Soutenez le forum !
1234
Partagez

Y aurait-il un sensei dans la forge ? [OPEN]

Hagashin Eri
Hagashin Eri

Y aurait-il un sensei dans la forge ? [OPEN] Empty
Ven 31 Juil 2020 - 0:18
Le travail avait été particulièrement acharné ses derniers temps et Eri n'avait eu que peu de temps pour ses loisirs personnels, le travail à al forge allait de paire avec l'activité du village et les stocks d'acier fondaient à vus d’œil. Il faudrait probablement fermer trois jours prochainement pour en fondre un nouveau stock : car chez les Hagashin, tout est fait maison depuis le travail de fondeur jusqu'à la forge même de katanas. Les feu tournaient donc à plein régime et pour peu, on aurait cru retrouver l'endroit à sa plus grande époque, celle ou son arrière-grand-père était encore un jeune homme. Il n'était aujourd'hui plus qu'un papy rabougri par la taille, mais pas par la masse, probablement bien plus en muscles que nombre de shinobis -cela se justifiant par son activité physique très différente de celle des ninjas-. Tellement qu'il y avait cinq employés à temps plein en ce moment, pour s'occuper d'ouvrages moins importants comme les petits outils ou les renforts de baquet et autres tonneaux.

La chaleur était insoutenable, les épais murs de pierre ne laissaient passer ni le froid ni quasiment aucuns bruits par l’extérieur. Le bâtiment étant conçu richement dans le sens ou l'isolation avait coûté assez cher. Permettant au lieu d'être actif tout en se situant au cœur du village « historique », avant qu'il ne soit Iwa. Encore que ce n'était pas si loin du cœur même de la ville. Un endroit de passage presque obligatoire pour les shinobis désireux d'user du meilleur matériel qu'Iwa pourrait proposer. Eri dans tout ce bazar avait frapper à la masse sur le fer d'un sabre d'une commande spéciale, avec l'aide de son papy et le fer maintenu par une tenaille entre les mains du plus âgé, le long ouvrage avait duré une bonne partie de la soirée et de la nuit, même pas le temps de dormir : s'il fut un temps ou la forge fermait ses portes la nuit, ce n'était plus le cas aujourd'hui.

Ou plus totalement. En effet, la forge proposait un service d'urgence pour les départs en mission, si un shinobi n’a pas l'équipement nécessaire il lui est possible de venir à toute heure pour obtenir l'équipement nécessaire -ou des réparations lorsque possible rapidement-. Du coup, Eri était restée de garde, et avait assez peu dormir, comme de fait exprès, il y avait eu du monde. Et plutôt que de dormir, elle avait passé du temps dans l'arrière court (donnant sur la demeure familiale mais visible depuis certaines rues) à s’entraîner, de son peu de savoir, aux techniques ninjas, bien aidée par un livre, juste un livre en guise de professeur et la nuit passa à une vitesse folle...

...Le matin, fatiguée, elle avait donc décidée de rester dans la partie boutique, ou il faisait clairement moins chaud, plus chaud qu'à l’extérieur, mais moins que dans la partie forge. Deux grandes vitres parcouraient la façade entrecoupées d'une grande et épaisse porte en bois qui se relevait vers le haut pour se fixer au plafond et laisser une large entrée dégagée, l’extérieur indiquait la forge avec une belle enseigne en fer forgé plaquée au murs tandis que l'endroit lui était bardé de choses et d'autres : présentoir à pointes de flèches de toutes sortes, présentoir à sabres, et autres shurikens, on pouvait clairement voir que le gros de l'activité était aujourd'hui tourner vers l'activité des ninjas.

La part des outils étaient elle moins importante. Derrière le comptoir, se trouvait une petite enclume avec un mini soufflet, de quoi travailler des bricoles en direct. De nombreux kits d'entretien étaient aussi disponibles en présentation sur le dit comptoir, comprenant les meilleurs matériaux (notamment de la soie pour tenir les différents tranchants de lame sans les abîmer). Eri s'occupait d'ailleurs de redonner un coup de neuf à un vieux katana qui n'avait plus servis depuis longtemps et dont l'usage devait être purement commémoratif aujourd'hui : un traitement à l’argile pour restaurer la peau du sabre qui nécessitait une certaine minutie, mais n'empêchait pas de s'arrêter pour la clientèle. Assise donc sur un petit tronçon de bois coupé en tabouret sommaire, avec un récipient d'eau, un linge humide et un sec en soie, un récipient d'argile et la lame démontée de sa poignée reposant sur le bois du récipient d'eau, elle grattait avec le doigt, minutieusement.

On pouvait entendre quelques coups de masse et de marteau a bascule provenant de la forge elle-même, tout juste audible. Les yeux cernés et revêtant une tenue de travail en cuir épais arborant la forme d'une salopette par-dessus un vieux haut abîmé et salit par le charbon et l'argile. La demoiselle continuait sa journée qui débutait à peine sans vraiment s'être arrêtée depuis hier. Bientôt d’ailleurs l'une des employées allait commencer sa journée et al remplacer, bientôt, mais pas encore... Et puis, il fallait terminer ce katana pour demain.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini

Y aurait-il un sensei dans la forge ? [OPEN]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: