Derniers sujets
Partagez | 

Brand New Day [Leoko Nora]


Ven 25 Aoû 2017 - 5:04
Mae était perdu. Complètement perdu. Son arrivée au village caché des nuages était toute récente. Il cherchait simplement un restaurant ou un bar, bref, un endroit pour manger convenablement. Depuis qu’il ne vivait plus chez ses parents, Mae mangeait à sa faim, grâce à l’argent récolté durant ses missions. La pauvreté ne le manquait absolument pas et il espérait bientôt pouvoir en faire profiter le reste de sa petite famille. Après, c’était la raison de sa venue au village de Kumo. C’était une ambiance toute nouvelle pour lui, le monde, le bruit, les enseignes…Totalement différent de ce que l’on pouvait trouver dans son petit village de campagne. Ça le changeait et il aimait plutôt bien sa nouvelle vie.

L’apprentissage de l’art ninja ne fut pas simple pour le blond. Il n’était pas très doué en ninjutsu, ni même en taijutsu. Le seul art dans lequel il n’était pas si catastrophique, c’était l’art des illusions, le genjutsu. Il pensait au fait, que peut être il n’était pas fait pour cette voie. Que ce n’était peut être pas son destin de devenir un grand. Mais au diable. Il avait pris sa décision, il refusait de revenir en arrière ! À moins que ses parents ne lui demandent.

Arrivé dans un petit parc, le jeune shinobi était plus perdu que jamais. Il s’arrêta de marcher une seconde, pour prendre un instant de réflexion. L’arrêt de sa marche intempestive ne suffisait pas. Il prit donc la peine de s’asseoir sur un banc a proximité. En réalité le problème n’était plus de savoir où trouver a manger. Mais de retrouver sa maison. Il pourra toujours se faire des nouilles instantanées pour dépanner, malgré que ce ne soit pas un plat qu’il affectionne particulièrement.

Mae, essayant de se remémorer son trajet dans le sens contraire, fut interrompu dans sa réflexion par le passage rapide d’une jeune femme. Le blond rougit immédiatement. Elle était sûrement plus âgée que lui, mais qu’est ce qu’elle était jolie ! Pensa-t-il. Il se leva d’un bond et cria, sans remarquer l’excédent de décibels dans sa voix :

Bonjour ! Excusez-moi ! Pourriez-vous m'aider à retrouver mon chemin je vous pris ?

Ce n’était pas franchement brillant comme première approche. Bruyant, certes, mais pas brillant. Mais après tout, dans son petit bled, il n’y avait que très peu de filles. Encore moins de son âge. Il espérait seulement ne pas l’avoir effrayé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t897-presentation-mae-tokage-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1406-equipe-2-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t1397-a-l-aventure-journal-de-tokage-mae

Dim 27 Aoû 2017 - 18:49
Au détour de nombreux quartiers, d’innombrables ruelles sombres et de multiples inconnus, les pupilles violacées de la moniale observaient, admiratifs, la douceur d’un nouveau lieu. Fruit d’une longue balade matinale, elle se sentait ravie d’avoir quittée sa demeure tôt dans la journée. Libérée d’une pression autrefois lancinante, elle avait pu s’accorder ce merveilleux privilège qu’était l’escapade solitaire. Les femmes de la maison Metaru avaient été étonnamment clémentes en lui accordant le droit de s’évaporer temporairement dans la nature. Ainsi, pendant plusieurs heures, elle avait laissé son âme la guider à travers le labyrinthe qu’était la cité des nuages.
Ce genre de fredaine lui rappelait son adolescence qu’elle avait passé en dehors de cette forteresse. Chaque jour fut un départ vers une nouvelle découverte, de nouvelles terres, de nouveaux locaux, de nouvelles traditions. En sept ans de voyage, elle savait pertinemment que le monde lui cachait encore bien des secrets. Se comportant pourtant comme une femme tranquille, Mademoiselle Leoko était comme une sauvageonne en quête perpétuelle de liberté. Cette sortie était le train de vie sédentaire qu’elle appréciait particulièrement.

Une délectation visuelle ne suffisait plus. Ce lieu l’appelait terriblement et l’attirait excessivement. Ses jambes bougeaient d’elles-mêmes vers cette flore chatoyante. Le gazouillis des petits oiseaux était une hypnose indéfectible. L’existence d’un tel lieu la surprenait. Au sein même de Kumo perdurait encore une aire jovialement boisée, entourée d’un urbanisme étouffant. Sa taille ridicule était l’épine trahissant ses moults feuillages garnis. Moins de dix minutes de papillonnage et sa petitesse était déjà connue.
Qu’un tel lieu soit présent à Kumo restait quand même un très bon point. Dans ce gigantesque village, d'autres petits lieux aussi sympathiques que celui-ci se cachaient probablement dans des coins de rue insoupçonnés. Elle s’excitait à l’idée de les trouver et en y repensant, son « fiancé » connaissait sûrement quelques places radieuses à lui faire visiter… quoi qu’hormis des chambres closes et quelques bars malfamés, Nora ne découvrirait sûrement aucun panorama subtil.

A plusieurs reprises, elle répéta les allées et venues dans ce modeste parc. L’engouement se dessinait doucement dans ses yeux miroitant de joie. La moniale ressemblait presque à une gamine voyant la mer pour la première fois. Pour certains, cette jovialité se nourrissait d'un sentiment de débilité profonde. Pour d’autres, cette jovialité embellissait ses mirettes très souvent malmenées. Chacun se faisait sa propre opinion sur elle. Nora était de toute façon envoûtée par le décor et ne faisait absolument pas attention aux quelques passants l’entourant. Une voix parvint pourtant à l’interpeler.
Masculine et déjà mué, le timbre était un peu jeunot, mais déjà puissant. La voix portant loin, il avait interrompu les rêveries d’une religieuse qui prit la peine de se tourner calmement vers le responsable. Comme elle avait pu le supposer, il s’agissait d’un jeune garçon. Peut-être seize ans ou dix-sept. Ce qui était sûr, c’est qu’il n’avait pas l’air encore majeur. Il avait l’air de lui manquer quelque chose pour l’être… de la maturité ? Pas forcément ! Son fiancé avait déjà la trentaine et était loin du modèle de sagesse responsable.

N’arrivant pas à mettre la main sur ce « quelque chose », Nora abandonna très rapidement. De toute façon, ce n’était pas quelque chose d’important et sa résolution ne l’aiderait pas à répondre au problème qui lui était présenté aujourd’hui :

« Une âme égarée ? »
commença-t-elle affectueusement.

Le sourire modeste mais rayonnant, elle chercha à le rassurer avant de l’inspecter plus minutieusement : Un corps bien formé qui gagnerait à s’entraîner davantage, des cheveux maïs assortis à un regard sang plutôt effrayant. Devant cette description étrangement disparate, l’ex-vagabonde resta perplexe. Sa sollicitation semblait sincère, mais la rougeur de ses prunelles ne lui inspirait rien de bon.
Par précaution, la moniale se rapprocha de lui. Sa légendaire tenue moniale protégeait son corps et affichait outrageusement son décolleté au jeune homme perdu. Des fois, c’était à se demander si Nora était vraiment une religieuse fidèle à ses principes… Néanmoins évitons de parler de sa foi ici. Actuellement, il était question de vérifier la sincérité de cet homme. Des connards, Nora en avait rencontré beaucoup trop à Kumo. Certes, elle n’était plus à un bâtard près, mais si elle avait la possibilité de les éloigner, elle le ferait :

« C’est une demande indirecte de viol ? » annonça-t-elle dans le plus grand des calmes. La sérénité sur son visage ne concordait absolument pas avec la vésanie de sa question. Pour paraître plus clair, Nora surenchérit dans le délire sauvage et insensée, tout en ayant l'air placide « Vous allez malicieusement me conduire dans une ruelle sombre et là… vous allez abuser de moi ! ». Nora détestait parler amour. C’est un fait avéré. Néanmoins, le suggestif et le sexuel n’avait pas l’air de la déranger le moins du monde. Sa nuance entre romance et érotique était assez bizarre et seule Nora n’y voyait aucun problème. « Votre plan est finement pensé, mais je ne suis pas dupe… je vous ai percé à jour n’est-ce pas ? » Sur son minois tranquille se traçait à la plume, un petit sourire malicieux. Est-ce que cette provocation l’amusait ? Evidemment !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Jeu 31 Aoû 2017 - 3:07
La jeune femme, assez dévêtue pour la saison, semblait souriante et extrêmement gentille. En revanche, sa méfiance atteignait un niveau tout aussi haut.

HEIIIIIIIIIIIIIIIN ?

La voilà qui parle de viol en public. Mae ne savait pas où se mettre, il était très gêné quand le sujet tourné autour du sexe. Encore plus quand une femme lui parlait de sexe non consenti. Elle en rajouta une couche en l’accusant de voilà l’emmener dans une ruelle sombre pour mener à bien son plan machiavélique.

NON NON NON NON NON !!

Mae courrait dans tous les sens sans savoir quoi dire d’autre, à aucun moment il n’avait pensé a ce genre de choses affreuses. Il prit un instant pour observer la jeune femme, droit dans les yeux pour éviter tout malentendu, et vit sur son visage un léger sourire. Mae hurla.

PARCE QUE ÇA VOUS AMUSE EN FAITE ?

Mae se demandait ce qui ne tournait pas rond chez cette fille. Est-ce que toutes les filles de Kumo sont comme ça ? Si c’est le cas il va lui falloir du temps pour en comprendre tous les rouages. Il ne savait pas si elle plaisantait ou si cette situation ne lui déplaisait pas. Le blondinet prit un instant pour respirer et pour faire disparaitre le teint rougeâtre de ses joues. Teint qu’il avait acquis après avoir gesticulé dans tous les sens.

Non non, s'il vous plait, ne croyez pas ça. Je suis un ninja du village de Kumo. Seulement je suis arrivé en ville il a très peu de temps et je connais mal l’endroit. Je viens d'un petit village sans prétention. Alors la grande ville me perd un peu ! Je cherche réellement mon chemin, un restaurant précisément.

Le jeune esquissait un léger sourire et avait les yeux mi-clos.

Lui qui n’avait pas succombé aux plaisirs interdits, il ne voulait surtout pas que la première personne avec qui il discutait au village croit qu’il est un prédateur sexuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t897-presentation-mae-tokage-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1406-equipe-2-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t1397-a-l-aventure-journal-de-tokage-mae

Dim 3 Sep 2017 - 15:10
La panique de sa victime était du pain béni. Un vrai morceau de fraîcheur dont Nora se délectait méchamment. Pour s’amuser un peu, elle avait été sournoise en effectuant de telles suppositions luxurieuses. Aucune femme censée n’aurait balancé de paroles si agressives à l’encontre d’un inconnu. Mais il fallait la comprendre ! Des pauvres bouffons l’abordant par le biais d’une stratégie débile, elle en avait rencontré à la pelle à Kumo. Leur nombre était si aberrant que la moniale avait presque perdu foi en la population de la cité des nuages.
C’est peut-être la première fois qu’elle tombait sur un cas de ce type. Un prédateur innocent gambergeant comme une crevette à la moindre allusion sexuelle. Entre ses courses consternées et ses mimiques troublées, il ressemblait plus à une chiffe molle qu’à un gros porc affamé. L’ex-vagabonde n’arrivait pas à prendre au sérieux les hurlements poltrons de cet homme. Sans le lui cacher, elle en rigola presque odieusement.

S’il avait eu l’air excessivement désœuvré par cet accostage vipérin, il avait réussi d’une certaine manière à creuser le doute chez la moniale. Etait-il vraiment ce qu’elle avait imaginé au début ? A savoir, un gros dégueulasse à la frite démangeante. De nouvelles questions vinrent embêter l’ex-nomade et le meilleur moyen pour reconnaitre définitivement la sincérité du jeunot était de gratter davantage « le masque » que portait son interlocuteur décontenancé.

Telle un serpent qui imposait son étreinte virulente sur une victime abusée, Nora marcha sournoisement autour de lui. Ses yeux ne quittaient ceux de son interlocuteur et brillaient d’une lueur perfide. Devait-elle croire à sa plaidoirie ? Il est vrai que le jeune homme avait l’air complètement perdu dans l’immensité de ce village. Néanmoins, malgré toutes ces explications potentiellement vraies, le doute persistait. Forte de toute son honnêteté, elle lui énonça donc clairement ce qu’elle pensait :

« Vraiment ? » lui demanda-t-elle la voix maline, alors qu’elle était derrière lui.

D’une humeur ingérable aujourd’hui, Nora poussait loin, très loin, dans la folie. Elle infligeait à ce pauvre garçon ce qui ressemblait presque à une punition. Simplement parce qu’il avait semé une espèce de doute en elle, elle semblait un peu plus joueuse que tout à l’heure. Son cerveau de dégénérée avait déjà mis au point, une dernière approche pour titiller ses nerfs si fébriles. Se rasseyant finalement sur le banc, le minois calme et jovial, elle balança naturellement :

« Et si je te disais que j’attendais d’être vraiment violée ? Que ferais-tu ? » Même si le ton avait outrageusement l'air sincère, la moniale ne pensait faire quoi que ce soit d'immoral... juste le tester... juste s'amuser. Ces deux notions se mélangeaient sournoisement dans sa tête.

La moniale flirtait donc dangereusement avec les limites de la moralité. De cette manière, elle saurait sans hésiter les véritables intentions de ce jeune homme. Néanmoins, la plaisanterie allait peut-être un peu loin. Le moteur de cette innocence pouvait aussi bien la sincérité que la lasciveté. D'autres moyens existaient pour sonder la conscience de l'adolescent, mais avec un tel stratagème, plus aucune hésitation ne serait permise après les révélations. Plus farceuse qu’elle, il n’y avait pas ! Le dos légèrement voûté, elle laissait son jouet profiter de son décolleté appétissant. Tout était sujet à de l'audace et sa dernière surenchère n'arrangea absolument rien aux tracas qu'elle pourrait créer chez ce jeune homme :

« Et si en plus, je te disais que ça me ne gênait pas que ce soit avec toi ? Que ferais-tu ? Je suis curieuse ! »
Le corps détendu sur le banc, Nora était joueuse jusqu’au bout. Sa sérénité cléricale et ce doux sourire malfaisant était une provocation destinée au jeune homme. Ses mésaventures à Kumo l’avaient formé et elle était finalement devenue ce personnage excessivement taquin… au grand malheur du jeunot.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Lun 18 Sep 2017 - 19:06
Mae était absolument outré. Il n'avait, de base, pas parlé a beaucoup de filles. Mais alors encore moins avec qui il parlait de viol ! Il était totalement déconcerté. Incapable démettre le moindre son, comme paralysé. Il voulait dire quelque chose, s'expliquer, prouver qu’il n’était pas comme elle le pensait. Il fallait dire un truc, quoi que ce soit, il avait l’impression que cette femme allait le croire. La kumojin s'assied a nouveau.

Et si je te disais que j’attendais d’être vraiment violée ? Que ferais-tu ?
Et si en plus, je te disais que ça me ne gênait pas que ce soit avec toi ? Que ferais-tu ? Je suis curieuse !


En disant cela, la femme se permit de montrer son décolleté plongeant. Mae était totalement dépassé par les événements. Son visage se teinta en rouge écarlate, toujours bloqué, incapable d’émettre le moindre refus.

Je…

Il fallait qu’il se réveille. Imaginez qu’elle se mette à crier que Mae est un pervers a travers tout le village !

Je…

Bouger ! Il devait bouger !

JE SUIS DÉSOLÉ VOUS ÊTES TROP VIEILLE POUR MOI.

C’était sorti d’un coup, Mae le regrettait, il ne fallait pas dire des choses comme ça aux femmes.

Je…Je suis désolé mais je suis en aucun cas un violeur ! Et encore une fois, je ne vous interpelle pas pour ça, mais bel et bien parce que je suis perdu !

Mae avait enchaîné ses deux phrases à une vitesse ahurissante. Puis son ventre se mit a gargouiller d’une force incroyable. C’était vraiment gênant mais ça prouverait peut être que Mae n’était pas un mauvais gars.

Vous avez entendu ? Sans rire, je vais vraiment mourir de faim, dites moi où je peux trouver un restaurant s’il vous plait. Et non ! Ce n’est pas parce que j’ai une dalle infinie que je vais vous manger !

Il fallait vraiment que Mae trouve a manger, son estomac était noué comme jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t897-presentation-mae-tokage-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1406-equipe-2-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t1397-a-l-aventure-journal-de-tokage-mae

Dim 24 Sep 2017 - 22:42
Le violeur n’avait pas l’air habituée de parler à des femmes ou alors était-il totalement inconscient. Aucun homme un tant soit peu élevé, n’aurait réveillé le sujet sensible qu’était l’âge d’une demoiselle raffinée. Sans même vérifier l’âge exact de la moniale, le jeune homme était allé jusqu’à insinuer qu’elle avait au moins atteint la trentaine… Si ce n’est même plus ! Aussi outrageant que malicieux, il avait à la fois été vague et incisif. En s’arrêtant à l’adjectif « vieille », il ne donnait pas d’indications précises. Tout était question d’interprétation. Et l’interprétation d’informations dépendait d’une personne à l’autre….
Les moines se fichaient largement de leur âge et des retombées possibles d’une décrépitude controversée. En tant que tel, Nora ne faisait pas exception à ce fait. Dans sa caboche dormait des secrets relatifs à la longévité. Paraître jeune et rayonnante alors que les années défilent. Les religieux affiliés au quatre points cardinaux avaient des connaissances pointues sur ce qui était le Saint-Graal des désireux de vie éternelle. Il n’y avait pas de sorcellerie dans la longévité des moniales, juste un savoir mystérieux…

« Manger une vieille décrépie ne t’intéresse donc pas ? » Qu’est-ce que je suis triste ! » s’adjugea-t-elle dans un mélodrame exagéré.

Le jeu et rien que le jeu. Jusqu’au bout, elle s’amuserait à titiller cette pauvre brebis affamée. Ses gargouillis n’étaient pas passées inaperçues et furent l’introduction idéale à cette petite taquinerie. En quelque sorte, la moniale s’était servie de ce douloureux bruit de ventre pour se venger des propos sur son âge. Le ton malsain, elle s’était une énième fois approchée vers lui la poitrine explosant aux yeux de l’adolescent. Peut-être qu’il saliverait à la vue de ses mamelles gracieuses et peut-être que son appétit s’attiserait davantage.
La fomentation était cruelle… autant que l’allusion vilaine sur son âge. Il ne s’était d’ailleurs même excusé de ses propos. Certes, l’âme de la moniale n’était pas vraiment choquée, mais le must-have aurait été de diligemment s’excuser. Au moins pourrait-elle s’abreuver de cette probable allégation comme quoi, la petite feuille rétamée par la faim ressemblait de moins en moins à un violeur. Derrière son masque mesquin, la moniale parut plus lucide vis-à-vis de cette possibilité.

Croyez-moi qu’elle s’en doutait la petite ! Un jour ou l’autre, elle aurait lâché l’affaire et l’aurait laissé à ses petites escapades sans grand intérêt. Qu’il soit un violeur ou non ne lui faisait ni chaud ni froid. Il n’aurait ni été le premier, ni le dernier à tenter ce genre d’entourloupes sournoises. Bien entendu, il était préférable qu’il ne le soit pas, question d’énergie à revendre pour l’humilier. Et d’après les évènements venant de s’enchaîner, le pauvre garçon ne semblait pas l’être… Simplement parce qu’il faisait pitié. La mèche blonde avait tous les aspects de la véritable victime. Nora se sentit donc encline à ne pas l’embêter davantage pour cette seule et unique raison. Avec ce bide criant famine, le beau blond avait l’air désemparé. Ses requêtes étaient désespérées. Faisables toutefois. Il ne demandait pas la mer à boire. Juste un endroit où se remplir la panse…

« Je connais un endroit sympa dans lequel manger ! Suis-moi ! J’espère que tu as assez pour me payer un repas à moi aussi, violeur-kun ! »
lui indiqua-t-elle le sourire louche et annonciateur de piège foireux.

S’éloignant déjà de quelques pas, elle s’approchait petit à petit de ce qui était la sortie du parc. Nora n’était pas spécialement pressée. Contrairement à sa victime du jour, elle n’avait pas spécialement faim et préférait même profiter de ce qui l’entourait.

« Bah alors ? Qu’est-ce que tu attends ? Tu n’as pas non plus envie de manger avec une femme apparemment beaucoup plus vieille que toi ? » Elle insista sur ses lèvres à l’odeur de traquenard.

En s’engouffrant avec elle, le jeune garçon découvrirait peut-être quelque chose de spécial ou peut-être apprendrait-il quelque chose de sympa. Sans se retourner, la moniale quitta le par cet s’engouffra dans l’une des allées de la ville. Pendant peut-être une minute, elle avança sans se retourner, les mirettes volant à travers la complexité des infrastructures de Kumo. Bien de bâtisses lui étaient encore inconnues ici. Qu’il soit donc derrière elle ou non était le cadet de ses soucis. Elle avait toujours mieux à faire comme vagabonder dans les rues de la cité des nuages. Peut-être était resté au parc ou peut-être s'était-il enfui. Son absence n’allait pas la tuer. Elle témoignerait néanmoins de tout le machiavélisme dont elle avait fait preuve pour effrayer cette pauvre brebis. Au cas où, pour vérifier sa présence, elle posa jovialement la question :

« Tu es toujours là ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Mer 4 Oct 2017 - 3:18
On dirait qu'elle lâche l'affaire. ENFIN. À son air faussement triste on pourrait se dire qu'elle feintait cette envie. Peut-être qu'il ne s'agissait que d'un jeu pour elle. Pour Mae ce n'était pas vraiment marrant. Lui qui était si naïf. C'était une proie vraiment facile ! Même pas amusant ! Si cette fille était une challenger elle aurait choisi quelqu'un de plus malin. Mais bon, elle ne pouvait pas vraiment savoir a qui elle avait a faire. Au final le jeune blond n'est qu'un simple adolescent sans tout le côté puberté et envies sexuelles. Donc peut être pas ado ordinaire en faite.

La plantureuse jeune femme s'approcha à nouveau du blond laissant exploser sa poitrine proéminent. L'innocent ne jeta même pas un regard aux obus a portée de ses yeux. Soit il était asexué ou alors tout simplement pas intéressé. Mais ce regard qu'il lui lança droit dans les yeux exprimé peut être autre chose. Qui sait ? Personne pour l'instant. Avec le recul, Mae se rendit compte qu'il n'était même pas sorti avec une fille. Au-delà du côté sexuel, il n'avait même pas échangé un baiser avec quelque fille que ce soit. Il n'avait jamais vraiment réfléchi a ça. Dans sa campagne natale c'est pas vraiment le genre de préoccupation qu'il avait. Il faisait plutôt en sorte de ne pas mourir de faim et de subvenir aux besoins de ses parents. En tout cas il ne voulait pas se jeter dans le bain avec une femme qu'il estimait trop âgée. En plus de ça, il n'avait a aucun moment était attiré par elle.

En attendant, Nora lui avait proposé de l'emmener dans un restaurant qu'elle connaissait. Elle suggérait que le blond devait avancer la note a la fin du repas. Mae était peut-être fauché mais il restait courtois et gentlemen. Il payerait donc le repas. Enfin si un jour ils arrivent au restaurant. Son ventre cria famine de manière plus virulente que la dernière fois. La femme marchait devant lui a une allure plus que lente admirant les paysages gracieux les entourant. En y regardant de plus près, certains lieux qu'ils traversaient étaient inconnus pour lui. Sa curiosité dominant sa faim, il rattrapa un peu la jeune femme pour regarder les boutiques ou les différents restaurants. Il s'arrêta devant une boutique particulière qui lui fit presque tourner de l'œil. UNE BOUTIQUE QUI VEND DES SPÉCIALITÉS SUCRÉES LOCALES. La disette dont il était victime se remit en top position dans l'ordre de ses besoins. Alors qu'il était resté collé contre la victime, récupérant l'adresse du lieu où il se trouvait, sa compagne de marche était alors bien loin de lui. il la rattrapa avec les quelques forces qu'il lui restait.

Tu es toujours là ?
Oui ! Et sincèrement je crève vraiment la dalle. Il y a un restaurant juste ici qui a l’air sympa !

Le jeune homme était passé devant déjà quelques restaurants, il ne pouvait plus attendre.

Je ne sais pas si ton restaurant est loin mais celui-ci a l’air bien sympa ! Et puis, c’est moi qui paye le repas, non ?

Il rentra directement dans le restaurant après lui avoir esquissé un sourire. Le restaurant était en réalité une brasserie plutôt classe, servant des plats typiques de la région. Il s'installa à une table et commanda deux plats du jour. Même si Nora ne le suit pas il mangera quand même les deux plats. Aucun souci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t897-presentation-mae-tokage-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1406-equipe-2-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t1397-a-l-aventure-journal-de-tokage-mae

Lun 9 Oct 2017 - 23:12
En plus de son légendaire savoir, Kumo pouvait se vanter d’abriter un intéressant cœur commerçant. Considérée à juste titre comme une grande ville, il était donc normal d’y trouver maintes échoppes et maints restaurants. La présence de lupanars n’était pas à démontrer non plus, mais disons qu’il valait mieux ne pas en parler ici. Le soleil brûlant, La plupart des bars malfamés dormaient ou aiguisaient leurs crocs avides d’abjectes luxures. La nuit seulement, ils se réveillaient et s’asticotaient telles les mille et une paillardise. De jour, quelques-uns trainassaient sombrement en quête de potentielles victimes à appâter. Des innocents ne connaissant guère cet envers du décor où les infidèles passions battaient pleinement la chamade… Oui ! Attirer quelqu’un comme ce jeune homme en fait.
Qu’il était mal de penser à humilier autrui. Si Shuu lui avait bel et bien fait subir un pareil sort, il ne devait être question d’infliger ce sort à d’autres victimes. Enfin… je l’espère ! La moniale avait toujours du mal à se remettre de cette soirée où elle avait été bafouée. Même si le temps cicatriserait certainement les blessures, certaines conséquences semblaient avoir été scellés au fer blanc. Mademoiselle était devenue plus joueuse et ne regrettait absolument pas de tourmenter ce malheureux étranger.

Aux vagues des arômes nutritifs, la faim ronronnait telle une lionne dévoreuse. Les allées gustatives avaient toujours cet effet très tentateur. Pour ensuite profiter pleinement des plats, il fallait juste un porte-monnaie bien garni… ce que n’avait pas la jeune demoiselle. C’est pour ça qu’elle avait déjà prévu un lieu où festoyer dignement. Bon, pas cher, appréciant la fidèle clientèle, il correspondait donc à l’ensemble de ses critères extrêmement minutieux. D’autant plus qu’il s’agissait d’une enseigne que la moniale connaissait assez et qu’elle aurait été propice à de plus amples taquineries.
Finalement, les titillements ne se feraient pas. L’insouciance de l’étranger avait outrepassé toute la terreur imposée par la jeune femme. Avant même qu’elle ne puisse dire ouf, il s’était volatilisé vers le restaurant le plus proche. Elle avait simplement eu le temps de le voir affamé, gambader vers l’entrée de cette bâtisse gastronomique aux airs très traditionnelles. Dans ces conditions, il était difficile de l’amener jusqu’à son point stratégique.

Autant abandonner ! Puisqu’il allait payer l’addition, ce n’était pas un grand problème de lui laisser le choix du restaurant.

A vitesse convenable, elle se dirigea vers l’entrée de cette brasserie. Sa petite bedaine aussi réclamait de plus en plus sauvagement de quoi grailler. Dans un geste néanmoins poli, elle poussa la porte et remarqua les merveilleuses infrastructures composant l’endroit. L’ébène entourant chaque mur était éclairée et rappelait le confort d’un chalet en montagne. Dans cet atmosphère très raffinée, on pouvait aussi bien y prendre un café qu’un repas copieux. Nora imaginait bien quelques travailleurs honnêtes se réunir ici après le boulot, pour discuter de la pluie et du beau temps. Shuu étant un grand fana d'alcools et de fesses charnues, il ne rentrait évidemment pas dans cette catégorie.
Pour les deux protagonistes, la nourriture serait évidemment privilégiée. Pendant qu’elle asseyait donc en face de son gentil souffre-douleur, un serveur était déjà à côté d’elle, en train de lui tendre la carte du restaurant. Des plats colorés au programme, mais qui en soit gardaient l’identité unique du terroir Kumojin. Trop occupée avec son destin, elle n'avait eu le temps d'en déguster énormément. De toute façon, pour cette demoiselle habituée à manger de tout et de n'importe quoi, toutes ces œuvres gustatives avaient l’air savoureuses. Leur seul nom inscrit sur ce bout de papier sommaire faisait saliver son esprit insatiable.

Désolé mon garçon… mais tu as décidé de combattre Nora sur le mauvais terrain !

« Alors, je vous prendrais ça, ça, ça… ça aussi, puis ça… et enfin ça ! Et rajoutez moi ça aussi s'il vous plaît ! C’est monsieur ici présent qui règlera l’addition ! » avoua-t-elle arbitrairement sur un ton très enjoué.

Elle était observée d’un œil atterré par le serveur. Peu de personnes commandaient une quantité astronomique de nourriture d’un coup. Aucune femme à la séduisante plastiques ne réclamait tant de ripailles. Sous cette magnificence semblait se cacher une gloutonne qui n’en gâchait pas une pour s’empiffrer. Heureusement qu’elle avait toujours cette manie à se dépenser excessivement… Et même ! Qu’est-ce que le corps humain pouvait varier d’un individu à l’autre ! En tout cas le prix de ce repas serait très important, pour le plus grand malheur de sa jeune victime.
Toujours est-il que le garçon de table s’exécuta pour envoyer la commande de Nora ainsi que celui de son adorable portefeuille du jour. En deux temps, trois mouvements, les assiettes furent préparées, les décorations dressées et la table bondée de mets succulents. Au-dessus du bois polie composant leur table, une variété d’odeurs cosmopolites captivait leurs narines et les incitait déjà s’abandonner au plaisir nutritif.

Une bouchée d’un, puis une bouchée de l’autre. Elle n’avait pas le temps de dire quoi ce soit, tant le goût de ses assiettes étaient délectables. Elle frissonnait d’excitation dès qu’elle ingérait quelque chose avec sa cuillère. Se rendant un peu compte de son hâtif graillement, elle se servit de l’eau grâce à une carafe mise à leur disposition. L’ex-vagabonde pourrait ne penser qu’à elle, mais le ventre conquis, elle se sentit d’humeur humble. D’un geste amical, Nora lui servit donc de l’eau et toute ravie, elle se demanda :

« Comment dois-je appeler celui me payant ce merveilleux repas ? »
comme toujours, il y avait de la fourberie dans ses propos, mais pour une fois, elle avait l'air plutôt sincère.

Inconsciemment, c’était également un moyen de s’assurer qu’il paierait l’addition, car très sincèrement… la jeune femme n’avait pas un rond sur elle et serait dans un sacré pétrin s'il décidait de partir la queue entre les jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Brand New Day [Leoko Nora]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: