Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo]

Hayai Taishi
Hayai Taishi

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] Empty
Mar 21 Juil 2020 - 23:27
L’Hayai releva les yeux vers le bâtiment de l’académie. C’était un endroit utile pour l’apprentissage mais qui n’avait pas nécessairement une grande signification pour l’Éclair Vert : il avait appris les bases de l’art shinobi via une autre kunoichi et non pas dans une école. Pour peu, ça ne voulait pas dire qu’il ne considérait pas cet endroit comme important, pas seulement pour former la génération de demain mais aussi leur inculquer les valeurs qui serviraient un jour Iwa. La meilleure manière de face à un conflit, c’est d’abord et avant tout de travailler pour la paix, après tout.

Il était ici après avoir été informé par l’Intendant que la mission visant à apprendre ces fameux jutsus interdits, ces « kinjutsus », avait été un succès. Ces derniers gardiens avaient donc cédés leur savoir comme promis. Ça n’empêchait pas Taishi de rester méfiant à leur encontre, mais c’était peut-être pourquoi d’autres avaient été envoyés et non pas lui. L’Hayai était un bon diplomate au sens large, mais sa participation au sommet n’avait pas présenté les gardiens en sauveurs de l’humanité, ce qu’ils auraient sans doute préféré, peut-être.

Dans tous les cas, il avait pris contact avec l’un des shinobis revenu de cette mission, Miyamoto Teruyo, afin d’apprendre cette technique à son tour, encore une fois à la suggestion de Toph. Si Taishi ne souhaitait pas outre-mesure s’approcher sans raisons de ces « dieux », il avait toujours préféré être prêt à tout… Qu’à rien.

Teruyo était un membre de l’unité d’exploration, tout comme Taishi même si son rôle au sein de celle-ci était davantage symbolique. Il avait fait ce qu’il pouvait, que ce soit à Hayashi ou Kiri. Mais Toph ne lui avait pas donné les reines de cette unité et de ce fait, l’influence de l’Éclair Vert y resterait limitée, tout comme à ce fameux conseil, d’ailleurs.

Il cogna à la porte et entra sans attendre, à son habitude. La pièce était l’une de ces salles d’étude du Fuinjutsu, avec des bacs à sable pour apprendre à tracer des Kanjis correctement. D’un ennui mortel donc, mais nécessaire pour quiconque voulait apprendre les rudiments.

« Chûnin Teruyo. Je vous remercie d’avoir accepté ma demande. »

L’Hayai retira son manteau vert. Les rangs ne voulaient rien dire ici. Il était là pour apprendre.

« Avant que nous commencions, j’espérais que vous me parliez de votre expérience avec les derniers gardiens… »


Taishi haussa les épaules.

« Je suis simplement curieux de savoir s’ils vous ont inspiré les mêmes impressions que moi. »


Spoiler:
 

_________________
I make my own path, Invité.

Taishi's Theme : Anthem of Color
What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
#THEME OF GLOUBA : A MAJESTIC HUNTER (Click)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto TeruyoEn ligne

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] Empty
Lun 27 Juil 2020 - 19:04

Les enjeux de la maîtrise du kinjutsu dépassaient les simples frontières d’Iwa, comme ils dépassaient les frontières de Kiri ou Hi pour Aditiya et Hanae. Les enjeux étaient une question vitale désormais et si aussi fort soit-il le gardien n’était pas en mesure de réaliser tout seul la kinjutsu que l’on maîtrisais désormais, il en était de même pour nous. Si Aimi et moi étions prêts, il nous fallait pourtant former d’autres personnes, dispenser un savoir interdit pour que la sécurité d’Iwa puisse être assurée, ou du moins, qu’on tente de le faire si jamais nous avions à sceller le Dieu endormi sous nos pieds.

C’est dans cette optique que j’étais là à l’académie à préparer la salle qui d’habitude accueillait de nombreux aspirants et autres shinobis désireux de se perfectionner. Pour autant, aujourd’hui, il n’y aurait nul autre élève que Taishi, membre du Manazuru que j’avais rencontré pour la première fois, il y avait quelque temps et qui avait été l’instigateur d’une proposition aussi surprenant soit-elle et à l’issue que nous connaissions tous.

Cependant, aujourd’hui, ce qui me faisait sourire, c’était en quelque sorte la réalisation d’un rêve en quelque sorte. Moi qui avais pour objectif de devenir professeur de fuinjutsu au sein de l’académie, cette journée était pour moi comme une petite réussite quelque part. Et elle le serait encore plus lorsque j’aurais réussi la mission qui m’avait été confiée par Toph. Lorsque la porte d’entrée glissa dans sa rigole de bois, je venais enfin de terminer les préparatifs de l’apprentissage. Avant que je puisse dire quoi que ce soit, ce fut cet illustre shinobi, bien connu de tout le village qui m’interpella d’une manière délicatement courtoise. Quelque peu étonné par la situation, je me pliais en deux, le saluant bien bas à mon tour.

« Ah ! Oui, non, c’est normal après tout, au-delà même de la nécessité. En tout cas, j’espère être à la hauteur de tes attentes. » finis-je en me grattant la chevelure une fois redressé, signe d’une certaine gêne pour ceux qui avaient l’habitude de me côtoyer.

Alors que le jonin se mettait à l’aise, de mon côté, je l’attendais devant ce qui serait sa « zone de travail ». Si d’habitude chaque élève se retrouvais assis en tailleurs devant un bac de sable pour apprendre l’écriture même du kanji en question, cette fois, Taishi se retrouverai devant un bac bien plus grand. Devant ce bac, une sorte de tabouret à quatre pieds à qui il en manquait un. S’asseoir dessus serait facile, s’y maintenir serait bien plus difficile compte tenu du déséquilibre flagrant occasionné par l’absence d’un pied. Enfin, puisque assis, mon élève du jour serais doté d’une tige en bambou pour tracer ses exercices dans le sable. Malheureusement pour lui, légèrement trop courte, la baguette l’obligerait à avoir le dos courbé pour pratiquer. Entre cela et le maintien de son assise sur un tabouret déséquilibré, tracer les fuinjutsu serait un exercice ardu. Une fois apprêté devant moi, je regardais mon homologue avait un sourire quelque peu admiratif devant un tel personnage.

« Si tu veux bien, on discutera de tout ça pendant que tu pratiques les exercices d’accord ? »

Aussi étrange soit-il, le ton venait subitement de changer pour prendre accord bien plus sérieux, bien plus professoral.

« On va commencer par la base. Devant toi, j’ai accroché un parchemin avec la forme du fuinjutsu que tu apprends aujourd’hui. L’exercice est simple. En restant assis sur le tabouret, et à l’aide de la baguette, trace dix fois le kanji dans le sable. Une fois que c’est fait, tu iras noter sur le tableau au fond de la salle que tu as terminé une fois l’exercice. Une fois que tu auras terminé l’exercice dix fois, nous pourrons passer à la suite. Ça te convient ? »

Une fois mes explications terminées, je m’installais confortablement à proximité du bac de sable, assis sur un moelleux coussin et utilisant un second accroché à l’un des piliers de la salle comme dossier.

« Et pour te répondre, mon expérience a été, comment dire, … très limitée je dirais. »



@Hayai Taishi

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Hayai Taishi
Hayai Taishi

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] Empty
Jeu 30 Juil 2020 - 19:46
Teruyo voulait passer directement à l’apprentissage, alors l’Hayai hocha de la tête avec un léger sourire. Il n’était pas contre l’idée d’avancer rapidement, puisque cette technique serait très importante pour le futur. Cependant, le sourire se fana un peu alors qu’il constatait l’état de son banc, fronçant légèrement les sourcils. Ça ne pouvait pas être une coïncidence, surtout dans une salle avec d’autres tables et d’autres bancs. C’était vraiment nécessaire ? Ravalant un soupir, il prit le banc pour s’asseoir, tout en écoutant les instructions du personnage.

Ça semblait un peu excessif, sachant que Taishi était déjà un utilisateur expérimenté de l’art des sceaux, et avait jadis maîtrisé un style de fuinjutsu qui laissait encore pantois des membres du Clan Suzuri. Mais l’Hayai savait mieux que de questionner ce genre d’instructions. Tout avait une raison… À priori.

Il lui sembla que Teruyo était très directif mais semblait un peu mal à l’aise en la présence de l’Hayai. C’était peut-être à cause de leur dernière rencontre, quand l’Éclair Vert avait soutenu sa nomination comme chef de l’unité d’exploration, avec les résultats que nous savions déjà. Ou bien parce qu’un chuunin enseignait à un jônin. Ou bien le Teruyo était simplement dubitatif de Taishi lui-même, une réaction auquel l’Hayai était habitué. Nombre de shinobi d’Iwa ne lui adressait même pas la parole du fait de son statut d’(ex)déserteur. D’autres se demandaient encore de quel côté il était, l’Éclair Vert ayant œuvré à un moment ou un autre envers et pour tous.

« Débutons dans ce cas, Teruyo. »

Il attrapa la tige de bambou, la faisant habilement tourner entre ses doigts avant de la diriger vers le bac… Avant de constater qu’elle était effectivement plus courte qu’à la normale. Avec résultat de l’obliger à se pencher de manière inconfortable pour inscrire le Kanji, tout en conservant sa balance sur la chaise endommagée. Cette fois, il ne put s’empêcher de soupirer. C’était le genre d’exercice réservé à un débutant. À un académicien. Il prit son mal en patience, commençant son ouvrage. Puisque son professeur continuait de parler, Taishi utilisa le prétexte pour ne pas trop penser à combien désagréable cet exercice était.

« Limitée, dis-tu ? Je vois… »

Au bout d’un moment, il se releva afin d’aller noter au tableau avant de revenir refaire la même chose, surprenant par moment le regard du chûnin, encore avec ce drôle d’air. Un petit moment passa en silence, brusqué par l’Éclair Vert qui se relevait de temps à autre pour aller marquer sa progression.

« Si vous avez une ou des questions à me poser, Teruyo, vous ne devriez pas hésiter. Je préfère cela bien davantage au silence que d’autres entretiennent à mon égard… »
Il se releva, s’étirant le dos légèrement avant d’aller faire une autre note au tableau.

« Pour ma part, j’entretiens une certaine méfiance envers ces gardiens, et leurs intentions. Ils ont bien attendu leur moment pour refaire surface. Même ces… Kinjutsus… ne m’inspirent pas beaucoup. Un mal nécessaire, peut-être ? »

Une enième marque au tableau. À ce stade, inscrire le symbole était aisé entre les doigts expérimentés de l’Hayai, mais la douleur dans le bas de son dos était lancinante et surtout, pour l’esprit rationnel de Taishi… Tellement pas nécessaire…

« Qui d’autre était présent à votre rencontre avec eux ? Outre Aimi, bien sûr. »

Quelques autres moments de silence, puis l’homme en vert se releva enfin pour inscrire la dixième marque. Ils pouvaient passer à la suite.

_________________
I make my own path, Invité.

Taishi's Theme : Anthem of Color
What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
#THEME OF GLOUBA : A MAJESTIC HUNTER (Click)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto TeruyoEn ligne

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] Empty
Dim 2 Aoû 2020 - 15:44

« Limité oui. Malheureusement d’ailleurs. Pour cette mission, j’ai eu droit à quelques informations, mais je pense que le gardien que nos avons rencontré n’était pas nécessairement le plus avenant en terme de discussion. Si plusieurs d’entre eux sillonnent ou ont sillonné le Yuukan, dans notre cas, nous avions pour mentor le Saint-Père … »

Compte tenu de la renommée de Taishi, je laissais planer mes paroles quelques secondes avant de poursuivre.

« Je pense que tu dois le connaître, au moins de noms. Il s’agit du chef des Fanatiques. Autant dire que s'il nous a entraînés, c’était presque à reculons. Pour autant, il a accompli sa tâche, sans pour autant en faire plus ou donner quelques conseils utiles. Si certains voient en lui un allié aujourd’hui, je suis bien plus méfiant. Certes, un adage dit que l’ennemi de mon ennemi est mon ami. Mais je pense sincèrement que notre homme s’est allié à la Coalition, car la menace actuelle qu’est l’homme au chapeau est bien plus problématique que le reste, et surtout pour ses projets. Je reste persuadé que si l’on parvient à déjouer les projets de l’homme au chapeau, il ne faudra pas longtemps pour que les Fanatiques se retournent à nouveau contre nous. Enfin bon. J’espère me tromper, même si j’émets quelques doutes là-dessus. »

Pendant tout ce temps, je regardais avec attention les exercices réalisés par le jonin. Une fois. Deux fois. Trois fois. C’est à cet instant, pendant que Taishi notait sur le tableau ses résultats qu’un souffle léger dans cette pièce aux fenêtres fermées vint balayer le sable effaçant plusieurs symboles et en détériorant tout autant. Toujours assis en tailleur, les bras croisés et doigts croisés, j’interpellai mon élève du jour.

« Excuse-moi, mais pour le coup, cet exercice n’est pas valable, il me semble. Il manque des symboles et certains sont ratés. »

Laissant au Hayai le soin de revenir vérifié, une fois le dos tourné, deux des trois marques se retrouvèrent effacées du tableau. C’est à cet instant que je portais mon regard vers ce dernier, reprenant mon discours de contrôle.

« Et je ne vois pas bien de loin, mais si j’en crois ce que je vois, tu as validé une seule série, c’est ça ? Navré de le dire ainsi, mais étant donné ton rang, j’estime nécessaire de le faire ainsi, ne serait-ce que par respect, mais j’attendais un peu plus de ta part, un peu plus d’efficacité et d’application. Mais bon, c’est pas grave. Nous avons tout notre temps, ce n’est pas comme si un ennemi était à nos portes. »

Soulevant mes fesses, me redressant quelque peu, je m’asseyais à nouveau correctement sur mon coussin que je n’avais pas quitté, mais sur lequel je glissais à force de tenir cette position à laquelle j’étais pourtant habitué étant donné le temps que j’avais passé au temple à prier avec les moines.

« Sinon, pour ces Kinjutsu, un mal nécessaire ? Surement. Peut-être pas. Leur utilisation principale je ne pense pas, c’est surtout ce que l’on en fait. Ce scellement surtout. Il est possible de sceller le monstre dans un objet ou dans un homme. Je suis persuadé que la première option est la meilleure pour le bien de nos pays. Pour autant, si je suis prêt à opter pour cette solution, j’ai bien peur d’être un des rares à le faire. Et si demain Kiri ou un autre pays décide de sceller un démon dans quelqu’un, les autres pays feront de même, ne serait-ce que pour assurer un équilibre des forces. Pour autant, faire cela à quelqu’un est-ce moral ? Je ne sais pas. Je vois cela comme un sacrifice, au même titre que chacun de nous se sacrifierai au cours d’une mission pour sauver sa famille, ses amis, son village. La différence est telle que le sacrifice est d’une tout autre dimension … et que le choix de la personne en qui sceller le monstre est d’une importance cruciale. Le choix doit être volontaire et avec une personne qui n’abusera pas d’une telle puissance. Mais l’autre question est de savoir comment être certain que la personne choisie n’abusera pas de ses nouveaux talents. Sincèrement, je n’aimerais pas être celui qui a à faire ce choix. »

Invitant le Taishi à s’asseoir à nouveau et à reprendre ses exercices, je ne quittais pas du regard la baguette qui glissait sur le sable pendant que le tabouret à trois pieds tremblait.

« Mais je n’ai pas répondu à tes questions. Excuse-moi. Des questions ? Non aucune. Je devrais ? Et pourquoi penses-tu que le silence aurait pu être de mise ? En attendant et pour finir avant que je te laisse un peu tranquille pour travailler. Avec Aimi et moi, il y avait un kirijin du nom d’Aditiya et une Sendai du Teikoku qui s’appelait Hanae. Tu les connais ? »

Spoiler:
 

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Hayai Taishi
Hayai Taishi

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] Empty
Ven 21 Aoû 2020 - 19:42

« Leur chef… Oui, comment l’oublier. »

Ils n’étaient pas exactement sur la même longueur d’onde et la réunion du sommet, ou plutôt leurs échanges, avaient été un peu chaotiques en conséquence. Mais Taishi ne lui faisait aucunement confiance, lui comme les membres de son ordre, après tout. Une conséquence d’avoir essayer de le tuer jadis peut-être.

« Je vois que nous partageons les mêmes observations et craintes, alors. »

Il fut un peu surpris lorsqu’il fut rappelé à la table alors qu’il inscrivait au tableau, s’approchant pour constater qu’en effet, ses inscriptions dans le sable semblaient s’être dégradées. Pas seulement ça, mais sur son indication vit aussi que les marques au tableau avaient été altérées. L’un des deux était peut-être possible, mais les deux semblaient une coïncidence un peu trop formelle. De plus, Taishi avait une étrange impression. Comme un déjà-vu.

Tâchant de ne rien laisser paraître, l’Hayai ne répondit rien aux commentaires de Teruyo et reprit place, s’étirant légèrement avant de reprendre le travail, balayant le sable pour réécrire les symboles ne pouvant être sauvés.

« Nous avons autant de temps qu’il en sera nécessaire. Le destin le veut ainsi. »

C’était autant de répartie qu’il pouvait se permettre, surtout dans une position si inconfortable, se concentrant sur son ouvrage, surtout que le Miyamoto semblait avoir beaucoup à dire sur les Kinjutsus eux-mêmes. En vérité, lui et l’homme partageaient beaucoup des mêmes réflexions.

« Et pourtant quelqu’un devra choisir. Nous n’aurons aucune garantie de la validité de ce choix, car nous ne pouvons espérer comprendre la manière dont l’humain est affecté par la présence d’un démon dans son corps. Autant de variables que personne ne peut prévoir avec certitude. »

Un choix qui serait fort probablement entre les mains de Toph. Comme Teruyo, il n’aurait pas voulu être celui qui devait prendre cette décision. Mais l’Hayai n’avait jamais prétendu qu’il en serait incapable non plus.

« La plupart des gens de ce village ont une question ou deux mais croient qu’ils seront foudroyés sur place par l’Éclair Vert s’ils osent. Si ce n’est pas ton cas, alors mes excuses de l’avoir pensé, et merci de ne pas faire distinction entre moi ou tout autre Iwajin. »

Ce n’est pas tous qui se donneraient cette peine.

« Je connais Aditya. Un gars plutôt posé et doux. Il est l’un des diplomates de Kiri. Je ne connais pas cette Sendai Hanae, mais j’ai déjà eu affaire à leur clan. Vaut mieux les éviter au combat, c’est tout ce que je peux dire. »



_________________
I make my own path, Invité.

Taishi's Theme : Anthem of Color
What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
#THEME OF GLOUBA : A MAJESTIC HUNTER (Click)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto TeruyoEn ligne

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] Empty
Lun 31 Aoû 2020 - 13:20

Jusqu’à aujourd’hui, les seules discussions que je pourrais qualifier de vraiment sérieuses n’avaient été qu’avec Toph ou les deux responsables des unités spéciales qu’il m’avait été donné de côtoyer à quelques reprises. Et encore, pour ces derniers, les conditions de nos échanges avaient pu laisser place à des moments de détente et de relâchement. Pour autant, si je ne savais pas trop à quoi m’attendre de la part d’un ancien déserteur, loin de me braquer sur ses choix, j’attendais de le connaître d’avantage pour me faire un avis. Et à l’aune de nos premiers échanges, Taishi me semblait être de ceux qui avaient une vision du monde et une connaissance de ce dernier élargie et qui portaient de fait un regard réfléchi sur les situations que nous pouvions vivre.

« Malheureusement, si toi et moi voyons les choses de la même manière, cela me laisse à penser que nous ne serions pas forcément les seuls et qu’à penser de cette manière, il y a fort à parier que cela ne donne rien de bon. Pour autant, d’une certaine manière, tout ceci est une aubaine. Même s’il nous a aidés, nos doutes ne doivent pas être mis de côté. Il nous faudra être vigilant par la suite, et surtout, ne pas attendre que les choses viennent à nous, contre nous. »

Alors que nos discussions continuaient, mon autre moi, lui, poursuivais ses petits tours de passe-passe. Pendant que le Hayai calligraphiait sur le sable, mon double lui, faisait disparaître la seule et unique craie du tableau, avant de la faire à nouveau réapparaître sous une version quelque peu altérée qui provoquerait sûrement quelques réactions de la part du shinobi. Ainsi, au moment où ce dernier se levait, le doppelganger œuvrait à la poursuite de ses farces pendant que Taishi serait occupé à tenter de noter la réussite de ses exercices. Ce temps mis à profit permettait donc au clone de fendre la baguette de bois en deux à l’aide d’un kunai.

Si mon double s’affairait comme il se doit, de mon côté, j’étais toujours assis au même endroit, les mains nues et bien visibles, sans mudras et continuais à échanger avec mon élève éphémère.

« Le choix, il revient à Toph je dirais, au conseil peut-être. Mais quel qu’il soit, je doute qu’il soit facile à prendre. Quant aux effets, je suis d’accord avec toi, impossible de vraiment savoir ce que cela impliquera. Un suivi médical et une surveillance de l’hôte seront nécessaire, je pense. Tant pour sa protection que pour la nôtre. »

Sortant un mochi de ma poche, j’ouvrais bruyamment le sachet avant de déguster la pâtisserie et d’en proposer un à mon interlocuteur. La bouche pleine, j’écoutais celui qui se faisait appeler l’Éclair Vert répondre à mes interrogations.

« Disons que comme les autres, je connais vaguement ton histoire. Mais au-delà de ça, je me dis aussi que si tu es là, ici, maintenant à faire ce que nous faisons en discutant de tels sujets, c’est que je n’ai pas à m’en faire. Toph a pris une décision et je doute qu’elle l’ai prise sur un coup de tête. »

Le virage soudain de la discussion me fit rapidement sourire, mais cela me convenait, jusqu’à ce qu’un détail me fasse rire une nouvelle fois.

« Donc c’est un homme ? J’ai jamais trop su en fait, je me suis toujours demandé si c’était ça, ou une femme. Maintenant que j’y pense, j’ai dû lui parler ou parler de lui en tant qu’homme ou femme. Mais bon, tu dis qu’il vaut mieux éviter les Sendai en combat, j’ai envie de dire, que je préfère éviter les combats de manière générale et passer par la voie diplomatique. D’ailleurs, autant Hanae qu'Aditiya, ils m’ont semblé être des shinobis raisonnés et réfléchis. »

Spoiler:
 

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Hayai Taishi
Hayai Taishi

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] Empty
Dim 13 Sep 2020 - 0:26

« Hmm. »

Concentré sur l’exercice, Taishi se contenta d’hocher de la tête légèrement, se relevant pour aller noter sur le tableau une fois de plus tout en écoutant son interlocuteur. Mais lorsqu’il vint pour ramasser la craie, il remarqua que celle-ci avait disparu. On aurait pu jouer à ce genre de jeu bien longtemps avec la plupart des gens. Une fois que le cerveau analyse une information, même une certitude peut devenir un doute, même sur des actions aussi usuelles que déposer une craie.

Mais Taishi n’était pas la plupart des gens. Un homme qui avait osé déserter un village shinobi, mais aussi revenir, n’était pas le genre qui hésitait ou doutait très souvent… Ni très longtemps. Beaucoup trop de sang avait été versé pour ses choix. Alors il ne doutait pas un seul instant d’avoir posé la craie ici. Et qu’elle n’y soit plus confirmait cette impression qu’il avait eu précédemment, à savoir que quelque chose ne tournait pas rond dans cette pièce. Genjutsu ? Il avait un moyen rapide de le savoir, et ne perdait pas grand-chose dans la tentative.

« Suffit. »

II se retourna en composant quelques mudras, son regard vert devenant davantage saisissant mais révélant également la silhouette d’une autre personne dans la pièce, ses traits incertains mais aux mêmes proportions que son supposé « enseignant ». Le corps de l’intrus n’émettait pas davantage de chaleur que la pièce elle-même, il n’était donc pas humain. Une création, un clone, ou autre chose.

« Peut-être aurais-tu dû poser davantage de questions, Teruyo. »

Sans quoi il aurait peut-être su que ce genre de manège ne fonctionnerait pas éternellement sur lui, surtout sur un autre utilisateur de la lumière, même s’il était légèrement surpris devoir le chuunin maîtriser ce pouvoir. Car c’était indiscutablement de l’Hikariton; rien ne pouvait causer une invisibilité si parfaite autrement.

« Mon temps est au moins aussi précieux que le tiens; alors je vais rendre les choses plus simples pour tout le monde. Le reste des instructions pour ce jutsu, ou j’irai l’apprendre de quelqu’un d’autre. »

Il n’aurait aucun mal à l’obtenir d’Aimi, même si elle était très occupée. Il n’avait que faire de savoir si cette tentative de le berner faisait partie de la leçon, ou si ce chuunin était comme bien d’autres, à le dénigrer de par son passé. Il avait des directives claires et comme son interlocuteur l’avait mentionné, très peu de temps pour s’y préparer.

Spoiler:
 

_________________
I make my own path, Invité.

Taishi's Theme : Anthem of Color
What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
#THEME OF GLOUBA : A MAJESTIC HUNTER (Click)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto TeruyoEn ligne

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] Empty
Lun 14 Sep 2020 - 21:02

Alors que la discussion se poursuivait, je continuais à observer l’apprentissage si particulier de Taishi et le soin qu’il apportait à sa tâche malgré l’ennui que cela semblait provoquer en lui. Si je m’attendais à ce genre de réaction, qui ne l’aurait pas, compte tenu de la situation, je ne m’attendais pas, à ce que je pourrais nommer comme, une certaine irritation, arrive si vite. La simple évocation de son interjection me fit d’ailleurs sursauter sur mon coussin, comme si j’étais pris d’un hoquet soudain et incontrôlable. Étonné, seuls quelques mots s’échappèrent de ma bouche.

« Euh … je n’ai rien fait … je crois … »

Dans l’instant, en guise de réponse, les yeux du jonin se tintèrent d’une vive lueur verte, un regard qui balaya la salle et qui s’arrêta brutalement sur ce qui devait être mon clone en pleine action. S’en suivirent les étranges par moments, paroles de l’Éclair Vert à mon encontre. Si je pouvais comprendre d’une certaine manière sa frustration, j’étais certains que le message n’était pas encore suffisamment passé, dussé-je forcer un peu le trait qui n’était pas vraiment le mien. Pour autant, j’étais curieux concernant certaines de ses remarques.

« Poser davantage de questions ? À quel sujet ? Qu’est-ce que je mérite de savoir pour que tu m’en parles ainsi ? »

Finalement, me levant de mon assise moelleuse, je me rapprochais d’un mur, récupérant une nouvelle baguette, avec une taille acceptable cette fois et la tendais à mon élève du jour, en silence, quelques secondes, avant de poursuivre la conversation.

« Ton temps est sûrement même plus précieux que le mien. Pour autant, je n’ai qu’un seul objectif en tête, la réussite de l’apprentissage de cette technique. Si jusqu’à présent, tu n’as pas eu le sentiment d’apprendre quoi que ce soit sur cette technique, eh bien, c’est vrai. Pour l’heure, le message est ailleurs. Bien que l’on accepte ou non, la vision du monde du Saint-Père, son enseignement nous aura appris à Aimi ou moi quelque chose d’important. Je ne fais pas les choses sans raison. Je m’y prends peut-être mal à tes yeux, c’est peut-être le cas, mais pour l’heure, dis-moi quelle est cette leçon que j’ai apprise et que j’essaie de te transmettre ? »

Effectuant une série de mudras d’une seule main, j’apposais habilement un sceau sur la baguette et l’activais lorsque mon pair l’aurait prise en main et se serait une nouvelle fois installé sur son tabouret déséquilibré. S’en suivrait alors une noirceur totale, une zone où toutes les lumières seraient scellées, naturelles comme artificielles. Dans cette tâche, l’Hayai ne pourrait compter que sur son ressenti pour continuer à tracer ses formes circulaires calligraphiées.

« Pour autant, je peux admettre la vacuité de mon enseignement. Seulement, dans ce cas, explique-moi en quoi, je fais fausse route. Ne pense pas que je prenne tout ceci pour un amusement, il n’en est rien. J’ai risqué ma vie pour apprendre ce kinjutsu. Alors si je ne cherche bien évidemment pas à te tuer, j’espère t’apporter ce qu’il faut pour réussir à comprendre l’essence-même de cette technique interdite. »

Ces dernières paroles étaient pour cette fois prononcées avec passion, loin de mon ton habituellement si décontracté et à priori sympathique que beaucoup de monde connaissait. Dans ce genre de situation où le sérieux était de mise, j’étais prêt à tout pour réussir les objectifs que je m’étais fixés, même si dans le cas présent, j’accusais tout de même un peu le coup face à cette défiance certaine. Étais-je vraiment fait pour enseigner ? Du moins … autre chose que ma lance d’air que j’avais partagée avec tant de personnes.

Spoiler:
 

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Hayai Taishi
Hayai Taishi

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] Empty
Mar 15 Sep 2020 - 5:26

« Il n’est pas à moi d’établir le mérite de ce que tu devrais ou non savoir. Tu fais ton propre chemin en ce sens. Mais tu t’avances dans des sentiers risqués. Je suis ici pour apprendre, mais je n’en suis pas pour autant ton apprenti. »

L’Hayai soupira, balayant du pied la chaise endommagée qui avait déjà eu une trop longue vie dans son opinion.

« Est-ce aussi vaguement que le Saint-Père vous a enseigné cette technique ? Ça me semble tout à fait son style, en effet. »

Le chunin s’était avancé pour lui donner une autre tige, celle-ci d’une longueur normale. L’Hayai la considéra pendant quelques instants avant de finalement la prendre. Il n’avait pas oublié le but de sa présence ici et maintenant, même s’il n’était définitivement pas convaincu par les mots de l’homme. Des mots qui auraient impressionnés des genins, peut-être.

Il pouvait oublier sa chaise, dans tous les cas. De l’œil de Taishi, il semblait absolument avéré qu’elle ne remplissait aucun rôle dans cet exercice. La lumière disparut brutalement alors qu’il en tirait une autre, intacte. Les yeux augmentés de l’Hayai pouvaient encore voir dans la pièce, mais puisque ça semblait faire partie de l’exercice, il désactiva le jutsu, les ténèbres reprenant leurs droits. Il connaissait bien cette technique pour l’avoir déjà affrontée dans le passé, lorsque la porteuse de lumière avait attaqué Iwa. Initialement déroutant, c’est certain.

« Une leçon… »

L’Hayai réfléchit aux éléments de l’exercice jusqu’à présent. Répétition, inconfort… Et moyens du bord. Après quelques instants de silence, Taishi souffla lentement.

« Ce que je dois tirer de cette expérience…Qu’elle sera difficile à appliquer, éreintante ? Qu’elle aura lieu dans des conditions moins qu’idéales ? Qu’elle sera pleine de distractions ? »

Il eut un mince sourire, ses doigts traçant le relief du bac à sable pour trouver l’emplacement où commencer à tracer les symboles.

« … Tous les shinobis présents à votre rencontre en était d’affiliés aux villages cachés, je me trompe ? Aucun de vous n’a vécu la vie d’un indépendant, encore moins d’un déserteur. »

Il secoua la tête, pas par dépit mais bien par résolution.

« Vous avez eu une vie bien facile, ici. Confortable. Sécuritaire… Si je dois tracer ces symboles pendant deux jours entiers, je le ferai. Si je dois le faire sur une jambe en équilibre sur une échasse… Je le ferai. »

Taishi eut un léger rire.

« Si je dois tracer les Kanjis de cette technique sur les cadavres des habitants de ce village, je le ferai. Si je dois maintenir ce jutsu alors que ce village s’effondre… Je le ferai. Parce que là où j’ai été, ce que j’ai fait… Il n’y a pas d’alternatives. Pas d’hésitation possible. C’est ainsi que le monde ressemble là-dehors. Tu fais ce que tu as à faire, ou tu meurs. Alors pardonne-moi si risquer ta vie pour apprendre ce jutsu ne veut pas dire grand-chose pour moi. Tu as fait ce que tu devais faire. »

Il avait tué pour beaucoup moins que ça, jadis.

« Ce jutsu n’a au final d’interdit que de nom. Rien n’est interdit pour celui qui fait son propre chemin. Aucun sentier n’est condamné, aucune voie n’est impraticable. On peut se perdre dans la cacophonie des règles si on n’a pas d’abord inscrite les nôtres. Ce n’est pas parce que je ne veux plus prendre place sur cette chaise que je n’en comprends pas moins l’inconfort. Mais cet inconfort… Est inconséquent. L’honneur est inconséquent. La moralité est inconséquente. »

Il posa la tige, commençant à tracer.

« On m’appelle traître, mais je suis revenu ici en sachant que je m’exposais à une exécution sommaire. Désormais je me prépare à risquer ma vie une nouvelle fois pour ce village. Pour mes frères et sœurs, même ceux qui renient mon nom. Alors tu peux me croire que lorsque l’ordre me sera donné de sceller cette créature, de travailler avec les autres pour cette tâche… Absolument rien ni personne sinon ma propre mort ne m’en fera diverger. Alors si ta leçon est dans ces eaux… »

Il soupira en continuant en terminant son symbole, évidemment moins bien tracé qu’en pleine lumière.

« Tu feras un bon professeur à l’académie un jour, mais il y a une et plusieurs raisons pour laquelle je ne l’ai jamais fréquentée. Pour le bien-être de chacun, passons à la suite. »

Il souffla en secouant la tête légèrement. Et voilà, maintenant il parlait et se comportait comme cette autre genin, Jiki Masami. Mais peut-être pouvait-il mieux comprendre que quiconque dans ce village la colère qu’elle éprouvait envers les Iwajins et autres shinobis de villages.

_________________
I make my own path, Invité.

Taishi's Theme : Anthem of Color
What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
#THEME OF GLOUBA : A MAJESTIC HUNTER (Click)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto TeruyoEn ligne

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo] Empty
Hier à 22:24

Le silence. C’est de cette manière quelque peu particulière que j’accueillais le discours de l’Éclair Vert. Ce n’était pas un silence de refus, mais un silence emprunt d’une écoute attentive et de paroles que j’acquiesçait au fur et à mesure que les paroles de mon partenaire se faisaient. Pour autant, s'il semblait prolixe dans son discours, celui-ci faisait sens, et à juste raison. Quoi qu’il en soit, même si le jonin semblait quelque peu agacé ou contrarié par la situation, son attitude parlant pour lui, Taishi reprenait ses exercices avec une attention toute particulière.

« En effet, la première étape a été aussi vague que ça, bien que plus brutale, plus … mortelle. Pour autant, ce n’était qu’une sorte de test, une leçon, suite à quoi, il nous a offert son enseignement, bien que je reste persuadé qu’il ne nous a pas tout dit sur les Dieux. »

Finalement, face à mon propre laïus concernant les raisons d’un tel enseignement, mon partenaire actuel ne resta nullement de marbre, bien au contraire. D’un discours inspiré, sa réponse fut d’une grande clarté et d’une clairvoyance équivalente. Mélangeant curiosité et admiration, je laissais le jonin s’exprimer de tout son saoul jusqu’à ce que son flot de paroles se tarisse. Regardant là mon interlocuteur de longues secondes, je finissais par tirer de ma besace un rouleau, simplement ficelé d’un ruban écarlate. Tendant le vélin, je prenais dès lors la suite de son discours.

« Je ne sais pas si j’ai beaucoup à ajouter à tout ce que tu viens de dire. Ce que j’attendais de ta réponse, tu as su me l’apporter. Je ne pourrais pas être plus satisfait de ce que tu viens de dire tellement je suis en accord avec ton discours. »

Debout, déambulant dans la pièce, je m’approchais d’une fenêtre fermé avec un grand volet de bois pour l’ouvrir et profiter de la vue extérieur donnant sur une partie de la ville.

« Tu as raison, vivre en déserteur, je ne connais pas. Pour autant, bien que je ne sous-estime nullement ton vécu, tu le sais aussi bien que moi que la vie d’un shinobi n’est pas non plus une sinécure. Le confort et la sécurité sont une chose, je te l’accorde, mais cela ne fait pas tout. »

Me retournant alors, j’offrais à mon pair un sourire amical et sincère.

« Quant à ta condition. Que l’on te nomme « le traître », « l’Éclair Vert » ou quoi que ce soit d’autres, cela ne change rien pour moi. Je te considère tel que tu es aujourd’hui. Pourquoi devrais-je te juger sur quelque chose ou une époque que je n’ai pas connu. On a tous des moments que l’on souhaiterait oublier ou changer, moi le premier. En attendant, tu restes à mes yeux un iwajin comme les autres, un compagnon d’armes comme beaucoup, et ce, quelles que soient les raisons qui t’ont poussées à quitter le village et à y revenir. »

Finalement, commençant à ranger la salle, je récupérais le tabouret cassé, brisant le sceau explosif présent sous son assise avec une technique de mon répertoire, avant de poursuivre en essuyant le tableau et en récupérant un balai pour récupérer le sable que mon clone avait projeté en dehors de son bac à plusieurs reprises.

« Tu as raison, j’aurais pu te donner ce rouleau dès le début. Compte tenu de tes compétences, tu n’avais pas réellement besoin de moi. Pour autant, je trouvais intéressant, nécessaire même, peut-être, que tu partages en quelque sorte ce qu'Aimi, les autres et moi avions vécu. En tout cas, merci pour ces échanges et ces quelques compliments. En attendant, je te laisse à ta tache, elle risque de prendre un peu de temps malgré tout. Pour autant, je reste à ta disposition si tu en éprouves la nécessité. »

Offrant un salut courbé respectueux, je m’apprêtais à quitter les lieux et laisser seul l’autre manipulateur de la lumière si jamais ce dernier ne me retenais pas plus.

Spoiler:
 

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine

What is Forbidden can be Forgiven [Teruyo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: