Derniers sujets
Partagez | 

Bald & Boujee [PV: Yoshitsune]


Mar 15 Aoû 2017 - 16:49


   
   
   




Bald & Boujee Ft Yoshi


« The bald. »



Les fleurs étaient grandes ouvertes dans les champs, Maa se baladait dans ceux-ci tel un étalon sauvage, laissant glisser ses mains sur le vent comme l'aurait fait ce gamin attardé que nous avons tous eu dans notre école. L'air glissait sur son crâne chauve dans le sens inverse de la flèche qui y était dessinée.

Le corps penché vers l'avant, la tête la première le jeune garçon sautait sur l'herbe verdoyante et glissait sur quelques mètres sur le ventre avant de s'étendre dans ces étendues verdoyantes. "Ah si seulement le temple de l'Ouest avait pu bénéficier de tels champs" pensait-il à voix haute. Cependant comme dans chaque plaisir de la vie, l'équilibre des choses veut qu'une histoire plus sérieuse apparaisse ensuite.

Ses cheveux étaient bi-colores à la fois noir et blancs, une sorte d'équilibre qui faisait rire intérieurement le jeune moine. Cet homme n'était pas n'importe qui, il était réputé, son nom était Nagamasa, nom de grande envergure à Iwa, tout leurs membres étaient hauts-gradés au village, l'un d'entre eux faisait même partie du triumvirat.

Dans son long kimono celui-ci s'approcha lentement et c'est à ce moment là que le jeune chauve ne décida de passer à l'action. En effet cet homme était récemment connu pour le fait de vouloir prendre quelques genins en tant que disciples. C'était une chose commune à Iwa pour des hauts-gradés de prendre de jeunes ninjas plus faibles gradés pour pouvoir les éduquer en les emmenant dans des mission de hautes envergures.

N'attendant pas une seule seconde Maa repensa à la phrase de son maître :

SEN'SEI ▬ Xiao Maa, tu dois t'intégrer à Iwa. Apprendre de leurs coutumes, plus tu seras incorporé à leur mode de vie plus tu pourras comprendre leur vision de ce monde et t'en enrichir pour comprendre les Hommes.

Fonçant le crâne en avant le jeune homme sauta aux pieds du Nagamasa, la tête posé sur ses mains dans une position qui était bien commune aux samuraïs. Une position de soumission totale, d'abandon partiel de la fierté le jeune garçon demandait une faveur :

« NAGAMASA-SENSEIIII !
J'ai appris que vous fondiez une équipe, faîtes moi l'honneur d'en faire partie ! »Demandait-il la tête toujours tournée vers le sol.



© GS'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 15 Aoû 2017 - 19:28
Le soleil se profilant doucement à l’horizon mais sûrement tandis que l'astre nocturne s'estompait petit à petit. Journée commençant dès lors alors que pour d'autres celle-ci prenait tout juste fin. La rosée du matin omniprésente venant perler l’abondante végétation de ces lieux là où, il n'y avait guère de vies pour déranger le calme ambiant. Retour temporaire à une vie civile des plus simples en cet habile jeu que Yoshitsune s'imposait malgré tout, simple personne à première vue qu’il était alors que de l'autre en réalité il faisait sans doute parti des meilleurs atouts de Tetsu no kuni tout comme le pire être vivant de par ses activités. Banal individu en cet instant à première vue alors que l’héritier des Nagamasa déambulait fièrement en ces chemins au cœur des champs imposant un rythme des plus réguliers à cette enveloppe charnelle partiellement dénuée de son humanité même si cela on ne pouvait le percevoir normalement. Gouttes ayant depuis long commencé à perler son front de par l'effort produit depuis bien longtemps maintenant alors qu’il avait cessé de se soucier de la distance et bien d'autres facteurs même si certaines difficultés commençaient à se faire ressentir. Poids de la culpabilité et des responsabilités commençant à largement prendre le dessus sur les capacités de son organisme.

Foulées se faisant de plus en plus longues alors qu’il ne tarderait bientôt plus à s'arrêter. Ses poumons encrassés par les dilemmes de l’opium chose n'aidant pas à supporter durant un effort prolongé. L’ ge n'étant pourtant point en sa faveur d'ailleurs même si malgré tout il restait l'un des plus anciens bretteurs du clan. Rythme cardiaque redevenant un tant soit peu bien plus normal au fur et à mesure tandis que sa journée ne faisait que commencer. Désir commençant à naître en parallèle, simple envie de fumer s'exacerbant tantôt alors que Yoshitsune se reposait avant de quitter cette immense parcelle de végétation au cœur de cette mégalopole. Simple question de temps, simple question d'heures avant qu’il ne finisse par rejoindre le cœur de Iwagakure no Sato pour revêtir ce masque sombre dont l'identité réelle restait encore inconnu. Nagamasa Yoshtisune tantôt le boucher de chaque cible du macabre ordre qu'instaurait Yamagenzō et tantôt pour le public cet homme, symbole de l'ordre qui ne pouvait qu'inspirer un certain respect et sentiment de sécurité au sein d’Iwa. Il était sans doute à l'image de cette puissance croissante à ses yeux.

Toujours en route vers la sérénité, son regard balayait de temps à autres les lieux, silence omniprésent même si celui-ci était parfois troublé par une quelconque sonorité. Individus ayant eu pour certains la même idée que toi, celle d'une bonne balade de bon matin. Maître de ses sens, Yoshitsune n'eut pas tardé à remarquer une certaine silhouette, celle d’une personne inconnu par le passé.

— Carcasse finissant par s'échouer devant lui — D’un reflex aisé, Yoshitsune vint se poser sur le dos du jeune moine ? Hésitant, ne sachant quoi faire en un premier temps, ne sachant si ce qu’il s'apprêtait à faire pouvait être une bonne idée au début.


« On en oublie ces bonnes manières, Gamin ? C’est à s’en demander ce qu’on vous inculque à l’académie de nos jours. » Le questionna t-il en s'esclaffant

Voix qu’il avait élevé, simple façon pour attirer son attention, il était toujours intéressant de savoir à qui l’on avait à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 15 Aoû 2017 - 20:34


   
   
   




Bald & Boujee Ft Yoshi


« The bald. »



C'était là une bien étrange manière de saluer le jeune moine, mais après tout peut-être était-ce ainsi que l'on faisait chez lui. Le jeune homme resta alors dans cette position endurant la douleur pour quelques instants encore. Le visage toujours enfermer au creux de ses mains il gardait son calme. Après tout c'était un moine, des positions douloureuses pour le corps il en avait connu d'innombrables dans sa vie. Ce ne serait compter sur la foi où son Sen'sei a fait s'asseoir sur genoux 2 personnes tandis que celui-ci était dans la position bien réputée de la chaise.

Mais bon bien que cela n'était pas une position si douloureuse elle n'était pas pour autant agréable. Ses dorsaux se serraient et tendaient mais l'homme ne semblait toujours pas bouger. Maa un peu déconcerté par ce salut des plus douloureux et long commençait à se poser des questions sur les Iwa'jins, beaucoup étaient différents et bizarres d'une manière dont il n'aurait jamais pensé voir des personnes.

A vrai dire depuis son arrivée à Iwa on lui avait racketté son salaire des dizaines de fois pour les taxes du pays, fait manger du sable pour faciliter son transit ou même encore fait nettoyer des appartements gratuitement par devoir pour le village. Bon chaque personne qui se rendait compte de sa naïveté l'utilisait un peu à sa guise et cet abrutis acceptait avec un grand sourire et disait même "Merci" à la fin.

Bon en tout cas cette fois-ci il finissait le visage écrasé sur le sol par un samurai qui n'avait pas ôté son armement avant de monter sur le pauvre dos du moine. Maa relevait rapidement la tête afin de s'exprimer une nouvelle fois et espérer mettre fin aux salutations :

« Je ne me suis pas présenté excusez-moi ! Je suis Maa, disciple du temple moniale de l'Ouest. Je suis Genin du village d'Iwa, je réitère maintenant ma demande dans de meilleures conditions...
PERMETTEZ MOI DE REJOINDRE VOTRE EQUIPE NAGAMASA-SENSEIIII ! »En parlant il avait mangé un peu de terre et dieu sait que ce n'est pas forcément agréable.


Crachant quelques morceaux de petit terreau le jeune homme relevait le visage et lâchait un grand sourire dans la direction de son interlocuteur dévoilant toute sa douleur physique sur son visage tandis que celui-ci fumait tranquillement sa pipe.

© GS'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 15 Aoû 2017 - 22:07
Quelques secondes s’écoulèrent alors que le jeune Genin fit le rapprochement entre ce que venait de prononcer Yoshitsune et lui, chose que le samouraï pouvait savoir songeant au simple fait qu'il s'était perdu en ses pensées pour mettre autant de temps à réagir. Une éternité que personne ne lui avez témoigné tant d’admiration quoique celle-ci était sans aucun doute des plus exagérés malgré tout, le jeune bretteur semblait se complaire d’une telle situation.

Quoique, tout ceci ne lee rajeunissait pas en quelque sorte même si ce dernier n'était nullement contre le fait d’avoir quelqu’un a qui enseigné ses arts ninjas même si le départ ne s’eut pas déroulé en très bons termes..

D’ailleurs il fallait dire qu’après avoir entendu sa provenance nul n’aurait pu être plus stupéfait face à tant de sottises ; spécialement étonné face à de tels agissements, face à cette proposition qui avait surtout eu pour but d'avoir l’attention du jonin..

« Génial » songea-t-il ironiquement se grattant l’arrière du crâne tandis qu’il se relevait. Le jonin l’observa longuement d’un air nettement moins assuré que quelques heures plus tôt. Yoshitsune n’avait jamais été quelqu’un de peureux. INTROVERTI, FLEMMARD, MOQUEUR certes étaient des termes qui définissaient bien mieux notre jeune éphèbe que celui d’être couard. De ce fait, se retrouver dans cette situation, seul et totalement dépourvu d’alternatives le dérangeait quelque peu – ce n’était pas la première fois qu’il s'aventurait dans le monde adulte avec toute les responsabilités que cela incombait, et fallait dire que cela l’inquiétait quelque peu. Tirant de nouveau sur son calumet de la paix, il leva les yeux au ciel et remarqua avec intérêt les quelques nuage qui commençaient déjà à se dessiner dans la voûte céleste, voûte qui s’assombrissait de minute en minute.

Ses doigts épousèrent sa tempe signe de ses réflexions dubitatives. Tandis que les iris du jeune Maa paraissait le détailler, le sondant comme dans l'espoir d’apercevoir un signe d’approbation. Pourtant le Jônin restait une énigme pour lui. Dans son cas cela eut toujours compliqué de répondre aux attentes des autres car ce n'était pas aussi facile qu'un bien ou mal. Il se considérait lui-même comme un paradoxe des plus formidables, ancien guerrier aujourd'hui main exécutrice et meneur de l'ordre sanguinaire qui resserrait son étau sur cette citadelle de Iwa.

[...]

Inconsciemment, dans ce jeune moine ; Yoshitsune finit par s’y retrouver. Pas physiquement hein… Lui avait des cheveux. Mais au travers de cette innocence unique qu’il présentait, il visionnait de nouveau cette époque révolue où Hideyoshi dictait sa conduite. Refusant d’abandonner l’iwajin au même destin, il finit donc par répondre à ses questions de manière détourné.

« Ravi de te rencontrer ô moine, Maa. Je suis pour ma part comme tu le sais surement déjà, Yoshitsune, 3ème Héritier de l’illustre maison Nagamasa. »

Sa voix avait comme défaillit lorsqu'il prononça le dernier mot. Au moins, il avait mis un nom sur son faciès et ne demeurait plus une entité chimérique. Face à lui, cet énergumène dont la psyché semblait être aux antipodes d'après ses mimiques ; Membre de l'illustre monastère de l’Ouest, et cette provenance en disait long sur ses ressources. Le jeune homme fronça les sourcils en se fixant celui-ci.



« Avant tout de toute chose, j’aimerai que tu te présentes convenablement, Petit Maa. Pas la peine pour ton âge, ton âges, le rang que t’as affilié le village, et tes capacités. Si tu es apte, montre-moi une de tes techniques principales pour que j'assimile au mieux les facultés que tu utilises. Tu as réussi à passer Genin, j'espère donc que tu sais gérer intelligemment ton chakra... Si tu parviens à m’oter cet air fatigué du visage, alors seulement peut-être je te prendrais sous mon aile. » Le questionna t-il en s'esclaffant


Soupçon de sourire étirant fébrilement ses lèvres dès lors qu’il n'en avait terminé tandis qu’il avait quelques autres palabres à lui concéder dès lors par rapport à cette rencontre. En effet, les questions ne lui manquaient pas présentement, pas le moindre du monde et quoi qu’il allait peut être toutes les poser curieux du potentiel du jeune homme. Yoshitsune était un prédateur aux méthodes discutables, aux nombres de cadavre en son placard déjà relativement bien trop important mais il avait ses raisons, ses motivations vis à vis des cibles qu’il choisissait. Pour l’heure il ne souhaitait pas envoyé un pauvre enfant au casse pipe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 15 Aoû 2017 - 22:30


   
   
   




Bald & Boujee Ft Yoshi


« The bald. »



Le jeune homme écoutait les mots de son futur sensei avec intérêt, il les buvait comme un bon thé. Et là une colle se posait, ce n'était pas de manière "simple" que le jeune homme finirait par rejoindre les rangs de ce ninja d'élite. Finalement s'intégrer était plus dur qu'il ne le pensait.

Rejoignant finalement ses pensées, disposant son corps en tailleurs sur le sol tandis qu'il réfléchissait à une méthode efficace de réveiller le Ô ninja. Cependant il planchait, n'étant pas un combattant d'assez haute renommée au temple de l'Ouest pour pouvoir vaincre un ninja expérimenté il se savait incapable d'une telle prouesse.

MAIS, il ne devait pas le vaincre, il devait simplement lui donner un petit coup de fouet. C'était une chose dont le jeune garçon était capable, un grand sourire marqué sur ses lèvres celui-ci se tourna vers son futur sensei et d'une prit grande confiance il annonçait :

« Je suis capable de faire les meilleurs thés de l'Ouest, ceux-ci sauront vous apaiser ô futur sensei ! »Pourquoi parlait-il d'apaisement alors qu'on lui avait demandé tout l'inverse ?.


Courant partout le jeune homme cherchait des herbes nécessaires à la confection de son breuvage. Il fonça ensuite auprès d'une chaumière avoisinante pour y emprunter les flammes de leur chaumière. L'eau bouillait, le mélange d'herbes était sur le point d'être terminé et en à peine quelques minutes qui avaient sûrement bien suffit à assommer l'homme fatigué le jeune garçon revint l'air tout satisfait de sa préparation.

« Soufflez dessus, prenez une grand inspiration et buvez une gorgée. »Donnait-il comme un mode d'emploi à suivre, merci jeune homme mais boire un thé n'est pas sorcier.


Prenant un grand élan pendant que l'homme commençait à savourer le thé, sûrement choqué par le goût immonde de ce mélange de chiasses environnantes que le gamin avait pu trouver un bruit sourd retentit. C'était son pied qui s'était écrasé férocement sur les noix de son futur sensei.

Un coup de fouet digne des plus grands éveils, un bon matraquage des bijoux de famille qui vous rappelait que vous êtes bel et bien en vie et triste de l'être. Cette décharge électrique tout homme connait et redoute comme un démon.

« Vite vite savourez le thé maintenant il devrait être meilleur, malaxez les bien aussi cela marche à la perfection pour irriguer les parties endolories...
ALORS JE SUIS PRIS ? »Demandait-il bêtement après avoir matraqué son sensei.



© GS'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 16 Aoû 2017 - 3:54

Pupilles décrivant sa personne, son regard parcourant sans cesse sa personne, l'anormale chevelure tantôt. Quelques réponses amusés parfois de par ses précédentes paroles se laissant d'ailleurs ouïr en parallèle. Organisme ayant fini de reprendre un rythme un tant soit peu normal en même temps. Maa paraissait finalement plus hargneux que ce qu’attendait le Jonin.

Et quand bien même Yoshitsune savait d’ores et déjà qu’il ne rendrait pas ce Genin sous son aile, il était malgré tout quelque peu un tant soit peu amusé face au fait que ce dernier se permettait de le décrire comme étant déjà son “futur sensei”. Le blondinet attendait malgré tout toujours la réponse à ses questionnements, curieux de savoir une nouvelle fois de quoi était capable le jeune Iwajin.

Face à chacun des efforts qu’il faisait, l’éphèbe ressentait les paumes du Triumvirat Gunjiteki alias Chogen saturer son échine du poids des imputabilités. Le Nagamasa s'étonnait à se questionner encore sur ce qu'il allait pouvoir ériger avec cet énergumène. Les bourrasques de vent s'élevèrent, respirant sur la berge, soulevant la longue chevelure hybridée de l'épéiste. Il avait demandé au Genin d'énumérer une multitude de points sur son identité mais aussi sur ses aptitudes émaciées. La Jônin aspirait intimement que ses talents sortent de l'ordinaire, afin de bâtir des amalgames de ses prédispositions Shinobis. Alors quand Maa s'équilibra devant l'ombre du jeune homme, entamant sa présentation, dévoilant son âge. Il ôtait le voile du mystère sur son ombre. Il claqua abruptement cartes sur table en avouant ne pas connaître les prémices des rixes. Nonobstant, le gaillard dominait l'art du thé et quand sa piètre silhouette se mit à déambuler dans les sens, le jonin se courba plus, hâtif de découvrir la connerie qui allait suivre.

Quand soudain avant même que le sabreur n’eut fini de lui tendre sa tasse de thé gentillement préparé, celui-ci tenta de faire atteinte à la descendance prochaine de Yoshitsune, prenant pour cible ce qu’un homme avait de plus cher au monde.

« Il serait dommage pour moi de te dévoiler trop promptement la totalité de mes capacités, mais si tu y tiens tant que ça, Gamin.... »

Sans aucun mudras au préalable, le jeune homme disparut dans un amas de fumée noire. Sa vitesse d'exécution empêcha la technique de paraître aux yeux du Shinobi. Sans crier gare, le Jônin s'extirpa du genjutsu dans lequel il eut plongé Maa auparavant, avant de réapparaître à quelques mètres de la position où il s'était tenu au préalable, arrivant dans l'échine du Genin. Sans attendre, Yoshitsune se glissa finalement aux pieds de Maa, empoigna son fourreau qu’il dégaina vélocement pour le faire trébucher. Le Genin bascula à même le sol, ses fesses épousant la dune tandis que d’un coup de fourreau sur le crâne, Yoshitsune semblait le récompenser de sa prestation.


« Ne sous estime jamais ton adversaire Maa, ou bien ton existence en tant que Shinobi ne sera que de courte durée... » L'observait-il souriant, toujours sa pipe à la bouche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 16 Aoû 2017 - 12:59


   
   
   




Bald & Boujee Ft Yoshi


« The bald. »



A peine le pied entra en contact avec les parties génitales de l'homme tout à coup celui-ci disparut dans un amas de fumée noire. Celle-ci se dissipa lentement dans le vent environnant tandis que quelque chose agrippa les jambes du Genin pour le mettre au sol. Ce dernier surprit usa tout de même de ses talents d'acrobates pour atterrir dans une position bien particulière où il était certes en position de faiblesse mais où il n'avait pas à subir les dégâts d'une chute.

Finalement c'est ce petit coup sur le crâne qui vint le faire tomber de sa position d'équilibriste de renommée. Le jeune moine tomba sur les fesses tandis que l'homme lui énonçait une phrase digne d'un grand maître shaolin. Le Xiao regardait et écoutait son futur-sensei avec ardeur tandis qu'il s'apprêtait à parler :

« WOW ! Vous pouvez disparaître !
Les arts ninjas ne cesseront de me surprendre ! Mais pour utiliser de tels tour de magie vous devez bien être réveillé non senseiii ?! »Un grand sourire se dessinait lentement sur son visage.


« Du coup... Je suis pris ! »Ses sourcils se baladaient sur son visage pour montrer qu'il pensait avoir gagner.



Se relevant le gamin nettoya de quelques coups rapides la poussière qui s'était déposé sur ses fesses. D'un coup celui-ci se redressa, déposa une main derrière son dos au niveau des lombaires et une seconde au niveau de son coeur le poing fermé et il s'écria :

« MERCI DE ME PRENDRE DANS VOTRE EQUIPE SENSEII ! *doucement* j'ai vu ce salut dans un roman imagé... »Criait-il, puis murmurait-il.


Voilà que la personnalité bien étrange de ce petit moine rencontrait un nouveau personnage qui allait sûrement marquer son futur, si là leur première rencontre était déjà des plus inquiétantes pour le futur, vous n'avez encore rien vu...

© GS'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 16 Aoû 2017 - 22:39

Il avait l’air heureux, le jeune templier si je puis dire. Ses grandes orbes noisettes, pleine d’engouement, creusent d’ailleurs un trou dans la carapace de notre ami Yoshitsune, dans son âme. Ainsi celui-ci se perd à jubiler de tout son être quand il s’imagine la progression florissante du jeune Mâa ; ainsi donc le troisième successeur au poste de commandant suprême du clan Nagamasa n’était pas le seul à ressentir toutes cette nature étrange, cette envie pressante que de faire bouger le monde, ces choses... – quelles qu’elles soient – au fond de lui-même Yoshitsune se languissait de quelqu’un de ce genre, quelqu’un qui ne saurait quoi faire de ce cœur qui bat trop fort, quelqu’un qui ne serait pas apte à remédier à ce souffle qui se bloque dans ses bronches. Pour tout dire, il allait sans dire qu’avec les courbettes que venait de lui livrer le jeune Moine désormais l’homme à la chevelure délavé se sentait d’autant plus victorieux, ayant remporté cette prétendue bataille d’orateur. Joie que sans doute n’importe qui sait puérile et passagère, mais à laquelle il se raccroche malgré tout ne souhaitant nullement se noyer dans cette vague d’émotions purement humaine dans lesquelles il ne se reconnaît pas.

Ignorer ce qui le met mal à l’aise, attaquer l’autre avant d’être blessé ; sa spécialité en somme. Ses mots piquent, Ses mots mordent, Ses mots transpercent. Plutôt ironique quand on sait combien il ne parle que très peu ou du moins à peu de personnes. A proprement parler, ce n’était pas comme si quelqu’un voulait le voir souffrir. Non, Yoshistsune voulait le protéger de lui ou plutôt se protéger de tout éventualité d’un retour en arrière. Il refusait que Maa ait mal comme il avait eu mal en embrassant sa destiné, qu’il en pleure la nuit et que son souffle court se coupe quand il penserait sans cesse aux vies qu’il allait enlever ; ces vies qui s’immisceraient bientôt dans le moindres de ses songes... Réflexe ancré en toi, en lui, en nous, réflexe qui remonte à la nuit des temps. Le goût des responsabilités était aussi acerbe qu’il l’escomptait, il devait bien l’avouer.

Quoique celles-ci l'étaient moins, motivées, par-dessus tout, par ce désir ardent que relever un futur shinobi aussi compétent que feu son paternel. Enfin, son regard a la fois vague et envoûtant rivé sur lui, Yoshitsune observait avec une certaine satisfaction l’euphorie progressive du damoiseaux. Ses joues rouges, son regard aussi humide que les mers du globe, les traits de son visage contorsionnés en une expression de joie ou plutôt de gaieté mêlé au bonheur. La fierté semblait déjà l’éprendre par les entrailles. Sans prier garde, son rictus moqueur s’élargit, déformant son visage quelques instants tant la tournure que prenait les choses le réjouissait.


« Dis moi. Pourquoi souhaites-tu donc devenir Shinobi Maa ? » Dit-il l'invitant à s'asseoir près de lui

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 17 Aoû 2017 - 18:31


   
   
   




Bald & Boujee Ft Yoshi


« The bald. »



Pourquoi devenir un Shinobi ? La question de toute une vie pour certains, pour d'autres ? Ce n'est qu'un simple choix qui leur a été imposé. Tout le monde n'est pas doué en mathématiques ou dans les sciences qui régissent ce monde. Tout le monde n'a pas l'expertise d'un charpentier ou la force abrupte d'un forgeron. Les hommes ne savent pas tous cuisiner et les Hommes ne savent pas tous tailler les faces abrupts d'un diamant. Cependant s'il y a bien une chose que chaque homme sait faire, c'est se battre.

Chaque être humain de ce monde a été fait pour se défendre. Certains sont partis avec des désavantages que certes d'autres n'ont pas, cependant la majeur partie d'entre eux sont faits pour se battre. Shinobi était la voix de l'épée et du poing, la voix du sang et de l'intuition. Un retour aux origines primales de l'homme.

Le sang est un choix, certains le font par goût pour ce dernier d'autre par amour pour leur pays. Mais il y a cette tierce catégorie, celle dont fait partie notre protagoniste. Ces hommes qui se battent pour éviter que le sang d'un autre n'enduise le sol boueux. Ces personnes ne sont pas altruistes, ils ne donnent pas sans recevoir, ils ne donnent pas par pur plaisir non plus mais par satisfaction. Maa n'a pas envie de recevoir des louanges ou quoi que ce soit, cependant voir une personne faible se faire dominer sans moyen de défense le répugne et le fait se sentir mal dans sa peau. Se regarder dans un miroir lui est après insupportable. Il choisit donc d'opprimer le fort pour défendre le sans-défense non pas par grandeur d'esprit mais pour pouvoir se regarder dans un miroir le lendemain.

Certains appelleront ça l'honneur, d'autres une maladie. Ce qu'un homme peut trouver honorable peut sembler fou au regard d'un autre. C'est là qu'est toute la philosophie de ce monde, la divergence des opinions. Dans le coeur de Maa il n'est pas quelqu'un de grand d'esprit, il n'est pas un héro dont on devrait chanter les louanges. Il est seulement une personne assez égoïste pour faire le nécessaire afin de pouvoir continuer de vivre avec lui-même.

Maintenant pourquoi est-il devenu Shinobi ? Laissons le répondre à cette question lui-même :

MAA ▬ Devenir shinobi pour moi n'était pas un choix. Je suis un moine du temple caché de l'Ouest. Mon tuteur m'a demandé de m'incruster à la vie de ce village. Je ne suis pas doué de divers talents, depuis ma plus tendre enfance j'ai été éduqué pour défendre l'équilibre des choses.
Dans ce village l'équilibre que vous avez développé se fait de vos divers rôles au sein de celui-ci. Certains sont des artisans, d'autres des commerçants, tandis qu'une troisième branche, nécessaire bien sûr dû à la partie bestiale de l'Homme, assure la sécurité de ces 2 derniers.
Dans quelle autre branche pouvais-je me ranger ? Je suis né pour défendre ceux qui n'ont pas de quoi le faire eux-même. Certes mes talents en tant que moine font de moi qu'un simple disciple cependant je pense être au moins autant capable que certains shinobis gradés de ce village de défendre les citoyens ici.
Vous aurez donc compris Nagamasa-Sensei que ce n'est pas un choix, c'est une vocation !


Sur ces mots le jeune homme se tut, laissant peser le silence de sa longue tirade, attendant une quelconque réaction de ce dernier.

© GS'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 19 Aoû 2017 - 15:13


Yoshitsune Nagamasa ne répondit que d’un sourire enjôleur.

L'atmosphère s’était teintée de fragrances lumineuses, porteuse d’espérance et de rêves. La pression s’était éprise de la situation, l’espoir ayant quant à lui, enveloppé l'air respirable, s’évertuant à déverser cette euphorie enivrant les sens de ces deux corps sans vie. Une odeur inhabituelle pour des gens qui avaient déjà eut l’occasion de côtoyer la solitude de près de ou de loin; ces gens dont les routes souvent pourfendues étaient emplies d’attentes et de déceptions. Yoshitsune nimba son rictus grandissant d'une main pour obstruer cette joie qui semblait l’assaillir de toutes parts. Habituellement derrière chacune de ses actions se dissimulaient un profond malice ; s'ancrant lui même au sein des dalles marbrées. Ses prunelles nitescentes étaient éclairées par les luminescences aléatoires qui réchauffaient les parois boisées. Les instants, ainsi, coupaient les deux entités distinctes de leur monotonie, scindant leur passé, leur avenir. Le concept de bien et de mal restait très abstrait dans ses pensées incertaines. Son regard perçant n'avait de cesse d’observer avec insistance Maa de ses prunelles d'or et d'encre, comme cherchant à s'ancrer dans les profondeurs de son âme afin de la sonder de fond en comble. L’apparition soudaine de celle-ci en ces lieux laissait l’héritier des Nagamasa plutôt dubitatif. Il était vrai qu’il n'avait de cesse de s'interroger sur l’ambition potentielle derrière les paroles de son interlocuteur. Surtout depuis que celui-ci tenait auprès de lui. Ce constat ne pouvait qu'amener encore plus de doutes dans l'esprit du troisième successeur du clan Nagamasa, qui restait extrêmement vigilant, fixant son vis-à-vis en chien de faïence. Il ne pouvait que se laisser aller à moult réflexions qui le tiraillaient, le laissant dans une position mitigée malgré le fait que ses paumes voguaient par-delà sa chevelure bicolore. Il était bien trop tard pour faire volte-face et laisser derrière lui son nouveau disciple.


Au travers de son œillade, l’errance de l’ombre de la terre. L'apothéose obscure avait assouvi sa soif de conquête, qui bientôt étendrait un règne sans partage sur les domaines aussi bien terrestres que marins ou en leur imposant des nuances obscures. Leurs deux formes dansaient dans la lumière, silencieux fantômes dansant dans le calme poignant qui régnait, faisant circuler respectueusement des brises tant glaciales que chaleureuse dans l'atmosphère. Seul le souffle inaudible des deux êtres qui se confondaient dans cet océan qu’était la nature troublait la sérénité imposée par la régence de l'orbe enflammé. Yoshitsune imaginait Maă monter en puissance, à l'image de vagues croissantes, bien que totalement contrôlé par le sang-froid absolu qui caractérisait le jonin.Cette vie avait fait de lui une chimère avide de toute chose. Dans son sillage existentiel, se tapissait un sentier sanglant qui résonnait encore en écho dans son esprit. Le trouble de ces souvenirs de jais avait fait de lui ce qu'il était aujourd'hui. Un paladin sombre inébranlable. Mais pourtant, depuis quelque heures Yoshitsune n'avait de cesse de remarquer à quel point il se sentait incomplet face à ce guerrier qui lui ressemblait tant de par son existence austère et de par les émotions que son visage témoignait. Comme si il n'était plus que l'ombre de lui-même ou que lui-même vivait à travers cette dernière.


Lui aussi, il était malléable. A cet instant même, où cette aventure était contée, au moment même ou leurs regards se furent entrecroisées, le Nagamasa avait pris conscience de cette troublante réalité. Il ne savait comment l’expliquer mais le regard vif de ce dernier le troublait. Ce dernier n'arrivait même plus qu’à éprouver cette rage viscérale à l'égard de celui qui lui avait offert un tel spectacle. Peut-être était-ce dû à ce qu’il lui rappelait … Pourtant, Dieu seul savait à point sa haine avait la faculté de torturer son esprit ; comment elle seule pouvait déchiqueter son corps pendant des jours et des jours durant, afin de le libérer de cet enfer que lui était la vie. Dans le regard de ce genin, Yoshitsune se retrouvait — Suspendu à ce plafond, disséqué, étripé, balafré. Évoquer ces souvenirs n'eut pour effet que d'attiser le sourire amer, acide, du jeune héritier, toujours muet, le regard voilé par la fainéantise.

On y peut rien, de toute façon.
On n'a aucun pouvoir sur eux.
On n'est jamais que les victimes, dans ces histoires.

Pourtant à l’inverse de son mentor, qui partageait la caractéristique de son clan que d'être acerbe, à ceci près que Yoshitsune conservait ce genre de remarque pour lui, préférant de loin intérioriser, puisqu'exprimer ses ressentis reviendraient à ouvrir grande ouverte la porte de l’amour et autre relation du type ; Maa était une jeune pousse empli d’espoir qui ferait resplendir le futur de Iwa. Irradiant de mépris, de condescendance, il ne parvenait malgré tout pas à exploiter la rage sanguinaire qui l'animait usuellement. Était-ce là aussi un sentiment préfabriqué, résultat de son enfance malheureuse ? Une émotion factice pour justifier ses élans nihilistes et annihilateur ? Possible.

Il ne savait même pas qui il était, au final.
Il ne savait même pas ce qu'il était supposé ressentir.
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu
C'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu.

Les répliques ébétés et cinglantes de son interlocuteur mêlés à son crâne chauve auraient dû le pousser à sourire, du moins le forcer à réagir. Mais n'était-il pas trop distant pour ça ? Habitué à se laisser porter par le destin, agissant en spectateur complet de sa propre existence ? Une faiblesse interne qu'il ne parvenait pas à faire se résorber, se contentant de coexister avec. Le parasite, c'était bien lui, au final, dans cette histoire. Accentuation de son rictus dégoûté.

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs



Le champ fut promptement bercée par des bras algides et des frissons naquirent sur sa peau laiteuse. Encore une fois, l'ébullition de son esprit provoquée par son instinct primaire avait totalement scellé ses pensées. Le successeur des Nagamasa ne parvenait plus à penser à rien ; du moins rien d'extérieur à l'affrontement qui se joué dans ces songes, et était totalement focalisé sur ce dernier. Ce n'était pas une forme de démence destructrice, non; il avait été maître de son âme. Simplement, le bushido faisait abstraction de tout le reste. Sans doute Disciple et Maitre avaient été totalement transcendés par la confrontation qui se fut offert à eux. Dans cet état d'éveil, même les cauchemars engendrés par ses obscurs souvenirs se trouvaient enfouis dans les tréfonds de son être. Plus aucune traces de ces ombres intérieures ne subsistait lorsque un sourire honnête s’empara de son enveloppe charnelle et le portait à l'incandescence dans sa cage de glace indestructible. Et malgré sa concentration inégalable, le jonin parvenait tout de même à analyser le moindre frémissement du bonhomme qui lui faisait face et à constater sa réaction téméraire. Enjoué, le moine restait placide à l'image d'un prince de flamme. Ses yeux noisettes ourlés par des cils aussi noirs que l'onyx auréolèrent ce cadre, déposant son attention sur tous les détails.


Ses oreilles furent alors happées par un écho lointain et dans un mouvement souple, Yoshitsune se fit violence avant ondoyer son bras, apposant sa paume sur le crâne de celui qui était devenu son disciple. Laissant disparaître le moindre de ses doutes à l’image d’une feuille qui s’envole. L'atmosphère autour de d’eux était toujours radicalement différente de celle alentours, comme si un halo spirituel enveloppait perpétuellement leurs deux êtres dans un périmètre défini, imposant une sensation bienveillante à quiconque viendrait à y pénétrer. Yoshitsune était loin d'être sociable et pas vraiment des plus engageant ; il le savait et se confortait dans cette situation, préférant le calme et le silence de la solitude à l'agitation et au bruit de la compagnie. Nonobstant, en cet instant, un sourire apaisant se dessina sur ses lippes lorsque leurs iris se croisèrent à nouveaux et que les teintes hétéroclites se heurtèrent à celles d'un océan glacé.



« Si ce que tu m'as dit est vrai, laisse-moi faire de toi le plus puissant ninja de l'histoire Petit Maa » Sa main, toujours le crane chose de son disciple.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bald & Boujee [PV: Yoshitsune]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: