Partagez | 

Un début de civilisation. | Feat Totsuka

Invité

Sam 10 Juin 2017 - 17:05
‹‹ Un objectif sans plan ?
Cela ne demeure qu'un simple souhait. ››

L'aube se levait paisiblement, comme à son habitude, et Zhaō était déjà présent sur cette aire d'entraînement. Il venait relayer les maîtres, qui s'entraînaient la nuit, afin de ne laisser aucun répit aux êtres artificiels constitués de bois. Comme chaque jour, depuis la création de ce village, c'est-à-dire depuis trois ans déjà, notre Kirijin salua les premières lueurs du jour. De même, il se présenta face à son adversaire quotidien. Zhaō était à la fois agacé de cette routine, mais chérissait cet endroit propice à ses besoins : celui de s'isoler. Ici, il pouvait parfaitement se rafraîchir les idées et oublier cette élection minable. Yaburu, le long bō de couleur obsidienne, approuva les pensées de son maître manieur, cependant le Yūzaken lui rappela qui il était réellement : un bâton noir qui faisait fuir les rayons du soleil à cause de sa coloration maudite. Or, en ce jour, Zhaō n'avait pas le temps de jouer avec son copain le mannequin, le shinobi attendait une visite particulière ; il allait briser sa routine qui durait depuis trois années. Pour se débarrasser, non plus de son ami, mais de ce parasite, le Kirijin commença par contracter ses ischio-jambiers. Ni vu ni connu, il décontracta ses muscles en bondissant vers sa cible. Littéralement en rase-motte, le shinobi braqua sa semelle gauche contre le sol afin d'y ancrer son talon. Il glissa sur quelques mètres, la distance parcourue était suffisante pour Zhaō ; il releva la pointe de ce même pied et s'orienta, d'un seul coup, sur sa gauche. Le pivot n'était plus que facile avec son talon. Évidemment, il ne fallait pas préciser que notre personnage envoya sa seconde jambe, pour l'instant pliée, vers l'abdomen du mannequin. Lors de son quart de tour, il releva légèrement son genou droit, pour qu'il soit situé au niveau de l'épaule gauche de son ennemi juré, puis déplia sa jambe. Désormais, ce n'était plus le thorax, mais le crâne qui était visé. Boum, Paf, Badaboum, il n'y a aucun besoin de préciser la suite : le pantin était trop lent pour esquiver le coup faiblard de Zhaō, la preuve : il n'avait pas bougé. Cet être artificiel, dès maintenant nommé traître, valsa dans une pente en contrebas, expulsé par le coup du Kirijin. Maintenant débarrassé de l'espion, le Yūzaken était en paix. Ni une ni deux, il cala son dos contre un tronc d'arbre afin de s'y adosser. Tout en croisant les bras, il adressa un doux murmure à Yaburu.
‹‹ Toi aussi... Tu le vois ? ›› Un petit sourire se dessina sur le visage de Zhaō. ‹‹ Effectivement, il est là. ›› lança-t-il subtilement à son arme.

Au passage, le soleil s'était levé depuis pas mal de temps. Il était venu assister au spectacle de Zhaō, comme d'habitude. Depuis trois ans, cet astre guettait passivement la routine du Shinobi. Aujourd'hui, sous sa stupéfaction, il venait de démolir son camarade d'entraînement. Après tout, les temps changent... Comme les shinobis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Sam 10 Juin 2017 - 19:32

Hmmh ... Putain de poulet, qu'est-c'qu'il vient beugler, y fait encore nuit. Laisse moi m'rendormir ou j't'étripe. Mais bordel, j'ai la dalle, j'fais quoi, j'me lève ? La flemme. J'veux bien tirer à la courte paille, mais vu qu'j'ai la trique matinale j'suis sûr de perdre. Bon allez, j'vais m'sortir les doigts du fion hein.

Chaque matin et ce même si j'ai la tête dans l'cul, débute ma séance d'entraînement quotidienne : 100 abos, 100 squats, 100 pompes et 10km de course ! Mais avant d'me crever l'cul, j'commence par me réveiller avec un bol de nouilles et un verre de saké. Ouais, bienv'nue dans mon monde.
Attends deux secondes, elles sont pas périmées ces nouilles à la crevette ? Si on dirait bien ! La poisse, j'suis mal si j'choppe la chiasse. Tiens d'ailleurs en parlant de nouilles périmées et de chiasse, ça m'fait penser à un truc hyper important, laisse moi réfléchir deux secondes. Nan j'trouve pas, bah, j'vais aller m'rafraîchir la mémoire au dojo.
Kiri, comme à son habitude en proie au brouillard, est accompagnée cette fois-ci d'une légère brise glaciale venant m'fouetter la gueule et accessoirement, soulever les jupes des donzelles, héhéhé ! Hmh, un peu d'sérieux, efface cette expression perverse sur ton visage Totsu. Déjà qu'j'ai pas l'air con en m'trimbalant systématiquement Hiramekarei dans l'dos. Forcément, une grosse masse louche enveloppée d'une blinde de bandages, ça a l'don d'attirer l’œil, le hic, c'est qu'j'ai horreur d'me faire dévisager.
« Oï, fils de pute, tu cherches les emmerdes ? T'as buggé sur ma gueule, j'te r'viens pas ? Allez
c'est ça dégage ou j'te déchire connard.
»
Puis deux secondes plus tard, quitte à entrer en contradiction avec ton comportement, lorsque t'aperçois un groupe de filles, soit toujours aimable.
« Mesdemoiselles bonjour ! Dites-moi, vous êtes très en beauté aujourd'hui, ça vous dirait d'boire un verre un d'ces quatre ? Vous savez j'habite au-dessus du réstau' ! »
Même si parfois, tu n'obtiens pas l'effet escompté et j'te l'accorde, ça fout carrément la mort. Mais jamais tu ne dois contrarier une femme, jamais. Tu t'écrases, même si ta fierté en prend un sacré coup, c'est ça, être un Homme !
« Non mais il s'est prit pour qui lui ? Espèce d'obsédé ! »

Aah le Dojo ! J'aime cet endroit, quand-bien même il est interdit par le règlement, d'exploser la tronche de ces mannequins de bois, c'est tellement jouissif putain ! Hé dis, c'est quoi c'raffut ? On dirait que quelqu'un est arrivé avant moi. Mais attends, c'est ce bon vieux ... !
Silencieusement, je saisissais le manche d'Hiramekarei et, dans un mouvement vif, balançait l'arme qui, à l'instar d'un Kunaï, la lame braquée vers l'avant éclatait sauvagement dans un fracas de bois et de métal le misérable mannequin d'entraînement.
« Tsch, ça se brise toujours comme du verre cette merde, t'es pas d'mon avis, Zhaō ? Héhéhé, ça fait une sacré paie l'ami ! Qu'est-c'que tu deviens ? »
D'un geste tout à fait amical, je lui tendais une poignée de main virile. Zhaō, j'l'ai jamais vraiment côtoyé, on a eu bossé ensembles dans un cadre purement professionnel, il y a des années de cela. Mais du peu qu'je sais d'lui, c'est un chic type. Va savoir, on pourrait bien d'venir potes, maintenant qu'le calme s'est installé à Kiri
« Attends mec j'ai ... AAAAAAH, AAAAAH, ATSCHVA ! »
Putain j'crois bien avoir choppé un rhume. Attends deux minutes, j'me souviens d'un truc, mais ouais c'est ça bordel !
« Navré Zhaō, j'avais complètement zappé notre Sparring d'ce matin, Ton nom m'est r'venu en pensant à des nouilles périmées et à d'la chiasse, me d'mande pas pourquoi, c'est une longue histoire ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Dim 11 Juin 2017 - 11:44
‹‹ Un objectif sans plan ?
Cela ne demeure qu'un simple souhait. ››

Un fin rictus se dessina sur le visage de Zhaō pendant qu'il zieutait les restes du pantin. Une fine lame venait de sectionner le mannequin sous son propre regard, cela provoqua un cliquetis plutôt dérangeant pour la fine ouïe du Kirijin. Heureusement, ce défaut fut vite palier par l'extase : cette matinée s'annonçait prometteuse aux yeux du Yūzaken. Pendant que l'auteur de cet acte déblatérait maintes et maintes questions, Zhaō l'observait et restait de marbre. Il ne bougeait pas d'un seul poil, même lorsque l'homme tenta de le saluer. Visiblement perdu dans ses pensés, le Kirijin ne réagissait tout simplement pas. Ōkunishinu... Ōnikushini... C'était quoi déjà son nom de famille de cinq syllabes..? Il venait d'éternuer, quant au Yūzaken, il renforça son regard en plissant légèrement les paupières. Mais, d'un seul coup, un vif éclair parcourut le subconscient du Kirijin : Ōkuninushi Totsuka, il s'appelait Ōkuninushi Totsuka.

‹‹ Nous parlerons pendant notre session d'entraînement. ›› annonça Zhaō en souriant. D'un seul coup, il venait de reprendre vie. Il plongea ses paumes dans les poches de son pantalon blanc en prolongeant son sourire. ‹‹ Quant à moi, je n'ai pas oublié la raison de ta venue. ›› Enchaîna le shinobi avec un léger ton de blagueur.

Désormais, trêve de plaisanterie. Le Yūzaken s'éloigna de son compagnon dans une démarche lente. Ensuite, il s'orienta face à lui ; une dizaine de mètres les séparait. Tout en ne lâchant pas Totsuka du regard, Zhaō formula un Tei avec sa paume droite. Il dirigea cette même main au niveau de son thorax. Le fin rictus présent sur le visage du Kirijin s'amplifia lorsqu'il prononça la demande de duel. ‹‹ Shinobi Kumite. ››
Une fois le signal envoyé, Zhaō restait immobile. Comme à son habitude, il ne prenait pas l'initiative du combat. À la place, il préféra contracter ses ischio-jambiers et légèrement plier ses genoux. L'expression faciale du Sabreur devint sérieuse, le shinobi ne lâchait pas son adversaire du regard. Dans un geste lent, il dirigea sa paume gauche vers le bas de son dos. Quant à son second bras, il restait ballant, plaqué contre son flanc droit. L'index droit de Zhaō effleurait une pochette rectangulaire accrochée à sa cuisse droite. Un anneau métallique se dégageait de l'ouverture de l'holster ; une arme de jet devait sûrement s'y trouver. Après quelques secondes, la main gauche du Kirijin était totalement camouflée par son corps. Celle-ci située dans son dos, il devait préparer un quelconque stratagème.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Dim 11 Juin 2017 - 20:04

Une atmosphère accablante à en couper le souffle commençait à s'installer dans les environs. Mon adversaire, Zhaō, n'était pour le coup, pas très bavard. Et pour cause, il avait entièrement raison ce con ! C'est une aubaine pour un Sabreur que de s'opposer à ses comparses. Juste histoire de comparer qui a la plus grosse généralement. Même si j't'avouerai n'avoir jamais pigé c'qu'il foutait dans le clan, lui qui n'arborait qu'un vulgaire bâton de bois dépourvu d'une quelconque lame. Mais quand bien-même, Zhaō, je peux le voir dans tes yeux, tu es un adversaire de taille. Reculant à pas de loup sur une bonne dizaine de mètres. Désarmé, afin de me faire saisir l'idée d'un duel au Taïjutsu, il témoignait d'une pause de combat prévenante, comme pour temporiser le début de l'affrontement. De prime abord, il souhaite clairement que je déclenche le combat. Toutefois, je n'ai que trop d'expérience pour saisir sa tactique. Petit fourbe, n'essaie pas d'me prendre au dépourvu, j'ai expressément aperçu ta main caresser l'anneau d'un Kunaï. Toutefois je peux l'affirmer avec concision, ce n'est qu'un leurre.
Le temps paraissait si long, pourtant, il ne s'était écoulé qu'une dizaine de secondes, tout au plus. Alors que mon adversaire s'était déjà placé en position défensive, orchestrant un stratagème rodé à des kilomètres, je suis resté impassible, stoïque, n'ayant effectué le moindre mouvement afin d'observer de fond en comble le comportement de mon opposant.
« Très bien, si tu veux jouer à ce petit jeu, il est l'heure de danser avec les loups ! »
D'un geste explosif je projetais deux Shuriken, l'un camouflé par l'autre, en sa direction. Faire mouche directement ne serait intéressant et indigne d'un Shinobi tel que Zhaō, s'il était incapable d'esquiver cette simple ruse, il ne serait méritant de son titre d’épéiste.
Dans le même temps, je me suis rué à vive allure dans l'une des cabane du Dojo, là où mon arme avait tantôt été projetée, Hiramekarei.
« Un entraînement ? Quel intérêt, c'que j'te propose, c'est un véritable combat ! »
Héhéhé, quelle extase, l'adrénaline de la guerre, ce frisson qui parcours l'intégralité de mon corps, c'est délirant !
Sans vraiment lui laisser le temps de réagir, j'entamais une ascension sauvage irréfrénable, à l'instar d'un Loup qui fond sur sa proie. D'une poigne de fer, j’agrippais les deux manches d'Hiramekarei afin de donner plus de poids à l'attaque, projetant la lame inactive, recouverte de bandages, dans un mouvement latéral droit, visant à lui broyer les côtes. Cette attaque d'une telle férocité ne saurait épargné sa défense s'il ne prenait pas rapidement des mesures défensives drastiques.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Dim 11 Juin 2017 - 22:28
‹‹ Un objectif sans plan ?
Cela ne demeure qu'un simple souhait. ››

Il ne te prend pas au sérieux... Il te sous-estime...? De douces paroles chatouillèrent les tympans de Zhaō. Celles-ci provenaient sûrement de Yaburu, son arme favorite. Un sentiment de haine se forgea sur le faciès du Kirijin ; il ne semblait pas apprécier les critiques proliférées par son arme. Un seul battement de cils, qu'un seul. Une arme de jet se dirigeait sur sa position. Pour l'instant, Zhaō ne bougeait pas ; il restait parfaitement de marbre. Il te pense aveugle...?
Un shinobi de ta pointure n'aurait pu distinguer son tour de passe-passe ? Réellement Zhaō ?
Cette voix continuait de résonner dans son subconscient. Le Sabreur plissa les yeux, il distingua son adversaire se diriger vers l'une des cabanes du Dojo. Il n'était plus présent dans le champ de vision du Yūzaken et vice-versa. M'enfin bref. Zhaō décontracta ses ischio-jambiers afin de s'expulser sur la droite. Il passa un court instant derrière un tronc d'arbre qui camoufla totalement sa silhouette. Yaburu... L'astuce, avec cette technique : Kage Shuriken no Jutsu, consiste à focaliser l'attention de l'adversaire sur le premier projectile pour qu'il ne distingue pas la course du second dans son sillage. Cette feinte est redoutable lorsque l'arme de jet est envoyée sur un angle mort... Face à face ? Inutile, complètement inutile. Le temps que Totsuka revenait sur le terrain, Zhaō était revenu à sa position initiale et mimait de ne pas avoir bougé. Les deux shurikens étaient plantés dans le sol, comme s'ils venaient d'êtres déviés.

Au passage, ce Totsuka revenait à l'assaut. Il fusait tel un Spartiate sur la position du Kirijin, armé de sa masse encombrante. Cette lourde masse l'encombre plus qu'elle ne l'arrange. M'enfin, un estoc frontal...? Il sait très bien que sa vitesse reste limitée avec ce poids supplémentaire. Il venait de foncer tête baissée sur Zhaō et venait, par la même occasion, d'entrer indirectement dans son piège. Le shinobi immobile releva simplement sa paume gauche fermée qui était camouflée par son dos depuis pas mal de temps. Le Yūzaken envoya son bras gauche vers le sol, derrière ses jambes. Un petit objet circulaire s'échappa de sa main et s'éclata contre le sol, à quelques centimètres derrière le shinobi. Il ne bougeait toujours pas alors qu'Hiramekarei se rapprochait dangereusement de ses côtes. Totalement confiant en ses capacités, il attendait le moment propice ; il arriva. De nombreux flash lumineux surgirent du dos de Zhaō, ceux-ci attaquèrent la vue de Totsuka dans le but de le priver de vision. Désormais, l'avantage était certain. Dos à la lumière aveuglante, Zhaō n'était affecté par celle-ci. Pour commencer, il se désaxa d'Hiramekarei afin d'esquiver l'estoc. Ensuite, il plia tout simplement son index droit en le glissant à l'intérieur de l'anneau métallique. Il hissa l'arme de jet hors de son holster en relevant son bras droit. La paume droite du shinobi se referma sur le manche rouge du kunai. Dans un mouvement brusque, celui-ci lança cette arme en direction du crâne de son adversaire. Aura-t-il le réflexe de bouger son crâne... ? J'espère pour lui. L'arme de jet, totalement camouflé dans le flash aveuglant, fut propulsé vers le front de Totsuka. Une légère étincelle s'échappa du manche rougeâtre durant le trajet. Lorsque le tir s'apprêtait à faire mouche, une détonation s'échappa du manche ; la couleur rouge provenait d'une note explosive enroulée sur l'arme. La petite déflagration s'empara de la position entière de son adversaire ; un panache de fumée noirâtre séparait désormais les deux opposants.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Lun 12 Juin 2017 - 2:38


Putain quel con, j'ai vraiment été négligent, ça j'te l'fais pas dire. Le résultat c'est que j'me r'trouve dans une situation bien merdique. Mais au fond, c'est pas plus mal, ça va permettre d'pimenter un p'tit peu ce combat ! Le prendre au dépourvu avec Hiramekarei n'était pas une mauvaise idée en soit, toutefois mon plan comportait moult failles, je n'y ai pas pensé plus tôt, cependant l'avoir perdu de vue ne serait-ce qu'une seconde lui aura permit d'organiser un plan plutôt bien ficelé. Éclater une Hikaridama en vue d'obstruer mon champ de vision afin d'esquiver vivement mon assaut latéral c'était fichtrement bien pensé. Toutefois dans ce cas de figure, il y avait une option à prendre en compte : L'inertie d'Hiramekarei. Certes, il avait été évité, en revanche, sa lame était doté d'une circonférence suffisamment large pour abriter, d'un réflexe soudain mes yeux, exposés à ce flash lumineux et ainsi, me permettre d'anticiper in-extremis une potentielle embuscade survenant de mes flancs. Lorsque soudain, un bruissement métallique retint, de front. Une arme de jet ? Un Shuriken, peut-être bien un Kunaï ? Quoi qu'il en soit, dans ma posture actuelle c'est mauvais signe ! Dans le cas échéant, la lame d'Hiramekarei brandit à plat pourrait bien me servir de bouclier factice. Le projectile adverse entrant en contact avec Hiramekarei eut pour effet d'engendrer une détonation résultant d'une déflagration. Un Kunaï explosif ? Et merde, quelle barbe ! Bien heureusement, la protection de mon arme effective, m'aura laissé un court instant de répit ; Une seule fraction de seconde afin de reculer instinctivement sur quelques mètres dans le but d'atténuer les dégâts causés par l'explosion. Pour autant, je ne m'en était pas sorti si indemne, écopant d'une légère contusion sur l'imposante stigmate recouvrant la moitié de mon faciès. Et maintenant ? Une opaque fumée noirâtre nous séparait initialement, alors que l'effet de son flash bomb venait de se dissiper.
« Oï, Zhaō tu m'entends ? Pas trop mal cette offensive, mais j'espère qu'tu sais qu'il m'en faudra plus que ça ! »
Dorénavant, le terrain était à son avantage et, d'une simple question de logique, cela m'étonnerait qu'il soit resté les bras ballants durant ce laps de temps. Si je l'attaque frontalement, passant outre le nuage de cendres, c'est une défaite certaine qui m'attend, quand-bien même, il a probablement utilisé un leurre, ce à quoi j'pense, c'est une technique de clonage assurément. Dans c'cas, j'vais l'prendre à son propre jeu.
D'un simple mudra, il était aisé de générer un clone d'ombre me ressemblant traits pour traits, c'était la tactique que j'avais décidé d'adopter, grâce à laquelle j'allais probablement pouvoir notamment le repérer et contre-attaquer. En ce moment même, il est sûrement en train de préparer un énième stratagème, je ne lui laisserai pas cette chance !
Promptement, mon Kage Bunshin sur lequel j'avais préalablement pris l'initiative de placer à mon tour, une note explosive au dos de ce dernier, pénétrait l'envahissant nuage cendré. Dans sa course, avant même d'avoir atteint l'extrémité de l'obstacle, il projetait Hiramekarei en avant. L'épée aux capacités spéciale dénudée de ses bandages tournoyait à l'instar d'un Shuriken, se dégageant brusquement de l’omniprésente zone enfumée. Fatalement, si Zhaō n'avait pas bougé d'un poil, Hiramekarei l’empalerai, même si cela m'étonnerait fortement. Quelques secondes plus tard, mon clone venait de traverser ce putain de brouillard opaque, si Zhaō se situait dans sa ligne de mire, il lui enverrait, selon mes directives un Kunaï explosif. C'est ce qu'on appelle un retour à l'envoyeur, connard. Par ailleurs, même s'il neutralisait mon Clone, il l'aurait dans l'os,
sachant qu'il n'y avait plus la moindre trace de ma véritable présence corporelle sur le terrain.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Lun 12 Juin 2017 - 13:28
‹‹ Un objectif sans plan ?
Cela ne demeure qu'un simple souhait. ››

Totsuka venait de se protéger. Par la même occasion, il venait de prononcer quelques mots. Était-il dans une certaine position délicate et cherchait à se rassurer ? Concernant Zhaō, il restait totalement muet. Écoute-le... Il a dit qu'il en faudra plus que cela... Le shinobi plissa les yeux un court instant dans cette fumée. Pour cette fois, le Yūzaken négligea l'invitation de Yaburu. Il préférait continuer à tester ce shinobi, voir s'il était réellement une pointure de Kiri. M'enfin, pendant que Zhaō se querella intérieurement avec Yaburu, Totsuka ne s'était pas ménagé. Quoi qu'il venait de faire, la fumée se scinda d'un seul coup en deux. Le sabreur adverse venait d'utiliser sa masse comme une arme de jet... Éclaire de génie ou acte idiot ? Zhaō opta pour l'acte d'idiotie. Hiramekarei traversa la silhouette de Zhaō et continua tout simplement sa route. L'arme venait de toucher un simple Bunshin ; un clone immatériel. Après l'épée vint Totsuka armé d'un kunai munis d'une Kibaku Fuda. Sans surprise, il l'envoya directement sur la silhouette immatérielle du Yūzaken. Lors de la détonation de la note explosive, le Bunshin s'estompa.

À quelques mètres de là, sur une flaque d'eau de plusieurs mètres, Zhaō restait de marbre. Il observait du coin de l'œil le second panache de fumée qui venait de se former. La feinte de son Bunshin no Jutsu avait marché. Les bras croisés, le Sabreur balaya le terrain avec son regard. Il attendait patiemment l'arrivée de son adversaire. Désormais désarmé de sa masse, ton adversaire est désavantagé. Le Yūzaken plissa les yeux, légèrement agacé. Yaburu. Penses-tu réellement que, si un jour, nous serons séparés, je deviendrai un simple punching ball dans l'incapacité de me défendre ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Lun 12 Juin 2017 - 15:32


Un simple Bunshin, comme j'te l'avais dis, c'était prévisible. Hiramekarei venait de trancher son Clone sans préavis, s'emboîtant par la même occasion sur un tronc d'arbre, non loin de cette copie immatérielle, maintenant neutralisée. Le vrai Zhaō, lui inébranlable, analysait la scène, posé sur un point d'eau. Hm, j'ai pigé, il veut passer aux choses sérieuses, hein ? Qu'il en soit ainsi, en revanche, ce qu'il n'avait sûrement pas pigé, c'était l'existence d'un Bunshin remplaçant ma présence sur le terrain, mais également le Henge no Jutsu qui m'avait permis de me métamorphoser dans la forme d'Hiramekarei. Une dizaine de mètres seulement, c'est la distance qui nous séparait désormais. Mon Bunshin, incapable d’émettre le moindre son, se contentait de le fixer impassiblement avant de lancer au sol une bombe fumigène, ayant pour but de nous camoufler. Cette fois-ci je n'ferai pas la même connerie ! Pour une seconde fois, Hiramekarei scindait l'écran de fumée générée par le fumigène. Et, alors qu'il rejoignait finalement la position de Zhaō, révélait sa véritable forme : Ma propre silhouette, armée d'un Fûma Shuriken envoyé avec vélocité à même la gorge de mon adversaire.

Profitant du ramdam orchestré par mon Bunshin, créant une distraction ainsi qu'une ouverture béante dans la garde de Zhaō, je m’élançais de vive allure à nouveau en sa direction. Son pouvoir dorénavant activé, un halo de Chakra commençait à recouvrir Hiramekarei, jusqu'à l'immerger complètement. L'embuscade de mon clone portait une attaque de par les air, encombrant son flanc droit. Dans mon cas, je m’apprêtais à lui asséner le coup de grâce profitant de la faiblesse de son flanc gauche. Ce combat touche à sa fin, Yūzaken Zhaō !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Lun 12 Juin 2017 - 23:52
‹‹ Tu viens de refermer ton livre,
cette fin venait de se dérouler. ››

Zhaō faisait le malin, mais était actuellement dans une position délicate. Totalement à découvert sur sa flaque d'eau, son dernier stratagème n'allait pas fonctionner. Tout comme cette sensation d’oppression accompagnée d'une douleur située au centre de sa poitrine qui durait déjà de quelques minutes. Ce combat venait de prendre une tournure que le Sabreur n'appréciait pas. Le Yūzaken distingua parfaitement cette fumée violette se développer. À l'affût, il mima une nouvelle fois cette garde qu'il adorait tant ; les ischio-jambiers légèrement pliés et contractés. Comme convenu, une offensive lui était destinée. La fumée opaque se scinda en deux, cette énorme masse fusait sur la position de Zhaō telle une arme de jet. Comme à son habitude, le shinobi attendait une seconde précise pour esquiver. Le regard braqué sur Hiramekarei, il patientait comme il savait si bien le faire. Au fil du temps, ou plutôt de ses secondes, plusieurs étourdissements saccagèrent ses cinq sens. Légèrement perdu, le Sabreur plissa les yeux sous le combo réalisé par Totsuka. Il venait d'apparaître à la place de son arme, accompagné d'un shuriken fuma. Cette technique de transformation, le Yūzaken la connaissait parfaitement. Grâce à ses réflexes aiguisés, un simple bond hors de l'axe de cette attaque aurait été suffisant.

Dans le feu de l'action, il était prêt. Zhaō décontracta ses ischio-jambiers afin d'esquiver le premier assaut... Si seulement c'était si facile que cela. La douleur présente dans sa poitrine venait de s'étendre au-delà de son abdomen ; elle se propageait à ses épaules, ses bras, son dos puis jusqu'aux jambes. Totalement raidit par cette douleur, le Yūzaken était dans l'incapacité de se bouger. Les muscles totalement contractés, il tentait désespérément de bouger. Sur l'instant, le Sabreur désirait de se mouvoir, cependant ses capacités motrices en décidèrent autrement. Le shuriken fuma approchait dangereusement de la gorge de Zhaō. Allait-il réellement être touché par cette attaque si banale...? L'expression faciale du shinobi succomba à la haine développée il y a peu. Dans un mouvement salvateur, le Sabreur plaça ses bras en forme de X devant son visage. Le moment fatidique était proche, tellement proche qu'il venait de se réaliser : l'arme de jet charcuta les membres supérieurs du shinobi. Une giclée de sang voltigea dans les airs, une pale du fuma venait d'empaler ses deux bras et s'était surtout logée dans son épaule gauche. L'entraînement devait se terminer sur cette action, il s'engageait sur une mauvaise voie digne des combats à mort. Malheureusement pour lui, les assauts du môme continuèrent. Sous le joug de cette divinité, les douleurs à sa poitrine augmentèrent. Incapable de tenir debout, le Yūzaken déposa son genou gauche au sol. Dans un même temps, il releva son regard empli de curiosité envers Totsuka qui ne devait comprendre ce qu'il venait de se passer.

Les prunelles de Zhaō distinguèrent cet halo de chakra d'une couleur bleuâtre. Un seul clignement des cils de la part du Sabreur en difficulté suffit à Totsuka de parcourir la dizaine de mètres. Face à face, le Yūzaken observait son comparse droit dans les yeux. Il savait très bien que cette attaque était non seulement létale, mais qu'il était dans l'incapacité de l'esquiver. Le Kirijin voulait bien tenter de bloquer cette attaque. La totalité de ses muscles contractés, il ne pouvait même plus tenir debout ; il s'écroula irréfutablement sur l'assaut de son adversaire. Une quantité astronomique de sang remonta son système ventilatoire. Désormais écroulé sur le sol et face contre terre, le shinobi cracha une bonne dose de plasma. Totalement désorienté, Zhaō tenta, tant bien que de mal, de relever sa paume gauche totalement ensanglantée. Un fin sourire se dessina sur son faciès lorsqu'il déposa ses prunelles sur le visage de Totsuka. Les paupières du Yūzaken tombèrent lourdement, la vue du shinobi commença à devenir noir. Ses muscles commencèrent à se relâcher, tout comme cette douleur à la poitrine qui s'échappait petit à petit. Depuis pas mal de jours Zhaō était fatigué et cette perte d'énergie, il la ressentait ; elle consommait littéralement son corps. Complètement perdu dans ses pensées, il adressa un dernier regard à cette divinité qui l'avait maudit pendant son enfance. Finalement, le Yūzaken méprisa cette entité spectrale jusque dans les bras de la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Mar 13 Juin 2017 - 1:38

Je venais de stopper net l'élan d'Hiramekarei déjà tachetée de sang, si l'offensive avait été portée jusqu'au bout, la tête inerte de mon adversaire aurait valdingué inutilement. Ce combat était terminé, et venait de s'achever d'une manière pour le moins étrange et expéditive par la même occasion. Une crise cardiaque ? Probablement, je n'suis pas médecin légiste, toutefois il m'avait été aisé de lire la douleur que renvoyait son faciès, les pupilles vitreuses. Rapidement, son corps s'écroulait sous le poids de la douleur, alors qu'il crachait une imposante gerbe de sang. Il respirait encore, fébrilement tout du moins, hélas, je ne pouvais rien faire d'autre que de l'accompagner vers une mort indolore. Accroupi à sa hauteur, je restais figé, ancré dans ce regard vide, mais semblerait-il apaisé. Cette succession d'événements, n'était-ce réellement qu'une banale coïncidence ? Cherchait-il le répit, mourir des mains de l'un de ses congénères ? C'est ironique, il y a quelques instants, avant le début de cette entrevue, pour la première fois, j'y ai perçu un potentiel ami sincère, deux Sabreurs aux desseins identique : Celui de parcourir le monte à la recherche de liberté. Visiblement, le concept de liberté est interprétée par diverses façon. Là où lui, l'aura trouvé dans la mort. Ses yeux commençaient à s'éteindre, tandis qu'il m'adressait un léger sourire, me remerciait-il de l'avoir libéré de ses démons ? Je suis navré, Yūzaken Zhaō, navré et peiné de constater que ton décès fut misérable même dans tes derniers instants, indigne de ta personne. Officiellement, ton agonie ne bouleversera en rien ce monde, néanmoins, je porterai ce lourd fardeau que représente ton trépas. Tout c'que je peux faire, quand bien même je n'y crois pas une seule seconde, c'est te fabriquer une tombe, un havre de paix où, finalement, tu y trouveras le repos éternel ou quelque chose dans l'genre. Les divinités existent-elles vraiment ? Il n'en est rien, ne m'faites pas gober ces hérésies à la con.
Yūzaken Zhaō reposait dorénavant sous une motte de terre, sur lequel était planté son Bô, cette arme qu'il semblait chérir et détester en même temps. Il était temps pour moi de m'arracher de cet endroit. Mazette, j'm'en souviendrai d'ce Dojo.
« Putain, beaucoup trop de sang a été versé inutilement aujourd'hui. Je saurai honorer ton trépas, même si j't'avouerai qu'il n'y a pas plus con que la mort. Mes adieux, Zhaō. Si on me demande ce qu'il s'est passé, je les redirigerai en cet endroit funeste. »
En plein milieu de la cours du Dojo trônait son tombeau de pierres, l'une surplombait les autres, il y était gravé mots pour mots Yūzaken Zhaō, 25 ans, Sabreur émérite de Kiri, décédé d'une crise cardiaque suite à son humiliation.
Revenir en haut Aller en bas

Un début de civilisation. | Feat Totsuka

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: