Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Mission B] Pas si indiscutables


Ven 18 Aoû 2017 - 19:45
Enfin, pensa aussitôt le moine. Le voyage entre Iwa et Kumo était sans doute l’un des plus longs de sa vie. Et pourtant, Sen’sei Ketten en avait vu des choses. A moins d’un kilomètre du village caché des Nuages, il se retourna vers ses deux Genins. Toujours souriant, il s’esclaffa.

« Alors, pas trop crevant, ha ! ha ! Bon, restez bien derrière moi. L’heure des choses sérieuses est arrivée, il va falloir assurer. »

Ketten avait fait des efforts pour que son langage soit un peu plus souple que celui qui lui était accoutumé en tant que Gardien. Et cela l’aidait à se familiariser avec ses deux coéquipiers. Plusieurs jours les séparaient de leur départ d’Iwa, et le simple fait d’être à portée de ce nouveau village sonnait déjà comme une victoire. Encore plus pour le moine.

Il marcha tranquillement. Forcément, lorsqu’on voyait son objectif directement, il était tout de suite plus facile de voyager jusqu’à ce dernier, si bien que toute notion de fatigue était oubliée. Le Jônin d’Iwa était tout simplement heureux. Mais il attendait le moment opportun pour être soulagé.

En voyant les gardes du village des Nuages, sans omettre l’hypothèse plus que probable qu’ils avaient vu le trio Iwajin depuis quelques temps, le moine repensa à sa mission, officialisée par Nagamasa Chôgen, affichée sur un tableau qu’il avait l’habitude de voir en tant que Jônin. Et dire que tout était parti de là…

« Bonjour, amis Kumojins. Nous sommes des émissaires du village caché d’Iwa. Nous venons vous demander une audience auprès de votre ou vos dirigeants. Nos intentions sont purement amicales, mais en cela mes deux collègues vous l’expliqueront mieux que moi… »

Quelque-chose clochait soudainement. Pourquoi l’homme le plus âgé et visiblement le plus expérimenté s’en remettait soudain à ses deux cadets ? Sen’sei Ketten regarda tour à tour Akihiko et Chiryou, et sourit si fort que ses rides fermaient ses yeux.

« Désolé mon enfant, s’adressa-t-il à la médecin. Mes talents ne sont pas si indiscutables. »

Le moine fit un pas en avant, et se mit soudain à genoux. Aussitôt qu’il plaça ses mains derrière sa nuque, sa voix doubla de volume.

« Je viens demander l’asile politique ! »

Spoiler:
 
Pour Kumo:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2574-sendai-ketten-la-vengeance-du-desert

Ven 18 Aoû 2017 - 21:59
L’arrivée aux portes de Kumo. Voilà, après plusieurs efforts, que cette course s’arrêtait enfin. Pour Akahiko, ce n’était pas trop tôt, certes, il était habitué aux entraînements intenses à cause de son père Akimoto. Pourtant, là, il devait bien reconnaître que ça faisait longtemps qu’il n’était pas essoufflé comme ça.

Il reprit assez vite consistance pour les premiers dialogues avec un nouveau village. De nouvelles possibilités allaient s’ouvrir et peut-être de nouveaux alliés. Derrière ces portes, Akahiko imaginait tellement de chose, mais rien ne l’avait préparé à ce qui allait suivre.
Leur sensei d’une mission s’était littéralement jeter aux pieds des Kumojins en implorant l’asile politique. Comment cela était possible ? Pourquoi ? Avait-il conscience que ça représentait une trahison à la vue de tous ? Bien entendu, il était peut-être vieux, mais pas sénile. Un silence s’installa pendant quelques secondes, il fallait réagir, mais qui ? Comment ?
Les jambes du jeune rouquin s’activèrent toutes seules et il se planta devant Ketten, face aux portes du village et des Kumojins.
Qu’est-ce qu’il foutait là ?

" Bien, il semblerait qu’un évènement fâcheux vient de se produire. Permettez-moi de reformuler. Je me présente, Borukan Akahiko, fils de notre chef de clan et membre de cette expédition pour vous rencontrer. Nous venons d’Iwa, un autre village caché. Notre mission est purement diplomatique.
Un cas bien particulier viens de se présenter à nous tous. En conséquence, pouvons-nous rencontrer votre ou vos dirigeants, je vous prie ? Que ce soit entre vos murs ou ici même, à votre guise.
Bien entendu, cette personne qui demande asile, reste constamment sous ma surveillance personnelle, le temps de mettre tout cela complètement au clair qui est quand même un acte de trahison envers nous. J’espère que vous ne verrez aucun subterfuge à ma demande.
"

Il se surprenait lui-même. Il s’imposait et s’appropriait la direction de cette équipe. Pendant tout ce monologue, il ne s’était pas défait de son sourire amical, la situation était suffisamment étrange comme ça, autant ne pas afficher une tête effrayante. Si son père était là, il serait sûrement fier de lui, ou du moins, il se plaisait à se le dire, cela l’aidait à lui donner du courage et maintenir la tête haute.
Comment Kumo allait réagir ? Cela s’annonçait intéressant comme premier contact, mais une chose inquiétait Akahiko. Il n’avait pas encore regardé sa sœur d’une mission pour voir son état, elle qui au départ vouait une confiance absolue en Ketten.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t711-borukan-akahiko-le-fils-termine#3703 http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939

Dim 20 Aoû 2017 - 14:27
Nous sommes arrivés, par chance il ne s'est rien produit de fâcheux sur le chemin si bien que notre mission principale va pouvoir commencer.

"Bien Ketten."

Je lui fais un large sourire, toujours aussi confiante face à un officier qui semble tout faire pour nous épargner, lui compris, le plus de difficultés possible. C'est ainsi sans le moindre doute que je m'avance avec lui tout en gardant deux pas de distances entre nous par politesse. Laissant montrer qu'il est plus important que moi et que les gardes, car il y en aura indiscutablement, s'adressent a lui immédiatement. Quelle ne fut pas ma surprise quand il explique que nous pourrons mieux exprimer notre mission plutôt que lui notre supérieur ? Je suis sceptique, mais reste silencieuse, observant le moine en essayant de comprendre où il veut en venir avec ses propos. Je ne m'attendais certainement pas à la suite qui me tombe dessus comme une bonne grosse baffe sur le coin de la figure.

L'asile politique ? Sérieusement ? Je reste immobile comme choquée, car je le suis tout simplement. Cette position, on pourrait croire que c'est un dangereux criminel ou une sorte de monstre... Je suis visiblement perturbé et contrairement à moi Akahiko réagit. Je l'écoute, mais mon esprit est plus ou moins ailleurs. J'essaye encore de comprendre, c'est comme si je m'attendais à sortir d'un songe ou même d'un genjutsu à tout moment... D'ailleurs si j'avais mieux étudier ce sujet j'aurais certainement appliqué immédiatement in kaï sur moi-même en espérant ne pas paraitre discourtoise face à nos futurs hôtes. Mais puisque c'est hors de mes capacités actuelles autant oublier.

Je ne sais pas trop quoi faire, je me sens évidement trahi, comme s'il m'avait pris le coeur au creux de sa main avant de le serrer de toutes ses forces, au bort du vomissement et gardant à peine contenance.

"Je..."

J'essaye de reprendre mes yeux, du coup je me mords la lèvre si fort qu'un léger filet de sang glisse le long de mon menton et salit le haut de ma tenue de voyage. J'applique dessus rapidement un mouchoir en tissus sorti d'une de mes poches et inspire profondément. Je me dirige vers le Borukan, il semble avoir pris implicitement le commandement de par ses paroles et je n'ai pas le coeur à le contredire, ni même l'envie ou le besoin en fait. J'observe notre ex... Le traitre avec un air déçu, retenant une larme de douleur à la fois morale et physique, parce que oui je me suis fait quand même asses mal en me mordant.

"Vous avez certainement vos raisons d'agir ainsi, mais cela ne concerne que vous... Nous restons des shinobi d'Iwa."

Et nous agirons en tant que tél. Je suis donc placée un pas derrière Akahiko, le regard bas et accusant encore le coup.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Dim 20 Aoû 2017 - 15:39
Et là, tous les gardes s’étaient mis à s’esclaffer. D’un seul coup. Sans attendre. Des gardes qui étaient en majorité des Metaru, d’ailleurs. Parmi cet important groupe de surveillance, je devais être le seul à ne pas me marrer de ce qui venait de se dérouler sous nos yeux. Déjà parce que la situation semblait plus grave que mes confrères ne le pensaient, mais ensuite parce que je n’étais pas du tout d’humeur. Je levai doucement ma main droite pour faire signe aux autres de se taire, ce qu’ils firent aussitôt. Puis je me mis à sonder le visage de chacun des iwajins qui me faisaient face. Si la volte-face du vioque m’avait fait pensé à un gros simulacre, les réactions de ceux qui semblaient être ses génins me faisaient comprendre que non… Surtout cette femme qui semblait accuser le coup. A moins que ce ne soit une grosse mascarade…

M’enfin bon…

- « Shuuhei, chef du clan Metaru et garant provisoire de la sécurité de Kumo, enchanté. »

J’eus un sourire. Pas moqueur. Pas railleur. Juste amical. Le tout était d’essayer de détendre cette atmosphère pesante qui s’était imposée à nous sans que nous n’ayons demandé quoique ce soit. En quelques secondes seulement, j’avais également pesé le pour et le contre. En supposant que nous n’avions pas affaire à un piège, Kumo pouvait être foutue dans la merde en fonction des décisions que j’allais prendre. Pour autant, je ne me voyais pas refouler ce vieillard. Qu’il fût honnête ou pas, je ne pouvais tout simplement pas l’ignorer. Situation compliquée que voilà. Néanmoins, je restai plus ou moins serein. J’aurai bien proposé une serviette à la petite blonde, mais il n’était pas dit qu’elle accepterait vu comment elle l’avait mauvaise. Plus les secondes passaient et plus on pouvait penser qu’il n’y avait rien de faux à tout ça…

Mais avec ce que Kumo avait vécu dernièrement, prudence est mère de sureté.

- « Kumo est une terre assez hospitalière. Notre politique d’immigration m’oblige donc à considérer la demande de cet homme. Je suis désolé Akahiko-san, mais je ne peux pas fermer les yeux sur cette requête. Ladite personne dont vous parlez sera placée sous notre protection et notre surveillance à compter de cet instant même. »

Sur ces paroles, les autres gardes voulurent bouger, mais je leur fis encore un signe de main pour qu’ils se calment. L’idée n’était pas de menacer ces jeunes personnes mais de leur faire comprendre dans le plus grand des calmes qu’ils n’avaient plus aucun droit sur cet Iwajin qu’il s’agisse de trahison ou non. Car c’est bien cela dont il était question. Une trahison. En apparence. Cela étant dit, il fallait aussi poursuivre sur ce qui amenait ces gens jusqu’ici : « Le lieu de rencontre dépendra du Raikage lui-même. De ce fait, j’aimerais savoir la raison précise de votre mission diplomatique qui sera ensuite transmise à notre dirigeant via l’un de ces gardes. Ce dernier reviendra avec sa réponse et nous nous exécuterons en fonction. » Alliance politique ? Commerciale ?

Je devais avouer que j’étais curieux sur le coup et pas qu’un peu…

Enfin… En espérant que notre position sur la demande du vioque n’allait pas tout faire capoter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Sam 26 Aoû 2017 - 21:09
Bien, il semblerait que son léger discours eût fait mouche, mais pas de la manière la plus souhaitable qui soit. Une fois passé les moqueries des gardes, une personne qui semblait avoir plus de deux chiffres à son quotient intellectuel avait pris la parole et s’était présenté comme le chef de ce groupe. Cependant, la réponse donnée par ce dernier était loin d’être satisfaisante. Akahiko ne pouvait pas se permettre de laisser une personne de son village, à fortiori un gradé, seul dans un village shinobi inconnu.
Sans se défaire de son sourire, il fit mine de réfléchir, puis appuya sa demande comme s’il était gêné, il devait utiliser tout son potentiel à se retenir pour ne pas brûler le traître directement.

" Voyons, je comprends votre position. Une personne d’apparence aussi âgée qui demande asile, vous vous devez de la recueillir et de la protéger. Cependant, j’espère aussi que vous concevrez que cela mettrait notre mission, mais aussi nos deux villages dans une posture indélicate. Après tout, nous ne vous connaissons pas bien, si ce n’est pas du tout. Ce serait malheureusement dommage de commencer nos rencontres sur ce type de conditions. Ce que je peux vous proposer en revanche, c’est un terrain d’entente. Admettons pour le moment que vous ayez pris en compte sa demande en attendant de la fixer en personne avec votre dirigeant, je ne peux pas le laisser seul, j’aimerais donc l’accompagner continuellement où qu’il aille pour le moment. Libre à vous de poster des gardes pour vous assurer que je ne lui ferais aucun mal, mais je ne peux pas risquer qu’un ancien membre de notre village soit seul au milieu d’un village shinobi inconnu et je suis certain que vous comprendrez la raison. Après tout, ne feriez-vous pas de même si les rôles étaient inversés ? "

Il espérait que ses paroles seraient entendues et non esquivées comme semblait le faire ce chef de clan. Maintenant venait aussi le cœur de la mission et il espérait que pour une fois, les gardes seraient tenir leurs chatouillements d’estomac.

" Pour notre venue diplomatique, il s’agit de faire un premier contact avec vous. Apprendre à vous connaître en espérant que cela soit la graine d’une future et durable collaboration. Nous venons aussi savoir si vous aviez essuyé des attaques pour le moins douteuse dernièrement. J’espère que votre Raikage entendra ceci et sera suffisamment intéressé pour accepter de nous recevoir. "

Il ne pouvait pas être plus honnête sur ses intentions de rencontre et les sujets à aborder. Il espérait que cela se verrait, et que les Kumojins se montreront plus raisonnable et non trop exigeants à l’avenir.
Après tout, ils étaient ici pour installer une bonne entente et une bonne relation entre deux villages shinobis. Où le porteront ses paroles, c’est ça qui risque d’être le plus amusant et Akahiko ne pouvait s’empêcher de voir cette tâche comme un défi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t711-borukan-akahiko-le-fils-termine#3703 http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939

Dim 27 Aoû 2017 - 20:52
J'attends, j'essaye de comprendre ce qui se passe, j'accuse le coup. J'ai du mal à suivre ce qui arrive et même si j'avais accès aux tenants et aux aboutissants je ne pense pas que je comprendrais. Akahiko cherche à rester avec Ketten, normal, c'est... C'était un de nos gradés, tellement d'informations qui pourraient filtrer. Pourquoi ?! Non... Je ne dois pas y penser, je suis une shinobi d'Iwa, la mission et l'aspect présent de celle-ci est bien plus importants. Je peux tout à fait comprendre qu'ils acceptent Ketten, c'est comme si le rôtis se jeté de lui-même dans l'assiette d'une famille au milieu d'une famine... L'information est le pouvoir, il vient se rendre, ils l'acceptent. Je ne sais pas trop quoi faire, peu importe ce qu'est censée être ma réaction, j'ai bien du mal à m'imaginer m'imposer à un autre village. Si j'appuie trop mon partenaire, on semblera insistant et cela pourrait être problématique pour nos rapports à venir avec eux.

J'ai mal...

Alors je ne fais rien, je me contente d'écouter, de rester derrière lui et d'attendre d'éventuelle instruction. Dans un groupe, surtout dans ce genre de situation chaotique, il y a des leaders naturels qui s'illustre et il y a ceux qui font au mieux pour les soutenir. On peut dire que je fais partie d'une sous catégorie de la seconde, je suis passive et ai besoin de temps pour me remettre sur mes pieds. Je n'ai rien de mieux à dire que l'héritier qui a déjà bien pris la parole, alors je reste silencieuse, retire le plus de sang possible de ma mimique précédente et me contente de me courber pour appuyer sa demande comme le fait un employé dans n'importe quel établissement.

Je laisse les grands parler...

J'ai réussi à éviter les réactions les plus aiguës que j'aurais pu avoir, certaines plus mélodramatique et dangereuse que d'autre. Maintenant que la demande d'asile est effective, si on l'attaque même sous le coup des émotions, alors ça serait une attaque envers Kumo. Respirer fort, garder un air professionnel, attendre... Même les plus terrible et délicate opérations médicales ne m'ont jamais éprouvé comme cet instant. Je n'ai rien à faire et même si j'avais une épiphanie, j'arriverai à tout gâcher vu mon état actuel. Ketten a trahi Iwa par ses actes, je suis en train de faire la même chose par incompétence...

J'ai échouée...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Mar 29 Aoû 2017 - 4:39
Le plaidoyer de l’héritier des Borukan se tenait. Avoir peur de perdre des informations était légitime d’où sa proposition plutôt sensée et extrêmement audacieuse. Je pouvais très bien la lui refuser si je partais du fait que c’était un stratagème mis en place par ces personnes pour pénétrer notre territoire, mais l’air presque pâle de la jeune femme me touchait énormément et me faisait presque flancher. Elle semblait plus que jamais affectée par ce retournement de situation inattendu. Avait-elle une relation spéciale avec ce vieillard pour réagir de la sorte ? Bonne question, même s’il fallait penser à autre chose. Les raisons pour lesquelles ces gens étaient venus jusqu’ici par exemple. Le sujet m’intriguait et j’étais également certain qu’il intéresserait notre raikage actuel. Aucun doute possible…

- « Kyôya ? Tu as tout entendu ? »

- « Oui, Shuuhei-sama. Je vais prévenir le Raikage de ce pas. »


Et tout de suite après, l’un de mes hommes disparut des environs. Sa tâche ? Tout raconter au Shodaime et revenir rapidement avec sa réponse. En attendant, je portai un regard au roux tout en reprenant la parole : « Votre requête sera soumise au Raikage et nous aurons une réponse d’ici cinq minutes maximum. » Là encore, j’aurai voulu proposer un abri à la blonde, mais j’eus l’impression qu’ils le prendraient pour un manque de respect. Une sensation bizarre, mais persistante qui m’obligeait même à garder ma bouche close. Le temps passa alors lentement. Pendant ces longues minutes d’attentes, j’avais contourné le roux pour inciter et aider le vieil homme à se tenir debout. Il ne servait à rien qu’il s’humilie davantage. Puis, au terme des cinq minutes, Kyôya finit par revenir avec la réponse.

- « Le Raikage veut bien vous recevoir à l’intérieur de nos terres et il autorise également que vous soyez en permanence aux côtés de l’exilé. Vous serez bien entendu sous étroite surveillance tout le long de votre séjour à Kumo. En attendant d’avoir plus de détails auprès de notre dirigeant, je vais vous escorter moi-même jusqu’à lui avec une équipe. Veuillez donc nous suivre… »

Qu’avais-je dis en me tournant vers le chemin qui mènerait au cœur même de notre cher village caché des nuages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 31 Aoû 2017 - 18:12
Akahiko souffla un bon coup. Il semblerait que cette fois on l’a un peu plus pris au sérieux concernant son affaire. Le blondinet en face de lui avait l’air d’être bien plus intelligent que les autres singes. C’est sûrement pour ça qu’il était le dirigeant de ces soldats et non simple chair à canon.
Quoi qu’il en soit ils attendirent le retour du messager dans un silence quasi-religieux, juste le bruit du vent et quelques signes de vie à l’intérieur du village venaient briser ce tableau.
Lorsque le messager décida enfin de repointer le bout de son nez, c’était avec d’excellentes nouvelles. Non seulement, Akahiko allait pouvoir rentrer dans Kumo pour rencontrer le Raikage en personne, mais en plus, il pouvait surveiller Ketten à sa guise et l’accompagner partout où il irait. C’était parfait, à croire qu’il avait une fibre diplomatique dont il ignorait l’existence.

Maintenant, il fallait aussi avertir Iwa, mais comme lui ne pouvait pas bouger d’ici, il se retourna naturellement vers Chiryou qui était dans un état lamentable, il s’avança vers elle et la prit contre lui, sa cape de voyage venant l’abriter des regards extérieurs. Il se mit à parler à voix basse et calmement, comme pour apaiser la jeune kunoichi.

" Bien Chiryou, je sais que c’est un peu cavalier de ma part, mais écoute moi. Ketten nous a trahis, c’est un fait, maintenant, je vais devoir le surveiller en plus de m’entretenir avec le Raikage. Ne t’inquiète pas, je veillerais personnellement à ce qu’il ne dise rien de compromettant. Quant à toi, je te confie une nouvelle mission. Tu vas devoir rentrer à Iwa et informer le village de ce qui vient de se passer. N’a confiance en personne à part Chôgen et mon père, Akimoto.

Tu es une excellente kunoichi, ne l’oublie pas. C’est normal d’être déstabilisée dans ce genre de moments, tu n’as rien à te reprocher, tu as toi aussi accomplis la mission en parvenant aux portes, tu as toi aussi initié un contact avec les kumojins, tu as toi aussi fait partie de l’équipe qui a accomplis cette mission. On fait un bon duo plutôt on dirait.
Maintenant repart vers Iwa et informe en directement Chôgen, mon père a confiance en lui, alors il a aussi ma confiance.

Maintenant, sèche tes larmes, prend sur toi et rappel toi que tu es un excellent élément pour le village en ta qualité de soigneuse.
"

Il lui ébouriffa les cheveux en lui adressant son plus grand sourire pour la rassurer. La tignasse enflammée se retourna ensuite vers Shûuei.

" Je ne peux pas laisser repartir ma sœur de mission seule, j’aimerais que l’un de tes gardes suffisamment compétent l’accompagne pour tout retraverser sans danger. "

Ce dernier accepta sa requête, ordonnant à l’un de ses hommes d’accompagner la jeune femme.
Il la regarda partir et quand elle disparut, il suivit le chef Metaru à l’intérieur de Kumo.
C’est ainsi qu’il s’est entretenu avec le Raikage pour se présenter lui, mais aussi le village d’Iwa. Il passa plusieurs jours dans Kumo à surveiller Ketten et les informations divulguées.
Sa mission était accomplie.
Mot de la fin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t711-borukan-akahiko-le-fils-termine#3703 http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939

[Mission B] Pas si indiscutables

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Arche Grise
Sauter vers: