lui rendre la pareille, en même temps, ce n'est pas comme si j’étais pressée de le faire non plus, qu’un autre homme intervient. Chassant pour mon plus grand plaisir le garder resté jusque-là à me surveiller comme il aurait pu surveiller un morveux de trois-quatre ans pour ne pas qu’il se brûle le feu au coin de l’âtre. J’pourrais lui dire merci pour ça, sauf que j’le ferais pas. Puis quoi encore ? Sauf que voilà qu’il se présente aussi et qu’il me demande bien plus d’information que son compatriote. Vraiment, j’aurais dû me présenter au dénommé Detzu avant qu’il arrive, comme ça, le jeune aurait pu me présenter au vieux. « Tu veux l’histoire depuis le début ou un résumé te suffira ? » Le questionnais-je, peut-être un peu dans la provocation malgré moi. Désolé, l’autorité, j’ai toujours eu du mal avec même si là, c’est moi qui ai demandé à traité directement avec. Finalement, je soupire, haussant un peu les épaules par la même occasion. « Je m’appelle Ryüka Nakasu, je viens du désert de Kaze. Certains de mes compagnons et moi aimerions nous établir ici à Kumo. » Je place dès maintenant la présence des autres, pour qu’ils sachent que je ne suis pas seule en réalité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mar 15 Aoû 2017 - 9:33
Haussant lentement les deux sourcils, je constatais que la réponse et l’attitude de cette fille furent… comment dire… secs. J’aurais bien pu secouer la tête en signe de confusion, mais je préférais ne montrer aucune émotion qui pourrait entraîner une autre réaction négative de sa part. Ainsi, avant même d’ajouter quoi que ce soit, je sortis pendant un bref instant ma main gauche afin de lui faire signe tout en lâchant un léger éclat de rire, qui sonnait peut-être un peu comme une forme de gêne :

- Ouh, du calme. Je ne pensais pas à mal. Tu n’as pas été hostile avec eux comme je ne l’ai pas été avec toi. J’ignore ce qu’on t’a dit sur le village, mais tu n’as en aucun cas besoin d’être sur tes gardes. Nous ne sommes pas un pays fermé à la visite d’autrui. Bien au contraire.


Là encore, je continuais à entretenir ce sourire qui m'était presque mécanique depuis le temps. La situation était désamorcée. Je pense. J’ose l’imaginer, en tout cas. Quoi qu’il en soit, sa réaction m’a semblé tout de même très étrange. Je n’arrivais pas bien à cerner la personne qui se tenait devant moi, mais je vais assumer qu’elle est un peu intimidée de devoir ‘’négocier’’ le passage. Ou peut-être est-ce son caractère, je ne sais pas. J’espère qu’elle parviendra à se détendre. Je n’ai visité aucun autre village, mais les gens sont très sympathiques à Kumo. Mais bon, elle le remarquera bien assez tôt, et par elle-même. Et justement, je la vis tourner le regard en même temps que j’entendais quelques pas derrière moi. Avant même de pouvoir me retourner, une voix familière me salua chaleureusement. C’était l’un de nos Jônins, Daisuke. Un brave type que je ne connais cependant pas très bien encore.

- Bonjour Daisuke. Je vais bien, merci. Et pour dire la vérité, je sais pas trop ce que je fais ici. J’étais perdu dans mes pensées et je me suis retrouvé à l’Arche Grise. Et au passage, j’ai rencontré cette voyageuse.


L’arrivée du Jônin allait, j’espère, mettre cette fille un peu plus en confiance. Il était chaleureux et amical et c’est peut-être ce dont elle avait besoin… Et… pas vraiment. Elle réagit avec un peu de condescendance, un trait de personnalité qui ne me dérange pas mal. Je considère cela comme une sorte d’échappatoire lâche. On joue avec les mots, le ton et les sonorités de la voix pour dire – ou justement caché – ce qu’on pense. Et pourtant, en même temps, droit derrière, elle se présenta calmement. Mes sourcils se fronçaient très légèrement. J’étais complétement confus devant un caractère que je n’arrivais pas bien à identifier. Ca me paraît désormais un peu facile de juger seulement cette voyageuse et de la ranger sous la bannière ‘’Condescendante’’. On va dire qu’elle est ‘’intriguante’’. Je préfère nettement ça à un jugement rapide.

- Tu viens du désert de Kaze ? Je suis pas forcément très bon en géo’ mais si je me trompe pas, c’est à plusieurs centaines de kilomètres d’ici.


Je me penchais sans vraiment parvenir à voir les compagnons dont parlait Ryüka. Cependant, j’assumais qu’ils s’étaient simplement arrêtés plus loin.

- Daisuke, ils ont peut-être besoin d’eau au vu du voyage, non ?

Après cette proposition qui me semblait au moins bonne à envisager, mon regard dériva lentement. Depuis le début de la conversation, quelque chose me dérangeait et je venais de repérer quoi. Elle avait les mains dans les poches – jusque là, rien d’anormal – mais elle les bougeait. Très délicatement, peut-être juste les doigts et ce, faiblement. Mais elle avait quelque chose dans les poches qu’elle manipulait. Je n’étais pas excessivement méfiant mais après l’intrusion qui a eu lieu récemment, je ne pus m’empêcher de passer mon regard 2-3 fois sur ce détail. Sans être menaçant cependant. Simplement avec un sentiment mêlant méfiance et curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Mar 15 Aoû 2017 - 14:31
Hé bien, elle manque pas d'air cette petite en tout cas. Je ne sais pas si elle a connaissance de la hiérarchie militaire, je ne suis pas le simple garde à qui elle a fait une blague tout à l'heure. Je suis un ninja d'élite, je mérite un minimum de respect, mais non, celle-ci préfère me tutoyer directement sur un ton moqueur. À vrai dire, cela ne me choque pas plus que ça, à son âge, je devais être pire que ça, puis venant d'une jeune fille qui à traversé tout le Yuukan pour se retrouver ici, il faut bien avoir du tempérament. Je sens qu'on va bien s'entendre tout les deux...

« Oui tu as raison Detzu, c'est bien à plusieurs centaines de lieues d'ici, tout au sud du continent. »

Le petit gars n'était si bête que ça. Il manquait juste de confiance en lui, je suis certain qu'il est beaucoup plus futé qu'il ne laisse paraître. Il avait l'air aussi préoccupé par la situation de Ryüka. Enfin, pas seulement d'elle. Si j'avais bien compris, la gamine était accompagné d'un groupe de gens. Regardant au loin derrière l'Arche Grise, je ne voyais personne. Est-ce-qu'elle était entrain de nous mentir, à moi et Detzu ? De plus, elle n'avait pas l'air très sereine, avec ses mains dans les poches qui étaient continuellement en mouvement. Cachait-elle une arme ? Je restais sur mes gardes, au cas où, c'est toujours utile.

« Tu as donc traversée tout le grand désert de Kaze ainsi que plusieurs pays pour te retrouver ici, toi et ton groupe, dans les hauteurs de Kumo, histoire de trouver refuge ? »

Je ne savais pas quoi trop en penser de son histoire. Déjà, le fait qu'elle soit toute seule ne m'inspirait guère confiance. Depuis l'accident à la Raffinerie, je commençais à me méfier sur les étrangers. Je n'avais pas vraiment envie de revivre une situation du genre. Mais d'un côté, étant donné que j'ai été moi aussi dans la même situation que cette jeune fille il y a quelques années, je me vois mal lui refuser l'accès à Kumo... Pendant que j'étais entrain de réfléchir à tout ça, Detzu proposa d'offrir au groupe de voyageur un peu de vivre. C'est vrai qu'ils devaient être épuisés après le long périple qu'ils ont vécu. Je n'étais pas contre cette idée, au contraire.

« Tu veux seulement offrir de l'eau ? Si elle dit la vérité, ces gens viennent du désert, ils doivent donc mourir de froid, ce n'est pas du tout le même climat ici. Offrons-leurs non seulement des vivres, mais aussi un peu de confort. Je propose donc ceci. Petite, ramène tes compagnons près de l'Arche Grise. Quant à moi et Detzu, nous allons préparer un grand feu pour tes amis avec de quoi boire et manger. Ensuite, nous parlerons calmement du reste, notamment au fait que vous voulez vous établir à Kumo. Ça marche ? Ah et aussi, enlèves les mains de tes poches. Ça me stresse. »


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 15 Aoû 2017 - 15:55
Ne pas être sur mes gardes ? Alors qu’ils sont les premiers à l’être ? C’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité-là non ? Fronçant un peu les sourcils à ses paroles. « Baisser sa garde si rapidement devant un inconnu n’est jamais une bonne chose. » Soufflais-je alors en haussant un peu les épaules et détournant la tête en soufflant un peu. Montrant une nouvelle fois une sorte d’irrespect au garçon en face de moi. Mais heureusement pour moi, ou pour lui, allez savoir, on est assez rapidement rejoint par une autre personne qui se présente comme étant un Juunin, comme si je savais, c’était quoi. Je ne connais rien à leur hiérarchie et disons qu’en fait, je m’en fiche un peu pour l’heure. S’il est plus gradé que le premier homme avec qui j’ai parlé et que le second qui me fait face, c’est juste ce qu’il me faut. De toute façon, je ne fais aucune remarque sur ça. Les laissant parler en premier lieu avant de finalement répondre à mon tour en une présentation plus que sommaire.

D’ailleurs, cela semble assez bien les surprendre que l’on puisse venir de si loin. Est-ce à ce point si peu commun de voir des personnes voyager ? Cela me surprend assez, je dois bien le reconnaître, venant d’un peuple nomade, parcourir des kilomètres ne semble pas si surprenant pour moi, même si on exprime cela en centaine de kilomètres. Après tout, depuis ma plus tendre enfance, on a dû arpenter en long et en large le désert, reliant chaque petit groupement de personnes entre eux, comme des messages, des liens dans le désert malgré le sable et la chaleur. Pourtant quand l’un comme l’autre répète voir demande si je viens bien de là, je me contente simplement d’un léger mouvement de temps pour acquiescer. Me répéter n’est pas vraiment quelque chose que j’apprécie beaucoup pour tout dire.

« Je ne viens pas de par-delà du désert, mais du désert en lui-même. On est originaire d’un clan nomade. Alors marcher dans des conditions extrêmes n’est plus réellement un souci pour nous. » Reprise-je alors pour préciser un peu plus le tout et les empêcher de partir trop loin dans des élucubrations plus saugrenues les unes que les autres. C’était une façon de dire que même si on était habitué à un climat bien plus chaud, on a réussi à faire fit de la froideur de ses lieux. La preuve en est que je me tiens quand même devant eux sans grelotter non ? Enfin, je ne peux pas dire que je n’ai pas froid, mais je suis loin de ce qu’ils pourraient s’imaginer. Puis notre voyage a été long alors on s’est acclimaté petit à petit, on n’a pas eu de choc à sauter d’un coup à l’autre d’une température élevée à ici, bien plus froide. On a senti l’air se rafraîchir, le vent être plus mordant, on a vu nos souffles devenir bué, chose qui en a inquiété plus d’un au début devant ces sensations et visions nouvelles. Je peux le dire, ce voyage a été plus qu’instructif et impressionnant. « Je pense qu’en réalité, ils auraient bien plus besoin d’un bon lit. Mais je vais les prévenir pour le repas et le feu. Merci de l’hospitalité dont vous faites preuves. » Non, je ne me mets pas soudainement à vouvoyer l’aîné, je ne fais que m’adresser aux deux hommes et dans ces cas-là, le vous est de mise.

Par contre, j’avoue avoir un peu tiqué à la demande du papé. Sérieusement ? D’où il me demande comme ça de sortir mes mains de mes poches hein ? Rah, ça m’gave clairement ! M’enfin, je le fais quand même, dévoilant ainsi mes mains légèrement couvertes d’un peu de sable. « T’auras vite des cheveux blancs si tu stresses pour si peu. » Pestais-je doucement avant de faire demi-tour en levant les mains au-dessus de ma tête pour bien montrer qu’il ou qu’ils ? Je ne sais pas si le second était aussi angoissé par mes mains, mais j’ai bien vu son regard s’attarder à plusieurs reprises sur celle-ci. Je descends alors à nouveau le chemin, sans attendre réellement mon reste pour aller à la rencontre de mes compatriotes restés bien plus en contrebas.

Après quelques longues minutes, je finis par remonter devant un petit groupe de personnes, emmitoufler dans des manteaux à capuche, les mains à nouveaux dans mes poches, pour ne pas sentir le froid sur mes doigts. Cependant, une fois arrivée au niveau de l’arche, je soupire. « J’dois encore retirer mes mains de mes poches où vous avez compris qu’il n’y avait rien de bien dangereux dedans ? » Enfin, cela dépend de la définition de bien dangereux en quelque sorte. Un grain de sable cela peut juste irriter, brûler dans les yeux, mais en l’état actuel, ce n’est en rien menaçant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mar 15 Aoû 2017 - 19:22
Quelle galère. Quelle prise de tête. Tout en haussant les épaules, mon visage adoptait une mine mêlant exaspération et amusement. Il fallait dire ce qui est, la situation me donnait envie de sourire, même si j’avais un peu de mal à la comprendre. Est-ce que c’était le désert qui l’a poussé à s’endurcir autant avec les gens ? Avec les inconnus uniquement, peut-être ? C’est vrai que, je n’y pensais pas vraiment, mais je sais pas du tout comment vivent les nomades qui peuplent le désert. En tant qu’éternel frileux, je ne me vois tout de même pas vivre dans un climat autre que celui qui règne à Kumo. S’il fait particulièrement froid en hiver, l’été n’est forcément pas aussi lourd que celui du désert.

Attentif à ce que pensait Daisuke, je hochais la tête en entendant sa généreuse proposition. C’était une caractéristique qui me plaisait, à Kumo. Peu importe la hiérarchie, les gens sont tous respectueux les uns envers les autres et ils sont prêts à offrir le ravitaillement nécessaire à une personne ou, comme dans cette situation, à un groupe de voyageurs. Ryüka fit cependant savoir que ce qu’ils désireront vraiment est un lit. Je n’y avais pas non plus pensé, vu que je ne voyage jamais, mais ce genre de trajet doit pas être des plus reposants. On avait donc du boulot avec Daisuke. Mais avant de préparer tout ça, le Kizuato avait visiblement remarqué que les mains de la nomade s’agitaient faiblement dans ses poches. En effet, il venait de lui demander de sortir les mains des poches. Je n’aurais pas été jusque-là, mais je suppose qu’il est du devoir des Jônins de veiller à ce genre de détails.

Elle se retira doucement, les bras en l’air pour rendre ses mains visibles. Après les quelques secondes nécessaires pour qu’elle disparaisse en direction de ses camarades, je me tournais vers Daisuke en ricanant légèrement et en me grattant rapidement l’arrière de la tête.

- Bon, elle est plutôt ingérable au niveau du comportement mais elle n’est pas méchante. Je pense qu’on peut aider ces gens sans trop se faire de soucis vis-à-vis des récentes intrusions, non ?


En attendant qu’elle revienne, je proposais à Daisuke de m’absenter quelques minutes histoire de préparer le nécessaire pour le groupe. En me mettant en route, je réalisais que je ne savais pas réellement combien ils étaient. Elle aurait pu prendre l’initiative et donner ce détail par elle-même quand même… Mais bon. Je râlais parce qu’il fallait bien trouver quelque chose à faire pendant le – rapide – trajet. Je me rendis dans un restaurant ouvert et spécialisé en banquet et repas de groupe. Il n’était pas très cher et s’ils ne sont pas soixante, ça devrait le faire. Cela dit, je leur conseillai quand même de préparer de quoi emporter. Il y avait de grands espaces ouverts dans la périphérie en cas de besoin.

Après avoir effectué le nécessaire, je retournais vers Daisuke et la Ryüka, qui était déjà revenue avec ses compagnons de route. J’avais sans doute louper un morceau de la conversation, mais je les interrompis rapidement pour m’adresser au Jônin.

- Si jamais, pour le banquet et le feu… bon, c’est pas très cher, hein, mais j’ai mis tout ça sur ta note. J’ai que 19 ans, j’ai pas d’argent de poche après tout. Au pire, tu demanderas une petite aide au Raikage, il acceptera de t’aider à propos de ces visiteurs !

Malgré mes efforts, je n'ai pas pu m'empêcher d’afficher un sourire narquois et satisfait. Mais bon. C’était vrai finalement : Je n'allais pas organiser un banquet en disant : « Pour payer… écoutez, on verra comment on se débrouille. ». Je remis mes mains dans mes poches et redirigerai rapidement mon regard vers les nouveaux arrivants.

- Bonjour et bienvenue à vous également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Sam 19 Aoû 2017 - 18:36
Oui, vraiment, j'avais en face de moi une petite peste. Plus la conversation se déroulait et plus cette hypothèse se confirmait. J'espère qu'elle n'est pas tout le temps comme ça avec les gens, sinon, je ne risque pas de la recroiser de si tôt. Enfin, on avait du pain sur la planche avec Detzu. J'avais promis de préparer un grand feu ainsi que de la nourriture pour le groupe de vagabond. Nous nous occuperons plus tard de son cas.

« Ingérable ? Je pense pas qu'elle soit vraiment ingérable, tu sais Detzu, les femmes ça parlent beaucoup... Par contre, elle n'a aucune idée de ce qu'est la hiérarchie... Enfin, c'est pas le plus important. J'espère juste que le reste de son groupe n'est pas une bande de Ryüka bis. »

Après ça, le jeune Genin parti à la recherche de vivre. Je pouvais le voir au loin partir en direction d'une auberge. J'espère qu'il fera attention au prix que tout ceci coûtera... Je me doutes bien qu'il demandera un crédit et qu'il me rapportera la note... Finalement, j'aurais peut-être dû attendre avant de lancer cette idée. Pendant ce temps, j'allais m'occuper du feu. Rien de bien compliqué pour quelqu'un comme moi. L'Arche Grise était entouré de grands espaces, ce qui nous laissait un endroit pour faire un grand feu. Maintenant, il ne manquait que la matière première, le bois. Bon, par contre, il n'y avait aucun arbre à l'horizon, mais c'était pas un problème. Après avoir effectué quelques mudras, plusieurs piliers de bois sortirent du sol. C'était bien suffisant. Et par la suite, il me suffit juste d'utiliser le katon pour faire prendre feu à ce grand tas de bois. Si seulement tout était aussi simple dans la vie, je serais sûrement milliardaire !

Quelques minutes plus tard, je pouvais voir arriver la jeune fille accompagné du reste de son groupe. Il n'était pas si nombreux que ça, Kumo pouvait largement les accueillir. Par la suite, la petite Ryüka s'approcha de moi et me lança encore un pique. Décidément, on était fait pour s'entendre tout les deux.

« Non c'est bon tu peux laisser tes mains dans tes poches, mais à l'avenir, si tu pouvais me parler correctement, ça arrangerait tout le monde et surtout moi, compris ? »

Après quoi, Detzu arriva par derrière. Il venait d'acheter ce dont le groupe avait besoin pour récupérer leurs forces. Mais le gamin s'approcha ensuite de moi avant de me parler doucement. Il me rappela qu'il n'avait que dix-neufs ans et qu'il n'était qu'un simple Genin, et en conséquence, il n'avait pas eu assez d'argent pour tout acheter, et me laissait donc payer l'ensemble... Super, j'avais envie de lui dire que même si j'étais Jônin et trentenaire, j'avais sûrement moins d'argent que lui... Et le pire c'est qu'après m'avoir dis ceci, il me regarda avec un grand sourire... Qui était le pire entre les deux gosses au final ? M'enfin, on laissera la note sur le compte de Kumo, on va pas s'embêter avec des détails.

« Pour le banquet, je laisserais la note au comptable de Kumo. Ensuite, pour le feu, j'ai eu aucun problème. Mais la prochaine foi, essaye de me prévenir avant hein, c'est toujours mieux. »

Sur cette phrase, j'ai ensuite posé mon regard sur les vagabonds. Ils n'avaient pas vraiment l'air au top de leurs formes. Je pense bien que ce festin leurs fera le plus grand bien.

« Habitants du désert, je vous souhaite la bienvenue à Kumo. Faite vous plaisir, mangez et buvez à votre faim. Je m'occuperais par la suite de vous trouvez un logement pour chacun. » J'ai ensuite tourné la tête vers la petite fille « Même toi tu auras un toit et un lit pour dormir... enfin, si tu es gentille. »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Dim 20 Aoû 2017 - 0:03
Lui parler correctement ? Je le fixe, ne comprenant pas du tout où est le souci là. « Et je te parle comment là ? » Sérieusement, il se prend pour qui se vieux croulant là à me parler comme ça ? Il croit que parce qu’il s’est présenté comme étant je ne sais plus qu’elle machin truc de leur armée de ninja, que je vais lui vouer un culte directement ? Le respect, c’est dans les deux sens que ça se mérite et je ne vais pas lui dire oui amen sans même être certaine d’avoir réellement un homme capable de se battre. Ok, il a de la carrure, mais si ça se trouve, il a juste que ça. Si ça se trouve, c’est un peureux qui a juste fait un peu de gonflette pour tenter de se donner un genre un peu plus fort. M’enfin, dans tous les cas, il peut se brosser pour que je lui serve des oui chef ou je ne sais trop quoi d’autre qu’il peut attendre là maintenant. Parce que franchement, je vois pas en quoi je ne lui parle pas correctement. Que je sache je lui n’ai pas dit le fond de ma pensée, je l’ai juste un peu provoqué et si monsieur le militaire est si vite froissée, bonjour la vierge effarouchée qu’il doit être. Ouais, c’est fait exprès de parler de vierge, même si c’est un mec.

Vierge ? ouais, c’est ce que j’ai dit, mais en réalité, ça serait plutôt Boniche non ? Quand on voit que son acolyte le fait payer pour nous si facilement. Je fixe le duo que je trouve au final assez étrange, pour ne pas dire déroutant. M’enfin, faut pas que je critique trop ou que j’ouvre trop mon bec sinon, je ne serais pas la seule à en pâtir, alors comme le dit si bien l’expression : Je tourne sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler. Bon, c’est compliqué, je n’aime pas faire des efforts comme ça, c’est pas mon caractère. Puis à quoi ça peut bien servir… Je laisse d’ailleurs les deux kumojins s’arranger entre eux en regardant le reste de la bande de Kaze s’installé autour du feu improvisé et le banquet, les laissant se servir en premier, se divertir en quelque sorte de tout cela. Profiter comme cela d’un bon repas, de la sécurité d’un lieu comme ici, cela va réellement leur faire du bien, et je souris un peu en voyant leurs traits fatigués se détendre un peu. Ils n’étaient pas obligés de suivre l’idée que j’avais lancée, ils auraient pu continuer à vivre là, mais au final, ils avaient décidé de bouger, d’entrée dans la vie active et j’espérais réellement qu’ils ne le regretteraient pas trop tôt.

Les kumojins finirent d’ailleurs par les accueillir et je tourne la tête vers eux, les écoutant alors que le plus vieux des deux proposent une idée de logement pour la nuit. Appréciable. Bien que beaucoup moins quand il s’adresse à moi. « Drôle de proposition que tu me fais là. » Lançais-je alors. « Ne suis-je pas trop jeune pour cela. » Poursuivis-je alors en le regardant droit dans les yeux, provocatrices, jouant clairement sur le double sens de ses propres mots avant de me tourner vers le plus jeune, dont je connais maintenant l’âge. « Les plus âgés de kumo sont tous aussi tendancieux dans leurs propos ? T’ont-ils déjà fait ce genre de propositions ? » Mettre le vieux mal à l’aise, c’est ce que je tente de faire. Joueuse, voilà ce que je suis et je cherche réellement à voir si oui ou non, il peut mériter mon respect. A-t-il réellement de la gueule ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Dim 20 Aoû 2017 - 17:02
Après avoir annoncé au Jônin que je lui laissais la note, je me fis une rapide réflexion concernant la manière dont il prendrait la nouvelle. Outre le fait qu’il s’y attendait forcément, je me demande s’il verra d’un bon œil ce que je lui fais là. Je veux dire… ce n’est pas comme si nous étions amis ou même camarades proches. Je le connais rapidement mais ça s’arrête là. Si j’imagine qu’on puisse facilement déceler quand je rigole amicalement, il est possible qu’une incompréhension se fasse malgré tout. Je ne rajoutais rien, mais je préférais garder ça en tête au besoin. Je n’aimerais pas qu’on me prenne pour ce que je ne suis pas. Mais il passa aisément outre ce détail et je revins très brièvement sur ce qu'il me dit tout à l'heure en lui parlant à voix basse.

- Eh ben, tu es sacrément patient et compréhensif. Elle me fait bien rire, mais certains pourraient vite s'énerver.

Cela dit, il s'adressa ensuite par une phrase très légèrement maladroite à la jeune femme du désert. Maintenant qu’on commençait à connaître le spécimen, les mots de Daisuke me firent lever la main jusqu’à ma bouche afin de dissimuler un soupir exaspéré. A tous les coups, Ryüka allait rebondir dessus, envoyer une pique et nous regarder avec ce même regard blasé et hautain qu’elle traîne depuis tout à l’heure. Ce n’était pas la faute du Jônin, c’était juste… que la personne en face de nous avait la langue plutôt bien pendue. Et hélas, je commençais à voir des micro-expressions du visage de Ryüka qui me faisait imaginer le pire. J’étais presque sûr qu’elle était en train de le juger, de le critiquer ou de chercher quelque chose à pointer du doigt. Je le savais, au fond de moi. Enfin, j’imaginais avec ce que j’avais vu d’elle. Je pense pas qu’à ce stade-là, c’est osé de faire ce genre de raccourci.

Et cela se confirma. Elle se mit à rejouer à la provocatrice – non sans me faire légèrement rire au passage. Elle était méprisante mais ce n’était pas grossier heureusement. En tout cas, pas les derniers phrases qu’elle prononça. Ce qui était tout de même étonnant, c’est que ça semblait presque être un jeu avec son propre caractère. Enfin bon, en temps normal, j’aurais volontiers continué sur les moqueries, surtout que j’avais déjà un discret sourire en coin, mais il serait malvenu de ne pas défendre Daisuke. Au moins un peu.

- Eh bien… merci de t’en soucier, mais bizarrement, on ne m’a jamais fait ce genre de propositions. En même temps, Daisuke-sama n’est pas trop dans ce genre de propos. Il faut aller voir les vieillards bizarres qui traînent dans les bars tout aussi étranges pour ça.

Ni trop jovial, ni trop moqueur, ni trop sérieux, je tentais d’entrer le moins possible dans son jeu. C’était pire qu’un combat entre ninja avec cette fille. Il fallait faire attention à chaque chose qu’on disait pour ne pas se ramasser une riposte létal droit derrière.

En m’avançant vers le feu préparé par Daisuke, je ne parvins pas trop à me retenir de penser à ce sable qu’elle sortit de ses poches. Surtout que ce genre de procédé, je connaissais bien.

- Dis-moi, ce sable. A tout hasard, tu ne serais pas capable de l’utiliser ? Je n’ai pas demandé si tu étais kunoichi, mais j’ose déduire que ce n’est pas les vents du désert qui ont emmené ce sable dans tes poches. Mais… arrête-moi si je me trompe. Ce serait pas la seule chose spéciale à Kumo, mais ça m'intrigue depuis tout à l'heure. Daisuke aussi maîtrise des trucs très intéressant, à ce que j'ai compris.

Au même moment, affichant toujours ce sourire décontracté et désinvolte, je plongeais mes mains dans les poches et les bougeais très légèrement. Qu’elle comprenne ou pas le message, ce n’était pas trop le souci. Chaque chose en son temps. Mais j’espérais une réponse intéressante. Et… utile. C’est bête d’espérer ça, mais avec elle, on se demande si on va avoir une vraie réponse ou un shuriken en pleine tête.

Merde. Je sais pas si Daisuke voulait aborder le sujet sur ses techniques et sa capacité assez unique. Mais bon, c'était seulement supposé, je n'ai rien dit de précis.


Dernière édition par Rikuzo Detzu le Sam 26 Aoû 2017 - 8:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Ven 25 Aoû 2017 - 21:41
Ah oui, j'avais oublié, j'avais devant moi des gosses encore... La petite avait assez mal interprétée ce que je venais de lui dire, mais après tout, cela ne me dérangeait pas du tout qu'elle réagisse comme ceci. Au contraire, cela me faisait rire intérieurement. Je savais bien qu'elle allait réagir, mais pas de cette façon. Comme quoi, les femmes, c'est sûrement le plus grand mystère de la vie. Mais d'abord, j'allais revenir sur ce qu'elle m'avait dis juste avant. Je lui avais fais une réflexion sur sa façon de parler, et apparemment, elle n'avait pas l'air de vouloir changer de registre.

« Ta façon de parler est comment dire... comme ton pays d'origine, sèche. »

Par la suite, j'ai regardé devant moi, observant les acolytes de Ryüka prendre part au buffet. Sur leurs visages, je pouvais voir de la joie. J'imagine qu'ils n'avaient pas eux un repas pareil depuis bien longtemps. Cela me rappelait mon enfance, quand je vivais encore à Ame no Kuni, avant de me faire prendre comme esclave par une bande de brigand. Je devais me débrouiller pour me nourrir. Et en général, j'avais à peine de manger pour un seul repas dans la journée. Par la suite, mon regard se perdit dans le feu, je ne faisais plus attention à ce qui se passait au tour de moi, ni même aux paroles de Ryüka. Je pensais à tout ce que j'avais traversé dans ma vie pour en arriver ici. Enfin, cela ne dura pas très longtemps, rapidement, j'ai eu l'envie de lui répondre à cette petite garce.

« Drôle de proposition ? Tu as l'esprit bien mal tournée pour penser de la sorte. Je vais te dire quelque chose. Kumo est peut-être un havre de paix qui accueille n'importe qui, ce n'est pas pour au tant que je ne vais pas prendre quelque précaution quant à votre arrivé, toi et ta bande. Vous voulez rester ici ? Cela ne me dérange pas, au contraire, mais en échange, tu resteras vivre chez moi. »

Mais pourquoi je lui proposais un truc pareil ? J'avais perdu l'esprit ou quoi ? Hé bien non, pas du tout, loin de là même. J'ai remarqué que malgré son jeune âge, elle était en quelque sorte la ''cheffe'' de son groupe. C'était tout simple. Les habitants du désert pouvaient rester et vivre à Kumo, à condition que la petite vive chez moi. Je veux la garder près de moi, pour un certain temps. Il faut bien prendre des initiatives quant aux récents événements qui se sont déroulés ici. Je ne veux prendre aucun risque.

« Voilà ce que je te propose. Tu viens vivre chez moi, et en contre partie j'offre un logement à tout tes collègues. Si tu refuses... je penses que tu connais déjà la suite, mais je te laisse réfléchir. »

Oui, c'était cash et peut-être mauvais de ma part. Ça se trouve, Detzu n'approuvait pas du tout ce que je venais de dire, mais je n'avais pas le choix. Puis aussi, je dois l'admettre, elle me plaît cette petite. Bon physiquement, c'est pas trop ça, enfin quand je dis physiquement, c'est surtout au niveau de ses formes, elle a un joli minois quand même, mais il manque un peu de rembourrage dans la poitrine et dans le fessier.

Par la suite, le petit discourt de Detzu m'interpella. Il avait raison, ce n'était pas normale qu'elle trimballe du sable avec elle dans ses poches. En plus, traverser le continent demande une certaine force, elle doit donc maîtriser son chakra, même si elle n'ai pas shinobi. Tout cela était louche.

« Detzu a raison sur ce sujet. J'ai lu quelque part qu'il existait une capacité innée de maîtriser le sable... le sunaton si je me souviens bien. Est-ce-que tu es capable de soumettre cet élément par ta volonté ? Moi aussi, je maîtrise quelque chose du genre, mais pour le bois, je suis capable d'en faire ce que je veux. Comment tu penses que j'ai réussi à faire un si grand feu en si peu de temps, sachant qu'il n'y a aucune réserve de bois dans les environs ? »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Lun 28 Aoû 2017 - 1:07
« Peut-être désirez-vous que je vous parle comme cela altesse ? » Dis-je d’un air moqueur et hautain tout en imitant une petite courbette comme on pourrait faire à un seigneur ou tout autre personne d’un rang super important. Un geste qu’en aucun cas on ne ferait à un militaire, du moins, je suppose. Soutenant alors son regard, un sourire moqueur sur les lèvres, j’attends tout simplement sa réaction. Impatiente de voir s’il ne va pas rapidement me dire de continuer à parler comme je parle d’habitude, même s’il trouve cela assez sec. Pour ma part, je ne vois pas où est le souci, j’estime parler normalement.

Tournant ensuite la tête vers l’autre jeune après lui avoir posé ma question suite aux propos un peu tendancieux de notre aîné à tous les deux, je penche un peu la tête. « Vraiment ? Peut-être que tout simplement tu n’entre pas dans ses goûts. Trop masculin. Si tu vois ce que je veux dire. » Bien que je ne puisse pas réellement parler, n’étant pas une femme avec beaucoup de rondeur. Je pourrais passer assez facilement pour un garçon aux cheveux longs. M’enfin, maintenant j’attends surtout la réaction du Juunin. C’est quand même lui que je cherche à provoquer un peu plus. Je penche un peu la tête en entendant ses propos. « Peut-être parce que moi, je prends cela avec plus de légèreté que vous ? » Je ris alors un peu. « Je ne sais pas pourquoi l’un comme l’autre vous angoisse, si réellement on comptait tenter quelque chose contre vous, je pense qu’en aucun cas, je ne vous parlerais comme ça.» Je recule alors d’un pas, écartant les bras. « Je suis probablement plus franche que vous dans mes propos depuis le début. Entre l’un qui se retient de rire à mes paroles pour ne pas froissé l’autre et l’autre qui se sent obligé de jouer les chefs pour se donner une certaine posture d’autorité. » Peut-être est-ce que je me trompe sur l’un, mais sur l’autre non. Concernant Detzu, ses mimiques le trahissaient.

D’ailleurs, le plus vieux continue de parler alors, cherchant à me mettre une certaine pression sur les épaules. Posant alors mes mains sur mes hanches, je penche la tête sur le côté. « C’est du propre ce chantage quand même ! Ne pourrais-je pas plutôt par exemple aller vivre chez Detzu qui lui, me surveillerait ? » Une question, à laquelle je sais déjà que la réponse sera négative, je ne sais pas trop pourquoi. Probablement parce que l’homme est probablement plus fort que moi. J’hausse alors les épaules. « Enfin, de toute façon, je suis obligée de faire ce que t’as décidé. » Soupirais-je. Parce que je peux bien me sacrifier pour le bien des autres du clan non ?

Je suis soulagée, dans un sens, quand Detzu change le sujet de discussion, bien que parler du Sunaton, ça ne m’intéresse pas trop… Enfin, soit, je fixe les deux hommes tours à tours alors qu’ils parlent. Maîtriser le bois ? Je dois avouer que je suis assez intriguée. Pourtant, je ne dis rien de plus, glissant ma main droite dans ma poche pour en sortir une petite poignée de sable, la lâchant alors, j’esquisse un mouvement de bras, le sable suivant le mouvement de mon membre.

Relevant alors le regard sur le plus âgé, j’attends une réaction de sa part, la surprise, un mot, je ne sais pas trop. Puis, j’avoue que le plus jeune m’a également un peu intrigué à remuer maintenant ses mains dans ses poches. S’il connait cette capacité, c’est qu’il a la même ? Ou… Il faudrait que je lui pose la question. « Faites une démonstration aussi. » Lançais-je aussi bien au juunin qu’à son accolyte, parce que non, je ne le vouvoie toujours pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Lun 28 Aoû 2017 - 20:37
Toujours les mains dans les poches, je riais calmement à la petite courbette – ma foi plutôt réaliste – que Ryüka exécuta pour se moquer de Daisuke. On l’avait compris, elle n’aimait pas tout ce qui avait attrait à l’autorité. Il ne fallait pas être un Nara pour remarquer que son air de défi touche le haut de la hiérarchie, sinon, j’aurai été potentiellement une cible également. Mais bon, moi qui n’ai pas forcément envie de devenir Jônin et d’avoir des responsabilités jusqu’à ne plus savoir quoi en faire, ça me conforte dans cette idée. Les gens amateurs de rébellion peuvent être amicaux comme l’est cette fille du désert ou être de parfaits idiots insupportables.

Après avoir démontré sa grâce à son altesse du Mokuton, j’avais encore le sourire aux lèvres quand elle revint à cette histoire d’avances tendancieuses.

- Trop masculin ? Oui, sans doute… Il faudrait que j’essaie avec des femmes jônins pour voir si je provoque le même effet. Qui sait, je découvrirais peut-être des secrets sur la société Kumojin.

Sans trop en faire par nécessité de rester droit dans mes bottes, j’eus une légère déception à la suite de son discours. Elle partait dans la légèreté, l’angoisse, la franchise les apparences et que sais-je encore. Malheureusement, ce genre de choses avaient tendances à m’agacer, car elles se présentaient sous un air de vérité absolu alors que souvent, elles ne faisaient pas mouches. Je positionnais ma jambe droite légèrement sur le côté et penchais ma tête tout en lâchant un soupir. Je la laissais d’abord continuer, elle reprit déjà un humour qui me parlait beaucoup mieux et qui la rendait appréciable. Mais j’étais obligé de pointer ce détail qui me faisait rouler des yeux. Je pris ainsi la parole assez rapidement pour parler avant Daisuke.

- Eh voilà... on est passé d'un humour intelligent et marrant à la remarque stéréotypé et ennuyeuse. Ca y est, je suis devenu un petit morveux qui se cache après avoir fait une bêtise. Et cette bêtise, c'est de me moquer d'un de mes compagnons kumojin... Oui, il est en effet plus haut gradé que moi. Et oui, je ne rigole pas de sorte à alerter tout le pays. Mais crois-moi, si j'ai envie de rire aux éclats, je le ferais. Mais pour le moment, j'ai le droit de respecter un peu ce bon vieux Daisuke, non pas en tant que Jônin, mais en tant que camarade. Mais bon, tu traites comme tu veux tes amis, hein. Je suis pas là pour te juger, Miss Franchise. Quoi qu'il en soit, garde tes fausses vérités pour toi.


Cependant, je n’ajoutais rien sur la méfiance vis-à-vis d’elle. Pas besoin de l’alerter sur les intrusions, elle et ces nomades du désert sont là pour se reposer et profiter un peu du village, pas s'ennuyer avec des affaires malencontreuses.

Mes yeux fixaient Ryüka alors que mes paupières légèrement fermées pouvaient rendre ma lassitude identifiable. C’était vraiment une sorte de déception. Comme si c’était un ami que je connaissais bien et qui rentrait dans un stéréotype qui me contrariait au plus haut point. Mais, mon caractère n’était pas dans le reproche. Comme si rien ne s’était pas passé, mes paupières s’ouvrirent entièrement et je continuais sur la lancée de la fille du désert.

- Chez moi ? Hmm… j’me vois pas trop dans ce rôle là... Moi et les responsabilités de ce type, ça fait deux. dis-je en regardant Daisuke. Par contre, toi, vu comme c’est parti, tu risques d’avoir de la conversation. C’est pas génial, ça ? Tu vas t’amuser à tout moment de la journée avec elle !

Je lui tapais quelques fois le dos amicalement et avec un petit air moqueur avant de poursuivre sur les histoires un peu plus sérieuses. Ryüka avait eu une expression du visage assez étrange. C’était un mélange de soulagement et… je ne sais pas, d’appréhension, peut-être ? Peut-être que c’était un sujet qu’elle ne voulait pas aborder ? Pourtant, si c’est une ninja, elle devrait être fière de ses capacités, non ? Mais perdu dans mes pensées, j’allais presque rater le plus important.

Elle fit une très intéressante démonstration de ses capacités. Elle pouvait manipuler le sable d’une façon plus que familière. Ma curiosité ninja et scientifique à la fois fut ravie de voir qu’elle avait un contrôle qui pouvait être semblable à sa capacité. Après, elle ne l’utilisait peut-être pas comme moi, mais peut-être pourrais-je m’inspirer d’elle au cas où elle aurait une technique intéressante. Le sable était un élément plutôt élégant. Mais peut-être que mon avis était biaisé par ma propre capacité.

Lorsqu’elle nous proposa de faire une démonstration, je posai brièvement mon regard sur Daisuke et prit l’initiative. Gardant mes mains dans les poches, une petite nuée très fine apparaissait autour de moi, sortant de mes poches, de ma capuche, de mes manches et de l’intérieur de mon manteau. La petite nuée forma rapidement un petit amas d’ébène, que je disloquai pour remettre cette poussière en place.

- C’est du Satetsu. De la limaille de fer. Ou, pour te faire un petit clin d’œil, du sable noir. Ravi de voir quelqu’un qui semble avoir une capacité similaire à la mienne…. Bien que ma limaille soit plus jolie, ne nous mentons pas.


Tout en souriant sincèrement à Ryüka, non sans un soupçon d'ironie, je tournais mon regard vers son altesse du Mokuton pour sa démonstration

… Merde, faudrait pas que ça devienne une habitude de l’appeler comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Mar 12 Sep 2017 - 14:54
Ah les gamins, je vous jure. Quand je les vois, j'ai l'impression de faire parti d'une espèce au bord de l'extinction. La différence d'âge entre nous n'est pas immense non plus. Une quinzaine d'année au maximum. Mais pour moi, cela représente beaucoup. Le monde a bien changé justement en quinze ans. Avant, il fallait se battre pour survivre. Maintenant, il y a des villages qui regroupes des individus capable de tout pour protéger les leurs. Est-ce-que j'en fais parti ? Oui. Il faut s'adapter avec son temps, sinon, c'est la mort assuré . Ou alors l'inverse, je ne sais pas. Je n'avais pas les réponses à toute les questions philosophique du monde, sinon, je ne serais sûrement là entrain de m'occuper d'un groupe de voyageur venu s’installer à Kumo. Je serais plutôt assis sur un magnifique trône, avec à mes pieds tout mes sujets. En parlant de ça... la gamine la, c'est moi où elle m'a appelé ''altesse'' ? Non mais je vous jure... Si je pouvais lui foutre deux-trois baffes, je le ferais sans me priver. Mais, jamais de ma vie, je ne frapperais une femme. Du moins, faux prétexte. La, c'était juste du blablatage. Rien de bien méchant.

« Vivre chez Detzu ? Il n'est même pas capable de payer un banquet, alors avoir une fillette à sa charge... »

Et puis quoi encore ? Detzu n'est qu'un simple Genin, alors je ne vais sûrement pas lui laisser une tâche aussi difficile que de s'occuper d'une peste. Il serait très vite débordé, puis je suis certain qu'il a autre chose à faire. Comment s’entraîner j'imagine, pour devenir un Chuunin. Nous manquons de gradé d'ailleurs à Kumo ses derniers temps. Cela ne ferait pas de mal d'en avoir en plus. J'imagine aussi, que parmi le groupe de voyageurs, certains rejoindrons les forces ninjas du village. Enfin... après ''acclimatation'' de leurs part. Ne les brusquons pas trop vite, cela pourrait créer des distorsions entre les anciens habitants du village et eux. Mais alors que j'étais de nouveau entrain de penser à tout et n'importe quoi, la petite Ryüka fit devant Detzu et moi une démonstration de ses pouvoirs. Nous avions compris très vite qu'elle savait sans doute maîtriser le sable. Et c'était bien le cas. D'un geste gracieux, elle guida une poignet de sable qu'elle venait de lâcher dans les airs. Elle pouvait le mouvoir à sa guise. Fort bien. Un nouveau talent dans le village, c'est parfait. Mais ici, ce n'est pas le désert de Kaze. Elle devra trouver un moyen de pouvoir avoir sur elle une quantité importante de sable, sinon, cela ne sera pas d'une très grande utilité.

Ce fut ensuite au tour de Detzu de montrer ce dont il était capable. Je ne savais pas grand chose sur ses capacités en tant que ninja. C'était donc une première pour moi. Et je fut aussi surpris quand j'ai vu ce qu'il pouvait faire avec son chakra. De la poussière sortait de ses vêtements et commença à voler au tour de lui, avant de faire un agglomérat sombre. Il expliqua que son pouvoir s'appelait ''Satetsu''. Une capacité permettant de manier de fine particules de fer. Comme quoi, Kumo abritait bien des secrets.

Mais maintenant, c'était à mon tour, si j'avais bien compris. Bon, pourquoi pas. Si cela peut faire taire l'autre peste pendant un instant, c'est parfait. Pour montrer mon ''don'' aux autres, rien de plus simple. Contrairement à eux, je ne dispose pas d'une réserve de matière. Pour moi, une surface est une matière. Il est vrai que je ne peux pas stocker mon mokuton, mais je peux l'exprimer n'importe où. Après avoir posé mes deux mains au sol, ce dernier se mit à trembler légèrement. Puis, par la suite, un pilier de bois sorti de terre. Au début, il n'était pas très grand, mais petit à petit, il prit du volume, pour au final faire plusieurs mètres de haut pour plus d'un mètre de large. Et encore, ce n'était rien. Je pouvais modeler le bois à ma guise.

« Voilà ce que votre ''altesse'' est capable de faire. »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 13 Sep 2017 - 13:49
Les regardant se parler, comme si j'étais qu'une morveuse qu'ils allaient devoir surveiller. Vraiment, limite, on dirait un père et une mère qui refuse la garde alternée de leur mioche. "Sinon, vous pouvez aussi me trouver un endroit où je pourrais vivre seule, vous savez, je suis pas une gamine, je peux vivre seule et sans surveillance." Les informais-je en croisant un peu les bras, même si au final, je sais déjà que je finirais chez le plus vieux des deux hommes. Espérons simplement qu'il ne me surveillera pas trop, qu'il ne sera pas non plus en permanence sur mon dos à me faire des reproches, mais étrangement, j'en doute, du peu que j'ai déjà pu voir. Cela risque réellement d'être pénible. M'enfin, le sujet change et ça parle de ma capacité pour maîtriser le sable chose que j'aurais aimé ne pas trop dévoiler maintenant... Mais bon, j'ai pas le choix faut croire.

D'un geste lent et souple, je fais rapidement une petite démonstration de ma capacité avec le sable à mes deux vis-à-vis. Laissant ensuite retomber mon membre supérieur, je pose mon regard sur les deux hommes, leurs demandant rapidement de faire de même, pour être dans un sens à égalité.

Le premier se lance rapidement et je reste sceptique un moment face à sa démonstration, mais pire encore quand il se permet de faire un reproche à mon sable, sous-entendant que sa limaille de fer est mieux. Serrant les dents, je me contente alors de soupirer fortement, agacée par ses propos. Il n'y a rien de mieux que mon sable. Sa petite ferraille là, je voudrais bien la lui faire bouffer, il verra là, comme ça, si elle est si bien que ça. Tss. Détestable. Il vient réellement de m'énerver là. Du coup, je me concentre sur sa pseudo majesté qui fait maintenant une petite démonstration de son art, le bois. Arquant un sourcil en relevant le regard pour suivre le bois qui grandit davantage encore et finit même par grossir. "C'est pas très pratique en combat ça non ?" Soufflais-je tentant de me concentrer sur autre chose que les propos détestable de l'autre idiot de genin. Vraiment, il m'a gavé là et je préfère clairement l'ignorer, questionnant connement l'utilisateur du bois pour tenter de faire passer mon agacement.

hj: c'est merdique, mais j'ai tenté de pas trop reprendre trop en arrière, sinon, on avancera jamais mdr. Du coup poste plus court et nul :s je donne pas beaucoup pour toi Detzu, gomen !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mer 13 Sep 2017 - 20:29
Mon sourire s’effaça bien rapidement lorsque je vis le mépris immonde qui étincelaient de ces yeux ayant admiré le désert. Elle ne se contenta pas de repousser d’un revers de la main ma capacité, elle l’ignora après avoir laissé échapper un soupçon de colère. Rien n’avait été transmis par sa bouche, tout été lisible sur son visage. Il m’en fallait beaucoup pour me désintéresser de quelqu’un ou de quelque chose, mais elle avait décidé de jouer la capricieuse fermée. Ainsi soit-il. L’amas de fer terminait doucement de revenir pendant que Daisuke faisait une présentation remarquable d’une de ses techniques Mokuton.

- On ne peut pas plaire à tout le monde.


Fort heureusement, je ne la connais pas plus que ça et je n’ai aucun mal à détourner totalement mon regard d’elle. Il y a suffisamment de gens à Kumo pour qu’elle se sente bien sans que mon absence n’ait une quelconque répercussion. De plus, au fond de moi, je manquais de confiance pour m’opposer à son infecte caractère. Alors autant laisser les commandes à Daisuke à partir de maintenant, et me laisser guider en bon Genin que je suis. Je ne sais même pas si j’ai la motivation et le cœur d’ajouter quoi que ce soit. Son Mokuton m’intéresse beaucoup et je pourrais peut-être m’en inspirer pour des techniques, mais dans mon état de décrépitude actuelle, je n’en ai même pas envie. Cela m’apprendra à vouloir me montrer ouvert.

Finalement, je décide de poser quand même une question. Mon âme de scientifique avait pris le pas et se questionnait trop pour rester sans réponses.

- J’y pense, mais est-ce que tu créés le bois à l’aide de ton chakra ou tu peux également infuser les arbres, les racines et tout ce qui se trouve autour de nous ? Par exemple, est-ce que dans une forêt, tu es très avantagé par rapport à d’autres ninjas, comme le serait un utilisateur du suiton près d’une source d’eau ?

Cela pouvait paraître élémentaire quand on s’y connaissait un tant soit peu à la science ninja, mais je sais également qu’il y a des exceptions partout. Et justement, il est très important pour moi d’en apprendre toujours plus sur le contrôle du chakra. Indirectement, en plus de consolider mon savoir scientifique, cela pouvait énormément apporter au contrôle de mon Satetsu, qui est finalement très imparfait en plus d’être récent. Cela date de quelques jours après ma rencontre avec Metaru Shuuhei, après tout. Il faut que je trouve des pistes pour mieux comprendre ma propre capacité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Jeu 14 Sep 2017 - 13:31
Pas très pratique en combat ? Non mais elle se prend pour qui ? Elle pense que je suis devenu Jônin en faisant des roulades et des acrobaties ? Non mais franchement... Bon déjà, elle ne sait pas même pas ce que signifie Jônin, alors ça ne sert à rien de chercher bien loin. Pour lui faire comprendre que ma capacité était bien adapté au combat, rien de plus simple. Alors que la poutre de bois était sorti de terre, j'ai posé ma main dessus. Rapidement, celle-ci diminua en taille et en largeur, pour laisser à la fin une lance. Elle devait mesurer quand même deux mètres de long, mais elle était aussi affûté et tranchante qu'une arme en métal. Avec ça, je pouvais transpercer n'importe quel ennemie. Enfin, j'imagine. Mais mon pouvoir n'était pas limité qu'à ça. Je pouvais aussi bien faire des bâtiments, faire des entraves, me cloner avec. Il suffisait juste d'être assez ingénieux. C'est alors que le petit Detzu me posa quelques questions sur le Mokuton. Il avait l'air très curieux quant aux capacités des ninjas. C'était bien d'avoir des têtes pensantes comme lui au village.

« C'est une très bonne question que tu poses là Detzu. En faite, j'ai besoin d'une surface pour utiliser mon Mokuton. Aussi bien de la terre, qu'un arbre ou un mur... cela dépend principalement de moi, ainsi que ma réserve de chakra. Ce que j'aimerais réussir, c'est à matérialiser le bois directement sur ma peau, et, pourquoi pas, sur la peau d'un ennemie par la suite. Mais cela demande beaucoup d’entraînement, sachant qu'à votre âge, je ne savais même pas ce que c'était un ninja ou même le chakra. Cela doit faire quoi, seulement huit ans que j'ai appris à utiliser mon chakra. »

Et oui, même si je suis devenu un grand ninja, cela ne fait pas si longtemps que ça que je peux utiliser des jutsu. Avant, cela ne m’intéressait pas du tout. Je préférais boire et aller tirer un coup. Je n'ai pas eu d'éducation, contrairement à Detzu. En ce qui concerne Ryüka... je ne l'a connais pas assez pour la juger quant à ça.

« Par contre, quant à vous, si j'ai bien compris, vous avez besoin de ''stocker'' votre matière première, et pour toi Detzu, de la limaille de fer plus précisément. Si tu n'en as pas sur toi, tu es alors totalement désarmé non ? »

Par contre, je n'avais pas oublié les paroles de la petite Ryüka. Je ne comptais pas lui laisser le choix sur sa future habitation. Elle vivra avec moi, un point c'est tout. Je suis certain que cela changera son caractère de vivre avec quelqu'un de civiliser. Il suffit de me regarder. Je me suis élevé tout seul, et le résultat est la. Je suis quelqu'un de respectable et de respectueux. Je suis juste avec les gens, je suis généreux aussi. Alors que j'étais entrain de ressasser dans ma tête toute mes qualités, j'ai sorti une gourde de ma poche, contenant bien-sûr un breuvage délicieux. Un saké raffiné. J'en ai bu quelque gorgée, puis mon regard c'est posé sur le petit Detzu.

« Dis moi Detzu, tu es majeur non ? Tu vas donc prendre une petit verre avec moi hein ! Puis toi, la gamine du désert, tu veux boire un coup aussi, à moins que cela soit bien trop fort pour toi. »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Je n’aime pas le sable, il est grossier, agressif, irritant et s’insinue partout... | Libre

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Arche Grise
Sauter vers: