Soutenez le forum !
1234
Partagez

sang, sueur et larmes (hana)

Kagemori Nahoko
Kagemori Nahoko

sang, sueur et larmes (hana) Empty
Mar 14 Juil 2020 - 20:08
De ces innombrables coups adressés aux mannequins de bois, heures d'entraînement illustrées aux courbatures, flaques de sueur et d'un sang lâchement écoulé par les pores meurtries d'une peau devenue rugueuse, peu de sentiments extirpaient les ninja de la folie. La détermination n'y suffisait pas toujours ; lorsque la sinueuse route de la puissance paraissait infinie, la négativité menaçait d'altérer son état d'esprit. Une fois encore, Nahoko abattit son sabre de bois sur le mannequin écorché de toutes parts et, devant la lourdeur de ses bras, s'accorda un instant de pause.

Elle avait donné rendez-vous à Hana à sept heures tapantes, et bien avant ledit créneau, avait usé d'une bonne partie de ses forces. Elle ne pouvait s'en empêcher : par esprit de rébellion, elle ne pouvait se plier aux us et coutumes de la ponctualité, bien qu'elle l'ait imposé d'elle-même. Et puis, au-delà de ça, le besoin d'entraînement se faisait ressentir, plus en son esprit qu'en sa chair—si certaines articulations gardaient en mémoire les efforts de toute la semaine, son éternel satisfaction la privait d'un repos dûment mérité.

Consciente des limites de son corps, la demoiselle étendit sa pause à une dizaine de minutes : vêtue d'une tenue simple—t-shirt et pantalon, en parfaite condition pour se mouvoir avec souplesse—elle s'attarda sur l'état de ses mains. Nombre de jeunes filles de son âge polissaient leurs ongles, ne juraient que par la beauté et finesse de leurs doigts ; les siens, elle le constatait déjà, portaient les marques de son interminable entraînement. Elles n'étaient pas du même monde—la beauté ou la tranquillité d'une vie n'effleuraient pas le tableau de ses préoccupations ; l'honneur, comme l'amour du sabre, s'imposaient en épicentre de ses désirs.

Rien d'autre ne comptait, et elle tenait à vivre sans le regret d'efforts qu'elle n'aurait voulu faire : si ce zèle la portait dans les lettres de noblesse de l'inquiétude générale, Nahoko en avait tiré une leçon importante. Le repos, lui aussi, faisait parti de l'entraînement. Cette prise de conscience l'avait poussée à revoir son rythme de vie ainsi que ses méthodes d'apprentissage ; et dans cette démarche, Hana l'avait énormément aidée. Ainsi qu'elles commençaient à se côtoyer, les progressions mutuelles avaient valeur de motivation ; le soutien moral, quant à lui, contribuait à leurs efforts.

En quelques mois, Nahoko semblait constater plus de progrès qu'elle n'en aurait fait en une décennie de solitude, mais sans doute n'était-ce là qu'une conséquence de son moral en hausse. De tels souvenirs ne pouvaient que la revigorer alors qu'elle quittait le confort d'une position assise pour se préparer à poursuivre—cependant, alors qu'elle s'apprêtait à saisir son sabre, une silhouette familière pénétra dans le dojo. Un espiègle rictus témoigna du soulagement que sa vue lui procura et avec jovialité, Nahoko vit à l'encontre de Hana.

Oh ! Je suis désolée, je ne t'ai pas attendu pour m'échauffer.

Et quel échauffement—si son corps ne laissait pas trahir de sueur après son bref repos, nul doute qu'elle n'avait plus la forme que lui allouait le réveil : elle avait déjà trop travaillé. Si elle devait quantifier ses forces restantes, 75% serait le chiffre adéquat—l'idée pouvait sembler alarmante pour quiconque s'espérait aux loges d'un duel flamboyant, mais Nahoko n'en avait que faire. D'autre part, le futur ne lui réserverait sans doute pas le confort d'un repos profitable avant chaque bataille : commencer un entraînement dans le désavantage, songea la demoiselle, n'était pas un paradoxe à apprentissage, bien au contraire.

Elle ramassa son sabre d'un geste vif, adressa un bref coup d'oeil au mannequin non loin et focalisa son attention sur Hana. Elle n'était pas un adversaire que l'on pouvait se permettre de prendre à la légère, Nahoko l'avait appris à ses dépens, mais les entraînements avec elle ne manquaient jamais d'amusement.

Que veux-tu faire comme entraînement, aujourd'hui ? Un duel, peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10034-kagemori-nahoko-termine
Yuki N. Hana
Yuki N. Hana

sang, sueur et larmes (hana) Empty
Jeu 16 Juil 2020 - 22:24
sang, sueur et larmes (hana) 200716095121856604

Le soleil ne s’était pas encore levé, mais la Yuki Nagamasa elle l’était. La jeune Genin en provenance de Tetsu no Kuni était apprêtée de la plus simple des manières, elle portait son kimono noir où était brodé dans le dos de ce dernier le symbole de son clan, celui des Nagamasa. Son sabre était rangé dans son fourreau et ledit fourreau était attaché à sa ceinture. Néanmoins, la brunette avait pris le soin de sortir son bokken, car elle allait sans doute avoir recours à cet arme non-létale faite de bois.
Hana avait rendez-vous à sept heures au Grand Dojo, elle devait y retrouver une concitoyenne du pays du Fer, elle aussi samouraï. La gamine avait rapidement eu vent qu’il y avait une autre Genin qui partageait de grandes similitudes avec elle et les deux jeunes filles s’étaient rencontrées quand l’hiver était encore installé à Kirigakure no Satô.

La Yuki Nagamasa appréciait la compagnie de Nahoko, certainement parce qu’elle était originaire du même pays qu’elle et que la jeune femme pratiquait le même art. Même en étant à des milliers de kilomètres des terres qui l’avaient vu grandir, la brunette sortant tout juste de l’adolescence avait la sensation d’y retourner quand elle côtoyait la Kagemori.

La jeune samouraï utilisait son avance pour quitter son domicile et de profiter de la fraicheur de la matinée pour se balader dans les ruelles encore en sommeil de la belle Kiri. Bien que l’ambiance et le paysage différenciaient de son village natal, Hana se plaisait énormément dans sa nouvelle vie. Peut-être que cela était dû à ses origines mizujines et au sang Yuki qui coulait dans ses veines ? Cela faisait plusieurs semaines que la fille aux prunelles mauves n’avaient toujours pas eu le courage de se rendre à la demeure des Yuki afin d’en apprendre plus sur ses origines et notamment sur sa mère. La petite samouraï ne savait toujours pas si cette dernière était encore en vie et si cela était le cas, qu’elle sache que sa fille celle qui lui avait été arrachée le soir de son accouchement, était de retour au pays ? Cela faisait beaucoup de questions et Hana n’avait pas la force de trouver les réponses.

Elle marchait jusqu’à se rendre compte qu’il était bientôt l’heure pour elle de rejoindre son amie. Les deux camarades devaient se retrouver au Grand Dojo, cela était devenue une habitude même. Ce temple où l’on pouvait combattre et user de son sabre commençait à devenir le lieu préféré de la gamine et elle commençait à y passer de nombreuses heures en son sein.
Maintenant, qu’elle était familière avec le lieu, Hana se déplaçait d’elle-même jusqu’à retrouver l’autre Genin qui avait déjà commencé l’échauffement. Nahoko ruisselait de sueurs et affichait un sourire en voyant la Yuki Nagamasa, puis elle lui proposait de commencer l’entrainent conjoint et ce par le biais d’un duel. Cette fois-ci c’était au tour d’Hana d’afficher un petit rictus.

La petite brunette pénétrait dans la salle qui leur était réservée et elle déposait dans un coin son katana, Sode no Shirayuki. Il était le bien le précieux de la gamine.

« Je suis prête Nahoko ! » Disait-elle en se mettant en garde tout en brandissant son bokken.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9972-yuki-nagamasa-hana-en-cours#84492 https://www.ascentofshinobi.com/t9987-yuki-nagamasa-hana-carnet#84653 https://www.ascentofshinobi.com/u1299
Kagemori Nahoko
Kagemori Nahoko

sang, sueur et larmes (hana) Empty
Lun 20 Juil 2020 - 8:35
L'amitié avait beau régir les instants ensemble, quand elles entraient dans le dojo, l'heure n'était plus aux sentiments. Esprits cloîtrés dans une concentration plus qu'intense, le regard durci, étranger à la tendresse habituelle et l'ambiance si douce qui les unissait, l'entraînement les changeait du tout au tout. Le plus important, selon Nahoko, était leur capacité respective à changer brusquement de mentalité, vider leur tête et frapper avec tout ce qu'elles avaient. Pas de retenue ; la violette ne faisait jamais dans la douceur lorsqu'elle tenait son arme, qu'elle soit d'entraînement ou authentique. D'habitude, elle gardait son sabre accrochait, poussait la garde du pouce afin de préparer son sabre à la sortie et, d'un premier coup à la rapidité irréelle, engageait le combat—les sabres de bois coupaient court à cette opportunité. Ironique était de constater combien le matériel d'entraînement était une impasse sur plusieurs points, et à quel point l'expérience de la réalité se faisait important.

Nahoko le savait, il n'était jamais facile de s'adapter à un bokken ; son poids, sa longueur, sa forme et sa résistance se différenciaient totalement d'un katana—de son katana. Pourtant, ses mains ne tremblèrent pas lorsqu'elle le plaça en garde, dans le plus profond silence, et entama les hostilités. Un appui puissant, sur la pointe de ses pieds, la propulsa à l'avant de son ami et son bokken s'abattit verticalement—un coup qu'elle bloqua, bien entendu, sans grande difficulté. En récompense à cette première parade, Nahoko laissa un sourire décorer ses lèvres et repoussa sa garde, dégageant son sabre, avant de l'abattre une seconde fois, horizontalement. Nouvelle parade, nouveau coup stérile ; elle resta impassible, cette fois, gardant toute sa concentration dévouée à ses gestes et à ce que son instinct lui guidait de faire.

En passes d'arme, la réflexion avait rarement le temps de lui parvenir, sans doute du fait qu'elle était encore trop faible. Un véritable samouraï, se dit-elle, devait faire travailler ses méninges autrement plus rapide, et elle soupçonnait une telle vitesse d'attaque de ne jamais être un problème pour ce genre de personnes. Cette fois, Nahoko alloua sa force pour se dégager, donna une suite rapide de coups et abattit son sabre dans une ultime tentative en direction de l'épaule de sa compatriote. Durant leurs échanges, Hana avait énormément progressé, et elle la soupçonnait d'avoir atteint un niveau surprenant lors de ces dernières semaines. Elle-même n'en avait pas été témoin, préoccupée par sa propre situation, à raison, mais une telle nouvelle ne pouvait que la réjouir—d'autant qu'elle avait l'occasion de la tester par elle-même lors de ce duel d'entraînement. Qui sait, peut-être deviendraient-elles plus fortes ensemble ? Tout ce qu'elle espérait, du moins, c'était que leur rêve ne glisse pas entre leurs frêles mains, sans que cette impuissance ne les empêche de pouvoir agir.

Tu as beaucoup progressé, admit-elle en se mettant en position défensive.

Elle avait prit l'initiative des assauts durant un moment, et à présent qu'elle sentait la limite de ses bras et à quel point une inattention pouvait lui être fatale, elle s'était repliée sur elle-même et se tenait prête à parer n'importe quel coup. Dans un duel de samouraï, l'initiative ne revenait pas à celui qui prenait les reines de l'attaque, mais celui qui attaquait en premier—et les deux situations n'allaient pas toujours de paire. Son maître, et paternel, était capable d'observer l'assaut d'un ennemi et de dégainer son sabre et de frapper avant que l'attaque ne l'atteigne, exploitant le point faible de la posture et d'une garde baissée par le désir de faire mouche. Elle espérait, en l'instant, pouvoir faire de même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10034-kagemori-nahoko-termine
Yuki N. Hana
Yuki N. Hana

sang, sueur et larmes (hana) Empty
Lun 27 Juil 2020 - 21:05
sang, sueur et larmes (hana) 200716095121856604

Le bokken dans les mains tout en adoptant une posture adéquat digne de l’école de Nagamasa, la jeune Hana se tenait prête.
Les deux corps frêles des combattantes se dirigeaient inexorablement l’une vers l’autre comme si elles étaient attirées pour une force qui les surpassaient. Les sabres en bois s’entrechoquaient. Quand l’une effectuait une action offensive, l’autre usait de défense. Chacune se donnait coup pour coup jusqu’à ce que la jeune Nahoko complimente sa rivale et amie. Mais cette courte prise parole fut la seule puisqu’un nouvel assaut se dessinait entre les deux Genin du village cachée de la Brume. Cette fois-ci c’était au tour de la Yuki de prendre la parole.

« Tes coups sont plus incisifs. » Lançait l’ainée à sa cadette tout en complimentant les progrès de cette dernière.

Le regard plein de malice, la jeune bretteuse mettait un peu de distance avec sa partenaire d’entrainement afin de lui montrer quelque chose. L’art des samouraï ne consistait pas uniquement à savoir tenir une lame entre les mains, il était aussi question d’utiliser le chakra qui circulait dans les veines de chacun pour accroitre les capacités de sabreur du samouraï. Il existait plusieurs variantes dans l’utilisation de l’énergie pour des fins offensives, défensives ou encore de renforcement. La brunette comptait justement partir sur la troisième spécification, à savoir le renforcement.
Presque avec sorcellerie, le bokken se voyait recouvert d’une couche de chakra et d’un geste rapide Hana tranchait un mannequin non loin.

La Genin avait réussi l’improbable, découper un objet avec son bokken fait de bois. Si elle a été en mesure d’accomplir ce fait, cela était grâce au chakra qui avait donné des propriétés tranchantes au sabre de bois. La Yuki Nagamasa stoppait la technique, car cette dernière consommait constamment du chakra tant qu’elle était maintenue. Les prunelles mauves se portaient sur la jeune fille à la chevelure prune.

« Souhaites-tu que je t’enseignes cette technique Nahoko ? » Demandait la petite bretteuse.

Cette technique elle l’avait apprise de son père qui lui-même l’avait appris du sien. D’une certaine manière, la jeune femme sortant tout juste de l’adolescence se sentait prête d’enseigner ce savoir à sa compatriote.
ACTION(S):

_________________

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9972-yuki-nagamasa-hana-en-cours#84492 https://www.ascentofshinobi.com/t9987-yuki-nagamasa-hana-carnet#84653 https://www.ascentofshinobi.com/u1299

sang, sueur et larmes (hana)

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La voie du sabre しち : La sueur épargne le sang
» Retrouvailles en sueur et en sang [Equipe Gosei 25]
» Les larmes de la montagne
» Même la pluie n'a pas assez de larmes dans cet éternel automne. [Ningen]
» Vegan en sueur. [Pv Tengoku]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: