Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Une balade en forêt - Pv Aimi

Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Dim 19 Juil 2020 - 10:03

Hayashi, le pays du bois, et plus particulièrement Hikari la citée brisée. Cela faisait désormais quelques jours que nous étions arrivés là avec Aimi. Si les premiers temps de ce voyage furent intenses, occasionnant plusieurs blessures suite au test imposé par la Saint-Père pour qu’il accepte de nous enseigner cet art magistral du fuinjutsu qui avait le pouvoir de sceller un Dieu, depuis que nous avions passé avec un certain succès son épreuve et que son apprentissage était en cours, nous bénéficions malgré tout d’une certaine liberté de mouvement. Si le mentorat ne se ferait pas en un seul jour, pour autant, il n’était pas prévu à l’ordre du jour de passer l’intégralité de notre temps dans l’un des temples reconstruit de la Cité Ancestrale.

Profitant des premières lueurs de ce jour printanier, je me réveillais sans peine dans le futon qui avait été mis à ma disposition le temps de notre œuvre dans la ville. Habitué à un certain confort dans mon lit douillet, si par le passé, j’avais dû dormir dans des conditions précaires lors de certaines missions, devoir passer une nuit sur un fin matelas à peine rembourré posé à même le sol de bois dans une chambre sommaire m’offrait à chaque réveil quelques douleurs cervicales et dorsales. Aujourd’hui encore, m’étirant de tout mon long, faisant craquer quelques articulations, je me levais avec peine avant d’enfiler un kimono simple qui m’avait été fourni, le temps de nettoyer ma tunique écarlate couverte de mon sang carmin.

Spoiler:
 

Enfilant mes sandales et ce yukata aux formes étranges, je grignotais rapidement un bol de riz que l’on m’apportait, récupérais une outre de thé et quelques fruits frais avant de quitter les lieux. Si les premiers pas dehors me donnèrent quelques frissons, la fraîcheur matinale me revigora finalement avec une certaine efficacité, me faisant oublier les nuits difficiles que je passais dans ce temple manquant cruellement de confort.

Assis au pied d’un immense arbre que je ne connaissais pas, je regardais avec curiosité ce qui se trouvait autour de moi. Une effervescence légère autour de la porte de la ville où j’attendais l’arrivée d’Aimi, quelques moines affairés à leurs religieuses occupations, deux chats qui regardaient un troisième faire sa toilette, un charpentier qui inspectait une pile de planches, accompagné de sa femme enceinte qui lui apportait une gourde d’eau fraîche, des oiseaux cachés aux yeux de tous qui commençaient à gazouiller, une vieille dame qui marchait d’un pas léger avec sa canne et son cabas à la main. En somme une vie qui s’éveillait doucement dans la ville. Quant à moi, je regardais paisiblement ce tableau, profitant de la sérénité des lieux pour m’octroyer un moment de quiétude, je réfléchissais à l’avenir.

Quel futur pour nous tous ? Que ce soit pour ma famille, pour Iwa, mais aussi pour les habitants du Yuukan. Quel futur face à la menace qui planait au-dessus de nos têtes. Si le Saint-Père n’avait pas accédé à ma requête concernant le lien entre un homme et un dieu, je n’en restais pas moins convaincu que l’affrontement qui allait bientôt embraser le monde serait le théâtre de combats sanglants et de sacrifices pour la survie de ce que nous connaissons et ceux que nous aimons. C’est avec un certain vague à l’âme et alors qu’un écureuil se tenait au-dessus de ma tête, récupérant une noisette que je lui offrais qu’Aimi arriva finalement.

Assis par terre, levant les yeux à sa hauteur, mon sourire s’étira automatiquement à son apparition. Passant un doigt sur ma joue hier meurtrie, je me souvenais de la douceur des soins qu’elle m’avait prodigués, provoquant en moi une certaine reconnaissance qui me faisait légèrement rougir. Me levant, frottant mes fesses pour retirer la poussière de ma tunique, je regardais la rubiconde d’un œil amical et chaleureux.

« Bien dormi ? Je dois dire que de mon côté, je suis habitué à bien plus de confort. »

Mettant ma besace habituelle sur mon épaule, héritage de ma défunte femme, je levais la tête vers le ciel, admirant les quelques nuages épars qui barraient la coupole céleste qui prenait petit à petit sa teinte azur à mesure que le soleil grimpait haut, au-dessus de nos têtes. Un « squiiiii » me fit tourner la tête vers l’arbre qui m’avait accueillit et l’écureuil qui semblait me remercier de mon offrande s’en alla grimper à son arbre, se dissimulant rapidement entre les branches et les feuilles d’un vert immaculé. Finalement, je me tournais vers ma jeune amie.

« Alors ? Tu me dis ce que tu as prévu ? Je suis curieux de savoir ce que l’on fait si tôt ici. » dis-je en souriant chaleureusement.

@Chiwa Aimi

_________________
Une balade en forêt - Pv Aimi Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Mar 21 Juil 2020 - 12:56


Une balade en forêt



Le temps passé à Hikari semblait être possédé par un pouvoir mystique. Elle ne savait pas pourquoi, mais les heures passées ici ne ressemblaient pas à celles qui défilaient à Tsuchi. Alors que cela faisait quelques jours qu’ils étaient arrivés et qui subissaient un apprentissage intensif, la rougeoyante comptait bien profiter de cette escale au pays du bois pour parfaire ses connaissances dans les plantes et les poisons. La vie de la rubiconde ne s’arrêtait pas aux arcanes interdits, ni à son désir de sauver le monde. Elle voulait aussi apprendre et satisfaire cette curiosité qui ne l’avait jamais quittée. La Chiwa n’avait que très peu dormi cette nuit là, habituée à passer des nuits blanches ou à se reposer dans son bureau, ce n’était pas vraiment ce qui lui posait problème ici. Bien trop pensive et en quête de savoir, elle avait quitté sa chambre aux aurores, vêtues de sa tenue blanche et carminée.

La femme qui lui avait confectionné sur mesure ces vêtements avait très bien compris ce qu’attendait la directrice de l’hôpital. Quelque chose de pratique, de féminin et qui sortait du doux violet qu’elle avait porté sur le dos. Le rouge faisant référence à sa longue chevelure, mais aussi au sang qui avait coulé ces derniers mois. Le blanc, était là pour la pureté ainsi que la paix qu’elle aspirait. Les quelques ornements dorés, sur son col et sa ceinture lui rappelaient les tournesols près desquels elle avait vécu.

Lorsqu’elle arriva au lieu de rendez-vous donné au Miyamoto, elle le trouva installé près d’un arbre avec un écureuil sur sa tête. Cette vision amusa la rubiconde qui se disait que peu importe où il était, le rouquin restait vraiment fidèle à lui-même. En cet instant, la kunoichi ne voulait plus penser au futur, à tout ce qui la tracassait. Elle voulait simplement profiter de ce moment agréable avec son ami pour faire de belles découvertes. Le Miyamoto semblait se souvenir du moment où il s’était blessé la joue et à quel point l’Eiseinin s’était montrée douce et efficace. Un doux sourire fut offert au père de famille tandis qu’il se relevait et prenait la parole en premier. La petite créature sur sa tête défila à toute vitesse lorsqu’elle s’approcha pour répondre à son ami.


« Entre les nuits blanches à l’hôpital et les siestes dans mon bureau, j’ai perdu l’habitude de dormir dans un lit confortable. Si tu as mal quelque part, dis le moi, j’essaierai de t’aider à remettre ça en place. »

Médecin dans l’âme, Aimi se montrait toujours avenante et aux petits soins pour le chunin. Celui-ci était d’ailleurs curieux de savoir pourquoi elle l’avait fait venir sitôt ici. Amusée, la Chiwa activa alors le sceau d’un parchemin dans sa sacoche. Un coussin de nuage après, dans ses mains se trouvaient un livre assez imposant et parsemé de marque-page.

« Nous allons partir en forêt ! Je me disais que ça nous ferait du bien, de faire autre chose que s’entraîner pour ce kinjutsu, et j’aimerais développer mes connaissances en terme d’herbes et de plantes médicinales ou toxiques. J’aurais pu y aller seule, mais ça me ferait plaisir que tu viennes avec moi. »

Après tout, il était son plus proche et cher ami, cette promenade ne serait pas de la même couleur sans lui. Elle lui fit signe de tête de le suivre, s’il voulait l’accompagner et se dirigea vers les abords de la cité ancestrale. Vu tout ce qu’ils avaient parcouru en terme de forêt, la kunoichi était certaine qu’elle ne serait pas déçue du détour. La jeune femme, durant le trajet, ouvrit son livre à une page précise.

« Dans les périodes du début printanier, on peut trouver dans des vastes forêts, près des arbres différentes plantes ainsi que des feuilles à la caractéristique qui pourrait paraître normale, mais qui est redoutable si on la travaille avec d’autres ingrédients. Je ne sais pas encore ce que je vais trouver, mais j’espère pouvoir en apprendre plus... »

Érudite dans l’âme, la kunoichi se parlait à elle-même alors que ses cils se fronçaient dans une réflexion très sérieuse, bien que Teruyo pouvait être témoin de ses pensées vu qu’il était avec elle. Après quelques minutes de marche, les voilà aux abords d’une forêt dense et mystérieuse, si son camarade était prêt, ils pouvaient se lancer dans l’inconnu.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Dim 26 Juil 2020 - 13:25

Comme souvent, pour ne pas dire toujours, la seule présence d’Aimi avait le pouvoir de me faire sourire. Jeune femme naturelle et dont l’amitié m’était chère dégageait ce petit quelque chose qui vous faisait voir le monde d’une manière différente. Et une fois encore, c’était le cas. Si parler de la pluie ou du beau temps était en général d’une banalité déconcertante, avec elle, la moindre discussion vous permettait de relativiser sur le monde autour de nous. Un simple échange sur le confort d’une nuit et vous preniez conscience de l’abnégation de la jeune femme, de son dévouement et de son sacrifice vis-à-vis des autres. De fait, vos petits désagréments devenaient bien vite futiles.

« Ah … oui merci. Enfin bon, juste mal au dos, mais rien de bien grave. Et puis, bon, je vais pas me plaindre, t’as connu bien pire. »

Finalement quelque peu gêné de ma plainte ridicule, je baissais les yeux en me grattant la tête pendant que l’écureuil grimpait avec grande souplesse le long du tronc avant de disparaître entre les branches et les feuilles mouvante au gré du vent. Finalement, ce furent une nouvelle fois les paroles de la demoiselle qui me firent lever les yeux, des paroles pleines de douceurs, mais aussi empruntes d’une certaine intensité, preuve d’une grande détermination.

« En forêt ? Avec joie. Ici, elle n’a rien à voir avec ce que l’on peut connaître de par chez nous. Je ne suis pas un expert, mais comme tu le dis, s'il y a des plantes que l’on ne connaît pas à Iwa, cela ne pourrait être que bénéfique. Je ne savais pas que tu t’intéressais à l’herboristerie. J’aurais pensé qu’en tant que ninja médecin, ta maîtrise du ninjutsu médical était suffisant pour répondre à tous les cas de figure que tu peux rencontrer. En tout cas, merci pour ton invitation, ça me fait plaisir de venir aussi. »

Me levant, ou plutôt sautant sur mes deux jambes, je m’apprêtais finalement pour cette journée, souriant, je ramassais mes affaires et me dirigeais vers le grand portail de la ville. C’était comme vivre une nouvelle aventure, explorer un monde nouveau que je ne connaissais pas. Même si nous étions proches d’Hayashi, même si ce n’était qu’une « forêt », l’attrait de la nouveauté, de la découverte et du renouveau provoquait en moi une joie incommensurable. En dehors de mes devoirs de shinobis, c’était bien là ce que je désirais le plus, partir à la découverte d’autre chose. Que cela soit pour découvrir de nouvelles fleurs, ou n’importe quoi d’autre en fait, c’est pour cette sensation, pour ce plaisir tout particulier que j’étais retourné à la vie militaire et avais rejoins le Manazuru. Aujourd’hui, je voyais enfin payer les fruits de mes efforts. C’était certes un petit début, certains diraient pas grande chose, mais comme pour tout, il fallait mesurer l’ampleur de ce qui était fait et avancer petit à petit, pas à pas. Finalement, devant la porte du village qui s’ouvrait devant nous, je me tournais vers la jeune femme, un sourire radieux, sûrement bien plus qu’à l’accoutumée.

« Merci. Pour tout. »

Fais mes premiers pas pour cette petite escapade qui pour n’importe qui d’autre aurait pu paraître anodine, mais qui pour moi en disait beaucoup, je prenais une grande inspiration à plein poumons, humant l’air aux senteurs boisées.

« Bien, je te suis, c’est toi la spécialiste. Dis-moi ce que je peux faire pour t’aider. »



_________________
Une balade en forêt - Pv Aimi Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Mar 27 Oct 2020 - 11:30


Une balade en forêt



Un geste qu’on pourrait trouver un peu trop généreux pour la rousse, mais pour elle, c’était tout à fait naturel. Avant tout en tant que médecin de prendre soin de ses patients, Teruyo était son meilleur ami et s’il souffrait d’une quelconque gêne, elle voudrait le soulager de ses maux.

« Il ne faut pas estimer les blessures même les plus anodines Teruyo. Pense à toi avant tout. Si je vois que ça te gêne trop, j’agirai en conséquence. »

Une main se posa sur le haut de sa tête, la tapotant doucement avant de lui expliquer la raison de leur présence ici. La promenade promettait d’être pleine de surprise. Serait-il aussi enjoué qu’elle pour cette nouvelle aventure ? Il semblait que oui à entendre sa réponse. Aimi hocha de la tête étant d’accord avec lui sur le fait qu’il y avait sûrement des mystères à découvrir en dehors du pays de la Terre. Elle lui offrit un petit sourire, croisant ses bras avant de répondre à sa petite remarque intéressante.

« Tu devrais savoir que je ne peux pas me contenter de mes acquis, je veux toujours chercher plus loin, encore et encore. Le Rentanjutsu se complète très bien avec les arts de l’Iroujutsu. Empoisonnement ? Besoin d’atténuer les douleurs pour les patients gravement blessés ? Besoin de se booster ? Tellement d’effets négatifs sur l’homme ou l’animal qui pourraient être contrés par des connaissances poussées en la matière… Dans les saisons encore froides, on peut trouver des baies très sombres et très toxiques, leurs feuilles rendent malades les êtres vivants, mais elles permettent aussi de faire des remèdes très efficaces. Il y a aussi une fleur : l’hamamélis qui pousse à la fin de l’hiver qui possède d’intéressantes propriétés hémostatiques. Enfin, allons-y. »

Leurs pas les menèrent alors à l’extérieur d’Hikari. Le sourire que son ami lui offrit avant de la remercier la surprit avant de faire colorer ses joues de rose. Elle ne savait que dire face à ces mots qu’elle n’attendait pas et se contenta de se frotter le dessus de la tête. Non loin d’eux, une forêt sombre et froide où le printemps menaçait de faire son apparition très prochainement montrait le bout de son nez grâce à des rayons de soleil qui passaient entre les feuilles. Il semblait difficile de trouver son chemin facilement dans cette pénombre matinale. La douce se rapprocha de son camarade et lui fit un petit coup de bras avant de lui montrer le livre qu’elle feuilletait.

« Voici les baies que je cherche, elles poussent dans des arbres dont les feuilles sont mortes et voici la fleur que je cherche qui pousse aussi dans des arbres. Je sens qu’une paire d'yeux supplémentaire ne sera pas de trop, fais attention à ne pas te blesser. »

Une brise fraîche glissa sur sa peau blanche la faisant frissonner alors qu’elle cherchait de ses pupilles écarlate. Un craquement de branche la fit sursauter alors que le buisson près d’elle se trémoussait. Il fallait savoir une chose qu'Aimi : c’était qu’elle était une vraie trouillarde même si elle était trop fière pour l’avouer. Alors qu’elle regardait derrière elle et sur sa droite, elle fonça dans son camarade ce qui la fit bondir de frayeur.

« C’est pas vrai Teruyo ! Fais attention ! »

En fait, ce n’était pas vraiment de sa faute, mais l’ambiance ne la mettait pas à l’aise alors la moindre chose qui lui faisait peur la faisait sortir de ses gonds. Sa tête se levait à la recherche de l’arbre divin, mais pour le moment rien. Jusqu’à ce qu’elle entende un cri résonner dans la forêt. Le son traversa les feuilles, les branches jusqu’à faire frissonner de peur l’Eiseinin qui s’accroupit, fermant les yeux et se cachant les oreilles.

« Qu’est-ce que c’était ? »


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Sam 21 Nov 2020 - 14:33

Les premières remarques d’Aimi me firent largement sourire. Prendre soin de soi, quelles que soient les circonstances pouvait paraître puéril en un sens, mais aussi tellement logique dans le monde dans lequel nous vivions, où, les shinobis que nous étions, étaient tout autant perçus comme des hommes pour certains, mais aussi des armes pour d’autres. Entretenir son arme est donc primordial dans une époque comme celle que nous vivions face à l’homme au chapeau et à ses velléités qui nous avaient conduites Aimi et moi à nous rendre dans ce lieu reculé pour parfaire notre apprentissage du kinjutsu. Pour autant, aujourd’hui était un jour neuf, un moment de liberté que je comptais bien profiter au maximum. Souriant à la rouquine, je la regardais avec des yeux amicaux.

« Rassure-toi, je ne pense pas avoir une blessure. J’ai seulement mal au dos. J’ai du mal dormir. J’aime mon petit confort la nuit et changer de lit, c’est parfois éreintant. »

Après avoir terminé de me gratter la tignasse, signe de ma gêne pour celles et ceux qui me connaissaient et qui savaient décrypter mes mimiques, nous nous mettions finalement en route, pour ma part, écoutant avec attention le discours de ma jeune amie. Si j’étais admiratif d’Aimi de par sa volonté d’aider les autres jours après jours, embrassant cette vocation d’eiseinin, je ne pouvais que l’être encore plus après ses explications.

« Tu es fascinante, tu sais. Quand tu abordes des sujets qui te tiennent à cœur, tu dégages un quelque chose de magnifique que je ne saurais trop décrire. Pas seulement du charisme, mais un mélange de cela avec une certaine chaleur humaine, je dirais. Une bonté que tu transmets lorsque tu décris ton travail, tes objectifs et ta volonté d’aider les autres. Au-delà du simple fait que ce soit admirable tant d’abnégation, pour ma part, je reste admiratif de ta dévotion envers Iwa et ses habitants. Il y a tellement peu de personnes comme toi dans le village. Nous devrions tous prendre exemple sur ce que tu fais pour rendre nos vies meilleures. »

Les joues rougissantes quelque peu, je plantais mon regard dans mes pieds tout en déblatérant mes palabres. Rejoindre les bois me donnait donc la bonne excuse de regarder le sol et prétexter faire attention à ce sur quoi je marchais et aux environs. Après quelque temps de marche dans la fraîcheur matinale, nous étions enfin parvenus à trouver ce pourquoi, la rouquine et moi étions venus si tôt dans ces sous-bois relativement sombres.

« Je verrais bien ces petites baies dans une salade de fruits, ou dans une tarte. Enfin bon, je suppose que cela ne doit pas être comestible, sinon, nous en aurions déjà dans nos assiettes ahaha. »

Si j’avais bien retenu quelque chose, c’est qu’en matière de baie, si cela semblait comestible, cela ne l’était pas nécessairement. Pire, cela pouvait tout aussi bien être un poison plus ou moins virulent. Finalement, loin de ces petites billes d’un violet sombre, le vent dans les arbres, le sifflement de l’air entre les feuilles et les bruits de la forêt eurent peut-être raison de la peur latente d’Aimi qui me fit sursauter à son intervention.

Un brouhaha feuillu s’en suivi alors que la demoiselle demandait ce qu’il s’était passé.

« C’est rien, tu m’as fait peur et j’ai glissé. Je ne m’attendais pas à ce qu’il fasse si froid en cette saison ici. On est plus bas qu’Iwa et ses chaînes montagneuses et pourtant. Peut-être à cause de la profondeur de la forêt. »

Ayant atterri sur les fesses après avoir glissé sur une flaque de boue et tâché mon kimono, à peine avait eu le temps de me relever que j’étais pris de violente éruptions cutanées, provoquant des démangeaisons intenses qui me forçaient à me gratter frénétiquement les bras et les jambes pour me soulager. Me tournant vers ma jeune amie, je lui adressais quelques mots à la fois amusés, mais aussi inquiets.

« Ahah ! Je crois que tu vas pouvoir t’entraîner. J’ai dû glisser sur des trucs bizarres, ça me démange de partout. Je suis tombé dans ces feuilles-là …. Aaaaah ça graaatttteee ! »

_________________
Une balade en forêt - Pv Aimi Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Lun 7 Déc 2020 - 14:03


Une balade en forêt



Teruyo tenta de rassurer l’écarlate et elle le croyait, mais son côté protecteur revenait toujours au galop, c’était ainsi. Elle se contenta donc de hocher de la tête et répondit à ses interrogations. Pourquoi ne pas se contenter de ce qu’elle avait déjà ? Parce que la Chiwa n’aimait pas cela et qu’elle cherchait toujours plus. Son discours était aussi inspiré qu’elle l’était, forçant l’admiration du Miyamoto. La douce rougit fortement face à ses mots, ne comprenant pas trop ce compliment. La jonin se frotta l’arrière de la tête un peu embarrassée et lui sourit timidement.

« Je ne sais pas… Je… Je suis juste moi… Merci Teruyo... »

Les deux amis préféraient contempler le sol et avancèrent vers la forêt mystérieuse. Étrangement, l’intérieur des bois était bien sombre alors que le soleil était bien présent. Beaucoup de denses feuillages et d’arbres cachaient la lumière chaleureuse qui s'éveillait en ce début de printemps. Aimi n’était pas très rassurée et le simple bruit étrange la faisait sursauter. Pour se rassurer, elle expliqua au rouquin ce qu’elle recherchait dans la forêt. Elle ne put s’empêcher de rire lorsqu’il imagine mettre ces baies bien sombres dans un dessert.

« En effet, il ne vaut mieux pas en manger, crois-moi... »

La directrice d'hôpital qui avait une fière allure en apparence, ne payait pas de mine ici. Elle sursauta bien trop facilement sur Teruyo, le grondant gentiment alors qu’il n’y était pour rien.

« Excuse-moi… Je ne sais pas ce que j’ai… Je pense que c’est à cause de la forêt, elle cache le soleil et donc la lumière et la chaleur... »

La kunoichi aida son cher ami à se relever. Le pauvre, il s’était tout tâché et en plus, on pouvait vite remarquer que ses jambes et ses bras s’étaient recouverts d’éruptions cutanées. Aimi n’osa alors pas le toucher sur le moment, surprise de le voir dans cet état en si peu de temps. Elle chercha par terre ce qui avait pu le rendre ainsi et commença rapidement à paniquer.

« Je… Je… Je ne sais pas ! »

La jeune femme ouvrit son grand livre à la recherche d’une plante similaire à celle par terre. Les feuilles semblaient être reliées à l’arbre à la gauche du Miyamoto. Machinalement, ses yeux cherchaient quelque chose qui pourrait l'aider. Ses mains tremblaient, alors qu'elle se triturait les méninges pour trouver une solution. Etait-ce dangereux ? Mortel ? Ou de simples démangeaisons ? Et ça empirait ? Aimi ferma les yeux quelques instants et inspira profondément. Il fallait qu'elle se calme, elle le savait. Une fois ses paupières de nouveau ouvertes, son regard écarlate étudia son livre jusqu'à trouver quelque chose de ressemblant.

« Je crois que ça vient de ce chêne… Oui, ça me semble cela... D’après mon livre, certaines feuilles sont recouvertes d'une sorte d'huile, si on y est allergique ou si on en touche trop, ça peut engendrer des cloques et des démangeaisons ainsi que de l'inflammation. Nous devrions nous éloigner de cet endroit... Ils conseillent de retirer les parties de vêtements en contact avec les zones touchées...Si tu as de l’eau, mets-en sur tes zones, il faut enlever l’huile qui cause tout cela. »

La kunoichi était hésitante, mais tentait de garder son calme. Elle reprenait ce que disait le livre à la lettre comme une parfaite élève. Elle fit apparaître du chakra autour de sa main et d’un coup simple et précis, découpa les tissus de son kimono et tout ce qui protégeait les zones touchées.

« Il faut qu’on trouve une petite rivière, ou un coin d’eau, il y a souvent des petites fleurs oranges qui poussent dans des arbustres, près de coins d’eau, dans ses endroits sombres et humides. Elles s’appellent… Impatience de...du... cap... »

Cela ne voulait rien dire pour la doucereuse qui haussa des sourcils. Enfin, elle n’osait pas toucher son ami et l’invita à la suivre à travers les bois. Son regard se posa sur son ami, désolée.

« Si je ne t’avais pas proposé de venir, ça ne serait pas arrivé... »


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Dim 20 Déc 2020 - 16:47

Malgré la situation quelque peu dérangeante, qui pour autant n’avait rien de catastrophique, je ne pouvais m’empêcher de laisser échapper quelques rires légers, amusé par ce qui m’arrivait. Tentant vainement de refréner ces envies de soulager ces démangeaisons en me grattant ces petits boutons apparus sur ma peau, j’écoutais la rubiconde prendre son ton le plus sérieux et étudier avec attention la scène de ce malheur forestier. Ses yeux, convaincus par sa tâche, étaient rivés sur son ouvrage, ses pupilles oscillant de gauche à droite au fur et à mesure que sa lecture se faisait. Une fois encore, je me laissais aller à sourire. Si précautionneuse la demoiselle à emmener avec elle un ouvrage de médecine alors que nous étions partis faire quelques découvertes médicinales. Quoi que je fusse mal placé pour dire quoi que ce soit, dans l’une des manches de mon kimono, une gourde de thé, dans l’autre quelques onigiris achetés avant de partir.

« Tiens, je pense que ça pourra nous être utile. »

Si effectivement la canopée offrait une zone d’ombre conséquente malgré la clarté de la journée, la sphère lumineuse que je venais de faire apparaître vint apporter cette lueur qui nous manquait et qui nous éclairait désormais suffisamment.

« Quel idiot je fais. Dire que j’aurais pu faire ça dès le début hahaha. Au moins, tu pourras chercher tes plantes plus efficacement… »

Ponctuant mes phrases par des phases d’importantes démangeaison, je laissais en suspend mon discours pour m’atteler à gratter intensément ces zones rouges sur ma peau avant de poursuivre la discussion.

« … et me débarrasser de ça. »

Finalement, la solution vint assez rapidement et la jonin m’invita à trouver un point d’eau. Par chance, un petit ru et une légère cascade pouvaient se faire entendre non loin. Marchand par moment de manière étrange, me déhanchant de manière totalement désordonnée, je me retenais d’aggraver mes blessures en grattant trop fort et risque de faire saigner les zones atteintes et de les infecter. Ainsi, en quelques minutes de marche, nous atteignions enfin la zone salvatrice de mes meurtrissures.

« Qu’est-ce que je ne ferais pas sans toi. Encore une fois, tu me sauves la vie. » dis-je à Aimi en souriant avant de me tourner vers le petit filet d’eau qui tomber de quelques rochers au-dessus de nos têtes.

Ce n’était pas une immense cascade, à peine de quoi permettre à une personne de s’y placer dessus, mais pour le coup, ce serait bien suffisant. Quant à la suite, c’est au moment où j’allais enfin retirer ce kimono et soulager ces démangeaisons que je me tenais de profil devant ma médecin personnelle, les joues rouges, quelque peu gêné par la situation. Le regard fuyant, je l’invectivais de manière amicale.

« Je … Enfin … regarde pas. Je n’ai rien en dessous de mon kimono. Enfin si, mais un simple fundoshi … »

Quelle idée j’avais eu. Ce n’était pas la première fois que je m’habillais ainsi. C’était une tenue confortable, mais en les circonstances actuelles, ce n’était pas ce qui il avait de mieux, d’autant plus avec le petit bout de tissu qui ne cachait pas grand-chose, encore moins une fois mouillé.

Les mains cachant honteusement ce que l’eau avant rendu transparent à travers le tissu, j’attendais la suite avec un mélange d’empressement pour en terminer vite, mais aussi avec longanimité, peu pressé de paraître quasiment nu devant ma chère amie.


Spoiler:
 

_________________
Une balade en forêt - Pv Aimi Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Dim 3 Jan 2021 - 13:54


Une balade en forêt



La panique n’était pas la bienvenue dans cette situation plutôt rocambolesque. Aimi le savait et se força à reprendre son sérieux. Teruyo avait besoin d’elle et après tout, c’était un peu de sa faute s’il se retrouvait à se gratter partout. Contrairement à la Chiwa qui prenait tout cela très au sérieux, le Miyamoto ne pouvait s’empêcher de rire, ce qui apaisait les tensions sur les épaules de la rousse. Ce n’était pas le moment de s'apitoyer sur son sort et elle le savait, elle était directrice d’hôpital, pas une simple stagiaire qui ne savait pas gérer les situations imprévues. Son regard rubis se perdit rapidement dans le grand recueil qu’on lui avait donné, elle chercha des caractéristiques similaires à ce qui les entourait.

Un peu de lumière dans cette obscurité angoissante n’était pas de refus. La rubiconde put croiser son regard plus écarlate qu'accoutumer à celui de son ami, lui adressant un sourire ravi. Cette nouvelle invité était la bienvenue pour la doucereuse qui se voyait reprendre des forces et des couleurs. L’échange d'œillade suffisait pour faire comprendre au rouquin qu’elle lui était reconnaissante. Sa main vint se poser brutalement sur celle qui se grattait, elle lui lança un regard averti.


« Il ne faut pas Teruyo… L’huile sur ta peau va s'immiscer dans les pores si tu te grattes trop et ça sera pire. Trouvons de l’eau et tu pourras te débarrasser de tout cela. »

Très rapidement, leurs fines oreilles entendirent une cascade non loin d’ici. Plein d’espoir, le duo s’attela à s’y rendre avec entrain. La douce ne pouvait s’empêcher de regarder son camarade de manière amusée : la dégaine qu’il arborait étant étrange par moments.

« Sauver la vie est un grand mot… Je ne pense pas que ce soit mortel, mais il faut traiter cela rapidement pour ne pas te trouver dans une situation qui deviendra embêtante... »

Répliqua-t-elle en rougissant devant ses compliments. La jeune femme cherchait autour d’elle un coin d’eau plus important, cette eau venait forcément de quelque part. Elle pouvait constater qu’il était gêné, ce qui l’amusa encore plus.

« Voyons, mon cher patient. Je suis ton médecin, ne sois pas gêné devant moi. »

Tenta-t-elle de lui dire pour calmer cet embarra, accompagné d’un tapotement sur son épaule. Elle ne savait pas si elle allait le convaincre lui ou elle, parce qu’au moment où il ne restait presque plus rien, elle pouvait se sentir rougir légèrement. Était-ce parce qu’elle le considérait plus comme son plus grand ami qu’un simple patient ? Aimi se racla la gorge.

« Je vais regarder aux alentours si je trouve cette plante, en attendant, nettoie bien chaque pore de peau sans te gratter, c’est important. »

La rubiconde le laissa alors ici, à la recherche de cet arbuste que les fleurs orangées éveilleraient n’importe quel matin frais de printemps. Entre ses œillades lancées au livre entre ses mains et ses recherches, elle arriva rapidement à un petit coin bordé par un ruisseau, non loin d’où elle avait laissé Teruyo. Enfin, elle tomba nez à nez avec ce qui ressemblait clairement à ce qu’elle recherchait. Ravie, elle rangea son livre sous son bras et attrapa un kunai pour découper autant la branche, que les feuilles et les fleurs. Enfin, elle retourna rapidement sur place avec les ingrédients en main.

« J’ai trouvé ce que je recherchais, ce livre détaille vraiment bien tout… Je vais pouvoir te faire un petit baume pour soulager les inflammations et la démangeaison. »

La doucereuse s’agenouilla alors près d’un bout de rocher plus plat que les autres. Elle déposa le livre à côté puis suivit soigneusement les consignes. Mettre plein de pétales l’une sur l’autre puis les écraser jusqu’à en faire une sorte de pâte juteuse, faire de même avec les feuilles. La pierre entre ses mains semblait faire le travail, elle se concentrait sur la tâche avec beaucoup de sérieux. Enfin, elle découvrit avec surprise que le mélange de l’eau des fleurs et des feuilles donnait quelque chose de plus pâteux et compact. C’en était presque magique.

« Je crois que… j’ai réussi ! Tends moi ton bras, on va faire un essai. »

La rousse avait confiance en son ouvrage, mais en ses propres capacités en manière d’herbe médicinale c’était autre chose. Pourtant, il fallait essayer et elle était presque certaine que c’était sans danger. Attendant son approbation, la rousse avait étalé toute sa pâte sur une feuille d’arbre avant de la déposer au creux de sa main pour garder le tout en sécurité. Avec deux doigts, elle en attrapa une quantité modérée et la déposa sur la peau de son avant-bras avant de l’étaler. Il était dit qu’il fallait attendre quelques minutes pour sentir le soulagement que ça procurerait. Aimi leva son visage de porcelaine vers son ami et semblait attendre son avis avec presque une certaine crainte.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Sam 16 Jan 2021 - 18:00

C’était bien plus facile à dire qu’à faire. Ce n’était pas elle dont tout le corps la démangeait. Enfin, pas tout, mais une bonne partie. Après, je ne doutais absolument pas de ses bons conseils, c’était tout le contraire, mais même si effectivement, plus je me grattais, plus cela me donnait envie, il y avait cette notion importante de bienfais instantané qui était là quand je soulageais ma peau quelques secondes avant que la torture ne reprenne de plus bel. J’avais même l’étrange sentiment d’empirer les choses en rependant ce qui provoquait ces sensations douloureuses partout sur mon corps. Par chance, même si le filet était léger, l’eau était là et pourrait atténuer un temps ces irritations. Quant à Aimi qui me donner l’impression d’un mélange de sérieux et d’amusement, je lui retournais son discours chaleureux.

« Ah bah heureusement que c’est pas mortel, qu’est-ce que j’aurais dis à ma fille si j’étais mort ahaha. Je me vois déjà la hanter en lui murmurant « c’est la faute d’Aimi » ahaha. En tout cas, si tu n’avais pas été là, tu l’as dis toi-même, j’aurais surement empiré les choses et j’aurais eu du mal à rentrer à Hayashi. »

Seul le temps que la rubiconde ne cherche la panacée destinée à me soulager, je m’appliquais à rincer l’ensemble de mon corps, l’eau froide dissipant peu à peu les douleurs et limitant grandement l’envie de gratter mes petites plaies rougies. Vérifiant à plusieurs reprises les marques sur moi, je m’abstenais de toucher à ce paquet caché sous le fundoshi, espérant ne pas y répandre mon mal et obligé Aimi à intervenir. Je ne pouvais décemment pas lui infliger cela, et m’infliger cette honte également.

Fort heureusement, habitué de longue date à prendre des bains dans les rivières glacées de montagnes de Tsuchi, la température de ce ru ne changeait pas mes habitudes et attendant sagement ma salvatrice, je m’asseyais sur un petit rocher, la froideur de la pierre gelant mes fesses à nue. Par chance, Aimi revint rapidement et c’était sans compter sa réactivité et ses grandes connaissances médicales qu’elle concocta rapidement ce qu’elle pensait être un remède. Tendant mon bras, je la laissais étaler sa pate sur les plaques rouges qu’elle avait sous les yeux.

« J’ai l’impression que ça fonctionne ton mélange, ça me gratte déjà moins. »

Pour autant, d’autres sensations faisaient leur apparition au fil des minutes.

« Hum, ça réchauffe un peu je dirais … voir peut-être beaucoup … ah oui, non mais là ça commencer à chauffer un peu trop. »

Rapidement, me retournant vers le filet d’eau, je me débarrasser tant bien que mal de la décoction sur ma peau, soulageant de facto la sensation de chaleur intense.

« Alors je sais pas trop quoi dire. Ça brule quand même, et pas qu’un peu, mais du coup j’ai plus envie de me gratter. T’en penses quoi du coup ? C’est normal ce truc ou c’est moi qui fais une allergie à tes plantes ? »

Finalement, j'ai bien fait de ne pas rincer sous mon fundoshi étais-je en train de penser en souriant comme un benêt.

_________________
Une balade en forêt - Pv Aimi Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Lun 8 Fév 2021 - 0:13


Une balade en forêt



« Oui, mais tu es là car je voulais satisfaire ma curiosité… Je ne supporterai pas qu’il t’arrive malheur Teruyo. »

Ce fut un triste sourire qui arbora le doux visage de la rubiconde. Ce n’était pas le moment de s'apitoyer sur son sort, elle le savait et comptait bien réparer ce petit incident. Une fois qu’ils trouvèrent un petit coin d’eau suffisant pour que Teruyo se rince la peau touchée par cette substance étrange, Aimi partit à l’aventure… dans les environs. Presque méfiante, la rousse observait tout ce qui l’entourait, passant de la perle d’eau qui dégoulinait de la feuille foncée à la branche d’arbre qui était sur son chemin. Elle avait peur de se faire piquer ou de s’attirer la même chose que le Miyamoto et vu qu’elle aimait encore moins vêtue que lui, c’était légitime.

Par chance, le livre lui donnait des informations vraiment précises, lui permettant de trouver rapidement cette fleur orangée qui lui permettrait de la sortir de ce tracas. Entre deux regards en coin, la Chiwa veillait à ce que son cher ami ne fasse pas de bêtise, mais non, il obéissait sans broncher. Elle attrapa des plans jusqu’à la tige tout en faisant attention à ne pas le toucher de sa peau et revint. Grâce à son attirail ninja, elle écrasa, découpa et mixa le tout comme elle le pouvait pour avoir cette pâte étrange tant convoitée. Plutôt satisfaite, la rousse s’adressa à son camarade et commença à l’étaler sur sa peau. Une petite perle de sueur coula sur son front, s’échouant sur le sol couvert de mousses, de brindilles ou de feuilles mortes, elle espérait ne pas s’être trompée.

La bonne nouvelle, la démangeaison semblait lui passer, soulageant la rubiconde. L’autre, la température monta très rapidement autour de Teruyo qui sentait son bras lui brûler. La kunoichi écarquilla les yeux et plongea son regard dans le livre, lisant jusqu’à la fin de la page ce qui était dit.


« D’après le livre… Quand ça chauffe, c’est que ça fait effet, mais je ne sais pas si ça doit brûler... »

Aimi se triturait les méninges en se grattant le crâne puis observa Teruyo qui se débattait avec l’eau. Elle décida de laisser de côté le manuscrit et réalisa des mudras avant de faire apparaître un halo verdoyant sur ses paumes. Elle les rapprocha du Miyamoto et laissa la guérison se faire tranquillement.

« Le chakra renforcerait parfois l’efficacité d’un remède, je ne sais pas comment l’utiliser. Mais je n’ai pas envie de te voir souffrir plus alors je vais essayer de calmer la brûlure par mes propres moyens... »

L’iroujutsu faisait des miracles et très rapidement, la peau du chunin reprit une teinte agréable, totalement naturelle. La Chiwa se sentait désolée de voir son ami si peu vêtu, par un froid pareil. Elle retira alors la longue veste noire que lui avait brodé sa mère et qui lui allait toujours et la glissa sur les épaules de son patient. Elle tapota ses épaules comme pour le réchauffer, aux petits soins avec lui.

« Est-ce qu’il y a d’autres endroits qui te démangent ? Peut-être que nous devrions quitter cette zone pour ne pas nous retrouver de nouveau dans l’embarras… Puis, tu vas finir par attraper froid ici. »

La rousse referma son livre et rangea son matériel avant de poser un regard hésitant au rouquin. Elle garda tout de même des échantillons de plantes pour sa propre collection qu’elle scella dans un sceau confectionné pour ça.

« Bon, je n’ai pas trouvé les baies que je recherchais, mais ce qu’il vient de se passer m’a suffit… Et si nous allions manger ? »




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Lun 1 Mar 2021 - 22:21

Bien que la situation pourrait ne pas prêter particulièrement à rire, finalement, c’est le sourire aux lèvres que je regardais Aimi faire son maximum pour me venir en aide. Si les démangeaisons avaient petit à petit disparues, la chaleur provoquée par ce remède de fortune gagnait en intensité. Pour autant, voir la jeune rubiconde se démener autant pour me venir en aide, mettre autant d’ardeur à aider son prochain, m’aider à soulager les différentes douleurs accumulées au cours de cette promenade matinale en forêt.

« T’en fais pas pour moi, c’est gentil de vouloir prendre soin de moi comme ça, mais ce n’est pas grand-chose au final. Je ne risque pas d’en mourir … enfin … je crois ? Dis-moi ? Y’a pas de risque hein ? »

Le regard faussement inquiet, je souriais à la demoiselle avant de poursuivre notre conversation.

« Et ne t’excuse surtout pas de vouloir en apprendre davantage sur un sujet médical comme celui-là. La connaissance passe par beaucoup de phases, parfois il est nécessaire d’expérimenter pour apprendre. Dis-toi que je te sers de cobaye pour le coup ahahah. »

En attendant, si je sentais que mon bras chauffait toujours autant, le fait d’avoir placé mon bras sous l’eau commençait à endiguer la chaleur qui ne se propageait plus.

« Si ton livre dit que ça chauffe, c’est que ça doit être ça. Tu penses que les effets peuvent varier d’une personne à l’autre ? Comme si un remède pouvait être plus ou moins efficace en fonction de qui le reçois ? Cela pourrait expliquer pourquoi cette situation se produit. Je me faisais cette réflexion au même titre que les personnes peuvent être plus ou moins réceptives à différents types de chakra. Est-ce que cela fonctionne pareil avec les plantes ? »

Finalement, surement quelque peu perdue ou perturbée par la situation que je vivais, et à en juger par les paroles qu’elle avait prononcé à mon égard plus tôt dans la conversation, Aimi décida d’user de son chakra pour activer davantage les effets de soins. Pour le coup, je ne pouvais que l’en remercier d’accélérer ainsi ma guérison. Mais au final, je me demandais si cela allait mieux grâce à l’utilisation de son chakra médical ou à un effet de ses plantes amélioré par des techniques ninja. Peut-être avait-elle la réponse ? En tout cas, curieux, et en quelque sorte victime aléatoire de cette situation, j’étais intrigué quant à la réponse qui résultait de ses recherches.

« En effet, ça va beaucoup mieux. Mais du coup, tu penses que ton chakra améliore l’effet des plantes ou c’est ton jutsu médical qui soigne ma blessure ? Comment tu fais pour identifier l’une ou l’autre des deux hypothèses ? Je suppose qu’en fonction de ta réponse, tes recherches ne vont pas aller dans la même direction non ? »

Entre les soins médicaux de la rubiconde et le filet d’eau que je me passais sur le corps, petit à petit, les désagréments de ces dernières longues minutes disparaissaient enfin, laissant place sur mon corps à la fraicheur des lieux, moi qui étais pratiquement nu comme un vers. En me rhabillant, mes vêtements désormais quelque peu humides, une proposition de l’eiseinin raviva encore plus l’intérêt que j’avais pour cette journée.

« Tu sais, il ne faut pas me proposer deux fois d’aller manger. J’ai repéré chez nos hôtes une échoppe qui propose de la nourriture végétarienne. Je n’ai encore jamais testé cela. Laisse-moi t’inviter en remerciement pour m’avoir sauvé la vie. Et puis qui sait … peut être que les propriétaires pourraient en savoir plus que nous sur les baies que tu cherches vu que les plantes semblent être une de leurs spécialités. »


_________________
Une balade en forêt - Pv Aimi Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Mar 25 Mai 2021 - 12:22


Une balade en forêt



« Je prendrai toujours soin de toi, Teruyo. Et non, tu ne risques pas d’en mourir, tu t’en sors brillamment. »

Répondit la doucereuse, arborant un sourire plus que sincère. Aimi n’avait pas beaucoup d'amis aussi précieux et proches, mais quand elle en avait, elle faisait preuve d’abnégation totale envers eux. Ils étaient comme sa famille, alors c’était tout à fait naturel pour elle. Cependant, elle faisait attention à ne pas s’oublier, se protéger était tout aussi important. L’idée de voir le Miyamoto comme un cobaye faisait sourire la kunoichi. En effet, on pouvait dire que cette situation semblait tomber à pic… Fort heureusement, à la fin, il y avait plus de peur que de mal.

« Même si je pense que le livre ne se trompe pas sur la conduite à tenir, chaque personne réagit différemment en fonction du principe actif et du remède. Je noterai ta réaction en tant qu’expérience, mais je surveillerai que ça ne tourne pas mal. Je dirais qu’il s’agit plus d’une réaction physique dû à la toxine de la plante qu’être réceptif au chakra. La peau ne se protège pas de la même manière et certaines personnes peuvent aussi avoir des réactions allergiques. En effet, les anticorps qui se protègent réagiront excessivement en présence d’une substance allergène. Je ne sais pas si le chakra en ferait de même, mais une chose est certaine : l’usage de celui-ci accélère les effets d’une concoction... »

Termina la jeune femme, réfléchissant à cette idée intéressante. Un point à soulever qu’elle plaça dans un coin de sa tête pour le moment.

« Je n’ai pas utilisé mon jutsu médical. Voilà la différence entre l’Iroujutsu et le Rentanjutsu. On se base principalement sur les plantes et on utilise notre chakra pour en améliorer les vertus. Cependant, il faut faire attention à bien le doser pour ne pas obtenir une sur-réaction du principe actif ; c’est ce que j’ai compris en tout cas. »

Ajouta la jonin en souriant à son ami bien curieux. Mais elle appréciait beaucoup qu’il s’intéresse à cet arcane, car cela l’aidait indirectement à réfléchir. La Chiwa n’avait pas envie de prendre d’autres risques aujourd’hui, et même si elle n’avait pas trouvé ce qu’elle recherchait, cet épisode lui avait beaucoup appris.

Comme toujours, le rouquin n’était pas contre à un petit repas et les deux amis s’étaient bien trouvés à ce propos. Le concerné proposa de se rendre dans une échoppe qui proposait des mets entièrement végétaux, la rubiconde hocha positivement de la tête. Et une pierre deux coups, peut-être que les habitants pourraient renseigner la kunoichi sur ce qu’elle recherchait.


« Très bien, je te suis Teruyo. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Dim 6 Juin 2021 - 17:34

A écouter Aimi me dire à quel point elle prend soin de moi, je ne pouvais m’empêcher de sourire niaisement et surtout de rougir comme une tomate. Cela faisait si longtemps que quelqu’un n’avait pas affirmé avec autant de conviction son désir de me protéger d’une quelconque manière que les paroles qu’elle prononçait ainsi m’allaient droit au cœur. Si j’étais flatté d’une telle amitié, au plus profond de moi, je savais que ce n’était pas à elle de prendre soin de moi ou de me protéger, mais plutôt l’inverse. Après tout ma jeune amie était l’avenir du village, bien plus que moi.

D’une question anodine sur ma condition, Aimi quant à elle s’adonnait à de longues explications médicales. Pendant que nous marchions, revenions sur les sentiers biens connus, la demoiselle m’expliquait en détail ce qu’il en était. Si je ne comprenais pas la moitié de ce qu’elle tentait de m’inculquer, non pas par manque de clarté mais plutôt par manque de lucidité de ma part, j’étais admiratif quand au dévouement qu’elle avait pour son art et son travail. C’était des personnes comme elle qu’il nous fallait pour développer le village, pour le diriger, pour permettre de faire évoluer les choses et les mentalités.

« Eh bien, il en faut des connaissances pour être un bon médecin comme toi, c’est pas moi qui pourrait maitriser l’iroujutsu ahaha. Je vais me contenter de faire ce que sais faire et attaque en douce quand on m’y attend pas. » dis-je en rigolant.

Le portail de notre lieu de villégiature passé, je m’étirais longuement les bras en hauteur, mon kimono partiellement mouillé s’ouvrant légèrement sur mon torse imberbe, je regardais les alentours, rajustant mon col.

« Je crois que c’est par là. » dis-je en avançant.

Si j’avais vaguement entendu parler deux personnes la veille de ce restaurant, finalement mes esgourdes ne m’avaient pas trompée et c’était bel et bien une petite échoppe qui nous ouvrait ses portes en ce moment matinal. Je ne saurais trop dire si c’était l’heure qui voulait cela où les spécialités proposées par le chef derrière son étal qui voulait cela, mais nous étions les seuls clients. Installés à une table, je regardais tranquillement le menu quant une jeune fille qui ne devait pas être encore majeure, surement la fille des propriétaires vint prendre notre commande. Souriant, je levais mon regard vers la juvénile et commençait à lister ce que je souhaitais découvrir.

« Alors pour ma part, je pense qu’on va prendre de quoi fêter la réussite de nos activités et une belle amitié, en prenant un verre de shiso. C’est très rafraichissant j’ai lu ça quelque part … » dis-je finalement à Aimi avant de poursuivre.
« Après, j’aimerai bien découvrir le Yaki Imo, de la patate douce préparée, accompagnée de Kenchin Jiru, une soupe de légume au tofu. Et aussi apportez quelques ignames dorées et un peu de tempura de légume pour aller avec le shiso. »

Laissant ma jeune amie commander à son tour, j’attendais que l’on soit à nouveau seuls pour poursuivre notre discussion.

« Tu sais, je pensais à une chose. Je ne suis pas trop au fait de toutes les infrastructures que l’on a dans le village, mais je me disais, est-ce qu’il ne serait pas intéressant de construire quelques serres pour y faire pousser des plantes que nous ne pouvons pas trouver à Tsuchi ? Cela nous permettrait à la fois d’être moins dépendant de nos voisins, mais aussi de réagir plus rapidement en cas de nécessité particulière. Enfin bon, je dis ça, mais je n’ai aucune idée de l’acclimatation des plantes. »

Je pensais sincèrement que c’était une bonne idée. Buvant une gorgée de notre boisson qui venait d’être déposée devant nous, je souriais allègrement en découvrant la saveur qui se dégageait tout en me disant qu’il nous faudrait peut-être trouver quelqu’un qui s’y connaissait en plante. Peut être quelqu’un ici ?


_________________
Une balade en forêt - Pv Aimi Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Lun 14 Juin 2021 - 20:17


Une balade en forêt



La réaction de Teruyo fit rire la kunoichi du vent, elle avait l’impression de se retrouver en lui quelques fois, timide et niait. Mais elle aurait sûrement réagi de la même manière si Teruyo lui avait dit la même chose avec autant d’ardeur. Cependant, elle préféra se lancer dans un long monologue concernant ses arcanes médicaux, la douce était plus que passionnée et on pouvait le lire dans son regard.

« La médecine demande beaucoup de temps et d’apprentissage, de la curiosité et beaucoup de sérieux. Si on est motivé et déterminé, on peut le faire, même sans maîtriser le chakra. Tes talents sont très particuliers d’ailleurs, tu ne devrais pas en rougir, je trouve ça très épatant, de pouvoir maîtriser la lumière et vu que tu es comme un rayon de soleil, ça marche encore mieux. »

La rouquine était fière de son jeu de mot et se contenta de sourire. La doucereuse l’observa s’étirer et en fit de même, elle était fatiguée d’avoir marché toute la journée et d’avoir paniqué. Elle suivit son guide à travers le paysage Hayashijin qui les mena à la charmante échoppe qui les attendait. Le duo s’installa, seul au monde, face à toute cette bonne odeur et leur ventre qui criait famine - en tout cas pour Aimi-. La jeunette, qui se présenta à eux, illumina de son sourire le moment. Teruyo fut le premier à passer sa commande, n’hésitant pas à prendre tout ce qui lui faisait envie. Mais Aimi avait bien envie de se faire plaisir aussi…

« Même si je ne connais pas, je vais aussi prendre ce verre de shiso… Pour la suite, je vais prendre la soupe de légumes, épicée au curry rouge. Je vais prendre du chirashi, ces Inarizushi, Yasai Tempura comme Teruyo et en dessert… des dangos... »

La jeune fille dévisagea presque le duo d’amis, en constatant qu’ils semblaient mourir de faim. La jonin rougit légèrement en constatant cela. Une fois qu’elle quitta la table, le rouquin prit de nouveau la parole, proposant à la rubiconde une idée qui traversait souvent l’esprit de la jeune femme.

« Tu as de bonnes idées Teruyo… Mais en effet, j’ai déjà prévu d'installer des serres dans les granges qui appartenaient à mon père. Seulement, après les incidents récents, j’ai tout perdu… J’ai une partie des plantes dans mon bureau, mais il faudrait que je remette en place tout cela et que je trouve un partisan des plantes pour m’épauler. En fonction de la plante, certaines auront besoin de lumière et d’autres, d’ombre. Je verrai cela le moment venu. Merci pour la proposition. »

La doucereuse attrapa le verre et prit une gorgée à son tour. C’était plutôt agréable et spécial, pas une déception en tout cas. Ensuite, les plats commencèrent à arriver petit à petit et Aimi commença par la soupe qui lui faisait de l'œil.

« A la tienne Teruyo, à nous, à Iwa. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Mar 15 Juin 2021 - 23:28

Le regard bienfaiteur posée sur mon amie, j’étais impressionnée par sa dévotion et par ce qu’elle arrivait à transmettre. Cela faisait ressurgir en moi quelques souvenir lointains d’une certaine jeune femme qui avait su m’émerveiller et me subjuguer.

« Je te l’ai déjà dis je crois, mais … tu me fais penser à Yui dans ces moment-là. Tu as cette même lueur de conviction dans les yeux et cette force de caractère. C’est pas une proposition hein … »

Les joues rougissantes, je me grattais la tête, les yeux honteux baissés vers la table avant de doucement relever le regard vers Aimi.

« C’est juste que … ça fait plaisir de voir à nouveau quelqu’un qui était comme elle. Au-delà de donner du baume au cœur, cela me laisse présager d’un futur radieux. Mais bref, ne parlons pas de ça, je risque de me mettre à pleurer, c’est pas le but, nous sommes là pour prendre un bon repas. »

Recoiffant ma tignasse grossièrement, je reprenais finalement le fil de la conversation initiale avec humour.

« Tu sais, si tu veux un soleil, je peux t’en faire un ahaha. Par contre, je suis pas certain que ce soit aussi efficace qu’un vrai. La lumière en vrai, la chaleur en moins. »

La commande finalement passée, j’attendais avec un vif enthousiasme le début de notre repas. L’heure passant, quelques personnes s’étaient attablées à proximité, une petite famille avec deux enfants qui avaient l’air totalement ravis d’être ici, des étoiles pleins les yeux.

« Ahaha, je vois que toi aussi la carte te donne envie. Si je m’écoutais, j’aurais voulu tout tester, mais je me dis qu’après cela, je n’aurais été bon qu’à officier en tant que cale porte. T’aurais surement dû me rouler jusqu’à ma chambre tellement j’aurais été plein ahaha. »

Finalement servi de nos boissons et petites coupelles contenant de quoi grignoter, c’est la bouche pleine de radis macérés que j’écoutais la rouquine rebondir à mon idée de serre.

« Pour ce qui est de la lumière et de l’ombre, je pense pouvoir t’aider à ce niveau là ahaha. Par contre, point de vue horticulture, je suis au raz des pâquerettes. Je connais les tournesols et ça s’arrête là. Je pense que t’as une collection de plantes bien plus importantes. Tu connais quelqu’un à Iwa qui pourrait t’aider à réaliser ce projet ? »

Interrompu par les plats enfin servi, un toast de rigueur se dessina entre nous.

« A toi Aimi, à cette amitié, à Iwa. » dis-je en levant mon verre à mon tour.

Dégustant une gorgée, j’offrais une moue ravie tout en nous gratifiant d’une onomatopée de satisfaction. Le regard paternel posé sur les enfants à côté de nous, je revenais finalement à notre duo la mine indistinctement triste.

« Quelle joie de leur part. Quelle insouciance. C’est pour eux, pour tout ça qu’on fait ça. Je me battrais jusqu’au bout pour savoir que quelque part des enfants, leurs parents, leur famille sont heureux grâce à ce que l’on aura fait. »

Commençant à déguster mon premier plat, je reposais mes baguettes quelques instants avant de poursuivre.

« Tu sais ce que tu ferais si jamais nous échouions ? Si il parvenait à mettre fin au règne du chakra ? »


_________________
Une balade en forêt - Pv Aimi Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Ven 16 Juil 2021 - 11:48


Une balade en forêt



Parlant de son métier et de sa passion avec autant d’adoration était sûrement surprenant, mais Aimi était comme cela, elle vivait pour ce qu’elle aimait. La rubiconde ne s’attendait pas alors à ce que son ami lui fasse remarquer qu’elle lui rappelait son épouse décédée. Elle ne put s’empêcher de rougir face à cette déclaration qui n’avait pas forcément d’arrière penssée.

« Euh eh bien je… Merci Teruyo… Je sais que je ne pourrais jamais être elle ou même la remplacer, mais si je peux te faire rappeler de bons souvenirs alors j’en suis ravie. »

Déclara la kunoichi accompagnée d’un fin sourire aux lèvres. Ne souhaitant pas rester dans cet embarras partagé, elle hocha simplement de la tête et loucha sur son plat, les joues encore bien écarlates. Et alors qu’elle pensait que ce moment serait terminé, il fit mention du soleil qu’elle avait comparé au Miyamoto. Juste après, la serveuse arriva avec quelques plats, le tout n’étant pas encore prêt. Une fois qu’elle les laissa en duo, l’Eiseinin prit le temps de lui répondre avec le plus de spontanéité qu’on pouvait avoir.

« T’avoir près de moi me suffit am-plement pour cela, ne t’inquiè-te pas. »

Dit Aimi en bégayant, se rendant compte de ce qu’elle venait de dire. Pourtant, elle n’avait pas encore pris une gorgée de cette liqueur dangereusement tentante. Une chose était certaine, la tempura entre ses baguettes termina bien vite dans sa bouche, alors qu’elle prenait étrangement son temps pour le manger. Fort heureusement, la discussion prit une autre tournure qui lui permit de se détendre et d’avaler sa longue bouchée.

« Ne t’en fais pas, je connais plusieurs herboristes et je suis certaine que je ne les ai pas tous rencontrés. J’ai même un fournisseur pour le matériel de mon laboratoire qui… a été détruit lors du réveil de Yonbi. »

La rousse fit une moue à cette pensée, il était vrai que les granges de son défunt père avaient été enterrées avec les autres bâtisses du quartier, rejoignant le cœur du volcan endormi sous Iwa. Cette pensée l’attrista quelques secondes alors que le Miyamoto décida de trinquer. La jeune femme leva le sien aussi, souriante avant d’en prendre une bien bonne gorgée. Contrairement au bedonnant qui semblait ravi, Aimi grimaça, peu habituée à prendre ce genre de breuvage. Si ce n’était pas mauvais, cela restait bien fort. Tandis que la Chiwa commençait déjà à déguster son plat, Teruyo s’exprima sous la nostalgie et le souhait de protéger ces enfants et leurs familles.

« C’est pour cela que je me lève le matin. Non seulement pour ces enfants, mais pour tous ceux qui aspirent à un lendemain plus paisible, moins sanglant. Peu importe s’il n’y en a qu’une minorité, tant que je serai debout, je continuerai de me battre. »

La kunoichi du vent haussa d’un sourcil devant la question de son ami.

« Echouer ? Moi vivante, chakra ou pas chakra, jamais je n’accepterai une défaite de notre part. Plus de chakra ? Eh bien nous continurons à avancer sans, je ne vois pas la disparition du chakra comme une fin, mais plutôt comme un renouveau, une nouvelle vie. Bien sûr, je souhaiterais qu’on puisse préserver ce chakra car il permet de faire de bonnes choses, il nous aide à progresser bien plus vite qu’on pourrait ne le faire. À nous de prouver à l’Homme au Chapeau, que peu importe ce qu’il essaie de faire, jamais il ne saura nous détruire. »

C’était ce que pensait la jeune femme et c’était sûrement ce qui faisait d’elle quelqu’un de fort. Car peu importe ce qu’il se passait, elle continuerait de se battre, de s’améliorer pour les futures générations. Elle n’avait pas peur de cet homme et de la menace qui planait sur ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Lun 26 Juil 2021 - 18:36

Si voir rougir ainsi Aimi avec quelque chose de mignon d’une certaine manière, je ne m’attendais pas le moins du monde à la remarque qui s’en suivi. Je m’attendais à une réaction, mais pas de cette nature. Elle rougissante, moi qui prenais le même chemin en l’écoutant et voilà que nous avions deux tomates à tables chacun plus gêné que l’autre par la situation.

« De bons souvenirs ? Hein … euh …non … enfin, c’est pas ça … juste … reste toi, juste qui tu es, c’est ce qui fait ta force et ton charme. Enfin … bref … Oh, il me reste de la soupe ! »

Rouge comme une pivoine encore plus face à ce sourire amical qu’elle m’offrait, l’embarras était palpable et elle comme moi laissions un léger blanc s’installer alors que nos plats nous attiraient l’œil presque de manière magnétique, comme si cela nous permettrait de nous sortir de cette petite minauderie. La suite de nos échanges ne m’aida pas à me sentir plus à l’aise. Si j’avais voulu faire une petite boutade en faisant mention de ma capacité à générer un soleil artificiel, une fois encore, la rubiconde me prit au dépourvu, me laissant sans mots, tasse à la main à faire tourner ce qui restait de mon thé au fond de la tasse, lui faisant faire des ronds, encore et encore.

« Je … oui. » finis-je par dire en relevant la tête.

Grattant ma tignasse d’un air gêné, finalement, il y avait des moments où ne rien dire était surement la meilleure réponse. Suffisamment intimidé par la situation, je préférais observer la demoiselle avec un large sourire amical et la laisser poursuivre la conversation. Au moins, cela avait deux avantages. Le premier, ne pas me ridiculiser davantage avec mon comportement, et ensuite, de pouvoir profiter quelque peu des plats qui venaient de nous être servis.

« Eh bien, si tu connais des herboristes, ça m’arrange je dois t’avouer. J’ai pas vraiment la main verte. Si t’aider serait un plaisir, tu le regretterais aussi très vite je pense. Chez moi, c’était Yui qui s’occupait du jardin. Maintenant je regarde Saya apprendre de ses grands-parents. La seule chose que je sais faire proprement, c’est de cueillir les citrons quand ils sont mûrs ahaha. »

Trinquant avec moi, cette petite discussion de tout et de rien, ainsi que ces nouilles avalées entre deux échanges m’ayant remis les idées en place, en l’instant présent, je ne souhaitais qu’une chose, que cette amitié perdure. Je l’avais dit à haute voix, je me battais pour la prochaine génération, pour qu’ils n’aient pas à le faire à notre place, mais je me battais aussi pour que les personnes comme Aimi puissent voir l’avènement d’un monde meilleur. Je l’avais déjà dit et n’en avais pas reparlé, certains de me faire gronder avec une certaine vigueur, mais pour que le futur puisse vivre en paix, des sacrifices seraient surement nécessaires, surtout face à un tel ennemi.

Face au discours enflammé de la jeune femme, je levais une nouvelle fois mon vers, saluant sa motivation, juste avant que la question qu’elle n’aurait surement pas pensé entendre survienne de ma part. L’échec. Nul n’en rêvait, mais c’était une réalité plausible. La force de notre ennemi était telle qu’il fallait garder dans un coin de notre esprit cette éventualité.

Une chose était certaine, Aimi était pleine de conviction et l’idée même de perdre n’influait nullement sur sa volonté d’aider les autres. C’est bien pour cela qu’elle ferait un bon leader pour notre village, une âme qui mettait en avant tout le monde avant de s’occuper de ses propres besoins.

« Quand je parle d’échec, j’entends la perte de notre chakra. Jamais je ne renierais mes convictions, quelle que soit le résultat de notre combat face lui. Iwa sera toujours Iwa, la citée commerçante devra évoluer et changer comme tous les villages ninjas, mais sans chakra, nous serions des civils comme les autres. Toi tu es médecin, tu en apprends chaque jour davantage, que ce soit sur les corps ou sur les plantes. Même sans chakra, tu restes une perle rare dans notre monde. Mais moi ? Sans chakra, je ne suis rien. Guère plus qu’un père de famille bedonnant. Que pourrais-je bien donc accomplir dans ces circonstances ? Ouvrir un restaurant ? Voyager, découvrir le monde, enfin ? »

Finalement, l’air enjoué du début de la conversation s’était quelque peu estompé sur ces dernières paroles, comme si une certaine tristesse ou nostalgie venait de s’immiscer dans le discours.

« En tous cas, je suis content que tu gardes ta motivation et tes convictions. Peut-être que Saya voudrait t’aider. Elle ne te l’a jamais dit, et ne le fera surement jamais, mais elle vous une profonde admiration à toi et à ce que tu accomplis. Si tu es une grande sœur, tu es aussi un modèle à ses yeux. Du coup, j’y pense maintenant, mais je ne te l’ai jamais dit, alors, merci pour ce que tu fais pour elle, même si tu n’as pas l’impression de faire grand-chose, ça compte beaucoup pour cette petite tête de mule, et du coup, ça compte beaucoup pour moi. Merci. »

Et voilà que j’étais à nouveau rouge comme une tomate …


_________________
Une balade en forêt - Pv Aimi Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Une balade en forêt - Pv Aimi Empty
Lun 20 Sep 2021 - 11:16


Une balade en forêt



Rivalisant avec les mets les plus écarlates, les deux amis se retrouvèrent embarrassés plus qu’il en fallait. Touchée par ses propos, elle ne savait pas où se mettre, car être comparée à celle qui avait partagé sa vie et avec qui il avait eu un enfant, ce n’était pas rien. Mais elle comprenait qu’il ne parlait pas d’une manière intime, sauf que Teruyo lui pensait sûrement avoir fait une gaffe car sa prise de parole hésitante fut assez amusante. Aimi ne put s’empêcher de pouffer de rire légèrement et ne souhaitait pas le gêner davantage alors elle préféra se concentrer sur le repas. Jusqu’à ce qu’elle décide de le complimenter et de le faire une fois de plus rougir comme pas possible. On pourrait se demander s’ils n’avaient pas les mêmes gènes parfois… Deux chevelures flamboyantes qui rougissaient au moindre mot ? La Chiwa sourit simplement, plus que sincère dans ses propos. Iwa, le monde avait besoin de plus d’individus comme Teruyo, capables d’illuminer les chemins qu’ils arpentaient.

« Chacun est doué pour quelque chose, je suis certaine que tu pourras m’aider pour autre chose, laisse moi gérer cet aspect là dans ce cas ! »

La rubiconde se sentait inspirée ce soir, elle ne savait pas si c’était grâce à ce repas copieux et délicieux, mais elle avait envie d’exprimer ce qu’elle avait sur le cœur. Le dessein de ce monde lui importait beaucoup et elle ferait tout pour qu’il soit meilleur et elle savait que le Miyamoto le désirait aussi. La douce leva son verre aussi, trinquant à ce futur plus radieux. Prenant une gorgée, elle écouta attentivement la question de son ami et fut intriguée. Elle répondit alors à sa manière, exprimant ce qu’elle pensait de tout cela. Teruyo était conscient de tout cela, mais il pensait surtout au après, ce qu’il deviendrait, ce que les gens feraient. Le combat en lui-même serait éprouvant et très difficile, pour Aimi, la priorité était de sauver les vies qui se battraient le moment venu. Peu importe la finalité, elle serait là.

« Oui, mais est-ce que perdre le chakra serait vraiment un échec ? Pour beaucoup oui, parce que c’est ce qui dicte leur vie, ce qui façonne le monde. C’est pour cela que je pense qu’il est important qu’il y ait des individus sur le Yuukan, qui ne perdront pas la foi si ce jour arrive. Des personnes qui guideront ceux qui se sentiront démunis, qui perdront le sens de leur vie. C’est surtout ce qui me fait peur, si jamais l’Homme au Chapeau arrivait à ses fins. Je ne veux pas que tu penses que tu n’es rien par exemple, tu as une fille qui a besoin de toi, elle a besoin de grandir avec amour et exemplarité. Qu’est-ce qui t’empêcherait de voyager, de continuer dans la diplomatie ? Rien. Et pourquoi pas ouvrir un restaurant ? Je serai ta fidèle cliente si ça devait arriver en tout cas. »

Déclara-t-elle en terminant par un léger rire. Elle comprenait à quel point c’était effrayant et à quel point la situation serait catastrophique, c’était pour cela qu’elle devait garder les pieds sur Terre et se préparer au pire. Si elle était encore de ce monde à ce moment-là. La kunoichi sentait que ce sujet était délicat et moins joyeux, mais il était omniprésent dans les pensées de chacun. Alors qu’elle terminait son repas et que son ventre gonflait petit à petit, le rouquin fit preuve d’émotion dans ses paroles, faisant briller les pupilles rubis d’Aimi. Saya et elle étaient très proches et très liées, mais elle ne savait pas à quel point cette petite fille pouvait l’admirer. Elle était touchée et à la fois stressée de pouvoir alors la décevoir un jour.

« Saya est un rayon de soleil même dans les endroits les plus sombres, elle doit garder cet éclat et cette envie. Et si je peux l’aider en cela, alors je le ferai… Merci de me l’avoir dit, tu n’imagines pas à quel point ça me touche… Mais je pense que c’est plutôt à moi de te remercier, car c’est toi qui m’a accueilli dans votre famille, qui m’a accordé cette confiance si précieuse. Alors… merci. »

Termina la douce, alors qu’elle posait ses baguettes dans son assiette maintenant vide. Sans s’en rendre compte, ses yeux étaient devenus larmoyants. Elle se secoua légèrement la tête comme pour se reprendre, c’était une femme forte ! À défaut d’être rouge comme une tomate, elle présentait un sourire des plus radieux à son meilleur ami.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037

Une balade en forêt - Pv Aimi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: