Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Débat sans négociations | Raizen

Sharrkan
Sharrkan

Débat sans négociations | Raizen Empty
Lun 20 Juil 2020 - 15:26
Plus la reconquête se rapprochait et plus l'anxiété du dénouement se faisait sentir. Les mêmes questionnements revenaient sans cesse, empêchant Sharrkan de dormir dans cette petite auberge d'Iwagakure pourtant confortable. Les chambres étaient absolument incomparables à tout ce qu'ils avaient pu connaître à Joheki en terme de confort, vu qu'ils avaient séjourné la plupart du temps en tentes... Mais le Kazejin n'arrivait même pas à en profiter.

Ses vieux démons, normalement scellés au plus profond de son être, avaient décelé une faille dans ses protections et s'engouffraient dans le trou béant, avide de leur liberté retrouvée. Ils parasitaient son esprit, grignotant chaque parcelle de sanité de leurs dents acérées et teintées d'un rouge profond. Comme son sang et celui de ses camarades, qui avaient teinté de la même manière les babines du Fidèle.

Et Sharrkan ne faisait aucune tentative pour les arrêter. Fixant le plafond sans n'y trouver aucune réponse, il alimentait ces pensées auto-destructrices, appuyant avec un certain masochisme sur toutes ses erreurs et ses faiblesses. Et ce, depuis de longues heures déjà.

Après un profond soupir, le Kazejin se leva et s'habilla. Rien de positif ne pouvait sortir de cette façon et s'il ne faisait rien pour se tirer de là, il se retrouverait à voir le lever de soleil en n'ayant pas fermé l'oeil. Et puis... s'il ne pouvait profiter de son lit, il pouvait tenter les autres atouts d'une auberge. Il n'y aurait certainement aucun barman à cette heure avancée de la nuit, mais peut-être qu'il aurait la chance de tomber sur une bouteille d'alcool assez puissant pour l'assommer jusqu'au petit matin.

Le vieux plancher en bois craqua sous ses pas ; c'était mal barré pour la discrétion. Il arriva néanmoins au bout du couloir sans qu'aucune porte ne s'ouvre et heureusement, sans avoir été engueulé par une des grosses têtes du Fukkatsu. Mais en descendant les escaliers qui menaient à la salle principale, il remarqua qu'une autre chandelle perçait déjà l'obscurité des lieux. Une silhouette se découpait du halo lumineux de la bougie, facilement reconnaissable.

« Hey, Raizen. »

Peu perturbé par la présence, Sharrkan fit le tour du bar à la recherche de la boisson qu'il était venu chercher. Mais après avoir tenté de forcer tous les placards et vitrines fermés à double tour, de même que la porte de l'arrière-salle et des cuisines, il fut bien obligé de se résigner. Avec un peu de chakra, il aurait pu aisément faire sauter tous les verrous... Mais Sazuka avait bien trop insisté sur les consignes de comportement pour qu'il tente la chose.

Il était agacé et bien d'humeur à embêter la personne qui avait eu le malheur de se trouver dans la même pièce que lui. Après tout, c'était un peu de la faute de Raizen si Sharrkan était dans cette situation ; c'était lui qui avait voulu le forcer à parler de tout ça le jour d'avant. Même si ça partait d'une bonne intention sur le moment, les effets étaient tout autre actuellement. Alors, ce n'était qu'une juste rétribution.

Sans demander permission, il s'installa sur la chaise en face du Meikyû. Et pour rajouter du drama dans la situation et éventuellement irriter son compatriote, il étala ses bras sur la table, la joue droite posée contre le bois.

« Ugh... »



_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Débat sans négociations | Raizen Empty
Dim 26 Juil 2020 - 4:53

Calme, Raizen était isolé, prenant le temps de réfléchir et d’avancer sur différents sujets. Leur posture à Iwa n’étant pas forcément la meilleure, il se demandait comment Kumo allait faire pour renaître de ses cendres une fois le village remis sur pied. Les relations diplomatiques allaient-elles être corsées ou est-ce que tout allait bien se passer ? Bien qu’une grande partie de cette histoire risquait de dépendre de leur comportement au regard de ce que le Fukkatsu déposerait sur la table, une partie de lui ne pouvait s’empêcher de ressentir une forte appréhension à cet égard. N’étant pas du genre à éviter les combats ni même les guerres froides, il se demandait surtout si Sazuka aurait la patience suffisante pour supporter ces jeux politiques.

Or, à bien y penser, bien que cela faisait partie du jeu, il existait toujours la possibilité qu’elle cadre le rythme comme elle l’avait toujours fait avec merveille, empêchant ainsi le paraître de devenir réalité pour laisser place à ce qui était concret, honnête et véridique.

Soudain, il sortit de ses réflexions, interpellé par un bruit. Demeurant tout de même concentré, un second bruit attira son attention puis un troisième. On aurait dit que quelqu’un cherchait désespérément quelque chose, comme s’il était en quête d’une certaine drogue. Posant dès lors son regard sur le Kazejin qui semblait quelque peu découragé, il ne dit rien, demeurant muet jusqu’à ce qu’il se présente à ses côtés.

Ayant l’air légèrement dépité, Raizen arqua un sourcil, se demandant ce qu’il avait…

-Salut Sharrkan, tu m’as l’air dans un mauvais état…

Souriant légèrement, son regard mystérieux se posa sur celui-ci tandis qu’il attendait de comprendre ce qui motivait de tels états d’âme.

-Qu’est qui te tracasse ?

Allant droit au but, toute l’attention de Raizen était portée sur lui, comme s’il tentait indirectement de le percer à jour. Dès lors, le regard du corbeau attendait avec impatience la moindre découverte lui permettant de savoir ce qui le tracassait. Ayant déjà vu ce regard à Hayashi...puis aussi à Joheki, il savait que c'était dangereux.

Lui faisant un peu penser à ce qu’il avait personnellement vécu après la résonance, ce gouffre était très dangereux. En étant sorti seul grâce à sa résilience des plus solides, il ne pouvait s’empêcher de croire qu’il avait tout de même ...perdu une partie de son humanité suite à tout cela. Ainsi, s’il pouvait aider... autant le proposer…

Si Raizen n’avait que partiellement survécu, peut-être que ce serait différent pour Sharrkan...

_________________
Débat sans négociations | Raizen J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Débat sans négociations | Raizen Empty
Ven 31 Juil 2020 - 1:09
Alors comme ça, Raizen n'avait pas répondu au salut de Sharrkan ? C'était impardonnable. Mais il serait obligé de remarquer sa présence à un moment où à un autre... à ce moment exact, en fait. En même temps, c'était difficile d'ignorer une personne qui venait de se poser lourdement en face de vous et s'étalait sur votre table comme s'il était chez sa mère. Et pour être certain d'avoir toute son attention, Sharrkan posa ses mains sur les éventuels papiers disposés devant le Meikyû. Pas pour les lire... Juste pour embêter.

Mais c'était un peu son rôle, à Raizen. En tant que chef du Fukkatsu, il devait s'occuper de ses membres. Non ? Sharrkan releva la tête, un sourire amusé sur les lèvres.

« Dans un mauvais état ? Tu veux dire que ça me donne un air de bad boy, hm ? »

S'il avait encore l'esprit de faire des blagues de ce genre, c'était que ça n'allait pas si mal que ça. Le jour où il resterait totalement sérieux face à une difficulté... Ce serait là qu'il faudrait s'inquiéter. Néanmoins, la situation restait tout de même compliquée. Il laissa retomber son front sur le bois dans un "boum" sonore.

« Ah... »

Il y avait tellement de trucs qui le tracassaient que c'était difficile de savoir par où commencer. Il laissa le silence emplir la pièce à nouveau pendant quelques secondes, le temps d'organiser ses pensées. Au final, toutes tournaient autour de la même thématique. Il releva la tête une fois de plus, posant son menton sur ses mains croisées. Il voulait regarder Raizen dans les yeux et observer sa réaction.

« Et si l'Empire n'était pas une si mauvaise chose que ça... ? »

Ô combien ça lui coûtait d'envisager ça, encore plus de le dire à voix haute. Même les idées les plus insensées trouvaient leur chemin en temps de désespoir. Mais en attendant, aucune information ne filtrait du Village des Nuages. Ni bonnes, ni mauvaises. Il n'y avait pas de scandales rendu public sur le traitement des Kumojins. C'était donc... une idée plausible. Il avait pourtant terriblement envie de se venger. De les voir tous crever la bouche ouverte. Mais... Est-ce qu'ils n'auraient pas encore plus à perdre si une nouvelle guerre venait à éclater ?

« Imaginons que le Teikoku refuse de régler les choses diplomatiquement, qu'on ne trouve aucun allié... Qu'est-ce qu'il va se passer ? »

Ils avaient une armée qui avait réussi à écraser Kumo en une seule petite journée. Le Fukkatsu, bien que composés de shinobis puissants pour la plupart, ne représentait qu'une poignée de personnes. Est-ce qu'ils étaient vraiment de taille à lutter ? Est-ce que ce n'était pas... simplement du suicide ?

_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Débat sans négociations | Raizen Empty
Ven 7 Aoû 2020 - 5:30


Haussant un sourcil, Raizen répondit du tac au tac, mais seulement mentalement. Préférant éviter de le blesser davantage alors qu’il semblait désespéré, on aurait presque dit que Sharrkan se demandait s’il allait finir éternellement célibataire. Du moins, c’était l’essence du mal qu’il semblait capter chez son confrère, une détresse beaucoup trop calme et typique à celui-ci pour que Raizen n’ait l’impression que c’était un moindrement d'une urgence capitale.

Rassuré, il délaissa son air momentanément crispé, pour transgresser la décision qu’il venait tout juste de prendre dans son esprit.

-Tu m’as plutôt l’air désespéré ou en peine d’amour, mais j’imagine que le phénomène de ‘’bad-boy est assez vague’’, donc l’un n’empêche pas forcément l’autre...quoique…

Se contentant d’un sourire pour lui signifier qu’il se jouait un peu de lui, le Meikyû n’était pas si crispé et autoritaire qu'il le laissait croire. Étant plutôt de nature joueuse et taquine, il savait simplement quand revêtir la cape du sérieux. Après tout, la vie était un jeu. Simplement, fallait savoir jouer les bonnes cartes, aux bons moments, ce que faisait un peu Sharrkan en posant cette question.

Bien que son approche était relativement peu sérieuse, sa question optait pour un angle tout autre, comme quoi il fallait savoir faire la part des choses.

-C’est donc vraiment ça qui te tracasse ?

Se permettant toutefois de confirmer le tout au cas où il lui cachait les réels motifs de son comportement, il attendit patiemment, laissant un court silence planer avant de répondre à ses interrogations.

-Si ça peut te rassurer, le Teikoku n’est fort probablement pas aussi méchant qu’il n’en a l’air, du moins, pas plus que d’autres parties n’étant pas sous nos projecteurs. Simplement, ils ont fait une grande erreur en multipliant de beaucoup leur vengeance par rapport à l'échelle des erreurs qui ont été commises à Hi. Au final, ça n'a fait que nourrir cette roue éternelle et infinie qui ne fait qu’engendrer de la haine et de la violence, rien de plus.

Soupirant, tout son corps était maintenant tourné vers Sharrkan alors qu’il se faisait très pédagogue pour le moment.

-Donc, même si leurs objectifs étaient positifs ou plutôt une tentative de vengeance quelconque simple, il n’en demeure qu’ils se comportent comme des pions favorisant le plus grand problème du Yuukan : La division entre les villages shinobis, certains daimyos ainsi que l'homme au chapeau.

Ne passant pas par quatre chemins, le Meikyû exprimait clairement sa pensée :

-Si tous les pays étaient composés de villages, ce ne serait pas un problème. Simplement, en se manifestant sous le format d’un Empire, ils envoient un signal à toutes les instances qui n’aiment déjà pas les villages qu’ils sont différents dans leur fondement alors qu’au final… qu’est-ce que signifie réellement être un shinobi ? Appartenir à un village ou à un Empire fait-il vraiment une différence ?

Dérivant légèrement, il passa sa main dans sa chevelure de manière à se rattraper.

-Donc, fondamentalement, je ne pense pas que le Teikoku soit aussi négatif malgré les moyens barbares qu’ils ont entrepris pour se venger d’une situation qui me semble avoir été… disproportionnée. Autrement, leur premier réflexe aurait été de transformer les kumojines en esclave pour perpétuer leur domination, ce qui ne semble pas être le cas. Autrement, nous irions déjà déferler sur la nation et d’autres pays s’en seraient possiblement mêlés...ou pas sachant que le problème du voisin peut rapidement devenir le sien si c'est pour se protéger en amont... Dans tous les cas, cela me laisse croire que Kumo n'était qu'une grande étape dans leurs objectifs...et qu'ils en ont bien d'autres... Au regard des événements, ils auraient très bien pu déferler sur Iwa, mais faire tomber un village réputé pour sa force et sa puissance d'antan représentait un grand pari qu'ils ont su gagner pour délivrer leur message.

N’ayant pas vraiment confiance en aucune faction ou pays, il demeurait toutefois important pour les autres territoires de garder l’oeil ouvert, quitte à mettre son nez dans les affaires du voisin pour éviter de voir venir une possible menace. S’il était Kiri, Iwa ou toute autre instance, c’est ce qu’il aurait pris le temps de faire sachant que rapidement, le problème qu’on essayait de fuir pouvait devenir le nôtre.

-Par contre, s’ils refusent de régler les choses diplomatiquement…

S’apprêtant à répondre, son approche changea subitement, tout comme l’énergie qu’il dégageait. Passant ainsi de l’instructeur au sournois, son aura était beaucoup plus sombre. Ayant quelque penchant inquisiteur, on aurait presque dit que sa prochaine question sortait tout droit des enfers.

-Que penses-tu que l’on compte faire ou plutôt… que voudrais-tu faire si cela arrive Sharrkan ?

Tentant de comprendre quelle était la fibre qui nourrissait la peur de son compatriote, il était curieux d’en apprendre davantage sur cet homme qui trop souvent voilait son réel état d’esprit à travers l’humour et son charme. Ainsi, si Raizen pouvait découvrir une nouvelle facette de lui, autant en profiter non ? Plus important encore, le Fukkatsu était une organisation dans laquelle chaque personne avait une voix qui comptait autant que celle du voisin, quel que soit le rang ou la position. De ce fait, son avis était plus qu'important.


_________________
Débat sans négociations | Raizen J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Débat sans négociations | Raizen Empty
Ven 7 Aoû 2020 - 23:15
Choisissant de ne pas répondre à la pique de Raizen, Sharrkan se concentra plutôt sur la question. Il fronça les sourcils un instant, comme s'il ne voyait pas pourquoi il lui demandait ça.

« Oui. Ça ne devrait pas ? »

L'interrogation lui semblait pourtant légitime, à moins qu'il ne se soit enfoncé trop profondément dans les élucubrations tardives. Sharrkan voulait le mieux pour les Kumojins et il acceptait même de remettre en question sa vision des choses dans ce but-là. Ils ne pouvaient pas être sûrs que leur modèle était le meilleur... Et ils ne pouvaient pas non plus affirmer que la reprise de Kumo apporterait plus de positif que de négatif. Donc, le raisonnement était logique... A moins que Raizen soit simplement étonné que Sharrkan soit capable d'être préoccupé par des sujets aussi sérieux.

Néanmoins, le Meikyû continua sur un de ses monologues qui faisaient sa spécialité. Et si d'habitude ils avaient tendance à endormir Sharrkan, - ce qui pourrait d'ailleurs lui être bien utile vu la situation - le Kazejin concentra toute son attention sur les paroles de son chef, attendant une pause pour réagir. C'est de cette façon qu'il réalisa que leurs points de vue étaient bien différents. Comme d’habitude, Raizen avait un avis plus... global et pointu sur la situation, alors que Sharrkan ne voyait que les points qui le concernaient.

« Donc... c'est plus un enjeu géopolitique qu'autre chose ? »

Si c'était vraiment le cas, alors il s'était planté sur toute la ligne. L'objectif du Fukkatsu avait été clair : reprendre Kumo. Mais pour quelles raisons ? Ils n'en avaient jamais vraiment discuté. Peut-être que chacun avait des motivations différentes, ignorant celles de son voisin. Ou peut-être que tous les autres étaient bien au clair sur leurs desseins ; et Sharrkan était le seul pris au piège de son syndrome du sauveur.

C'était une toute nouvelle perspective qui s'ouvrait à lui. Agacé, il se sentait idiot de ne pas avoir vu plus tôt le tableau d'ensemble. Mais au final, il se fichait bien que le Teikoku projette de faire subir à Kiri ou Iwa la même chose qu'à Kumo. Il se fichait du message que ça envoyait aux instances peu enclines au modèle des villages shinobis. Le seul message qui comptait était que Kumo avait été vaincu, qu'ils avaient été faibles. Qu'ils avaient perdu. Et ce qu'il voulait vraiment, c'était...

« Me venger. »

Il fixa le regard de Raizen pendant quelques instants avant de se reculer sur sa chaise, tête renversée en arrière. Il lâcha un soupir qui résonna dans le silence de la pièce avant de continuer.

« Mais je sais que c'est mal. Que ça ne ferait que poursuivre le cycle de la haine, tout ça tout ça. Une vengeance d'une vengeance, qui serait probablement suivie par la vengeance de la vengeance de la vengeance. Jusqu'à quel point ? Que l'un des deux disparaisse définitivement ? Mhmm. »

Sharrkan se redressa, posant ses coudes sur la table.

« Et pourtant, on est tous d'accord sur le fait que Kumo doit retrouver sa liberté, quelles que soient les raisons. Mais alors quoi ? »

Étonnement beaucoup plus calme malgré les récentes révélations, il ne camoufla pas sa sincérité lorsqu'il demanda :

« Quelle est la bonne solution, Raizen ? »


_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Débat sans négociations | Raizen Empty
Lun 17 Aoû 2020 - 5:51

Laissant du temps à Sharrkan pour digérer l’étendue de ce qu’il avait dit, Raizen savait qu’il comptait possiblement créer plus de questionnements dans l’esprit déjà occupé du jeune homme. Après tout, ce n’était pas toujours agréable de poser des questions pour en ressortir avec une vision totalement différente ouvrant la porte sur une multitude d’autres questionnements.

À vrai dire, cette situation pouvait même être relativement frustrante, surtout lorsqu’elle touchait des sujets assez sensibles. Pourtant, l’homme d’argent semblait assez décidé, niant ainsi tout élément accessoire pour se concentrer sur ce qui causait ses réflexions, son mal , sa souffrance, ses inquiétudes et ses douleurs.

Pour la peine, Raizen le comprenait. Dans son soupir, on pouvait y entendre le poids d’un certain fardeau qui oppressait ses pensées, comme si malgré tout, il était conscient que ce cycle de haine était beaucoup plus dangereux qu’il n’en avait l’air. Réalisant par le fait même qu’il en était lui-même prisonnier, il était normal d’avoir une telle réaction…

-Il n’y a pas de bonne solution, sinon nous ne serions possiblement pas là à discuter en ce moment.

Commençant par le laisser réfléchir, Raizen lui offrit une réponse peu satisfaisante. Se contentant donc de l’observer à l’aide d’un sourire aussi curieux que malicieux, il changea toutefois sa posture pour venir justifier ses paroles.

-Par contre, sachant qu’on est aligné sur notre objectif, il y a des moyens plus efficaces surtout que le conflit est plus géopolitique qu’autre chose.

Dès lors, Raizen prit quelques instants, sachant pertinemment que les paroles qu’il allait prononcer risquaient de dévoiler une facette de lui que peu de gens percevaient. Étant chaotique, cela lui permettait d’être un fin stratège, voyant ainsi des failles là où la plupart n’en voyaient aucune. Pire encore, il arrivait bien souvent que les failles qu’il soulève soient considérées comme étant utopiste à défaut d’être perçue pour ce qu’elles étaient vraiment : des idées sortant du cadre initial à réflexion. Ayant leur facteur risque comme toute initiative, elles n’en restaient pas moins viables moyennant les bonnes conditions. C’était d’ailleurs cet élément qu’ils tenteraient d’influencer en leur faveur…

-La solution la plus viable pour le moment semble être la nécessité de parler aux autres villages cachés pour les rallier derrière cette cause. Le geste du Teikoku n’est pas passé inaperçu et passer par les hautes instances pour mettre de la pression politique pourrait jouer en notre faveur. Nous pouvons aussi demander l’aide des villages cachés en cas de guerre ou d’affrontement pour mitiger le fameux cycle de haine. En répartissant les différents acteurs, on en minimise le conflit initial pour se concentrer sur la situation active. Par contre, ces alternatives ont la faiblesse d’être très dépendantes de nos aptitudes à convaincre des partenaires qui historiquement n’ont jamais été des alliés excessivement… solides si l’on veut. Kiri et Kumo n’ont jamais été alliés et bien qu’Iwa et Kumo ont exécuté des missions communes, aucun traité officiel n’a été officialisé… De plus, à tout moment, un dirigeant adverse ne nous aimant pas ou bénéficiant de la posture de faiblesse de Kumo pourrait se désolidariser de la cause, tout comme ils pourraient tous dire que l’enjeu n’en vaut pas le feu de la chandelle. Qui plus est, les autres entités ne comprennent et ne sont pas prêt à jouer les arbitres dans ce genre de cas.

Apportant une idée, ses variantes, ses failles et ses conditions de succès, on pouvait clairement voir que Raizen savait nettement là où il s’en allait avec ses idéaux…

-Au final, mon intuition me dit qu’on devra se limiter à un support très minime puisque pour la plupart, ils ne mettront aucunement leurs populations en danger en dehors d’une aberration mettant à l’épreuve leurs valeurs et idéologies. Au mieux, cette guerre pourrait devenir une guerre froide, mais ce ne sera pas suffisant…

Lâchant un léger sourire, on pouvait voir une étincelle germer dans ses yeux alors qu’il y avait réfléchi longuement.

-L’autre option serait d’accepter de faire la guerre et d’envahir Kumo, de l’interne, mais aussi de l’externe pour créer une guerre civile. Par contre, même si nous venions à gagner, il y aurait trop de perte occasionnée ce qui n’est pas idéal à mon avis. À la limite, il serait plus intéressant d’envahir Urahi pour venir prendre possession de leur siège à travers des moyens furtifs, mais efficaces. Par contre, en faisant cela, nous deviendrons officiellement des terroristes , quelles que soient nos intentions…

Posant sa main sur son menton, il était clair qu’au fur et à mesure qu’il partageait les possibilités à Sharrkan que ses réflexions continuaient d’être alimentées de multiples idées :

-L’idéal serait d’imposer suffisamment de pression pour qu’ils réalisent que tous les partis auraient trop à perdre d’un affrontement. Ce serait vraiment la solution idéale nous permettant de perdre Kumo. Par contre, pour qu’elle fonctionne, il nous faudra non seulement de l’appui interne, mais aussi de l’appui externe et s’assurer que l’Empire ait des têtes réfléchit… et non des gens belliqueux… Et même si c’était le cas, une possible menace composée de multiples acteurs pourrait émettre suffisamment de pression pour les forcer à libérer Kumo de manière pacifique...

Encore une fois, tout dépendait beaucoup de leurs adversaires. C’est donc, pour cette raison que Raizen avait une ultime idée :

-Finalement, si toutes ses possibilités ne sont pas possibles, en dehors d’un miracle ou d’une opportunité inusitée, comme Sazuka l’a dit, être Kumojine, c’est bien plus que vivre dans le village de Kumo. Au final, ce n’est qu’un terrain. Ainsi, nous pourrions nous installer ailleurs quitte à rebâtir Kumo et Kaminari ainsi… Évidemment, ils risquent de s’insurger, mais c’est justement dans ce genre de conditions que les droits et libertés de tous seront mis à l’épreuve…

Terminant ainsi, Raizen espérait ne pas avoir perdu Sharrkan. Dès lors, il décida de lui faire un résumé au cas où il l’avait envoyé dans un monde parallèle vu le volume d’idées qu’il lui avait partagé.

-L’essentiel est que quoiqu’il arrive, il nous faudra des alliés désirant nous appuyer, mais le plus important reste de les informer pour attirer leur attention sur la cause. En second lieu, il nous faudra négocier avec eux et leur proposer une alternative visant un compromis entre nos deux partis moyennant une menace ou pression quelconque. Finalement, avec tous ses éléments, avec un peu de chances, ce sera faisable. Or, s’ils commencent à s’en prendre à la population Kumojine, nous devrons prendre des mesures radicales… Par contre, pour le moment, nous pouvons mener cette guerre de l’externe pour protéger la population d’un éventuel combat dont elle n’est pas encore prête…

Comme Raizen le disait souvent :

-Une guerre peut s’organiser en quelques mois voire quelques jours, mais effacer une culture prendra des années voire des siècles. Ainsi, le temps est notre plus grande alliée pour le moment, surtout que reprendre notre population en tuant une autre grande partie de celle-ci ne semble pas pertinent… Ce n’est pas avec le sang des autres sur nos mains que nous bâtirons quoique ce soit si ce n’est d’un cercle vicieux et égoïste qui s’écroulera du même sang qu’on a enlevé.

Laissant un léger silence planer, il attendait de voir ce qu’en pensait celui-ci :

-Particulier, n’est-ce pas ?

_________________
Débat sans négociations | Raizen J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Débat sans négociations | Raizen Empty
Lun 24 Aoû 2020 - 2:06
« Ou plutôt qu'il y a plusieurs solutions, mais qu'aucune n'est bonne... »

Répondit Sharrkan du tac-au-tac. La réponse était au moins claire : il n'y avait pas de solution unique et idéale. Les possibilités étaient multiples, les choix nécessaires. Il s'agissait "seulement" de faire les plus convenables. Voir le tableau d'ensemble, peser le pour et le contre, évaluer les conséquences. Analyser ces fruits de longues réflexions, puis finalement faire un choix irrémédiable.

Mais jusqu'à présent, ces questionnements n'avaient pas effleuré le Kazejin. Peut-être qu'il ne se sentait pas concerné, suivant aveuglément les chefs désignés. Peut-être que jusqu'à ce soir, son esprit avait été trop occupé pour lui permettre d'encaisser une nouvelle problématique. Peu importait au final ; la situation actuelle était la même.

Avec le temps, Sharrkan reconnaissait cette expression : c'était celle que Raizen affichait lorsqu'il s'apprêtait à se lancer dans un long monologue, certainement pire que le précédent. Mais des explications, c'était ce qu'il était venu chercher après tout... si on oubliait que sa première idée était l'alcool. Il se prépara donc à recevoir la tonne d'informations qui allait lui tomber dessus.

Et donc, un conflit géopolitique, voilà ce que c'était. Au moins, le Kazejin avait vu juste sur ce point-là. Ce n'était pas la vengeance, ni les raisons du cœur qui poussaient le Fukkatsu à poursuivre leur objectif. Ce n'était pas l'empathie pour leur peuple prisonnier du joug d'étrangers. Et d'un certain point, c'était décevant. Mais cela signifiait aussi, d'un certain côté, que ce n'était pas le Teikoku en lui-même qui était combattu. C'était l'idée même d'un Empire. Dans les faits, il n'y avait donc aucune place pour la vengeance. Pire encore, peu importait que les soldats maltraitent ou, tout au contraire traitent de façon correcte les Kumojins. Au final, de mauvais traitements sur la population auraient certainement appuyé leur plaidoyer auprès des autres nations.

Sans même connaître le point de vue des autres villages cachés, Sharrkan se doutait que la tâche ne serait pas simple. La dernière fois qu'Iwa avait envoyé des émissaires... ils avaient été abattus par le Teikoku, le jour même de la prise de Kumo. Que ces meurtres soient volontaires ou pas, ils envoyaient dans tous les cas un message fort. Et si Iwa n'y avait pas encore réagi, s'ils n'avaient pas cherché à venger leurs morts, c'était certainement qu'ils préféraient faire profil bas auprès de l'Empire. Là encore, tout ceci était certainement politique. Mais de toute façon, rien ne ramènerait Shin et Etsuko à la vie, pas plus que les autres Kumojins étant décédés ce jour-là. Ce qui était fait ne pouvait être défait.

« Nous avons donc trois possibilités, c'est ça ? Petit un, faire la guerre, accompagnés d'alliés ou pas. Des pertes énormes des deux côtés, la population obligée de subir une guerre civile, seulement pour conserver nos idéaux sur le fonctionnement des villages cachés. Petit deux, s'engager dans une guerre froide pour les pousser à nous rendre le village d'eux-mêmes, ce qui pourrait prendre des années comme ne jamais fonctionner. Et petit trois, reconstruire Kumo sur la montagne d'en face... »

Sharrkan scruta le plafond, le fantôme d'un sourire sur les lèvres. Ces solutions semblaient vaines alors que les raisons semblaient... idiotes. Ce n'était pas pour ça qu'il s'était engagé. Pour quoi, au final ? Il n'arrivait même plus à se souvenir de ses motivations premières. Ah, oui... une promesse faite à Kyohei. Qui lui-même s'était engagé seulement par vengeance.

« Compliqué. Enfin... Je comprends mieux. Même si ça ne me plaît pas forcément. »

Le Kazejin garda le silence encore quelques moments, se faisant un énième résumé mental de la situation pour détecter d'éventuels questionnements laissés sans réponse, susceptibles de le garder éveillé la nuit suivante. Mais à la place, c'est autre chose qu'il remarqua. Il se redressa, rendant au Meikyû son sourire sournois.

« Par contre toi, ça a l'air de beaucoup te plaire. Tu réfléchis à tout ça depuis le début ? »

Quelle que soit la réponse, le manieur de chaleur avait le sentiment qu'il ne serait pas étonné. La première action de Sazuka en tant que Raikage avait été de nommer Raizen à la tête du Fukkatsu, sans une once d'hésitation. Et Sharrkan commençait à en entrevoir les raisons.

_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Débat sans négociations | Raizen Empty
Lun 31 Aoû 2020 - 1:09

Posant un regard pensif sur Sharrkan, il ne put s’empêcher de sourire. Ce jeune homme comprenait visiblement très rapidement. Peut-être ne le reconnaissait-il pas, mais il avait énormément de potentiel…

Si comprendre ce que Raizen avait dit avec autant de détails n’était pas la chose la plus complexe, y déceler un certain plaisir chez le Meikyû n’était pas donné à tous. S’arrêtant souvent à la façade de ce qu’il représentait, peu de gens réalisaient à quel point le cerveau de Raizen tournait dans tous les sens, réfléchissant, planifiant, détruisant et recommençant. Représentant ainsi un cycle éternel d’amélioration, c’était justement ce qui faisait son point de différenciation. N’ayant qu’une intelligence légèrement au-dessus de la moyenne, ce qui le rendait redoutable était sa motivation et tout ce qui l’amenait à absorber, observer, comprendre et planifier. N’hésitant en aucun cas à regarder en dehors du cadre, le Meikyû était ce qu’on pouvait appeler un stratège assez complet. Ainsi, il n’était pas un génie, mais bien tout le contraire. Représentant bien souvent l’élément que personne ne voyait réellement venir, malgré son prestige, il savait que les gens s'arrêtaient à ce qu’il laissait paraître, sans jamais s’intéresser à ce qui existait dans l’envers du décor. N’étant pas non plus obligatoires, les gens s’y étant aventurés étaient relativement rares, voire… inexistants…

-Ce n’est pas très agréable, mais ce profil est aussi très parfait… Ce qui rend ce genre de moments plaisants, c’est justement l’imprévu et le fait qu’on ne peut pas tout anticiper…

Soupirant, il plongeait son regard dans les iris se Sharrkan, ne délaissant aucunement sa dernière question pour autant.

-Je ne prends aucunement plaisir à voir mon village dans une telle situation, mais nier le fait que je n’ai aucun plaisir à utiliser mes aptitudes en stratégie serait te mentir…Même si je ne le démontre pas, il n’y a pas une seconde qui passe durant laquelle je ne tente pas de savoir comment influencer positivement notre situation…

Lâchant le tout avec calme et sérénité, la fougue dans ses iris se calma légèrement pour laisser place à quelque chose de sournois, mais calme.

-J’imagine que ce n’est pas ce que je dégage…

Posant cette fois-ci son regard ailleurs, il regarda le décor un moment, se souvenant qu’ils ne savaient pas le sacrifice qu’il venait de faire pour un jour concevoir une armée...qui saurait possiblement limiter les dégâts dans une guerre. En payant le prix de la mort, il tentait indirectement de protéger la vie...même s’il avait possiblement dû payer le prix de sa propre vie pour le faire…

-C’est un peu comme le masque joueur, blagueur et charmeur que tu portes pour masquer tes propres inquiétudes…je suppose.

Ricanant légèrement, il brisa soudainement l’ambiance en envoyant un missile verbal en direction de son frère du vent.

-Si tu veux un conseil, cesse de fuir tes angoisses ou de tenter de les noyer, mais affronte-les. Le plus tu seras habitué à être en situation inconfortable, le mieux tu pourras les gérer calmement… c’est ce qui me permet de poursuivre ce que je fais sans me dire que d’une seconde à l’autre, Kumo peut disparaître.

Passant des gestes à l’acte, il se leva en posant sa main sur l’épaule du jeune homme.

-Suis-moi.

Marchant calmement vers la sortie pour se retrouver à l’extérieur, une nuitée assez calme les attendait. Parsemée d’étoiles, Raizen espérait que mère nature leur offrirait de quoi illuminer le reste de cette soirée. Or, pour le moment, il se demandait surtout comment Sharrkan allait gérer cette première épreuve visant à le sortir de sa zone de confort. Après tout, demander à quelqu’un de le suivre sans indiquer le moindre motif alors que cette personne était déjà perturbée n’était jamais agréable et ça, Raizen le savait.


_________________
Débat sans négociations | Raizen J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Débat sans négociations | Raizen Empty
Ven 4 Sep 2020 - 4:19
Pendant tout ce temps passé éveillé, à se torturer l'esprit, Sharrkan était arrivé à plusieurs pistes de réflexions. Plusieurs théories, plusieurs solutions, plus ou moins probables et faisables. Mais certains de ces raisonnements étaient corrects, Raizen venant justement d'en apporter la confirmation.

Le manieur de chaleur ne savait plus exactement ce qui avait provoqué ce déclic, mais il se sentait soudainement beaucoup plus connecté à la réalité du monde. Comme s'il avait reçu un sceau d'eau glacé au visage, Sharrkan s'était enfin réveillé. Il découvrait un nouvel aspect du Fukkatsu, du Yuukan et même - de lui-même. Et s'il s'était toujours tenu éloigné de la politique, bien peu intéressé par ces histoires, il n'avait pas d'autres choix que d'en connaître les ficelles maintenant qu'il baignait complètement dedans.

« Je vois. C'est ce qui est attendu d'un leader, je suppose... ? »

Il apprenait également à connaître Raizen en dehors des réunions officielles et de la vie quotidienne sur le camp. Car au final, même s'il était le chef de leur organisation... Sharrkan ne l'avait jamais vraiment trouvé intéressant. L'attitude froide et distante qu'il affichait en presque toutes situations ne donnait pas envie de démarrer une conversation décontractée avec lui. Mais si le manieur de chaleur avait découvert une facette étrangement... "attentionnée" la veille, le Meikyû en montrait une totalement différente ce soir. Donc effectivement, ce n'était pas les aspects qu'il dégageait.

« Pour être honnête, tu dégages pas grand-chose. » rétorqua Sharrkan avec un sourire moqueur.

Ce qui n'était pas entièrement faux... sans être entièrement vrai non plus. Mais le sarcasme était de toute façon indépendant de la vérité. Cependant, le retour de bâton ne se fit pas attendre et Raizen réattaqua fort ; une ombre fugace passa sur le visage de Sharrkan, qu'il chassa en renforçant son sourire.

« Un masque ? Oh désolé, tout est naturel chez moi. »

Coincé, il avait été obligé d'admettre une de ses faiblesses - chose qu'il détestait. Chose qui n'arriverait plus. Les faiblesses ne devaient pas être montrées aux autres, sous aucun prétexte, sous peine de se retrouver dans une situation similaire : qu'elles soient utilisées contre vous. Il pouvait bien regretter de s'être confié, c'était trop tard à présent. Mais ça n'arriverait plus... car l'admettre aurait révélé une nouvelle faiblesse.

« Je n'en voulais pas. Merci quand même. »

Le ton était toujours sarcastique, mais beaucoup moins chaleureux que quelques secondes auparavant. Alors qu'une de leur conversation prenait enfin un tournant intéressant, le Meikyû était obligé de détruire la bonne entente qui s'était doucement installée. Un pas en avant, deux en arrière. Peut-être qu'il y avait parfois des personnes avec qui ça ne collait pas, tout simplement.

Néanmoins, Sharrkan se leva et suivit Raizen à l'extérieur, sans un mot de plus. Le froid glaçant planta ses griffes dans sa chair et instinctivement, le Kazejin augmenta sa chaleur corporelle. Ils étaient aux portes de l'hiver ; c'était encore plus flagrant dans un pays comme Tsuchi no Kuni.

« Brr, je sais vraiment pas comment vous faites pour survivre sans Shakuton. Et donc, on va où ? Je crois que tout est fermé à cette heure. »

_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Débat sans négociations | Raizen Empty
Sam 5 Sep 2020 - 20:16

Émettant un léger sourire ,les rictus commençaient de plus en plus à devenir sa marque de commerce lorsqu’il ne révélait pas la totalité de ce qui lui traversait l’esprit.

Ne daignant poser un regard sur Sharrkan, Raizen devait avouer que son sens de la répartie était tristement impeccable. Frôlant parfois l’arrogance sans pour autant faire preuve d’insulte, il avouait secrètement apprécier ce genre de culot. Éclectique à sa manière, le Kazejine d’argent n’avait pas froid aux yeux, un trait que Sazuka et Raizen appréciaient tous les deux. Or, ce n’était pas pour autant qu’il n’était pas stratégique. Au contraire, bien qu’il pouvait paraître comique, légèrement arrogant, joueur, mesquin tout en étant charmant, sa véritable force résidait en son potentiel…

Or, comme toute plante, elle pouvait finir par pourrir si elle se nourrissait des mauvaises racines tout comme elle pouvait fleurir. Tantôt carnivore, tantôt exemplaire, l’environnement dans lequel il évoluerait aurait certainement une influence sur celui sachant qu’il le sentait un tantinet volatile…

-Sharrkan…

Alors qu’ils étaient à l’extérieur, Raizen s’arrêta soudainement, se retournant vers le jeune homme pour le regarder. Penchant sa tête sur le côté comme s’il tentait de le voir à l’envers, il eut un bref sourire en se remémorant ses dernières paroles… Après tout, il était vrai qu’il ne dégageait rien. Ainsi, avec un peu de chance, le Kazejine ne remarquerait pas les intentions meurtrières silencieuses qu’il dégageait en observant son comparse.

-Puisque tu apprécies autant mes conseils, je compte t’en donner un autre. Si tu désires sortir de ta zone de confort, il serait intéressant de te voir survivre sans utiliser ton shakuton à longueur de journée…

À bien y réfléchir, Sharrkan aimait un peu trop...vivre dans un monde confortable, comme s’il n’était pas encore totalement sorti du foyer familial. Était-ce un bon moment pour l’empêcher de voir son potentiel flétrir ? Possiblement… La décision lui revenait.

-Mais parler n'est pas très utile, donc laisse-moi te montrer quelque chose ou plutôt… prêcher par un exemple concret.

Ayant constamment un regard assez vif, ses iris miroitèrent soudainement un degré d’hostilité assez sinistre, mais imposant. Avec un peu de chance, ce qu'il dégageait était toujours... absent.

-Attaque-moi au corps à corps. Je te laisse même me frapper autant de fois que tu veux à condition que ce soit des attaques au corps à corps. En contrepartie, je te donne ma parole que je n’esquiverais pas même si je suis beaucoup plus rapide que toi tout je te promets de ne pas t’infliger de blessures ni même te frapper.

Levant les bras, Raizen venait de se démunir de tous les éléments qui auraient possiblement pu l’aider afin de lui montrer un exemple concret… Illustrant plus ou moins une situation dans laquelle la plupart des voies étaient coupées, loin d’être dans sa zone de confort, ce n’était pas pour autant qu’il allait en devenir faible. Au contraire, il devait s’en nourrir au point d’en sortir triomphant…

-Et non je ne suis pas sadomasochiste, ne t’en fait pas… mais est-ce vraiment important? Ce n’est pas tous les jours que tu as l’opportunité de m’en coller une sans conséquence non ?

Montrant qu’il était très provocateur, Raizen avait été forgé dans un cadre qui ne déviait pas trop de celui de son camarade. Ainsi, il pouvait se permettre à son tour de faire preuve d’arrogance ou de provocation. Or, il pouvait le faire dans un calme absolu sachant que si joute verbale il y avait, sans aucune hésitation il parierait sur sa propre victoire. Telle était sa confiance en lui.

_________________
Débat sans négociations | Raizen J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Débat sans négociations | Raizen Empty
Mar 8 Sep 2020 - 2:15
Sans même avoir répondu à la question, Raizen s'était arrêté abruptement au milieu de la rue, forçant le Kazejin qui le suivait de trop près à lui marcher sur les pieds. S'apprêtant certainement à lancer un commentaire cinglant, Sharrkan s'arrêta avant de dire quoi que ce soit, fronçant les sourcils. Si le Meikyû ne dégageait rien d'habitude, il ressemblait ici à un malade, à s'arrêter d'un coup et à sourire seul, sans rien dire. Loin d'être cependant impressionné, le Kazejin lâcha avec un sourire :

« Ah, je vois. Tu m'as révélé tes plans, alors maintenant tu vas me tuer pour que je n'en parle à personne, hm ? On devrait aller un peu plus loin quand même, je ne voudrais pas perturber le sommeil des Iwajins. »

Mais il semblait que Raizen ait décidé d'appuyer sur tous les sujets sensibles ce soir. D'abord ses faiblesses, puis le Shakuton... Il ne manquait plus qu'il critique la chère maman de Sharrkan pour faire ressortir définitivement toute la susceptibilité du Kazejin.

« Pourtant, mon Shakuton ne te dérangeait pas tant que ça à Joheki. »

Et pour cause : il avait été d'une grande aide pour leur vie de camping. Sharrkan et Hoshiyo s'étaient relayés pour la plupart des tâches nécessitant de la chaleur, améliorant grandement le confort sur le camp. Comme par exemple, faire bouillir de l'eau, réchauffer l'eau de la rivière pour la toilette, augmenter la température dans les tentes de quelques degrés lors des nuits les plus froides... Le Shakuton faisait partie de lui ; ce serait stupide de ne plus s'en servir sous principe de "sortir de sa zone de confort".

Mais la conversation prit soudainement une tournure très étrange. Un moment, les deux Kazejins se balançaient des piques au visage et l'instant d'après, Raizen, les bras levés, demandait à Sharrkan de le frapper. Ça, c'était vraiment un élément inattendu. Le manieur de chaleur resta quelques secondes étonné puis fronça les sourcils.

« Quoi ? Ici ? »

Car après tout, ils étaient toujours dans les rues d'Iwa, en tant qu'invités se tenant parfaitement bien. Il ne faudrait pas que les habitants alertent les autorités pour deux Kazejins/Kumojins rebelles/déserteurs se battant en plein milieu de la nuit. Si ça arrivait jusqu'aux oreilles de Sazuka, ils allaient en entendre parler pendant un moment.

« Pourquoi, j'aurais des raisons d'avoir envie de t'en coller une ? » lança-t-il avec un sourire. « Je suis sûr qu'il y a une arnaque dans l'histoire, du genre que mes attaques vont me revenir dans la tronche et tu vas dire "je t'ai pas frappé, tu t'es frappé tout seul". »

C'était quelque chose de faisable grâce aux sceaux Meikyû ? Aucune idée. Mais ce qui était sûr, c'était que Raizen ne se laisserait pas frapper gratuitement, il avait forcément quelque chose en tête. Mais bon...

« Bah, je suis pas du genre à désobéir aux ordres, pas vrai ? »

Après un énième sourire sarcastique, Sharrkan concentra son chakra. Il attaqua par un coup de pied circulaire et enchaîna immédiatement avec un coup de poing au diaphragme, avant de reculer de quelques pas pour se protéger d'un éventuel contre-coup. Comment la situation avait pu évoluer d'une simple insomnie... à ça ?

Spoiler:
 

_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Débat sans négociations | Raizen Empty
Jeu 17 Sep 2020 - 20:24

Il était vrai que le Shakuton de Sharrkan avait été fortement utile à Joheki, tout comme sa présence d’ailleurs. Représentant plus ou moins la seule étincelle de vie, il avait un rôle qui pouvait être sous-estimé de plusieurs, mais qui était bel et bien important. Étant assez terre à terre, cela lui permettrait de capter les vibrations d’une ambiance pour y mettre son grain de sel, ce que le groupe avait pour le moment toujours apprécié. Représentant plus ou moins un don ou plutôt la surface d’un potentiel inouïe, saurait-il capitaliser sur cette essence pour la transmettre dans toutes les facettes de sa vie ou se laisserait-il influencer par celle-ci ?

Il y avait généralement deux angles au pouvoir. D’un côté, on pouvait apprendre à la maîtriser tandis que de l’autre on pouvait se faire gouverner par celui-ci. Deux facettes opposées qui étaient pour le moins radicales. Bien souvent au centre, dépendant l’évolution, une personne pouvait pencher d’un côté comme de l’autre.

C’était donc là que Raizen oeuvrait. Parcourant les lignes intangibles du potentiel, il s’amusait généralement à les stimuler, sortant autrui de leur zone de confort pour faciliter la réalisation qu’ils étaient les seuls à pouvoir faire. N’ayant visiblement pas la même portée que de se faire donner la réponse, le constat personnel était bien souvent le symbole qui signifiait l’éveil de quelque chose de plus puissant, quelque chose de plus fort : l’évolution.

Prônant ainsi cette facette avec toute sa personne, c’est notamment cet aspect de sa personne qui lui permettait de sourire malgré les commentaires que lui faisait Sharrkan. Se contentant ainsi de lui répondre par un silence qui ne lui ressemblait pas, cet instant était quasi-introspectif.

Ainsi, le Meikyû lui permit d’asséner son premier coup de pied dans les côtes afin de le mettre en situation de confiance. Une fois qu’il réaliserait que son premier coup était passé, la confiance, chose innée et naturelle de chaque individu prendrait le dessus, lui donnant la puissance d’esprit suffisante pour tenter autre chose. C’est notamment à cet instant qu’il le plongerait dans une situation difficile, là où il s’en attendait le moins.

Dès lors, on put voir le sourire de Raizen s’accentuer tandis que son mouvement était quasi trop fluide pour être réel. Inhumain, le maître en taijutsu dévoila la beauté de son art en se déplaçant de manière à se retrouver en dehors de la portée du coup. Mieux encore, il fut en mesure suite à une douce pression appliquée sur son avant-bras de profiter du mouvement de son adversaire pour s’ouvrir une brèche au niveau de sa défensive lui laissant la totalité de son corps à découvert.

Dévoilant ainsi une brèche dans son approche, le Meikyû se courba soudainement avant d’amener son poing avec fluidité vers la côte de Sharrkan. Visant à lui brasser la cage thoracique, il freina son mouvement à la dernière seconde, laissant uniquement la chaleur de son poing frôler sa côte en guise d’avertissement.

-Parfois il faut accepter d’être frappé pour mieux riposter comme tu as pu le voir, et ce, même si c’est inconfortable sur le moment…cela vaut autant en combat que dans la vie de tous les jours. Tout à un prix Sharrkan, c’est ce qui rend les choses plus réalistes...

Souriant, il transforma soudainement son poing en poke pour venir lui taquiner la côte d’un geste anormalement inconfortable. En profitant par le fait même pour jauger sa musculature il poursuivit :

-Par contre, rassure-moi, tu n’as pas cessé de t’entrainer physiquement si ? J’ai l’impression que ta masse musculaire a diminué…

Le taquinant visiblement, il passa sa main dans sa chevelure avant de se reculer d’un pas.

-Quoique ce n’est pas important. Ce que tu décides de faire avec ce que je viens de te dire l'est beaucoup plus cependant …

Laissant ses iris dévoiler une facette étrangement éducative de sa personne, l’être qui pendant tout son séjour à Joheki semblait absent révélait une partie différente de lui. L’espace d’un instant, on aurait dit qu’il avait réalisé que son désir constant d’évolution était mieux satisfait lorsqu’il prenait la peine de s’ouvrir aux autres plutôt que d’être égoïste et de ne penser qu’à sa propre personne… Inconfortable comme découverte, l’affronter et en profiter pour progresser en conséquence était l’essentiel, comme quoi il faisait ce qu’il prêchait.


Spoiler:
 

_________________
Débat sans négociations | Raizen J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Débat sans négociations | Raizen Empty
Mar 22 Sep 2020 - 23:00
S'attendant à voir son coup de pied être contré d'une façon ou d'une autre, le Kazejin fut assez surpris de le voir atteindre sa cible : les côtes de Raizen. Pourtant, cet exercice avait forcément un but précis. Peu importe la façon dont il se déroulait, connaissant le Meikyû, il y aurait obligatoirement une morale à la fin, en tirer des leçons, blablabla. Donc... Sharrkan espérait anticiper un minimum une conséquence.

C'est pour cette raison qu'il fut légèrement déstabilisé lorsque son pied heurta de plein fouet son adversaire. Soit Raizen avait menti et il était vraiment masochiste, soit il y avait un autre piège... et il avait foncé en plein dedans. Mais de toute façon, c'était trop tard pour réfléchir ; le mouvement du poing était déjà amorcé. Et lorsqu'il vit le sourire de son coéquipier, il comprit que c'était la deuxième option - il avait fait exactement ce qu'il attendait.

Trop pris dans son élan pour tenter une quelconque défense, Sharrkan vit son bras être dévié pour le mettre dans une situation désavantageuse, le laissant totalement exposé pour laisser tout le loisir à son adversaire de contre-attaquer. Ce qui d'ailleurs, ne tarda pas à arriver. Le Kazejin serra les dents en voyant le coup viser son ventre, se préparant à encaisser... Mais rien. Tenant sa promesse de ne pas le frapper, Raizen avait arrêté son attaque très précisément au moment où elle allait toucher. Voilà donc ce qu'il avait en tête depuis le début.

« Ohhh, ok, d'accord. »

Bien entendu, l'inévitable morale de l'histoire arriva. Et effectivement, elle était beaucoup plus percutante sous cette forme que si elle avait été simplement énoncée en étant assis sur une chaise. Montrer plutôt que raconter, est-ce que c'était quelque chose que Raizen avait saisi suite à leur discussion plutôt chaotique de la veille ? Si c'était vraiment ça et pas seulement du hasard, sa pédagogie s'était largement améliorée. Dans tous les cas... le raisonnement était loin d'être stupide, que ce soit métaphoriquement ou littéralement, il en avait eu la preuve. Accepter d'encaisser pour frapper plus fort après, comme accepter de faire un pas en arrière pour pouvoir en faire deux en avant. La définition même de sacrifice ; renoncer volontairement à quelque chose pour en obtenir une autre.

« Ha, tu me mates ou quoi ? » répondit Sharrkan sur le même ton.

Bientôt, chaque membre du Fukkatsu aurait eu l'occasion de faire une remarque sur son physique. Cette objectification de la part de ses camarades était lassante. Alors certes, il était très beau et c'était normal de provoquer quelques jalousies... Mais il était plus qu'un corps sexy. Il en avait aussi dans la tête, duh ! Et en plus, c'était faux. Depuis qu'Anzu lui avait dit qu'il avait pris du poids après son séjour à Kaze, Sharrkan avait repris l'entraînement assidûment. Et puis, ce n'était pas comme s'il y avait grand-chose d'autre à faire à Joheki.

Pour en revenir au sujet principal... Raizen semblait attendre quelque chose. Une réponse ? Ce qu'il déciderait de faire avec cette leçon ? Oh, probablement la mettre dans un coin de sa tête et l'oublier à la première occasion. Mais ce n'était certainement pas ce que le Meikyû souhaitait entendre. Impassible, le Kazejin fit un effort de réflexion alors que le silence s'imposait un peu trop longtemps et que se fixer dans le blanc des yeux devenait inconfortable. Faire un sacrifice... pour s'améliorer... Oh. Il y avait bien quelque chose qu'il pouvait faire dans ce sens. Souriant largement, il lança :

« Au fait, elle était cool cette technique. Tu me l'apprends ? »

_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Débat sans négociations | Raizen Empty
Jeu 24 Sep 2020 - 4:32


Ne pouvant s’empêcher de s’esclaffer lorsqu’il lui fit sa première remarque, Sharrkan avait définitivement le don d’être subtil dans ses reproches, mais aussi quand sa curiosité était d’une quelconque manière piquée. Ainsi, bien qu’il ne le disait pas, il semblait de plus en plus réceptif au Meikyû, chose qui n’était pas le cas au début. Relativement normal compte tenu de l’état du tatoué à cet instant précis, il allait un peu mieux depuis qu’il avait lui-même accepté d’affronter sa zone de déplaisir.

-Je ne répondrais pas à cette question, à moins que tu me dises que ça changera quelque chose pour toi … ?

Laissant une légère question taquine en suspens, il se contenta d’observer celui-ci pour le piéger à l’aide de sa propre question piège, comme quoi il y avait possiblement des questions qu’il valait mieux ne pas poser, même si c’était pour divertir l’attention d’un autre sujet. Or, quoiqu’il arrive, l’expertise que Raizen avait pour le taijutsu le rendait très observateur, un peu trop pour ne pas qu'il puisse l'utiliser à titre d'alibi.

Ainsi, bien que la masse musculaire de son partenaire semblait avoir légèrement diminué, ce n’était pas pour autant qu’il semblait moins en forme… Simplement, il avait noté une différence, voilà tout…

-Tant que tu es prêt à suivre mes instructions, il me fera un plaisir de te l’apprendre, même si l’expérience sera peut-être déplaisante par moment.

Souriant de manière quasi malicieuse, c’était pour lui un moyen d’exprimer ô combien il était heureux d’avoir piqué la curiosité du maître des illusions. Après être passé maître dans l’art d’esquiver certains sujets sensibles, cet homme savait manipuler une situation malaisante avec aise pour la rendre confortable pour lui-même.

-Ce n’est pas ce que tu crois, mais on va commencer par un petit cours de biologie. Enlève ton haut Sharrkan.

Enlevant sa veste pour finalement enlever son haut sans aucune gêne, Raizen s’arrêta subitement et ajouta :

-À moins que répondre à ta première question soit une condition pour que tu acceptes de me faire confiance…

Laissant toujours ce même sourire malicieux s’emparer de son faciès, Raizen devait avouer aimer déstabiliser les gens, encore plus lorsque ceux-ci sautaient à pieds joints dans sa zone de confort.

-Afin de comprendre où et comment parer ton adversaire, il faut que tu puisses comprendre comment le corps bouge et de quel manière il est composé pour utiliser les articulations de ton adversaire à ton avantage. Ça te permettra non seulement de dévier, mais aussi, si tu le veux, de prendre contrôle de ton adversaire au corps à corps, un peu comme ce qu’à fait Hoshiyo...lors de notre entrainement.

Se souvenant la fameuse prise de judo, il eut un léger rire quant à la conclusion de cet entraînement, mais il préférait l’utiliser comme exemple, bien que malaisant puisque son objectif premier demeurait le passage de connaissance à l’homme argenté qui pouvait à tout moment l’envoyer promener et abandonner cet entraînement…

-Si je me positionne pour t’envoyer un coup de poing, quelles sont selon toi les zones de contrôle ou de déviation ?

Testant ainsi ses réflexes et son observation, Raizen tentait de comprendre de quelle manière Sharrkan visualisait les choses. Or, à aucun moment il ne s’était demandé si celui-ci préférait annuler l'entrainement. En effet, contre toute attente, il avait la nette impression qu’il était sérieux et voulait réellement apprendre sa technique. Peut-être avait-il tort , mais c'était bien partie pour être un réel apprentissage, leur premier...


_________________
Débat sans négociations | Raizen J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Débat sans négociations | Raizen Empty
Ven 25 Sep 2020 - 1:38
« Bah, tu sais, ne pas répondre est aussi une réponse. »

Lança Sharrkan en haussant les épaules. La réponse n'importait que très peu. Il avait bien compris que Raizen était aussi un pro dans l'art des railleries et du sarcasme pour mettre son interlocuteur dans l'embarras, mais il était bien décidé à ne pas se faire avoir. C'était un talent qu'il maîtrisait bien après tout ; et même si pour une fois, il se retrouvait face à un adversaire redoutable, il n'était pas près de flancher.

« J'ai survécu à un apprentissage sur plusieurs jours avec Sazuka, donc je pense que ça va aller. Sans vouloir te vexer, bien sûr. »

Nouveau sourire mesquin. L'apprentissage en lui-même n'avait pas été si terrible, c'était surtout la technique qui était complexe à maîtriser, demandant une grande quantité de chakra. Et même si Sazuka les avait poussés à faire de leur mieux, elle ne les avait jamais incités à se dépasser plus que nécessaire. Peut-être qu'il en aurait été autrement s'ils avaient été dans un cadre sécuritaire et pas à Joheki, mais toutefois, le résultat était le même : bien que sévère, Sazuka avait été un bon professeur. A voir si Raizen ferait mieux... ou pas.

En tout cas, l'apprentissage commençait... étrangement. C'était effectivement la première fois qu'un professeur lui demandait de se déshabiller, de plus en plein milieu de la nuit, dans la rue, dans un village où ils étaient seulement tolérés pour quelques jours. Sharrkan leva un sourcil interrogateur mais ne posa pas plus de questions. Comme tout le reste, il y avait certainement une bonne raison et puis... il n'était pas du genre à avoir froid aux yeux.

« Quel ordre indécent. » soupira-t-il en enlevant aussi son haut. « Ça passerait presque pour de l'abus de pouvoir, Monsieur le chef du Fukkatsu. »

En échange, Sharrkan ne se gêna pas pour observer la silhouette tatouée de son partenaire. Ouais, ok ; pour l'instant, il faisait mieux que Sazuka. Néanmoins... Il n'était pas un peu cinglé de se déshabiller avec cette température ? Avec le Shakuton, ce n'était pas un problème. Mais sans ? Ughh... Retrouvant un air sérieux, le Kazejin composa des mudra.

« Juste pour ne pas qu'on me reproche ta mort. A moins que... c'était un moyen pour sortir de ta zone de confort ? Oups. »

Le manieur de chaleur lança à Raizen un regard qui en disait long sur sa remarque de tout à l'heure. Il n'y avait pas d'histoire de confort ici, c'était de la survie. Mais bon... Il n'était pas resté ici pour faire des reproches. Plus vite il apprenait cette technique et plus vite ils pourraient rentrer à l'auberge. Soudainement, son lit lui semblait beaucoup plus confortable qu'au début de leur rencontre...

Se concentrant donc sur la question, il ferma son poing et leva le bras, observant le mouvement d'un coup de poing au ralenti. Avec son autre main, Sharrkan toucha certains endroits, comme pour tester une théorie.

« Le bras, forcément. Donc... l'épaule. Et le coude ? »

Passant d'un air espiègle à une expression studieuse en un rien de temps, le Kazejin montra son intérêt marqué pour cet apprentissage. Il avait les bases du combat au corps à corps, mais il était conscient de ses lacunes en ce domaine. Préférant développer ses compétences en Ninjutsu et Genjutsu, il avait laissé quelque peu de côté sa pratique du Taijutsu. C'était la raison pour laquelle il se permettait d'être un peu plus sérieux que d'habitude.

Spoiler:
 

_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Débat sans négociations | Raizen Empty
Ven 25 Sep 2020 - 3:42


Observant Sharrkan, Raizen ne put s’empêcher d’étirer un léger sourire. Or, demeurant loin d’être impressionné, bien qu’il était vrai que l’homme argenté avait de la répartie, il était à des années-lumière de frôler l’égo du Meikyû. Malgré tout, Raizen était tout de même heureux de rencontrer une âme apte à répliquer. Le fameux Chef du Fukkatsu qu’il était avait beau être un héros connu dans tout le Yuukan qu’il n’était pas aussi humble que les apparences le laissaient croire.

Ayant aiguisé autant ses poings que sa langue, les provocations faisaient partie intégrante de son style de combat, mais surtout et avant tout de sa personnalité. Ainsi, en allant sur son territoire, Sharrkan osait disputer un terrain qui était pourtant occupé par le Meikyû. Tiendrait-il le coup ?

Quoiqu’il en soit, ce n’était pas vraiment son problème pour le moment bien qu’il le deviendrait si celui-ci faillissait à la tâche. Or, par souci d’efficacité, il préférait éviter de penser aux conséquences pour se concentrer sur l’apprentissage. Après tout, même s’il ne le montrait pas, Raizen avait totalement confiance en Sharrkan et ses aptitudes.

-Je dois avouer ne pas vraiment savoir quel type d’enseignante est Sazuka. Par contre, si je me fie à son comportement en tant qu’élève, je pense que tu t’es bel et bien retrouvé entre de bonnes mains.

L’envoyant indirectement promener sans le vouloir, on pouvait y voir une tentative vantarde de réplique. Pourtant, cela n’avait pas lieu d'être sachant que le commentaire de Sharrkan à ce sujet ne lui avait fait ni chaud ni froid. Loin d’être une compétition, le fait d’être Monsieur le Chef du Fukkatsu nécessitait un certain degré d’altruisme, zone où la gratification personnelle et l’égo n’avaient pas leur place.

-Voyons Sharrkan, à moins d’avoir réellement perdu du muscle, ça ne devrait pas te gêner d'autant plus que tu comprendras assez vite pourquoi je t’ai dit cela.

Lui faisant un clin d’oeil en penchant légèrement la tête sur le côté, le Meikyû témoignait clairement que celui-ci était à des années lumières de frôler un moindrement sa colère, et ce, sans s’en rendre compte. Son cynisme étant d’un naturel déconcertant, c’en était devenu une partie intégrante de sa personnalité.

-Tu es certain de vouloir réchauffer l’ambiance ? J’étais sur le point de te proposer de découvrir si je sors réellement de ma zone de confort en n’allant chercher de la chaleur qu’au moment où tu aurais complété cet apprentissage… mais bon, j’imagine que ce n’est qu’un détail même si j'en étais peut-être mort...

Utilisant avec brio les répliques et commentaires de son élève du jour, cette fois-ci, il s’était permis un léger pic un peu plus coloré que d’habitude. Lui ayant plus ou moins volé son idée, Raizen ne s’était pas fait prier pour émettre une plainte à peine visible. Or, cela importait peu sachant que ce n’était pas comme si l’entrainement allait être statique pour justifier le moindre froid. Au contraire, il se pouvait qu’ils finissent par avoir trop chaud... Au final, seul Sharrkan en serait le juge. Pour le moment, il était préférable de se concentrer sur l'exercice du jour.

-Tu as de bons réflexes initiaux je te dirais, mais il est important de voir le corps humain comme étant un tout, d'où la raison pour laquelle je t'ai demandé d'enlever ton haut. Pour le moment, observe :

Se positionnant calmement, Raizen commença un premier temps en envoyant une frappe dans le vent avant de poursuivre la discussion :

-Sous les feux de l'action, on ne voit que la résultante, le bras qui frappe. Par contre, si tu veux arriver à maîtriser cette technique, il faut que tu comprennes tous les éléments impliqués dans un coup. Ce qui fait la différence entre un expert au corps à corps et un shinobi lambda, c'est leur réaction par rapport au fait de prendre le taureau par les cornes. Les shinobis classiques tenteront de le prendre littéralement par les cornes parce que c'est ce qui est indiqué et parce que ça devrait fonctionner. Même s'ils réussissent, ce n'est pas pour autant que c'est le plus efficace...puisque le but ultime demeure de le dompter en minimisant le plus possible les risques.

Établissant plus ou moins une démonstration figurée, il reprit son enchainement pour lui expliquer clairement ce qu'il entendait.

-Ainsi, quand je frappe, mon corps en entier se compromet. Au-delà de mon bras qui représente une extension, bien que mon coude canalise ce que mon épaule encadre, ce qui génère de la puissance est le transfert de poids. C’est aussi là où se passe toute l’initiative, au niveau de la taille, mais aussi au niveau des jambes. Un peu comme un château de cartes, la frappe n'est que le sommet. Si tu brises les jambes et donc la balance, le château n'est plus tout comme l'opposition.

En effectuant le tout au ralenti, Raizen se demandait s'il serait assez observateur pour le constater ou du moins pour assembler visuellement les pièces du casse-tête qu'il venait de vulgariser devant lui.

-Lorsque tu défends, tu peux te contenter d'observer uniquement le membre qui te cible. Toutefois, si tu veux parer et t'ouvrir une brèche, il te faudra être en mesure de remarquer les micromouvements qui te pousseront à détecter la moindre brèche pour que tu puisses te positionner en conséquence. À ce stade, tu aurais le choix, soit d'utiliser mon corps contre moi ou d'y faire opposition en plaçant tes jambes adéquatement par rapport à mon corps pour planifier la suite et utiliser ma main, mes doigts, mon avant-bras, mon coude ou mon épaule à ton aise.

Terminant la théorie, il était tout de même satisfait de voir que son opposant avait compris que les zones de déviation les plus simples étaient forcément les bras, l'épaule et les coudes. Toutefois, il était important qu'il comprenne que cela seul ne faisait pas tout.

-Si tu n'as aucune question, on va commencer par un exercice pour que tu te familiriases avec les points de contact sur le bras. N'hésite pas à modifier ta position pour trouver ta zone de confort. En dehors de mon bras qui viendra à répétition te cibler à des endroits différents, je veux que tu dévies mon offensive tout en commençant à changer ta position.

S'étirant dynamiquement en bougeant calmement son corps de manière répétitive, le Meikyû comptait initier le tout de manière statique avant d'entamer la moindre pratique dynamique. Ainsi, celui-ci passerait de la visualisation au contact pour finalement y incorporer la totalité des mouvements. Simplement, il était important pour lui de trouver de quelle manière il était à l'aise à dévier les offensives. Après tout, il y avait plusieurs styles de déviation ce qui nécessiterait de nombreuses répétitions avant qu'il y trouve son compte.

-Par contre, ce n'est pas parce que je ne vais pas utiliser de vitesse de rotation que je ne vais pas rendre le tout réaliste. Graduellement, tu me verras augmenté en vitesse et en puissance, donc ne t'étonne pas si ça ne devient pas forcément plus facile...

Souriant, il était clair qu'opter pour une montée progressive en vitesse sans appel pouvait créer de la frustration, surtout si celui-ci tentait de trouver un rythme quelconque. Toutefois, c'était un moyen idéal de jouer avec l'esprit de l'apprenant. Le mettant ainsi en confiance qu'il connaissait toutes les variables, seul Raizen savait réellement à quel rythme il augmenterait la cadence, le poussant ainsi à adapter ses gestes pour l'inciter à se dépasser dans le feu du moment.

Bien que la technique paraissait facile et fluide, il était fort probable que Sharrkan réalise toute la sueur qu'il était nécessaire de déployer avant de paraître aussi cool... Comme quoi, il fallait se méfier des apparences.

-Évidemment, si ça va trop rapidement, tu peux très bien bloquer ou esquiver bien que ce ne soit pas l'objectif. Par contre, si ça te rend plus confortable... Commençons avec 25 %...

Le provoquant du début jusqu'à la fin, Raizen se positionna. Attendant l'approbation du jeune homme, ses genoux se fléchirent tandis qu'il utilisait son épaule et son bras pour frapper à l'aide de son poing. Simplement, bien que la vitesse était réellement de 25%, la puissance de frappe elle, était tout autre. Avoisinant les 50%, s'il n'était pas attentif, il risquait d'être surpris d'autant plus que Raizen ne comptait pas toujours frapper au même endroit.

Que l'entrainement commence...

_________________
Débat sans négociations | Raizen J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Débat sans négociations | Raizen Empty
Sam 26 Sep 2020 - 20:21
Ecoutant les explications de Raizen, Sharrkan essayait vraiment de se concentrer sur l'exercice. Non mais, il essayait vraiment. Mais pour l'histoire de cornes et de taureau, il était pas mal perdu. Ah bah, l'apprentissage commençait bien ! Première phrase et il était déjà à la rue - au sens propre comme au sens figuré. Raizen aimait beaucoup les métaphores, certes, mais s'il voulait que son élève comprenne... il devrait faire un peu plus dans le concret.

« Je ne crois pas que ce soit possible de dompter un taureau. »

Il avait bien compris que ce n'était pas le sujet principal de l'explication, mais... il lui semblait nécessaire de le souligner. Enfin, le Kazejin devait faire attention de retrouver rapidement sa concentration pour ne pas se prendre un coup perdu, mais c'était là tout le problème de la concentration : facile à perdre, difficile à gagner... Surtout quand son tuteur lui tendait autant de perches pour le taquiner.

« Mhmm, je vois. J'ai juste une question : si ça concerne tout le corps, pourquoi tu n'as enlevé que ton haut ? »

Néanmoins, Sharrkan voulait vraiment apprendre cette technique. S'il voulait poursuivre l'apprentissage, il devrait peut-être faire attention de ne pas trop tester les nerfs du Meikyû. Même si en soi, il n'avait aucune idée de si les piques à son égard faisait de l'effet ou pas... vu qu'il ne dégageait rien.

Tentant de retourner dans un état d'esprit plus scolaire, le Kazejin observa l'enchaînement. Déstabiliser l'adversaire en passant par ses points d'appui, ses jambes... il avait déjà une technique du genre, le fameux coup dans les pieds pour faire chuter l'adversaire. Il avait donc déjà un certain raisonnement qui se rapprochait de ce que Raizen tentait de lui expliquer.

« Je comprends... je crois. »

Entre la théorie et la pratique, il y avait cependant un grand écart. Comme prévu, le tout était plus complexe que "seulement parer" ; il y avait tout un tas de données à prendre en compte. Il fallait observer, comprendre, réagir et le tout avant que l'adversaire n'ait le temps d'atteindre sa cible. Quelque chose qui ressemblait plus ou moins à de l'instinct. Il s'en rendrait vite compte de toute façon.

« Vas-y. »

Restant souple sur ses jambes, les bras en garde, Sharrkan se préparait à voir venir le coup. Spécialement depuis que Raizen avait souri, ce qui en général n'augurait rien de bon. Et même s'il croyait se moquer de lui avec ses 25%, et bah c'était quand même les 25% de Raizen. Et donc, pas à prendre à la légère.

Et quand le coup arriva, Sharrkan n'eut bien entendu pas du tout le temps de faire le cheminement observation-compréhension-réaction. Avec un espèce de réflexe étrange, il donna un coup de poing dans l'avant-bras de Raizen. Et si d'une certaine façon le coup avait été dévié... ce n'était certainement pas la meilleure façon.

« Euh, oups ? »

_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Débat sans négociations | Raizen Empty
Mar 29 Sep 2020 - 6:09

Bien qu’il devait rester strictement concentré sur sa tâche d’enseignant, il devait avouer que Sharrkan ne lui rendait pas la vie simple. Doté d’une répartie aussi intéressante que puissante, Raizen se demandait s’il était apte à canaliser son aptitude à avoir les bons mots au bon moment à profit de quelque chose de mélioratif. Malgré tout, ce n’était pas le sujet du jour bien qu’il trouverait un jour le moment d’approfondir celui-ci.

En effet, le génie dans ses paroles n’était pas forcément aussi agile dans ses mouvements. Du moins, c’était une possibilité au même titre que le fait qu’il l’ait fait exprès. Ressemblant à une drôle de coïncidence, ce n’était pas pour autant que Raizen n’avait pas une idée pour rendre la situation un peu plus… fonctionnelle ?

-Mhmm…

S’arrêtant, Raizen posa une main sur son menton en réfléchissant. Paraissant aussi sérieux que malicieux, le comportement du maître de la chaleur le laissait perplexe. Toutefois, il réalisait que l’entrainement statique n’était peut-être pas fait pour lui. Assez théorique même dans la pratique, une partie de lui se demandait si Sharrkan n’était pas du genre à évoluer dans les situations un peu plus houleuses ?

Bien qu’il avait tenté de pimenter la situation en y allant d’une forte intensité, frapper pour mieux dévier ou plutôt réagir était un signe de restriction, un peu comme s’il n’était pas totalement à l’aise avec l’enseignement ou plutôt la tactique.

-N’hésite pas si jamais tu es totalement à l’ouest après que j’ai donné des directions ou des instructions. La communication est importante et doit aller dans les deux sens. Par contre, je pense qu’on va changer d’approche. Ton coup n’était pas mal en réalité, mais encore une fois, tu es très conservateur : tu y vas avec ce que tu connais plutôt que de tenter quelque chose d’autre au risque de te rater.

Se devant de trouver un moyen de lui faire essayer quelque chose de risqué, Raizen allait devoir s’assurer qu’il n’ait pas vraiment le choix.

-Je vais donc me déplacer en continuant de t’attaquer à la chaîne. Par contre, ce sera beaucoup plus dynamique, mais aussi plus fluide dans pour toi et tes mouvements… Ça risque toutefois d'aller plus vite surtout que je ne compte pas te lâcher, mais si tu es aussi rapide sur les paroles qu’en pratique, ça devrait bien se passer…

Lui souriant, il espérait sincèrement que Sharrkan ne s’était pas réveillé du pied gauche…

-Pour t’aider un peu, je vais varier mes coups, mais je vais continuer de frapper avec le haut du corps. Priorise avant tout les mouvements plutôt que la défense. Une fois que tu auras appris à bouger dans le sens adéquat, aide-toi de tes mains pour tenter de me faire bouger dans la direction de ton choix…

Entamant ainsi son approche, le Meikyû amorça ses premiers coups. Se faisant toutefois plus lente que la fois précédente, la puissance était tout de même aussi présente, signe qu’il ne comptait pas lui donner la vie facile. Simplement, peut-être que Sharrkan comprendrait mieux en simulant une situation plus réaliste.

-C’est comme la drague, à moins que tu sois du genre à dévoiler tout ton jeu, tu dois parfois démontrer une façade pour mieux appréhender une situation, même si au final quelque chose te fait peur… C'est au final ce qui te permettra d'atteindre l'instant ou tu peux décider si l'autre personne t'intéresse ou pas...

Étant une notion de perception, il était important de ne pas se compromettre même si nos réflexes premiers nous ordonnaient de fuir. Représentant une étape importante de l’apprentissage, en changeant d’approche, il espérait que Sharrkan en profiterait pour conditionner indirectement son cerveau à comprendre que le combat n’était pas une option, tout comme la fuite. Il devait apprendre à l’éviter sans pour autant démontrer une faiblesse… Ainsi, il devait apprendre à éviter pour mieux attaquer, tout simplement.

-Et surtout, ne passe pas ton temps à esquiver et bloquer, ça ne fait pas partie des options et tu risques de finir à l'hôpital ou épuisé et on ne peut se permettre de se promener à Iwa avec un oeil au beurre noir. Optimise ton énergie !

Avec un peu de chance, celui-ci n'angoisserait pas en voyant la situation changer devant lui...


_________________
Débat sans négociations | Raizen J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

Débat sans négociations | Raizen Empty
Mar 13 Oct 2020 - 1:21
Même s'il commençait à prendre la sale habitude de tester la patience de Raizen, Sharrkan n'avait vraiment pas fait exprès cette fois-là. Mais pour être tout à fait honnête, il n'avait certainement pas fait de son mieux non plus. Même lui, il ne savait pas ce qui le poussait à embêter autant le Meikyû. Son air tout le temps sérieux, peut-être ? Mhmm. Sazuka avait souvent la même expression et pourtant, il ne se risquerait jamais à agir de cette façon avec elle. Une question qui resterait pour l'instant sans réponse.

« Je crois qu'il va falloir arrêter les métaphores, parce que ça m'aide pas du tout. »

Des cornes, de la drague, et puis quoi encore ? Si le but était de rendre l'exercice plus pratique que théorique, ce n'était certainement pas la bonne méthode. Mais pour autant, Sharrkan ne pouvait pas s'avouer vaincu avec une seule tentative ; il suffisait d'essayer encore et encore puis, quand il en aurait marre d'encaisser des coups, il serait bien obligé d'utiliser cette fameuse parade. Tenter sans relâche jusqu'à ce que la technique s'impose d'elle-même, c'était bien souvent de cette façon qu'il apprenait.

« Dans le cas où, au début, je dois seulement bouger sans te toucher, j'ai un peu du mal à voir la différence avec une esquive basique. Mais je suppose que je comprendrais mieux en essayant. »

Dans les deux cas, il s'agissait de bouger pour ne pas recevoir de coup. Est-ce que les deux mouvements étaient réellement différents, ou est-ce que la parade était une esquive simple combinée avec un autre geste permettant une ouverture ? Certainement la première option, car la deuxième demanderait bien trop d'énergie pour une technique de ce type.

« Pas esquiver, pas bloquer... Je vais essayer. Tu peux y aller. »

Si au début, le manieur de chaleur ne pouvait s'empêcher d'esquiver chaque mouvement purement et simplement, il comprit assez rapidement où résidait la différence. Alors que le but de l'esquive était seulement d'éviter le coup, la parade était beaucoup plus technique et situationnelle. Il s'agissait de bouger en concordance avec le corps de l'adversaire, pas seulement l'éviter. Tous les coups ne s'y prêtaient pas et certains devaient toujours être esquivés, en tout cas pour le niveau actuel de débutant de Sharrkan.

Mais doucement, son regard se faisait plus pertinent sur les enchaînements. Il se sentit même assez en confiance pour tenter de dévier certains coups, même si les premiers essais étaient assez maladroits. Le manieur de chaleur cessait petit à petit de réfléchir pour laisser ses réflexes faire le travail avec ce mouvement qu'il assimilait progressivement.

A partir de ce moment, la prochaine étape semblait être d'associer la parade avec un coup en réponse...

_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Débat sans négociations | Raizen Empty
Dim 18 Oct 2020 - 22:41

Alors que le ton de la situation venait de quitter la teinte humoristique à peine perceptible, sous le dernier pic du manieur de chaleur, Raizen put y percevoir un changement assez flagrant. Se permettant de bloquer et de tenter de dévier tout en se déplaçant, Sharrkan était bel et bien entré dans le moule de la technique. Pourtant, ce n’était encore que le début sachant qu’il devait dorénavant apprendre à anticiper l’attaque d’autrui pour mieux se positionner et créer une ouverture.

Une fois la brèche trouvée, il devait foncer, sans hésitation parer exactement au bon moment. Représentant plus ou moins l’élément qu’il devait soudainement apprendre, Raizen décida d’adopter un profil de combat assez typique. Faisant ainsi des enchaînements tournant autour de capacités similaires, mais distribuées aléatoirement dans le temps, il se demandait si Sharrkan serait en mesure de capter les mauvaises habitudes et manies qu’il imitait.

En effet, chaque combattant avait plus ou moins un angle d’approche qui trahissait un ou plusieurs gestes. Certains combattants au corps à corps, dépendant leurs profils avaient des tendances et c’était justement ce genre de micromouvements qui annonçait l’ouverture d’une brèche, sauf lorsque la brèche était forcée de manière stratégique.

Par conséquent, Raizen commençait à adapter un profil de combattant assez spécifique, y allant pour des enchaînements qui se répétaient à une certaine cadence ou plutôt à un certain rythme. Donnant ainsi l’opportunité à Sharrkan d’apprendre à capter le tempo de son adversaire, seuls de puissants coups servaient à le balayer d’un seul coup dans l’objectif de le dissuader totalement. Toutefois, s’il était un minimum concentré et motivé, en faisant opposition, celui-ci réaliserait tôt ou tard qu’il pouvait trouver une brèche malgré l'intensité qui ne faisait que s'accroître.

-N’oublie pas que même si mon visage ne l’indique pas forcément, mon corps parle pour moi !

Se devant d’être observateur, le corps pouvait aisément trahir certaines tendances ou plutôt certains réflexes sur lesquels son frère de Kaze pouvait possiblement capitaliser. Ainsi, Raizen espérait qu’il saisisse la portée de ce qu’il tentait de lui enseigner. Après tout, pour ce genre de technique, il existait deux courants : les attentifs et les stratégiques.

Bien que le mélange des deux était l’option la plus idéale et à portée de main dans de multiples situations, Sharrkan pouvait très bien le forcer à faire un geste qu’il anticiperait tout comme il pouvait être suffisamment réactif pour le surprendre.

-Tu as deux choix, soit d’être plus rapide ou plus stratégique, mais dans les deux cas, il te faudra un peu des deux et prendre un risque.

Dès lors, Raizen initia une combinaison de coups qu’il avait déjà utilisée. Représentant un enchaînement de 8 coups, sur la 8e frappe, il allait terminer le tout en visant la côte de Sharrkan, comme un peu plus tôt.

Tentant ainsi de tester s’il avait été attentif, peut-être saurait-il profiter de cette brèche, qui sait. Autrement, ce serait peut-être une opportunité qui ne se produirait plus jamais...

_________________
Débat sans négociations | Raizen J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578

Débat sans négociations | Raizen

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: