Soutenez le forum !
1234
Le Deal du moment :
12 + 6 gratuites = 18 bouteilles – Vin ...
Voir le deal
59.99 €

Partagez

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan

Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Jeu 6 Aoû 2020 - 23:03
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Xhvf

Iici, le contraste entre le jour et la nuit n'avait plus d'emprise. Dans cette petite salle d'étude, seule comptait la lueur de la lanterne éclairant le papier dans l'ombre des étagères. Avec minutie, le balafré griffonnait tout ce qui lui passait par la tête, avant de retranscrire avec plus d'application la substance de ses réflexions. Sur cette petite table, une forêt de feuilles se disputaient l'espace dans un chaos ordonné. Qu'il s'agisse de brouillons, de notes au propre, ou de boules de papier, aucune feuille ne semblait ne ressembler à une autre. Tant sur la forme, que sur le contenu. L'érudit alternait entre diverses écritures : tantôt des idéogrammes, parfois une simple alternance entre des points et des traits. Parfois il utilisait des lettres, quand le besoin de coucher sur le papier ses pensées dans sa langue natale se faisait sentir.

Le disciple du Maître des Mots s'appliquait inlassablement à dépasser les limites de la sensorialité. Plus qu'une simple spécialité de sa carrière de shinobi, cette quête dérivait à l'obsession. Mettre en place un langage codé à partir du chakra ne lui suffisait plus; il avait le besoin d'aller plus loin. Il avait ce sentiment d'avoir atteint une barrière absconse : ce moment où l'accumulation des connaissances ne lui suffisait plus pour toucher du doigt ce qu'il explorait.

Dans ce capharnaüm, il paraissait impromptu de déranger Kaguya Shitekka dans ses rares moments de pause, alors dédié à l'étude de la sensorialité. Alors qu'il mettait au point une étude détaillé sur la signature de chakra, il fut interpellé par un des employés du Complexe shinobi où il se trouvait. Le visage, creusé par la fatigue, du guerrier se braqua avec peine vers la présence. Il soupira dans son coin, puis se leva, forcé de coopérer s'il désirait maintenir la main-mise sur cette pièce fort utile dans ses recherches.

Il n'avait pas demandé plus de détails sur la demande qui le força à quitter l'Académie pour la Caserne. Il savait tout juste qu'on avait besoin de lui pour dispenser une formation en ninjutsu. L'aborigène traina les pieds jusqu'à arriver à l'entrée de la Caserne. Là, le représentant du complexe shinobi lui présenta la personne à former, avant de prendre congé.

« T-t… toi, ici ? »
L'or terni des pupilles du senseur dévisagea promptement la kunoichi. Aucun doute, il s'agissait bien d'elle. Cette terrible joueuse aux pépites d'or. Celle qui avait manqué de mettre en déroute le joueur de mahjong riichi. La même qui se retrouva forcée de combattre à ses côtés le temps d'une rixe nocturne.
« On m'a amené ici pour t'enseigner le Ninjutsu… le Doton, plus précisément. C'est ça ? »
L'éclat mordoré de ses yeux de rapace regagna un lustre plus noble, à mesure qu'il s'habituait à la lumière du jour. Son faciès était moins rongé par l'obscurité. Il s'évertua à afficher un air plus coopératif, tandis qu'il tendait une main vers cette femme.
« Puisqu'on va être amené à travailler ensemble aujourd'hui : tu peux m'appeler Shitekka. Shitekka… du clan Kaguya. »



_________________
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Jeu 15 Oct 2020 - 23:20
[invisible_edit]➜ Printemps de l'An 204, Complexe Shinobi de Kiri

Le Vent. En dehors de son plus incroyable don de métamorphose animale et depuis son plus jeune âge, c'était ce que Yasei Reikan avait réussi à maîtriser de la manière la plus spectaculaire possible. Si nul n'avait été en mesure d'incarner son maître sur les pavés de cet apprentissage tempétueux, l'enfant des Bêtes s'était impliquée à force de laborieux efforts dans cette marche contre les vents, dans l'espoir d'en faire ses alliés et de se laisser porter par eux. Et tous ces temps passés à tenter de les apprivoiser ne s'était jamais écoulé en vain, à seulement voir la prodige du Fūton en laquelle la Tigresse blanche s'était muée. Au prix de combats incessants sur cette vague du progrès, elle avait fini par devenir un exemple parmi les génies de l'élémentaire, tant le céleste art qui était devenu sien avait prouvé son efficacité dès son arrivée à la Cité Brumeuse. Pourtant, si sa maîtrise des brises surclassait bien d'autres combattants du monde entier à elle seule, ce qui unissait la Fille du Vent à la Terre était certes solide, mais pas aussi suprême.[invisible_edit]

À côté de ses prouesses faites grâce au Vent, sa maîtrise du Doton demeurait cruellement faillible. Et en parfaite soucieuse du détail, la Yasei aux éphélides haïssait ce sentiment d'insuffisance. Comme un guerrier jamais rassasié de ses rixes à mort, cet affront entre la féline et ses limites n'avait de cesse de la faire vibrer, de la pousser jusqu'au rebord de ses retranchements les plus vertigineux. Au point de la forcer l'éternelle acharnée à éponger sa fierté et la rabattre de côté afin de solliciter l'aide d'une main extérieure, afin de vite franchir une marche trop haute. Fort heureusement pour cette escalade vers les sommets du progrès, cette démarche n'en était que plus facilitée par cette soif d'apprendre toujours plus furieuse qui lui appartenait. Détenir tout ce savoir pour le rendre ainsi plus parfait et le retransmettre à son tour restait, même pour une changeforme au cœur bordé d'adrénaline comme elle, une source de stimulation à ne pas dénigrer sur les routes d'un monde aussi tourmenté par la violence. Et plus encore parce que sa force présentait un intérêt au service du village qui s'apprêtait à incarner le berceau de ses pairs, son développement et ses besoins, parfois tournés vers cette aide mutuelle, s'offraient des places de choix au creux de ses priorités à la veille d'autres guerres, d'autres combats à mener pour l'honneur du Pays de l'Eau.

Mais quelle ne fut pas sa surprise, lorsque la cheffe du clan Yasei s'embourba dans les recherches d'un digne maître du domaine tellurique sur les listes du Complexe Shinobi et qu'elle redécouvrit ce visage torturé par le tranchant, déjà rencontré dans le passé au détour d'une interdite maison de jeux d'argent? Satisfaite d'avoir pu mettre un nom sur cette figure, Reikan ne mit pas plus longtemps à choisir et jeta son dévolu sur Kaguya Shitekka, censé devenir son éclaireur sur la voie du chemin tellurique en tant que bon pédagogue, si ce n'est le meilleur.

Le bandeau du Pays de l'Eau accroché au front, la crinière de jais bercée par le vent marin, la Tigresse blanche attendit la venue de l'enfant de l'Os au devant de cette Caserne. Et lorsqu'il se présenta à elle, la changeforme au teint doré par le soleil de Kaze lui répondit avec son chaleureux respect en acceptant sa poigne de mains, bien que les signes de fatigue qui creusaient son faciès n'avaient su lui échapper. Prête à donner du sien pour mieux chasser les nuages de l'ignorance grâce à autrui, la fille de Ragna paraissait quant à elle en forme, malgré le retour encore frais des dunes ardentes du Pays du Vent.[invisible_edit]

« Enchantée, Kaguya Shitekka. Mon nom est Yasei Reikan. J'ai fait appel à vous avec cet espoir d'en apprendre davantage sur la maîtrise du Doton, notamment sur ce que la Terre a à nous offrir quant aux changements de terrain. Puis-je compter sur vous? »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 20 Juin 2021 - 20:21, édité 255 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Dim 18 Oct 2020 - 19:28
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Xhvf

Passé le filtre de la nuit qui occultait les traits de la joueuse de mahjong, Shitekka put enfin détailler le visage de sa féroce adversaire. Yasei Reikan. Son appartenance à la caste des zoomorphes ne fut pas sans réaction de la part de celui qui hébergeait en lui la conscience du Kamuy hibou. Alors qu'il observait la belle kunoichi, il l'écouta également à propos de son projet d'apprentissage : parfaire sa maîtrise des arts de la Terre. Quelques mois auparavant, Genin de son état, Shitekka se formait lui-même dans la pratique du Doton, aux côtés d'un certain Kagai Inja. Aujourd'hui, voilà qu'il inversait le rôle, pour endosser celui d'instructeur. Un honneur, bien qu'il ne s'en enorgueillit point. Au contraire, après un regain d'énergie de la part de l'érudit, ce dernier se racla la gorge avant de porter son dévolu sur Reikan.
« Tu peux me tutoyer, Yasei Reikan. Nous sommes tous deux soldats de la Brume, et même si je suis ton instructeur, ce n'est que temporaire, le temps de t'aider dans l'art du Doton. »
Par cette même réflexion, Shitekka formalisa dans le même temps sa volonté de consentir à aider la kunoichi. Peu enclin à s'encombrer du respect de la hiérarchie, il y voyait là au mieux une façon de sous-estimer inconsciemment son vis-à-vis, au pire une insulte. Une brève analyse de l'énergie que dégageait Reikan révéla au ninja traqueur qu'elle possédait un imposant chakra. Pour lui, sans connaître la position dans l'armée de la Brume de cette dernière, il allait sans dire que les deux Kirijins partageaient une puissance quasi-équivalente. Fatigue ou temps de réflexion, impossible de le dire, mais l'enfant de Saroruncasi prit quelques longues secondes pour se poser. Après quoi, le regard de rapace se posa à nouveau sur celui de Reikan, alors qu'il s'étira les mains sur la taille.
« Bien, je te propose de faire une démonstration de ce que je sais faire. Après quoi, on verra ensemble comment t'aider en la matière. »
Sans plus tarder, il fit volte-face, et se dirigea derechef vers l'extérieur de la Caserne. À l'issue de quelques minutes de marche en silence, le tandem se retrouva dans un grand terrain vague, bien loin des bâtisses du Complexe shinobi. Le sol, d'un plat ennuyeux, était d'une grande simplicité. Pourtant, on y devinait là le théâtre de lourds affrontements entre guerriers du Brouillard. La terre, maintes fois brutalisée, éventrée, faisait l'objet d'un soin particulier du personnel du complexe shinobi. Cette platitude stérile, comme la traduction d'un équilibre permanent entre baroudeurs et protecteurs du lieu.
Aujourd'hui encore, il fallait rompre cet équilibre.

Au beau milieu du terrain, le Kaguya fit signe à Reikan d'observer attentivement. Le balafré commença alors à composer quelques signes incantatoires. La vitesse d'exécution fut ajustée de sorte à ce que la kunoichi puisse décomposer à sa guise cet algorithme antique qui modulait le chakra terrestre du guerrier. Ceci fait, Shitekka effleura le sol de sa paume, alors un genou à terre. Soudain, la magie du Ninpō opéra. L'apparente dureté immuable du terrain fut altéré par le chakra du Kaguya. Çà et là, le sol s'enfonçait par endroits, alors qu'un marécage entier se formait dans les parages. La technique du guerrier conféra à cet endroit une viscosité inattendue, qui n'avait rien à envier aux Marécages Brisés en contrebas.

« Doton, Yomi Numa : les marécages des limbes. Une technique Doton assez emblématique dans l'art d'altérer un terrain. »
Comme pour faire montre de l'efficacité de sa démonstration, Shitekka préleva un caillou près de lui, et le lança aussitôt au centre du marais. L'objet retomba en cloche, et s'enfonça aussitôt dans les profondeurs fangeuses, avec un bruit caractéristique, certes peu ragoûtant, mais qui confirmait bien la performance du guerrier.

Après cette première exhibition, l'enfant de Saroruncasi se décida à passer à la suite. Il abandonna sa position, se remettant à hauteur de Reikan, et révéla une seconde série de gestes incantatoires. Si les mudras différaient, le procédé restait sensiblement le même, tandis qu'il apposa encore sa dextre contre la terre.

« Irushka-i-koro Mosirkara kamuy. »
L'incantation exotique précéda un curieux soubresaut tellurique. La terre trembla de plus belle, et bientôt, l'imposante tourbière artificielle fut parée de deux grandes ailes minérales, garnies d'épieux de pierre. L'édifice, sous l'impulsion du chakra de Shitekka, s'écroula sur lui-même, pareil à un gargantuesque piège à loup. Les deux mâchoires mégalithiques s'entrechoquèrent dans un fracas tonitruant, pareil à un feu d'artifice de pierres de toute taille.
« De la terre à la boue. De la boue à la pierre. Voilà toute l'étendue du Doton appliquée sur son environnement. Dis-moi quelle voie t'intéresse, et je ferai le nécessaire pour t'épauler sur cette voie, Reikan. »

Spoiler:
 

_________________
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Ven 30 Oct 2020 - 21:47
[invisible_edit]Le Kaguya ne faisait pas preuve d'empressement à la tâche, mais cette remarque sur le tutoiement fut en mesure de mettre à l'aise celle qui s'accrochait ne serait-ce qu'un peu au respect de la hiérarchie de la Cité Brumeuse. Entre combattants pour des mêmes cause et bandeau, l'enfant des Bêtes et l'enfant de l'Os pouvaient se permettre de mettre à l'écart cette barbante marque de politesse, plus encore à partir de l'instant où elle n'incarnait finalement qu'un poids entre deux guerriers du même niveau. Si l'instructeur de la Terre avait pris l'audacieuse peine de jauger la puissance de son élève d'un jour, celle-ci ne s'était pas permis la même chose, puisqu'elle n'y trouvait pas un grand intérêt dans son apprentissage. Malgré son appétit de savoir dévorant, son envie de connaître de quel bois pouvait se chauffer son adversaire d'antan au Mahjong-riichi, Yasei Reikan s'efforça de mettre sa vibrante curiosité de côté afin de porter toute son attention sur l'œil de rapace.

Ses paupières, enveloppes de ses prunelles d'azur, se mirent à se plisser afin de scruter la première série de signes incantatoires affichée à sa vue. Sans poindre ni mot, ni geste, la métamorphe mémorisa les mudrās et observa le phénomène qui les rendit puissants et beaux de sens. D'un compact terreau, rendu martyr par les entraînements répétitifs des enfants de la Brume, le sol en-dessous de leurs pieds se laissa pétrir et devint un terrain où fanges et boues s'embrassaient, où instabilité et danger restaient maîtresses en permanence. Et pour cause, la Yasei aux intrigantes éphélides put se rendre compte de l'ampleur du changement au moment où la Terre, qui d'habitude nourrissaient tous ces Hommes et les accueillaient lors de leur trépas, se rendit périlleuse au point d'avaler le caillou lancé par son camarade. Mais Shitekka n'entendait pas s'arrêter à cette seule transformation de l'environnement terrestre. À nouveau, ses pupilles myosotis s'attardèrent sur les préparatifs de la prochaine intervention de son frère d'armes. Si bien que de sitôt cette boue, malléable mais dangereuse, laissait d'ores et déjà sa place de reine du terrain à la roche, plus dure et aussi menaçante qu'elle.

Les crocs rocheux se cognèrent l'un à l'autre, laissant crier le fracas de la Terre aux alentours.

Au-delà de l'incantation de cette seconde démonstration qui lui avait claironnée comme étrangère à ses oreilles, la changeforme reçut les propos de son vis-à-vis et pesa le pour et le contre de ce qui venait de se dérouler juste devant ses perles. Quelques secondes lui ainsi apparurent nécessaires pour faire son choix, au cours desquelles son regard prédateur analysait avec soin tant la mollesse de la tourbière par endroits que la solidité des épieux à d'autres.

« Ton dialecte me pousse à croire que tu es un Homme plein de surprises. J'admets être séduite par la force des crocs nés d'une union entre la Terre et ton chakra. Mais avant de m'attarder sur le côté vraiment offensif permis par l'art tellurique, c'est le talent à pouvoir façonner des marécages aussi absorbants que les tiens qu'il me faut à l'heure actuelle. »

La Jōnin rompit le contact visuel avec le balafré, pendant même que ses pas l'amenaient à seulement une poignée de mètres de ce combattant. Sur place, l'entièreté de son corps demeura immobile avec pour la seule exception à une telle règle du stoïcisme ses chevilles qui, à travers les sandales, tâtaient, testaient, étudiaient l'état de cette terre suppliciée après de telles prouesses. Comme un prédateur qui s'obligeait à voir, entendre et sentir par les seules vibrations terrestres, la Tigresse blanche se plongea dans une bulle d'accalmie, à la veille d'un ahan parmi d'autres. Puis, après ce léger instant de concentration, elle déchira le silence en règne pour mieux se laisser guider par Shitekka.

« Aurais-tu un premier conseil pour m'aiguiller sur cette voie, dans ce cas? »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 20 Juin 2021 - 20:25, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Dim 8 Nov 2020 - 14:20
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Xhvf

La prose énigmatique de la joueuse de mahjong avait le don de titiller son instructeur du jour. Alors qu'il lui proposa le choix quant à leur session d'apprentissage, il arqua le sourcil devant la réponse de Yasei Reikan. Malgré avoir entendu la requête de la Kirijin, il se contenta d'acquiescer de la tête en ajoutant une réponse de son cru, son fameux:
« Ok. »
Il n'eut le temps de se concentrer à l'élaboration d'une méthode d'entrainement que la jeune femme aux parures mordorées s'éclipsa de quelques mètres, le temps d'apprécier de plus près le travail de son formateur. Cette inspection offrit davantage de temps au Kaguya de sang-mêlé, qui mit de côté son différend linguistique pour se concentrer sur l'essentiel. La Tigresse, désireuse de maîtriser le Doton dans sa forme la plus souple, se retourna finalement auprès de son ancien adversaire. Shitekka marqua un temps avant de lui répondre. Son attention était déjà toute tournée vers elle, et sa quête de savoir. Il essaya de mettre des mots sur ses sensations. Sur la façon dont son chakra se mouvait pour réaliser la technique. Exécuter une série de signes incantatoires était une chose. Les mudras se comportaient comme un code, qui modelait la signature du chakra pour la préparer à accomplir une tâche extraordinaire.

L'introspection de Shitekka le conduisit à reproduire mentalement sa démarche. Le balafré agissait cette fois en spectateur, et en acteur, le tout dans le même temps. Il devait comprendre plus précisément comment son chakra se comportait. Dans cette méditation improvisée, le Jōnin agitait les mains dans le vide, sans qu'on puisse réellement comprendre ce qui se tramait dans son esprit. Après quoi, il revint vers Reikan, le visage serein.

« Avant de commencer à mettre en pratique la technique, on va d'abord travailler les bases, oui. Comme tu l'as vu, le Marécage des Limbes exige de manipuler son chakra Doton de façon à le rendre malléable, souple, à lui donner les propriétés de la boue. C'est là une sorte de contradiction avec la nature première du Doton, qui se rapproche davantage de la terre, de la pierre. »
Ses mains se dissimulèrent dans les manches opposées de son kaparamip afin d'échapper au froid. Il poursuivit, avec un ton plus strict que précédemment.
« Du coup, il faut que tu sois à l'aise avec la manipulation de ton propre chakra Doton. Si tu es déjà l'aise avec le sujet, ou mieux, que tu maîtrises également le Suiton, alors ça sera d'autant plus facile. Voilà mon premier conseil : habitue-toi à sculpter ton chakra Doton. De la dureté, il doit basculer vers la souplesse, la fluidité. »
Naturellement, Shitekka suivrait les progrès de Reikan à l'aide de son troisième œil. Dès lors qu'il formula la première tâche adressé à son élève temporaire, son don se braqua sur l'énergie qui se dégageait de la Tigresse. Cet effort lui permit d'apprécier davantage la nature bestiale qui se terrait en elle. Et de lui rappeler une nouvelle fois son ascendance Yasei. Shitekka essaya de négliger au maximum le fauve qui se cachait dans les tréfonds de l'esprit de Reikan pour mieux se focaliser sur leur apprentissage. L'énergie que dégageait la Yasei lui rappelait étrangement celle d'Akane, et donc la sienne, et il se refusa à approfondir davantage le sujet. Il se contenta enfin d'une dernière remarque, afin de ponctuer l'importance de l'exercice qu'il lui confia.
« Cette étape est cruciale. Ce que tu parviens à faire au sein de ton corps, tu devras ensuite le reproduire à l'échelle de ton environnement tout entier. »

_________________
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Lun 9 Nov 2020 - 18:34
[invisible_edit]De la dureté, il doit basculer vers la souplesse, la fluidité. Cette phrase prit un malin plaisir à ricocher entre les parois de son esprit pendant que la Tigresse recherchait à entretenir une toute première approche avec l'apprentissage auprès d'une fagne qui serait reine de bien d'ennuis pour ses ennemis. Sans s'inquiéter des pensées ou encore du comportement de son confrère du Brouillard, elle reçut ses conseils jusqu'au dernier et vint miser toute sa concentration sur ses chairs, par lesquelles passaient tant les marques de sa bestialité si connue que celles de ses éléments. Parce qu'au détour de ses organes et de ses tissus, des dizaines et des dizaines de verrous chakratiques sommeillaient, en attendant de servir la réalisation de miracles, comme de malheurs. À travers ceux-ci et sous leur surveillance autoritaire, la métamorphe entendait se faire une idée des efforts qui allaient lui être requis afin de faire de son plus dur roc, une boue aussi gommeuse et épaisse que les marécages embrumés de l'île-mère de l'Archipel.

Voilà la raison pour laquelle après une brève série de signes distincte de celle qu'elle avait observé la Yasei érigea un mur imposant de plusieurs mètres en vue de préparer le terrain et s'en servir de source pour sa matière. De cette roche minérale, aussi abrupte et rêche que celle des plus solides montagnes, Reikan allait devoir s'en servir de support, de base pour modeler sa forme, sa consistance et la rendre aussi malléable que de la pâte. Il lui fallait trouver un moyen de faire plier la Terre sous la volonté de son énergie tellurique.

technique utilisée:
 

« À l'aise avec mon chakra Doton, je le suis. Espérons que cela puisse m'aider. »

Après s'être rapprochée de son épais mur de pierre et en tâtonnant le sol instable de ses pieds, Gineko* focalisa l'attention sur une flamme chakratique à laquelle il convenait de faire appel en son sein. À l'aide d'une seule main, témoin de sa maîtrise dans le Domaine Ninjutsu, elle redonna vie à la même série de mudrās que Shitekka avait effectué au grand jour, juste avant. Et pour maintenir une telle tension de son corps et de son esprit, ses fins doigts voulurent conserver le dernier signe incantatoire de cette suite ; le mudrā du Tigre. Jetée dans l'inconnu d'une nouvelle façon de concevoir la terre autrement qu'affermie et robuste, la féline emmena avant tout son chakra dans ses jambes pour mieux le propager dans le sol autour d'elle et surtout, au cœur de sa précédente technique à vocation défensive. Lentement, l'énergie née des efforts contractés entre ses pensées et ses entrailles se diffusa de plus belle en cette structure. Après l'avoir façonnée de toute sa superbe, la Yasei aux éphélides devait altérer sa solide constitution pour la rendre aussi bourbeuse que les bas-fonds d'un étang.

Sous les ordres de son chakra dominateur, son mur de terre précédemment dressé vint à présenter des faiblesses. Attaqué par l'énergie qui l'avait fait naître, corrodé de l'intérieur par elle, le flanc tellurique se mit à perdre en solidité, à s'effriter sur une petite portion. Si bien que d'effroyables fissures finirent par la grignoter jusqu'à faire rouler des sacs de poussières terrestres jusqu'au sol. De ces fines particules devenues masses informes, l'Héroïne de l'Eau tenta d'atteindre un aspect plus visqueux ; fort malheureusement, cette petite armée de grains telluriens demeurait fâcheusement secs et anhydres, offrant sur un plateau le désagréable bruit d'une malaxation forcée entre eux. Toutefois, la combattante chercha au moins à leur faire emprunter une forme autre qu'à l'origine, à côté de ce résistant mur qu'elle comptait épuiser à chaque fois qu'elle en aurait besoin. Ces grains, aussi imparfaits et loin d'une pauvre boue pouvaient-ils être, s'embrassèrent les uns aux autres et recherchèrent une allure à adopter.

Concentrée, Yasei Reikan fronça les sourcils, son sensible nez alerté par une odeur... de strigidé.

Par peur de voir ses premiers efforts tombés à l'eau et de laisser l'alerte prendre le dessus sur eux, elle prit les devants. Cette trace olfactive de volatile épargna à son imagination de tourner dans le vide ; les grains privés de forme empruntèrent la silhouette d'un bloc, d'un orbe, d'un être difforme... avant qu'un véritable hibou de poussière ne naisse devant ses chevilles. Après quelques secondes de maintien, la Fille du Vent délia son signe à une main et ouvrit le rideau de ses cils afin d'observer sa création avant qu'elle ne s'effondre.

Un délicat soupir s'extirpa d'entre ses lèvres, face à ce premier échec – et peut-être pas le dernier.

« Entre la légèreté du Vent et la lourdeur de la Terre, il n'est en réalité pas aisé de trouver un juste milieu. »

*Gineko (銀猫, litt: Félin d'argent)

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 20 Juin 2021 - 20:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Sam 14 Nov 2020 - 22:33
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Xhvf

La stratégie énoncée par Kaguya Shitekka était claire : accoutumer en interne son chakra Doton à un paradoxe métaphysique. Plutôt que de se focaliser sur la nature première du chakra tellurique, solide et immuable, il fallait la faire muer pour qu'elle adopte une fluidité, un écoulement, digne d'un liquide. Persuadé que son élève avait saisi la consigne glissée dans son conseil, Shitekka ne daigna pas ajouter d'indications supplémentaires. Après tout, au vu du ton distingué de sa vis-à-vis, et de leur niveau similaire, il n'avait aucune raison de remettre en question ses capacités.

Si l'apparition de ce rempart au milieu du terrain perturba le balafré, la réponse de Reikan tâcha de le rassurer aussitôt. Il l'observa ainsi à l’œuvre avec intérêt, les bras croisés. Plus que de simplement suivre visuellement ses progrès, le Kaguya s'appliqua bien attendu à faire usage de ses talents en sensorialité pour suivre les moindres fluctuations de son chakra.

Maîtriser le ninjutsu à une main n'était pas à la portée de tout le monde. Cela relevait même d'une exception à laquelle Shitekka n'avait jamais assisté auparavant. Cette prouesse de la Tigresse ne fit que renforcer sa surprise et sa confiance à son égard. Devant pareille capacité, le balafré considéra les bienfaits de cette prouesse à une main, avant de se raviser. En bon Maître du Shikotsumyaku, une telle expertise du Ninjutsu paraissait superflue : son seul squelette suffisait amplement. Ses facilités en Doton ou en Katon, en comparaison, n'étaient qu'accessoires, bien qu'utiles.


« Qu'est-ce que… »
Après avoir fait montre de son expertise, Reikan continua de surprendre son mentor. Mais pas nécessairement dans le bon sens, cette fois-ci, alors qu'il marmonnait sa stupéfaction dans sa barbe. Plutôt que s'exercer à sculpter son chakra en elle, Reikan s'efforçait à aller plus loin en s'exerçant à même la pierre. Le résultat final fut à la hauteur des espoirs du Kaguya : le moindre progrès de la Yasei retourna à la poussière.

Toutefois, le natif de Saroruncasi n'eut guère le temps de s'exaspérer devant cette hâte délétère. En effet, dans un ultime effort, la féline trouva les ressources pour faire montre de son Doton à des fins plus… artistiques. Avant de s'évanouir en un tas de poussière, sa création, tiré d'un fragment de son mur, adopta une forme familière auprès du Kaguya. Celle d'un rapace, et pas n'importe lequel… Reikan venait de donner fugacement vie au Kotan-kor-kamuy via son chakra.

La conclusion logique que s'imposa naturellement Shitekka le fit déglutir. Malgré la fierté d'avoir été choisi par le Gardien des kotans, Shitekka avait toujours fait son mieux pour cacher sa seconde nature shamanique. Il ne souhaitait pas revendiquer son statut de Gardien de Saroruncasi pour asseoir une quelconque légitimité ou autorité. Ce don du Kotan-kor-kamuy n'était là que pour protéger les siens. Qui plus est, si sa réputation de Kaguya métissé avait fait le tour de la Brume, le Jōnin tenait à occulter autant que possible ses capacités zoomorphes. Un tel atout dans sa manche s'avérerait toujours intéressant dans de multiples situations.

Entre la crainte d'être démasqué par une représentante des Yasei, et la tentative pénible de cette même Yasei, Shitekka ne savait plus ou donner de la tête. L'humidité lui donna une excuse pour masquer la maigre goutte de sueur qui tomba de son front, alors qu'il chercha une échappatoire.

« Hum. Bon… Tu sautes les étapes. Quand je te disais de commencer par sculpter ton chakra en toi avant d'aller plus loin, ce n'était pas pour rien. Le Doton est plus capricieux que les autres natures en terme de circulation d'énergie. La Terre est stable, robuste. Elle n'a rien de l'eau fluide, du feu qui se répand, du vent qui souffle ou de la foudre qui se diffuse. »
Il marqua une pause, afin de laisser à la Yasei le temps de saisir le fardeau qu'elle trainait dès le début de son entreprise périlleuse. Puis, chassant de son esprit la crainte d'être identifié, il poursuivit plus sereinement.
« Du coup, il faut que tu sois à l'aise avec la manipulation de ton propre chakra Doton. Si tu es déjà l'aise avec le sujet, ou mieux, que tu maîtrises également le Suiton, alors ça sera d'autant plus facile. Voilà mon premier conseil : habitue-toi à sculpter ton chakra Doton. De la dureté, il doit basculer vers la souplesse, la fluidité. En t'entrainant à même la pierre, sans préparations, tu t'infliges une difficulté supplémentaire.

Tu dois revenir aux fondamentaux. Avant d'adopter une nature élémentaire, ton chakra est similaire au courant d'une rivière. Sens le chakra qui circule en toi, et travaille dessus en premier lieu. Change sa nature, donne lui les propriétés du Doton. Puis, sans altérer sa nature, travaille son écoulement, pour qu'il circule en toi comme au repos.

C'est seulement quand tu auras réussi cet exercice que la suite te sera plus accessible.
»
Malgré la sévérité de ces propos, Shitekka espérait sincèrement que Reikan daigne l'écouter sans amertume. Il aspirait également à ce qu'elle porte uniquement son dévolu sur son apprentissage, et non sur cette aura aviaire qui trainait à ses côtés…

_________________
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Mer 18 Nov 2020 - 18:46
[invisible_edit]Sous les conseils avisés de son maître du jour, Yasei Reikan garda du début à la fin de ses propos le regard rivé sur ce hibou de poussières, qui n'avait eu le temps d'apercevoir qu'un pauvre rayon de soleil à travers le brouillard typique du village avant de retourner dans les bras de sa mère, la terre. Pendant un temps, elle demeura aussi silencieuse qu'une tombe en cherchant tant bien que mal à se familiariser avec cette douce manière d'apprendre, de découvrir, en marge des coups et de la brutalité de ses entraînements journaliers. Pour que la Terre vienne à se tordre sous sa moindre volonté, il fallait d'abord qu'elle puisse être en mesure d'écouter son propre corps, ses propres réserves. Mais quelque chose clochait. Dépassée par sa curiosité et cette odeur aviaire qui avait investi son organe olfactif au cours de son premier effort, la féline éprouvait un mal fou à offrir son entière attention à l'apprentissage. Car au-delà du nez de n'importe quel autre humain, le sien se révélait aussi efficace dans la traque que sensible au quotidien ; mais ce détail pouvait aussi bien incarner une qualité qu'un désavantage, qu'une source de perturbation inutile comme présent. Plus encore, la cheffe du clan Yasei était loin d'être une femme dupe malgré son âge, qui tranchait avec cette sagesse et cette rigueur qu'elle entendait nourrir et développer de pair.

Reikan redressa ses perles pour caresser un instant les ramures des arbres qui entouraient le Complexe Shinobi, à la recherche d'un fragment dans la faune environnante qui pourrait être en mesure de faire taire son intuition la plus profonde et en ce sens, lui permettre de continuer son exercice sans arrière-pensée. Pas la trace de regards transperçants à travers toutes les branches, pas l'entente d'un éventuel battement d'ailes à l'horizon. Nul animal à plumes ne traînait dans les parages, sous sa forme la plus pure. Cette battue par les pupilles rendue vaine, elle fut forcée à affronter l'incompréhension sous toutes ses coutures. Le dos tourné à Shitekka, mille et une questions vinrent assaillir son esprit au sujet de ce dernier. Or, les actes capables d'y répondre n'étaient pas à l'ordre de cette heure, consacrée à la pleine floraison de ses progrès au creux de l'art du Doton. En laissant s'embrasser ses paupières de cils et en rejoignant l'obscurité de son psyché, la métamorphe chassa d'un revers de volonté tout ce fichu amas d'interrogations remis à plus tard ; parce que plus tôt la Jōnin en finissait avec ces maudits marécages, plus vite elle pourrait s'attarder sur cette fine odeur qui avait pris un malin plaisir à torturer ses narines jusqu'à lui implanter cette dérangeante idée de rapace dans le crâne.

Il lui fallait imposer le vide en elle.

Comme l'on déchirait une page blanche d'un carnet trop barbouillé d'une encre insatisfaisante, l'Héroïne de l'Eau fit table rase des petites voix qui piaillaient dans sa tête. Debout, ses fins doigts s'entremêlèrent les uns aux autres devant son ventre pour le mudrā du Dhyāni et polariser chaque particule de sa concentration sur son corps. D'abord focalisée sur ses chairs, Reikan abandonna les battements de son cœur pour prendre à bras-le-corps le néant de son énergie en sommeil. Il lui fallait trouver, au gré des perturbations extérieures qui se résumaient à quelques brises et odeurs marquées, le cheminement de son chakra. Et une fois que cela avait été fait, elle devait le parcourir. Des chevilles au bassin, des phalanges jusqu'au thorax, en passant par chacun des muscles de ses jambes, de ses bras parfois terrifiantes pattes, la changeforme observa d'un œil supérieur les sillons de son énergie vitale et s'offrit le luxe de les arpenter. Jusqu'à se retrouver au plus près de ses entrailles, à l'endroit où le flux de sa vie s'écoulait en même temps que le flux de son chakra, qui derrière la prison de fer de son carcan corporel tambourinait au cours de ses luttes. Ce puits monstrueux de matière bleutée et informe, source même de sa bestialité, il lui fallait en extirper une partie afin de l'obliger à emprunter la viscosité d'une boue à laquelle elle cherchait à s'agripper pour la faire sienne.

Nombreuses furent déjà en son sein les tentatives, où le chakra se solidifiait trop ou pas assez.

Folles tentatives étalées sur cette poignée de minutes à l'intérieur et qui, par l'extérieur, paraissaient une éternité. Mais immobile comme elle le restait, l'apprentie du jour ne semblait pas vouloir lâcher le morceau. Parce qu'après avoir pris les paroles du balafré à la lettre, le chakra qui l'avait rendue célèbre venait à se faire plus docile, plus malléable. Sur cette lancée de bonne augure, Reikan vint saisir l'occasion sans se précipiter. Sa volonté de marbre s'attela au pétrissage de son énergie, l'étirant, l'allongeant, la faisant fondre en même temps qu'elle lui ouvrait la voie vers les cavités chakratiques réparties sur la carte de son corps. Et si le chakra était beau d'un azur spiritueux dans son carcan physique, en dehors, il adopta une telle teinte châtaigne si typique d'une terre aisément façonnable. Sur les grains de sa peau cuivrée par le soleil du Désert, à divers endroits de son corps, une véritable boue se mit à dévaler sous le joug de la gravité, en vue de goutter au sol. Se faisant de plus en plus abondante, la féline se fit interpellée par la gluante sensation qui harcelait ses sens, sa peau. Et dans cet élan de réussite, elle brisa son mudrā de méditation pour élever la dextre juste devant ses pieds.

Si elle pouvait produire de la boue, il lui fallait désormais la rendre reine sur le terrain.

Ses phalanges se plièrent jusqu'à pâlir, comme si elle entendait sortir les griffes de coussinets invisibles. En visant le sol, Shiroitora* chercha entre-temps à faire basculer le poids de tout son chakra jusqu'à ses talons pour le pousser à aller investir le sol sous ses semelles. Et alors, les premiers fruits de ses efforts apparurent dans le décor terrestre. Ses appuis peinèrent à demeurer solides, sur un fin périmètre rendu aussi bourbeux qu'instable. Mais les premiers signes de fatigue la rattrapèrent également. Une goutte de sueur s'échappa de ses tempes, maintenant que sa dextre s'était mise à en trembloter. Après une telle prestation, Reikan se confronta à une autre frontière hors de ses sangs ; celle de la difficulté du terrain, qu'elle n'avait pu affecter avec brio que dans sa seule proximité. Ne demeurait plus qu'à obtenir le moyen de forcer l'extension de ce miracle, pour faire de n'importe quel sol son terrain de jeu, de chasse.

Elle reprit son souffle pour retrouver la limpidité de sa voix, avant de s'exprimer.

« ...Il faudrait être un monstre pour espérer maîtriser la Terre avec une perfection comme la tienne en si peu de temps, pas vrai? »

Un faible sourire se dessina sur son visage.

Car au fin fond, l'Éclair de la Brume le savait ; elle voulait relever ce défi et rivaliser avec celui pour qui des soupçons étaient nés. Avec cet homme, dont l'odeur ne pourrait jamais tromper Yasei Reikan.

[invisible_edit]
*Dhyāni (霊, litt: Âme universelle)
*Shiroitora (白い虎, litt: Tigresse blanche)

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 20 Juin 2021 - 20:37, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Dim 6 Déc 2020 - 23:07
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Xhvf

Reikan n'eut guère longtemps avant de rebondir sur son égarement. Après la gronde de son mentor d'un jour, la dame aux traits félins abandonna toute tentative de façonner son environnement, et décida en premier lieu de façonner son propre monde intérieur, avant de reproduire le monde extérieur à son image. Un conseil de Shitekka qu'elle appliqua avec une concentration déroutante. Si la zoomorphe se plongea dans son univers intérieur, à la recherche de la maîtrise de son souffle spirituel, le Kaguya plongea à ses côtés. Discrètement, silencieusement, il sondait avec son troisième œil le moindre soubresaut de son âme. La moindre vague qui se levait çà et là sur chaque fibre de son corps. Malgré sa carapace de chair, l'intimité éthérée de Reikan n'avait aucun secret auprès de son vis-à-vis.

Il sentait en elle une profonde concentration. Une introspection parcellaire, visant à mobiliser chaque partie de son corps exposé au chakra. S'il suivait Reikan dans l'exercice de sa maîtrise du chakra, le balafré n'était pas indifférent à sa seconde nature. Impossible de ne pas nier cet esprit animal qui résidait en elle. Pareil à deux yeux fauves tapis dans l'ombre de la pensée, la seconde nature de la Yasei guettait passivement l'observateur qu'était Shitekka. La renommée de la Tigresse blanche, exécutrice du traître Ao, avait fait le tour de l'Archipel, et avait traversé les mers. Son obédience au clan des zoomorphes n'était un secret pour personne, tout comme sa prise de pouvoir après avoir rallié les siens depuis Kaze no kuni. Pourtant, cette rencontre avec le tigre intérieur de Reikan sonnait comme une découverte surprenante. Ou plutôt, une redécouverte de cette femme qu'il avait appris à connaître autour d'une table de mahjong.

Après avoir fermé les yeux, pour les ouvrir sur son propre être, Reikan passa à l'action. Le chakra constituait le fruit de l'alchimie entre le corps et l'esprit. Ses efforts permirent à la Jōnin de mobiliser son enveloppe charnelle avec son âme pour parvenir à maîtriser consciemment son énergie. De ce courant pur, d'un azur surnaturel, l'épreuve consistait à insuffler la nature de la terre, sans altérer la fluidité de ce courant. Dans la précipitation, l'apprentie avait sauté les étapes, tentant d'altérer l'environnement avant d'influer sur l'énergie qui investiguait ce changement. Dorénavant, elle se focalisait sur son chakra pour lui donner la nature de la boue. Les minutes s'écoulèrent dans un silence hurlant de concentration.

Bientôt, la sueur se changea en glaise. Sous ce signe curieux, se cachait la réussite de la Tigresse. La peau de la Tigresse exsudait l'objet de son apprentissage, avant qu'elle ne mette fin à l'exercice. Les bras croisés, l'Urumi approuvait de la tête les progrès de son élève transitoire. Sans dire mot, il laissa cette dernière faire tandis qu'elle reprit la dure tâche de soumettre le terrain à son imagination. Maintenant que son chakra épousait les propriétaires de la boue, Yasei Reikan possédait les outils conceptuels pour travailler concrètement la terre.

Cependant, malgré des progrès convaincants de la femme-fauve, la torpeur prit le pas sur la détermination. La force de volonté nécessaire pour dompter son chakra épuisait l'esprit comme le corps. Si la terre commençait à s'assouplir au gré des tentatives de Reikan, la fatigue lui imposa de s'arrêter pour reprendre des forces.

« Au vu des progrès que tu fais en si peu de temps, on peut dire que tu te rapproches de ta définition d'un monstre, s'amusa Shitekka. Avant d'arriver à Kiri, je n'avais jamais maîtrisé mon chakra, sauf pour utiliser sommairement mon squelette. J'ai mis longtemps avant d'être à l'aise avec le contrôle du chakra, puis des éléments.»
L'Urumi avait fait effectivement un long chemin avant de parvenir à ses capacités d'aujourd'hui. Un succès qu'il attribuait à son lien avec les kamuys : Mosirkara Kamuy, le façonneur de monde, avait béni sa maîtrise du Doton. Huci-kamuy, matriarche du foyer, et Tokapcup-kamuy, déesse solaire, elles, lui accordèrent le don du Katon.
« Tu mérites de prendre un peu de repos. Tu en as déjà fait pas mal, j'espère que tu te rends compte. Considère que tu as parcouru la moitié du chemin. La partie la plus pénible est derrière toi. Maintenant, tu vas pouvoir t'exprimer à travers la terre, et la modeler selon ton souhait. »
Le temps de quelques minutes, le chasseur de Saroruncasi cessa de sonder le chakra de son vis-à-vis. Lui aussi aurait besoin de reprendre des forces avant la seconde partie de l'entrainement. S'il n'était pas en première ligne dans cet apprentissage, le seul tribut imposé par son troisième œil suffisait à nécessiter à l'élève comme au maître une pause bien méritée. Assis, les jambes étendues au sol, paumes appuyés en guise de chaise, il reprit son souffle en compagnie de la Yasei avant de passer à la suite. Son regard la fuyait de temps à autre, l'épisode de la chouette de terre lui ayant rappelé de se méfier de cette dernière. Le Gardien de Saroruncasi tenait à éviter d'ébruiter sa seconde nature…

_________________
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Dim 10 Jan 2021 - 17:49
[invisible_edit]La Tigresse blanche traumatisa ses bronches, à force de souffle. Si ses réserves étaient encore solides, la vision d'une aussi facile extraction paraissait moins évidente à ses yeux. Parce que même si ce que l'on nommait le chakra, beau d'une puissance sans pareille, semblait se dorloter dans des puits parfois sans fond en apparence, nul bon guerrier en ce monde ne connaissait pas les freins, les limites à sa progression ; les obstacles du corps et l'esprit, auxquels tous demeuraient enchaînés et devaient obéir au risque de voir leurs chairs pourrir et leur conscience se raidir sous l'effet du temps et du trépas. Parmi eux, Yasei Reikan avait appris à vivre avec le poids de ses souffrances, ses cicatrices, ses faiblesses. D'une patte forte d'élégance et d'ambitions, elle avait su apprivoiser ses craintes et faire taire leur maudite voix pour mieux les assujettir à son service et les rendre aussi acérées que ses crocs, ses griffes. Après une enfance passée à endurer tant d'efforts sous le rythme du soleil, même sous celui de la lune, la féline savait mieux que quiconque la place de choix que devait se forger le repos en son cœur, dans les rangs incomptables de ses ahans.

Car si son esprit ne voulait se limiter, son corps le lui ordonnait même sans voix.

L'Héroïne de l'Eau reprenait sa respiration, avant d'abattre son regard myosotis sur son homologue du pays. Amusé par cette remarque, il se confia d'abord sur ses propres talents avant de recommander les profits d'une pause au beau milieu de l'apprentissage. Du coin de l'œil, elle l'observa prendre place à même la terre parfois couverte d'herbes et de fleurs printanières. Loin d'avoir peur de salir sa tenue de Jōnin parsemée d'apparats orientaux, la métamorphe encore couverte de boue par endroits se résigna à faire la même chose et à soulager ses jambes qui lui hurlaient de les ménager, les vectrices de son énergie livrée aux souterrains. Ses mains s'en allèrent sitôt près de sa sacoche ninja, afin de récupérer un élégant tissu qui renfermait des boulettes de riz à la forme assez atypique. Son attention attardée sur leurs rondeurs, la Fille du Lion huma discrètement l'air ambiant sans bouger d'un poil et se fit à l'idée. Ses pensées faillirent la perdre une autre fois mais, par un élan de générosité, ses doigts enveloppèrent une des préparations de riz toutes portées par une algue nori pour la tendre vers Shitekka.

onigiri de reikan:
 

Cette proposition refléta le seul moment où la changeforme s'autorisa à le zieuter de face et en silence, avec des traits dénués d'une gêne humaine qu'elle ne connaissait pas, malgré les sentiers parcourus à travers notre globe. Ce détachement particulier collait toujours aux pattes de Reikan, l'enfant des Bêtes plus que des Hommes. Et qu'il accepte sa part ou non, elle ne tarda pas à s'en détacher en la donnant à la main de son camarade ou en la remettant dans le torchon, pour profiter de sa propre portion de riz blanc. Si elle avait pu regretter cette pause au départ, le fait d'avoir quelque chose sous la dent lui fit aussitôt ravaler sa déception, pour le plus grand plaisir de ses entrailles – qui, malgré cela, restaient sur leur faim. Pendant plusieurs minutes, l'Éclair de la Cité Brumeuse profita de son appétence en déclin dans le but de recouvrer ses forces, tourmentées par l'adrénaline et sa volonté à pousser ses frontières comme si elles étaient des blocs de pierre. Mais son esprit, lui, restait péniblement sujet à cette fichue arrière-pensée qui peinait à ne pas peser dessus.

Ses yeux se mirent à observer le vent et les brins de la flore qui dansaient autour de sa dextre.

« Qu'il en reste le résultat d'un leg du sang ou d'un travail de longue haleine, le chakra sera toujours grandiose pour les Hommes. Il est vrai que de tels liens avec les éléments tous autant qu'ils sont, nous rendent maîtres de véritables prouesses divines, ici-bas. Leurs fruits deviendront miracles ou horreurs, c'est à chacun de nous d'en décider. »

Ses fins doigts se refermèrent sur eux-mêmes à la fin de cette brise, pendant que son sang tamponnait contre ses veines.

« Mais en marge de toutes ces affinités si utiles, il n'y a rien que j'admire plus que ce don de métamorphose qui m'a été donné à la naissance. Sans lui, je n'aurai pas su trouver la force d'avancer et Yasei Reikan n'aurait été qu'un douloureux rêve inatteignable. C'était pour le préserver, ce don, et les faire grimper à cette hauteur, que j'ai décidé de m'appuyer sur ces éléments nés de mon chakra. »

Kaguya Shitekka pouvait bien se cacher derrière autant de rideaux que de masques. Mais Yasei Reikan était loin d'être sotte. Sa frustration de ne pas encore pouvoir lever le voile de ce mystère et de tenir sa langue au gré de la leçon s'était envolée, piétinée par l'impatience de venir à bout de cet apprentissage dont la fin peinait à se profiler à un horizon qu'elle pouvait toucher du bout de ses doigts, du bout des griffes. Aux portes de ses réponses à l'égard du Gardien de Saroruncasi, la Fille du Désert s'aida d'un de ses poignets pour se relever et laisser ses affaires à la merci des sols. Quelques pas l'éloignèrent de notre lieu de repos improvisé, afin de l'emmener à l'endroit de torture tellurique où les fondements de son mur marquaient encore la terre. De nouveau ses mains formèrent le mudrā du Dhyāni afin de concentrer son psyché sur les passerelles de cette énergie mouvante qui grouillait en elle, si bien qu'elle en oublia ses narines toujours saturées par cette odeur rapace. En le répétant inlassablement, la Tigresse blanche se familiarisa avec ce processus et en mémorisa les grandes lignes, avec cet espoir de pouvoir libérer au moins une de ses mains. Et, alors même qu'elle venait de retrouver une partie de sa mobilité, la féline formula une nouvelle série de signes incantatoires, sensiblement similaire à celle exécutée plus tôt par l'enfant de l'Os sous ses yeux.

Sans attendre, Reikan sentit la terre se tordre, s'entortiller, se défaire de sa plate forme pour devenir si molle et amorphe que la vase. Mais ce beau phénomène, qui avait d'ores et déjà la prétention de ressembler aux plus dangereuses eaux boueuses pouvant exister, ne tarda pas à s'étendre en cercle autour de la cheffe du clan Yasei. Le signe du Tigre maintenu, cette dernière tenta d'étaler son chakra à bien des mètres d'elle, par le seul lien qu'elle entretenait vis-à-vis de la Terre, elle qu'elle voulait dompter au même titre que le Vent. Les sourcils froncés, la guerrière aux éphélides repoussa cependant les alertes données par le corde tendue qui s'était ficelée entre son chakra et le terrain. Loin de démériter la précédente pause, la changeuse de peau musela ses crispations et déploya la boue enfantée par sa puissance sur au moins cinq mètres autour d'elle. La terre, parfois roche sous les semelles de Shitekka, se mit même à trembler et à se torsader à la limite des fluctuations du chakra de Reikan, manquant d'avaler les restes d'onigiri et sa sacoche ninja s'il ne faisait rien.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 20 Juin 2021 - 20:41, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Dim 7 Fév 2021 - 12:53
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Xhvf

L'idée d'une pause fut la bienvenue auprès de la Tigresse, laquelle accepta la proposition de son mentor d'un jour. Les deux ninjas oublièrent l'espace de quelques minutes la maîtrise de la terre, pour s'adonner à quelque repos réparateur. Dans le feu de l'action, l'adrénaline et le stress compensaient la perte du chakra. La fatigue s'accumulait, avant de se décharger au moment final. Shitekka savait qu'en revanche, il en était tout autre lorsque l'éreintement agressait les chairs, érodait le mental. Cette rupture au cœur de l'apprentissage se voulait nécessaire. Il observa sans ciller la kunoichi dévoiler son encas, avant qu'elle ne lui propose une part. Peu accoutumé à accepter une nourriture de sisam, Shitekka se laissa néanmoins tenté, plus par politesse que par appétit. Lui-même considérait n'avoir fait que consacrer son énergie à surveiller les progrès de Reikan. Pas de quoi mériter un encas.
« Merci, Reikan, glissait-il sobrement, avant de porter son dévolu vers la boule de riz, avant de conclure. Poronnoipeyan. »
Malgré le peu d'efforts fournis, le Jōnin fit montre d'un certain engouement à l'idée de se délecter de la boule de riz. L'onigiri ne tarda pas à maigrir à vue de nez au creux de la main du Kaguya, avant de disparaître, quelques minutes plus tard. On se demandait si la boule fut de riz, ou de neige, tant elle eut du mal à subsister contre la peau du guerrier. Cette pause fut l'occasion d'échanger entre les deux shinobis, sans avoir à épiloguer sur les requis nécessaires à la maîtrise du Marécage des Limbes. Non, Reikan aborda sa fascination pour le chakra. Cette énergie mystique qui l'avait amené à se manifester en tant que Yasei, véritable métamorphe, et non comme simple fille du désert.

Quand bien même Shitekka avait assimilé la notion de chakra depuis son arrivé au sein de Kiri, il n'en restait pas moins un fier urumi. Un natif de l'île de Saroruncasi qui avait appris à vivre en harmonie avec la nature, imbibé de principes ancestraux immuables. Ces mêmes principes, au gré de sa carrière de Kirijin, s'entremêlèrent avec des découvertes, des rencontres, qui forgèrent d'autant plus ses idées sur la question.

« Tu sais, je me demande si ce don dont tu parles est réellement issu du chakra… Par le passé, j'ai rencontré des gens comme toi, qui manifestaient un don pour la métamorphose. Kaguya Shyko, l'ancien chef de mon clan, et feu mon sensei, possédait cette capacité notamment. »
Malgré l'évocation de son mentor disparu, c'était pourtant davantage auprès d'une certaine Yasei Akane que sa réflexion s'était articulée. Avec tout le respect qu'il devait envers son ancien professeur, il lui accorda solennellement un silence, avant de poursuivre.
« Quand j'ai rencontré pour la première fois une métamorphe, j'ai senti quelque chose en elle… quelque chose qui dépassait le cadre du chakra. Ce n'était pas simplement de l'énergie. J'ai senti en elle l'esprit d'une panthère qui habitait son esprit. Pour moi, il n'y a pas de doute : les kamuys sont descendus de leur demeure céleste, et certains cohabitent dans l'esprit de rares élus, et leur octroient leur pouvoir. »
Sa longue réflexion tenait plus de l'intuition, exaltée par tous ses sens et ses expériences, que de la certitude. Pourtant, malgré ses journées passées à s'instruire, Shitekka campa sur ses positions. Il laissa à Reikan le soin d'apprécier ou non ses conclusions, avant que la séance ne reprenne. Les deux protecteurs de la Brume se firent face debout, et le Kaguya observa à nouveau son élève éphémère, tant avec ses yeux qu'avec son aura. Avant de plonger plus loin dans sa compréhension de la terre, la Jōnin explora plus profondément encore son être, s'accoutumant aux signes incantatoires que requéraient l'opération du marécage des limbes.

La nouvelle série qui résulta de son ambition eut surpris le Kaguya de sang-mêlé. Ce dernier, bien que silencieux, manifesta à travers son regard mordoré toute l'admiration qu'il éprouvait envers la maestria de Reikan. Quand bien même le doute occultait sa confiance envers la réussite de la Yasei, cette même changeforme prouvait le contraire l'instant d'après. Le sol se mouvait au gré de sa volonté. Progressivement, certes, mais son état évoluait selon les préceptes du Yōmi Numa.

Il s'écoula de longues minutes, au cours desquelles Reikan ne fit que confirmer davantage sa maîtrise de la terre. De longues minutes, avant que l'enfant de l'os ne décide d'interrompre la séance. Son troisième œil le sentait : la Tigresse blanche était sur la bonne voie. Et la présence du balafré serait au mieux une futilité, au pire une gêne à sa progression.

« Restons-en là, Reikan. Je crois que je n'ai plus rien à t'offrir, à ce stade. Maintenant, tout n'est qu'affaire de pratique, et d'ajustements. Pour les jours à venir, continue de t'entrainer à étendre ton chakra dans le sol pour la sculpter à ta guise. Tu as maîtrisé les bases pour aujourd'hui. Te reste plus qu'à peaufiner les derniers détails pour que ce jutsu soit tien. »
Le Kaguya sentait que leur rencontre ne saurait s'en tenir à un tel discours. Même lui, au fond, regrettait presque qu'un tel concentré de génie soit limité à une pratique assez triviale du Doton. Il avait une idée en tête. Curieusement, il s'opposait à la dévoiler. Mais le regard inquisiteur de la fauve l'invitait à livrer ses secrets. Shitekka fixa la Jōnin du regard, avant de céder. Il reprit son souffle, avant de prendre la parole.
« Si tu le souhaites, il y a… quelque chose que je ne t'ai pas enseigné. Ça dépasse totalement ce que je t'ai montré jusqu'à présent. Considère cela comme l'évolution ultime du Marécage des Limbes.

Si tu te sens en mesure - et je t'en sais capable - d'accéder à ce stade, alors rejoins-moi dans dix jours aux marais salants qui s'étendent au sud de Kiri. Là, je te montrerai. Et à ton tour, tu me montreras.
»

_________________
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Mer 17 Fév 2021 - 20:43
[invisible_edit]Faiblir par la fatigue, le squelette de principes de Yasei Reikan lui braillait fort cette interdiction dans les oreilles, jusqu'à l'en hanter par échos dans chaque parcelle de son esprit. En son cœur, la témérité et la persévérance avaient grandi comme deux reines qui se tenaient la main, deux sœurs qui avaient fini par devenir siamoises à force d'entraide mutuelle. Toutefois, aussi belle sa volonté pouvait-elle être, la Fille du Vent ne restait rien d'autre qu'une être humaine, certes garnie d'un don envié et convoité. Mais une humaine quand même, avec ses limites et son seuil de rupture qu'il fallait à tout prix éviter de franchir si elle entendait se parfaire au mieux et au plus vite dans la matière où les progrès continuaient de la harceler et de l'appeler derrière tous ces monts d'efforts encore à franchir. Si elle ne voulait pas tomber de sitôt, l'enfant des Bêtes devait avant tout s'assurer que les stables appuis qu'elle érigeait chaque jour demeuraient de fer, si bien que nul doute ne pouvait s'immiscer entre ses côtes sur ses capacités, de son potentiel dans l'apprentissage de n'importe quelle technique à sa portée.

Le repos était désormais de mise, pour celle qui toutefois ne trouvait la paix qu'auprès de l'effort.

Plongée au cœur de ses pensées, la Yasei à la chevelure de jais s'était mise à réfléchir à cette fameuse panthère qui faisait partie intégrante du cercle de Shitekka. Ses yeux s'étaient rivés sur le sol, pendant que le firmament de son esprit se laissait gangréner par la figure de cette Yasei Akane et de leur toute première rencontre en tant que cousines, en tant que membres d'une même et seule famille. Ce jour-là, d'aucuns auraient pu se moquer à l'idée de voir la sérieuse Panthère noire de Kiri la Grande se réjouir des retrouvailles avec quelqu'un de son sang ; mais dans les cajoles de réconfort qu'elle avait offert à la Tigresse blanche, cette dernière avait trouvé une autre raison d'établir le refus des changeurs de peau au creux de la Cité Brumeuse. Une autre raison parmi les mille autres qui l'avaient animée jusqu'à lors et poussée à se battre pour faire de cet Archipel la plus proche incarnation de son idéal de paix, parmi tous les autres villages cachés du Yuukan. Mais ses songes n'avaient déjà que trop tardé, si bien que le balafré s'empressa de l'en sortir afin d'amputer sans remords la séance d'apprentissage par un temps de repos conséquent, de plusieurs jours. Au plus grand dam de notre fanatique d'ahans, qui pour autant entendait parfaitement les alertes délaissées par son carcan de chair et qui se laissait convaincre par elles.

Ses pupilles d'éther jugeaient du regard la paume de sa propre main, qui ne méritait pas ce surmenage. Mais lorsqu'elle eut ouïe de la proposition du Kaguya, elle releva la tête pour le dévisager et essayer de décrypter ce qui voulait se tapir sous ses propos où planait encore le mystère. Yasei Reikan se laissa surprendre par son discours mais, très vite, ses sourcils se froncèrent et ses traits se tendirent sous un sourire malicieux, borné par sa confiance. Ces deux-là se trouvaient déjà à mille lieues de cette soirée où le Mahjong-riichi lui avait dérobé quelques pépites d'or, à mille lieues de ce temps où le Brouillard n'avait pas encore connu les malheurs d'un Démon à queues ou d'un Dieu du Taïjutsu. Malgré tout, la curiosité de percer les secrets d'autrui et le goût de la compétition n'avaient jamais quitté la féline depuis ce soir de jeux, qui prit volontiers l'occasion en main avant qu'elle ne lui échappe.

« Ces journées de repos seront mises à profit pour le bien de cet apprentissage. Tes précieux conseils n'auront pas été délivrés en vain, Shitekka. Je serai aux marais salants, dans dix jours. »

***

Au Pays de l'Eau, la saison estivale empruntait différents visages selon les îles. Mais peu importe celle sur qui l'on jetait son dévolu, l'été paraissait plus doux que l'hiver. Certains profitaient de sa douceur pour rendre leurs commerces plus abondants et d'autres, leurs services plus attrayants. Les guerriers de la Brume, eux, s'adaptaient à la vie du village sans jamais dévier de leur croisade chez leur pire bourreau, l'effort. Yasei Reikan ne constituait pas une seule exception en la matière, et bien au contraire. Fruit des suggestions de Shitekka ou de sa propre nature, la Jōnin à la réputation de marbre s'efforça de privilégier la relâche sans y établir une réelle entracte au spectacle de sa pénibilité. Terrains vagues désaffectés, marécages brisés et souvenirs funestes des dégâts faits à la Brume par la tortue géante, bon nombre d'entre eux avaient subi pendant la dizaine de jours tant la vue que les secousses produites par la changeforme pour venir à bout d'une maniabilité presque maladive de la Terre et de ses éléments les plus durs, comme les plus malléables. Ces nuits-là, la Yasei aux éphélides en passa une bonne partie à se familiariser avec ce qu'elle avait déjà appris aux côtés du Héros de l'Eau. En passant avant tout par la malaxation du chakra tellurique en son sein, elle devait tâter ses limites une fois qu'il se trouvait mêlé à l'extérieur et à tous ses inconvénients.

Si bien qu'à ses yeux, chaque événement était devenu une raison de faire appel à cette force terrestre qui sommeillait derrière les verrous de son énergie.

« Reikan, mais que fabriquez-vous?! Réveillez-vous, bon sang!! »

La Tigresse blanche chercha à ouvrir les yeux, avec un premier aperçu de la pièce particulièrement flou. Mais les autres, eux, pouvaient nettement l'observer affalée sur la table, dégoulinante d'une boue aussi épaisse qu'agaçante dans laquelle les mains du maître des lieux n'avaient pas rechigné à s'enfouir pour réveiller l'Héroïne de l'Eau. Assoupie au repas, Reikan écarquilla les paupières pour remarquer son état et se relever, en courbant son échine et en martyrisant ses genoux de ses paumes. Mille fois au moins, l'Héroïne de l'Eau formula ses excuses auprès du gérant de la maison de bouche. Mille fois de plus, ce dernier tenta de rassurer la guerrière avant qu'elle ne rentre chez elle. Et qu'elle n'autorise une entorse à l'entraînement par le sommeil, avant de reprendre de plus belle le fil de la tension entre ses sangs et sa volonté d'emprunter aux plus effroyables marais de l'île-mère leur dangerosité afin de la greffer à sa technique.[invisible_edit]

Jours et nuits, elle avait cherché à dompter cette affinité qui lui était encore un tantinet étrangère à côté du Vent qu'elle avait toujours vu comme un allié de longue date.

***

➜ Quelques jours plus tard, Marais salants

Dans cette zone peu anodine du Sud de la Brume, Shiroitora eut du mal à se convaincre de la mollesse ou de la rigidité du parterre salin. Malgré le risque de chute, elle parcourait sans crainte ces marais peu communs mais particulièrement utiles à la commercialisation de ces minuscules gemmes pratiquement poudres. Il fallait dire qu'ils étaient loin d'incarner le sol idéal pour façonner dans les meilleurs temps un marécage boueux digne de ce nom. Mais notre enfant des Bêtes ne comptait surtout pas s'arrêter au pied de cette idée-obstacle qui venait de poindre en elle. Parce qu'à la vue de cette silhouette masculine qui se détachait de l'écharpe embrumée, elle savait que ses efforts la rendraient apte à parfaire la maîtrise de ce jutsu et de satisfaire son maître d'un jour, dont elle cherchait encore à percer le secret pour légitimer les soupçons qui la visitaient. Arrêtée à quelques mètres, elle s'attarda sur les alentours avant d'échouer son regard sur lui.

« Me voici, Shitekka. »


_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 20 Juin 2021 - 20:45, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Ven 19 Fév 2021 - 14:43
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Xhvf

Sans plus tarder, à l'annonce de Shitekka suivie de la réaction de Reikan, les deux zoomorphes se séparèrent. La réponse de la Tigresse avait satisfait le Kaguya. Alors que ses pas le menèrent à sa demeure, il esquissait un léger sourire. L'appel du défi avait appâté la kunoichi. Et pour le joueur de mahjong, il ne faisait aucun doute que dans dix jours ils se reverraient. Le doute qu'il formulait intérieurement à l'idée de la retrouver se dissipa, mû par une irrépressible envie de mettre à l'épreuve Reikan.

* * *

Les marais salants évoquaient quelques souvenirs auprès de Shitekka. Tandis que de grandes rafales de vents balayaient sa chevelure, et repoussaient sa marche vers le littoral, il se remémorait son voyage auprès de Saji. À l'époque loin d'occuper la position de Mizukage, le Cavalier de Feu avait décidé à cette occasion d'initier son ami de mahjong à la manipulation du chakra. Des années s'étaient dorénavant écoulées depuis les balbutiements de Kaguya Shitekka dans les arts ninjas. Et aujourd'hui, il s'apprêtait à faire montre de son arcane dans les arts telluriques.

L’œillade mordorée du guerrier parcourait cette mosaïque de couleurs que dessinait les salins. De multiples teintes bleutées et érubescentes constituaient le lieu, au gré des algues et du cycle du sel. Malgré les bourrasques, il y avait quelque chose d'apaisant et de poétique en la contemplation de cet endroit. Shitekka avait choisi cet endroit en partie pour cette raison. Une fois sur place, il se posta face à la mer, et fixa les vagues s'échouer. Le roulis des vagues se mêlait à la cacophonie du vent. Son troisième œil s'éveilla presque naturellement, au même titre que ses autres sens. Plutôt que de faire confiance à son oreille, entravé par la brise, il accueillit Yasei Reikan en ressentant son aura féline. Il se tourna simplement à l'approche de cette dernière, avant même qu'elle ne prenne la parole.

« Je t'attendais, Reikan. »
Un sourire, similaire à celui d'il y a dix jours, prit naissance au creux des lèvres du guerrier.
« Suis-moi, je vais te montrer. »
Le duo emprunta un sentier étroit, entre deux réservoirs, qui les conduisit sur la plage. À mesure qu'ils se rapprochèrent du rivage, les sauniers se firent moins nombreux. Laissant les deux changeformes seuls pour cette démonstration de Ninjutsu. Entre deux canaux, la carcasse d'un important navire se dessinait. L'embarcation était en piteux état : la coque était percée en grande partie sur le flanc gauche, et de nombreux débris étaient dispersés autour du bateau. Le bois entamait doucement sa chute, teinté par le sel et cuit par le soleil. Il n'y avait plus rien à sauver dans cette construction que le Kaguya avait croisé au gré de ses déplacements.

Il était temps pour elle de connaître un repos bien mérité. Tout comme les hommes et femmes qui la construisirent par le passé, elle avait le droit à des funérailles en bonne et due forme.

« Observe bien, Reikan. »
Shitekka composa quelques signes incantatoires. La séquence de mudras s'approchait de celle employée pour le Marécage des Limbes. Mais on reconnaissait néanmoins quelques variations. Son chakra malaxé, il s'accroupit lentement et apposa sa main sur le sable chaud.
« Doton, Teine-pokna mosir : Outremonde. »
Quelques secondes s'écoulèrent, et un gargouillis important se fit ressentir sous les pieds des deux shinobis. Le sable s'humidifia, et prit l'allure d'un marécage. Rien de surprenant jusqu'ici pour les deux utilisateurs du Marécage des Limbes. Mais si la carcasse de bois commença à choir selon les lois de la gravité, Shitekka en décida autrement, sous l'impulsion de son chakra. Toute une nuée de bras de boues semblaient happer la bâtisse en contact avec le sol pour l'attirer dans les profondeurs de ce marais surnaturel. Les rafales renforçaient la terreur de ce spectacle. Peu à peu, le navire sombrait dans ces sables mouvants.

Des limbes, il fut dorénavant englouti dans cet enfer obscur et moite que les urumis appelaient Teine-poknar mosir. Une demi-minute plus tard, seule la proue subsistait à la verticale dans ce champ infernal qu'avait invoqué l'enfant de Saroruncasi. Son regard observait la réaction de Reikan, alors que la technique prit fin. Plutôt que d'en venir aux explications, il préféra se relever, et toiser la Tigresse blanche, toujours avec cet air de défi qui lui collait à la peau.



_________________
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Dim 21 Fév 2021 - 18:53
[invisible_edit]Ici et là, la nature était gangrenée par les ouvrages des Hommes soucieux de leur commerce. Défrichées, les zones livrées aux sauniers n'en étaient pas moins libérées de cette brumaille typique qui s'amusait à rôder comme un prédateur aux portes de la Cité du Brouillard. Or, au fur et à mesure que les deux combattants progressaient au Sud de Kiri, les silhouettes de ces laborieux paraissaient en voie d'extinction. Mais l'air côtier bourré d'effluves iodées, lui, était loin de manquer aux narines de tels visiteurs. De la molle terre qui entouraient les palais de marais salins, Yasei Reikan et Kaguya Shitekka s'en étaient remis aux nombreux grains blancs d'une des plages de l'île-maîtresse de l'Archipel de l'Eau. Ce changement terrestre, malgré les nuages persistants dans l'ambiance, la féline ne le manqua pas et laissa ses pupilles céruléennes rejoindre le parterre qu'elle pouvait à peine observer à cause de l'ombre blanche de Kiri la Grande. Toutefois, les reliefs d'une chose bien plus imposante semblait appeler son attention jusqu'à arracher son regard du sol pour se l'accaparer dans toute son entièreté. Au milieu de la côte, une majestueuse carcasse de vaisseau maritime se trouvait là.

À gésir et attendre l'ultime tempête qui viendrait l'écarteler afin de signer sa disparition.

Cette attente n'allait bientôt plus être, sous les envies du balafré aux yeux d'or. Au même niveau que son camarade de la Brume, la métamorphe marqua un temps d'arrêt sans vouloir détacher ses prunelles d'un tel squelette de bois éventré par les flots, sur lesquels il avait dû voguer durant des années. Néanmoins, les paroles de Shitekka lui hurlèrent de bien le contempler par un œil observateur. D'une parenthèse de cils de jais, la crinière bestiale tourna son visage vers les signes incantatoires qui se mirent à animer ses doigts avant que ceux-ci ne veuillent bien accepter de caresser ce sable rendu tiède par le soleil estival. Et par son dialecte peu anodin, l'enfant de l'Os ordonna à la Terre d'accepter la domination de son chakra jusque dans ses plus lointaines entrailles. La vue apprivoisée par ces mudrās un tantinet différent des précédents, son ouïe et son équilibre furent dans la foulée happés tant par les râles que la couche sablonneuse voulait bien relâcher que les vibrations qu'elle entendait enfanter, au gré des fluctuations ordonnées par la poigne du Kaguya. Poussée par réflexe, la féline mesura le danger de cette mutation que subissait plutôt bruyamment le terrain face à eux et ne put s'empêcher de déplacer un de ses pieds sur le côté afin de ne pas vaciller à cause de ses frémissements telluriques. Mais plus qu'un pauvre changement de terrain qui pétrissait le sable pour le rendre marécageux, Reikan assista à un spectacle bien plus grand encore.

Ses iris éthérées s'élevèrent sur le navire, que le bord de mer était en train d'avaler.

Sa crinière de charbon abandonnée à la merci des brises côtières, la Tigresse blanche maintint toute sa concentration sur l'étendue du potentiel de la technique ultime que son senseï du jour lui mettait sous le nez. Jusqu'à ce que la proue ne devienne plus que le seul souvenir de l'embarcation, que les tréfonds s'étaient empressés de dévorer. Puis, après la démonstration, elle attarda son regard sur le Jōnin qui la toisait de son air défiant avant de le reporter sur les sables mouvants qui avaient perdu de leur teinte immaculée. C'était là une prouesse élémentaire particulièrement poussée, plus encore que celle pour laquelle l'enfant des Bêtes s'était entraînée durant plusieurs jours. Les marécages que venaient de lui soumettre Shitekka n'étaient plus seulement des entraves, mais des véritables faucheuses endormies sous la surface qui n'attendaient plus que son appel pour venir cueillir ses ennemis. De mille autres manières, la Yasei aux éphélides chercha un moyen d'adapter ce jutsu à son style de combat. Or, pour l'heure, il lui fallait compter sur ce qu'elle avait déjà appris de son camarade du Brouillard, pour ne serait-ce que rivaliser avec lui. La métamorphe se remémora la série employée tantôt avant de se livrer à la sienne et de se placer juste à côté de notre combattant balafré sans distinction d'orientation, contrairement à ce qu'il avait fait pour ne couvrir que l'avant du terrain qui se tenait face à eux. Et, d'une inclinaison de son dos, elle vint s'accroupir pour tâter de sa paume entière le sol encore vierge de tout fracas sous ses semelles.

« Gare à tes arrières. »

Le tout premier fruit de sa détermination se fit attendre, derrière la prévention que cachaient ses mots. Mais derrière ses côtes et ses chairs, la changeforme reproduisait le même schéma d'apprentissage appris il y a une poignée de jours afin de réveiller, très soigneusement, ces verrous chakratiques qui allaient lui permettre de faire d'une telle plage son alliée la plus fidèle. D'abord entourée d'une pellicule de chakra bleutée, comme témoin de sa méticulosité, cette aura mystique ne tarda pas à se fondre dans son corps afin de mieux passer par le bras qui entrait en un contact direct avec la Terre. Et aussitôt, comme des filons de pierres précieuses à travers une mine, les perles de cette énergie si précieuse s'écoulèrent par centaines dans les tripes du littoral pour s'étendre dans une zone similaire que celle de son vis-à-vis. Si ce n'était bien au-delà, finalement. Après plusieurs secondes de patience, le sol se mit à sonner le glas de l'agonie et au même titre qu'il s'était mis à se mouvoir, assujetti par la main de la féline sur son dos. Brutalement, les marécages moites et poisseux nés du chakra de Shitekka furent au centre de remous, pris de convulsions à cause des bras de roc minéral qui s'étaient mis à les envelopper, les retourner, les pétrir. Tout autour du duo de combattants de l'Eau, à un peu plus de deux mètres de leur position où un cercle de circonférence protecteur demeurait innocent de toute modification, la mer de grains agressée par la boue s'était faite surprendre par les tourbillons d'un minerai particulièrement triturateur. Si bien qu'à leur dos, les rares arbres des marais salins venaient à s'échouer et à sombrer sous la pression de cette tourbière rocheuse faite à grande échelle.[invisible_edit]

Mais vite, ces marécages rocailleux montrèrent leur limite en ne mangeant ces derniers qu'à moitié. Yasei Reikan ramena sa dextre à elle, avant de relâcher son souffle après la quantité astronomique de chakra délestée dans les sols.

« Mêler un tel potentiel de les entraver aux chances de les voir trépasser n'est pas une mince affaire. Il me faudrait encore un petit effort, pour trouver la bonne texture. »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 20 Juin 2021 - 20:48, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Mar 2 Mar 2021 - 23:06
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Xhvf

L'odeur océanique emplissait les poumons du balafré d'un second souffle salvateur. Entre deux brises marines, l'homme observait sa comparse Yasei à l’œuvre. La vue de ce paysage somptueux, à l'abri des volutes aveuglantes de la brume, valait bien la peine d'affronter les vents de la mer. Attentif aux progrès de Reikan, Shitekka balayait du regard de son troisième œil l'énergie que dégageait la Tigresse d'Albe. Il n'y avait aucun doute quant à l'évolution de la Princesse Yasei dans sa maîtrise du Marécage des limbes. Avec ce défi, il espérait dorénavant qu'elle s'enfonce davantage dans les enfers, pour que son Doton parvienne à atteindre l'outretombe que son peuple craignait tant.

Face à l'océan, Reikan en opposa un de fange, savant mélange de boue granuleuse et de sable terreux. La rare végétation des alentours fut sujette à la noyade dans ce fluide tellurien. Shitekka contempla dans un silence funéraire la disparition de ces êtres sylvestres. À mi-chemin, ces obsèques végétales furent interrompues. Les veines telluriques qui se déployaient dans la terre, sous l'impulsion de l'aura de Reikan, déclinèrent. Son instructeur tourna machinalement la tête vers elle, afin de constater son état physique après son état éthéré. Cette dernière justifia le motif de cette pause soudaine. Invoquant le besoin de travailler l'agencement de sa technique, elle s'arrêta pour reprendre son souffle.

L'enfant de Saroruncasi acquiesça sans dire mot. Loin de ses aspirations orgueilleuses, à provoquer en duel la joueuse de mahjong dans une toute autre dimension que celle du parloir, il apparut compatissant à l'égard de cette héroïne de Mizu. Il y avait quelque chose de familière en elle. Quelque chose d'indiscernable parmi ces étendues d'eau et de sel. D'invisible au gré du roulis des vagues et du souffle de l'océan. Il fallait creuser plus profondément. Embrasser le monde éthéré, et accepter cette énergie primitive, de laquelle découlait celle qui caractérisait l'humain. Cette sensation était étrange, et difficile à décrire pour le chasseur urumi. Il y avait une forme de respect qui s'imposait à l'égard de la kunoichi, au même titre qu'un kamuy, ou d'un ancien, il ne savait plus trop. Mais parallèlement, et paradoxalement, une intimité familiale, une racine commune que se refusait à accepter le Jōnin.

Il détourna la tête, presque timidement, décidant de cesser de plonger si intimement dans l'aura de son vis-à-vis. La pupille de son troisième œil se contracta, et il s'approcha d'elle doucement. Son dévolu se porta sur la dextre avec laquelle elle déploya plus tôt les rivières astrales qui commandaient la terre à emporter tout en son sein.

« Un petit effort, donc, hein… »
Le balafré attrapa le poignet sans honte ni gêne de la main droite de Reikan. Il l'empoigna par l'arrière, de telle sorte à ce qu'il ressente son pouls se confondre avec l'écoulement de ses canaux énergétiques. Son regard cherchait la confiance dans la cérule qui nageait dans l'iris de Reikan. Il enchaina naturellement. Ses mains composèrent les mudras requis pour faire mouvoir la terre. Plutôt que d'apposer ses paumes à même le sol, Shitekka déposa une main à terre, et déposa celle de Reikan pour la droite. Son chakra s'écoula à travers sa main.
« Ressens l'énergie qui circule à travers ton poignet, et qui se diffuse par ta main. »
Sa voix se voulait apaisante. Son ton plus calme, léger, afin qu'elle s'investisse spontanément du flux qui donnait vie à la terre. Face au natif de l'île du Gardien des Marais, le marécage reprit ses droits, parmi les salins et la mer. Sans insister, Shitekka invita l'étendue presque vivante à emporter une fraction de la végétation, laissant le soin à la Yasei de poursuivre son entreprise. Reikan disposait dorénavant du petit coup de pouce nécessaire pour avancer dans sa quête d'apprentissage. L'élu de Kotan-kor-kamuy lâcha prise suite à cette démonstration. Il se releva, et de son regard, invita la dame féline à poursuivre seule.

Le chemin vers la réussite lui était tout tracé.

_________________
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Mer 3 Mar 2021 - 23:40
[invisible_edit]Ne faire plus qu'un avec la Terre.

C'était un miracle que la Tigresse immaculée essayait de réaliser, sur ce vaste tapis de grains et de fanges partiellement abîmé par les énergies monstres et respectives de nos deux gradés de la Cité Brumeuse. Mais après le spectacle offert par sa camarade, le travail lui parut bien plus conséquent qu'elle ne l'avait prévu une fois laissé à l'intérieur de ses mains. Toutes ces années, passées à s'habituer à la légèreté et l'allégresse des brises nées de ce Vent. Toute cette enfance, vouée à dompter la liberté et la délicatesse des nuages que ce dernier entendait bien balayer aux quatre coins du monde. Le plus grand des abrutis de cette réalité n'aurait eu aucun mal à comprendre la raison pour laquelle Yasei Reikan était également surnommée la Fille du Vent, outre toute attache territoriale au Désert qui avait eu la chance de voir ses premiers pas et d'entendre ses premiers mots. Comme les tempêtes les plus impétueuses, la féline était devenue une nomade qui avait su se rendre reine incontestée de cet art aussi miraculeux qu'élégant. Ce art qui, par la logique des éléments, se trouvait à mille lieues de toute la lourdeur qui pesait sous nos semelles et qui voulait bien y sommeiller en silence. Mais en même temps qu'il était leur premier allié en offrant aux espèces de cette planète un biotope aussi confortable qu'effroyable, le sol pouvait aussi se faire le pire ennemi de l'Homme.

Et ce remuement des tréfonds, fruit du chakra de Kaguya Shitekka, en était un parfait exemple.

Une appréhension avait su se glisser sur une place de choix, au creux du cœur de l'Héroïne de l'Eau. Pouvait-elle, avec autant d'aisance qu'elle en avait pour le Vent, se permettre de commander la Terre par tant de rigueur? Silencieuse, elle avait indirectement permis à l'ombrage du doute de se faufiler entre ses côtes jusqu'à atteindre le port de son âme et de toutes ses pensées, même les plus ingénieuses. Si l'enfant des Bêtes avait appris à gouverner les cieux, les entrailles telluriques lui paraissaient moins avenantes et plus récalcitrantes qu'eux. À moins que sa confiance personnelle ait seulement besoin d'être bordée et que sa dextre, vecteur de toute sa puissance, ne fasse que lui hurler un maigre appel à l'aide entre ses organes, ses réflexions. Entre toutes les craintes qui osaient se frayer un chemin à travers la brèche de faiblesses que son égo pouvait contempler à même son poitrail. Toutefois, la téméraire fille de Yasei Ragna demeurait belle d'une fierté à outrance. Pas au point d'en devenir prétentieuse ou hautaine mais assez pour ne pas se risquer à quérir plus de soutien qu'il ne lui en aurait peut-être fallu auprès d'autrui. Les essais défilaient à mesure que son chakra diminuait, à la joie de sa terrifiante peur d'échouer sans avoir pu caresser le dos d'une victoire bien méritée. Mais son énergie, forgée par la souplesse du Fūton, peinait à passer l'étape de malaxation et de dénaturation de sols aussi rustres et indigestes.

L'intervention de l'enfant de l'Os lui apparut comme un soulagement.

Loin d'être éprise d'un sentiment d'embarras, Shiroitora laissa cette main étrangère toucher la sienne. Par cette aphone autorisation, elle lui permit de sentir à quel point sa force d'âme et de corps éprouvait moults difficultés à imprégner la terre et tous ses éléments ; grains, minéraux, galets ou encore rochers. Le cheminement de son chakra se voulait timide, déjà aux verrous qui existaient pour le canaliser à sa poigne. Ne manquait plus qu'à trouver la manière dont elle pouvait le rendre tout aussi farouche que la bestialité qu'elle empruntait parfois, sous son titre de Tigresse blanche. Shitekka offrit le premier effort, dans l'espoir de lui mettre sur un plateau une impulsion conséquente vers une descente aux enfers. De concert avec lui, la changeforme prit cette décision de ne formuler sa série de mudrās qu'à une seule main, en tant que témoin incontestable de sa suprématie dans le domaine affinitaire. Tandis que l'autre demeurait à même le parterre, sous l'égide d'un Jōnin qui lui illuminait la voie de son sillage, à même les couches terrestres d'une frontière entre marais salins et vaguelettes d'une cruelle mer. Bercée par les mots de son cicérone, les paupières de la Yasei aux éphélides s'enlacèrent l'une à l'autre.

Et une parenthèse de cils de jais lui arracha sa vision du monde réel, pour lui soumettre la traversée de sa vitalité à travers la carte de son propre carcan de chair. La tendresse de cette brise estivale dans sa crinière charbonneuse, la dévotion de l'air iodé de la côte aux portes de son odorat, tous ces minimes détails qui raccrochaient Yasei Reikan à la réalité se réduisirent en cendres afin de ne lui laisser que le goût d'un silence, parfois ponctué par un écoulement de son hardiesse de son ventre à son bras, à ses doigts et à ce terrain. Au même titre que celui de Shitekka qui venait de s'engouffrer parmi les invisibles crevasses des sous-sols, son chakra entama sa percée à travers les profondeurs afin d'aller chercher ces limbes si obscures qu'elles semblaient être le berceau de la mort en personne. Ces limbes qu'elle devait toucher du bout des doigts, du bout de sa véhémence pour mieux les remonter à la surface de cette Terre qui lui donnait tant de fil à retordre. Les remous produits par le guerrier osseux se calmèrent, dès l'instant où il tint à se relever en vue d'observer la réaction de notre féline. Mais cette dernière ne rouvrit pas les yeux avant d'avoir trouvé le moteur de son émulation. Quelques secondes s'écoulèrent, avant qu'elle ne se sépare de la nébulosité de son esprit. Avant qu'elle n'éveille ses perles d'éther et les fasse s'échouer sur le terrain rendu immobile depuis qu'il ait été libéré du joug de son égal du Brouillard. Ses yeux venaient de s'ouvrir pour porter un nouveau regard sur ce monde, sonnant le glas de son ardeur.

La Terre se fâcha jusqu'à mugir sa colère, sur la plage entière.

Dans un fracas sans nom, les mouvances des sols reprirent de plus belle et avec bien plus de violence que celles échauffées par le chakra de Shitekka. Ce n'était plus seulement le littoral devant eux, qui se révélait être la proie de l'éveil de notre métamorphe. Néanmoins, le territoire tout entier autour d'eux, qui subissait bel et bien le courroux des ahans monstres fournis depuis déjà plusieurs jours. Dans le Désert, Yasei Reikan avait su faire ressortir d'une telle couche sablonneuse et aride un véritable plafond de roc minéral en vue de sauver les siens, au même niveau que ce qu'elle souhaitait bien extirper de cette côte parsemée de bruyères. Aujourd'hui, elle ne pouvait plus se permettre de faire face à un autre échec. La seule zone épargnée par son courroux fut réduite à un pauvre périmètre de sécurité autour de ces deux combattants de la Brume. Parce qu'autour d'eux et sans exception dans ce vierge paysage, la Yasei à la dague cristal s'efforçait d'extraire de la Terre un sempiternel pandémonium, où les strates telluriques, engrenages les plus volumineux et denses d'une infernale machine de destruction, se démenaient, se remuaient, se rebellaient entre elles sans y tarir l'efficacité des grains et des minéraux qui s'y perdaient. Un râle cyclopéen naquit ainsi des boyaux telluriens alors que les arbres derrière le duo s'affaissaient, s'envasaient, s'évanouissaient dans la pénombre de la terre devenue assassine. En un rien de temps, ils se retrouvèrent au beau milieu d'un cratère tourbillonnant où même la mer n'osait pas risquer l'un de ses bras. Le mât du navire n'était plus qu'un lointain souvenir, comme tout édifice de l'environnement qui avait été laissé à la merci du chakra de la Tigresse blanche. Car désormais, cette partie de la côte arborait des allures d'ergs parfois boueuses, parfois rocheuses une fois durcie et séparée de sa source d'impétuosité.

En douceur, Yasei Reikan retira ainsi sa paume, puis ses doigts du sol dans lequel elle venait d'épuiser tant d'énergie. Siphonnée, elle mit un instant avant de se redresser sur ses jambes pour contempler son œuvre. À nouveau, notre changeuse de peau sentit l'air caresser son teint hâlé et son duvet, autant que ses mèches d'ébène. À nouveau, elle put ressentir les odeurs qu'il lui portait. Ses yeux se fermèrent un instant, tandis que l'intérieur de son nez redoublait de labeur afin de lui crier cette réponse tant attendue à ses questions. Et lorsqu'elle l'eut obtenu, l'enfant des Bêtes abandonna sa vue à un bain de lumière. Le dos tourné au Kaguya, elle se mit à tenir sa propre dextre avec sa sœur, se remémorant le contact qu'il avait entrepris afin de lui montrer son chemin. À cet instant, la germe d'une incompréhension aurait pu prendre le dessus sur tout autre sentiment, au sein de l'Héroïne de l'Eau. Mais elle se résigna à aller au-devant de ses soupçons, tout comme elle allait devoir faire face à la réponse de celui qui se prétendait seulement enfant de l'Os. Et qui, en réalité, partageait avec Reikan bien plus qu'une gravure de Kiri sur son bandeau ninja.

technique utilisée:
 

Les perles de la native du Désert poignardaient le lointain horizon.[invisible_edit]

« Je te remercie pour un tel legs et la patience que tu as eu à mon égard, Shitekka. Mais je crains avoir besoin d'une dernière question à te poser. »

Sa voix se fit plus faible, mais pas moins empreinte d'émotions.[invisible_edit]

« ...Pourquoi diable devriez-vous vous cacher en ce monde, toi et ta bestialité? »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 20 Juin 2021 - 20:51, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Dim 7 Mar 2021 - 19:18
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Xhvf

Après avoir apporté son soutien auprès de Reikan, Shitekka se mit en retrait et croisa les bras. Il le sentait, cette rencontre allait porter ses fruits pour la Tigresse Blanche. Le bourreau du parjure Raonaka Ao n'aurait aucun mal à atteindre les arcanes du Doton, en comparaison du combat dantesque qui l'opposa au dit traître ainsi qu'à Sanbi. Au travers d'un tour de passe-passe ésotérique, l'enfant de Saroruncasi confia au creux de sa main le secret des limbes auprès de la Yasei. Il suffisait dorénavant de reproduire ce miracle offert par le chakra. La tension était palpable. Le Kaguya attendait impatiemment la performance finale de son vis-à-vis. Cette hâte lui fit presque oublier les rafales sablonneuses qui agressaient son visage scarifié.

A l'issue d'une communion sibylline avec les entrailles de la terre, la zoomorphe porta à nouveau son regard sur le monde physique. Son chakra commanda à la terre d'obéir à sa volonté. Et la plage répondit à son appel. Il y eut un grondement, plus imposant encore que le simple gazouillis initié par Shitekka. La plage, le marais, le sol, probablement un peu des trois, s'unirent dans un chaos organisé. Une tempête tellurienne qui se déchaîna tout autour des deux Kirijins, n'épargnant aucune parcelle dans son sillage.

Le spectacle offert par cette manifestation du démiurge terrestre Mosirkara-kamuy différait de celui présenté initialement par Kaguya Shitekka. Mais cette fureur venue des souterrains, ce maelström de fange, de sable et de pierre, n'avaient rien à envier à l'enfer marécageux que proposait le gardien de Saroruncasi. D'un hochement de la tête, le Jōnin approuvait cette réussite, malgré la divergence qui résulta du travail de Reikan. Après tout, à sa manière, la changeforme était parvenue à faire sienne la maîtrise du Doton à son acmé.

Il aurait souhaité la féliciter, à sa manière. Shitekka cherchait encore les mots pour s'exprimer auprès de son ancienne partenaire de mahjong riichi. De simples félicitations paraissaient bien légères pour souligner le travail de celle qui parvint à élever son expertise dans l'art du Doton. Son oeillade dérivait parmi le champ de ruines englouties par la main de Reikan, lorsque cette dernière prit de court son mentor d'un jour.

Drôle de remerciement, songea Shitekka, alors que le voile sur son don aviaire fut levé par Reikan. Plutôt que de risquer de trahir une émotion sur son visage, il préféra continuer de lui tourner le dos.

« J'ai pas le monopole de la détection dans ce village, après tout, soufflait-il, laissant sa voix s'effacer dans les volutes du vent. »
Le Gardien de Saroruncasi avait toujours dissimulé cette partie de lui. Depuis son rite initiatique, qui l'avait conduit sur les sommets de son île natale, il avait choisi d'omettre l'existence de ce don aux yeux de tous, si ce n'est celui de quelques rares élus. Révéler la providence du Kotan-kor-kamuy au plus grand nombre n'était pas du goût du guerrier. Il chérissait ce pouvoir ancestral, et s'en tenait à son usage en tant que Gardien. Alors, lorsque la représentante des Yasei associa son don quasi-divin à une forme de bestialité, naturellement le Jōnin grinça des dents. Cette facette ne lui appartenait pas, en outre. Néanmoins, plutôt que de simplement se braquer, le Kaguya fit face à ses responsabilités. Enfin presque.
« Je n'ai aucune raison de cacher ce don. Mais j'ai encore moins de raisons de le révéler au reste du monde. »
L'énigmatique enfant de Saroruncasi confronta ses iris de rapace à la féline. Il avait donné un défi à son vis-à-vis, avant de lui prêter main forte. Il était temps de lui donner un véritable challenge, au nom d'un enjeu qui semblait la tirailler.
« Si tu désires connaître la vérité, alors maîtriser la Terre ne suffira plus… car il faudra me vaincre, cette fois. »
Une volte-face plus tard, Kaguya Shitekka, bénéficiaire du pouvoir du hibou veillant sur Saroruncasi, disparut parmi les rafales berçant les salins. Laissant seule la kunoichi avec cette ultime épreuve en tête.

_________________
Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Mar 9 Mar 2021 - 21:49
[invisible_edit]Pas un jour de sa vie, Yasei Reikan avait voulu cacher ce don bestial à cette Terre entière. Tout comme elle n'avait jamais supporté l'idée que les métamorphes se résignent à telle vie d'ombres et de secrets, de peur d'être découverts et mal-aimés par les Hommes. À contre-courant de grandissantes craintes et doutes pour autant légitimes elle avait grandi avec pour plus grands honneur et fierté sa dévotion pour ceux qui détenaient l'art de la métamorphose animale. Et alors que ses frères et sœurs de sang avaient passé leur temps à faire taire la beauté de leur bestialité devant autrui, la Tigresse blanche en devenir, elle ne s'était jamais tarie jusqu'à courber son échine devant les vices de ce beau monde. Sa bestialité demeurait ce qui incarnait de plus cher à son cœur, imprimée de force par les coups de son père et les espoirs de ses pairs. Voilà la raison pour laquelle notre guerrière ne supportait même plus voir un enfant des Bêtes, même d'un sang éloigné, se faire voler son existence par la curiosité du genre humain. Voilà pourquoi la métamorphe restait digne à sa nature et surélevait la beauté de sa puissance animale au-dessus de toutes les bassesses de la civilisation, destinée à pétrir toute sa colère afin de la réserver à ceux qui osaient, aujourd'hui encore, céder à des intérêts trop avides envers son clan.

Quelle ne fut pas son dilemme, lorsqu'il fit face à la réticence de Kaguya Shitekka?

À défaut de continuer de lui soumettre la vue de sa rivière de jais et de parures exotiques, notre chère féline avait tourné la tête en vue de retrouver cette silhouette du guerrier dans le champ de ses perles céruléennes. En marge de toute la lumière qu'elle arrivait bien à dégager parmi les Yasei, lui n'entendait être qu'une ombre qui se voulait ténébreuse de silence. Cette manière de concevoir leur don bestial, qui avait toujours tant fasciné et façonné la combattante aux épaulières dorées, elle avait bien du mal à la tolérer et la laisser caresser les côtes de ses pensées et de sa compréhension. Hélas, aussi fabuleuse pouvait se rendre la plus forte de ses volontés même à cet égard, si la Fille du Vent demeurait parfois capable de rendre autrui meilleur, force était de constater qu'elle restait incapable de pouvoir marteler son caractère. À l'aube du départ de l'enfant de l'Os, les sourcils de la bestiale s'étaient froncés sous la tétanie de toute sa compréhension. Mais, lorsque ses oreilles eurent récupéré son appel au combat et à la défiance, ses traits se firent moins féroces. Parce qu'à travers ses mots et son attitude, Reikan avait obtenu une part de vérité dans la réponse de Shitekka ; ce qui insuffla en son cœur une brise bien plus calme que la précédente, apaisant son âme tout en permettant d'accorder une place de choix à toute l'impatience qui grondait désormais en elle.

Yasei Reikan se voulait quelque part rassurée, pour avoir peut-être cerné l'existence d'un autre frère.

« ...Merci encore, Shitekka. »

Une dernière fois, elle le remercia pour l'héritage de connaissances, alors que le galbe du balafré s'envolait entre les crocs de la brumaille. Et une dernière fois encore, la changeforme abandonna un regard sur leurs traces de pas, l'œuvre de leurs efforts et le chemin qu'elle s'apprêtait à emprunter pour retourner au bras de Kiri la Grande.

Fin de ce RP.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Contenu sponsorisé

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan Empty
Revenir en haut Aller en bas

Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Complexe Shinobi
Sauter vers: