Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones

Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Sam 9 Mai 2020 - 0:50

Attente interminable. Insupportable fébrilité.
J’avais la bougeotte à un niveau maximal comme j’en avais peu connu depuis belle lurette. J’en vomissais des papillons, tellement l’excitation était à son comble. Un vrai nid de chenilles sur pattes, un cocon-corps bourré de chrysalides sur le point d’exploser (Boom ! Cacophonie !) pour libérer ses mille-et-une beautés. Un peu plus et j’aurais pu régurgiter des arcs-en-ciel entiers. Du gros bonheur, quoi, vous comprenez. Un certain oncle Ji-Ji m’avait envoyé une invitation pour le rejoindre, en ce splendide après-midi ensoleillé – et trop froid, la poisse - d'hiver, à une séance d’entraînement toute spéciale. Ji-ongu Atorasu, de son vrai nom. Un nom louche, me direz-vous. Je sais, je suis d'accord. J’avais peut-être affaire à une tentative d’enlèvement. Il me faudrait rester sur mes gardes. N’empêche qu’il m’avait demandé à moi. Moi, Harusame Natsumi. Une simple genin de Kumo, maladroite comme tout. Quelle chance ! Ç’allait être tout un honneur de participer à un entraînement en compagnie d’un si parfait... inconnu. Hm, hm. Bref.

Je pris congé du restaurant de mes parents, complétant cette interminable attente citée plus tôt, attrapant un manteau chaud et mon fidèle bâton Bô-Bô au passage, avant d’entreprendre ma route vers le terrain indiqué dans l’invitation. Passant le pas de la porte du commerce familial, je saluai d’un clin d’oeil ce timide soleil qui continuait de se pavaner timidement sous le regard des dieux, haut dans les cieux. Il semblait de bonne humeur, cet astre lumineux. Tout comme moi, rayonnante Natsumi. Un bon ami à moi, ce soleil-sama. La route serait relativement longue jusqu’au lieu du rendez-vous galant. Je ne vivais pas à l’appartement d’à côté, hein. Aussi pris-je donc le temps de m’amuser un peu, histoire de rendre le chemin moins pénible. Il le fallait bien, après tout. Une bonne dose de délire quotidien éloignait le ninja-médecin demain, comme m’avait si souvent affirmé le paternel. J’avais donc suivi cette ordonnance, sans jamais y faire défaut, fidèle à ma folie habituelle.

La journée s’annonçait radieuse. Je sifflotai, grimpant une à une les rues du secteur sud, ma prothèse bien en place pour éviter une je-ne-sais-plus-combientiemme chute malheureuse. Je me souvins, rougissant déjà voilà, de ma triste maladresse au Panda Unijambiste et de ce charmant prince, le beau gosse, le Hercule shinobi, le bel étalon kumojine, cet inoubliable Tengoku. Cette séduisante image mentale me fit échapper un bref gloussement, suivi d’un coquin sourire. Ah, la fougue de la jeunesse. Bonheur.


« J’aimerais bien le revoir encore, ce Tengo... » pensai-je, à voix haute. Je ne me doutai pas de ce qui s’en venait.


Je poursuivis cet ennuyeux parcours, empruntant la Place de Kumo, peu occupée en cette période de l’année. La température devait refroidir les ardeurs de la plupart des gens, sans doute. Quelques courageux locaux déambulaient ça-et-là sans prêter attention aux alentours ou à leurs semblables. C’était déprimant à voir, surtout en un si bel endroit. Mon cœur saignait. Je constatai avec émerveillement, comme à mon habitude, la grandeur, la vastité de cet espace immense. On aurait pu y construire un château pour mon prince et moi, et même un véritable colisée ! Je m’y voyais déjà, avec le mignon glouton, assistant à diverses représentations publiques et confrontations entre shinobi toutes plus hallucinantes les unes que les autres, les cris encourageants d’une foule en extase me faisant bourdonner les oreilles. Un projet qui, si jamais le pouvoir me revenait, serait clairement conduit à terme. J’en rêvais, ça oui !

Je fis ensuite un petit arrêt dans un commerce, une pâtisserie, histoire de passer par les toilettes et de ramasser dequoi me remplir la panse avant l’entraînement. J’achetai quelques biscuits secs bien sucrés et un éclair au chocolat, le dessert national des territoires de la Foudre, à ma connaissance. Miam. Arrivée sur le terrain, je compris que j’avais été trop rapide : il n’y avait pas un panda. Ou peut-être ce kidnappeur de Ji-Ji m’attendait-il quelque part, dissimulé, guettant l’instant propice pour commettre son vil crime ? C’était douteux, mais je voyais clair dans son jeu. La bouche pleine de cookies, je m’assis, patientant sagement, tel un petit ange innocent. Enfin, je vis, au loin, l’ombre d’un mystérieux personnage se pointer le bout du museau. Sur mes gardes, je restai là, sans bouger en attente d’une révélation prochaine: Le potentiel kidnappeur approchait.


Dernière édition par Harusame Natsumi le Sam 9 Mai 2020 - 20:47, édité 1 fois (Raison : modification du titre (apprentissage))
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee?nid=3#78290 http://www.ascentofshinobi.com/t9375-harusame-natsumi-mon-journal-intime
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Sam 9 Mai 2020 - 18:00
En réalité, Atorasu n’avait rien envoyé à personne, le centre avait tout fait à sa place et le type des lettres devenaient de plus en plus personnels. Le Génin, lui, avait reçu une lettre où c’était écrit : “ Harusame Natsumi & Kappa Tengoku ont besoin de vous !- De moi ? s’enquit Atorasu,
- Oui, de vous, répondit son majordome ironiquement. Non, ils n'avaient pas forcément besoin de LUI en particulier, en revanche, c’était LUI qui était libre pour s’occuper de ces deux jeunes gens ayant le même âge que LUI. S’occuper de certaines personnes devenait presque une habitude régulière, il le faisait tellement, qu’il finit presque par croire que le centre ne voulait plus de ses compétences au sein même des missions. Mais s'il était si mauvais que ça en tant que Shinobi ? Pourquoi l’envoyer à la tête d'une mini équipe composé de deux énergumènes ? Bonne question mais il ne fallait pas oublier que le Jiongu était lui-même un Génin, lui attribuer ce “”post”” montre qu’il avait réussi à gagner la confiance du centre.

Conclusion, cette “aide pédagogique” qui était une forme de mission pour Atorasu, montre juste qu’il avait réussi à faire ses preuves. Et ces “preuves” là, ne cesseront pas d'accroître au fil du temps. Le jaune avait toujours un objectif en tête, un objectif qui relève du fantasme, mais qu’il compte bien frôler un jour.

Et c’était en ce milieu d’après-midi hivernale, qu’Atorasu habillait de manière ecclésiastique, un long manteau noir, ouvert, traînant à ses pieds puis qui montait jusqu’à sa tête pour servir de capuche pour cacher la difforme enveloppe corporelle que cachait la triste âme d’un orphelin de guerre pourtant sous son manteau pouvait se voir une chemise blanche qui pouvait se traduire par la véritable nature de la personne qu’il était : un homme pur avec une grandeur d’âme sûrement inégalable. Eh bien que notre conscience propre pour briller aux yeux des autres nous pousse à dire que l’apparence n’est que très peu important, cet accoutrement ajouté à un masque qu’il portait constamment poussaient constamment les gens à constamment le dévisager lorsqu’il marchait dans la rue et qui provoquait constamment le regard d’autrui à se poser sur lui. Cet homme aux valeurs plus que noble, inspirait peur et même l'anxiété, contre son gré.

Atorasu, arriva rapidement aux lieux de rendez-vous, il était en avance, mais on dirait qu’une autre l’était plus que lui, une fille, ça devait être la fameuse “Harusame Natsumi” qui avait quelques pâtisseries à côté d’elle et sur elle. Une fois assez proche, il enleva sa capuche dévoilant une touffe de cheveux mi-blanche et noire. D’un regard maîtrisé, il chercha des yeux quelqu’un. - Tu es toute seule ?. Il cherchait la dernière personne qui devait les accompagner : Kappa Tengoku. Il se tourna dans tous les sens en cherchant la dernière personne, il attendit et brusquement, il s’arrêta avant de se tourner vers Natsumi. - Bon… Soupira-t-il en se grattant l'arrière de son crâne, Il va bien finir par arriver, dit-il de son immuable voix placide. Je suis Atorasu. Ji-ongu Atorasu. Mademoiselle Harusame Natsumi ? C’est bien ça, si je ne me trompe pas. Il sortit la lettre de convocation pour vérifier et en ne la lâchant pas des yeux, il fit quelques petits signes de la tête pour s’auto confirmer. Eh bien, enchanté Natsumi. Ajouta le Jiongu avec légèrement plus de bienveillance tout levant l’une de ses mains gantelées afin de la salué.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 http://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Kappa Tengoku
Kappa TengokuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Sam 9 Mai 2020 - 19:52
Lorsque l’on proposa à Tengoku d’être pris en charge par un autre Genin, plus expérimenté, afin de subir un apprentissage, il se jeta sur l’occasion. Sa soif de savoir et donc de pouvoir était inépuisable. Depuis son arrivée au village, le jeune ninja n’avait de cesse de s’entraîner, se cultiver, apprendre toute sorte de choses. Il ne s’arrêterait jamais car il avait toujours moyen de s’améliorer. Il y avait toujours plus fort que soi, mais jamais rien ne pourrait arrêter les efforts d’un Homme qui voulait sincèrement progresser. A part la mort bien sûr, mais ce n’était pas au programme.

Comme à son habitude, le jeune homme, matinale, parti pour arriver en avance sur le lieu du rendez-vous. Il aimait arriver en premier, inspecter un peu le terrain. Il préférait attendre qu’être attendu. Un petit déjeuner complet dans le ventre, il se mit en route.

Sur le chemin, alors qu’il traversait la place principale, des enfants renversèrent les échoppes d’un vendeur de fruits. Ce dernier s’en prit verbalement à eux mais les deux bambins, qui n’en avaient cure, continuèrent leur course poursuite dans les rues matinales inanimées du village. Mais que faisaient-ils debout à cette heure d’ailleurs ? Se Dit Tengoku. Il continua sa route comme si de rien était mais des remords le rappelèrent vite à l’ordre. Fils de fermier, il savait que ce travail était épuisant alors il fit demi-tour pour porter main forte à son compère. Ils avaient foutus une belle pagaille, ces gosses. Le bon samaritain, qu’était Tengoku, prit quand même une bonne poignée de minutes pour ramasser les fruits et remettre en état le stand. Le vendeur lui offrit une pomme pour le remercier, ce n’était pas de refus, le ninja avait toujours de la place pour de la nourriture. Elle était succulente, cette pomme. Il aurait aimé la savourer mais, il l’engloutit en un instant. Il était beaucoup moins en avance, maintenant. Il finit le reste du chemin en courant.

Hallucination ou mirage matinale créé par les jeunes rayons du soleil qui tapait dans les yeux de Tengoku. Et il n’y avait pas que le soleil qui lui avait tapé dans l’œil. Elle était là, encore, une fois n’est pas coutume, hein ? Assise, à déguster des cochonneries. Ce n’était pas une coïncidence, impossible. Elle devait donc aussi avoir répondu à cette invitation pour l’apprentissage. Mais elle se goinfrait juste avant une activité physique ? Cette fille était louche, définitivement irrécupérable. Le jeune Genin se surprit à être caché derrière un muret, mais que faisait-il ? Il n’était pas timide quand même ?! Non. Il avait juste était surpris, il ne s’attendait pas à la voir ici. Bon, alors, qu’attendait-il pour y aller ? Même lui l’ignorait.

Alors qu’il allait sortir de sa cachette pour aller saluer la jeune femme (oui, il allait le faire), un homme interpella la Genin. Ils se mirent à discuter. Un instant, le nouveau venu chercha du regard aux alentours. Ce devait être lui, le Genin expérimenté, qui serait leur instructeur ponctuel. Tengoku se mit en marche vers eux. Ces quelques dizaines de mètres semblèrent interminables. Que devait-il faire au sujet de l’autre élève du jour qu’il connaissait très bien ? Il ne fallait pas que leur Sensei du jour commence à tirer des conclusions hâtives sur une quelconque relation entre les deux jeunes Genins. Tengoku voulait devenir un ninja respectable et surtout respecté alors il ne devait pas y avoir de place pour cela. C’est avec cette pensée qu’il était tiraillé mais en réalité il n’était pas comme ça. De toutes façons il n’avait rien à cacher et il était là pour s’entraîner donc c’est ce qu’il ferait.

Il commença par saluer le Genin :

« Bonjour, je suis Kappa Tengoku, je suis également ici pour l’instruction. »

Puis il tourna la tête vers la jeune Genin.

« Salut, Natsumi. »

Inutile de faire semblant de ne pas la connaître.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 http://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Dim 10 Mai 2020 - 21:22


Cadavre ambulant se mis là devant. Charmant.
Oh non, il était à vous en glacer les sangs. Cheveux bicolores, la peau sur les os, ce n’était pas beau. Le voilà, le squelette, il me salua, bêtement, sans plus, levant la main comme si ça allait lui donner un air plus... vivant. Pas charmant. Pas charmant, du tout. Je pris peur sur le moment, croyant, dans mon délire, que ma fin était venue. Pas marrant, il n’en fallait rire. La voilà, cette fameuse grande Faucheuse, me dis-je. Elle était là pour me traîner jusqu’en bas, au trépas. Grande kidnappeuse de l’âme fraîche, pure, sage, naïve qu’était la mienne. Pourquoi m’y entrainer ainsi, moi, Natsumi, alors que je n’avais point commis délits. J’eus peur, ça oui. Si surprise que je me levai d’un bond, je me retins de faire dans mon pantalon, reculant d’un pas. Bam ! Je glissai, trébuchai. Sur le dos, au dodo, nabot ! Zzzzut. J’allais aussitôt plonger dans cet éternel sommeil, mais, alors, un nom retentit. C’était Atorasu ou de son prénom, Oncle Ji-Ji. Ouf. Le Kidnappeur.

Puis, roulement de tambour (Badadadaboum !), surprise d’entre les surprises, il surgit au loin, courageux héro, c’est certain. Oui, Lui. Tengoku. Kappa Tengoku. L’homme au beau cul... Le Hercule, prince charmant, gentilhomme bel homme. Il était là pour me sauver, m’aider à m’échapper, moi, la beauté. Ce qu’il me faisait craquer ! Bien vite, me voilà douchée. La vague, le tsunami. Un vrai jutsu suiton en plein visage, quoi. Je me levai d’un coup. Il n’était là que pour discuter et s’entraîner... Avec moi? Ce Ji-Ji n’était donc pas qu’un enleveur, en fait, un véritable entraîneur ! Tengoku me causa alors, tout familier, ce fut de l’or. Je rougis, et répondis, comme une petite souris :

« Oh... Coucou Tengoku ! C’est chouette que tu sois là pour l’apprentissage, toi aussi, je suis vraiment contente de te voir. Avec Ji-Ji (?), l’entraînement, c’est ça? » Je me retournai, craintive, vers le tas d’os masqué sur pattes. « Qu’est-ce que vous allez nous apprendre, aujourd’hui, monsieur ? »

Pour tout vous dire, il me foutait les jetons. L'horreur. Il me rappelait quelque peu mon grand-père décédé, dans son cercueil, à vrai dire. Pas mémère pour une cenne, imperturbable en toutes circonstances, quasi-muet comme une tombe. Oui bon, c’était un mort après tout. Six pieds sous terre, en plus. Il en avait même l’apparence cadavérique, le pauvre Atorasu. Le résultat d’un endo tensei raté. Dequoi vous en faire hurler d’effroi.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee?nid=3#78290 http://www.ascentofshinobi.com/t9375-harusame-natsumi-mon-journal-intime
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Lun 11 Mai 2020 - 8:33
Natsumi, avait un regard, pas n’importe quel regard, il connaissait ce regard. Le regard d’une femme… Non, d’un Homme qui éprouvait une forme de mépris. Les yeux sont le miroir de l’âme, ils expriment, les moindres pensées, les moindres sentiments, la moindre critique, le moindre dégoût. Arrivait-elle à regarder à travers ses habilles ? Comment pouvait-elle éprouver autant de choses alors que Frankenstein junior était couvert de la tête aux pieds ? Une tumultueuse émotion l’envahit et le cœur du Ji-Ongu s’emballa, sous son masque, s'il était possible d’y apercevoir son visage, une expression de terreur pouvait s'y voir. Non, c’était pas le moment… Pas maintenant. Il abaissa les yeux et voyait son manteau ouvert, expliquant le pourquoi du comment. Le manteau ouvert laissait place à une chemise blanche montrant les formes monstrueuses du sensei. D’un mouvement brutal et brouillon, il ferma son manteau pour éviter que cela se reproduise.

Le second élève, le fameux Kappa Tengoku, arriva d’un endroit inconnu, Atorasu le vit au loin parler avec une autre personne. Est-ce un autre Atorasu ? Non, mais cela ne l'empêcha pas de prendre son temps pour rejoindre le groupe, ce qui irrita, à peine, le jaune. Il ne fit aucune remarque pour éviter de mettre une mauvaise ambiance dans le groupe, après tout, il avait encore tous ses droits celui-là, il était même en avance pour tout dire.

- Oui. Je sais qui tu es Tengoku.

La suite de ses paroles montra que les élèves se connaissaient et les affectueuses paroles de Natsumi destinées au Kappa confirmèrent les pensées du genin. Réellement, il se retrouva désemparer face aux manières affectées du cyborg en face de vous. Sans rien dire, sans même avoir fait une simple réflexion, la jeune femme avait touché une corde sensible du maître.

- Calmons-nous.
Dit il en regardant les deux ninjas en alternance. Nous avons tout notre temps aujourd’hui pour apprendre une quelconque technique. Avant même de vous apprendre une technique, il recula de quelques pas puis invita les deux ninjas à le rejoindre, nous allons nous présenter, mais de manière différente, il pointa du doigt Tengoku, toi, Tengoku, il pointa du doigt Natsumi, tu présenteras Natsumi tout en ajoutant ce que tu penses d’elle. Il tourna son regard vers la Harusame, Natsumi, il se pointa du doigt, tu me présenteras en ajoutant ce que tu penses de moi. C’est bon ? Pas trop compliqué ? Ajouta-t-il l’air crédule. Éviter de feindre ou de dissimulé certaines vérités que vous gardez pour vous ; les secrets sont faits pour être répétés.

Naturellement, Atorasu allait devoir dire ce qu’il pensait de Tengoku, un exercice qui peut paraître facile mais qui est finalement bien plus compliqué qu’on le croit. La prise de parole est un véritable parcours du combattant. En plus d'entraîner la prise de parole, cela aide à avoir confiance l’un envers l’autre et ceci était nécessaire dans un groupe. Puis qui sait… ? Peut-être qu'avec un peu de chance, l’un des deux élèves se voyait pacifiste et voulait devenir diplomate dans un future proche. C’était le moment de se dévoiler.


- Je veux que vous essayiez de faire des déductions sur la personne avec des détails qui peuvent paraître anodins ; un geste, un habille, une manière de parler, tout, pour essayer de dresser un portrait de la personne en face de lui. Il posa ses yeux sur le jeune homme. Te concernant, puisque tu as l’air de connaître Natsumi, tu as le droit de dévoiler tes sentiments. Allez, tu commences, Tengoku.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 http://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Kappa Tengoku
Kappa TengokuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Lun 11 Mai 2020 - 10:41
Heureusement que Tengoku n’avait pas fait mine de ne pas connaître la jeune femme. Car cette dernière, de par sa réaction, aurait vendu la mèche, sans aucun doute. Si familière, la traitresse. Elle était contente de le voir ? Lui aussi, il en était heureux. Mais ce n’était pas le moment d’être intime devant cet inconnu qui allait être leur instructeur. Il ne voulait plus reproduire l’erreur qu’ils avaient commise à Hidshu. S’il voulait devenir un Shinobi respectable il allait devoir mieux se tenir. Cette Natsumi était une distraction, une bien belle et agréable distraction cela dit.

Leur sensei du jour, cet homme mystérieux dont on pouvait à peine entrevoir le visage, proposa de se présenter. Mais de quelle manière ! L’entraînement commençait maintenant finalement. Par un exercice des plus subtils. Devoir présenter une autre personne que soit. Il fallait habillement manipuler ses pensées et ses mots pour ne pas froisser une personne sur laquelle on faisait de simples déductions. Quand on ne la connaissait pas. Mais c’est là que la tâche devenait ardue pour le jeune Genin. Il devait décrire une personne qu’il connaissait maintenant si bien. La jeune femme avec qui il avait partagé des moments si… privés. L’attirance envers cette jeune Shinobi n’étant pas seulement physique, son point de vue ne pouvait pas être objectif. Cependant, il se souvenait de sa première rencontre avec cette serveuse maladroite, au Panda Unijambiste. Ce soir-là, avant même de commencer à la connaître, il avait commençait à l’admirer et c’est sur ces faits qu’il allait baser son propos.

De ses yeux rouges, qui brillaient à travers son masque de fils noirs, Atorasu attendait la réponse du Genin orange. Il se lança, en tentant de paraître le plus détaché possible de ses paroles.

« La jeune femme qui se tient ici, Natsumi, peut, aux premiers abords, semblait bien des choses. Maladroite, fragile, naïve, froussarde, et tout autre adjectif qu’on pourrait affecter à un petit être sans défense. Mais la réalité est tout autre. Derrière son sourire de petite fille se cache un corps meurtri et endurcit. »

Tengoku hésita une seconde en regardant la jeune femme dans les yeux mais, il continua, espérant qu’elle ne lui en voudrait pas de dévoiler cela lui-même.

« Cette femme porte une prothèse, personne ne peut s’en douter, à la regarder ? Habillement cachée sous ses vêtements. Elle perdit sa jambe lors de l’attaque de Kumo, il n’y pas encore si longtemps que ça. Et elle est là, débout, à participer à un entraînement. Souvent elle trébuche, c’est vrai. Mais, jamais je ne l’ai entendu se plaindre une seule fois. Elle encaisse et avance, avec le sourire. Qui possède une telle force ? Elle n’est qu’un petit bout de femme de l’extérieur mais, en elle, se cache un immense titan surpuissant. »

Alors qu’il terminait son allocution tel un chef de guerre qui préparait ses troupes il se surprit à être pris dans sa trop forte conviction envers cette femme. Tant pis, il avait dit ce qu’il pensait.

Pour ce qui était de la proposition de Atorasu, exprimer ses sentiments envers la jeune fille. Tengoku ne comptait pas satisfaire cette demande. Heureusement que c’était un droit et pas une obligation. N’ayant même pas encore avoué ses sentiments à la jeune femme en tête à tête il ne comptait pas le faire devant un inconnu.
Car oui, il aurait pu en dire tellement plus sur cette femme. Mais, peut être une prochaine fois.





Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 http://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Lun 11 Mai 2020 - 22:33


Exercice de description, vivement les présentations !
Je fus surprise, au premier abord, par l’exercice particulier que nous lança le triste Atorasu. Oh oui. Décrire et présenter ainsi ses coéquipiers, en voilà tout un exercice d’observation. Mais, j’avais une bonne vision, et je voyais clair sous ses airs sombres, sous cet inquiétant personnage. Tout de suite, alors que j’entendis que mon fidèle panda allait me dévoiler, une jolie rougeur s’embarra de mes joues toutes joufflues. Mignonne Natsumi. Je ne pus que détourner le regard, malaisée alors qu’il me couvrait de compliments, visiblement trop embarrassée pour me dévoiler ses véritables sentiments. Il faut dire que sous le regard voilé de notre improvisé professeur, cela aurait été une cruciale erreur. Ah oui ! Et alors que mon partenaire s’apprêtait à conclure, des larmes, presque invisibles, perlèrent aux coins de mes paupières. Vilaines gouttes d’eau que j’écrasai aussitôt, subtile et vive, craignant que l’on ne me repère. Dissimulation des émotions ! J’étais pourtant profondément émue, touchée par autant de bonté venant de mon preux chevalier. Il avait touché, bien que de manière incomplète, à une belle partie de ma personnalité. J’étais émue. J’étais touché. Coulé. (Oui, les larmes !)

Prenant le temps de me ressaisir, je sus que mon tour arrivait, alors que tous se retournèrent vers moi, comme pendues à mes lèvres, dans l’attente de ce que j’allais bien pour sortir. Un bien beau public. Malheureusement. Je scrutai le pauvre Ji-Ji de haut en bas, à répétition, bien consciente que je n’allais pas le manquer, avec ce que j’allais lui citer. En espérant que son cœur n’allait pas se déchirer, se briser, éclater. Je ne lui voulais aucun mal, en toute honnêteté, mais il me fallait m’exécuter. Longue descente aux enfers, pour le pauvre homme cadavérique, là devant. Je débutai, avec une certaine arrogance, une froideur que je connaissais peu chez moi. Un côté sombre, visiblement.


« Je... suis désolée, en avance, si je vais te blesser avec mes propos, Ji-Ji. Ce n’est que pour respecter ton exercice. Navrée. Bon Je commence... Je débuterai simplement par décrire ton attitude et son origine. Voyant comment tu nous parles froidement, avec distance et si peu de mots, et comment tu as interrompu ma chaleureuse salutation à Tengo... Je crois, en fait, que tu nourris une profonde jalousie envers notre relation. Déjà, oui. Les démonstrations d’affection, même par la parole, semblent te rendre mal-à-l ’aise. Tu es en manque d’affection, Ji-Ji ? Ou peut-être la crains-tu, toi qui se cache derrière ton masque et tous ces vêtements amples. J’ai l’impression que tu es fragile, au fond, en dessous de tes atours que tu viens de resserrés. Terrorisé, peut-être, par le contact des gens avec ta propre vulnérabilité... Est-ce pour cela que tu te caches, Ji-Ji, comme dans un cocon, ta prison ? Je crois, honnêtement, que tu as dû manquer d’affection, étant enfant. Tes parents devaient être absents, ou disparus, ou... morts? Peut-être des rejets émotifs, aussi. Je sens ton traumatisme, et je suis triste pour toi, Ji-Ji. Tu souffres profondément de l’intérieur, dans ta prison corporelle, que tu caches autant. Je suis presque certaine que tu as honte de toi-même, de ton apparence physique, maigre et pâle. Au fond, tu as probablement encore moins confiance en toi que moi, envers moi-même. Je suis désolée pour ce qui as pu t’arriver, JiJi. Sache que, derrière les apparences, je t’apprécie. Nous sommes heureux, moi et Tengo, que tu sois là pour nous. Merci... Atorasu. »


Je fus, moi aussi, visiblement sous le choc, par tant de révélations qui, je le pensais, s’avéreraient vraies. Avec la violence de celui-ci, je priai pour qu’il aille de bonnes assurances dentaires, le JiJi. Cela n’était pas dans mes habitudes de frapper ainsi quelqu’un en plein cœur, là où ça fait mal, docteur ! J’espérai, bientôt, que l’on passe au prochain. Au plus vite, s’il-vous-plaît, que l’on puisse changer d’air. Car l’ambiance déjà maussade, venait alors de s’alourdir, assez pour vous écraser sous son poids, de son plein choix, telle le mitsudo, ma capacité spéciale. Vlam ! Comme une crêpe, bien mince, bien délicieuse. Peut-être le karma allait-il s’abattre sur moi. J’étais résolue à assumer mes choix. La gravité de mes actions et, tantôt, ses conséquences, je connaitrais alors. Ouch. J'allais y goûter. Plus besoin de dîner. Zut.


Dernière édition par Harusame Natsumi le Lun 11 Mai 2020 - 22:40, édité 1 fois (Raison : bug)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee?nid=3#78290 http://www.ascentofshinobi.com/t9375-harusame-natsumi-mon-journal-intime
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Mer 13 Mai 2020 - 7:49
L’exercice commença avec Tengoku, qui s’y prêta avec volontiers, en décrivant sa (petite ?) copine tout en la flattant. Il avait fait avec perfection ce que lui avait demandé son enseignant de la semaine. Prendre une information et l’exploiter au maximum pour l'interpréter d’une certaine manière. Comme lui avait dit Atorasu, Tengoku pouvait ajouter un petit supplément sur sa description, en disant la véritable face de sa muse. - Bien. Très bien même, chuchota le Ji-Ongu avant de se tourner vers son deuxième élève, touchée par la description que lui avait faite son ami.

Une fois les émotions remontées, elle commença son discours afin de mettre en garde son enseignant, le mettre en garde contre ce qu’il allait entendre ce qui l’intrigua profondément. Puis elle commença son discours en prétendant qu’il était jaloux de la relation entre ces deux énergumènes. Et cette première affirmation, fit échapper un petit rire de la bouche d’Atorasu ce qui interrompit en l’espace d’une fraction de seconde la jeune fille, pourtant toujours déterminée à essayer de mettre à quatre pattes le Ji-Ongu.

C’était à ce moment qu’elle enchaîna plusieurs phrases poignantes les unes que les autres, comme si elle cherchait à mettre à terre mentalement son enseignant. DANS TA TRONCHE ATO’ ! Certains pourront dire que c’est le karma, d'autres qu’il n'aura rien mérité pour ça. Atorasu l’a voulu, Il l’a eu : ce qu’on pensait de lui à un simple regard, mais ce regard était plus de celui qui a pitié, que de celui qui a peur de lui.

Après, ouiiii; il y a beaucoup de chose qui sont fausse dans ses paroles mais l’essentielle était là :

De la pitié ...

Voilà quel est le sentiment que je ressens. Voilà quel est le sentiment qu’on ressent tous d’ailleurs. N’est ce pas ?

Mais finalement… Est-ce de ta faute ?
Oui, clairement que oui, tu n’avais qu’à écouter tes mères encore vivantes il y a quelques mois de cela…
Non, clairement que non, ce n'était pas de ta faute si tu es tombé sur des adversaires aussi puissant.

Regarde la vérité en face Atorasu ! Regarde ! Écoute ! Sens toutes ces émotions qu’on ressent juste en te voyant ! J’aimerais te prendre dans mes bras, mais cette fille n’a pas tort dans un sens Jiji… Le seul truc qu’on sentirait serait un squelette inerte, froid et pourtant… Vivant…

Et alors que le discours se finit sur une touche d’hypocrisie, l’ancien bel homme resta là sans dire un mot. Assassinant chaque bruit extérieur pour laisser l’équipe dans le silence complet. Il n’avait pas perdu à son propre jeu puisqu'elle a fait exactement ce qu’il voulait : la vérité.

- Merci. Il fit un petit signe de tête. Merci cet exercice. Voilà quel était la leçon que je voulais que vous reteniez aujourd’hui : L’habit ne fait pas le moine. Une personne insignifiante à première vue peut cacher une une personnage bien plus complexe que vous ne le croyez. Il acquiesça lui même de la tête. Vous devez connaître : Connais ton ennemi et connais-toi toi-même. La moitié du chemin a été fait aujourd’hui, l’autre se fait sur le champ de bataille en utilisant exactement le même principe qu’aujourd’hui.

Il leur tourna le dos et commença à partir dans une direction en leurs faisant signe de venir.

- Venez, on va faire ce que vous attendiez depuis le début de la séance…


Dernière édition par Ji-ongu Atorasu le Mer 13 Mai 2020 - 9:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 http://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Kappa Tengoku
Kappa TengokuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Mer 13 Mai 2020 - 9:30
Tengoku n’avait même pas dit la moitié de ce qu’il pensait réellement de sa coéquipière. Et pourtant, cette dernière semblait ne pas être indifférente aux dires du jeune homme. Elle tenta de réprimer des larmes mais, personne dans le petit trio n’était dupe. Il lui fallut quelques instants pour se ressaisir afin de s’atteler à sa tâche. Durant cet instant, court réellement mais, long psychologiquement, un silence de mort trônait au milieu des trois individus. Le regard de Atorasu était pesant, il attendait sa présentation de la part de la jeune femme.

Comme une flèche qui vibre et frappe en plein cœur, Natsumi dégaina la terrible arme que peuvent être parfois les mots. Elle fut sans pitié. Comment un si petit bout de femme pouvait faire preuve d’autant de cruauté ? Ou alors peut-être était-elle naïve au point de respecter la consigne sans filtre ? A sa place, s’il était arrivé à la même conclusion, Tengoku aurait nettement atténué son discours. Garder une partie de son analyse pour soi n’était pas un mensonge. Le jeune homme pensait qu’elle devait apprendre à modérer ses propos. Surtout quand tu ne sais pas à qui tu as à faire en face. Une corde sensible touchée qu’il ne fallait pas ? Et tu peux te retrouver avec un kunaï sous la gorge. Ce monde est dangereux, elle l’a déjà pourtant appris à ses dépens.

Tengoku, perplexe, regardait Atorasu, en redoutant sa réaction. Mais, ce dernier se contenta de les remercier pour l’exercice ainsi accompli. Stoïque, il les invita à commencer l’exercice pour lequel ils étaient venus. Mais, le Genin n’était pas dupe. Malgré son apparente indifférence, l’homme avait forcément était touchait par les paroles de la jeune femme. A raison ou à tort ? Il l’ignorait. L’analyse de Natsumi était poussée pour n’être basée que sur un simple regard. L’habit ne faisait pas le moine disait-il ? Tengoku réprima un soupir. Il trouvait que la leçon n’avait pas été achevée. Le jugement de sa voisine n’avait été fait que sur une brève analyse de l’apparence de leur interlocuteur. Avait-elle vu juste ? Ils ne le sauraient pas pour le moment. Mais, si elle avait raison, dans ce cas, l’habit faisait le moine.

Quant à Tengoku, il se disait peut-être que le Genin en face d'eux ne faisait preuve que de pudeur. Moralement et physiquement parlant. Peut-être que la façon dont il avait de cacher son corps était là pour se protéger du jugement des autres, comme venait de le faire la jeune fille ? Peut-être que la familiarité entre les deux Genins ne lui semblait pas approprié en cet instant mais qu'il n'avait rien contre en temps normal. Tellement de possibilités étaient à envisager. Comme juger un homme de façon juste avec quelques mots et son apparence physique ? C'était possible certes mais, les chances de viser correctement étaient amoindries. Peut-être que la jeune femme avait un talent et savait décrypter chaque personne qu'elle voyait ? Avait-elle fait pareil avec lui ? Il ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'elle pensait de lui, oh qu'il aimerait le savoir.

Tengoku profita que l'autre homme ait le dos tourné pour se mettre au niveau de Natsumi. Il lui bouscula gentiment l’épaule et lui fit son plus beau sourire une fois qu'elle le regardait. Peut-être s'en voulait-elle d'avoir était si direct avec leur instructeur ? Dans ce cas, il espérait que sa proximité puisse la réconforter un tant soi peu. Si proche d'elle, alors que leurs épaules s'effleuraient de temps en temps au rythme de leurs pas, son cœur s'emballait de plus belle. Il ne pouvait s’empêcher de penser aux moments qu'il avait passé avec la délicate jeune fille. Après quelques instants, il reprit quand même ses esprits. Le Genin ne voulait pas qu'ils passent tous les deux pour des personnes frivoles. Ils étaient sérieux et voulaient vraiment apprendre cette technique. Cependant, parfois, les sentiments prenaient le pas sur tout le reste, comme si plus rien ne comptait. C'était comme si un aveugle retrouvait la vue, par miracle. Et la seule chose qu'il pouvait voir était cette divine créature.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 http://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Jeu 14 Mai 2020 - 0:44


Rassemblez les éclats d’âme en une triste
mélodie. Puis, faites-la bouffer à votre vis-à-vis.
Telle une talentueuse joueuse de fléchettes, je crus avoir parfaitement touchée la cible (cinquante points pour moi ! Nanana...) avec mon terrible discours, arrachant quelques dents au passage. Un peu plus, et on m’aurait pensée dentiste ! Boum, Dans tes dents ! À un point tel qu’il en avait oublié d’en écrire sa partie, et donc, la présentation de mon super panda. Une bien bonne chose, à mon avis, pour être honnête avec vous. Il aurait pu en sortir quelque chose d’incroyablement malaisant pour moi et Tengoku, pour se venger. Ma technique avait manqué quelque peu de... délicatesse, de tact, c’est vrai, mais elle avait été empreinte de vérité et correspondit exactement à ce que notre professeur d’un jour nous avait demandé.

Cela m’avait tout de même perturbée, à vrai dire, de faire subir pareille torture à un parfait inconnu, une personne que je venais tout juste de rencontrer et qui s’était déplacée ici pour nous enseigner. Ce n’était aucunement dans mes habitudes de frapper aussi fort, même psychologiquement, quelqu’un qui était déjà à terre, comme lui, visiblement. Ce redoutable outil qu’étaient les mots pouvait blesser autant, sinon plus, qu’un coup de kunaï en plein milieu du torse. L’infection qui en suivait souvent n’était pas des plus aisées à guérir et pouvait réquisitionner une quantité incroyable d’énergie, de temps et surtout, de travail et de remises en question. Se pencher sur soi-même et ses bobos psychiques, sur ses angoisses intérieures et les traumatismes de son passé était la clef pour retrouver une certaine qualité de vie. Mais tâchez de ne pas y rester confiné, ça non.

La première étape de ce traitement mental consistait en une chose bien simple, et si difficile pourtant, à mettre en place : se pardonner soi-même et accepter que ce qui s’est produit dans notre passé n’est pas nécessairement le fait de nos actions, ou QUE de nos actions. Les décisions que l’on prend, parfois, ne sont faites qu’en présence d’informations incomplètes, car l’avenir nous est, bien souvent, imprévisible, incontrôlable. Les ‘j’aurais dû’ et ‘j’aurais pu’ doivent être remplacés par des ‘j’ai fait ce que j’ai pu’ dans les circonstances du moment. Se juger car vous n’avez pu contrôler l’incontrôlable, en voilà du suicide. Laissez-vous une chance de faire des erreurs, car, après tout, elles sont humaines et c’est ainsi que l’on apprend le mieux. Bref. Courage, Atorasu.

Je pris un instant pour souffler un peu, après toute cette tension et cet air malsain. Cela fit un grand bien, ouf. Je regardai un bref instant du côté de Tengo, histoire de voir comment il avait réagi - avec surprise, sans doute - à un tel monologue. J’espérai qu’il ne m’en veuille pas, qu’il de me dédaigne pas. Ça m’aurait aussi brisé le cœur. Passant à côté de lui alors que nous nous déplaçâmes vers un coin plus discret du terrain d’entraînement pour la prochaine étape de notre apprentissage, je lui tapotai discrètement le bras, craintive, tout en chuchotant tout bas quelque chose à son oreille pandaesque.


« Pardon, pour ça, Tengo... » lui dis-je, le suppliant presque.


La honte me recouvrait, j’étais gênée. J'avais comme une boule prise dans la gorge. Je regrettai bientôt cette violente prise de parole. J’avais peur. Non, pas de ce que pouvait faire JiJi à partir de maintenant, mais de la manière dont Tengoku allait se comporter avec moi. Oui. Par pitié, faites que cette journée se termine...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee?nid=3#78290 http://www.ascentofshinobi.com/t9375-harusame-natsumi-mon-journal-intime
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Dim 17 Mai 2020 - 10:03
Il avait regardé, écouté et senti ce qu’il inspirait et c’était tout ce qu’il voulait savoir. “Je suis presque certaine que tu as honte [ ... ] de ton apparence physique”. Ces paroles, étaient sûrement la phrase, dans l’absolu, la plus vraie qu’est prononcée cette petite femme derrière lui, mais est-ce quelque chose qu’il cachait ? Il passait tellement de temps dans cet accoutrement que lui-même était perdu dans l’identité même de la personne qu’il était ; il n’était plus Atorasu mais l’homme masqué. La vérité n’est pas absolue. Il aurait pu dire à cette personne que ce n’était pas aussi facile, que tout était un contraste de chose. Natsumie en disant se ramassis de merde où quelques pépites d’or pouvaient se voir si l’on regardait bien, elle n’a pas seulement crachait au visage du sensei mais a aussi essayé de faire vivre une personne qu’on pourrait croire morte.

Une fois sorti de ses pensées, le Ji-Ongu prit conscience après plusieurs minutes du soupir qu’avait fait son élève une fois sa “mini-leçon” faite. Ne voulant pas laisser la frustration s'accroître pour lui et la déception pour Tengoku, il se retourna pour lui demander quel était le problème.

Une fois sa question posée, le jaune joignit ses mains pour que l’une soit perpendiculaire à l’autre.

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Whz7

Le mudrâ qu’il avait composée fit apparaître deux clones identiques à lui à ses côtés.

- Kage No Bushin. Ce sera la technique que je vais vous apprendre aujourd’hui. Simples et efficaces, ils pourront faire exactement les mêmes techniques que vous. Seulement il y a un hic pour nous trois. Ces deux petits clones demandent une quantité de chakras assez importante, de plus il suffit d’un seul coup. Il donna un coup à l’un de ses clones avant que celui-ci parte en fumer, pour le faire disparaître.

Lui et son second clone recula de quelques pas, puis la copie parfaite du genin fit le même mudrâ pour faire apparaître, une nouvelle fois, deux clones.

- Il faut que vous le sachiez. Comme je l’ai dit, votre clone peut faire exactement les même techniques que vous, mais, il marqua une pause volontaire en accentuant la prononciation sur le dernier mot, il faut savoir que lorsque votre clone fait une technique, ils puisent directement son chakra dans le vôtre, car énormément de personnes pensent qu'un clone est une division de chakra, or, ce n’est pas le cas.

D’ailleurs, il s'était toujours demandé d’où venait cette légende de “division de chakra... " Sûrement d’un conte pour enfants ", pensa-t-il. Une fois avoir exterminé ses trois clones et font de rapides explications en ajoutant le positionnement des mains etc. La pratique devait s’imposait et était bien plus compliquée que la théorie.

- S'il n’y a aucune question, passons directement à la pratique. Il n’y a pas grand monde ici, ça sera parfait pour vous concentrer.
Il joignit ses mains une seconde fois et voyant que ses élèves ne faisaient que regardait il leur dit de faire en même temps que lui, bien, fermez les yeux et ayez une parfaite vision de vous-même sous tous les angles, jusqu’au moindre petit détail et une fois prêt. Inspirez… il inspira en souhaitant que Tengoku et Natsumi soit synchro avec lui, expirez, il expira, et lancez-vous


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 http://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Kappa Tengoku
Kappa TengokuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Dim 17 Mai 2020 - 16:21
Atorasu semblait perturbé par ce qu’avait dit Natsumi. Mais pourquoi ? Il n’en dit rien. Peut-être avait elle dit n’importe quoi et ça l’avait agacé. Ou alors peut-être avait-elle vu juste dans la totalité de son analyse. Dans tous les cas il s’arrêta car il avait pris note du soupir de Tengoku. Il lui demanda ce qui n’allait pas.

Le Genin fut surpris de cette réaction. Ne voulant pas rentrer dans un débat, qui n’avait peut-être pas lieu d’être à ce moment précis, il expliqua simplement qu’il était difficile de juger le contenu d’un livre juste à sa couverte. Une phrase qui aurait pour but de ne froisser personne et de clore le débat.

Enfin, Atorasu présenta ce pourquoi ils étaient là. Il fit un signe incantatoire que Tengoku n’avait jamais vu jusqu’ici. Ce signe lui évoquait celui de la Chèvre. Mais, les doigts, au lieu d’être collés entre eux, étaient placés à la perpendiculaire. Leur sensei du jour leur expliqua la technique. Il s’agissait du clonage de l’ombre. Si Tengoku n’avait jamais vu le signe incantatoire de cette technique il en avait tout de même beaucoup entendu parler. C’était même une technique que tout ninja confirmé se devait de maîtriser.

La réalisation bluffa le jeune ninja. Deux copies identiques vivantes de Atorasu apparurent à côté de lui. Il leur fit également un cours théorique sur la dite technique. Des choses importantes à savoir, comme ses points faibles. Il lia les mots aux gestes en tapant son clone d’un coup pour montrer qu’il disparaissait instantanément. Il expliqua aussi que le chakra de l’utilisateur n’était pas partagé entre les clones. Pourtant ça aurait paru logique, se disait Tengoku. Mais, en fait, ces derniers puisaient dans le chakra de leur utilisateur. Cela était peut-être mieux mais il fallait alors utiliser cette technique avec intelligence et parcimonie. Avant de penser à l’utiliser, il fallait réussir à la maîtriser.

Après cette démonstration c’était à eux d’essayer d’effectuer la technique. Pour accentuer leur concentration et se relaxer, Atorasu leur donna des consignes de respiration. Plus un corps était calme, plus l’esprit avec des facilités à manipuler son chakra. Et ça, leur instructeur le savait très bien.

Tengoku ferma les yeux, il suivit à la lettre les consignes de Atorasu. Il entendait Natsumi qui faisait de même à côté, tous les trois respiraient ensemble comme un même individu. Plaçant ses mains et ses doigts comme indiquait, il se concentra sur la circulation de son chakra. Il imagina deux autres lui-même qui apparaîtraient à côté de lui. Dans son esprit c’était très clair, ils étaient là, debouts, dans la même position que lui et apparaissant dans un léger nuage de fumer. Quand il ouvra les yeux, rien. Que ce soit à sa gauche ou à sa droite il n’y avait personne à part Natsumi qui allait tenter la technique aussi. Il jura intérieurement, ferma les yeux et se concentra. Il reprit une respiration profonde, lente et maîtrisée. Il comprit cette fois pourquoi rien ne se passait.

Avec ce signe incantatoire le contact entre les deux mains était très infime. Une parcelle de peau d’un doigt. Pour le jeune homme, c’était un problème. Tous les autre mudras qu’il avait l’habitude d’utiliser permettaient une circulation du chakra très facile et optimum. Ici, il n’arrivait pas à exploiter ce signe de mains pour réussir à faire circuler le chakra correctement et donc le malaxer pour faire apparaître les clones.
Il se permit alors une question.

« Comment fait-on, avec les doigts dans cette position, pour que le chakra circule assez bien afin qu’on puisse le malaxer et faire le Jutsu ? »

Il resta avec les doigts dans la même position. Même en attendant la réponse du sensei, il s’évertuait à essayer de comprendre par soi-même.



Dernière édition par Kappa Tengoku le Lun 18 Mai 2020 - 10:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 http://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Lun 18 Mai 2020 - 9:00




Si c’est en forgeant que l’on devient forgeron, c’est par l'effort que l’on devient ninja !
Le voilà bien embêté, le Ji-Ji, je vous le dis. Il semblait perturbé, perdu sous une avalanche de souvenirs ou de traumatismes plus difficilement supportables les uns que les autres. On le sentait à fleur de peau, à l’affut de la moindre réaction, du moindre regard adressé à son endroit. Pourtant, malgré cet apparent égarement de notre bon ami, celui-ci prit sur lui de nous enseigner ce pourquoi nous étions rassemblés ici, avec tous les détails et précisions que cela requérait de sa part. Kage Bunshin no jutsu, voilà la raison de notre présence aujourd’hui. Cette technique de niveau intermédiaire consistait en la création de clones bien réels, tangibles, des êtres capables de combattre et d’exécuter leurs propres sorts, à condition de puiser dans la réserve de l’hôte. Leur fragilité ne devait cependant pas être négligée, oh non. Au moindre coup, la réplique parfaite se pulvérisait en un nuage de poussière. Baboum! Nous avions là un jutsu potentiellement risqué, considérant qu’il pouvait rapidement aspirer l’énergie de son utilisateur, pour peu qu’on n’y fasse pas attention. C’était, nullement besoin de douter, à ne pas prendre à la légère lors de cet apprentissage. Le kage bunshin s’exécutait à partir d’une mudrâ qui m’était jusqu’alors inconnu, un signe spécifique pour un pouvoir bien particulier. Enfin, Atorasu nous indiqua la marche à suivre, en apparence simple, avant de nous convier à répéter ses actions et à pratiquer de notre côté.

Les doigts joints perpendiculairement comme venait de le montrer notre instructeur, je respirai profondément, à un rythme régulier simulant presque mes battements cardiaques. Inspiration. Je sentais l’énergie spirituelle, puis l’énergie physique danser toutes deux, main dans la main, au creux de mon abdomen, en une splendide symphonie rythmée, bien mesurée. Cette romantique valse, mystérieuse combinaison, la source de ce que l’on appelait communément chakra, se propagea magistralement, centimètre par centimètre, jusqu’à chacun de mes tenketsus. Expiration. Une image en tête, parfaite jusque dans les moindres détails. Concentration.

La nausée me pris soudainement, une sensation de vertige grimpant vicieusement jusqu’au plus profond de mon être. J’ouvris les yeux, stupéfaite, croyant à ma réussite : il n’en était rien. Non seulement aucun clone n’était apparu, mais en plus, je me surprise à léviter légèrement au-dessus de la terre ferme. En panique, le réflexe vint aussitôt de stopper la circulation de mon chakra, pour me retrouver, une fois n’étant pas coutume, le popotin au sol. Encore ce foutu Mitsudo, qui faisait des siennes, visiblement. Cet apprentissage n’allait pas être une mince affaire. Je me relevai d’un bond, portant mon regard à gauche, à droite, en quête d’un potentiel témoin. Bon. Recommençons.

L’exercice était un million de fois plus complexe qu’il en avait l’air, au premier abord. Comment ce squelettique de Ji-Ji y arrivait-il aussi facilement ? Déjà, se visualiser de la tête aux pieds en toute objectivité relevait de la prouesse, mais en plus, la composition en elle-même de cette unique mudrâ n’offrait qu’un mince point de contact pour laisser librement court au chakra. Mon charmant compagnon de panda paraissait tout aussi embêté par ce détail, au point qu’il n’hésita pas à questionner notre enseignant d’un jour. Son interrogation me fit allumer. Oui. Peut-être y avait-il un moyen d’élargir cet espace, ne serait-ce que d’une manière symbolique ?

Je refermai les yeux, confiante en cette possibilité, voie nouvelle vers une réussite prochaine. Je répétai les mêmes étapes que précédemment, sauf que, cette fois, fit la tentative de recréer cet espace dans mes pensées. Je le vis, d’abord minuscule, infime particule en une immensité obscure, puis l’agrandis peu à peu, progressivement, jusqu’à un état que je jugeai suffisamment important, suffisamment stable. J’y vis alors circuler un flux, un ruisseau d’énergie, un canal irriguant un champ. Le scan corporel toujours en tête, je pris une abyssale inspiration, avant d’expirer quelques secondes plus tard jusqu’à mon âme même. Maintenant ! Pouf ! J’entrouvris un œil, étonnée, une jolie surprise à mes côtés (Oui, Tengo, mais aussi un clone !). Une mignonne Natsumi, un peu difforme cela dit, tentait de se tenir misérablement debout, juste là, à ma droite. Son apparence n’était pas... exacte, pour être honnête, mais j’y voyais un bon début. Bien J'attendis, alors, une quelconque remarque d'Atorasu, qui scrutait nos moindres faits et gestes. Avais-je, enfin, trouvé un point d'ancrage vers la concrétisation de cette technique ? Cela restait encore à voir, à prouver.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee?nid=3#78290 http://www.ascentofshinobi.com/t9375-harusame-natsumi-mon-journal-intime
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Ven 22 Mai 2020 - 7:45
C’était un véritable échec et cela n’était pas anormal, des techniques sont bien plus difficiles que d’autres; Le kage No Bushn no Jutsu était bien plus complexe que certaines techniques qu’ils auraient pu apprendre auparavant. Quelques personnes arrivent à sentir la technique contrairement à d'autres. Tengoku avait l’air d’avoir un peu de mal, concernant la circulation de son chakra. " Comment fait-on, avec les doigts dans cette position, pour que le chakra circule assez bien”, à cette question, Atorasu aurait voulu répondre “ Comment fais-tu pour marcher ? ”, bien qu’il était peut-être légèrement plus qualifié que ses élèves, c’était à ce moment précis qu’il apercevait ses limits, il n’arrivait pas à répondre à cette question, du moins il n’était pas apte pour y répondre.

- Eh bien… pour être honnête. Je n’ai pas de réponse à cette question mais je peux essayer de trouver une solution.

Lentement, il exécuta trois autres mudrâ totalement différents de celui qu’il avait présenté, pour, une nouvelle fois, faire apparaître deux clones

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  E8nr[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  13td[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  2a60

- Pour cette technique, ou pour tout autre techniques Tengoku. Si tu n’arrives pas à malaxer tout ton chakra sur une portion aussi petite, rien de plus compliquer que de rajouter des mudrâ.

S’il “passait par ce chemin”, il était bien plus probable qu’il fasse un véritable saut de progression si c’était seulement cette histoire de concentration qui lui posait un problème. Une fois après avoir parlé à Tengoku, c’était au tour de Natsumi qui venait à l'instant de faire apparaître un clone brouillon que personne avait envie d’avoir, sauf un débutant qui n’arrivait pas à réussir la technique. Atorasu s’approcha à peine et toucha le clone avant que celui-ci disparut instantanément .

- Un bon début Natsumi, tu avances à ta vitesse, je sais ce qui te manque. Il se tourna vers son autre élève. Tengoku, écoute ça. Ça va pouvoir t’être utile. Il recula de quelques pas. Voyez-vous, lorsqu’on apprend une technique, il a une chose importante qu’il faut retenir. Chaque fois que vous voulez faire apparaître un objet, un être, un arbre, un nuage ou bien même un simple bol de nouilles, la clé n’est rien d’autre que la projection. Représentation puis projection, Natsumi, si ton clone est aussi faible, c’est parce que tu en as seulement fait une représentation, une fois le corps physique représenté dans les moindres détails, projette le devant toi, sens le comme s’il était là avant même qu’il apparaisse. Il continua à reculer de quelques pas en bougeant ses mains en parlant afin de donner de la vie à son discours. Un assimilateur, s’il veut se transformer totalement, il doit sentir que son corps tout entier se transforme en l'élément choisi, imaginer, avant même que ça se passe, que cela se passe; si tu veux créer un mur ration, toton, suiton, il faut imaginer le mur sortir devant toi; avant de pouvoir marcher sur l’eau ou sur une surface verticale, il faut visualiser son pied dans les moindres détails puis imaginé que le chakra vienne se déposer sur toute la surface de celui-ci. Il claqua des doigts puis pointa du doigt Tengoku. Là est peut-être la solution à ton problème, imagine que tout ton chakra passe par la petite portion de tes doigts. Il toucha de l’index son masque pour montrer sa tête. Imagine le chakra passer jusqu’à sentir une chaleur entre tes doigts, même si cela peut parfois être que le fruit de l’imagination, parfois, cela peut devenir réel. Puis il recommença à regarder Tengoku et Natsumi l’un après l’autre. Représentation, Projection, Répétition, voilà la clé de l’apprentissage

Il s’arrêta un moment pour voir comme il réagissait, pas trop mal, on dirait, puis avec une pincée d’exhortation dans sa voix, il reprit : - vous allez forcément par y arriver, vous avez tous les outils en main. Vous avez confiance en vous, vous avez confiance entre vous et je crois en vous. Il n’y a aucune raison que cela ne fonctionne pas.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 http://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Kappa Tengoku
Kappa TengokuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Ven 22 Mai 2020 - 13:44



La victoire aime l’effort.

Alors que Tengoku faisait face à un cuisant échec, à côté de lui, Natsumi avait réussi la technique. Ou plutôt, partiellement. Elle n’avait réussi à invoquer qu’un seul clone et, vu sa tête, la technique n’était pas vraiment encore au point, chez elle non plus. En effet, si la vraie Natsumi avait ce visage il ne se serait sans doute jamais rien passé dans cette cabine à Hidshu.

La question qu’avait posée le Genin orange semblait compliquée pour Atorasu. Il dit lui-même qu’il n’avait pas la réponse précise. Et pourtant, il se sous-estimé. En effet, le contournement qu’il donna à son élève du jour pour réussir la technique était très astucieux. Pour un Genin, il possédait déjà de grandes connaissances. Tengoku avait déjà entendu parler de techniques que l’on pouvait réaliser de différentes façons, avec d’autres signes incantatoires. Ce Jutsu en faisait partie. Trois signes au lieu d’un. Cela faisait perdre en efficacité la technique car trois fois plus longue à réaliser alors que c’était un jutsu qui se voulait très réactif. Mais c’était une bonne solution temporaire pour l’apprentissage. Au moins, de cette façon, il allait pouvoir bien ressentir la circulation de son chakra et mieux se concentrer sur la réalisation de la technique. Une fois maitrisé de cette manière, il passerait à l’étape supérieure avec le signe en croix. Voilà son plan.

Tengoku se perdit quelques instants dans le flot des paroles de Atorasu. Il expliquait calmement à Natsumi comment s’améliorer en l’encourageant et lui donnant des conseils très avisés. Cela ne faisait aucun doute, cet homme-là était déjà bien plus proche du Chûnin que du Genin. Il savait faire preuve d’une pédagogie de haut niveau. Si Tengoku devait enseigner un jour, il espérait que ce soit de cette façon. Il suivit également avec attention les conseils qu’il confiait à la jeune fille. Ça lui serait bien utile aussi pour ce jutsu, ou un autre d’ailleurs. Vu sa soif de connaissances Tengoku ne se forçait pas, il était très attentif comme le passionné qu’il était. En plus de cela, il finit son explication par des encouragements qui seraient capables de donner confiance en soi à la personne la plus pessimiste du monde. Kumo avait là un grand professeur, un grand ninja en devenir, en avait-il conscience ?

Tengoku ne put s’empêcher de penser aux paroles qu’avait eues Natsumi envers lui quelques heures plus tôt. Après une telle démonstration, regrettait-elle ? Il l’espérait.

Le Genin s’attela alors à la tâche. Il ferma les yeux et s’engagea dans une respiration profonde et contrôlée. Une fois que sa bulle imaginaire fut créée il avait l’impression d’être seul dans un monde noir, vide. Il réalisa les mudras. Même les yeux fermés, s’ils étaient parfaitement effectués. Dans sa bulle imaginaire apparurent des miroirs et, un miroir, son reflet. Identique, trait pour trait. Chaque parcelle de son corps fut projetée dans ce miroir. Il se voyait, il était devant lui-même. Comme si son âme était sortie de son corps pour l’observer.

Il ouvra alors les yeux et revint à la réalité. Mais il n’était pas revenu les mains vides. De son imagination, il avait ramené son reflet, il était là, en face de lui. Un clone parfaitement réalisé. Il n’en avait fait qu’un seul car cela demandé déjà beaucoup de concentration et d’effort.

Il devait maintenant parvenir à en faire deux. Mais, surtout, réussir à le faire avec le signe incantatoire de base.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 http://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Ven 22 Mai 2020 - 23:03





Représentation, projection et répétition.
Travailler d’arrache-pied, le comble pour une unijambiste entêtée.
Cet apprentissage n’avait rien de simplement, contrairement aux apparences. La pratique, les efforts, la détermination, voilà ce qu’il nous fallait d’abord. J’avais, de mon côté, réussit à percer le mystère entourant ce qu’Atorasu appelait la représentation, une manière de reproduire une image mentale de soi-même, en intégralité et dans les moindres détails, en plus de la visualisation de la circulation du chakra dans ce corps qui était mien. Cela était, visiblement, une difficulté que rencontra mon coéquipier, Tengoku, alors incapable de bien ressentir l’énergie avec l’unique mûdra utilisé dans l’exécution du multi clonage. Pour ma part, les signes incantatoires ne me posèrent aucunement problème. J’avais même réussi à produire ma toute première réplique - défectueuse, cela dit - natsumienne. Là où ma faiblesse résidait, c’était dans le second élément, nommé projection par JiJi. Cela signifiait que je devais m’entraîner à projeter la forme créée en mon esprit, la ‘voir’ à mes devants, debout et fière, parfaite copie d’une créature estropiée. Une étape nécessaire à maîtriser si je ne voulais pas retomber nez-à-nez avec une Natsumi hideuse, difforme. Attentive à chacune des indications de notre professeur d’un jour, autant à celles m’étant destinées qu’aux conseils offerts en réponse à la question de mon beau partenaire, je repris les répétitions - le troisième et dernier élément à considérer, selon notre aîné - de plus belle, confiante, pour une rare fois, en ma capacité à tout assimiler ce qui venait d’être dit. Le discours de l’enseignant terminé, je refermai les paupières, solidement closes, pouf, plongée dans la noirceur, prête à en découdre une fois de plus avec ce satané jutsu.

« Merci Atorasu, tu nous donnes de très bons conseils... » dis-je simplement, les yeux fermés, sans vouloir m’éterniser, encore gênée par mon discours passé. Le jaune semblait déjà plus à l’aise, plus jasant, me révélant ainsi de nouvelles facettes de cet étrange personnage que je n’avais pas su observer lors de l’exercice initial en sa compagnie. Il respirait la confiance, dans ce rôle, bien que temporaire, de sensei, l’éclairant sous un jour nouveau, bien plus charmant que ce à quoi j’aurais pu m’attendre. Ou bien il jouait la comédie, comme ultime moyen de défense, mais cette hypothèse-là, je doutais fortement qu’elle soit réaliste.

Je repris les étapes que j’avais préalablement réalisé, visualisant une fois de plus un corps, mon corps, dans les moindres détails, de la tête aux pieds, puis ce torrent chakratique, à la fois féroce et fluide, inondant chaque parcelle de mon être et, surtout, traversant le court passage que formait ce perpendiculaire mûdra. Cette fois-ci, seulement, je modifiai le lieu d’apparition de cet être désincarné, le voyant là, bien vivant, tout juste à mes côtés, les pieds sur le terrain d’entraînement. Il apparut clairement, une couche à la fois, en débutant par les membres inférieurs jusqu’au sommet du crâne, parcouru lui-même d’une énergie en mouvement, de chakra. Pouf !! Nuage de fumée, soudaine apparition.

J’ouvris un œil, inquiète du résultat qui, enfin, me fit pourtant sauter de joie – et retomber sur les fesses, ouch, encore – et força un grand sourire sur mon visage. Un simple clone, et non une paire, mais ça me suffisait pour l’heure. Chouette. Celui-ci, contrairement à son triste confrère déformé, me représentait, oh que oui, à la perfection. Bravo Natsumi ! Ton premier clone tangible à vie ! Oui !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee?nid=3#78290 http://www.ascentofshinobi.com/t9375-harusame-natsumi-mon-journal-intime
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Dim 24 Mai 2020 - 11:00
Ils étaient plusieurs cinq, mais sept. Les deux élèves temporaires d’Atorasu avaient réussi à faire un clone identique d’eux-mêmes. Le professeur ressent une once de fierté. Ses deux élèves, avaient réussi à apprendre la multiclonale en ville. Normalement, une dernière étape devait être réalisée : la réalisation de cette technique avec une contrainte. Mais pour ces deux énergumènes, le faite d’avoir le regard de leurs professeurs, l’un ses proches à ses côtés plus un brouhaha de fond, révélaient une capacité plutôt incroyable à se concentrer.

"Il faut les mettres à l'épreuve"

Le Ji-Ongu avait beau être beaucoup de choses, apprendre une technique en ville était strictement impossible pour lui, le silence était nécessaire pour lui. Il ne regardait pas pour regarder ses élèves, il essayait aussi d’apprendre à apprendre directement sous contrainte car cela lui faisait perdre énormément de temps. La seule fois où il avait réussi à accomplir cet exploit était avec un dénommé Syoto. Un homme au premier abord snob et orgueilleux qui faisait de lui un personnage atypique et en même temps sympathique, mais qui malheureusement avait un véritable grain dans sa tête.

Dommage....

Suite à l'apparition des clones et de l’avis du professeur, les deux élèves ainsi que les quatre clones avaient l'air de regardait Atorasu qui faisait des petits signes dénonçant son contentement. Curieux, il s’approcha des deux clones pour tester leurs résistances; les clones étaient parfaits. Le Ji-Ongu se contenta de dire “Très bien” puis reprit ses distances en faisant signe à Tengoku et son clone de le rejoindre. Une fois fait, il regarda Natsumi en levant un doigt.

- Un seul essaie. Je te laisse une seule chance pour réussir cette technique donc tu as le droit d’échouer une seule fois. Il se tourna vers Tengoku. Te concernant, regarde comment elle s’y prend. Car ça sera ton tour après.

En laissant commencer Natsumi, Atorasu espère pouvoir aider indirectement Tengoku à PEUT-ÊTRE trouvé la faille dans son positionnement ou sa manière de pratiquer la technique en plus de cela cet exercice est très utile pour les deux étudiants.

- Si par malheur, l’un de vous deux échoue à cette seule chance. J’annule cet entraînement.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 http://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Lun 25 Mai 2020 - 3:47


Réussite obligatoire, pression de toutes parts.
L’apprentissage se déroulait plutôt bien, en fin de compte. Tengoku, tout comme moi, avions su percer le mystère principal entourant la technique du Kage Bunshin, du moins, presque en intégralité, hormis certains détails à peaufiner. J’avais, à l’instar de mon partenaire, me précédant de quelques minutes, su faire apparaître un premier clone, une première copie intégrale et parfaite de moi-même, tangible, contrairement aux illusions du Bunshin no jutsu. Pour une rare fois au cours des derniers mois, je ressenti une profonde fierté, débordant de tous bords tous côtés. Je gigotai, tout sourire, incapable de me tenir en place tellement l’excitation était à son comble. Enfin, un pas dans la bonne direction ! Chouette ! Je facilitai mon panda - à croquer ! -, lui sautant dans les bras d’un geste instinctif et un peu trop... démonstratif, pour l’occasion, puis, rouge tomate, je repris aussitôt mes distances en évitant tout contact visuel avec le principal intéressé, attentive à une quelconque remarque désapprobatrice potentielle venant de notre enseignant. Hm... Hm... Un peu de tenue, tout de même, mademoiselle Natsumi, l’entendais-je déjà beugler. Halala, cet Oncle Ji-Ji.

Atorasu nous fit alors mention de la prochaine étape qui, le croyais-je, se voulait finale en cette séance d’apprentissage en sa compagnie. Une étape essentielle, puisque, effectivement, la technique apprise semblait vouée à une utilisation bien souvent sous pression ou forte tension, que ce soit en mission ou lors de combats contre des adversaires divers. Ainsi le Ji-Ongu nous mit-il au défi, moi et mon beau Tengo, en nous obligeant à procéder à une ultime tentative d’exécution du jutsu sous le regard des tous, et, en cas d’échec, sous peine d’annulation de l’apprentissage. Je fus, bien entendu, celle qui allait initier cette anxiogène démonstration. Bon. Du calme, Natsumi ! Tu l’avais déjà fait à la perfection une première fois, non? Courage !

Nerveuse à en vomir, terrifiée à l’idée d’échouer lamentablement et de punir, par ma faute, mon charmant ami, je pris place, dans la même position que pratiquée précédemment, les paupières closes, le signe incantatoire composé. Une grande inspiration, une bonne expiration. Bon, allons-y! Je débutai l’imprégnation de mon corps entier en cette solution d’énergies que l’on appelait chakra, visualisant, une fois de plus, mon corps dans les moindres détails. Le parfait état de concentration fut, cependant, bien plus demandant à atteindre. Je dus focaliser l’ensemble de mon attention sur moi-même, au lieu de prêter un intérêt à ces pensées qui me disaient de tout lâcher, de tout abandonner, que tout ce cirque ne mènerait à rien avec la bonne à rien que j’étais. Je fis mon scan corporel, puis le projetai, doublement cette fois-ci, à chaque côté de moi, la Natsumi originale.

Une fois n’étant pas coutume, je ressentis ce fameux malaise, cette déroutante sensation de nausée qui apparaissait toujours sans crier gare. Non, mais, vas-tu arrêter, oui ?! La cause : cette singulière puissance qui me hantait, jour après jour, depuis belle lurette. Le Mitsudo. Merde, pas maintenant, pas encore ! Je lévitai faiblement, mais, cette-fois ci, décidai de ne pas me laisser embêter par pareil trouble-fête. Une idée farfelue surgit alors en mon esprit, celle d’apprivoiser quelque peu, en cet instant, la force qui m’habitait. Je songeai aux différences de ressenti par rapport à la tentative d’avant. Qu’est-ce qui avait bien pu changer ? Était-ce dans la manière de faire circuler le chakra ? Peut-être, peut-être bien... Le chakra me permettant ces prouesses semblait se mouvoir de manière plus rapide, forte, précise. Surtout, ce chakra me paraissait une tonne de fois plus ‘léger’ ou ‘lourd’ - selon le cas - que celui malaxé habituellement. Étrange. Aussi pris-je donc le temps requis pour rétablir l’impression normale de cette énergie, tranquillement, tranquillement, jusqu’à sentir mon corps se redéposer, tout en douceur, au sol. Pouf. Atterrissage réussit, la Natsumi ! Revenons à nos moutons, bien. Une fois, les étapes reproduites (Représentation, projection et répétition, sensei !), avec, en tête, les conditions à ne pas remplir pour faire un vol plané, j’exécutai finalement le foutu jutsu qui, dans un splendide nuage boucaneux, fit apparaître deux répliques parfaitement parfaites de moi-même. Magnifique ! Oui, une réussite ! Incroyable ! Ji-Ji et ses drôles de clones n’avaient qu’à bien se tenir, dorénavant, car la Harusame pouvait maintenant compétitionner. Bam !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee?nid=3#78290 http://www.ascentofshinobi.com/t9375-harusame-natsumi-mon-journal-intime
Kappa Tengoku
Kappa TengokuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Lun 25 Mai 2020 - 16:43


Atorasu observait ses deux élèves avec attention. Il le constatait indéniablement : les deux avaient réussis une copie parfaite d’eux-mêmes. Il les félicita mais resta songeur car l’objectif était loin d’être atteint. La moitié du travail seulement avait fait puisque l’objectif était de faire deux clones et non un.

La journée commençait à être déjà bien entamée. Ça pouvait s’entendre au brouhaha constant qui caractérisait une ville active. Des marchands, des passants, des enfants et même parfois d’autres ninjas s’entrainant. C’était une caractéristique à prendre en compte dans l’entrainement. Le bruit pouvait déconcentrer rapidement et empêcher représentation puis projection de soi-même dans sa tête. La première étape était de réussir à mettre le bruit de côté afin de s’enfermer dans une bulle hermétique. C’était important car un champ de bataille n’était jamais silencieux, au contraire.

Natsumi ayant également réussie un clone sauta dans les bras de son partenaire. Ce dernier l’attrapa et la serra contre lui, surtout dans le but d’éviter qu’elle ne se rattrape mal et ne tombe par terre, encore. Ce sursaut de tendresse lui réchauffa le cœur, comme un parchemin explosif qu’on venait de faire exploser à l’intérieur. Booom !! Ce moment haut en émotions ne dura qu’un instant car les deux jeunes gens se rendirent compte que ce n’était pas très approprié à la situation. Ils se séparèrent dans une moue gênée sans oser regarder leur Sensei dans les yeux.

Ce dernier demanda au jeune garçon et à son clone d’approcher. Alors que le clone orange commençait à marcher en direction de l’homme au masque de fils il se prit un énorme coup en plein dans la mâchoire. Une grosse patate de forain comme on s’aime à l’appeler parfois. C’était Tengoku, l’originel, qui était curieux de tester la résistance d’un clone de l’ombre par lui-même. En effet, sous son poing, il put sentir le clone disparaitre dans un nuage de fumée. Instantanément, il sentit la sensation d’avoir lui-même reçu ce coup, mais sans en hériter de la douleur.

« Intéressant… » Chuchota-t-il pour lui-même.

Il vint ensuite se placer aux côtés du Genin masqué. Il espérait que ce dernier ne lui en voudrait pas pour cette initiative envers son propre clone. Quoi qu’il en fût, Atorasu mit au grand jour son dernier plan pour cet apprentissage. Mettre la pression. Tout comme le bruit environnant la pression était une composante omniprésente lors d’un affrontement de Shinobis. Il fallait donc réussir à exécuter la technique quel que soit la situation. Ici, sous la menace. Si l’un des deux venait à échouer ce serait sa dernière chance et l’apprentissage se terminerait ici. Tengoku n’y croyait pas une seule seconde. Il n’en dit rien mais pour lui ce masque de méchant Sensei ne collait pas à Atorasu. En cas d’échec, il doutait fort que ce dernier les abandonne ici sans les aider pour aller vers la réussite. Néanmoins, possédant un esprit plus candide, la menace semblait faire son effet sur la mignonne Natsumi qu’ils avaient en face d’eux. Les yeux fermés, elle tenta de se concentrer. A quoi pouvait-elle bien penser pour réussir à créer sa propre bulle de tranquillité ? Tengoku ne pouvait s’empêcher de se demander si elle ne pensait pas à lui à ce moment.

Alors que la jeune femme se concentrait, avant de tenter son unique essai, Tengoku réalisait déjà dans sa tête la visualisation de ses clones. Il ne voulait plus perdre de temps et être sûr de réussir. Quelques secondes plus tard les deux garçons avaient non plus deux Natsumi en face d’eux mais bien quatre. Son clone précédent et ses deux nouveaux. Ces derniers étaient parfaitement réussis et personne n’aurait pu dire lesquelles étaient fausses. Autant de Natsumi… Tengoku ne put s’empêcher de penser comme ce serait bien agréable de n’en avoir autant rien que pour soi. Mais il ne fallait pas écarter ses pensées du sujet principal juste avant son passage. Il secoua sa tête comme pour chasser toute pensée inappropriée.

Sans préavis, et en restant à côté de Atorasu, Tengoku mit immédiatement ses mains à la perpendiculaire en faisant le signe de croix avec ses doigts. Il resta cette fois les yeux ouverts, les Natsumi se réjouissant devant lui et se félicitant elles-mêmes. Peu importait, cette fois il fallait faire la techniques dans de réelles conditions. Alors il imagina deux clones de lui devant ses yeux. Ils apparurent dans le décor, mais toujours dans sa tête. Aussi réel qu’il se demandait lui-même s’il n’avait pas déjà fait la technique. Le pouvoir de l’imagination. Il fit ensuite affluer le chakra en tentant de le faire circuler par ce petit contact entre ses doigts. Il se concentra dessus et visualisa son chakra comme un torrent d’eau essayant de passer à travers le petit trou d’un barrage. Il se concentra pour alimenter ce torrent. Il devint de plus en plus puissant jusqu’à atteindre son objectif : briser le barrage sous un flot d’eau surpuissant. Son chakra circula alors à toute vitesse dans son corps lui permettant ainsi de projeter son imagination dans la réalité. Et les clones étaient là, devant eux.

Il laissa tomber ses bras avec un petit sourire de fierté et de victoire aux coins des lèvres. Il se permit également d’adresser un regard et un sourire tout particulièrement affectif aux jeunes filles en face de lui pour les féliciter, il ne savait plus laquelle était la vraie, après tout.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 http://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones  Empty
Jeu 28 Mai 2020 - 16:41
Un sourire. Voilà ce qui s’était dessiné sur le visage de Natsumi, Tengoku et Atorasu. Un sentiment de fierté ébranlait les trois genins avec sûrement une sorte de béatitude pour le couple non officiel. Atorasu avait réussi à faire des heureux. Pour certaines personnes, le surpassement de soi a toujours été une sensation tumultueuse donnant naissance à une sorte d’euphorie envahissante, au point de plus pouvoir se contrôler durant l’espace de quelques secondes ; alors que son compagnon était dans la retenue, Natsumi et ses clones se jetèrent dans les bras de Tengoku au point de le faire tomber. Une scène qui se déroulait sous les yeux spectraux mais bienveillants du Jiongu qui ne dit rien cette fois-ci sur le comportement de son élève. D’un air intrigué, elle regarda Atorasu pour voir si cela ne le dérangeait pas et il fit un simple signe de la main suivit d’un “ non ” de la tête pour confirmer.

Une fois les émotions passées, que tous les clones disparurent et que les ventres gargouillaient, Il était l’heure pour les élèves de quittaient Atorasu qui redevenait des genin. Comme lui, et par ailleurs de potentielle coéquipier.

- Très bien. Bel entraînement. Dorénavant, cette technique est vôtre, vous pourrez l’oublier, la laisser tel quel ou bien même l’améliorer si cela vous chante. N’oubliez surtout pas de l’utiliser avec précaution, car votre Chakra s’usera rapidement avec ces (drôles de) clones. Le genin se confirma en faisant un signe de la tête. Les temps sont compliqués en ce moment, j’espère… Je pense… J’en suis sûr en fait, que cette technique vous servira dans presque la quasi-totalité de vos combats. De toute façon, je verrai sûrement lors d’une mission que nous ferons sûrement ensemble un de ces jours.

Le Ji-Ongu fit des adieux à ses élèves. Une proposition lui brûlait les lèvres, mais il ne dit rien. Les laissant tous les deux entre amoureux. Sur le chemin, comme à son habitude, des regards étaient portés sur le jaune. Cet entraînement fut mouvementé pour Atorasu, une certaine prise de conscience qui le rendait nostalgique sur quelques événements passés. Et ce masque, qui traduisait une sorte d’apathie, n’était pas là pour ça, mais plus pour cacher un physique qu’il n’assumait pas. Son stoïcisme n’est que le signe solaire du Ji-Ongu, contrairement aux lunaires qui est tout autre.

Bizarrement, le Kage Bushin était la première technique que sa mère lui avait apprise, et singulièrement il avait comme l’impression que c’était la seule réel chose qui lui restait d’elle.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 http://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu

[Apprentissage - PV Ji-ongu Atorasu & Kappa Tengoku] Ji-Ji et ses drôles de clones

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: