Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

« A l'aube de Iwa » ✖ SOLO


Mer 23 Aoû 2017 - 20:02
Le bateau arriva enfin. Main derrière la nuque — Aucune valise n’aurait largement suffit, pour celui qui avait perdu jusqu’à sa liberté durement acquise — la tête bien sur les épaules et jambes prêtes à parcourir des kilomètres sans s'arrêter, Yoshitsune et sa fratrie suivirent la foule mené par un Hideyoshi encore dans la fleur de l'âge qui se précipitait déjà vers le pont abaissé. Et enfin, le moment qu'il avait déjà passé plus d'une semaine à attendre se réalisa enfin : Son pied foula à nouveau la terre ferme. L'émotion le submergea alors, et il ne put retenir les étoiles qui s'étaient formées plus tôt aux coins de ses yeux d’illuminer ses joues arrondies par l'immense sourire qui illuminait lui-même son visage. Il l'avait promis — juré même ! — qu'il partirait à la rencontre du reste du Monde à la recherche de la paix... Ce qu’il a fait, enfin en partie pour le tour du monde. Et aujourd'hui, il se tenait là, debout sur le port ; à l'aube d'un songe devenu réalité.

« Nous y voilà... Le Fameux Tsuchi no Kuni.. »

Aux prémices d'une immensité rocailleuse, la chevelure hybridée du jeune Bushido se soulevait au rythme de la respiration des bourrasques ardentes. Son visage était lacéré par l'aquilon incandescent. Cette atmosphère était aux antipodes de l’habituel embrun qui étreignait les nations où le jeune Yoshi avait bien pu résidé. Celui-ci referma son sombre haori sur sa chair blême, éludant la ferveur solaire. Il avait traversé les mers, et même il avait traversé les sinueuses montagnes de Tetsu no Kuni pour déshabiller les mânes du passé et glaner les gemmes ancestrales enfouies dans le limon de Rokkusu. Enfin tout ça pour dire qu’il furent calcinés vifs au cœur des steppes. Et qu’après avoir braver les vagues tumultueuses, les sylves oppressantes et le reg igné pour recueillir ce vestige antédiluvien. L'ascension s'était étendue sur une semaine et aux abords de cet horizon caustique, le chétif Yoshi déplia ses bras pour étreindre le panorama. Shiro sur le dos, Ses jambes étaient engourdies par le fouet des zéphyrs, ses prunelles mordorés rosies par les grains volants... Quel plaisir avait trouvé le patriarche des Nagamasa à souhaiter s’installer dans ces terres ? s’interrogea le bout d'homme. Le descendant de Samouraï s'élança depuis la lande pour atterrir dans les poumons de l'erg. Une architecture montagneuse s'élevait sous ses iris. Son itinéraire les l'avait conduite à bon port : L’immense citadelle désormais plus connue comme étant le village caché d’Iwa.

Les parois de celle-ci étaient ornées à l'image d’une véritable ère archaïque et s'étaient effritées avec les ères aréiques. La troupe composée à la fois de la famille principale et à la fois de la secondaire s’avança donc, foulant les Terres du village de la roche afin de s'approcher des habitants notamment celle du régent, qui semblait être implanté dans cette nation depuis la genèse des temps.

[...]

« Père ? » intonna-t-il avec hésitation

Ce dernier ne répondît que d'un sourire empli de confiance, ou peut-être de vices quoique, à l'époque Yoshitsune eut du bien du mal à discerner l'une de l'autre.

Ils pénétrèrent alors l'édifice, quittant l'éclat solaire pour s'imprégner de l'ombrage. Pas un seul son. Certains en profitèrent pour s'effondrer, l'échine contre la brique tandis que les hauts gradés continuèrent. Yoshi aussi manqua de s’écrouler. L'étoffe autour de ses mèches métissées chuta sur ses épaules, dévoilant un faciès haletant. Celui-ci plongea une main dans son sac à la quête d'une gourde et la porta à ses lèvres sèches pour faire serpenter le fluide transi dans son œsophage. Son torse se soulevait et s'abaissait au rythme de ses soupirs. L'atmosphère extérieure était franchement asphyxiante... Des minutes s’étendirent avant que le jeune homme reprenne sa spéléologie dans les viscères du somptueux palais. Les apports solaires aux travers des portes permettaient d'assurer une nitescence naturelle et une vision adéquate. L'architecture séculaire était splendide si seulement suffisait le terme. Cela n’était en rien ce qu’avait imaginé l'aîné de la fratrie, aucune poussière qui virevoltait, par le limon tassé sur d'antiques vasques ; simplement des muraux ornés de quelques peintures valant leur pesant d’or. C’était là le vestige d'une époque d'or, que rien n’émietta pas même les guerres et les hommes.

Sa silhouette s'esquissait sur les cloisons et se reflétait dans la propreté des lieux.


« Est-ce au sein de cette contrée que vous mon père avez décider, d'étendre votre influence » Le questionna t-il, épris d'un air songeur


Mais aucune réponse ne lui parvenu. Sans doute était-il encore bien trop jeune pour oser quémander des réponses à ses questions, aussi pertinentes pouvaient-elles être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« A l'aube de Iwa » ✖ SOLO

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: