Partagez | 

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette [Ft. Chôkoku Daedra]


Lun 21 Aoû 2017 - 5:21

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette - ft. Chôkoku Daedra

La journée battait son plein à Kumo. Malgré la fraicheur de l’hiver, en cette journée ordinaire, tous les habitants du village vaquaient tranquillement à leurs occupations. Il n’y avait que Miyuki et moi pour troubler cette paix. Voyez-vous, c’est que nous étions en retard pour un rendez-vous très important. Je courrais à vivre allure à travers les rues bondées du marché, m’excusant à peine aux passants que je bousculais. Miyuki était à mes trousses, mais elle avait été plus maline que moi. De quelques bonds par-dessus une échoppe et quelques caisses adjacentes, elle s’était rendu sur les toits avoisinants la rue pour progresser en toute tranquillité. Me regardant me démener avec la foule, elle aboyait occasionnellement pour se moquer de moi. C’était sa manière de me dire ‘pense gros idiot plutôt que de foncer tête baissée.’ Si j’étais si pressé, c’est que la veille j’avais reçu une missive, apparemment de très haute importance.

Citation :
‘Monsieur Inuzuka Haruko. Vous avez été sélectionné pour participer à une mission de la plus haute importance. Rendez-vous devant l’Assemblé, demain matin à 10h30 pour recevoir tous les détails de votre affectation.’

Il s’agissait là d’une bien drôle de demande. En temps normal, les missions étaient distribuées directement par les chefs d’équipe ou à de rares occasions par les intendants de l’administration militaire. Mais cette drôle de signature…. « N.C. » Cela ne me disait absolument rien. Peut-être s’agissait-il d’une mission secrète? D’un test de la part de Kintaro-sensei qui demandait l’anonymat? Qu’importe le cas, ma curiosité avait été piquée au plus haut point. Ce matin même, quelques heures avant le mystérieux rendez-vous, Miyuki et moi nous étions rendus au marché pour faire quelques emplettes et, une chose en entrainant une autre, je m’étais retrouvé à me tirailler avec une bande d’opossums sauvages dans la cour arrière d’un commerce.

Finalement, je mis le pied sur la grande place devant le bâtiment de l’Assemblée. Miyuki, d’un bond plus que gracieux, atterrie quelques mètres à mes côtés. Reprenant mon souffle et mon calme, on se dirigea vers le bas des grandes marches du bâtiment où une vieille dame nous attendait en compagnie de deux hommes costauds en armure et d’un jeune garçon aux cheveux blonds – visiblement un shinobi lui aussi. « Ah ! Haruko-kun, ça doit bien être toi, hum ? » dit la vieille dame aussitôt qu’elle me vue entrer dans son champ de vision. « Et ça doit être la belle Miyuki ? Oh la jolie bête ! » dit-elle en lui tendant un petit gâteau pour chien. La chienne-louve s’avança hâtivement vers la dame, la queue battante de tous les côtés. « Ohoh mais toi aussi tu es une bien jolie bête Haruko-kun ne soit pas jaloux, tien, voilà pour toi aussi. » Elle plongea de nouveau sa main dans sa sacoche et elle me tendit un vieux rouleau de menthol à moitié terminé. L’air incrédule, je jetai un regard interrogateur à l’autre shinobi à mes côtés.


La vénérable Dame Chiyomi

« Maintenant que tout le monde est là, je vais pouvoir vous expliquer pourquoi je vous ai demandé de venir ici. » Elle tendit la main vers l’un des deux gardes qui lui remit un rouleau de parchemin. « Moi, la distinguée Dame Chiyomi, troisième cousine de notre estimé Daimyo, ai reçu la permission de recruter l’aide de deux genins de Kumo pour me venir en aide avec une tâche cruciale. D’une IMPORTANCE CAPITALE! » Sous le coup de l’énervement, la vieille dame commença à avoir des palpitations. Elle se calma aussitôt, prenant de très grandes inspirations en succession rapide comme si elle venait de terminer un marathon. « Votre mission consistera… » Elle déroula alors le rouleau que son garde du corps lui avait remis quelques instants plus tôt et elle le tourna vers nous. « …À RETROUVER MONSIEUR CROQUETTE !! » Encore une fois, elle fut foudroyée par un simili arrêt cardiaque. À bout de souffle, elle gesticula jusqu’à ce que l’un des gardes se couche à plat ventre derrière elle. Elle s’assit sur le pauvre homme avant de reprendre ses explications. « Il s’agit de mon chaton. La dernière fois que je l'ai vu, c'est quand il a bondit par la fenêtre de la chambre de notre hôtel. Je suis terriblement triste sans lui. Si vous le retrouvez, vous serez généreusement récompensé. Si vous échouez… » Une immense sourire diabolique s’afficha sur son visage, révélant qu’il devait lui manquer une bonne poignée de dents. « J’ornerai le mur de mon salon avec vos têtes. » Aussitôt, son air malfaisant disparut et elle se mit à rigoler. « Ce sont des blagues voyons ! Allez, oust ! Retrouver Croquette maintenant. Oust ! » ajouta-t-elle en nous faisant signe de partir de la main.


Monsieur Croquette

Mon regard se tourna alors une nouvelle fois vers l’autre genin qui m’accompagnait pour cette mission complètement ridicule. Si nous nous étions retrouvés dans une bande dessinée, c’est à ce moment que se serait retrouvé sur mon front un énorme point d’interrogation. Et voilà comment je me retrouvais à devoir retrouver le chat d’une vieille riche, complètement sénile, à travers tout Kumo.


_________________


Dernière édition par Inuzuka Haruko le Lun 21 Aoû 2017 - 16:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 21 Aoû 2017 - 6:29
La nuit avait été longue pour Daedra. Il avait en effet reçu une missive lui ordonnant de se rendre, le lendemain matin, devant l’entrée de l’Assemblée. Jusque-là aucun souci pour Daedra. Seulement, il était également spécifié que la mission à laquelle il allait être affecté était de la plus haute importance. Le Chôkoku n’en dormit pas de la nuit. Cette mission allait probablement être la mission la plus importante qu’il ait jamais eut à accomplir jusqu’alors. Le réveil affichait maintenant 9h40. Il s’était couché sagement la veille, dans les coups de 21h. Il avait pourtant tout essayé pour s’endormir. Se vider la tête, lire, changer de positions cent fois, rien n’y faisait. Chôkoku Daedra était bien trop impatient de découvrir la nature de la mission pour s’endormir.

C’est dans cet état d’esprit qu’il fut un premier pas hors de son lit : fatigué, mais avant tout enthousiasmé à l’idée qu’on lui ait donné une mission d’une importance si haute. Il ne lui était même pas venu à l’esprit que la façon dont la mission lui avait été donnée était étrange. Il mit son café à couler et jeta à nouveau un œil sur la missive reçue la veille. Cette dernière était signée « N.C. »… Le N pouvait signifier Nara, comme tout autre chose évidemment. Mais une idée vint à l’esprit du Chôkoku. Le C pouvait très bien être celui de Chiyomi. Nara Chiyomi, sa mère adoptive… Et si elle l’avait recommandé pour une mission importante au Raikage, dans le but de le tester peut-être ? Fatigué, Daedra laissa couler une petite larme de joie le long de sa joue, accompagnée d’un léger sourire. L’idée lui plaisait, beaucoup.

Il s’empressa alors de boire son café, aussi brûlant fut-il. Il prit avec lui tout ce qui lui fallait, son argile, son armement, son bandeau de Kumo. Devait-il s’équiper pour du camping ? Devrait-il voyager longtemps ? Non, pensa-t-il, cela aurait été marqué sur la missive. Il enfila son long manteau à capuche beige et son masque médical pour contrer le froid et s’empressa de sortir de chez lui. Le réveil affichait alors 9h50. Ce matin, c’était le Marché. Ce que Daedra aurait aimé n’avoir rien à faire et pouvoir errer dans les rues, à guetter de l’œil tout ce qui pourrait l’intéresser. Mais il n’avait guère le temps de le regretter, il allait aujourd’hui partir pour une mission, peut-être bien celle qui lancerait sa carrière. Il misait beaucoup sur cette mission. Non seulement elle pourrait lancer sa carrière, mais si c’était bel et bien ce à quoi il songeait, il pourrait également peut-être, finalement, se faire accepter par sa mère.

Rapidement, Daedra eut l’idée de monter sur les toits pour éviter la foule. Pas bête, la bête. Il entreprit alors de sauter d’un mur à l’autre d’une ruelle pour grimper sur un toit lorsqu’il sursauta de peur. Plus de peur que de mal, ce n’était qu’un chat. Il ne l’avait jamais vu là, lui qui pourtant habitait juste en face. Il grimpa finalement sur le toit et se dépêcha immédiatement de sauter de toit en toit pour arriver au plus vite devant l’Assemblée.

10h, l’heure à laquelle il arriva sur place. Les grandes marches étaient toujours si impressionnantes. Il ne vit pas sa mère adoptive, après tout, il avait de l’avance. C’était ce qu’il se disait pour se rassurer, pour garder espoir que cela n’était pas que son imagination. Il y avait bien une femme, une très vieille femme même, entourée de ce qui semblait être sa garde personnelle. Daedra détourna vite le regard ; et si c’était elle, « N.C. » ? Il ne voulait pas l’imaginer, mais elle lui brisa ses rêves.

- Ah ! Serait-ce le premier Genin à arriver ? Daedra-kun ?

Avalant sa salive, le Chôkoku se retourna doucement pour faire finalement face à la vieille dame. Ne pouvant faire volte-face, il acquiesça d’un signe de tête. La fatigue lui retomba alors immédiatement dessus. Sa motivation s’était envolée. Son enthousiasme, évaporé. « Le second ne devrait pas tarder alors ! » se réjouissait la dame. Et elle n’avait pas tort, puisqu’un autre Shinobi arriva en trombe, accompagné d’un grand chien, qui n’était pas sans rappeler à Daedra le chien de Fujin, Kong. L’idée mit du temps à grimper jusqu’à son cerveau, mais elle arriva finalement alors que la vieille femme se présentait elle et la mission. Il leva alors la tête vers celui qu’il pensait être Fujin. Il y avait une ressemblance notable : les crocs rouges sur ses joues. Mis à part cela, Daedra ne reconnut pas Fujin. Mais c’était là le deuxième Inuzuka qu’il croisait à Kumo, et sa mémoire défectueuse en cet instant lui rappela néanmoins que Fujin avait mentionné qu’il n’avait que son cousin avec lui. Daedra fit difficilement le lien, mais lorsqu’il le fit salua l’Inuzuka d’un léger signe de tête accompagné d’un sourire. Il avait beaucoup d’empathie pour les Inuzuka, sans savoir réellement pourquoi. Ils n’étaient pas les seuls à avoir souffert de la guerre au Pays du Feu, mais la beuverie qu’il avait connu avec Fujin l’avait probablement marquée. « Allez, oust ! Retrouvez Croquette maintenant. Oust ! » Ce fut là les paroles qui extirpèrent Daedra de ses pensées. Qui était donc Croquette ? Il n’avait rien suivi du tout. Quelle était cette mission ridicule ? Croquette ne pouvait pas être le nom d’un être humain, Daedra refusait l’idée, alors il s’agissait définitivement d’une mission des plus ridicules. S’il le pouvait, il retournerait dans son lit et rattraperait tout le sommeil qu’il n’avait pas réussi à avoir à cause de toutes ses espérances.

Le Chôkoku jeta un œil fatigué à l’Inuzuka. Il priait pour que lui aussi trouve cette mission des plus pitoyables. Les deux Genins commencèrent alors à s’éloigner silencieusement du lieu de rendez-vous. Hésitant, de peur de passer pour un idiot, Daedra brisa le silence.

- Euh, alors… C’est qui Croquette ? s’exclama-t-il, la fatigue pouvant se lire sur son visage.

Une chose était certaine, qui que soit Croquette, cela ne serait pas facile pour Daedra.

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Lun 21 Aoû 2017 - 17:16

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette - ft. Chôkoku Daedra

Mon partenaire pour la mission d’aujourd’hui semblait être tout aussi perplexe face à notre tâche que moi. On s’éloigna tranquillement des grandes marches du bâtiment de l’Assemblée et, par le fait même, de la vieille folle, Miyuki sur les talons. Peu importe qui elle était, celle grand-mère était complètement sénile. Il est vrai que je n’avais pas côtoyé beaucoup de personnes âgées au cours de ma vie, mais disons qu’en comparaison avec la Doyenne du clan Inuzuka, qui devait approcher les quatre-vingts printemps, celle-ci était complètement débile. Peut-être que c’était de famille chez les Daimyo d’être épris d’une telle folie? Qui sait, peut-être que si nous ne lui retrouvions pas son stupide chat, elle déclencherait une guerre civile? À cette pensée, mon visage s’assombrit et je perdis l’envie de rire l’espace de quelques secondes.

Mon attention de retour vers mon collègue de mission, je pus constater la mine qu’il avait. On aurait dit qu’il s’était fait piétiné par un troupeau de bisons en colère. Il fut le premier à rompre le silence. « Euh, alors… C’est qui Croquette ? » La gueule me tomba. N’avait-il pas écouté le discours de la sénile? Et les menaces pas du tout subtiles qu’elle nous avait faites? « Eh bah dit donc, tu en fais une tête mon pauvre. » dis-je en souriant. « Croquette c’est le pauvre matou de cette vieille folle que l’on doit retrouver. » La question était à savoir comment on allait faire pour retrouver ce stupide chat. Sans aucun indice notable, la chose ne serait pas facile, bien au contraire. On aurait plus de chance de trouver un bout de ficelle dans une montagne d’aiguilles. « J’imagine que la chose à faire serait de commencer par inspecter cette fameuse chambre d’hôtel… » Oui mais…laquelle ? Je n’avais franchement pas envie de retourner voir la vieille pour lui demander. Et j’avais l’impression que mon coéquipier ne serait pas trop chaud à l’idée non plus.

Avant que je ne puisse ajouter aux questionnements, Miyuki m’agrippa par la manche avec sa gueule pour me tirer dans une direction, vers l’opposée de la place centrale. « Tu as une piste oneesan? » Elle aboya en guise de confirmation avant de s’élancer au trot. Il est vrai que la bonne femme avait une odeur disons…dès plus particulière. Un mélange de boules à mites, de menthol, de crème pour l’arthrite et de vieille flatulence. Si elle était insupportable pour moi, je n’imagine même pas ce que devait endurer Miyuki – dont l’odorant était encore bien mieux que le mien. Elle devait avoir été en mesure de sentir une trainée d’odeur, retraçant les mouvements de la vieille, et, avec un peu de chance, qui nous amèneraient directement à sa chambre d’hôtel.

Faisant signe au shinobi blond de nous suivre, je me lançai à la trousse de la chienne blanche. Espérons qu'il serait capable de suivre le rythme - même si nous n'avancions pas si vite que ça. « Au passage, moi c’est Haruko ! Du clan Inuzuka. » dis-je en le saluant finalement. « Et elle s’est ma grande sœur Miyuki! » ajoutais-je en pointant du doigt le chienne qui trottait quelques mètres devant nous, reniflant à gauche et à droite pour tenter de ne pas perdre la piste de l’odeur de la vieille. Même si la vieille nous avait annoncé à notre arrivée, vu comment mon coéquipier avait l'air fatigué, je préférais répéter l'information.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 21 Aoû 2017 - 23:17
Croquette n’était autre que le chat de la vieille dame, ou la vieille folle, comme l’appelait l’Inuzuka. Ainsi, à cet instant, Daedra comprit que sa mission consistait à retrouver un chat, qui pouvait se trouver dans tout Kumo. Quelle poisse. Les deux Genins devaient être les pires pour qu’on leur confie une telle mission. Tout de même, l’Inuzuka présenta rapidement une idée. Inspecter une chambre d’hôtel. Pendant une seconde, Daedra se demanda de quoi il parlait, avant de comprendre que ça ne pouvait être que la chambre d’hôtel de la vieille dame. Le grand chien blanc agrippa le manche de l’Inuzuka pour l’orienter dans une direction, et celui-ci s’empressa de lui adresser la parole. Il semblait comprendre son langage, Daedra était impressionné. Cette personne était définitivement un Inuzuka.

Cela arracha un léger sourire au Chôkoku. L’Inuzuka lui fit rapidement signe de les suivre, et Daedra s’empressa de le faire. Plus vite cette mission serait finie, plus vite il pourrait retourner dormir. Et avec une telle équipe, qui logiquement était bon à la traque, cela ne prendrait pas toute la journée. Mais il ne pouvait se résoudre à les laisser faire tout le boulot. Après tout, lui aussi avait été engagé pour la mission.

Daedra était à a peine deux mètres derrière l’Inuzuka qui se présenta finalement et présenta également sa chienne. Inuzuka Haruko et Miyuki, la chienne-louve. Surprenant Daedra, elle tourna à gauche, puis rapidement à droite. Le rythme était difficile à suivre pour le Shinobi qui ne rêvait que de son lit. La rue où ils tournèrent ensuite était envahie par le Marché. La chienne se glissait facilement entre les habitants de Kumo, impressionnant un Daedra qui s’excusait à chaque mètre. Il n’avait même pas eu le temps de se présenter à son tour. Être dans la foule du Marché n’était peut-être pas le meilleur endroit pour se présenter, mais le Genin ne trouva que ce moment pour le faire.

- Ha… commença-t-il, haletant. Moi c’est Daedra, Chôkoku Daedra !

La course continuait et ils tournèrent bientôt dans une longue ruelle plutôt large où le calme semblait faire oublier la foule de monde du Marché. Arrivé au bout, Miyuki prit à gauche, suivie des deux Shinobis.

- Tu dois être le cousin de Fujin ?

Alors qu’il s’apprêtait à continuer de converser, Daedra s’arrêta aussitôt. Une dizaine de mètres plus loin, la vieille dame marchait, lentement, accompagnée par les mêmes armures vivantes. La première remarque que Daedra se fit fut qu’au lieu de traquer un chaton, les deux Genins et Miyuki étaient en train de traquer sa propriétaire. Qui plus est, ce serait plutôt lent, vu l’allure à laquelle marchait la vieille dame.

- Espérons qu’elle nous mène à son hôtel, c’est ça ?

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Mar 22 Aoû 2017 - 1:50

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette - ft. Chôkoku Daedra

Mon coéquipier était donc Chôkoku Daedra. Si je ne me trompais pas, les Chôkoku n’étaient pas un clan originaire de Kaminari no Kuni, tout comme les Inuzuka. Je crois que j’avais rencontré davantage de personnes originaires d’ailleurs que du présent pays depuis mon arrivée aux villages. C’était à croire que Kumo était la terre d’accueil de tous les malaimés des autres nations, un récupérateur à rebuts international.

Notre course se poursuivit pendant de longues minutes à travers les rues bondées du village, notamment à travers le marché. Miyuki nous guidait, suivant une force invisible que seule elle pouvait percevoir. Au bout d’un moment, je finis bien par remarquer que le blond avait du mal à suivre, puisqu’il trainait la patte quelques mètres derrières et parce qu’il était visiblement essoufflé par la course. Alors soit il était un shinobi de pacotille ou bien il était réellement épuisé par quelque chose. Je me réservais de lui poser la question par peur de l’offusquer. Et aussi parce que je n’avais franchement aucune envie de savoir quel truc tordu le gardait éveillé la nuit.

Entre deux souffles, Daedra finit par être capable de tenir un semblant de conversation. « Tu dois être le cousin de Fujin ? » Miyuki venait de nous mener jusque dans une large ruelle, vide de toute occupation. « Oui c’est bien ça! Tu le connais ? » Lorsqu’on connaissait Fujin, il n’était pas compliqué de faire le rapprochement. Après tout, nous étions les deux seuls Inuzuka présents à Kumo – et probablement les deux seuls dans le Pays de la Foudre tout entier.

Alors que nous marchions plus lentement le long de la ruelle, j’aperçus, une bonne dizaine de mètres plus loin, marchant sur la rue perpendiculaire à la ruelle, la vieille sénile et son escorte. Je pris quelques secondes pour réaliser la situation. « Espérons qu’elle nous mène à son hôtel, c’est ça ? » Ce n’était pas du tout ça le plan. Depuis le début, je croyais que Miyuki avait été assez maligne pour suivre l’odeur laissée derrière par la vieille dame alors qu’elle s’était rendue depuis son hôtel jusqu’au lieu de rendez-vous. Mais en réalité, non…La chienne-louve s’était contentée de suivre la vieille dame qui devait avoir quitté la place de l’Assemblée pendant que nous nous éloignions d’elle pour discuter un peu plus tôt. Fronçant les sourcils, j’abattu mon poing sur le crâne de Miyuki. « Oïe ! Et après tu vas dire que c’est moi l’idiot ?! » En guise de réponse, la louve au pelage blanc se contenta de japper dans ma direction. « Ce n’était pas du tout le plan que j’avais en tête…Je croyais que Miyuki nous guidait directement jusqu’à l’hôtel en traquant l’odeur infecte laissée par la vieille dame plutôt lorsqu’elle s’était rendue au lieu de rendez-vous. Normalement, son odorat est assez fort pour ça. Mais visiblement je me suis trompé. »

Que devions-nous faire maintenant? Suivre la vieille dame nous prendrait des heures et ne mènerait probablement à rien…Nous n’avions aucune garantie qu’elle retournerait à son hôtel dès maintenant. Et le temps que Miyuki retrouve l’ancienne odeur, celle qui nous mènerait directement à l’hôtel, elle se serait probablement dissipée. « Du coup je ne sais plus trop…Suivre la vieille nous prendra des heures. Tu t’y connais en chat? Moi pas du tout. Sans quelque chose qui lui appartenait, on ne pourra pas le traquer à l’odeur. »

Je repensais au regard menaçant de la vieille sénile et à son sourire édenté, qui nous menaçait d’accrocher nos têtes au-dessus de son foyer si nous ne retrouvions pas son stupide chat. Même s’il ne s’agissait que de blagues, je n’avais aucunement l’intention de tester la véracité de ses propos. Je devais mettre la main sur cette Croquette coute que coute.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 22 Aoû 2017 - 3:03
Il s’avéra bel et bien être le cousin de Fujin, information peu intéressante pour la mission mais le Chôkoku apprécia le savoir. En effet, il avait beaucoup aimer la soirée qu’il avait passé avec l’Inuzuka à l’iroquoise. Les Inuzuka dégageaient une aura qui semblait toucher le Chôkoku. Ils lui apparaissaient si pures, si simples et si proches de l'important.

- Oui, je l’ai rencontré autour de quelques verres de saké. Haha, c’était très sympa !

Inuzuka Haruko fut des plus dégoutés de retrouver là la vieille dame. Ce n’était pas ce qu’il attendait, visiblement. Daedra lui n’attendait vraisemblablement pas grand-chose, il avait simplement le cerveau endormi, quelque peu en tout cas. Donc selon lui, cela mettrait des heures avant d’arriver à l’hôtel en suivant la vieille sénile. Très bien, le cerveau de Daedra effaça donc cette option. Que leur restaient-ils ? Cela restait à déterminer.

- Si j’y connais quelque chose à propos des chats ? Hmmm… commença-t-il en se caressant le bout du menton yeux fermés. Il visionna d’abord un chat, quatre pattes, deux yeux, une fourrure… Valait mieux pas dire cela, il passerait vraiment pour un idiot. Mais visionner un chat l’aidait, peut-être… Il l’imagina un instant jouer. Je sais ! Les oiseaux ! Les chats chassent les oiseaux !

Probablement qu’Haruko se demandait comment cette information allait bien pouvoir leur servir. Mais Daedra avait la réponse. Il plongea sa main droite dans une de ses besaces et la ressortit bientôt avec trois petits oiseaux.

- J’espère que trois suffiront, je n’ai pas dormi de la nuit, ça me fatiguerait trop d’en faire plus. Je m’explique donc. Je peux envoyer ces oiseaux se balader dans Kumo, en volant très bas. L’un d’eux tombera forcément sur Croquette, et alors il viendra nous chercher !

L’idée était farfelue, mais Daedra n’avait pas mieux.

- Pendant ce temps on peut continuer à chercher de notre côté, les oiseaux répondent à mon chakra, ils me retrouveront. On peut tout aussi bien rester là, à les attendre, évidemment. Mais ce serait une perte de temps, n’est-ce pas. Si l’on retournait à l’entrée de l’Assemblée, Miyuki ne serait pas capable de retrouver la trace de l’hôtel ? Si non… On a plus qu’à faire tous les hôtels de Kumo…

Faire tous les hôtels de Kumo ne l’enchantait pas. Premièrement parce que ce serait long, et deuxièmement parce que chaque hôtel qu’ils visiteraient lui rappellerait haut combien il aimerait dormir en cet instant. Les oiseaux n’arriveraient pas très vite, qui plus est. La journée promettait d’être longue et épuisante.

- Alors ? Qu’est-ce que vous en dites ? dit-il en regardant simultanément Haruko et Miyuki.

Il ne l'avait peut-être même pas remarqué lui-même, mais son corps avait quant à lui déjà fait son choix et s'était assis par terre pendant qu'il parlait. C'était là une bataille entre le corps et l'esprit

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Mar 22 Aoû 2017 - 17:47

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette - ft. Chôkoku Daedra

Nous nous étions subitement retrouvé dans une impasse mon coéquipier et moi. Ni lui, ni moi n’avions vraiment l’intention de faire s’éterniser cette mission ridicule. Nous cherchions donc une solution rapide et facile pour mettre un terme à toutes ces balivernes. Si le Chôkoku voulait en finir pour retourner ce coucher au plus vite, moi c’était tout bonnement parce que je n’aimais pas les chats. C’était de petites créatures stupides qui ne vivaient – semblait-il – que pour embêter les chiens.

« Je sais ! Les oiseaux ! Les chats chassent les oiseaux ! » s’écria Daedra tout d’un coup en réponse à ma question. Des oiseaux? C’était bien amusant à savoir que les chats aimaient faire mumuse par les oiseaux – tout comme les chiens d’ailleurs – mais je ne voyais pas en quoi l’information pouvait être utile. On n’allait tout le même pas se mettre à chasser les oiseaux, en plus de ce ridicule chat? Sans attendre, probablement pour répondre à mon interrogation naissante, mon coéquipier plongea sa main dans l’une de ses nombreuses pochettes, fouilla quelques secondes, puis en ressortit trois petits oiseaux en argile. « J’espère que trois suffiront, je n’ai pas dormi de la nuit, ça me fatiguerait trop d’en faire plus. Je m’explique donc. Je peux envoyer ces oiseaux se balader dans Kumo, en volant très bas. L’un d’eux tombera forcément sur Croquette, et alors il viendra nous chercher ! »

Était-ce donc là le pouvoir du blondinet? Créer des personnages d’argile pour pouvoir les animer par la suite? C’était une bien étrange faculté, comme celle de beaucoup d’autres Kumojin d’ailleurs, c’était à croire que personne au village n’était un simple shinobi normal. Cependant, l’idée était bonne, très bonne même. Si le petit chat pouvait mordre cet hameçon, nous aurions terminé cette mission en deux temps trois mouvements. « Et on fait quoi pendant ce temps? Comment tes oiseaux vont-ils pouvoir nous retrouver? Tu dois les voir pour les contrôler ? » Je ne connaissais aucunement son pouvoir, il était normal que je me pose autant de questions. « Pendant ce temps on peut continuer à chercher de notre côté, les oiseaux répondent à mon chakra, ils me retrouveront. On peut tout aussi bien rester là, à les attendre, évidemment. Mais ce serait une perte de temps, n’est-ce pas. »

Daedra avait raison. Si nous pouvions jouer la carte de la facilité en restant étendu ici, à l’ombre de cette ruelle, cela pourrait prendre des heures, voir même des jours. Kumo était tout de même un village relativement grand, un petit chat pouvait bien se dissimuler n’importe où et trois petits oiseaux mettraient du temps à le retrouver. « Si l’on retournait à l’entrée de l’Assemblée, Miyuki ne serait pas capable de retrouver la trace de l’hôtel ? Si non… On a plus qu’à faire tous les hôtels de Kumo… » ajouta-t-il, toujours l’air aussi fatigué. « Non probablement pas…Il doit être trop tard, l’odeur a dû se dissiper maintenant. » Probablement comme mon collègue, faire la tournée de tous les hôtels ne me plaisait pas du tout. Il devait y en avoir des dizaines et des dizaines…Je soupirais déjà à l’idée de devoir me coltiner cette tournée. « Miyuki, fais-toi pardonner, essaie de nous retrouver ce chat. Tu dois savoir où ils se tiennent, non? À force de trainer un peu partout, tu as déjà dû en croiser ? On se rejoint plus tard. » La chienne-louve aboya et s’élança au galop vers la rue avoisinante. Il était mieux de jouer toutes nos cartes et en envoyant Miyuki chercher de son côté, on augmentait nos chances de trouver le chat. En me retournant pour continuer à parler à mon coéquipier Chôkoku, je constatai qu’il s’était assis par terre, luttant plus que jamais contre le sommeil.

« Bon ! Avant toute chose…On va te chercher un grand café ! On n’y arrivera jamais si tu t’endors à tous les coins de rue comme un clochard. Allez, suis-moi ! » Sans attendre une réponse de sa part, je saisis le blond par le bras et je l’entrainai avec force en direction de la rue et des échoppes. Je m’arrêtai au premier comptoir restaurant que je pus trouver. « Deux cafés s’il te plait. » demandais-je au jeune garçon qui tenait l’échoppe. En recevant mon dû, je lui tendis quelques ryos en échange. Je me retournai alors vers Daedra en lui tendant les deux cafés. « Allez, c’est pour toi. Engloutis-moi ça et on se met au boulot. Les deux. Chop chop. » lui dis-je en affichant un sourire béat. Soudainement, j’avais l’impression de me retrouver dans la peau de Miyuki, qui agissait constamment en grande sœur protectrice à mon égard.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 22 Aoû 2017 - 19:14
La réactivité de l’Inuzuka fut immédiate. Il envoya Miyuki chercher Croquette de son côté et se retourna vers un Daedra somnolant, qu’il se dépêcha d’attraper par le bras –ce qui eut le mérite de le réveiller– pour l’emmener dans l’échoppe la plus proche. Avant qu’il ne le comprenne, il était assis devant un jeune homme tout souriant, qui plaça devant lui deux cafés. Il tourna la tête et regarda de ses deux gros yeux fatigués l’Inuzuka qui semblait lui ordonner de boire les cafés qu’il venait de payer de sa poche. Cette seule information fut une source d’énergie pour le Chôkoku. Il était le deuxième Inuzuka à lui payer sa tournée, bien que cette fois-ci ce fut du café. Il laissa tomber son regard sur les deux petites tasses de café dont l’odeur lui chatouillait les nasaux. Un sourire sincère se dessina sur son visage, qu’il adressa naturellement à Haruko.

- Merci beaucoup. Je te revaudrai ça, annonça-t-il avant de prendre la première tasse entre ses mains si uniques à Kumo.

Ce n’était pas le moment de prendre son temps, alors Daedra colla ses lèvres à la tasse un long moment, laissant couler le café chaud au travers de sa gorge jusqu’à ce qu’il n’en reste rien. C’était très chaud. Mais ça avait le mérite de réveiller d’un coup. Il répéta la manœuvre avec la seconde tasse devant les yeux ébahis du tenancier de l’échoppe. Le Chôkoku s’intéressa alors à lui.

- Yosh ! commença-t-il en reposant la seconde tasse de café, vraisemblablement vide. Excusez-moi, vous n’auriez pas vu un chat traîner dans les environs ? –Il sortit alors l’unique photo qu’ils avaient du chat– Celui-là ? Non ? Hm… Merci quand même ! Haruko-kun ! Allons-y !

Visiblement, les deux cafés lui avaient donnés un sacré gain d’énergie, mais celui-ci risquait d’être temporaire. Le café n’était pas magique, après tout. Ils sortirent donc de l’échoppe et Daedra commença à étirer ses muscles et à faire craquer son dos.

- Donc ! On va faire le tour des hôtels, c’est ça ? Suis-moi ! Il y en a un près de chez moi ! lança-t-il en se mettant aussitôt à courir sans vraiment faire attention à si l’Inuzuka le suivait bel et bien.

L’hôtel qu’il visionnait n’était pas tout à fait à côté de chez lui, mais il était l’hôtel le plus proche de chez lui, peut-être à une quinzaine de minutes de marche. Il n’en connaissait pas vraiment la réputation, il n’y avait jamais dormi. Il n’en avait jamais eu l’utilité, après tout. En à peine quelques minutes de course, ils arrivèrent en face de l’hôtel. La façade affichait « Auberge du Poivrot ». Rien qu’au nom, il aurait dû deviner, mais il entra quand même. À l’accueil, un homme chauve, dont la vie semblait déjà bien entamée, les salua. Mais Daedra ne se perdit pas dans les formalités et passa tout de suite au questionnement.

- Excusez-moi ! Y aurait-il une vieille dame… Oui, à l’odeur forte, qui aurait louée une chambre ici ? Elle est accompagnée de deux gardes ! Alors ?

- Eh bien… Non, désolé, cette auberge est exclusivement réservée aux hommes.

Une auberge réservée aux hommes ? Qu’est-ce que c’était que cette histoire ? Qu’importe, ils n’avaient pas le temps d’y penser. Oubliant de remercier l’aubergiste, Daedra quitta l’hôtel en trombe. Il avait l’impression de n’avoir jamais couru aussi vite.

Il s’arrêta net, en pleine course. Il n’avait aucune idée d’où trouver d’autres hôtels. Mais la fougue de la jeunesse qui l’animait à cet instant le poussait à vouloir rester en constant mouvement. Il agrippa le jeune Inuzuka par le col et l’emmena de gré ou de force dans sa course. Une rue, deux rues, trois rues, toujours pas de signe d’hôtel. La course continuait, il ne prêtait même plus attention à ce que pouvait lui dire son coéquipier de mission. Ses yeux guettaient le moindre bâtiment, la moindre structure, alors que ses jambes l’emmenaient dans une course qu’il ne saurait arrêter. Ils finirent par tomber sur un nouvel hôtel, toujours pas le bon. La course continua. Daedra était déchaîner, mais il le paierait probablement à la fin des effets du café. Au loin, une masse informe se dessinait. Daedra s’arrêta net. Un de ses pauvres oiseaux était poursuivi par une dizaine de chats, errants ou domestiques, mais toujours était-il que de nombreux chats semblaient traquer le pauvre oiseau d’argile. À mesure qu’ils se rapprochaient d’eux, leurs silhouettes devinrent plus distinguables. C’était le moment : Croquette était-il parmi ces chats ?

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Mar 22 Aoû 2017 - 22:56

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette - ft. Chôkoku Daedra

Dès les premières gorgées de café, je pus remarquer les effets énergisants de la boisson faire effet sur mon coéquipier. De légume amorphe, il passa en mode action. Après quelques gorgées, il questionna le tenancier du petit comptoir à nourriture où nous étions arrêtés, mais ce dernier sembla agacé par la question, se contenta de répondre rapidement à la négative tout en s’occupant d’un nouveau client. Pas très sympa celui-là…Moi qui venais de lui laisser un bon pourboire, je le regrettais déjà.

« Donc ! On va faire le tour des hôtels, c’est ça ? Suis-moi ! Il y en a un près de chez moi ! » C’était un bon début. De toute manière, il ne servait à rien de rester sur place, il valait mieux enquêter de notre côté en attendant le retour de Miyuki et des petits oiseaux d’argile. Je suivis alors Daedra dans les rues de Kumo jusqu’à l’établissement en question. Dès que l’on s’arrêta, je pu immédiatement deviner qu’il ne s’agissait pas du genre d’endroit que devait fréquenter la vieille dame. Elle avait beau être sénile, avec tout le fric qu’elle devait avoir, je ne pouvais pas concevoir qu’elle passe une seule nuit par ici. « Je ne p…. » avant que je ne puisse émettre une quelconque objection, le shinobi blond était déjà entré dans l’hôtel. Quelques courtes minutes plus tard, mon coéquipier en ressortit en trombe, visiblement bredouille.

Encore une fois, avant même que je ne puisse laisser échapper la moindre objection, Daedra m’agrippa par le col et me traina avec force plus loin. « Mais oh ! Tu vas où comme ça ? » Peut-être que le deuxième café avait été de trop ? Je commençais à regretter l’amorphe shinobi qui se laissait guider aisément. Il me guidait avec fougue à travers les rues de Kumo avec une détermination sans précédent. On s’arrêta devant un second établissement, un hôtel également, et comme la dernière fois, le blond en ressortit quelques minutes plus tard, toujours sans aucune information. Après un certain temps, j’avais tout simplement arrêté de donner de la résistance, je me laissais trainer comme une chiffe molle au gré du vent. Au moins comme ça, on avançait plus vite.

Au bout d’un moment, mon coéquipier s’arrêta finalement dans sa course et me relâcha. Devant nous, l’un de ses oiseaux arrivait à toute vitesse, poursuivi par une bonne dizaine de chats. Enfin un peu d’action ! Est-ce que l’un d’entre eux était Croquette ? Je l’espérais !

Aussitôt, je me mis en travers de la route de l’armée de félin. Lorsque l’oiseau passa au-dessus de ma tête pour rejoindre Daedra, les bestioles se faufilèrent entre mes jambes, me grimpèrent dessus pour passer au-dessus de ma tête dans l’espoir d’attraper l’animal d’argile en plein vol. Je me débattus quelques instants pour chasser les chats de mon corps, puis je remarquai que l’un d’entre eux ressemblait énormément à Croquette. Sans attendre, je bondis pour l’attraper. L’animal n’était visiblement pas content de s’être fait empoigner, puisqu’il se débattait comme un diable. « Je l'ai ! » hurlais-je tout joyeux. Une fois entre mes mains, je me rendis bien vite compte cependant qu’il ne s’agissait pas du tout du chat recherché. Si celui-ci avait la même couleur de pelage, il louchait légèrement et son nez n’était pas de la bonne couleur. En guise de représailles, le chat me griffa en plein visage, ce qui me força à le relâcher immédiatement.

Avec la douleur qui me foudroyait le visage, je ne pus porter attention à ce que faisait maintenant mon coéquipier. Avait-il réussi à en attraper un ? Croquette faisait-il partie de la bande ? J’en doutais, puisque celui que j’avais attrapé était vraisemblablement le seul de la bonne couleur, mais peut-être que je me trompais…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 23 Aoû 2017 - 11:01
La petite horde de chats continua sa course sans se soucier de la présence des deux Kumojins. Enfin, sans s’en inquiéter. L’oiseau d’argile passa au-dessus de la tête de l’Inuzuka, suivi de très près par les chats. L’oiseau fonça droit sur Daedra avant de disparaître juste devant lui dans une explosion minime et presque sourde. Il pensait que le faire exploser ferait peur aux chats, mais il était trop tard. Ils avaient bondis et l’explosion les avaient rendus agressifs. Ils tombèrent sur Daedra et commencèrent à l’attaquer de leurs nombreuses griffes. Les nombreux chats le poussèrent à tomber. Il était à leur merci. Heureusement cela ne dura pas longtemps. En effet, après quelques coups de griffes, les chats prirent de la distance, tournant occasionnellement la tête vers le danger qu’ils avaient perçus avec l’explosion. Ils avaient peur, c’était tout à fait normal. Ils prirent la fuite, et les deux ninjas étaient bredouilles. Un oiseau en moins, remarqua Daedra, et toujours pas de Croquette. Cette mission devenait agaçante, et c’était peu dire, elle l’était déjà depuis le début. Le visage couvert de plaies, Daedra se releva. Et si je vous disais qu’il était allergique aux chats ? Si… Les choses ne faisaient qu’empirer, il fallait se dépêcher de retrouver ce petit démon. Les premiers effets de l’allergie ne tarderaient pas à se faire ressentir. Démangeaisons au niveau des plaies, les yeux qui commencent à piquer, à brûler même, puis à gonfler. Les éternuements à répétition, la sensation de lourdeur. Il connaissait bien les symptômes, il en avait déjà fait les frais dans le passé.
Daedra éternua une première fois. L’allergie allait rapidement surpasser son regain d’énergie.

- Okai, plus de temps à perdre, il nous faut Croquette. Maintenant, conclut-il en éternuant une nouvelle fois. Aaaah ! Non ! Merde ! Faisons vite, Haruko !

Malgré toute sa volonté, il plia les genoux un moment, essayant de calmer ses éternuements. Ok, dit-il en se relevant, c’est parti, je vais bien.

Il n’espérait qu’une chose. Que ses deux autres oiseaux ne ramènent pas eux aussi autant de chats. Un seul suffisait, Croquette, aussi ridicule fut son nom. Sa fougue était calmé, il ne trouvait même plus la force de courir et s’arrêtait constamment à chaque éternuement. Se grattant les yeux, il continua néanmoins. Rien ne l’empêcherait de remplir cette mission, aussi futile soit-elle. Néanmoins, il espérait vraiment que Miyuki revienne avec le chat coincé dans la gueule. Vivant, de préférence. Malgré le ralentissement de la cadence, les deux Genins continuaient d’avancer.

Un souvenir revint en tête à Daedra. Il avait croisé un chat sur le chemin de l’Assemblée. Il n’avait pas réellement fait attention à son apparence. Mais… Si c’était Croquette ? Il n’en savait fichtrement rien, et puis, à l’heure qu’il était maintenant, le chat devait probablement avoir bougé depuis longtemps. Etait-il tout de même nécessaire d’en parler à Haruko ? C’était peut-être une possibilité à exploiter.

- Hey, maintenant que j’y pense, j’ai croisé un chat en face de chez moi quand je partais pour le rendez-vous avec la vieille dame. Je n’ai pas vraiment fait attention à son pelage, mais ça vaut peut-être le détour ?

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Mer 23 Aoû 2017 - 18:26

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette - ft. Chôkoku Daedra

Je ne pouvais pas me voir, mais je devinais que cet enfoiré de chat venait de me laisser une belle grosse balafre sur le visage. Une marque qui brulait énormément. Au bout d’un certain moment, la douleur commença à s’estomper et la vision me revint. Derrière moi, Daedra avait été renversé au sol par les chats et ces derniers l’attaquèrent violemment un instant avant de s’enfuir aux quatre vents. Dans la confusion due à la douleur, je n’avais pas remarqué le petit oiseau d’argile explosée. Je ne comprenais donc pas vraiment ce qui s’était passé.

Alors que les chats se dispersaient dans la ruelle, je tentai une dernière fois de percevoir Croquette, mais sans succès. Il ne faisait bel et bien pas partie de cette première vague de chats errants. C’était une bonne idée qu’avait eue mon coéquipier, mais qui n’allait certainement pas fonctionner du premier coup. C’était un peu comme tirer son hameçon dans l’océan et espérer attraper un poisson du premier coup. Cela relevait du miracle. Pour exprimer ma rage, je donnai un bon coup de pied dans un bout de bois qui trainait sur le sol de la ruelle – effrayant les matous encore plus. Subitement, le jeune blond qui m’accompagnait fut pris d’éternuements à répétition. Ses yeux et son visage étaient également enflés et rougeâtres. « Des allergies ? Ça va aller? » La dernière chose dont j’avais besoin c’était de devoir me retrouver seul à faire cette mission parce que mon coéquipier lâchait du cœur à cause de ses allergies.

« Hey, maintenant que j’y pense, j’ai croisé un chat en face de chez moi quand je partais pour le rendez-vous avec la vieille dame. Je n’ai pas vraiment fait attention à son pelage, mais ça vaut peut-être le détour? » Encore une fois, c’était une possibilité parmi tant d’autres. Et c’est ce qui m’énervait avec cette mission. Le hasard. Le flou. Ce chat n’aurait pas pu être kidnappé par quelqu’un? Ça aurait été plus simple, au moins on aurait eu une piste de solution déjà présentée à nous. Mais là…Si ça se trouve, le chat s’était sauvé de lui-même. Comment quelqu’un pouvait-il supporter cette vieille à longueur de journée? Un garde qui se fait grassement payer, je pouvais comprendre, mais un animal de compagnie? Un chat ayant la possibilité d’être libre comme l’air? Avoir été lui, j’aurais volontiers sauté par la fenêtre pour m’échapper à la première occasion venue. « Hum…Mouais d’accord, c’est mieux que rien. » répondis-je un peu blasé par la situation.

On quitta alors la ruelle en direction du quartier où habitait Daedra. Je le suivais sans un mot, tentant tout de même de garder l’œil ouvert au cas où on tomberait sur la petite bête par hasard.

À quelques rues de là, je fus interpelé par une série de jappement. L’espace d’un instant, j’espérais voir débarquer Miyuki, avec le chat dans la gueule. Mais non…De faux espoirs encore une fois. Elle arriva à toute vitesse, en battant la queue et en continuant de japper. Elle se frotta contre la jambe de Daedra en le poussant, puis m’agrippa de nouveau la manche pour m’entrainer quelque part. « C’est mieux d’être sérieux cette fois-ci ! Si c’est encore un plan foireux, ça va barder sœurette ! » Elle accéléra le pas, me montrant qu’elle était belle et bien sérieuse. Miyuki nous entraîna à gauche et à droite, d’une rue à l’autre, en passant par les ruelles et les toits, à travers un parc même. Puis, la chienne-louve s’arrêta finalement, devant une l’arche d’un bâtiment qui menait vers une sorte de cour intérieure. À travers la grille qui bloquait le passage du domaine privé, je pus voir deux gamins en train de jouer…avec un chat. « Croquette !! » criais-je en surprise, faisant sursauter les deux gamins.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 23 Aoû 2017 - 19:33
Les deux Shinobis avaient donc lentement commencés à s’orienter vers le quartier où vivait Daedra, jusqu’à ce qu’une silhouette qu’il n’avait même pas remarqué le bouscula. Il était prêt à engueuler la personne pour ne pas s’être excusée lorsqu’il remarqua qu’il s’agissait en fait de Miyuki qui retournait vers son maître, ou plutôt son frère, l’attrapant une fois de plus par la manche. Miyuki commença alors à le trainer dans une nouvelle direction. Daedra mit un certain temps, mais il finit par comprendre qu’il lui fallait les suivre. Le rythme était rapide, du moins pour un type qui était en plein combat avec une sacrée allergie. Daedra continuait les éternuements impulsifs, et par là les arrêts fréquents. Il arrivait néanmoins à garder seulement quelques mètres entre ses coéquipiers et lui, qui avaient parfois la gentillesse de faire des arrêts le temps qu’il reprenne le contrôle de ses nasaux.

La course dura un moment, ils passèrent par tous les chemins possibles et imaginables. La situation de Daedra ne faisait qu’empirer alors qu’il essayait de rester dans la course. Il n’abandonnerait pas, même si une abeille venait à le piquer et lui déclencher une nouvelle allergie (oui il est allergique aux abeilles aussi maintenant). Son visage tout entier le démangeait lorsqu’il tourna in extrémis là où avaient tournés l’Inuzuka et son Ninken. Ce qu’il y avait de marrant, c’était qu’il devait être le seul être humain à vraiment prononcer « Atchoum » lorsqu’il éternuait. Ça ne le faisait pire, lui, mais bon. Blasé, il constata l’arrêt soudain de ses coéquipiers. Ils se tenaient devant une arche signant l’entrée d’un domaine privé qui n’était pas inconnu à Daedra. Il crut alors entendre Haruko prononcer le nom du chat qu’ils recherchaient. Enfin, pensa très fort Daedra.

Il accéléra alors le pas et se retrouva à son tour face à la grille du domaine privé. Deux enfants jouaient dans la cour intérieure avec le fameux chat, Croquette, tout joyeux qu’il semblait être. Pendant un instant, à le voir comme ça, Daedra hésita à proposer à Haruko de le laisser là, avec les enfants, et de rapporter à la vieille dame que la mission était un échec. Mais bon, ils n’avaient pas fait tout ça pour rien, ils méritaient bien d’être récompensés et pour cela, il fallait encore qu’ils lui ramènent Croquette. Les deux enfants regardaient les Genins avec interrogation lorsque le Chôkoku décida de prendre la parole.

- Bonjour les enfants. Nous venons récupérer ce chat et le ramener à sa propriétaire, vous pouvez nous ouvrir ? demanda-t-il avec son visage gonflé.

- Bonjour, répondit timidement l’un des enfants alors que le chat observait la scène d’un regard peu confiant. Je vais demander à ma maman.

Les deux enfants rentrèrent alors à l’intérieur du bâtiment, laissant les deux Shinobis de l’autre côté de la grille, à observer leur objectif, pour l’instant inaccessible. Croquette commença à se dresser sur ses pattes et à marcher doucement vers un petit muret qu’il grimpa sans problème, toujours en gardant un œil sur les deux Genins. Daedra tourna la tête un instant pour éternuer, ce qui lui permit de remarquer la même masse informe que précédemment se rapprocher d’eux. Rapidement, les silhouettes d’un oiseau et de chats se dessina.

- Ah non ! s’exclama-t-il avec affolement.

Il se retourna pour jeter un œil sur Croquette et remarqua que celui-ci venait de sauter sur le haut du mur de l’enceinte du domaine privé pour, semblait-il, fuir de nouveau.

- Ah non ! dit-il avant d’éternuer. Haruko ! On le suit !

Alors que l’oiseau, chassé par les chats, se rapprochait dangereusement, Daedra le fit exploser. Les chats étaient encore à une bonne distance des deux Genins, alors ils prirent simplement peur et fuirent dans la direction opposée. Daedra se mit à courir derrière Haruko et Miyuki, qui eux-mêmes couraient derrière Croquette. Il ne fallait pas qu’il leur échappe, c’était leur dernière chance, la dernière ligne droite avant la fin de cette mission de malheur.

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Jeu 24 Aoû 2017 - 17:13

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette - ft. Chôkoku Daedra

Enfin, je pouvais voir la lumière au bout du tunnel. La fin de cette misérable mission était finalement à portée de main. À quelques mètres de notre trio, de l’autre côté d’une grille, dans l’enceinte de cette demeure, se trouvait enfin Croquette. Le petit chaton au pelage gris et tigré s’amusait avec deux gamins – un garçon et une fillette. Il se pavanait, tel un prince, alors que les deux enfants s’amusaient à le poursuivre et à la flatter. Lorsqu’ils s’aperçurent de notre présence, ils affichèrent un regard interrogateur, presque inquiet.

Daedra prit les devants du questionnement. « Bonjour les enfants. Nous venons récupérer ce chat et le ramener à sa propriétaire, vous pouvez nous ouvrir ? » Les pauvres…À voir la gueule toute gonflée du blond, j’aurais eu peur aussitôt à leur place. Un peu craintifs – mais naïf comme n’importe quel enfant – ils quittèrent la cour pour rentrer à la recherche de leur parent pour demander la permission. Laissez à lui-même, Croquette nous observa avec de grands yeux narguant. Il se pavana un peu plus, sautant même sur un premier petit muret. Une chose était certaine, je ne voulais pas le quitter des yeux une seule seconde.

Pendant ce temps, derrière moi, un second oiseau d’argile était en train de rameuter un autre groupe de chats. L’espace d’une seconde, je fis la grave erreur d’éloigner mon regard de Croquette pour regarder le capharnaüm derrière moi. Pratiquement au même instant, toujours à plusieurs mètres de nous, l’oiseau d’argile explosa, effrayant ainsi les chats errants. Ils se dispersèrent avant de nous avoir atteints. Daedra – parce que certain probablement lui qui avait détruit l’oiseau – avait eu de bons réflexes, ce qui nous évite une nouvelle bagarre avec les félins. Lorsque je retournai mon attention vers la cour intérieure, Croquette avait disparu.

Aussitôt, quelques reniflements suffirent, je pus localiser son odeur. « Par là ! » criais-je en me retournant et en pointant Croquette du doigt. Il venait de sauter au-dessus du mur de la cour, nous narguant toujours un peu de son regard, puis détala à toute vitesse dans la direction opposée à la nôtre. « Ah non! Haruko! On le suit! » s’exclama le shinobi blond. Immédiatement, on se lança à la poursuite de la petite bête poilue. Il était impératif qu’on ne le perde pas de vu. Cette mission avait déjà été suffisamment chiante, je ne pouvais pas laisser passer cette chance de la terminer.

« Miyuki ! À sa poursuite, vite! Donne tout ce que tu as! » ordonnais-je à ma compagne. L’ordre était futile, elle avait déjà compris ce qu’elle devait faire. Pendant ce temps, toujours dans mon élan, je bondis sur une caisse, puis une autre, puis sur le toit d’une échoppe, pour me retrouver sur les toits adjacents à la rue. D’ici, je pouvais garder un œil sur le chat, même pendant la course. « Vite! Il va nous semer! » criais-je à mes coéquipiers. Il était petit, ce qui n’aidait pas à le suivre dans la foule, mais depuis les hauteurs s’étaient plus faciles. « À droite ! Dans la ruelle ! » D’ici, je pouvais me concentrer plus librement sur son odeur pour aider à le traquer. J’allais servir de guide à Miyuki et Daedra pour le capturer. « À gauche ! Il a pris à gauche ! »


HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 25 Aoû 2017 - 11:11
La course se montra tout de suite éprouvante. Personne n’avait le temps de souffler. Haruko s’était empressé de monter sur les toits, de là il semblait garder un œil plus efficacement sur le chaton, et par la même, nous guider jusqu’à lui. Daedra n’avait même pas le temps de penser à l’image qu’il avait et allait donner aux deux mômes. Partis chercher leurs parents, ils reviendraient et ne trouveraient ni chaton ni blond à la gueule gonflée. Il n’aimait pas passer pour un salaud, un menteur, un voleur, surtout auprès des enfants. Suivant les indications de l’Inuzuka quant aux faits et gestes de Croquette, Daedra tourna à droite, puis à gauche, puis encore à droite…

Daedra commençait à être à la traine, il voyait Miyuki avancer, pleine d’entrain, pleine de fougue. Il avait maintenant un croisement de retard. Il paria alors sur sa chance. Il tourna à droite, puis à gauche, accélérant sa course. Si un croisement plus tard, le chaton tournait à droite, leurs chemins se croiseraient, et alors il l’attraperait. Mais c’était sans compter… que Croquette ne tourna pas à droite, mais continua droit devant. Ainsi, il n’avait fait que se mettre plus encore en retard. Dans une accélération affolante, Daedra parvint à rattraper une bonne partie de son retard. À une dizaine de mètres de lui, Miyuki poursuivait toujours Croquette, qui redoublait d’efforts pour ne pas être pris dans la gueule de la louve.

Bientôt, le chaton retourna dans une grande rue, où le Marché n’était pas fini, bien que moins bondé de monde. Il courra une course de quelques mètres avant de remarquer la présence de sa maîtresse droite devant. Là, il bifurqua complètement une fois de plus à gauche. Mais la vieille dame l’avait déjà vue. Elle vit également Miyuki passer, puis Daedra.

- Faites vite si vous voulez garder vos têtes sur vos épaules, cria-t-elle d’un rire diabolique à un Daedra au bout du rouleau.

Il en avait de la chance, à être à l’abri sur les toits, le bon vieux Haruko... En pleine course, Daedra éternua si fort qu’il fut repoussé en arrière et tomba sur les fesses. Excessif, certes. Il prit une grande inspiration et se releva. Il ne pouvait laisser tout le boulot à l’autre duo. Il reprit la course, pensant devoir encore rattraper un retard encore plus monstrueux. Mais une rue plus loin il constata que Miyuki avait attrapée Croquette. Enfin, attrapé, elle l’avait coincé sous sa patte et regardait fièrement son complice, Haruko. Arrivé, Daedra posa ses mains sur ses genoux et respira à nouveau un grand coup. C’était fini. Ils n’avaient plus qu’à ramener ce pauvre chat à son horrible maîtresse. Un grand éternuement et Daedra releva la tête vers l’Inuzuka.

- C’est pas trop tôt ! On va enfin pouvoir choper notre récompense et… Je vais enfin pouvoir dormir !

Ce qu’il ne réalisait pas, c’est que s’il dormait maintenant, tout son rythme de sommeil en serait chamboulé. S’il voulait rester toujours prêt à intervenir, comme un ninja se doit de l’être, il allait devoir attendre le soir pour se coucher…

- Allez ! On sait au moins que la vieille est encore au Marché !
HRP:
 

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Lun 28 Aoû 2017 - 18:47

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette - ft. Chôkoku Daedra

Du haut des toits, je menais la belle vie. Alors que Miyuki et Daedra devaient se battre avec la foule, moi je pouvais me pavaner librement. Certes je devais calculer ma trajectoire, sous peine de me retrouver avec un saut impossible à faire devant moi, pour pouvoir continuer à suivre les traces de Croquettes, mais au moins je n’avais pas à me faufiler entre les passants. Chose que je détestais au plus haut point.

Après quelques tournants dans les plus petites rues et à travers quelques ruelles, Croquette s’aventure vers le marché, la rue commerciale la plus importante du village et surtout la plus achalandé. Garder un œil sur lui ne serait pas chose facile par ici. Depuis les hauteurs, je pus apercevoir la vieille propriétaire du chat qui se promenait entre les échoppes accompagnées de ses deux immenses gardes du corps en armure. Heureusement pour moi, j’étais bien loin d’elle – à l’abri de son odeur infecte de vieillarde.

Ce stupide chat devait vraiment détester sa propriétaire. Plutôt que de s’en approcher, lorsqu’il la vue à travers la foule du marché, la bête cracha et pris la direction opposée pour couper à travers une nouvelle ruelle un peu plus loin. Alors que Miyuki et Daedra se lançaient à sa poursuite de nouveau, je bondis par-dessus la large rue du marché. En contre-bas, je crus entendre un gamin sursauter et se réfugier sous la jupe de sa mère lorsqu’il perçut mon ombre au-dessus de sa tête. Malgré mon énorme élan, je n’atteins l’autre côté que de justesse. Je m’étais pris le mur du bâtiment adjacent en pleine tronche, m’agrippant au rebord du toit que par quelques doigts. De toutes mes forces, je m’étais redressé pour rejoindre la toiture. Aussitôt, captant toujours l’odeur de Miyuki et de Daedra, je me remis en chasse dans la direction appropriée.

Un peu plus loin, je rattrapai finalement ma compagne, qui s’approchait maintenant du chaton qui s’était coincé dans un cul-de-sac. Aucun signe du blondinet cependant. Miyuki s’avança lentement vers Croquette, grognant et lui montrant les dents pour l’effrayer. Pris au piège, le chat tigré ne voulait pas se faire prendre. Tout en reculant, il continuait de cracher de et miauler. Comme s’il espérait que quelqu’un vienne à son secours. Il tenta finalement de charger la chienne-louve, mais cette dernière avait vu clair dans son jeu et s’était contentée de l’assommer avec sa patte et de l’écraser au sol. Soupir de soulagement. Toute cette histoire était enfin terminée !

Quelques instants plus tard, Daedra finit par débarquer, complètement essoufflé. « C’est pas trop tôt ! On va enfin pouvoir choper notre récompense et… Je vais enfin pouvoir dormir ! » dit-il tout juste après avoir éternué une nouvelle fois. « Allez ! On sait au moins que la vieille est encore au Marché ! » Je m’accroupis près de Miyuki pour prendre le chat dans mes mains. Celui-ci se débattu pendant un instant avant de se calmer lorsque je le flattai au-dessus du crâne du bout de mon doigt. Il n’était pas si différent que Miyuki finalement…Elle aussi avait la même faiblesse et le même point faible. Quelques grattouillements sur le dessus de son crâne ou sous le menton et elle roulait par terre.

Aussitôt Croquette en main, parce que nous avions tous les deux envies d’en terminer avec cette mission, on se dirigea vers le marché où nous avions vu la vieille dame tout à l’heure lors de notre course poursuite. Je pus la repérer quelques intersections plus loin, devant une échoppe de tapis exotique. L’un de ses gardes du corps avait les mains qui débordaient déjà de babioles en tout genre – de l’argenterie, de la vaisselle, un vase, de la nourriture – alors qu’elle demandait au marchand de charger un énorme tapis enroulé dans les bras du pauvre soldat. Lorsqu’elle nous vit débarquer avec Croquette dans les bras, Dame Chiyomi cessa immédiatement tout ce qu’elle faisait. « CROQUETTE ! Vous avez retrouvé mon petit Croquette ! » Elle s’avança vers moi les bras grands ouverts et elle saisit le petit chat qui se mit alors à se débattre comme jamais. « Merci infiniment les enfants! On dirait bien que je n’aurai pas à vous couper la tête finalement. » dit-elle avec tout le sérieux du monde, alors qu’elle demandait à son deuxième garde de lui donner une laisse pour son chat. Voyant comme la petite bête réagissait, je me demandais si on avait bien fait de lui ramener. Il me semblait bien malheureux tout d’un coup…Mais, l’envie de recevoir une généreuse récompense de la vieille friquée m’interpellait davantage. « Merci de votre travail les enfants. Vous pouvez partir maintenant. Oust, oust !! » ajouta-t-elle en gesticulant dans notre direction avec sa main libre, comme si nous étions deux mouches tournant autour de son repas. Je jetai un coup d’œil interrogateur vers mon coéquipier avant de regarder de nouveau la vieille dame. « Et notre récompense ? » Je ne voulais pas avoir l’air impoli, mais elle nous avait tout de même promis une récompense généreuse pour récupérer son chat. « Ahhh oui c’est vrai…J’avais oublié. » Elle plongea sa main dans sa sacoche, fouilla quelques instants. Une belle grosse bourse de ryos peut-être ? Elle en sortit finalement la deuxième moitié du paquet de menthol qu’elle m’avait donné plus tôt. Elle le lança dans ma direction pour que je l’attrape. La vieille dame se retourna ensuite vers son garde du corps avec les mains pleines et elle fouilla quelques instants dans la pile de grigris puis en extirpa une horloge murale en bois qu’elle tendit à Daedra. « Allez, voilà pour vous. Maintenant, oust ! » Sur ces derniers mots, la vieille folle tourna les talons et reprit ses emplettes, nous laissant tous les deux l’air blaser.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 28 Aoû 2017 - 20:00
Sans attendre, Haruko attrapa le fameux chat qui leur avait donné tant de mal. Ce dernier se débattit de toutes ses forces jusqu’à ce qu’il reçoive de petites caresses sur le haut du crâne de la part de l’Inuzuka. Aussitôt calmé, le chat sembla néanmoins très peu heureux d’avoir été attrapé.

- Tu pourrais te mettre à l’élevage de chats ninjas, également ! ria Daedra, soulagé.

Le flair de l’Inuzuka et de son Ninken, très bien aidé par l’odeur pestilentielle de la vieille dame, la retrouvèrent avec aisance, non loin de l’échoppe où ils l’avaient croisée auparavant. Elle ne semblait dotée d’aucune compassion, tant l’un de ses gardes portait à la seule force de ses bras des tonnes de babioles. Elle remarqua cependant rapidement la présence des deux Genins et, plus important, de Croquette. Pour la première fois, Daedra assista à ce qu’il préféra prendre pour de l’humour mal placé. Leur couper la tête ? Mais à quel moment était-elle devenue aussi folle ? Il avait dû manquer quelque chose, c’était certain. Croquette, une fois dans les bras de sa propriétaire, se déchaina. Il n’avait jamais vu une telle agitation. Mais la vieille dame, elle, malgré cela, semblait ravie. Elle somma les deux genins de déguerpir. Aussitôt, l’idée de se retrouver sans récompense alarma Daedra.

- Et nô… commença-t-il, interrompu par son compère, qui lui vola la réplique à l’identique.

La vieille dame se ravisa. Elle faisait bien, Daedra n’aurait pas pu supporter l’idée d’avoir fait tout ça pour repartir bredouille. Il s’attendait à une belle somme. Après tout, lui et son camarade lui avaient ramenés son Croquette adoré. Elle lança finalement un paquet de menthol entamé à Haruko. Il était hors de question que Daedra accepte un simple paquet de bonbon, d’autant plus s’il était déjà entamé. Le Chôkoku regarda son compère, le regard interrogateur, avec une once de colère. La vieille dame fouillait quant-à-elle la grande pile que soutenait son garde avant d’en ressortir une horloge murale tout ce qu’il y avait de plus ordinaire. Encore, une horloge aux formes artistiques, originales, cela aurait pu plaire à Daedra, mais là… Ce dernier hésita un instant à prendre l’horloge, il avait envie d’étriper cette vieille peau. Il aurait mieux fait de rester au lit… Finalement, et non sans mal, il accepta la récompense et la remercia par sa politesse habituelle. Relevant la tête, il tourna immédiatement le regard vers l’Inuzuka. Il avait l’air aussi blasé que lui. Mais en regardant Miyuki, Daedra reprit le sourire puis tendit à son tour l’horloge murale à Haruko.

- Tiens, tu pourras toujours l’utiliser comme projectile pour que la belle Miyuki aille la chercher. Moi… J’en ai pas besoin. Bon, je te proposerai bien de te payer à mon tour un coup, mais je vais plutôt aller dormir. Une autre fois, d’accord ?

Se retournant, une main en l’air pour saluer son camarade et sa bête, il sauta sur un toit et disparu du champ de vision de l’Inuzuka. Mais… tout portait à croire qu’il n’arriverait pas chez lui de sitôt… Il s’était endormi juste là où il avait atterrit en bondissant.

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Mar 29 Aoû 2017 - 16:21

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette - ft. Chôkoku Daedra

Elle se foutait de notre gueule cette vieille ?! Un vieux paquet de menthol toute pourri et une horloge en bois…On s’était démené toute la journée pour retrouver un stupide chat qui n’avait visiblement pas l’envie d’être retrouvé, dans l’espoir d’être richement récompensé comme on nous l’avait promis…Mais finalement rien du tout. Cette vieille folle fourbe nous avait dupé. Elle jouait la naïve et la sénile, mais j’étais persuadé qu’il n’en était rien. Depuis le début de cette histoire elle nous manipulait.

J’acceptai mon cadeau avec un air de dédain et de surprise qui ne fit pas broncher la vieille. Alors qu’elle tendit une horloge à mon coéquipier Chôkoku, ce dernier avait l’air tout aussi incrédule que moi. Si je ne m’étais pas retenu, et si Miyuki n’était pas venue se mettre en travers de mes jambes pour m’en empêcher, je serais probablement en train de bondir dans les airs pour étouffer la vieille. Ma grande sœur sentait ce genre de chose, elle savait quand intervenir et comment pour m’empêcher de commettre des bêtises.

Une fois la dame et ses gardes du corps suffisant loin, Daedra me confirma que je n’étais pas le seul à trouver ce dénouement ridicule. « Tiens, tu pourras toujours l’utiliser comme projectile pour que la belle Miyuki aille la chercher. Moi… J’en ai pas besoin. Bon, je te proposerai bien de te payer à mon tour un coup, mais je vais plutôt aller dormir. Une autre fois, d’accord ? » Il me faisait bien rigoler ce Daedra. Dommage que sa fatigue nous a empêchés de réellement connecter durant cette mission. Mais, tout de même, il me semblait suffisamment sympathique pour avoir envie de le revoir. « T’inquiètes je comprends…Va te coucher, tu le mérites bien! Ce sera pour une autre fois, promis. » répondis-je en rigolant. L’horloge entre les mains, je compris à quel point il s’agissait d’un cadeau de merde. Même en la revendant, je ne me ferais probablement pas plus que quelques ryos, probablement même pas assez pour me payer à souper.

Alors que Daedra s’en allait, probablement rejoindre Morphée, je jetai un coup d’œil vers Miyuki. Elle n’était pas vraiment du genre à jouer à ‘ramène la balle’. Cette horloge m’était tout aussi inutile qu’au jeune blond. En rentrant à la maison, je l’abandonnai dans une poubelle quelconque sur mon chemin. Cette journée avait été une réelle déception du début à la fin….


FIN

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mission impossible : Retrouver Monsieur Croquette [Ft. Chôkoku Daedra]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: