Soutenez le forum !
1234
Partagez

L’Île aux cailloux bleus

Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

L’Île aux cailloux bleus Empty
Mer 5 Aoû 2020 - 1:41
La chevelure d'obsidienne et son amie au crin doré étaient enfin arrivées sur cette île dont elles avaient si souvent parlé. Un voyage qui avait bien failli ne jamais se réaliser, ou au moins pour l'une d'entre elles. Mais le destin avait repris ses droits et rien ne pouvait entraver cette voie que Sazuka avait choisi. Leur embarcation, fidèle petit navire, s'était échouée sur la plage la plus au sud de l'île grâce aux habiles manœuvres de la Mizujin. Intentionnelles ou fortuites, le résultat fut le même : le navire était maintenant inutilisable.

Mais elle n'en dit rien. A quoi pourrait bien lui servir ce bateau alors qu'elle avait décidé que cette île serait son dernier domicile ? Cela n'avait pas d'importance. Et maintenant, elles pouvaient toutes les deux fouler le sable nacré que la scientifique ne rata pas d'observer et longuement, ainsi que le paysage. C'était ce qu'elle avait imaginé des descriptions que sa moitié lui avait donné. Un morceau de terre au milieu d'eau cristalline, paisible et ravissant. S'imaginer que la guerrière qui l'avait accompagné ces dernières années venait d'ici lui était toujours aussi difficile.

C'est la meilleure décision, avait réussi à se convaincre l'orichalque. Le jais n'avait jamais connu la tranquillité, ne s'était jamais levée le matin sans savoir ce que serait sa journée, sans ignorer les innombrables menaces pesant sur leurs têtes. Venir ici, penser à une vie réelle sans plus jamais avoir à s'occuper des affaires du Yuukan... Lui plaisait. C'était un monde et même une société remplie de cupides ignares. Vivre sans eux, sans s'en occuper était ce qu'il y avait de plus salvateur pour elle. Et tout cela rendu possible par une personne. Par les plus fortes convictions que l'Uzumaki d'Hayashi avait pu percevoir en plus de soixante années.

Ses prunelles ambrées dans le vague, elle ne s'était pas aperçue que la navigatrice aux traits légèrement tirés s'était déjà éloignée mais fut rapidement rappelée à l'ordre. Elle pouvait compter sur Umeka pour lui éviter de se perdre dans ses pensées

"Nous ne sommes pas très loin de... Oh ! Tu m'écoutes ?
—Non... Enfin oui ! Hm pas très loin...
—Oui ! De chez moi ! Tu te souviens pour quoi nous sommes ici hein ?
—Haha oui, bien sûr.
Elle lui sourit une fois son esprit vagabond revenu et la rejoignit.
—Tu vas rencontrer... enfin... alors... sois... comme t'es d'habitude, ok ? Mais faut que t'écoutes ! Pas de rêvasserie ! Il n'aime pas ça."

Elle se frotta la tête en acquiesçant. Elle avait remarqué toute l'assurance et la confiance en elle qu'avait gagné l'originaire du pays de l'Eau. Et maintenant que le lien de subordination qui avait existé entre elles était défait, elle découvrait une nature plus profonde et plus dominante aussi ce qui était fichtrement surprenant. Mais au final Sazuka s'y faisait. "Il", elle savait qu'elle parlait de son père qui selon ses dires était une figure d'autorité, le socle du modèle patriarcale... Parfois ça pouvait avoir du bon, d'autre fois... Cela dépendant énormément de la personne.

Enfin... Elles se mirent en marche, la plage déjà derrière elles.
La docteure se laissa guider au travers des paysages exquis qu’avait à offrir cette petite ile qui ne l’était pas tant que ça ou pas autant que le laissait figurer la carte. En les observant elle se demanda ce qui l’avait poussé à quitter cet endroit tenant tout du paradis d’entre son ciel d’azur et ses eaux au couleur du saphir. Mais elle se souvint, sa soif de découvertes et de tableaux plus merveilleux que ne l’étaient ceux de l’Ile des Saphirs. Au final le sentier qui les séparait de leur destination ne fut pas si long. Elles y étaient arrivées bien avant que le soleil ne commence à décliner. C’était un tout petit hameau qui sortait de terre entouré de petite collines rocailleuses et ce qui devait être un mausolé le surplombait.

“Ma maison… ‘enfin celle de mes parents est par là, et cette heure père doit être en train… de s’entraîner. Et mère en train de…
—De ?
—Faire pareil, je suis sûre.
Elle s’était esclaffée.
—Ca risque d’être un peu mouvementé, je reviens ici sans… Gyomo.
—Je m’en doute…”

Des situations exceptionnelles et même stressantes, elle en avait connu mais à cet instant l’anxiété la marquait davantage qu’à n’importe quel autre. Inédit était le mot idéal pour décrire ce qui allait se jouer dans le village natal de la guerrière au regard sodalite. Elle lui indique au passage la maison, amas de roches brutes solidement assemblées et plutôt charmant ou alors pittoresque. Elles ne s’y arrêtent pas, continuant plus loin vers un bois clairsemé.

Des tintements de chocs métalliques les atteignaient, sinuant entre les boulots et les guidant, bien qu’il fut plus probable qu’Umeka connaisse ces bois assez pour n’avoir aucun besoin d’y être guidée. Et enfin, après un temps qui lui était apparu comme trop court; ces deux personnes, ses parents; se dressaient arme à la main. La femme de Tetsu fut saisie par les traits de cette femme tenant une tige reflétant le soleil. Comme deux gouttes d’eau.
Ils les repérèrent aussitôt.

“Que fais tu là ?
Un ton cinglant ou sévère, dur; il devait être son père.
—Rah, c’est ainsi que tu accueilles notre fille ? Père indigne…
Un rire et elle s’approche les bras ouverts.
—Bonjour Mère.
—Ah allé ! T’es pas obligée de m’appeler Mère ! Viens là !
Sazuka fut étonnée, très surprise d’assister à cette scène, inédite.
—Qui est cette personne ?
De nouveau la voix rauque.
—Je vous présente Sazuka, c’est…
—Où est Gyomo ?”
Revenir en haut Aller en bas

L’Île aux cailloux bleus

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: