Soutenez le forum !
1234
Partagez

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU

Asaara Ôji
Asaara ÔjiEn ligne

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU Empty
Lun 27 Avr 2020 - 15:51
Le Règne des Maîtres prendra fin.

Depuis toujours, le Désert était terre de Richesse. Mais également d'Injustice. Les Lois qui y régnaient étaient cruelles. Des Sables Rouges aux Sables Dorés, du Temple du Désert à Taiyô, l'argent avait perverti le Pays du Vent qui était devenu une terre de pratiques archaïques. L'esclavagisme avait contrait de nombreux Fils du Vent à l'Asservissement et il s'agissait sans doute du seul pays où de tels pratiques persistaient. Pire encore, le Colisée, véritable monument du pays, était le théâtre d'affrontements entre esclaves. Le pire était qu'il s'agissait principalement de membres de son clan qui, comme lui, furent vendus par les Anciens.

Et l'Affranchi des Sables Rouges, bien qu'il ait évité l'Arène, s'était résolu à briser ces Chaînes.

La mission que lui avait confiée la Femme d'Argent, en compagnie de Gourmandise, consistait à assister à un combat d'esclaves, peu avant midi. Le but, ici, était de poser les premières pierres de leur libération. Il était question de recruter ceux qui seraient les plus aptes à amorcer leur affranchissement forcé. Leur donner liberté.

C'est donc sous un nouveau visage que Colère s'avançait silencieusement, aux côtés de Paresse et Gourmandise, ce dernier qu'il rencontrait pour la première fois. Les tremblements d'excitation de la foule pleine à craquer se faisaient pleinement ressentir. Il s'agissait, pour leur grande majorité, d'habitants de Taiyô qui assistaient à ce qui était leur divertissement hebdomadaire. Dans les gradins, des paris en tous genre étaient tenus. Plus sordide encore que l'identité du gagnant. Il était ici question de savoir quel animal féroce allait être lâché, quel membre serait le premier à être arraché ou encore si un combattant finirait vivant dans la fosse centrale.

Les trois shinobis dissimulés, en leur statut de riches esclavagistes, gagnèrent le balcon présidentiel, qui donnait une vue totale sur l'Arène. Y siégeaient d'autres membres de la seigneurie et de la noblesse du Vent. Certains jetèrent quelques regards curieux, peu habitués à voir de nouvelles personnes entrer dans leur cercle autrement privé. Le Silencieux, lui, n'en tint pas rigueur et s'avança jusqu'aux quelques sièges qui étaient restés vides. Son passé de Serviteur, qui lui avait permis de côtoyer des nobles quasiment toute sa vie, lui permit de naturellement corriger sa posture et de ressembler au noble qu'il était. Il croisa les jambes et, du haut d'une expression volontairement hautaine, observait l'Arène qui allait bientôt voir ses combattants fouler son sol.

Spoiler:
 


Dernière édition par Asaara Ôji le Mar 5 Mai 2020 - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze http://www.ascentofshinobi.com/u1207
Mubi
Mubi

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU Empty
Lun 27 Avr 2020 - 18:41


[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU 57v6

Quand Mubi fut assigné à la mission du Colisée avec ses deux partenaires ; Colère et Gourmandise. Il n'en dormit pas de la nuit, cogitant et se rappelant de son passé d'esclave. Il tenait là, la chance d'agir contre le Colisée et ses esclavagistes. Il allait bientôt pouvoir se venger, comme lui avait promis Asaara Kuuli, preuve que cette femme de pouvoir tenait ses promesses. Les tambours du jugement résonnait dans la tête du marchand de sable, son visage qui était d'ordinaire impassible, vide. On pouvait maintenant très clairement voir un regard vif ,animé par une seul chose, la vengeance ! Mubi espérait qu'une chose, pouvoir recroisé le fameux chef des gardes du Colisée, l'homme qui un jour donna la mort à sa mère. A force de serrer les poings en ressassant le passé, des marques ensanglanter était maintenant visible sur ses paumes, montrant les endroits ou ses ongles étaient finalement rentrer dans sa chair. Heureusement pour lui, il eut le temps de se préparer, mais surtout de se calmer. La mission étant prévu que dans quelque jours. Il eut le temps de rencontrer l'un des partenaires, Gourmandise, avec qui il prit le temps de s’entraîner un peu. Connaissant déjà Colère, ayant tout deux participer à une mission de sauvetage ensemble, il ne trouva pas utile de le revoir avant le grand jour.

- - -

Le jour J était enfin arrivé, Mubi allait retourner au Colisée après des années à essayer d'oublier cet endroit maudit. Même si cette mission lui tenait à cœur, il allait devoir faire comme d'habitude, se montrer impassible et réfléchi. L'exercice allait peut être se montrer compliquer, mais il n'allait certainement pas gâcher la chance que lui offrait Kuuli de se venger. C'est donc avec son fameux regard vide et son calme olympien qu'il retrouva ses deux compères, pour ensuite se diriger au Colisée.

En arrivant devant cette amphithéâtre de la mort, le cœur de Mubi ne put s’empêcher de battre la chamade, ce n’était pas de la peur, mais de l’excitation avec peut être un peu d'appréhension. L'endroit n'avait pas changer, l'odeur non plus ... Un mélange de sueur, d'encens et de sang. Du moins tant que l'on ne s'approchait pas de l'immense fosse, ou les morts était balancé sans autre forme de respect qu'un crachat au sol. Si le visage de Mubi n'affichait aucune émotion, dans sa tête c'était autre chose...Des petites voix lui hurlait de faire un carnage dans les gradins. De tuer tout ses bourgeois venu ici pour éprouver un peu de sensation forte. Heureusement le marchand de sable arrivait à se tenir, mais pour combien de temps. Cette mission devait se terminer au plus vite.

Colère avait eut la bonne idée de changer de visage, ce que Mubi s'était empresser d'imiter. Prenantles traits d'un jeune bourgeois des sables. Un visage hautain, sûr de sa stature, des bijoux en veux tu en voilà, sans oublier des habits en soie. Le marchand de sable suivit Colère qui ouvrait la marche jusqu'au balcon donnant une vue sans pareille sur l'arène du Colisée. Le groupe devait se fondre dans la masse, agir comme des nobles et récolter discrètement des informations. Ils allaient devoir attendre le bon moment pour réellement commencer leur mission. Mubi attrapa un verre de vin, disposer là pour les riches marchants d'esclaves qu'ils incarnaient . Se donnant une stature qui n'était naturellement pas la sienne, mais qu'il imitait à la perfection, pour l'avoir souvent vu étant jeune. S'il ne contait réellement pas boire se verre de vin, celà rajoutait de la réalité à son personnage. Comme tout les nobles et autre riche marchand présent ici, tous contemplait le spectacle en buvant et mangeant des amuses bouches que la grande majorité des combattants de l'arène n'auront jamais le plaisir de goûté.




Résumé du tour:
 

_________________
ふか うみ-Le Marchand de Sable
La musique donne une âme à nos cœurs
et des ailes à nos pensées.


Dernière édition par Mubi le Lun 4 Mai 2020 - 23:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8723-mubi-le-marchand-de-sable-finish#7332 http://www.ascentofshinobi.com/t8985-dossier-shinobi-mubi#75577 http://www.ascentofshinobi.com/t8786-akimichi-mujun-le-bouddha-insatiable
Oreishii Roku
Oreishii Roku

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU Empty
Lun 27 Avr 2020 - 23:18
Le Colisée. Des souvenirs amers lui remontaient en tête, des souvenirs plus durs que le désert qu'il avait dût affronter pendant des jours et des jours, seuls, à l'âge de six ans. Exclus pour une faute dont il n'était qu'à moitié responsable. Et de toute manière, rendre responsable les enfants pour les défaillances des adultes, étaient le premier pas vers la décadence d'une génération d'hommes et de femmes. Tout comme la religion est l'opium du peuple, les combats en étaient le vin et le pain. Il en nourrissait les plus bas instinct, les plus bestiaux réflexes de la population.

Pour se faire, tout une institution décadente fut créer, et ses rouages écrasaient des milliers de jeunes chaque années, vendues ou capturés pour quelques sous, pour quelques avantages, ou pour un peu des deux.

Dans le cas de Roku, s'était pour une grosse somme et quelques crédits auprès du Damiyo qui avaient suffit à le voir devenir une bête de foire, compagnon d'entraînement d'un jeune homme, fils d'un nobliau bien vu de la cours, et qui souhait voir son fils être entraîné par les meilleurs combattants de Kaze. Ils avaient choisit Roku car il était chétif, mais personne ne s'était attendu à ce que sa faiblesse apparente cache une force inexplicable. Ni que le prétendu "sang-bleu" de la cours du Vent, ne puisse se vider aussi facilement sur le sable de l'arène.

Une simple minute sans surveillance avait suffit à ce que la rencontre se transforme en drame, et que Roku ne fut bannit du Colisée, et de Taiyo, pour le restant de ses jours.

Mais ce n'était pas homme à écouter quelques ordres que ce soit, sans se battre une seule seconde contre les faits, qu'ils soit inévitables n'y changeait rien. Son honneur lui dictait de faire quelque chose. Sa vision du monde, prisme dont le centre était Kaze no Kuni, lui donnait à penser qu'il était légitime à imposer sa volonté à quelques dirigeants décadents, sûr d'eux, et qui pourissaient dans leur propre faiblesse.

Il voulait d'un chef fort, redoutable, aiguisé, comme le désert qui l'avait acceuillit, lui et son maître, pendant une dizaine d'années. Ils avaient vécut dans les steppes bordant Hayashi, dans un petit village frontière qui donnait sur le fameux pays du Bois. C'était de là bas que venait la plupart de ses créations les plus réussie, de ce bois si fort qu'il en était presque perçu comme un dieu par certains, si ce n'est pour une entité puissante et dévastatrice.

- Allons-y, je suis prêt. Fit-il à ses deux compères, tout en pratiquant les mûdras nécessaire à la technique du Henge no Jutsu, qui lui fit prendre l'apparence d'un jeune noble blond, au yeux bruns, de sa taille environ, portant de riches soieries et de beaux bijoux, et qui avait cette moue hautaine qui semblait prendre tout le monde d'aussi haut que sa stature. Il était beau, mais plein d'une morgue qui en faisait un être antipathique aux yeux du monde.

Et Roku n'eut pas beaucoup à forcer le trait, pour se faire, il était lui même plein de défauts, dont celui de se croire un peu supérieur au reste du monde. Que le reste du monde lui prouve qu'il ait tord, et il s'inclinera volontiers, par contre. Il entra dans les loges en jetant un regard courroucé en regard de la curiosité des habitués des lieux. Il s'était même trouvé un nom "Ryûsei" pour se couvrir, un riche noble qui organisait de grand convoit de caravane jusqu’à Iwa.

Une main dans son habit de soie, l'autre derrière le dos, il se plaça derrière ses compères, tout en tachant de se concentrer sur l'arène au centre de l'édifice et son sable rouge, signe que la saison des combat n'avait jamais pris fin dans la capitale de Kaze no Kuni.

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Narrateur
Narrateur

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU Empty
Lun 4 Mai 2020 - 22:46
L'enceinte de l'arène la plus imposante du Yuukan se dressait devant le trio de riches marchands présumés. Les gradins qui vous furent ouverts étaient parmi les mieux situés, mais le balcon du directeur du Colisée ne vous était pas accessible pour l'heure. Aussi faut-il dire que si les regards des fortunés spectateurs s'étaient tournés vers vous, ce n'était pas un particulier respect mais bien dans une certaine curiosité, un agacement pour certains nobles déjà bien assis qui n'aimaient pas voir de jeunes premiers venir se mêler à leurs amusements, ou encore une indifférence froide et méprisante pour d'autres...

Alors que vous prenez place pour profiter du combat comme tout acheteur et parieur qui se respecte, vous pouvez remarquer des visages qui se tendent tandis que d'autres ont un large sourire. L'affrontement touche à sa fin. En contrebas, sur le sable jaune et rouge du Colisée, deux hommes s'affrontent. Enfin. L'un massacre l'autre pour être exact. Plus grand, visiblement plus fort mais aussi plus rapide et précis, il est parvenu à acculer son adversaire contre un mur. Un coup de glaive bien placé finit par désarmer le malheureux qui n'avait pas la force de lutter, tombant à genoux.

Prudent, le dominant lève son glaive au ciel en criant sa victoire et se tourne à moitié vers la tribune proche de vous, en contrebas, parfaitement centrée. La tribune ultime. Celle des hauts dignitaires de l'arène de Taiyô. Des cris résonnent dans toute l'arène. Comme une voix unique. Une voix qui scande deux mots. Deux mots qui scèllent le destin d'un gladiateur défait. Après quelques secondes, il se retourne violemment vers son adversaire et dans le même geste, tranche nettement le cou du perdant. Les hurlements de joie du public se font entendre, des coups de poing sur les tables tombent autour de vous, des rires, des sourires satisfaits. Des bourses passent de mains en mains. Un commerce est en marche.

Eh bah... Il va falloir que tu revoies tes prévisions. Réfléchis bien pour le suivant, entre Kazuko le Sanglant et Manami la Blanche... Kazuko n'a aucune chance. Tu es sûr de vouloir continuer sur cette voie ?

Un échange entre deux hommes. Le seul échange à voix haute, le reste est plus discret. Les deux ont la quarantaine. Le premier est souriant, les cheveux bruns, longs, attachés derrière la nuque. Sobrement vêtu, seule une bague ornée de ce qui semble être un saphir parfait montre sa richesse pour un oeil peu averti. Les experts quant à eux auront reconnu le travail de la soie qui, malgré des couleurs plutôt neutres, est digne des plus grands artisants du monde connu. Le second était paré de nombreux colliers et bracelets mais venait de faire glisser une bourse vers son comparse avec un air sensiblement énervé. Des cheveux très courts, chatain, des habits plus simples que son comparse.

De leur côté, les gardes semblaient un peu ennuyés. Ils étaient là simplement pour vérifier que l'ambiance reste cordiale. Seules quelques injures fusaient mais celles-ci étant plutôt dirigées vers les combattants, et notamment vers les perdants. Restait à trouver une méthode d'approche, car si tout s'était bien passé pour l'infiltration du lieu après tout public, commercer ou apprendre des informations plus poussées sans le moindre contact interne était déjà plus complexe.


Tenter de parler aux deux hommes qui échangent à voix haute

Discuter avec les gardes pour tenter quelque chose par leur biais

Observer le combat suivant et compter sur d'autres personnes qui sortiraient du lot

Tenter autre chose



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Ôji
Asaara ÔjiEn ligne

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU Empty
Mar 5 Mai 2020 - 23:44
Lorsque les deux combattants auront foulé le sol de l'Amphithéâtre de la Mort, les grondements venant des gradins atteignirent un niveau de décibel jusque-là jamais atteint dans sa vie de jeune adulte. Malgré tout, lui, ainsi que Gourmandise et Paresse, gardèrent un air impassible ainsi qu'un faciès neutre, se focalisant sur les guerriers s'apprêtant à se battre ainsi que les comportements des autres nobles vis-à-dis du combat. Ils n'avaient, par contre, pas tenu compte du regard que ceux-ci portait sur leur présence. Tant que cela ne compromettait pas leur couverture et ne leur empêchait pas de mener à bien la missions, ils n'en avaient que faire.

Le combat fut quelque peu expéditif. Quelques minutes et une gorge tranchée plus tard, l'arène était de nouveau en feu. Bien entendu, le gladiateur victorieux était expérimenté et savait comment gérer son public. Ce fut lorsque son impatience fut à son comble qu'il scella l'issue de la rencontre et s'ensuit un tonnerre de réactions. L'ambiance ne manquait clairement pas au Colisée.

Les paris également.

Lorsqu'eut lieu un échange entre deux membres de la noblesse kazejine, le Silencieux tendit l'oreille. Il jeta instinctivement un coup d'oeil à Paresse, qui était le plus proche des deux hommes et qui avait lui aussi suivi ce qui fut dit. De l'autre côté, la position plutôt excentrée des sièges du groupuscule fut qu'ils soient relativement proche des gardes, gardiens de l'étage. Visiblement, Colère et Gourmandise eurent la même idée.

En contrebas, l'agitation recommença à monter. La soirée ne faisait que commencer.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze http://www.ascentofshinobi.com/u1207
Mubi
Mubi

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU Empty
Mer 6 Mai 2020 - 14:56


[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU 57v6

Mubi regardait d'un seul œil le combat qui se déroulait dans l'arène du Colisée. Il y avait une différence de force énorme entre les deux gladiateurs, l'un essayait de survivre pendant que l'autre faisait tout pour le tailler en pièce. La fin de se combat fut sans surprise, le gladiateur aillant mener depuis le début , pris le dessus et trancha net le cou du perdant. La joie du publique face à la mort énerva le marchand de sable, comment des hommes pouvait être aussi heureux de voir quelqu'un mourir. Heureusement, il continuait d'afficher un visage impassible, seul ses pensés pouvait tromper ses réels émotions. Voyant ses camarades s’activer pour la mission, Mubi en fit autant. Depuis le début du combat, Paresse avait pris la peine d'écouter les discussions autour de lui, l'une attira son attention plus que les autres. Deux hommes dans la quarantaine se chamaillait à propos des résultat du combat. L'un semblait avoir perdu , il était donc énerver de devoir donner une bourse bien remplis à son camarade. L'autre bien évidemment était en joie, hilare. Les deux hommes étaient des candidats parfait pour s'introduire au prêt de la noblesse ou de riche marchant. L'air de rien Mubi se mit à siffloter une mélodie envoûtante , faisant mine d'apprécier l'ambiance, un petit sourire en coin pour ajouter de la profondeur à son personnage. C'est avec une voix étrangement douce et chaleureuse qu'il aborda les deux hommes.

« Puis-je participer? »

Mubi pour attirer leurs attentions tapota des bourses remplis de pièce d'or attaché à sa ceinture. Avant de venir au Colisée, connaissant le fonctionnement de celui-ci. Il avait prévu une petite fortune pour cette mission. L'argent était maître ici, que se soit pour parier, acheter des informations ou bien soudoyer. Il ne fallait en aucun cas venir les poches vides. Continuant d'arborer son petit sourire hautain, caractéristique des gens riches. Le marchand de sable renchéri en disant toujours de son étrange voix:

« Je suis toujours partant pour gagner un peu d'argent hahaha . D'ailleurs quel dommage que l'on soit si loin de l'action... »

Paresse aborda discrètement le sujet de l'emplacement, le but du groupe étant de se rapprocher au maximum de l'ultime tribune, destiné au hauts dignitaires du Colisée. Mubi n'en rajouta pas plus, pour ne pas brusquer les deux hommes, et surtout ne pas sembler louche. Il devait garde se rôle de jeune nouveau riche à la recherche de sensation forte, les deux hommes allaient peut être profiter de cela pour lui faire cracher de l'argent. Ce n'était pas bien grave, le but étant de récolter discrètement des informations.




Résumé du tour:
 

_________________
ふか うみ-Le Marchand de Sable
La musique donne une âme à nos cœurs
et des ailes à nos pensées.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8723-mubi-le-marchand-de-sable-finish#7332 http://www.ascentofshinobi.com/t8985-dossier-shinobi-mubi#75577 http://www.ascentofshinobi.com/t8786-akimichi-mujun-le-bouddha-insatiable
Oreishii Roku
Oreishii Roku

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU Empty
Ven 8 Mai 2020 - 12:23
Le combat faisait rage, et plus il gagnait en intensité, plus le dégoût de Roku pour cette institution ce fit grand. Comment accepter l'esclavagisme et la mort de millier de combattants, qui auraient pû participer à la grandeur de Kaze, si seulement on leur avait laisser une seconde chance. Parfois même, on prennait les combattants si jeunes -comme lui même, que cela en devenait absurde : Comment éprouver l'innocence d'un enfant ? Il n'a rien fait de mal, ayant pour seul crime sa naissance. L'injustice de la situation le mettait en émoi, rage et colère se mêlant pour créer un terreau froid et propice à une vengeance terrible et sans pitié de la part du marionnettiste.

Si c'était ainsi, il se battrait pour tout ceux qui étaient mort sans pouvoir se défendre, car trop faible et trop innocent. Si c'était ainsi, il se battrait pour tout ceux qui pourraient encore mourir aujourd’hui. Une idée lui vint pour réussir la mission, et il prit un air avenant en se rapprochant des deux gardes qui se trouvaient dans un coin de la pièce.

- Messieurs les gardes ! Dit-il mielleusement, en faisans glisser une main le long de son vêtement, et attrapant fermement une bouse qu'il avait prévu pour ce genre de situation. Le pouvoir naît soit de la force, soit de l'argent, soit de l'influence. Il n'en existe pas d'autre. C'était encore plus vrais au Colisée, durant l'hiver 204. Il se rapprocha un peu plus et fit danser la bourse au bout de son fil de droite à gauche.

- Dites moi, ne serait-il pas possible, pour un noble en manque de sensation forte, de pouvoir visiter quelques parties secrètes de notre bon vieux Colisée ? Fit-il innocemment, en souriant à pleine dent.

Après tout, cela ne coûtait rien d'essayer. Le niveau de vie de l'époque était si bas, que quelques piécettes d'or en plus ne faisait pas de mal, surtout pour un garde dont la solde ne dépassait pas trois kopec. De nos jours, il ne faut pas sous estimer la rancœur que peut concevoir un employé pour son employeur. Et le nombres de règles qu'il serait près à contourner pour quelques deniers de plus.

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Narrateur
Narrateur

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU Empty
Mar 12 Mai 2020 - 21:42
Le duo se retourna quand une voix les hela. Ils le détaillèrent quelques instants puis celui qui avait déjà parlé, le victorieux, l'invita d'un geste, avec un sourire.

Bien le bonjour mon ami. C'est une belle journée aujourd'hui. Venez, venez. Et si loin... Vous savez, la plupart de la populace se situe au dessus de nos têtes, à plisser les yeux pour apercevoir le moindre geste des combattants. Nous avons l'une des meilleures places. Il faut savoir se contenter de ce que l'on a, sans quoi les dangers accourent plus vite qu'on ne le croit.

L'homme avait un sourire désagréable, mais il était difficile de savoir si c'était juste la nonchalence avec laquelle il regardait des victimes mourir ou si c'était un sale coup qu'il préparait.

Mais trêves de bavardages ! Je suis Ameko Dororo, et voici Sayum Kirigaya. Comment vous appelez-vous et surtout, d'où venez-vous ? Comment avez vous fait fortune ? Des nouvelles têtes qui ne sont pas des jeunes fils accompagnant leur père, c'est bien rare par ici ! Vous me voyez très curieux ! Ah, et sur qui parierez vous ? Manami la Blanche ou Kazuko le Sanglant ? Et... De combien sera votre mise ?..

De son côté, Roku fut accueillis par les regards avec des airs d'incompréhension. Qu'est-ce qu'il leur voulait, ce nobliau qui venait se faire plaisir en regardant des prisonniers s'entretuer ? Lorsqu'il leur demanda directement de visiter les parties secrète. Est-ce qu'il y avait seulement des parties secrètes ? Eux n'en savaient rien.

Euh... Faut voir avec les patrons ça. Et faut prendre rendez-vous. Si vous avez d'la chance, vous pourrez ptet les voir d'ici un mois. Enfin, faut qu'vous soyez d'bonne famille pour ça mon bon monsieur. Et pas un étranger. Les patrons y aiment pas trop que les étrangers soient ailleurs que le cul sur les gradins. Pis vous êtes pas bien là ? C'pas assez fort les sensations pour vous ? Fin, c'est vrai que c'est tranquille pour l'instant. Mais dans une heure, c'est l'repas des lions. Vingt jeunes prisonniers, dix garçons dix filles. S'ils survivent une heure, ils pourront devenir des servants dans les bonnes familles. Vous pourrez les acheter si vous voulez, ya des enchères juste après. Mais l'repas... Pour sûr que c'est des sensations fortes.

Son camarade le regarda assez mal avant de lui envoyer un coup du manche de sa lance pour le faire taire.

S'cusez-le messire. Il est nouveau, il sait pas parler convenablement encore. Mais ce qu'il vous a dit est vrai. C'est sur rendez-vous pour visiter les prisons et c'est cher. Même pour vous j'pense. Et le spectacle sera sans doute plus à votre goût.

Pendant ce temps, le combat commençait entre une jeune femme dans une armure légère blanche, se battant avec un glaive et un bouclier rond, face à un grand guerrier avec une claymore, une lame presque aussi grande que son adversaire. Quand le combat se lança, la femme fonça directement sur son adversaire. D'un pas sur le côté, elle esquiva la lame immense qui s'abattait à la verticale sur elle. Elle posa le pied dessus et prit appuis pour se jeter sur Kazuko, bouclier devant et lame dans le prolongement de son bras porteur de bouclier. Ainsi, dans le même mouvement, elle lui éclata le nez puis lui transperça la gorge. Reprennant appuis sur le torse du gaillard gargouillant dans son sang, elle fit un salto arrière et retomba au sol deux mètres plus loin. Le silence sur l'arène était total tant le combat avait été expéditif et violent, si bien que personne ne semblait comprendre ce qu'il s'était passé. D'un geste vif, la victorieuse éclaboussa le sol du sang qui coulait sur sa lame avant de se retourner vers la tribune, de saluer les dirigeants et de repartir vers le couloir de la mort, son adversaire rendant tout juste l'âme.

Du trio, seul Ôji, plus concentré sur le combat qui ses camarades qui discutaient encore pu remarquer du coin de l'oeil et de l'oreille un homme partir d'un air énervé de la loge présidentielle, claquant la porte derrière lui, s'engageant sans doute dans le couloir qui passait non loin de votre balcon. S'il se dépéchait, il pourrait rattraper l'homme qui venait de quitter les gradins.
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Ôji
Asaara ÔjiEn ligne

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU Empty
Sam 16 Mai 2020 - 6:59
De sa position un peu plus centrale, le Silencieux put garder un oeil sur chacun de ses partenaires. Et obtenir par la même occasion des bribes d'informations par-ci, par-là. Paresse, qui avait lancé la conversation avec les deux autres nobles, avait pu prendre connaissance des noms de ce dernier ainsi que des prochains combattants. La couverture utilisée par les trois shinobis ayant été établie bien à l'avance, il n'aurait aucun mal à répondre à leurs questions et poursuivre la discussion.

L'homme qui parlait, cependant, avait attiré l'attention de l'Affranchi. Le contraste avec celui qui l'accompagnait était notable : son accoutrement était sobre comparé à l'autre, mais une aura de maîtrise et de pouvoir émanait de lui. Tandis que l'autre semblait vouloir faire un étalage de sa richesse en se couvrant de bijoux, celui-ci semblait plus sûr de ses forces et non dans l'obligation de montrer à tout prix à quelle classe sociale il appartenait.

Gourmandise, quant à lui, avait tout juste ce dont ils avaient besoin pour faire avancer la mission : l'opportunité de visiter les prisons ainsi que celle d'obtenir des combattants via les enchères. Une opportunité considérable de remplir les deux objectifs majeurs qui consistait à se renseigner sur le fonctionnement intérieur du Colisée ainsi que celui d'acheter certains combattants.

Mais pour l'heure, la combattante qui venait d'entrer dans l'arène devrait être celle dont parlait le dénommé Ameko Dororo. Dès lors que le combat, face à un opposant faisant près du double de sa taille, débuta, le Silencieux put repenser aux paroles de Dororo qui avait suggéré à son partenaire de se raviser quant à ses prévisions. Il connaissait le niveau de la Guerrière Blanche, qui, à la surprise générale, se défit de son adversaire en lui tranchant la gorge. Personne n'avait vu le coup venir, à part le Noble à la bague de Saphir...

S'il y en avait bien un qui ne s'attendait pas à cette victoire, c'était l'homme qui venait de quitter la loge présidentielle, dans une rage noire. Sans réfléchir, le Silencieux se leva. Si ses deux partenaires étaient bien entendu capable de filer n'importe qui grâce à leurs capacités de dissimulation - particulièrement Paresse, la couverture choisie par Colère n'était pas due au hasard. Déguisé en homme d'un âge sensiblement âgé, il bénéficiait du respect qui l'accompagnait. Il serait, par exemple, moins susceptible de se voir poser certaines questions, que l'on poserait à ses deux comparses qui étaient bien plus jeunes.

D'un pas sûr, il gagna le couloir, de l'autre côté de celui qu'ils avaient utilisé pour gagner le balcon. Peut-être en apprendrait-il un peu plus sur les secrets de l'Amphithéâtre de la Mort...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures http://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze http://www.ascentofshinobi.com/u1207

[MISSION/B/SUNA NO FUKAKU-SHA] MASUTĀ TO SURĒBU

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Colisée
Sauter vers: