Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Kurotani Agon, Coeur Noir, Belle âme.[Fini]
Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. EmptyAujourd'hui à 4:14 par Kurotani Agon

» ODAI VENTRELL (Terminé)
Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. EmptyAujourd'hui à 4:10 par Meikyû Raizen

» Triste convocation [Sad]
Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. EmptyAujourd'hui à 4:07 par Sad

» Au bord des réflexions [Kuro]
Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. EmptyAujourd'hui à 3:52 par Kaichō Kuro

» La fin [Libre]
Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. EmptyAujourd'hui à 3:52 par Uzumaki Sazuka

» Tori Shuiro • « Petit Oiseau Vermillon » [UC]
Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. EmptyAujourd'hui à 3:43 par Meikyû Raizen

» KIRA MEI - EN COURS.
Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. EmptyAujourd'hui à 3:42 par Meikyû Raizen

» Même but, idéaux différents [PV : Luna]
Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. EmptyAujourd'hui à 3:11 par Sekken M. Ryoko

» En quête de pouvoir... [Uzumaki Ko]
Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. EmptyAujourd'hui à 2:20 par Uzumaki Ko

» Partons - Kumo
Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. EmptyAujourd'hui à 1:44 par Hokazuka Minoru

Partagez

Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique.

Imai Nobume
Imai Nobume

Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. Empty
Mer 8 Avr 2020 - 2:28
Les rideaux entrouverts de la chambre laissaient pénétrer un fin faisceau de lumière qui venait tracer sur sol le reflet de la fenêtre. À l'extérieur, il faisait jour, on pouvait entre le bruit des enfants et des passants qui animaient la petite rue commerçante qui ouvrait sur le centre-ville. Mais à l'intérieur, tout n'était que silence... Pas un bruit. Pas une ombre. La chambre était plongée dans le noir comme une nuit qui se poursuivait sans tenir compte du temps qui s'écoulait à l'extérieur...

Allongée sur le lit, les paupières fermées et l'esprit plongé dans mon inconscience, je rêvais d'un temps révolu qui aujourd'hui était loin derrière moi. Dans ce rêve, les souvenirs du passé se mêlaient à la douleur vécue qui constituait encore une plaie ouverte en moi, un trou béant, une âme vide qui ne demandait qu'à être satisfaite. Quand bien même je voulais l'ignorer et feindre son inexistence, elle était belle et bien présente et réveillait encore en moi songes et mirages durant mon sommeil...

* * *

Calmement, j'ouvris les paupières tout en venant placer ma main au dessus de ma tête pour me protéger de la lumière du soleil qui venait m'agresser les yeux. C'était une après-midi comme une autre au temple des gardiens. J'avais séché les cours et j'étais venue m'abriter à l'ombre d'un feuillage pour effectuer une courte sieste. Ceci dit, cela faisait bien cinq heures que je dormais ici...

Je lâchai un grognement, celui de l'enfant qui refusait de se lever le matin. Cependant, l'heure tournait et il était bientôt temps pour moi de rentrer. Je lâchai un soupire et me redressai machinalement. Je ne pouvais cacher la mine dépitée sur mon visage, mais je n'avais pas le choix. Je devais me dépêcher de rentrer au risque que l'on ne s'aperçoive de mon absence.

Si aucun des gardiens du temple ne me faisait peur, cet homme lui, au contraire, inscrivait en moi une peur bleue. Calmement, je redescendis de mon arbre et dépoussiérai l'arrière de mon vêtement pour m'apprêter à rentrer. Mais à ce même instant, une voix familière m'interpela.

« Je peux savoir ce que tu fais ici, Nobume ? »

Oui. C'était de cette voix que j'avais le plus peur... Si en apparence elle n'exprimait aucune animosité, elle était en réalité la voix du pire démon que je connaissais... Je me retournai muscles crispés et corps tendu avec un sourire gêné dessiné sur mon visage.

Je... Me suis... Perdue.... Oui, c'est ça ! Je me suis perdue ! Affirmais-je nerveusement.
Je vois ça... Dit-il avec un sourire... Tu t'es perdue dans le droit chemin de l'apprentissage.


« AIIIIIIIE ! »


Dernière édition par Imai Nobume le Mer 8 Avr 2020 - 9:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 http://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Imai Nobume
Imai Nobume

Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. Empty
Mer 8 Avr 2020 - 9:22
S'il existait quelque chose de plus dure que la roche, c'était bien le poing fatal et divin du grand moine, Sh... Une grosse bosse digne de la coline de Hikari naquit sur le haut de mon crâne et la douleur qui en émergeait était parfaitement proportionnelle à sa taille.

Tu as encore séché les cours pour la énième fois pour venir faire la sieste dans cet arbre. Pour la peine, tu recopieras tout le manuscrit trente fois pour la prochaine fois.
HEEEEEIN ?!!!!
Non, pas un, mais trente et il n'y a pas d'excuse qui tienne - je les veux pour la prochaine fois.
Mais c'est impossible pour la prochaine fois ! J'n'aurai jamais le temps !
Sauf si tu dors un peu moins...
Noooon....


Il était vraiment sans pitié. Une petite larme perlait au coin de mon œil alors que je me faisais traîner vers le temple. C'était donc les conséquences pour avoir voulu esquiver son cours. Intérieurement, je commençais à le regretter, mais il était trop tard, je ne pouvais plus m'enfuir Je lâchai un soupire en même temps que je tirai un visage grincheux

Sh... était le moine en charge de la formation des gardiens et aussi celui qui m'avait recueillie et qui m'avait amenée jusqu'ici. Il revêtait constamment un sourire chaleureux et dégageait une aura de douceur. C'était un homme attentif et serviable. Il était apprécié de tous, par les moines comme par les gardiens et enfants du temple... Et il était aussi le plus démoniaque et le meilleur lorsqu'il s'agissait de cogner avec son poing..

Alors qu'il me trainait par le vêtement, j'observais le ciel d'un air songeur. Il paraissait à la fois lointain et à la fois si proche... C'était un joli ciel bleu composé de nuages blancs. Il surplombait la totalité du pays du bois, un pays de paix et de tranquillité avec une fertilité abondante durant toute l'année. La végétation était luxuriante et on trouvait des arbres d'allure colossale. Pour les étrangers, c'était une terre de mystères et un paradis inconnu qui se trouvait coupé du monde extérieur pour d'autres. Pour moi, c'était les paysages de mon enfance.

Dites... En quelle année sommes-nous ?
Nous somme au printemps an 18...
Le printemps... Les fleurs vont donc fleurir..


Les fleurs allaient fleurir de nouveau, c'était un nouveau cycle qui débutait et donc une nouvelle année qui commençait... Je ne parvins par entendre le nom de l'année avec précision, mais sans doute parce que j'étais trop plongée dans ma rêvasserie. Le temps s'écoulait lentement dans ce pays où la nature était maître.


Dernière édition par Imai Nobume le Sam 9 Mai 2020 - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 http://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Imai Nobume
Imai Nobume

Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. Empty
Mer 8 Avr 2020 - 9:53
Nous rentrâmes au temple où d'autres apprentis gardiens nous attendaient pour dîner. La soirée fut courte, après le repas chacun partit se coucher. Le temple se terra alors dans un silence paisible berçant le sommeil de tout un chacun. Le lendemain matin de bonne heure, on vint me tirer de mon lit.

« Il est l'heure de se réveiller ! »

Je lâchai un grognement avant de m'enfoncer à nouveau sous ma couette sans même daigner un regard à celui qui était venu perturber sommeil. J'étouffai les sons parasites et les bruits extérieurs à l'aide de mes draps, revenant à la recherche de Morphée et du monde des rêves. Alors que je regagnais mon sommeil, je sentais à ce même instant une sensation froide et humide se déverser sur ma couverture.

« HIIIIIIIII »

Il avait un seau d'eau ! Froid et même glacial ! Je me réveillai instantanément de mon état somnolent, mais avant même que je n'eus le temps de me plaindre ou de rechigner, il m'arracha la couette des mains et me tira hors de mon lit pour me traîner jusqu'à la salle de classe. Un démon tortionnaire ! Un vrai !

Arrivée dans la salle, aucun élève ne s'y trouvait, on voyait juste au milieu une petite table qui m'était dédiée avec à côté le manuscrit et une petite de papiers volants. Mon visage blêmit alors qu'il vint me déposer à ma place.

Je dois... Vraiment écrire tout ça ?
Oui.
Il y a moyen de faire une réduction ? Un écrit l'autre pardonné ?
Non.
S'il vous plaît ?
Non.


Je laissai ma tête lourdement retomber contre ma table alors que l'envie de pleurer picotait mes yeux... Trente fois. Un nombre qui m'avait l'air plus lointain que jamais. Était-ce vraiment possible pour moi de recopier trente fois ce fichu manuscrit ? J'attrapai le document et l'observai dans sa trente. En plus, il n'était pas tout maigre. Il semblait compter une bonne petite trentaine de pages si ce n'était plus.

Je fais finir par savoir le réciter... Marmonnais-je dans ma barbe.
C'est l'objectif. Si tu parviens à le réciter, tu connaîtras le cours.
Pfff...
Et si j'étais toi je ne m'attarderai pas trop à commencer.


Je lâchai un soupire et attrapai mon stylo posé sur le côté de la table. Tête posée dans le creux de ma main, je recommençai à rédiger avec nonchalence.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 http://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Imai Nobume
Imai Nobume

Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. Empty
Mer 8 Avr 2020 - 10:30
Les heures s'écoulaient et je me trouvais encore à la première copie du manuscrit, à croire que c'était moi qui n'écrivais pas vite. Pendant ce temps, le moine se trouvait face à moi, plongé dans une lecture qui semblait beaucoup plus passionnante que ma punition. Je lâchai un soupire avant de m'étaler sur ma petite table, tête posée sur côté observant d'un regard vide la salle et ses murs qui se trouvaient autour de moi.

Le silence y était maître, la sérénité y était reine. Et si on tendait le regard vers l'extérieur, on pouvait voir le grand arbre au milieu du temple et accroché à la toiture un petit carillon de vent qui venait tinter une fois de temps à autre quand une légère brise printanière se manifestait. La douce odeur des fleurs parcourrait le temple et la lumière du soleil inondait ses pièces d'un voile tamisé... Et pendant ce temps, je me trouvais piégée à recopier trente fois le manuscrit.

Je tirai une grimace, mécontente et dépitée.

Trente fois... Vous ne croyez pas que c'est un peu exagéré ? Une fois devrait être largement suffisant non ?
Ce n'est pas la première fois que tu sèches les cours.
Oui, mais pas trente fois non plus !
Si on prend en compte avec les autres cours d'écriture, de lecture, de calcul, et...
Stop stop stop stop !


Mon visage devint pâle comme un linge lorsqu'il se mit à me réciter le nom des différentes matières... Je n'avais que trop bien conscience du nombre de cours que j'avais séché. On devrait plutôt compter à l'envers en fonction du nombre de cours auxquels j'avais participé. Le décompte serait bien plus facile et les dix doigts de la main suffiraient amplement... Le moine afficha un sourire.

Si on compte tout ça, on devrait arriver largement au dessus de trente. Peut-être cinquante ? Si tu préfères, tu peux recopier cinquante fois au lieu de trente.
Ce n'est pas drôle... Et puis pourquoi devrais-je recopier le nombre de fois où j'ai séché ? C'n'est pas des choses comparables...
C'est toi qui a commencé.


Je voyais son sourire, j'avais envie de le frapper... Le monde était injuste. Je me trouvais ici à faire de la copie pendant que tout le monde jouait dehors... Il fallait croire à cette époque j'étais un véritable enfant à problèmes. En apparence, j'étais une jeune fille lambda. J'avais une longue chevelure qui arrivait jusqu'au bas de ma nuque avec attaché un ruban rouge ornée de motifs. J'étais vêtue d'un kimono et je portais des sandales. Mais j'avais un comportement de garçon manqué et parfois ou bien souvent un manque cruel de retenue... Enfin, que pouvait-on y faire ?

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 http://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Imai Nobume
Imai Nobume

Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. Empty
Mer 8 Avr 2020 - 12:03
Je lâchai un soupire, un brin lasse et épuisée. Le sommeil revenait de nouveau à cause de l'ennui qui me tournait autour. Je sentais mes paupières se fermer à nouveau. Je lançai un dernier regard en direction de mon instituteur pour m'assurer qu'il était bien plongé dans sa lecture avant de relâcher tous mes muscles. C'était étrange à quel point je pouvais dormir autant ces derniers jours. Était-ce l'arrivée du printemps qui me faisait cet effet ? Enfin, peu importe...

Cependant, sa voix me tira à nouveau de mon état somnolent.

Nobume, reste encore un peu.
Mh...? Mais je suis là.
Termine de recopier le manuscrit.
Cheee.


Je lâchai un soupire et me redressai à nouveau sur ma table.

Je ne comprends pas pourquoi je dois faire ça. Je préfère cent fois plus les cours de pratique où on apprend à maîtriser les éléments.
Tu es une gardienne, pas un guerrier. Ta priorité n'est pas de te battre, mais de protéger la stèle et de penser à la prospérité du pays. Certes, savoir utiliser des techniques est important, mais la forte brute à elle seule est inutile. Il te faut du savoir et de la connaissance pour parvenir à tirer la meilleure réflexion en toutes circonstances.
Protéger une stèle alors que ce qui se trouve à l'intérieur est plus louche que tout autre chose, hein...
Ce qui est à l'intérieur n'est pas louche, c'est le dieu des cinq éléments. Ne sois pas insolente envers lui. Il veille lui aussi sur la prospérité et l'ordre du monde.
Mh...


Je n'y croyais pas vraiment. C'était comme si on me disait qu'un jour un homme avec un chapeau viendrait raser la cité des moines, je n'y croyais pas. Enfin, c'était sans importance, pour l'heure je restais bloquée devant mon manuscrit. Si seulement il pouvait se rédiger tout seul... Je lâchai un nouveau soupire emprunt de lassitude.


Dernière édition par Imai Nobume le Sam 9 Mai 2020 - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 http://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Imai Nobume
Imai Nobume

Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. Empty
Ven 10 Avr 2020 - 23:16
À ce même instant, une idée germa dans mon esprit. Je tournai mon regard en direction du moine et lui adressai ces mots doux.

S'il...
Non.
Je n'ai encore rien dit !
Je sais ce que tu vas dire, et c'est non.


Je tirai une mine blasée devant son sourire qui devenait frustrant. Puis, après une seconde de silence...

Bon, très bien, je vais te donner une chance, si tu parviens à me vaincre au shoji.
C'est quoi ça ?
Un jeu de réflexion.


J'hésitai un court instant, mais ça avait l'air d'être la seule issue pour me tirer de cet enfer. Intriguée, je me rapprochai du moine qui vint alors m'expliquer les règles. Elles étaient d'ailleurs bien compliquées. Après deux heures à apprendre le déplacement des pions, nous entamâmes la partie.

À cette époque, j'avais l'espoir et la naïveté de croire que je pouvais gagner. Mais quand j'y repensais, c'était bien improbable. Il avait connaissance des règles et avait l'expérience du jeu, alors que moi je venais tout juste de le découvrir à l'instant même... Mais l'appellation 'jeu' le rendait trompeur.

Nous entamâmes une partie. Un silence s'installa dans la salle, tous deux avions l'esprit concentré sur le jeu... Enfin, c'était plutôt moi qui avais l'esprit concentré sur le jeu. En face, je voyais le moine avec son sourire habituel - qui quelque part se voulait légèrement paternel. Avec sérieux, j'avança une pièce, puis deux, puis trois, mettant en place un piège puis un autre. Mais la partie se termina rapidement par une avancée que je n'avais à peine remarqué..

« Non, encore une ! » M'exclamai-je de vives voix.

Après trois heures, je finis par abandonner. Me laissant retomber lourdement sur le sol, légèrement dépitée et déprimée. Alors que mon regard se porta sur le côté, je vis comme un livre posé sur son bureau. Un livre qui se voulait intriguant.

C'est quoi ?
Un livre sur les mythes. Il t'intéresse ? ...Si tu veux, pour avoir effectuer toutes ces parties, je veux bien que tu lises ce livre à la place des manuscrits.
Il est intéressant au moins ?
Dans ce cas va recopier les manuscrits.
Non, ça ira, j'aime bien les mythes et légendes !


Fuck les manuscrits ! Aussitôt, je rebondis sur mes deux pieds et attrapai le livre avant de m'en aller en courrant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 http://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Imai Nobume
Imai Nobume

Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. Empty
Ven 17 Avr 2020 - 9:35
N'importe quel livre était toujours mieux que ses foutus manuscrits ! Je partis me cacher dans un coin du jardin, relativement calme et silencieux, pour ouvrir le fameux livre de mythes et légendes. Il était relativement bien rempli - on y comptait des informations sur toutes sortes de créatures imaginaires et aussi sur les dieux qui peuplaient notre monde. On y lisait des histoires diverses, dont une qui attira particulièrement mon regard.

« L'esprit du cerisier ? »

Oui, c'était ainsi que s'intitulait le titre. J'entamai alors ma lecture.

L'histoire racontait qu'à époque très très lointaine, il existait un poète de renom qui écrivait des poèmes fantastiques - dans tous les sens du termes ! Mais un jour, il fut forcé par le gouvernement d'aller s'installer en campagne. L'inspiration le quitta. Il voulait écrire.. Il écrivait. Il écrivait. Mais de gros blancs venaient entacher ses manuscrits.

Un soir, il s'endormit sous les fleurs de cerisier sans avoir pu achever son œuvre. Et à sa grande surprise, le lendemain matin lorsqu'il se réveilla, il vit son œuvre terminée ! Oui, la suite fut écrite d'une plume si délicate et si incroyable qu'il en fut lui-même surpris - comme si un esprit invisible avait écris à sa place.

Phénomène étrange qui laissait le poète perplexe. Il voulut connaître la personne qui avait écris la suite de son poème. Le lendemain soir, il refit la même scène. Il entama un début de poème et le laissa inachevé avant se plonger dans un semblant de sommeil sur le rebord d'un puit.

Bien évidemment, il ne dormait pas. Il gardait un œil ouvert dans le reflet du puit.. Et il vit à travers l'eau des tréfonds le reflet d'une beauté sans pareil. Oui, c'était l'esprit de la fleur de cerisier qui avait prit forme humaine pour écrire la suite de son poème.

Personne ne crut en ce qu'il affirma. Mais lui-même fini par abandonner l'idée d'être cru. L'avoir vu une seule fois l'avait amplement suffi. Oui, il avait le sentiment d'avoir compris. Il attendit longtemps l'occasion de la revoir, mais plus jamais elle ne se remontra et il mourut...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 http://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Imai Nobume
Imai Nobume

Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique. Empty
Sam 9 Mai 2020 - 19:08
Je me laissai retomber en arrière tout en lâchant un long soupire. Je me demandais bien pourquoi il m'avait demandé de lire ce livre... Sans doute pour me cultiver ? Mais à quoi bon..? Je n'avais pas besoin de ce genre de chose, on vivait au sein du pays du bois, un pays paisible... Pas comme le pays du vent.

Mais à ce même instant, un lourd sommeil vint s'emparer de moi. Doucement, je fermai les paupières et me laissai emporter dans les bras de Morphée. Et ce fut ce qui mit fin à ce doux rêve. Lorsque j'ouvris à nouveau les yeux, je n'étais plus dans le pays du bois. Non, j'étais de nouveau revenue à la réalité, au pays du vent.

Lentement, je me relevai de mon lit. Un sourire se dessina alors sur mes lèvres. Oui, tout ce rêvait n'était qu'un souvenir du passé qui ressurgissait une fois de temps en temps en rêve. Aujourd'hui, j'étais à Kaze...

Comme c'était étrange de revenir dans ce pays que je craignais tant et que je détestais tant. Mais tout aussi étrangement, je ne ressentais plus aucune haine à son égard. Juste de la nostalgie. « Ah, c'était là que j'étais née, c'était là que j'avais grandi. » Aujourd'hui, je revenais après avoir quitté le doux pays du vois. Aujourd'hui, j'habitais là et je travaillais là. Et sans doute, je resterai encore un bon moment.

Quelle heure était-il ? Je venais de perdre la notion du teps.

Calmement, je me relevai de mon lit et vins attraper mon verre de whisky poser sur la table. Je le bus en quelques gorgées comme pour me soulager de la chaleur étouffante de la pièce, mais aussi pour oublier ce mauvais rêve. Oui, tout rêve qui me rappelait le passé était mauvais... J'avais le sentiment qu'à trop me le remémorer ces choses datées, j'allais finir par me perdre entre le présent et le passé.

Après quoi, je vins poser à côté de la fenêtre pour contempler le paysage extérieur.

« Il est l'heure de faire quelque chose de sa journée, mh. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 http://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302

Les mots que l'on ne dit pas sont les fleurs du silence, voilà un titre fort poétique.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: