Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Réapparition compliquée... [pv. S. Kenryôku]

Yukino Shizune
Yukino Shizune

Réapparition compliquée... [pv. S. Kenryôku] Empty
Mar 7 Avr 2020 - 10:24
Pas fière…



- Non d’une mouette, je n’avais pas fait un voyage aussi long et palpitant depuis des années, ah !

Le commandant s’extasia à la barre alors que son équipage s’empressa de jeter les cordages à quais pour immobiliser leur navire qui, reconnaissons-le, avait vu des jours meilleurs. Leur périple avait duré bien plus longtemps que prévu, des complications et décision sur le tas avait amené la fine équipe à s’absenter du Pays de l’Eau une année durant. Si la plupart se félicitait de leur traversée, il y en avait bien une qui faisait la moue et rechignait à poser pied à terre. Une grande dame en blanc qui était venu en aide à son ami commandant, pensant à un petit voyage par les mers, d’un mois pas plus… La bonne blague, un an qu’ils s’étaient absentés, et la shinobi incapable de revenir, elle qui s’en était déjà retournée au village après une longue absence, comment justifier celle-ci ? Rien à faire, il faudra encaisser. Ne prenant pas part aux réjouissances de l’équipage, elle salua les marins avant de filer, direction le quartier de la douane. Ici, on recensait les arrivants à Kiri, y compris les shinobis. Quand elle se présenta devant le bureau, elle avait grise mine, et l’homme qui occupait le poste releva la tête, incrédule après l’avoir reconnu, lui adressant une grimace des plus gênante :

- Regardez qui voilà… Une revenante… ( L’individu tapa une pile de document en se reculant dans son fauteuil. ) Combien de temps tu vas nous rester ce coup-ci ? Deux semaines ? Un petit mois ?

- Te concernant, cela ne risque pas d’excéder la minute, avoua la brune en dévisageant l’individu.

- Toujours du répondant malgré tout, bon… ( Il alla chercher un parchemin qu’il déplia sur son bureau, cherchant du bout de son doigt un nom en particulier. ) Alors… Yukino… Yukino… Ici. Shizune. Ton retour est confirmé, mais tu devrais bouger tes fesses chez le Mizukage, il décidera de ta réintégration.

- Je ne me fais pas de soucis, envoya la grande dame avant de tourner talon.

- Ce n’est plus Watanabe, Yukino. Tu as disparu une année je te rappelle…


Au sortir du bâtiment, Shizune soupira et laissa son sac retomber le long de son bras. Elle se sentait stupide et irresponsable, comme venait de le rappeler cet homme exécrable à l’instant, Kiri avait bien changé. Pour la première fois de sa carrière de kunoichi, la brune était dans le brouillard, elle qui avait travaillé dans le renseignement, ne connaissait rien de la situation. Si seulement elle n’avait pas accepté de venir en aide à ce capitaine, tout ceci ne serait pas arrivé… D’habitude apte à encaisser tout ce qui pouvait lui arrivait, pour le coup, elle était désemparée. Il lui fallait un moment pour souffler et se remettre les idées en place. Elle jeta son dévolu sur ce modeste banc, donnant une vue sympathique sur le tout nouveau port de la citée.

- En espérant que la situation se soit améliorée pour le meilleur…



Dernière édition par Yukino Shizune le Mer 8 Avr 2020 - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014 http://www.ascentofshinobi.com/t9281-kiri-yukino-shizune
Seishin Kenryôku
Seishin Kenryôku

Réapparition compliquée... [pv. S. Kenryôku] Empty
Mar 7 Avr 2020 - 21:57
Le Port. C'est là où je me trouvais tandis que j'observais la qualité de travail d'un membre du personnel administratif en charge des entrées et sorties du Port. Cet homme était particulièrement... antipathique. Je ne l'aimais pas, et l'envie de lui trancher la peau – même sur quelques millimètres – dans le but de le faire dormir, ou de lui faire subir une maladie respiratoire, me trottait grandement dans la tête. Quelle satisfaction que d'imaginer cet homme convulser au sol avec de la mousse sortant de sa bouche, ses yeux révulsés et sa tête frappait contre le sol tant les tremblements sont intenses... J'en frissonnais... Qu'est-ce qui me motivait à l'imaginer ainsi ? Son discours avec cette jeune femme qui venait d'arriver. Après la présentation de ses papiers, cet homme s'était permis quelques réflexions mal placés que je ne saurais tolérer à l'accoutumé.

Avant même qu'il ne termine ses phrases, j'étais sorti du stand prévu au contrôle des papiers tandis que je claquais la porte derrière moi non sans provoquer une once de colère dans l'âme de ce gros balourd. En claquant la porte, une lampe qui était posé délicatement sur une étagère tomba au sol provoquant un éclat de l'ampoule présente à l'intérieur. Du verre brisé s'était répandu mais cela ne m'empêcha pas de laisser cet individu se démerder.

Dehors, une fine brise vint me caresser le visage tandis que je m'isolais un peu plus loin, adossé à un lampadaire qui allait s'allumer dans quelques heures. Au loin, l'immensité de la mer et le bruit des vagues me berçait. Quelle douce symphonie. Je prenais réellement plaisir à vivre au sein de ce village, et je me voyais mal vivre ailleurs... Ma vie était ici... Je mourrais pour ce village, c'était une certitude. De là où je me trouvais, je pouvais apercevoir la jeune femme qui fut victime de la mauvaise éducation du gros porc. Je soupirais sous ce masque métallique et je pris une décision : la première de ce genre depuis longtemps. J'allais à sa rencontre... Si elle regardait vers ma direction, elle pourrait apercevoir un homme vêtu d'une tenue de métal souple, doté d'un casque de cette même matière et un regard blanc la fixer... Rien de bien rassurant de prime abord. Mais une fois proche d'elle, j'ouvrai la discussion.

« Je vous prie d'excuser le personnel administratif. » Je commençais par une simple règle de savoir-vivre... « J'étais derrière, j'ai vu la façon dont il vous a parlé... Un ramassis de connerie. » Rajoutai-je tandis que j'allais me présenter. « Je ne vous connais pas : je me suis récemment... Sortie d'une longue exil disons. Je m'appelle Seishin Kenryokû, Genin du village... Pour l'instant. »

Mon envie de progresser et de devenir le meilleur était si intense... Une flamme vive brûlait en moi et elle était si dense que rien ne pourrait l'atteindre... Et je clamais haut et fort mon envie de grimper les échelons... Je n'avais pas le temps : il fallait que ça se fasse au plus vite. Je suai aux entraînements, je donnais le meilleur de moi-même qu'importe les circonstances... J'étais à 200% de mes capacités à chaque seconde que la vie m'octroyait. Après m'être présenté, j'eus un flashback qui me rappela ce que ce gros tas avait dit... Une revenante... Tiens donc...

« Après une rapide réflexion, vous êtes donc une « revenante ». Qu'a-t-il voulu dire par là ? Seriez-vous, vous aussi, sortie d'une exil dont vous aviez besoin ? » Curieux ? Peut-être. Mais je n'étais pas du genre à passer par quatre chemins.

Habituellement, je n'étais pas aussi bavard... Mais depuis quelques temps, j'avais la langue bien pendue... Cela allait me jouer des tours bientôt : c'était une certitude et je devais me reprendre et faire un peu plus attention à ce que je disais... Soit. Elle ne me semblait pas hostile pour autant, mais restons tout de même méfiant : il vaut mieux prévenir que guérir... Et j'ai encore trop de chose à faire pour me permettre de perdre du temps en guérison futile et inutile...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8878-seishin-kenryoku-terminee
Yukino Shizune
Yukino Shizune

Réapparition compliquée... [pv. S. Kenryôku] Empty
Mer 8 Avr 2020 - 11:39

Un peu de réconfort.

Il n’y avait rien de plus frustrant que le flou. En s’attardant sur chaque détail qui l’entourait, elle put remarquer que l’ensemble des gros œuvres du ports avaient trouvé une fin, une bonne nouvelle. Mais elle avait la sensation qu’elle venait de rater beaucoup de chose en son absence, ce que sous-entendait tout à l’heure son charmant hôte du bureau de recensement. Shizune soupira et balança sa tête en arrière, mirant sans volonté le ciel légèrement couvert, un temps où il menaçait de pleuvoir, mais qui n’était au final qu’un gros bluff. Malgré les ragots concernant leur merveilleux pays, il ne pleut pas autant que cela à Mizu No Kuni. Chose qui l’arrangeait puisque la demoiselle commençait à en avoir marre de la flotte, son voyage tumultueux par-delà les mers l’avait suffisamment refroidie. A présent, elle aimait moins le bateau… un comble pour une fille de pêcheurs. Mais pouvons-nous lui en vouloir ? Son équipage est resté bloqué en mer si longtemps que ses vêtements dégagent une odeur de sel désagréable, son unique envie du moment, autre qu’une bonne bière et d’un soba, c’était une douche et la lessive de ses beaux vêtements. Sa tunique blanche perdait légèrement de son teint, et ses cheveux indomptable le sont toujours autant, quoique trop sec et désagréable pour la tête bien remplie de Yukino qui n’avait pas apporté assez de bouquins pour survivre leur traversée. Quelle périple… La kunoichi se repencha vers l’avant, courbant l’échine sur le banc, elle s’apprêta à partir quand vint une personne conciliante.

Celui-ci se présenta après s’être excusé du comportement discutable de la première personne à qui Shizune avait adressé la parole en débarquant. Elle trouva cette attention particulièrement attendrissante, surtout en observant son interlocuteur. Le bon cru du village des tarées de Kiri comme on aimait l’appelé au travers le monde, une apparence guère rassurante mais qui cache un bon fond. La demoiselle lui fit par d’un sourire radieux de remerciement. L’homme se prénommant Seishin laissa aller sa curiosité en interrogeant la nouvelle arrivante. Avant de lui donner quelconque réponse, Shizune se décala légèrement du banc pour lui faire une place à ses côtés, après tout, ce qu’elle venait de traverser, elle ressentait le besoin de parler à quelqu’un, qui que ce soit.

- Merci de t’inquiéter pour moi, commença-t-elle avec son sourire qui commençait à revenir. Ne blâme pas trop ce brave type qui ma accueillit, il faisait son boulot… ça reste un abruti ceci dit, mais il n’était pas totalement en tort… ( Shizune tourna la tête vers lui pour le regarder dans le blancs des yeux. ) Je me nomme Yukiono Shizune, j’ai toujours travaillé au village, mais j’ai souvent voyagé, peut être trop… ( Elle lui indiqua de la tête le navire aux quais dont elle débarquait. ) Celui-là avait prévu un voyage d’un mois, mais tout ne c’est pas passé comme prévu, nous revoilà une année plus tard. C’est pour cela que mon collègue est fâché, j’ai manqué beaucoup de chose apparemment, et on aurait bien eut besoin d’un autre bon médecin sur place.

Elle marqua un temps d’arrêt à balayer du regard son entourage. La kunoichi avait presque l’impression de redécouvrir sa ville, elle qui a l’époque sympathisait avec tous avait maintenant l’impression de ne pas retrouver assez des têtes connues. Qu’avait-il bien pu se passer ici ?

- Je vais sans doute devoir refaire mes preuves, souffla-t-elle. Sans parler du fait que je dois être rouillée, passer au dojo me ferait du bien aussi… ( Shizune reporta son attention sur le curieux personnage lui servant de confident. ) Quant à toi Seishin-san, je ne me souviens pas t’avoir croisé à Kiri, serais-tu nouvel arrivant ?


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014 http://www.ascentofshinobi.com/t9281-kiri-yukino-shizune
Seishin Kenryôku
Seishin Kenryôku

Réapparition compliquée... [pv. S. Kenryôku] Empty
Jeu 9 Avr 2020 - 11:15
Une place m'était accordé aux côtés de la Kunoichi qui prit la peine de se décaler pour que je puisse m'asseoir. Une invitation que j'acceptai allégrement. Rapidement, j'étais assis et je continuai d'écouter ce qu'elle avait à dire. De toute évidence, elle était partie à l'aventure pendant un an – alors que celle-ci aurait dû durer qu'un mois... Effectivement, une absence aussi longue du village avait des conséquences... Peut-être y échapperait-elle ? Tout cela dépendait naturellement de son statut et de son utilité au sein de Kiri... Tout cela n'était pas de mon ressort mais de celui du Mizukage qui prendrait la décision la plus raisonnable.

Effectivement, refaire ses preuves me semblait être une des « sanctions » qu'elle aurait... Il est normal qu'après une absence aussi longue, nous sommes en droit de douter des compétences du revenant... Et j'osais imaginer que le Mizukage choisirait la bonne sentence pour elle... Cette situation est malheureuse pour elle : mais nous étions tous former comme cela... Chaque action que l'on fait à des conséquences qu'elles soient positives ou négatives... Mais dans tous les cas, il fallait assumer. Elle termina sur une note plutôt comique : elle ne m'avait pas croisé à Kiri... Je souriais sous ce masque métallique et j'allais lui conter mon histoire...

« C'est sûr qu'après un an d'absence, des visages te seront méconnaissables. » Dis-je sur une pointe d'humour. « Mais il est tout à fait normal que nous nous sommes jamais croisés. » Oui. Parce que j'étais dans un coma pendant une période, et elle était absente pendant un an... Tout cela s'est simplement croisé. « Tu étais absente pendant un an, et pour ma part, un petit souci d'ordre médical désormais révolu... Même si j'ai gardé une petite séquelle sans gravité. » Fis-je tout en montrant mes yeux ornés de cicatrice et d'un blanc pur.

Est-ce que j'allais m'éterniser sur ce sujet ? Probablement pas. Allais-je sûrement subir des questions auxquels je ne souhaiterais pas répondre ? Probablement. Quoi qu'il en soit, j'avais pris la décision de venir à sa rencontre, alors j'en assumerais les conséquences. Elle avait parlé du Grand Dojo pour se dégourdir les membres et retirer cette rouille qui l'avait pris sous son étreinte.

« Je connais bien le Grand Dojo. Cela fait maintenant plusieurs mois que j'y suis, j'y passe à peu près 16h par jour pour m'entraîner... » Je lui fis un petit signe de tête en guise d'invitation. « Peut-être serait-il judicieux que l'on y aille ensemble : aujourd'hui ou un autre jour. » Ma main se posa sur mes lames que je ne pourrais pas utiliser pendant l'entraînement... « Mais si nous faisons ça, je ne pourrais pas les utiliser... » Dis-je sans dire pourquoi...

La réponse était évidente pour un sabreur : mes lames étant Yoakeshi et Yuurugeshi, une simple entaille et elle pourrait finir à l'hôpital pour quelques temps... Ce n'est pas ce que je souhaitais... En aucun cas ces sabres seront utilisés à l'encontre du village et des siens... Même accidentellement. Et c'est pour cela que je vouais une attention particulière lorsque j'utilisais mes épées.

« Mais ne vous méprenez pas : j'aurais d'autres surprises pour que cette entraînement puisse te convenir. » Les lames ne sont pas mes seuls atouts... Quoi que. « Et toi, comment se fait-il que cette aventure censé duré qu'un mois, a duré douze fois plus longtemps ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8878-seishin-kenryoku-terminee
Yukino Shizune
Yukino Shizune

Réapparition compliquée... [pv. S. Kenryôku] Empty
Jeu 9 Avr 2020 - 22:20

L’affreux voyage.


Conciliant le charmant homme masqué qui n’hésita pas à ironiser sur son regard. L’humour à se sujet était preuve de bonne santé, parole de médecin, Shizune était d’ailleurs impressionnée d’apprendre qu’il n’avait aucun trouble de vision selon ses dires. Autre fait surprenant, Seshin-san enchaînait les entrainements des heures durant, respectant in-extrémis son quota de sommeil, si tant fait qu’il dormait. Il devait avoir la connaissance du terrain, proposant même que les deux shinobis se fassent une séance de temps à autres. Répondant de son sourire, la kunoichi écoutait avec attention son ami du jour, il finit d’ailleurs par poser la fameuse question : son périple. Yukino tiqua légèrement, laissant même échapper un petit rictus nerveux :

- Ah… Cette traversée… Par où commencer ? ( La kunoichi se relâcha, basculant légèrement vers l’arrière, prenant un air pensif. )


Tout partait d’une bonne intention, je retrouvais à peine ma Kiri de cœur après des années à l’étranger, trainant dans les grottes les plus profondes pour le compte des renseignements. Une vie difficilement tenable sur la durée, surtout que cette dernière mission, ou série, s’était prolongée sur six années. J’avais vraiment besoin de repos.

Le village sortait d’une mauvaise passe, la nouvelle Mizukage, Watanabe, avait bien besoin de soutiens pour la reconstruction. J’arrivais à ce moment-là, prête à proposer mon aide. Je ne suis au final restée que deux mois, lorsqu’un de mes amis marchand et navigateur me demanda une faveur. J’avais un passif le concernant, je ne pouvais le refuser.

Un mois, tout au plus, le temps de l’accompagner, lui et son équipage, pour une mission marchande et d’exploration au nord-est du Pays de l’Eau. Nous devions selon lui passer au large des côtes de Yuki no Kuni, avant de prendre plein est, direction l’inconnu, espérant découvrir un archipel dont les rumeurs semblaient en confirmer l’existence. Bien évidemment, rien ne se passa comme prévu.

A notre départ, en direction de Yuki, une tempête comme l’on ne l’avait rarement vu. Je suis kunoichi, mais ma famille vivait de la pêche, et la navigation me connaissait. Mais un ouragan comme celui-là, nous n’étions pas prêt de l’oublier… Par miracle, l’embarcation flottait encore mystérieusement au vue des dégâts, cependant, notre orientation était à la masse, nous étions complètement perdus. Le mât avait cédé, la direction demandait des réparations d’urgence, et les résidus de la mer agitée nous poussa vers le sud, nous ne pouvions rien y faire.

Le bateau s’échoua finalement sur une ile, deux semaines après notre départ du Port Naragasa. Il se révéla que nous venions de découvrir un ensemble de trois ilots, et que nous devrions y vivre le temps de réparer notre navire. Bien évidemment, nous sommes allés de mauvaises surprises en mauvaises surprises sur place, huit mois de calvaires. Survivre, se démener à rafistoler notre rafiot, gérer la faune locale, une chance qu’une kunoichi les accompagnait, j’ai dégusté durant cette période.

Quand on finit par s’échapper, le plus dur restait à faire, retrouver notre chemin. La logique voulait que l’on reprenne à l’ouest, remonter doucement au nord de temps à autre. Il nous aura fallu du temps pour retrouver le continent, le Pays du Vent se dessina à l’horizon. Si l’équipage explosa de joie, ce n’était pas mon cas, j’étais une kunoichi de Mizu no Kuni, impossible que l’on me laisse approcher le pays, connaissant mon affiliation et malgré mes origines. Mais l’équipage avait besoin d’accoster pour se réapprovisionner. J’ai dû accepter la situation et me laisser déposer sur la côte, me cacher le temps que le navire revienne. Une semaine et demie de plus qu’ils m’auront fait patienter…

Après quoi, notre épave remonta la côte, lentement, jusqu’à retrouver notre charmant pays… La fin d’un véritable enfer…


- Voilà ce qu’il s’est plus ou moins passé, une vraie catastrophe… ( Elle roula des yeux après un long soupir, la demoiselle s’en retourna alors vers l’homme masqué. ) Ah… Désolé de t’avoir barbé avec mon histoire, mais merci de me l’avoir demandé. Je ne te cache pas que ça aura été éprouvant et je voulais en parler un peu, ne serait-ce que pour évacuer.

Shizune se leva et fit quelque pas devant le banc, s’étira un instant. Elle tourna talon pour faire face à son comparse avec un visage bien plus radieux qu’à son arrivée :

- C’est vraiment sympa d’être venu me voir, ça me fait vraiment plaisir. Qu’est-ce que je pourrais faire pour te remercier ?

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014 http://www.ascentofshinobi.com/t9281-kiri-yukino-shizune
Seishin Kenryôku
Seishin Kenryôku

Réapparition compliquée... [pv. S. Kenryôku] Empty
Ven 10 Avr 2020 - 17:13
En voilà donc une sacrée épopée qu'avait subi cette kunoichi aux airs innocents. On était loin d'imaginer qu'elle avait éprouvée de si lourdes épreuves. Dictée, son aventure ne semblait pas être aussi rude que ce qu'elle laissait paraître. Mais avec du recul, et un peu de bon sens, on pouvait jusqu'à ressentir la fatigue, et la dureté de la tâche. Pour ma part, je n'avais pas son parcours : il était tout autre... Ce n'était qu'un vague souvenir que celle des émanations d'un poison toxique se loger dans mes pupilles les rendant blanche comme du sucre. Une phrase m'interpella quelque peu : elle s'excusait de m'avoir barbé avec toute cette histoire... Mais : c'est moi qui lui ai demandé son parcours... Elle n'avait pas à s'excuser. C'était malgré tout apprécié mais il fallait qu'elle soit rassuré : cela ne me dérangeait pas !

Levant la main, paume face à elle avec un sourire dissimulé par mon masque mais dont les yeux était un indice quant à ma bonne intention, je lui répondis.

« Ne t'excuse pas, si évacuer a pu te faire du bien, alors mon devoir est accompli. » Je m'arrêtai une petite seconde le temps d'abaisser ma main et la poser à plat sur ma cuisse. « C'est en tout cas une aventure intéressante bien que périlleuse... » Ma voix reprit un timbre un peu plus grave, reprenant mon sérieux. « Mais saches que les épreuves sur notre chemin nous permettent d'être là où nous en sommes actuellement. »

Petite phrase mélancolique mais bourré de bon sens. Après tout, si elle n'était pas passé par cette épreuve, nous nous serions probablement jamais rencontré. D'autres exemples peuvent être cités, mais restons sur celui-ci qui est bien plus parlant.

Elle termina sa prose sur une question tout aussi atypique que le personnage : que pouvait-elle faire pour me remercier d'être venu la voir ? Bonne question. Devais-je profiter de la situation ? C'était tout à fait mon genre. Après tout, une faveur c'était toujours bon à avoir... Et j'allais profiter de la situation mais en restant raisonnable...

« Et bien écoute, je suis venu te voir simplement par curiosité, et l'envie de te connaître... » Je laissai une seconde de silence. « Un remerciement n'est pas nécessaire. Mais si tu y tiens, disons que tu me dois une faveur ? »

Quelque chose de simple, et efficace. De plus, une faveur peut-être utile à tout moment. Peut-être que cela me serait utile dans un futur plus ou moins proche... Toutefois, je voulais être clair avec elle, histoire que l'on ne parte pas sur de mauvaises bases.

« Ce n'est qu'une proposition si jamais tu tiens réellement à me remercier. Mais je tiens à te préciser que si jamais tu as l'envie de parler ou quoi que ce soit d'autre, tu pourras compter sur moi. »

Entre Shinobi du village caché de Kiri, l'entraide est la moindre des choses...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8878-seishin-kenryoku-terminee
Yukino Shizune
Yukino Shizune

Réapparition compliquée... [pv. S. Kenryôku] Empty
Sam 11 Avr 2020 - 15:50

Faveur.


Discuter avec Senshin était une libération dont il semblait ne pas en prendre la pleine mesure, ou peut être ne voulait-il pas le voir. Mais la kunoichi avait vraiment passé une sale période et la moindre petite chose réconfortante lui suffisait. Néanmoins, l’aventurière but chacun de ses paroles, son cadet avait bien un esprit sage. L’habit ne faisait pas le moine, malgré son accoutrement de meurtrier notable, il n’avait rien du sanguinaire buté Kaguya qui arpentait les rues de la capitale des iles. Sous son masque se cachait une bouche au bien belles paroles. Il était humble, dans son attitude et sa démarche, mais Shizune tenta de lui faire comprendre par son sourire et sa proposition qu’elle devait beaucoup à une simple personne l’ayant écouté. Certes, cela ne ressemblait pas à la combative Yukino que le village a connu pendant des années, mais personne n’est parfait, les gens changent. Le monde shinobi est cruel, quand chaque année on revient au village et rend visite à la stèle des ninjas tombés pour leur pays, Shizune fatigue de reconnaitre trop de noms, la liste s’allongeant sans relâche. Elle ne faisait pas son âge, maintenant trente-six ans, la grande partie de ses camarades de formation ne sont plus là pour célébrer leur retour au bar du coin. Un sourire en coin et des yeux pétillants, la population la côtoyant ne semble pas remarqué la détresse de la charmante demoiselle, une âme vacillante derrière un masque de bonté et de bonheur.

A sa demande, le shinobi aux yeux crémeux fut prit au dépourvu, sans doute surprit de se voir demander une telle chose. Par principe, il minimisa sa propre importance, lui demandant simplement une faveur. Rien de plus. Être redevable était rare pour la kunoichi, mais elle accepta sans broncher. Senshin posa ses conditions, mais aussi sa disposition, quand il eut fini, Shizune déposa son sac près d’elle. Elle s’agenouilla en face, le fixant dans les yeux :

- Senshin Keryôku, moi, Yukino Shizune, accepte de t’être redevable, et t’en remercie. ( Elle courba doucement l’échine, pas totalement pour le gêner mais assez pour lui signifier son respect. ) Je ferais mon possible pour t’aider à mon tour, ton désir de progresser saute aux yeux, en tant que chûnin et ton ainée, il est de mon devoir de t’aider à progresser. Ce sera avec plaisir que je t’assisterais.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014 http://www.ascentofshinobi.com/t9281-kiri-yukino-shizune
Seishin Kenryôku
Seishin Kenryôku

Réapparition compliquée... [pv. S. Kenryôku] Empty
Lun 13 Avr 2020 - 15:20
Me proposait-elle un rendez-vous plus ou moins galant durant lequel nous pourrions tout deux nous entraîner ? C'était une proposition alléchante à laquelle j'aurais du mal à dire non. Néanmoins, il était compliqué pour moi de m'entraîner avec des individus puisque mes sabres pouvaient littéralement les tuer... Une entaille, et elle pouvait terminer sa semaine à l'hôpital ou pire encore... Est-ce que je souhaitais réellement qu'elle finisse à l'hôpital ? Même si elle était Chûnin, nous ne pouvions pas faire grand chose face au poison... Et là était une situation compliquée : je ne pouvais pas m'entraîner convenablement et avec n'importe qui. C'est en tout cas une proposition que je garderais sous le coude. Cela pouvait toujours être efficace, et c'était une faveur plutôt intéressante.

Je me relevais et me rapprochais d'elle. Seulement quelques petits mètres séparaient nos deux corps. Une fois la distance réduite, ma main se posa sur son épaule en guise de réconfort. Elle en avait bavé. Beaucoup bavé. Et j'étais persuadé qu'elle avait besoin de repos, de retrouver ses marques et de se requinquer avant de débuter quoi que ce soit au sein du village.

« Shizune, ce fut un plaisir de te rencontrer. Mais je crois qu'avant de faire quoi que ce soit, il te faut beaucoup de repos. » J'avais un sourire audible derrière mon masque métallique. « Prends une bonne douche, dors bien... Soignes ton alimentation et dans quelques jours je suis persuadé que nous pourrons nous retrouver au Grand Dojo pour que tu puisses me montrer ce que vaut une Chûnin de Kiri ! »

Ma tête se tourna sur ma gauche afin que je puisse voir son visage. Sans changer ma position, mes yeux se posa simplement sur elle et j'observais la kunoichi. J'étais étrangement admiratif...

« J'ai déjà hâte que nos chemins se recroisent. » Ma main n'avait pas bougé de son épaule, et tandis que je l'enlevais, j'avais une dernière chose à lui dire. « Si jamais, tu me trouveras au Grand Dojo, je continue de m'entraîner nuit et jour. »

Un petit clin d'oeil sympathique, et je décidai de quitter le Port, laissant la Kunoichi se retrouver un peu avec elle-même, et faire le point sur sa situation. J'étais sûr que ma présence, bien que réconfortante d'après elle, était un poids supplémentaire. J'étais sceptique quant à mes qualités d'écoute et de réconfort... Si jamais elle avait réellement besoin, elle savait où j'étais, et ce serait avec plaisir que je l'accueillerais au Dojo. Nous avions tout ce qui était nécessaire pour vivre là bas...

Je fléchis légèrement avant de me projeter dans les airs, ne laissant qu'un nuage de fumée à mon endroit initial. Je sautais de toit en toit en direction du grand dojo, très satisfait de cette rencontre. Cette jeune femme était très sympathique et forçait l'admiration et – en prime – elle était plutôt mignonne. Tout lui réussissait, et tout lui réussirait si elle prenait – maintenant – les bonnes décisions... Elle avait toutes les cartes entre ses mains, et elle seule saurait quoi en faire...

Quoi qu'il en soit, je gardais une bonne image d'elle, et il était désormais temps – pour moi aussi – d'avancer et de progresser pour devenir son égal, ou bien plus encore !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8878-seishin-kenryoku-terminee

Réapparition compliquée... [pv. S. Kenryôku]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: