Derniers sujets
Partagez | 

Chp 11 - L'oeil du serpent [PV: Metaru Shuuhei & Nara Shikarai]


Mer 23 Aoû 2017 - 12:36
Les Décharnés en Kaminari ... Les Affamés en Kaze ... L'Ouroboros ... En quelques semaines, ma vie avait complètement changé de sens. Je n'étais plus juste un genin lambda. Déjà, je n'étais plus genin, mais Chunin, ce qui, d'un point de vue strict, change pas mal de choses, surtout quand aux missions que l'on me confiait. Au revoir le chat de la voisine et la dînette, bonjour la vie de shinobi.

Il faisait moche ce jour là. Le ciel était chargé d'épais nuages gris menaçants, et j'aurai bien apprécié que ma vraie vie de shinobi démarre le lendemain. Mais bon, que voulez-vous, Gensai avait été assez persuasif à ce niveau là.

Tu vas partir en mission avec un Metaru et un Nara. Tu te souviens du hameau des Hotarus ? Tu y allais souvent pendant ta crise d'adolescence. Eh bien sache que des activités suspectes ont été observées là-bas et que, c'est la le meilleur, la plupart des personnes portaient en tatouage un serpent vu du dessus et se mordant la queue. Ça ne te dit rien ?
Ouroboros... J'en suis vieillard ! Merci !

Et ni une ni deux, j'étais allé me préparer pour la mission. Des activités suspectes ? Dans le berceau de mon propre clan ? Quelle blague. Comme si nous allions laisser une bande de squatters dégénérés salir notre réputation... L'objectif de la mission était assez simple quoique critique puisque le hameau n'était qu'à deux heures de marche au nord du village: nous devions nous rendre sur place, observer ce qu'il se passait, en tirer des conclusions et, si nos capacités le permettaient, appréhender l'un des individus pour en savoir plus. Il n'était donc qu'à moitié surprenant qu'un Nara ainsi qu'un Metaru interviennent. Tous les Kumojins connaissent la solidité de leur fer, bien pratique pour entraver quelqu'un, n'est ce pas ?

Je finis par arriver sur le lieu de rendez-vous, très tôt, beaucoup trop à mon goût, mais c'était nécessaire pour une telle mission d'observation. La raison de ma présence ? Une connaissance parfaite des lieux, même les parties secrètes, et mes compétences de détection. Mes deux co-équipiers: Metaru Shuuhei, un garant de l'ordre et de la sécurité du village, le Jonin, et Nara Shikarai, un Chunin, ne tardèrent pas à arriver. Une fois tous sur place, je me présentais succinctement :

Hotaru Köda, spécialisé en traque et capture, j'utilise la cendre et la foudre. Je connais l'endroit où nous nous rendons puisqu'il s'agit du berceau de mon clan et, surtout, j'ai déjà eu affaire à des types avec de pareils tatouages. Des types pas très recommandables.

Cela n'avait pas été si succinct que cela finalement, mais bon. J'avais fini par comprendre ce que le vieux voulait dire par "Plus tu connais tes alliés, plus tu es fort.". Contrairement à ce que la plupart des Hotarus pensent, il ne s'agit pas là de la force de l'amour et de l'amitié, ce n'est pas le genre du vieux, loin de là... En réalité, il s'agit de pouvoir exploiter les compétences de tout le monde pour créer des synergies efficaces. Ni plus ni moins. Une fois qu'ils se furent présentés, je lâchais simplement :

Je propose qu'on se mette en route ? Je vous dirai ce que je sais sur eux tout en marchant si cela vous convient à tous les deux.

Étrangement, je ne pouvais m'empêcher de penser que cela serait nécessairement une mission musclée. Peut être parce qu'on nous avait dépêché un Jonin. Qui sait ?

_________________
« Un farm de qualité pour un RP saint ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Mer 23 Aoû 2017 - 15:40
Depuis combien de temps n’étais-je véritablement pas sorti de la ville… ?

Bonne question.

Mais toujours est-il que je me demandais si c'était vraiment une bonne idée.

Après ce qui s’était passé lors des élections, j’étais devenu un peu parano. La sécurité de notre belle cité me tenait tellement à cœur qu’il m’arrivait de ne pas dormir et de ne même pas m’occuper un seul instant de ma « fiancée ». Enfin… Ce n’était pas comme si elle souffrait de mon absence. Je pourrais même dire qu’elle s’en foutait… Bien qu’il m’arrivait quelques fois d’être intrigué par des regards langoureux qu’elle me lançait et ses airs perdu quand elle se trouvait en ma présence. Notre relation avait légèrement changé depuis la réunion des Metaru, mais je ne l’imaginais pas du tout m’aimer, surtout après toutes les crasses que j’avais pu lui faire subir… Enfin, là n’était pas le plus important…

Le plus important, c’est cette mission que m’avait confié le raikage par le biais d’un messager de l’assemblée. Même que l’équipe avait déjà été formée. Un Nara et un illustre inconnu répondant au nom de Koda Hotaru. Plus que le Nara, c’était le dernier qui m’intriguait, mais je n’allais pas discuter les ordres de notre grand chef, d’autant plus que je n’étais pas quelqu’un de difficile. Ce qui était un poil chiant par contre, c’était l’imminence de la mission. Je n’avais même pas fini d’élaborer tous les plans défensifs possibles du village qu’on m’envoyait déjà en dehors. Certes, l’initiative était louable, mais elle était également discutable. Ceci étant dit, je faisais confiance au Raikage, d’autant plus qu’il demeurait l’ultime rempart de Kumo. Mon absence ne devrait pas poser problèmes à priori.

C’est non sans un gros soupir que je finis par quitter la grande demeure des Metaru direction la grande porte du village, lieu de rendez-vous. Le temps se gâtait au fur et à mesure que les secondes s’égrenaient et ne me donnait même pas envie de participer à cette mission. Mais j’étais un jonin et mon grade n’était pas là pour faire joli. Je n’avais pas que des prérogatives et je me devais impérativement de montrer l’exemple aux plus jeunes. L’idée me fit tout de même sourire avant que je ne me dépêche un peu pour rejoindre mes partenaires ou plutôt mes subordonnés d’une mission. Je fus donc le deuxième à me montrer avant que le dernier n’arrive et que les présentations ne commencent.

- « Ravi de vous rencontrer jeunes gens. Metaru Shuuhei. »

Inutile d’en dire plus. Mon grade était connu, le nom de mon clan aussi et mes capacités ne faisaient l’ombre d’aucun doute. D’ailleurs, avec ma stature monstrueuse, on pouvait tout de suite conclure que j’étais un gros spécialiste de Taijutsu. A bien y repenser, je devais être le plus fort du village à mains nues. Mon corps était déjà une arme et même si j’en fabriquais en masse, je n’avais pas du tout besoin de compétence en Kenjutsu. « Eh bien, dépêchons-nous alors. Tu nous expliqueras tout en chemin. Jusqu’à ce qu’on parvienne sur les lieux, je m’en remets à toi. » Inutile de faire le brave. Puisqu’il était un ninja sensoriel et qu’il connaissait bien les lieux en plus de savoir de quoi il en retournait exactement, il pouvait prendre les rênes.

Tant que la situation n'exigeait pas mon commandement, je n'avais aucun souci avec ce fait.

Les jonins ne devaient pas seulement encadrer les plus jeunes, mais également les laisser éclore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Jeu 24 Aoû 2017 - 0:28
Endormi très tard le soir, réveillé très tôt le matin, je « dormais » peu depuis que j’étais revenu à Kumo avec Shôran. Mon rapport sur cette mission me hantait. Ma promotion aussi, mes actes la justifiait-elle vraiment ? Mon travail acharné pour progresser était certes reconnu mais au pire moment. Le soir, lorsque je me glissais dans les couvertures de mon grand lit froid, j’étais toujours plus seul et silencieux. Cela ne changeait que peu de l’habitude, mais dans ma tête, j’étais tout sauf seul, mes démons m’assaillaient chaque nuit, c’était tout sauf le silence.

Dans mon lit, fixant cette fissure au plafond, éclairée par les rayons de lune entre coupé par les lames des persiennes, j’étais perdu, comme mon regard. Je n’avais pas vraiment l’impression de dormir. A un moment précis dans la nuit, alors que la lune avait au moins fait la moitié de son parcours, je sentais que je vacillais entre ce monde et celui des songes. Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé de sentir ce moment, où vous sentez que votre conscience vous quitte et que vous vous endormez. C’est exactement cette sensation pour moi, sauf que c’est ça ma nuit, perdu entre la réalité et le rêve. J’ai déjà lu des ouvrages là-dessus, un type mit tout sa vie à réussir à se voir s’endormir comme ça, juste pour faire passer sa conscience dans ses rêves. Ses rêves où vous savez que vous êtes dans un rêve et que vous pouvez faire le dieu. Je ne sais pas si c’était vraiment cela pour moi, mais ça y ressemblait, à ceci près que c’était un cauchemar. Le soleil n’est même pas encore levé, que j’ai envie de quitter cet état, alors je me lève…

Je pense que cet état un peu méditatif permet à mon corps de se reposer convenablement car, je n’ai pas de fatigue physique. Non, ma fatigue est mentale. Il va vraiment falloir que je débranche ma conscience. Mais je ne suis sûr de pouvoir y arriver avant d’avoir retrouvé le Metaru. Hier, on m’a « proposé » une mission. Je ne pouvais pas refuser, j’ai appris ensuite que le trinôme serait formé avec Shuuhei Metaru et Köda Hotaru. C’est marrant leur nom à deux lettres près…. Mais qu’est-ce qui me prend de relever un tel détail, je vais perdre la raison… Shuuhei… Un Jônin, chef du clan Metaru… Et l’élément le plus important, le frère de Kahei, j’appréhendais le premier contact. Quant à ce Köda, j’ai dû entendre parler de lui à deux reprises je crois. Il y a peu, c’est sûr, car il a eu sa promotion en même temps que moi. Il me semble aussi en avoir entendu il y a plus longtemps. Je ne sais pas vraiment quelque genre de type c’est, mais il doit être de ma génération ou presque. Son clan à un lien avec la cendre je crois, intéressant…

Le jour de la mission arriva, encore à cause de mon frère, j’eus quelques secondes de retard sur les autres, un jour je crois que je le tuerais… Mes deux coéquipiers se présentèrent, je fis de même, glissant tout de même un message pour le Metaru.

- Je suis Nara Shikarai. Je suis vraiment navré pour ton frère Shuuhei... Il n’y a pas une minute à perdre alors, on te suit.

Comme convenu, nous suivîmes donc la direction indiquée par le manipulateur de cendres dans le pays de la foudre, en attendant de commencer la route pour entendre ses explications. C’était à l’opposé de la direction que nous avions pris avec l’équipe trois, est-ce un bon ou un mauvais présage…. Le futur nous le dira.

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo http://www.ascentofshinobi.com/u279

Jeu 24 Aoû 2017 - 1:40
Nous nous mîmes donc rapidement en route. A travers sa première intervention, le Metaru détendait l'atmosphère tout en rappelant sa position, même si ce n'était probablement pas voulu. Quand au Nara ... C'était amusant de voir que les stéréotypes de certains clans, surtout issus de Hi no Kuni d'après l'un de mes oncles, sont vrais et réels. JE m'attardais néanmoins sur les excuses qu'il présentait à Shuuhei. Je n'étais pas bien sûr de comprendre mais j'espérais surtout que cela ne poserait pas de problèmes à notre mission. Dans le cas d'une mission basée sur de l'espionnage et de la récolte d'information dans un premier temps, des tensions en interne pourraient vite rendre l'attente et l'observation insupportables. Bref, une fois tous présentés et en route, je réfléchissais à ce qu'il était le plus intéressant d'expliquer en premier. Probablement les lieux. Le temps d'une ou deux minutes, je me remémorais le hameau mentalement, quelques maisons en ruine, trois pièces secrètes, le tunnel, le puis ... Oui, je me souvenais approximativement de tout. Je me rapprochais donc de mes équipiers :

Nous allons monter au nord pendant une heure et demi puis nous allons légèrement bifurquer sur l'est pendant trente minutes en suivant ce qui devrait être un vieux chemin depuis longtemps inutilisés. Le hameau se trouve au pied d'une falaise. Il y a deux moyens de l'atteindre : soit descendre à même la falaise, déconseillé, soit passer par le puis qui se trouve en haut de la falaise. Trois mètres de descente à la corde puis un long escalier sous terrain. On débarquera dans l'ancienne réserve, légèrement sur la droite. A part elle, il y a une dizaine de bâtiments, les plus importants étant l'ancienne bibliothèque, la demeure de Hotaru Freyjia et l'ancien temple des lucioles, tous trois sont munis de salles secrètes. Mais une fois sur place, vous pourrez vous faire une meilleure idée.

Je leur laissais le temps d'imprimer mentalement une ébauche de plan. Ce qui me posait le plus de problème était la disposition des bâtiments, selon deux axes, de sorte que tous voient l'entrée de la réserve. Normalement, personne ne pouvait trouver l'entrée secrète puisqu'il fallait injecter du chakra Haïton pour la déverrouiller. Rien de très compliqué en soit, mais le kekkai genkai cendre a toujours était rare. Nous étions, nous autres Hotarus, les seuls de Kaminari no Kuni à le posséder. Plus nous avancions, plus la forêt se densifiait, des épineux particulièrement grands à perte de vue et des falaises. Nous remontions un torrent que nous entendions du plus profond de la vallée en dessous.

Quand au groupe ... Je n'en sais pas énormément. Je sais juste qu'ils se font appeler l'Ouroboros, un serpent qui se mord la queue. D'après mes recherches, c'est un symbole qui remonte au premier siècle de notre ère et il serait lié à un shinobi de carrure international, Itusko Breskyl, mort et enterré depuis très longtemps. Je les ais croisés trois fois, trois fois dans l'enceinte de Kumo. La première fois dans un restaurant où ils vendaient de la drogue, la deuxième fois en mission, à l'académie, une femme en charge de la protection des lieux, la dernière fois à la bibliothèque, une simple employée. Apparemment, c'est une structure pyramidale assez complexe qui soutient l'ensemble du groupe. Ils sont dangereux et leur tatouage est un sceau qui peut s'animer bien qu'ils ne soient pas des Suzuris, voir même pas forcément des ninjas.

J'avais naturellement évité de préciser que la première fois, j'avais consommé des drogues. Pourquoi ne pas avoir mentionné les Décharnés et les Affamés ? Pour la simple et bonne raison qu'il s'agissait là d'une hypothèse encore très bancale qui nécessiterait beaucoup plus de recherches et d'investigations. Une fois tout cela dit, et attendant des réactions ou des questions de mes équipiers, j'essayais tant bien que mal d'établir un moyen de s'introduire efficacement le village. Débarquer par la réserve était probablement une bonne idée mais il s'agissait de trouver un moyen d'en sortir car ils s'en servaient probablement. De plus, comment confirmer que la réserve était belle et bien vide ? Il faudrait probablement utiliser une diversion et je savais pertinemment que je ne pourrais pas et fournir la diversion et ouvrir le tunnel et détecter de potentiels ennemis mais bon, nous étions trois, dont un Jonin. Cela se passerait bien.

_________________
« Un farm de qualité pour un RP saint ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Jeu 24 Aoû 2017 - 15:08
J’eus un gros soupir à la fin du petit speech du jeune Koda. Alors que nous « volions » de branches en branches, je ne pus m’empêcher de penser que notre politique d’immigration était à la fois un atout qu’une grosse plaie qui commençait à nous faire du mal. Beaucoup de mal. Des infiltrations, du trafic de drogues au sein de Kumo… C’était à se demander s’il ne fallait pas fermer un peu nos les frontières de notre cher village. Je me gardai néanmoins de partager mes avis et impressions, compte tenu du fait que nous avions un Nara dans notre groupe et que celui-ci pourrait penser que je lui en voulais malgré les excuses qu’il avait formulées. Excuses que j’avais d’ailleurs acceptées sans trop de cérémonies, tout en lui faisant bien comprendre que c’était la vie des shinobis qui était ainsi faite. Il n’était pas en tort.

Celui qui avait foutu la merde, c’était moi.

Depuis sa main coupée, j’aurai dû couver Kahei, le garder auprès de moi, quitte à le séquestrer même au bout d’un moment. Je ne perdais pas espoir de le retrouver ou de le revoir, mais je faisais en sorte de ne pas trop y penser en essayant de me concentrer sur mon travail de Jonin. Qui plus est, j’étais un chef un de clan et je ne pouvais clairement pas me permettre d’être faible devant mes pairs. Faire passer mes intérêts avant ceux des Metaru serait une grossière erreur à ne pas commettre, ce pourquoi j’arborai toujours ce masque de calme et de maitrise. Le Nara aurait pu être un exutoire ou un coupable tout désigné, mais je n’étais pas un enfoiré à ce point, pour ne pas dire un enfoiré tout court. Et puis, j’avais bien vu qu’il était vraiment désolé et qu’il accusait le coup tout comme n’importe quel proche de Kahei.

Enfin, peu importait à présent. Il fallait que je me concentre seulement sur ma mission.

La division du groupe et le coup de l’appât fut une évidence pour moi dès le moment où l’héritier des Hotaru mentionna qu’il y avait deux façons de pénétrer le hameau. Pas besoin d’être haut gradé pour le comprendre. Quant au choix de la diversion, il s’imposait un peu de lui-même : Séparer ces chunins serait trop dangereux. Il valait mieux qu’ils bossent ensemble pour le coup. En cas de pépins, j’étais le plus apte à m’en sortir tout seul. A les couvrir aussi pour une éventuelle fuite si jamais il y avait une grosse couille. L’idée de me sacrifier n’était pas réjouissante, mais l’avenir de Kumo dépendait de ces jeunes. Une réflexion qui me pousserait à ne pas hésiter au cas où. S’en suivit ensuite d’autres petits échanges où j’appris plus ou moins à les connaitre, jusqu’à ce que nous arrivâmes sur les lieux une heure et demi plus tard…

Mais encore planqués dans les bois qui donnaient sur la falaise, on s’entend.

- « Tu disais être sensoriel non ? Du coup, est-ce que tu pourrais nous faire un état des lieux depuis notre position ? Avant d’élaborer un quelconque plan, j’aimerais savoir combien de personnes il y a dans le coin... » Qu’avais-je soudain demandé à Hotaru.

- « Et sinon Shikarai, mis à part ton Kagemane, quels sont tes points forts ? »

Ce n’est qu’après coup que je me rappelai qu’il ne m’avait rien dit concernait ses capacités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Ven 25 Aoû 2017 - 12:09
Même la réaction du Metaru était dépourvue d’une quelconque animosité, il comprenait la situation. Alors que moi, j’avais encore du mal à m’y faire. Sans doute que je manquais encore de maturité pour affronter ce genre d’épreuve. Il semblait à la fois si proche et si différent de son frère. Peu importe, désormais, il fallait que je me concentre sur cette mission pour qu’elle soit un succès, je devais justifier ma promotion, et faire ce qu’il fallait pour le village.

Au Nord, les paysages étaient vraiment aussi beaux et diversifiés qu’au Sud, même si nous n’avions pas le temps de nous attarder. Nous foncions à travers une immense forêt, tout en écoutant attentivement les explications de Köda. Après ces explications sur l’itinéraire, que je gravai dans mon esprit, il développa les différents moyens d’atteindre le hameau, ainsi que la disposition des bâtiments de celui-ci. Ma bonne mémoire spatiale, me donner déjà une première idée des lieux, bien qu’il fallait désormais associer cela à un véritable endroit pour le visualiser encore plus clairement. D’après la description qu’il en faisait, on aura du mal à passer inaperçu. Il faudra probablement faire appel à un aimant. Le rôle de l’aimant nécessitant d’être séparé du reste du groupe, afin d’attirer la ou les cibles dans une direction choisie pour faire diversion, ce sera sans doute Shuuhei qui s’y collera pensais-je. Une pensée inquiétante vint me trouver, je ne pouvais pas me le permettre, je la chassai alors rapidement. Mes coéquipiers devaient pouvoir compter sur tous mes moyens.

Le Hotaru repris ses explications, pour développer un peu plus d’information concernant l’Ouroboros, comme ils se faisaient apparemment appeler. Köda avait eu plusieurs fois à eux et ceux dans l’enceinte même de Kumo, d’où l’important de l’affaire... Ce n’était pas anodin que ce soit lui qui nous accompagne en plus de ses origines. Il les avait rencontré la première dans un établissement qui vendait de la drogue. Qu’est-ce qu’il fichait dans un lieu pareil ? Une autre mission ? Non, si c’était le cas, la même équipe aurait était dépêché, ou bien il l’aurait évoqué plus clairement comme il l’a fait pour la deuxième fois où il les a rencontré… Etrange ce type, il faut le vouloir pour se retrouver dans ce genre de lieu, j’en ai déjà entendu parler, mais je ne m’y serais pas aventuré. Il serait consommateur ? Ou bien une sorte de justicier qui enquête durant son temps perdu ?

Peu importe, ce qui m’intrigua le plus, c’est la dernière partie de son discours, celle dans laquelle il évoqua les sceaux. C’était un peu mon domaine. Finalement, on avait vite progressé, il fallait que l’on s’organise. Shuuhei souhaitait un état des lieux pour pouvoir s’organiser à l’avance. On reconnaissait bien là le Jônin d’expérience qu’il était. Il me demanda par la même occasion, qu’elles étaient mes points, il est vrai que je ne les avais pas évoqué, dans la hâte de notre départ.

- Eh bien, je suis plutôt doué dans ce qui touche au Fûinjutsu, d’ailleurs, le sceau qu’à décrit Köda m’intrigue énormément, je serais ravi d’avoir des précisions si tu en as Köda. Sinon, hormis cela, je suis lié à la foudre, et je me défends en Kenjutsu.

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo http://www.ascentofshinobi.com/u279

Mar 29 Aoû 2017 - 15:50
La route était relativement dégagée lors de notre voyage. Rien de bien intéressant arriva, quelques échanges pour apprendre à se connaître un peu plus. Je remarquai néanmoins que le dernier tronçon de la route était visiblement très utilisé, là où, avant, poussaient des ronces, des plantes, tombaient des arbres, se trouvait maintenant une voie fonctionnelle sur laquelle pouvaient se déplacer cinq hommes côtes à côtes. C'était problématique car cela pourrait engendre une attaque d'envergure et rapide. Il faudrait faire attention. Nous nous arrêtâmes une fois en vue de la falaise. Lorsque Shuuhei me demanda de faire un état des lieux, j'opinais du chef pour lui signifier que j'allais m'y mettre immédiatement, puis je fermais les yeux, ma main droite juste devant moi et la gauche contre le sol. Je connaissais le lieu comme ma poche. Chaque mur, chaque fenêtre, le puis ... Je connaissais chaque parcelle de terrain et chaque ruine. Cela ne devait pas être très compliqué de ma position. Sauf qu'au moment où j'aurai dû les sentir, mon esprit se heurta à quelque chose.

Ah les enculés, ils ont remis la barrière.

Je m'arrêtais soudain, réalisant mon propos. Je tentais une nouvelle fois, encore, mais il n'y avait rien à faire, je sentais simplement un dôme de chakra cendre autour du hameau. Je n'en avais entendu parler que par les anciens du clan : il était possible d'entourer notre ancienne demeure par un puissant ninjutsu haïton pour empêcher quiconque de savoir ce qu'il se tramait entre nos murs. En soit, cela me donnait déjà des indications mais bien insuffisantes à mes yeux.

Je suis vraiment désolé, ils ont visiblement ouvert l'une des salles secrètes. Elle contient un artefact créé par les Hotarus permettant de créer un genre de brouillage sensoriel. Du coup, ils sont minimums cinq pour l'activer, un dans la salle où se trouve l'artefact et quatre autres à maximum trois cents mètres de lui pour former la barrière. Leur formation est nécessairement celle d'une croix néanmoins. Par contre, il n'y a personne autour du hameau.

La diversion serait probablement moins efficace que prévue dans une telle configuration, assurable par des clones de fait, simplement pour les distraire, rien de plus. Je me tournai ensuite vers Shikarai. S'il était un habitué des sceaux, alors il nous serait d'une grande aide pour, éventuellement, si ses capacités le lui permettaient, bloquer ce foutu serpent.

Quant au seau, il prend la forme d'un serpent se mordant la queue, vu du dessus. Il se confond facilement avec un tatouage lambda. Je n'en sais pas beaucoup dessus mis-à-part qu'il peut se mouvoir sur le corps de son porteur et aussi s'en détacher. Après, tu pourras sûrement me renseigner sur la question : tous les ouroboros que j'ai observé avaient la même signature en terme de chakra et j'en ai déduis qu'ils avaient été posé par la même personne. Tu peux le confirmer ou bien plusieurs personnes pourraient être à la base de ces sceaux ?

Je n'arrivais pas à déterminer laquelle des options était la plus satisfaisante, la plus avantageuse pour nous. Je tentais une nouvelle fois de sentir s'il y avait quelqu'un dans le village, dans l'espoir que la barrière était ôtée au cours de ces quelques minutes. Il n'en était rien mais ...

Quelqu'un vient de sortir de la barrière. Quel est le plan ? On l'intercepte ou on le laisse passer et on entre dans le hameau ?

Je m'étais tourné vers le jonin pour lui demander. Après tout, il était en charge du bon déroulement de la mission.

_________________
« Un farm de qualité pour un RP saint ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Jeu 31 Aoû 2017 - 16:27
- « On l’intercepte d’abord, on l’interroge ensuite et on avise après. C’est plus sage. »

C’était l’évidence même à mes yeux. Profiter de sa sortie pour pénétrer le hameau reviendrait assurément à se jeter dans la gueule du loup. A part les indications du jeune Koda sur la formation nécessaire au maintien de la barrière, on ne savait rien. Ni le nombre de ninjas qui nous attendait dans le hameau, ni leurs positions exactes. De ce fait, avancer imprudemment reviendrait à se griller et à se faire torpiller de toutes parts. Prudence était mère de sureté. D’ailleurs, j’en vins à me demander pourquoi il avait érigé une barrière aujourd’hui même. Etait-ce parce qu’ils nous avaient senti arriver de loin ? Parce qu’il fallait avouer que même avec toutes nos précautions prises, personne ou presque n’était un pro de la dissimulation. S’ils avaient des gens bons en matière de détection chez eux, ça se tenait. Et ça rendait la mission de nettoyage d’autant plus corsée. Et dire que je voulais rentrer le soir même… Putain…

- « Shikarai, dès qu’il pointe le bout de son nez vers notre position, je compte sur toi pour l’immobiliser. On le cuisinera après ça. Koda, je te laisserai t’en charger au tout début. »

Vu qu’il était du coin, je misais sur le jeune homme pour qu’il puisse grappiller quelques informations à notre future cible sur ce qui se tramait à l’intérieur. Si la personne venait à ne rien révéler, j’allais devoir passer à la vitesse supérieure en le torturant grossièrement. C’était pas mon dada, mais pour le bien de la mission et pour la survie de ces jeunes, je n’allais pas hésiter à me salir les mains une seule seconde. C’était quelque part mon rôle. J’eus un gros soupir en essayant moi aussi de jouer de mes talents de détection qui ne valait pas mieux que ce d’un genin à peine sorti de l’académie. Le constat était assez triste pour un jonin de ma carrure, mais je pouvais me consoler en me disant qu’on ne pouvait pas être bon partout, sans compter qu’il y avait des jonins qui n’avait aucune habilité en sensorialité. Pour ce qui était des sceaux, je préférai ne pas m’en mêler. Je n’étais pas du tout un as dessus et il n’y avait aucune raison que je m’la joue connaisseur.

- « Il approche par ici. Shikarai, fais gaffe à toi. Quant à toi Koda, tu ne fais rien pour le moment. Je m’occuperais de notre cible si jamais Shikarai a des difficultés. »

Le jeune Nara allait devoir être le premier à se mettre au boulot. Je lui donnais ainsi la permission de bouger, vu que notre position en hauteur ne lui permettrait pas d’utiliser le jutsu lié à son clan. J’avais déjà vu le shodaime à l’œuvre et je savais plus ou moins en quoi consistait l’attaque. On aurait donc pu penser que je l’envoyais un peu en pâture vu que le profil qui s’avançait vers nous était inconnu, mais il n’avait rien à craindre s’il se mettait à bonne distance pour user de sa capacité spéciale. De mon côté, je me tenais également prêt à l’immobiliser dès qu’il serait en vue et si jamais Shikarai échouait. J’avais une technique assez efficace pour ça tant que la cible était dans ma ligne de mire. Je fis signe à Koda de bouger lui aussi, histoire qu’on soit tous bien dispersés, avant de disparaitre lentement dans les feuillages pour ne pas me faire repérer, tout du moins visuellement. L’heure n’était plus à la parlotte maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Jeu 31 Aoû 2017 - 18:05
Les résultats fournis par la détection de Köda étaient sans appel. Une barrière semblait l’empêcher de détecter quoique ce soit dans le hameau. Les ennemis avaient-ils déjà prévu notre arrivé ? Ou bien est-ce simplement leur façon de faire habituelle ? En tout cas, comme chaque technique, cette barrière avait ses failles, mais le Hotaru ne se fit pas prier pour nous en dire plus. D’accord il était au moins cinq pour maintenir la technique, une formation en croix, une distance maximum. Cela nous donner tout de même un minimum d’information. De plus la position de l’un des membres du quintet était fixe et connu. C’était aussi un avantage pour nous. Köda fini ensuite par me donner les informations que je lui avais demandé. C’était aussi très instructif, mais pas forcément dans le bon sens. Un tel sceau… L’utilisateur était un pro, indéniablement.

- Effectivement, s’il y a la même signature en termes de chakra, c’est que c’est la même personne qui l’a apposé. C’est une chose très importante à savoir, cependant, ça veut aussi dire que la personne qui l’a apposé est vraiment puissante, elle me dépasse probablement en Fûinjutsu.

Ce n’était pas tout, la capacité qu’il semblait indiquer sur le sceau n’était pas très rassurante non plus. Venant d’une unique personne, cela voulait dire qu’il y avait probablement un lien sensoriel entre le porteur, et celui qu’il l’avait apposé. Je réfléchissais à un moyen simple de nous débarrasser de cette épine. Le sceau devait se servir du chakra du porteur, sinon, il serait vite à cours de chakra, cela dit, ce n’était pas sûr du tout que la manipulation des ombres suffise à le retenir. Cela dit, il avait peu de possibilité pour faire quoi que ce soit avec Shuuhei et Köda en soutient.
Köda retenta une détection, quelqu’un venait de sortir du dôme de protection. Le Hotaru se retourna vers le manipulateur de métal, pour savoir ce qu’il préconisait. Peu de surprise, son choix était le plus logique. Comme une évidence, ça allait être à moi de m’y coller pour l’intercepter. Nous avions choisis un emplacement idéal, en surplomb, maintenant il allait falloir que je me rapproche pour intercepter l’ombre adverse. On avait de la chance, la falaise sur laquelle on se trouvait, formait une ombre grâce à la disposition de l’astre solaire, j’allais pouvoir étendre mon ombre d’un peu plus loin.

- Bien. Méfiez-vous du serpent cela dit, je doute qu’il puisse être retenue par la manipulation des ombres, il pourrait se montrer. Et s’il a contact sensoriel avec celui qui l’a apposé, on pourrait vite être repéré. Je l’amènerais dans cette zone, un peu en retrait, on pourra aller plus loin ensuite.

Sans plus de cérémonie, après mes dernières indications, je rejoins l’endroit idéal que j’avais repéré. Juste à temps, la cible pointa le bout de son nez au bout du chemin. Après avoir exécuté mes mudras, je maintenais celui du rat.

Rapidement et discrètement, j’avais prolongé mon ombre jusqu’au chemin, en la mélangeant à celle d’un arbre. Le soleil à moitié dans le dos de la cible étendait son ombre devant lui, plus qu’un pas et… Trop tard pour lui. Manipulation des ombres réussis, il se figea sur le chemin quelques instants avant que je ne le force à singer mes mouvements pour que sa situation n’attire pas l’attention. Je pus me rapprocher de lui aisément, et l’emmener là où l’on avait prévu. J’avais aussi pris la précaution de le forcer à maintenir sa main contre sa bouche pour qu’il ne cause pas de tracas. Je n’aurais aucun mal à lui libérer, lorsqu’il aura compris qu’il devait se la fermer sauf nous répondre. On était plus ou moins face à face. Il me regardait, un peu hargneux, ne sachant à quoi s’attendre. Ma mine demeurait impassible.

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai


Dernière édition par Nara Shikarai le Sam 9 Sep 2017 - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo http://www.ascentofshinobi.com/u279

Sam 2 Sep 2017 - 15:58
Le Nara me confirma dans un premier temps qu'il n'y avait qu'une seule personne à la base de ce sceau. En soi, cela ne prouvait rien, un Suzuri pouvait avoir à s'en charger systématiquement et d'autres attendre, en latence d'une certaine manière, au cas où ce dernier meurt, soit capturé ou, plus simplement, dans l'incapacité d'apposer les nouveaux sceaux. Cet homme, ou cette femme, était automatiquement entré dans ma liste des personnes à abattre. A vrai dire, il ou elle était absolument le seul dessus. En toute logique, cela détruirait tous les sceaux actuels et les victimes de l'Ouroboros comme Yelena pourraient alors fuir le plus loin possible de Kumo.

Lorsque notre cible fut assez proche, Shuuhei mit en place une stratégie pour l'appréhender. Le plan était assez simple, d'abord Shikarai devait l'intercepter via les techniques de son clan puis le rabattre sur une position à l'écart. Ce serait ensuite à Shuuhei d'intervenir pour le bassiner un peu et le faire parler. Une stratégie assez simple, surtout avec la présence d'un Nara. Lorsque le jonin me fit signe de me déplacer, je hochais la tête et me dirigeais doucement vers ma position. Etant spécialisé dans la sensorialité, il était plutôt simple pour moi de faire quelque chose de la sorte. Lorsque Shikarai arriva à notre point de rendez-vous, l'homme se trouvait de dos vis-à-vis de moi. Instinctivement, j'utilisais ma technique Shuuchuu pour me concentrer sur sa présence et pouvoir le poursuivre s'il arrivait à se dégager de l'étreinte de mon allié. Alors que ma technique commençait à faire effet, quelque chose me troubla : je connaissais cette présence, je la connaissais même très bien.

Je me rapprochais donc un peu pour observer le dos de l'individu, tenue de Kumojin classique, peau très pale, et surtout, un doigt en moins à la main droite. Le chien. L'enflure. Le pire de tous les Hotarus, pire que moi même, mon oncle Dratab. Dratab Hotaru. Oui, c'est moche, je ne me suis jamais lassé de le lui répéter. Enfin ... Je pris un parchemin dans ma sacoche ainsi qu'un feutre et j'écrivis :

Köda a écrit:
Il s'agit d'Hotaru Dratab, utilisateur du Suiton et du Haïton, chuunin, spécialisé en Ninjutsu. C'est lui qui a dû leur permettre d'entrer dans la salle de l'artefact.

J'ouvris ensuite le parchemin a dessus de ma tête, dans la direction supposée de Shuuhei. Mon oncle ne devait pas savoir que j'étais là, nous devions conserver cet avantage d'avoir un membre dissimulé. De plus, il risquerait de prendre de la confiance en me voyant ou bien de tenter quelque chose de salle comme m'impliquer ou que sais-je. Selon mes connaissances sur ses techniques, il était assez bon en duel mais n'avait jamais réussi à grimper les échelons, du haut de ses quarante ans, car il perdait facilement le contrôle lorsqu'il se trouvait face à plusieurs adversaires, même plus faibles. Assez arrogant en façade à cause de son âge et du fait qu'il soit encore, toujours, en fonction, c'était en règle générale le genre de personne dont il fallait se méfier au quotidien si vous le cotoyiez pendant une longue période mais, face à un chef de clan, il serait probablement beaucoup plus simple de le faire vider son sac.

La scène qui allait suivre serait probablement des plus intéressante puisque j'allais assister à un interrogatoire pour la toute première fois de mon existence. Je me devais de ne rien louper, pas même la plus infime interaction de Shuuhei et ce petit enfoiré qui, le connaissant, n'était pas une victime de l'Ouroboros mais quelqu'un les ayant rejoints en connaissance de cause.


_________________
« Un farm de qualité pour un RP saint ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Dim 3 Sep 2017 - 21:02
- « Tiens donc ! Regardez qui voilà ! Si ce n’est pas Dratab ! »

Mon apparition soudaine laissa le fameux Dratab pantois. Complètement surpris. S’il avait été cueilli à froid par le jeune Nara, me voir dans le coin l’emplit aussitôt de terreur. Car bien après le Shodaime actuel, j’étais avec Daisuke et Shinobi les Jonins les plus en vues et les plus craints du village. Ce type, je le connaissais de loin. Entre adultes et plus ou moins hauts gradés, on se côtoyait souvent et on savait bien ce que chacun valait. Ceci dit, je n’aurai jamais imaginé le voir aussi apeuré à la simple vue d’un jonin de son propre village. Voilà qui indiquait qu’il avait quelque chose à se reprocher. J’eus donc un soupir et me retournai brièvement vers le Nara pour lui brandir un pouce levé comme quoi il avait bien joué, puis je me retournai vers notre prise qui semblait vouloir faire sur elle-même à la limite. C’était à la fois hilarant et pitoyable. Daisuke aurait bien aimé voir ça, ma foi. Son absence était navrante…

- « Alors ? On a des choses à raconter ? »

- « Hein ? Que… Je ne sais pas de quoi vous voulez parler ! »

- « Aaaaah, Bon Dieu… »


Et sur cette phrase, je fis signe à Shikarai de l’emmener un peu plus loin.

***

- « Chè bon, che fè dwir che que che sè… »

Une demi-heure de torture grossière. Toute une demi-heure. J’étais pas un pro dans le genre, mais quand faut y aller, faut y aller. Il avait toutes ses phalanges brisées, une bonne partie de ses dents arrachées et la gueule complètement tuméfiée, ensanglantée. Il avait beau être hautain, beau avoir la quarantaine, être expérimenté qu’il restait malgré tout un chuunin. Je n’étais pas un adepte chevronné de la violence, mais je n’en pouvais pas me soustraire à en faire usage quand il le fallait. Ma face éclaboussée par son sang infect me fit presque passer pour un gros tortionnaire, un pervers sans égal, mais j’étais loin d’être un tel personnage. Je soupirai même avant de me redresser et de jeter le kunai qui m’avait permis d’extraire ses dents à la manière d’un boucher. Non, vraiment… Je n’étais clairement pas fait pour ce genre de chose. Je remuai ma tête de gauche à droit, avant de sortir un petit tissu dont je me servis pour m’éponger.

- « Bon, on va reprendre. J’vais pas parler de ton implication, ça crève les yeux de toute façon. Alors, il y a combien de personnes actuellement au sein de votre barrière ? »

- « Tchente pèchones. Dwi shiiinobwi. Chinque mintchènent la barwèr ! »

- « Dix ninjas parmi une trentaine de personnes hein… Et qu’est-ce qu’ils foutent dedans… ? »

- « Ché vou djure qwé che chai pô ! »


Les larmes aux yeux et le visage méconnaissable, l’homme tremblait de tout son être. Il y avait de quoi vu ce que je venais de faire. Au début de l’interrogatoire, je l’avais entravé via une technique qui faisait apparaitre des chaines de sous terre, histoire que le Nara puisse annuler la sienne et préserver son chakra. La boucherie a suivi en suite. Les aveux se multipliaient, mais rien de bon ne sortait de sa bouche. Il nous raconta pour la drogue, la contrebande, la barrière, mais tout ce qu’il avoua n’étaient que des confirmations. Il n’y avait rien de nouveau sous le soleil et c’était ce qui me dérangeait. Après, j’en vins à me demander si je posais les bonnes questions. « Shirakai, viens lui poser des questions à propos des sceaux. Ne t’en fais pas. Je suis à tes côtés. Si je sens qu’il ment, il encaissera des beignes de ma part. » Et là-dessus, j’avais serré les poings en le regardant de façon terrifiante pour lui inspirer la terreur. Il allait tout dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Mar 5 Sep 2017 - 20:12
Nous n’avions pas de temps à perdre. Il n’avait ni l’air trop faible, ni l’air vraiment fort. Il ne devait être que Chûnin, malgré sa quarantaine apparente. Shuuhei et Köda étaient encore derrière lui lorsque ce dernier sembla utiliser une technique. Peu après, je le vis écrire sur une note, alors que le Metaru était arrivé à côté de moi. Lorsqu’il le vit, j’eus l’impression qu’il devenait encore plus pâle. Köda montra le mot qu’il venait d’écrire au Metaru, toujours en restant derrière celui qu’il reconnaissait comme étant Dratab Hotaru. Les indications qu’il nous donna en plus était intéressante, peut-être est-ce pour cela qu’il préféra ne pas être identifiable par la cible, en restant derrière lui, et en ne parlant pas.

Shuuhei me félicita d’un signe. Le loustic n’allait sans doute pas parler comme ça. Le jônin m’indiqua de le suivre un peu plus loin. Alors qu’il commençait l’interrogatoire, il employa une des techniques de son clan pour enchaîner l’affreux, ce qui me permit de rompre la prise des ombres. Le Metaru n’avait pas l’air de vraiment prendre son pied à la torture, mais il fallait ce qu’il fallait. Je m’étais adossé à un arbre, toujours à portée de son ombre, et j’écoutais. Moi non plus, ça ne m’excitait pas vraiment d’autant que je me disais que Kahei pouvait être en train de subir les mêmes traitements à l’heure actuelle. Mais ce type devait parler, et on n’avait pas la nuit.

Il avait confirmé les dires de Köda et nous avait donné un peu plus d’info. Dix shinobis, en comptant les cinq qui maintenaient la barrière, une trentaine de civil. S’il n’était déjà pas très beau à voir, ce n’était rien à comparer de maintenant. D’ailleurs je pense que sans les chaînes du Metaru qui le retenait, il serait à terre depuis longtemps. D’ailleurs le jônin me laissa sa place pour que je puisse me renseigner un peu sur les sceaux. Le cliché du gentil flic, méchant flic étaient tenace, mais il fallait croire que c’était efficace. Lorsque je m’approchai à la place du Metaru, il prit un air un peu plus détendu, malgré toutes les tortures qu’il venait de subir. De mon air le plus nonchalant, et dépourvu d’entrain, je commençai ma part.

- Je t’ai manqué ? Je n’ai pas trois milles questions, on a déjà perdu assez de temps. Que sais-tu de beau, sur ce magnifique sceau, hein ?
- rwien

Je levais ma main gauche pour signifier à Shuuhei que je pouvais m’en charger. Je passai derrière lui, je n’avais aucune envie de me salir les mains. En lui montrant l’homme devant lui, j’ajoutais :

- T’as été suffisamment lâche pour commencer à l’ouvrir. Tu t’es bien battu. C’était mignon, maintenant, c’est un peu pathétique. Tu crois pas ? Dis Shuuhei, tu crois que c’est quoi qui fait le plus mal, se faire exploser l’œil, ou se faire broyer la jambe ?

Avant même que le jônin ait pu répondre, l’instinct de lâche du prisonnier refit surface, il gigota d’effroi avant de se mettre à table.

- Ap… appenwer. Ve sé elke ose. Fe sceau, il fonne notche pochipion chur un charte et les flux fe chakra.
- Qui est l’utilisateur du sceau ?
- Fe ché pach. Voyant notre visage tiquer, il se reprit. Il… vai vamais vu chon fisage mais ve croi que sé un renegat des suzuri.
- Qu’est-ce qui te fait dire ça ?
- Un four fait enfendu une converfafion que faurait pas fu. Fit parfer des suzuri.

Finalement, il avait fallu que je le questionne pour qu’il parle, mais il avait apparemment dit tout ce qu’il savait. Très bien. Si le sceau donnait la position la demi-heure d’immobilité de Dratab n’avantageait pas forcément. Cependant le fait qu’il n’avait pas pu faire grand-chose comme je l’avais pris directement avec la manipulation des ombres, indiquait probablement une consommation normale de chakra et donc rien de trop gênant pour nous avec un peu de chance. Restait plus qu’à savoir ce qu’on allait pouvoir faire de lui avant notre retour au village. S’il ne mourrait pas, il finirait probablement pour un moment en taule, il en sortira vieillard, ou bien part les deux pieds je suppose. D’ailleurs cela me fit réfléchir, s’il mourrait le sceau serait sans doute désactivé, de même si on y touche…

- Tu allais à Kumo, non ?

Il se contenta de hocher la tête, mais devait aussi être douloureux vu la grimace qu’il fit.

- Cette carte qui indique les positions des possesseurs du sceau, tu sais où elle est ?

Il hocha la tête avant de répondre.

- Fil on déflacer van une challe checrete hofaru gue ché oufer.

Ce devait être la salle à laquelle faisait référence Köda. Il fallait que l’on en parle avec lui maintenant pour enfin s’organiser pour passer à l’action. Je regardai notre prisonnier, consultant Shuuhei par le regard comme pour demander la permission. J’appuyai alors sur carotide avec mon majeur et mon index gauche. Il gesticula quelque peu avant de s’évanouir.

- Vous en pensez quoi ?

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo http://www.ascentofshinobi.com/u279

Chp 11 - L'oeil du serpent [PV: Metaru Shuuhei & Nara Shikarai]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: