Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le repos du guerrier chanceux [ft Hagashin Eri]

Ashikaga Gabushi
Ashikaga Gabushi

Le repos du guerrier chanceux [ft Hagashin Eri] Empty
Mer 29 Juil 2020 - 16:06
Le chapeau de paille couvrant la silhouette du soleil était toujours là depuis son retour, ses airs de ronin en voyage aussi d'ailleurs. Elle était difficilement reconnaissable et l'associer à la douce et intransigeante Amazone était difficile pour l'instant.

La poussière de la route couvrait partiellement son visage, son kimono vert n'était plus que l'ombre de lui même et ses armes et armures, bien qu'elle en prenait soin, était au delà de ses compétences pour les maintenir en état. Ses lames étaient toujours mortelles et ses flèches à l'empennage dans un piteux état pouvaient toujours ôter la vie, mais il était grand temps de revenir à la capitale du pays.


La silhouette marchait doucement dans les rues de la ville, survolant d'un regard observateur la foule en activité pendant les préparatifs de l'évacuation. Les formes humaines se bousculaient, d'autre portaient des charges lourdes, d'autre encore était plus méthodique dans le changement. Elle comprenait les réactions des Iwajins, toute leur vie était mise en danger et se préparer à sauver le plus de chose était la bonne solution, elle ferait de même si ce qui était important n'était pas déjà dans son dos ou à sa ceinture.

Elle ne s'était pas décidé à aller directement chez elle, préférant laisser ses yeux divaguer sur l'événement qui se déroulait devant elle. Peut-être que la Samourai ne percutait pas encore ce qu'il allait se passer et cette phase d'observation était nécessaire, dans tous les cas son regard se posa sur les onsen et sur ses besoins à elle de redevenir présentable. Les échauffourées et la guerre d'usure qu'elle avait mené contre les bandits de grand chemin de la route du bois l'avait physiquement marqué et faire honneur à son grade autant qu'à sa vocation de la voie du guerrier était mine de rien très haut de sa liste de priorité.

Elle s'arrêta devant l'entrée avec un sourcil arqué en repoussant légèrement son couvre-chef en paille vers l'arrière, vérifiant la présence des gérants et la tenu de l'établissement. Elle était arrivée à point, le plan d'évacuation prochain ne perturbait pas l'activité des onsen pour l'instant. Cela lui permettrait de se rendre un minimum présentable et détendu pour ce qui allait suivre. Son esprit avait beau être d'acier, comme les enseignements de Musashi lui dictaient, cela ne l'empêchait pas de se détendre de temps à autre comme n'importe qui.
Se glissant à l'intérieur, elle se dirigea rapidement vers la partie dédiée aux dames pour se rendre prête, laissant son lourd équipement dans les vestiaires ainsi que son Kimono qui lui faisait peine à voir maintenant qu'il était plié devant elle.

Enroulée dans une serviette, l'Ashikaga était en train de se perdre dans l'examen de son attirail, posé dans les vestiaires, qui était dans le même état qu'elle: fatigué et usé du combat et de la traque. Quand une voix que l'Amazone ne reconnaissait pas la tira de ses songes, se faisant surprendre à la seconde où sa garde se baissa, la première fois depuis longtemps.


- Euuh... Bonjour, enchantée. Je suis Ashikaga Gabushi, Jonin d'Iwa. Dit-elle simplement pendant qu'elle s'inclinait devant la personne qui venait de l'interpeller.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Le repos du guerrier chanceux [ft Hagashin Eri] Empty
Mer 29 Juil 2020 - 19:30
L’évacuation d'Iwa n'avait en rien chamboulé le programme de la forge ses derniers jours, notamment du côté fonderie, on avait entamé les veillées pour préparer l'acier et il avait fallu rester réveiller trois jours et trois nuits : hors de question pour l'héritière de la plus ancienne maison de forge Kurrusienne de partir s’entraîner dans sa vocation de Ninja. Impossible d'abandonner son grand-père et son arrière-grand-père dans le gros œuvre de ce travail harassant qui devrait nécessiter plus de monde encore. Le tout s'était achevé au matin, quand on avait brisé le four en terre pour libérer le magma d'acier. Un labeur difficile dans la chaleur d'un habitacle pas vraiment prévu pour perdre en température, celle-ci devant être extrême pour obtenir le meilleur matériau possible pour le travail des lames et autres armes. La matinée s'était ensuite passée sur quelques petits ouvrages moins tournés vers la forge, préparant une charrue remplie d'affaires, principalement des outils, mais aussi une enclume modeste et un soufflet et quelques autres petites choses du genre. Tout ce qui pouvait être emporté sans gros œuvres. C'est finalement sur les coups de midi qu'Eri pris congé de ses deux parents qui venaient d'ailleurs de fermer la porte du commerce et par conséquent aussi du domaine familial.

Un petit tour aux Onsens, biensur il est courant qu'on y fasse laver son linge, mais la forgeronne avait emporter une petite besace contenant des vêtements propres, bien qu'elle s'y rendit en bleu de travail avec une splendide salopette-tablier en peau tannée et épaisse, un t-shirt salit par le charbon et de nombreux outils accrochés sur le coin gauche de la tenue. De larges chaussures couvraient ses pieds de sorte à se protéger des risques évidents. Les cheveux noués sur l'arrière, le visage tacheté de charbon, suintante et nécessitant un bon rafraîchissement, la demoiselle rejoignit donc les bains. Un endroit qu'elle fréquentait avec une certaine assiduité. N'ayant pas à se soucier du prix.

C'était fort heureusement ouvert et la première véritable étape était les vestiaires. Eri se fit reprendre en manquant d'aller dans ceux pour hommes, pour une habitée, ca commence bien, mais ses cernes ne laissaient aucuns doutes sur son état de fatigue. Il n'y avait pas grand monde du côté des vestiaires : juste une autre jeune femme. Il n’est pas monnaie courante de saluer tout le monde en rentrant quelque part, cependant, même épuisée, son regard ne pus que se porter sur le matériel de la demoiselle et, par déformation professionnelle en un instant en remarquer l'état : C'est pas joli joli à voir, mais ca ne va pas s'arranger en regardant très fort vous savez ! » Fit-elle remarquer tout en déboutant les sangles de sa tenue de protection pour retirer d'abord son t-shirt tout crados. Vivement la douche bien fraîche !

L’autre sortit de ses pensées, et se présenta, limite sur le point de s'excuser alors que c'était bien la forgeronne qui n'avait pas juger nécessaire de passer par la base : elle se gratta au niveau de la pommette un instant tout en regardant vers le plafond avant de regarder de nouveau l'inconnue qui l'était un peu moins : « J'aurai pu deviner que vous êtes d'Iwa » Dans un village ninja on croise rarement des shinobis d'une autre faction... Et Ouai, jusque-là aucune inclinaison respectueuse du haut du corps, juste un clin d’œil a la fin de sa phrase avant de reprendre « Au moins ca explique un peu tout ca » fit-elle en jetant son regard de nouveau sur le tas d'affaires et enfin elle pris la peine de s’incliner un peu « Eri, Hagashin. Mais on devrait papoter après parce que là... » Elle ne continua pas sa phrase, mais bon l'odeur de la sueur devait être assez insoutenable de part et d'autre !

Eri reprit en vitesse de se déshabiller, serviette, baquet et savon pour accéder aux zones de lavage avant l'accès aux sources. Aussi, elle n'avait rien précisé sur son travail ou son statut, en général, la maison Hagashin est assez connue et, au pire, elle ne va pas faire que parler boulot non plus. Bon ok, là, elle avait parlé à la shinobi uniquement par réflexe de travail sinon, elle serait probablement restée dans son coin et aurait fait une bonne sieste dans l'eau...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ashikaga Gabushi
Ashikaga Gabushi

Le repos du guerrier chanceux [ft Hagashin Eri] Empty
Ven 31 Juil 2020 - 14:21
La rencontre était quelque peu étrange et la samourai se dit que c'était la première fois qu'elle engageait une relation en discutant dans les vestiaires des onsen du village. Mais pourquoi pas après tout, le fait est qu'elles tombaient toutes les deux d'accord sur le fait que son équipement était à revoir sérieusement. Un œil d'expert se révéla entre les lignes, son attitude autant que son discours révélait quelqu'un qui s'y connaissait et c'était d'autant plus intéressant au regard de la fille du vent. Regard qu'elle remonta lentement de la position inclinée qu'elle avait prise pendant que la demoiselle lui répondait, pour observer une carrure impressionnante qui n'était pas banale du tout. De la force et de la fougue se dégageait de la Hagashin qui contrastait sensiblement avec la plus calme des Amazones.

Les présentations tournaient court quand elle incita à se diriger vers les bains pour continuer la conversation et Gabushi ne se fit pas prier. La samourai en avait bien besoin et devenait même impatiente à l'idée d'enfin retrouver la civilisation et de ressembler à autre chose qu'à un ronin ou un bandit de grand chemin. Elle se glissa dans une des cabines de la zone de lavage, se rendant ainsi propre pour le grand bain avec une hâte assez inhabituelle avant de se mettre dans une serviette et se diriger vers ce qu'elle souhaitait le plus à ce moment précis.
Son corps qui était éreinté de la chasse et de la marche incessante, de la forêt de bois et de roche qu'elle avait traverser et qui se retrouvait tendu de ces longs mois d'errance et qui lui criait en avoir besoin. Mais son esprit tout autant à vrai dire, Musashi lui avait dit que sa véritable arme était son esprit et qu'il fallait qu'il soit aussi tranchant que sa lame. Mais un tranchant s’émousse et une lame se fissure avec le temps sans en prendre soin. La méditation aidait, c'était certain, mais ne pouvait pas remplacer un moment de pure abandon et de silence comme les onsen pour apaiser l'âme.

Elle en oublia presque la présence d'Eri, elle venait de se rencontrer et elle semblait assez intéressante pour que l'Ashikaga se penche sur elle pour une conversation, en plus des présentations polis précédentes. Elle se glissa dans l'eau en enlevant sa serviette une fois que sa pudeur fut conservée avant de se diriger vers un des bords du bain pour poser son dos. Un grand soupire de soulagement se fit entendre, coupant le silence pendant que l'Ashikaga oubliait l'étiquette quelques instants. C'était un délice de se retrouver là et à dire vrai, elle n'y croyait que très peu sur les routes boueuses menant au pays du bois.
Elle jeta un regard vers la Hagashin, avant de rougir légèrement au son qu'elle venait de faire, faisant comme si de rien était elle se décida à relancer la conversation suspendue depuis les vestiaires.


- J'ai l'impression que vous avez l'œil pour l'équipement, Eri-san. Dit-elle, ignorante du nom de famille et de sa possible renommée dans le village. Vous êtes artisan ?

Ses bras faisaient des ronds lents dans le bain pendant que ses yeux observaient la demoiselle à ses côtés, elle était visiblement plus forte et imposante que l'Ashikaga qui avait un corps de guerrière agile. Elle devait avoir besoin de cette force dans son quotidien... Elle s'était donc fait une petite idée de ce que pouvais bien faire Eri dans la vie, mais elle attendait poliment que celle-ci se présente pendant que les bienfaits du bain se faisaient ressentir.

- Voyez-vous, outre mes besoins immédiats au niveau de la maintenance de mon armure et mes armes, je suis aussi sensei de Bukijutsu à l'académie Hashira. Ses yeux s'élevaient pour admirer le ciel pendant sa réflexion avant qu'elle ajoute. Maintenant que j'y pense sérieusement, on a pas mal de travail de ce côté-là aussi pour que les élèves étudient dans de bonnes conditions.

Elle laissa sa phrase en suspend, laissant la Hagashin donner son avis sur la question un peu voilée

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Le repos du guerrier chanceux [ft Hagashin Eri] Empty
Ven 31 Juil 2020 - 19:51
La suggestion d'Eri sembla mettre tout le monde en accord, et permettait aussi à son interlocutrice de s’éclipser si l'idée d'une conversation ne l’intéressait pas. D'autant qu’elle l'avait interrompue dans ses pensées, ce n'était ni très poli ni forcément très invitant au dialogue. Eri se fit plus de bien avec l'eau bien froide de l’espace lavage, duquel elle se contenta de la zone de groupe, pour ceux et celles sans pudeur. D’ailleurs, elle y était seule, et après un instant, lors-qu’enfin enroulée d'une serviette elle atteignit la zone semi-extérieure de la source proprement dite, que en fut-elle pas surprise de n'y trouver personne. Du moins, il y avait une mamie qui en terminait puisqu'elle sortirait peu après : rappelant donc que beaucoup étaient trop occupés avec l'évacuation. Eri se contenta de se réjouir de cette nouvelle, au moins si elle se décidait à nager, on ne la regarderait pas comme un drôle de poisson de vase.

La première chose qu'elle fit d'ailleurs, après être rentrée sans remous -alors que si elle avait été totalement seule, elle aurait carrément sauté dedans-, ce fut de s'immerger totalement et de compter dans sa tête, essayant de battre son propre record. Quand elle en ressortit la tête, la Jonin venait à peine d'entrer dans l'eau et lâchait à ce moment précis un soupire de soulagement, qui en disait long sur le besoin du corps et l'attente qu'il avait dû y avoir entre la naissance du besoin et le moment présent. L'instant d'après leurs regards se croisèrent et la rougeur sur les pommettes de la demoiselle étaient tout aussi évocatrice de sa gêne. Eri s'en fichait un peu, à vrai dire, peu pudique et peu habituée aux conventions sociale, elle ne savait pas bien ce qui devait ou ne devait pas être fait, juste certaines choses évidente comme ne pas sauter dans l'eau des onsen, parc-qu’on l'avait reprise plusieurs fois.

Elle se laissa re-couler légèrement de sorte à n'avoir qu'une partie du visage hors de l'eau à partir de la lèvre supérieure, et, elle souffla pour faire des bulles. Écoutant les paroles de son interlocutrice qui avait relancer la conversation, c'est qu'elle n'avait pas tant que ca été dérangée plus tôt. En tous cas à sa question elle arrêta de faire des bulles et prit un instant pour une réflexion personnelle, un court instant avant qu'elle ne sorte sa bouche de l'eau, elle avait finalement pris la décision de ne pas l’éclabousser tout de suite. « Déformation professionnelle, je travaille à la forge Hagashin... » elle se gratta la nuque d'une main, l'air distraite « On est forgerons fondeurs et maîtres » le troisième signifiant plus précisément la forge de katana et de sabres de grande qualité « Mais j'ai pas encore le titre, faut avoir un certain age... » Une moue c’était formée par ses lèvres tandis qu'elle croisait les bras sous sa poitrine, un peu vexée qu'on lui ait refusée même l'opportunité de se présenter pour essayer d'obtenir le rang de maitre... Mais fois d'Hagashin, elle retenterai chaque année !

Un petit plis d'obstination marqua un changement de regard au coin de ses yeux, tandis que la kunoichi évoquai ses besoins sur le sujet, c'était un peu comme ca que tournaient la plupart des discutions d'Eri en dehors du travail, toujours à retourner là-dessus. Bon en vrai ca la dérangeait pas tant que ca. Elle rejoignit à son tour le bord du bassin et s'installa un peu plus confortablement : encore qu'elle aurait pus être motivée pour nager, mais bon ca sonnai discutions d'affaire là. Faut être un peu concentrée « Hashira... Je crois que les premier équipements ont intégralement été forgés par... Nous. » bon biensur, c’était pas juste un 'je crois' mais plutôt un « je sais que », faut dire que les Hagashin ont investit beaucoup pour garder une certaine place d'honneur au sein de ce qu'allait devenir Rokusu. Y compris en exécution de commande à titre gratuit. « … Depuis le temps ce doit être dans un piteux état s'il n'y a pas eu de nouveaux matériels... Surtout entre les mains de débutants... »

Elle étira ses bras vers le haut et se laissa bâiller sans gêne, comme-ci la fatigue rattrapait enfin les traits tirés de son visage et les cernes : « Je doute que vous trouviez n'importe qui pour s'occuper en bonne et due forme de vos équipements en ce moment. De retour à la maison en pleine évacuation, ce n'est pas un peu frustrant ? » fermant les yeux un instant, elle saisit néanmoins le sujet de l'académie « Il y à des élèves un peu âgé qui viennent à l'académie, parfois ? » elle n’avait jamais essayé de s'y rendre, imaginant l'endroit principalement rempli de morveux bien plus doués qu'elle dans les techniques ninjas...
Revenir en haut Aller en bas

Le repos du guerrier chanceux [ft Hagashin Eri]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: