Soutenez le forum !
1234
Partagez

Silence [Libre]

Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

Silence [Libre] Empty
Jeu 20 Aoû 2020 - 21:31
Ils avaient terminé la seconde épreuve d'une étrange manière. Miyuki aurait du mourir dans cet assaut bien trop énorme pour ses talents actuels, mais il semblait qu'elle ait eu une chance particulière qui lui avait permi de s'en tirer. Une chance mystique. Ce qui était d'autant plus étrange car elle voyait mal Senritsu l'aider dans un moment de faiblesse. C'était plutôt l'inverse. Mais la lame était restée silencieuse depuis lors. Elle n'avait fait aucune remarque sur leur défaite, n'avait pas souhaité la provoquer alors que cette dernière se complaisait bien dans ce rôle de perturbatrice perverse, sadique dans son arrogance mesquine.

Ils s'étaient alors rassemblés, soignés, reposés. Et maintenant sonnait l'heure des qualifications puisqu'il semblait que tous ne participeraient pas à l'épreuve suivante. Et là, un goût amer s'était propagé dans la bouche de la genin. Elle savait les résultats de son équipe. Outre l'épreuve absurde qu'on leur avait demandé de faire en premier lieu, qui allait à l'encontre de tous ses principes et de la rigueur, de la détermination et de la discipline qu'elle mettait en avant à chaque instant dans sa culture comme un dogme absolu, elle savait bien qu'ils n'avaient pas réussi à obtenir grand chose lors de l'obtention des rouleaux dans la forêt. Senritsu ne lui avait été d'aucune utilité à ses yeux, ce qu'elle avait travaillé n'avait porté aucun fruit. Seul son doton lui avait été véritablement utile, celui appris grâce aux enseignements de Zeref-sensei en qui elle était reconnaissante.

Mais cet échec lui déplaisait tout particulièrement, puisqu'elle savait que les passages au rang de chunin étaient loin d'être journaliers. C'était quelque chose qui mettrait encore du temps à arriver, qu'on lui reconnaisse ses capacités de combattante aguerrie. Elle se moquait des équipes. Elle ne voulait pas en avoir une à charge. Elle était de ces gens qui préféraient suivre les ordres plutôt que les donner. Non pas qu'elle en était incapable, mais elle n'aimait pas ça. Elle préférait se concentrer sur chacun de ses mouvements, ses sensations, ses réflexions. Elle n'aimait pas à avoir à les partager pour les faire comprendre à autrui.

La blonde considérait déjà qu'elle n'aurait pas ce à quoi elle aspirait avec cet examen, elle n'aurait pas accès à ce qui lui aurait offert une certaine liberté. Non, elle allait rester là, enchaînée à Kiri comme à un canidé à un poteau ou à une niche, avec l'espoir erronné de pouvoir s'en éloigner par instants avant de sentir la laisse brutalement arrêter sa course, la stopper net.

Silencieuse, elle observa son chef de clan s'avancer pour prendre la parole puis annoncer les genins sélectionnés pour la dernière épreuve. L'amertume revint, plus forte. Si elle avait fait plus attention à Satoshi, elle aurait remarqué plus tôt sa piqure. Elle aurait pu empêcher que le poison ne se propage et il aurait gardé conscience. Il n'aurait pas été un poids à porter pendant l'affrontement, il aurait eu sa place dans l'addition et il aurait pu faire pencher la balance. Si leurs trois adversaires avaient été déclarés comme vainqueurs, sans doute ne l'auraient-ils pas été si elle avait été cruelle. Si elle les avait achevé au lieu de les laisser continuer à servir Kiri.

Mais vallait-il mieux massacrer des genins étourdis et remporter cette épreuve en les dépeçant de leurs rouleaux, ou était-il préférable d'abandonner la course comme elle l'avait fait ? De choisir de leur laisser le rouleau et de tenter de l'éloigner de l'arrivée pour offrir un temps de retrait à Kiyoshi qui portait leur camarade sur son dos ?

Miyuki ne savait plus. Et elle n'avait plus véritablement envie de savoir désormais que les neufs noms avaient été dévoilés sans que le sien n'apparaisse. Elle leva la tête lentement, observa le ciel pendant de longues secondes puis, sans un bruit, s'écarta des gens présents pour les laisser profiter de leur victoire. Elle voulait s'éloigner de ce lieu où elle n'était apparamment pas admise. Elle hésita longtemps au croisement des chemins entre le dojo et le port, puis choisi le second. Sur les toits, elle aurait un peu de calme et une meilleure vue. Un peu de silence de paix dont elle avait besoin pour calmer cette douleur qui montait face à son échec.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Sendai Anzu
Sendai Anzu

Silence [Libre] Empty
Jeu 20 Aoû 2020 - 23:23
Sur les quatre kumojins qui sont venus à Kiri pour passer l'examen, seul deux ont réussi à passer la seconde épreuve, il s'agissait donc d'une pseudo-réussite pour les genins kumojins, Sazuka risque d'en être fière de savoir que les kumojins ont gérés à l'examen, même si uniquement des assimilateurs se sont qualifiés. S'ils ne sont certes pas un clan à Kumo, peut-être que leur victoire pourrait amener à créer un mouvement de rassemblement pour créer un début de clan ? Après, cela risquait d'être plus un groupuscule comme les Sendaï qu'un véritable clan, mais ils verront avec Sazuka ou le Raikage si jamais ils se décident enfin à choisir un Raïkage pour remplacer Sazuka qui n'est qu'un Raikage temporaire. Enfin, les kirijins lui ont demandé de devenir un arbitre, elle a donc été juste dans sa manière d'agir lors de la première épreuve, ou du moins, ils ont décidé que cela se faisait, elle avait peur de se faire réprimander, mais finalement ...

Enfin, la Sendaï s'est fait discrète, elle n'a pas cherché à interagir tant que ça, malgré les beautés féminines qui sont apparus dans son champ de vision, notamment cette kazejin qui dégageait une sorte d'aura à la fois sauvage et précieux qui donnait un mélange savoureux très original, du moins, de ce qu'elle en a vu, même si elle n'échangerait pour rien au monde sa ... elle préfére penser à autre chose, des livres, voilà pourquoi elle s'était fait discrète. Elle avait repéré du coin de l'oeil la petite bibliothèque du complexe de Kiri, elle en a profiter pour prendre "deux trois livres" pour continuer à toujours en apprendre plus, la littérature kirijin et kumojin est bien différente après tout, plus rustique, moins avancé, ayant une vision plus ... belliciste et martial de certaines choses, comparée en tout cas à la vision kumojin du monde. Mais les deux pays vivent dans un contexte très différent l'un et l'autre, normal donc que l'écriture kirijin et kumojin ne sont pas les mêmes.

La violette part déjà en direction du port, il fallait se rendre sur l'île d'Ue à nouveau, et donc elle attendait un navire, et elle avait de quoi l'attendre, même si, en vérité, ces livres ne vont pas l'occuper pendant le voyage, elle en a déjà lu une partie, et il ne lui en restait que quelques uns. Oh, elle a quand même suivi la compétition, mais de très loin : elle vérifiait juste que les kumojins montraient aux kirijins une bonne image du village caché des Nuages. Mais en parlant de kirijin, l'une d'entre elle semble se positionner sur un toit qu'elle empruntait, une blonde, de ce qu'elle sait, c'est une sabreuse du nom de Mawehara Miyuki, une jeune genin qui a failli mourir lors de la deuxième épreuve, il ne fallait pas être devin pour comprendre qu'elle est venue ici pour réfléchir. La jeune blonde n'a pas vu la Sendaï, normal, elle était de l'autre côté du toit, et aussi silencieuse qu'elle pouvait l'être, jamais elle n'aurait réussi à échapper au radar d'Anzu.

Elle n'était pas douée pour les réconciliations, elle roule des yeux alors que la blonde observait l'horizon au loin, probablement en train d'évacuer sa frustration d'avoir échoué l'épreuve, une "mauvais perdante", un peu à l'image de ce cher Yahiko, qu'elle détestait d'ailleurs. Probablement que, si elle tombait sur ceux qui sont responsables de son échec, elle allait faire comme lui et les frapper soudainement avec une attaque pouvant être fatal pour eux. Elle ferme son livre après avoir marqué la page où elle était, puis se lève pour venir se tourner vers la jeune sabreuse.

- Ce n'est pas avec ce genre de réaction que tu peux t'attendre à ce qu'on te donne le grade de Chunin ma chère.

Histoire d'avoir d'abord une réaction avant d'expliquer ce qu'elle avait à faire, Anzu laissa d'abord la demoiselle s'exprimer, se préparant à recevoir une réponse plus physique qu'oral, de toute manière, son ombrelle était sorti.

_________________

Silence [Libre] 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/u784
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

Silence [Libre] Empty
Sam 22 Aoû 2020 - 17:37
Miyuki était déjà perdue dans ses pensées, réfléchissant au déroulement des deux épreuves, de ce qu'elle aurait pu faire de mieux, de comment réussir ce qu'elle avait manqué. Elle essayait d'analyser dans sa mémoire chacune de ses actions, de ses réactions à chaud. Comment faire mieux, comment se surpasser et obtenir ce qu'elle souhaitait ?

Aussi sursauta-t-elle quand elle entendit une voix derrière elle. Une voix féminine, intempestive. Elle venait troubler sa concentration. Mais ses paroles arrachèrent un sourire à la Sabreuse. Cette étrangère ne la connaissait pas et elle avait tiré semble-t-il des conclusions hâtives. Elle s'était méprise sur ses pensées et avait sans doute voulu se montrer en supérieure avisée. Elle ne l'avait pas vu parmi les genins, elle devait donc être une accompagnatrice, donc obligatoiremment plus gradée qu'elle. Mais si son sourire était d'abord amusé, il devint vite amer. Elle avait quand même perdu cette chance qui comptait pour elle. Pour sa liberté. Elle qui voulait notamment retourner sur Ue pour enquêter, elle se trouvait coincée ici par son échec.

Un coup d'oeil plus prononcé sur la femme qui lui faisait face lui apprit qu'elle était kumojine, au bandeau qu'elle portait fièrement. Une de celles qui avait participé à sa libération sans doute. Enfin, pour elle, ceux qui avaient collaboré étaient forcément mal vus, peut-être même étaient-ils chassés. Les victorieux avaient toujours tendance à se venger de leurs sensations de perte sur les vaincus. Mais ça, elle pourrait le lui demander bien vite. D'abord, elle devait mettre les choses au clair.

« S'il est vrai que je n'apprécie pas les résultats, vous vous trompez sur la raison de mon écart momentanné du Complexe. Je ne m'y sens pas chez moi, donc quand j'ai besoin de réfléchir pour revenir sur mes erreurs, je préfère le faire ailleurs dans la cité. Mais je ne vous ai pas vu parmi les genins et vous êtes de Kumo, je suppose que vous êtes une de leurs accompagnants. Que faites-vous vous-même si loin d'eux ? Vous ne devriez pas les conseiller en cet instant de repos ? »

Entre temps, la guerrière blonde s'était levée, dévoilant une tenue basique en lin qu'on lui avait donné puisque ses habits avaient en grande partie brûlé pendant son affrontement précédent.

« Enfin, désolée si mes questions sont déplacées. C'est une mauvaise tendance sur laquelle j'essaie de travailler ces derniers temps. »

Faisant un sourire plus poli et réservé cette fois-ci, la blonde entendit après un instant une voix interne. Celle de Senritsu qui se levait dans son esprit.

Menteuse...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Sendai Anzu
Sendai Anzu

Silence [Libre] Empty
Dim 23 Aoû 2020 - 19:44
Un coup d'ombrelle sur la tête, voilà ce que cette fille méritait pour lui poser des questions de la sorte. Non mais, pour qui elle se prenait ? Si certes c'était juste pour la faire regretter ces questions assez mal placé, c'était aussi pour qu'elle change tout de suite de ton avec elle. Si certes Anzu s'en fichait d'être supérieur à elle - qu'elle soit Jonin ou Chunin, elle s'en fichait absolument -, mais elle n'aimait pas qu'on tente de lui parler ainsi alors qu'elle vient donner de précieux conseils et une aide pour la crise que devait passer cette jeune Genin ayant échoué à l'examen. Elle lui réplique qu'elle se trompe, mais Anzu réitère ce qu'elle vient de dire : ce n'est pas avec cette réaction qu'elle deviendra Chunin.

- Retournes au Complexe.

C'était ce qu'elle disait, laconiquement et assez froidement, gardant son ombrelle fermé dans sa main.

- Si tu veux vraiment réfléchir à tes erreurs, retournes là-bas et demandes conseils au lieu de noyer dans une fierté mal placée. C'est comme ça qu'on règle des erreurs, auprès d'autres personnes.

Elle attendait encore une fois sa réaction, mais s'il le fallait, elle viendra prévenir de sa présence ici aux organisateurs de ce combat. Avec un peu de chance, une personne viendra s'occuper d'elle d'ici peu.

_________________

Silence [Libre] 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/u784
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

Silence [Libre] Empty
Sam 29 Aoû 2020 - 19:48
La blonde observait cette kumojine qui venait l'ennuyer sans raison apparente si ce n'est de faire la fière et de montrer sa supériorité sur des gens sur qui elle n'avait aucun pouvoir normalement. Elle qui souhaitait devenir une membre du Shiden, l'unité d'élite de Kiri, devait donc trouver un moyen de faire s'en aller cette femme ennuyeuse qui l'empêchait de réfléchir pour mettre à plat ce qu'il s'était passé et trouver des solutions pour progresser. Elle l'embetait juste et cette peste semblait bien décidée à ne pas la lâcher.

« Sauf votre respect, madame, vous n'êtes ni ma supérieure, ni même kirijine, ni même une de mes connaissances. Votre autorité ici-même ne concerne que vos protégés kumojins. Peut-être devriez-vous vous occuper d'eux et de les conseiller avant leur combat, si contrairement à moi ils ont réussi à passer ces deux premières épreuves. »

Sa voix s'était elle aussi fait plus tranchante et son sourire avait disparu pour un visage neutre et une voix coupante.

« Quant à ma fierté, elle vous remercie de vos attentions, mais sachez qu'elle n'est pas en cause aujourd'hui. Ce n'est pas un échec qui va m'arrêter, c'est généreux de votre part de vous en soucier mais vous pouvez retourner auprès de vos subalternes qui eux ont peut-être plus besoin de conseils. Personnellement, j'ai juste besoin de temps et d'espace. Nobuatsu-sama n'a rien mentionné à propos de ceux qui n'ont pas été sélectionnés, nous n'avons pas d'ordre de rester sur place le temps de l'attente et des autres combats. Et pour ce qui est de chercher conseil, vous pouvez aller demander à notre ombre, qui plus est mon chef de clan. Je sais très bien à qui m'adresser et quand lorsque j'en ai besoin. »

Terminant sa diatribe, sans doute la plus longue invective qu'elle avait faite de toute sa vie, mais après tout, elle n'avait jamais autant eu besoin de mettre les formes puisqu'elle ne voulait pas offrir la moindre accroche possible à son adversaire dans cet affrontement. Elle n'était personne pour lui donner des ordres et elle-même n'avait rien à se reprocher. Elle ne comptait pas bouger, à moins que quelqu'un de véritablement en droit de le faire le fasse. Elle était certes très attachée à la discipline et avait toujours montré qu'elle était particulièrement encline à la suivre, mais seulement lorsque cette dernière était justifiée et qu'elle venait de personnes qui étaient ses supérieurs hiérarchiques ou au moins des gens qu'elle respectait. Pas des inconnus rencontrés sur un toit un beau jour.

« Peut-être votre méthode est-elle valable, sans doute marche-t-elle. Mais ne croyez pas qu'elle est universelle. Ni même obligatoire. Bonne journée à vous. »

Se réinstallant en tailleur sans plus lui prêter attention, Miyuki se mit à méditer, se plongeant dans ses souvenirs et réfléchissant à toutes ses failles dans cette épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Sendai Anzu
Sendai Anzu

Silence [Libre] Empty
Dim 30 Aoû 2020 - 23:34
Anzu se met à soupirer, ayant perdu toute sa froideur, puis, elle se met à genoux, ouvrant son livre après avoir fermer son ombrelle et en continuant sa lecture. Ce qu'elle avait dit était tout à fait vrai : ce n'est pas une kirijin, et donc elle n'a pas le droit de venir lui donner des ordres. Donnez des conseils à ses "subalternes", elle compte le faire, mais pendant qu'ils se rendent sur l'île d'Ue, et puis, ils doivent se reposer pour l'épreuve finale, enfin, est-ce l'épreuve finale ? Peut-être que cela va devenir une sorte de tournoi à la fin, mais elle attendra comme tout le monde. Anzu cherche sa page, puis après avoir un temps pour reprendre sa page, elle commence enfin à parler.

- Tu as raison, ce n'est pas à moi à te conseiller ...

Elle garde son ombrelle sur ses genoux, puis elle jette un rapide coup d'oeil à la jeune kirijin qui avait l'air de bouder alors qu'elle souhaitait être seule, mais elle n'avait qu'à pas être sur le même toit qu'elle.

- ... c'est pour ça que je voulais que tu fasses du bruit pour que t'attires l'attention d'un de tes supérieurs. Tu me remercieras plus tard.

Dit-elle avant de reprendre calmement sa lecture.

_________________

Silence [Libre] 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/u784
Aditya
Aditya

Silence [Libre] Empty
Lun 31 Aoû 2020 - 22:08
Silence

ft. Mawehara Miyuki & Sendai Anzu


Printemps 203, autour du Complexe Shinobi, village de Kiri.

Tel un rythme régulier, les pas d'une silhouette longtemps exemptée aux yeux de la Brume guidait son chemin jusqu'à l'orée des détours du Complexe Shinobi, accompagnée d'une singulière odeur. L'une de ses paumes se referma avec attention sur le sachet tenu au creux de ses doigts duquel s'échappait cette senteur, rappelant celle d'une pâtisserie longtemps délaissée au profit des classiques yaiyaki ou dango, devenus bien plus populaires ces dernières années. Pourtant, l'homme semblait avoir fait le choix de l'exception, afin d'en offrir le réconfort à une personne partageant la même qualité. L'ombre d'un soleil printanier berça un instant ses traits bienveillants, avant que l'arche du bâtiment ne surplombe son entrée.

Son regard vint trouver les courbes des divers bâtiments déployés sur l'esplanade, dont il reconnaissait sans nul doute les attraits nostalgiques, relevant d'une époque où la rougeoyante et lui-même instiguaient les prémisses de cette nouvelle équipe. Désormais, c'était un toute autre membre qu'il venait trouver en ces mêmes murs. Mais dans l'ombre de visages inconnus, aucun ne trouva de ressemblance avec celle qu'il recherchait ; alors, délaissant l'écho d'une question auprès de l'un, puis de l'autre, les informations s'acheminèrent pour ne former qu'une seule et même direction. Celle qui le mènerait aux abords du port, bien loin du Complexe Shinobi.


[...]


Accompagné par le son des vagues, Aditya laissa ses sens le guider jusqu'aux abords de la mer, en tâchant de garder son emprise sur le sachet de pâtisserie trônant entre ses doigts. S'il pouvait encore sentir leur chaleur, trahissant leur confection récente, il pouvait être certain que malgré l'attrait de la blonde pour les doriyakis, elle se refuserait à en déguster un si son cœur était devenu froid ; après tout, n'en était-ce pas le meilleur aspect?

Un sourire fendit ses lèvres lorsqu’il entendit les exclamations de voix de son élève, dont le tempérament pour le moins foudroyant n’avait trouvé d’autre cible que l’envoyée des Nuages, à quelques pas d’elle. Il tâcha de retenir le léger rire qui menaçait de percer le silence. Elle n’avait pas changé. L'ascèse pouvait aisément discerner leurs silhouettes près d'un toit à proximité, et pendant quelques instants, il s'accorda l'écoute de leurs mots partagés.

Mais bien assez tôt, ses pieds se parèrent d'un revers bleuté afin de hisser sa stature jusqu'aux flancs des deux kunoichi, au cœur de la clôture de leur échange.

Doucement, en accordant une œillade bordée de gratitude à la Sendai pour ses paroles, l’ascèse brisa peu à peu l’espace qui le séparait encore de la sabreuse, conscient que bien des mois s’étaient écoulés depuis la dernière fois que tous deux s’étaient vus. S’ils avaient certes pu échanger des missives, cela ne pouvait remplacer le ton d’une voix vive, ou une discussion en face à face. Il était conscient que du fait de son absence, il avait manqué nombre d’événements durant lesquels elle aurait nécessité son aide, ses conseils – ces instants où elle était en proie au doute, ou à l’inverse à la joie de réussir une mission. Pour celle qui ne désirait que rejoindre les plus hauts rangs de la Main de la Justice, célébrer son intégration aurait certainement été quelque chose qu’elle aurait voulu partager, ou vivre avec les membres de son équipe ou de son clan.

Tout ce qu’il pouvait espérer, c’est qu’elle avait pu trouver un réconfort en une autre personne que lui-même ; car désormais, toutes ces minutes envolées appartenaient au passé. Mais celles à venir, étaient leurs, assurément.

« Je me doutais bien que je te trouverais là, Miyuki. »

Son regard d'éther vint trouver les iris de la jeune femme au-travers des mèches blondes parant son visage, où dans leurs cœurs se trahissait toute la bienveillance qu'il lui portait. Sans un mot de plus, sachant la surprise que sa présence pourrait provoquer, il prit place à ses côtés, aux abords du vide. D'un coup d’œil, il avisa son épaule, ainsi que les autres parties touchées de son corps, autrefois criblées de meurtrissures.

Sa paume, dont le sachet était demeuré sous le joug, vint se dévoiler à la jeune femme afin de lui tendre l'objet ; et sur un ton avenant, il laissa sa voix s'élever à nouveau dans un silence qui n'était plus tout à fait ce qu'il était, désormais.

« Tes blessures étaient suffisamment sérieuses pour m'inquiéter. Comment te sens-tu ? », demanda-t-il, en révélant par le même biais qu'il avait entrepris de les refermer, plus tôt.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

Silence [Libre] Empty
Mar 1 Sep 2020 - 17:06
Silencieuse, ne daignant plus accorder du temps d'attention et de paroles à la kumojine, Miyuki était parfaitement droite, les yeux fermés, assise en tailleur. Concentrée, elle ne sentit pas arriver Aditya. Elle sursauta donc lorsqu'il commença à parler puis elle se retourna en fronçant un peu les sourcils, étonnée, pour l'écouter avec plus d'attention. Son sensei ? Ici ? Elle n'avait pas entendu parler de son retour, peut-être venait-il d'arriver ? Quoi qu'il en soit, il semblait au courant de ce qui s'était passé, puisqu'il mentionna ses blessures récentes.

Silencieuse, elle se recoiffa et se leva pour le saluer, restant quelques instants en suspens, sans le moindre mot. Elle cherchait les siens, après tout. Puis après quelques secondes supplémentaires, elle brisa à son tour ce qu'elle avait mit en place pour se concentrer sur ce qu'elle venait de vivre.

« Konnichiwa, Aditya-sensei. La mort devait avoir son quota pour aujourd'hui semble-t-il. Au vu de ce qu'il m'arrivait dessus, j'aurais du périr. Enfin, nos médecins sont talentueux. Je n'ai plus rien. Il me faut juste du calme pour pouvoir réfléchir à ce qu'il s'est passé et trouver des solutions pour m'améliorer la prochaine fois. »

Appuyant sur le mot, elle avait jeté un regard noir à Anzu, qu'elle estimait juste gênante. Elle semblait contente d'avoir attiré l'attention du sensei et supérieur kirijin sur la Mawehara. La peste.

Si son ennui était manifeste contre l'étrangère, elle ne pouvait également s'empêcher d'avoir repéré à l'odeur les pâtisseries transportées par son professeur. Le parfum des dorayakis était particulier lorsqu'ils étaient chauds. C'était reconnaissable, cette odeur de haricots rouges écrasés et chauffés, massérant plusieurs heures avec du sucre et de l'eau pour en faire une pâte appréciable dont la texture était légèrement mousseuse. Le tout était généralement entouré de deux petites crêpes épaisses, formant un gâteau doux, sucré, velouté. C'était quelque chose de difficile à décrire simplement, avec des mots. Les goûter était sans doute la meilleure des façons d'en profiter. Malheureusement, ces généreuses pâtisseries étaient complexesà faire puisque, si la pâte était globalement aisée à fabriquer et sa cuisson était facile à prendre en main, c'était tout l'inverse pour la pâte anko. Complexe, le tout se jouant sur des instants de cuisson, de changement de grésillements et d'odeur, en comptantqu'il fallait des heures pourla préparer, il était évident queles autres pâtisseries, bien plus simples à travailler, était souvent préférées à cette dernière par les vendeurs. Et par les clients également, puisque le travail avait un coût et le prix des pâtisseries devait obligatoirement suivre. Le seul avantage, c'était que la seule limite en quantité de pâte à produire à la fois était celle des ustensils utilisés.

Perdue dans ses pensées et ses souvenirs liés aux dorayakis, Miyuki sursauta à nouveau, se souvenant de la présence de son sensei face à elle.

« C'était juste pour vous assurer de ma santé que vous vouliez me voir, Sensei ? Ou vous aviez d'autres questions ou ordres à me faire parvenir ? »

De nouveau sérieuse, la demoiselle aux yeux grisés préféra ne pas aborder le sujetdespâtisseries, n'imaginant pas un instant que c'était pour elle. Après tout, elle n'en avait jamais parlé à son supérieur, ni à qui que ce soit. Seul quelqu'un d'attentif aurait pu remarquer qu'une fois de temps en temps, environ une fois par mois, elle prenait du temps pour en acheter et les déguster sur le port, en regardant vers Hi no Kuni, là où la boutique préférée de ses parents se situait. Elle se demandait alors si cette dernière subsistait toujours. Elle aimait s'imaginer que oui, et que si elle y allait, elle pourrait y trouver ses parents, son père demandant avec une grosse voix les meilleurs et les plus frais des dorayakis au vendeur qui lui souriait, amusé, lui répondant qu'ils étaient tous parfaitement frais et tous plus délicieux les uns que les autres. Son imagination la tirait alors versla nostalgie, mais elle segardait bien de le montrer. Les faiblesses n'étaient pas à dévoiler.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Aditya
Aditya

Silence [Libre] Empty
Jeu 10 Sep 2020 - 19:27
Sans un mot de plus, le blond laissa ses doigts relâcher leur emprise sur le paquet qu'ils détenaient, afin de l'abandonner sur les genoux de la jeune femme ; signe plus qu'équivoque qu'ils lui revenaient. Pour autant, connaissant le caractère particulier de son élève, il ne put s'empêcher d'ajouter quelques mots avec son geste. Elle avait toujours été ainsi. Obéissante aux ordres que l'on lui donnait, n'allant jamais au-delà d'une ligne qu'elle avait elle-même tracé pour border ses actions d'une quelconque impulsivité. Une règle qu'elle érigeait jusqu'en dehors des combats.

Et bien que cela puisse revêtir des allures de qualités aux yeux d'hommes et femmes cherchant à agglutiner dans leurs rangs des soldats anonymes, Aditya voyait en elle et en tous ceux qui avaient été placé sous son aile davantage que cela. Des personnes à part entières, faites de désirs, de peurs, de déceptions, de colère. Pour avancer, Miyuki devrait abandonner un peu de cette rigidité derrière elle.

Mais l'ascèse la connaissait bien assez pour savoir que cela n'arriverait pas aujourd'hui. Seul le temps pouvait en révéler la réponse.

« Elles sont pour toi. », glissa-t-il sur une voix posée par leur échange de retrouvailles. « J'ai supposé que tes pâtisseries favorites éclipseraient peut-être la rancœur que tu t'adresses à toi-même pour ce que tu appelles une défaite. »

C'était pourtant loin d'être le cas à ses yeux ; pourtant, la sabreuse ne se rangerait que difficilement derrière son point de vue. Elle était un peu bornée, parfois. C'est ce qui faisait son charme et l'unicité de leur relation, tout comme celle qu'il entretenait avec Hotaru. Des caractères différents, bien qu'appréciables, et qui se mariaient étrangement bien.

Car dans les instants comme celui-ci où la jeune femme préférait la compagnie du silence à celle des hommes, nul autre n'aurait pu lui conférer une telle présence muette que celui qui, à son tour, appréciait la mélodie sourde d'un échangé dénué de banalités. À quoi bon forcer les choses lorsqu'elles ne pouvaient augurer plus de malaise que d'aisance ?

Aussi, seule la douce caresse du vent s'immisça entre eux lorsqu'elle préféra remettre ses pensées dans les mains d'Harpocrate ; et jamais sa voix ne s'éleva avant que le ton sérieux de la blonde ne fasse de nouveau écho à ses oreilles, en trahissant sa volonté à poursuivre sans qu'aucune once d'inconfort. À cela, il répondit avec un sourire simple, mais qui cachait bien des choses qu'il avait délaissé au profit de son absence. L'inquiétude, d'une part. La méticulosité, de l'autre : car s'il n'avait aucune vocation à remuer un quelconque couteau dans une plaie – si tant était qu’elle existait – apprendre de ses défaites était peut-être la source de savoir la plus cruciale pour un être, soldat ou non.

« Aucun ordre, ni questions, simplement le désir de rendre visite à une élève dont j'ai été éloigné bien trop longtemps. J'ai supposé que nous pourrions discuter de ton examen, si tu le voulais. », il laissa un moment de flottement s'imposer avant de reprendre. « J'ai cru comprendre après avoir discuté avec Dame Hayame que ta première épreuve t'avais posé quelques problèmes. Qu'en as-tu pensé ? »

Une appellation bien polie, pour celle qui après moults services rendus à l'autre, était devenue une amie. Cela avait été la première fois qu'il l'avait revue depuis son absence, elle aussi ; et il n'avait pu être que rassuré par sa forme vivifiante et l'assurance retrouvée de sa marche et de ses paroles. Le teint pâle et mourant qui avait habité son visage lors de son traitement n'était plus qu'un souvenir délaissé au passé.

Et à en juger par ce qu'elle lui avait confié à propos de Miyuki, certaines choses demeuraient à creuser pour la sabreuse. Des failles qu'il avait remarquées, au fil du temps, liées à son trait de caractère brut. D'un côté, il était heureux qu'elle ait été affiliée à l'épreuve de la maîtresse de la vapeur ; de l'autre, il était indubitable qu'elle, à son inverse, ne l'avait guère appréciée.

Mais qu'était-ce un mentor, si ce n'était apporter un regard neuf face aux affres placés sur le chemin de son élève ? Si tant était que cette dernière approuve sa proposition...


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

Silence [Libre] Empty
Jeu 10 Sep 2020 - 23:31
De nouveau plongée dans ses souvenirs et ses espoirs, son imagination l'emmena si loin qu'elle fut totalement désarçonnée lorsqu'elle sentit le paquet tomber sur ses genoux. Non, elle ne s'y attendait pas du tout, aussi sursauta-t-elle lorsqu'elle sentir le choc bien que léger et doux, juste avant que l'odeur qui l'avait déjà atteinte ne se fasse bien plus prononcée. Rougissant un peu et baissant les yeux, elle ne fit pas immédiatement de commentaire, attendant quelques instants avant de trouver les mots.

« Euh... Je... Merci... Mais... Comment ?.. Je vous suis très reconnaissante mais... Je ne me souviens pas d'en avoir parler à qui que ce soit... »

À vrai dire, elle était étonnée, perturbée, gênée, honteuse et un peu ennuyée de savoir que l'un de ses secrets qu'elle tâchait de ne pas rendre évident avait malgré tout été percé si rapidement par son sensei pourtant très occupé. Gênée et honteuse parce qu'elle avait l'impression d'être une enfant qu'on calmait avec des gâteaux quand elle piquait une crise, alors qu'il n'en était rien. Elle voulait simplement un peu de calme pour mieux réfléchir à ce qui s'était passé. Il n'y avait, selon elle, rien d'enfantin à prendre le temps de revenir sur ses erreurs, et si beaucoup préféraient le faire avec l'aide de quelqu'un, pour elle, revenir aux bases en menant le chemin de réflexion seule en entier lui permettait non seulement de mieux retenir mais aussi d'apprendre à mieux discerner ses propres erreurs, quitte à y passer plus de temps. Et ainsi à moins souvent les refaire. Une démarche autodidacte dont elle était plutôt fervente depuis son enfance.

« Et pour la rancoeur... Non... Enfin, juste un peu, mais j'ai surtout envie d'avoir du temps pour chercher comment faire mieux... Et j'ai tendance à préférer le faire seule... Je retiens mieux que si on me dit tout ce que je dois faire, même si c'est plus long et plus dur... »

Hésitante, elle finit par sortir un dorayaki, puis un autre, tendant le premier à Aditya qui avait décidé visiblement de s'installer à ses côtés. Il était discret, plutôt fin dans son approche, aussi la jeune femme ne le repoussa pas. Il voulait agir en bon professeur qui cherchait à discuter plutôt qu'à ordonner et punir. Et si elle aurait voulu effectivement continuer sa rétrospection seule, elle se força un peu à l'accepter puisqu'il voulait la guider.

Cependant, elle ne put s'empêcher de retenir un petit grincement de dents en entendant le nom d'Atsumi, n'appréciant pas la Chûnin. Ses deux rencontres avaient été désagréables pour la Sabreuse, et si elle lui reconnaissait des talents pour l'organisation et sans doute pour son rôle d'informatrice, elle n'aimait pas du tout ses airs de madame Je suis supérieure qui n'étaient, aux yeux dee la blonde, pas nécessaires ni aidant à la communication et au travail en groupe qu'exigeait leur profession. Elle pouvait bien jouer les dominatrices avec les prisonniers, mais il y avait d'autres manières d'être qui n'empêchaient pas le respect de la hiérarchie qui était très importante pour la blonde armurée de rouge.

« D'accord... Mais pour cette épreuve, elle n'a aucun sens à mes yeux. Elle ne peut être le résultat que de travail excécrable de la part de plusieurs shinobis qui seraient mal préparés et qui agiraient n'importe comment. »

Restant quelques instants silencieuse, un peu gênée d'avoir été aussi franche et directement dure avec l'épreuve en elle-même, elle reprit sa pensée.

« L'épreuve était annoncée ainsi. "Vous devez créer une identité de couverture et une histoire en une heure. Vous n'avez pas le droit de vous parler, si j'aperçois la moindre discussion, vous aurez la note minimale." La première chose à laquelle j'ai pensé, c'était que le test consistait à nous créer chacun une identité et inventer une histoire qui arrive à cette dernière, et pendant cette histoire, nos trois personnages doivent se rencontrer, ce qui justifie notre présence ici. La communication aurait alors servi à nous mettre d'accord sur des détails que l'on connaîtrait les uns sur les autres et qui prouverait de la véracité de notre histoire, la raison et la manière qui nous à amener jusque là. L'épreuve se déroule donc dans le silence, à quoi bon faire une épreuve juste pour avoir la note minimale, et je n'ai de toute façon pas de manière fourbe d'échanger avec des camarades dans une pièce sous les yeux d'un surveillant, puis on commence l'histoire. Je raconte ma partie en première, suite à quoi j'imaginais que mes camarades allaient simplement ajouter leurs propres personnages, et j'avais même pensé à créer une entrée pour le second. Et là, ils commencent à raconter la suite de l'histoire du point de vue du même personnage. Je n'ai absolument pas compris la raison de ceci, mais j'ai laissé faire, je n'avais pas le droit de parler de toute façon. »

Elle soupira un peu, prenant quelques secondes pour formuler la suite de ses pensées afin de ne pas s'emmêler et se répéter.

« L'épreuve terminée, Dame Hayame nous dit alors que nous n'avons rien de bon et qu'il fallait tout simplement tricher et communiquer pour ensuite donner un maximum de détails sur le personnage en question et non raconter une histoire. Dans cette situation, je n'ai pas fait de commentaires et je suis simplement partie, mais les faits sont là. L'épreuve était fourbe, mal expliquée et incohérente. Des shinobis en mission sont déjà préparés, ils n'ont pas à le faire sous les yeux d'éventuels geôliers. S'ils ont été pris hors mission, ils n'ont aucune raison de vouloir partager une même identité. Et surtout, demander de tricher pour obtenir la note minimale ou tenter de faire sans tricher et obtenir le même résultat, cela ne change rien. J'ai au moins été honnête dans mes actions, j'ai suivi mes principes et si pour la seconde épreuve, je trouve des erreurs et des choses à changer dans le déroulement de mes choix, je ne vois pas la moindre issue pour cette épreuve. Avec la présentation qu'on m'en a fait et la situation dans laquelle nous étions, je ne pouvais pas la réussir. »

Revenant au silence, elle observa le dorayaki qu'elle tenait en main et mordit un peu dedans, ne prenant qu'une petite bouchée. Cependant, en un instant, son expression changea drastiquement, incapable de cacher le plaisir qu'elle éprouvait à goûter ces pâtisseries à chaque fois, les émotions la remplissant à une vitesse bien trop grande pour qu'elle ne puisse les arrêter. Rougissant alors à nouveau, elle baissa un peu la tête, cherchant à camoufler en partie ce plaisir qui venait contraster fortement avec sa rancoeur envers Atsumi, qui ne se limitait pas seulement à ce contexte mais dont elle ne préférait pas parler si ce n'était pas nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Sendai Anzu
Sendai Anzu

Silence [Libre] Empty
Ven 11 Sep 2020 - 1:07
Après avoir entendu la jeune Genin sous-entendre qu'elle voulait le calme en accentuant sur le mot, Anzu lâche un petit sifflement sous les notes d'une mélodie, si elle voulait du calme, elle n'avait qu'à prendre un autre toit, elle était là avant. Bon, il est vrai qu'elle s'est arrangé avec cet homme mais elle ne compte pas le dire et laisser cela "au hasard". D'ailleurs, elle se demandait quand est-ce qu'il allait arriver, mais vu qu'il a pris des friandises, elle suppose qu'il a fait un tour dans l'épicerie la plus proche avant de revenir ici. Enfin, la Sendaï continue de lire, tout en gardant une oreille attentive à ce qui se passe, après tout, elle est bien curieuse de ce qui se passe, même si elle ne veut pas trop s'en mêler, mais soit, la violette écoutait d'une oreille discrète et silencieuse, écoutant ce que cette Genin a sur le coeur, comme quoi, une pâtisserie peut faire parler de vrai rocher.

La Genin pensait être victime d'une injustice, d'un coup de Trafalgar qu'elle devait pensé être monté contre elle et son équipe. Une épreuve "mal expliquée", pourtant, elle la comprenait sans aucuns soucis, qui avait-il de mal expliqué ? Le fait qu'ils pouvaient tricher ? Evidemment qu'ils le pouvaient, même si elle l'a dit, ce n'est pas une raison de ne pas le faire, après tout, si le résultat est celui qu'on souhaite avoir, pourquoi s'en empêcher ? Elle soupire, continuant d'entendre ce que Miyuki a à dire, en gros, cette épreuve n'a pas lieu d'être car ce genre de choses est préparée à l'avance et que tout ce qui lui importait c'est être aller avec honnêteté. Roulant des yeux, elle ferme son livre, puis observe la jeune femme aux joues rouges, ce qui la faisait craquer quelque part car elle aimait ce genre de bouille, mais elle gonfla les joues et dévie son regard pour garder son sérieux.

- Donc, selon toi, une couverture travaillé sur des jours suffit ? Si c'est le cas, tout le monde peut entrer dans tous les villages shinobis en ayant concocter de nombreuses identités.

Elle observe derrière pour voir si la jeune femme ou au moins l'homme réagit ou non à sa phrase, puis elle continue.

- Prenons un exemple : toi et ton équipe a travaillé dur pour mettre en place une couverture de groupe pour entrer dans un village, vous décidez donc de vous faire passer pour des marchands. Cependant, en arrivant devant la porte de ce village, juste avant de parler aux gardes, vous comprenez que vous ne pouvez plus entrer en vous faisant passer pour des marchands - le village n'accepte plus les marchands suite à des vols, à une nouvelle loi ou pour n'importe quelle raison par exemple -.

Evidemment, elle continue de parler à Miyuki, sans la regarder car, sinon, ça la ferait craquer et lui donnerait envie de la câliner fort.

- Hors, vous devez impérativement entrer dans ce village tout de suite, vous avez juste une heure voire beaucoup moins avant que ce soit votre tour de passer devant les gardes. Vous êtes entourés de civils et d'autres gardes qui sont susceptibles de vous entendre si vous tentez de concocter une identité si vous n'êtes pas discrets. Evidemment, si vous tentez de vous henge ou de changer votre chakra, cela se remarquera tout de suite.

Elle finit ensuite par se préparer à poser la fameuse question.

- Que feras-tu jeune kirijin ? "Tricheras"-tu avec tes collègues pour concocter une identité cohérente pour tout ton groupe ou bien tenteras-tu de le concocter dans ton coin en espérant que les autres ne fassent pas des identités incohérentes avec la tienne ?

Elle attendait une réponse de sa part, si possible sans qu'elle lui aboie dessus, sinon son ombrelle va de nouveau partir sur son crâne.

_________________

Silence [Libre] 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/u784

Silence [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Examen international de la Brume :: Autour du Complexe Shinobi
Sauter vers: