Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

PT 2, Ce n'est rien : juste un mauvais rêve. °Metaru Kahei


Lun 14 Aoû 2017 - 19:43
Washi patientait depuis plusieurs heures à l'intérieur d'une pièce faiblement éclairée. Il disposa une simple chaise en bois à côté de la table centrale puis vint à s'asseoir sur le bord d'un canapé. Les aiguilles d'une horloge, légèrement en retrait contrairement au reste du mobilier, s'unirent pour indiquer vingt-et-une heure précise. En cette période d'hiver le soleil se couchait aux alentours de vingt heures, autant dire que la pénombre régnait naturellement. Le regard du blondinet fixait désespérément la porte entreouverte. Dicté par des actions intérieures : J'espère qu'il a capté le message dans le parchemin. Pensait-il en se levant. « On se rejoint chez moi... » Alors que le Yamanaka se remémorait les écrits de sa lettre il se leva du canapé. Sait-il où j'habite ? C'est indiqué sur le bon de commande... Le blond fit les cent pas. Seulement, alors qu'il était à moitié abasourdi, un léger grincement chatouilla ses tympans. L'invité venait d'arriver et pour l'accueillir Washi lui adressa un petit sourire.
« Bonsoir Kahei, comment vas-tu ? La silhouette de la fouine se mêlait à moitié avec l'obscurité ambiante. Quelques parties de son visage étaient éclairées. Installe toi, je t'en prie. Annonce-t-il en désignant l'assise centrale. Si lors de la première rencontre l'étranger avait laissé paraître une attitude enfantine, seul celui du sérieux était autorisé à entrer dans cette pièce.
Voilà comment cela va se dérouler. Premièrement... de la théorie. Une encyclopédie ouverte à la page cinq cent quarante-deux figurait sur la table centrale. La mémoire n'est pas localisée dans une seule zone cérébrale, mais dans plusieurs aires. Afin de me rendre la tâche plus facile tu dois éviter de solliciter intérieurement le secteur que je visiterai. Si le charabia de Washi était incompréhensible pour plus d'un, le Yamanaka pensait que le jeune âgé de treize ans, malgré son âge, comprendrait parfaitement. De toute façon l'encyclopédie agrémentait et illustrait les dires du shinobi. Je me dirigerai en premier lieu vers l'aire nommée l'Hippocampe. Il s'approche de la table et tourne une page du registre. C'est ici que tes souvenirs transitent. Ils y sont formés mais n'y sont pas stockés. Le blond afficha un sourire car il sous-entendait une nouvelle clause : une fois la transmission effectuée il aurait accès à la totalité de sa mémoire. Théorie terminée, je débute la seconde étape. Dit-il avec une faible intonation.


Même si Kahei avait encore le choix, reculer à cet instant le décrédibiliserait aux yeux du blond.
Au passage tu as suivi les instructions dans la lettre ? Celles de ne pas manger ? Travailler sur un sujet en pleine forme est largement faisable, mais s'exercer sur une personne légèrement affaible facilite la tâche. Lorsque tu fermeras les yeux et feras le vide total dans ton subconscient – ou que tu penseras à un rêve qui t'évoque de la joie – je déposerai ma main sur ton front. À mon tour je fermerai mes paupières... Alors que Washi parlait tranquillement en début de phrase, ses paroles devinrent petit à petit des chuchotements pour plonger le Metaru dans l'ambiance. ... je me concentrerai, je récolterai les informations puis nous les visualiserons ensemble. Il se positionna face à son interlocuteur. En attente de l'ultime autorisation de son partenaire, « frères d'armes » qu'il disait, le Yamanaka referma l'encyclopédie. Pour cette fois il désirait tenter l'expérience sans aide extérieure. C'est pour cela qu'il rangea le registre pour revenir à sa place initiale : la fouine était prête.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Lun 14 Aoû 2017 - 21:55
Enfin. L'événement qu'attendait le plus Kahei ses derniers jours allait finalement arriver. Du moins, si aucun contre-temps venait perturber le programme prévu par le Yamanaka. Le message qu'il reçut lors de sa première rencontre indiquait ainsi la date exacte et lieu de rencontre. Soit trois jours après, à 21 heures à son domicile. Allez savoir pourquoi il avait pris soin d'en faire un message codé. Il aurait pu tout simplement le dire oralement à l'adolescent. Mais bon. En connaissance plus ou moins son caractère de petite fouine, ça semblait être dans ses gênes. Néanmoins, une chose gênait tout particulièrement le manipulateur de métal. Dernièrement, il apprit de la part de Sumu, le forgeron qui s'occupait de sa formation, que le blond aurait apparemment faussé la bourse donnée. Des problèmes qui causait du tort à son formateur. Une chose qu'il ne méritait pas. En toute logique, il lui demanderait plus d'explications quant à ce sujet. Car en quelque sorte, il venait déjà de le trahir. Alors qu'il disait formellement ne l'avoir jamais fait. De toute manière cette histoire allait être tirée au clair sur place. Juste après avoir recueillit les informations, il ne voulait pas retarder « l'expérience » par une possible dispute, qui serait pour le coup, futile.

Après un long retard, causé par quelques contres-temps durant son trajet, il se présenta devant le Yamanaka. « Bonsoir. Désolé du retard. Je vais bien merci. » — Son regard se posait sur celui de son acolyte, affirmant une certaine gêne. « Il serait temps que je connaisse ton prénom, non ? Je n'ai pas spécialement envie de t’appeler petite fouine. » — Puis il répondit à l'invitation du blond. Kahei se montrait très attentif aux explications de son interlocuteur en prenant soin de suivre avec lui l'ensemble des pages du livre qui défilaient. « OK. Jusque-là tout est bon pour moi. » — De nombreuses informations aussi intéressantes qu'importantes. Place à la seconde étape. « Oui-oui. J'ai l'impression d'attendre ce moment depuis des mois. Je ne vais pas faire d'erreurs qui repousseraient l'opération à plus tard. » — Un rêve qui lui évoquait la joie.. Honnêtement, les dernières semaines n'étaient pas toutes roses. Les souvenirs d'enfance qui le marquaient le plus s'avérait être les rapports de force avec son paternel. Mauvaise idée. En revanche, s'il devait retenir une chose qui s'approchait de la joie, c'était justement ses retrouvailles avec son père. Bon, ce n'était pas la grande joie. Mais parmi toutes les dernières souffrances, ce fut le seul sentiment de bonheur qui lui vint en tête. « J'y vais. » — Tranquillement installé, il écoutait les murmures du Yamanaka pour entrer dans la même ambiance que lui. Après son signal, il se laissait plonger dans ses souvenirs, notamment dans cette fameuse joie. Une conversation avec son père, lors de son hospitalisation. Certes, le décor n'avait rien de joyeux. Mais le contenu de ce dialogue faisait le plaisir du garçon. De nombreuses révélations qui lui donnaient enfin une belle image de celui qu'il voyait comme un tyran de première. Puis pour terminer, il fermait les yeux. Tout semblait bon pour que le blond commence sa manœuvre. Kahei était ainsi prêt à revenir sur l'événement marquant de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Mar 15 Aoû 2017 - 0:11
« Mon prénom ? Washi... Malgré le ton ferme une certaine sincérité était audible. du clan Yamanaka. Cette fois ci c'était une sorte de regret. Même si le blond était contre le fait de donner sa véritable identité – surtout lorsqu'il s'occupe des affaires de ce genre – il devra bien passer le cap. Après la mise au point deux mots éveillèrent le sourire chez l'originaire d'Hi no Kuni.
J'y vais.
Je te suis. Murmure-t-il en fermant ses paupières. Comme à son habitude le shinobi déglutit puis aspira une grande quantité d'air, il pouvait désormais se concentrer.

Washi commença par exécuter quelques sceaux : chien, cochon, serpent et rat. D'un point de vue anatomique les méridiens délivraient une quantité non négligeable de chakra à l'intérieur du pouce ainsi que dans l'annulaire. Le Yamanaka déposa le premier doigt sur la tempe droite de Kahei puis le second sur la deuxième tempe. Non seulement une dose de chakra était monopolisée pour la main, mais une autre l'était également pour le subconscient de l'adolescent.
Kūdokū. Chuchote-t-il. À partir de ce moment la silhouette de Washi fut projetée à l'intérieur du subconscient de son sujet : le chronomètre était lancé. L'aspirant ninja, contrairement aux aînés de son clan, ne disposait pas d'une connaissance suffisante pour exploiter en profondeur les données cérébrales. Il était également limité en temps à cause de son chakra plutôt faiblard. Non seulement il devait faire vite pour mener à bien son dessein principal, mais ne devait pas se louper s'il voulait se permettre quelques bavures.

À quand remontait précisément l'affront ? Washi ne connaissait pas la réponse : grave erreur. Quelle stratégie devait-il privilégier ? S'accaparer du maximum d'information et espérer trouver le jour X ? Minutieusement chercher la scène désirée et profiter du moment pour soutirer d'autres souvenirs ?
Enfin, pourquoi perdre du temps à réfléchir ? Se questionna-t-il à l'intérieur du subconscient de Kahei. Même si l'improvisation n'est pas son fort, il a hérité d'un trait caractéristique de son clan : la ruse. Inutile de se focaliser sur l'hippocampe. Pensait-il. L'information est déjà traitée et stockée. La clef... c'est le cortex.
Kahei. Le prénom résonnait dans le subconscient du Metaru. Tu m'excuseras. Le jeune Yamanaka balança à la va-vite une phrase qui forma un écho. Si je m'aventure dans cette zone j'échouerai. Mais j'ai appris une méthode... radicale. Dans la vraie vie Washi vint couper nettement sa respiration calme et profonde : il la retint. Qu'est-ce un souvenir ? C'est un groupe de neurones qui s'excite à chaque activation... Plus il est activé, et plus le circuit va devenir indépendant. De ce fait les connexions entre les cellules deviendront permanentes... page deux cent quatre-vingt-dix-huit.

Le jeune shinobi canalisa une infime partie de chakra à l'intérieur de l'hippocampe. Malheureusement, ou heureusement, pour Kahei, il s'apprêtait à entrevoir quelques scènes du jour X à la manière d'une boucle infinie : un corps étendu au sol, une parole... un funèbre coup de sabre... belote et rebelote. Si de son côté Washi commençait à transpirer en plus d'avoir le souffle fort – il crama une bonne quantité de chakra –, le Metaru devait sûrement haïr le Yamanaka pour cette vision faussée. Dans l'instant présent l'adolescent priait que le sujet n'allait pas se réveiller pour le frapper et demander des explications. Quant à la collecte des informations – grâce à la stimulation du souvenir en question Washi a facilement identifié la zone a décrypter – elle se complète... difficilement. D'un côté la réserve de chakra s'estompait doucement mais sûrement, et de l'autre le shinobi allait devoir se confronter à des images terrifiantes. Pour l'instant il ne voyait qu'un mec... danser. Un décor s'imposa : les forges du clan Metaru. Les actions et les personnages se démultiplièrent, des paroles fusèrent. En ce qui semblait être l'apocalypse le Yamanaka décela quelques paroles du sujet... Une course direction la Raffinerie ? Le gamin enchaînait couloir sur couloir, virage sur virage. Arriva le silence total.

Le rythme cardiaque de Washi ne cessait d'augmenter à contrario de sa réserve déjà entamée de moitié. Si son corps commençait à ressentir l'effet d'une baisse aussi importante de chakra la fouine ne voulait pas lâcher l'affaire. Elle n'avait même pas terminé sa mission. La prise du shinobi sur le crâne de Kahei ne lâcha pas, bien au contraire vu qu'elle s'accrocha à ses tympans tel un piège à ours. Après une infime pause il reprit la lecture. Son sujet se trouvait à l'intérieur d'une pièce plutôt sombre.
Mort ? Il l’est.
Quo...?! Des signes distinctifs de Kumo, un corps au sol. Une silhouette dans la pénombre ? Même pour le Yamanaka les actions se succédèrent à une vitesse folle. Des lunettes noires, un quarantenaire, du chakra ? Une explosion, des paroles, une paralysie. Un mouvement rapide et sec interpella la vue du spectateur ; il suivait du regard une flopée de sang. Et voilà que la silhouette du Metaru tomba à genoux.

[...]

La paume du Yamanaka se détacha du crâne du sujet. Les paupières de l'enfant pouvaient paisiblement se rouvrir. Lorsque chose sera faîte il découvrira la silhouette de Washi devant lui, le genou droit posé contre le sol. Son visage baignait dans les sueurs froides, sa respiration saccadée et bruyante occupait l'espace sonore de la pièce. Malgré son piteux état il releva difficilement son visage et tenta d'afficher un sourire.
Alors... Kahei ? Il inspira une très bonne quantité d'air. L'attente n'é... n'était pas... trop... longue ? Il déglutit et bouffa une seconde bouffée d'air pour éviter de saccader ses phrases. Prêt pour le voyage... qui s'annonce ? La plus grande partie était complétée. Désormais il devait fragmenter et reconstituer les informations qu'il a fraîchement récupérées pour les montrer à Kahei.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Mar 15 Aoû 2017 - 18:47
Dans ses plus profondes pensées, l'adolescent sentit le doigt de Washi se poser sur sa tempe. Un geste qui signifiait que le Yamanaka débutait son processus. Désormais il fallait qu'il reste sur cet élan de concentration pour ne pas tout gâcher et forcer le blond à recommencer. En effet, en utilisant cette technique propre à son clan, il puisait dans ses ressources de chakra. Kahei ne connaissait pas spécialement le niveau de Washi. D'ailleurs, il en savait très peu sur lui. S'il était élève, professeur. S'il occupait un rôle particulier au sein du village caché par les nuages. Alors par respect, il devait faire en sorte de rester sur cette même ligne directive et laisser son acolyte faire le travail. Après-tout, il voulait tout autant que lui ses précieuses informations de l'intrusion qu'il aurait pu manquer. En clair, le manipulateur de métal n'avait pas le droit à l'erreur.

Puis il entendit la voix du blondin s'exclamer. Pourquoi s'excusait-il ? Ce n'était clairement pas le moment de faire peser le doute pour le Metaru. Des paroles pareilles sans apporter de précisions pouvaient ne présager que des mauvaises choses. Comme par exemple une trahison de la part de Washi ou une autre chose qui serait propre à une fouine comme lui. Mais pour le coup, il préférait ne pas se pencher sur la question et rester concentré. L'approche fut intéressante, l'attente fut longue. Impossible pour Kahei de revenir en arrière. Surtout pas après tout ce qu'il avait entendu de la part de son interlocuteur. Il lui faisait confiance. Alors à lui de faire le nécessaire de son côté.

Finalement, le moment tant attendu vint à se présenter. Ce moment désiré par les deux Kumojins. La scène de l'intrusion. La confrontation entre Kahei et le quarantenaire. Le corps d'un villageois de Kumo qui se baignait dans son propre sang. Les quelques paroles échangées entre l'adolescent et le plus âgé. Immobilisé. Un coup. Du sang. Un membre au sol. La fuite. De longues minutes qui insupportables pour le manipulateur de métal. Surtout qu'il n'avait pas le droit à une seule vision, mais plusieurs. Contrairement à ses maigres souvenirs, les cauchemars qui hantaient ses nuits, ici aucun détail ne semblaient manquer à l'appel. Ce qui semblait être une illusion visant à le détruire mentalement s'acheva enfin. Dès lors, le garçon ré ouvrait directement ses yeux, affichant le même regard que lors de la fameuse soirée. Celui du choc. Aujourd'hui, il avait la triste impression d'avoir perdu de nouveau sa main droite. Comme s'il avait vécu réellement cette scène une deuxième fois et non pas dans ses profonds souvenirs. De nouveau, il se sentait faible. De nouveau, il ressentait cette colère qui n’appelait qu'à se venger. Si le Yamanaka n'aurait pas pris la parole, l'adolescent aurait pu rester figé encore longtemps. Cette scène le traumatisait. La main gauche du garçon vint à passer sur son visage de nombreuses fois, comme s'il venait de se réveiller. C'était la fatigue qu'il éprouvait après ce retour aux sources. « Faible.. » — Il rivait son regard vers le Yamanaka après ce murmure qui semblait tout aussi épuisé que lui. Comme il le pensait, cette technique consommait énormément de son chakra. « Te souviens-tu à la Raffinerie ? Tu disais que tu aurais séché ses criminels. » — Un léger rire se fit entendre. Du sarcasme. « Ton avis reste le même après avoir vu cette humiliation ? » — On pouvait dire ce qu'on voulait à propos de cette confrontation, mais le garçon s'était fait ridiculiser. Mais cette scène qui se répétait avait encore plus alimenté cette haine. La vendetta se faisait de plus en plus désirer et quand il se rappelait l'interdiction de son frère aîné de participer à une enquête en rapport avec cet homme, la rage devenait plus grande. Washi semblait vouloir attaquer directement la suite. « Allons-y. » — Une parole accompagnée d'un signe de tête qui affirmait ses dires. Espérons que tout ceci aura servi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Mar 15 Aoû 2017 - 22:38
« Faible.
...?
Te souviens-tu à la Raffinerie ? Tu disais que tu aurais séché ses criminels. Il rigola. Ton avis reste le même après avoir vu cette humiliation ?
... Washi soupira. Il n'a même pas compris que j'essayais de jouer avec les sentiments – de le persuader. Conclut le blond intérieurement. Il haussa faiblement les épaules en souriant pour avouer une sorte de défaite. Malgré les remarques l'expression faciale du Metaru ne le trahissait pas : la férocité s'emparait de sa raison. Après un bref échange les deux shinobis conclurent qu'il fallait continuer cette expédition.
Cette première vision n'était que le début. Les paroles du Yamanaka redevenaient fluides. Les extraits que tu as visionnés n'étaient qu'une partie de mon travail : la collecte, le décryptage, l'analyse puis une défragmentation. Même si le souffle encore prononcé de l'adolescent était perceptible, cette petite pause semblait l'avoir requinqué. Pour me faciliter la tâche, et surtout pour économiser mon énergie restante, je te plongerai dans une illusion d'altération minime. À la suite de ses paroles Washi formula le signe du rat puis ferma ses paupières. Une nouvelle quantité de chakra s'amassa de ses poignets jusqu'au bout de ses doigts. En rouvrant son regard jade il agrippa fermement une seconde fois le crâne de son interlocuteur puis murmura : Même si tu ne me vois pas je serai là.

Grâce au contact cutané la dose de chakra concentrée à l'intérieur des mains de l'adolescent se déversa dans le système visuel de la cible. En parcourant l'ensemble des organes qui participent à la perception visuelle – de la rétine au système sensori-moteur – le spectacle pouvait commencer. En guise d'introduction le décor devint sombre ; Kahei semblait léviter dans le néant. Il n'y avait plus rien, ni maison, ni meubles, ni même Washi. En revanche quelques bruits commençaient à percer le silence absolu. En premier lieu une voix qui tentait de s'élever.
OH. Vous allez vous foutre de lui encore longtemps ?! Si vous alliez plutôt l'aider, comme il le demande. Je suis pas assez costaud pour le faire. Facilement reconnaissable par le spectateur, aucun doute ne planait. Alors que des rires s'assemblèrent une première image vint à se former : une foule fut visible.
Trop tôt... Tel un fin soupire ces quelques mots se faufilèrent discrètement dans les tympans de Kahei.
L'image se brouilla puis redevint noire et les bruits ambiants s'arrêtèrent. Après quelques secondes une nouvelle voix était audible ; l'intonation était la même que le dialogue précédent.
Je ne serais pas d'une grande utilité ici. Tu devras donc mener ses hommes et espérer que mon plan marche. Si ce que Shuuhei dit est vrai, la personne qui le contrôle ne devrait pas être si loin. Parmi nous tous ici, je suis sans doute le mieux placé pour retrouver une présence dissimulée. Alors si tu entends du boucan, j'aurais sans doute besoin de renfort. Puis des bruits de pas ; une course. De nouveau plus rien.

Mort ? Cet unique mot se dédoublait une dizaine de fois dans le néant. Il fut rapidement accompagné : Il l'est. Les mots qui se répétaient infiniment s'assemblèrent finalement. Mort ? Il l'est. Un décor se planta et ce n'était pas n'importe lequel : une pièce inhabituellement sombre et... un cadavre. Le jeune Kahei, qui était face au corps, recula : le film que le Metaru connaissait si bien débuta. Il est trop tard. Comme précédemment cette phrase se répétait. Kahei... Il est trop tard, Kahei. La silhouette d'un quarantenaire se démarquait peu à peu de l'obscurité. Il n'y a rien... Le visage du vieux se dévoila totalement. Il n'y a rien que tu puisses faire. À ces mots l'individu déploya son chakra dans la salle. Je vais maintenant sortir... sortir, et tu ne t'interposeras pas. Il commença à se diriger vers la sortie avec une démarche plutôt lente. Si tu tentes de le faire... Tu perdras... ta main. Malgré les avertissements la voix enfantine intervint une nouvelle fois.
Tu connais mon nom. Alors tu connais certainement mon histoire.. Et selon celle-ci, je serais obligé de m'interposer même si je dois perdre une main. Tu vas regretter d'avoir toucher à Shuuhei ! Le jeune était prêt à en découdre et dévoila même un parchemin explosif. La scène semblait se dérouler d'une façon totalement lente et ennuyante... pour l'instant.

Le projectile muni d'une note explosive fut propulsé : une explosion retentit. Ce bruit grave assaillit l'appareil auditif du spectateur qui assistait à ses souvenirs telle une entité spirituelle ; il pouvait observer les gestes, entendre le vacarme et même ressentir les moindres sentiments. Dans cette pièce de théâtre le môme n'était pas l'acteur principal, bien au contraire vu qu'il était qu'une pâle copie. Les deux personnes – qui ne représentaient qu'une – ne partageaient pas le même point de vue, pas les mêmes actions et ni les mêmes pensées : ce sont deux êtres différents dans cet acte. Et c'est par le biais de l'illusion d'altération que Washi fragmenta et manipula les souvenirs de Kahei. À sa demande le Yamanaka pouvait même rembobiner une scène et était même apte à ralentir le flux de données.
Même si cela semble intéressant ce n'est pas encore ce que je voulais te montrer. Annonce-t-il en apparaissant aux côtés de Kahei dans l'illusion. Il lui afficha un tendre sourire en le braquant du regard. Les sueurs froides n'avaient même pas disparu et la respiration du blond semblait toujours emballée. Tu te souviens lorsque je te disais que ton cerveau te cachait des données...? T'es... L'adolescent souffla un bon coup pour se remotiver. T'es prêt ? À cette étape l'illusion d'altération n'était plus nécessaire : elle se brisa.

Spoiler:
 








_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Jeu 17 Aoû 2017 - 16:13
« Une illusion ? » — Autant le dire, ça ne l'enchantait pas tant que ça au début. Mais bon, il fallait bien le faire. Surtout que c'était une illusion d'altération. Qui contrairement à son voisin, n'était pas aussi destructeur. Seulement, devoir de nouveau visionner ses moments de faiblesse commençait réellement à le fatiguer. Même si c'était nécessaire, ça ne faisait qu'alimenter ses sentiments vis-à-vis à de cette histoire. Et ce n'était pas la meilleure des choses pour lui. « Si ça te facilite le travail, vas-y. » — Lorsque Washi semblait prêt, l'adolescent reprit la même concentration précédente. Puis lorsqu'il fut au contact du blond, il ne suffisait que de quelques secondes afin que l'environnement change complètement. Au revoir la maison de Washi. Bonjour.. le néant ? Même l'interlocuteur ne s'y trouvait pas, comme il lui avait dit. La sensation fut bizarre.. Mais cet ensemble d'illusion permettait à Kahei de connaître un peu de plus cet art qui lui était encore inconnu. Parmi toutes les personnes qu'il connaissait, aucun ne semblait maîtriser le principe de l'illusion. Pourtant il pouvait être tout aussi puissant que ses congénères. Juste voir ce que pouvait faire Washi, ça en disait long sur les possibilités de ses techniques. Surtout que lui avait un atout en plus, celui de son clan. Actuellement, il ne semblait pas vouloir œuvrer pour le village. Du moins, c'était l'image qu'avait le manipulateur de métal. Mais au fond de lui, il était évident que le Yamanaka deviendrait un shinobi crucial pour les intérêts de Kumo. Ce garçon de dix-sept ans pouvait être une sorte d'encyclopédie. S'il utilisait ses pouvoirs sur un ennemi des nuages, il donnerait de nombreux coups d'avance pour sa patrie. Enfin, pour ça, il devait le vouloir.

Une voix se fit entendre. Facilement reconnaissable : c'était la sienne. À entendre cette phrase, le Yamanaka se rendit au moment où son frère aîné, Shuuhei, offrait un spectacle hilarant à l'ensemble du clan. Puis il entendit les consignes qu'il donnait à Daisuke. Juste après, le bruit d'une course. Celle qui le mit dans le pétrin. Puis la voix de ce quarantenaire.. Quelle horreur de l'entendre. Surtout qu'elle se répétait. Comme si l'écouter qu'une fois ne suffisait pas. Jusqu'à cette fameuse phrase qui affirmait la position de Kahei face à cet adversaire. Qui était ridicule au passage. Un bruit d'explosion. L'action qui lui avait fait perdre sa main. Une perte inutile. Car au final, le Kumojin dans la chambre de travail était déjà mort. Et Shuuhei n'était pas contrôlé par cet homme. L'adolescent aurait pu tout simplement livrer les informations sur ce mystérieux personnage sans essuyer de perte. Mais sa fierté avait pris le dessus.

Washi mit ensuite un terme à l'illusion. Enfin. Visiblement, ce n'était pas encore terminé. « C'est la dernière étape ? » — Tout comme la plus importante. Les informations que Kahei ne connaissait pas allaient enfin être dévoilées. « Comment vas-tu procéder pour récupérer les données cachées ? » — Il ne se souvenait même plus si le Yamanaka lui avait expliqué. « Une autre illusion ? Je ne te cache pas que ça commence à me fatiguer.. » — Un peu déplacé de dire ça devant le blond qui puisait dans ses ressources de chakra pour trouver des réponses. Il souffla un coup. « Finissons-en. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Jeu 17 Aoû 2017 - 21:58
« C'est la dernière étape ?
... Peut-être. Washi haussa les épaules.
Comment vas-tu procéder pour récupérer les données cachées ?
Cela ne te regarde pas. Non seulement le blond répondait du tac au tac, mais son intonation se coupla à de l'agacement ; le shinobi semblait lassé tout comme son interlocuteur. « Il se fout de moi. » Pensa-t-il.
Une autre illusion ? Je ne te cache pas que ça commence à me fatiguer..
...? Il arqua son sourcil droit.
Finissons-en.
Non. Affirma Washi d'un ton ferme.

Après tout l'objectif initial – et principal – du Yamanaka était accompli. Pourquoi devoir supporter le comportement de ce gosse en plus de lui servir sur un plateau des informations cruciales ?
En fait... Il redirigea son visage en direction du jeune Metaru ; il sourit faiblement. Inutile d'en finir... C'est déjà terminé. Pour éviter de s'accaparer des insultes du môme il surenchérit. Tes sentiments influenceront les résultats... Tu crois que ton attitude exécrable ne se voit pas ? L'originaire d'Hi no Kuni avait pour habitude d'aller droit au but et à cet instant il ne se gêna pas. Toi qui voulais en apprendre plus sur le monde, toi qui veux gratter ne serait-ce que la moindre information... tu vas en savoir plus sur ta propre personne. Comment le savait-il ? Arpenter les souvenirs d'une personne permet de mieux la connaître. Tu réagis de manière émotionnelle. Comment les émotions s'activent dans ta petite tête ? Tu as rencontré un événement qui touche ton échelle de valeurs. Est-ce que Kahei va gober les critiques du Yamanaka ? Très bonne question. Après tout, tu peux ne pas t'inquiéter vu que les personnes qui réfléchissent de manière rationnelle se comptent sur les doigts de la main. Le blond agrippa une chaise en bois qu'il positionna face à Kahei ; il s'y assit. Tu voulais en finir ? Il pointa la porte en souriant. Elle reste grande ouverte pour te venger. « Il y a quatre scénarios. Kahei me tiendra tête ou ne poursuivra pas cette conversation : solutions émotionnelles. Sinon il se remettra en question ou s'interrogera pour ses desseins : solutions rationnelles. » Après le léger temps de réflexion Washi scella le sort. Alors, laquelle des quatre voies vas-tu choisir...? Est-ce que ce môme de treize ans avait descellé la problématique ? Était-il au moins assez rusé pour avoir repéré les solutions ? Le Yamanaka s'en foutait littéralement vu qu'il ressentait du plaisir à refermer son emprise sur sa cible.

Pour quelles raisons le blond portait tant d'attention à un môme qui n'en valait visiblement pas la peine ? « Élu au grade de ninja confirmé alors qu'il n'a que treize ans. » Visiblement concentrée à se questionner intérieurement la fouine ne laissait plus aucune mimique visible sur son visage ; elle restait totalement muette à l'écoute des paroles de son interlocuteur. « Je veux en savoir plus sur la mentalité de l'haute instance... en quoi elle porte son attention à un môme aussi jeune ? » Washi déglutit. Ne me déçois surtout pas Kahei, veux-tu ? En l'espace d'un instant le shinobi se releva de sa chaise puis orienta le dossier face au Metaru. Ni une ni deux il se posa une seconde fois sur la chaise puis joignit ses deux avants-bras sur la traverse supérieure. J'ai déposé une première carte... la suite ne dépend que de toi. Murmura le Yamanaka en souriant. Il était totalement fasciné par son sujet que son rythme cardiaque vint à augmenter. L'excitation de, ne serait-ce qu'une infime confrontation, s'empara de son corps. Même si Washi venait d'émettre une critique sur les pensées émotionnelles il oscillait tant bien que de mal entre les deux.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Ven 18 Aoû 2017 - 16:55
Non ? Qu'est-ce qu'il cherchait au juste ? Ce n'était clairement pas le moment pour prendre du retard. Puis c'est lui qui demandait à l'adolescent s'il était prêt pour la suite et maintenant il ne voulait plus ? Décidément, cette petite fouine était difficile à cerner. Mais voilà qu'il commençait à se lancer dans un speech pour citer les quatre vérités de l'adolescent ? Ce n'était pas spécialement nécessaire. Enfin bref, le manipulateur de métal lui accordait tout de même de l'importance pour savoir ce qu'il avait à lui dire. Une attitude exécrable ? En même temps visionner plusieurs fois une scène qui l'avait marqué, choqué, traumatisé, peu importe le mot voulu, sa réaction fut logique. Il n'allait pas sauter au plafond en revisionnant un moment de faiblesse, de honte. Sur ce premier point, il ne le comprenait clairement pas. Cela semblait plus de l'hypocrisie qu'autre chose à ses yeux. Le Yamanaka fit ensuite référence à la soif de découverte du garçon, en disant qu'il en apprendrait plus sur sa propre personne. Sérieusement, il voulait lui faire la morale ? La bonne blague. Encore du blabla pour finalement ouvrir la porte et convier l'apprenti forgeron à quitter son domicile. « C'est comme ça hein ? Si tu ne veux plus partager le reste de tes travaux avec moi, autant le dire directement. » — Cette réaction surprenante pouvait aussi être une excuse afin que Washi garde les informations oubliées par Kahei. Il soupira. « C'est normal que je réagisse émotionnellement. Je suis humain. Mais ce n'est peut-être pas ton cas, toi qui n'as pas l'air de penser aux répercussions de tes actions. Puis dois-je réellement prendre en compte les paroles d'un voleur ? » — Le moment de traiter de la bourse faussée semblait être venu. Bien qu'il ne comptait pas s'éterniser sur ce sujet, pour preuve, la décision suivait directement.

Le regard de Kahei se dirigeait vers cette porte grandement ouverte. Il ne pouvait s'empêcher de ricaner en pensant à l'action faite par Washi. « Tu t'attends peut-être à que je sorte ? C'est mal me connaître. » — Si l'adolescent quittait l’appartement, ce serait une défaite. Et quand on sait à quel point il est mauvais perdant, c'était impossible pour lui de partir de sa propre volonté. « Je n'abandonne pas si facilement. Peu importe ce que tu pourras me dire, si tu cherchais à me vexer ou je ne sais quoi. Quand je décide d'intervenir quelque part, c'est pour m'impliquer jusqu'au bout. Alors si je dois quitter cette pièce, c'est parce que tu le voudras sincèrement. Et si c'est le cas, tant pis pour ce qui restera un mystère pour moi. J'aurais au moins eu le plaisir d'avoir apporté mon aide à un Kumojin. Enfin, si tu te considères comme tel. » — C'est sûrement la différence qui se distinguait entre ses deux personnages. Si Washi semblait agir seulement pour ses intérêts personnels, ce n'était pas le cas de Kahei. Même si c'est cette image qu'il aurait pu véhiculer à propos de ce sujet qui s'avérait être sa plus grosse faiblesse. « La seule personne que je peux décevoir ici Washi, c'est moi. » — Il s'installait de nouveau, affirmant sa position : il ne quitterait pas cette chambre, sauf ordre du propriétaire. Puis son regard plongeait dans celui de son interlocuteur. « Je croyais t'avoir déjà dit que j'étais prêt pour la suite. Tu l'es ou tu veux encore parler pendant des heures ? » — Dans la globalité, il avait répondu sur le coup, sans spécialement prendre le temps de réfléchir aux paroles de son acolyte. Sans doute aura-t-il l'occasion d'y penser plus sérieusement lorsqu'il serait seul.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Ven 18 Aoû 2017 - 22:50
« C'est comme ça hein ? Si Washi ne disait rien pour l'instant, son subconscient ne cessait de tourner. « Alors, quel est ce sentiment de se prendre un poignard dans le dos ? » Le blond souria faiblement. La mimique était tellement marquée qu'elle semblait inexistante. Si tu ne veux plus partager le reste de tes travaux avec moi, autant le dire directement. « Cette excuse ne marchera pas, tu le sais très bien ; je t'ai déjà tout donné. Arrête d'être... si innocent. » Du regret ? Ce sentiment, malgré la volonté du Yamanaka, commençait à monter en lui. C'est normal que je réagisse émotionnellement. La fouine souffla du nez. « Non ce n'est pas normal, tu dépends trop du regard des autres. Ne connais-tu pas ta propre valeur et désire la prouver à ton entourage ? » Répliqua le blond intérieurement. Il ne répondait toujours pas oralement aux interrogations de son interlocuteur. Mais ce n'est peut-être pas ton cas, toi qui n'as pas l'air de penser aux répercussions de tes actions. « Je n'ai pas le talent de prédire les mouvements d'une pièce aussi aléatoire ; mes regrets. » Puis dois-je réellement prendre en compte les paroles d'un voleur ? Le shinobi déglutit puis soupira une énième fois comme s'il savait ne faire que ça.
Moins un. « Tu parlais de réfléchir aux répercussions de tes actions ? Kahei, tu savais pertinemment que cette phase était un pilier fondamental du plan. M'insulter de voleur c'est à la fois décrire ce que je ne suis pas et tenter de te rassurer, de décrédibiliser mes paroles. » Évidemment qu'il gardait les pensées pour lui-même. Il ne voulait pas partir sur un foutu débat gagné d'avance. « Mal me connaître... Je n'abandonne pas si facilement. » Washi répéta frénétiquement les paroles du Metaru. « M'impliquer jusqu'au bout. » Puis il laissa tomber. Cependant vint une phrase qu'il dut obligé de reprendre. « La seule personne que je peux décevoir ici Washi, c'est moi. » Le regard étonné du blondinet se posa sur le faciès du Metaru. La compassion, le regret : un chagrin. Actuellement dans le doute total le Yamanaka dévisageait avec empathie son interlocuteur. En sondant son subconscient la fouine apprit que le destin s'acharnait sur cette jeune personne et que... ce n'était pas terminé.
Je croyais t'avoir déjà dit que j'étais prêt pour la suite. Tu l'es ou tu veux encore parler pendant des heures ?
...? Étonnant.

Washi se dirigea vers une vieille armoire où débordait une infinité de livres. Il agrippa avec certitude et confiance un petit bouquin jaunâtre – Ils vivront jusqu'à ce qu'ils meurent – avant de se rediriger à sa position initiale. Ce monde est peuplé d'entités spirituelles qui nous, humains, nous dépassent. Similairement à son interlocuteur le blondinet riva son regard dans celui de Kahei. Que tu le veuilles ou non, que tu le crois ou non, une certaine divinité existe. Comment ? On ne sait pas. Qui ? Bonne question. Pourquoi ? Il sourit. Des tas d'interrogations se posent et, évidemment, il manque les réponses... Tout comme : Pourquoi es-tu le bouc émissaire du destin ? Même si ta destinée reste tracée des entités supérieures se jouent de toi... et ce n'est pas terminé. Le Yamanaka commença a tourner en rond, il ne savait pas quoi faire. Il s'arrêta brusquement puis ouvrit le livre à une page précise. Suis-je fou ? Certainement pas... en revanche Kahei... quel était le message...? Tu dois faire attention. Washi s'arrêta quelques secondes. Grâce à mon sang je possède des techniques secrètes. Grâce à mon chakra je peux les mettre en oeuvre... Grâce aux connaissances de mon clan je peux repérer et émettre des suppositions... Cependant je suis dans l'incapacité de récrire le destin. La dernière phrase du Kumojin avait visiblement touché au plus haut point la fouine. Ce jeune Kahei, malgré l'acharnement, restait une personne courageuse et déterminée. Il n'avait pas abandonné l'idée de vivre, s'était-il endurcit ? Inutile de se submerger de questions inutiles ; le Yamanaka pourra y répondre plus tard. À l'instant présent il se dirigea vers la porte en reposant au passage son livre. Je n'aurai qu'une dernière parole : la confiance que tu apporteras à tes coéquipiers t'élèvera. Dit-il d'un ton amical. Suite à ses paroles il invita gentiment le Metaru à sortir. Cette entrevue avait assez durée et le môme devait visiblement réfléchir. L'action était précipitée et peut-être similaire à une trahison aux yeux de Kahei. « J'en suis désolé mais ce n'est plus de mon ressort... » Conclut-il. Il observait de façon impuissante son sujet qui se dirigeait tant bien que mal vers la sortie. Une fois le palier dépassé il referma lentement la porte pour... réfléchir.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Sam 19 Aoû 2017 - 23:46
Le garçon observait son interlocuteur se diriger vers une armoire pour y récupérer un livre. D'accord. Le fait est qu'il n'avait toujours pas répondu à l'adolescent. Souhaitait-il continuer cette expérience avec lui et lui permettrel de découvrir des données oubliées ou préférait-il tout simplement mettre un terme à cette journée. Bien évidemment, le premier choix serait le meilleur pour Kahei. Une envie logique après les trois jours d'attentes qui devaient officiellement se conclure aujourd'hui avec des résultats concrets. Mais si le Yamanaka décidait de laisser la porte ouverte au manipulateur de métal, il accepterait tout simplement sa décision et la respecterait. S'il y n'avait pas eu cet précédent échange entre les deux personnages, sans doute son point de vue aurait été différent. En effet, pour quelqu'un qui désirait tout découvrir, tout posséder, peu importe la chose, partir les mains vides pouvaient être surprenant. Néanmoins, cette conversation assez franche avec Washi fut l'élément déclencheur de cette nouvelle vision. Pourquoi prendre la peine d'insister si en face ça ne répondait pas présent ? Kahei ne devait pas forcer les choses comme il pouvait le faire auparavant, non. Il devait accepter son destin, le dernier sujet de cette journée. Le garçon s'était relevé de sa chaise pour s'approcher un peu plus de son acolyte et montrer la même attention quant à ses explicitations. Notamment sur ce bouquin lui servait de support.

Selon lui, il existait des entités spirituelles. Kahei montrait réellement un intérêt aux paroles du Yamanaka. C'était ce genre de discussions intéressantes qu'il partageait avec des lecteurs lorsqu'il allait encore à la Grande Bibliothèque de Kumo. Un endroit qu'il avait délaissé depuis un moment, malheureusement. Concernant ses fameux êtres supérieures, l'adolescent y croyait. En effet, tout pouvait être possible en voyant ce qui se passait dans ce monde. Il y a de ça deux cents ans, le principe du chakra n'existait même pas. Pourtant, il dérivait sur d'immenses pouvoirs. Une chose qui dans ces contrées semblait devenir cruciale. Comme Washi le disait bien, même si on y croyait, on en savait peu, très peu. Quand il entendit être un bouc émissaire du destin, il ne put retenir son sourire. Ce fut drôle à entendre sur le coup. Bien que cette phrase allait prendre tout son sens dans peu de temps. Ce sourire s’effaça très rapidement lorsque le blond mit en garde Kahei. Grâce à son don héréditaire, il pouvait apparemment prévoir un danger. Du moins, l'adolescent l'avait compris comme ça. « C'est gentil de me mettre en garde. Mais je ne me vois pas comme un bouc émissaire du destin. Je pense que je le suis à cause de mes actions, qui m’appartiennent totalement. » — Dans la situation où le destin l'aurait emmené devant ce guerrier lors de l'intrusion, si sa main fut tranchée, ce fut seulement à cause de son choix.

Alors que cette conversation touchait à sa fin, elle affirmait aussi la position du Yamanaka. Celle de ne pas vouloir continuer plus loin. La porte grande ouverte, le garçon fut convié à quitter les appartements de son interlocuteur. Il y répondit à un signe de tête, sans rebondir sur sa décision. Après-tout, il la respectait. Ainsi, il prit route vers cette sortie, en s'arrêtant à côté de Washi. « Je me demande si tu feras partie des coéquipiers qui m'élèveront. » — Il souriait, quittant finalement la pièce, les mains dans ses poches. « Au revoir, Yamanaka Washi. » — De nouveau, il était prêt à affronter et accepter son destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

PT 2, Ce n'est rien : juste un mauvais rêve. °Metaru Kahei

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: