Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» [MB] L'humanité prévaut [Tsuyoshi]
Blood Moon | PV Eri EmptyAujourd'hui à 10:58 par Hyûga Tsuyoshi

» Aux Ombres du Yuukan
Blood Moon | PV Eri EmptyAujourd'hui à 10:30 par Shinrin Hanzo

» La tentation du Serpent
Blood Moon | PV Eri EmptyAujourd'hui à 10:28 par Medyūsa

» Préparer la conquête de l'ouest
Blood Moon | PV Eri EmptyAujourd'hui à 10:12 par Bakuhatsu Kenpachi

» [MLB] Vrais mensonges
Blood Moon | PV Eri EmptyAujourd'hui à 10:12 par Soejima Yenno

» 03. Changer de zone
Blood Moon | PV Eri EmptyAujourd'hui à 10:01 par Shinrin Hanzo

» 11. Signaler un bug
Blood Moon | PV Eri EmptyAujourd'hui à 9:37 par Nara Zenjirō

» Direction Mizu no Kuni [Solo]
Blood Moon | PV Eri EmptyAujourd'hui à 9:33 par Medyūsa

» Ascent of Shinobi a quatre ans !
Blood Moon | PV Eri EmptyAujourd'hui à 9:31 par Sakai Iroha

» Capacités histoire de famille [Background/CS2]
Blood Moon | PV Eri EmptyAujourd'hui à 8:42 par Metaru Akagi

Partagez

Blood Moon | PV Eri

Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Blood Moon | PV Eri Empty
Sam 22 Aoû 2020 - 15:50
Blood Moon
Muramasa x Eri

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Alors que le globe irradiant de flammes trouvait l'apogée de son zénith triomphant dans les cieux azurés, les ruelles sombres et profanes du quartier tristement surnommé Iwajuku se drapait une fois de plus de sa routine virevoltante et chatoyante. On pouvait entendre les chants inhumains résonner à travers la roche, tel un écho simiesque d'une planète bien éloignée des badauds habituels. Des hurlements rappelant les singes les plus sauvages venaient tendrement bercer l'atmosphère, accompagnés du bruit strident de la fonte qui claquait avec frénésie. En effet, depuis la nuit des temps, la célèbre salle de musculation sonnait les trompettes d'une vie cathartique au sein de la roche. Le magnifique bâtiment se dénotait de l'architecture de mauvais gout qui régnait d'une main de maître dans le quartier le plus pauvre et mal famé du village caché. Le seul espoir des pauvres Genin joufflus qui avaient été recalés lors de leur passage dans la prestigieuse académie Hashira s'incarnait dans ce monument à la virilité et à la musculature saillante. En effet, l'unique espoir était de soulever de la fonte pour devenir mercenaire, ou bien sombrer dans une vie de hors la loi afin de survivre. Triste monde tragique...




Muramasa était encore assez néophyte dans ce monde peuplé de singes aux corps incarnant la testostérone, mais il commençait peu à peu à prendre ses marques. Après sa rencontre avec Yugure en ces lieux, cela était devenait comme un devoir de s'y rendre le plus souvent possible. L'affrontement avec l'Akimichi manquant de correction avait été assez amusant, bien que le ténébreux ne l'ait point laissé transparaître sur l'albe de ses traits marmoréens. De plus, le taciturne avait un objectif à atteindre, expliquant sa nouvelle passion pour la planète des singes. Réussir à découvrir le secret des mystérieuses Portes Célestes incarnait sa motivation. Néanmoins, le médecin savait pertinemment que cela s'avérerait une tache compliquée, surtout en autodidacte. Mais avec un peu de chance, peut-être qu'il croiserait un adepte du Hachimon en ce lieu et qu'il pourrait en apprendre davantage sur la démarche de cet art aussi obscur et sibyllin qu'une nuit sans lune.




Entrant dans le bâtiment ornementé d'une statue tout en muscles se dressant vaillamment vers les cieux, le Borukan fut choqué de voir qu'à cet heure de la journée, la place était un véritable zoo - plus que d'habitude -. Une foule en liesse et complètement possédée grouillaient dans tous les sens. Il y avait même une file d'attente autour de chaque machine qui était à disposition. Se grattant la tempe en affichant un air un peu dubitatif, le parangon réfléchissait à si il ne devrait pas revenir plus tard, à l'orée de la nuit. Ajustant sa mèche de cheveux sur le coté, tandis que son regard mordoré explorait le dédale de la folie, une voix étrange et aiguë vint interpeller le divinicide artiste du scalpel. Il s'agissait d'un homme au physique disgracieux, plein d'acné et à la pâleur digne d'un nécromant de l'effroi


« Bienvenue cher client, bienvenue ! » -voix tressaillante- « On vous voit souvent ces derniers temps ! Que diriez vous d'acheter quelques petits trucs pour vous aider ? » -plein de malice, œil reluisant de vice-

« Hum... Bah pourquoi pas quelques emplettes le temps que ça se calme. » -dit-il, d’une voix cristalline- « Je ne savais pas que vous vendiez des marchandises.. »

« Avez vous déjà entendu parlé des compléments alimentaires ? Un peu de poudre magique et bim, à vous les muscles énormes et secs ! Petite veine sur le bibi garantie avec ça ! » - sortant un énorme pot qui contenait une substance suspecte- « Seulement neuf cent quatre-vingt-dix neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix neuf ryôs ! » -souriant jusqu’aux dents-

« Hum… presque aussi onéreux qu’une boite de thé importée directement du Sadōcha... » -perplexe- « Vous essayez de m’entourlouper ? »

Le malinois se frottait les mains, affichant encore ce satané sourire à la con sur son visage de malandrin. Apparemment, il connaissait quelques techniques obscures dans l’art du commerce qui égalaient les plus effroyables arcanes du monde Shinobi.

« Oh vous êtes un amateur de thé de luxe ? Mettre deux cuillères de cette poudre magique dans le thé Sadō et vous obtiendrez l’ambroisie des dieux du Yuukan. » -rictus au coin des lèvres-

« Non merci. »

Soudain, un homme aux muscles gargantuesques et mesurant au moins deux mètres de haut venait avec virulence attraper le col du marchand trouble, lui vociférant dans les esgourdes.

« Graou ! Graou ! N’importe quoi ! Le mieux c’est pas dans la boisson, faut la sniffer ! » -exaltant, les yeux révulsés et la bave aux lèvres-

Lâchant le marchand, il attrapait alors le bocal en le renversant sur le comptoir, sortant de sa poche un parchemin pour le rouler tel un tube. Le détraqué se mit alors à se l’enfoncer dans le nez afin d’aspirer la poussière mystérieuse de manière assez disgracieuse, imposant un lourd malaise dans la salle.

« Ne faites pas ça malheureux, c’est trop puissant pour être administré ainsi ! » -levant les bras au ciel, paniqué-

D’un coup, le faquin se mit à convulser de manière frénétique, avant de s’évanouir en s’affalant tête la première dans la poudre démoniaque.

« Oh non, je vais perdre tous mes clients ! » -se recroquevillant sous le comptoir en pleurant sur son malheur-

En effet, la mauvaise publicité était un Kunai de Damoclesu qui planait sur la tête de tout commerçant-artisan.

Le Borukan restait de marbre, en réalité un peu consterné par tant de décadence. Après tout, il était juste venu s'entraîner un peu...




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Blood Moon | PV Eri Empty
Sam 22 Aoû 2020 - 21:11
Ca fait longtemps qu'Eri vient à la salle, très longtemps même, ce fut sa première activité extra-forge approuvée par ses tuteurs, au départ cependant, elle y venait sans autorisation. Très jeune à l'époque et ressemblant à un garçon tant dans l'attitude que dans l'apparence, il ne lui avait pas été difficile de se faire accepter et puis, aussi, faut dire qu'elle venait aux heures où il n'y avait quasiment plus personnes à cause du travail à la forge et de l'école : ce en fut qu'à un certain âge, quand ses papys décidèrent que, pour la marier, il vaudrait mieux qu'elle ait une crinière plus à même de l'identifier comme 'femme' et quand sa poitrine elle aussi, décida de jouer les troubles fête, qu'elle commença à sentir un regard étrange, réprobateur. Alors, la demoiselle décida de venir encore plus tardivement, pour éviter d'être dérangée. Pourquoi de tels regards ? Jamais on ne lui dit. Jamais elle ne remarqua qu'aucune femme ne venait dans cette partie de la salle, les pimbêches préférant des cours de danse, si ca avait été le cas, soyez certains qu'elle aurait eu comme réaction que « les filels sont vraiment des cruches. »

En tous les cas, le temps avait passé et jamais elle ne faillit à la promesse qu'elle, c'était faite et avait implicitement été faite. La grande sœur d'Amaya était décédée, mais elle devait plus pousser de fonte pour l'affronter un jour, même si ce jour devait être après sa mort, alors, garder la forme était un devoir ! Et puis, il y avait aussi Yoku, son éternel rival, mort aussi en 201, dont leur défi, c'était arrêté sur un score de 498 à 499, aucun des deux n'était parvenu aux 500. C'était pour eux, que tous les jours, elle soulevait, courrait, et cognait. Car loin d'être là pour ce que les profanes nomment gonflette, Eri profitait des matériels pour garder la forme, à défaut d'un sensei ou de suffisamment de temps pour s'équiper.

Cependant, aujourd'hui, Eri avait du temps, cette situation était une première depuis bien longtemps et tendrait à se répéter, l'espérait-elle, dans un avenir proche. Pour une fois, pour la première fois plus exactement, la voilà qui avait rejoint dès l'aube la salle. Bien avant que le monde n'y soit trop affluent, portant un de ses trop nombreux débardeurs blancs et un short bleu, mais les pieds nus et les mains nues aussi, elle s'était durement entraînée toute la matinée, quand elle avait voulus prendre une pause, les files d’attentes pour les agrès l'en avaient dissuadée. Autant conserver le sien.

Quand le soleil fut à son zénith et que le soleil commença à vraiment réchauffer l'endroit pourtant déjà bien réchauffé par la chaleur des muscles en contraction, et que l'odeur de la sueur, devenue si commune, atteint un nouveau pic, le monde semblât se presser encore plus à l'intérieur, « bordel, c'est fou de voir autant de monde ! » ce dit-elle au milieu d'une répétition. Une barre sur les épaules, elle s'était libérée juste devant ses yeux lui permettant d’abandonner son agrès précédent. Uen longue barre sur les épaules avec bien trop de pois pour sa corpulence, la kunoichi de bas rang s’abaissait et se redressait presque trop tranquillement. Un expert en Taïjutsu aurait probablement remarqué l'incohérence des poids soulevés.

Son regard portait vers l’accueil, un type, énorme, attirait l’attention en chopant un bocal, ca arrivait souvent que des vendeurs essayent de fourguer des drogues ninja trafiquées pour faire gonfler les muscles, monter la testostérone et faire péter un câble au cerveau. Bien entendu, la brune n'y à jamais touché, bien qu'elle avait faillit tomber dedans, enfant. La Naïveté ne l'avait pas emporté sur son Nindo hérité d'Akimoto. Doucement, dans son dernier redressement, elle laissa tomber la barre avec fracas, celle-ci s’enfonça légèrement dans les tatamis. L'heure de la pause, épuisée, déshydratée, elle tape ses mains pleines de talc l'une contre l'autre puis étire ses bras vers le haut tout en s’avançant, passant devant le premier type à qui l'on avait essayé de vendre la drogue pour sportifs, mais surtout devant le vendeur : l'attrapant d'une poigne sèche et ferme par le col, assez pour soulever ses pieds du sol et ainsi, s'assurer qu'il ne s'arrête pas à son sexe : « Je me fou, royalement, que tu vendes ta merde ici ou ailleurs, mais occupe toi de ton débile de client avant qu'il crève. Sinon... » Sa poigne se resserra, bandant les muscles de son bras et de son épaule un peu plus encore. Biensur, elle aurait pu le lâcher, bien entendu, elle aurait pu juste le laisser se confondre en excuses, mais non, pour bien marquer le coup, Eri lui colla son poing ans la figure avant de le relâcher.

Pour ne pas faire plus de scandale, elle partit au comptoir vers le pathétique patron des lieux : fais longtemps que je viens ici, y à pas du vieux matériel, genre... à la cave ? Que j'sois un peu tranquille... » dit-elle en lâchant une petite bourse de ryos. Au passage, elle attrapait un bidon d'eau derrière le comptoir pour se désaltérer. « Et payez-vous une mission, j'sais pas, rang D, aux heures d’affluence, pour éviter ce genre de lascars pathétiques... »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Blood Moon | PV Eri Empty
Sam 22 Aoû 2020 - 23:02
Blood Moon
Muramasa x Eri

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





La situation commençait à dégénérer et les membres de la salle de sports regardaient la scène entre chacune de leurs répétitions, se concentrant avant tout sur leur séance. Il était tout à fait normal de ne pas s'attarder sur le spectacle, car le culte du corps et de la bonne santé primait avant tout. Alors que Muramasa était en train de peser le pour et le contre en ce qui concernait de se mêler de cette histoire pernicieuse et défiant la chronique, une furie se ruait sur le vendeur malhonnête pour le sermonner sur ses méfaits. Un virevoltant coup de poing dans la figure fut fabuleusement offert au malandrin, avant de le sommer de nettoyer son bordel. Le nez en sang et la figure complètement éclaté, le vil garnement était frappé de torpeur, tombant à genoux et les larmes se perdant dans l'océan d'hémoglobine qui ruisselait de ses plaies. La demoiselle aux muscles saillants interpellait le propriétaire des lieux, lui faisant aussi la morale sous le regard stupéfait du parangon à la chevelure de jais. Il était rare de voir une femme aussi musclée, même dans une salle de musculation. Cela devait être l'exception qui confirmait la règle.

Le patron de l'établissement s'excusait platement, se mettant limite à genou pour supplier la pléiade de lui pardonner. Ce vil renard aux dents longues devait surement craindre de se faire passer à tabac par l'amazone fulminant d'un courroux digne des volcans de la nuit des temps.

« Désolé chère cliente ! Cela ne se reproduira plus. Pardonnez moi !!! Il y a effectivement la remise mais les machines qui s'y trouvent n'ont pas été vérifiées... Puis c'est des vestiges du passé... Je ne voudrais pas qu'il vous arrive quelque chose... En plus, il s'y passe des choses étranges... On y entend des bruits bizarres et selon mes employés, l'endroit serait hanté par les esprits d'haltérophiles de jadis... » -s'inclinant comme une carpette, tout en prenant discrètement la bourse de ryôs sonnants et trébuchants-

Pendant ce temps, le blessé était toujours stupéfait par ce qui venait de lui arrivé. Il venait de se faire botter les fesses devant tout le monde par une gamine alors qu'il travaillait pour un sombre adepte des arts obscurs du Rentanjutsu ayant pignon sur rue.

« Mon visage... Mon magnifique visage... Tu m'as défiguré... » -touchant son faciès tuméfié et plus carmin que la chevelure rubiconde d'un goguenard Borukan-

Alors que la jeune femme parlait à l'hôte de cette jungle peuplée de muscles en sueurs, le marchand ensanglanté commençait à se relever en tremblant, sortant de sa poche un couteau d'une taille risible tout en grommelant dans sa barbe. C'est alors qu'il se ruait en direction de son agresseuse avec l'intention de la suriner avec fureur.

« Espèce de morue !!! Je vais te crever !!! » -brandissant sa lame au clair et se jetant vers la pauvre demoiselle qui était tournée-

Fort heureusement, le médecin de l'ombre s'attendait à ce genre de réaction de la part d'un homme bafoué dans sa virilité et essayant de survivre dans un Yuukan sombre et emplit de terreur. Le taciturne déploya alors sa puissance cosmique afin d’arrêter le vil faquin qui allait commettre l’irréparable.

« Shōjun Seiryū ! » -dit-il, d’une voix assurée, en exécutant de manière dantesque l'arcane perdue dans la nuit des temps-

Un coup de poing dantesque vint percuter -une fois de plus- le menton du défiguré, qui s'envola comme un fétu de paille et atterrit un peu plus loin dans le décor sous les regards médusés des culturistes. Le médecin venait d'utiliser un des coups secrets les plus sibyllins qui pouvait se targuer d'exister à travers le Yuukan. Néanmoins, même s'il venait de prononcer le nom de cette technique si illustre par jadis qui trouvait son origine dans les arts oubliés de Yu no Kuni, il n'y avait très certainement personne qui arriverait à faire le lien.

Réajustant sa chevelure d'ébène, le Borukan ne pouvait laisser ce genre d'énergumène se comporter de la sorte. Jamais, Ô grand jamais, un médecin ne céderait face à la barbarie. Cependant, le pauvre homme qui s'en était mis plein le nez était toujours inerte, la tête profondément enfouie dans une montagne de poudre douteuse. Ce n'était pas le détraqué qui allait pouvoir s'en occuper, car il était lui aussi dans les pommes, les quatre fers en l'air et le visage plus amoché que le désormais si fameux cratère ornant la roche.

Heureusement, le taciturne allait pouvoir s'en occuper. Ce dernier examina en premier lieu la poudre de son regard mordoré, venant en prendre un peu et la frotter entre son pouce et son index en la portant près de son nez mutin. En tant qu'ancien maître du Rentanjutsu, Muramasa pouvait aisément reconnaître les produits alchimiques, même les plus nébuleux.

« Hum... Des proteines... Un puissant bruleur de graisse, mais qui consume aussi le chakra. Un effet secondaire digne d'un amateur... Ça explique l'état de ce pauvre bougre qui est entre la vie et la mort. » -expliquant son analyse de manière limpide- « Seimei no Kodō ! »

La main du Parangon s'illumina d'un halo digne d'une étoile miroitant dans les cieux d'encre, puis la posa sur le crâne du mourant. Il s'agissait là d'une technique de l'Iroujutsu bien connue, même des non-initiés. Quelques secondes après, la lueur disparue, telle une luciole trouvant le trépas. Soudain, le golgoth se redressa en affichant une forme olympique, exultant en poussant des grognements étranges.

« GRAOU ! GRAOU ! J'ai une pêche de tous les diables !» -bandant ses muscles de manière virile- « Ma séance de développés couchés va être d'enfer ! » -partant en courant vers le banc où il avait laissé sa serviette et où une multitude de badauds s'agglutinaient devant en lui lançant un regard noir-

Le colosse semblait avoir oublié ce qu'il lui était arrivé. Décidément, cette salle était fréquentée par de sacrés phénomènes. Muramasa se grattait la tempe de manière lascive, se demandant ce qu'il avait gagné dans toute cette histoire. Apparemment rien. Mais le pire était qu'il venait d'utiliser de son précieux chakra qu'il réservait pour sa séance. Triste monde tragique.

Un peu désabusé, mais toujours bon pied bon œil, le Borukan se tournait vers la Culturiste à la chevelure de braise. Il n'aimait pas se mêler des affaires des autres, mais la correction le poussait au moins à se présenter.

« Hum... Je ne doute pas que vous auriez pu vous défendre Oujo-san, mais comme il vous a attaqué de manière sournoise, je n'ai pas pu m’empêcher d'intervenir. Borukan Muramasa, Hajimemashite. » -se présentant simplement, avant de se tourner vers le patron- « J'ai cru entendre que vous parliez de... fantômes ? Mais qu'il y avait des machines libres ? »






_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Blood Moon | PV Eri Empty
Dim 23 Aoû 2020 - 2:39
Les excuses, putain mais quel faible ce patron, à se demander s'il a un jour eu des couilles en plus de ses muscles celui-là ! Si elle avait pas voulu revenir encore tous les jours de sa vie passés à Iwa ; sa gueule aurait probablement fini encastrée dans un mur pour lui faire la morale à la bourrin. Là, elle devait juste siffler en espérant qu'il se taise... 'fin bon, au moins il y avait une remise, elle l'avait déjà entraperçue à quelques reprises, en plus de dix ans, pensez-bien qu'elle en as vus des choses surtout sur les heures de faibles affluences. L'autre faisait encore son faible, en déblatérant un flot de débilité incroyable et la presque rouquine grimaçai légèrement : Qui aurait pu croire que le proprio des lieux fut si pathétique. En plus, voilà qu'il croyait aux fantômes, non mais quel clampin, sérieusement ! Tandis qu'ils e saisissait discrètement de la bourse, quoi Qu'Eri l'avait vu, habituée à surveiller le vol dans sa propre boutique, elle conclut à son flot de blabla en terminant de vider le godet d'eau qu'elle reposa dans un fracas sur le comptoir d'accueil : « Ouai, parfait des fantômes, je leur briserai la nuque s'ils me font chier » Clairement son langage n'était ni celui d'une princesse ni celui d'une fille de bonne maison mais là, elle était un peu saoulée.

En fait pour tout dire, elle n'avait même pas entendue l'autre derrière, qui geignait pour sa figure de merde, à se plaindre de son beau visage défiguré, c'était tellement, pathétique, pire que le proprio de la salle alors, forcément, valait mieux pour lui qu'elle n'y prête pas trop attention. Le pire, c'est que le type en question, elle le connaissait, n'était-ce pas « le grand de la rue des herbistes » ? ne lui avait-elle pas déjà mis sa branlée quand ils étaient plus jeunes ? Oh oh que si. Morue ? Ce mot la sortit de sa lassitude, on lui proposait de la morue séchée à grignoter ? Forcément, elle se retournait avec un certain espoir pour reconnaître le visage du type, qui se prit une vilaine mandale en l'envoyant valser loin vers d'autres cieux, du moins, loin dans le décor. Sa lame retombant non loin de lui cliquetant sur le par terre. Pas dit qu'elle aurait pus éviter l'attaque, après tout, l'Hagashin passe son temps à travailler la bagarre de rue, et son corps entre la forge et la salle, elle n'est pas un grand Ninja, bien que ses aptitudes dans le combat semblent bonnes. Là, c'était trop tard pour ne pas prendre un coup.

Elle jetait un regard noir vers celui qui venait de l'aider, râlant intérieurement. Voilà qu'on lui sauvait la vie maintenant, et une putain de dette sur les épaules... Au moins, lui semblait partir au chevet du type aux gros biscotos, la forgeronne jeta un regard vers celui qui avait tenté de l’abattre en traître... Elle avait pitié, le pauvre type ayant été une sous-merde toute sa vie... Après avoir obtenu la clef de la remise, Elle le rejoignit, d'un pas déterminé, bazardant le couteau d'un coup de pied et le soulevant par le colback et le traînant vers l’extérieur : « Tâche de pousser un peu avant de revenir faire le caïd. » dit-elle simplement même s’il était dans les vapes, puis elle revint, l'autre type terminait un ninjutsu de soin. Spécialiste Iroujutsu et Taïjutsu... Intéressant pour une bonne bagarre, non ? Elle eut un sourire en coin en voyant le gros balèze se relever et faire le beau en retournant à l'entraînement.

Lui aussi, faudrait l'affronter dans un duel sans jutsus !

Le moment fatidique vint donc pour un peu de blabla, normal vus la situation, mais...., Oujo-san ?... Sérieusement… Sa tempe gonfla soudain, ses muscles se bandèrent unilatéralement, tous à l'unisson. Et le mot se répéta dans sa tête tandis que le type adressait la parole au patron des lieux sur les fantômes : Oujo san ? Là, il y eu même la petite veine sur le biceps « Qui, est une princesse ?! » se mit-elle à hurler en balançant un poing vengeur direction la joue du pauvre type qui venait pourtant de l'aider, oh non elle ne comptait pas vraiment se battre ou quoi mais là, l’accumulation, déjà que lui dire que c'est une fille, c'est comme dire à un Akimishi qu'il est gros, alors, là, s'en était juste trop. La rage déversée fut-elle, que la première porte avait été -au moins pour partie- ouverte... biensur, le seul signe de celle-ci sur le corps étant quelques veines gonflant sur le front ou les muscles... Même un bon shinobi sans être expert dans le domaine ne l'aurait probablement pas détectée.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Blood Moon | PV Eri Empty
Dim 23 Aoû 2020 - 22:37
Blood Moon
Muramasa x Eri

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Alors que le parangon discutait paisiblement avec le patron de l'établissement, une voix venue des tréfonds de l'enfer l'invectivait avec un courroux digne des mélopées des démons mangeurs de chair humaine. Quel était là cet avertissement qui sonnait les carillons mortifères et macabres d'un massacre sur le point de faire rage ? Mystère. Le Borukan à la chevelure de jais et au regard mordoré se tournait vers la source de ce raffut en affichant des yeux ronds comme des soucoupes, reconnaissant la femme qu'il avait sauvé d'un détraqué qui désirait la poignarder jusqu'à ce que mort s'ensuive. Apparemment, la demoiselle était dans une colère noire, les veines parcourant son corps menaçait même d'imploser à tout moment. Cependant, le pire était qu'elle chargeait en direction du bon et honnête médecin qui se demandait ce qu'il avait bien pu dire pour l'énerver à ce point. C'est à l'instant précis où il croisa le regard emplit des flammes de la vengeance de son assaillante hystérique qu'il élucida l’énigme qui expliquait telle vindicte. En effet, les paroles sages et avisées du roi des singes avait bien expliqué que les femmes ne venaient que pour le cours spécial d'un art exotique nommé Zumba. Là, de toute évidence, la personne pratiquait les arcanes sombres de la musculation comme le prouvait son corps dégoulinant de muscles saillants et veineux. Néanmoins, ce joli minois et cette paire de melons opulents la rangeait dans la catégorie de la gent féminine de toute évidence. Ce paradoxe incroyable pouvait s'expliquer tout simplement. Il devait surement s'agir d'un homme s'étant fait opérer par un célèbre et talentueux Iryô-nin pour des raisons nébuleuses. En y repensant, il n'y avait pas une multitude de médecin aussi doué qui exerçaient encore dans le village caché. Le Borukan pensait à Aimi la rubiconde bien sûr, car cela aurait expliqué bien des choses sur sa transformation de planche à pain vers la nubilité la plus plantureuse qu'il puisse exister en ce monde. Malheureusement, le fier défenseur des valeurs du monde des hommes n'avait pas le temps de réfléchir plus en profondeur à cela. Une furie était en train de se rapprocher dangereusement et il fallait réagir en conséquence.

« Nanni ? » -dit-il, pris par la surprise d'une vilaine lui cherchant querelle-

Remarquant les veines démoniaques de son œil expert, le divinicide se demandait si cela était dû à la musculation ou aux arts plus interdits des Portes du firmament. Cela aurait été une sacrée coïncidence que de tomber aussi facilement sur un spécimen à disséquer... à étudier afin de découvrir les secrets de ce pouvoir si puissant et destructeur. C'est donc en toute conscience que le médecin ne fit pas réellement plus attention à cette sauvageonne... ou sauvageon... Il comptait bloquer le coup avec une parade assez basique, se nimbant de ses capacités en Taijutsu qui étaient loin d'être mauvaises, mais sans doute pas aussi extraordinaires que celles des Portiers Célestes.

Levant la main pour dévier l'attaque visant son visage, le Borukan renégat se retrouvait alors dans une fâcheuse situation, mais il ne le savait pas encore.

« Henkō ! » -disant le nom de la technique de protection légendaire-


La catastrophe qui s'ensuivit fut douloureuse, car le taciturne avait mal jugé son adversaire. En effet, arrêter un coup de poing d'un Shinobi aurait été aisé, mais là il s'agissait de toute évidence d'un malandrin maîtrisant les Portes de l'infini. Aucun humain n'avait une telle force et une telle vitesse, pouvant pénétrer la défense d'un Jonin qui avait vécu bien des odyssées. La main du chirurgien de l'ombre ne fut point suffisante à encaisser la déferlante, qui en plus d'emporter sa main, vint frapper son visage dessiné avec passion par les la plume si fine et exquise des Déités elles-mêmes. Il fallait croire que cette Kunoichi... ou plutôt Shinobi transformé en femme... Adorait défigurer les gens. Bien sûr, le Borukan était d'une constitution assez titanesque (ou pas vraiment) pour ne pas flancher face à cette patate de forain. Sa parade avait quand même eût le mérite d'amoindrir le choc, du moins suffisamment pour garder sa superbe.

« Je sais pas c'est quoi ton problème, mais t'es une... un adepte de l'Hachimon, non ? » -touchant sa joue endolorie-






_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Blood Moon | PV Eri Empty
Lun 24 Aoû 2020 - 2:42
Ce coup... Cette puissance... Tout est soudain si, enivrant, limite jouissif, un étrange sourire tiré se dessinait sur ses lèvres tandis que son poing volait, météore de fureur, pourtant, une forme de douleur aussi, son esprit se débride et son corps dépasse doucement une limite qu'il n'aurait pas dû, cette étrange sensation ou plaisir et souffrance se côtoient simultanément, étrangement, c’est bien le premier des deux qui semble l'emporter, une fraction de seconde, son esprit est comme shooté et beaucoup plus lucide. Elle voit le mouvement se dessiner, il va tenter une parade. Une technique ? Peut-il vraiment empêcher un tel coup ? Eri elle-même n’a jamais senti une tel puissance dans ses membres. Leurs peaux se caressent un instant, ou bien est-ce un contact ? Elle ne sait plus trop, une sensation électrique, un peu comme quand on se blesse au tendon ou qu'on a des fourmis dans un membre engourdis. Cette apogée prend son point d'orgue quand la masse formée par ses doigts entre en contact avec la joue du type : qu'a-t-il fait déjà pour mériter ca ? Est-ce qu'Eri à déjà attendue quelqu'un le mérite pour lui adresser ses salutations respectueuses avec les poings ? Non.

Heureusement qu'en face, c'était quelqu'un d'un tout autre niveau qu'elle...
Emportée par son coup, elle manque de tomber, son ventre entre en contact avec le comptoir d’accueil, ses mains se déposent dessus, les veines dégonflent et ses pupilles quelque peu écarquillées l'espace d'un instant semblent redevenir normale. Est-ce qu'elle à ingurgiter de la drogue en touchant le receleur ? Son souffle et rapide, comme après de trop nombreuses répétitions. Il lui faut un instant pour redescendre, s'il y avait eu une contre-attaque, nul doute qu'elle se la serait prise en pleine tête, son corps fourmille intégralement, chacun de ses muscles, si elle avait été plus haut, peut-être se serait-elle blessée. Certainement. Un large sourire ne quitte pas son visage, ca y est... Elle y est enfin, à ce stade qui pourrait lui faire prendre l'ascendant sur ses ambitions.

Elle entend à peine ce que l'autre lui dit, l'excitation est toujours trop grande, tapant de ses deux poings sur le bois, elle se retourne face à lui en tendant un bras dans sa direction pour faire un « V » de la victoire et imiter le rire d'Akimoto « HA HA HA HA ! » bon avec sa voix de femme quoi. « 1 - 0 ! » Voilà, un compteur était ouvert avec ce type. Maintenant, ce serait un de ses rivaux. Puis elle tendit juste la main pour bien, tout simplement serrer celle de son homologue et su s'en saisissait elle comptait bien serrer fort et avoir un regard froid et terrifiant « Mon problème : C'est que tu m'as insultée. Je te traite pas de chiffe molle ou de putain de gros lard de daimiyo, moi. » Sa grosse voix n'était certes, pas très impressionnante puis, elle sourit de nouveau ensuite : « Et puis j'avais besoin de relâcher la pression, c'est tombé sur toi ! Ha Ha Ha ! » elle se grattait la nuque tout en disant cela.

Probablement que la scène avait été observée, vus le monde, si tout ce remus ménage n'avait pas fait partit le monde qu'est-ce qui le pourrait ? A vrai dire la kunoichi s'en fichait royalement du regard des autres enfin, sauf quand on la traite de princesse, déjà qu'elle est bien formée, pas dégueulasse et que les animaux l'adorent... On croirait lire un compte de fée pour enfant... Limite elle chanterait les oiseaux lui répondraient, pour une fille qui à toujours voulus être un garçon, c'est dur de tomber si bas dans le cliché. Soupirant d'aise, les mains sur ses hanches, elle regarda vers la remise : « Je t'invite, ''Henkō''-san. Ici, y à trop de monde et là-bas, pas assez, c'est certain. » Oui, aucune réponse pour les portes. À vrai dire, elle-même ne réalisait pas tout à fait et le simple fait de sortir de son mutisme de baston amicale depuis la mort de son meilleur rival en 201 était un soulagement aussi perturbant qu'excitant alors, pour les portes, franchement...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Blood Moon | PV Eri Empty
Lun 24 Aoû 2020 - 23:32
Blood Moon
Muramasa x Eri

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






Le médecin avait beau chercher, à aucun moment il n'avait insulté son interlocutrice... ou plutôt interlocuteur en le traitant de princesse ou de Daimyo joufflu. Il était vrai que le papy du pays de la terre avait un certain embonpoint à force de se vautrer dans son palace en mangeant des mets raffinés toute la journée sans le moindre exercice, hormis forniquer avec des gourgandines comme tout bon tyran qui se respectait, mais il n'était pas aussi ventru qu'un Akimichi se vautrant dans les miettes de chips. Le seul fait qui aurait pu être insultant s'incarner dans le Oujo-san que le taciturne avait employé, chose qu'il faisait en effet avec la plupart des demoiselles dont il ne connaissait point le nom. Cela ne faisait que confirmer l'hypothèse selon laquelle il s'agissait bel et bien d'un homme. Un Homme opéré pour arborer une opulente poitrine... Cela était un peu étrange, mais chacun était libre de faire ce qu'il souhaitait, du moment que cela rentrait dans les sacro saintes lois du village caché. En tout cas, il n'était pas interdit de faire ce choix là. Le Borukan leva un sourcil, voyant la main tendue vers lui. Le sacripant cherchait querelle et maintenant il voulait faire la paix ? C'est alors que la théorie du complot venait s'éclairer dans l'esprit nébuleux du divinicide. S'agissait-il d'un piège odieux des mystèrieuses Amazones, célèbre mouvement au cœur de la Roche. Leur plan machiavélique venait-il d'être lancé ? Celui de transformer tous les hommes d'Iwagakure en Amazones et ainsi conquérir le Yuukan ? Était ce l'une de leur toute première victime ? Mystère. Le serpent fit mine de ne pas se méfier afin de ne pas éveiller les soupçons, se contentant de serrer la main au culturiste démoniaque.Bien sûr, il s'attendait à un mauvais coup de sa part, mais grâce à la quintessence de l'Iroujutsu, il lui serait aisé de ne pas sombrer dans les griffes d'un funeste destin, ou encore d'une main broyée de manière pernicieuse.

« Hum, je vois. Désolé si je vous ai offensé. Chacun est libre de choisir le chemin qu'il veut arpenter. Vous en avez choisi un assez... surprenant. J'accepte votre invitation. » -dit-il, en affichant des traits de marbre ne laissant transparaître que le néant-

LE travestit n'avait pas répondu à la question concernant le Hachimon, ce qui confortait le divin parangon dans son analyse. Il avait combattu de nombreuses fois aux côtés des Portiers Célestes, et il n'avait pas vraiment de doute sur ce que venait d'utiliser le malinois. Beaucoup de questions venaient à l'esprit du Borukan, mais il fallait ruser de manière finaude, surtout avec un énergumène aussi instable et au taux de testostérone gargantuesque. Alors qu'ils se rendaient en direction de la remise hantée par les spectres de naguère, le Jonin tentait quelques questions aussi innocentes qu'un Kirijin sauvage et assoiffé de sang.

« Mais dites moi, vous devez connaitre un sacré bon médecin pour en être arrivé là. Surement Aimi-san ! » -fixant son interlocutrice dans le blanc des yeux- « Vous êtes Kuno... Shinobi ? »

Posant des questions assez vagues, le scientifique tentait de résoudre les mystères de cette énigme sur patte afin d'assurer de meilleurs lendemains. En effet, si la dangereuse Secte avait commencer son plan machiavélique, tous les hommes du village caché, mais aussi du Yuukan, connaîtraient une fin des plus tragiques...



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Blood Moon | PV Eri Empty
Mar 25 Aoû 2020 - 1:59
C'était probablement assez étrange, de voir une main tendue après une beigne dans la figure, du moins ca l'était probablement pour le commun des gens, la forgeronne y était plus commune, son entourage y était plus habitué aussi, à la voir causer quelques quiproquos par des accès de violence soudain, le besoin de se battre, le sentiment de n'exister que par ce biais et surtout, le pire, la force de l'habitude. L'habitude de voir les gens, hésitants, à la lui serrer, lui fit remarquer une chose, l'autre n'hésitait presque pas, pour ne pas dire qu'il n'hésitait pas du tout : cachait-il un mauvais plan ? Était-il en train de préparer le match retour ? Prête à s'en prendre une et l'éviter au mieux, ou se la prendre en évitant un maximum de dégâts ; une certaine forme d'excitation naquit de nouveau, mais fut bien vite rembarrée: Il s'excusait, certes, une bien bonne chose. Même s'il avait été la victime de l'affaire et elle en était parfaitement consciente, l'âge lui avait donner loisir de travailler sur elle, pas assez pour atteindre ses objectifs, mais tout de même suffisamment pour savoir qui était en cause dans l'affaire en dehors du drogué, du vendeur et du patron des lieux.

La suite cependant fut... Agaçante. Un chemin surprenant ? C'était donc ca, tous ses regards quand elle venait et qu'il y avait un peu de monde, une femme ne pouvait-elle pas décider de se muscler et d'être forte ? Était-ce si inconcevable pour cette bande de macaques misogyne ?! Un sourire crispé étira ses lèvres, les sourcils légèrement froncés. Non, ne pas le recogner. Probablement que sa poigne fut un peu plus forte avant de lâcher la main. La colère.

Avait-elle bien fait d'inviter ce machiste dans une remise en tête-à-tête ? Probablement pas. Surtout qu'il semblait assez fort.

Il reprit par une question, ayant visiblement compris pour partie son erreur de tout à l'heure, il se reprit n'achevant pas le mot kunoichi, et retombant sur shinobi. Eri lâcha un long soupire, insérant la clef dans la porte, mais regardant vers le type et ne voyant donc pas la légère lueur bleuâtre qui s’échappa des commissure entre le trou de serrure et la clef et qui disparurent aussitôt quand elle lâcha ladite clef : « 'Ecoute, gars, j'ai suréagit tout à l'heure, alors, je te présente mes excuses. » laissant donc la clef dans la porte et se retournant vers lui : « On va repartir sur de bonnes bases, ok ? Tu peux dire Kunoichi, c'est ce que je suis, mais évite les princesse, ou les truc bidons du genre 'je frappe pas une femme' si je te défie ! Parce-que moi, j'hésiterai pas à te cogner. » elle tira un peu la langue en se frottant le crane « Bon, je crois que ca, tu l'as compris. » Puis elle donna un coup sur le haut de sa poitrine pour s'indiquer : « Moi c'est Eri, de la forge des Hagashin... Et Ninja à mi-temps. Pour te remercier, je t'invite dans la succursale et pour me faire pardonner, hrmm, je sais pas, on verra bien. Et toi, t'es qui ? » Ne doutant pas qu'il devait au moins avoir un passif de shinobi étant donné son mouvement durant l'attaque, mais, pour tout le reste, la question restait pertinente.

Maintenant, elle avait fait le nécessaire pour qu'il n'ait à priori pas envie de se venger ou d'agir comme un gros bof, s'il agissait ainsi, elle n'aurait aucun scrupule à lui éclater la face et briser son joli minois contre le premier parapet ou autre excroissance solide qu'elle croiserait, tel qu'un agrès de musculation.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Blood Moon | PV Eri Empty
Ven 28 Aoû 2020 - 16:00
Blood Moon
Muramasa x Eri

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






Une invitation dans une remise sombre et isolée de la part d'un étrange personnage efféminé mais dont la testostérone faisait rage ? Aucune raison de ne pas lui faire confiance et d'accepter de le suivre afin d'en découvrir davantage sur cette énigme sur pattes. Bien sûr, le parangon s'attendait au pire, mais après tout Iwajuku était remplie de terreurs et plus rien ne le choquait vraiment. Les secrets du village caché étaient aussi nébuleux qu'une nuit sans lune. Malgré les apparences, la roche n'était pas vraiment la pierre si lisse et marmoréenne que le laissait penser sa légende immaculée de plus grande nation que le Yuukan n'ait jamais connu. En effet, des gamines semaient la terreur dans les coulisses, persécutant même les Shinobi les plus aguerris, tandis que la discorde opposait les clans les plus prestigieux qui désiraient tous régner d'une main de fer et de conquérir au-delà monts et vallées jusqu'aux confins des océans abyssaux et inexplorés. Sans oublier les sombres desseins des villageois eux-mêmes, se livrant aux félonies les plus obséquieuses, mais aussi au stupre et à la luxure à l'orée de la pernicieuse Iwajuku, quartier des damnés. Heureusement, le fier Borukan était là pour remettre les pendules à l'heure, châtiant les nécromants de minuit et les démons dévoreurs d'âmes, afin d'assurer de meilleurs lendemains à ce triste monde tragique.

Alors que la musclée insérait la clef du sanctuaire hantée, le médecin des miracles était un peu pensif sur ce qui allait se passer par la suite. Peut-être que la (le) culturiste agressive comptait l'assassiner discrètement dans le théâtre des horreurs fantomatiques, ce qui expliquerait cette invitation assez louche. Cependant, l'adoratrice de la fonte se mit à parler de manière assez surprenante avant de pénétrer dans la remise. Elle présentait des excuses, tout en expliquant sa vision des choses.

« En effet, nous sommes partis sur de mauvaises bases. Ne vous inquiétez pas, je n'hésiterais jamais à frapper une femme, c'est même une nécessité, surtout si elle est une vilaine fille, afin que la balance du destin trouve une harmonie. » -dit-il, en affichant un visage sérieux en déblatérant des inepties- « Vous savez ce qu'on fait à une demoiselle qui a été vilaine ? On lui met une bonne grosse fessée. » -laissant transparaître un léger rire sardonique et faisant un geste sibyllin pour souligner ses propos énigmatiques-

Il s'agissait d'un nindo perdu à travers le temps et l'espace dont la signification philosophique échappait à la plupart des badauds déambulant en ce monde telles des silhouettes désarticulées et sans aucune essence aucune. Il était certain que le Shinobi... ou peut-être Kunoichi n'allait pas saisir la quintessence fantasmagorique qui se nimbait derrière ces paroles sages et avisées, mais l'innocence et pureté du discours du parangon ne pouvait le (la) laisser de marbre, car cela lui donnait une raison de plus de vouloir l'assassiner ou tout simplement de l'admirer à sa juste et transcendantale valeur. En un mot, inestimable.

Alors que la Kunoichi tout en muscle se présentait et révélait qu'elle était issue d'une lignée pratiquant les arts de la forge, le médecin rebondit sur ce point ne manquant point de piquant. En effet, le Borukan était un grand amateur des artefacts les plus légendaires et illustres de contes et légendes. Après tout, ne portait il pas le nom d'une lame ayant transcendé la nuit des temps elle-même d'une aura aussi fascinante que démoniaque ? Pour sûr ! Sans compter que la plupart de ses arcanes interdites revêtissaient les apparats des plus fantasmées ouvrages des temps anciens.

« Vous êtes héritier...reuh d'un clan de la forge ? Subarashi. Vous devez connaitre les légendes de naguère. En tout cas, enchanté Eri-san. Je suis Borukan Muramasa, simple médecin et Shinobi de la Roche » -se présentant à nouveau, en espérant ne pas se prendre un coup dans le pif ou quelque chose de pire de la part de son interlocutrice-

Une chose était certaine, cette Hagashin était une personne bien étrange. Néanmoins la plupart des forgerons étaient de vraies montagnes de muscles car cette activité était rude et demander une puissance dantesque dans le corps pour réaliser les chef-d'oeuvres les plus somptueux.

« Connaissez-vous la légende de Muramasa, la lame démoniaque ? » -fixant de son regard mordoré la Kunoichi (ou Shinobi), mais s'attendant à une réponse négative-




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Blood Moon | PV Eri Empty
Sam 29 Aoû 2020 - 1:40
Frapper une femme si c'est une vilaine fille ? En vrai, fondamentalement, s’il appliquait la même doctrine à tout le monde et rien n'indiquait l'inverse, rien du tout, parcontre le coup de la fessée ca semblait être une putain de provication en duel, si de la fumée avait pus sortir des oreilles d'Eri, ca aurait été le cas, là, ses poings craquèrent, mais bon, garder son calme, rester sur de bonnes bases... Rester... Respirer... Se présenter, ce qu'elle fit avec une certaine maîtrise, même s'il était possible de la voir craquer à tout moment, très versatile depuis l'enfance, limite bi-polaire et totalement imprévisible. Le mouvement qui s'en suivit n'avait pas grande explication et accompagnait son sourire presque moqueur à la perfection, si'l avait été un gars de sa rue avec qui elle duellait souvent, gamine, ca aurait été une invitation certaine à la baston. Bref, se présenter !

Et la réponse à cela fut tout aussi étonnante, déjà, le coupant dans sa réponse, Eri précisait : Tu peux dire héritier si ca te fait délirer. » ensuite apprenant qu'il était médecin, elle du transparaître une expression de doute, pas tant sur ses compétences, mais sur le fait que la gamine de Rokkusu pensait avoir eu à faire à tous les irou-nin officiant officiellement dans le village depuis le temps. Borukan, Muramasa...Ca lui disait quelque-chose, peut-être parcqu'il c'était déjà présenter sans qu'elle ne l'écoute, à cause de l'insulte qui avait précédé cette première présentation en bonne et due forme. Mais pour la demoiselle, impossible de metre le doigt dessus, ou est-ce qu'elle avait entendu ce nom, elle tapa du poing dans le plat de son autre main « Je connais ton nom !... Mais de où. » elle 'nallait pas garder ca pour elle, puisque dans son idée si ca strouve ils se connaissent de quand ils étaient des morveux ? Après tout le jeune homme en face ne deviat pas être d'une tranche d'âge trop différente.

Cet forte interrogation fit presque oublier à Eri le sujet de la fessée : tout semblait être redevenu normal côté Blood Moon tandis qu'ils discutaient un peu plus posément ; sur le sujet des armes légendaires, Eri soupira en levant la tête vers le plafond, fermant les paupières et plaçant une main sur son front : « hrmmmmmmmmmmm... » fit-elle un court instant « C'est dur à dire, y en as beaucoup et je me concentre surtout pour devenir maître forgeron -forgeur de katana, même si le titre à jamais été donné à une femme. » elle relâcha son front en croisnat les bras, regardant maintenant yeux ouverst vers le sol, elle gagnait du temps en racontant sa life, pour se souvenir de toutes les histoires et autres choses autour de son job « C'est pas un style d'école inconnu avec des sabres parfaiteùent symétriques au niveau de la peau des katana ? » le souvenir du tréfonds des entrailles de son esprit fit soudain place à d'autres, le dos des mains sur ses hanches et fixant le Bokukan avec les sourcils froncés :

« Avec la légende qu'ils contiendraient des âmes ? C'est un peu contre-nature, normalement, l'âme du détenteur doit finir dans l'arme qu'il utilise... C'est un peu malsain si t'y enfermes autre chose. Mais ce doit être fun à faire si c'est réellement possible. » Elle fit une moue, songeuse, perplexe, c'était son prénom, mais il ne semblait pas avoir des mains de forgeron, pas de corne sur l'intérieur, limite une peau de bébé... « T'es pas forgeron, toi, vu tes mimines. Descendant ? Si c'est le cas, faut que tu me l'enseignes ! Mais en attendant, vas nous faire la lumière dans la remise, jvais nous chercher du talc et à boire. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Blood Moon | PV Eri Empty
Lun 31 Aoû 2020 - 23:26
Blood Moon
Muramasa x Eri

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






La forgeronne, ou peut-être forgeron, aurait pu exploser à tout moment, mais contre toute attente, elle (il) semblait ne pas trop s'offusquer des dires du Borukan. Une seule raison pouvait expliquer cela, il avait raison sur toute la ligne. Du moins, c''est ce qu'il pensait avec une force de conviction à toute épreuve. L'héritier des forges apportait du grain à moudre à la supposition sur son genre, acceptant de prendre l'identité masculine de manière goguenarde. Apparemment, de ce qu'il disait, le nom du médecin lui était familier.

« Vous devez avoir entendu mon nom au moins une fois, même si le visage ne vous rappelle rien. Sans doute en tant qu'ancien Directeur de l'Académie de la Roche où j'ai officié quelque temps. » -dit-il, en se grattant la tempe une fois de plus-

Il s'agissait là surement de l'écho qui hantait les esgourdes de la demoiselle aux muscles saillants. Bien sûr, son activité en tant qu'adepte des arts médicaux était moins répandue aux quatre vents que son ancienne fonction académique.

Concernant la légende, Eri montra qu'elle était bel et bien la descendante d'une lignée ayant quelques connaissances sur les contes de la nuit des temps, évoquant ce que l'histoire avait retenu de ce nom si singulier.

« Vous connaissez le sujet. Non je ne suis effectivement pas forgeron, si ce n'est celui exerçant dans la chair et le sang. » -rappelant sa vocation dans les arts du scalpel- « Ni descendant. »

Le taciturne en avait presque oublié ses origines, tant il menait une existence bien éloignée de ces dernières. Il devait s'occuper des lumières, chose assez aisée car il avait simplement à activer un interrupteur pour que les lampes illuminent la salle où les ravages du temps avaient fait rage. L'ambiance était de mise, la luminescence laissait planer dans l'atmosphère des particules de poussière prouvant que l'endroit était à l'abandon, et les diverses machines semblaient sortir tout droit du passé tant elles contrastaient avec celles qui étaient utilisées dans la salle en elle-même. Alors que la Hagashin s'occupait du talc et de fournir quelques rafraîchissements, le Borukan se demandait dans quoi il venait de s'embarquer. Il leva un peu la voix afin de se faire entendre par la forgeronne sauvage.

« C'est quoi le programme ? » -curieux sur la question-




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Hagashin Eri
Hagashin Eri

Blood Moon | PV Eri Empty
Mar 1 Sep 2020 - 14:30
Sensei à l'académie ? Eri y avait été, justement dès 197 et ses bâtiments temporaires, bien qu'assez âgée pour ca. Les Hagashin avaient aussi fournis beaucoup de matériel neuf pour les étudiants Ninjas d'Iwa, prouvant leur investissement auprès des autorités dirigeantes du dit village mais aussi marquant son empreinte dans les esprits avec du matériel de qualité que tous les jeunes utilisaient et dont ils pouvaient avec un simple regard, retrouver la signature. Autant dire que, si l'un avait travaillai là-bas et devait être connu de l'autre, le nom de famille de l'autre -Eri- avait aussi ses chances d'être quelque-part dans les tréfonds d'une bribes de souvenirs de l'autre. La forgeronne n'en dit cependant rien, 'arrivant pas vraiment à se souvenir des senseis de l'académie... Peut-être parc-qu’elle était trop nulle et préférerait défier quelques étudiants prêts a jouer avec ses conditions, n'avait-elle d’ailleurs jamais croiser cette personne au détour d'une bagarre de rue dans les coins malfamés du village ? Du genre, pour se faire soigner. Une autre possibilité à laquelle Eri ne pensa même pas, bien que ce fut là encore de l'ordre du possible.

Laissnat donc couler le sujet pour l'instant et passant au suivant, qui concernait les origines de l'ancien professeur, drôle de coïncidence de se croiser ici avec du sang de forgeron et un cœur d'athlète, en plus du nom de « Borukan », comme le légendaire Akimoto. Outre l'impolitesse de traiter tout le monde de princesse, voilà qu'elle était face à un potenciel ami, et surtout opposant, très prometteur. Avec un sourire en coin à cette idée, elle avait finalement refourguer un charge à Muramasa, et était partit se payer plus de consommables comme elle l'avait d'ailleurs indiquer, quand elle revint, la lumière était faite, par de vieux néons cramoisi par une couche de poussière importante, poussière qui volait d'ailleurs un peu partout, faisant lâcher un long soupire de désarroi à l'Hagasin qui posait sur une table haute l'eau et le talc avant de s'approcher de son potentiel partenaire d'entraînement, regardant aussi d'un œil étincelant le vieux matériel forgé, aux allures ubuesques mais qui donneraient un coup de fun à cette séance.

« Le programme, ca va être de nettoyer, aérer et... »

D'un coup, la porte pourtant restée ouverte se claqua et ont pus entendre un bruit de verrouillage, alors que la clef n'était pas restée dessus. Les lumières se mirent à clignoter, comme-ci quelqu'un les allumait et les éteignait compulsivement, avant de complètement griller, seul les faisceaux de la lumière du jour passant par de grands volets barricadés de l'intérieur éclairait la salle, et dans l'instant, accompagnés d'un étrange rire mesquin et résonant, une lumière bleue apparus au sol, puis une foultitude traçant un cercle autour des vivants. « Enfins des mortels... » dit finalement la voix, plutôt féminine ou bien androgyne, qui, invisible, traçait un sceau de Kinjutsu dans le cercle, sous leurs pieds. « Vous êtes à moi, mes marionnettes pour l’éternité » puis la vois se re mis à rire.

« … M'oké, d'abord, on défonce tout c'qui bouge. » pas qu'elle croyait pas aux fantômes hein, mais, si en fait, totalement. Loin d'être impressionnée, elle restait même dans le cercle, attendant le dernier moment pour en sortir, peut-être un poil présomptueuse étant donné les nombreuses tuméfactions qui étaient apparus sur son bras, lentement, après l'ouverture de la première porte.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10290-eri-hagashin-d-iwa-fini
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Blood Moon | PV Eri Empty
Lun 7 Sep 2020 - 15:47
Blood Moon
Muramasa x Eri

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?






La forgeronne revenait avec du talc et de l'eau qu'elle déposait dans un coin, répondant que le programme tournerait dans un premier temps autour d'un peu de nettoyage avant de commencer les choses sérieuses. Bien sûr, cela ne plaisait pas au Borukan, mais s’entraîner dans un chantier pareil était inconcevable. Le Taciturne posait sa main sur sa nuque en affichant un air consterné, se résignant à la tâche ardue de mettre un peu d'ordre dans le bazar.

« Yare yare daze... » -laissant échapper un soupir- « Je crois que je n'ai plus le choix... » -prenant une pose digne d'un héros des anciens contes et légendes disparus dans la nuit des temps-

Malheureusement, un événement pour le moins louche faisait irruption de manière théâtrale, rappelant les dires du patron de la planète des singes. Cette mystérieuse remise où l’atmosphère était inquiétante et pesante était donc peut-être hantée ? Étrange, mais en tant que scientifique, Muramasa ne pouvait sombrer dans les méandres de l'ésotérisme avec tant de facilité.

La porte de l'antre se refermait avec goguenarderie, tandis que les lumières palpitaient pernicieusement comme des signaux alarmant sur la folie dont les lieux étaient embourbés. Une voix abyssale venait même faire écho dans la tanière du démon, mettant en exergue la nature spectrale du phénomène dont les deux inconscients étaient malencontreusement témoins à cet instant. Cependant, le médecin de l'ombre savait que ce genre d’événement était la plupart du temps de simples plaisanteries causées par des malandrins aliénés. Il devait exister une explication qui se nimbait derrière ce voile de mystère. Sautant hors du mystérieux cercle au sol qui se refermait sur eux, le Parangon se mit sur ses gardes en cherchant de son regard mordoré aux alentours pour tenter de dissiper les ténèbres.

« Cela ressemble fortement à du fuinjutsu... Je ne savais pas que les fantômes en étaient friands. » -dit-il, en esquissant un léger sourire- « Eri-san, je pense que nous avons dérangé un petit plaisantin. Donnons-lui une bonne leçon ! »




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa

Blood Moon | PV Eri

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: