Partagez | 

[L'Okonomiyaki Yoka] Un excellent Okonomiyaki, ça faisait longtemps [LIBRE]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Dim 20 Aoû 2017 - 19:52
Vu tout le temps que j'ai passé ces derniers temps à m'entraîner, apprendre tout sur mon clan et mes obligations de Genin, je n'avais plus pris le temps de réellement déguster un repas. Je ne comptais plus le nombre de jours que j'avais passé sans manger dans un beau et bon commerce, mais ça ne me ressemblait pas. Malgré mon côté étrange et assez sérieux, je reste un jeune homme aimant manger sans cuisiner, je suis également assez gourmand. J'étais sous ma douche quand je pensais à ça, j'étais en repos aujourd'hui, ce qui m'a motiver à accélérer la cadence pour aller manger dans une certaine échoppe. Une fois essuyé et habillé, je sors de chez moi et du quartier résidentiel pour me diriger au coeur des commerçants.

Aujourd'hui, ma cible était une petite échoppe du nom de "L'Okonomiyaki Yoka", ils s'y servaient les meilleurs Okonomiyaki du pays et j'adorais ça. Une fois arrivé, je demande une table pour une seule personne et attends que la serveuse prenne ma commande. Heureusement pour moi, le clan Hyûga est très important et nous sommes loin de manquer d'argent, je pouvais réellement me faire plaisir aujourd'hui. Avant que la serveuse s'approche de moi, je me mets accroupi et regarde les ingrédients disponibles. J'étais en pleine hésitation, je les voulais tous, mais cela gâcherait le goût. Alors, j'avais pris la décision de commencer par disqualifier ceux que j'aime le moins, ensuite j'ai sélectionné dans un coin de ma tête mes deux favoris. Une fois tout un combat mental et que j'entende la serveuse répéter une deuxième fois commande, je tourne mon regard violet blanchâtre vers la jeune femme et lui sourit. "Bonjour, je vais vous prendre un Okonomiyaki au porc, a la crevette, du fromage et un oeuf s'il vous plaît." Elle note tout sur un carnet avant de me sourire et repartir. Je m'assois correctement en voyant le regard de certains tournés vers moi. Non pas que j'avais honte, mais disons que nous étions en société, dans une échoppe assez réputée, je devais bien me tenir.

C'est au bout de plusieurs longues minutes que la serveuse revient avant ma commande. Cette odeur, cette fumée et cette magnifique assiette remplie me donnait l'eau à la bouche. Avant que la serveuse de reparte je lui demande gentiment si elle peut me ramener du saké, aujourd'hui je voulais fêter mon repos. Non pas que je déteste apprendre, bien au contraire, mais au bout d'un certain temps ça fait du bien de se relâcher. Je renifle doucement le plat avant de commencer à le déguster.


Dernière édition par Hyûga Takashi le Sam 26 Aoû 2017 - 0:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Ven 25 Aoû 2017 - 14:35
Il était rentré depuis peu entre les murs de la grande cité commerciale et ninja du Pays de la Terre et à défaut de digérer sa défaite un repas convenable ne serait pas de refus et bien plus facile à assimiler. Peut être était-ce sa façon de noyer cette forme de chagrin qui le rongeait et il prit donc la décision après une nuit sans sommeil qui avait laissé des cernes bien visibles sur son faciès de se diriger vers l'Okonomiyaki Yoka, enceinte réputée pour sa cuisine traditionnelle.

Après s'être rapidement rincé sous une douche brûlante qui l'aiderait à affronter le froid mordant de l'hiver, il laissa pour une fois ses deux lames sur leur promontoire de bois tandis qu'une avait rejoint sa collection, attachée par la garde à un mur à la vue de tous. Personne ne venait sans son consentement dans son habitation, qui pouvait bien voir la seule preuve de son méfait ?

Au cas où toutefois, l'arme était fixée à une paroi rotative et d'un mouvement, le dos de celle-ci venait à apparaître ne montrant qu'un vulgaire pan boisé de ce mur. C'est dans ce dernier qu'il cachait documents secrets et autres choses qui ne le concernait que lui, comme de vieux souvenirs dont il était le seul à connaître la signification...

Claquant la porte de la bâtisse après s'être vétu d'un long kimono noir pourvu de l'armoirie Nagamasa au centre de son dos, il se sentait presque nu sans ses armes mais au moins il n'aurait pas la tentation de s'en servir sur un quidam récalcitrant, ce qui lui avait déjà coûté assez cher récemment.

Bientôt il arriva à la devanture peinte et jeta un coup d'oeil au menu exposé avant de pénétrer dans l'endroit déjà peuplé de monde venu déguster leurs créations. Bien que le commerce gustatif fut assez étriqué, cela n'empêchait pas les connaisseurs d'éviter les pièges à touristes pour le charme bienséant du troquet.

Il s'installa au comptoir fait de bois, posant les genoux en seiza le long de ce dernier sur un petit coussin brodé sans faire de plis à sa tenue, jetant un coup d’œil à ses deux voisins sur ses côtés. L'un d'eux venait d'être servi et allait visiblement se mettre à table. Ses deux yeux ne révélaient aucune pupille, il était sûrement du clan à l’œil blanc, personnes qu'il avait put côtoyées depuis son arrivée à Iwagakure. Celui-ci ne devait pas être très haut gradé puisque son visage ne lui disait rien bien qu'il soit du même âge que lui ou peux-être même plus vieux.

« Ohayô, pour moi ce sera bœuf, mochi, tenkasu et aonori. » Plus cérémonieux et poli que d'habitude, ce qui ne collait pas trop au personnage d'ordinaire, il était si plongé dans ses pensées qu'il en oubliait d'être, l'image réverbéré par sa prose et son paraître n'étant que celle générique qu'on attendait d'un homme de son âge.

Sur la grande plaque rectangulaire en pierre chauffée le cuisiner se mit à créer le plat de Kôga via le simple support d’œufs battus en omelette au couteau. L'Okonomiyaki était une façon de manger avant un plat en soit, ce dernier cuit et monté devant les yeux des clients ébahis, bien qu'il dérogea à la règle, le regard dans le vague. Une fois fini, le plat lui fut servi avec un accompagnement de katsuobushi, la chaleur faisant vibrer les aliments et justifiant leur dénomination. Attrapant une paire de baguette, il mit par mégarde un coup de coude peu puissant qui mit la tête de son voisin de gauche dans son plat. Soupirant de son étourderie sans pour autant s'excuser, il se mit à manger en silence, sans même écouter les dires de l'homme qu'il avait touché -si Takashi avait parlé. Comme d'habitude, les saveurs surent le sustenter et il ne se fit pas prier malgré son état émotionnel pour vider peu à peu son assiette du contenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Ven 25 Aoû 2017 - 15:36
Huǒ venait de rentrer d'un petit voyage de rien du tout en dehors des murs d'Iwa pour aller à une montagne à côté, montagne abritant un simple temple. Il se rendait quelques fois dans cet endroit pour y prier quelques heures avant de retourner dans l'enceinte d'Iwa, comme il venait de le faire à l'instant. Il rentrait chez lui, une simple maison pour une personne dans le quartier résidentiel, pour y déposer ses affaires et ses habits sales et poussiéreux à force de marcher pour aller prendre une simple douche chaude. La douche chaude était vraiment un don du ciel à ce moment, vu le froid mordant qui assaillait les os si quelqu'un n'étais pas habillé assez chaudement.

Finalement, une fois la douche finie et des habits simple malgré une veste ample qu'il portait sur lui, il sortait dehors pour s'acheter à manger, ou plus précisément aller dans un restaurant. C'est sûr que c'était plus pratique et mieux de se faire servir que de se faire à manger soi-même, c'était un petit plaisir quand il ne voulait vraiment pas cuisiner, peu importe si c'était un plat simple comme des pâtes ou quelque chose de bien plus compliqué.

Avec sa démarche arrogante il marchait dans les rues; mains dans le dos, le corps droit, un léger sourire sur le visage et le menton légèrement relevé en l'air. Malgré tout, l'arrogance qu'il dégageait ne semblait pas forcée mais plus comme faisant partie de lui-même, comme si elle avait toujours était là.

Il arrivait au quartier commerçant après quelques minutes de marche, se demandant dans quel restaurant il allait aller pour manger, et en voyant les panneaux sur les échoppes il décidait finalement d'entrer dans "L'Okonomiyaki Yoka". Regardant d'un coup d'œil bref le menu le menu exposé pour entrer complètement, regardant autour de lui à l'intérieur. Finalement, il décidait d'aller s'installer au comptoir quand quelqu'un venait de commander, s'asseyant à côté de lui mais laissant une place entre les deux. Après qu'il avait commandé, c'était à son tour.

-Deux plats d'Okonomiyaki au porc, deux assiettes de bœufs et des ramens avec du porc et un œuf dedans.

Il fallait se l'avouer, mais son appétit était vraiment costaud, ne prêtant presque pas attention aux plats qui étaient fait, il attendait juste patiemment. Et quand la personne arrivée avant lui fut servie, c'était au tour d'une autre personne d'arriver et de s'installer entre les deux, ne le regardant lui aussi que brièvement avec son sourire habituel qui paraissait moqueur. Finalement, son plat arrivait et il commençait à manger calmement et lentement avec des baguettes qu'il avait attrapé. Mais il fut interrompit par un bruit sur sa gauche, relevant la tête pour regarder calmement, il ne put s'empêcher de laisser un simple "Hm !" avec ses narines quand il vu la personne avec la tête dans le plat, partant sur un léger rire en secouant la tête pour retourner manger son plat. Certes il ne savait pas ce qu'il s'était passé ou pourquoi cet homme appréciait manger avec sa tête dans le plat, mais il ne pouvait pas s'empêcher d'envoyer un léger pic avec sa tête dans le plat.

-C'est une nouvelle mode de manger avec la tête dans son plat ?


Finalement, après cette pic, il ne lui fallait que quelques secondes pour sentir son nez lui démanger, relevant légèrement la tête. Il tenait ses baguettes entièrement avec sa main droite finalement, se grattant le nez avec sa main gauche, et finalement ..

-Ah .. Ah .. AH TCHOUM !

.. en s'étant tourné vers sa gauche sans faire exprès, par réflexe, laissant ses germes tomber sur le repas qu'avait commandé la personne à sa gauche. Hochant juste la tête, il se contentait de ça pour présenter ses excuses et continuer à manger dans le plus grand des calmes.

_________________

“People should either be caressed or crushed. If you do them minor damage they will get their revenge; but if you cripple them there is nothing they can do. If you need to injure someone, do it in such a way that you do not have to fear their vengeance.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t941-feng-xiaohuo-terminee

Ven 25 Aoû 2017 - 16:23
Comme le karma était une bête imprévisible, comme il se permettait de se venger de l'action ayant pris place quelques secondes auparavant de ses crocs hasardeux. Alors que l'homme à la longue chevelure châtain se moquait du sort que le Hyûga avait subi, il punit sans le savoir son instigateur d'un éternuement gras qui fit tomber des résidus dans le plat que Kôga avait bientôt terminé. Bien heureusement pour lui et le garçon qui s'ébroua d'un spasme contaminateur, il remarqua cela. Que lui serait-il arrivé si c'est son sens du goût et sa vue qui l'avait prévenu de son méfait ?

Mieux valait ignorer ceci, car bien qu'il soit perturbé par les récents événements, il restait Nagamasa Kôga, pourvu d'un tempérament qui ferait pâlir le Cerbère lui-même. Haussant un sourcil de dédain devant si peu de manières, faisant bien comprendre à l'homme vers qui il s'était tourné ô combien il le trouvait répugnant et peu capable, mettre sa main ou l'intérieur de son coude devant sa bouche en société étant un minimum dont lui-même était conscient, ce même Kôga qui méprisait la bienséance et ses codes adressa ensuite quelques mots au cuisinier pendant qu'il hochait la tête.

« Remettez-moi la même chose sur le compte de ce konoyarô qui a salopé mon assiette si vous voulez bien. » Pointant après avoir croisé le regard de l'employé le Feng du coin de l'oeil, il croisa les doigts de ses deux mains les deux tranchants de celles-ci sur le bord du comptoir et en profita pour commander de quoi se rincer le gosier. Bien qu'en service puisque le métier de shinobi l'obligeait à se rendre disponible à n'importe quelle heure du jour et de la nuit vu son grade et ses responsabilités, sa ténacité naturelle lui permettait de tenir une dose d'alcool qui aurait endormi le plus vaillant des pilliers de bar. Il buvait pour la saveur et non pour l'ivresse, bien que se mettre le crâne en accordéon aurait pu l'aider à oublier, ce qu'il ne tenait pas. Kôga devait endurer, ce serait sa façon d'expier ses fautes, chose dont il ne se croyait jusque là pas capable, sa conscience toujours bien cachée.

Une fois la petite bouteille estampillée d'un kanji, il se servit un verre qu'il sirota sans bruit, un peu dérangé par les mâchouillages de ses voisins, l'appétit toujours vorace n'ayant pas été comblé. Au moins, son deuxième plat serait à l'oeil, bien qu'il en commanderait ensuite encore un autre. Il ne mangeait pas souvent en ville à cause de son rythme de vie spartiate et ses tendances à la misanthropie alors c'était l'occasion rêvée de profiter des talents d'un autre cuisinier, les siens se résumant à faire cuire de la viande ou du poisson.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Ven 25 Aoû 2017 - 16:56
Je mangeais tranquillement mon plat avec mes baguettes sans vraiment trop réfléchir. Ce n'est pas forcément plaisant de manger tout seul, mais je n'avais pas vraiment le choix pour cette fois, toutes mes connaissances étaient déjà prises autre part. Un homme vint s'asseoir sur ma droite, laissant libre la place entre nous deux. Je n'y porte pas plus d'intention, même si au vu de sa commande, cet homme semblait avoir faim. Au moment où une Kreveta, coincée entre mes baguettes, arrivait au bord de mes lèvres, un autre homme rentra dans le restaurant. Je ne l'avais encore jamais vue jusqu'à maintenant, mais il semblait dégager une certaine puissance. Pour sûr, c'était un shinobi, mais de quel rang et surtout de quel grade ?

Quand il finit par s'asseoir entre moi et l'autre garçon, je remarque un logo sur son kimono. Je l'avais déjà vu quelque part, mais je n'arrivais pas à me souvenir d'où. Je finis de mâcher ma crevette tout en reposant mes baguettes et je me suis mis à réfléchir à cet emblème. Ce n'était pas un des trois clans principaux du village, sinon je m'en souviendrais parfaitement, mais pourtant il me semblait quand même relativement important. Peut-être que je rêvais et le confondais avec autre chose ? J'étais un peu perdu, mais cette histoire allait me perturber tant que je ne l'avais pas résolue. J'étais tellement en train de penser à cette chose, que je ne prêtais plus aucune attention à ce qu'il se passait dans l'échoppe. Hum, ça y est ! Je me suis dit avant de sentir un coup de coude contre mon crâne qui l'envoya directement dans mon assiette. J'avais maintenant ma tête contre le comptoir et mon index dans les airs, car j'avais trouvé la réponse à ma question.

C'est à ce moment que je me suis remis à écouter et m'intéresser à ce qu'il se passe et c'est quand le premier homme à être rentré après moi dans l'échoppe fit une remarque sur ma façon de manger. Je relève la tête pour le voir éternuer sans aucune honte dans l'assiette de mon agresseur. Je n'ai pas pu m'empêcher de rigoler, mais par contre, j'avais réussi à ne pas en rajouter avec un "bien fait pour toi". Je finis par reprendre mes mauvaises habitudes en me mettant accroupi et je commençais à réfléchir au comment j'allais me venger. "Et remettez-moi la même chose sur le compte de ce Nagamasa s'il vous plaît." Mon regard était en direction de l'homme qui m'avait porté un coup et j'avais rebondi sur sa demande également.

Etait-il de la même famille que sensei ? Je ne savais pas trop, mais dans tous les cas je me devais de faire attention à lui. Il appartenait à la famille Nagamasa, qui se rapproche de plus en plus à un clan. J'avais même fini par prédire que ce clan deviendrait vite tout aussi important que le mien, il y avait quand même un du Triumvirat qui était un Nagamasa et aussi d'autres ninjas de hautes volées. Toujours dans ma position ridicule, je me tourne vers le jeune homme à ma droite tout en lui tendant mon verre. J'avais encore de la bouffe sur le visage, je m'en foutais pour le moment, j'étais bien trop occupé à m'intéresser à son cas. "Tu pourrais au moins me servir un verre en t'excusant, heureusement que Chogen-Sensei n'est pas comme toi." À vrai dire, je n'avais encore pas rencontré le Nagamasa en question, mais sa réputation parlait pour lui.

Je décide finalement de me lever au moment où l'homme au Kimono noir se sert un autre verre et je fais exprès de trébucher sur lui en espérant qu'il renverse sa boisson sur lui. Sans un merde, ni un pardon je continue mon chemin vers les toilettes tout en ricanant doucement. Celui qui avait éternué pouvait m'entendre, mais à moins qu'il soit Superman, l'autre ne pouvait pas entendre. Une fois dans la salle des toilettes, je me nettoies tranquillement le visage au dessus du lavabo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Ven 25 Aoû 2017 - 18:47
Arrêtant de manger une seconde fois en se grattant de nouveau le nez pour ne plus éternuer, ou du moins pour être sûr, il regardait ensuite l'homme à sa gauche quand il venait de dire qu'Huǒ allait devoir lui payer une assiette. Certes, l'argent n'était pas ce qui manquait pour lui, mais tout de même, devoir payer quelque chose pour quelqu'un ? Uh, jamais ! Et alors qu'il s'apprêtait à parler pour tout simplement refuser et lui dire qu'il rêvait, l'autre homme qui avait la tête dans le plat venait de répondre à sa place pour dire qu'il voulait quelque chose sur la note de l'homme au milieu qui était un "Nagamasa". Je les connaissais, forcément, car c'était la famille d'un des trois du Triumvirat, mais je n'étais pas intimidé pour autant. Alors qu'il prenait un rictus moqueur en regardant le Nagamasa en finissant son assiette il en profitait tout simplement pour rajouter de l'huile sur les flammes.

-Je prends aussi la même chose, sur la note du Nagamasa.

Seulement, lui de son côté utilisait un ton qui laissait pensé qu'il parlait d'un ami, bien que ça puisse paraître complètement étrange pour le samouraï qui ne le connaissait pas, Huǒ avait déjà envie de se venger quand l'autre avait voulu le faire payer, et il savait déjà comment faire. Reprenant de manger juste après sa phrase il ne lui suffisait que de quelques secondes pour finir sa deuxième assiette au porc, relevant cette fois le visage pour s'essuyer les lèvres avec une serviette et regarder le samouraï de haut en bas.

-Un samouraï sans épées ? Tu fais vraiment parti des Nagamasa ?

Commençant cette fois-ci à entamer ses pâtes calmement avec ses baguettes en tenant le bol de sa main gauche pour qu'il soit à sa taille et n'ait pas besoin de se baisser grandement, toujours tourné vers le Nagamasa. Il le regardait encore une fois de haut en bas, son visage venait à se tourner en voyant l'autre personne se lever pour partir sûrement aux toilettes, laissant une phrase et un certain rire derrière lui. Rire que j'entendais, et je ne pouvais m'empêcher de reposer mon regard sur le Nagamasa.

-Après je dis ça comme ça, vu que l'autre type est en train de rigoler pour se foutre de toi là .. Et il a pas l'air de te respecter beaucoup non plus, il s'est même jeté sur toi .. A ta place j'aurais pas laissé ça passer.

Haussant les épaules en disant tout ça pour juste foutre la merde, Huǒ se retournait pour être entièrement face à tous ses plats, mangeant à une vitesse digne des plus grands athlètes des olympiques. En vérité, ce qu'il se passait l'amusait, il voulait juste qu'il se passe quelques trucs de merde pour le Nagamasa qui a osé lui demander de payer pour quelqu'un sans même lui demander son avis. C'est vrai, après tout, ce n'était pas sa faute qu'il a éternué comme par hasard là où son assiette était, alors il fallait l'emmerder quand même un peu. Et puis, il avait bien remarqué qu'il n'avait pas d'épées ou de sabres, et un samouraï sans ces armes c'était comme un ninja handicapé, ça ne servait pas à grand chose.

_________________

“People should either be caressed or crushed. If you do them minor damage they will get their revenge; but if you cripple them there is nothing they can do. If you need to injure someone, do it in such a way that you do not have to fear their vengeance.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t941-feng-xiaohuo-terminee

Ven 25 Aoû 2017 - 21:53
Était-ce la façon qu'avait la forme Céleste gouvernant les cieux et les actes des hommes de punir notre samurai et bras armé du Kage en devenir ? Mettre sur sa route des épreuves pour tester ses progrès sur son contrôle de soi ? Il n'était qu'un homme faillible après tout, et comme un verre trop rempli il pouvait déborder à la moindre goutte, à l'amusement visible des moins gradés qui ne se doutait pas de son débordement précédent et de ce qu'il avait causé. Voulaient-ils finir eux aussi enterrés loin de leurs familles, sans que personne ne puisse jamais se lamenter sur leurs stèles funéraires? Ils le découvriraient bien assez tôt.

Quand le Hyûga le singea, Kôga hésita un instant à lui lâcher une réplique assassine mais n'en fit rien, laissant son porte-monnaie se charger des dommages collatéraux provoquer par son membre supérieur. La richesse de son clan ne faisait aucun doute et il pouvait bien acheter l'établissement mais une assiette bien remplie serait déjà un bon début.

Il fit comprendre au commerçant qu'il était d'accord avec la demande du brun, le tenancier s’exécutant avec une dextérité que certains ninjas de bas étage auraient pu envier. Mais son calvaire ne s'arrêtait pas là puisqu'il renchérit en le comparant à Chôgen, prouvant son ignorance sur le lignage Nagamasa et les vices de chacun. Connaissait-il au moins son aîné ? L'appeler ainsi senseï présageait que oui sans qu'il en ait pour autant la conviction. Takashi lui tendait maintenant son verre ? Avait-il l'allure d'une serveuse ? Il ne lui poserait pas la question.

« Sers-toi si tu veux. Ou ses mains ne sont elles pas capables d'autre chose que d'outiller ton onanisme? On m'avait pourtant dit du bien sur le Hyûga Ichizoku.. » Entendant par là qu'il était la brebis galeuse de ce clan composé pour la majorité de sa branche principale de génies, sa dirigeante Hide illustrait effectivement cette image de la Sôke. Son plat enfin arrivé et bien chargé il reprit ses baguettes et continua là où il avait été interrompu par le Feng.

Ce dernier n'avait pas refusé de payer sa note mais il exigeait maintenant que Kôga en fasse autant, ce qu'il refusa d'un signe de tête à l'homme devant lui qui finissait par être bien trop sollicité par le trio pour avancer efficacement, ce qui semblait le déranger. Compréhensible. Xiaohuo enchaîna en doutant de son efficacité par l'absence de ses deux donneuses de mort mais le morpion adulte n'imaginait pas la chance que ses fourreaux ne soient pas à sa ceinture, lui assurant une protection toute relative. Il y avait dans ce restaurant bien assez d'instruments pour le mettre à mort.

« Mange tes pâtes en silence, Okama-kun, ton corps chétif a l'air d'en avoir besoin. » Sans esquisser un sourire, il continua son repas en reprenant lui aussi son mutisme. C'est alors qu'il s'occupait de ses affaires, toujours aussi calme que pouvait l'être un homme de sa trempe qu'il fut encore dérangé par l'utilisateur de Jûken dans un essai pittoresque de lui faire renverser sa coupe en entrant en collision avec lui.

Malheureusement pour le Genin, il avait à faire à quelqu'un d'une autre trempe que la sienne et d'un simple mouvement il place son épaule sur la trajectoire de son nez, restant stoïque dans ce dernier le percuta, quelques petites vagues agitant sa coupe sans en faire déborder une larme. Peu enclin à savoir s'il l'avait blessé, trop concentré à remplir son estomac, Kôga fut peu réceptif à l'éphèbe essayant d'aggraver la situation.

« T'es quoi, une balance ? Fais gaffe, elles font jamais long feu dans ce village. » Il se montrait menaçant dans sa voix et pourtant, il égalait toujours, pour ne pas utiliser le terme dépasser Xiao dans sa course à la nourriture, engloutissant son plat pour en commander celui qui serait sûrement le dernier.

Sans ses sabres et avec un bras dans le dos, attaché de chaînes de métal, il pouvait encore mettre Feng au lit sans verser la moindre sueur, surtout s'il continuait de le sous-estimer. Jetant un coup d'oeil à ses baguettes, il s'imagina combien de temps il tiendrait avant de devenir aveugle en combat singulier s'il le combattait avec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Sam 26 Aoû 2017 - 0:47
Après avoir parfaitement nettoyé mon visage, je me regarde dans le miroir et je me mets à réfléchir sur moi-même. Ma façon de réagir avait été mauvaise, mais il est vrai que je m'étais laissé emporter dans un jeu de provocation. La manière de réagir et surtout de se déplacer du Nagamasa était plutôt impressionnant. Il semblerait que ce jeune homme était plus rapide et robuste que moi, il n'était pas n'importe qui finalement. Je sors de la pièce pour revenir à ma place. Je ne portais aucune attention aux faits et gestes des deux shinobis et fini par me repositionner de façon spéciale. J'étais accroupi à ma place, j'ai repris mes baguettes et je reprends ma régalade.

C'est à ce moment que je me suis remis à réfléchir sur l'homme à ma droite. Je récapitulais dans ma tête tout ce que je savais de son clan et de ses membres. Malheureusement je n'avais pas énormément d'informations sur eux, mais je pouvais essayer de faire quelque chose. La douleur à mon nez avait disparu et ne me gênait plus pour faire fonctionner mon cerveau comme il le faut. Un Samourai de la même famille ou du même clan que mon Sensei, plus rapide et plus fort, il devait facilement être un Juunin, je ne pense pas qu'un Chuunin pourrait m'ignorer autant alors que je lui tombe dessus. Je finis par jeter un coup d'oeil en coin vers lui, essayant de voir des ressemblances avec Chôgen, mais j'avais bien trop peu d'informations. Au final, les Samourai ne sont pas forcément connu pour leur patience ou leur gentillesse. Peut-être que n'avoir pris seulement un coup d'épaule dans le nez était finalement une chance pour moi ? Je sentais que je commençais à imaginer tout et n'importe quoi alors je pose mes baguettes sur le comptoir et fini par me tourner vers le jeune Nagamasa.

"J'ai bien réfléchis et je voudrais m'excuser auprès de vous de mon comportement. Vous semblez plus gradé que moi et je n'ai pas à agir de la sorte envers un supérieur. J'espère que vous n'en tiendrez pas rigueur à mon clan. Je tiens tout de même à souligner que vous auriez pu vous excusez après m'avoir donné un coup de coude, même accidentel." Je faisais une petite révérence en même temps, je n'étais pas stupide, cet homme était forcément quelqu'un de plus gradé que moi. Je m'en contrefichais de ce que pouvais bien penser les autres personnes dans ce restaurant, mais j'avais très certainement fauté. Cela arrive souvent quand j'agis avant de réfléchir, c'est pour cela que normalement je prends toujours le temps de réfléchir. Ensuite je me tourne vers le chef cuisinier. "Chef, du saké pour nous trois s'il vous plaît."

Pourquoi nous trois ? Au final je n'avais pas vraiment discuté avec l'autre homme, mais il semblait se prendre la tête avec le shinobi entre nous deux alors autant essayer de détendre un maximum l'atmosphère. Peut-être que le saké était une mauvaise idée, car on en sait jamais ce qu'il peut se passer avec de l'alcool, mais bon ce n'était pas tous les jours que je mangeais ici. Je finis par m'asseoir de nouveau à ma place et par reprendre mon repas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Sam 26 Aoû 2017 - 16:10
A vrai dire, les provocations n'avaient pas grand effets sur le brun à la longue chevelure, ça l'amusait presque de se faire insulter de "trans" par lui, car ce n'était pas très poussé comme insulte et forcément ridicule pour lui. Seul un simplet utiliserait ce genre d'insultes. Il ne répondait à ses insultes que par un petit rire arrogant, continuant de manger son plat juste après. C'était les pâtes et le bœuf qu'il mangeait en même temps, un bout par-ci, un autre par-là, et il ne lui fallait que deux temps trois mouvements pour finir absolument tous ses plats, laissant finalement un soupir de plaisir s'échapper de ses lèvres après avoir était rempli par le repas délicieux qu'il venait d'avoir.

C'était même au moment où il venait de finir son repas que le Hyûga revenait à sa place des toilettes, Huǒ le regardant brièvement du coin de l'œil en s'étirant calmement en arrière. Puis en entendant ses paroles, il était assez déçu. Il s'était excusé ? C'était vraiment décevant de voir un type s'excuser pour si peu, mais Huǒ n'allait pas dire ça car il avait tout simplement la flemme de continuer un peu plus à donner son avis, se doutant que ses paroles allaient tomber dans l'oreille d'un sourd. Puis, voilà qu'il se faisait offrir de l'alcool, clairement quelque chose qu'il n'allait pas refuser. Seulement, il avait un goût bien spécial en alcool, ses préférés étant ceux ayant un gout fort qui brûlait la gorge mais qui n'étaient pas désagréable, légèrement sucré cependant.

Il sortait calmement les Ryos de son repas pour les poser sur la table au moment où le serveur passait devant le comptoir, celui-ci les récupérant à peine étaient-ils posés sur celui-ci. Il n'attendait qu'un autre instant pour que son verre de saké soit poser sur la table, celui-ci l'attrapant d'une main et le buvant lentement pour apprécier le goût. En finissant, il tapait le verre sur le comptoir de nouveau -mais ce n'était pas assez fort pour en faire un énorme vacarme non plus- tout en lâchant un autre soupir de plaisir.

-Eh, merci pour le saké Hyûga !

Certes il tenait bien le saké, mais son humeur a sauté d'un coup en sentant l'alcool dans sa gorge et ce goût, et il en voulait encore, mais en étant clairement plus vieux que le Hyûga si lui ne payait pas sa tournée non plus, de quoi est-ce qu'il aurait l'air ?

-Encore une tournée !

Riant comme d'habitude doucement et non avec une voix qui se voyait puissante mais pourtant arrogante, il buvait de la même manière le deuxième verre qui arrivait, des couleurs revenant un peu plus sur ses joues bien que l'alcool ne l'ait toujours pas rendu "bourré", bien que les effets commenceraient à arriver s'il continuait à boire.

_________________

“People should either be caressed or crushed. If you do them minor damage they will get their revenge; but if you cripple them there is nothing they can do. If you need to injure someone, do it in such a way that you do not have to fear their vengeance.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t941-feng-xiaohuo-terminee

Sam 26 Aoû 2017 - 17:24
L'attitude qu'il avait adopté eut l'effet escompté. En revenant de son petit détour aux salles de bain, il revenut un homme nouveau qui semblait avoir compris que Kôga était un bien plus gros poisson que ne le pensait jusque là les deux ninjas de rangs inférieurs. Le Hyûga s'assit de façon atypique à son côté, ce qu'il ne jugea pas, trop occupé à engloutir le reste d'oeufs savamment mélangés aux ingrédients parfaitements cuits, fondant sous sa langue. C'était presque aussi bon que combattre, et il n'y avait aucun risque d'échouer ici, que du positif en somme.

« J'ai autre chose à penser de toute façon. Disons que nous sommes quitte pour ma maladresse précédente. » Répondant à sa révérence par un signe de tête presque imperceptible, il plissa les yeux pour s'adjoindre à la signification de cet attirail de manières qui vinrent appuyer ses propos. Peu après il additionna à ses justifications l'offre d'un peu plus d'alcool, ce qu'il accepta avec plaisir vu son propre récipient bientôt vide.

Tout ceci revint à un calme propice à son humeur, l'homme n'étant clairement pas venu ici pour que des Genin en devenir puisse s'attaquer à sa personne de façon pitoyable. Pendant ce temps, Feng gardait le silence après la prose cinglante du samurai et s'exclama en remerciements pour cette première tournée, qu'il espérait sûrement d'une longue lignée. Il savoura la coupe offerte par son subalterne, profitant du doux goût amer de sa boisson préferée en commandant la dernière partie de son repas, optant cette fois pour des ramens au porc agrémentés de légumes et de gingembre.

La prochaine tournée ne tarda pas à arriver en la personne de petit brasier qui offrit aux deux compères de quoi boire, alors que Kôga venait de finir sa coupe, laissant le soin au tenancier de la remplir à nouveau, faisant signe du doigt en pointant leurs verres à nouveau rempli que la prochaine était pour lui.

Agrémentant l'alcool de riz de ses nouilles encore fumantes qu'il dévora en une petite paire de minutes, n'en perdant pas une miette, le Nagamasa paraissait bien fermé à la discussion. Pourtant il n'était pas spécialement opposé à les écouter ou leur parler, mais ses pensées se bousculaient bien trop pour qu'il puisse concentrer toute son attention sur ce qui se passait maintenant. Shige Itaki et Raonaka Ao avaient marqués son esprit de différentes façons et c'est difficilement qu'il arrivait à se monopoliser sur l'actuelle situation.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Sam 26 Aoû 2017 - 17:56
C'est avec satisfaction que j'ai vu le jeune homme accepter mes excuses. Il devait avoir environ le même âge que moi et pourtant il semblait bien plus expérimenté que moi. Etait-ce un génie ou c'est moi qui avait pris beaucoup trop de retard ? Je doutais sur mes capacités, mais cela n'allait pas m'empêcher de continuer à aller de l'avant, je devais même m'en inspirer. C'est une fois mon plat terminé que je prends mon verre en main avant de le boire cul sec. J'étais heureux de voir que mes deux compères appréciaient également ce breuvage, tout ce qu'il s'était passé avant était comme oublié, c'était complètement terminé.

Voir le plus vieux d'entre nous trois commander la deuxième tournée me fit sourire, je n'étais finalement pas le seul à faire des efforts et à vouloir changer l'atmosphère dans l'échoppe. Je pense que le chef était bien content que les choses ce soit calmé vu la joie qui était sur son visage. Etant assez observateur, j'ai pu voir le signe de main du Nagamasa qui avait décidé de payer la troisième tournée. Je n'avais pas vraiment prévu d'être pompette ce soir, mais à ce rythme cela viendrait facilement. Je ne buvais pas souvent, ce qui fait que je n'étais pas forcément le plus endurant à ce niveau, mais cela ne m'empêcha pas de commander des ramens au porc juste avant de boire cul sec ma deuxième coupe.

Je pouvais commencer à sentir les effets en moi, j'avais comme l'impression que mon cerveau commençait à chauffer et je dois avouer que ce n'était pas forcément désagréable. J'ai reposé ma coupe assez fortement sur le comptoir, mais heureusement celui-ci ne se cassa pas. Je pouvais sentir le regard des gens se tourner vers moi à ce moment, mais j'avais décidé d'ignorer totalement leur jugement. C'est seulement une fois mes ramens au porc devant moi que je décide de boire mon troisième verre de Saké. Je devais éponger ça le plus vite possible avant d'être bourré alors je me suis mis à manger mon plat à la vitesse de l'éclair. J'en mettais un peu à côté, sur mon haut ou encore par terre, on aurait dit un SDF qui n'avait pas mangé depuis une semaine.

Une fois mon plat terminé, ce qui fût vraiment rapide, je me mets à parler assez fortement en direction du chef. "La quatrième soeur est pour moi !!!" Je tendais mon verre en sa direction, voulant être servi de saké une nouvelle fois. Ensuite, une fois les nouvelles coupes servi, je me tourne vers mon compère de droite. "Dis-moi Nagamasa." Le tutoiement était revenu dans mes mots, mais cette fois-ci pas par manque de respect ou de colère, mais par inattention. "Tu connais... Chôgen-Sensei ?" Je posais cette question, car en vérité c'était mon sensei, mais je ne l'avais encore jamais rencontré alors toutes informations pouvaient être intéressantes.

Quand la quatrième tournée arrive, je lève ma coupe en ne manquant pas de faire tomber de nombreuses gouttes par terre. "À Iwa !" Dis-je assez fortement pour que tout le monde m'entende. Je bois ce dernier verre en le reposant à l'envers sur le comptoir pour faire comprendre que c'était la dernière pour moi. Je ne pouvais pas me permettre de finir dans le caniveau ce soir, je devais faire attention et ne pas être tenté par le vice. J'étais déjà limite, si je continuais à boire encore et encore, je finirais par vomir sur mes voisins de droite. Je finis par me lever pour me diriger entre eux-deux en mettant une de mes mains sur leur épaule. "Au fait, appellez-moi Takashi les potes !" Les potes ? Les potes ? Pensais-je en regardant le plafond d'un coin de l'oeil. Avais-je vraiment dit les potes ? Je crois bien et c'est à ce moment que je ne regrettais pas d'avoir décidé de ne pas boire plus, j'avais déjà atteinds un niveau d'alcoolémie trop élevé, je devais faire attention à mes mots maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Ven 1 Sep 2017 - 19:05
Tant son esprit était perturbé, il aurait pu oublier l'espace d'un instant son environnement et voir dans le fond de son bol où un résidu de la soupe agrémentant les pâtes stagner le visage emmitouflé de son tortionnaire. Frapper le comptoir l'aurait sûrement fendu et aurait attiré l'attention plus que de raison et il resta donc dans cet état catatonique, vibrant seulement au fil des coupes de saké qui brûlaient sa trachée de leur chaleur réconfortante.

Il ne broncha pas quand l'autre garçon brun vint faire claquer le socle de son récipient sur le bar, les yeux toujours sur son assiette vide, qu'il releva face à lui pour observer les alentours sans but précis, toujours enfermé dans un mutisme dépeint de tourments. Alors que l'homme qui paraissait de son âge commandait, Kõga regarda le liquide translucide s'écouler dans son verre, qu'il vida presque instantanément une fois la carafe ôtée d'au-dessus de ce dernier.

« Effectivement, on peut dire que je le connais. » Restant flou par omission plus que par réel snobisme, il était vrai qu'à la simple différence de colorie de leurs crinières respectives et leurs traits assez éloignés, on pouvait difficilement deviner leur fraternité. Les voir ensemble pouvait tout de même aiguiller sur le bon chemin tant ils se permettaient de familiarités peu commune à leurs habitudes mutuelles. « Senseï ? T'es son élève ? Haha, il s'est vraiment engagé sur une telle pente ? » Tandis qu'il se torturait l'esprit à accomplir des missions d'envergure, son frère avait pris une voie qu'il n'appréhendait même pas, et pour cause. Prendre la responsabilité de gens plus faibles lui semblait un fardeau, une tâche ardue qui s'érigeait en punition.

Quand il porta un toast à la grande Iwagakure, Kõga émit un soupir qui témoignait de son égard peu prononcé pour le patriotisme, levant à peine son verre de nouveau rempli sans vraiment de conviction, se demandant même s'il ne devait pas ignorer ceci une seconde. Chien errant dans l'âme comme l'indiquait son sobriquet, il ne sentait pas liens habituels des shinobis à leur Mère Nourricière. Puis l'énergumène vint à se lever, visiblement repu du liquide alcoolisé et il mit sa main sur lui en devenant tout à coup familier, après l'avoir tutoyé. Pendant quelques secondes, il défila devant ses yeux une scène où il crevait ceux de Takashi à l'aide de ses baguettes encore dans son bol. Il n'en fit rien, se contentant de hausser ladite épaule en guise d'avertissement, étant la chose la plus calme dont il était capable, bien qu'il ne soit pas si dérangé.

« Kõga. » D'une traite il lâcha son prénom de naissance, sans donner loisir à ses pupilles grises de rejoindre celle de sa nouvelle rencontre. Il était imbibé et ne tenait visiblement pas bien la boisson, défaut dont le Nagamasa était exempt. D'un bâillement, il se demanda alors que faire maintenant qu'il n'avait plus faim. Devait-il leur fausser compagnie et partir s'isoler sur le haut d'un mont ? Rentrer dormir, ou encore s'entraîner ? La fin de cette soirée était floue et pour s'aider à décider, il se fit resservir une énième coupe.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Ven 1 Sep 2017 - 19:29
Le jeune Nagamasa restais très vague au sujet de sa connaissance de mon sensei. Peut-être était-il réellement un mec grincheux qui ne pense qu'à sa gueule finalement ce fameux Jônin. Je ne voulais pas vraiment lui en parler, je sentais déjà qu'il était froid et distant dans ces propos, comme-ci il voulait mettre une barrière tout autour de lui. "Tu le connais comment ?" Moi par contre je suis plutôt curieux, surtout quand il s'agit d'un sujet qui pourrait m'intéresser, il s'agit de Chôgen tout de même. Ensuite, j'étais plutôt déçu de voir la réaction du Jônin par rapport à cette histoire de sensei, déjà ça me vexait et ensuite cela m'avait convaincu sur le fait que ce jeune homme semblait très solitaire. J'étais trop faible et aussi trop bourré pour essayer de lui faire comprendre qu'il a tort d'agir comme ça. Je me demandais bien ce qui pouvais l'avoir pousser à agir de telle sorte. "Je le serais bientôt..." J'allais me contenter de ça car à l'instant même et pour une des premières fois de ma vie je me suis dis qu'il n'en valait pas la peine. Je voulais surtout m'amuser et pas tout gâcher avec mes principes Iwajins.

Cela ne m'avais pas empêcher d'entendre le soupir de Koga pendant mon toast pour notre village commun. Malgré qu'il tend son verre vers le plafond, il ne semblait vraiment pas crédible. Encore une fois, je décide de laisser passer, mais j'avais dans l'idée qu'un jour j'aurais une conversation sérieuse avec lui. Quand je serais assez puissant, vu son comportement vis à vis de moi et de ses réactions par rapport à mes phrases d'Iwajin, il devait vraiment dénigrer les bas rang. Quand je deviendrais Jônin, j'aimerais croiser le fer avec lui. Enfin... Pas vraiment puisque je me battrais sans doute jamais avec un sabre, mais j'aimerais lui montrer que la Taijutsu des Hyûga peut être aussi redoutable voir plus que celui des Samourais.

J'étais étonné de voir qu'il me dévoila son prénom, je pouvais enfin mettre un nom complet sur ce visage. Si j'en apprenais pas plus sur Chôgen ce soir, je pourrais toujours lui demander des détails sur un certain Koga. Enfin après, si tous les Nagamasa sont comme l'homme à ma gauche, je n'aurais jamais aucune réponse à mes questions. Il finit par baîller, il s'ennuyait tant que ça de notre présence ? Pouvais-je remédier à ça réellement ? "Patron, une bouteille de Sake sur la note des Hyûga." Bon j'étais pas le plus doué pour savoir comment gérer et occupé une soirée, mais je pense que Koga l'était alors j'avais commandé cette bouteille pour le voir se sortir le balai qu'il a dans le cul. Je voulais qu'il s'amuse autant que moi, mais il semblait bien plus tenir l'alcool que moi.

"On sort Koga-dono ?" Je le regardais avec un grand sourire une fois la bouteille de sake dans ma main. Je pense que je venais de trouver les bons arguments pour qu'on s'amuse un peu plus parce que pour l'instant je ne voyais que de la haine dans les yeux du Naga.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Ven 1 Sep 2017 - 21:58
À sa question qu'il avait tout les droits de se poser, il dut se résoudre à une certaine honnêteté, n'ayant aucune honte à décrire les racines au demeurant très noble de son arbre généalogique, bien qu'elles partaient souvent dans des endroits sombres et que les raisons pouvaient choquer les plus prudes. « C'est mon frère aîné. » On pouvait ressentir une once de respect pour sa propre phrase, comme si sa fierté de samurai et de cadet reprenait les règles pendant quelques secondes. Être le fraternel du Kage en devenir avait du bagout et bien qu'il n'aima jamais braquer à ce sujet, il avait demander lui-même après tout.

Il parut dépiter de sa réponse suivante comme s'il attendait de la fierté ou une tape amicale pour avoir réussi à accéder à l'enseignement de Chôgen, ce qui en soit se mériter quand on savait la précision à laquelle il agissait habituellement, mais dans l'état actuel du Jônin, c'était bien trop demandé. Kõga se contenta d'un rictus qui serait passé pour empathique, s'il n'avait pas été cet homme froid à la logique terre à terre qui ne mâchait ses mots qu'une fois la mâchoire brisée en mille morceaux.

Takashi semblait avoir compris le dépit de son interlocuteur pour iwagakure et fort de cette impression, il ne tenta pas de faire bonne figure ou de se justifier. D'abord car il était son supérieur, ensuite parce qu'il avait des raisons solides comme le roc, même s'il s'évertuait à les cacher et finalement car l'avis des autres, inférieurs ou non, ne lui faisait ni chaud ni froid. Le potentiel incarné dans cette masse de chair en face de lui avait des choses à prouver mais pour l'heure, le fossé entre eux lui octroya une temporaire tranquilité dont il se targuait avec plaisir et aisance. En somme, il jouait de ça et de tout le reste, fier comme un paon mais désolé de la tempête de misère qui s'abattait sur ses certitudes à fréquence répétée. Loin d'être défaitiste, il n'en restait pas moins réaliste.

Le jeune homme commanda alors encore à boire sous la forme d'une bouteille malgré qu'il ait retourné son verre, ce qui le contenta alors qu'il demanda à être servi encore une fois, engloutissant le saké avec la ferveur qu'on pouvait lui attribuer depuis son arrivée. Lâchant quelques pièces en guise de pourboire, étant plus ou moins un habitué et l'inverse d'un avare, il se leva de son tabouret et prit la porte, acceptant l'invitation avec plaisir. L'air allait lui faire du bien et il s'étira en passant le cadre de la porte, manquant de le toucher.

« Que veux-tu faire de cette soirée, Hyûga ? Tu l'as remarqué, je suis un piètre compagnon. » Il mettait des mots sur ses actes, comme pour se dédouaner de son attitude mesquine alors que le petit duo venait tout juste d'atteindre la face de la devanture, une longue ruelle marchande les amenant à plusieurs endroits stratégique de l'ancienne Rokkusu. Curieux d'entendre ses propositions, enclin à les accepter, Kõga se tenait là en monument immobile, le saké commençant peu à peu à étendre son emprise sur ses sens, ce qui était grisant.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Ven 1 Sep 2017 - 22:42
Voilà donc tout le mystère qui avait disparut, j'étais en compagnie du frère de mon futur sensei. Son petit frère pour être plus précis et ceci devenait de plus en plus intéressant à mon goût. Je voulais demander à ce jeune homme si son frère était quelqu'un de bien, si j'allais en baver ou encore s'il était aussi têtu que lui. Au final, a l'entente de sa réponse, j'avais sentis beaucoup de respect dans la voix de Koga. J'étais content d'un côté, de trouver au moins une chose qui tenait à cœur au Nagamasa et ça me poussa à vouloir trouver d'autres choses a son sujet. C'est pour cela que j'avais pris la décision de ne pas en savoir plus sur Chôgen-sensei ce soir, car ce soir je voulais en apprendre plus sur le plus jeune des deux frères.

Pourquoi vous allez me dire ? Et je vous répondrais que vous avez raison de poser la question. Pourquoi je pouvais bien m'intéresser à une personne égocentrique, imbu de sa personne et solitaire. À part attirer toute sa haine à force d'être curieux, je ne pourrais pas gagner grand chose dans ce défi lancer à moi-même. Je restais persuader qu'une personne aimant sa famille pouvait avoir de la sympathie pour beaucoup de choses même si elle ne veut pas l'avouer. J'avais élaborer un plan pour cela, ma seule chance d'en apprendre de plus en plus était de le rentre aussi bourré que moi. Peut-être même qu'une seule bouteille ne suffirait pas, mais peu importe, qui ne tente rien à rien. Il me suffirait de ne quasiment rien boire et de laisser le tout au Nagamasa.

J'étais heureux de voir que le jeune homme accepta de m'accompagner dehors. Honnêtement je m'y attendais pas une seule seconde. Même si j'avais acheté une bouteille, le dernier de sa famille semblait réellement vouloir finir sa soirée tranquillement, seul. J'avais peut-être sous-estimer son amour pour l'alcool au final, peut-être qu'il était encore plus amoureux du sake que son désamour pour les être humains. Peut-être que j'avais trouver une solution réelle finalement pour en apprendre d'avantage sur lui.

Je le suivais de près à l'extérieur, attendant une prise de parole de sa part. Je n'avais pas eu à attendre bien longtemps d'ailleurs puisqu'il s'empressa de faire souligner le fait qu'il était de mauvaise compagnie. Était-ce une forme d'excuse ? Je ne pense pas, cela lui ressemblait pas jusqu'à maintenant et il n'était pas en état d'en venir aux mots doux avec ce taux d'alcoolémie. Ou alors c'était une façon de dire que j'étais prévenu s'il se passait quoi que ce soit ? Je dois avouer que je pensais beaucoup plus crédible cette deuxième raison que la première. J'ouvre le bouteille suite à ces mots et commence par boire une bonne gorgée puis une deuxième. "As-tu déjà vu un membre du clan Hyûga à l'oeuvre ? Connais-tu notre art de combat et nos pupilles ?" Je devais commencer par réussir à l'impressionner, pour qu'il soit un peu plus enclin à me prendre sérieux. Je ne tiens quasiment pas l'alcool contrairement à lui alors c'était pas là-dessus que j'allais prouver quoi que ce soit.

Je lui tends la bouteille et commence à marcher tranquillement dans la rue sans trop faire attention. Je titubais un peu et je ne savais pas vraiment vers où je me dirigeais, mais je me devais de montrer une sorte de confiance. Je regarde derrière moi voir si Koga me suivais, je voulais lui lancer un défi, comme quoi j'arriverais à le toucher au moins une fois, mais c'est un Samourai. Il a forcément un Taijutsu bien plus développé que le mien, il arriverait à esquiver plutôt facilement mes coups, même les 32 alors je devais trouver un autre moyen de l'impressionner... Je réfléchissais tout en marchant, étant un peu... perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Sam 2 Sep 2017 - 0:26
Sujet au froid de l'hiver qui viendrait à mourir bientôt, il se tenait toujours là, fier représentation de tout ce qu'il suggérait, avec les conditions qu'on lui connait. Quand le jeune porteur du Dôjutsu blanc vint à lui exposer ses potentielles lacunes, il leva un sourcil interrogatif et en profita pour creuser dans sa mémoire les nombreuses expériences appartenant désormais au passé, loin d'être révolu pour nombre de ses pans. Il était encore capable de se rappeler, l'impéritie que pouvait engendrer le point faible de l'Homme lui étant inconnu jusque là. Il n'avait en effet jamais connu la défaite sous l'emprise de la substance, pas faute d'avoir essayé, pour ou contre son gré.

Après qu'il eut fini de s'interroger sur la possibilité que cela soit une imprécation, Kõga fit se mouvoir ses lèvres fines et gercées par tout ce temps passé dehors auparavant. « Ça m'est arrivé. J'ai participé à nombre de missions et certaines m'ont permises de collaborer avec des gens de ta caste. Votre Jûken est en effet quelque chose que tout shinobi devrait connaître pour s'en prémunir. » Il y avait dans sa phrase un compliment, qui tourné de la façon désirée recelait une allégation claire ; le samuraï n'était pas stupide et connaissait la dangerosité du Poing Souple et les dommages qu'il entraînait sur ses cibles.

Le jônin attrapa la bouteille dès lors qu'elle lui fut offerte et s'en octroya plusieurs rasades goulûment avec tant d'entrain que le Genin avait dû comprendre depuis longtemps qu'il y avait derrière cela une raison assez importante pour le pousser à cette autodestruction lente et pourtant si douce. Agoniser n'était pas au programme et il nota que Takashi avait éludé cette question, y préferant le respect induit par le silence.

« Et toi, que sais-tu des miens ? » Dans les murs du village, peu savaient tout des arcanes secrètes de leur Hiden, si on pouvait lui octroyer ce titre. Un art transmis d'homme à homme, la sélection naturelle faisant le reste pour que seul les plus braves des bélligérants de Tetsu viennent à acquérir ce dernier.

Buvant encore une gorgée qui emplit sa bouche à la faire déborder, il offrit à son partenaire de quoi se murger un peu plus, curieux de voir dans quel état il serait si ce dernier venait à le défier par la suite. Il se mit alors à marcher vers cet endroit qu'il avait montré à Kanon, une petite excroissance s'érigeant du sol où chacun pouvait se vautrer pour profiter du clair de lune dans la tranquilité la plus totale, peu se risquant dans cette allégorie de tanière où la Bête avait élu domicile.

Sans dire plus de mots, laissant soin au Hyûga de répondre et de continuer de maintenir le foyer de cette discussion à l'état de brasier, il croisait encore et encore des visages qu'il ignorait malgré que certains se retournent sur son chemin en le reconnaissant ou bien qu'ils le saluent, préférant rester silencieux et ne pas rendre la politesse par pure inintérêt.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Sam 2 Sep 2017 - 1:27
J'avais toujours entendu dire que l'alcool réchauffait et était-ce vraiment le cas ? N'est-ce pas plutôt le fait qu'à cause de cette drogue, tu finis par ne plus ressentir le froid mais ton corps lui à toujours froid. Il suffisait de voir le nombre de personne malade pensant que l'alcool réchauffe pour se balader quasiment à poil dans la maison en plein hiver. Pourtant, à mon niveau d'alcoolémie actuel, je serais le premier à dire que je suis réchauffer et je pourrais enlever toutes les couches de vêtements que j'avais sur moi, mais une part de moi était assez, plutôt encore, consciente que c'est stupide. Si je continuais à boire de la sorte, je finirais par enlever mon manteau pensant que je suis en train de mourir de chaud.

J'étais en tout cas soulagé de voir que Koga pouvait et savait répondre sincèrement à une question simple. Comme quoi quand il veut, il est beaucoup moins tête de mule qu'il ne l'est habituellement et cela me faisait plaisir. Surtout qu'il avait eu la bonne idée de vanter mes compères de meilleur niveau et je devais avouer que cela me motiva encore plus à continuer mes efforts pour qu'un jour il parle de moi avec cette manière si jamais il devait faire un rapport de moi à Chôgen un jour. Qui sait, j'aurais peut-être le niveau de faire des missions à ses côtés un jour. Par contre, cela me confortait dans l'idée que je n'avais aucune chance de lui montrer que je ne suis pas n'importe qui en combat maintenant que je savais qu'il connaissait notre art.

Sa question était très intéressante et je me devais de lui déballer tout ce que je savais, tout ce que j'avais pu apprendre sur la famille Nagamasa. J'avais fais des recherches à partir du moment où un d'eux avait été nommé au Triumvirat, mais encore plus quand j'ai appris que Chôgen serait mon sensei. En plus d'être honoré, ma curiosité me démangeais encore plus alors je pris le temps de réfléchir deux secondes avant de répondre. "Je sais que vous êtes une famille de Samourais très puissante et n'ayant que des shinobi de classe mondiale. Vous avez la capacité de manier le sabre avec virtuosité, je dirais même que vous pourriez être les Hyûga du Kenjutsu si j'en savais un peu plus sur vos capacités. Disons que de ce que j'en ai entendu, vous semblez maîtrisé une technique assez unique dans votre Taijutsu. Ce n'est pas pour rien que votre famille... m'intrigue. Vous devriez penser à devenir un véritable clan." Je le pensais réellement et j'espérais que malgré mon statut de simple Genin il prendrait mes paroles en considération en tant que Hyûga.

Peu importe mon grand, mon rang ou encore ma position dans la hiérarchie Hyûga, je considérais que n'importe quel membre d'un clan principal disant qu'une famille devrait être un clan avait une voix qui compte. C'était ma manière de voir les choses par rapport à ce que je connais de mon clan et puis de toute façon, si un jour je parvenais à devenir celui que j'aspire devenir, ma voix serait encore plus percutante et surtout officiel. "Cela te plaît-il réellement Koga-dono ? D'être ce chien errant que tout le monde voit ?" Oui, à ce moment j'avais atteins le niveau d'alcool qui me faisait mettre les pieds dans le plat sans aucune gêne ni honte. Je voulais résister à l'appel de la bouteille, je ne voulais pas avoir oublié cette soirée demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Sam 2 Sep 2017 - 2:19
Ils arrivèrent bientôt au dit point culminant et le chien aux crocs sanguinolents parvint le premier à la cîme de fortune, s'installant en attrapant peu après la bouteille pour s'hydrater, du moins indirectement puisque l'effet recherché était tout autre. Autant qu'il ne se mente pas à lui-même, Kõga était piqué d'un frêlon néfaste et dévoreur de chair, celui qui porte le venin des souvenirs impérissables capables de blesser tout être doué d'émotions. De prime abord il paraissait peut être incapable de ressentir quoi que ce soit, et bien que cela le rendait plus fort, être éprouvé ainsi possédait sa part d'ombre inavouable. À l'instar d'une lame de qualité, il fallait tremper le métal dans un bain ardent pour le refroidir à répétitions afin d'obtenir au final un acier presque indestructible, parabole s'appliquant parfaitement au vingtenaire.

Assis là en seiza, il écouta Takashi sans lui porter un seul regard, fixé sur les astres de la voûte céleste crépitant d'un or noble. Dans ses propos il n'y avait que peu d'exagération et il s'étonna presque sans le laisser transparaître de l'exactitude des informations. Il était bien renseigné, peut être même un peu trop. « Je vois que tu es bien instruit. La curiosité mène à bien des choses, aussi bonnes que mauvaises... » Sans s'ériger en donneur de leçon, il se parlait presque à lui-même, éveillant les vieilles cicatrices liées à cette compétence clé du set ninja. « Une technique unique hein... Avec un peu de chance tu la verras en action un jour. »

Il sous-entendait par là que malgré la longueur du cheminement à accomplir, rien n'était impossible et des trois Nagamasa, il pouvait très bien voir l'un d'entre eux dans une situation les forçant à en user. Surtout s'il venait à apprendre aux côtés de Chôgen, fervant utilisateur de ce Hiden. « Qui sait ce que le futur nous réserve, c'est une idée qui doit faire son chemin. » Kõga ne s'estimait pas en position pour s'occuper de ce genre de problèmes, n'étant selon ses propres dires et pensées qu'une lame incroyablement tranchante élaguant son chemin dans un monde où les hommes comme lui se faisait rare.

Alors qu'il arrêtait de se braquer dans son rôle d'amoindri, une réflexion du Genin vint le toucher dans son amour propre, le brun utilisant son surnom qui circulait depuis des années déjà. Il inspira une grande bouffée d'air en gardant un peu le silence entre eux, puis orienta ses pupilles cendrées vers la lune. « Je pense que les sentiments de ce genre sont superflus. On ne décide pas de tout, mieux vaut le comprendre et l'accepter. C'est un petit sacrifice, tu sais... » Plein de sous-entendus qu'il ne s’évertuerait pas à lui expliquer, Kõga se contenta de boire encore, puis fit claquer sa mâchoire en absorbant sa dernière gorgée.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Sam 2 Sep 2017 - 2:57
Nous avions fini par nous arrêter à un moment, se contentant de discuter et regarder les étoiles. Enfin quand je dis discuter, je dirais plutôt essayer de communiquer avec un homme qui semblait avoir plus de philosophie dans ses propos qu'il ne pouvait penser. Pas si stupide que ça finalement. Il n'avait pas tord cela dit quand il disait que la curiosité pouvait amener des mauvaises choses, mais c'est dans ma nature. Je me sentais obligé de m'intéresser aux shinobi les plus puissants et reconnus de cette planète, c'était un des meilleurs moyens de s'améliorer en tant qu'homme, mais surtout en tant que shinobi. Mon regard avait fini par suivre celui de mon homologue, j'avais finis par plonger mes yeux dans le ciel pour y regarder les constellations. Il était vrai que j'étais vraiment pressé de voir un Nagamasa à l'oeuvre, voir en réalité est forcément mieux que tout ce que j'avais pu entendre ou lire.

C'est sa réponse d'après qui était la plus intrigante au final, je voyais ce qu'il voulait dire, mais du coup je voyais plus triste que je le pensais. Sacrifier une chose comme ce genre de sentiments pour pouvoir évoluer et vivre comme il le fait, en serais je capable ? Je ne pense pas non, je trouvais ça même plutôt courageux de sa part. Je ne savais tellement pas quoi répondre que je finis par prendre la bouteille pour boire une ou deux gorgés avant qu'il ne la finisse entièrement. Je finis par lui rendre et je m'accroupi à côté de lui, mes yeux se concentrant sur la belle lune de ce soir.

J'essayais de réfléchir, mais avec tout cet alcool je n'y arrivais pas correctement et c'est pour cela que j'avais bien laisser un blanc de cinq bonnes minutes. Que voulez-vous, des fois je me retrouve dans des situations inattendues et je ne suis absolument pas prêt. Si seulement j'avais pu me préparer à avoir une conversation avec cet homme et si seulement j'avais les capacités entières de mon cerveau en marche, j'aurais pu rétorquer tout de suite. "Des sacrifices hein... Moi j'ai sacrifié une relation prometteuse avec la fille de mes rêves ainsi que mes idéaux pour atteindre mon but final... Je te comprends plus que tu ne le pense." Je ne le regardais pas pour autant quand je dévoilais ça, je restais concentré sur la lune. Il était la première personne à qui je parlais de ça et qui aurait pu croire que ce serait avec le chien errant.

Je pensais au plus gros regret de ma vie ainsi que mon désaccord avec la chose la plus horrible que mon clan a pu créer, la Bunke. Si je pouvais revenir en arrière, est-ce que je changerais ça ?
Je ne pense pas et c'est ça que je trouve grave, j'avais quand même une part sombre en moi que j'essayerais toujours de contenir. Je me devais de la contenir pour atteindre mon but.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Sam 2 Sep 2017 - 13:20
Si Takashi croyait son âme teintée de ténèbre, alors celle de Kõga était vouée à une damnation ardente dans les brasiers de l'enfer. La sienne abritait un passager noir, une entité qui scrutait ses actions et décisions pour les influencer de ses griffures sombres et le diriger vers une abysse sans fond, rituel qui avait maintes fois coûté au plus jeune Nagamasa. Quand il regarda l'abîme en face, elle lui rendit la pareille, et cette vision le Yaken l'avait gravé en mémoires dans une pléthore de clichés effrayants,

Finissant d'une traite la bouteille déjà bien entamée, il la jeta d'un mouvement sec et puissant en contrebas, l'éclat du verre contre le sol pavé venant un instant briser le silence instauré entre les deux hommes d'approximativement le même âge aux parcours pourtant bien différents. La valeur n'attendit jamais le nombre d'années et les péripéties non plus, rendant le natif d'Uzu bien plus puissant que son homologue par la force des choses. Fait établi, mais qui n'était plus d'actualité dans sa psyché vagabonde allant de supernova en supernova, comme pour essayer de s'émerveiller sans réel succès.

Il se confiait maintenant à lui mais les spiritueux adoucissant ses mœurs, il ne l'ignora pas et se contenta tout d'abord de laisser un silence propice à la réflexion comme pour permettre à Takashi de contempler lui-même les traces de ses pas dans la boue du chemin déjà parcouru, tirant des traits et des parallèles sur leurs itinéraires respectifs.

« Ton but principal.. Les hommes de conviction sont rares et parfois leurs choix les emmènent devant des portes sans serrures.
L'as tu déjà entraperçu, Takashi-kun ? Marquant un temps d'arrêt pour avaler sa salive aux saveurs de liqueur de riz, sa mâchoire se contracta, saillante et dessinée sur son visage d'une inhabituelle inexpression. Le Shinigami. Quand tu enfonces certains portails, il apparaît parfois. Pour toi, pour ceux que tu aimes. Pour ceux que tu crois invulnérables. Moins tu seras entouré et plus tes chances de faire grincer un grand nombre de gonds seront grandes. Si ça peut t'aider, dis-toi que tu évites peut être le pire à cette kunoïchi. »

Hagard, il philosophait comme rarement, essayant presque de se convaincre sans vraiment attendre du Hyûga une quelconque confirmation. Pourquoi livrait-il ses pensées à cet homme ? Il fallait se résoudre à croire qu'il se déchargeait d'une partie de ce qui le tourmentait, sans auparavant s'assurer de la sûreté de cette personne. Mais dans ses habituels excès de confiance, il se savait capable de le faire taire à jamais s'il avait le malheur de trahir une possible pensée ou un secret lâché sous cette lune brillante.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Sam 2 Sep 2017 - 15:23
Je me demandais bien ce qu'il pouvait se passer dans la tête de Koga. D'apparence, il ne cachait pas toute la noirçeur qu'il y avait au fond de lui. Il devait vraiment avoir vécu des choses très intense pour en arriver à ce niveau. De mon côté, je considérais que si je subissais à ces ténèbres c'est que j'aurais perdu mon duel, je ne devais pas céder à la tentation. Je voyais un peu cela comme le chemin le plus simple, mais je pouvais comprendre que certaines personnes pouvait se laisser tenter. À vrai dire, mon passé n'était pas si sombre que ça, c'est pour cela que c'était simple pour moi, mais je me doute bien que sur cette planète, beaucoup de personnes vivent des choses insupportables. Koga semblait être une de ces personnes ou alors peut-être qu'il était simplement faible pour choisir le chemin du mal. Je ne savais pas vraiment puisque je ne connaissais pas son passé, mais j'avais du mal à imaginer que la personne à côté de moi soit comme il est sans aucune raison particulière. Je ne voulais pas en demander trop puisque moi-même je cache mes parts d'ombres.

Le silence brisé par une bouteille en verre finissant contre un sol solide me fit détourner le regard vers mon interlocuteur pour écouter ce qu'il avait à me dire. Le Shinigami ? Je me demandais s'il faisait encore une métaphore ou s'il avait vraiment aperçu le dieu de la mort. C'est son autre métaphore qui me laissa de quoi réfléchir plus en profondeur. Il est vrai que ça devait être plus facile dans certaines situations de n'avoir aucune attache, mais dans les moments difficiles il est toujours bon de trouver des gens sur qui compter. D'un côté, je comprenais un peu ce qu'il voulait dire, car pour devenir chef de clan, j'avais pris la décision de ne pas en parler aux autres Hyûga, je voulais enfoncer les portes tous seul dans cet objectif. Malheureusement pour mon nouvel ami Samourai, il avait tord sur sa dernière phrase, mais j'hésitais à lui en parler. "Je pense que tu as raisons pour certains points... Pour d'autres, tu dois bien être content quand tu as ton grand frère à tes côtés je suppose. Je ne pense pas que se retrouver complètement seul soit une solution. Cela doit être pour ça que tu garde ta famille avec toi." C'était bien plus simple de parler de la vie des autres que la mienne, je n'ouvrais pas les portes de mon coeur pour ne pas être juger.

Pourtant, je ressentais quand même une certaine confiance envers Koga. Pas sur le fait qu'il garderait un secret parce que je pense qu'il n'est de toute manière pas du genre à parler avec les gens. Non c'était une confiance différente, je sentais que je pouvais lui parler de tout, de mes erreurs du passé car il ne me jugerait pas. Il ne changerait pas sa vision de moi, comme s'il était la personne la mieux placé pour lui parler de ça. "Malheureusement mon ami, je sais que ce n'est pas le cas... Ne pas tendre ma main à cette amie quand elle se faisait rejeter par le clan n'a rien permis d'éviter pour elle. Je me demande encore si elle s'en est sortie malgré malgré sa condition... d'aveugle." Je parlais bien évidemment de Sanadare, mon amour d'enfance, mais Koga ne la connaissait sans doute pas. Je restais vague exprès, rentré dans les détails n'était pas mon fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Dim 3 Sep 2017 - 14:49
La discussion suivait son cour au fil des mots prononcés et des regards dans le loin, le chevalier sans armure exhalant par la position de son corps une certaine sérénité qui en rien n'était totalement valide. Bien que placide, celui qui voyait tout avait pu percevoir les miasmes des langues vaporeuses qui enserraient son mental pourtant d'acier, le tirant inexorablement vers les cendres d'un feu qui ne brûlait plus ; bâlant et chagriné autant que pensif et toujours aussi déterminé malgré les quelques embûches pourtant de taille, il restait d'une compagnie très amoindrie. Cependant sans qu'il s'en rende compte, le bas-gradé en avait appris plus en une soirée sur son état psychologique que la plupart des autres iwajins ayant un jour croisé sa route.

Encore une fois, il visait juste. Etait-ce grâce à quelconque magie héréditaire que provoquait ces pupilles blanches venu des contrées du feu ? Une justesse qui témoignait de leur similarité, comme deux pierres ricochant sur l'eau où Kõga n'était que celle jetée en amont ? Non. Il n'avait sûrement pas vécu la ségrégation, les brimades et leur formation spéciale au sein du Pays du Fer, mais ses expériences semblaient l'avoir rapproché de la caste de personne que le Jônin immigré représentait.

« Si tu veux tout savoir, j'ai même deux frères. Entre nous, il y a un accord tacite, un lien fait de serment et de fer, de mots et d'actes. Tu ne peux mettre en danger celui qui a emprunté la route dangereuse avant toi. Seulement te contenter de faire pour le mieux... » Faire pour le mieux était une de ces phrases toutes faites dans lesquelles le Chien Errant ne plaçait aucune confiance, bien qu'il appliqua ce précepte pour toujours exceller dans tout les domaines qu'il avait exercé jusque là.

Flamme, glace et foudre, chacune capable d'incapaciter, d'effrayer, de détruire. Voilà ce qu'était le trio de frères, une volée d'éléments dont il était le plus crépitant ; celui qui frappe l'oeil et déclare son intention dans un flash, qui ne laisse pas le temps d'une respiration pour se démontrer, capable d'illuminer comme de carboniser.

Il l'avait appelé son ami, lui qui s'était montré si froid avec Takashi. Cette propension à la chaleur humaine, elle lui était inconnue et si étrange. Comme si malgré leurs ressemblances, le fondement de leurs êtres étaient deux socles de métaux différents. Comme si il était un estropié émotionnel. Toussant pour s'éclaicir la gorge, il planta alors ses yeux vert-de-grisée dans l'opaline blancheur des siens. « De là où je viens, on raconte aux enfants un conte; celui de Zatōichi. Masseur itinérant, il vadrouille de lieu en lieu pour prodiger ses soins, et il se trouve extrêmement doué dans l'art du sabre. Mais cet homme possède un lourd fardeau ; il se trouve coupable de la perte des yeux de son plus jeune frère, et bien qu'il ait agit par inadvertance dans un accident déplorable, sa façon de se racheter est d'offrir ses services et sa lame aux nécessiteux. Je te passe les détails mais vient le jour où il atteint l'âge où les hommes sont qualifiés de sages, où ses tempes grisonnent. Et il retrouve son frère. Ce dernier, depuis le jour où il l'a quitté, a pardonné à Zatōichi. Il a même vécu une vie glorieuse et d'utilité à l'étranger, s'est servi de son infirmité comme d'une force ; le cadet a rendu son sort presque enviable, tandis que le coupable de son handicap n'a eu de cesse que de s'en mordre les doigts. Pourtant cela l'a pourtant mené à de son côté, agir pour le bien commun. Comprends-tu, Takashi, le fin mot de tout ça ? Je pense que oui, alors je t'éviterais la conclusion et la mémoire commune à ce genre d'histoire. »

Cette histoire de bien et de mal, il l'avait entendu alors bien plus juvénile qu'au moment où il la transmettait, les valeurs portées par cette dernière étant assez claires pour illustrer la situation du Hyûga. Si tant est qu'il soit coupable ou pas de la déchéance de Sanadare, il ne pouvait lui rendre la vue ; mais il pouvait honorer sa perte, donner plus qu'il n'avait prit. Sa compatriote possédait toujours le souffle de la vie, et c'était la seule chose vraiment importante qu'un shinobi, qu'un Homme a besoin. Il venait simplement d'exposer l'étendu d'une situation et les interprétations étaient multiples.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Dim 3 Sep 2017 - 18:34
Deux frères ? Alors finalement ils étaient les trois Samourai d'Iwa. Je me demandais s'ils étaient tous les trois aussi sombre et mystérieux que Koga. Ou alors c'était le seul ? Peut-être que j'aurais plus de chance d'en apprendre sur les Nagamasa en les rencontrant un jour. Leur accord était fort intéressant également, j'avais comme l'impression que le Naga à côté de moi se donnait toujours au maximum pour justement tenter de faire mieux que ses frères. Faire mieux, mais à quel niveau ? Sans doute pas dans la réussite hiérarchique et militaire, mais plutôt dans ses combats. Voulait-il être le meilleur des trois ? L'était-il d'ailleurs ? J'aurais beaucoup aimé pouvoir être spectateur de leurs combats d'entraînement, ce serait plus simple pour me faire une idée de leur niveau. J'allais devoir faire ça sur le terrain, bien analyser les trois shinobi pour comprendre leur manière de combattre. "J'aimerais beaucoup rencontrer le troisième un jour, sachant que ce sera bientôt le cas pour Chôgen-sensei." Je marquais un temps d'arrêt, je me demandais s'il y avait une chance que ça arrive. Si ça se trouve il est encore plus insociable du Jônin de ce soir et refuserait catégoriquement que je le rencontre. Dans tous les cas, je ferais en sorte que cela arrive, je voulais rencontrer toute cette famille.

L'histoire qui me conta Koga était très intéressante et je voyais totalement où il voulait en venir. Malheureusement, j'avais du mal à me dire que c'était pareil pour mon histoire. Il faut dire que la plus grande puissance du clan Hyûga est notre dojutsu et je ne pensais pas qu'un jour je serais capable de continuer de vivre si je devais perdre mes yeux. Je sais qu'avoir un tel pouvoir et savoir combattre n'est pas ce qui fait la vie, mais c'est comme ça que je fonctionne depuis cet événement. J'avais passé tout mon adolescence à m'entraîner à l'art de la paume du hakke, délaissant pour le moment le côté sensorialité que je pouvais décupler. Même si j'étais pas très costaud et pas très grand, j'avais tout mis en oeuvre pour ne jamais perdre un combat à main nue. C'est pour cela que je n'arrivais pas à être rassuré des paroles de mon ami de ce soir, car pour moi ce n'était pas totalement comparable. "Je vois ce que tu veux dire, c'est une très belle histoire. Sauf qu'en me mettant à la place de Sanadare-chan, je ne peux pas concevoir qu'on s'en sorte mieux sans... Byakugan. C'est notre essence. Comment te sentirais-tu sans mains ? Sans sabre ? Te vois-tu accepter la vie de cette manière ? Peut-être qu'elle s'en est sortie et dans ce cas j'en serais absolument heureux, mais c'est le fait de ne pas l'avoir soutenu qui est grave. Normalement... Un être aimé... On se doit d'être là dans les moments les plus difficiles, moi je n'ai fais que l'abandonner par... Faiblesse ?" Je pense que Koga-dono était capable de comprendre ce que je voulais dire car honnêtement, à sa manière de respecter sa famille et son sabre, je ne pense pas qu'il accepterait de vivre sans être ce qu'il est. "Si je la retrouve un jour, je lui montrerais toutes mes recherches sur ces agresseurs et ils en subiront les conséquences quand je les aurais trouvé et que je pourrais sortir des murs du village !" Si à ce moment Koga me regardait, il pouvait voir toute la détermination qui animait mes pupilles. J'étais tout aussi motivé à cette affaire qu'en mon rêve de devenir chef de clan, c'était la seule chose où je pourrai abandonner un entraînement pour venger la Hyûga aux cheveux blancs.

Je pouvais ressentir l'alcool commencer par disparaître petit à petit. Que faire ? Est-ce que Koga continuerait à être si bavard s'il n'y avait plus de quoi boire. À vrai dire, j'étais pour le moment plongé dans la beauté du ciel de cette nuit et j'avais pas tellement envie de détourner mon regard. Cette lune avait fini par m'apaiser, me laisser convaincre de me confier envers le chien errant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Lun 4 Sep 2017 - 13:17
Du trio Nagamasa, il était celui que le Kami avait doué du moins de sagesse et voilà qu'il en dispensait à autrui, dans un tableau qui aurait été dépeint de toute autre manière si son passé récent et son état avaient été différents. Mais tout est une question de circonstances et peu à peu, un lien tacite d'un commun accord se tissait entre les deux shinobis nés à l'étranger pour servir une cause qui était désormais la leur pleinement, qu'ils l'acceptèrent ou non dans le cas du ninja sabreur. Il était le cadet, celui sur qui Hideyoshi avait parié, le dôté et gâté d'une manière pourtant avilissante d'espoirs allant à l'encontre des siens, ce fardeau lui ayant déjà coûté un prix si élevé qu'il aurait tiré des larmes au plus vaillant, au moins délicat. Mais le blindage d'un samuraï est solide ; celui de Kõga est hermétique.

« Qui sait. Mon aîné est un homme de loi et partage la vision de Chôgen pour Iwagakure. Il passera sur le devant de la scène plus tôt que tu n'as l'air de le penser. » Dans un mystère drapé par la diligence du shinobi à ne pas révéler quelconque de leurs plans, plus par sécurité que par méfiance, même s'il doutait des capacités d'un Genin à interférer dans ce pharaonique projet, être prudent était une composante de base à la réussite d'une telle épreuve de force. Il était de nature impulsive, certes, mais l'idiotie n'avait jamais prévalue sur les leçons du passé, sur ses capacités cognitives, bien que plus très sobre.

« Puisque tu me supportes et que tu vas bientôt rencontrer Chô', voilà un petit avantage de départ. Il est friand d'herbes à fumer. Les mêmes qu'on cultive dans ton pays d'origine. Un certain Roki de ton clan en est consommateur... » Sans aller jusqu'à marquer son propos d'un clin d'oeil pour appuyer l'évident, il venait de lui offrir de quoi apaiser le Gunjiteki, ou au moins l'amadouer si besoin il y avait. Cela ferait sûrement plaisir au futur leader de la patrie de la Pierre qui ne manquait jamais une occasion de porter la pipe à ses lèvres. Il ne partageait pas ce trait, mais comprenait que les vapeurs du tétrahydrocannabinol et ses cousines opiacées purent sans doute éclipser les propres maux de celui du milieu, ou au moins les voiler pour les fastes moments d'exil de cette réalité qui ne se montrait clémente avec eux que pour certaines domaines ; comme s'ils n'étaient destinés qu'à s'illustrer dans la politique et les belligérances au détriment de leurs vies sentimentales, familiales.

Il avait lâché du regard son coéquipier de beuverie pour le faire glisser sur l'éventail de couleur restreint du ciel, écoutant avec attention, décryptant sous-entendus, noms et autres indices sur son passé sans éluder quoi que ce soit, rendant presque curieux son intérêt pour Takashi. Peut être que s'occuper d'autre chose que de lui-même était l'éxutoire parfait pour fuir ses propres troubles. « Ce n'est pas une question de mieux ou de moins. Tu es bien ignare si tu penses que ton Kekkei Genkai est la seule chose qui te permet d'accomplir ton nindô, si tu crois que l'attribut génétique surpasse l'individu. Si je perdais mes mains, alors j'ornerai mes crocs d'une lame. Si je perdais mon sabre et la capacité de le manier, alors je deviendrai autre chose me permettant de combattre comme je l'ai toujours fait. C'est ce que je suis, et le Kenjutsu n'y est pour rien. » Il avait repris ce ton presque sec, laissant toutefois la place à une fibre presque pédagogue, comme si lui rentrer dans le crâne son point de vue avait une quelconque importance.

« A-t-elle quitté ce monde ? Je crois comprendre que non. Alors agis, si ça te tourmente vraiment. Il me semble que oui, tu agis comme un faible, et pourtant tu parles comme si tu en avais conscience. Par respect pour ceux qui n'ont plus la possibilité de le faire, remue-toi, au lieu de rester assis à côté d'un samouraï et de boire, manger. Éluder n'est pas solutionner. On dirait qu'après tout, l'enseignement de Chôgen peut te faire du bien... » Encore une fois, il n'avait pas fait de cadeaux au Hyûga. Mais n'était-ce pas là une preuve de respect que de le mettre en face de ses contradictions. Il incarnait cette ombre qu'il n'avait jamais eu sur sa route pour lui démontrer sa véritable stature, Takashi aurait cette chance. Pouvait-il la saisir ou serait-il une déception de plus pour Kõga ?

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Lun 4 Sep 2017 - 21:19
Alors comme ça le plus jeune d'entre eux était le seul des trois à détester Iwa ? Que pouvait-il bien s'etre passé entre la naissance des deux premiers et lui ? Comment trois personnes éduqué par la même personne pouvait être si... différent sur certaines choses ? Je ne comprenais pas vraiment d'où pouvait venir cette interrogation que j'avais, mais je n'allais pas insister sur ce point, bien content de savoir que je verrais le troisième Samourai bientôt.

J'étais heureux, heureux des paroles de Koga. Je prenais son conseil pour m'aider dans mes relations avec Chôgen comme une façon d'accepter mon amitié ou au moins ne pas fermer toutes les portes. J'étais heureux, heureux de pouvoir arriver auprès de mon sensei avec un cadeau qui lui plairait énormément. "Merci senpai." Je souriais, pour montrer que j'étais heureux, heureux.

Ouch, je venais de me prendre une sacrée leçon de moral venant d'une personne qui ne semblait ne pas en avoir. Je m'étais définitivement incrustrer dans l'intérêt du jeune à homme à côté de moi vu ce qu'il venait de me lâcher. Pourquoi aurait-il perdu son temps à essayer de me faire comprendre des choses s'il ne portait aucun intérêt à moi ? Il suffisait de regarder à quel point il pouvait juste snober les gens qu'il ne connait pas. Comme il m'avait au début de la soirée. J'avais réussi mon coup, j'avais réussi à voir une meilleure facette de Koga que le chien errant. Même si ce qu'il avait dit m'avait blessé droit au coeur, je savais qu'il avait totalement raison. Je n'avais fais que me morfondre intérieurement jusqu'à aujourd'hui en pensant que ma vie se résumait seulement à mon Kekkei Genkai. À quel moment j'étais devenu si faible d'esprit ? Bien sûr c'est à ce moment et aucun autre que j'ai finis par accepter que pour vivre je me devais d'avoir mes Byakugan fonctionnels. "Tu as... Raison, je... Me suis perdu il y a longtemps en pensant que... Seul mon dojutsu faisait de moi ce que j'étais..." J'avais du mal à parler, il faut dire que j'étais réellement touché par ces propos.

J'avais finis par ne plus regarder le ciel, je regardais juste le sol, je repensais à ces plus de cinq années dans l'erreur. J'étais dans l'erreur tout ce temps et Koga venait de me faire comprendre une chose, je devais agir au lieu de juste pleurer et parler. "Tu sais quoi, je vais m'y mettre sérieusement à cette affaire et crois moi que quand je serais chef de clan, plus jamais un cas de ce genre arrivera dans mon clan !" Quand j'avais dis cette phrase, j'avais tourner mon regard vers le Samourai pour le regarder droit dans les yeux pour lui montrer ma détermination. "Je te remercie... Je n'aurais jamais pensé que tu allais changer ma vision de la vie Koga-dono. Regarde moi bien évoluer, tu ne vas pas être déçu !" C'était une promesse qui ressemblait également à un ordre. Je voulais qu'il me suive mon parcours car il venait de me donner un nouvel objectif de vie, devenir son rival. Je voulais pouvoir lui rendre la donne un jour et pour moi, ce serait un beau cadeau à lui offrir que de le combattre à armes égales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

[L'Okonomiyaki Yoka] Un excellent Okonomiyaki, ça faisait longtemps [LIBRE]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: