Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

4/03. Unité n°3

Aller à la page : Précédent  1, 2
Metaru Moeru
Metaru Moeru

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Mar 25 Aoû 2020 - 1:29
Il se croyait saint et sauf sur le mur de Raizen sans avoir sous le feu de l’action, pensé une seule seconde qu’il avait put être fragilisé par les monstrueuses techniques de la bête. Lorsqu’il entendit un bruit de fissure ses yeux s’écarquillèrent, Moeru ne sentait plus ses jambes et ses poils s’étaient dressés d’un seul coup. Son corps était devenu lourd et bien que de nature très vif il ne pouvait bouger, paralysé par la peur ou autre il se voyait tomber dans le marécage sans rien pouvoir y faire.


Le gardien pour qui il s’était donné tant de mal avait disparu dans cet énorme tourbillon de boue. Etait-ce sa fin ? A cet âge il n’avait pas concrètement pensé à la mort en soit, quelques pensées éparpillées, mais jamais une réflexion poussée. Toute cette détermination et rage ressentis plus tôt étaient engloutis dans ce marécage. Il pensait à Mairu et comment elle pourrait surmonter ça sans se reprocher quoique ce soit. A ses parents qui même si étaient eux même des soldats, il restait leur enfant. Une vie gâchée pour des shinobi qui au lieu de sceller la bête tentent de la combattre.


Voilà donc la vérité du champ de bataille, les plus faibles meurent par l’égocentrisme et l’avarice des plus forts. Son corps disparaissant peu à peu sous le poids de la boue, la lumière qui s’infiltrait par le petit trou qui se refermer peu à peu. Par réflexe il tenta de retenir sa respiration jusqu’à se demander à quoi bon ? Il se laissa aller sa mort allait être rapide, après tout le marécage ne pouvait pas être plus profond que ses regrets…


Il sentait une légère vibration sous son corps qui s’intensifia en un instant, le voyage vers l’au-delà était si inconfortable. A peine avait-il fini de penser il se sentit monter en un instant. L’obscurité avait laissé place à un ciel poussiéreux le même qu’il observait avant d’être englouti. Akimoto se tenait à ses côtés. Il regardait à droite à gauche pour comprendre ce qu’il se passait. Ils avaient été sauvés par un shinobi à la tignasse blanchâtre. Moeru toussa pour dégager le sable dans ses bronches, la technique de la bête l’avait bien amoché. Il n’avait pas eu le temps de reprendre son souffle qu’il fut agrippé par un piaf ébène.


Il survolait la zone qui avait drastiquement changé. Ce monstre ne pouvait être contenu les dégâts des techniques des shinobi qui l’entourait le montrait. Qu’allait-il devenir ? Il reprenait encore ses esprits ne cherchant qu’une personne des yeux, Mairu-chan.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dieu du Désert
Dieu du Désert

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Jeu 27 Aoû 2020 - 20:15
Une grande partie du désert environnant continuait de se mouvoir, comme siphonné par la bête tatouée qui avait désormais pris forme au fond d’un immense cratère autour duquel s’étaient attroupés nombre de shinobis, parmi lesquels certains étaient encore pris au piège. Chacun guidé par ses propres desseins ou tout simplement son instinct de survie, ils tentaient de se mettre d’accord sur un plan d’attaque, en vain. Tandis que certains prônaient l’usage de kinjutsu, d’autres y voyaient une contradiction directe avec l’ordre donné par leur hiérarchie, voire leurs propres convictions. Leur adversaire n’était autre qu’un dieu, celui-ci gagnait en puissance et devenait une bombe à retardement qui si elle n’était pas rapidement désamorcée ne finirait pas de déployer sa colère sur le pays de Kaze, au malheur des nombreuses victimes collatérales de cette confrontation.

En dépit de la multitude d’attaques lancées sur le corps du titan, sa défense semblait impénétrable, comme si une sorte d’immunité naturelle le rendait insensible au moindre dégât, ou serait-ce seulement la consistance du sable malaxé à son chakra qui lui procurait une résistance sans borne, les ninjas n’ayant jamais eu à affaire avec un ennemi de cet acabit n’avaient d’autre choix que d’enchaîner tentative sur tentative en espérant trouver la faille qui puisse faire tomber le Dieu du désert. Mais encore une fois, quelle que soit la puissance des jutsus employés qui suffiraient à tuer le plus fort des shinobis, rien ne paraissait faire vaciller le monstre sorti de sa stèle, déchaînant un marécage tout autour de lui et ensevelissant les corps de ses victimes dans les profondeurs de la terre.

A situation désespérée, tentative désespérée. La charge héroïque de l’enfant aux cheveux blancs avait galvanisé les troupes l’espace de quelques instants mais la réalité les rattrapa aussitôt lorsque les sables mouvants emportèrent la plupart de leurs alliés, cela n’empêcha pas certains de demeurer aux côtés du Kumojin pour tenter de tuer le Dieu tandis que d’autres s’attroupaient autour du Meikyû afin de secourir les victimes du courant de sable blanc engloutissant inlassablement les corps pour les faire disparaître éternellement. Ce que les ninjas de la Coalition et de Kaze ignoraient encore, c’est qu’ils devraient faire face à un nouvel ennemi, qui profitait largement de cette zizanie afin d’accomplir son objectif.

Remarquant que plusieurs de ses alliés étaient tombés de son mur fragilisé par la dernière attaque, Raizen décida d’invoquer Spero son corbeau géant. Sa détection de chakra lui permit de localiser approximativement où ils se situaient, de sorte que Sharrkan put les extraire temporairement du sable à l’aide de murs Doton, qui tiendraient juste assez pour que la monture ailée puisse les secourir. Sharrkan refusant de monter sur l’oiseau, et préférant rester sur le mur avec Oroshi qui venait d’avaler des monticules de sable avant de ré-émerger tel un mort-vivant, ils se rendirent vite compte que leur plateforme ne tiendra guère longtemps. Tandis que Moeru et Akimoto étaient mis hors de portée des sables mouvants, le mur sur lequel se tenaient Sharrkan et Oroshi s’enfonçait plus rapidement que prévu. Toutefois, la bourrasque de vent du Meikyû les dégagea dans le ciel, les sauvant au prix d’importantes blessures et d’une chute potentiellement mortelle.

Pendant ce temps, une partie du marécage se fige grâce au métal produit par Mairu arrivant sur les lieux qui se déplace sans difficulté, elle cherche du regard son cousin qui vient d’être sauvé, alors que son clone va à la rencontre de celui qui les avait prévenu sur les intentions des Kazejins. Elle engage la conversation, et propose de se replier, une solution qui semble avisée compte tenu des circonstances. Pourtant, celles-ci prennent une nouvelle tournure lorsque deux inconnues apportent leurs informations, arrivant depuis des directions opposées. Une femme au teint pâle possédant des ailes noires dans le dos leur porte un message du chef de clan Meikyû: il semblerait que la personne responsable de l’éveil du Dieu soit toujours présente, mais qu’elle attend le bon moment pour agir.

Grâce à l’odorat du chat de Nobume, celui-ci se rend compte que l’odeur a disparu et réapparu ailleurs, à la position que vous venez de quitter! Ce qui ne peut vouloir dire qu’une chose, votre ennemi est certainement doué dans la dissimulation au point de savoir leurrer les traqueurs dans la mauvaise direction. Pire encore, vous réalisez qu’il/elle a réussi à vous attirer dans un piège. Deux nuages de fumée se produisent non loin de votre position, vous permettant de comprendre que du Fuinjutsu est à l’oeuvre. Face à vous, deux silhouettes humanoïdes au corps de bois et à la tête encapuchonnée dissimulant leur faciès.

La première sur la gauche se met à produire un bruit mécanique et joint ses deux mains, libérant depuis son corps une quantité phénoménale de chakra se développant tel une aura s’étendant jusqu’à une dizaine de mètres de hauteur. Le chakra pur de couleur bleue prend finalement le haut du corps d’un démon squelettique d’un taille presque comparable au Dieu du désert. Certains reconnaîtront la forme ultime de l’art Sendai: le Susanoo. La deuxième marionnette sur la droite libère ensuite depuis un tuyau relié à son bras une immense concentration de chakra Fûton en direction de la main du géant, formant ensuite l’épée de vent la plus tranchante qui soit, et laissant deviner l’attaque qui va suivre.

D’un geste vif, le monstre de chakra effectue un coup de taille horizontale balayant très rapidement l’ensemble de la zone, menaçant de faucher les âmes de ses victimes.


A moitié aveuglé, le Dieu était plus en colère que jamais, sauf que cette fois-ci son attention était captée un groupe de valeureux shinobis qui permit de manière temporaire, d’éviter que le reste de la zone ne soit de nouveau mis en danger, que ce soit par une tempête ou par des sables mouvants. Cependant, il se pouvait qu’à tout moment la créature se déchaîne sur l’ensemble de la région. Craignant que les shinobis finissent par reprendre le contrôle et l’emporter, l’ennemi faisant vraisemblablement l’objet de l’avertissement de Seiun décide enfin d’avancer ses pions dans l’optique d’éliminer d’elle-même ses ennemis.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Toyohara Oroshi
Toyohara Oroshi

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Jeu 27 Aoû 2020 - 23:55
Plus le temps passait dans ce pays et plus il devenait pourri, pour ne pas dire que la situation elle-même devenait pourrie. Alors qu’il avait été – semble-t-il – sauvé par une plateforme, celle-ci coula aussi vite dans le sable pour de nouveau les engloutir sous le sable. Il allait de soi que nos braves shinobi n’allaient guère faire grand-chose à cela, peut-être que les discussions autour d’une tasse de thé n’étaient pas la meilleure chose à faire dans une telle solution mais que voulez-vous, l’intelligence n’est pas acquise pour tout le monde !

Fort heureusement, quelqu’un avait pensé à l’avance et envoya une tornade sur les deux pauvres victimes du sable pour les en sortir. Le seul soucis à cette méthode : elle faisait très mal. De profondes lacérations couvraient le corps d’Oroshi qui ne pouvait pas faire grand-chose, il ne pouvait que subir comme une vulgaire poupée… L’Amejin pouvait directement ressentir qu’il avait perdu le contrôle de ses bras, il les avait encore mais il ne savait plus réellement les contrôler. La tornade avait réussie à faire son travail, elle pouvait indirectement tuer des gens.

Il aurait du se douter que ce pays n’allait être qu’une source à merde, finalement il ne lui aura rien apporté d’autre que des emmerdes, comme tout ce monde d’ailleurs. Tout ce qu’il pouvait espérer c’était que l’homme au chapeau puisse détruire ce monde, pourvu que c’était bien ça son objectif. Enfin, tout ce qu’il pouvait espérer en cet instant c’est que son frère d’armes trouvait un quelconque amusement face à ce dieu et qui sait, il allait peut-être même pouvoir le tuer. Oroshi ne doutait pas qu’il allait donner du fil à retorde à ce fameux dieu, contrairement à lui qui se sera fait chier pour rien finalement.


J’aurais mieux fais de continuer de baiser.

Voilà ces dernières paroles et il n’avait pas tord, il aurait certainement pu avoir des choses plus intéressantes à continuer de s’amuser avec cette femme dans la chambre plutôt que de rester ici. L’heure n’était plus au regret, l’heure était de mourir. La douce mort allait enfin pouvoir le récupérer comme une amante impatiente de retrouver l'amour de sa vie et il allait pouvoir la ramener dans son lit… Quoi ? Ça vous étonne ? Ce n’est pas Oroshi qui allait se faire baiser par la mort, c’est celle-ci qui allait se faire baiser par Oroshi….

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8879-toyohara-oroshi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8892-carnet-de-toyohara-oroshi#74933
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Sam 29 Aoû 2020 - 15:25
Encore une fois, rien ne se déroulait comme Akimoto l'avait anticipé. Alors qu'il avait semé au Raikage et sa monture de le projeter vers le démon des sables quelques instants plus tôt, le Borukan avait remarqué bien assez vite qu'il ne restait déjà plus aucune trace de ses attaques volcaniques. La lave qui recouvrait pourtant ses pieds il y a quelques minutes avait entièrement été absorbé par les sables mouvant de la créature titanesque. Il devait donc réfléchir à un nouveau plan, et vite. Tandis qu'il était extirpé des sables par ses compagnons, autour de la tête d'Ichibi se déroulait un combat de vive allure contre le Dieu. Il ne savait pas si ces shinobis étaient des héros ou des sombres idiots, mais dans tous les cas, leur manœuvre semblait avoir distrait leur adversaire puisque les sables mouvants sous les pieds du Colosse qui s'envolait à peine venait de cesser. Voyant là l'ouverture idéal, il se dégagea des griffes du corbeau pour atterrir sur le sable de nouveau stable.

"Si vous voulez quitter pour vous mettre à l'abri Raizen-sama, emportez quelqu'un de plus fragile que moi ou de blessé. Je saurai m'en sortir autrement." dit-il au Raikage tout en se laissant tomber.

Certains proposaient de fuir et de se mettre à l'abri. Si Akimoto y voyait là généralement une tactique de pleutre, aujourd'hui face à une entité divine, il devait se rendre à l'évidence : le groupe ici présent ne parviendrait jamais à sceller la bête. La discorde régnait entre eux. Entre les Kazejins qui semblaient vouloir laisser la bête en liberté et la Coalition qui était fracturé entre ceux voulant sceller et ceux voulant tuer, ils n'arriveraient jamais à un consensus. Mais alors que le Borukan allait se porter au secours de quiconque aurait besoin d'aide pour les aider à se mettre à l'abri, le bruit de non pas une, mais deux invocations retentis. Deux nuages de fumée blanche, caractéristique d'une telle technique, s'élevèrent depuis non loin de la position du groupe et deux silhouettes de bois encapuchonné en sortirent. De nouveaux adversaires? Ne réfléchissant pas une seule seconde, réagissant à son instinct, Akimoto laissa la puissance volcanique du magma s'emparer de lui. Il n'était plus l'heure de se retenir, il fallait tout donner. Et pour s'en sortir, il aurait besoin des forces d'Hachiman. En un instant, son corps tout entier changea : maintenant composé de lave, il maintenait sa silhouette de Colosse, mais sa chair était faite de magma incandescent.

"Que ceux qui ne peuvent combattre prennent la fuite! Il est inutile de sacrifier vos vies ici aujourd'hui! Survivez pour combattre un autre jour si vous le devez!" hurla-t-il à tous ceux présents, signifiant son intention de demeurer sur place pour combattre cette nouvelle menace.

Activant ses mécanismes dans un tintement métallique lourd et grinçant, le premier pantin libéra subitement une quantité phénoménale d'énergie chakratique qui l'enveloppa aussitôt. Le chakra bleuté prit alors la forme d'une créature démoniaque aux formes humanoïdes, d'une taille impressionnante et presque aussi grande que le Dieu du Désert lui-même. Cette vision d'horreur éveilla en Akimoto de biens mauvais souvenir, car il avait déjà affronté le Susanoo par au moins deux reprises par le passé et il ne savait que trop bien de la dangerosité d'y faire face. Il n'avait pas le temps de se poser des questions, comme à savoir comment était-il possible qu'un pantin puisse user d'une telle technique. Mais deux choses étaient certaines : le marionnettiste caché derrière ces pantins étaient plus que doué...et le combat contre le Susanoo serait tout aussi ardu que contre le démon lui-même. Ne perdant pas une seule seconde, Akimoto laissa les pouvoirs d'Hachiman se déverser à ses pieds, sans le moindre geste, et aussitôt une crevasse remplit de lave se forma et fila rapidement et en ligne droite en direction des pantins enveloppés. Lorsque la faille atteint la base du Susanoo, l'Assimilateur fit érupter le lave du sol, avec une grande force similaire à celle d'un volcan en éruption. La lave jaillit avec force directement sous les pantins, ce qui aurait pour effet de les renverser ou du moins de grandement les déstabiliser pour dévier leur prochaine attaque.

Attendant de voir si sa stratégie faisait mouche, il comptait sur ses alliés du moment pour faire suite à son attaque. Seulement s'il s'y mettait à plusieurs parviendraient-ils à vaincre. Toujours sur ses gardes, il était prêt à encaisser le moindre choc ou le moindre coup. Étant sous sa forme de lave, il serait prêt à employer à bénédiction d'Hachiman pour reformer son enveloppe corporelle à la moindre blessure, aussi grave soit-elle.

Spoiler:
 

_________________
4/03. Unité n°3 - Page 2 Signaki1
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Lun 31 Aoû 2020 - 5:08

Un peu plus tôt...avant le départ de Ooji:
 

Prenant une brève respiration après avoir pu récupérer de manière in extremis Sharrkan alors et l’autre Kazejine, le Meikyû laissa Akimoto descendre de son corbeau une fois que le sol fut paralysé par la technique métallique de Mairu pour venir capturer Sharrkan dans les airs et amortir sa chute. Espérant que celui-ci ne soit pas dans si mauvais état après avoir subi les dégâts de sa technique, le fait qu’il ne soit pas seul avait possiblement réduit les dégâts qu’il avait subis. Or, il n’avait aucun regret surtout qu’il était vivant et avait déjà utilisé cette technique sur lui par le passé. Il savait donc qu’il pourrait s’en sortir. Après tout, de brèves lacérations étaient très peu coûteuses lorsqu’on considérait le fait qu’une vie ou deux venait d’être sauvée. En effet, l’autre homme allait peut-être trouver un moyen d’amortir sa chute ou autre. Quoiqu’il en soit, Raizen ne pouvait sauver tout le monde.

Forcé de rester sur place pour pouvoir venir en aide à Sharrkan suite aux paroles d’Akimoto, Raizen n’avait pas pu escorter les autres en lieu sécuritaire juste avant, élément qu’il regretterait bien assez tôt.

Ainsi, il fut présent lorsqu’une jeune femme débarqua avec d’autres personnes qu’il ne connaissait pas. Des kazejines ? Possible. Bien que leurs traits ne semblaient pas être très locaux, l’heure n’était pas au jugement, car à travers toutes leurs paroles, seuls les mots de Seiun résonnaient dans son esprit : une femme était à l’origine de l’éveil du Dieu du désert…

Ressentant un violent frisson en entendant cela, Raizen n’était pas certain de qui il s’agissait sachant que Mamushi était décédée. Or, cette personne devait drôlement être subtile pour s’être faufilée de la sorte. Qui plus est, il n’avait pu détecter aucune autre source chakratique lorsqu’il avait utilisé son chakra sensoriel au sommet de sa tour.. Qui était donc cette fameuse personne ?

Ne connaissant pas beaucoup de gens correspondant à une telle description, Katenshedo était la seule personne qu’il connaissait apte à faire preuve de subterfuge équivalent et ayant un lien quelconque avec Kaze. Toutefois, n’étant pas forcément au courant de son lien avec l’homme au chapeau, le Meikyû préféra garder cette idée pour lui-même sachant qu’il n’avait pour fondement que les limitations de ses connaissances…

Pestant silencieusement, il devrait se rendre sur les lieux pour vérifier lui-même…

-Si elle décide s’en emparer, cela veut dire qu’elle n’est pas seule, il faudra être aux aguets, même si j’ai beaucoup de mal à comprendre de quelle manière elle compte s’occuper du Dieu seul…Elle doit surement être accompagnée !

Se pouvait-il qu’une autre personne ait les aptitudes de Mamushi ? Après tout, lors du dernier réveil, celle-ci s’était présentée seule… Ainsi, avec ses aptitudes, il était fortement possible qu’elle ait de quoi maîtriser un Dieu seul, surtout que les fameuses techniques de printemps semblaient déroger des règles traditionnelles.

Or, alors qu’il s’alignait sur de telles réflexions, un bruit important se manifesta faisant ainsi apparaître un gigantesque monstre composé de chakra : l’ennemi était en mouvement… et vu la force de l’adversité, tout laissait croire qu’elle avait les moyens de maîtriser un Dieu.

-Raizen, cette créature est composée de marionnettes.

Grâce à la vision perçante du corbeau, celui-ci fut en mesure de voir ce que son pactisant ne pouvait voir, ce qui confirmait possiblement certaines choses à venir. Or, le Susano était réservé à l’art Sendai, chose qu’il avait du mal à comprendre…

Pourtant, à cet instant précis, Raizen ne chercha plus à comprendre. Dès qu’il aperçut l’arme à base de futon prendre ses premières prémisses, son corps bougea tout seul, agissant de manière instinctive alors que son lien avec son sceau se manifesta sans appel.

Ainsi, d’un simple contact, Hachiman s’était réveillé au même rythme que le Meikyû. Si rien n’était fait, ils allaient tous y passer…

Se présentant ainsi sur la scène, les premières prémisses de ses aptitudes spéciales se dévoilaient tandis que son aura avait changé. Perceptible uniquement par les êtres dotés de sensorialité avancés, pour la première fois depuis ces récents entraînements, le Meikyû entra sans appel en synchronisation presque parfaite avec son ancêtre. Or, il n’était pas guidé par son instinct de combattant, c’était plutôt son instinct de survie qui parlait…

Ainsi, au moment où la salve de chakra à base de futon se déclara, il prit les devants, alimentant son bras en chakra de manière suffisamment prompte pour frôler l’hystérie. Ouvrant dès lors la porte à son ancêtre pour se déployer dans toute sa splendeur, il déploya une de ses pièces maîtresses.

Défiant ainsi les Dieux, mais aussi les géants, Raizen avait déjà fait tomber une fois l’offensive du géant de Shuuhei de 10 mètres, celui-ci ne ferait pas exception. Dès lors, armé d’une confiance intuitive, son regard se crispa :

- Fuyez Derrière moi !! Que ceux qui peuvent défendre déstabilisent la créature, le reste fuyez !

Déclarant ainsi les prémisses de son initiative ultime, Spero fuyait en compagnie de Moeru, mais aussi de possiblement Sharrkan s'il était encore sur le corbeau et une autre possiblement personne dans le couloir que Raizen comptait ouvrir. Devenant ainsi le gardien de la protection, il avait développé cette technique pour dissiper les offensives adverses les plus féroces. Ainsi, il comptait non seulement abattre cette technique, mais surtout lui faire perdre l’essence même de sa nature. Pour ce faire, il n’allait pas le faire seul…

-Hachiman !
Raizen !
… Synchronisation des âmes…...Manifestation du bouclier
90%
4/03. Unité n°3 - Page 2 D6ukyax-abc134f5-4f7d-47c5-90e0-b20dc533c4f5-png-token-ey-J0e-XAi-Oi-JKV1-Qi-LCJhb-Gci-Oi-JIUz-I1-Ni

-AVANT-GARDE !!!!!
Redressant ainsi sa main pour parer l’offensive horizontale, il projeta dans une synchronisation folle une violente onde de choc qui avait pour but de frapper l’offensive à son point faible. Déployant ainsi le tout vers l’avant, du bas vers le haut, il comptait non seulement briser cette salve chakratique en la dispersant, mais surtout orienter sa technique défensive de manière à dévier la lame de trajectoire tout en créant un couloir de sécurité dans la zone brisée de la lame afin d'ouvrir une porte aux autres. Si jamais cette lame était dotée d’une puissance divine, il comptait s’assurer de l’appréhender de manière suffisamment efficace pour la nullifier tout en capitalisant sur le soutien d’Akimoto et de Mairu. S’en prenant aussi à la créature seul un effort conjoint pouvait les sauver. Une fois relâché, instinctivement, Raizen déploya la puissance de ses jambes pour esquiver le moindre contrecoup qui aurait pu le frapper après avoir relâché la puissante onde de choc. Exécutant ainsi un hit-and-go, son objectif était simple : déstabiliser l’opposition en déstabilisant la technique adverse pour prémunir les autres de tout danger.

Dès lors, sa chevelure retomba sur ses iris, couvrant le regard animé d’une colère profonde qui ne lui ressemblait pas…

Le combattant généralement calme cédait officiellement place au guerrier qui sommeillait en lui et lorsque Raizen cessait de parler, cela ne présageait généralement rien de bon.

Peut-être était-il mort. Après tout, il ne parlait plus... Or, dans ce genre de moment, il était clair que chaque once d'énergie qui sommeillait en lui risquait de transformer la vie de l'adversité en cauchemars. Ainsi, ce monstre géant risquait de trembler de tout son long devant ce qui l’attendait ou dans sa destruction...

-Écoutez Akimoto ! Si jamais vous désirez combattre, il faudra trouver la femme qui a causé … l’éveil...mais il est peut-être déjà trop tard !

Tsk…

Soupirant, Raizen demeurait pragmatique et l’idée que la fameuse lieutenante de l’homme au chapeau soit la seule apte à sauver Kaze lui traversait dangereusement l’esprit… Or , quelle que soit l’issue, Raizen n’allait pas plier devant le vie, pas dans un moment aussi important, surtout que tout cela venait de réveiller quelqu’un ou plutôt quelque chose en lui.

Que ce soit la coalition, Kaze, Kumo ou le Yuukan, l’heure de jouer les pions n’était plus. Quelle que soit sa nature, chaque once d’énergie était dorénavant déployée à faire ce qu’il avait toujours fait de mieux : évoluer. Or, le pouvait-il dans ce contexte ?


Le Dieu du Désert
Le Géant de chakra
Le Sabre de la mort
La Frappe du rebel
Le Corbeau de la fin des temps


Contre toute attente, il tentait à nouveau de défier les probabilités. Or, cette fois-ci, il n’était pas seul… Deviendrait-il véritablement l’héritier ou rejoindrait-il ses ancêtres ? Telle était la question.

Le seule certitude qu'il avait était la suivante : Ce géant de chakra risquait de tomber de haut... N'eussse été son incompréhension pour la technique adverse, il aurait fort probablement fait abattre une sentence digne de ce nom. Or, ce n'était que partie remise.

Spoiler:
 

_________________
4/03. Unité n°3 - Page 2 J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Metaru Mairu
Metaru Mairu

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Mar 1 Sep 2020 - 11:52
Tempête

feat. [Trop de monde '-']

A peine venais-tu de proposer un repli stratégique que deux bruits inquiétants, presque synchronisés, attirent votre attention. Deux nuages de fumée venaient d'apparaitre non loin de votre position. Ceux-ci se dissipent rapidement pour révéler deux silhouettes mais, le temps que tu les identifies, ces dernières se retrouvent envelopper d’une sorte d'aura de couleur bleutée à forme humanoïde et s'élevant à plus de dix mètres. Ayant vu cette forme pour la première fois, tu devenais que celle-ci faisait certainement office d'une armure et dont la solidité serait très difficile à briser. Malgré la situation qui n'annonçait rien de bon pour vous, tu ressentais une certaine admiration face à cette créature énergétique que tu trouvais à la fois puissante et majestueuse. Mais, le temps n’était pas à la distraction mais à l’action.

« - Moeru, restes en sécurité sur l'oiseau du Yondaime s'il te plaît ! »

Tu avais crié assez fort afin de te faire attendre par ton cousin, tout en gardant ton regard doré – où dansait à présent une lueur d’appréhension mêlée à une forte détermination – rivé sur vos nouveaux ennemis. Tu ne pensais pas qu'il était réellement en sécurité dans les airs mais, selon toi, ça restait tout de même moins dangereux que sur le sol qui pourrait très bien chercher à vous engloutir une nouvelle fois. Et puis, à la moindre ouverture, le kuchyose du Raïkage pourrait voler loin pour le mettre à l'abri. Avec lui à côté, tu ne pourrais jamais te concentrer sur les ennemis.

Entre temps, ton clone était rentré en action – brisant son invisibilité – en propulsant de son corps une énorme poutre qui avait tapé avec puissance sur la créature de chakra alors que cette dernière menaçait à présent de vous découper tous. Ton double était venu en soutien à un homme qui s'était transformé entièrement en lave et qui tentait de faire perde l'équilibre au géant de chakra. L'attaque de l’être éphémère avait frappé le susanoo de sorte à le faire tomber de l’autre côté, ou du moins à le faire chanceler, pour que la trajectoire de sa lame soit déviée. Mais, devinant sans doute que les initiatives de l'homme magma et de ton clone ne suffiraient pas, le Yondaime tente de briser la lame qui menaçait toujours de vous faucher par une technique que tu trouvais à la fois impressionnante et très originale.

Sans perdre de temps, tu t'assimiles en ton élément dans sa version solide, devenant ainsi une femme d'acier alors que, dissimilés sous le sable, des câble métalliques se dirigeaient rapidement de tes pieds en direction de vos ennemis. Les robustes cordages ne tardent pas à ressortir puis à s’enrouler autour du géant de chakra. Tu cherchais à immobiliser ce dernier, même pour un court instant, afin d'offrir une ouverture à ceux qui désiraient partir, et surtout une voie à l'invocation de Raizen qui portait un passager qui t'était très précieux.

« – Yondaime-sama, vous devez vous replier vous aussi ! Notre mission n'est plus car il nous est désormais impossible de sceller le Dieu du Désert. Mener ce combat, que nous risquons fort de perdre, ne rime à rien ! … Je suis consciente que vous souhaitez sauver votre pays de naissance mais il semblerait que certains kazejin présents souhaitent plutôt le voir détruit ; au détriment des malheureux civils ! … S'ils sont prêts à sacrifier des innocents, leur propre peule, pour leur cause alors ils pourraient très bien nous tuer si nous devenons des obstacles pour eux ! Et il est hors de question que vous mourrez ! »

Oui, il était hors de question pour toi que le Meikyû meurt dans ce combat que tu considérais comme n'est pas le vôtre. Pour sa survie tu étais prête à sacrifier ta vie car Kumo avait besoin de lui, plus qu'il n'avait besoin de toi. Le Village Caché des Nuages venait à peine de retrouver un dirigeant et il était hors de question de le perdre aujourd’hui. Pour le bien de ton cher Village, le Yondaime devait survivre à tout prix et pour cela tu étais prête à tout. Tel était ton devoir en tant kunoïchi du Village Caché des Nuages …


HRP:
 

_________________
4/03. Unité n°3 - Page 2 E9AA4D59F0CEBCA273945A0FE77E778170585673
~ La fin justifie les moyens ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9202-metaru-mairu-completed
Sharrkan
Sharrkan

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Jeu 3 Sep 2020 - 0:10
Son erreur avait été d'avoir confiance en ses capacités. Des plateformes de roches, assez solides pour porter un homme pendant au moins quelques secondes ? La blague. Elles s'étaient effondrées comme des châteaux de cartes au moindre mouvement des sables mouvants. Ce n'était rien de plus que de la poussière, avalée par le désert.

Qu'est-ce qui l'avait poussé à refuser une place en sécurité, au juste ? Etait-ce vraiment par altruisme ? Ou un problème d'ego ? Le résultat était le même. Et alors qu'il tombait vers une mort certaine...

L'air autour du Kazejin s'anima, créant un puissant tourbillon qui l'arracha du sol avant qu'il ne soit submergé. Mais l'acte ne fut pas gratuit ; à cause du vent puissant, sa chair fut tranchée plus ou moins profondément à de multiples endroits. Ce qui était au final... peu cher payé en échange de la vie sauve. Serrant les dents, Sharrkan se rappela de la première fois qu'il avait été pris au piège dans cette redoutable technique. Et si l'entraînement avait été difficile à l'époque, c'était un souvenir bien doux comparé à la situation actuelle.

Le manieur de chaleur se rappelait surtout de la chute finale qui lui avait coupé le souffle, et encore parce qu'il avait eu le réflexe d'élever une plateforme pour ne pas s'éclater sur le sol quelques mètres plus bas. Mais grâce à cette expérience, il avait développé une technique pour contrer ce cas précis. Et voyant qu'il allait bientôt être éjecté du vortex, le Kazejin se prépara à composer des mudras... lorsque le corbeau géant le saisit dans ses serres. Ce n'était pas le contact le plus agréable sur ses chairs meurtries mais encore une fois, c'était toujours mieux que d'être mort.

« Merci, Spero ! Laisse-moi ici ! »

En temps normal, il aurait certainement envoyé une remarque moqueuse à Raizen pour avoir gardé un oeil sur lui malgré tout. Peut-être qu'il le ferait, une fois tout ça terminé... Mais pour l'instant, le seul objectif était de survivre. La solution facile aurait certainement été de fuir maintenant que les sables mouvants s'étaient arrêtés et que l'attention d'Ichibi était totalement centrée sur le groupe d'Ashura. Néanmoins... Sharrkan resta. Altruisme ? Ego ? Stupidité ? La question devenait de plus en plus compliquée à répondre. Il se laissa tomber au sol, proche du Meikyû. Si lui ne partait pas, alors il ne partirait pas non plus.

Ce qu'il regretta presque instantanément en voyant les marionnettes sortir du sable. Sérieusement, ça s'arrêtait jamais ces conneries ? Sentant la douille approcher, le Kazejin s'équipa immédiatement de son armure et sous les ordres de Raizen, Sharrkan chargea derrière lui, dans la direction opposée. Le reste ne dépendait plus de lui. Mais si par chance, il était toujours debout après que la lame se soit abattue, le manieur de chaleur ne comptait pas rester impuissant. Composant des mudras, il envoya pour la deuxième fois l'attaque apprise par Sazuka. Le Bijuu n'était plus sa cible cependant ; car les scies rocheuses fondaient à vitesse incroyable sur les marionnettes.

Spoiler:
 


_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Metaru Moeru
Metaru Moeru

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Ven 4 Sep 2020 - 7:20
Le champ de combat est un lieu de toute surprise. Le bijuu était clairement immortel, chaque attaque ne faisait que l’enrager encore plus. Moeru fut de justesse cette foi-ci, il reprenait encore ses esprits. Il était monté sur le corbeau de Raizen-san qui était descendu de celui-ci pour rejoindre Akimo sur le sable qui s’était arrêté de mouvoir.


Le groupe de shinobi n’eu même pas le temps de prendre un moment de répit qu’apparurent deux personnes couvertes. Moeru était le seul encore sur le corbeau, l’autre escadron qui combattait la bête était encore en train de se donner corps et âmes dans cette bêtise dans laquelle ils s’étaient lancés. Fort heureusement Mairu était encore saine et sauve, l’idée qu’il puisse lui arriver quelque chose était tapis au fond de son esprit. Une idée qu’il ne pourrait jamais accepter.


Dans la foulée, Akimoto, Mairu et Raizen s’élancèrent dans une synergie presque parfaite. Les deux personnages à capuches avaient de par leur gestes, révélé leur nature hostile. Les trois shinobi sortirent des techniques d’immobilisation. Le but premier était de déstabiliser le monstre gigantesque qui était apparu. Une masse de chakra modelée aussi grande que le bijuu. L’ennemi était d’une force divine qu’était cette technique. *Et Merde !!* Hurla t-il dans son esprit. S’approchant sur la zone en profitant de la vitesse du corbeau, il profitait de l’effet des techniques de mes camarades pour effectuer quelques mudras et sauter du corbeau à qui il avait demandé de s’approcher du sol.


Il ne pouvait pas partir, son corps ne le lui permettait pas, même si dans son esprit la fuite est la seule option il ne put se résigner à délaisser sa cousine ou ceux qu’ils l’avaient sauvés. S’il devait mourir qu’il en soit ainsi, vivre avec le regret de les avoir abandonnés était pire que la mort. C’est quand ses compagnons lancèrent leurs techniques sur le monstre, que Moeru posa les pieds près du ninja qui fut sauvé par Raizen qui s’était mit dans le couloir qu’avait ouvert son Raikage. A peine ses pieds au sol il posa les mains à terre pour usé les mudras fait plus tôt. Trois murs apparurent, un devant Mairu, un devant Akimoto et le dernier devant Raizen. C’était le seul moyen qu’il avait pour être possiblement utile dans ce combat ou il n y avait aucun bon présage.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Tôhatsu Asami
Tôhatsu Asami

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Sam 5 Sep 2020 - 18:39

Cette fois c'était peut être le combat de trop, le fuite de trop ou simplement que l'heure était venue ? Alors que notre groupe devait se focaliser sur Ichibi pour le maîtriser et tenter de sauver notre peau et se qui resterait de Kaze, un ou au moins deux nouveau challenger trouvèrent la bonne idée de défier la coalition Shinobi et les habitants de Kaze.

J'étais impressionné par la taille et la puissance que le colosse dégagé, on pouvait ressentir la puissance et la maîtrise de l'art Sendai dans ce Susanoo armé d'une lame à sa taille et sa puissance. Durant quelques instants mon instinct bestiale, ce démon en moi me soufflait de me jeter à corps perdue dans une nouvelle bataille ? mon esprit lui me disait de fuir à nouveau encore et toujours comme depuis le début de cette journée.
Les têtes de pont comme Akimoto ou le Raizen ou la Metaru se liguèrent contre le nouveau titan alors que les petits soldats tels que moi devions évacuer les lieux pour trouver un nouveau espace de sécurité ou pouvoir se concentrer sur une tâche à la fois.

Je me fis donc pas prier pour courir à toute allure dans le couloir de sûreté offert par le Meikyu, je n'avais pas à mourir dans ce pays bien trop chaud, je n'avais ni le coeur ni l'envie de finir mes jours desséché ici. Ame me manquait terriblement au final, Kaze était vraiment aussi dangereux qu'on me le décrivait. A Ame au moins il n'y avait pas à ma connaissance des stèles retenant des monstres ou des colosses armés de katana géant !
J'en voulais aussi au Teikoku de ne pas avoir su me donner les armes pour combattre et me défendre décemment dans ce monde ! Le Grand Empire du Feu n'avait su m'apprendre aucune manière de servir dans ce combat ! il apprends juste à obéir sans poser de questions et à subir les sauts d'humeurs des gradés !

Une fois sortie de cette merde, je crois que je vais devoir faire un point sur ma vie, si il m'en reste une. Aujourd'hui mon objectif sera juste de voir le soleil se lever une nouvelle fois.




Résumé:
 

_________________
A quoi cela sert de se couper les cheveux quand ils repoussent ?
4/03. Unité n°3 - Page 2 Use4
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7368-tohatsu-asami-terminee?nid=1#61746 https://www.ascentofshinobi.com/t8527-carnet-flamboyant-de-tohatsu-asami#71372
Dieu du Désert
Dieu du Désert

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Mar 8 Sep 2020 - 14:23
Alors que vous pensiez la menace écartée, une nouvelle se présente à vous. Deux pantins encapuchonnés et à taille humaine vous barrent le passage et profitent que vous soyiez rassemblés pour vous exécuter sur place. Une embuscade montée de toutes pièces par le coupable de l’éveil du Dieu. Face à vous des pantins aux pouvoirs inédits. Un titan de chakra d’une dizaine de mètres ayant l’apparence d’un démon squelettique se forme sous vos yeux, une technique héréditaire des Sendai aussi impressionnante par son potentiel offensif que défensif, ajouté à cela la combinaison de l’épée de vent géante de l’autre marionnette, laquelle était de toute évidence spécialisée dans le maniement du Fûton. Que ce soit la taille gigantesque du Susanoo ou son épée parfaitement adaptée, vous devinez l’attaque qui va suivre et agissez en conséquence, prenant conscience que la portée d’une épée de cette longueur peut aisément couvrir la zone dans laquelle vous vous situez.

Malgré la carrure du géant de chakra, celui-ci effectue un mouvement aussi rapide qu’incisif, fendant l’air près de vous mais au milieu de ce geste, seuls certains purent voir leur technique exécutée à temps. A commencer par les assimilateurs: la lave du Borukan parvint in extremis près de sa cible avant de la frapper au niveau du torse pour le briser comme du verre infligeant un trou non négligeable dans son armure tout en le déséquilibrant mais pas suffisamment, tandis que le missile de métal de la Metaru s’engouffra dans la brèche pour empaler dans la foulée l’abdomen de la deuxième marionnette. Se plaçant dans la trajectoire de la lame, le Meikyû venait d’activer l’ancêtre du guerrier, effectua un coup chargé de chakra d’une incroyable puissance alors que le tranchant de la lame remplissait son champ de vision. Le poing de chakra et la lame de vent se rencontrèrent en un instant si court qu’il fut presque impossible de comprendre ce qu’il s’était passé, produisant une terrible onde de choc qui fit trembler tous ceux qui se trouvaient à proximité, en plus d’un puissant sifflement qui passa juste au-dessus de la tête de lui et de ses alliés.

Une gerbe de sang aspergea le visage de Sharrkan qui se trouvait dans le dos de Raizen, quelques gouttes se perdirent aussi sur Moeru et Asami, ceux-ci constatèrent avec effroi qu’il s’agissait de celui du Raikage qui les avait vaillamment protégé. Finalement ils découvrirent que le Héros de Kaze n’avait heureusement pas perdu sa main mais ses deux petits doigts, mais sa hardiesse manqua de peu de lui coûter la vie, ainsi qu’à ses alliés étant donné que la lame de vent n’avait pas pu être brisée en raison de la concentration de chakra la rendant particulièrement affilée en plus d’être intangible. Sa technique clanique était plutôt adaptée pour détruire des obstacles tangibles, à la limite des tempêtes cette prise de risque même si payante aurait pu être fatale. A défaut de briser la lame, il parvint toutefois à dévier celle-ci vers le haut afin de sauver ceux qui se trouvaient derrière lui.

En faisant le bilan des victimes, vous apercevez dans le sable le cadavre coupée en deux que certains identifieront comme Oroshi, lequel avait précédemment souffert de profondes lacérations dûes à la bourrasque de vent de Raizen. L'histoire ne saurait dire si c'est la technique de ce dernier ou la lame de vent qui l'avait tué, toujours est-il que le résultat était là: un autre camarade avait péri au combat, incapable de se défendre à cause de sa trop faible constitution ou de son manque de vigilance.

Le Susanoo se fait subitement recouvrir de chaînes de métal de Mairu sans que les marionnettes ne s’en aperçoivent, l’immobilisant complètement sur place sans qu’il ne puisse esquiver les lames circulaires envoyées par Sharrkan avant que le géant éthéré ne puisse se reconstituer. Toutefois, une subite tempête de vent se déploie depuis son corps, grâce à l’intervention de la deuxième marionnette, grièvement endommagée mais toujours en état de fonctionnement. La violente décharge de Fûton fait céder les chaînes de métal, balayant au passage les lames de terre.

Soudain, une détonation terrible mais comme étouffée se fit entendre dans le corps du Dieu que vous aviez ignorée pendant quelques moments grâce à la distraction offerte par une poignée de valeureux combattants. Vous ignorez ce qui a pu bien se passer mais le devinez au râle monstrueux du Dieu du désert pouvant s’entendre jusqu’aux montagnes de la région de Taiyô. Vous voyez de nombreuses gerbes de fumée s’élever dans le ciel à travers les fissures formées depuis l’intérieur du corps de la créature qui semble toujours tenir debout malgré l’impact de l’explosion la plus impressionnante que vous n’ayez jamais entendu. Au bout de quelques secondes pourtant, celui-ci finit par vaciller. Le Dieu du désert était finalement tombé, faisant trembler la terre à sa chute. Son corps se désagrégea pour s’évaporer complètement dans l’air, comme s’il n’avait jamais existé. Laissant derrière un immense cratère dans la zone comme seul signe de son passage. Et des victimes se comptant par centaines, voire milliers.

Les marionnettes s’activent, et vous remarquez que l’armure de chakra du Susanoo s’est en partie régénérée mais laissant encore une claire ouverture sur la marionnette de vent et l’autre en plein coeur du géant. Cette fois, ce n’est pas une lame de vent mais un arc géant qui se forme dans les mains du Susanoo, se préparant à passer de nouveau à l’assaut. Bandant son arc de Fûton dans la direction du groupe de Raizen vers lesquels se sont rapprochés les autres afin d’être sauvés du coup d’épée, une flèche… puis deux se forment à l’extrémité, aussi tranchantes voire plus dangereuses encore que l’épée. Le premier projectile est décoché, une flèche de vent immense traversant la distance qui la sépare de ses cibles à grande vitesse, soulevant le sable sur son passage à cause de la terrible puissance qui s’en dégage afin d’empaler à la fois Raizen et ceux qui se trouvent derrière lui. Il enchaîne rapidement avec la deuxième flèche de vent, cependant, le monstre se tourne non plus dans votre direction mais celle où se situe ceux qui viennent de terrasser le Dieu du Désert. Vous apercevez au loin les silhouettes fatiguées d’Hiko et Mitsuhide, sur le point de se faire tirer dessus par la seconde flèche à moins que vous ne l’arrêtiez à temps.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Mer 9 Sep 2020 - 1:03
Alors qu’il observait son éruption affecter les deux marionnettes enveloppées de chakra, alors qu’il se préparait à devoir encaisser l’immense sabre venteux qu’elles venaient de dresser, Akimoto se sentit envahie d’une sensation étrange. C’est comme si le temps venait de s’arrêter tout autour de lui. Il se sentait à l’intérieur d’une bulle, et même si la sensation ne dura de quelques instants, le Colosse eu l’impression qu’elle dura une éternité, comme s’il était figé, suspendu, entre deux secondes. Accompagnant le bourdonnement qui résonna dans ses oreilles, le Borukan entendit une voix…D’abord discrète et lointaine, puis très claire et familière. Il se souvient…L’homme qui était apparu comme par magie d’un portail pour secourir Araho Daiki…L’Homme au Chapeau…Il n’était pas physiquement présent, mais il entendait sa voix comme si ce dernier se tenait tout juste devant lui. Son discours n’était pas sans rappeler celui de n’importe quel vilain de légende, que les shinobis lui prêtaient d’infâmes aspirations, que nous ne le comprenions pas, que nous le pourchassions de par la menace que représentait ses pouvoirs immenses…Un discours non sans rappeler celui d’Alderan à une époque, lorsqu’il tentait de justifier les actes terroristes de son organisation pour libérer le Pays du Feu de son seigneur tyrannique.

La première surprise du Borukan vint lorsque l’Homme au Chapeau remémora les évènements de Yugure, non pas pour nommer les Kages coupables, mais pour se rappeler la puissance destructrice des shinobis et l’impuissance des êtres normaux face à celle-ci. La rage des Kages de l’époque était naturelle, un problème humain que vit chaque homme. Ce n’est pas eux qu’il pointait du doigt, mais plutôt la puissance de leur chakra, celle qui les rendait si dangereux, celle qui faisait d’eux des surhommes. L’homme était homme et de par son absence de chakra, il se positionnait automatiquement sous le shinobi. La deuxième surprise du Borukan vint lorsque l’Homme au Chapeau pointa du doigt un mal qu’Akimoto avait tenté d’identifier et de résoudre depuis son exile. Les Seigneurs ne dirigent plus, ce sont les villages cachés shinobis qui détiennent le véritable pouvoir. Que peut un homme, aussi noble soit-il, face à la puissance militaire d’un village shinnobi? Pour le Nidaime, lui qui plaçait la vie de ses concitoyens au-dessus de tout, comme son ultime priorité, ces paroles marquaient son esprit comme une lave marque à vif la chaire sans défense. De par leur nature intrinsèque, les shinobis ne mettaient-ils pas en danger la vie de ceux qu’ils tentaient de protéger? Ils se sont installés dans leur village, à Rokkusu et Shitaderu, comme des princes et des sauveurs, mais depuis la création d’Iwa et de Kumo, combien de catastrophes avaient été déchainées sur leurs habitants? Beaucoup trop…Beaucoup plus qu’auparavant. Sans rien demander à personne, une épée de Damoclès s’était retrouvée au-dessus d’eux. Puis vint le glas du coup de grâce. L’Homme au Chapeau dévoila finalement son véritable objectif au monde entier : celui de faire disparaître le chakra à tout jamais. La Résonance n’était pas qu’une coïncidence, chaque fois qu’un Dieu se réveille, il entraîne avec lui un cataclysme. Et plus ce Dieu est puissant, plus les répercussions sont grandes. En plus de leur puissance, les shinobis voulaient maintenant s’emparer de celle des Dieux pour les sceller. Il repensa alors au plan de l’Hyûga dirigeant Iwa, celle qui avait voulu volontairement libérer un Dieu endormi pour le capturer…Mais quelle folie. Le monde ne serait-il pas plus juste, plus équitable, si tous étaient de simples Hommes? Akimoto aimerait croire que oui.

Si jusqu’à présent son plan et ses désirs n’avaient été que d’unifier les pouvoirs militaires et politiques, comme l’avait fait le Teikoku, l’idée qu’évoquait son Némésis en voulant voir le chakra disparaitre n’était guère mauvaise. Un monde nouveau…Sans shinobis, sans chakra, sans Démon à Queue. L’idée était belle et alléchante. Certes des guerres il y en aurait toujours. La disparition du chakra ne ferait pas disparaître la violence de ce monde ni n’apporterait la paix. Mais au moins ceux qui la font n’auraient plus entre leur mains la puissance de déclencher des cataclysmes. L’Homme au Chapeau, l’homme qu’il détestait le plus sur cette terre détenait-il vraiment la clé qu’Akimoto cherchait à trouver depuis toutes ces années? Il ne pouvait pas concevoir s’allier à lui, ça jamais, c’était hors de question. Aussi belle était l’idée, l’homme qui la brandissait était un monstre. Mais l’idée germa sur l’instant dans l’esprit du rouquin et s’y encra. Il repensa alors aux échanges de poésie qu’il avait eu avec Luna et aux lettres qu’ils s’étaient partagées. Cette révélation de l’Homme au Chapeau tombait peut-être à point nommer pour leur autre dessein.

Mais avant d’y penser, il devait survivre.

Les paroles de l’Homme au Chapeau s’estompèrent et le combat repris son cours, comme si rien ne s’était produit. La seconde franchie, Akimoto pu constater enfin les résultats de l'assaut combiné de tous les shinobis présents. L’impact de la technique du Borukan réduit en miette une partie de l’armure de chakra du pantin ce qui permis à celle de la Metaru de traverser ses défenses et de “blesser” l’un des pantins. Déséquilibré par ces deux techniques, le Raikage eut tout le temps de s’opposer à la lame de vent pour finalement réussir à la dévier vers les cieux. Le premier assaut avait été repoussé. C’est alors que retentit dans la direction du démon le bruit d’une immense explosion suivit de son cri perçant. Avait-il été vaincu? Réellement? Son immense carcasse tomba au sol et se désagrégea pour ne redevenir que sable et poussière. Akimoto n’en croyait pas ses yeux. Mais à peine cet effroyable spectacle terminé que les deux pantins et leur création de chakra se remettait en action. Il n’allait certainement pas leur laisser le loisir d’agir. Le Colosse chargea alors vers le Susanoo, bondissant à grande vitesse avant même que ce dernier ne décoche sa première flèche. Si l’armure de chakra de se dernier s’était partiellement régénéré, il avait remarqué qu’il demeurait dans celle-ci des fragilités, notamment une ouverture en pleine poitrine. Et c’est cette faille qu’il voulait exploiter.

Akimoto ne savait pas comment ses compagnons allaient réagir, il ne savait donc pas si ceux-ci continueraient de l’appuyer dans son initiative. Mais dans tous les cas il était prêt. Poursuivant sa course vers le Susanoo, il n’avait pas peur ni de la flèche ni de sa trajectoire, car si ses alliés ne pouvaient pas la stopper, le Borukan était prêt à se laisser pourfendre pour pouvoir se reformer tout juste derrière afin de continuer sa course. Puis, on moment s’approcher sous la garde du pantin, il forma entre ses doigts un nouvel orbe tourbillonnant de lave qu’il porta d’un bond jusqu’à la fente dans l’armure de chakra, puis il la regarda exploser à l’intérieur, détruisant espérait-il les deux pantins du même coup.

Épuisé, le Nidaime sentait ses forces arrivées à épuisement. Il ne pourrait pas tenir bien longtemps. Si cet assaut n’était pas le dernier, pour le bien de son plan et de celui de Luna, il devrait s’enfuir. Car il ne pouvait pas se permettre de mourir ici aujourd’hui. Car le voyage jusqu’à Tsume serait long et périlleux.

Spoiler:
 

_________________
4/03. Unité n°3 - Page 2 Signaki1
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »


Dernière édition par Borukan Akimoto le Sam 12 Sep 2020 - 15:38, édité 1 fois (Raison : Ajout dans le spoil de la technique lancé au tour précédent)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Metaru Mairu
Metaru Mairu

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Mer 9 Sep 2020 - 13:02
Tempête

feat. [Trop de monde '-']

Une voix vient soudain s’immiscer dans ton esprit. Tu penses être victime d’une hallucination, d’un genjutsu certainement, mais voyant l’attitude des ceux qui étaient autour de toi, tu ne semblais pas être la seule à entendre cette voix qui te paraissait lointaine mais qui était pourtant bien présente. Tu apprends très vite que celle-ci appartenait à l’ennemi numéro actuel de vous les shinobi : l’Homme au Chapeau. Ce dernier révélait, enfin, son identité ainsi que son véritable objectif et invitait ceux qui le souhaitaient d'embrasser sa cause en s'alliant à lui. Tu n’avais aucun doute que nombreux ceux qui se rangeraient du côté de cet individu qui avait la puissance d’un Dieu mais le moment n’était pas de penser au futur. Il fallait déjà survivre dans le présent pour penser au futur.

Tu pensais que jusqu’à présent votre seule option de survie était le retrait mais le groupe du jeune Sairyo te prouve qu’il était aussi possible de survivre en remportant le combat. En effet, ceux que tu considérais comme des sots suicidaires venaient de terrasser le Dieu du désert, au prix d’un sacrifice d’un de leurs.

Le jeune Hiko et ses camarades venaient de remporter leur combat mais le vôtre n’était pas terminé. Bien au contraire. Un danger encore plus grand se profilait et, te désobéissant, ton idiot de cousin ne s’était pas mis à l’abri comme tu lui avais conseillé. Tu lui feras comprendre ce qui en coutait de te désobéir plus tard car pour l’heure tu avais mieux à faire.

Profitant de la brèche, que son attaque et celles du Maitre de la lave avait créé dans le susanoo, ton clone envoie une volée d’armes blanches en tout genre, mais tout aussi tranchantes les unes que les autres, vers le trou qui peu à peu se rétrécissait.

Voyant que l’armure squelettique géante formait un arc, devinant la suite, tu te places en première ligne tout en restant sous ta forme d’assimilation solide. Tu t’enfermes ensuite dans une armure qui se formait rapidement sur toi alors que dans ton dos s’érigeait une muraille de métal. Protection bien dérisoire et désespérée face à l’envie de protéger deux être que tu ne souhaitais point voir mourir : le Raïkage – dont tu avais remarqué rapidement la perte de deux doigts – et ton cousin.

« - Vous devez survivre ! … Je t’aime Moeru ! » Cries-tu très fort en espérant te faire entendre par ceux qui disparaissent derrière ton mur alors que la flèche filait à présent droit sur toi.

En se mettant sur sa trajectoire, tu ne pensais pas pouvoir encaisser entièrement le puissant projectile mais tu espérais néanmoins pouvoir ralentir sa vitesse et ainsi l’empêcher de traverser entièrement le mur que tu avais dressé derrière toi. Tu misais gros dans cette défense purement suicidaire mais tu n’étais pas en mesure de penser à un autre plan.

Serait-ce la fin pour toi ? …



HRP:
 

_________________
4/03. Unité n°3 - Page 2 E9AA4D59F0CEBCA273945A0FE77E778170585673
~ La fin justifie les moyens ~


Dernière édition par Metaru Mairu le Mer 9 Sep 2020 - 13:36, édité 1 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9202-metaru-mairu-completed
Sharrkan
Sharrkan

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Jeu 10 Sep 2020 - 2:45
Un Dieu énervé, des sables mouvants mortels, des marionnettes encapuchonnées, un géant de chakra... Une journée parfaite en somme. Ah ! Non ! Il manquait encore la voix d'un vieux con en direct dans le cerveau, déblatérant un cours d'histoire dont tout le monde se fichait. Enfin maintenant, c'était chose faite. Et Sharrkan avait l'esprit bien trop préoccupé par l'immense lame qui leur fonçait dessus pour s'inquiéter des paroles du cher Homme au Chapeau - ayant déjà oublié son vrai prénom. Déjà qu'en temps normal il s'en foutait royalement... C'était encore pire dans cette situation.

Puis, aussi rapidement que c'était arrivé, le temps reprit un cours normal. Le Susanoo continua son mouvement, abattant sa lame meurtrière sur le groupe de Shinobi avec une vitesse et une force inimaginable. Inarrêtable. Et au milieu de sa trajectoire se tenait le Meikyû.

« Rai- »

Une énorme onde de choc secoua le groupe entier, les envoyant presque au sol. La lame était passée horriblement près de leurs têtes, produisant un sifflement dont leurs esprits se souviendraient longtemps. Mais au moins, ils étaient intacts. Enfin...

Par réflexe, Sharrkan essuya son visage moite du revers de la main et en la regardant, il fut très surpris d'y voir du sang. Il ne lui fallut pas longtemps pour réaliser que ce n'était pas le sien. Les yeux écarquillés, il se précipita vers Raizen, s'attendant à le voir claquer d'une seconde à l'autre. Il chercha frénétiquement une plaie béante chez son confrère avant de constater que... il avait seulement perdu deux doigts. Sérieusement, il avait perdu autant de sang pour deux doigts ?! Ou alors, par un incroyable tour du destin, le tout était évidemment arrivé en plein dans la tronche de Sharrkan ? Il reprit enfin sa respiration, en même temps qu'il cria :

« UGHHH, berk ! »

Le Kazejin cracha dans le sable pour dégager le goût métallique qui avait réussi à s'infiltrer dans sa bouche, puis il empoigna le t-shirt de Raizen avec force pour s'essuyer le visage avec. Ça suffirait... pour l'instant. Néanmoins, il fallait traiter cette plaie de toute urgence. Sharrkan déchira des bandes de tissu de son propre haut - ce qui n'était pas difficile, étant donné qu'il tombait déjà en lambeaux à cause de la tornade - et entreprit de faire un bandage de fortune en compressant pour arrêter l'afflux du sang.

« Ça va aller. Ça va aller. »

Il ne savait pas qui il essayait de rassurer en disant ça, mais la situation partait beaucoup trop en steak pour se permettre de se poser ce genre de questions. Au même moment, une énorme explosion retentit au niveau du Dieu, suivi d'un râle d'agonie de la bête avant que celui-ci ne disparaisse. Le manieur de chaleur n'avait pas vraiment le temps d'analyser la situation mais une chose était sûre : il s'était passé quelque chose de grave du côté de son Soldat. S'arrêtant une seconde, il invoqua très rapidement son kuchiyose - ce qui n'était à nouveau pas difficile vu le nombre de coupures qu'il portait à cause de la tornade. Et pour une fois, il n'utilisa pas le salut habituel pour accueillir l'énorme scorpion. Tout en reprenant le bandage, il donna ses instructions.

« Madame Ka'roza, j'ai besoin que vous alliez voir si Mitsuhide va bien. Allez le chercher et emmenez-le en sécurité, loin d'ici. S'il y a d'autres personnes avec lui, emmenez-les aussi mais faites vite, s'il vous plaît. »

Il avait faillit dire "le plus loin possible" mais connaissant Madame, elle aurait été capable de vraiment prendre l'ordre au pied de la lettre et d'emmener le jeune marchand à Mizu. Toutefois, il n'eut pas le luxe d'accorder plus de pensées à son coéquipier car le géant de chakra était à nouveau sur pied.

Se préparant à une nouvelle offensive, Sharrkan tenta de créer rapidement un mur en Doton entre le groupe et l'invocation, devant la Dame de Métal. Son acte était héroïque mais extrêmement dangereux, malgré son armure... Mais Mairu-san ne pouvait pas mourir ici, elle non plus. Le mur était en perpendiculaire du groupe plutôt qu'en parallèle ; un pari risqué, mais il espérait que la longueur aiderait à ralentir la flèche qui venait d'apparaître.

« Saloperie. »

Tout son corps souffrait le martyr à cause du manque de chakra. Ses muscles étaient en feu, il était pris de vertiges, il tenait à peine debout... Une sensation qu'il connaissait déjà. C'était comme ce jour-là à Kumo, avant qu'il ne tombe inconscient dans la gueule du Fidèle. Il s'était promis de ne plus jamais se retrouver dans cet état ; il venait de briser son serment. Mais au moins, contrairement à ce jour-là, Kyohei était en sécurité au village...

Spoiler:
 


_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Sam 12 Sep 2020 - 11:20

L’espace d’un instant, tout s’était arrêté, comme si le temps s’était cristallisé sur place au moment de sa frappe colossale. Représentant plus ou moins le summum même d’un possible clash de titan, Raizen comprit dès lors qu’il était au point du point d’inflexion, le moment où deux forces à longueur d’onde contraire s’entrechoquaient, se déchainant dans une lutte acharnée. Convertissant l’éternité en fraction de seconde et la fraction en éternité, l’éclectisme du moment se dissipa à un moment relativement inattendu.

Sur le coup, tout s’était passé si rapidement, comme si tout s’était arrêté. N'ayant aucune conscience de son état actuel, seule une voix traversa son être, brisant ainsi toute concentration qu’il avait sur le moment. Semblant presque créer une faille temporelle pour passer ce message, Raizen crut sincèrement qu’il était mort.

L'homme au Chapeau:
 

-Raizen !

Rappelé à l’ordre par la voix de Spero, seul le mouvement du sang lui rappela qu’à tout moment il pouvait encore perdre la vie. S’étalant ainsi sur le canevas en compagnie de ses deux doigts, une violente douleur vint le saisir, le forçant à se mordre dangereusement la lèvre… Au même moment, le râle du Dieu du désert semblait signifier qu’ils avaient triomphé… Comment avaient-ils accompli un tel exploit ?


Devant cet irréalisme, la concentration de l’ombre était dispersée, sachant pertinemment qu’il ne pouvait rien laisser à l’oubliette. Apercevant ainsi du coin de l’oeil le combattant de cristal et l’être de lumière chuter, bien qu’il aurait aimé pouvoir amortir leurs chutes, la tournure des événements se colora d'un voile sombre.

-Merci cher frère...dit-il pour Sharrkan

Tandis que son frère d’argent s’était immédiatement porté à ses soins, la formation d’un arc interpella les sens du Meikyû. Amplifiant ainsi des émotions négatives véhiculées par la douleur, sa lèvre dévoila un filet de sang issu qui en disait long sur la douleur, comme quoi même un combattant d'élite ne pouvait éviter la faiblesse qu'offrait une blessure de guerre.

N’étant toutefois pas faits d’une constitution faible, deux doigts n’étaient pas ce qui allait l’arrêter surtout au regard de la situation.

Ainsi, devant la menace, son premier réflexe l’aurait permis d'esquiver la technique qui venait dans sa trajectoire sans trop de peine. Or, le mouvement de ses camarades lui rappela quelque chose de plus important : la réalité de leur combat.

Ainsi, alors que Mairu se plaçait devant lui pour venir le protéger au prix de sa vie, un mélange euphorique d’émotions percuta la totalité de son corps. Changeant dès lors sa perspective du moment, Raizen employa la totalité de son courage, mais aussi sa synergie avec le Dieu de la guerre pour faire taire temporairement cette douleur et cette blessure. En effet, le devoir l’attendait…et encore une fois, il allait être fidèle à lui-même et tenir sa promesse de constamment repousser ses limites.

Déplaçant ainsi la pièce qu’il représentait sur l’échiquier, la suite des événements défila à une vitesse quasi infernale. Contrastant avec l’arrêt temporel qui perturba la totalité du Yuukan, l’opportunisme d’Akimoto marqua l’avancée du fou. En contrepartie, Mairu et Sharrkan semblaient s’être soudainement unis pour former les tourelles défensives qui sauraient leur donner une chance…même infime d'abattre l'ennemi.

Étrangement…, tout semblait drôlement couler de source, comme si sur le moment, tous étaient sur la même longueur d’onde… comme si…

-RALENTISSEZ LA FLÈCHE, tenez le coup et surtout évitez d'aller à droite. préparez-vous à fuir si vous êtes si vous êtes inapte à vous défendre. Je ne pourrais vous protéger plus longtemps si ce combat se poursuit !

Était-ce de l’impulsivité, de la passion, de la crainte ou un mélange de tout ? Les choix étaient multiples. Or, il détestait devoir faire preuve de compromis devant une situation aussi radicale. Ainsi, il ne pouvait se concentrer sur l'attaque et la défense en même temps, devant se contenter de faire confiance pour le moment. Devant une telle situation, avait-il d'autres choix...surtout que sans leur aide, il n'aurait probablement pas pu gagner suffisamment de secondes pour revenir de plus belle dans cette joute...

Ainsi, ence jour, ce fut probablement le cumul qui brisa le fameux plafond préservant Raizen d’atteindre son plein potentiel. Détruisan avec violence son pragmatisme cynique pour lui donner une raison de combattre, l’être éclectique qu’il était comptait de nouveau défier les Dieux. Or, cette fois-ci, il osait croire qu'ils s'affronteraient à un niveau relativement similaire.

Complétant ainsi des mudras avec les quelques doigts qu’il avait, ils étaient certes moins prompts, mais ils n’en demeuraient efficaces. Capitalisant ainsi sur les nombreux remparts défensifs que ses confrères avaient dressés pour lui, il utilisa cet instant pour atteindre le paroxysme même de sa véritable nature :

Éveil de l’âme guerrière : Dieu de la Guerre

Au même moment, Spero, la créature intelligente, pragmatique et critique avait de son propre chef pris une initiative. Devant l’éveil de Raizen, voyant son devoir maintenant accompli, il n’avait plus à se retenir. Il déposa donc le jeune Metaru avant de foncer pour faire ce qu'il faisait de mieux : Protéger ses intérêts.

-Garder ces paroles pour l'au-delà, Dame de Fer.

Se dressant ainsi comme rempart supplémentaire devant Mairu et son mur, il durcit ses ailes sans appel pour préserver la vie de celle qui tentait de se sacrifier pour protéger son groupe. Atteignant ainsi le paroxysme, son plumage devint soudainement aussi robuste que le fer. N’était possiblement pas au même niveau qu’Iron Girl, le porteur de message transmettait possiblement son dernier héritage en venant freiner cette flèche du haut de ses cinq mètres…

Résonance des âmes : Manifestation du Bouclier ! 100%

Dès lors, une puissante énergie déferla d’un seul coup, libérant la forme finale qui incarnait l’héritier. Ombre d’un village et loin de devenir l'ombre de lui-même après avoir perdu deux doigts, il n'avait pas dit son dernier mot.

Ainsi, l’homme aux paroles aussi fluide que le courant d’un fleuve changea n soudainement d’approche. S'il y avait des moments pour les mots, il y en avait d'autres ou les gestes valaient mille mots.

Radical comme approche, seul un puissant bras doré enveloppait dorénavant le bras droit du Meikyû qui avait osé défier l’impossible. Atteignant pour la première fois une synchronisation totale avec l'ancêtre de la guerre, cette montée en puissance annonçait les couleurs de la suite.

Utilisant ainsi sa portée améliorée, combinée au rehaussement des aptitudes de son bras, bien qu’endolori, il misa sur l’étendue de sa maîtrise en taijutsu, son endurance avancée, mais surtout et avant tout l’adrénaline qui traversait son organisme pour venir abattre la flèche qui avait déjà été passablement ralentie. Or, cette fois-ci, il ne comptait avoir pour retenue que les limites de son dépassement naturel sachant qu’elle avait commis l’erreur de leur permettre de réagir.

Ainsi, si elle se rendait jusqu’à Mairu après avoir percé le mur de Sharrkan, l’armure de Spero, l’autre mur de Mairu pour finalement se rendre jusqu’à l’assimilatrice, au moment même où la flèche comptait la percuter, seule une puissante frappe partant de sa main droite allait venir percuter la flèche au moment même de son contact de manière à la précipiter excessivement loin vers la droite...voire même la détruire. Ne comptant pas faire la même erreur que la dernière fois, l'extension physique naturelle que lui procurait la résonance des âmes et qui multipliait les aptitudes naturelles du Meikyû saurait possiblement faire la différence.

Donnant ainsi une opportunité ultime à tous d'éviter le pire, il était prêt pour la seconde ronde de cette rage guerrière.

Ainsi, devant cet échiquier, si toutes les pièces s’étaient mobilisées pour protéger la pièce maîtresse de cette lutte acharnée, celle-ci venait de poser son véto transgressant les restrictions usuelles du Roi pour être ce qu’il avait toujours été :

Si certains le qualifieraient de guerrier stratégique ou de tacticien chaotique, il était simplement un paradoxe, son paradoxe.

Qu’il soit soldat, guerrier, chef, lieutenant ou même chef de village, Raizen ne changerait jamais sur cet aspect, il entrait au beau milieu du chaos et posait son véto, désireux de faire jaillir du néant quelque chose quitte à devenir néant en prenant cette chance. Flirtant ainsi de nouveau avec la mort, il s'en rapprochait sous une longueur d'onde totalement contraire de manière à perturber le courant des choses.

Shambles : L'art de la dissonance.

Les dés étaient de nouveaux jetés à 8 doigts plutôt que 10.


Spoiler:
 

_________________
4/03. Unité n°3 - Page 2 J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Narrateur
Narrateur

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Sam 19 Sep 2020 - 23:15
Concentrant un immense flot de chakra au bout de sa flèche de vent, le démon squelettique bandait celle-ci à son maximum de manière à produire un projectile de taille gigantesque, dont l’éclat n’avait d’égal que la puissance qui s’en dégageait. En voyant votre adversaire s’armer d’un arc, vous vous organisez de sorte à vous défendre de l’ampleur de l’attaque que vous soupçonnez sera au moins de magnitude égale à la précédente, et pour cause, vous érigez toutes les défenses possibles et imaginables pendant le peu de temps qui vous est accordé pour faire face à la flèche de vent. Ne craignant guère l’attaque dirigée à votre encontre, Akimoto charge avec témérité sur le Susanoo dont l’armure a commencé à se régénérer, heureusement que celui-ci était déjà assimilé puisque tout se passe en l’espace d’un instant qui ne lui aurait guère laissé l’opportunité de réagir, compte tenu du peu de distance qui le séparait de sa cible.

Tout se passe trop vite pour que l’assimilateur ait le temps de réaliser, la partie supérieure de son corps fut complètement arrachée dû à la pleine puissance de l’attaque qu’il encaissait de plein fouet, faisant jaillir des flaques de lave tout autour de ses jambes qui se tenaient encore debout. Il semblait comme frappé par la foudre, alors qu’il s’attendait complètement à la technique qui menaçait de le traverser. La flèche est relâchée à bout portant, creusant un sillon de terre sur son passage dû à la puissance du Fûton qui traversa en peu de temps la distance qui les séparait encore de leur salut. Alors que l’assimilatrice de métal s’était mise en face de ses coéquipiers pour tirer parti des propriétés défensives de son pouvoir héréditaire, en utilisant son propre corps comme rempart, elle avait aussi pris la précaution de former un mur derrière elle au cas où son effort serait insuffisant à les sauver dans cette tentative désespérée.

Investi moins par son pacte de sang avec Raizen que par un sens du devoir transcendant toute obligation, le fidèle corbeau se plaça devant la femme de métal en durcissant son plumage noir, comme s’il avait besoin de se prouver à soi-même qu’il valait plus qu’un Kuchiyose lié par son devoir envers son maître. C’est alors que le mur de Sharrkan se forma face à celui-ci également afin de stopper la course de la flèche, tandis que dans l’ultime seconde qui leur restait à réagir, le Meikyû s’entêta à intervenir face à Mairu pour la préserver de la menace, dos à la Kumojine, son bras avait pris une teinte écarlate, un déploiement de chakra extraordinaire qui montrait sa détermination à protéger les membres de son village. Ce fut la dernière image qu’elle put apercevoir de son chef de village, avant que l’impact n’ait lieu.

On entendit d’abord un mur de terre se briser, puis plus rien. En regardant au niveau de son ventre recouvert de son armure, Mairu pouvait observer un creux, et du sang coulant depuis celui-ci. Elle ne ressentait pourtant aucune douleur, à moins que son âme ait déjà quitté son corps… Elle réalise que le sang n’est pas le sien. En effet, le trou dans son armure reste très superficiel, ayant à peine déformé la surface de celle-ci. Quant à Raizen, celui-ci non plus ne ressent aucune douleur particulière, tentant de donner du sens aux gouttes de sang ayant éclaboussé son bras tatoué, ses yeux n’ayant eu le temps que de capturer le moment où sa main avait brisé la flèche de vent en deux alors que celle-ci se dispersait complètement au contact de l’armure impénétrable de la Metaru. Finalement, votre regard se déposa sur le corps du corbeau gisant dans son propre sang, son poumon complètement perforé par et son aile droite présentant une plaie béante.

Sans avoir le temps de pleurer la perte du courageux corbeau, vous voyez également deux marionnettes au sol, couvertes d’armes sur le corps et se levant à peine des suites de l’enchaînement d’attaques de Mairu et d’Akimoto. Ce dernier s’était reformé au milieu de sa course, et juste au moment où il avait repris sa forme intégrale, fait voler en éclats le titan de chakra, projetant les deux marionnettes dans les airs sous la puissance de l’impact de l’orbe de lave ayant comme fait fondre l’armure du squelette gigantesque. Vous remarquiez aussi que la tête de l’un des pantins était détruite à moitié, la capuche rongée par la lave… dévoilant une partie du visage d’une personne familière pour Raizen et pour les habitants de Kaze: Sendai Ketten, le chef du Yoake.

Celui-ci se releva en tremblant, l’ensemble de son corps en bois recouvert d’armes tranchantes, l’empêchant de se déplacer convenablement, il était dans un état médiocre: la tête à moitié arrachée, un bras en moins, titubant au moindre mouvement. Quant à l’autre marionnette, vous vîtes qu’il s’agissait de Garyosen Ryôga, également membre du Yoake, dont le corps a été complètement dépecé par les lames de la Metaru. Levant le bras qui lui restait vers le ciel, des particules de chakra se rassemblaient progressivement jusqu’à former une orbe de petite taille qui ne cessa de gagner en ampleur… il préparait son attaque finale, avant de retomber subitement au sol, complètement inerte après l’ampleur du chakra consommé.

Alors que vous faisiez le bilan des morts et des blessés, et vos propres suppositions quant au fait que vous aviez eu affaire à des marionnettes à l’effigie de personnes que vous connaissiez, capables de reproduire leurs pouvoirs à la perfection, vous avez une explication possible du fait qu'ils n'aient plus fait d'apparition publique depuis un certain temps.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Dim 20 Sep 2020 - 21:55

Tout s’était passé si vite. Entre le moment où Spero s’était déplacé pour servir de protection et le moment où Raizen avait déployé pour la première fois sa synchronisation parfaite, le temps avait défilé à une vitesse éclair. Pourtant, tout avait semblé si lent pour le Meikyû qui s’était préparé à une nouvelle confrontation. Pire que l’ancienne, au regard des nombreux remparts qu’elle venait de percer, cette fois-ci , il s’était préparé à toute éventualité quitte à y laisser son bras, voire même sa vie.

Devant le geste courageux qu’avait fait Mairu, il ne pouvait lui laisser la possibilité d’agir comme bouclier, pas tant qu’il avait la possibilité de faire autrement. Raizen était un stratège qui contre toute attente se trouvait au milieu du champ de bataille. Absorbant ainsi la folie du champ de guerre, c’était ce qui le rendait aussi dangereux, tout en le rendant aussi faible. Le risque n’était pour lui qu’une conséquence de ses objectifs. Pouvant être aussi positive que négative, il ne reculait que très rarement devant cette variable inconnue qu’il s’était toujours permis de défier à mainte et maintes reprises.

-Spero !!!!!

Éclatant littéralement la flèche et la prise de position du hasard, tous furent sauvés par cet effort collectif qui couta le prix de son plus cher compagnon.

Sous une gerbe de sang puissante, seul l’écho d’une voix se fit entendre tandis qu’Akimoto et le clone de Mairu fermaient les livres pour protéger les deux bourreaux des Dieux dans leur chute.

-L’Héritier et son héritage hein… Je n’ai plus rien à t’enseigner Raizen.

Glissant ses dernières paroles avant de percer le moment d’un écho de souffrance, le corbeau lâcha un cri suffisamment perçant et strident pour glacer le sang des plus courageux. Lui rappelant ainsi la violence d’un sacrifice, le Chef de village posa une main réconfortante sur Mairu tandis qu’il constatait qu’elle était saine et sauve pour s’avancer vers son fidèle compagnon qui était agonisant…

Ayant les poumons perforés et une aile déchirée, tous les facteurs semblaient mener à la même conclusion, la mort semblait à la porte. Toutefois était-ce réellement la fin de leur relation ?

-La mort ? Souviens-toi toujours que tout n’est que...
-Perception
-Perception

Partageant ainsi ses dernières paroles, le Meikyû se surprit à voir ses traits se crisper légèrement tandis qu’il réalisait pour la première fois ce qu’il devait faire, mais surtout et avant tout le rôle qu’avait joué cette créature. Lui donnant de nombreux signes comme quoi elle ne l’aimait pas et voulait intenter à sa vie, voilà qu’il remettait tout en question. Et si cette facette de lui n’avait été qu’une façade ? Une illusion ou plutôt une question de perception ?

Comprenant dès lors la portée de ce message, le Meikyû posa un genou au sol, fermant les yeux avant d’effectuer quelques mudras pour sceller à jamais leur relation à travers un pacte que personne ne pourrait comprendre…

Ainsi, si cette vie commune était terminée, ils continueraient de vivre ensemble sachant que la mort n’incarnait pas la fin, mais bien un nouveau départ et quoiqu’il arrive, Raizen se souviendrait toujours de la signification de celle-ci. En protégeant Mairu, Spero avait déclaré son acceptation pour le message que Raizen avait à partager, pour lui, son héritage et les héritiers de celui-ci.

Ainsi, Spero s’élèvera une dernière fois dans les airs entourés d’une source de chakra étrangère avant de lâcher un puissant croassement et disparaître dans un nuage de poussière...offrant ainsi son enveloppe à Raizen de manière à toujours l’accompagner. Si plusieurs ne risquaient aucunement de comprendre ce qu’il venait de se passer, Raizen lui ne pouvait s’arrêter là…

Se retournant ainsi pour observer ses compatriotes, il observa tantôt Mairu puis Sharrkan. Tous deux avaient su faire preuve d’une utilité hors norme. Quelque peu choyé d’avoir pu voir Mairu se mettre devant lui pour le protéger, il était honoré de pouvoir déployer ses efforts sur cette nouvelle famille que représentait Kumo. La Nouvelle Dame de Fer ne le réalisait possiblement pas, mais ses gestes, actions et prises de décisions faisaient d’elle un des piliers avec lequel Kumo avait tenu et continuerait de croître.

Posant ensuite son regard sur Sharrkan, s’il faisait partie de ce qu’il pouvait catégoriser comme son ancienne famille, celui-ci avait réitéré la raison pour laquelle un lien subsisterait toujours entre tous les membres du Fukkatsu, un lien incassable dans les meilleurs comme dans les pires moments. Bien que leurs combats ensemble fut assez bref, il était clair que le Guerrier D’Argent n’était plus l’homme qu’il avait jadis rencontré. Étant sorti de sa zone de confort pour témoigner les motifs pour lesquels il était d’une puissance unique, il avait hérité non seulement du talent de Sazuka pour la maîtrise du doton, mais son charisme naturel s’était transformé pour faire de lui un meilleur décisionnaire. Même dans les pires moments, on pouvait voir qu’il faisait preuve d’une résilience inouïe, ne craquant aucunement sur la pression, mais affrontant les défis qui s’offraient à lui sans broncher. Que lui était-il arrivé en si peu de temps ? Que s’était-il passé pour qu’il mûrisse aussi rapidement ? Raizen ne tarderait pas à le savoir…

Quant aux autres, ils étaient en vie et c’était l’essentiel pensa-t-il en regardant l'étrangère et Moeru qui n'avaient su réagir sous la pression du moment.

S’approchant ainsi du clone restant de Mairu et d’Akimoto, le Meikyû comprenait les motifs qui faisaient de cet homme une puissance que le Yuukan avait jadis redoutée. Étant fier d’avoir pu remettre sa confiance entre les mains du chef exilé, celui-ci avait jadis fait des erreurs au même compte que Metaru Reiko, mais il avait en tout point manifesté un certain désir sincère d’être pardonné par la vie voire même par l’ensemble du Yuukan.

Quels que soient ses gestes posés, Kaze était honoré d’avoir pu être témoin d’une force suffisamment pertinente pour défier le géant aux sabres de vent.

Ce fut alors à ce moment précis que Raizen put deux fois plutôt qu’une poser les yeux sur deux hommes qui n’étaient plus de ce monde… Serrant ainsi les dents devant cette scène, il comprenait dorénavant les motifs pour lesquels ceux-ci n’avaient pas été en mesure d’intervenir… et deux fois plutôt qu’une, il ne connaissait qu’une personne apte à faire cela : Katenshedo.

-Garyosen Ryoga & Sendai Ketten…

Sendai Ketten était fort probablement le dernier héros de Kaze encore vivant à ce jour… Pourtant il n’était plus, cédant par le fait même la place à une nouvelle génération de héros. Quant à Ryoga, il était un ancien renégat de Kumo. Ayant jadis était sujet à de nombreuses négociations en compagnie d'Hisao, il n’avait jamais caché son désir de faire croître le pays du Sable. Ainsi, l’être de vent n’était plus…

Effectuant quelques mudras, au regard des rumeurs sur la présence d’un certain nécromancien, mais aussi pour leur rendre un hommage qui était digne de ce nom, le Meikyû décida de sceller leur corps qui ne semblait plus de ce monde… Ne comprenant pas totalement de quelle manière Katenshedo s’en était pris pour transformer des êtres humains en marionnettes à son compte, la possibilité qu’ils aient été les bourreaux de ceux-ci lui traversa temporairement l’esprit, mais il chassa rapidement l’idée. Après tout, quels que soient les bilans, ceux-ci avaient toujours eu pour objectif la protection de Kaze. Ainsi, Raizen n’avait aucun doute qu’ils comprendraient les moyens qu’ils avaient entrepris.

-Par mesure de sécurité, je compte les sceller pour éviter tout risque et aussi pour leur remettre l’hommage qu’il se doit. Sinon, vous avez été d’une aide inestimable Akimoto. Je pense que Kaze tout comme le Yuukan vous est reconnaissant.

Posant sa main gauche sur son épaule pour partager ses quelques mots sincères, il fit ensuite un clin d’oeil au clone de la Metaru avant de s’avancer vers sa vraie version.

-Merci de ton aide Mairu, je suis content de savoir que le conseil n’est pas le seul élément sur lequel les Kumojines pourront compter, du moins, si tu acceptes cette proposition. Sinon ne t’en fais pas pour Spero, ce fameux corbeau ne me quittera pas de si tôt et le fait qu’il ait voulu te protéger témoigne qu’il a voulu honorer ta volonté puisqu’il ne fait rien pour rien et cela veut dire que c’était plus important pour lui que tout type de danger qui se présentait …

S’approchant finalement de Sharrkan, le Meikyû ramassa avant tout ce qu’il restait des deux doigts qu’il avait perdus avant de les sceller. Doté d’aptitudes pour préserver les organismes vivants morts grâce à ses aptitudes de nécromancie, il savait pertinemment que ce serait utile pour éviter une greffe entière de nouveaux doigts. Simplement, il devait s’assurer de trouver la bonne personne pour cette opération quitte à demander à un Meikyû auteur du sceau de régénération cellulaire.

-Sharrkan…

L’observant avec un regard aussi sérieux qu’accoutumé, un sourire perça les traits relativement tristes du chef de village.

-Merci pour ton aide. Je ne sais pas ce que tu as traversé récemment, mais je suis fier de voir ton évolution. Ça a été un plaisir de combattre pour Kaze à tes côtés et sache que la porte est toujours ouverte cher frère, mais nous aurons l’opportunité d’en discuter prochainement sachant que nous avons encore à faire et que tu dois récupérer vu que tu es visiblement sorti de ta zone de confort ...

S’approchant légèrement pour murmurer quelques paroles qui lui étaient destinées, il précisa :

-J’espère qu’on pourra continuer notre discussion précédente…

Terminant le tout d’une dernière marque d’affection en déposant de nouveau sa main sur son épaule, le Meikyû passa aussitôt des paroles à l’action. Même s'il aurait voulu discuter davantage avec Sharrkan, il savait pertinemment que celui-ci risquait d'être troublé par de nombreuses décisions dans les moments à venir...

-Essayons de retrouver tous les combattants encore vivants et pour les défunts , il faudra les sceller ou les brûler pour éviter qu’ils soient réutilisés par nos adverses ! Retrouvons les blessés dont Hiko et Mitsuhide et dirigeons nous vers Taiyo une fois fait pour que les blessées y soient guéries en urgence. J’ai bien peur que la ville aussi soit sujette à de nombreuses pertes, mais si la moitié de la ville est toujours fonctionnelle, nous devrions pouvoir y trouver de l’aide et de quoi guérir les nombreux blessés puisqu’ils ne survivront pas un long voyage !

Élevant légèrement la voix de manière à parler à tous, tout s’était passé si rapidement. Or, Raizen était devenu de plus en plus rapide pour passer des paroles aux gestes. Représentant ainsi la nouvelle ombre qui chapeautait ces nouvelles étoiles, il espérait pouvoir les épauler pour leur permettre d’atteindre leur plein potentiel. Après tout, l’évolution de tous allait être plus que nécessaire pour trouver une solution au regard des moyens que l’homme au chapeau venait d’employer.

-Je pense que vous avez comme moi entendu le message de l’homme au chapeau. Quels que soient ses objectifs ou l’équilibre fictif qu’il tente d’imposer, ça ne peut être au prix de Kaze ou d’autres pays ! Or, pour le moment, concentrons-nous sur la sécurité des autres et leurs santés ! Pour tous les blessés, tenez bon, nous devrions trouver des soins prochainement. Si certains Meikyûs sont toujours présents, certains devraient avoir de quoi vous guérir !

Se mordant la lèvre, lui le premier avait souffert. Or, tant qu’il avait la présence de Hachiman, il pouvait supporter la douleur qui venait lui rappeler à quel point la vie était fragile. Plus important encore, de nombreuses personnes avaient souffert plus que lui et c'était simplement impardonnable. Un monde amélioré ne pouvait être conçu si cela voulait dire l'élimination d'une grande partie de la population. Quelles qu'en soient les raisons, ce n'était pas de l'évolution, c'était de l'élitisme au sens pur, phénomène qui répugnait particulièrement le Meikyû et son attrait pour le progrès. Or, tant de dirigeants pêchaient de cette manière, comme quoi la fin justifiait les moyens, quels qu'ils soient... Malheureusement, ce n'était pas avec le sang qu'on créait quelque chose de durable, du moins pas celui de nombreux innocents ou plutôt sacrifié. Ainsi, ils allaient devoir trouver un moyen pour ne pas être l'antithèse de leur propre combat contre l'homme au chapeau.

Ayant la vue légèrement trouble, n’eusse été du bandage de Sharrkan, peut-être que Raizen serait déjà tombé dans les pommes. Toutefois, le tout le maintenait en vie pour le moment sachant qu’à tout moment, il était prêt à cautériser la blessure même si ce n’était pas conseillé… L’essentiel était de survivre pour le moment... après tout, ils étaient les héritiers et devaient protéger le potentiel de leur héritage : le fruit de leur dur labeur, leur futur et leur destin.

Fermant ainsi les livres, une fois la situation calmée, Raizen allait devoir prendre des décisions par rapport à Kumo, mais aussi par rapport à Kaze. Les grands noms du pays défait, quelqu’un allait forcément devoir prendre la relève et il était hors de question que Kaze tombe entre de mauvaises mains.

Maître Jotaro était-il toujours vivant? Puis, ou était Meikyû Manako...?

Spoiler:
 


_________________
4/03. Unité n°3 - Page 2 J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
Sharrkan

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Mar 22 Sep 2020 - 5:09
Chargeant sa flèche, le colosse de chakra s'apprêta à lancer son deuxième assaut, certainement aussi redoutable que le premier. Et à nouveau, tout se déroula en une fraction de seconde ; le temps de cligner les yeux, ils ne purent que constater la situation. La flèche était brisée en deux, accompagnée de sang frais. Mais ce n'était pas celui de Mairu et pas non plus celui de Raizen, qui s'était à nouveau jeté sur la trajectoire de l'attaque meurtrière. Non... quelqu'un d'autre s'était sacrifié, de façon très inattendue.

Chacun laissa l'espace nécessaire au Meikyû pour faire ses adieux à son compagnon, observant en silence l'étrange hommage qu'il lui offrait. Et avec un pincement au cœur, Sharrkan pensa immédiatement à Madame Ka'roza qu'il avait envoyé chercher Mitsuhide. C'était extrêmement rare qu'il soit séparée d'elle dans ce monde et vu la situation actuelle, tout ça le rendait un peu anxieux. Mais il avait confiance en elle. Il savait qu'elle accomplirait sa mission coûte que coûte.

Le Kazejin lança un regard autour de lui. Est-ce qu'ils pouvaient être sûrs que tout était terminé ? Ils avaient dû affronter tant de menaces différentes en si peu de temps que c'était presque étrange de ne pas se tenir prêt à se défendre. Le Dieu, les sables mouvants, puis ces marionnettes... Sans forcément les reconnaître de visage, leur nom suffit à faire tiquer le manieur de chaleur. Ainsi donc, les lieutenants du Yoake qu'ils étaient censés exécuter à terme avaient trouvé la mort d'une bien toute autre façon.

Dire que pendant des mois, ils s'étaient entraînés avec un seul but en tête : prendre Taiyô, et que maintenant la Capitale gisait en ruines sous plusieurs couches de sable. Qu'ils avaient infiltré même la Garde, apprenant par cœur tous les fonctionnements possibles, dans le but de se retrouver face au Yoake... et qu'ils gisaient à présent la face dans le sable, ou du moins ce qu'il en restait. C'était presque risible. L'Impératrice serait ravie.

Puisant dans ses dernières réserves, Sharrkan créa deux clones.

« Le premier retrouve le clan et s'assure que tout le monde va bien. Le deuxième va chercher Keijiro, Ôji, Bogi, Kuuli, Mukuro pour connaître leur situation. Et moi... Je vais aller hiberner pendant quelques mois. »

Le scorpion s'occupait du Soldat, Mukuro était certainement allée retrouver Ashura. Asami était ici-même, tout comme Oroshi... d'une certaine façon. Comme ça, Sharrkan serait rapidement au courant des conséquences pour le Suna no Fukaku-Sha. Même si certaines choses s'étaient passées... Il était toujours lié par le serment et de toute façon, il ne pouvait pas couper les liens aussi facilement.

Et justement, en parlant de liens indéfectibles...

Raizen s'approcha. C'était étrange de le voir avec une telle expression alors que Sharrkan était plutôt habitué à ses sourires narquois. Et si normalement il ne dégageait rien au premier coup d'oeil... Le Kazejin apprenait petit à petit à voir au-delà de ce que le Meikyû voulait bien montrer. Finalement, Raizen était aussi capable de ressentir des émotions.

Néanmoins, le manieur de chaleur ne s'attendait pas à recevoir autant de compliments. Il avait l'habitude d'en recevoir bien sûr, mais ceux-là sonnaient... particulièrement. Légèrement déstabilisé, Sharrkan détourna le regard lorsqu'il ne trouva pas de réponse cinglante à lui retourner.

« Désolé pour Spero. Et hum... Bien sûr. »

Leur dernière discussion était un souvenir encore très frais, sûrement trop. Mais effectivement, ils avaient plein de choses sur lesquelles s'expliquer. Le Kazejin n'aurait cependant pas cru qu'elle arriverait aussi rapidement car... la plupart des sujets s'annonçaient délicats à aborder.

L'adrénaline du combat étant calmée, il sentait à présent les nombreuses coupures qui traversaient sa chair. Certaines auraient besoin de quelques points de suture... Enfin, tant pis pour l'hibernation, ce serait pour plus tard. De mauvaise grâce, Sharrkan s'approcha de l'Amejin qui avait été envoyé un peu plus loin. Et de près comme de loin, le constat restait le même : il était bien mort. Et même si c'était toujours étrange de voir quelqu'un de familier coupé en deux, il ne ressentait que du dégoût devant les entrailles qui s'épanchaient librement sur le sable Kazejin. Il n'allait certainement pas être triste pour quelqu'un comme lui.

« Dégueulasse. Et dire que malgré tout, j'ai essayé de te sauver. Je dois vraiment avoir un bon fond, pas vrai ? »

Ses ongles avaient tout juste fini de repousser et pourtant, Sharrkan sentait toujours un fourmillement désagréable au bout des doigts en repensant à ce qui s'était passé. Mais il en faudrait plus que ça pour le faire flancher. Et alors qu'il allait repartir, quelque chose dans les affaires du psychopathe attira son attention.

« Oh, je suppose que tu n'as plus besoin de ça. Je vais le prendre en compensation, même si je doute que ce soit suffisant pour t'ouvrir les portes du paradis. »

Il se retourna, partant en direction du groupe sans un regard de plus pour le cadavre mutilé.

« Vous pouvez aussi brûler celui-là. »

Spoiler:
 

_________________

Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Metaru Mairu
Metaru Mairu

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Mar 22 Sep 2020 - 22:58
Tempête

feat. [Trop de monde '-']

Un mur de terre se dresse soudain devant toi puis une ombre imposante te voile la vue vers la flèche qui se dirigeait dans ta direction. L'ombre t’adresse une parole qui t’invitait à vivre. Tu n’as pas le temps de lui répondre car ton attention est soudain attirée par la présence du Yondaime qui s’était positionné non loin de toi alors que tu avais tout fait pour l’abriter. Puis l’oiseau au plumage de nuit s’effondre, presque en même temps que le susanoo.

Les actions s’étaient enchaînées tellement vites que tu mets un moment avant de réaliser ce qui venait de se passer.

Voyant le sang qui avait éclaboussé le devant de ton armure, tu crois être touchée à la poitrine mais rapidement tu te rends compte que le liquide rougeâtre n’était pas le tien mais celui de la créature qui s’était interposée entre toi et la flèche du susanoo. Projectile qui avait d’ailleurs fini par être brisé en deux par une attaque de Raizen que tu fixes à présent d’un regard à la fois soulagé et contrarié. Cet homme ne comprenait donc pas à quel point sa vie était importante !? Tu comprenais sa volonté d’avoir voulu te protéger mais sa survie était primordiale. Ta disparition ne mènera pas Kumo dans le chaos alors que la sienne pourrait très bien briser la stabilité naissante du Village Caché des Nuages.

Tu retiens l’envie de fracasser ton poing sur le faciès du Yondaime - alors que celui-ci posait une main réconfortante sur ton épaule - afin de lui faire comprendre ta position vis-à-vis de son intervention héroïque mais o combien risquée pour sa personne que tu tenais tant à préserver de la mort. Mais l’heure n’était pas aux réprimandes. Le calme semblait s’instauré dans le désert mais tu restais cependant sur tes gardes. D’ailleurs, tu avais abandonné ta forme assimilée mais avait gardé ton armure à peine égratignée au niveau du torse. Il semblerait que la bataille était terminée mais tu préférais restée prudente et tu espérais que les autres faisaient de même.

« - Merci brave créature. »

Un murmure adressé à Spero qui venait de se sacrifier pour ta survie alors que son Maître avait posé un genou à terre à ses côtés.

Tu assistes à l’ascension plutôt singulière du volatile géant. Il semblerait qu’il existait un lien étrange entre le kuchyose et son invocateur. Tu ne comprenais rien mais, malgré ta curiosité maladive, tu ne cherches pas à comprendre. Du moins pas pour le moment. Peut-être que plus tard, tu poseras la question au Meikyû.

« - Joli travail Guerrier de lave, fais ton clône à son partenaire improvisé alors que tous deux regardaient le résultat de leur combo. Je suis Metaru Mairu, enfin elle est Metaru Mairu, rectifie ton double en te désignant du regard. Ravie d’avoir combattu à vos côtés, poursuis l’être éphémère tout en tendant une main au Maître de la lave, et non sans craindre que ce dernier la fasse disparaître sous une poignée de main ardente. »

Tu étais certes du genre réticent à collaborer avec un étranger mais tu savais faire preuve de reconnaissance à ceux qui le méritaient.

Puis ton clone s’éloigne, après le clin d’œil du Yondaime, tout en se demandant si ce dernier avait du sable dans l’œil ou l’avait réellement adressé un signe de complicité et de reconnaissance. Tout en s’éloignant, deux êtres lui ressemblant se détachaient du corps de ton double. Les trois êtres à ton imagine se dispersent ensuite pour aller aider ceux qui en avaient besoin et ramasser les corps des kumojin tombés et ce, avant même que le Raïkage n'en donne l'ordre.

« - Vous n’avez pas à me remercier. Je n’ai fait que mon devoir, réponds-tu au Meikyû qui était revenu te parler. »

Tu laisses planer un bref silence durant lequel tu ancres profondément ton regard doré toujours animé par ce déplaisir silencieux dans celui du Raïkage. Heureusement que l’irritation qui t’animait n’était pas assez profonde pour éveiller l’autre qui n’aurait pas hésiter à faire comprendre avec violence et fracas au Meikyû son désaccord avec son acte d’héroïsme qui aurait pu lui coûter la vie.

« - J’ose espérer que vous m’écouterez un peu plus en tant que membre de votre Conseil ! »

Ton timbre reflétait ta contrariété qui avait bien du mal à se dissiper. Ta voix était également teintée d’un reproche que le Yondaime parviendrait certainement à déchiffrer avec aisance.

Pendant que le Raïkage accoste Sharrkan, tu rejoins Moeru. Ce dernier méritait une gifle de ta part pour t’avoir désobéi mais tu ne fais rien. Etrangement, contrairement avec Raizen, tu ne ressentais la moindre irascibilité envers ton cousin. Et, ce n’était pas parce que tu tenais moins à lui. Bien au contraire. C’était plutôt parce que tu l’aimais tellement que tu ne parvenais pas à te mettre en colère contre lui. Au lieu de le réprimander, tu le tires vers toi pour le serrer dans tes bras.

« - Je suis contente que tu sois en vie. »

Tu le lâches seulement après quelques bonnes secondes d’étreinte puis tu attends que le Yondaime finisse de donner les nouvelles directives avant de l’aborder.

« - Vous avez besoin de soin, vous aussi. Je vous accompagne jusqu’à la Capitale … Ne vous inquiétez pas, mes clones et les autres s’occuperont du reste. »

Tu avais enfin retrouvé ta sérénité habituelle mais si le Raïkage osait encore ignorer ta recommandation pour son propre bien alors tu n’hésiteras pas à user de la violence cette fois. Tu préférais cependant ne pas en arriver là.

Soudain, tu te figes alors que les souvenirs du clone qui avait combattu à vos côtés te reviennent. Ton clone, jugeant sa mission accomplie, s’était évaporé de lui-même afin de te transmettre rapidement une donnée importante qu’il avait récoltée.

« - Deux des nôtres sont introuvables, Raïkage-sama : Nakamura Syoto et Hao-Ku Sari. Leurs corps sont surement sous le sable. »

A moins que ceux qui avaient été entrainés par le sable mouvant avaient atterris dans un endroit où ils pouvaient respirés, il était improbable qu’ils eussent survécus. Comment donc allez-vous procéder pour récupérer les corps ensevelis ? Tu doutais fort de la possibilité de détecter un corps sans vie.

« - Vous avez dû faire craquer bien des femmes avec votre clin d’œil, Yondaime-sama, tentes-tu ensuite de plaisanter malgré la situation qui n’invitait pourtant pas à la réjouissance. »

Tu cherchais à détendre un peu l’atmosphère mais, même si tu étais plutôt douée pour cela ordinairement, tu doutais pouvoir réussir ne serait-ce qu’à arracher un léger sourire au Raïkage …



HRP:
 

_________________
4/03. Unité n°3 - Page 2 E9AA4D59F0CEBCA273945A0FE77E778170585673
~ La fin justifie les moyens ~


Dernière édition par Metaru Mairu le Mer 23 Sep 2020 - 9:03, édité 2 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9202-metaru-mairu-completed
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Lun 28 Sep 2020 - 21:42
Si Akimoto connaissait les tenants et aboutissants de ses pouvoirs d'assimilation, il n'en avait fait l'expérience exhaustive. Maintenant sa course en direction des pantins, la flèche de vent décoché en direction du groupe atteint sa silhouette de lave de plein fouet. Son corps s'étira et se déchira sous la pression intense du vent, faisant tournoyer son essence magmatique l'espace d'un instant avant d'être projeté dans toutes les directions une fois le projectile venteux hors de portée. Sous cette forme dispersée, le Borukan n'avait senti aucune douleur malgré la violence de l'attaque. Si la sensation de sentir son corps répartie aux quatre vents était loin d'être agréable, il n'eut qu'à concentrer son chakra afin que sa silhouette massive ne se reforme. Rependant aussitôt ses esprits, l'homme de lave poursuivit sa course d'un même élan tout en formant un orbe tourbillonnant de lave au creux de sa main afin de l'abattre sur la carapace de chakra fissuré qui recouvrait les marionnettes de bois.

L'orbe pénétra l'enveloppe chakratique afin d'exploser au contact du pantin, délivrant toute la puissance et la violence de la technique du Borukan. S'ajoutant à celle-ci, une foulé d'armes métalliques en tout genre avaient fusé vers les pantins, ajoutant à la puissance de l'attaque. Sous une telle frappe, les pantins s'écroulèrent, transpercés, brulés et vaincus.

Devant cette victoire, Akimoto reprit sa forme de chaire et sentit un énorme poids tomber de ses épaules. C'était enfin terminé. Maintenant que ses ennemis n'étaient plus, le Colosse avait le temps de contempler l'étendu des dégâts qui l'entouraient...La stèle n'était plus, du Dieu du Désert ne restait que sable et poussière, et une bonne partie de la capitale derrière eux avait été rasé par la tempête. Aussi bien dire qu'il ne restait plus rien de Kaze. Taiyo était non seulement la capitale, mais également le cœur économique du pays...Il en faudrait beaucoup aux Kazejins pour se relever.

Tout en se dirigeant vers le Raikage et les autres survivants, le Borukan fit émerger de sa silhouette deux clones de magma. Sans dire mot ces derniers divergèrent de la trajectoire d'Akimoto pour aller explorer les alentours à la recherche de blessés et de survivants à aider. Il sentait le poids de sa consommation de chakra excessive peser. Son année dans le coma avait visiblement affaiblit ses réserves et un tel combat titanesque avait testé ses limites au maximum. Mais au moins maintenant ses sens du combat étaient de nouveau aiguisé et ce combat lui avait permis de les affuter au maximum.

- Je n'ai fait que mon devoir Raikage-sama. Et je dois bien plus au Yuukan qu'il ne m'en doit. dit-il énigmatiquement, faisant référence au massacre de Yugure dont il avait été la cause.

Tournant les talons, il se retrouva par la suite nez à nez avec une jeune femme à la peau basanée, la Metaru qui avait soutenu Akimoto tout au long de son assaut des pantins de bois. Son regard était fier et ardent et le Colosse y voyait la même fougue qu'il avait vu dans les yeux de Shûhei par le passé.

- Sans ton aide mon travail n'aurait servi à rien. Je te remercie donc Metaru Mairu...Et je me souviendrai longtemps de cet affrontement et de ta force. répondit-il pour lui rendre les honneurs qu'elle lui donnait.

Akimoto s'écarta du groupe de survivant pour se diriger vers la ville. Il ne tenait pas à s'éterniser plus longtemps. Kumo serait d'une bien plus grande aide que lui pour la suite des choses. Et le Borukan devait penser à Iwa et à Luna. Si les choses avaient dégénérée de la sorte ici, il pensait au pire pour sa terre natale...Et il ne pouvait pas penser aider une autre nation avant la sienne. Esquivant les gravats du mieux qu'il le put, Akimoto quitta la capitale pour rejoindre le désert par le Nord, en direction de Tsuchi...Mais avant, en chemin, un arrêt s'imposait. Lorsque le Colosse se fut suffisamment éloigné des lieux de l'affrontement, ses deux clones finirent par disparaitrent.


Spoiler:
 

_________________
4/03. Unité n°3 - Page 2 Signaki1
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

4/03. Unité n°3 - Page 2 Empty
Mar 29 Sep 2020 - 6:45

La situation était si grave et si particulière. Pourtant, ils devraient tous être en train de célébrer. Malgré tout, la victoire avait un goût légèrement amer. Suffisamment étrange pour recevoir les sympathies de son frère à la chevelure d’argent, le Meikyû se contenta d’un hochement de tête en guise d’appréciation pour celui-ci.

Se devant de garder la tête haute pour le moment, alors que l’ombre du village pensait être sortie de toute menace, voilà que l’assimilatrice témoignait une facette de sa personne qui lui rappelait leurs premières rencontres.

Se faisant cinglante dans ses paroles sans pour autant être garni de haine, cette fois-ci, il ne lui adressa en aucun cas un regard aussi sombre que la dernière fois. Faisant plutôt preuve de compassion et d’intrigue, on pouvait nettement voir qu’il appréciait cette soudaine fougue chez la jeune femme.

Représentant plus ou moins un moyen idéal d’accepter ce rôle symbolique, il savait avec pertinence que le village n’aurait aucun mal à accueillir un tel talent au sein du conseil surtout qu’elle avait à coeur les bonnes choses et les bonnes valeurs aux premiers abords.

-Si je voulais des gens qui pensaient comme moi et qui n’avaient aucune valeur ajoutée, un conseil n’aurait jamais vu le jour Mairu.

Terminant sur ses propos tandis que tous mettaient la main à la pâte, il adressa finalement ses dernières paroles :

-Quant aux corps de Nakamura Syoto et Hao-Ku, je compte tenter de les retrouver si le tout est possible pour que leurs familles puissent les honorer comme il le faut.

Ne pouvant répondre à la taquinerie du clin d’oeil vu la gravité de la situation, le poids des nombreuses vies qu’il avait mis en péril était beaucoup trop lourd pour qu’il puisse prendre le tout avec légèreté. Pourtant, il admirait le geste et tâcherait de le souligner au moment opportun. Or, par respect pour les défunts combattants, il devait au moins essayer.

Si tous étaient aussi insignifiants que les grains de sable dans ce fameux désert, l’idée qu’il puisse utiliser ses aptitudes de nécromants pour détecter les corps et les déterrer n’était pas impossible, mais possiblement difficile. Ainsi, il envoya un de ses clones faire usage de ses talents de détection et de nécromants pour y détecter les nombreux corps.

Sachant qu’il était plus pratique de les sceller pour éviter tout risque au vu des rumeurs qui circulaient, c’était nécessaire dans tous les cas.

Ainsi, son clone se présenta sur les lieux, utilisant une détection classique pour y détecter le chakra résiduel que seul lui pouvait capter à cette fréquence...comme quoi une malédiction pouvait aussi devenir une bénédiction.

En attendant, la vraie version du Meikyû observait Akimoto, cet homme qui avait atteint des sommets avant de retomber de haut. Comprenant par le fait même que celui-ci venait tout juste d’entamer une mission visant à rétablir son honneur, l’héritier de la seconde génération ne put s’empêcher d’ajouter quelques mots.

-Les erreurs du passé ne s’effacent pas et revenir dans le temps n'est pas une option viable. Autant considérer que le seul moyen d'aller dans l'avant réside dans vos actions futures et dans ce que vous comptez créer pour les générations futures. Le Yuukan en sera le plus grand bénéficiaire, à commencer pour cette défense que vous avez faite pour Kaze.

À quoi bon réparer un pot cassé quand on pouvait en créer un nouveau, plus solide et plus robuste sans pour autant en dénaturer le passé… ? Espérant sincèrement que Akimoto comprendrait son message, il poursuivit les opérations lui qui ne jurait que par une chose : le progrès.

Ainsi, les prochaines étapes étaient assez simples : sécuriser les corps des défunts, vérifier l’état de Kaze, guérir les blessés, faire l’état des lieux et s’assurer de stabiliser la situation avant de regagner les terres de la foudre en fonction des grabuges qu'avait fait le Dieu du désert.

Avec un peu de chance, il pourrait mieux discuter avec Meikyû Jotaro si celui-ci avait survécu...pour remettre certaines choses au clair. ... Or, comme toute chose avait deux sens, Raizen faisait partie de ceux qui se demandaient indirectement si le Dieu du désert ne pouvait pas être reincarné dans ce fameux désert... Au regard de ses aptitudes, il avait vaguement eu l'impression que cette créature était très différente de celle qu'il avait vu à Hayashi. Ressemblant en tout point à un assimilateur, cette théorie n'était pas à épargner, surtout pas pour quelqu'un qui savait mieux que quiconque que la mort n'était qu'une façade.

Spoiler:
 

_________________
4/03. Unité n°3 - Page 2 J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578

4/03. Unité n°3

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Événements :: Event n°5 : L'Homme au Chapeau :: Partie n°4, Kaze : Tempête
Sauter vers: