Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 3/01. Unité Ichi
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) EmptyAujourd'hui à 4:24 par Shimajima Yugure

» 3/05. Nara et Bakuhatsu
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) EmptyAujourd'hui à 3:39 par Nihito Meho

» Maeda Hori
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) EmptyAujourd'hui à 3:24 par Maeda Hori

» L’Île aux cailloux bleus
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) EmptyAujourd'hui à 1:41 par Uzumaki Sazuka

» Bagarre, patrouille et discussion [Eri Hagashin]
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) EmptyAujourd'hui à 1:25 par Hagashin Eri

» 2/03. Unité sud
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) EmptyAujourd'hui à 0:37 par Raibura no Kyūsei

» 4/04. Unité n°4
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) EmptyAujourd'hui à 0:15 par Seiun

» 2/01. Unité nord
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) EmptyAujourd'hui à 0:03 par Mawehara Miyuki

» 3/06. Nagamasa et Naari
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) EmptyAujourd'hui à 0:02 par Kawano Una

» Dans l'ombre des Kaguya [PV Nobuatsu Saji / Kaguya Wutu-Fuku]
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) EmptyHier à 23:28 par Kaguya Shitekka

Partagez

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya)

Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Empty
Mar 14 Juil 2020 - 19:27
Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Aos_910

La fin de soirée s’annonçait mouvementée. Adossée sur le comptoir, un verre d’alcool fort à la main, Arukisa observait silencieusement les clients du bar s’adonner au jeu local. En effet, à La Turlute Enchantée, tout le monde jouait à un jeu de visée dont seuls les habitués connaissaient les règles. Les yeux plissés, car les effluves spiritueuses commençaient à faire défaut à sa concentration, la jônin tentait tant bien que mal de comprendre ce qui se tramait devant elle. A chaque lancée, certains hurlaient de joie, d’autres pestaient, l’ambiance était au beau fixe. Le sourire béat, la Gozan était apaisée, heureuse, soulagée. Pour quelle raison ? Elle était venue ici pour fêter la fin de son parcours de réadmission à Kiri. Brillamment, elle avait validé sa mission et ainsi regagné la confiance de la hiérarchie, puis elle avait rencontré son premier élève, le jeune Daku. La gladiatrice ne s’était pas vraiment fait d’amis depuis son retour, elle n’en avait pas eu le temps. De nature sociable, elle s’était quand même mise en tête de célébrer sobrement l’événement. Menée par ses pas virevoltants, elle avait atterri dans le port de Kiri et ce bar plutôt distrayant.

- Je vais en prendre un dernier. S’il te plait. Dit-elle poliment au serveur avec un sourire amical.

Le petit temps de loisir qu’elle s’était accordé ne pouvait durer éternellement. L’horloge approchait les deux heures et une journée bien remplie de shinobi l’attendait le lendemain. Son verre lui arriva dans la main, alors qu’elle observait toujours les joueurs. La musique rythmée qui accompagnaient les clients étaient agréables à l’oreille, dansante pour ceux qui le souhaitent sans pour autant recouvrir les discussions. D’ailleurs, Arukisa reconnut de nombreuses têtes qu’elle avait croisées au complexe shinobi. Il faut croire que les shinobis aiment aussi s’amuser. Elle porta sa boisson à ses lèvres et la siffla d’un trait. C’était la dose de trop. Immédiatement, elle sentit une bouffée de chaleur remonter le long de sa nuque. La kirijin n’avait pas vraiment l’habitude de boire. Elle cligna des yeux pour tenter de reprendre ses esprits. De l’air, elle avait besoin d’air. La kunoichi sortit une poignée de ryôs de sa poche et la déposa sur le comptoir provoquant un bruit métallique qui alerta le serveur. Sa démarche habituellement sautillante laissa place à un pas lourd et instable. Non sans peine, elle atteignit l’extérieur. La fraîcheur de l’air marin lui ramena doucement les pieds sur terre. Tel un remède miracle, elle semblait retrouver ses sens. Les yeux clos, elle prit quelques secondes pour laisser l’oxygène parcourir ses poumons et expulser ces vertiges provoqués par cet alcool sournois. Dans la ruelle, plusieurs passants qui profitaient des joies de la nuit étaient encore éveillés. Souhaitant pleinement reprendre ses esprits, elle s’avança vers un muret un peu esseulé et peu éclairé. Dans la pénombre, elle posa sa main au sol afin de prendre appui pour ne pas s’étaler de tout son long.

- Aaaaaah ! Hurla-t-elle.

Une sensation de douleur intense lui traversa la main avant de parcourir son corps. Elle posa son regard sur celle-ci et vit son sang couler le long de son bras. Un bout de verre d’une dizaine de centimètres venait de lui transpercer la paume de la main.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Arukisasigna



Dernière édition par Gozan Arukisa le Dim 19 Juil 2020 - 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Takahashi Miya
Takahashi Miya

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Empty
Ven 17 Juil 2020 - 12:26
Ta motivation à assister tes parents dans leur quotidien de médecins t’amène parfois à travailler, comme eux, la nuit. Parce que les soins ne s’arrêtaient pas la nuit tombée, parce qu’il fallait s’occuper des shinobis qui rentraient de leurs missions nocturnes. Cette situation ne t’est pourtant pas étrangères. En effet, tu te souviens encore des passants qui, quand ta famille et toi viviez encore reclus, cherchaient désespérément un traitement, un remède à leurs maux. Conscients qu’il fallait parcourir une certaine distance pour rejoindre votre gîte, cela ne vous étonnait pas de voir de nouveaux visages une fois le soleil couché. Et vous étiez préparés. Un membre de la famille restait éveillé une partie de la nuit et comptait sur un autre pour se relayer. Si toi à cette époque tu étais très jeune et que tes parents souhaitaient te préserver, il arrivait parfois que tu les accompagnes lorsque leur tour arrivait. Le ciel étoilé t’a toujours fascinée et dans vos mœurs, ces astres avaient des valeurs miraculeuses. Comme si les soins que vous apportez la nuit étaient plus efficaces que ceux réalisés à la lumière du jour. De l’auto conviction qui portait ses fruits car étrangement, les blessés admis en soirée étaient ceux qui récupéraient le mieux. Croyance que tu gardes encore aujourd’hui et qui te pousse à effectuer des gardes à l’Hôpital Général. Tu en avais fait une ce soir-là. Tu t’occupais de la première partie de la soirée et ton père allait continuer pour que vous puissiez vous reposer. Une soirée assez commune, du moins c’est ce que tu croyais.

Pour rejoindre la résidence Takahashi, tu décides de passer par le port Naragasa, lieu plutôt animé à ce moment de la journée. Non pas que tu voulais prendre part aux festivités mais plutôt parce que tu aimais voir le village vivre, même si la majorité était en train de dormir. Il s’agissait certainement du cœur de Kiri lorsque les ombres se dressaient sur la Brume. Tu croises les premiers passants à la sortie de l’hôpital, espérant qu’ils ne voulaient pas tous le rejoindre. Une fois, après que ton service ait succédé celui ta mère, un groupe apparut soudainement pour te solliciter, une nuit difficile que tu as du mal à oublier. Et tu ne souhaitais pas que cela arrive à ton père. C’est au croisement entre la route principal et une ruelle perpendiculaire que tu entendis un bruit, ou plutôt un cri dont l’écho ricochait sur la hauteur des murs. Il n’en fallait pas plus pour ton regard se tourne vers la sombre allée. Tu t’avances doucement avant d’apercevoir une silhouette au sol.

Est-ce que ça va ?

Tu te mets à la même hauteur que ton interlocuteur, une jeune femme qui semble avoir le même âge que toi en l’occurrence. Tu portes tes prunelles sur ce qu’elle fixe elle-même, sa main ensanglantée. Tu serres les dents, les mains étant connues pour leur grande sensibilité. La douleur devait être intense. Tu te places de l’autre côté pour examiner d’un peu plus près la plaie.

Il faut peut-être aller à l’hôpital ?

Et tu sens l’odeur d’alcool qui émane de ton interlocutrice. Définitivement une mauvaise idée, les choses pourraient s’empirer sur le trajet.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10084-takahashi-miya-termine
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Empty
Dim 19 Juil 2020 - 17:28
Sur l’instant, Arukisa tentait de lutter contre la douleur, mais elle se sentait également terriblement honteuse de la situation. Comment une jônin de son rang avait pu se mettre autant dans l’embarras ? Un verre de trop ça pouvait arriver, mais se blesser aussi stupidement ce n’était pas digne de son statut. Elle serra les dents et pesta contre elle. Le sang commençait à s’étaler sur ses vêtements mais le traumatisme était trop intense pour qu’elle puisse tenter de retirer le verre elle-même. Bien qu’elle ne soit pas douillette, elle risquait d’aggraver encore plus son cas. D’autant plus qu’elle était encore légèrement alcoolisé et que la gladiatrice sentait qu’elle n’avait pas l’entière possession de ses moyens.

Désespérément préoccupée par son problème, elle ne vit pas la jeune fille s’approcher d’elle. Dans le flou total, elle distinguait les passants qui erraient encore dans la ruelle mais elle sursauta quand elle entendit une voix féminine lui porter secours. Déboussolée, elle ne sut pas répondre mais son visage contrarié démontrait clairement que la douleur était réelle. Se tenant le poignet vers le haut pour éviter un afflux trop fort de sang, elle acquiesça quand on lui proposa d’aller à l’hôpital. Sa bienfaitrice ne semblait pas plus âgée qu’elle et se distinguait par une chevelure châtain magnifique. Dans la nuit sombre, elle avait l’air de tomber du ciel comme un ange-gardien venu pardonner Arukisa de son péché passager. La kunoichi se releva et sentit sa tête tourner. Elle grogna doucement et jura de ne plus jamais boire. Tout à coup, elle s’arrêta et attrapa le poignet de la jeune fille.

- Non, je ne peux pas aller à l’hôpital. Dit-elle avec une petite voix. J’ai trop honte. Admit-elle sans détour avant de serrer les dents car sa blessure la lançait. Il faut juste me ramener chez moi et m’aider à enlever ce bout de verre. Je ne suis pas très loin, c’est rien. Termina-t-elle en grommelant à nouveau de douleur. Si jamais un de mes supérieurs me voient dans cet état avec une blessure pareil je vais passer pour une idiote…

De sa manche, elle se frotta le front pour enlever quelques gouttes de sueur qui commençaient à couler le long de sa peau. Le mélange de boisson et d’adrénaline lui donnaient chaud. Mais doucement, elle commença à reprendre son calme. L’affliction devenait soutenable. Et surtout, elle était occupée à jeter des regards noirs aux passants qui la regardaient d’un peu trop près avec son bout de verre planté dans la main.

- Merci de vous être arrêtée. Dit-elle honteuse. Je n’imaginais pas finir la soirée comme ça. Ajouta-t-elle sur un ton un peu déçue.

La gladiatrice ne s’était jamais sentie aussi penaude devant quelqu’un. Encore moins devant une inconnue. Celle-ci semblait cependant ne pas la juger. Et la vue de la blessure ne l’avait pas choquée. Dans ce genre de situation, la plupart des gens passent sans dire un mot ou font mine de n’avoir rien vu. Jamais Arukisa n’aurait agi comme ça, il était certain qu’elle aurait proposé son aide. En attendant, la fin de sa virée nocturne dépendait du bon vouloir de cette rencontre.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Arukisasigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Takahashi Miya
Takahashi Miya

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Empty
Sam 25 Juil 2020 - 10:43
Vos obligations auprès de l’Hôpital Général n’empêchaient pas ta famille et toi de continuer à aider les villageois en dehors de l’enceinte aseptisé. Les valeurs du gîte où vous viviez auparavant ont été transposées dès lors que vous avez emménagé dans votre maison à Kiri. Il s’agissait bien de votre lieu de vie mais vous continuiez à ouvrir à la porte à ceux qui étaient dans le besoin, qui avaient besoin d’un conseil ou d’un soin qui ne nécessitait pas une admission à l’hôpital. Les principes altruistes qui faisaient que chacun d’entre vous était tourné vers son prochain, à tendre l’oreille et à déceler un mal plus ou moins bruyant. Une attention constante et peu importe la fatigue accumulée, l’honneur qui te guide à chaque fois. Tu crois au hasard mais lorsqu’une situation nécessite une aide médicale, c’est plutôt le destin ou le devoir qui la relie à ta famille. Ce soir-là en était la preuve. Si tu n’avais pas décidé de traverser le port Naragasa, tu n’aurais jamais pu aider cette jeune femme blessée. Tu t’approches d’elle pour essayer d’examiner rapidement la lésion, attentive aux paroles de ta nouvelle interlocutrice. Affichant une certaine incompréhension sur ton visage, tu te demandais pourquoi elle ne voulait pas aller à l’hôpital. Peut-être qu’elle ne voulait pas déranger les médecins. Peut-être qu’elle se sentait capable de soigner elle-même. Elle finit par exprimer sa crainte vis-à-vis de sa hiérarchie, un sourire compatissant qui se dessine sur ton visage. Quelque chose que tu comprenais complétement.

D’accord.

Tu sors de ta poche un petit rouleau de bandage que tu appliques autour de la blessure pour contenir la saignement sur le trajet. Tu glisses doucement ta tête sous l’aisselle de la jeune femme, entourant ton cou de son bras. Tu lui servirais de tuteur dans sa marche jusqu’à son habitation. Tu attends son signal pour entamer la route et suis ses indications jusqu’à arriver à la porte d’entrée.

Ce n’est rien. Et votre blessure n’est pas grave.

Ressentant la honte dans les paroles de ton interlocutrice, tu optes pour un ton rassurant lorsqu’elle te fait entrer dans sa demeure. Tu ne savais pas réellement si elle avait honte de sa blessure ou plutôt des circonstances dans lesquelles elle se trouve. Son cas était plutôt commun, les accidents peuvent arriver très vite avec du verre entre les mains. Encore plus avec de l’alcool dans le sang.

Vous savez comment vous vous êtes fait ça ?

Tu aides la jeune femme à s’asseoir sur une chaise avant de regarder à nouveau sa blessure, calme. Tu enlèves le bandage maintenant ensanglanté, estimant la profondeur de la lésion. Tu prépares de nouveau du matériel, du bandage et une petite pince, idéale pour retirer le morceau de verre. Tu réalises que tu ne t’es même pas présentée, ton interlocutrice qui pourrait trouver étrange que tu aies ce genre d’objets avec toi.

Je m’appelle Miya. Et je suis médecin.

Tu penses être à même de pouvoir l’aider au vu de la situation. Ton travail pour cette soirée n’était pas terminé, au final.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10084-takahashi-miya-termine
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Empty
Mar 28 Juil 2020 - 19:50
La vision d’Arukisa était encore nébuleuse, mais elle percevait la bienveillance sur le visage de la jeune fille. D’ailleurs, sa compréhension de la situation soulagea la kunoichi. Elle n’insista pas lorsqu’elle demanda à rentrer chez elle malgré sa blessure. La gladiatrice se sentait vulnérable mais elle savait aussi que sa bienfaitrice n’en profiterait pas. Elle dégageait une certaine pureté apaisante. Si bien qu’Aru’ ne ressentit quasiment aucune douleur lorsqu’elle lui appliqua un premier soin. Et le chemin jusqu’à son foyer ne parut pas si long malgré son équilibre chancelant. En réalité, elle pensait plus aux passants qu’elle pouvait croiser qu’à sa lésion.
Le domicile de la jônin était un petit appartement de célibataire. Quelques meubles, rien de plus que le nécessaire. Elle disposait tout de même de plusieurs décorations qu’elle avait ramené de ses voyages. D’ailleurs, si son logis semblait sommaire, c’est parce qu’elle n’y passait que peu de temps. Entre ses escapades solitaires et sa fonction de shinobi, elle ne restait pas souvent en place. Pour preuve, son lit était entièrement défait. Elle n’avait pas pris le temps de le refaire avant de partir. Arukisa s’avança dans son salon et s’affala sur la chaise, épuisée par sa mésaventure nocturne. Elle prit un verre d’eau posée sur sa table et prit une gorgée pour humidifier sa gorge sèche avant de répondre à la secouriste.

- Je pense que j’ai un peu trop bu d’alcool ce soir. Dit-elle avec honnêteté. J’ai voulu m’asseoir pour me reposer et je n’ai pas vu le bout de verre par terre…

Une situation stupide dans laquelle elle s’était mise toute seule. Mais la kunoichi ne savait pas mentir. La soigneuse s’appelait Miya. Et c’était une bénédiction qu’une médecin tombe sur Aru’ cette nuit. La jônin esquissa un sourire stupide en réalisant sa chance.

- Moi c’est Arukisa. Répondit-elle sur un ton toujours aussi gêné. Vous êtes vraiment médecin ? Je veux dire, c’est votre profession ? J’imagine que vous devez croiser des gens comme moi tous les soirs… Elle s’arrêta avant de réaliser sa bêtise. Mais je suis idiote, vous avez sûrement travaillé toute la journée et je vous donne encore ça.

Elle porta sa main devant ses yeux pour se cacher de cette situation embarrassante. Comme si les médecins de Kiri n’avaient pas assez de boulot la journée avec tous les vrais blessés de guerre. Par chance, Aru’ avait très peu fréquenté les hôpitaux jusqu’à maintenant. Mais elle savait la difficulté de ces soigneurs qui se donnaient corps et âmes pour sauver des vies. Certains allaient même sur le terrain au plus près des combats pour porter secours aux victimes. La gladiatrice connaissait quelques rudiments en matière de soin mais cela restait très basique.
La main levée, Arukisa regardait Miya tenter de lui retirer ses bouts de verre. Pour le moment c’était une hôte peu accueillante, mais elle ne se sentait pas la force de lui proposer quelque chose à boire ou manger. Ce n’était peut-être pas le moment propice.

- Je vois que vous avez un bandeau de shinobi. Vous êtes de Kiri ? Demanda-t-elle par curiosité.

Sa question pouvait paraître un peu cavalière mais malgré la douleur, elle restait une jeune femme bavarde et qui aimait échanger. D’autant plus que la médecine était un sujet qu’elle maitrisait très peu.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Arukisasigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Takahashi Miya
Takahashi Miya

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Empty
Dim 2 Aoû 2020 - 20:23
En sortant de l’hôpital, tu n’aurais jamais pensé devoir aider une jeune femme dans les rues nébuleuses du village une fois la nuit tombée. Qui plus est, l’accompagner chez elle pour éviter qu’elle ne soit vue par ses supérieurs. Tu pouvais très bien comprendre la crainte de ton interlocutrice, toi aussi tu n’aimerais pas que des personnes hautement placées dans la hiérarchie te découvrent dans une situation délicate. Et l’empathie qui te caractérisais te motivait davantage à rendre le trajet discret. Heureusement que son lieu d’habitation n’était pas très loin car assister la blessée dans sa marche pouvait aisément attirer le regard des passants. Il n’y avait que quelques visages qui s’étaient retournés, des civils qui regardaient de loin la vie mouvementée des shinobis. La première étape semblait donc réussie. Tu écoutas attentivement le récit de ton interlocutrice pendant que tu préparais la petite pince qui allait te servir pour plus tard.

Vous aviez quelque chose à fêter ?

Un sourire sur ton visage, ce n’était pas vraiment ton genre de rester très tard dans les bars. Tu y restais suffisamment longtemps pour profiter de la soirée mais tu partais suffisamment tôt pour éviter l’effervescence des marins ivrognes. Toutefois, il pouvait y avoir quelques exceptions, relativement étalées pour ne pas être submergée. Les questions te concernant t’amusaient, tu te demandais si la liqueur dans le sang de la jeune femme n’influait pas sur sa curiosité.

Plus ou moins maintenant. Les blessures causées par le verre sont très courantes. Et j’ai vu bien pire, comme un homme qui s’est ouvert l’arcade en essayant de monter ses escaliers la tête en bas…

L’histoire paraissait absurde mais était bien vraie. Et si tu avais appris quelque chose durant ton instruction à l’hôpital, c’est que tout était possible. Il ne fallait pas qu’elle s’en veuille de t’avoir dérangée, après tout tu sortais tout juste de l’hôpital, ce n’était pas comme si on t’attendait encore quelque part. Tu expliquas à Arukisa que tu allais enlever le morceau de verre coincée dans sa paume d’un coup, qu’elle ne devrait pas s’inquiéter pour les saignements car tu soignerais immédiatement la plaie. La pince qui se ferma au niveau de l’extrémité sortante du corps étranger, tu gardais un sourire confiant et amical. Occuper un blessé par la parole était souvent une bonne idée pour éviter la panique ou une action brusque.

Oui. Je suis arrivée très rapidement après la construction du village avec ma famille. Trois générations de médecins ! Et vous ? Vous êtes là depuis longtemps ?

Tu concentras légèrement ton chakra dans ta main, lui donnant une force supplémentaire pour enlever le morceau de verre. Dans ton autre main, une lueur verte apparut, éclaircissant un peu plus la pièce. Un mouvement vif libéra la main de ton interlocutrice, l’eau écarlate qui jaillit. Ton autre main prit le relais très rapidement. Le chakra curatif semblait figer le saignement, un spectacle intriguant. Le halo qui s’échappait de ta paume commença à s’expandre. Quelques instants suffirent pour que la plaie se referme.

Voilà ! Vous pouvez fléchir vos doigts ?

Tu voulais vérifier si le soin avait véritablement fonctionné. Que même si les nerfs avaient été touchés, la technique avait réussi à les réparer. L’implication du début jusqu’à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10084-takahashi-miya-termine
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Empty
Lun 3 Aoû 2020 - 23:40
Aru’ se mit à bailler, la nuit commençait à être longue. Un peu déboussolée par les événements, elle en oublia la politesse et dévoila sa dentition parfaite, ainsi que son haleine encore légèrement alcoolisée probablement. Pourtant, la conversation était très intéressante et Miya était de très bonne compagnie. Elle cligna des yeux pour tenter de se redonner un coup de boost et de ne pas s’effondrer sur son canapé. Elle devait au moins cela à son invitée imprévue. D’autant plus qu’elle semblait être un personnage atypique et attachant. Une famille de médecins ? C’était peu commun. La vocation pour ce métier n’était pas forcément quelque chose de facilement transmissible. Il fallait être passionné pour pouvoir endurer les contraintes de ce métier. Entre les blessures, les maux des patients et les décès, il fallait avoir de fortes convictions pour encaisser tout cela. Sans compter tous les problèmes d’ordre psychologique qui étaient probablement la branche la plus difficile à aborder pour un médecin.

Le soin semblait terminé. Miya avait exécuté sa tâche avec un professionnalisme exemplaire. La gladiatrice n’avait pas bougé d’un pouce et avait observé patiemment ses actions. L’iroujutsu était une discipline fascinante quand elle était maniée ainsi. En un rien de temps elle avait refermé sa plaie et lui avait évité des semaines de réparations naturelles. Sans hésitation, la jônin actionna ses phalanges avant de poursuivre avec ses doigts puis l’entièreté de sa main. Tout fonctionnait parfaitement comme si rien ne s’était passé. Ce triste épisode n’était qu’un mauvais souvenir. Elle afficha un sourire satisfait.

- Parfait ! Merci ! Dit-elle avec enthousiasme en continuant d’agiter ses doigts. Si tu as besoin d’un service un jour, n’hésites pas à me contacter. On peut se tutoyer non ? Mon nom complet c’est Gozan Arukisa ! Et puis bah… tu sais déjà où j’habite. Ajouta-t-elle en rigolant légèrement.

Elle quitta sa chaise et se dirigea vers sa cuisine pour boire à nouveau et proposer quelque chose à son hôte. La bonne nouvelle semblait lui avoir redonnée un peu d’énergie.

- Maintenant que je suis réparée je peux t’offrir quelque chose à boire ? Demanda-t-elle. Et pour te répondre, oui je voulais fêter ma réintégration en tant que shinobi. Enfin c’est une histoire un peu compliquée. Disons que je suis partie plusieurs années et que je suis revenue. Je suis arrivée ici il y a quatre ans maintenant, je viens de Hi. J’ai voulu découvrir ce pays quelques temps et je suis finalement restée. Kiri m’a tout donné en tant que ninja.

La Rose rouge parlait vite, comme si Miya ne l’avait pas seulement soignée, elle semblait avoir récupéré sa forme. Tout était très résumé dans ses paroles, voir occulté. Elle ne connaissait rien de Miya et il lui était impossible de lui dévoiler toutes les facettes de sa réintégration ni mêmes celles de sa vie personnelle.

- Je vois que tu as un bandeau de shinobi, tu souhaites devenir une ninja-médecin ? Tu veux partir sur le terrain en mission ?

Le quotidien d'un eisei-nin était bien différent de celui d'un soignant de l’hôpital. Il fallait savoir combattre comme un shinobi. Avoir un allié maniant l'iroujutsu dans son équipe était une immense force.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya) Arukisasigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures

Infirmerie nocturne (PV Takahashi Miya)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: