Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Confessions intimes [Ft. Ike]


Lun 21 Aoû 2017 - 1:31
L’esprit s’infuse et fond avec délectation. A son réveil, Nora n’était qu’une gamine se dandinant puérilement dans les draps de son large futon. Son visage était béat, presque abrutie, mais comment lui en vouloir ? Elle dont le seul destin se composait de misère et de pauvreté. Pouvant empoigner mille et une richesses de ses mains impures, ses yeux ne purent éviter la lueur des nombreuses piécettes tentatrices. Honte à elle ! Alors que les moines s’étaient jurés une vie frugale, Nora avait elle-même choisi de plonger son être dans les deniers miroitants.
Le Saint firmament pourrait la punir pour ce délit. S’être sustentée d’un péché luxurieux lui coûterait sûrement plus qu’un aller simple au purgatoire. Encore faudrait-il que la moniale en ait quelque chose à faire. Sa relation avec les cieux a toujours été très spéciale. Tantôt se serrant la main, tantôt s’échangeant des poings. La défiance enflammait constamment leur aventure. Pour autant, ils n’oubliaient pas de se respecter. En cette matinée aux températures méridionales, la moniale n’a pas oublié de saluer celui qu’elle adore depuis sept ans. Son Dieu. A Kumo, nombre sont les temples où elle peut échanger quelques mots avec lui. Des confessions. Un récit de ses précédentes aventures. Il n’y a pas de limite à un confiteor.

Deux heures. Peut-être trois heures. Les quelques prêtresses du temple pourront témoigner de la sempiternelle discussion ayant liée Nora à sa divinité aujourd’hui. Personne n’avait pu la déranger durant sa symbiose sereine. Dans sa position durement perfectionnée, elle lui avait révélé le récit de ses dernières aventures. Ses poursuivants. Ses dettes. Son sauveur. Son futur. Si ses débuts à Kumo avaient paru poussifs voire compromis, force est de constater que l’avenir présageait de doux moments où l’or ne manquerait pas. Désormais, l’angoisse n’étranglerait plus sa frêle gorge. Elle criait à présent une joie virevoltante et contagieuse. Il y avait beaucoup d’optimisme dans ses élucubrations utopiques… peut-être trop même. Pas un instant, elle ne songeait à toutes les éventuelles bizarreries qu'elle pourrait encore rencontrer à Kumo. Les rencontres improbables étaient loin d'être finies...
Les paupières s’ouvrant délicatement, une demoiselle âgée la fixa debout d’un regard apaisant. Elle arborant des vêtements presque similaires, si l’on enlevait le fait que la tunique moniale de Nora affichait un décolleté gouteux. A cet instant et par cette simple analyse, Nora comprit à peu près à qui elle avait affaire. Une religieuse, au titre probablement très révérencieux. Les lèvres honorées, l'ex-vagabonde affaissa légèrement sa tête en guise de respect, puis elle s’arqua d’un sourire cérémonieux pour prononcer :

« Je ne suis qu’une noble pêcheuse discutant avec mon Dieu ! Que me vaut donc cet honneur ? » Dans un lieu sacré, la moniale savait se comporter correctement. Ou du moins, elle paraissait méchamment différente de l'audacieuse dévergondée escroquant homme sur homme. Ce temps-là était d'ailleurs derrière elle ! Avec les promesses qui avaient récemment scellé son destin, de telles débauches n'étaient plus tolérées.
« Relevez votre tête ! » Quelques toussotements de vieillesse et l’arrivante se reprit « Je m'appelle Sayuri Kobayakawa et en tant que matriarche de ce modeste temple, j’aimerais vous demander s’il vous serait possible d’écouter les requêtes de pêcheurs pour cette matinée ! Nous manquons malheureusement de personnel aujourd’hui… » Des yeux perçants, un sourire assurée, elle ajouta « d’autant que vous m’avez déjà l’air d’en savoir beaucoup sur les pratiques religieuses ». Ses manières millimétrées l’avaient trahi. Ses gestes durement appris avec le temps étaient le fruit d’un enseignement divulgué par son maître et il était fort probable que la matriarche ait remarqué ces détails méticuleux. « Je serais honoré de pouvoir écouter les lamentations de Kumo et ses habitants. » Néanmoins, la décision finale lui parut évidente. Au cours de son périple de plus sept années, elle avait écouté de nombreuses confessions provenant d'enfants et d'adultes de tout horizon. Des survivants de guerres. Des mourrants, des malades, des traumatisés... leur confession nourrissait le coeur fort que s'était bâti la moniale.

Un ravissement égaya le faciès rabougri de la vieille dame. Cette réponse positive lui avait paru évidente et la matriarche s’en était chaudement réconfortée. Par politesse, la sextuagénaire décida de lui faire visiter les lieux. Ce que les traditionnels croyants ne pouvaient percevoir, elle allait le découvrir… ou plutôt le redécouvrir. Ce n’était pas la première fois qu’elle visitait un temple et celui dans lequel elle était en train de marcher n’était pas si immense que ça : Un petit temple donnant à l’avant sur une maigre cour dallée et à l’arrière sur un étang entouré d’habitats rudimentaires. L’intérieur de la bâtisse religieuse avait toutefois de quoi rattraper sa petitesse. En foulant le sol de ce temple, Nora ne rata la luisance du parquet flottant bien entretenue. Surplombée par une statue dorée symbole d’équilibre et de sérénité et par des ornements religieux spécifiques, la pièce principale respirait profondément l’ecclésiastique. C’est d’ailleurs dans cette pièce qu’elle fut installée.
Dos à la statue dorée, elle était vénérablement assise sur un petit coussin rouge. En face d’elle se trouvait, un coussin vide qui n’attendait plus que les fesses d’une brebis égarée pour être comblé. Maintenant, il n’y avait plus qu’à attendre qu’une première personne arrive. D’après Mme Kobayakashi, les premiers plaignants pointeraient le bout de leur museau bien assez tôt. Aussi, la moniale ne tomba pas dans le piège de l’impatience dévorante. Son calme était honorable. Sa sérénité était respectable. Quelques minutes s’écoulèrent dans un silence naturel quand enfin, un premier individu foula le bois de la pièce. Il était grand. Très grand. Ses muscles aussi étaient grands. Très grands. Clairement, ce devait être un combattant qui frappait avec hargne et brutalité. La question était évidemment de savoir pourquoi quelqu’un comme lui souhaitait se confesser. « Bonjour ! Je suis Leoko Nora et c'est avec moi que vous discuterez aujourd'hui ! Mais avant tout, je vous en prie ! Asseyez-vous ! ». La présentation était importante. Mettre son invité dans de bonnes conditions sans le brusquer était le nec le plus ultra pour assurer une quiète conversation. Doux, sa voix porta chaleureusement sur toute la salle de confession. Dès que l’individu s’installa ou daigna grossièrement le faire « A présent… parlez-moi de vous ! » Est-ce ce type avait au moins une raison d'être ici ? La moniale n'avait même pas l'air de se poser la question !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Lun 21 Aoû 2017 - 18:42
Ce matin Shojito avait décidé de ne pas allez au complexe sportif, après de nombreux échec à essayer de se vider la tête avec cette histoire d'alcool qui lui permettait de ne pas ressentir de courbature un lendemain d'entrainement mais qui le rendais incapacitant durant la période d’ébriété, il s'était décidé à trouver un autre remède pour les courbatures qui ne nécessitait pas d'être saoul. Toujours levé de bonne heure il se promenait dans le village regardant échoppe après échoppe comme si par miracle il finirait par tomber sur une potion anti-courbature. Soudainement il s'arrêtait à une échoppe de sport avec plusieurs accessoire de musculation et il regardait avec intention les produits présent, il n'y avait rien d’intéressant à porté de main mais quelques chose attirait son attention. Une pommade, sur l'étiquette était marqué : "Pommade contre les courbatures de lendemain d'entrainement" il avait enfin trouver son bonheur et souriait grandement en achetant le produit avant de continuer sa marche vers le centre de la ville errant cette fois-ci sans but mais toutefois avec le sourire.

C'était devant une grande bâtisse qui avait tout son charme qu'une vielle dame avec un sourire angélique l'arrêtait à cause de son sourire qui ne semblait pas du tout naturel... En effet Shojito avait beau sourire sincèrement on aurai dit qu'il se forçait lui qui n'était pas très expressif. Celle-ci se mettait à l'appeler "Mon fils" et lui demandait si il n'avait rien à dire au seigneur, se mettant à déblatérer un tas de chose qu'il ne comprenait pas du tout.

"Le seigneur ?"

-"Oui le seigneur, notre seigneur tout puissant."

"Puissant ? Il est si fort que ça ? Vous croyez qu'il pourrait m'aider à m’entraîner ?"


-"Oh, vous avez du mal avec votre entrainement mon fils... Depuis combien de temps ne vous êtes vous pas confesser mon fils ?"

"Confesser ? Hum... J'ai jamais fait ça... C'est quoi comme entrainement ?"


Soudainement la vielle dame saisissait le blondinet par le bras et l’emmenait dans la bâtisse venant lui ouvrir deux portes avant de l’emmener dans une pièces magnifique qu'il dévorait des yeux pour ensuite poser son regard sur une jeune femme assise qui lui parlait et l'invitait à s’asseoir. Le regard inspectant le moindre recoin de la pièces le blondinet venait s'asseoir en face de la jeune fille avant d'ajouter sans même prendre la peine de la regarder dans les yeux.

"Je m'appel Ikezawa Shojito, c'est toi le seigneur qui peut m’entraîner ?... C'est beau ici. Mais j'pense pas que ce sera pratique pour se battre, vous avez pas une salle avec un peu moins de décoration ?"

De l'insolence involontaire, c'était ce que le blond était en train de faire car malgré qu'il y ai une personne face à lui il n'avait pas encore prit la peine de la regarder une seule fois dans les yeux depuis son entré dans la pièce. C'était à ce moment ou ses yeux se posait sur une statue qu'il hochait la tête avant d'ajouter.

"Ah je vois ! Vous voulez que je parles de moi pour distraire mon attention et m'envoyer vos statue dôton ! Je suis prêt ! Cet entrainement risque de me plaire !"
Et voici le grand détective Shojito en action... Très glorieux n'est-ce pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mar 22 Aoû 2017 - 15:45

« Hein ? »

Naturel et imprévisible. Elle avait logiquement exprimé sa surprise dans un court sursaut contrôlé. Pendant une seule seconde, le musculeux lamenté avait réussi l’impensable. La sérénité de la moniale, ultime rempart de son faciès, avait fléchi. Temporairement certes, mais l’exploit se devait d’être relevé. La nonchalance du premier venu était la tâche noire trahissant son minois sûrement populaire. Son insolence était à l’image de sa musculature, brut et irréfléchie. Il n’avait pas l’air d’intercepter toute la spiritualité de cette bâtisse. Ne se rendait-il pas compte que son comportement irrespectueux polluait l’atmosphère religieux de la place ?
Les énergumènes de cette trempe ne lui étaient pas inconnus. En sept ans de périple à travers le monde ninja, elle avait eu toute la tristesse de rencontrer quelques incultes de la sorte. L’ignorance était tolérable. C’est même un fondement immuable de l’Homme. Néanmoins, il était des limites où même l’affection ne pouvait couvrir la crétinerie de cette espèce. Comment diable n’avait-il pas remarqué la statue dorée surplombant toute la pièce dans laquelle l’inconnu venait d’entrer ? Elle symbolisait paix, tranquillité et surtout, religion.

La moniale tergiversa sévèrement. L’incompréhension l’avait affaibli mentalement. Ce bonobo était vraisemblablement doué pour la décontenancer. Le minois hagard, elle réussit tant bien que mal à se concentrer sur sa mission. Si elle avait été sollicitée ici, c’était pour écouter les lamentations des brebis égarées et l’athlétique jeune homme en était clairement une. Au moins, il s’était assis devant la jeune religieuse et même s’il ne faisait absolument pas attention à elle, Nora se contenta ce consentement indirect.
Dans un sens, Nora était ravi de l’intérêt que portait le jeune homme sur ce temple. Ses yeux semblaient quelque peu intrigués par l’immensité des lieux. Peut-être que derrière toute cette débilité, il souhaitait se convertir et découvrir les bienfaits d’une religion à l’écoute de ses pratiquants… Elle n’y croyait pas trop ! En général, les armoires à glace n’avaient que faire des Dieux, estimant leurs muscles suffisants pour le devenir.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’homme s’était présenté. L’esprit perché, il avait quand même assimilé la sincère requête de son interlocutrice. Ikezawa Shojito. Tel était le nom de l’imbécile n’ayant même pris la peine d’observer la moniale. La suite de son dialogue était un ramassis de conneries insondables. N’importe quel religieux qualifié pourrait vous affirmer que cet homme parlait une langue étrangère à la sienne.

« Hein ? »

Déconcertée. Encore une fois, la voilà désarmée. Ce ne pouvait plus durer. Hormis ce bâtard pervers, alcoolo et arrogant, personne n’avait réussi à ébranler son calme apparent. Une minute ne s’était même pas écoulée dans cet interrogatoire. Une grande respiration et la moniale reprit instantanément ses esprits. Dans tout son bazar vocal, tout n’était pas à jeter. Il avait quand même complimenté les lieux qu’il qualifiait de « beau ». Le compliment était avare, mais autant retenir le positif. D’autant plus que ses mirettes aveugles avaient enfin trouvé l’immense statue qui dominait le fond de cette place close.
Peut-être n’était-il finalement pas aussi irrécupérable qu’il paraissait l’être. Un brin stupide, potentiellement. Toutefois, il avait encore des efforts à faire et pour commencer, il ferait mieux de porter une petite attention à Nora. Parmi les quelques éléments que Nora ne supportait pas, il y avait le fait de ne pas avoir l’attention de son interlocuteur. Pour elle, c’était comme parler à un mur et elle n’appréciait absolument pas cela. L’homme avait l’air sacrément perché et sa nouvelle réponse lui fit comprendre que le problème pouvait être un peu plus grave que cela.

Pour contrer un taré, il fallait penser comme un taré. Dans son esprit, l’ex-vagabonde se voulut pragmatique. La solution à ce problème ? Elle tentait de se l’imaginer et son audace ainsi que sa malice la guida vers un chemin qui l’enchantait particulièrement. Et si ce type se foutait littéralement de sa gueule ? On ne pouvait être aussi con ! C’est impossible ! Confondre un temple spirituel avec une aire de combat. Et puis quoi encore ? Avec sa légendaire capacité à se créer des problèmes, Nora pensa à un plan, un plan ma foi… imprudent.

« Hum, je vois… Avez-vous consommé des drogues au cours des dernières 24 heures ? » Sa sérénité forçait l’admiration. Difficile de croire qu’elle s’amusait avec lui. « Ou alors avez-vous consommé une forte quantité d’alcool au cours de la matinée ? ». Madame se creusait les méninges et cherchait des situations marrantes à lui exposer. « Toutes les herbes ne sont pas bonnes pour la santé et je peux tout à fait concevoir qu’un grand gaillard comme vous n’ait pas remarqué que son potage n’était pas fait de légumes… par exemple. » Des conneries audacieuses ? Nora savait en dire beaucoup ! Enormément même. Si cela pouvait lui permettre de se débarrasser de nuisibles. Dotée de sa sérénité irrespectueuse, elle enchaîna aussitôt « Il est important que je sache de quoi vous êtes atteints, Ike ! C’est en parlant de ses problèmes à quelqu’un que vous pourrez avancer ! ». Une dernière pause dans son discours et elle termina par un « Confiez-vous à moi ! ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Mar 22 Aoû 2017 - 19:21
Alors qu'il était en train d'inspecter les lieux du regard un sourire se dessinait sur le visage du blondinet, il n'avait pas été très rapide pour déduire cette fois-ci ce qui lui semblait normal, la tête encore prise dans ses pensées d'entrainement sauté lui avaient fait oublier ce qu'on lui avaient appris durant les peu de cours théorique qu'il avait eut. Le fanatisme et la religion. Bien sûr comment avait-il pu passer à côté de cela ? Il se mettait en entré dans ses pensées.

"Comment ai-je pu être aussi naïf ? Est-ce la rencontre avec la petite qui m'a mis dans cette état ? Je ne me rappel pas tellement si bien que cela là soirée d'hier. J'ai surement trop forcé sur le saké, je n'ai pas les idées claire. Le seigneur tout puissant... bien entendu, c'est un endroit de religieux ici... J'ai bien l'air bêtes... Mais qu'est-ce-qu'elle me racontes elle ? De la drogue ?... Ah je vois... Compréhensible elle me prends pour un idiot fini. Je l'ai été, c'est de bonne guerre. Et si... Oui, entrons dans son jeu il serait amusant de voir combien de temps je peux jouer les idiots fini. En sommes ce n'est pas triché, je suis un peu idiot et la preuve est ma présence ici. Non, ce n'est peut-être pas si amusant que cela. Je me suis présenter après tout, c'est donc mon clan que je représente, je devrais... Oui, changeons d'attitude du tout au tout et voyons sa réaction."


L'attention du blondinet se retrouvait enfin sur la jeune prêtresse alors qu'un sourire se dessinait sur ses lèvres alors qu'il plaçait une main derrière la tête et jouait la carte de la franchise.

"En réalité... J'ai un peu bu la veille et mes idées était ailleurs lorsque la vielle dame ma emmener ici.... Ceci étant maintenant dis."
Il fronçait les sourcils et ajoutait d'un voix des plus sérieuse. "Je n'aime pas être pris pour un idiot fini, car même si je l'ai été le temps de notre rencontre, ne savez-vous pas aussi sâge que vous êtes qu'il ne faut jamais sous-estimer un shinobi ? La prochaine fois que vous m'insultez d'idiot je vous broie de mes mains et vous ferais regretter d'être venu au monde." Violent ? Oui. Sérieux dans ses propos ? Pas un seul instant, il ne voyait ici qu'un moyen de lui rendre la monnaie de sa pièce, mais même s'il jouait la comédie à la perfection il décidait tout de même de très rapidement calmer le jeu et venait laisser un petit rire s'échapper et suivi d'un sourire il ajoutait. "Je plaisante. L'humour ne fait pas de mal encore si ?" Son sourire s’effaçait rapidement car il avait malgré tout été blessé d'avoir été prit pour un idiot au delà de l'entendement.

Dans un soupire le blondinet se levait et venait faire la révérence en guise d'excuse. Il espérait pouvoir faire baisser la tension qu'il avait volontairement instauré pour faire comprendre à la jeune femme qu'il avait été touché par son manque de discernement envers lui.

"Je n'ai malheureusement rien à confesser, je suis fier de tout ce que j'entreprend, vous m'avez l'air sage et tout mais... La religion, ce n'est pas ma came. Je ne crache pas dessus car chacun à le droit de croire en ce qu'il veut, cependant, même si j'avais une chose à confesser, je ne viendrai probablement pas ici pour en discuter. Par contre, maintenant que je suis là... Autant que l'on discute un peu. De toute façons j'avais décidé de faire l'impasse sur mon entrainement de la journée. Qu'en dites-vous ?"


Sans tact et tout dans la franchise, voici ce qu'était notre Shojito national. Mais même s'il était sûr d'avoir surpris la prêtresse il était persuadé qu'au vu de son rang elle pourrait faire preuve de bonne fois et voir que le blondinet n'était pas vraiment la brute sans cervelle qu'il paraissait être.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 23 Aoû 2017 - 23:20
Quand la religion rencontre la débilité. Face à ce genre d’imprévus, il était important de partager un même langage. Et les idiots n’en connaissaient pas mille. Bien entendu, les remarques de Nora pouvaient paraître comme une provocation. De ce fait, son interlocuteur pouvait tout à fait se sentir offusqué par ces remarques désobligeantes. Elles étaient osées et visaient implicitement l’égo du baraqué, si égo il avait bien sûr. Qu’importe la réaction du monstre aux muscles saillants, la moniale avait préparé des alternatives plus ou moins intéressantes.
Le mieux serait qu’il comprenne son erreur rapidement. Ainsi, le jeune homme se montrerait sous de meilleurs hospices et ils pourraient probablement repartir sur de meilleures bases. Loin d’être asociale, peut-être qu’il pourrait devenir une potentielle fréquentation correcte. Jusque-là, elle n’avait rencontré que des pervers (et son fiancé ne faisait pas exception à cette règle). Donc, discuter avec une personne « normale », quoi qu’un peu simplet allait lui changer de son récent quotidien. Dans le pire des cas, si l’atmosphère venait à s’enflammer, elle pourrait toujours se battre. Un combat ne lui ferait pas de mal, bien qu’elle n’apprécie pas spécialement la castagne.

Au moins, elle constata l’avoir suffisamment interpellée. Pour la première fois depuis son arrivée ici, Ike avait posé ses yeux sur la moniale. Il était enfin fini le temps de l’impolitesse. Jamais, elle n’enlèverait le droit à un être de contempler la majestueuse grandeur d’une place religieuse. Néanmoins, Nora estimait qu’un respect devait s’établir au cours d’une conversation avec notamment un échange de regards apparent. Se savoir enfin observée par la masse de muscle était globalement une victoire pour elle.
D’autant plus que l’armoire à glace arborait des pupilles inspirantes. Il ne ressemblait plus à cet espèce de guignol incapable de percevoir les ondes spirituelles d’un temple. La décontraction d’Ike était humaine et soulignait une amicale franchise. Les paroles de la moniale avaient eu l’effet escompté, à savoir le secouer. Maintenant qu’il était redescendu sur Terre, ils allaient enfin pouvoir discuter comme deux terriens. Ike fut d’ailleurs le premier à se prononcer. Ayant été la cible de petites piques, il était évident qu’il souhaite se défendre.

Lorsqu’elle entendit les aveux du frigo, un rire moqueur s’échappa de ses lèvres vipérines. Fugace, elle parvint toutefois à le contrôler, de sorte à ne pas le vexer. Pas un instant, elle n’avait imaginé que l’une de ses conneries antérieurement crachées à la face étaient vrais. Monsieur Shojito avait bel et bien abusé de la bibine. Cela ne justifiait pas toute sa débilité, mais la coïncidence était assez cocasse pour être relevée.
Les yeux graves, il avait l’air de changer de registre. Croyait-il lui faire peur ? Il avait l’air d’avoir beaucoup de force, mais sans un cerveau correct, toute force était inutile. De plus, ses créanciers avaient de vraies têtes de gangster et aucun d’eux n’avait réussi à semer une graine de terreur en elle. Un pauvre abruti tombé par hasard ne flanquerait même pas la frousse à une nonne malade (j’abuse, oui). En tout cas, l’ex-vagabonde était bien trop téméraire pour fondre d’effroi. Les menaces de mort étaient une perche à la provocation, spécialité de l’audacieuse Nora.

Si ces déclarations n’avaient pas été une blague, la moniale aurait envoyé moults grenades allusives. Ce sourire franc mêlé à ce rire sympathique la rassurait. Malgré la gravité de ses dires, il avait l’air de blaguer. Effectivement, l’humour avait sa place partout. Là-dessus, elle ne pouvait le contredire. Rire était l’un de ses péchés mignons. Très souvent moqueurs, ses rires doux et sincères étaient un millésime rarement vu par les étrangers.
Gentleman, il avait tenu à s’excuser pour sa venue… inutile. Comme elle l’avait imaginé à son arrivée, il n’avait rien à faire ici. Il serait même juste de dire qu’il ne savait même pas ce qu’il faisait ici. Dans cette révélation évidente, Ike avoua son intérêt inexistant pour la religion. Il semblait appartenir à cette race d’individus bien trop bêtes pour avoir un quelconque regret. Une vie sans regrets (et pleine de débauche). Ce leitmotiv lui rappelait un célèbre pervers à Kumo…

Il n’avait pas l’air de vouloir fermer le dialogue et semblait même attendre que Nora rétorque quelque chose. Puisqu’il n’était pas là pour une confession, que gagnait-il à rester ici ? Il avait l’air prêt à sacrifier son entraînement pour faire la causette avec une moniale qu’il venait à peine de rencontrer. Cet homme était vraiment bizarre ! Pas en mal… ou plutôt d’une manière très étrange. Quelque chose l’intriguait chez lui et elle n’arrivait pas à mettre la main dessus. Franche, elle ne lui cacha pas ses tergiversations :

« Vous n’êtes pas là pour vous confesser… et vous voulez quand même discuter avec moi ? Vraiment, vous êtes étrange ! »

Subitement, elle se pouffa de rire. Une rigolade joyeuse et honnête qu’elle lui montra de bon cœur. D’habitude, une personne qui n’avait rien à confesser s’éclipsait abusivement ou faisait tout pour écourter leur entrevue. Oui, cet homme était une bizarrerie. Amusée par cet homme, elle retira sa coiffe ecclésiastique pour libérer sa longue chevelure ébène. Puisqu’il avait l’air de vouloir discuter avec elle, autant papoter dans un cadre plus détendu.

« C’est pour ça que j’admire les gens bêtes ! Ils n’ont absolument aucun regret ! Quelque part, je vous envie un peu ! »


L’air enjoué, elle se fichait de savoir si ses mots pouvaient vexer l’amour propre d’Ike. Un jour, son innocence vipérine pourrait vraiment lui coûter cher. Le ton n’était même pas à la provocation. Elle s’était prononcée calmement, le timbre très serein. Bien sûr, les mots en eux-mêmes pouvaient à de virulents débats. Nora avait conscience de cette éventualité, mais elle était joueuse et voulait voir comment cette chair puissante allait réagir. Ses paroles étaient d’autant plus sincères puisqu’elle admirait sincèrement ceux qui vivaient sans le moindre regret. Il n'avait pas à soucier d'attaches passées ou de ratés mémorables. La tête déviante, elle avoua dans un murmure difficilement perceptible :

« Des regrets moi, j’en ai beaucoup ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Dim 27 Aoû 2017 - 18:58
Shojito souriait sincèrement suite à sa proposition de faire tout de même connaissance malgré qu'il n'avait pas l'idée de se confesser. Il regardait la jeune prêtresse avant d'arquer un sourcil suite à se remarque. L'idée qu'on puisse le trouver étrange ne le dérangeait pas plus que de raison mais il aimait croire que c'était un compliment même si il savait pertinemment bien que ce n'était pas toujours le cas. Il rétorquait d'une voix posée et calme.

"Eh bien disons que si je prends en compte le fait que la vielle femme m'a presque enméner de force ici et qu'en rentrant je n'ai pas vu une foule extraordinaire. J'ai bien l'impression que si je ne vous parles pas ne serait-ce qu'un peu vous vous retrouverez seule durant un petit bout de temps. Et je sais à quel point il est désagréable de rester seul, donc autant que je vous tienne compagnie non ? Et puis aujourd'hui je n'ai rien de prévu, c'est donc l'occasion pour me de découvrir d'autre personnalité de Kumo. Appelons ça un échange de bon procédé, non ?"

Le rire qu'elle eut ensuite paraissait totalement sincère au blondinet et il eut alors un sourire visiblement heureux de pouvoir de nouveau faire connaissance avec une personne du village qu'il affectionne tant. Mais le sourire se transformait rapidement en une expression tout autre. Il fronçait partiellement les sourcils en écoutant sa phrase, ce n'était pas temps qu'elle l'insultait de nouveau d'idiot, ça encore il pouvait s'y faire mais pensé qu'il fallait forcément être bête pour ne pas avoir de regret ? Non, ça il ne pouvait l'accepté, c'est bien plus bêtes de pensé que pour n'avoir aucuns regret il faut être bête. Shojito avait durant toute sa vie eut un entrainement des plus rigoureux en taijutsu mais il avait égallement reçu une éducation et cela lui avait permis jusqu'à présent de toujours résonné avant d'agir, ce n'était pas par-ce-qu'il était bête qu'il n'avait pas de regret, mais par-ce-qu'il n'avait jamais fait un choix qui allait contre sa volonté, car après tout, faire des choses dont on a pas envie, était belle et bien la solution la plus rapide pour avoir des regrets.

"Il ne faut pas être bête pour avoir des regrets. En réalité c'est tout le contraire, en tant que prêtresse vous devriez savoir que si vous aviez fait les bons choix dés le début vous n'auriez pas à avoir de regret. Alors votre résonnement est peut-être bien plus hâtif que vous ne le pensez, si j'avais fait de mauvais choix dans ma vie, j'aurai bien plus de regret que vous au du de mon âge plus avancé, mais en réalité si je n'en ai pas, c'est par-ce-que je n'ai pas eut le malheur de faire de mauvais choix que je n'ai pas de regret, et non pas par-ce-que je suis bêtes."

Il soupirait après sa longue tirade alors qu'il souriait en entendant le chuchotement de la jeune prêtresse et ajoutait.

"Une prêtresse ayant des regrets est plutôt absurde, vous ne devriez pas vivre dans le détachement ? N'avoir si peu de regret que cela vous permets de conseiller les autres ? Si j'en suis le résonnement d'une personne tel que vous, je suis bien plus apte à recevoir des confession que vous. Mais ! Nous sommes égale, humain et les regrets, même si je n'en possède aucun, font partie de la vie et si vous êtes incapable de faire face et de les combattre, je penses que vous êtes bien moins à votre place que moi en ce moment."

Doucement il souriait face à Nora avant d'ajouter l'air de rien.

"Mais après tout, je ne suis qu'un idiot, mais ne sommes nous tous pas idiot un moment dans notre vie ? Avant la connaissance viens l'ignorance."

Il venait ensuite regarder la statue sur la quel il avait posé le regard plus tôt en arrivant avant de soupirer un grand coup et d'ajouter.

"Le nindo, la voie du shinobi, ce n'est pas qu'une philosophie de vie. C'est également une chose qui nous permet de ne pas avoir de regret si on suit cette ligne de conduite sans jamais s'y dérobé." Sur ses paroles le blondinet re-déposait son regard sur la jeune femme en souriant en attendant ses réactions. Il ne cherchait absolument pas à lui faire comprendre quelques chose, non il n'était pas assez sage pour cela, il cherchait simplement à lui rappeler une règle essentiel du monde de le quel tout deux vivaient.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 30 Aoû 2017 - 22:59
Ike était un bavard dans le genre. Bavard vous dis-je, une véritable pie. Dès qu’une explication lui portait franchement à cœur, il ne se gênait absolument pas pour l’étaler sur toute la largeur de leur conversation. En effet, pour justifier son envie de parloter avec Nora, il s’était longuement exprimé. Dans cet énorme ramassis de blablas, la jeune femme crût comprendre qu’il était là avec de bonnes intentions : Tenir compagnie à une lady esseulée pour la contenter. Voilà une noble résolution et un certain fiancé aurait tout à gagner à suivre cet exemple. En plus de ça, il était plus drôle que son effrayante prestance laissait présager. Finalement, la moniale ne détestait pas tellement ce type de personnes. En tout cas, ils différaient des connards à la parole facile, bavant excessivement sur ses formes charmantes.
L’homme gagnait quelques points et même s’il n’avait pas l’air de le remarquer, ces fameux points étaient difficiles à obtenir. Ce n’était pas grand-chose certes, mais s’il le savait, je suis certain que cette pauvre masse de muscles s’en contenterait. Ike lui paraissait un peu plus sympathique que tout à l’heure. Pas non plus au point d’entrevoir une possible amitié sur le long terme, mais en relationnel, il y a toujours un début à tout. A l'avenir, peut-être daignerait-il raccourcir ses verbiages et grapiller davantage de points…

Bien sûr que non ! Un idiot reste un idiot. La gentillesse illuminant le visage d’Ike s’estompait. Il avait l’air quelque peu contrarié, voire consterné. Ses sourcils froncés caractérisaient ce nouvel état moins amical. Les précédentes remarques de Nora vis-à-vis du regret étaient sûrement la cause à cette indescriptible « hostilité ». A moins que les nerfs de l’athlète aient lâché et qu’il ne supportait plus d’être traité « de grosse andouille », la raison avait l’air d’échapper à l’ex-vagabonde.
Ike avait sonné la révolte et s’était décidé à protéger son crédo, son train de vie. Selon lui, ce serait les abrutis qui auraient des regrets et en soi, il n’avait pas tout à fait tort. Les arguments qu’il utilisait étaient rigoureux et son ton rhétorique semblait déjà lui donner raison. Si comme il l’affirmait, Nora aurait fait les bons choix plus jeunes, elle n’aurait eu aucun regret. Néanmoins, que pouvait-il savoir d’un choix cruel par défaut imposé par la vie ? Il le soulignait d’ailleurs. En aucun cas dans sa vie, il n’avait eu à faire empoigner une déchirante alternative… contrairement à elle.

Compte tenu de son altruisme, Nora ne réussit à le contredire. De toute façon, quand le musculeux mâle partait dans ses lyrismes, l’arrêter était tout bonnement impossible. En quelques minutes de bavardage, elle avait au moins compris ce point-là.

Suivant quelques soupirs, le voilà maintenant qui s’adonnait à des réprimandes dans son style toujours aussi prolixe. Même s’il ne soulignait pas que de mauvais points, la manière dont il anéantissait les quelques mots de la moniale étaient irrespectueux. En tout cas, son air simplet affirmait qu’il n’avait que faire de la vexer ou pas. A sa propre manière, il était franc et soutenait que Nora n’avait pas les qualités requises pour être moine. Rabaissée, que dis-je, ridiculisée, elle repensait douloureusement à son passé, où elle avait dû prouver ses convictions.
Au fond, elle ne voulait pas l’admettre, mais il avait raison. En faisant le comparatif des deux personnalités, il était plus à même de recevoir des confessions qu’elle. Son vécu la tourmentait et je ne parlais de ses minables escroqueries à Kumo. Dans un coin de son cœur se dissimulait de véritables remords miroitant son enfance et son adolescence. En parler ici serait peut-être too much, elle qui levait la tête, sérieuse et qui exprimait un souffle lourd.

La petite plaisanterie d’Ike ne parvint même pas à la sourire. Les démons du passé semblaient ressurgir et elle en grimaçait, légèrement irritée. Parler à ce type l’avait contrariée. Un nouveau soupir la prenait. Très sincèrement, elle ne souhaitait pas s’engager dans de sanglants pourparlers. Ce n’était pas de sa faute s’il ne connaissait pas les complications de son enfance. Elle avait beau lui en vouloir pour ses paroles, elle n’avait pas à la blâmer… sa rage avait l’air d’être contrôlée. Pour le moment, elle avait su immobiliser sur une honorable sérénité.
Mais voilà… cette douce quiétude n’était pas infaillible. Les allusions indirectes l’avaient ébranlé et le nouveau sujet qu’il aborda n’était pas loin de la briser. Les shinobis. Dans un sens, Nora était l’un d’entre eux, mais jamais elle ne l’avait accepté. Cette définition certes fidèle, du crédo de shinobi cachait un envers, un envers qu’elle dédaignait du plus profond de son cœur. Parmi les sujets à ne pas aborder avec elle, il y avait donc la question des ninjas.

Nora. Un ninja ? Elle se pouffa littéralement de rire devant son interlocuteur loquace. Et puis quoi encore ? Être considérée comme telle la répugnait. Officiellement, elle devait être un ninja et servir ce peuple comme le faisait tant d'autres. Officieusement, elle ne pouvait se résoudre à abandonner son statut religieux qui lui avait été honteusement refusée dans l'enceinte de Kumo. Au moins, Ike pouvait se féliciter d’avoir totalement dissipé le précédent malaise qui se gangrenait dans l’âme de l’ex-vagabonde. En revanche, il s’était créée de nouveaux problèmes en enflammant la moniale. Elle avait désormais un sourire provocateur, presque moqueur. Dans l’irrespect et la sournoiserie, on ne faisait pas mieux. Avant même qu’elle ne dise quoi que ce soit, on pouvait comprendre son envie de l’agacer horriblement :

« Je n’ai que faire du nindo ! Je suis un moine et jamais je ne m’abaisserai à des valeurs aussi immorales que celles des shinobis ! »
les pupilles sérieuses, elle continua sur sa lancée. « Je vis avec des principes qui me sont propres car je ne veux être enchaînée à un crédo qui n’est pas le mien ». Un petit rire légèrement hautain résonnait dans la pièce « C’est probablement ce qui nous différencie tous les deux. Je sais penser par moi-même, alors que vous dépendez d’une philosophie douteuse… D'ailleurs, je pense avoir compris pourquoi vous n'avez aucun regret. Vous n'êtes qu'une arme bêtement agitée pour assouvir les désirs de votre nation ! »

Nora avait cet air serein qui la caractérisait tant. Néanmoins le ton de sa voix semblait dégager une étrange animosité... Au moins, il était facile de comprendre que Nora n'aimait pas vraiment le nindo, leitmotiv des shinobis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Sam 2 Sep 2017 - 17:43
Dans un soupire Shojito écoutait le jeune femme limite baillant suite à ses propos semblant complètement indifférent il relevait la tête vers elle et la regardait. "Elle est complètement conne enfaite... C'est bien ça ? Non... Je penses qu'elle a un cerveau comme tout le monde... Elle ne sait juste pas l'utiliser. Confondre le nindo avec un credo... Il faut vraiment le faire. Enfin, comme elle vient de le dire elle est moine après tout. On peut pas être bon partout..." Il souriait continuant de faire semblant de l'écouter jouant bizarrement bien la comédie. "Je me demande sincèrement si de nous deux ce n'est pas elle la plus stupide ?... Allo petite ! Un nindo n'est pas le même pour tout le monde. Idiote... Devrais-je lui dire ? Non pas encore, j'vais la laisser parler. Amusant pour la première fois depuis le début de notre conversation j'ai l'impression que sa langue s'est délié. Marrant." Soudainement alors qu'il se foutait totalement de savoir ce qu'elle pouvait bien avoir à raconter, quelques chose l'interpellait, le fait qu'elle évoque des différences entre eux. Et puis non en réalité... Elle se répètait de nouveau. C'était toujours le sourire suspendu au lèvres qu'il reprenait un visage stoïque avant d'ajouter l'air de rien.

"Tu m'ennui. Ce que tu dis n'a aucun sens... Tu me prends pour un idiot fini depuis tout à l'heure et pourtant.. Eh bien... Comment dire... Tu es la première personne que je croise qui arrive à confondre nîndo et crédo. C'est plutôt triste. Le nîndo est la voie que le ninja s'impose pour vivre sa vie. Certains appellent cela un mantra. Le crédo est la règle que le shinobi a promis de ne jamais trahir. Pour exemple, mon crédo et de protéger Kumo et ses habitants coûte que coûte. Mon nindo quant à lui, est de toujours me surpassé pour ne jamais laissé un ami derrière mo... Je viens de me rappeler que je t'ai mentis sans le vouloir. Avant d'avoir trouver ma voie, j'ai belle et bien fait un mauvais choix mais ce dernier ma permis de trouver la voie. Donc je le dis fièrement, je surpasserai toujours mes limites pour que plus aucuns de mes amis n'ait à souffrir, je serais le bouclier de leurs vie et n'hésiterai pas à sacrifier la mienne en retour !!"
Les propos du blond se voulait percutant et son regard s'était soudainement remplit de passion suite à ses propres dire tandis qu'il continuait de soutenir son regard un instant lui laissant un instant pour bien réfléchir aux inepties qu'elle pourrait sortir ensuite.

Après un court silence il se levait tout en continuant de soutenir son regard. Il souriait ensuite avant d'ajouter. "Je n'ai jamais été doué pour sociabiliser, souvent les gens me disent que je suis trop franc, que je parles trop, ou que je suis réservé. Je sais tout ça. Mais une chose est sûr dans ton ça. J'aime Kumo et je l'aimerai toujours. Donc tout comme mon nîndo, je suivrais mon credo jusqu'à la fin de mes jours. Désolé si tu ne comprends pas." Une fois son discours terminé il s'étirait un instant en écoutant les propos de la jeune femme. Il ne semblait pas vouloir s'en aller, mais il en avait juste marre de rester assis à ne rien faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Lun 4 Sep 2017 - 19:23
Par pitié, faites que cet homme se taise ! D’habitude, le bavardage d’un homme est inversement proportionnel à la taille de ses muscles. Dans ce cas pourquoi ? Pourquoi cette armoire à glace avait-elle toujours quelque chose à dire ? Surtout sur ce sujet qu’était le shinobi Il n’y avait pas besoin de milles explications pour constater le rejet qu’effectuait la moniale vis-à-vis du statut de « ninja ». Au moins, Nora put aisément comprendre qu’Ike prenait ce sujet particulièrement à cœur. Un faible bien pour un mal violement finalement !
La passion du jeune était brûlante. Elle calcinait les environs, augmentant sensiblement la température des lieux. Si cette chaleur n’était imagée, elle aurait certainement pu faire fondre le Bouddha dressée derrière la moniale. Etrangement, son visage était froid, sans grande émotion. Seule sa bouche était vivante et déblatérait longuement son adoration pour la philosophie des lanceurs de kunai.

Si Nora se devait d’être sincère avec lui, elle lui avouerait sans aucun état d’âme qu’elle n’avait absolument pas écouté ces envolées rhétoriques. Rien ! Que dalle ! Les sales manies de son sensei l’avaient semble-t-il contaminé. Parfois, c’était à se demander la légitimité de Nora dans la religion. Certes, il n’était plus question de se confesser, toutefois, savoir que sa longue tirade était rentrée dans une oreille pour finalement ressortir de l’autre n’avait rien d’encourageant.
Ce qu’il avait annoncé dans ce modeste temple était peut-être glorieux, voire important. Dommage qu’il soit le seul à les avoir réellement interprétée ! Au moment où il se leva, elle s’était mise à rigoler, repensant à la déconnexion de son cerveau tout à l’heure. Cet absence de sérieux était drôlement cocasse et lui avouer qu’elle n’avait rien écouté, allait forcément dégrader leur début de relation. Audace oblige, elle allait malgré tout se risquer à envenimer la situation…

Pendant que l’homme s’étira, Nora songea plusieurs fois à l’impact qu’aurait ses dires. Voilà une rare réflexion que la moniale s’accorda. Il faut dire qu’elle était dans une enceinte religieuse et que la désobligeance était à éviter. Ailleurs, elle ne serait sûrement pas gênée pour l’assassiner de paroles incisives. Ici, les cieux pouvaient la juger tout particulièrement. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle employait un vouvoiement fort également. Finalement, au terme d’une franche méditation, elle se ravisa dans ses paroles, préférant un échange aux saveurs atténuées :

« J’imagine que ces histoires de nindo et de crédo vont bien au-delà de mon esprit et de mes convictions personnelles ! Finalement, la seule chose que j’ai réellement compris aujourd’hui… » les yeux de la religieuse fixèrent presque sournoisement ceux du sportif debout juste avant la révélation « C’est que vous vous épuisez dès que vous parlez beaucoup ! »

L’ex-vagabonde s’affranchit d’un petit rire espiègle, tout en essayant de ne pas trop indigner son interlocuteur. Même si elle avait essayé d’adoucir la violence originelle de ses propos, il y avait toujours de quoi créer une minable discorde entre eux. Nora restait Nora. Une femme de charme à la langue acérée. Qu’elle essaye de modérer ses propos ou non, ce qu'elle affirmait restait toujours de potentielles lames pouvant transpercer l’amour propre de ses protagonistes.
Après avoir lancée une première offensive, Mademoiselle semblait déjà inarrêtable. Elle savait pourtant qu’en tant que moniale en service dans un temple, elle ne pouvait se permettre d’être blessante. Pourtant habituée à la fourberie, la tentation était bien trop tentante. Ike avait réveillé un mauvais démon. Ce démon qui devrait rester endormi était en train de souffler ses premiers grommellements. Les problèmes allaient tomber aussi bien pour lui que pour elle. Tout dépendrait de la pente dans laquelle leur discussion glisserait :

« Si vous vous fatiguez à la moindre tirade, vous risquez de ne pas aller bien loin ! »

Suite à cette attaque vipérine, elle décida de se lever à son tour pour le rejoindre. Son regard envoûtant était presque une provocation. Munie de ce sourire sauvage, elle comptait endiabler le pauvre Ike. Son dernier message allait être un couteau qui s’enfoncerait dans une plaie à peine ouverte. Nora ne regardait pas bien loin et ne se rendait pas compte des conséquences qui découleraient de ce qu’elle s’apprêta à dire. Une guerre vocale, un combat. Clairement, leur petite affaire n'était pas terminée. La mèche venait à peine de s'allumer :

« Ce doit être dur de combattre avec si peu d’endurance ! Bien sûr, je ne vous juge absolument pas ! Chacun a ses défauts, même les ninjas ! »
Elle le narguait. C’était presque évident !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Mar 5 Sep 2017 - 20:15
"M'épuiser lorsque je parle ?" Pensait-il alors qu'un léger rire se faisait entendre. Il regardait la jeune moniale en souriant et venait se redresser en bougeant la tête de gauche à droite laissant un bruit de craquement s'entendre suite à quoi il répondait tout aussi naturellement que précédemment. "C'est rester inactif qui m'épuise. Je me suis tromper je penses. Si rester assis ne vous épuises pas plus que cela, vous êtes belle et bien faite pour être celle qui écoutes les soucis des autres plutôt que de régler les siens." Méchant ? Non, il ne faisait que de dire le fond de sa pensée et n'étant pas habituer à sociabiliser il n'avait pas conscience que ses propos pouvait vexer la jeune moniale.

Comme si cela ne suffisait pas, il fallait que la jeune femme tente que l'engrainer, de l’énerver, faire sortir le lion de sa cage, bref. Vous avez saisit l'idée mais le blond lui ne le voyait pas du tout même œil car il se mettait à rire à plein poumons prenant totalement la chose comme une blague. Il venait sourire à Nora et s'approcher d'elle un instant, son souffle complètement maîtriser il était impossible pour la jeune femme de sentir une altération dans celui-ci et pourtant il était proche, très proche quasiment collé. La regardant dans les yeux il voyait parfaitement clair dans son jeu et continuait de sourire avant de s'exprimer. "Pourquoi souhaitez-vous me voir énerver ? Ai-je dit quelques chose de blessant ? Si c'est le cas j'en suis navré. Malheureusement pour vous, je ne suis pas ce genre d'homme. Je crois avoir réussi à vous cernez. Vous avez divers opinions, vous avez un certain vécu et soit vous vous amusez des problèmes des autres, soit vous essayer de vous convaincre qu'il y a plus grave que vos problème en essayant de résoudre ceux des autres. Le problème, c'est que je ne suis pas du genre à répondre à la provocation habituellement, mais j'ai bien l'impression que cela vous soulagerai que je le fasse. Je me trompe ? Ou alors... Vous vous contentez juste de me provoquer pour vous délectez de mes propos qui à votre sens, n'en n'ont aucun." Il lui souriait de nouveau le regard fixer sur elle. Ni séducteur, ni malicieux, il semblait être un sourire des plus sincère. Mais pourquoi ? Pourquoi avait-elle réussi à soudainement suscité de l’intérêt au blond ?

"Vous êtes maline, c'est un fait. Mais je penses aussi que vous prenez un malin plaisir à utiliser les faiblesses des hommes à votre avantage." Un nouveau soupire se faisait entendre alors qu'il s'éloignait d'elle. Il venait saisit une boisson que l'un des serviteurs du temple avait servit auparavant et il la buvait cul sec en restant debout. Il se reposait de nouveau son regard sur la jeune femme. "Vous m'intrigué. Je ne sais pas si j'ai réussi à vous cerner ou non. Mais j'ai bien envie d'en découvrir d'avantage à votre sujet. Avoir autant d'estime pour soit et si peu pour autrui... Vous ne devez pas avoir beaucoup d'ami qui vous apprécies à votre juste valeur. Et si je me trompe, je pense qu'il ne vous voit que comme vous avez envie de vous montrez, gentille, aimable et sans problème. Pourtant... Vous êtes bien loin d'être aussi simple. Vous êtes même plus complexe que la norme."

Il croisait alors les bras souriant. Dans un presque monologue il venait à nouveau de prouver que dire ce qu'il pense ne se résumait pas à abréger ses pensées mais à toute les dires sans exception au risque de perdre son interlocuteur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Ven 8 Sep 2017 - 16:47
Disons-le tout de suite. Je ne pourrais commencer chacun de mes posts en soulignant ô combien cette masse de muscle était une sacrée pipelette. Au bout d’un moment, même les lecteurs ignares se rendront compte de mon absence de renouvellement littéraire lors des entames. Je tiens quand même à me défendre ! Si une personne ici présente avait une part des choses à assumer, c’est bien Ike. Peut-être était-ce instinctif de sa part ! Par exemple, il suffirait que l’on énonce un thème en mot, pour qu’il soit capable de vous dicter mille et une charade.
Nora ne saurait dire si oui ou non, cette attitude puisait d’une qualité ou d’un sordide défaut. Suite à sa sournoise montée aux créneaux, elle avait cette fois été obligée d’assimiler toutes les sornettes qu’il déblatéra… Sornettes ? Oui, je suis peut-être un peu méchant ! Tout n’était pas à jeter à la poubelle non plus ! Dans l’histoire sans fin qu’il daigna argumenter très très longuement, beaucoup de ses remarques furent pertinentes. La moniale se devait de l’admettre ! Il avait vu clair dans son jeu. Même si elle s’était promise de pas jouer les perfides dans une enceinte religieuse, l’ecclésiastique avait craqué…

Dans un sens, l’armoire à glace l’avait sacrément cherché. Il était probablement ce genre de personnes ayant besoin de cinq journaux intimes pour résumer le déroulement d’une seule journée. Chaque pause qu’il effectuait dans son discours était un sauvetage, une libération. Cette saveur silencieuse était semblable à celle d’un premier de classe arrêtant enfin de faire son fayot auprès de la maîtresse. Pendant tout le flot de blablas qu’il balança à la côté, Nora n’avait souhaité qu’une chose. Qu’il termine enfin de parler…
Ce rêve devint une réalité. Néanmoins, il fallait quand même revenir sur tout ce qui avait été dit. Etant personnellement concernée par toutes ces affirmations, elle était restée concentrée, attendant désespérément sa contre-attaque. En effet, fortement critiquée sur sa position religieuse, Ike ne l’avait pas du tout épargnée. De plus, il avait l’air d’avoir compris la mascarade dans laquelle Nora aurait souhaité qu'il tombe. Le peu de sournoiserie ayant animé les dernières paroles de la jeune demoiselle avait été percée à jour… ou du moins, sur le papier. C’était juste une affirmation sans preuve fournie :

« Moi, m’amuser des problèmes des autres ? JAMAIS ! Je suis une moniale, voyons ! De ce fait, j’écoute ce que les gens ont à me dire et les conseille sur les choix qu’ils pourraient faire à l’avenir » avoua-t-elle sur un ton exagérément outré. De sa voix et par la stupide tête qu’elle affichait, son outrance ressemblait clairement à une maligne comédie.

Elle était volontairement en train de montrer un sourire bête pour l’enquiquiner un peu. Un pas et elle se rapprocha et de lui. Ses yeux violacés fixaient intensément celui qui avait ébranlé ce confessionnal. Elle reconnut au moins que sa provocation avait d’une certaine manière fonctionnée. En effet, la masse de muscle était vertigineusement revenue dessus, au point même de la mettre en garde. Il n’avait semble-t-il calculé l’inconnu nommée « audace » et qui était un véritable carburant pour l’ex-vagabonde.

Un nouveau pas et leur corps se touchait dangereusement.

« Avez-vous une preuve que je me sers de mon corps pour exploiter les faiblesses de l’homme ? D'ailleurs, si ça peut vous faire plaisir, je peux même vous faire une confidence à propos de mon corps… ». Les bras enlaçant la nuque de l’homme, Nora lui donna volontairement cette preuve matérielle, où tout son torse charnu touchait celui du musculeux guerrier. Sur la pointe des pieds (compte tenu de la grande taille d'Ike), elle lui souffla à l’oreille, la voix tendancieuse « Personne ne l’a encore utilisé ! ».

Pervers en quête de chair fraîche, l’information était à retenir… bien que la vérité était sujette à nuances. Nombreux étaient les hommes à s’être délectée de ses formes agréables. Cependant… voilà ! Donc, si vous n’avez pas peur de passer outre son riche « propriétaire », chef du plus puissant clan du village, alors n’attendez-plus ! S’agissant en plus d’une offre en promotion, vous, pervers, ne devriez plus perdre de temps avant que le propriétaire n'en fasse réellement son objet de collection !
Bref ! La poitrine s’aplatissant contre le torse de l’homme, Nora fixa le visage du musculeux garçon face à lui. Tandis que son parfum floral tentait d’embrumer Ike dans son étreinte. Ses lèvres comme ses yeux se plissaient sournoisement et démontraient la femme joueuse qu’elle avait tenté de réprimer dans ce temple religieux. Aucune moniale ne traversait actuellement cette pièce pour le plus grand bonheur de l’ex-vagabonde. Elle-même avait conscience qu’un comportement aussi outrageux n’avait pas sa place ici. Malheureusement, son audace la poussait à surenchérir inlassablement. La voix douce, les lèvres tranchantes :

« Mais après tout, je ne suis qu’une femme de religion ! Cette révélation n’a absolument rien d’un secret ! Que voulez-vous donc découvrir d’autre sur moi ? » Un soupçon de quelques secondes et la courte réflexion de la moniale aboutit « Supposons que je sois la femme complexe que vous affirmez tant… comment me convaincriez-vous de me révéler à vous ? Je suis curieuse ! Que feriez-vous ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Ven 8 Sep 2017 - 17:55
Sans surprise la jeune femme jouait une comédie sans précédent pour essayer de contredire les propos du blond. Cela n'avait pour seul effet que de le faire légèrement sourire car il savait pertinemment bien qu'il avait vu juste. Quant à ses propos il n'avait de sens que celui d'accentué son habile tentative de tromper Shojito. Un nouveau rire se faisait entendre alors qu'il rétorquait le plus naturellement possible. "Mais oui, mais oui." Soudainement comme si la situation n'était pas assez bizarre la moniale se collait au blond venait tenter de le séduire en quelques sortes. Le visage stoïque il se laissait faire de façons à bien lui faire comprise que son charme qui sans nulle doute devait fonctionner avec beaucoup d'homme, ne l'affectait en aucun point.

"Elle nous fais quoi là ? Elle m'intrigue... Mais pas de la sorte... Je suis bien trop occupé en ce moment, et puis j'ai déjà eut le loisir de m'amuser avec Ryüka hier. Je ne vais pas laisser mon entrainement de côté pour me laisser aller à la luxure... Peut-être pense-t-elle qu'il est facile de me mettre dans son lit. Eh bien pas à moins de me faire boire ! Désolé" Pensait-il alors qu'il écoutait avec attention les paroles qui sortait de ses lèvres et se voulant très explicite. "Que ferais-je hein ?... Disons..." Il approchait lentement ses lèvres de celle de Nora en souriant sournoisement avant de s'arrêter à quelques millimètres de celles-ci avant de reprendre son discours. "Que je vous donnerai ce que vous voulez le temps que j'en ai envie , je vous montrerai à qu'elle point je peux être docile pour mieux." Il la serrait soudainement contre lui le tenant par les hanches avant d'approcher lentement sa bouche de son oreille et de lui chuchoter la suite. "Vous surprendre ! C'est bien cela que vous vouliez ? Non ? Que l’atmosphère se réchauffe. Vous vouliez que je réponde à vos provocation et pourtant..." Il riait en la lâchant et s'éloignant légèrement d'elle. "J'ai jouer à votre jeu et c'est vous qui êtes tomber dans le panneau. Donc aussi complexe que vous soyez, tout mystère à sa part de vérité. N'est-ce pas ?" Ajoutait-il avant de lui faire un clin d'oeil.

Levant les bras au ciel plutôt fier de sa propre bêtise le blond s'étirait avant d'ajouter dans un soupire signalant son soulagement. "Ne confondez jamais mon intérêt pour votre personnalité et mes envies primaires, je sais me tenir, et vous êtes loin, mais alors très loin, d'être mon type de femme." Disait-il sans avoir peur de la vexer. En effet si il y a quelques jours il ignorait encore quel type de femme lui conviendrait le mieux, que ce soit pour l'amusement ou même pour une relation, était une femme partageant les mêmes ressentit que lui et surement pas une femme qui ne se connait pas encore elle même. Il souriait en y repensant, car Ryüka était un peu pareille dans l'idée, prête à tout pour sa survie. Sans alcool jamais il n'aurait fait l'erreur de s'approcher d'elle d'aussi prêt. "Enfin bon, je suppose que comme tout mystère, je peux me tromper, et peut-être étais-ce vous qui vouliez connaitre ma réaction et ainsi en apprendre plus sur moi, qui sait..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Lun 11 Sep 2017 - 22:20
Ce cirque, ce cinéma ! Le décalquage de ses actions lui rappela immédiatement un célèbre bouffon, actuellement chef de la police. Dans les mimiques en tout cas, on aurait presque dit l’illustre chef du clan Metaru, Shuuhei. L’espace d’un instant, Nora se demanda s’il existait à Kumo, une ligue secrète de queutards dirigée par Shuu ! Même dans une enceinte religieuse censée recevoir les lamentations du peuple, des bizarreries étaient trouvables ! A force d’en rencontrer autant, la question se devait d’être soulevée : N’y a-t-il vraiment que des aberrations à Kumo ?
Habituée à ce genre de raclures, son rapprochement ne l’avait donc nullement surpris. Auparavant, un autre crevard avait déjà usé de cette méthode pour la tromper. Ce fameux crevard eut d’ailleurs l’avantage du terrain, à savoir, une nuit étoilée, dans une ruelle dégueulasse. Dans un temple dédié au pardon et à la méditation, le romantisme ou même l’érotisme avait évidemment du mal à naître… Psychologiquement, Nora était prudente et savait très bien que ce genre d’approche cachait quelque chose de louche. Une farandole de mots doux ou même des assauts primaires sans préliminaires. Au pire, s’il arrivait que ces avances soient réelles et sincères, Nora le rejetterait comme une pauvre bête. Après tout, elle avait à peu près quelqu’un dans sa vie. Un pervers certes, mais un homme appréciable de par sa gentillesse et son immense fortune.

Finalement, ce qu’elle redoutait se produisit. Une complète mascarade ! Une tentative foireuse de faire monter l’atmosphère de la part d’Ike. Même si son âme avait paniqué au moment où les lèvres de l’armoire à glace s’étaient rapprochées des siennes, son visage n’avait pas tremblé une seule seconde. Pourquoi attirait-elle toutes sortes de maboules ? Elle devait déjà nourrir une bouche très capricieuse dans ses quartiers, alors si elle pouvait éviter le plus possible les cas compliqués... Ce serait une véritable bénédiction !
M’enfin… le destin est cruel ! Difficile à cerner ! Impossible à déchiffrer complètement ! Des fois, Nora se demandait si le malheur dépendait de ses gènes ou de son sang. Sur cette antique interrogation, les théories pullulent, penchant aussi bien vers le vrai que vers le faux. Aucune vérité universelle n’existait encore et la trouver n’était clairement pas faisable à l’heure d’aujourd’hui. Finalement, la seule chose à faire était d’être blasé. Un soupir lourd et la moniale montrait toute son exaspération.

A la différence de ce moment où Shuu l’avait honteusement berné, elle n’avait pas senti de dégoût envers lui ou envers elle-même. Cette fois, elle ne s’était absolument pas laissée tenter par les paroles convaincantes du mur de béton. Shuu avait été beaucoup plus talentueux que lui. En fait, la seule chose qu’Ike avait fait aussi bien que Shuu était de se moquer d’elle, une fois le larcin accompli. Cette idiote fierté qu’il arborait bêtement était une terrible exacerbation pour elle :

« Parce que vous croyez vraiment être le premier homme à m’avoir pris de la sorte et à avoir tenté de m’embrasser ? Mon image de moniale peut vous tromper, cependant beaucoup ont déjà essayé comme vous et beaucoup s’y sont pris d’une bien meilleure manière que vous ! ». Vérité ? Mensonge ? Qui sait ! Quoi qu’il en soit, quant au fait qu’elle ne correspondait pas aux critères sentimentaux d’Ike, Nora frima gratuitement. « Et de toute façon, cela peut également vous choquer, mais j’ai déjà quelqu’un dans ma vie ! » A la fois mensonge, à la fois vérité... dans tous les cas, la religieuse utilisait cet argument pour alerter la masse de muscles l'ayant, par manque total de délicatesse repoussé.

Le sourire malicieux, elle ne quittait pas la montagne baraquée du regard. S’il avait voulu détruire Nora par ces manœuvres louches, c’était complètement raté ! Depuis son arrivée à Kumo, un seul homme avait réussi à la briser littéralement. Une personne vile, sans scrupule et qui finalement, avait réussi à s’en tirer convenablement. Elle aurait pu maudire éternellement cette personne, lui vouer une haine scandaleuse au point de souhaiter sa mort. Toutefois, sa sérénité l’avait sauvé et le destin l’avait gratifié d’une chance miraculeuse. Bref ! Ike n’aurait pas cette chance, lui qui avait tenté de la briser pour son plaisir personnel :

« On peut effectivement dire que je voulais en savoir un peu plus sur vous ! Avec notre petite discussion, je peux déjà supposer beaucoup de choses sur vous ! »
Il n'y avait pas réellement d'analyse à proprement parler. Juste un ressenti douteux où l'ex-vagabonde s'amusait à retenir le moins glorieux. Ainsi, Nora enchaîna son petit baratin « Vous n’avez pas l’air d’un pervers… en tout cas, vous avez l’air simplet en apparence ! » A moins bien sûr qu’il s’en fiche carrément, c’était le bon point à retenir pour lui ! Une honorable consolation pour celui qui affrontait cette moniale timbrée ! Si la conversation s’arrêtait ici, ce pourrait être une victoire pour Mister Musclor, néanmoins, audacieuse, l'ex-nomade assassina son interlocuteur d’une voix niaise et très bête :

« Par contre, vous n’êtes vraiment qu’un rabat-joie ! J’imagine que peu de gens rient en votre compagnie ! »


Enfin, elle se lâcha définitivement, révélant ses acerbes constats comme s’ils étaient de tranchantes épées. Sur un ton toujours enfantin, elle enchaîna quelques courts va-et-vient sans s’éloigner réellement de la position de son interlocuteur :

« Pour ne rien oublier, vous êtes un homme excessivement bavard, manquant de délicatesse avec les demoiselles. Pourtant, vous souhaitez quand même en savoir davantage sur l’une d’entre elles ! » En l’occurrence, l’ex-vagabonde qui bougeait frivole devant lui. Après avoir évoqué des constats évidents, Nora s'attaqua à des sujets peut-être plus fâcheux, suffisamment dangereux pour créer des guerres ! « Ensuite, au vu de votre musculature, je dirais que vous êtes peut-être trop fier de votre corps et de vos aptitudes physiques ! » s'exclama-t-elle arbitrairement sans s'appuyer sur un quelconque argument.

Une nouvelle fois, elle se rapprocha de lui, cette fois sans aucune intention érotique. Pour vous le confirmer, sa généreuse poitrine comme sa silhouette svelte n’effleurait même pas le torse d’Ike. Mitraillant le regard de l’homme mûr (en apparence), le museau narquois, elle lança sa dernière offensive vocale :

« Par tout hasard, la défaite vous ferait-elle peur ? Ou bien, vous estimez-vous trop confiant pour n’avoir jamais à l’affronter ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Mar 12 Sep 2017 - 0:37
La réaction était exquise pour le blond qui se mettait à rire légèrement. Il ne voyait là qu'une veine tentative de se rattraper. Après tout cela semblait tout à fait normale, après s'être dangereusement rapprocher du blond pour observer ses réactions, provoquer ses instincts primaire, elle avait été servie d'un refus monumentale, cependant il pouvait reconnaître une chose. La moniale jouait relativement bien la comédie. Heureusement que Shojito n'avait nullement ce genre d'envie sinon il est très probable qui puisse tomber dans le panneau. La critique ou l'analyse, voyait le comme vous le voulez, il n'en avait strictement rien à faire à tel point que celui lui arrachait un bâillement. "Rabat-joie, bavard, goujat, trop fier..." Il se répétait ses mots à voix haute pour être sûr d'en saisir parfaitement le sens mais de nouveau ennuyé, il bâillait...

C'était en refermant la bouche qu'il avalait un peu de salive avant de tousser légèrement pour reprendre un timbre de voix normale et ajouter. "Donc vous insinuez, que les seuls traits de caractère que vous pouvez me coller sont des traits négatif ? Je vois, je vois. Dans ce cas, je suis ravi de savoir que je suis difficile à percer à jour." Pas temps que cela en vérité, oui, fier, c'était ce qu'il était et ici il le niait clairement mais la suite était on ne peut plus amusante car la jeune moniale venait tenter de titiller la fierté du blond. "Peur de la défaite ? Pourquoi aurai-je peur de la défaite ? Je ne m'engage jamais dans un combat que je suis sûre de perdre, donc est-ce la une peur de la défaite ? En réalité, je m'engage toujours dans un combat dans le quel j'ai une chance de gagner à moins de ne pas avoir le choix. Est-ce par fierté ? Non, j'ose croire que je suis humble." Mensonge que le blond était en train de se raconter. Bien entendu il était fier, de lui, de son clan et bien d'autre chose aussi futile mais en aucun cas il n'était stupide. C'était pour cette qu'il était capable de se connaître lui même et de contenir sa fierté dans les moments les plus délicat, ceci en était un.

"Peur de la défaite ? Non. J'ai bien souvent essuyer des défaites, alors certes je suis fier, mais ma fierté est bien placée. C'est grâce à mes défaites qu'aujourd'hui je suis confiant. Bien entendu je connais mes limites." Il n'ajoutait pas un mot de plus et espérait que la moniale comprenne ce que connaître ses limites signifiait car il ne comptait pas en ajouter d'avantage. Quoi qu'il en soit il souriait sincèrement à celle-ci et lui tendait la main avant d'ajouter. "J'ai tout de même été ravi de vous rencontrez, Nora. J'espère vous revoir un jour, qui sait ? Peut-être viendrez-vous assistez à l'examen qui aura lieu à Shîto prochainement." Et oui tout observateur et analyste qu'il était il ne se doutais pas un seul instant que la moniale était en réalité une kunoichi. En guise de respect et de salutation il s'inclinait et sortait de l'endroit le sourire au lèvre. "Décidément... Intrigante cette jeune femme. Qui est-elle vraiment ? Elle même ne le sais pas encore je crois. Le temps me le dira surement." Pensait-il alors qu'il marchait en direction de chez lui.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Confessions intimes [Ft. Ike]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: