Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

La rançon des complots [Libre]

Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

La rançon des complots [Libre] Empty
Mer 22 Juil 2020 - 21:56
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Aux portes d’Urahi, derrière les lourds battants de bois massifs ornés de sculptures de fer qui formaient l’entrée de la Capitale du Pays du Feu, l’un des soldats d’astreinte prit sans hâte la longue-vue qui l’attendait sur une table brune et rustique, à côté d’un répertoire où se trouvaient pêle-mêle des noms et des horaires retraçant les allers-venus des étrangers à cette sacro-sainte cité. Une fois l’outil de vue en main, il le déplia puis se déplaça de sorte à pouvoir trouver une position plus confortable et dégagée, de sorte qu’il pût avec plus de stabilité découvrir ce qui se dessinait derrière l’étrange nappe de poussière qui était apparue au loin et que son œil attentif avait détecté ; non parce qu’il était doué, mais simplement parce que l’apparition de ce nuage avait brisé la monotonie de sa garde.

A travers la lentille, il se concentra et grâce à la contraction de son cristallin, il put d’abord apercevoir les contours d’une monture et d’une silhouette qui se dressait sur elle. Il lui fallut attendre quelques instants pour mieux discerner un accoutrement qui ne lui était pas inconnu, parce qu’il était semblable au sien, ainsi qu’un visage qui se démarqua quelques secondes plus tard et qu’il pouvait reconnaître entre mille, parce que celui auquel il appartenait faisait parler de lui depuis un certain temps déjà ; et cela en dépit d’appartenir à l’Unité la plus discrète du Teikoku.

Shinrin Shinpachi était de retour au grand galop.

Sitôt qu’il le reconnut, le garde se retourna et parcourut les quelques mètres qui le séparait de la toile où son chef, un autre Lieutenant, qu’il tira de sa réflexion tandis qu’il étudiait une étrange pierre. Il était sans hâte, conscient que la distance qui séparait cet homme était encore importante. A fortiori, il manquait encore un bon quart d’heure au visiteur pour espérer atteindre le Pont Araho ; un quart d’heure durant lequel il pouvait remonter l’information et exécuter les ordres.

Le Lieutenant, voyant son garde l’approcher, quitta son étude et posa sur l’individu des yeux attentifs. La plupart du temps, on l’approchait soit pour connaître la conduite à tenir, soit pour s’enquérir de sa personne et nouer des liens plus forts ; après tout, même les supérieurs n’étaient pas exempts de tisser des liens de camaraderies avec les soldats. Le soldat, un père de famille qui n’avait pas pour habitude de s’attarder sur cette dimension sociale toutefois, venait bel et bien pour le premier motif.

« Mon Lieutenant, cavalier en approche. De visu, j’ai l’impression qu’il s’agît du Lieutenant Shinrin Shinpachi. Quels sont les ordres ?
- Ne le laissez pas rentrer. Cet homme est un poison !
- Que… ?
- Retournez à la porte et tendez vos lances. Faîtes ce que je vous dis et ne posez pas de question. Qu’il ne bouge pas tant que je ne suis pas revenu ! »


Le soldat, sans façon, inclina sa tête et lâcha une brève confirmation. S’il trouvait cela étrange, il n’était pas de ceux à discuter les ordres ; il n’avait que trop bien appris, au cours de sa carrière, qu’il valait mieux ne pas laisser de place au doute. Le Lieutenant, lui, quitta sa chaise et se hâta.

A l’horizon, le cheval décelé trottait avec une sensation de liberté sous le poids léger de Shinpachi qui ne se doutait guère de ce qui se tramait dans l’ombre. Ignare, il fut même réjoui lorsqu’il vit les murs de la Capitale au loin et se laissa conquérir par une étrange sensation de nostalgie, comme à chaque fois qu’il revenait d’un long voyage. Le peu de temps qu’il était parti lui avait semblé être une éternité et la chaleur du Feu lui avait manqué ; il se fit la réflexion qu’il était, ces derniers temps, peut-être trop souvent au dehors de son propre pays. Les missions s’enchaînaient à un rythme fou, tant qu’il gambadait à travers le monde. Il avait, à cet effet, foulé par trois fois au cours de trois voyages distincts les terres du Kaminari, traversé la mer et parcouru Mizu no kuni jusqu’à s’introduire dans la cité légendaire de Kirigakure pour y rencontrer son Ombre, et plus récemment arpenté les bois étouffants de Hayashi no Kuni pour y développer les arcanes d’un Kinjutsu sacré tant par sa puissance que par sa rareté ; Kinjutsu qui lui avait été enseigné par le Pionnier de la Coalition des Shinobis en personne.

Un courageux aventurier, un grand voyageur, Shinpachi trottait à travers le monde en y traçant la piste de sa propre légende. A sa liste de pélerinages, il ne manquait que Tsuchi no Kuni ; un pays qu’il aurait tôt fait de visiter, car à présent qu’il avait rencontré son Intendant, il comptait bien en savoir plus sur ces étrangers de l’Ouest.

« Halte ! Qui va là ! »

Annonça le garde une quinzaine de minutes plus tard, lorsqu’il aborda le Pont Araho. D’un sourire confiant, il le reluqua de haut en bas et, presque étonné de ne pas être accueilli sous une salve d’applaudissements et des exclamations de joie, le Lieutenant prit un air quelque peu fâché.

« Je suis Shinrin Shinpachi, Lieutenant du Teikoku ! Je reviens au Pays du Feu avec le savoir des Derniers Gardiens que je suis parti maîtriser au Pays du Bois : et au prix de nombreux efforts, je suis dorénavant le possesseur du célèbre Kinjutsu dit de la Barrière Divine ! Je reviens au bercail avec les honneurs d’avoir réussi ma mission ! Que me vaut cette cavalcade ?! »

Le garde ne se laissa pas impressionner. Il continua de darder Shinpachi avec des yeux plissés à cause du soleil, mais qui ne laissaient toutefois apparaître aucune émotion.

« Attendez ici. »

Ordonna-t-il en baissant la voix, à présent que les sabots du coursier de Shinpachi commençaient à résonner contre le bois du Pont Araho.

« Vous plaisantez, j’espère. J'avance, et vous ne me retiendrez pas. »

Répliqua le cavalier en continuant d’avancer.

Informations:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Retsu Senjumaru
Retsu Senjumaru

La rançon des complots [Libre] Empty
Mer 22 Juil 2020 - 22:42
La rançon des complots [Libre] 200722104853193241

Une nouvelle journée pour la soldate aux prunelles prunes. Cette fois-ci ou plutôt encore une fois, la Retsu était assignée à la surveillance de l’entrée de la cité militaire du pays du Feu. Ce n’était pas la première fois qu’elle s’occupait de cette tâche, et elle y prenait un certain plaisir, certainement parce qu’elle avait une vue sur l’ouvrage qu’était le pont Araho qu’elle adorait admirer chaque fois qu’elle en avait l’occasion.

La manieuse de sable noir allait faire équipe avec un groupe de soldats qu’elle n’avait encore jamais rencontré. La dernière survivante de l’île de Burakkuairando s’étonnait à chaque fois de rencontrer de nouvelles têtes. La dernière en date remontait lors de l’apprentissage de la technique interdite du scellement divin afin de sceller un Dieu.
La trentenaire recevait ses ordres du Lieutenant attitré à la tâche et qui superviserait la journée en déléguant aux soldats qu’ils avaient sous la main. La Retsu prenait sa position, se tenant droite, le regard porté au loin.

Les entrées et les sorties furent des plus banales jusqu’à ce que le soldat muni de sa longue-vue s’agite du haut de son perchoir. La guerrière aux longs cheveux indigo essayait de tendre l’oreille pour entendre le remue-ménage derrière elle, mais elle était trop éloignée pour entendre ce qu’ils se disaient. Néanmoins, la voix du Lieutenant se fut plus importante lorsqu’il vociférait ses ordres. Senjumaru et ses comparses du jour ne devaient pas laisser passer l’individu qui arrivait au galop. La belle était loin de se douter que la personne qui arrivait à grandes enjambées était un Lieutenant de l’Empire, qui plus est le Lieutenant qui lui avait fait passer son entretien pour s’assurer qu’elle était assez digne pour entrer dans l’armée du Teikoku.

La Kunoichi se tenait en position jusqu’à ce que la cavalier arrive à leurs hauteurs et ne voit la suite de la route lui être interdite. L’un des soldats qui était avec la femme prenait la parole pour expliquer la situation. Le cavalier se présentait et les prunelles prunes de la soldate se portaient immédiatement sur le manieur du bois et ce dernier n’avait clairement pas envie d’attendre.
À ce moment précis, la Retsu prenait la parole afin de venir en aide à ses comparses, mais aussi pour montrer à son interlocuteur que ce dernier ne passerait pas même s’il en avait envie.

« Lieutenant Shinrin, je vous demande de bien vouloir patienter et de ne pas forcer le passage. » Lançait-elle dans un premier temps avant de se justifier. « Les ordres viennent d’un autre Lieutenant, à ce que je sache vous n’êtes pas encore capitaine, Lieutenant Shinrin Shinpachi. » Disait-elle en appuyant sur le mot capitaine.

Senjumaru n’avait croisé qu’une seule fois le cavalier, et c’était lors de sa première journée à l’Empire où elle l’avait affronté par la même occasion. Elle savait l’homme puissant et par conséquence dangereux. La belle n’avait aucune envie de sortir les armes contre cet individu, mais en cette journée elle était assignée à la garde de la porte principale de la Capitale et elle avait reçu les ordres de son Lieutenant, elle lui devait obéissance. Seul un Capitaine pouvait donner un contrordre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9678-retsu-senjumaru-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9720-retsu-senjumaru-carnet#82505 https://www.ascentofshinobi.com/u878
Uzumaki Gozen
Uzumaki GozenEn ligne

La rançon des complots [Libre] Empty
Mer 22 Juil 2020 - 23:06
Il est temps.

L'heure est arrivée pour le Guerrier Élémentaire de retrouver celui s'étant permit de le considérer comme traître de l'Empire tout en sachant que ce dernier pouvait et peut encore mourir pour le Feu auquel tous deux doivent la vie. C'est quelque peu déboussolé qu'un lieutenant de l'Empire, souvent présent aux portes d'Urahi et plus principalement à l'entrée du Pont Araho qui vient trouver certains éléments du Teikoku.

Mangeant non loin du dit pont, le Balafré est dérangé par le lieutenant alors qu'il s'apprête à déguster une assiette de brochette de bœuf au fromage. Même si l'alerte qui lui est reportée, est bien plus importante qu'un repas dont il pourrait se passer. L'homme ayant failli devenir déserteur et traitre de l'Empire par simple caprice d'une seule personne se pensant à ce moment-là en position de faiblesse, usa de son autorité alors supérieur à celle de l'Uzumaki. Mais désormais, ils sont au même niveau hiérarchique et rien ne pourra empêcher Gozen d'avoir une conversation avec lui.

« Ne le laisser pas traverser le pont. En aucun cas. »

Souhaitant que personne ne laisse passer l'individu, le Balafré se donne alors le temps de consommer quelques brochettes de son plat, tout en adressant un sourire satisfait à la serveuse. Enfin, le moment est venu. Après tout ... il ne se refusera pas un si délicieux met pour cette personne ayant nuit à son intégrité au sein du Teikoku. Un dernier morceau de viande et de par le vent soufflant au cœur de l'échoppe ouverte sur la rue, le lieutenant disparait, laissant l'impression que sa présence n'était jusque là qu'une simple illusion.

Le pied foulant le sol rocailleux du Pont donnant accès à la capitale du Feu, Gozen peut alors apercevoir la raison de sa venue ici, peu de temps après son long discours à la nation sur les faits récents. Face à lui, Retsu Senjumaru, une soldate teikokujin qu'il a pu combattre lors dans un entrainement il y a de ça de nombreux jours déjà. Une potentielle grande guerrière Hijin. Se plaçant alors à ses côtés légèrement en retrait, le Guerrier Élémentaire laisse son regard percer la longue mèche de cheveux traversant son visage, affichant une certaine joie quant aux retrouvailles avec sa désormais némésis.

« Shinrin Shinpachi. Je vous attendais avec impatience. Il semblerait que notre dernière discussion n'a pas pu se conclure convenablement. Et puis vôtre comportement passé se doit d'être ... retenu. Vous ne pensez pas ? »


Le Monarque des Bois peut alors être étonné de voir son homologue Hijin de retour, pouvant penser qu'il avait bien réussit à retrouver Son Altesse Yamanaka Rei. Mais si le Balafré est présent sur ce pont en ce jour, ce n'est pas pour parler bien longtemps. Un blâme doit être prononcer; et ardemment.

_________________
w3docs logo

Event 5: Teikoku Gang:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8787-uzumaki-gozen-pour-l-empire-malgre-lui#74009 https://www.ascentofshinobi.com/t8796-uzumaki-gozen https://www.ascentofshinobi.com/u940
Kogami Akira
Kogami Akira

La rançon des complots [Libre] Empty
Mer 22 Juil 2020 - 23:53


Taida 怠惰


De son côté, avec bien moins de prestance et de visibilité, Akira revient lui-même d’une banale mission. En tant que membre de l’unité coloniale, il est très courant pour lui d’avoir à faire hors de la capitale et même hors du pays. Cette fois-ci, une simple histoire concernant un village frontalier au pays du feu souhaitant acquérir la protection de l’empire en échange d’une partie de leurs récoltes. Akira y fut simplement envoyé avec quelques camarades d’unités pour faire le nécessaire et le voilà revenu aussi vite qu’il était parti.

La petite cohorte d’une dizaine d’hommes, fatigués par cette longue marche, ne semble pas remarquer le remue ménage au loin. Excepté le Kogami, dont l’oeil vif capte rapidement un petit attroupement sur le pont Araho bien qu’il ne puisse pas encore distinguer les protagonistes de ce blocus. Evidemment, il fallait bien que cela ait lieu le jour précis ou il doit lui-même emprunter ce pont. Pont auquel il a d’ailleurs participé à la fortification, Akira le considère un peu comme son bébé désormais.

“ Je crois qu’on va devoir faire la queue pour rentrer. “

Dit-il à ses camarades en s’approchant du remue ménage. Et alors que les silhouettes deviennent plus nettes à mesure qu’il avance, l’Hijine s’étonne de constater que ce barrage est destiné à stopper nul autre que le lieutenant Shinrin Shinpachi. Sans doute le seul lieutenant avec qui il peut prétendre avoir un semblant de proximité, puisque ce long et éprouvant voyage à Mizu no kuni s’est déroulé à ses côtés durant tout le long. Akira se remémore même avec une pointe de nostalgie cette attaque de sirène ou encore de poissons volants ou il avait dû combattre aux côtés du Shinrin sans être certain d’en réchapper. Et le voilà maintenant presque prêt à combattre ses propres semblables. Il y a de quoi s’inquiéter. Shinpachi lui était pourtant apparu comme un vrai patriote.

“ Hmm… “

Une fois arrivé accompagné des membres de son unités, tous plus interloqués les uns que les autres, le jeune homme s’arrête au niveau du Shinrin. A bonne distance du cheval néanmoins, Akira a horreur des canassons et un coup de sabot n’est jamais loin d’arriver.

“ Lieutenant Shinrin, lieutenant Uzumaki. “

Dit-il pour les saluer. Manifestement, c’est une affaire bien solennelle et plus risquée qu’il ne l’aurait pensé. Même cette femme avec qui il s’est entraîné quelques jours auparavant est la, malheureusement de l’autre côté du barrage. S’ils auraient sans doute laissé passer le petit groupe du Kogami, qui n’a manifestement rien à voir avec cette alteraction dont il n’a ni les tenants ni les aboutissants, Akira ne compte pas passer comme si ne rien était. On ne laisse pas tomber un homme avec qui l’on a sué pour la même cause. Aussi insignifiant soit l’avis d’un soldat, Akira ne se contentera pas de se muer dans le silence cette fois-ci.

“ Pourquoi barrer la route au lieutenant Shinrin ? Il me semble qu’en l’absence d’un capitaine, aucun d’entre vous n’ait le droit d’agir de la sorte... “

Et Akira n’en voit aucun dans les parages. Cette scène ressemble plus à un règlement de comptes qu’autre chose. Et aussi paresseux soit-il, il lui arrive parfois de prendre parti.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8252-presentation-d-akira-fiche-terminee?nid=1#68931
Akimichi Katsuo
Akimichi Katsuo

La rançon des complots [Libre] Empty
Jeu 23 Juil 2020 - 10:26
Katsuo se trouvait non loin des portes de la Capitale, il en était juste derrière alors que certains étaient devant. Au poste de l'avant-garde, il se contentait de vérifier les papiers d'identités qui semblaient être faux, il n'avait pas le loisir cette fois-ci d'être devant la porte et barrer le chemin aux ennemis du Teikoku (pour le peu qui tentait de rentrer dans l'enceinte de la Capitale).

Du grabuge se fit entendre, il constata un soldat qui courut de l'entrée de la porte jusqu'au plus profond du village. Il apprit que le Lieutenant de l'Empire, Shinrin Shinpachi, était revenu de sa mission du Pays du Bois et se rappela de la réunion qu'il avait pu assisté discrètement. En effet, le Lieutenant avait été accusé de quelques problème par un autre Lieutenant, Uzumaki Gozen.

L'Illusionniste se mit à réfléchir rapidement, mais cela pouvait être intéressant de se montrer au bonne personne. Shinrin Shinpachi était un Lieutenant de l'Unité Impériale, elle intéressait forcément Katsuo.

Lorsqu'il s'approcha, il constata qu'il y avait d'un côté Shinpachi sur son équidé ainsi que Akira, et de l'autre, face à eux, Senjumaru et le Lieutenant Uzumaki. Le jeune Sakamoto s'approcha, passant à côté du Lieutenant et de la Soldate pour se placer aux côtés de Shinpachi.

— Donc, désormais, un Lieutenant peut barrer la route et l'entrée à un autre Lieutenant ? Dites-moi, Lieutenant Uzumaki, quels sont vos preuves concernant ce que vous avez dit à l'encontre du Lieutenant Shinrin si ce n'est vos simples paroles ?

Il pouvait se défendre seul, mais Katsuo se faisait l'avocat du Diable.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10205-akimichi-katsuo-le-titan-colossal https://www.ascentofshinobi.com/t9841-dossier-d-akimichi-katsuo
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

La rançon des complots [Libre] Empty
Jeu 23 Juil 2020 - 14:10
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Alors que le bidet continuait de progresser sur le Pont, la tension augmentait palpablement. Défiant tacitement le garde de prendre les armes contre lui, Shinpachi avançait au culot et sa main vint mécaniquement se placer sous la carapace de son bouclier, qui était accroché sur le côté gauche de sa selle ; toutefois, avisant la présence non négligeable de Senjumaru qui vint renforcer le barrage, le Lieutenant eut l’once d’une hésitation. Le garde à côté duquel la guerrière péninsulaire venait de s’inviter avait baissé la pointe de sa lance pour qu’elle darde la direction du Shinrin, et ses doigts jaunissaient aussi vivement qu’il tenait fermement la hampe de cette arme, révélant l’assurance de son ambition à retenir cet individu. Plus confiante, Senjumaru prit la parole et, d’une certaine façon, le remît à sa place : sa fonction hiérarchique n’était pas supérieure à celle d’un autre Lieutenant, il n’y avait rien de plus vrai. Quand bien même il était parmi les plus réputés de ce corps, il n’en demeurait pas moins supérieur aux règles. Lui-même n’avait-il pas fait usage du même procédé autrefois avec Nara Kansei ?

« Tss. »

Siffla-t-il en tirant sur les rennes de sa monture qui s’ébroua avant de ralentir le rythme pour finalement se figer ; suite à quoi il en descendît avec une certaine agilité. Il n’avait rien à répondre aux protagonistes qui lui faisaient désormais barrage et, plutôt que de tenter l’impossible (ayant en mémoire les capacités martiales et le sable noir de la Retsu), il attendît. Mais il n’eut même pas le temps de caresser et rassurer sa monture que la suite des convives se révéla. Parmi eux, Uzumaki Gozen, pour sa plus grande surprise. Sitôt qu’il vit l’homme jadis sous ses ordres, Shinpachi comprit que l’ancien mercenaire n’avait que trop bien tiré profit de sa propre situation et le ton prédicateur qu’il employa le conforta dans ses hypothèses de naguère : peut-être aurait-il dû se montrer encore plus méfiant envers cet homme. Quelque part, à cet instant propice, tout le tissu de manigances qu’avait orchestré le Monarque de Bois semblait se dérober à sa prise et se retourner contre lui, au moment où tout tendait au paroxysme ; allégoriquement, il eut l’impression que toutes les coutures venaient de craquer et qu’il était à présent déshabillé.

On paie toujours un jour la rançon des complots.

Il préféra, dans un premier temps, ne pas répondre ; il n’ignora rien de la remarque de Gozen, mais jugea mal avisé de répondre du tac-au-tac. A cet égard, il remarqua les autres arrivées autour d’eux et, pour une raison étrange, il eut le sentiment que ce flot d’apparitions ne tarirait pas de si bon chemin. Derrière, les troupes au cœur desquelles se tenait Kogami Akira s’immobilisèrent de l’autre côté du Pont Araho, attendant à leur tour de pouvoir passer la porte de bois massif ; le shinobi, qui avait par une occasion spéciale officié avec le Shinrin au cours d’une expédition pour Kirigakure, prit sa défense et retourna à Senjumaru sa propre argumentation. Un autre élément, inconnu à cette heure du Lieutenant proscrit, interrogea Gozen à sa place, mettant Shinpachi dans une situation plus à l’aise : tous n’étaient pas foncièrement partisans de la méthode employée et le Monarque des Bois comprit alors qu’il n’avait pas que des détracteurs.

Feignant un visage honnête, qui n’était évidemment que la façade angélique d’un être profondément mauvais, Shinpachi joua sur le tableau de l’ignorance. Sa main droite tenait toujours les rennes de son coursier, dont les sabots secouaient les planches du Pont Araho en faisant du surplace comme pour manifester son inquiétude et son impatience. Tout doux, voulut lui dire le Lieutenant. Mais sa langue, pour l’heure, était réservée à ce conseil de membres improvisé.

Le vent déploya un de ses courants d’azur qui souffla sur le côté gauche du Shinrin, faisant danser ses vêtements ; non, il n’était pas encore mis à nu.

« Je rejoins ce qui vient d’être dit… Lieutenant Uzumaki. J'avoue ne pas comprendre. Voudriez-vous être plus précis ? »

Fit-il en approuvant la remarque de Katsuo, et en insistant sur le nouveau grade de Gozen, avant de jeter un coup d’œil furtif à Senjumaru et d’ouvrir sa main pour indiquer la voie à Akira.

« Depuis quand la Capitale ferme-t-elle ses portes aux enfants du Feu partis risquer leurs vies en mission ? Allons, laissez-nous entrer. Notre voyage fut long et nous avons tous besoin de retrouver la chaleur de nos foyers. Ne me dîtes pas que c’est l’Empereur qui nous en empêche, n’est-il pas, Lieutenant Uzumaki Gozen ? »

Il nomma directement le Seigneur du Pays du Feu comme pour mettre le doigt dessus, défiant à demi-mot l’élémentaliste de rebondir sur ce sujet. La guerre était ouverte.


Information:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Uzumaki Gozen
Uzumaki GozenEn ligne

La rançon des complots [Libre] Empty
Jeu 23 Juil 2020 - 17:24
« Suis-je si gros que ça pour que le peuple de Hi, peuple pour lequel je donnerais ma vie, ne puisse pas traverser ce pont témoignant de nôtre histoire à tous ? Vous me décevez ! Hahahaha ! »


Son sourire "franc" prend place sur son faciès et l'Uzumaki démontre au Monarque que lui aussi, peut s'avérer être un manipulateur de l'information. Cet art que le Shinrin sait manier mieux que quiconque, Gozen a apprit à l'utiliser également. Après tout, en étant dans l'unité la plus controversée de l'Empire, il faut savoir jouer de la réplique pour ne pas subir le contre coup d'un énième complot interne. Quant aux soldats présents sur le pont, le Balafré peut passer à côté, ils ne savent pas. « Messieurs, pourquoi prendre le parti d'une personne ou d'une autre alors que la situation ne vous est pas commune ? » Son regard se tourne alors brièvement en direction en direction du Sakamoto, croyant pouvoir accuser de la sorte son supérieur direct. « Ai-je menacer le Lieutenant Shinrin ? Ma parole est donc sans valeur ... soldat ? » Comment peut-il manquer de respect comme cela ... L'armée du Feu est-elle composée d'hommes aussi insultants ? Intérieurement, le Guerrier Élémentaire est dépité. Mais la situation la plus importante n'est pas là.

Ignorant les soldats, l'homme à la crinière ébène s'avance toujours un peu plus en direction de Shinpachi, ressentant une certaine tension s'installer entre les soldats et lieutenants présents. Si la réputation de l'Uzumaki reste sulfureuse auprès de l'Empire, il souhaite cependant prouver le contraire en se montrant le moins sauvage possible. Ce n'est pas dans ses habitudes de brûler tout ce qui lui déplait après tout. C'est le contexte qui importe. « Je ne souhaite en aucun cas le moindre mal à Shinpachi, malgré ce que vous tous, semblez penser sans même connaître la situation qui nous lie. Alors je vous demanderais de vous disperser, immédiatement s'il vous plait. » Son autorité semble toute divine mais le simple fait qu'un soldat puisse penser que l'Uzumaki est le mal en ce jour, a en effet le don de rendre colérique le Hijin. Naturellement ...

« Lieutenant Shinrin ... Bienvenue chez vous ! Comment s'est passé votre voyage ? Excusez-nous pour cet accueil, la situation est quelque peu ... compliqué. N'est-ce pas ? Je devrais vous avertir de ce qu'il se passe actuellement de l'autre côté de nos frontière ... en privé si vous le voulez bien. Cela concerne quelque chose que nous avons en commun. »


La perfidie. Mais honnêtement, au fond de lui, le Balafré souhaiterait réellement parler à son homologue Teikokujin de leur relation, tout comme de ce qu'il a découvert au palais du Shogun de Tetsu no Kuni. Peut-être que le Shinrin pourra l'aider à y voir plus clair ...

_________________
w3docs logo

Event 5: Teikoku Gang:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8787-uzumaki-gozen-pour-l-empire-malgre-lui#74009 https://www.ascentofshinobi.com/t8796-uzumaki-gozen https://www.ascentofshinobi.com/u940
Akimichi Katsuo
Akimichi Katsuo

La rançon des complots [Libre] Empty
Ven 24 Juil 2020 - 11:06
L'Akimichi avait-il eu raison de s'interférer dans une telle discussion ? Probablement pas, ses paroles pouvaient être perçu comme une totale insubordination également par le Lieutenant Uzumaki Gozen. Les deux faisaient partis de l'Unité Impériale, cependant Gozen avait été tout récemment promu au grade de Lieutenant contrairement à Shinpachi. Conformément à ses idées et conviction, il se devait de se placer du côté du manipulateur du Bois.

Son regard se posait sur l'Uzumaki, ce-dernier avait beau être un Lieutenant, il ne faisait pas peur à l'Akimichi. Il faisait parti des clans originaires de Hi, alors qui était-il lui pour lui faire peur ? Katsuo ne comptait pas toutefois manquer de respect totalement à son supérieur hierarchique.

— Ai-je dit une telle chose ? Malgré votre grade, il faut avoir des preuves de toute chose pour confirmer ses dires, n'est-ce-pas ?

Il avait jeté l'opprobre sur le Shinrin en revenant de sa mission de recherche de l'Empereur. Le jeune soldat du Feu resta néanmoins courtois et poli dans ses paroles, il n'y avait rien d'outrageant ou d'incorrect dans ce qu'il disait. Une simple discussion, voilà tout.

L'Uzumaki demandait à ce que tous se dispersent, le regard de l'Akimichi se posait sur le Shinrin afin de savoir ce qu'il attendait de lui. Rester ou partir, il en était le seul maître.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10205-akimichi-katsuo-le-titan-colossal https://www.ascentofshinobi.com/t9841-dossier-d-akimichi-katsuo

La rançon des complots [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu :: Pont Araho
Sauter vers: