Soutenez le forum !
1234
Partagez

2/01. Unité nord

Maître du Jeu
Maître du Jeu

2/01. Unité nord Empty
Dim 26 Juil 2020 - 22:27


C'était aussi terrible que c'était vrai. Alors que vous en étiez incapables, Raonaka Ao avait réussi à réveiller le Dieu de l'Eau. L'immense sceau qui avait été constitué sur l'île principale de Mizu no Kuni était sur le point de céder pour laisser petit à petit s'échapper le Dieu de l'Eau. Ce cauchemar que vous aviez vécu une fois était en passe de se reproduire.

Mais vous étiez préparés. Non seulement de par le renforcement de votre village et de vos stratégies, mais surtout parce que vous aviez pu pour certains acquérir deux Kinjutsu, l'un permettant de limiter le pouvoir d'un Dieu, l'autre pour le sceller dans le corps d'un des vôtres.

Votre unité est l'une des quatre unités chargées d'affronter et sceller le Dieu de l'Eau. Mais Raonaka Ao cherche la même chose et sera, là encore, votre ennemi pour une ultime fois...


Voici les règles et indications à suivre :
  • L'Event se déroule aux premiers jours de l'été 204.

  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Vous pourrez demander jusqu'à deux délais de 12h durant tout l'événement.

  • En cas de non-respect des délais, votre tour sera sauté une première fois. Si cela se reproduit durant l'événement, vous serez exclu et subirez une pénalité d'XP.

  • Seules les techniques validées avant le mercredi 29 juillet inclus pourront être utilisées durant l'Event.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat et notre Guide du Combattant.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Chacun des quatre groupes affectés au Dieu de l'Eau est constitué d'un personnage maîtrisant le Kinjutsu : Barrière Divine et d'un autre maîtrisant le Kinjutsu : Scellement Divin.

  • Les deux autres personnages de chaque groupe sont là pour protéger ceux qui maintiennent les Kinjutsu.

  • Les tours entre les quatre groupes sont communs.

  • Vos ennemis peuvent vous attaquer et parcourir parmi les différents groupes.

  • A la fin d'un tour, si dans chaque groupe le Kinjutsu : Barrière Divine a été maintenue par quatre personnages, la libération, ses conséquences et le pouvoir du Dieu seront limités.

  • A la fin d'un tour, si dans chaque groupe le Kinjutsu : Scellement Divin a été maintenue par quatre personnages, le scellement du Dieu de l'Eau dans l'un des vôtres progressera.

  • Si durant trois tours, le Scellement Divin a réussi, alors le Dieu de l'Eau sera scellé dans un personnage participant à cette partie de l'Event (choisi inRP par le Nobuatsu Saji).

  • Les personnages maintenant un Kinjutsu sont limités à une seule technique supplémentaire par tour (les autres en possèdent évidemment 3 maximum par tour). S'ils en utilisent davantage ou qu'ils ne peuvent pas maintenir leur technique, le tour ne comptera pas dans la réussite du scellement.

Ordre de post :
  • Yasei Reikan

  • Mawehara Miyuki

  • Yuki Kaya

  • Aditya

  • ???

Bon RP à toutes et à tous !
Revenir en haut Aller en bas
http://ascentofshinobi.forumactif.com
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

2/01. Unité nord Empty
Mar 28 Juil 2020 - 18:21


➜ Été de l'An 204, Île-mère de l'Archipel de l'Eau

Il est de ces moments où la plupart se rendent compte que le doute peut de nouveau assiéger leur cœur en détrônant à tout moment leur confiance, face à l'arrivée d'un Démon à queues à leur porte. Mais Yasei Reikan, l'Héroïne de son pays qui avait mené bataille contre la Déesse de l'Eau à même l'échine de Sanbi, s'était rendue sourde à ces alarmes de l'effroi que son instinct pouvait parfois lui porter. Car la Tigresse blanche avait réussi l'exploit de répandre un souffle de réalité sur les braises de son rêve d'unification du clan Yasei, son esprit quiet s'avérait à ce jour bigorné tant par l'absence de la peur en son sein que son envie de pétrir toutes les vilaines intentions qui étaient hélas légions et qui osaient guetter ce qu'elle tenait à conserver, à l'abri des ombres de ce monde de plus en plus abîmé par le désespoir. Elle avait risqué sa vie jusqu'à s'en enflammer les poumons sous le traître soleil de Kaze, pour faire de la brise de la Cité Brumeuse la berceuse de ses pairs existants et ceux encore à venir. Kiri la Grande avait investi l'âme guerrière de la féline dès l'accueil de celle-ci, avant de s'emparer ainsi de sa chair et de son sang lorsqu'elle avait sauvé les siens du néant de grains.[invisible_edit]

Voilà davantage de raisons de la protéger, elle et son idéal de paix, à l'aube du retour orchestré de la tortue géante prête à déchaîner tsunamis et ouragans sur l'Archipel.

Au loin de la Cité de la Brume spectatrice, une clarté menaçante naquit d'entre les flots et les terres couvrant son titanesque sceau, qui avait eu pour rôle de museler un abyssal traumatisme au creux de l'île-mère de l'Eau et devenir le théâtre de bien des colères. L'Éclair de la Brume fut la première combattante à se rendre à la position stratégique de l'Unité Nord, menée comme ses sœurs par la sphère pensante du village. Et à peine ses pieds eurent gagné le parterre tremblant d'épouvante de l'atoll monstrueux, qu'une ombre pharamineuse cherchait d'ores et déjà le moyen de se dresser au-delà du commun des mortels. Cet ombrage et son impression, la Fille du Désert ne les connaissait que trop bien. Mais elle ne les redoutait plus, aujourd'hui. Les vents violents s'amusaient à étreindre la crinière de jais et les lanières du bandeau de la métamorphe, pendant que son dos retrouvait sa majestueuse droiture sous les plis de son haori à la teinte du charbon. L'air ambiant eut le temps de se révéler porteur de fureur, avant que ses camarades n'apparaissent enfin à ses côtés.

La cheffe du clan Yasei tourna la tête et les caressa d'un regard hardi, en prenant soin de terminer par Aditya. Un maigre sourire fut destiné à ce dernier, lui qu'elle n'avait pas eu l'occasion de croiser depuis quelques temps. Son minois couvert d'éphélides s'en détourna pour lui préférer la silhouette gargantuesque fraîchement apparue, malgré tout consciente de l'état d'esprit de son frère d'armes.

« Tu sais que nos pensées se sont toujours bien trouvées Aditya, au sujet de ce qui approche. Ces techniques interdites que toi et Kaya avez entre les mains ne doivent pas te repousser parce qu'elles ne sont pas le fruit d'un choix pour lui, aujourd'hui. Mais elles pourront l'être demain. Si tu ne le fais pas pour toi, ou tes principes, fais-le pour notre survie et celle de tous ceux que nous chérissons ici, jusqu'à ce que nous puissions trouver une autre solution. Fais-le pour le bien de Kiri, Aditya. »

La Tigresse blanche avança d'un pas audacieux et se détermina au-devant afin d'avoir l'ensemble de cet environnement en proie à la destruction dans son champ de vision. D'aucuns se retrouvaient à redouter ce qui se profilait à l'horizon des flots de l'île-reine de Mizu. Mais Reikan ne semblait pas nourrir de craintes en cet instant plus que charnier. Car la féline se devait de ne pas faillir, pour voir s'envoler ses inquiétudes à l'égard de sa famille, de son équipe et de tous ceux qui s'étaient forgés une place de choix en son tendre cœur. Les sveltes jambes de l'enfant des Bêtes à l'épiderme doré se fléchirent presque instinctivement, instaurant les prémices d'une attitude martiale et bestiale que nul Homme ne savait imiter.

« Miyuki. De ce combat contre Sanbi dépendra l'avenir du village et du monde entier, peut-être. Mais n'oublie pas que la menace peut aussi rôder ailleurs qu'en cette Bête à queues, à n'importe quel instant. »

Elle avait pour mission de défendre tant son ancien mentor que son meilleur ami, qui pouvaient à la fois contenir et sceller la puissance de Sanbi, envers tous ceux susceptibles d'incarner une menace à leur concentration, ou même leurs vies. Soit.

Que quiconque ose donc s'en prendre à eux, désormais.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Ven 31 Juil 2020 - 19:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

2/01. Unité nord Empty
Mer 29 Juil 2020 - 14:26
Silencieuse, la jeune femme blonde aux yeux grisés observait l'horizon. Qui est-ce qui avait bien pu agiter à nouveau le Dieu de l'Eau au point de le faire sortir de son sceau ? Comment avaient-ils pu défaire si facilement ce qu'ils avaient passé tant de temps à protéger, à fortifier ? Pourquoi attaquaient-ils encore et encore leur village, eux qui n'avaient pas mené la moindre attaque autre qu'à Iwa. Le peuple de l'Eau avait toujours été centré sur lui-même, et seul un groupe de Yuki déserteurs avait changé la donne pendant quelques mois. Et au final, ce n'était même pas Iwa qui s'en prenait à Mizu no Kuni, c'était encore un des lieutenants de l'Homme au Chapeau tristement célèbre à Kiri, son ancien Daimyo, Raonaka Ao.

Elle était venue en compagnie de Aditya-senpai, Yuki Kaya, la cheffe du clan des Yuki, une Jônin particulièrement renomée et puissante, et Yasei Reikan, la chef du clan Yasei qu'elle avait récemment ramené à Kiri d'une mission à Kaze et qui était elle aussi une membre redoutable de la Kenpei. Un groupe qui aurait sans doute été intidimidant si Miyuki n'était pas qui elle était, une jeune femme peu impressionnable qui était tout à fait capable de tenir tête à son chef de clan, le Nanadaime. Elle gardait donc toutes ses capacités, quand bien même ces dernières étaient encore limitées.

Silencieuse, elle écouta les paroles de la changeuse de forme. Cette dernière se voulait responsabilisante, mais peut-être l'était-elle un peu trop. Cela ne marquait cependant pas Miyuki qui avait sa propre vision des choses et restait imperturbable. Elle hocha simplement la tête en première réponse puis dessera les lèvres pour laisser s'échapper quelques mots.

« Je suis prête. »

À vrai dire, elle était attentive depuis le début. Elle hésita un peu puis choisit d'attendre encore un peu. Sans doute aurait-elle le temps plus tard de se préparer à se défendre. Sabres et équipements toujours à portée de main, elle observait de nouveau l'horizon, attendant de découvrir ce qui allait bien pouvoir leur arriver dessus, encore proche d'Aditya pour le protéger en cas de besoin.

C'est peut-être notre dernier combat. Tu le sais ça, pas vrai ? J'serai bientôt libre hinhin...

Miyuki leva les yeux au ciel. Vraiment ? Maintenant ? Cette arme avait décidément tendance à choisir les meilleurs moments pour ouvrir sa gueule, au grand déplaisir de la Sabreuse.

Espère toujours. Ce soir, tu seras à ta place comme tous les soirs. Rêve pas trop.
On verra, Miyuki, on verra...
Tais-toi maintenant, j'dois me concentrer.
Ohlala, si tu le prends comme ça...
Tais-toi j'ai dit !


Plus tranchante sur ses derniers mots, son visage s'était très légèrement crispé, heureusement caché par ses cheveux qui tombaient très légèrement devant son visage. La jeune femme reprit sa surveillance des alentours, prête à se mettre sur la route d'un quelconque ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Yuki Kaya
Yuki KayaEn ligne

2/01. Unité nord Empty
Jeu 30 Juil 2020 - 1:04

La coalition n’était pas le processus le plus simple à mettre en place, et pourtant dans ces conditions extrêmes, ils avaient réussi à faire cohabiter des entités aux rivalités ancrées dans leur histoire. Et la menace était imminente, Kiri était prête à se défendre face à toute éventualité. Après tout, ils avaient déjà réussi à se défendre et à sceller un Dieu, qu’est ce qu’il pouvait arriver de pire…?

Eh bien c’était assez simple: le retour du Dieu en question. Une vague de chakra impressionnante pouvait être ressentie, liée à la destruction partielle du sceau du Dieu en question. Durant sa libération, son propre chakra était lui aussi détectable à longue portée tant il était puissant, sans parler de le voir au loin, vu sa taille impressionnante. En bref, libérer le Dieu de l’eau était impossible à dissimuler, et c’est pourquoi elle se rendit aussi vite que possible au Nord de Kiri pour intervenir, elle et son récemment appris Kinjutsu.

Ayant troqué son habituelle tenue blanche immaculée pour une autre d’un noir profond qui - bien qu’évidemment peu couvrante - semblait être prévue pour faciliter ses déplacements, ou en tout cas elle ne lui rajoutait pas de contrainte. Mais plus que son aspect pratique, c’est l’aspect sérieux et presque sombre qui était donné à Kaya qui était remarquable, dont la froideur se retrouvait exacerbée.

Sur place, elle se retrouva avec l’intégralité de son ancienne équipe dont l’évolution de chacun de ses membres avait été remarquable. Reikan était devenue chef de son clan, et Aditya - en plus de ses qualités de ninja - avait trouvé sa place dans la diplomatie. La troisième était celle qu’elle connaissait le moins, mais dans une telle situation elle n’avait pas d’autre choix que de lui faire confiance. Il n’y avait aucune place pour le doute ou l’incompétence.

Son regard azur était resté quelques instants sur ses compagnons d’aventure alors que Reikan avait prit la parole. Ses paroles vis à vis d’Aditya lui firent hausser un sourcil d’étonnement. Ce n’était vraiment pas le moment de penser à autre chose qu’à la victoire, peu importe les moyens employés.

“Enchantée de vous retrouver encore une fois pour un événement pour le moins crucial.”

Dit-elle avant d’adresser un regard sympathique à Miyuki qui semblait communiquer avec son sabre, pour éviter qu’elle se sente à l’écart.

“Je pense que nous sommes tous conscient de ce que représentent les heures à venir. Une question de vie ou de mort, non pas uniquement personnelle, mais du Yuukan tout entier. Il me parait dès alors évident que nous devons nous donner à 110%, et faire fi de tout problématique d’égo ou d’éthique.”

Elle esquisse un petit sourire nerveux, comme si ces responsabilités lui donnaient un stress positif et qu’elle avait envie d’en découdre.

“Tous les coups sont permis, car nos adversaires ne se gêneront pas, eux. A commencer par les Kinjutsu, donc.”

Une grande inspiration plus tard, elle se sentait débordante de chakra. Elle allait probablement devoir utiliser tout ce qui était en son pouvoir, et puiser dans ses réserves de chakra pourtant exceptionnelles pour utiliser et maintenir un kinjutsu aussi puissant. Qu’est ce qui pourrait mal se passer, après tout?


_________________
2/01. Unité nord 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini
Aditya
Aditya

2/01. Unité nord Empty
Jeu 30 Juil 2020 - 11:15
02/01, Unité Nord

ft. Yuki Kaya, Yasei Reikan & Mawehara Miyuki



Été 204, Nord du sceau du Dieu de l'Eau, village de Kiri.


Pour la première fois depuis bien des lunes, le regard d'Aditya s'était déposé sur les sigles pavant le sceau magistral trônant au cœur de la cité, dont les détours s'étaient illuminés d'un éclat farouche, rougeoyant. Au cœur de ce capharnaüm, des brides écailleuses se laissaient entrevoir à la surface, qui tentait, tant bien que mal, de s'extirper de cette prison d'acier dans laquelle elle avait été enfermée il y a un an, heure où la révolution du soleil avait tenue gage de survie, pour les habitants de la Brume.

La même ferveur habitait les corps de chacun de ses enfants en cette heure encore, dont les silhouettes fusaient aux quatre coins de l'archipel. Si cette attaque était loin d'avoir été prévue par les instances, la méthode avec laquelle chacun se positionnait en ferait presque penser le contraire. Dans le recoin de ses yeux, l'écho d'une chevelure pourpre darda son attention, bien trop familière pour se laisser dérober au chaos qui animait les lieux. Junko.

Pendant un instant, aucun d'eux n'agit, bien qu'ils se soient retrouvés quelques jours plus tôt. Pourtant, dans leurs deux regards trônaient l'once d'une profonde inquiétude mêlée d'affection, l'espace de quelques secondes accordées au répit. Elle était une guerrière, née au cœur d'un sable payé du prix du sang et de la vie – Aditya en avait toujours été conscient. Aujourd'hui, ce n'était plus pour elle qu'elle se battait. Mais pour une cause à défendre, devenue chère à son cœur, pour cet endroit, qu'elle avait fait sienne ; et dans l'ombre d'un regard échangé, leurs prunelles trahissaient tous les mots taris par le silence. En un instant, sa silhouette s'évapora, pour rejoindre le flanc d'autres âmes requérant son concours.

Sans tarder, l'ascèse imita son geste, laissant ses pas écraser la terre grondante sous ses pieds et paver son chemin jusqu'au nord du village, là où sa présence, plus que requise, était devenue nécessaire. Il retrouva, aux berges du Nord, l'ombre de celles qui avaient pavé le temps passé au sein de la Brume. Qu'il s'agisse de Kaya, sa mentor, Reikan, qui fut autrefois sa partenaire sous ses enseignements, et Miyuki, dont il était devenu garant à son tour au sein de son équipe ; toutes ces âmes avaient forgées la course de l'avenir qui se dévoilait devant lui en ce jour.

Avec attention, il laissa leurs paroles trouver leur écho dans son esprit, plus que jamais conscient de l'épée de Damoclès qui siégeait au-dessus de leur têtes, et de celle de la Brume entière. Les mots de Kaya étaient loin d'être ceux d’un fou ; ils étaient gage de sagesse, de tactique, pour celle qui avait été entraînée pour être un soldat de l'Eau. Une façon de voir les choses qui les rapprocherait, sinon apporterait, la victoire. Il lui adressa un simple signe de tête, gage de son acquiescement et de retrouvailles dont ils auraient tout le temps de s'épancher, une fois cette menace endiguée.

Si les dires de la féline n'avaient pas manqué de darder ses pensées de tout leur poids, le blond décida, néanmoins, de laisser ses pas l'amener auprès de son élève ; et au-travers des mèches d'or parcourant son visage, il lui adressa un regard à la fois prévenant et respectueux, pour la sabreuse qu'elle était devenue. Une main se hissa sur son épaule, brièvement.

« Je sais que par le passé, tu as pu sentir que ta présence n'avait que peu d'importance, comme lors de l'arrivée du Feu sur les berges. », il tâcha de croiser son attention, afin de l'assurer de la franchise qui paraît ses dires. « Néanmoins, ça n'est pas le cas – cela ne l'a jamais été. Il se peut que d'ici quelques temps, je ne sois plus ton mentor, à cause de tous les progrès que tu as fait, même en mon absence. Néanmoins, ce n'est pas en tant qu'élève que tu te tiens à mes côtés, à ceux de Reikan ou de Kaya ; c'est en tant qu'égale. Peut-être ne l'as-tu jamais remarqué auparavant, et s'il y a bien quelque chose dont tu peux être certaine, c'est de toute la confiance que je te porte, aujourd'hui. »

Tandis que sa paume se ravissait au contact de la jeune femme, il remarqua à nouveau le visage de la métamorphe du coin de l’œil ; et bien que tant de mots se pressaient aux frontières de son esprit, aucune d'entre elles ne franchirent la barrière érigée par ses lèvres. Seul son regard, implorant, trahissait toute la douleur qui cernait son cœur à l'idée qu'elles soient investies d'une telle mission, quitte à ce que leur vie leur soit ravie pour cela. Ses prunelles s'encrèrent au fond des abîmes myosotis de la féline, intimant des mots que sa voix n'aurait pu formuler. Je t'en supplie, ne fais rien d’insensé. Plus que tout, il se refusait à la voir arrachée à lui, d'autant plus pour sa protection.

Rebroussant chemin, ses doigts vinrent effleurer les contours du sceau, dont l'équilibre était on-ne-peut-plus clairement renversé, les genoux fléchis. Au loin, le corps difforme du Dieu de l'Eau perçait la terre, baignant tout le village dans une vague de chakra omniprésente, et terrifiante. Mais face à cela, à un vieil ami, Aditya était loin d'être épris de ce sentiment de peur ; non. Le doute, la résignation, eux, seraient ses démons. Sa paume touchant le sol, il laissa ses paupières se fermer sur ses prunelles, à l'image du monde qu'elles dissimuleraient le temps d'un instant, perdu dans ses pensées.

Lui qui n'avait jamais désiré voir sa vie considérée comme plus importante qu'autrui, il était maintenant forcé de la voir protégée par ses pairs, gage plus que certain qu'en cet instant, elle avait plus de valeur que celles qui s'acharneraient à garder ses arrières.

Lui qui n'avait jamais souhaité imposer le poids d'un Dieu dans le corps d'un autre, inconscient des risques encourus par un tel sacrifice, qui s'était refusé à abandonner une vie au profit de telles machinations, c'était en cet instant le but – non, l'ordre, qui lui avait été donné.

Lui qui n'avait jamais aspiré à influer sur la course du monde, préférant laisser le destin décider de son sort et de celui d'autres âmes, qui n'avait jamais voulu laissé sa marque dans l'Histoire, il devenait désormais acteur, définitif, de ce que deviendrait cette île pourtant si chère à son cœur.

Sa silhouette se redressa, lentement ; et à nouveau, ses iris azurées se révélèrent au monde, forgées d'un mélange de détermination et d'abandon. Aujourd'hui, Aditya ferait l'unique entorse aux principes ayant dicté sa vie, même si cela devait signifier refuser à tout ce qui faisait de lui l'homme qu'il était.

Il se tenait prêt, à barrer la route aux envoyés du Chapelier, désirant révolter l'Eau contre elle-même, aux côtés d'âmes dont il n'aurait pu espérer meilleurs concours ; car en cet instant se tenait à la fois son passé, son présent, et son futur, dont seule l'issue de ce combat acharné déterminerait la course.

Pour toutes ces silhouettes qui affluaient aux berges, mettant en gage ce qui leur était le plus cher ; leurs existences mêmes. Pour Junko, qui s'était effacée ; Miyuki et Kaya, à ses flancs. Pour Reikan, dont il refusait d'être témoin du sacrifice, afin d'achever ce but qui n'était pas le sien.

Pour Mizu, à l'avènement d'une nouvelle aube.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Dieu de l'Eau
Dieu de l'Eau

2/01. Unité nord Empty
Ven 31 Juil 2020 - 18:48
Le Yuukan n’était pas qu’une terre d’hommes, faite pour eux et commandée par eux. C’était une terre d’histoire et bien avant que les hommes eussent foulé les plaines et les montagnes, d’antiques choses avaient connu le jour. D’antiques choses qui n’avaient rien à voir avec l’espèce fragile du genre humain, rien à voir avec ce qui, à côté d’eux, n’étaient qu’insectes. Du moins jusqu’à qu’ils ne décident de les réveiller et de les sceller, renversant alors l’ordre établi.

Comme si cela ne suffisait pas, le même genre humain qui était parvenu à emprisonner ces Dieux habités de pouvoirs légendaires ne se contentât pas de les retenir : ils se permît même d’espérer les exploiter, de les transformer en outils personnels afin qu’ils deviennent l’arme la plus meurtrière de ce monde, nécessairement convoitée par tous. Les shinobis tout particulièrement, perçant les secrets du chakra, outrepassant les limites de leur mortalité, trouvèrent comment domestiquer leur force au sein même de leur corps et, pour certains élus rares, y parvinrent.

Ce fut là une preuve de la démesure de leurs ambitions ; et pour garder jalousement ce pouvoir, ils participèrent souvent eux-mêmes à entretenir le mystère sur l’existence de ces mythes ancestraux, quand d’autres cherchèrent simplement à s’en protéger. Cependant l’effronterie des plus opportunistes les dévora et causa parfois leur perte, comme ce fut le cas un an plus tôt, lors de l’été 203, lorsqu’une kunoichi de l’ordre des Fanatiques osa l’impossible : utiliser la force de Sanbi contre une cité. L’ensemble des shinobis de Kirigakure avait alors cru voir sa dernière heure arriver. Toute la Cité de la Brume Sanglante avait pu mesurer l’immensité du Dieu de l’Eau : tant son corps colossal que sa force au-delà de toute notion connue. Et si le Dieu avait été scellé non sans difficulté sur la moitié de l’archipel, ce fut au prix de maints sacrifices ; les habitants de Mizu no kuni avaient alors frôlé la catastrophe. La colère d’un Dieu ne laissait rien d’autre que le chaos dans son sillage. Même si celui-là n’était alors qu’à une échelle de sa puissance, la Déesse n’étant pas parvenu à le relâcher entièrement.

L’histoire, toutefois, tendît à se répéter à l’aune de ce jour terrible où, retraçant le chemin jusqu’au cœur du sceau ayant naguère emprisonné Sanbi, un homme, parmi les plus détestés des kirijins, se permît de revigorer l’antique Dieu. Sur la route qui le mena à la source de l’immense sceau qui retenait le cauchemardesque Sanbi, il se faufila en profitant de sa connaissance du terrain et seul un garde parvint à le découvrir ; son cadavre évoquait désormais la façon dont il était mort, le crâne tourné dans le mauvais sens, la nuque rompue. Ce fut avant que le possesseur du Kinjutsu du Réveil du Divin ne pose sa main sur le Sceau de l’Eau.

Une secousse troubla aussitôt l’ensemble de l’archipel. Au début, la terre se mit à gronder comme si tout un macrocosme souterrain était en colère ; mais le cauchemar ne s’arrêta pas là. Sitôt que ce grondement rejoignît la surface, le sol trembla et se fissura. Les murs du village le plus proche craquelèrent lentement puis cédèrent, fustigés par le fracas des plaques tectoniques. Les structures s’affaissèrent sur elle-même comme si elles se recroquevillaient pour se décomposer, tombant en lourds débris. Les arbres se mirent à gercer et à se rompre d’eux-mêmes. Tout s’effondrait à une centaine de mètres autour du point où le sceau avait été tracé : c’était là l’agonie de tout un périmètre à la ronde, celui sur lequel reposait naguère le Sceau de l’Eau. Parallèlement, les nappes phréatiques longtemps enfouies des dizaines de mètres sous terre se révoltèrent et se hissèrent jusqu’à la surface, formant peu à peu une immense étendue d’eau. Fort heureusement, cette masse aqueuse s’étendit sur un tel périmètre qu’elle stagna comme une fine pellicule au-dessus du sol, forçant les humains à patauger dedans, rappelant à certains égards les Marécages Brisés. La couleur brouillonne et presque noirâtre de cette nouvelle surface s’en dissocia toutefois et augura un mal terrible, puisque presque la moitié de l’île en fut habillé, comme si Mizu no kuni menaçait d’être enseveli sous les eaux.

Une possible apocalypse.

Se préoccupant bien peu de cette inondation prophétique, l’ombre sauvage qui venait de réveiller Sanbi glissa et se confondît dans les ténèbres de ce déchirement terrestre. L’éveil prit un certain temps, compte tenu de la puissance du scellement autrefois composé ; mais lorsque les Unités de Kirigakure arrivèrent, il était trop tard. Le grondement se fit encore plus vaste, plus intense, plus fort ; si fort qu’il résonna jusqu’aux îles ceinturant l’archipel. Une forme immense et difforme émergea des limbes en soulevant des quantités d’eau colossales. La large rétine brûlant d’une lueur rutilante s’ouvrit puis fixa l’Unité Nord, composée majoritairement des membres de la Kenpei. Vous pûtes alors, au sein de votre quadrinôme, sentir toute la férocité retenue du divin dans ce seul regard figé grâce auquel il imprima vos visages dans sa mémoire, avant que la paupière du Dieu de l’Eau ne se close et qu’il n’en retourne aux limbes...

… et le calme revint…

… avant d’être brisé lorsque le Dieu de l’Eau ressortit de sa retraite par un saut phénoménal, semblable à celui des cétacés au milieu des océans. Chacun d’entre vous pût alors discerner les trois queues de l’antique créature et mesurer sa taille extraordinaire, avant que l’ensemble de sa silhouette monstrueuse ne s’abatte au sol comme un coup d’enclume en déchaînant les eaux : sitôt qu’il claqua contre la terre, l’archipel se mit à être secoué de séismes destructeurs alors même qu’un tsunami naissait tout azimut autour du cœur défendu par Sanbi, le Dieu de l’Eau.

Un cataclysme qui menaçât de vous engloutir. Aujourd’hui, le Dieu renaissait au pinacle de sa fougue destructrice, indépendant de toute contrainte charnelle. Son sceau fut brisé pour que l’entité captive se révèle dans toute sa splendeur. Pour que le monde tremble à l’évocation de Sanbi.


« BRRRRRRRRRRRRRRRRRRROOOOOOOOAAAAAAAAAARRRRRRR »


Au Sud, vous pûtes déjà voir les trois extrémités caudales, ces géantes destructrices, qui dansaient dans les airs, vous menaçant directement alors même que le Dieu de l’Eau, de colère, se mît à piétiner la terre qui lentement sous son poids commença à s’affaisser.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

2/01. Unité nord Empty
Dim 2 Aoû 2020 - 17:09



La peur du cyclopéen, du monstrueux ou même du terrifiant, tout ce qui savait échapper aux griffes du faillible et fugace genre de l'être humain jusqu'à effacer de sa génétique toute trace de bravoure. Ces angoisses-là, qui prenaient un malin plaisir à s'immiscer dans les méandres de nos plus petites cellules, Yasei Reikan s'en délectait en vue d'assouvir son insatiable gourmandise de compétitivité, les serrait contre elle pour les étouffer et les tenir à l'ombrage de ses êtres aimés, s'en inspirait afin de respirer et vivre à la lumière de ses actes dorés de bonté. Même aux pattes d'un Dieu, maître de calamités et d'horreurs vouées à engloutir l'Archipel de l'Eau sous des flots qui jusqu'à lors avaient toujours été ses fiers gardiens, la Fille du Lion de l'Atlas gardait la tête haute et les épaules droites. Parce que sur elle et ses camarades de l'Unité Nord pesait désormais l’œil empourpré du Démon à trois queues, miroir d'une âme torturée d'énigmes que personne ne parvenait à résoudre. Mais tout comme cette fois où elle avait pu fouler de ses semelles la carapace de la colossale tortue, l'enfant et l'amie des Bêtes sentit la percée d'une injustice écrasante en son cœur, lui qui était prisonnier de sa curiosité dévorante.

D'aucuns avaient pu se limiter à revoir dans le grenat de son regard carmin l'ombre de l'hostilité, de l'antipathie. Or, la Fille du Vent ne cessait d'y trouver ce même halo de souffrances qu'elle abhorrait tant, puisque preuves d'impuissance de la part de celle qui voulait seulement tenter de comprendre. Hélas, ce dilemme avait été hâtivement déchu de son esprit, si bien qu'elle avait réussi en quelques mots à convaincre Aditya de l'urgence de la situation, au creux de laquelle nul doute n'avait plus sa place. Car le génie de l'Eau prévoyait de faire muer ce pays en enfer, où Reikan et ses coéquipiers avaient déjà les pieds du fait de la remontée inquiétante des nappes phréatiques. Harcelé par l'idée de transmettre la marée de sa haine et d'imbiber les âmes des enfants de Mizu no Kuni de peine, le sinistre Démon devint fou de rage.

Au point d'en traumatiser les terres par le heurt des eaux.

Menacée de se perdre dans l'obscurité des vagues et d'y péricliter, l'île-mère devint ainsi la martyre de promptes convulsions sismiques nées du féroce bond de Sanbi. Si l'Éclair de la Brume s'obligea avant tout à garantir son équilibre avec ces effarantes secousses, sa concentration fut poussée par son instinct à s'accrocher à la vague cruellement imposante que la tortue venait de faire s'élever et s'écraser autour, dans le funeste espoir de terrasser la surface et faire hurler sa colère. Cependant, alors que ses extrémités caudales se dressaient dans un élan patibulaire et que son cri alarmait le peuple de l'Eau, Reikan ramena sa dextre devant son buste et effectua une vive série de mudrās à une main, avant de venir la poser sur la roche qui hurlait entre ses fissures.

« Je m'en charge. Accrochez-vous et occupez-vous de ces techniques interdites dès que possible! »

Le sol fragilisé et morcelé trembla à l'approche du tsunami puis, sans prévenir, une énorme parcelle de roche assez coriace pour encaisser cet assaut assassin en approche sans s'écrouler se souleva sous les pieds de l'Unité Nord. La féline et les autres trouvèrent alors l'avantage de la hauteur face à la dispersion de l'onde aqueuse, à l'abri de la démolition en marche de ces territoires par la même occasion. Ses mèches de jais dansèrent au gré des brises pendant que la montée impressionnante de l'eau encerclait son mur sans même risquer de le faire s'écrouler. Avec lenteur, la cheffe du clan Yasei délia ses fins doigts du roc surélevé sous leurs pieds et se redressa fièrement à l'entente des fulminations de l'ancien Daimyō de l'Eau. Cette longue chevelure d'ébène, symbole dominant de sa féminité, devint celui de sa bestialité en devenant plus épaisse. Ses traits se firent plus tranchés et ses membres gagnèrent en ampleur, en se nappant d'une fourrure dense et tigrée d'un noir et d'un blanc contraires, qui avait également investi son cou pour marquer le passage à sa métamorphose partielle. Raonaka Ao souhaitait que le sang des enfants de Mizu no Kuni coule et arrose l'Archipel.

Pourvu alors qu'il ne finisse pas par tomber entre les griffes de la Tigresse blanche, s'il voulait éviter de voir le sien s'y mêler.

résumé:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

2/01. Unité nord Empty
Hier à 0:03
Miyuki avait à peine réussit à faire taire Senritsu que Kaya semblait lui parler. L'écoutant avec attention, la Mawehara hocha la tête, ne sachant trop que répondre sur l'instant. Elle mit quelques secondes avant de répondre sobrement.

« Nous ne faillirons pas, Kaya-sama. »

Elle était un peu gênée par cette attitude d'une femme qu'elle avait toujours cru distante et froide et qui semblait plutôt ouverte contrairement à ses préjugés. Déboussolée, entourée de grands noms de Kiri, la Sabreuse ne savait plus trop comment s'exprimer, ne savait plus si elle en avait le droit, l'envie, la possibilité. Mais si ses mots et son attitude vis-à-vis de ses supérieurs hiérarchiques était perturbée, ce n'était absolument pas la même chose pour ses capacités de combat. La jeune femme restait en tout temps au maximum de son alerte, surtout dans une situation pareille.

Lorsque son sensei vint près d'elle, elle fit un sourire gêné. Mais elle n'était absolument pas d'accord avec lui. Comment pouvait-elle faire autre chose que de la figuration, entourée de membres si éminents de Kirigakure no Sato ? D'autant plus qu'elle avait eu vent de la promotion de son sensei au grade de Jônin, ce qui l'éloignait plus encore d'elle.

« Votre confiance m'honore, Aditya-sensei. »

Souriant légèrement, ne montrant aucune peur malgré l'ampleur immense de ce qui se dressait devant eux, n'ayant pas le moindre tremblement, la jeune femme semblait même calme. Pas ou peu atteinte par le phénomène, elle était simplement prête.

Aussi, lorsque le Dieu se libéra véritablement et entreprit de bondir, se déplaçant d'un seul coup d'une distance incroyable, la vague d'air qui leur parvint en premier et les ébouriffa arracha un sourire à la Sabreuse. Elle n'avait pas peur de cette chose. Elle l'avait déjà vu. Elle avait déjà survécu.

Sans plus attendre, alors qu'un véritable tsunami leur fonçait dessus, elle enchaîna les mudras pour créer deux murs de terre bien plus petits que ceux de Reikan mais qui aideraient à limiter le tsunami au delà des limites de celui de sa supérieure féline. Que ce soit les contrecoups du choc de l'eau sur la roche ou des secousses que créait le Dieu-Démon en piétinant le sol, les structures de la Sabreuse seraient là pour encaisser une partie des chocs.

Il fallait maintenant que ses camarades parviennent à créer et maintenir les kinjutsus, ce qui ne serait pas une mince affaire.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Yuki Kaya
Yuki KayaEn ligne

2/01. Unité nord Empty
Hier à 23:50

L’histoire se répétait, encore et encore. Cependant, il ne s’agissait pas de la partie la plus amusante et agréable de l’histoire, bien au contraire. Devant eux venait de se dresser ce Dieu de l’eau, sautant avec ses trois queues qui virevoltaient et prouvait - si certains en doutaient encore - qu’il était bien l’une des entités les plus puissantes de ce monde. Rien que ce saut, ou plutôt son atterrissage, avait provoqué un véritable séisme. Et dans une zone comme Kiri, une telle secousse avait entraîné un impressionnant raz de marée.

Le sol se fracturait, et l’eau était menaçante au niveau de ses pieds tout autant que celle qui s’approchait sous la forme d’une immense vague. La métamorphe, son ancienne élève Reikan, avait été très réactive et composait déjà des mudras, annonçant qu’elle allait réussir à s’occuper de cette menace environnementale. Kaya lui fit un simple signe de la tête, approuvant sa démarche et lui accordant sa plus entière confiance.

Alors qu’elle sentait la terre sous ses pieds se faire manipuler par Reikan, elle commençait déjà à composer à son tour les mudras complexes qui permettaient de réaliser ces fameuses techniques interdites. Enfin. Il était temps de changer de dimension, frôler le côté obscur et être sur le fil des codes des ninjas. Sans risques, il était impossible de réaliser de grandes choses, et il était de son devoir aujourd’hui de se donner corps et âme pour défendre sa patrie.

“Je vous fais entièrement confiance. Je m’occupe de la barrière.”

La confiance avait cependant ses limites, et en quelques rapides mudras, elle se mit à faire tomber de la neige au dessus d’eux. Une neige chargée en chakra qui lui permettrait au besoin de détecter une menace invisible à l’oeil nu.



Et alors qu’elle était à priori en sécurité sur cette plateforme surélevée renforcée avec des murs dotons, l’héritière du clan Yuki concentra autant de chakra que possible dans cette technique, et continuait de composer des mudras à la vitesse de l’éclair. Cette technique était si complexe qu’elle demandait un nombre incalculables de mudras qui s'enchaînaient sans avoir l’impression qu’elle s’arrêterait un jour.



Et durant ces mudras, une quantité de chakra impressionnante était expulsée de son corps pour former à terme avec les quatre autres ninjas qui devaient réaliser le même enchaînement une grande barrière d’un chakra neutre mais terriblement résistant.

Elle en venait même à se demander pourquoi cette technique était classée comme interdite, elle était si belle, si pure… et terriblement puissante.

Résumé:
 



_________________
2/01. Unité nord 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

2/01. Unité nord

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Event n°5 : L'Homme au Chapeau :: Partie n°2, Mizu : Revanche
Sauter vers: