Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

3/02. Unité Ni

Aller à la page : Précédent  1, 2
Okunote Senken
Okunote Senken

3/02. Unité Ni - Page 2 Empty
Lun 14 Sep 2020 - 17:42
3/02. Unité Ni - Page 2 24vc


Tandis que l’immense sculpture terrestre déformait l’espace en émergeant du sol, les améthystes embrasées du seul membre de l’équipe Une ne semblaient plus contenir la moindre once d’hésitation. L’Okunote connaissait son devoir, ses responsabilités, ainsi que la conséquence énorme que provoquerait son potentiel échec. Le Genin chargé de sceller un Dieu ne tremblait plus. Sa concentration imbibait ses sens, terrant au plus profond de son être ses doutes et ses craintes, lui permettant alors de mener à bien la tâche tout juste léguée par l’Hayai. Et Yonbi, aussi invincible pouvait-il paraître, restait sensible au Kinjutsu maintenu par le Kazejin. Il pouvait sentir son chakra renforcer l’emprise qu’avaient ses camarades sur la Bête, liant la divinité au corps du pauvre mortel choisi pour en devenir l’hôte. Les secondes, si précieuses, défilaient et menaient nos protagonistes jusqu’au dénouement de cet effroyable affrontement. Chaque instant passé renforçait l’espoir naissant, certes encore timide, mais bien présent au fond de ses tripes. Senken savait le rituel à son terme.

Mais les années futures n’allaient pas lui suffire à comprendre ce qu’il se passa au terme de cet après-midi chaotique. Le temps se figea d’abord, laissant en suspens le capharnaüm local pour le discours interminable d’un inconnu, empli d’une sérénité bien étrangère à la scène qu’il vivait actuellement. Un voyageur temporel venu réveiller les Dieux pour supprimer l’existence des shinobi ? L’idée, farfelue et présentée sans preuves ni plus d’explications, n’eût malheureusement pas le temps de mûrir. Car aussi longues pouvaient paraître ces phrases, la bulle éclata. La réalité faucha le jeune homme de son effroyable violence au bout d’une minuscule seconde. Un laps de temps trop court pour reprendre ses esprits, trop court pour réagir.

Il sentit ses os se briser sous la puissance de l’impact, sa chair se déchirer pour laisser ses jambes réduites en miettes se perdre dans les innombrables décombres. Il sentit, ensuite, les fourmillements dévorer ses membres inférieurs devenus fantômes, trahissant le niveau d’alerte que venait d’atteindre son cerveau ébranlé par le choc. La bestialité du Dieu Singe venait d’arracher son espoir en même temps que sa mobilité, laissant ce qu’il restait du Genin s’échouer sur le sol pas loin des estropiés de son escouade.

Au cœur de l’enfer, tapissant le sol de ses précieux vaisseaux sanguins, l’esprit déboussolé du Kazejin lui revint lorsque ses phalanges croisèrent le sable chaud sur lequel il reposait. Ses paupières papillonnèrent vigoureusement, luttant d’une pugnacité insatiable pour permettre à l’enfant des dunes de rester éveillé. La douleur vint lorsqu’il comprit. Le choc fut aussi terrible que le précédent, amputant son mental de toute pensée positive tout en lui arrachant un râle qu’il comprima entre ses dents.

De ses deux jambes, il ne lui restait que la cuisse droite. Du sable chaud qui l’enveloppait ne restait que des cendres noires et résultantes des assauts du Démiurge. Son cœur s’emballa au rythme de sa respiration devenue difficile. La sueur dévalait les courbes de son visage tandis que ses prunelles horrifiées cherchaient des réponses, ou bien de l’aide. Mais ils ne trouvèrent qu’affliction et désolation. Un terrain dévasté par la colère d’un Dieu que les Hommes avaient osé défier.

La peur mêlée à la peine forgea un soupçon de colère, de haine puis de rage. Sa bouche emplie d’un goût métallique laissait s’extraire quelques gerbes de sang tandis que l'enfant du Désert cherchait à se redresser, à agir, sauver son frère qui gisait peut-être non loin de là. Il aurait aimé pouvoir crier, courir, fuir loin de ces dégénérés mentaux qui lui servaient de compatriote. Exposer sa vision des choses à ces êtres qu’il détestait du plus profond de son cœur. Mais par-dessus tout, il souhaitait vivre. Et c’est ce qui l’empêchait de se laisser attirer par le profond sommeil qui l’appelait, le motivait à se battre contre l’immense fardeau que représentait ses blessures et leurs conséquences. S’il fermait les yeux, Senken n’était pas certain de les rouvrir un jour et l’idée le terrorisait. Il avait des choses à faire avant de partir, des objectifs pour lesquels il sacrifierait justement sa vie. Ce satané village n’en faisait pas partie. Ses mains froissèrent le sol poudreux lorsqu’un unique sanglot éclata dans sa trachée, l’épuisant de ses dernières ressources et forçant son crâne à retrouver la terre marquée par les combats.

Les pupilles embrumées par ses sentiments trop intenses, le Genin trouva le calme au milieu du champs de bataille. En effet, la Mort savait s’occuper de ses proies avant de les cueillir, et planait actuellement au-dessus de l’Okunote. Le Froid vint alors doucement mordre ses muscles, détendre ses nerfs et éteindre sa volonté délirante. Ironique pour un Kazejin qui l’avait pourtant détesté toute sa vie. Ses pensées, elles, se clarifièrent et lui permirent d’imaginer une dernière fois ses proches à ses côtés…

Mais ce dindon… Ce dindon qu’il avait aperçu juste avant de clore ses paupières n’en faisait pourtant pas partie ?

Il perdit connaissance.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9168-le-son-des-bandits-okunote-senken#77297 https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-senken-yugure https://www.ascentofshinobi.com/t9357-okunote-senken-dossier-shinobi
Miyamori Shuhei
Miyamori Shuhei

3/02. Unité Ni - Page 2 Empty
Mar 15 Sep 2020 - 16:35


Vaincre un Dieu. Cette idée appartenait-elle à la réalité que nous connaissions ? Ce monstre qui n'agissait que par un instinct destructeur semblait d'une puissance incommensurable... Et pourtant. Voilà que les Iwajins allaient unir leur force pour tenter de porter le coup de grâce. Déjà affaiblis par les Kinjutsu, ce Dieu n'en restait pas moins une créature tangible, dont le pouvoir s'était affaibli grâce aux différentes actions coordonnées des unités. C'était à présent au tour de Senken de terminer le travail de Taishi, qui avait maintenant les mains libres pour agir à sa guise. L'espoir subsistait. Soulevé par la structure en argile, Shuhei sentait que c'était là un tournant du combat. Yanosa allait sortir du ventre de la Bête, juste avant que Yonbi ne serait sceller, n'est ce pas ? Naïf était encore le jeune Genin.

Il fut tout d'abord interrompu par un discours étrange. Un homme, dont la voix lui était inconnu, portait une sorte de discours utopique, qui, même s'il justifiait ses actes par une noble cause, ne résonnait aucunement dans la tête du Miyamori. Cet homme au chapeau avait déjà bien trop de sang sur ses mains pour pouvoir porter un tel discours libérateur. Le jeune Shinobi d'Iwa ne comprenait pas exactement ce qu'il lui arrivait. Ses paroles semblaient si longues, alors qu'il était face à Yonbi il y a quelques secondes à peine. Shuhei voulait se battre, faire honneur à ce bandeau qu'il arborait, rendre son Sensei fier ! Que cet homme aille au Diable, il ne comptait pas l'écouter. C'était pourtant bien ses dernières secondes dont il devait profiter.

Le choc fut des plus important, si bien que Shuhei ne comprit pas tout de suite ce qu'il se passait. Un bruit sourd, brutal, venait de précéder une lourde chute au sol. Ses paupières s'ouvraient finalement, mais le paysage que balayaient ses yeux était complètement flou. Encore sonné par le coup qu'il venait de se prendre, ses deux mains cherchaient aveuglément Shugoshin qu'il avait perdu dans sa chute, ses capacités cognitives étant encore entièrement tournées vers le combat. Abandonner maintenant, après un simple coup ?! Jamais. Là, une forme sombre, à ses pieds. C'était Shugoshin ! Il n'était pas bien loin.

- Shu...go...

Le Tsuchijine approchait ses bras tant qu'il le pouvait. Cependant, les yeux du Miyamori se fronçaient lorsqu'il sentit ce qu'il touchait réellement, alors que sa vue revenait peu à peu après la violence du choc. Dans une marre de sang gisait ce qu'il restait de ses membres inférieurs. Tout cela n'avait plus rien d'humain. Il ne put supporter la vision d'horreur plus longtemps, alors que la douleur venait à lui comme un coup de foudre. Derrière un cri de douleur, il ne pouvait retenir ses larmes qui coulaient de manière incessante. Accrochant ce qu'il pouvait trouver à même le sol, il contractait ses muscles tant qu'il le pouvait. La douleur fut si insoutenable que son regard refusait même de croiser à nouveau la vision d'horreur qui gisait devant lui.

Tout l'espoir qu'il avait encore venait de s'être envolé. Shuhei n'avait de toute manière plus les idées claires pour réfléchir à ce qui l'entourait il y a encore quelques instants. Yonbi et Sen'sei Ketten n'occupaient plus ses pensées qui devenaient de plus en plus flou. Etrangement, la douleur fulgurante qui le clouait au sol diminuait de secondes en secondes, ce qui plaisait au Genin. Peut-être que sa blessure n'était pas si grave, finalement. Peut-être qu'il pourrait même continuer le combat. En tournant la tête, Shuhei s'était juré de voir Shugoshin, son Bouclier, qui gisait au loin. Etait-ce une hallucination ? Il s'en foutait, à vrai dire. Il était tout simplement heureux de le voir intact.

Ses paupières se fermaient tandis qu'il sentait ses forces le quitter. Shuhei avait froid. Et il avait assez combattu aujourd'hui, de toute manière. Il avait bien mérité un petit sommeil. Yanosa l'accepterait sans aucun doute. Yanosa. Tiens, pourquoi se tenait-il devant lui ? Il était bizarre. Mais... Yonbi ne l'avait pas avalé ? Tout cela n'avait plus d'importance pour le Genin, à vrai dire. Il tentait même un sourire vers son Sensei, soulagé de le voir dans cette situation.

- Sensei... ? Vous... Avez vu... J'ai... pas flanché, hein...

Le Miyamori n'arrivait pas à articuler d'avantage, des gerbes de sang lui sortaient de sa bouche. Alors que, dans un dernier effort, il avait voulu se redresser, c'était bien l'inverse qui se produisait. Ses forces le quittaient, n'ayant même plus l'énergie qu'il fallait pour maintenir ses paupières ouvertes. Il sentait néanmoins la main de l'Oterashi sur son épaule. Une main réconfortante, qui l'accompagnait lentement dans un profond voyage bien loin du chaos du champ de bataille. Non, les cris et les cadavres avaient laissé place à un endroit complètement blanc où le silence régnait. Shuhei se sentait bien. Très bien ici. Il avait mérité son repos.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9181-termine-miyamori-shuhei-nul-ne-merite-ce-qu-il-ne-veut-defendre https://www.ascentofshinobi.com/t9264-dossier-shinobi-miyamori-shuhei
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

3/02. Unité Ni - Page 2 Empty
Aujourd'hui à 13:35
Alors qu’il s’était approché des deux autres corps, en dépit de son regard troublé et injecté de sang, Yanosa avait fini par remarquer la présence de l’emplumé. Titubant en direction de Taishi et de Senken, il stoppa son mouvement, l’esprit embrumé, les sens et les nerfs saturés, terminant une fois de plus à genoux. En courant pour retrouver les membres de son unité, ses poumons s’étaient chargés de poussière, de fumées et de soufre, et malgré sa résilience, l’Oterashi commençait à perdre pied, ne s’accrochant à la conscience que grâce à un fil ténu et instable, un fil fait de colère et de frustration.

Brièvement, il parvint à relever la tête en direction du Glouba, une lueur de défi malsain au creux de ses iris incandescents. Il aurait voulu rétorquer mille choses, clouer le bec au volatile casqué, lui prouver à quel point il avait tort et ô combien ce qu’il avait entrepris, ce qu’il avait bien failli accomplir, était important. Sa bouche s’entrouvrit, et alors que les mots s’agglutinaient dans sa gorge, ce ne fut finalement qu’un flot de sang parcouru de particules orangées brûlantes qui en jaillit pour tapisse le sol. Il toussa, comme jamais il n’avait toussé de sa vie, pensant chaque fois sentir ses organes en feu lui remonter le long de la trachée, et un bourdonnement intense s’empara lui envahit les tympans. Il défaillit presque pour de bon, mais ce fut cette fois une voix plus légère qui le garda ancré dans la réalité macabre qui l’entourait.

Avec grande peine, il pivota sur ses genoux et tibias brûlés, discernant à peine les traits de Shuhei tout en se rapprochant à nouveau de lui. Le Genin, tout comme Taishi et Senken, mourrait dans les prochaines minutes si il ne recevait pas les soins nécessaires. Lui-même, songea Yanosa dans un élan de lucidité, connaîtrait un sort similaire si personne ne lui portait assistance, même si son agonie risquait fort de se prolonger bien plus longtemps. Rien, absolument rien en cet instant c’était en son pouvoir pour aider les siens, ceux qui formaient les membres et les organes de cette entité qu’était Iwa, cet organisme qu’il se plaisait à incarner en pensées.

Si, se dit-il dans un sursaut, il y avait une chose qu’il pouvait faire.

« T’as assuré, garçon… t’as assuré.. », lâcha-t-il en embrassant à bras ouverts la douleur qui lui embrasait la gorge.

C’était à peine si il sentait encore la morsure du feu, sur tout le reste de son corps. Un mauvais signe. Aussi longtemps qu’il le put, il resta là accroupi au côté de son apprenti, plaie géante et fumante. Il aurait pu les sauver. Les alléger, les porter avec lui haut dans le ciel en s’élançant d’une colonne de pierre, pour leur épargner pareilles blessures. Il avait failli à le faire, et pour cela, il savait qu’il aurait sans doute du éprouver des remords. Une seule pensée, cependant, suffisait à balayer l’idée même de leur existence dans son esprit.

* Ils ne sont pas… immortels.. il n’ont rien… de dieux… *
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

3/02. Unité Ni

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Événements :: Event n°5 : L'Homme au Chapeau :: Partie n°3, Iwa : Éruption
Sauter vers: