Soutenez le forum !
1234
Partagez

Une drôle de personne [Avec Masami]

Hagashin Eri
Hagashin Eri

Une drôle de personne [Avec Masami] Empty
Ven 7 Aoû 2020 - 9:54
A priori, ca s’annonçait être une journée comme les autres, tout aussi passionnante et chiante à la fois, elle était en route pour le marché, dans la rue la plus passante et commerçante du village, avec deux bœufs et une charrue tirées par ceux-ci, un employé guidait celle-ci et la forgeronne marchait à côté. Le soleil quant à lui, n’était pas encore levé sur Iwa, ce qui n’empêchait pas que celle-ci était déjà bien remplie. La forte affluence concernait surtout une zone couverte avec des étals de détaillants et gros producteurs, surtout dans les secteurs alimentaires : De nombreux réverbères a flammes éclairait l’endroit de manière bien suffisante pour choisir ses marchandises et, pour tout dire, Eri arrivait assez tard car ce n’était pas les produits frais qui l’intéressaient mais un grossiste qui arrivait sur les 5heures du matin, avec lequel la famille avait habitude d’acheter le minerai de fer.

Elle le retrouvait sur un des plus larges chemins de traverse permettant de rejoindre chaque secteur alimentaire et non-alimentaire, mais aussi l’entrée du village. En somme un des raccourcis principaux pour entrer ou sortir sans être embouteillés ni dérangé par la surveillance des shinobis du village plus occupés au cœur de chacun des secteurs. L’endroit était aussi assez plaisant pour être le point de jonction entre les fruits et légumes et les viandes, un mélange d’odeur enivrant qui, Eri en avait l’impression, facilitai les négociations. Ce pourquoi elle venait prendre de cours son revendeur avant qu’il ne soit arrivé au secteur non-alimentaire. Le tout se déroula néanmoins assez vite, après avoir regardé la marchandise et négocier le prix, elle et l’employée se mirent à charger dans la charrue.

Assez satisfaite, Eri avait eu les quantités, le prix, mais surtout, une très bonne qualité -de prime abord- qui permettrait de fondre des lingots pour les plus belles armes et les plus beaux ouvrages de manière générale. Regardant les alentours du chemin, son regard s’arrêta sur un bien bel étal de pastèques, elle regarda l’employé et lui indiqua de rentrer seul : de toute manière dans le village il ne craignait rien et il y avait du monde la forge pour l’aider à décharger et Eri avait envie de faire des emplettes. Bon ok ici on achète en grosse quantité mais elle pourrais probablement négocier à la pièce parmi les gens qu’elle connaissait, c’est-à-dire la majeur partie des plus anciens à venir sur le marché de gros mais aussi la plupart de ceux résidant à Iwa ou dans Rokkusu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Jiki Masami
Jiki Masami

Une drôle de personne [Avec Masami] Empty
Mar 11 Aoû 2020 - 10:32
Masami toujours à procéder de la même manière avait décidé aujourd’hui de manger des brochettes. Cependant, elle était toujours aussi peu habituée au système monétaire. Bien qu’elle gagnât de l’argent avec son travail, l’adolescente gardait son argent bien au chaud pour si un jour elle se décidait à l’utiliser. En même temps durant toute sa vie d’avant, on lui donnait gracieusement à manger et à boire lorsqu’elle était sage, alors pourquoi maintenant elle devrait donner des bouts de métal pour en avoir ? Surtout quand la Jiki était capable de récupérer cela gratuitement. Ses vendeurs, tous ses gens de l’extérieur de Wasure no Kuni débordaient de victuailles, de biens, de richesses. Cela lui semblait dégouliner de toute part, alors cela n’allait pas être quelques brochettes qui disparaissaient qui allait changer quoi que ce soit.



Masami habillée très simplement ne dénotait uniquement par son matériel ninja de haute qualité. Elle portait à sa ceinture le symbole d’Iwa, preuve s’il en était qu’elle était une de ces forces vives du village. Il y avait plein de monde dans la rue, et si généralement dans ce genre de cas, elle marcherait de toit en toit, pour sélectionner son repas, c’était quand même plus simple de le voir de plus près. Passant juste devant l’étale en repérant les personnes présentes, les brochettes en train de cuir, celle qui semblaient être parfaites et mises de côté, la genin poursuivit son chemin simplement. Il fallait être discrète toute de même. Ensuite, elle sauta sur un toit à proximité, derrière l’étale plus précisément, afin d’enchainer rapidement deux séries de mudras, un genou à terre l’air de rien. Elle procédait à ce genre d’emprunt à très longue durée depuis longtemps, depuis toujours d’ailleurs, que cela lui paraissait naturel.



Un œil attentif allait pouvoir remarquer quatre brochettes quitter toutes seules l’étale lorsque le marchand était occupé à regarder ailleurs, et qu’aucun client ne faisait attention à cet endroit-là. Les brochettes semblaient voler en rasant les murs, voler jusqu’au toit et finir dans les mains de la kunoichi. Ce n’était pas de la magie, bien évidemment, c’était surtout du ninjutsu. En effet, Masami maitrisait parfaitement son art, le magnétisme. Elle était capable de créer de l’attraction ou de la répulsion, et ses applications pouvaient être nombreuses. Elle comptait bien ensuite se diriger vers les hauts plateaux pour s’entrainer comme chaque journée où elle n’allait pas de missions. La châtaigne quittait les lieux de son forfait tranquillement, voyageant de toit en toit sans trop se poser de questions. Sans attendre, elle croqua dans la brochette qui semblait être cuite à point avec de la bonne sauce dégoulinante. Il n’y avait pas à dire, c’était bien mieux que la nourriture de prison, sans conteste. Elle serait capable de manger n’importe quoi si jamais sa survie en dépendait.



Cependant, elle ne se doutait pas que au moins une paire de yeux l’avait remarqué dans sa petite manœuvre.





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Une drôle de personne [Avec Masami] Empty
Jeu 13 Aoû 2020 - 23:28
Finalement, Eri n'avait rien acheter, et avait dévier vers des secteurs plus marchands, se promenant et profitant de quelques heures de tranquillité ou elle se savait de peu d'utilité à la forge aujourd'hui, ce qui était assez rare pour qu'elle n'hésite pas trop. Les rues marchandes s'éveillaient sur les dernières heures des marchés de gros pour les commerçant eux-mêmes et voilà que la forgeronne avait dérivée par là-bas, sur l'artère principale et s'arrêtait proche d'un stand et en profiter pour s'acheter un petit sachet d'environ 400 grammes de Katsuobushi, elle en bazardai d'ailleurs un dans sa bouche quasiment immédiatement. Seule la queue du poisson séché sortait d'entre ses lèvres, le paquet dans une poche et sortant quelques pièces de sa besace pour payer son achat. Un sourire pour dire merci et au-revoir sans ouvrir la bouche, ca suffirait bien, Eri n'est pas trop du genre à faire des courbettes ou quoi, enfin, ca dépend des situations.

Toutefois, sa vision périphérique remarqua quelque-chose, comme un détail sur le stand, bondé, d'à côté, d’où se dégageait une bonne odeur de brochette : oui, forcément ! Il lui en fallait un pochon ! Mais il y avait tellement de monde... Tellement d'attente.... Elle soupira longuement, l'air désespérée, surtout qu'elle ne désirait pas tant perdre une de ses rares journées, son programme était clair, se remplir le bide et ensuite, en profiter pour réviser ses « katas », ou plus concrètement, trouver des potes avec qui se battre, ou au pire, si aucun n'était là, s’entraîner toute seule, pas perdre la main malgré les nombreuses heures de travail. Du coup, elle n'avait pas le choix et devait abandonner l'idée de manger les délicieuses brochettes, si.. Juteuse.. Si... Volante ?!

Comment exprimer la face improbable d'Eri à cet instant, un sourcil arqué l'autre froncé, un œil grand ouvert l'autre un peu fermé, les traits tirés et la bouche entre-ouverte de surprise avec le poisson sec qui en glissait lentement...

Depuis quand les brochettes, sa vole, ce fut la première question dans sa tête.
Puis, elle se demanda si la nourriture commençait un genre de révolution.
Enfin, elle réalisa que c'était une tentative de vol perpétrée par un maître du chakra, donc, probablement un ninja. Peu de chance que ce soit un shinobi d'Iwa. Dans tous les cas, elle devait arrêter ca ! Qu'importe le crime, il ne doit pas être laissé impuni.

Sa bouche s'était refermée à temps, et elle avait aspiré le poisson pour qu'il reprenne sa place précédente.

L'instant d'après elle avait bondit sur le murs, assez haut pour n'avoir qu'un oud eux pas de courses à faire latéralement par rapport au sol, sa maîtrise du chakra ne lui aurait guère permis beaucoup plus de toute manière, la personne était en train de fuir, et elle allait vite, bien entendu Eri n'était pas forcément à plaindre en terme de vitesse brute mais si l'on y adjoignait du chakra... Sa chance vint dans le fait que la fuyarde se sente assez en sécurité. Ce qui permit à Eri de rattraper son retard, ne pas avoir le niveau ne lui importait que peu, s'il y avait un combat, elle serait secourue. Toutefois, le forfait restait mineur et, elle pouvait faire entendre raison à la personne, probablement. Puis, s'il s'agissait d'une personne sans le sou, qui ne volait que pour manger, elle se sentirait tellement coupable de lui faire avoir des problèmes !

Toutefois pour cette dernière possibilité, la kunoichi remarqua en passant d'un bond au-dessus de la voleuse, que ce n'était pas le cas, sinon, son matériel n'aurait pas été de bonne facture, il n'aurait même pas été de moyenne qualité ou de faible qualité.

Eri atterrit à une distance de sécurité suffisante et tendit le bras vers l'inconnue, car c'était une jeune femme, dont le bandeau d'Iwa était aussi visible à la taille. L'index réprobateur pointé dans la direction de celle-ci : Che chest chpas... » Elle manchonna deux trois coups et avala ce qu'elle avait en bouche et reprit : Ce n’est pas bien de voler, surtout pour un ninja du village ! Tsuchikage sama ne tolérerai pas un tel comportement. » Fit-elle remarquer, elle-même ne portait pas de bandeau. « Vu que tu les as mangées, j’espère que tu as de quoi payer le commerçant. Sinon, il faudra payer d'une autre manière. » Elle avait maintenant les mains sur les hanches et regardait, sourcils froncés, la demoiselle, une moue suspecte au visage, prudente, on ne peut pas dire qu'Eri connaissait « tout le monde » mais elle connaissait tous ceux présents avant Iwa et ceux présents à la « fondation » d'Iwa. Ce visage ne lui disait rien.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Jiki Masami
Jiki Masami

Une drôle de personne [Avec Masami] Empty
Ven 14 Aoû 2020 - 16:25
Dans un monde parfait, la nourriture dont les brochettes volaient jusqu’au bouche des consommateurs, ce n’était pas bien comme cela ? Tout le monde était heureux, mais non, il fallait une empêcheuse de tourner en rond pour casser le rêve de nombres de petits et grands. En tout cas, si c’était une révolte de la nourriture outrageusement spoliée et massacrée depuis des temps immémoriaux, une ninja d’Iwa était déjà en train de s’en occuper, du moins, de quatre d’entre eux. Ils n’allaient pas aller si loin que cela, c’est moi qui vous le dis !



Assez habituée à ce genre d’actes, Masami était totalement détendue face à la situation. Tenant d’un côté les trois brochettes et de l’autre celle qu’elle était en train de manger tranquillement. Elle s’était arrêtée en regardant un peu les alentours, juste de quoi se sustenter avant d’aller s’entrainer. La Jiki tourna la tête en direction du bruit, surtout sur un toit, ce n’était pas vraiment commun. Elle plissa les yeux, et dans un premier temps, elle pensa surtout à quelqu’un qui voulait lui voler son repas, cela ne se faisait pas ! Elle leva un sourcil perplexe en entendant sa manière de parler, cela devait être un patois local, et elle ne comprenait rien du tout.



Jiki Masami • « Moi … pas parler …. Ta langue … faut partir maintenant … »



Dit alors en prononçant bien les mots lentement, dans l’espoir que cette jeune femme comprenne et parte. Elle fit même mine de se retourner de nouveau dans la même direction, l’air de rien. Cependant, cette fille semblait insister, et la châtaigne ne semblait pas comprendre du tout de quoi elle pouvait parler. Elle semblait être étonnée en levant un sourcil à pencher un peu la tête sur le côté.



Jiki Masami • « Voler ? De quoi tu parles ? Elles sont à toi ces brochettes ? Je les ais trouvé sur un présentoir, alors j’imagine que c’était à personne. Je ne t’ai même pas vu à côté, alors tu peux partir hein … Et puis, il n’y a pas de Tushikage à Iwa, tu n’es vraiment pas du coin toi … »



Sauf si l’adolescente jouait la comédie, elle ne semblait pas du tout comprendre de quoi cette fille voulait parler. Avec leurs histoires d’échanger des morceaux de métaux contre des trucs, elle trouvait ça tellement étrange, qu’elle préférait faire comme d’habitude, la récupération gratuite. C’était bien plus rapide, plus efficace, et elle ne perdait pas de temps. C’était que rencontrer d’autres gens, leurs parler lorsque cela ne l’intéressait pas, très peu pour elle.



Jiki Masami • « Mais t’es qui toi d’abord ? »



Demanda alors Masami sans se présenter. Elle avait bien vu que cette fille ne portait pas de bandeau de ninja, c’était peut-être une étrangère ? Quelqu’un de la coalition ? En tout cas, c’était une ninja, parce qu’elle voyait mal un civile monter à l’aide d’une échelle ici pour quatre pauvre brochettes.



Jiki Masami • « Dis voir, tu serais pas copine avec Tsuyoshi toi ? C’est un type du coin qui se la joue garde volant, à arrêter le crime en cherchant qui il faut pas. Vous devriez vous entendre … »



Lança alors comme information la genin, alors qu’elle raffermit sa prise sur les trois brochettes, avant qu’elles ne disparaissent dans un nuage de fumée. Elle venait de sceller dans un sceau de fuinjutsu les trois brochettes, alors qu’elle gardait en bouche la dernière. Il n’était pas question de se faire piquer sa proie, pas question. Elle se sentait suffisamment en pleine forme pour réussir à le garder. Son éducation, enfin son absence d’éducation, lui avait appris d’autres valeurs ou en tout cas bien éloignées de celles d’ici.



Jiki Masami • « Payer le commerçant ? De quoi tu parles ? Je vois un truc qui me plait, je le prend si l’autre ne sait pas le défendre. C’est comme ça la vie, le plus fort gagne. Les faibles laissent faire. Payer d’une autre manière ? De quoi parles-tu exactement ? »



Masami se tenait sur ses gardes en permanence, car elle n’avait confiance en personne et sûrement pas quelqu’un du même acabit que Tsuyoshi, qui l’avait attaqué pour des fruits. Elle était arrivée depuis plus d’un an dans le pays de la Terre, en même temps que la libération de Wasure no Kuni. Elle obéissait uniquement lorsque la personne était plus puissante qu’elle, et quelque chose lui disait que celle-là n’en faisait pas parti. Elle n’avait pas l’aura, la présence ou la prestance de quelqu’un capable de lui résister.



Jiki Masami • « Bon … c’est pas tout ça hein … mais moi, je vais m’entrainer … »



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Une drôle de personne [Avec Masami] Empty
Jeu 20 Aoû 2020 - 2:54
Wowowow en voilà une spéciale...~ se dit-elle intérieurement, d'abord par sa façon de parler en mot à mot, une dbéile ou une étrangère, dans le second cas, ca lui déplaisait fortement, le monde extérieur n'apporte que des ennuis, comme toujours, tous à vouloir faire la guerre pour rien et ne pa respecter les règles de respect qu'il sied à une société bien établie. Enfin, ensuite, ca avait vite pris une tournure différente puisque l'autre brune avait commencer à parler normalement, sans accent ce qui indiquait clairement qu'elle n'était pas du coin et non l'inverse, Eri avait maintenant les mains sur ses hanches et semblait un peu dépitée « Moué pas de Tsuchi mais l'intendante à plus ou moins le rôle... » Avait-elle marmonné plus pour elle-même. Une jeune fille aux yeux blancs, plutôt mignonne d'ailleurs. Quand à Tsuyoshi, bien qu'elle ne remette pas directement le nom sur un visage, cela lui parlait, parce que oui, Eri connaît du monde, pas forcément personnellement ou intimement, mais voilà. Ils ont fortifié Iwa et il n'y avait qu'une forge pour se faire.

En tous les cas, la voleuse lui demandait son nom et Eri rétorqua « Tu devrais me donner le tiens, même si je doute qu'une voleuse donne son vrai nom. Je suis Eri de la maison des Hagashin. ET … Pour Tsuyoshi je dirais que... Heu... Il à quelle tronche ? J'ai une meilleur mémoire visuelle haha ! » Elle se gratta la nuque un peu embarrassée et avait préférer ignorer la remarque sur son accent ou sur le 'pas du coin' assez raciste et déplacer. « Mais, pour ses brochettes, il faut les payer. Le vendeur ne travaille pas pour le plaisir. Peu m'importe que tu ne trouves pas ca normal : tu vis quelque part, tu te plies aux codes de ce quelque part » Car il était évident qu'elle n'était pas d'ici ou au moins pas née ici.

À ce moment, la kunoichi raffermit sa prise sur les brochettes et Eri se crispa un peu, le début d'un combat inégal ? Elle en avait mené tellement depuis toute gamine, mais, c'était des bastons sans jutsus, de la bagarre de rue, de la violence extrême certes, mais rien à voir. Ensuite, les brochettes disparurent, dans un parchemin, Eri soupira et les paroles suivantes semblèrent plus reprendre le sens d'une compréhension mutuelle ; alors, la forgeronne sourit et plaça le plat de ses mains vers la shinobi :

Pas besoin de sceller la bouffe. C'est... Un peu extrême... -goûte de sueur sur le front- Tu sais, dans un village, on fonctionne pas à qui est le plus fort, d'ailleurs, je suis plus forte que toi à la forge, la création, réparation et l’entretien des armes... Ca, c'est quasi certain. C'est ma beauté d'un village Ninja, et du fait de payer, tu peux obtenir des choses que tu maîtrises moins bien tout en fournissant ce que toi, tu maîtrises. » le bras tendu avec un pouce levé, genre ta vus c'est trop cool ; elle opina sur la déclaration d’entraînement « Tu es ninja d'Iwa, et tu ne connais pas ses codes, tu vas t'attirer des ennuis, je peux t'aider, et toi. Tu m'aides aussi. Fais un moment que j'ai pas pu m'entraîner sérieusement avec quelqu'un qui s'y connaît... » Sortant un poisson séché de son pochon et le mâchonnant, elle ajoutait : « On peut manger un bout ensemble, avant. T'en veux ? » Pas qu'elle croyait au fait que la jeune femme ne connaissait rien à l'argent, ca lui semblait inconcevable ce point, mais bon, elle devait jouer la carte de la fille sympa pour déterminer le vrai du faux dans tout ce méli-mélo d'informations. Ensuite, seulement, elle prendrait une décision.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Jiki Masami
Jiki Masami

Une drôle de personne [Avec Masami] Empty
Ven 21 Aoû 2020 - 12:56
Une bonne société bien établie, voilà un concept amusant et nouveau. Ce n'était pas quelque chose qui était habituel pour l'adolescente dont avait à faire Eri. Ça non, ce n'était évidemment pas marqué sur son front, mais on pouvait dire qu'elle était une étrangère. Elle se pencha légèrement en avant prenant la même mode avec les mains sur les hanches.

Jiki Masami • « Ouais ben ... J'ai quand même raison ... »

Fit alors Masami avec une petite moue répliquant à propos de l'absence de Tsuchikage. Ok, elle jouait sur les mots, évidemment, mais elle aimait avoir raison, comme souvent d'ailleurs. Elle ne respectait pas les grades, alors cela avait peu d'importance.

Jiki Masami • « Eri ... de la maison des Hagashin ... C'est rudement long, je devrais connaître ? Moi c'est Masami, tu devrais connaître vu que j'ai remporté le tournoi des genins d'Iwa. Ce n'est pas comme si tout le monde en avait parlé. »

C'était une manière de dire qu'elle était forte, qu'il ne fallait pas venir lui chercher des noises. La châtaigne ne cachait même pas son véritable nom, car pour l'ancienne prisonnière de Wasure no Kuni, elle n'avait rien fait de mal. Elle était la plus forte, alors c'était normal de prendre son dû. Un jour, cela allait tourner, mais en attendant, il fallait bien en profiter.

Jiki Masami • « Je ne suis pas une voleuse, je prends ce qui me revient. Les forts décident et prennent, les faibles subissent et courbent l'échine. C'est comme ça que cela fonctionne. »

Répéta alors ce qu'elle avait appris Masami en prison, toute sa vie. Elle ne s'estimait pas dérober quelque chose, simplement prendre ce qu'elle avait envie et personne n'avait à dire quoi que ce soit. Enfin tant que cela ne serait pas une personne plus puissante qu'elle.

Jiki Masami • « Tsuyoshi ? C'est simple, un brun, un mec, le genre de chieur qui se mêle de ce qui ne le regarde pas. Il a même tenté de m'arrêter, mais après quelques tentatives infructueuses, il a renoncé. Tu veux danser toi aussi ? Tu peux tenter ta chance. Je ferais comme lui, tu as trois essais, après, je répliquerais. »

Décrivit alors la genin pour un de ces collègues. Au final, même si elle parlait de lui ainsi, il avait le courage de se battre et l'intelligence de s'arrêter lorsqu'il le fallait. Il n'était pas si bête pour une personne de l'extérieur. Quoi qu'il en soit, lorsque Eri revint à remettre sur la table le plat qui s'appelait brochettes, elle leva un sourcil perplexe.

Jiki Masami • « Les payer ? De quoi tu parles ? Vos histoires d'échanges de morceaux de métaux contre des trucs ? C'est beaucoup trop compliqué votre truc. Je préfère comme d'habitude, il y a des lieux où on prend ce que l'on a envie à des heures fixes, et voilà. C'est quand même bien plus simple, normal et commun. Moi non plus je ne travaille pas pour le plaisir, je suis une ninja parce que je ne suis douée que pour ça. Je sais me battre et je me rends indispensable pour ne pas retourner là où j'étais. C'est simple. Et toi, tu fais quoi pour te rendre indispensable ? T'es une feiniasse comme la majorité des gens de l'extérieur ? »

Masami glissa ses bras le long de ses corps, prête à réagir alors qu'elle se dépêcha de prendre ce qui restait sur la brochette. Il ne restait plus qu'une petite pique de bois avec des pointes. L'air de rien, c'était une arme comme une autre. Elle en profita pour magnétiser ce futur projectile avec ça main paume ouverte vers le ciel. Le morceau de bois commençait à flotter au-dessus de sa main comme s'il était animé d'une vie propre. Il commença à tourner dans la paume de sa main, une petite démonstration pour bien mettre dans la tête de cette fille à qui elle s'attaquait. C'était peut-être de l'intimidation, oui, mais c'était comme cela que fonctionnait son monde, même si elle n'y était plus.

Jiki Masami • « C’est pas extrême, c’est pratique. C’est moi qui aie trouvé les brochettes, alors, ne t’avises pas à vouloir me les piquer. Si tu as faim et que tu en veux, le stand est là-bas. »

Déclara Masami en pointant du doigt en direction du lieu de sa rapine. Elle ne semblait même pas comprendre le souci de disparition subite non désirée en un lieu donné. Elle était une kunoichi, alors si jamais elle devait défendre ses brochettes autant avoir les mains de libre pour se battre. Elle se méfiait de tout le monde, car la châtaigne n’avait confiance en personne, c’était aussi simple que cela. Habituée à devoir se battre presque toute sa vie, elle était toujours en condition pour le faire, même si elle n’était pas du genre à chercher les noises directement. Cependant, avec sa manière de vivre, cela venait tout seul à elle.

Jiki Masami • « Bien sûr que si c’est toujours la loi du plus fort. Toph sensei donne des ordres aux autres, car personne n’a pu prendre sa place, personne n’a été assez fort, assez puissant et imposant. Que tu saches faire des trucs tant mieux pour toi. M’en fiche de ta forge, je récupère mon matériel pour me battre, ou je me fabrique un surrin, n’importe quoi tant que c’est utile. Si on ne t’enferme pas, que l’on ne te tue pas ou d’autres trucs car tu es utile, tant mieux, sinon un jour tu disparaitras et personne n’ira pleurer pour toi. C’est comme ça, chacun pour sa gueule. »

Masami ne pouvait évidemment pas être d’accord avec cette vision idyllique de la vie, qu’elle ne connaissait pas. Elle avait toujours vécu à la dure, où c’était un miracle et une chance d’avoir vu un nouveau soleil se lever. D’ailleurs, c’était son objectif principal, vivre une journée de plus, rien d’autres. La Jiki leva un sourcil perplexe en voyant le mouvement du bras avec le pouce levé.

Jiki Masami • « Tu sais que … tu es vraiment très bizarre ? »

Demanda alors l’adolescente, mais le sentiment devait certainement être partagé. Elle haussa les épaules légèrement.

Jiki Masami • « Jusqu’à maintenant, je n’ai pas eu de soucis que je n’ai pas pu réglé. Je m’adapte et j’évolue, mais je survivrais. J’ai pas besoin de ton aide pour ça. Pourquoi je t’aiderais ? Et à quoi surtout ? Ça me rapporterait quoi surtout ? Tu veux faire un accord ? »

Masami soupira légèrement en la voyant mâchouiller un poisson séché juste avant de se battre. Elle secoua la tête doucement.

Jiki Masami • « Vous autres gens de l’extérieur alors …. Si tu veux t’entrainer, seulement si tu as fait quelque chose de bien, si tu as vraiment avancé, tu auras le droit de manger, sinon rien, que dal. Pourquoi veux-tu manger, te récompenser alors que tu n’as rien fait du tout ? Les gens de l’extérieur, vous êtes mou, sans motivation, parce que vous avez la chance d’avoir tout à porter de main. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Une drôle de personne [Avec Masami] Empty
Sam 22 Aoû 2020 - 14:21
Tout le monde en parler ? Cette petite semblait quelque-peu arrogante. Eri croisa les bras. Surtout que bon ; le tournoi Genin on en parle pas des masses niveau commerçant, on y a pas vraiment accès, ce sont surtout les élites du pays qui y ont accès, le reste est tenu en grande partie secret… Normal pour des Ninjas et des avantages stratégiques à venir. Peut-être en avait-on parlé entre shinobis : Mais Eri elle, était plutôt un genre de Ninja ‘volontaire’ ou par ‘intérim’. Le gros de son temps étant à la forge, difficile d’être au courant de tout dans ce monde fermé des shinobi, ce qui faisait qu’ancienne de Rokkusu, elle se sentait parfois exclue de son chez-elle. La suite de sa réponse ne laissait guère de doutes sur l’insolence méprisante de la demoiselle, c’est triste, de voir des gens comme ca parmi les shinobis du village, parmi les habitants tout court, la forgeronne n’aime pas ca, mais plus encore, elle aimerai pouvoir l’aider à avoir une vision différente, mais, si elle reste à ce point obtus, tout ce qu’elle pourras faire, c’est signaler le méfait et, probablement que le conseil la réprimandera ou lui fera des retenues sur salaire en prévision.

L’autre l’invitait à des tentatives pour l’arrêter, l'Hagashin aime les défis au corps à corps, les bagarre à l’ancienne sans techniques ninja. Pour le reste, elle n’est pas douée, elle n’a aucune chance, trop peu d’entraînement, trop peu de talent aussi. Mais il n’y a pas que la force ou la stratégie dans la vie, il n’y a pas que cette « loi du plus fort ». Heureusement. Même si elle semble refuser de l’entendre, qu’elle refuse même l’idée d’un système d’argent pourtant simple et cohérent, elle leva un index, les bras toujours croisés. justement, tu es douée pour être Ninja et le village te donne ses métaux, qui te servent à obtenir de quoi manger, et d’autres choses. justement, tu es douée pour être Ninja et le village te donne ses métaux, qui te servent à obtenir à manger, et d’autres choses. Et les gens à qui tu donnes ca pourront se payer des missions d’escortes pour aller chercher des matières premières hors du village… C’est une chaîne vertueuse. » D’une certaine manière, c’était sa première tentative. Eri n’est pas forcément trop douée pour influencer les gens, elle dit juste les choses de la manière dont elle les perçois, dont elle les vis. « Tu, tu ne penses qu’à ta pomme, tu serais plus forte, d’où que tu viennes, si ici, tu penses coopération. »

Quand elle lui indiquait la direction du stand, Eri eu un sourire, fermant les yeux et soupirant ensuite : « Ecoute, Masami, t’es pas obligée de comprendre et de l’utiliser pour qu’on puisse te faire faire les choses dans les règles, le village peux t’aider, sans que tu ai à voler. Dans un premier temps, ce serait bien, que tu faces un pas vers un bon comportement, un qui corresponde à la vie en société ici. »

L’autre restait totalement fermée, réagissant sur le travail à la forge, le fait de disparaître, fronçant les sourcils, les pings serrés mais toujours bras croisés, plus pour s’empêcher défoncer tête baissée. Comme le bourrin qu’elle est. « On a tous eu notre lot de souffrance, ici. D’où que tu viennes -répétait- Alors, arrête avec ta morale à deux balles. Si tu m’attaques, y à pas mal de shinobis de garde en hauteur -on en voyait d’ailleurs quelques- j’ai pas besoin d’être forte pour gagner ce combat, même si tu es plus forte que moi, c’est certain. Je ne veux pas t’empêcher de manger. J’suis pas un monstre, ta vus comme elles sont bonnes ses brochettes ! J’veux juste te faire comprendre comme ici, on fonctionne. Que tu l’acceptes, ou pas. T’auras des ennuis un jour, des ennuis plus sérieux que moi ou Tsuyoshi. Tu me dis que tu t’adaptes et évolues, et je te propose une aide pour ca, prouve moi que c’est vraiment le cas. » Là, c’était sa deuxième tentative, pas de la faire totalement bouger de ses positions. Puis, elle y repenserait peut-être plus tard, à calme. Elle semblait braquée, Eri devait arrêter là sur ce sujet.

D’ailleurs, elle écoutait la morale et la façon de voir les choses de son interlocutrice… Trivial… Mais elle haussa les épaules, décroisant ses bras « Tu sais quoi, j’veux bien de pas manger tant que je ‘lai pas mériter. Si toi aussi, tu fais un effort. Regardons-nous d’humain à humain et pas comme tu sembles le faire, de prédateur à proie. Je suis pas ton ennemie, je fais partis de ta meute, si tu es Ninja d’Iwa. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Jiki Masami
Jiki Masami

Une drôle de personne [Avec Masami] Empty
Mer 26 Aoû 2020 - 11:24
Si jamais cela n'intéressait pas tellement Eri, le tournoi avait été publique. Tout le monde pouvait venir voir les combats, et de plus, on en avait parlé au kunai émoussé. Cependant, c'étaient des affaires de ninjas, de violence et oui, Masami était arrogante, surtout face à ceux qu'elle dominait. Le message était fort simple, elle déclarait immédiatement qu'elle était la plus forte. Libre aux autres de tenter leurs chances contre la Jiki. Elle ne savait pas du tout créer, sa spécialité était plutôt le contraire, la destruction.

Jiki Masami • « Ceux qui payent les missions sont généralement des riches qui veulent que l'on fasse le sale boulot. Il y a des cas où c'est pour le bien du pays tout court, mais à part aller chercher le chat de la voisine, cela reste anecdotique. Je me moque du sort des autres, car seul moi a un intérêt à ce que je survive. Personne ne viendra t'aider lorsque tu seras au fond du caniveau. Tu ne peux tenir que sur toi-même, c'est ça la vie. Je vais réfléchir à ton histoire d'échanges de métaux ... »

Concéda alors quelque part l'adolescente, mais elle ne comprenait pas tout. Elle avait bien remarqué qu'il y avait des pièces plus grandes que les autres, d'une matière différente, cela devait bien dire quelque chose. Elle ne comptait pas se faire avoir, ça non.

Jiki Masami • « En quoi perdre mon temps à aider les autres sans rien y gagner m'aidera à devenir plus forte ? À survivre à la prochaine catastrophe ? Car dans ses cas-là, c'est chacun sa gueule. Et si tu ne sais pas d'où je viens, je suis née et j'ai vécu à Wasure no Kuni. »

Généralement, la seule mention de la prison légendaire suffisait à faire comprendre beaucoup de choses, et surtout à faire peur aux autres et avoir la paix. La fameuse prison avait fait l'effet d'une bombe dans le monde entier, révélé dans les journaux, on avait appris que depuis des siècles, les différents pays envoyaient ceux qui dérangeaient entre ses quatre murs sur une île qui n'était pas sur les cartes. Énorme scandale, car même entre ennemis, ils s'étaient mis d'accord, bafouant tous mes principes. Masami avait vécu toute sa petite vie là-bas, et elle ne pouvait pas être comme tout le monde, comme ceux à l'extérieur de la prison.

Jiki Masami • « Pourquoi je me plierais à votre fichue société injuste ? La majorité mentent, trompent et abusent. Vos paroles ne valent pas grand-chose, alors pourquoi ce serait à moi de changer ? Quand j'étais dans la prison, je me suis dit que j'avais fait quelque chose de mal, que j'étais mauvaise, que je payais les erreurs de ma génitrice. C'était pour ça que j'étais enfermée et punie, mais quand j'ai vu les gens de l'extérieur de Wasure no Kuni, je les ai trouvés encore pire. Ma parole vaut de l'or, je dis ce que je fais et je fais ce que je dis. Dans la prison il y avait une société juste, égalitaire, mais dure. Ça fonctionnait très bien, mais ici, c'est n'importe quoi. »

Son comportement était partiellement expliqué par les pots que la châtaigne venait de lâcher. Ce n'était pas une excuse mais sûrement une sorte de blessure profonde et toujours ouverte. Vivre toute sa vie ou presque dans un milieu carcéral n'était pas sans conséquence sur la psyché. Elle remarqua la réaction au niveau des points de cette femme, et elle était prête à réagir si jamais elle l'attaquait. Masami n'imaginait pas avoir de grosses difficultés, mais il ne fallait jamais sous-estimer son adversaire. Cependant, quand Eri parla de la souffrance de tout le monde, elle éclata de rire.

Jiki Masami • « Vous vivez dans un monde idyllique ou vous pouvez tout avoir à porter de main. Je me demande une chose, combien de personnes tu as tué dans ta vie ? Combien de cadavres as-tu enterré ? Combien de séances de tortures as-tu subi ? À quel point as-tu été privée de nourritures, de sommeil et de tout ? Parce que moi, c'est ma vie entière à part la dernière année dans votre putain de paradis ! Alors ne viens pas te plaindre, surtout pas. Tu es à cent lieues d'avoir le droit de le faire. »

S'énerva alors l'adolescente qui ne pouvait pas en entendre davantage dans la bouche d'une privilégiée qui osait se comparer à elle. Sa vie entière n'était que souffrance et à ses yeux, une fille qui sa plus grande difficulté était de choisir sa tenue du jour n'avait pas voix au chapitre.

Jiki Masami • « Si je devais t’abattre ici, j’utiliserais une de mes techniques à la vitesse foudroyante. Ensuite, j’utiliserais une de mes techniques de camouflages pour fuir la ville si jamais mon identité est trouvée sur les lieux. Quoi qu’il en soit, il y a plus de chances que ce soit toi qui m’attaques en premier, non ? Pourquoi veux-tu que je commence les hostilités ? Je ne ferais que me défendre. »

Répliqua d’un calme parfait, voir même froide, Masami en penchant la tête légèrement sur le côté. Elle paraissait peut-être violente, vindicative, mais elle n’était pas du tout stupide. De son côté, elle savait que si elle provoquait la bagarre et qu’elle doive simplement se défendre, cela se passera plus mieux que si elle débute l’affrontement. Pourquoi le ferait-elle de toute manière ? La châtaigne avait les brochettes et elle se moquait de cette fille. Elle n’avait pas d’énergie à dépenser pour si peu.

Jiki Masami • « Les ennuis, j’en fais mon affaire. »

Commenta simplement du tac-o-tac la jeune adolescente. C’était plus un réflexe qu’une réflexion pour le coup, elle avait dû toute sa vie agir ainsi.

Jiki Masami • « Tu veux m’aider ? D’accord, mais comment ? Pourquoi faire ? Et qu’est-ce que cela me coutera ? Si on fait un accord, il faut tous les détails et il faut les respecter à la lettre, car les moins que rien qui n’ont pas de paroles, ils ne vivent pas longtemps. »

C’était une menace claire que la Jiki avait besoin de rappeler aux gens de l’extérieur. Si jamais elle n’avait confiance en personne, elle savait que ces gens-là ne respectaient pas grand-chose. Alors il était important qu’ils sachent où ils mettaient les pieds. Masami commença à rire lorsqu’Eri parla qu’elle devait la regarder comme un humain, et plus comme une proie. Elle afficha un large sourire plein de dents, car il était vrai que c’était sa vision actuelle de cette fille. Elle ne comprenait pas pourquoi, mais Eri disait elle-même qu’elle était faible, plus faible qu’elle, alors comment la châtaigne pourrait la voir autrement qu’une proie ?

Jiki Masami • « Il faut … le mériter pour ça, pourquoi je devrais te voir autrement que tous ces gens qui trainent là. »

Demanda alors froidement la genin en montrant du visage les habitants d’Iwa qui marchaient dans les rues. Elle les voyait comme des insectes, comme des moins que rien, et si jamais Eri voulait quitter cette case, elle devait le prouver.

Jiki Masami • « Si tu étais mon ennemi, tu serais déjà morte, je peux te l’assurer. On fait partie du même groupe, on est toutes les deux ninjas de ce pays, de ce village, mais cela s’arrête là. Tu ne fais pas partie de ma meute, non, ce cercle est très restreint. Je ne peux faire confiance en personne … hmmm … peut-être ce crétin de Doudini, admettons, mais toi, je ne te connais pas. »

Cela ne se voyait pas comme cela, mais c’était affectueux dans sa bouche le crétin dont targuait Masami envers son compagnon de lutte favoris. Cependant, il était impossible pour l’adolescente qu’elle reconnaisse un quelconque sentiment envers quelqu’un. Cela ne faisait pas du tout parti de ses habitudes. Après avoir joué avec le bois de sa brochette, elle l’envoya à toute allure se planter au travers de la tête du poisson que tenait Eri. La frappe était rapide et précise. Surtout, elle ne semblait pas avoir eu besoin de prendre en main la brochette, elle était partie toute seule dans la direction désirée.

Jiki Masami • « Tu veux t’entrainer ? Pourquoi pas, mais si tu es trop lente ou trop nulle, je pars. Je ne perds pas mon temps avec des minables, je dois devenir plus forte moi. Tu dis être une ninja ? Alors prouve le moi, montre-moi ta détermination. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Une drôle de personne [Avec Masami] Empty
Ven 28 Aoû 2020 - 20:50
Visiblement, la gamine était complètement, ; tordue, comment Toph avait pu accepter « ca » dans le village sans lui faire suivre une bonne thérapie, c'était, inconcevable aux yeux d'Eri, jamais ca n'aurait été le cas avec Akimoto, jamais il n'aurait accepter de tels gens dans le village sans les aider d'abord pour en faire à minima des gens respectant les règles, qui ne les transgressent pas et aident le village pour le bien commun plutôt que de profiter justement comme une putain de privilégiée. Elle osait parler de manque de sommeil, de morts, de la faim, des choses qu'Eri avait connus, pour le sommeil, c'était quasiment constant à la forge, la faim avait suivis les problèmes financiers de la mort d'une bonne partie de la famille et les morts enterrés, il y avait tellement de noms, tellement de gens qui l'avait conduite à suivre leur vois, celle des shinobis défendeurs du village d'Iwa : Biensur, elle n'avait pas leur niveau, elle était même, assez nul dès qu'il s'agissait de combat avec des jutsus, juste bonne à de la bagarre de rue et très bonne à la forge, parc qu’elle y passait ses jours et ses nuits depuis la tendre enfance, dans le bien comme dans le mal en terme financier et d'heures... Fondre son fer prend minimum trois jours et trois nuits, sans jamais s'arrêter. Visiblement, cette morveuse ne connaît rien à la vie sinon celle dans sa putain de prison. Mais Eri à bien compris que sa vision ne changera spas ainsi.

« T'es trop bornée tu sais ? T'es la seule à parler de tuer, moi jte parle de choses à pas faire pour la vie en société ici, j'te conseil des trucs pour bien t'en sortir, en gros, j'suis sympa avec toi. » elle haussait les épaules. Faisant un grand effort, fruit de plusieurs années de maîtrise de soit – bon ok, juste deux ans. Ca fait quand même plusieurs. « Si tu es trop conne pour le voir ou juste l’accepter, c'est que t'as vraiment rien capter à la vie dans ta prison, ouai y à des cons ici, et pour l'instant, t'es dans le haut du panier ma belle. » de la bouche de la forgeronne, belle sonnait clairement comme une insulte, pas que ce fut important à ses yeux, la beauté, comme le fait de choisir un t-shirt le matin, vus ce qu'elle porte, les même fringues en quelques exemplaires dans la garde robe, en petite quantité et souvent pas dans un bel état, mais c'était ainsi qu'elle voyait ce genre de mots, comme de simples taquineries, piques ou attaques. « Tu veux de'vnir plus forte ? Et pourtant tu agis comme une idiote... Ha Ha ! Pire que moi ! » elle lui lançait un sourire au moment ou l'autre attaquait avec ses pics, mais Eri avait prit des distances de sécurité tout au départ de sa rencontre, considérant que la personne était potentiellement dangereuse et plus puissante qu'elle, ca ce n'était pas difficile à deviner étant donné les lacunes d'Eri en Ninjutsu, de facto, même surprise, avec ses réflexes tout de même pas si inexistants de combattante, elle n’eut pas grand chose à faire pour parer l'attaque qui ne la visait d’ailleurs pas directement.

Puis, le mudras avait bien aidé à prévoir une attaque. De nombreux facteur qui épaulèrent la kunoichi, à répondre sans surprise malgré la rapidité de celle-ci : balançant son poisson sur les dits pics qui le visait d'ailleurs, tout en faisnat un bond de côté qui la fit certes atterrir sur la toiture d'un autre bâtiment : Franchement, elle aurait eu des choses à répondre mais vraisemblablement, l'une comme l'autre en avaient assez dit, et même si elle perdrait, la brune se décida à contre-attaquer. Se projetant en avant pour combler la distance trop grande prise au départ, puisqu'elle ne pensait pas occasionner une joute ''d'entraînement'', ne pensant de base pas forcément être face à une Ninja du pays. Elle n'avait biensur rien répondue sur les morts et tout ca, tout le monde n'est pas une pleureuse, Eri n'en est pas une. Comptant bien l’enchaîner de coups basiques mais non moins rapide au corps à corps, il fallait déjà que l'autre se laisse atteindre ; et la kunoichi n'avait d’autres choix que de tester son adversaire, l'observer, pour ne pas gâcher son chakra et son énergie connement, d’où le fait qu'elle fonçait sans en utiliser, et qu'elle attaquerait aussi, en révisant ses basique,s une bonne garde et des coups bien placés.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Jiki Masami
Jiki Masami

Une drôle de personne [Avec Masami] Empty
Mer 2 Sep 2020 - 11:13
C’était vraiment dommage, malgré les apparences, Eri était bien partie pour toucher au cœur la personne face à elle. L’adolescente était quelqu’un de difficilement cernable, complexe et renfermée sur elle-même. Cependant, la forgeronne sembla comme craquée. En effet, elle changea du tout au tout en quelques instants. Faisait-elle la comédie depuis tout à l’heure ? Etait-ce une ruse ou un moyen de gagner du temps ? Eri avait peut-être trouvé un moyen de prévenir les gardes d’une certaine manière. Il fallait rester prudente, mais si jamais quelque chose pouvait caractériser la Jiki, c’était bien qu’elle gardait la tête froide en toute circonstance, même lorsqu’elle avait appris la pire des situations. Toph l’avait gratifié de douces paroles comme pour valider sa force, sa puissance, son utilité. Malgré ses travers assez connus, la châtaigne était là, présente, et elle se battait pour ce village. Les seules règles qu’elle acceptait de respecter étaient celles dictées par ceux plus puissants qu’elle. Les autres microbes comme cette fille n’avaient pas la force de ses convictions. Ils n’avaient pas voix au chapitre, et ils devaient obéir simplement.

Jiki Masami • « Ne me regarde pas comme ça, prouve moi que j’ai tort. Je suis plus utile qu’un danger pour ce village, sinon, je ne serais plus là. »

Osa prendre la parole Masami très calmement, voir froide. Cette fille avait reconnu elle-même qu’elle était plus faible que sa consœur, alors la Jiki ne comprenait pas pourquoi se rebeller ainsi contre cette règle. Elle partait du principe que tout le monde devait la connaitre, mais il n’y avait peut-être que ceux ayant vécu en prison qui pouvait comprendre l’importance de cette loi.

Jiki Masami • « Bornée ? Oui, on me le dit souvent, mais si tu comptes espérer me faire changer radicalement, alors viens, je t’attends. Bats-toi, prouve que tu vaux quelque chose et que tu n’es pas un simple mouton. »

Masami sourit légèrement sur le coin de sa bouche.

Jiki Masami • « Je suis une ninja, j’use et j’abuse du chakra pour toutes sortes de choses, alors quel est mon métier ? Si je dois aiguiser régulièrement mes armes, ce n’est pas pour autre chose que pour tuer. C’est ma voie, et la seule chose que je sais faire, où je suis douée. C’est ainsi que je verrais le prochain soleil se lever. »

La genin ne réagit pas vraiment à l’insulte, comme si ce n’était que des mots dans le vent, ce qui n’était pas très faux. Cela ne semblait pas la toucher outre mesure. Gardant la tête froide, elle ne quittait pas des yeux cette fille. Le visage fermé, elle attendait sa réaction.

Jiki Masami • « On verra qui de nous deux survivra aux prochains événements. »

Commenta simplement Masami qui avait vécu des situations bien pires que celle-là dans sa courte vie. Cette Eri ne pouvait certainement pas l’imaginer, ce que c’était d’avoir vécu à Wasure no Kuni, mais elle n’était pas là pour l’expliquer non. Eri était sur un autre toit, et la Jiki lui faisait face sans bouger pour le moment. Si jamais elle avait eu envie de l’abattre, elle n’aurait sans doute pas pu faire grand-chose, ce n’était là qu’un simple avertissement. Cependant, si elle s’attendait à voir la forgeronne utiliser une technique ou quelque chose afin de répliquer, elle leva un sourcil en la voyant courir simplement dans sa direction comme n’importe quel civile.

Jiki Masami • « Non vraiment ? Sérieusement ? C’est tout ce que tu peux faire ? »

Demanda alors Masami qui ne s’attendait pas à une attaque formidable ou qu’elle ne pouvait pas gérer, mais d’un simple niveau comme celui-là, s’en devenait ridicule. Alors qu’Eri courrait dans sa direction et sautait de son toit vers le sien, elle fit une suite de mudras rapide. Une sorte d’onde se libéra en forme de cône et si jamais la forgeronne n’était pas capable de l’éviter, elle serait touchée. Cependant, cela ne semblait pas faire grand-chose de prima bord. Cela faisait partie de son style de combat, très efficace, car une fois magnétisée, le combat était déjà terminé. Si jamais cela avait fonctionné, on pouvait voir le bois de la brochette plantée dans la tête du poisson être attiré par Eri, mais sans aucun doute que pour le moment, il allait rester là.

Lorsqu’Eri arriva à son hauteur à donner des coups de poings ou de pieds, l’adolescente évita facilement sans trop d’efforts les attaques. Si jamais Masami avait démontré ses capacités à distance, elle savait également se battre au corps à corps. On pouvait le ressentir dans sa manière de se déplacer, d’éviter les assauts et de prévoir les autres coups. Elle ne faisait qu’éviter et ne portait aucun coup.

Jiki Masami • « Tu as fini de jouer ? On peut commencer les choses sérieuses ? Montre-moi ce que tu vaux, utilise tes tripes comme si ta vie en dépendait. »



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467

Une drôle de personne [Avec Masami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: